Archives par mot-clé : Leila Bili

Le lieu d’une dynamique interinstitutionnelle et interdisciplinaire

blibli
Photographie de Leila Blili

Dans mon parcours personnel, l’IRMC a été un lieu de rencontres, d’échanges, de stimulation. L’aventure a commencé avec son ancêtre, le CDTM qui a fourni aux universitaires, dès les années 1980, un cadre de travail aux spécificités particulières, à la fois d’archives (les documents de la Résidence Générale), de bibliothèque et de fenêtre ouverte sur la production scientifique française. L’IRMC, né en 1992, allait nous permettre de continuer la fabuleuse aventure de la recherche en histoire d’abord, dans les sciences sociales plus tard. L’IRMC a constitué un pont, entre chercheurs tunisiens appartenant à diverses institutions, entre chercheurs maghrébins, entre Français et Maghrébins. Cette dynamique a participé à l’introduction d’une nouvelle géographie de la recherche qui envisage de plus en plus une réflexion dans un cadre plus large, celui du Maghreb et de la Méditerranée.

Imperceptiblement, c’est à l’IRMC que les recherches en histoire ont fait éclater le cadre strictement national au bénéfice d’une approche comparative maghrébine, en particulier avec le Maroc, les conditions par lesquelles passait l’Algérie ne permettant pas des échanges similaires. Par ailleurs, à l’IRMC, l’interdisciplinarité déjà en vogue depuis le « Grand Tournant », (cf. les Annales), prend corps et initie des recherches qui associent entre autres historiens, géographes, juristes, économistes et linguistes. Pour certains, l’éclatement des frontières disciplinaires est le début d’une véritable aventure scientifique particulièrement féconde.

Sans prétendre que l’IRMC fut le seul lieu de renouvellement historiographique en Tunisie, il faut néanmoins admettre que cet institut a amarre une partie de la recherche en sciences sociales aux grands courants internationaux et a créé une dynamique interinstitutionnelle et interdisciplinaire certaine. Le dynamisme des responsables, la convivialité du lieu, la rapidité du « service », ont fait de l’IRMC un espace de recherche apprécié. Le renouvellement constant des problématiques traitées dans le cadre des programmes mis en place exprime la fécondité de l’institution et sa capacité à réfléchir aux questions d’actualité dans un contexte national et international mouvant.

Pour ma part, il m’arrive de regretter les questionnements historiques, pas seulement par sensibilité disciplinaire : dans les débats actuels sur les révolutions arabes, l’épaisseur temporelle fait défaut. En la réintroduisant, dans l’espace public et dans les lieux de recherche, on peut probablement disposer d’éléments de compréhension, sur le fonctionnement des sociétés, la place du religieux ou le statut des femmes et de la famille, qui permettent d’envisager le présent et l’avenir avec plus de sérénité ou de crainte.

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

 

Leila BLILI

est professeur d’histoire moderne et contemporaine. Directrice du département d’histoire de la Faculté des lettres, des Arts et des humanités de La Manouba.

Pour citer ce billet : Leila Blili, « Le lieu d’une dynamique interinstitutionnelle et interdisciplinaire », Le Carnet de l’IRMC, 19 juillet 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1063

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook