Archives par mot-clé : legislatives

Les élections législatives et présidentielles en Tunisie : Enjeux et Perspectives

Compte rendu de la conférence du 22 octobre 2014.

Dans le cadre du cycle de conférences intitulé « Penser la transition en Tunisie », l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain (IRMC), en partenariat avec l’Institut français de Tunis et l’Université Paris-Dauphine campus Tunis, a organisé une conférence-débat dont le sujet était : « Les élections législatives et présidentielles en Tunisie. Enjeux et Perspectives ».

Presque quatre ans après le déclenchement de la contestation populaire, la Tunisie entre dans un cycle électoral inédit. Pour la première fois de leur histoire, les Tunisiens participent à des élections législatives et présidentielles libres et pluralistes. Au regard de cette actualité brûlante, cette conférence visait à définir les enjeux historiques, politiques et sociaux de ces élections. Pour ce faire, Jérôme Heurtaux, chercheur à l’IRMC et maître de conférences à l’Université Paris-Dauphine, Aymen Bel Hadj, doctorant boursier à l’IRMC, et Riadh Ferjani, sociologue des médias et membre du conseil de la Haute autorité indépendante de la communication audiovisuelle (HAICA), étaient réunis pour débattre sur cette nouvelle séquence politique qui s’ouvre en Tunisie.

* * *

Devant un amphithéâtre comble de l’Université Paris-Dauphine campus Tunis, Jérôme Heurtaux est d’abord intervenu sur le rôle fondamental des élections dans le cadre du processus de démocratisation tunisien. À l’heure où les élections législatives (que certains qualifient d’ores-et-déjà de « premier tour des élections présidentielles ») sont sur le point de s’engager, l’étude de ce contexte unique dans l’histoire de la Tunisie permet de rappeler l’importance et le rôle complexe de tels scrutins dans un processus de transition démocratique.

S’il n’appartient sans doute pas aux universitaires de décider de ce que sont les véritables enjeux de ces élections, le monde académique peut néanmoins apporter des grilles d’analyse salutaires à un moment où l’espace médiatique tunisien est saturé par les nombreuses prises de position des différents candidats et leaders des formations partisanes, ainsi que par les commentaires d’observateurs souvent parti-pris.

« À quoi servent des élections dans un tel processus de démocratisation ? », s’est donc interrogé Jérôme Heurtaux. L’observation de cas analogues à celui de la Tunisie d’aujourd’hui, comme ceux des pays de l’Europe de l’Est au lendemain de la chute du régime soviétique, souligne l’importance décisive des élections dans un contexte de transition politique. Ce rôle des élections est en fait double. D’une part, les élections permettent l’instauration de l’ordre démocratique dans la vie politique nationale, et pour cette raison incarnent espoir et promesses d’enchantement. D’autre part, de tels scrutins constituent un outil d’encadrement de la vie politique, dans la mesure où ils limitent également le pluralisme et peuvent donc paradoxalement susciter une certaine forme de désenchantement.

Comme l’indique notamment l’exemple de la France du XIXe siècle, les élections peuvent être un exercice fondateur de démocratie et permettre la limitation du recours à la violence comme mode d’expression politique, la violence devenant l’apanage de l’État.

Clément
Source: Gravure de Bosredon, Le vote ou le fusil, 1848, BNF, Paris.

Au-delà du scrutin en lui-même, il semble que le simple fait de prévoir des élections puisse aussi avoir des effets de stabilisation de la vie politique. S’entendre sur les règles du jeu, sur un calendrier ou une loi électorale nécessite un investissement de tous les acteurs et permet donc de gérer le temps de la transition. Une élection représente également un enjeu de taille vis-à-vis du monde extérieur. En effet, c’est à l’aune du succès ou des dysfonctionnements des élections actuelles que sera jugé l’État tunisien par ses différents partenaires internationaux. Dans le cas tunisien, l’organisation de ce scrutin repose sur une organisation indépendante, l’Instance Supérieure Indépendante pour les Elections (ISIE), dont les missions principales consistent en la vérification du dépôt des candidatures, ainsi que l’organisation matérielle du vote dans les différentes circonscriptions. Selon Jérôme Heurtaux, l’ISIE a donc un travail considérable et l’effectue avec un degré de transparence assez significatif, dont témoignent par exemple la publication des listes d’électeurs sur internet et la possibilité de s’inscrire sur les listes à travers une application disponible sur smartphone.

Pour autant, plusieurs questions à propos des élections se font jour, notamment en ce qui concerne le décompte de l’abstention. Tout porte à croire en effet que le taux de participation des élections législatives se mesurera sur la base d’une version mise à jour de la liste des électeurs de 2011. Le taux de participation ne sera donc pas mesuré en fonction d’un véritable recensement démographique prenant en compte les citoyens en âge de voter, ce qui pourrait donc participer à une réussite trompeuse de ces élections sur le plan de la participation.

L’une des autres fonctions essentielles d’une élection est également de légitimer le personnel politique. Ce rôle est d’autant plus crucial en Tunisie au vu de l’actuel contexte de défiance à l’égard des personnalités politiques. Outre ce pouvoir de légitimation, les élections jouent aussi un rôle de révélateur. Ce pouvoir de révélation des véritables rapports de force politiques s’avère déterminant dans la Tunisie d’aujourd’hui, compte tenu du fait qu’ils ne pouvaient émerger dans le contexte autoritaire passé.  En l’absence d’élections, la légitimité politique des partis repose sur d’autres modes de légitimation comme l’expertise, la recherche du « consensus » ou l’héritage historique, qui se distinguent de la légitimité électorale de par leur caractère réversible et donc difficilement institutionnalisable.

Pour autant, il est indispensable de rappeler qu’une élection est aussi paradoxalement un outil d’encadrement politique. La tenue d’une élection suppose l’adoption d’une loi électorale dont les dispositions sont également des outils d’encadrement du pluralisme politique. La loi électorale tunisienne semble à cet égard favoriser les grandes organisations partisanes d’obédience nationale, c’est-à-dire les organisations les mieux à même d’être représentées dans l’ensemble des circonscriptions. Seule une dizaine d’organisations sont parvenues à être représentées dans l’ensemble du territoire tunisien, tandis qu’une majorité des listes ne couvraient seulement qu’une à deux circonscriptions. Cette analyse se vérifie d’ailleurs au travers des intentions de vote des électeurs qui semblent traduire une forme de polarisation de l’électorat au profit des grandes formations politiques comme Nidaa Tounes et Ennahdha, et ce malgré une offre politique généralement qualifiée de pléthorique. Il est cependant important de souligner que le nombre de listes est en recul par rapport à 2011, du fait d’un tassement du nombre de listes indépendantes, qui reflète une nouvelle fois l’avantage donné aux grandes formations politiques dans le cadre de ce processus. Cette forme de structuration de l’offre politique et de l’électorat se confirme d’ailleurs aussi bien dans le cadre des élections législatives que pour les prochaines élections présidentielles.

Dans l’ensemble de ces scrutins, l’une des grandes inconnues demeure le taux d’abstention. Le constat de relative défiance de la population vis-à-vis du personnel politique, partagée notamment par les couches sociales qui s’étaient le plus mobilisées lors du scrutin de 2011, peut laisser penser qu’une abstention importante est probable. Cette exaspération à l’égard de l’ensemble des partis politiques est loin d’être le seul fait des couches sociales populaires et semble transcender les inégalités socio-économiques traversant la société tunisienne.

En tant qu’acteur et observateur de la vie politique tunisienne, Riadh Ferjani dispose d’un regard doublement éclairé sur les enjeux posés par cette nouvelle séquence électorale en Tunisie. Ce sociologue de formation et membre du Conseil de la Haute autorité indépendante de la communication audiovisuelle (HAICA) est intervenu dans le cadre de cette conférence en abordant cette période électorale au travers d’une analyse du rôle de la HAICA et des médias dans ce contexte politique unique. En s’interrogeant sur l’influence générale des médias sur le résultat final d’une élection, Riadh Ferjani a tenu à rappeler les travaux du sociologue Paul Lazarsfeld. Dans son ouvrage désormais classique The People’s Choice, ce sociologue américain démontrait que l’influence des médias sur un scrutin est en réalité relativement faible. Remettant en question la toute puissance des médias, son travail soulignait a contrario l’importance d’une catégorie spécifique, celle des « leaders d’opinion », ces personnes présentes dans l’ensemble des catégories sociales et dont l’influence s’exerce avant tout dans le cercle primaire des relations sociales. Reprenant la thèse de Paul Lazarsfeld, Riadh Ferjani estime ainsi que ce ne sont pas les médias qui détermineront les résultats des élections en Tunisie, mais bien les relations sociales de l’ensemble des citoyens.

haicaRiadh Ferjani a ensuite évoqué son travail au sein de la Haute autorité indépendante de la communication audiovisuelle (HAICA) ainsi que le rôle de cette autorité de régulation dans le cadre de ces élections. D’une part, l’existence même de cette Haute Autorité s’inscrit dans un mouvement général, celui de la création des autorités de régulation, dont le propre est de détenir des pouvoirs jugés stratégiques, relevant auparavant de l’État, et dont le soin n’a pas été confié à des intérêts privés mais à ces « autorités indépendantes ».

Créée par le décret-loi n° 2011-116 du 2 novembre 2011, la HAICA se compose actuellement de sept membres (initialement neuf) nommés par décret du Président de la République sur proposition de différentes instances professionnelles représentatives et autorités publiques. Comme pour toutes les autorités de cette nature, la question de l’indépendance de ses membres de cette autorité se pose inévitablement. À cet égard, il est primordial que ces derniers respectent leur « devoir d’ingratitude » (selon les mots de Robert Badinter) vis-à-vis des autorités qui les ont nommés. Cette question de l’indépendance est particulièrement cruciale dans le paysage politique très polarisé de la Tunisie. A ce propos, Riadh Ferjani s’est interrogé sur la pertinence du recours au clivage gauche-droite pour appréhender la vie politique tunisienne d’aujourd’hui, notamment en soulignant la convergence de nombreux partis politiques, au-delà des clivages idéologiques, sur des questions essentielles comme en matière de politique économique. Il est enfin important de préciser que l’indépendance de la HAICA est limitée juridiquement par le Tribunal administratif, auprès duquel les personnes concernées par les décisions de la HAICA disposent d’un droit de recours. Mentionnant les diverses polémiques ayant accompagné certaines décisions de la HAICA, Riadh Ferjani a néanmoins souligné l’aspect positif de ces discussions qui témoignent du fait que le droit devient progressivement un sujet de débat public en Tunisie.

Dans le contexte de la transition démocratique et des prochaines échéances électorales, la mission principale de la HAICA est de réguler le secteur audiovisuel. Le mandat de cette institution s’achèvera d’ailleurs dès la fin de la période électorale. La HAICA sera alors remplacée par une nouvelle autorité de régulation, l’Autorité de la communication audiovisuelle (ACA).

En plus de ses compétences réglementaires, la HAICA joue donc un rôle essentiel dans le cadre du contexte électoral actuel, à travers son travail pour garantir une couverture juste et équitable des élections. Un premier rapport sur le respect du pluralisme dans les médias audiovisuels dans le cadre de la campagne électorale législative a d’ailleurs été publié le 16 octobre 2014. Ces premiers résultats indiquent que les stations de radio semblent donner plus de temps d’antenne aux candidats aux élections législatives que les chaines de télévision, qui privilégient elles d’autres personnalités politiques et risquent ainsi d’empiéter sur la future campagne présidentielle. De plus, ce premier rapport souligne la très faible présence des femmes candidates dans les médias audiovisuels. Selon Riadh Ferjani, la faible représentation des femmes dans les médias n’est pas uniquement la responsabilité des médias eux-mêmes, mais également celle de partis politiques qui relèguent au second plan les personnalités politiques féminines présentes dans leurs rangs.

Pour comprendre les véritables enjeux de cette période électorale qui s’ouvre actuellement en Tunisie, il est enfin indispensable de s’attarder sur la situation de la jeunesse, ou plutôt « des jeunesses », dont le rôle dans l’éclosion de la révolution de 2011 n’est plus à démontrer. C’est justement à cette catégorie sociale qu’Aymen Belhadj, doctorant à l’IRMC, consacre ses travaux de recherche.

Pour mieux appréhender les aspirations de la jeunesse tunisienne à l’heure des élections, Aymen Belhadj estime qu’il est nécessaire de s’interroger sur ce que recouvre réellement cette catégorie démographique, devenue catégorie politique dans l’imaginaire collectif au gré des récents épisodes révolutionnaires. En effet, il n’est pas si évident que la jeunesse puisse constituer un corps social homogène en Tunisie. Un temps relativement silencieuse, la littérature académique a progressivement pris en compte la diversité et les ambivalences de la figure du « jeune Tunisien », devenant progressivement un acteur complexe aux appartenances multiples, aussi bien spatiales (« jeunes des quartiers »), culturelles (« bloggeurs »), que socio-économiques (« jeunes diplômés »). Il faut cependant souligner l’absence de travaux sur l’acteur féminin dans le cadre du récent soulèvement populaire, la figure du « jeune contestataire » demeurant jusqu’à présent exclusivement masculine.

Dans le contexte de la période électorale actuelle, Aymen Belhadj s’interroge sur l’évolution du rôle de la jeunesse dans le cadre du processus de transition démocratique en Tunisie. Son hypothèse de recherche est que la jeunesse, de figure visible et collective de la contestation, s’est progressivement transformée en un acteur invisible et fragmenté. À cet égard, il est intéressant d’observer que le processus transitionnel reproduit actuellement les mêmes conditions qui ont justement conduit au soulèvement populaire de 2011. La transition semble donc une étape particulièrement critique aux yeux de la jeunesse et il est inévitable que son échec appellerait de nouvelles séquences de contestation.

* * *

À la suite de ces interventions, le débat a été ouvert à l’ensemble du public et a permis des échanges nourris sur l’actualité politique tunisienne. Dans ce cadre, Aymen Belhadj a notamment mis en exergue le sentiment de trahison, partagé aujourd’hui par de nombreux jeunes, à l’égard de plusieurs formations politiques dans lesquelles ils avaient placé de grands espoirs. Puis les débats se sont tournés sur la situation de l’espace médiatique tunisien dans ce contexte post-autoritaire. Dénonçant le verrouillage médiatique à l’œuvre sous le régime de Ben Ali, Riadh Ferjani a souligné l’importance d’internet (et en particulier de Facebook) en tant qu’unique plateforme d’expression pour de nombreux tunisiens jusqu’à la révolution de 2011. Ces nouvelles formes d’expression sur la toile demeuraient cependant fortement surveillées par le régime d’alors. Revenant aux médias audiovisuels tunisiens, Riadh Ferjani a ensuite précisé le rôle de la HAICA dans l’encadrement complexe de la liberté d’expression. En effet, la Haute Autorité a pour mandat d’intervenir dans le cas de « manquements graves », notamment en cas de discrimination, d’atteinte aux droits des enfants et d’atteinte à l’ordre public. Cette dernière disposition demeure très problématique, surtout au regard de l’héritage du régime Ben Ali qui utilisait systématiquement ce motif pour museler et emprisonner des journalistes.

Chacun des intervenants, en abordant respectivement l’émergence du jeu démocratique en Tunisie, l’importance des médias et le rôle de la jeunesse dans ce contexte, ont permis de dessiner les enjeux et les perspectives de cette nouvelle séquence politique qui s’ouvre actuellement en Tunisie.

Alors que le monde entier a désormais les yeux tournés vers la Tunisie, ces élections constituent un moment crucial, non seulement pour le succès de la transition démocratique tunisienne, mais pour que ce pays puisse continuer à incarner les espoirs suscités par le déclenchement des révolutions arabes.

Clément PERARNAUD

est volontaire international à l’IRMC, chargé de la coordination scientifique et du montage de projets. Contact : clement.perarnaud@irmcmaghreb.org.

Publié en décembre 2014 dans la Lettre de l’IRMC n°14

Pour citer ce billet : Clément Perarnaud, « Les élections législatives et présidentielles en Tunisie : Enjeux et Perspectives », Le Carnet de l’IRMC, 13 janvier 2015. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1749.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Les partis politiques tunisiens à la veille des élections législatives de 2013

1
© RFI – Reuters

La Tunisie organisera, vraisemblablement en automne 2013, ses secondes élections démocratiques depuis la chute du régime Ben Ali. Entre débats d’idées et violentes diatribes contre les adversaires qualifiés d’islamistes, de gauchistes ou de suppôts de l’ancien régime, la campagne s’annonce donc particulièrement animée. Difficile dans ce contexte de cerner la véritable identité des acteurs et les dynamiques à l’œuvre, d’autant plus que l’offre politique est en constante évolution depuis deux ans. Un état des lieux des forces s’avère donc nécessaire, tâche à laquelle est consacrée la présente note.

Deux approches seront à cette fin privilégiées, considérant l’évolution constante de la scène partisane tunisienne, mais aussi les limites habituelles des outils d’analyse quand il s’agit d’étudier des objets politiques non occidentaux. La première consistera donc à aborder les organisations partisanes sous l’angle de l’idéologie et de leur auditoire (première partie) et la seconde à analyser ceux-ci par le truchement de leurs structures (seconde partie). Ce faisant, nous découvrirons que le système partisan tunisien est moins fragmenté qu’il n’y parait et qu’il obéit à des logiques somme toute assez classiques.

1.         Classification par familles de pensée

Si les partis politiques tunisiens appartiennent à six familles de pensée (islamique, libérale, centriste, nationaliste, socialiste et écologique), l’analyse de leurs programmes révèle en réalité qu’ils s’inscrivent dans seulement trois courants, le conservatisme, le centrisme et la social-démocratie.

a)   Les conservateurs: Ennahda et les laïcs

L’électorat du courant conservateur, fortement majoritaire depuis les élections des 20-23 octobre 2011, à la fois en nombre d’électeurs (près de deux millions de voix) et en sièges à la Constituante (plus de 50%), se partage entre une aile conservatrice de sensibilité religieuse et une aile conservatrice laïque. La distinction entre laïcs et religieux, tout comme celle entre conservateurs et centristes d’ailleurs, ne se laisse pas aisément saisir, notamment parce que le concept de conservatisme peut inclure des projets évolutifs pour ne pas dire contradictoires. Cela étant, la polysémie du terme « tradition » permet également de dresser des ponts entre les courants. Il n’est ainsi pas exclu que certains jeunes Nahdaouis votent à gauche ni que les électeurs socialistes ou centristes soient conquis par la rhétorique d’Ennahda, moins pour le volet religieux que pour la reconquête morale et spirituelle prônée par le principal parti religieux tunisien.   Bien qu’ils hésitent à se réclamer de cette tradition dans une période révolutionnaire, les partis politiques conservateurs religieux sont, d’ailleurs, conscients de l’attractivité de leur message sur les si importants électeurs centristes et c’est notamment dans le but de conquérir leurs voix qu’ils devraient mener une campagne assez modérée, malgré quelques dérapages destinés à rassurer la base militante, comme dans l’affaire Habib Ellouze[1].

ennahdhaL’aile conservatrice religieuse comporte une dizaine de partis, dont les principaux sont Ennahda (R. Ghannouchi), le Parti de la Justice et du Développement (M. S. Hedri), le Parti de la Nation culturel et unioniste (M. El Hamdi), Al Rafah (M. Fakih), la Pétition populaire-El Aridha (H. Hemdi), le Mouvement tunisien de l’action maghrébine (M. Iemnif) ou encore, dans une certaine mesure, Al Amen (L. Bali.) Leur programme porte principalement sur des problématiques sociales (justice, lutte contre la pauvreté), ainsi que sur la question de la reconnaissance de l’islam (pour les radicaux), de l’identité arabo-islamique (pour les modérés), comme le pilier de l’ordonnancement juridique et politique du pays.

Les partis religieux disposent généralement de ressources financières importantes et ont un accès aisé aux médias (les chaînes de télévision Moutawassit, Al Moustaqella et Azzaytouna) ; ils s’appuient sur un large réseau de sympathisants, généralement issus des classes populaires (30-40 % de la population), sans distinction de sexe ni d’âge, parfois regroupés dans des associations très actives (Ligue de protection de la Révolution, Association de la Réforme et de la Prédication.) Ils obtiennent leurs meilleurs résultats dans les campagnes et les quartiers populaires des grandes villes (Tunis, Sfax, Sousse), comme en témoignent les scores obtenus en 2011 dans la circonscription plutôt rurale de Tataouine (59,3 %) et dans la populaire Tunis 1 (Médina, Bab Souika, Bab Bhar) où le vote pro-Ennahda a dépassé de 16 points (46,3 % contre 30,3 %) celui de Tunis 2, une circonscription plus aisée qui regroupe les communes de Carthage, du Bardo ou de La Marsa.

nidaaL’aile laïque, qui représente de 5 à 8 % des voix, se caractérise, pour sa part, par un autre type de conservatisme, de style que l’on qualifiera de « bourgeois », dans laquelle on retrouve souvent des partisans de l’ancien régime, des membres des grandes familles [2], des personnes issues des classes supérieures et de la moyenne bureaucratie. Parmi les partis appartenant à cette seconde tendance, citons plusieurs partis de la temporaire mouvance El Watani Ettounsi [3], le Parti néo-destourien (A. Mansour), de nombreux partisans de L’Appel pour la Tunisie-Nidaa Tounes (B. Essebsi) et de L’Initiative-El Moubadara [4] (K. Morjane) ou encore une partie non négligeable des soutiens aux députés indépendants (33 sièges). Les électeurs qui se revendiquent de cette tendance observent avec nostalgie et quelque amertume l’évolution de leur place dans la société et trahissent, ce faisant, une relative réticence à l’égard de la Révolution et de ses soubresauts. Avant tout attachés à la stabilité, à leur statut voire à l’ordre ancien, ils constituent une cible pour les partis centristes, et avant tout pour Nidaa Tounes.

On perçoit donc l’enjeu des électeurs conservateurs laïcs pour Ennahda. En obtenant le soutien de ces derniers, Ennahda confirmerait son rang de principale force du pays, avec un score similaire à celui obtenu en 2011 (37,04 %) et en en étant privé, il risquerait de se voir dépasser par Nidaa Tounes.  Les sondages révèlent d’ailleurs cet état de fait en attribuant au parti centriste entre 18 et 33 % des intentions de vote, avec de fortes fluctuations en fonction des régions, mais aussi en fonction des instituts de sondage[5].

b) Les centristes : Nidaa Tounes remplace le CPR et Al Joumhouri

cprDe Marzouki à Nidaa Tounes, le courant centriste semble lui aussi avoir les moyens de jouer un rôle sur la scène politique tunisienne, principalement en tant que valeur refuge pour les électeurs généralement issus des familles bourgeoises et des classes moyennes supérieures tournées vers l’Occident et que la fuite en avant, tout comme le retour en arrière, effraient. Mais enserrée entre les conservateurs et les socio-démocrates, une partie des centristes peine à exister à la fois politiquement et médiatiquement. Ses difficultés ne sont pas réellement liées à un déficit de structures (on dénombre une vingtaine de partis centristes), mais plutôt au manque de charisme de ses dirigeants et surtout à la difficulté d’élaborer un projet médian qui serait progressiste sans être révolutionnaire et défendrait les principes démocratiques sans renier les valeurs arabes traditionnelles.

Al-joumhouriOn retrouve dans ce courant quatre grands partis, le Congrès pour la République-CPR (M. Marzouki) et le Parti républicain-Al Joumhouri (M. Jribi) d’une part, et Nidaa Tounes ainsi qu’Al Moubadara, d’autre part, dont les thèses et les sympathisants appartiennent pour partie au courant conservateur. Autour d’eux gravitent plusieurs partis tels que le parti libéral maghrébin (M. Bouebdelli), l’Union patriotique libre (S. Riahi) ou les dissidents d’autres partis devenus l’Alliance démocratique (M. Hamdi).

Autrefois considérés comme les principaux rivaux d’Ennahda, Al Joumhouri et le CPR [6] ont laissé la place à Nidaa Tounes et affrontent aujourd’hui une crise identitaire. En effet, faute d’idée phare, le premier s’est enfermé dans une stratégie stérile de dramatisation du risque islamiste et le second a payé « l’Union sacrée » au gouvernement par le départ de plusieurs cadres (17 députés sur 29), le plus flagrant étant celui de son Secrétaire général Mohamed Abou en février 2013.

Pour ces partis, un aggiornamento s’avère nécessaire. Il pourrait consister à devenir un « swing party » qui appuierait tantôt la droite tantôt la gauche dans la constitution d’un gouvernement majoritaire, à l’image du FDP en Allemagne. C’est en substance ce qu’a réalisé, non sans mal, le CPR depuis 2011 au sein du gouvernement de transition et c’est ce qu’Al Joumhouri tente actuellement de faire en formant une alliance électorale avec Nidaa Tounes. Ce dernier, plus encore qu’Al Moubadara, s’affirme, par contre, comme le grand parti du centre, voire comme le principal adversaire d’Ennahda. Légalisé en 2012 et dirigé par Beji Caïd Essebsi, ministre sous la présidence Bourguiba pendant vingt ans, Nidaa Tounes est en train de réussir là où les autres centristes ont échoué, à savoir se présenter simultanément comme le parti de la rupture (avec Ennahda, avec l’ère Ben Ali) et de la continuité (avec les idéaux de la révolution, avec l’ère Bourguiba.)

En mobilisant à l’envi l’imagerie bourguibienne et grâce à un programme consensuel (pouvoir d’achat, liberté d’expression, justice), Nidaa Tounes se donne aussi les moyens de séduire les sympathisants de tous bords. Le fait que des cadres de Wafa, du Parti socialiste, d’Al Massar, du Parti du travail patriotique et démocratique et d’Al Joumhouri aient décidé de le rallier témoigne, d’ailleurs, de l’attractivité de ce « catch-all party », que l’on situera à mi-chemin entre les conservateurs laïcs et la gauche traditionnelle.

c) Les socio-démocrates : le Front Populaire en première ligne

Animée par une nébuleuse de partis, la social-démocratie tunisienne est un courant politique assez ancien qui a existé d’abord comme sensibilité (à l’origine du parti destourien) puis comme force politique structurée, malgré le monopartisme officiel qui a perduré jusqu’au milieu des années 1980 et en dépit de la droitisation du régime Bourguiba à partir des réformes libérales du long Gouvernement Nouira (1970-1980). Ces partis ont donc fondé leur identité sur une culture souterraine d’opposition au régime ainsi que sur des pratiques non institutionnalisées d’aide aux plus démunis durant les graves crises sociales de 1978, 1980 et 1983-84. La brève politique de la main tendue (1987-89) prônée par le successeur de Bourguiba, Zine el-Abidine Ben Ali et consistant à légaliser certains partis politiques n’a pas modifié cet état de fait.

massarSortie définitivement du bois en 2010, la social-démocratie se retrouve aujourd’hui à livrer contre la Troïka un combat qui rappelle singulièrement les luttes passées. Elle pourrait cette fois-ci sortir vainqueur, à condition de parvenir à incarner seule les idéaux de la Révolution et de s’entendre sur un programme ambitieux mais réaliste, qui éviterait l’écueil de la contestation systématique à l’autorité officielle. De par leur culture de la contestation et les thèmes défendus (justice, émancipation individuelle, développement économique, lutte contre les inégalités sociales et régionales), les socio-démocrates ont les moyens de séduire en dehors de leur cible classique, constituée de jeunes issus des classes populaires urbaines, des personnes exclues du système redistributif sous Ben Ali et également de ceux qui considèrent que le gouvernement n’a pas su saisir la chance historique que représente le processus révolutionnaire.

Ils tenteront pour ce faire de récupérer des voix au centre et chez les partis religieux sur le terrain desquels ils évoluent en partie, d’autant que ces derniers ont su démontrer leur capacité de conquérir une partie de l’électorat de gauche. Ils pourraient, pour ce faire, opter pour deux modes d’action. Le premier, appliqué par le Mouvement des démocrates socialistes-MDS (A. Khaskhoussi) ou le Parti unifié des patriotes (de feu C. Belaïd), consiste à dénoncer l’inefficacité et la dangerosité d’Ennahda et se présenter comme la seule alternative crédible face aux conservateurs, les centristes n’étant, selon eux, que les représentants cyniquement reconvertis de l’ancien régime.

front populaireLe Front Populaire [7] revendique aujourd’hui le rôle de porte-drapeau de ce courant. Crédité de 8 à 15 % [8] selon les sondages, ses ambitions sont légitimes et devrait remporter un certain succès, en récupérant le vote d’une partie des sympathisants du Parti Socialiste (ex-PDM) et d’Al Joumhouri et en capitalisant les tensions liées à l’impasse du gouvernement actuel et à l’assassinat de Choukri Belaïd. Il ne devrait, néanmoins, pas réussir à obtenir des scores identiques à ceux d’Ennahda et de Nidaa Tounes.

L’autre scénario serait, au contraire, de favoriser une alliance plus ou moins sincère avec les partis religieux pour profiter de leur popularité et/ou adapter leur programme à leurs propres idéaux. La participation aujourd’hui d’Ettakatol (M. Ben Jaafar) au gouvernement en est une illustration, tout comme le récent rapprochement opéré vers Ennahda par le Parti des travailleurs tunisiens-PTT, l’ancien Parti communiste des ouvriers de Tunisie (H. Hammami). Envisageable pour la minorité des partis de gauche, cette seconde option ne devrait, cela étant, pas s’imposer. Deux raisons à cela : d’abord, la gauche risquerait, ce faisant, de détourner ses électeurs, ce dont profiteraient les centristes. Ensuite, elle contribuerait à radicaliser le jeu politique, une perspective à laquelle les Tunisiens adhèreront difficilement après deux ans et demi de tumulte révolutionnaire.

Comme on le voit, l’approche des partis politiques par leur courant d’appartenance ne se suffit pas à elle-même. Trop schématique et basée sur une grille de lecture construite pour d’autres traditions nationales, elle ne permet pas toujours d’identifier avec précision la ligne d’un parti et  elle fait fi des stratégies d’alliance. D’où la nécessité de la compléter par une analyse des structures partisanes.

2.   Classification par typologie

Les partis politiques peuvent aborder la compétition électorale de diverses manières, en fonction de leur structuration interne et des éventuelles stratégies d’alliance.

a)   Partis de cadres et partis de masse

La scène partisane tunisienne peut être analysée à travers les typologies classiques de Duverger (1976) ou Sartori (1976) selon lesquelles il existe deux types de parti politique, le parti de cadres ou de notables et le parti de masse. Le premier type de parti a pour but d’obtenir des voix ou de peser sur le processus de prise de décision grâce à des personnalités influentes, alors que le second aspire à conquérir le pouvoir en obtenant l’adhésion du plus grand nombre.

Les partis que l’on retrouve dans la première catégorie sont souvent des partis conservateurs laïcs et des partis modérés ; ceux-ci omettent, parfois, le terme même de « parti » dans leur nom (« Congrès », « Pétition », « Initiative ») et, surtout, ils placent la compétence de leurs représentants et l’historicité (ou l’authenticité) de la formation au cœur de leur programme. Caractérisées par des structures lâches, un nombre réduit de membres et l’âge de ses dirigeants, sexagénaires pour les partis « historiques » et jeunes quadragénaires pour les nouveaux partis [9], ces formations n’ont pas toujours les moyens ou les ambitions de se lancer seules dans la compétition électorale. Elles peuvent alors servir de caution morale ou agir en qualité de groupes de réflexion, des groupes de pression et parfois de relai au service d’un parti de masse, à l’instar de la Pétition populaire avec Ennahda. Ce type de regroupement, que l’on qualifiera de partis de notables, inclut une quinzaine de partis, autonomes ou coalisés, comme le CPR, le Parti libéral maghrébin, l’Union patriotique libre, le MDS, le Parti des Verts pour le progrès (M. Khamassi), la Pétition populaire, Al Moubadara ou Wafa (A. Ayadi.)

Le second type de parti est celui du parti de masse. C’est généralement celui-ci qui connait le plus grand succès dans une période post-révolutionnaire, caractérisée par une expression démocratique paroxystique et liée à la volonté des citoyens, longtemps privés de considération, de participer à l’édification d’un nouvel ordre. Le parti Ennahda est son archétype : son organisation est hiérarchisée, sa direction centralisée avec, à sa tête, un chef de légitimité charismatique (R. Ghannouchi) et son discours, volontariste, parfois caricatural, est relayé par des associations solidement implantées. Peuvent aussi correspondent à cette définition d’autres partis comme Ettakatol, le PTT ou le Parti des Patriotes.

Cela étant, la distinction entre les partis de cadres et de masse n’est pas toujours évidente. Comme nous venons de le voir, il est rare que les partis répondent à l’ensemble des critères précédemment cités. Nidaa Tounes, par exemple, est bien moins centralisé qu’Ennahda, la direction d’Al Joumhouri est collégiale et le Front populaire est composé de nombreux petits partis.  De même, la frontière entre les partis de masse et de notables est poreuse et les connexions nombreuses, soit entre les partis de masse eux-mêmes (Ettakatol avec Ennahda, les partis du Front Populaire), soit entre un parti de masse  et un parti de cadres (la Pétition avec Ennahda ou encore Al Joumhouri, qui compte en son sein à la fois des partis de cadres (Parti républicain) et de partis de masse (Parti démocrate progressiste-PDP) [10].

b)   Partis et coalitions

L’autre angle d’attaque des stratégies d’alliance est celui de la coalition de partis. La fondation de celle-ci dépend, à ce titre, de cinq facteurs dont les trois principaux sont le degré de concurrence dans le courant, la capacité à assumer seul la charge d’une campagne et le souci de légitimité/exhaustivité. S’y ajoutent deux autres critères que sont le type de parti (parti de masse ou parti de notables) et enfin l’ancienneté de ce dernier. Ennahda et désormais Nidaa Tounes sont les deux seuls partis qui n’ont pas véritablement besoin d’une alliance. Ce sont des partis de masse structurés, sans véritable problème en termes de ressources, qui occupent une position hégémonique au sein de leur famille de pensée et qui mettent en scène leur légitimité historique. Pour eux, une alliance avec un autre (petit) parti présenterait cela dit l’avantage d’atteindre davantage d’électeurs. Il existe à ce titre trois formes d’alliance.

La première consiste à favoriser un regroupement autour d’un parti dominant, soit en devenir, à l’instar de l’Union pour la Tunisie autour de Nidaa Tounes, soit en déclin, comme Al Joumhouri autour du PDP ou de la Coalition du 18 Octobre pour les droits et les libertés autour d’Ettakatol.

La deuxième alliance, de type « technique », ou extraverti [11], sous-entend la réunion sous un large parapluie de formations qui ambitionnent de former un gouvernement et de peser dans les processus de prise de décision et de « marchandage » des postes. Ces coalitions extraverties concernent la grande majorité des partis nés après 2010, qu’ils siègent ou non à la Chambre des Députés. C’est le cas du Front Populaire, du Pôle démocratique moderniste (PDM) ou encore de la Voie démocratique et sociale-Al Massar, né de la fusion entre une partie d’Ettajdid, du Parti du travail tunisien et quelques indépendants du PDM [12].

La troisième et dernière alliance, de type « pragmatique », ou introverti, a pour finalité de rationaliser les moyens pour mieux conserver le pouvoir et non le conquérir. Elle est donc une option également pour les partis hégémoniques. C’est selon ce schéma qu’ont été conclues les quatre coalitions parlementaires au lendemain des élections de 2011 (la « Troïka », le Front populaire,  l’Union pour la Tunisie et la Coalition destourienne) [13].

Celles-ci s’avèrent indispensables pour certains partis qui souhaitent créer ou conserver un groupe parlementaire, vu la législation (un minimum de 10 députés est nécessaire), et elles sont aussi un lieu d’apprentissage de la négociation et de production d’idées. Enfin, elles peuvent, en théorie, aboutir à des regroupements plus durables. Il sera, à ce titre, intéressant de suivre l’évolution de l’Union pour la Tunisie, que les bureaux politiques d’Al Joumhouri et Al Massar envisagent, pour l’instant, comme une coalition électorale sous l’étendard de Nidaa Tounes.

 

Ce rapide tour d’horizon des principales forces politiques aura permis de dessiner les grandes lignes de la scène partisane tunisienne. Celles-ci sont au nombre de six.

1. Un mouvement naturel de reconfiguration continue de s’opérer dans le sens d’une réduction du nombre des partis en compétition, de 144 au lendemain de la Révolution à 49 aujourd’hui. Cela s’avère indispensable pour la lisibilité de l’électeur et logique car de nombreux partis politiques partagent le même programme.

2. La scène partisane tunisienne est organisée autour de trois courants que l’on retrouve dans d’autres pays, à savoir  le conservatisme, la social-démocratie et le centrisme, eux-mêmes structurés par trois partis dominants (Ennahda, le Front Populaire et Nidaa Tounes) autour desquels gravitent des petits partis alliés plus ou moins nombreux.

3. Plus concentrée, la scène politique est aussi plus polarisée. L’Union sacrée contre le régime Ben Ali est en train de faire place à un antagonisme de type conservateur-progressiste, arbitré par une « Troisième Force », malgré le fait que les programmes et la cible électorale de ces trois blocs peuvent se croiser.

4. Affaiblis par deux ans d’administration et de recherche du compromis entre les différentes fractions qui le composent, les partis gouvernementaux affrontent une opposition composite mais mieux structurée qui les attaquera sur leur bilan et leur ambition de toujours apparaître comme les seuls représentants légitimes de la transition démocratique.

5. Ennahda semble moins pâtir du bilan du gouvernement. Le report d’une partie des voix de l’électorat conservateur laïc devrait être atténué grâce à une communication maîtrisée, des soutiens solides et, peut-être une certaine démobilisation des électeurs qui lui sont hostiles.

6. Tous les partis souhaitent capitaliser le moment historique qu’a été la Révolution de 2010 et ont ainsi élaboré des programmes autour des valeurs de solidarité, de démocratie et de liberté. Cela fait écho à des convictions profondes, mais aussi au fait que tous devinent que la conquête du pouvoir, comme partout ailleurs, nécessitera de séduire l’électeur centriste.

Skander BEN MAMI

est politologue à l’état-major de l’Armée de Terre du ministère français de la Défense, spécialisé dans les processus de démocratisation dans les pays émergents, actuellement en position de disponibilité au Secrétariat général de l’Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe–OSCE.

 

Pour citer ce billet : Skander Ben Mami, « Les partis politiques tunisiens à la veille des élections législatives de juin 2013 », Le Carnet de l’IRMC, 21 mars 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/848

Sources
DUVERGER Maurice, [1951] 1976, Les partis politiques, Paris, Seuil, « Points ».

SARTORI Giovanni, Parties and Party Systems, New York, Harper&Row, 1976.

http://www.cpsa-acsp.ca/papers-2004/Wolinetz.pdf

http://www.kapitalis.com/politique/14557-tunisie-ennahdha-et-nida-tounes-au-coude-a-coude-dans-les-sondages.html

http://www.newsoftunisia.com/politique/tunisie-sondage-nida-tounes-passe-devant-ennahdha-selon-3c/

http://www.letemps.com.tn/article-74261.html

http://www.webdo.tn/2012/04/08/ces-associations-qui-bossent-pour-ennahdha/

http://www.leaders.com.tn/article/decoupage-electoral-217-sieges-et-33-circonscriptions?id=6042

http://www.partistunisie.com

http://www.fhimt.com/2011/04/23/infographie-les-partis-politiques-tunisiens/

http://blogs.rue89.com/tunisie-libre/2011/09/06/qui-sont-les-nombreux-partis-politiques-tunisiens-220493

http://www.lemonde.fr/tunisie/article/2013/02/13/tunisie-qui-sont-les-principaux-partis-politiques_1831005_1466522.html

http://www.leaders.com.tn/article/quel-paysage-politique-pour-la-tunisie-en-2013-une-analyse-projective?id=7823

http://www.tunistribune.com/15589-quel-paysage-politique-pour-la-tunisie-en-2013/15589.html

http://www.lefigaro.fr/international/2011/10/26/01003-20111026ARTFIG00440-la-percee-surprise-d-un-ancien-allie-de-ben-ali-en-tunisie.php

http://www.tunisienumerique.com/tunisie-ennahdha-en-perte-de-vitesse-dans-les-sondages/167692


[1] Ce membre d’Ennahda a assimilé l’excision à une opération de chirurgie esthétique. Son parti a, évidemment, très rapidement pris ses distances avec une telle déclaration.

[2] Voir l’intéressant article paru dans Jeune Afrique http://www.jeuneafrique.com/Article/LIN17067queresellim0/

[3] Née de la fusion de onze partis dont La Voix du Tunisien et El Watan et désormais scindée au profit d’Al Moubadara.

[4] Ces deux partis ont été fondés par d’anciens ministres sous Bourguiba et des membres du RCD sous Ben Ali, d’où une certaine hésitation quant à leur appartenance au courant conservateur ou centriste. Le contenu de leur programme nous a malgré tout décidés à les classer dans la mouvance centriste.

[5] Il convient, en effet, d’être vigilant sur les résultats affichés par les instituts de sondage et l’usage que l’on peut en faire. Signalons à cet égard que l’institut SIGMA Conseil annonçait en février 2013  un différentiel de 13 points en faveur d’Ennahda (42% contre 29%), contre un différentiel de 1 point selon l’institut Emrhod Consulting en mars 2013 (19% contre 19%). Quant à l’institut 3C Etudes, il plaçait Nidaa Tounes en tête dès janvier 2013 avec 33.4% contre 33% pour Ennahda.

[6] Auxquels nous aurions pu autrefois ajouter le Parti démocrate progressiste, aujourd’hui dissout dans Al Joumhouri.

[7] Issu de la fusion d’une douzaine de partis de gauche, le Front Populaire a été créé en octobre 2012 pour succéder en partie au Front du 14 janvier, lui-même né au lendemain de la Révolution.

[8] 8 % pour 3C Etudes, 11.7 % pour Sigma conseil et 15 % pour Emrhod Consulting entre janvier et mars 2013.

[9] Au-delà de 65 ans pour Bouebdelli, Marzouki, Khaskhoussi et Morjane et moins de 45 ans pour Khamassi ou Riahi.

[10] Par contre, deux partis de cadres à l’identité affirmée trouveront plus difficilement un modus operandi.

[11] L’opposition extraverti/introverti renvoie à la capacité de l’alliance de faire évoluer la ligne du regroupement au fur et à mesure de l’inclusion des nouveaux partis dans ses rangs.

[12] Le Parti socialiste a quitté le PDM et la Voie du Centre et le Parti républicain ont, pour leur part fusionné avant de s’associer avec Afek Tounes et le PDP pour devenir Al Joumhouri.

[13] La « Troïka », composée d’Ennahda, du Congrès pour la République et d’Ettakatol, le Front populaire (Parti des travailleurs tunisiens, Mouvement du peuple, Mouvement des patriotes démocratiques), l’Union pour la Tunisie (Parti républicain-Al Joumhouri, Appel pour la Tunisie-Nidaa Tounes, la Voie démocratique et sociale-Al Massar) et la Coalition destourienne (L’Initiative, Union patriotique libre, Parti Néo-Destourien).

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook