Archives par mot-clé : Latifa Lakhdar

L’IRMC, lieu de circulation des recherches

melliti
Photographie de Imed Melliti

Lorsque j’étais étudiant, je comprenais au contact de certains chercheurs, qu’il existait à Tunis un espace de travail important dans les pratiques de recherche, le CDTM (Centre de documentation Tunisie-Maghreb).

Premiers contacts avec l’IRMC

Mais en vérité, la première fois où j’ai entendu parler de l’IRMC c’est lorsqu’il a pris en charge le billet de Sophie Ferchiou pour participer au jury de ma thèse à Paris en 1993. Et après, les choses se sont vite enclenchées. En rentrant, j’ai rencontré Michel Camau, on m’a proposé de faire un compte rendu de ma thèse, et mes premiers textes ont été publiés dans Correspondances, qui venait d’être créé : l’un sur l’observatoire de la condition de la femme (une structure créée par le CREDIF que je venais d’intégrer comme chercheur contractuel), et l’autre à partir de ma thèse. Juste après, Mohamed Kerrou a mis en place un groupe de recherche sur la sainteté dans lequel j’étais avec Latifa Lakhdar, Sami Bergaoui, Lotfi Aïsa et d’autres. Chacun de nous travaillait sur la sainteté dans une perspective particulière. La sainteté à l’époque était un thème très novateur, qui nous sortait des sociologies du développement, et qui nous permettait de rénover nos disciplines en allant vers des objets oubliés depuis le temps des règlements de comptes avec les legs de l’époque coloniale. Il y avait là un changement de paradigme, et je me suis souvent demandé ce qui fait qu’à un moment donné beaucoup de gens s’intéressent aux mêmes objets. On était nombreux à se diriger vers cette thématique et chacun avec le sentiment que c’était une décision individuelle prise sur des choix personnels. Je pensais moi-même que c’était lié à ma biographie autour des groupes confrériques. D’autres étaient dans ce cas, mais on assistait plutôt à un retour de légitimité de certains objets longtemps occultés.

On revenait à des lectures, à des auteurs, à l’anthropologie, avec d’autant plus d’intérêt que ma génération n’avait pas connu les labos et les espaces de débats ; ma thèse à Paris 5 avait encore été ce tête-à-tête solitaire entre directeur et étudiant. On se réunissait une fois par semaine à l’IRMC, et c’était la première fois que je faisais partie d’un groupe de recherche. C’était pour moi une occasion de m’exposer en public, de prendre la parole et des risques, je le vivais avec autant d’appréhension et de peur que de plaisir. Ma participation à ce groupe et au programme mené par Mohamed Kerrou sur la sainteté en Méditerranée occidentale m’a permis de publier un texte sur l’espace liturgique chez les Tïjâniyya. Par la suite, j’ai publié un deuxième texte sur l’idée de « seuil » dans le livre de Mohamed Kerrou sur public/privé en Islam. Dans les années 2000 j’ai continué à fréquenter l’IRMC pour des conférences, mais j’étais moins impliqué. J’ai aussi des souvenirs de Pouillon et Mahé qui avaient publié des articles de Berque et m’avaient sollicité pour réagir, c’était un grand moment pour moi. Je me souviens aussi des activités de l’Association d’anthropologie de la Méditerranée avec Jocelyne Dakhlia et des collègues marocains et algériens, des réunions à Casablanca et à l’IRMC.

La dynamique de recherche

L’IRMC a toujours joué un rôle central d’animation scientifique dans le domaine des sciences sociales, et cela d’autant plus que les institutions tunisiennes n’assuraient rien dans ce domaine, bien que cela ait maintenant un peu changé avec le Diraset. À son crédit aussi, et du fait que depuis trente ans l’Université tunisienne est malade du provincialisme, fermée sur elle-même et sans réseaux d’échanges, l’IRMC a obligé les gens à sortir de leur coquille pour entendre ce qui se passe ailleurs, même en dehors de leur discipline, il a versé par exemple les approches novatrices des historiens dans le champ scientifique tunisien. Cela nous permettait de voyager un peu, d’être en contact avec des chercheurs venus d’horizons différents. Et cette ouverture ne se fait pas seulement par rapport à la France mais par rapport aux autres pays européens et au Maghreb : l’IRMC a invité beaucoup de chercheurs marocains et les a fait connaître aux Tunisiens, a favorisé des échanges intra maghrébins et des mobilités et circulations des savoirs à l’échelle du Maghreb et de l’Europe. Puis il y a l’interdisciplinarité, le fait de mettre ensemble des gens de spécialités différentes, même s’il y a eu des mises d’accent disciplinaire par périodes, les sciences politiques au départ, puis les sciences juridiques et l’urbanisme, l’économie et la gestion dans les années 2000, et aujourd’hui la sociologie, et l’anthropologie que l’IRMC a aidée à émerger et à sortir d’une longue mise en quarantaine, comme discipline légitime.

Sa bibliothèque est l’un des atouts de l’IRMC, le seul endroit où des étudiants peuvent se documenter et se mettre a jour, contrairement aux bibliothèques tunisiennes où l’accès à la documentation est problématique, parce que mal entretenues, mal gérées ou plus à jour comme la bibliothèque du CERES où on trouvait des choses sur les grands auteurs du développement des années 1970 mais rien sur les années 1990. La bibliothèque de l’IRMC est un élément central, une pièce maîtresse dans le dispositif, qui constitue pour les chercheurs et doctorants un espace de travail de première importance. C’est aussi un lieu de rencontre qui m’a permis de connaître beaucoup de monde : des doctorants y sont venus me voir, des collègues travaillant sur les mêmes objets, avec une socialité importante qui prouve que l’on ne fait pas de la recherche dans un désert. Puis la bibliothèque a abrité des actions dirigées vers les doctorants et tournées sur la méthode et l’écriture : c’est important car cela fait de l’IRMC un espace de formation qui complète les manques au niveau des institutions tunisiennes et permet aux jeunes de pallier les insuffisances de leur formation dans les structures nationales. Cela a aussi l’avantage de fidéliser et d’assurer la relève dans la recherche en science sociale, en aspirant ces ressources dans le réseau de l’Institut. Enfin, il y a toujours eu une volonté de l’IRMC d’agir au sein des institutions tunisiennes mais cela n’a pas toujours été facile pour diverses raisons d’inerties du côté des Tunisiens. Par contre, beaucoup d’échanges à l’échelle du Maghreb rassemblent les chercheurs maghrébins sur des actions communes. Les travaux menés depuis la France ont des répercussions sur l’IRMC, mais ce qui se fait à l’IRMC alimente également la dynamique de recherche sur le Maghreb en France, et tout cela dans le cadre de circulations intra maghrébines. C’est bizarre de dire que les Maghrébins ont besoin de la France et de l’IRMC pour pouvoir travailler ensemble !

La révolution et d’autres enjeux

La révolution a apporté une liberté de ton qui n’existait pas, une ouverture de l’espace public tunisien, que l’IRMC doit saisir, en donnant plus d’opportunités aux chercheurs et étudiants tunisiens de faire du terrain. À deux ans de la révolution il n’y a pas encore eu de vraies enquêtes, et c’est symptomatique du rapport que les élites entretiennent avec le peuple, les chercheurs font des discours mais peu sont prêts à aller se frotter à la Tunisie profonde et précaire. L’IRMC a une liberté et n’est pas pris dans des enjeux d’influence (comme le PNUD ou la Banque mondiale) ou de positionnement politique. Il doit s’inscrire dans cette ouverture exceptionnelle des possibles, porter l’émergence de nouvelles thématiques, de nouveaux objets de recherches impensables il y a quelques années. Et si l’IRMC ne doit pas forcement s’impliquer dans le débat privé entre intellectuels et qui engage l’avenir de la Tunisie, il peut toutefois y contribuer au second degré dans des logiques savantes qui le traduiront à un niveau de sens qui n’est pas celui de l’actualité politique immédiate. La révolution a servi de laboratoire à grande échelle.

Enfin, un point négatif à méditer toutefois : l’IRMC est malgré tout resté prisonnier des clivages idéologiques et linguistiques (mais a quel point pouvait-il y échapper ?) qui traversent le champ tunisien notamment entre arabophones et francophones, indigénistes et francophiles. Désormais, des colloques doivent se faire dans les deux langues, on ne peut plus exclure la moitié des sociologues tunisiens. La question n’est pas celle de la compétence ou de l’incompétence qui existent des deux côtés, et on ne peut exclure quelqu’un qui n’a pas la maîtrise du français. J’ai vu en Turquie que les Turcs pouvaient parler leur langue même dans une manifestation organisée par l’Association internationale des sociologues de langue française, et pourquoi pas les Tunisiens ? Il faut surmonter cela, et des efforts ont été faits par l’IRMC, dont le livre sur la Libye. Il y a une volonté de casser ce clivage longtemps reproduit et structurant, et de dialoguer avec toutes les composantes de la société tunisienne.

(Propos recueillis par Pierre-Noël Denieuil)

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

 

Imed MELLITI

est maître de conférence au département de sociologie de l’Institut Supérieur des Sciences Humaines de Tunis – Université de Tunis El Manar.

Pour citer ce billet : Imed Melliti, « L’IRMC, lieu de circulation des recherches », Le Carnet de l’IRMC, 19 juillet 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1068

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook