Archives par mot-clé : Katia Boissevain

D’ici et d’ailleurs : l’anthropologie en Tunisie

Stéphanie
Photographie de Stéphanie Pouessel

Legs colonial valorisant les « cultures locales », l’ethnologie s’est vue reléguée des disciplines phares des années de construction nationale tunisienne. Laissant place à une sociologie développementaliste [1] dans le giron du CERES vouée clairement à la « modernisation » du pays (étude du développement rural, du travail, de la famille), rares ont été les études anthropologiques au sens premier d’études des spécificités culturelles locales. Elle évoque alors une fragmentation de l’idéologie nationale et cette discipline est d’autant plus menacée par la disparition de ses « objets » traditionnels que le président Bourguiba, sous couvert d’« unité nationale », s’attaquait aux « démons de l’anarchie et du tribalisme » [2]  mettant à mal les appartenances tribales (‘arch).

Elle est ensuite investie dans un mouvement de retour au « local » : à la fin des années 1960, Jean Duvignaud et ses étudiants s’emparent d’un village du Sud-tunisien comme objet d’étude (Chebika[3]. L’ethnologie se voit alors accolée à l’étude de la ruralité, du traditionnel, des permanences, de « la petite tradition » [4]. Significatif de son utilisation, on reprochera à l’historienne Lucette Valensi d’avoir « anthropologisé » [5] la société, à travers son histoire des « marges » (paysans, Juifs, esclaves [6]) en renvoyant, pour les chercheurs de l’époque, à une folklorisation de la société et à son figement dans une histoire immobile.

Dans les années 1970, l’anthropologie participe, bien que de manière feutrée, à une sorte de réenchantement d’un monde « de plus en plus pollué et devant les menaces d’une culture de plus en plus déshumanisante » [7] ; les cultures traditionnelles « apparaissent aujourd’hui comme une source de valeurs capables de rendre à l’homme sa dignité et son équilibre » (ibid.). L’anthropologie est reprise en main par l’Institut National du Patrimoine et devient par ce biais synonyme de traditions locales à préserver, autrement dit de « patrimoine » [8]. Dans les années 1990, le défi est là pour des chercheurs tunisiens d’analyser leur propre société avec les outils de l’anthropologie, i.e., un regard décalé. Initiés par un travail de Jocelyne Dakhlia alors première allocataire de recherche du CDTM (qui deviendra l’IRMC), alliant anthropologie et histoire [9], des chercheurs de formation historienne envisagent alors l’histoire des minorités des communautés et des croyances minoritaires (pauvres, marginaux, Noirs, Juifs [10]). Dévoilant un questionnement autour des « identités en marge », l’anthropologie devient dès lors discipline légitime pour appréhender des pratiques dites « populaires »[11], marginales, dont l’étude sur la Sainte Mannubiya menée par Katia Boissevain depuis l’IRMC.

Parallèlement se déclare une « socio-anthropologie » qui réinstaure le rapport au vécu autour d’objets du « quotidien » (jeunesse, alimentation) ainsi qu’une sociologie comparative[12]. Sihem Najar forme des étudiants dont découle une publication IRMC : Penser la société tunisienne aujourd’hui (2013, IRMC-Cérès éditions). Les courants théoriques investis par cette génération de sociologues qui enseignent à Tunis sont le structuralisme (à travers Claude Lévi-Strauss) [13] mais surtout l’anthropologie symbolique à travers le surinvestissement dont Clifford Geertz bénéficie [14], « culturaliste et exotisant » notamment dans son regard sur l’islam [15].

4e de couv Stéphanie finale 29-11-2012:Mise en page 1.qxdFace peut-être à l’impossibilité d’une anthropologie critique qui s’attacherait à des objets de l’actualité et donc du politique, une « anthropologie historique » est investie. En découle l’insertion d’un cours d’anthropologie historique au sein de la maîtrise d’histoire à la Faculté des lettres des arts et des humanités de La Manouba. L’anthropologie s’avère un cadre idéal pour l’adoption d’une position relativiste permettant de sortir du « rationalisme positivisme radical et de ses affirmations universalistes » [16]. Cette effervescence mènera à la création d’un master d’anthropologie à la Faculté de droit et de sciences politiques de Tunis El-Manar (depuis disparu). Un tel besoin d’institutionnalisation motivera la naissance de l’Association tunisienne d’anthropologie sociale et culturelle (ATASC) en 2008. Cette dernière émane d’une réflexion sur la possibilité d’une « anthropologie indigène » académique, portée notamment par Imed Melliti qui se demande si l’on peut « se situer dans le cadre de la centralité scientifique et fonctionner selon les règles du champ académique, en tant que lieu de production d’un savoir global, au point d’oublier qu’on est “indigène” »[17]. Notons le parcours atypique de Mondher Kilani qui choisit comme premier terrain l’altérite forte et insulaire à l’image de la tradition ethnographique (Papouasie-Nouvelle-Guinée), avant de « revenir » aux oasis du Sud-tunisien puis de mener des recherches au Niger et au Burkina Faso. Cet anthropologue tunisien prendra part à l’élaboration d’un Manifeste qui veut bouleverser la donne d’une anthropologie perçue comme hégémonique et autoritaire, puisque basée sur un universalisme établi dans des canons du « Nord ». Ce Manifeste lui substitue une anthropologie non-autoritaire, décentrée, dialogique voire relativiste autrement dit post-coloniale [18]. Avec un groupe de chercheurs sur tout le Maghreb, depuis 2010, c’est une approche plus politique des identifications de « couleurs » que l’anthropologie nous permet de mener. La mutation de l’image du migrant africain et la question des « minorités » aujourd’hui en Tunisie constituent deux entrées pour appréhender une des lames de fond qui redéfinit cette société maghrébine.

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

Stéphanie POUESSEL

est chercheure post doctorante et anthropologue en poste à l’IRMC.

Pour citer ce billet : Stéphanie Pouessel, « D’ici et d’ailleurs : l’anthropologie en Tunisie », Le Carnet de l’IRMC, 23 octobre 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1293

 


[1] Pour un historique, cf. Ben Salem L., 2009, « Propos sur la sociologie en Tunisie. Entretien avec Sylvie Mazzella », Genèses, 75, 125-142.

[2] Camau M. (dir.), 1987, Tunisie au présent, une modernité au dessus de tout soupçon ?, Paris, CNRS, 8.

[3] Duvignaud J., 1968, Chebika, Etude sociologique, Mutations dans un village du Maghreb, Paris, Gallimard.

[4] Zghal A., 1981, « Le retour du sacré et la nouvelle demande idéologique des jeunes scolarisés, le cas de la Tunisie », Le Maghreb musulman en 1979, Paris, CNRS, 42.

[5] Entretien avec Valensi L. par Arfaoui H., in Le monde arabe de la recherche scientifique, 1996- 9, n° 7, 7-24.

[6] Valensi L., 1967, « Esclaves chrétiens et esclaves noirs à Tunis au XVIIIe siècle », Annales, Economie, Société, vol. 22, n°6, 1267-1288.

[7] Ferchiou S., 1976, « Problèmes et perspectives de la recherche ethnologique en Tunisie », Cahiers des arts et traditions populaires, (revue du centre des arts et traditions populaires, Institut national d’archéologie et d’Art), n° 5, 69-74.

[8] Largueche A., 2008, « L’histoire à l’épreuve du patrimoine », L’Année du Maghreb 2008, 191-200.

[9] Dakhlia J., 1990, L’oubli de la cité, la mémoire collective à l’épreuve du lignage dans le Jérid tunisien, Paris, La Découverte.

[10] Larguèche A., 2000, Les ombres de Tunis, pauvres, marginaux et minorités aux XVIIIe et XIXe siècles, Tunis, Centre de Publication Universitaire de La Manouba.

[11] Comme en témoigne l’engouement autour de l’islam « populaire », cf. Melliti I., 1993, La Zaouia en tant que foyer de socialité : le cas des Tijanniya de Tunis, thèse de 3e cycle, Université de Paris V ; Kerrou M., (dir.), 1998, L’autorité des Saints en Méditerranée occidentale, Paris, Editions Recherches sur les Civilisations ; Boissevain K., 2006, Sainte parmi les saints : Sayyda Mannûbiya ou les recompositions cultuelles dans la Tunisie contemporaine, Paris, IRMC-Maisonneuve & Larose.

[12] Melliti I., 2005, « Le comparatisme à l’épreuve de la sainteté », (Terrains et savoirs actuels de l’anthropologie, actes du premier colloque d’anthropologie), Cahiers du CERES.

[13] Le département de sociologie de la Faculté des lettres et sciences humaines de Tunis organise une journée d’étude en hommage à Claude Lévi-Strauss le 7 avril 2010.

[14] Kerrou M. (dir.), 2008, D’Islam et D’ailleurs : Hommage à Clifford Geertz, Tunis, Cérès éditions. Cet ouvrage collectif est issu d’une journée d’étude organisée par les enseignants du Master d’Anthropologie sociale et culturelle, qui s’est tenue le 30 avril 2007 à l’Institut supérieur des sciences humaines (Université de Tunis El-Manar).

[15] Chachoua K., 2012, « Kerrou Mohammed (dir.), D’Islam et D’ailleurs : Hommage a Clifford Geertz, Cérès éditions, Tunis, 2008, 253 p. », REMMM, n° 130.

[16] Kchir K., 2010, « L’anthropologie historique : acquis, apports et perspectives », Cahiers du CERES, série anthropologie-ethnologie, n° 3, 7.

[17] Melliti I., 2006, « Une anthropologie “indigène” est-elle possible ? Réflexions sur le statut de l’anthropologie en Tunisie », Arabica, LIII, 2, 171.

[18] Saillant F., Kilani M. et Graezer Bideau F. (dir.), 2011, Manifeste de Lausanne. Pour une anthropologie non hégémonique, Montréal, Liber.

 

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

IRMC, nous nous souvenons

Si les années passées dans un institut de recherche français à l’étranger sont intenses et primordiales pour apprendre nos métiers de la recherche, c’est aussi parce qu’elles sont des années de vie et d’amitiés. C’est de cela dont nous voulons témoigner dans ce texte, à quatre, pour le dire de manière incarnée. Les liens qui nous unissent se sont tissés à l’IRMC, dans les moments quotidiens avant tout. Ces liens perdurent au-delà de cet espace-temps IRMCéen, et continuent de faire partie de nos vies, y compris dans leur dimension professionnelle. Nous n’avons pourtant pas pris les mêmes chemins. Mais ces liens ont été, pour chacun d’entre nous, un moteur pour construire nos carrières qui sont variées et complémentaires et, en cela, assez représentatives des différents métiers liés à la recherche en sciences humaines et sociales auxquels prépare un centre à l’étranger. Ils continuent de nourrir nos avancées comme notre manière d’être reliés à la Tunisie. Ces liens sont enfin ceux construits avec l’équipe permanente, celle qui reste : des séquences de vie comme du grand mouvement de l’histoire. Dans l’ordre d’arrivée du quarte que nous formons ici :

Couv du livre Katia1999 – Katia Boissevain

« Je suis arrivée à Tunis avec une bourse et une très grande envie d’accomplir une recherche sur les liens entre une femme sainte et sa ville. J’ai appris chemin faisant que si c’était une sainte parmi les saints, ce n’était pas non plus n’importe qui. J’en suis repartie avec une thèse, deux bambins, deux bouquins, dont une revue qui n’en était pas vraiment une pour des raisons administratives – Alfa –, qui reste un magnifique souvenir de travail en commun, souvent sous l’oranger du jardin, avec Delphine et Kmar Bendana. En 2006, après un post-doctorat, j’ai rejoint Delphine à Marseille et Mathieu à la  MMSH d’Aix-en-Provence. Depuis, j’ai intégré le CNRS où je suis chercheure à l’IDEMEC. Sept ans de réflexion, c’est ce que l’IRMC m’a apporté ! Sept ans, ca peut sembler long, mais pourtant, c’est bien connu, le sept est un chiffre rond ».

2002 – Delphine Cavallo

« Arrivée en 2002 comme doctorante en sciences politiques, boursière d’aide à la recherche, je suis devenue ingénieure d’études à l’Université d’Aix-Marseille, responsable du pôle information scientifique du Centre pour l’édition électronique ouverte. Dans un environnement à la fois éloigné du centre qui encadrait mes recherches, et producteur lui-même de recherches parfois peu ou mal diffusées, l’expérience de cette double distance à l’IRMC a probablement aiguisé mon engagement dans la diffusion en libre accès de la littérature scientifique. Guider l’IRMC, ses chercheurs et ses accompagnateurs de la recherche parmi les outils que développe mon centre est aussi ma manière de remercier l’Institut pour la richesse intellectuelle de cette expérience, en faisant en sorte que d’autres y aient accès, ou qu’ils soient ».

2003 – Mathieu Coulon & Clémentine Gutron

« Respectivement recrutés à l’Institut comme Volontaire international – cartographe et doctorante – pensionnaire en 2003, nous sommes devenus ingénieur d’études (CNRS /MMSH) et chargée de recherches (FNRS/UCL) : ces parcours, à coup sûr, n’auraient pas été les nôtres sans les milliers de litres de café sirotés en groupe près du parterre de capucines, ni les centaines de paquets de 20 mars partis en fumée dans une atmosphère tantôt saturée par un parfum de jasmin ou par celui des savons Lux dont étaient dotés les cabinets d’aisances IRMCéens, sans ces heures de discussion et de confrontation avec tous ceux qui fréquentaient alors le Centre (chercheurs associés, hôtes scientifiques, visiteurs assidus de la bibliothèque etc.), bref, de partage ».

COUV Clementine GutronTunis était alors parsemé de grandes photos d’un homme à la coiffure noire corbeau impeccable, près desquelles nous avions appris à baisser la voix et à modérer nos propos. Certaines ont plus ou moins renoncé à porter des habits mauves, car tous les moyens de résistance valaient la peine d’être tentés. Mais pour autant, nous avons arpenté la ville, parfois le pays, ensemble ou séparément, guidés par nos recherches académiques et nos rencontres personnelles. C’est bien une évidence – mais rappelons-la tout de même en cette occasion particulière – : la recherche se fabrique au quotidien, dans un environnement physique et humain qui ne peut, de fait, être sans influence sur le travail du praticien des SHS. Comment conduire ses enquêtes et ses entretiens en Tunisie en l’occurrence, sans s’être, par exemple, exercé à la langue de ce pays par la récitation des histoires de Jhah lors de déjeuners pris en commun ? Nous voudrions ainsi rendre hommage à toutes celles et ceux sans lesquels l’IRMC ne serait pas ce qu’il est, à cette équipe technique et administrative permanente qui reste lorsque les personnels de recherche doivent partir… pour mieux revenir. Nous avons une pensée émue et reconnaissante pour Anne-Marie, à l’origine de toute cette histoire. Nous n’avons que des hamdoulilah à la bouche à l’évocation des repas confectionnés par notre mère nourricière, Latifa, puis des mercis, encore et toujours des mercis au trio prodigieusement efficace qu’incarnent Hayet, Christiane et Raja ; au duo de choc, autant accueillant que protecteur, Taoufik et Salem ; à Fathi, l’as du volant ; à Besma ou la reine des espaces insécables ; à Sawssen ou l’angélique gardienne de l’« Enfer » ; à Jellal ou l’esprit du lieu. Ce que nous avons appris ? À nourrir des questionnements, à démystifier la mloukhya et surtout, surtout, à travailler en équipe.

 Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

Katia BOISSEVAIN

est anthropologue, Chargée de recherche au CNRS, IDEMEC, Aix-en-Provence. Elle a été Boursière à l’IRMC de 1999 à 2003 et chercheure de 2003 à 2006.

Delphine CAVALLO

est responsable du pôle Information scientifique – Chargée de communication scientifique au CLEO, Marseille. Elle a été boursière à l’IRMC de 2002 à 2005.

Clémentine GUTRON

est chargée de recherche FNRS à l’UCL Louvain. Elle a été boursière à l’IRMC de 2003 à 2007.

Mathieu COULON

est ingénieur d’étude, LAMES, Telemme MMSH (CNRS). Il a été Volontaire international à l’IRMC de 2003 à 2005.

Pour citer ce billet : Katia Boissevain, Delphine Cavallo, Clémentine Gutron, Mathieu Coulon, « IRMC, nous nous souvenons », Le Carnet de l’IRMC, 17 septembre 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1174

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Enjeux identitaires des mobilités subsahariennes au Maghreb. Sud-Nord : refonte des frontières du soi

Compte-rendu de la réunion du programme de recherche , IRMC – 9-10 mars 2012, Coordonné par Stéphanie Pouessel

Cette réunion a constitué le deuxième volet du programme de recherche « le Maghreb et ses ‘africanités’ : l’identité nationale au regard de ses altérités » ; la première réunion avait réuni en mars 2011 des chercheurs qui ont interrogé les identités du Maghreb à l’aune de leur ancrage « africain » (retour de l’histoire esclavagiste, essor d’un débat sur le racisme, positionnement de l’histoire officielle, enjeux de la question raciale, etc.). Vis-à-vis de cette entité « imaginée » qu’est « l’Afrique », ont été identifiés les « moments » de fusion et les « moments » de distanciation au profit d’autres idéologies (panarabisme, nationalisme, etc.). La publication de cette rencontre aura lieu aux éditions Karthala en 2012.

Les participants y ont noté une nouvelle donne interactionnelle qui semble venir bouleverser ces processus, celle d’un attrait accru pour le Maghreb de la part de Subsahariens – aux statuts divers, résidents, migrants, clandestins, étudiants, fonctionnaires, pèlerins, etc.- depuis les années 1990.

Le deuxième volet du programme « africanités…» a ainsi souhaité s’attarder sur les effets sociétaux des nouvelles mobilités subsahariennes au Maghreb ; ce n’est pas tant la thématique de la migration qui sera au centre de la réflexion, investie voire surinvestie par la recherche depuis une dizaine d’années, mais plutôt les bouleversements qu’elles induisent au Maghreb sur les représentations de sa propre « culture », de ses propres frontières nationales, de ses propres « origines », de l’appartenance à un continent qui serait l’Afrique, et qui influe sur les remaniements des autres appartenances (« Méditerranée », « monde arabe », « Maghreb », etc.). la nouvelle configuration migratoire du Maghreb mène à un bouleversement des représentations que les sociétés ont d’elles-mêmes.

Lors de cette réunion, Nabiha Jerad (Université de Tunis) a remarqué l’absence de la question africaine dans les recherches en sciences sociales en Tunisie, « les Noirs sont invisibles dans la recherche ». À travers ses analyses des publicités en Tunisie, elle remarque l’apparition des Noirs sous forme de clichés : petite taille, servitude, etc. et questionne le prototype de l’étranger en Tunisie, et particulièrement de l’« Africain ».

Katia Boissevain (IDEMEC) a précisé que la recherche intégrait la question noire mais toujours dans le cadre de l’anthropologie religieuse. Cette branche de l’anthropologie contribue à réifier les Noirs, à les enfermer. La couleur est reliée à la force, à une relation avec les esprits ou à la saleté, versant alors dans le racisme. Cette même chercheure a rappelé que le stambeli en Tunisie était le centre d’intérêt de certains européens mais aussi d’une frange de la bourgeoisie tunisoise, alors en quête d’expériences mystiques. Dans son intervention, Katia Boissevain a évoqué l’évangélisation Sud- Nord à travers le cas des chrétiens subsahariens présents en Tunisie.

Stéphanie Pouessel (IRMC) a traité du réajustement de l’islam tunisien post-Ben Ali (et pré et post élections) qui donne lieu à des revendications au sein desquelles sont pris les étudiants africains en sciences religieuses à Tunis. L’islam, pris dans le jeu politique tunisien, est ici, aussi, l’islam des autres. Au delà, la présence subsaharienne en Tunisie apparaît comme un filtre révélateur qui renvoie les Tunisiens, et particulièrement les Tunisiens noirs au « qui sommes-nous ? ».

Mahamet Timera (URMIS) est revenu sur la place de l’islam dans le processus migratoire des Sénégalais au Maroc. Entre le Maroc et le Sénégal, y-a-t-il une religion en partage ou une perception en terme de races, actes de racisme et discriminations ? Au Maroc, la presse et les médias contribuent à catégoriser le groupe « subsaharien ». La couleur noire est associée à la servitude et à un ailleurs de l’islam voire à l’impiété, tout du moins à l’hétérodoxie et à l’origine subsaharienne. L’islam est instrumentalisé dans le contexte interactionnel et idéalement reconstruit des deux côtés. S’y ajoute le fait que les Sénégalais sont confrontés à deux images ancestrales et stéréotypées du Blanc, entre racisme et colonialisme.

Pietro Fornasetti (CEAF) est intervenu sur les « migrants clandestins » burkinabés en Libye auxquels sont accolées les étiquettes dévalorisantes de « mercenaire », de « clandestin » voire d’ « esclave ». Installés dans des ghettos, ils vivent cet espace comme une machine à produire des identités. Cette relégation est renforcée par l’histoire migratoire libyenne en Europe, alors minime, contribuant à une faible « habitude » de la migration. S’y adjoint le statut des migrants subsahariens en Libye perçus comme une menace à l’Europe.

Fatima Aït Lmadani (IEA) a soulevé le paradoxe d’une représentation contemporaine des médias sur la question des migrations entre d’un côté la migration marocaine irrégulière en Europe et de l’autre la migration subsaharienne, minime mais surmédiatisée. Les drames humains de ces dernières années contribuent à passer sous silence les migrations plus anciennes, africaines, Sud-Sud. Elle a relevé le traitement inégal accordé aux migrants dans le Nord (en Europe, les migrants internes sont perçus comme normaux) et aux migrants dans le Sud.

Mehdi Alioua (UIR/CJB) a invité à sortir de la sociologie de la migration, alors fixiste et à sens unique, pour une étude du « transmigrant » (Tarrius) qui transperce, transforme et permet de sortir de l’approche binaire migration/immigration. Entre Marocains et « Africains » trans-migrants, l’aventure devient une reconnaissance entre eux, une solidarité, on devient « Africains ». Dans les quartiers de Rabat où vivent Marocains et Subsahariens émerge un « cosmopolitisme tranquille » autour, par exemple, d’une même économie : tous participent à la reconstruction du bidonville.

Nazarena Lanza (LAS/CJB) qui croise une étude des mobilités religieuses à une anthropologie du tourisme, a traité des pèlerins tidjanes sénégalais au Maroc en confrontant le discours officiel de l’État marocain vis-à-vis du Sénégal (affinités religieuses ancestrales entre les deux pays) et la réalité des relations interhumaines. Les pèlerins sénégalais sont soumis à deux perceptions de l’Autre : d’une part celle d’un islam trait d’union Maroc-Sénégal, et du Maroc comme terre mythique de la tijjaniya ; et d’autre part, celle de la déception sur la pratique marocaine de l’islam.

Julie Picard (LISST) a remis en cause l’idée postmoderne d’identités qui seraient dorénavant déterritorialisées. À travers son étude de la période actuelle de « post transit » ou d’« impasse migratoire » qui caractérise l’Égypte, elle étudie les migrants subsahariens chrétiens au Caire.

La dynamique des espaces-temps religieux de ces migrants montre la revitalisation des lieux de cultes chrétiens, le prosélytisme, les partages des lieux de culte avec les Coptes devenant ainsi une « minorité dans la minorité » alors en phase de construire une « nouvelle identité urbaine ».

 Publié en mai 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°9

Stéphanie POUESSEL

est anthropologue et chercheure post doctorante à l’IRMC, où elle dirige le programme intitulé : « Le Maghreb et ses « africanités » : l’identité nationale au regard de ses « altérités ».

crédit d’illustration : © IRMC

 

Pour citer ce billet : Stéphanie Pouessel, « Enjeux identitaires des mobilités subsahariennes au Maghreb. Sud-Nord : refonte des frontières du soi », Le Carnet de l’IRMC, 20 juillet 2012. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/499

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Dire en langues : des passeurs au quotidien

Compte-rendu de la réunion du programme de recherche , IRMC – 20-21 janvier 2012 , Coordonné par Myriam Achour Kallel

L’anthropologie du langage : Illustration par un épisode national

Quand Moncef Marzouki a employé le mot sâfirât (le 13 décembre 2011 lorsqu’il a prêté serment devant l’Assemblée Nationale Constituante), des reproches ont fusé dans les journaux comme sur la Toile (Facebook et Twitter [1]) à l’encontre de l’usage de ce mot :

d’abord en tant que critère retenu pour différencier des citoyennes tunisiennes [2] (le degré de couverture de leurs corps : un peu, beaucoup, passionnément) mais aussi à cause du mot lui-même : sâfirât a été compris par des citoyens, hommes et femmes confondus, comme stigmatisant les citoyennes qui ont fait le choix de ne pas porter le voile, un peu comme pourrait être compris le mot mutabarrijât (celles qui dévoilent leurs charmes). Aussitôt, un débat social s’est instauré entre les défenseurs du mot et ses détracteurs. Les premiers lançaient aux seconds leur ignorance : le mot, dans le lissân al ‘arab d’Ibn Mandhûr, l’un des dictionnaires de référence, n’était en aucun cas une volonté de stigmatiser mais une pure description des femmes qui ne portent pas le voile. Les seconds rétorquaient que l’utilisation du mot dans lissân al ‘arab, soit sa définition lexicale, était loin de constituer un argument en faveur du discours de Marzouki et que la catégorie sociale à laquelle il renvoyait était négativement connotée. Pour renforcer leurs arguments, de nombreuses pages sur Facebook ont malicieusement relayé des définitions provenant de ce même lissân al ‘arab de mots répandus et largement reconnus socialement comme étant des « gros mots », rappelant leur racine ternaire et concluant qu’il devenait dès lors, et suivant cette logique « authentificatoire », légitime de les employer normalement puisque leurs définitions n’avaient rien à voir avec les significations qui leurs sont données dans les interactions sociales. Par lissân al ‘arab interposé, les deux clans se sont ainsi lancés des définitions absconses autour du mot sâfirât pour l’un et de « gros mots » pour l’autre, se fustigeant ainsi d’insultes et de railleries.

Cet échange entre deux groupes sociaux n’est finalement rien d’autre qu’un débat autour de la question des sens sociologiques du langage. Il montre que nos usages sociaux des langues ainsi que les enjeux qui leur sont reliés n’ont pas toujours à voir avec leurs strictes définitions dans les dictionnaires.

Les mots, les langues, ses registres etc. ne concernent pas uniquement les dictionnaires et la linguistique mais se définissent, aussi, en fonction du moment où on les utilise, du contexte, de la situation, des « identités » réclamées des groupes dévoilant de la sorte des hiérarchies sociales, des rapports de force, des catégorisations sociales et des visions du monde. Dans la situation décrite ci-dessus, l’objet du litige des acteurs sociaux revient au fait qu’ils ont pris conscience d’une partie des enjeux d’une anthropologie du langage : à travers l’usage du mot sâfirât, compris tantôt comme descriptif tantôt comme dénonciateur. Les réactions des deux groupes montrent au final que dire quelque chose au sein d’une collectivité présente des enjeux qui dépassent de loin sa stricte définition lexicale.

Le programme de recherche « Dire en langues » : des « analyses en anthropologie du langage » aux « passeurs au quotidien »

Cet épisode n’est un cas d’espèce ni du point de vue historique ni du point de vue géographique. Les enjeux sociaux des mots, des registres et des langues travaillent depuis toujours toute société. Les objectifs de ce programme de recherche étaient dès le départ de rendre compte des enjeux sociaux liés aux questions du langage. Les premières réunions scientifiques ont eu lieu les 24 et 25 novembre 2010, intitulées « Dire en langues : Analyses en anthropologie du langage. Une comparaison de terrain ». D’un point de vue anthropologique, l’intérêt d’un tel questionnement était de mieux comprendre, d’une part, les sens et les rapports fabriqués et négociés par les acteurs avec les langues et, d’autre part, ce que ces sens et les usages peuvent dire de la dynamique sociale contemporaine. Trois axes délimitaient les interventions : « Contacts, ‘mélanges’ et métissages linguistiques », « Langues écrites vs langues orales/langues maternelles /langues littéraires » et « Contextes nationaux ».

À la suite de ces premières réunions le souci de dégager une problématique transversale aux différentes contributions de l’équipe de chercheurs a amené à orienter plus précisément nos intérêts vers les acteurs en tant que vecteurs de passage. La deuxième partie de l’intitulé du programme a donc été modifiée en faveur de la formulation suivante : « des passeurs au quotidien » (deuxièmes réunions scientifiques les 20 et 21 janvier 2012). Un triple intérêt justifie ce choix : d’abord, en mettant en avant les acteurs eux-mêmes, « les passeurs », ce (sous-) titre insiste sur l’idée que notre travail ne porte pas sur le langage du point de vue linguistique mais bien du point de vue de ses pratiques sociales (et ce, quelle que soit la discipline impliquée). Ensuite, il problématise nos travaux autour d’acteurs (du commun des acteurs) qui font passer des significations sociales au moyen du langage.

Par leurs usages langagiers, les acteurs deviennent ainsi des « passeurs » : des figures qui font passer d’un espace à un autre des langues (registres, etc.) et qui, volontairement ou non, en reconfigurent les frontières. Enfin, ce sous-titre contient également l’idée que ces pratiques sociales du langage ne sont pas l’apanage de moments particuliers, mais que celles-ci font partie intégrante du quotidien quelque soit le type d’activité considéré : des activités de la vie quotidienne comme parler (Dorra Ben Alaya, Slah Eddine Ben Fadhel, Khaoula Taleb Ibrahimi et Michelle Daveluy) ou pratiquer une religiosité (Katia Boissevain, Nilufar Haeri et Fatiha Kaouès) ; des activités émanant d’interactions avec des acteurs institutionnels comme l’institution littéraire (Kmar Bendana), de justice (Fatima  Zahra Lamrani) ou ministérielle (Myriam Achour Kallel) mais aussi des activités en rapport avec la globalisation (Mohamed  Benrabah, Catherine Miller et Renato Ortiz). Ces trois échelles attestent qu’à quelque niveau que se situent les observations, les acteurs sont indéniablement des passeurs, des gens qui font passer par leurs usages langagiers des sens d’un espace vers un autre.

Au cours des deux réunions, cette démarche d’ensemble a été soutenue par une triple perspective : empirique, comparative et interdisciplinaire. Les contributions sont basées sur des travaux empiriques. Cette perspective a permis de diversifier les échelles d’observations : les terrains sont ainsi compris non pas seulement en tant qu’espaces circonscrits géographiquement mais comme autant de modalités de déploiement d’activités sociales (religieuse, littéraire, institutionnelle, militante etc. tel que développé plus haut) en rapport avec les usages langagiers. D’autre part, d’un point de vue méthodologique, cette diversité des terrains mais aussi des traditions des chercheurs a permis de confronter entre eux des terrains habituellement peu comparés (Algérie, Brésil, Canada, Iran, Liban, Maroc et Tunisie). Enfin, le travail était situé dans une perspective interdisciplinaire : les chercheurs proviennent en effet de différentes disciplines : anthropologie, sociologie, histoire, psychologie, sociolinguistique.

Ce croisement disciplinaire nous a permis de voir, de manières inédites, des aspects de notre terrain desquels nos réflexes monodisciplinaires nous écartent.

En marge des réunions

Ces journées ont été également marquées par des échanges informels importants autour de « la Révolution tunisienne ». Un moment cathartique et stimulant intellectuellement nous a été offert par Kmar Bendana qui nous a présenté son dernier ouvrage, Chroniques d’une transition, publié en 2011 aux éditions Script, un moment marqué par des échanges avec l’ensemble des collègues et notamment algériens en raison la douloureuse expérience de la décennie noire. D’autre part, un court métrage (Les baies d’Alger, Hassen Ferhani, 2006) et un spot réalisé par des jeunes Marocains en différentes langues du Maroc ont été projetés respectivement par K. Taleb Ibrahimi et Catherine Miller. Les deux extraits montrent les enjeux du langage sous une sensibilité artistique comme politique. L’ouvrage issu de ce programme devrait paraître à l’automne 2012.

 Publié en mai 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°9

Myriam ACHOUR KALLEL

est psycho-anthropologue et maître assistante à l’Université de Tunis. Chercheure associée à l’Institut de Recherche sur le Maghreb Contemporain, elle y conduit le projet Dire en langues : pour une approche située des pratiques linguistiques.

crédit d’illustration : © IRMC


[1] Un hashtag sur Twitter a aussitôt émergé s’intitulant safiroun faisant ainsi appliquer aux hommes cette catégorie réservée aux femmes et exprimant la volonté de remettre en doute de la catégorie elle-même.

[2] Muhajjabât (celles qui portent le hijâb), munaqqabât (celles qui portent le niqâb) et sâfirât.

 

Pour citer ce billet : Myriam Achour-Kallel, « Dire en langues : des passeurs au quotidien », Le Carnet de l’IRMC, 20 juillet 2012. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/482

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook