Archives par mot-clé : Kadhafi

Les fondements socio-historiques de la production du leadership politique en Libye

Même si je vais parler un peu du passé, mon but est d’essayer de donner des bribes de réponse à des questions actuelles, d’aujourd’hui même. L’une de ces questions est la suivante : comment peut-on expliquer le fait que contrairement à Ben Ali et à Moubarak le pouvoir de Kadhafi n’ait pas encore complètement basculé malgré la révolte presque générale contre son régime, surtout au début, et le nombre de morts ainsi que les grands dégâts qu’ont provoqués les évènements récents dans le pays ?

On peut aborder la question de plusieurs manières, en évaluant, par exemple, la façon dont la direction de la révolte gère les évènements, ou l’apport qu’apporte aux révoltés l’intervention militaire de la coalition internationale, etc. Pour répondre à cette question observons un moment le régime politique de Kadhafi. Il y a au moins quatre caractéristiques qui le distinguent :

– Le fait d’être populiste, ce qui lui permet de parler à tout le monde et au nom de tout le monde.

– Le fait d’être anti partisan, ce qui lui permet d’empêcher la concurrence politique, ou du moins de contenir les ambitions des ambitieux en dessous de la barre de la fonction politique suprême.

– Le fait de monopoliser, en plus du droit d’usage de la force légitime, de toutes les ressources matérielles permettant à la population de vivre (la rente pétrolière).

– Le fait d’avoir à sa tête un « zaïm », un leader, tenant entre ses mains toutes les ficelles du pouvoir, mais n’occupant officiellement aucune fonction politique, c’est à dire que sa production et son maintien dans la place qu’il occupe ne sont prévisibles par aucun système bureaucratique et ne sont pas le fruit d’un système de choix citoyen libre.

Comment ce système a pu se produire et se maintenir dans un contexte mondial où l’on ne parle que de démocratie et de liberté politique ?

Il faut reconnaître tout d’abord que l’absence de liberté et de démocratie dans ce qu’on a longtemps appelé le tiers-monde était presque générale, et que le régime libyen en fait partie. Mais ce qui fait du régime de Kadhafi un cas atypique c’est le fait justement d’avoir monté un régime autoritaire fondé sur une contradiction frappante : être à la fois antidémocratique et capable de transcender presque tous les milieux sociaux. Pour comprendre ce phénomène nous aurons besoin de faire une plongée socio anthropologique dans l’expérience politique historique de la Libye en matière de production de l’action collective. En effet, quand on examine l’histoire politique de ce pays – et il y en a peut-être d’autres qui lui ressemblent- on trouve que la forme dominante de la production de l’action politique est la construction de ce que j’appelle le groupement « zaâmatique », c’est à dire le groupement qui se construit autour d’un leader politique sur la base de relations d’allégeance personnelle, elles mêmes fonction d’un système instable quand à ses capacités d’utiliser la force, d’accumuler les ressources et de les redistribuer. Et en Libye précoloniale il y avait trois types de groupements « zaaâmatique » ayant les caractéristiques dont je viens de parler :

– Le modèle bédouin guerrier. Ici le leadership est généralement un notable bédouin soutenu par un noyau dur de parents proches, de voisins immédiats et de quelques alliés dominés. Ce type de leadership gagne en général sa réputation et sa force par son esprit et son comportement guerriers, lui permettant d’accumuler les ressources, de négocier sa position par rapport au pouvoir central et de produire l’action collective à l’échelle locale.

– Le modèle religieux maraboutique. Ici le groupement politique prend la forme d’une confrérie dont le leadership est un homme saint ayant la baraka de Dieu. Et comme son homologue bédouin, il accumule les ressources et fait usage de la force, seulement il le fait d’une manière pacifique, sauf quand il s’agit de se défendre contre l’extérieur. Aussi il se distingue du premier par le fait que sa position au sein de son groupement politique n’est disputée par aucun rival allié ou autre, alors que le leader bédouin est toujours en guerre pour garder sa position de leader.

– Le modèle bureaucratico-militaire urbain. Ici le leader est généralement militaire de carrière, il a le pouvoir central et utilise un noyau bureaucratico-familial qui correspond, d’abord au niveau de développement de la division du travail social dans la ville, ensuite au poids de ses ressources matérielles, venant généralement des impôts, de la guerre contre les rebelles et de la course. Un élément essentiel le distingue des deux autres : par sa position à la tête d’un État central musulman il possède une vision politique plus large, correspondant à celle des imams de la ville selon lesquels le souverain doit assurer les conditions de la survie de la Umma, c’est-à-dire, entre autre, de faire régner la shari‘a parmi les musulmans sous son autorité, ce qui donne à ce type de leader un sens relativement aigu de l’État.

Dans les trois modèles que je viens de décrire très rapidement, les liens politiques se tissent autours de la parenté, du voisinage, du clientélisme, de l’alliance d’intérêts et de la domination guerrière et/ou symbolique.

Le retour des turques en Libye vers 1835 a affaibli le modèle bédouin, éliminé le modèle militaro bureaucratique, et donné la chance – pour des raisons conjoncturelles au modèle maraboutique, représenté par la senoussyya, de se développer davantage. L’occupation coloniale italienne de la Libye en 1911, a fini par détruire le modèle bédouin et affaiblir le modèle maraboutique.

Pour aller très vite, je pourrais dire que tout ces développements historiques ont produit l’État libyen moderne, et sa modernité réside surtout en ceci : toutes les dynamiques de production du leadership politique autonome ont disparu, et l’élite politique qui détient l’État, dont l’organisation bureaucratique s’est beaucoup améliorée et les moyens techniques et miliaires se sont radicalement transformés, s’est constituée en un groupement politique monopolisant à la fois la gestion des ressources matérielles et symboliques du pouvoir et la reproduction de la « zaâma » politique. Ce développement historique a pris deux formes : celle du système monarchique où le leadership est devenu roi dont la position et la fonction politique ne sont à la portée d’aucun concurrent, ce fut l’époque du roi Senoussi ancien chef de la confrérie senoussyya, et celle du guide inspirateur de la révolution, en fait du coup d’État, dont la position et la fonction sont aussi en dehors de toute concurrence politique.

Ce que le régime de Kadhafi a hérité de toute cette histoire ce sont les éléments de la production du groupement politique. En effet le groupement politique de Kadhafi, formé par les comités révolutionnaires et les élites des conseils populaires, est fondé sur les liens de la parenté, du voisinage, du clientélisme, de l’alliance d’intérêts et de la violence matérielle et symbolique. Et ce qui a permis à ces liens de continuer d’être fonctionnel c’est la rente pétrolière monopolisée, justement, par le groupement politique de Kadhafi qui fait de ce dernier son chef unique autant que celui-ci fait de lui le groupement politique unique ayant le droit d’exister. Si Kadhafi a pu longtemps résister à la pression interne et externe contre son régime, c’est qu’il a réussi à réactiver les liens sociaux classiques sur la base desquels son groupement politique « zaâmatique » est fait, tout en obligeant les révoltés à recourir à la force armée pour tenter d’abattre son régime.

Et comme la parenté, le voisinage et le clientélisme peuvent être mobilisés par l’argent et l’usage de la force crue, cela lui a permis, contrairement à ce qui a eu lieu en Tunisie et en Égypte, de confiner le débat politique en Libye dans les dédales du discours tribal et régional, sans donner la moindre chance à l’élite intellectuelle, parlant de liberté, de démocratie et de modernité politique, d’influer sur le cours des évènements. Et c’est aussi ce qui explique pourquoi la « révolution » libyenne semble être l’œuvre de groupuscules armés dont il est difficile de prévoir dans l’avenir le comportement politique envers le Conseil de Transition.

Publié en octobre 2011 dans La Lettre de l’IRMC n°7

 

Mouldi LAHMAR

Professeur de sociologie politique à l’Université de Tunis

 

crédit photographique : © Anis Mili – Reuters

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook