Archives par mot-clé : jeunesse

Révolution de l’olivier en Tunisie

Texte extrait de la lettre adressée par l’auteur le 23 janvier 2011 à l’association Alfapsy (et à
son président, Paul Lacaze), en remerciements de son soutien au peuple tunisien

J’étais particulièrement sensible à vos mots ainsi qu’à vos pensées de soutien et de solidarité avec la jeunesse et la population tunisienne de la Tunisie profonde, qui ont construit cette Révolution, ceci sans armes mais avec beaucoup de cran et de courage, face à une gouvernance dictatoriale qui se donnait comme rempart, comme exemple et modèle sécuritaire à suivre contre tout risque présumé « de désordre et de dérive terroriste ».

Cette jeunesse et cette population de la Tunisie profonde a fait preuve d’une maturité politique et culturelle, s’adaptant à l’inexistence, au début, de tout cadre politique classique qui pourrait l’organiser, mais apte à user des moyens modernes de ce que l’on désigne de cyber-résistance… Cette jeunesse et cette population de la Tunisie profonde a dû offrir son lot de martyrs, hommes et femmes, tués pour une grande partie par des tireurs d’élite de la garde présidentielle, corps d’élite sous les ordres directs de Ben Ali et de son bras droit, le Général Ali Seriati. Ce dernier a continué son massacre du peuple en vue de créer le chaos et de justifier la nécessité d’un rétablissement du même pouvoir sécuritaire, ou à défaut, d’une nouvelle gouvernance prenant son fondement à partir du même modèle de maniements sécuritaires des idéologies.

Cette Révolution de l’Olivier, plutôt que du Jasmin (cette Tunisie profonde étant plus une région d’oliviers, de pommiers et de blé), vient à nous démontrer à tous que l’idéologie sécuritaire ne saurait constituer la base d’un mode de gouvernance (autre que fascisant et dictatorial) mais, comme le soulignait déjà Ibn Khaldoun, l’ancêtre de cette jeunesse tunisienne et de notre peuple, la sécurité se doit d’être un résultat, un aboutissement de l’exercice de la justice, dans le sens large de ce concept de ’Adl, c’est à dire la justice dans la répartition des richesses, la justice dans la répartition des valeurs économiques dans le cadre des échanges des produits entre les cités et les campagnes, la justice dans l’exercice pour chacun de ses droits et de ses devoirs. C’est dans ce sens qu’il affirmait « al-’Adl assâs al-’Imran » (la justice est le socle et le fondement de l’urbanisme).

En nous offrant cette Révolution, avec ce qu’il reste à faire pour la structurer et éviter sa manipulation et une éventuelle réorientation…, la jeunesse tunisienne, nos enfants ont créé l’évènement avec sa dimension régionale mais aussi universelle pour nous révéler à tous l’inefficacité, non seulement à long terme, mais même à moyen terme, de toute gouvernance qui se fonde sur les maniements sécuritaires des idéologies, contrairement à ce que pouvait en penser Michèle Alliot-Marie à partir d’une France oublieuse des mécanismes et facteurs ayant engendré la Révolution française et la Commune de Paris (voir l’histoire de la Révolution française par Louis Blanc, ouvrage qu’on a tendance aujourd’hui à refouler sinon à forclore).

C’est aussi en ce sens, mais à un autre niveau que l’on peut comprendre le discours de Kadhafi qui nous priait de l’écouter quand il clame que son ami Ben Ali demeurerait le mieux placé pour gouverner la Tunisie jusqu’à 2014, si ce n’est à vie. Mais, du point de vue des peuples, on comprend que les populations maghrébines et arabes ont organisé et organisent encore des manifestations de soutien pour notre jeune Révolution, au moment où les gouvernements arabes demeurent silencieux.

C’est en ce sens que l’on peut comprendre aussi le silence de tous les gouvernements européens, qui adhèrent en partie au maniement sécuritaire des idéologies comme mode de gouvernance en Europe même, ceci dans leur gestion de la crise économique et de la crise de société en rapport avec l’absence de justice sociale dans la répartition des richesses et avec, chaque fois, la désignation de l’immigré comme s’il était responsable de la crise du capitalisme financier en Europe, et de l’injustice sociale caractérisant (de l’aveu de tous les économistes) la gestion de cette crise.

Cette Révolution a déjà engendré en Tunisie l’émergence d’une extraordinaire liberté d’expression. Nous commençons à assister à des débats particulièrement riches, même si les animateurs de ces débats éprouvent encore beaucoup de difficultés et de savoir-faire dans l’animation de ces concertations de groupe. Mais, et c’est l’apport de cette Révolution, ils finiront par acquérir plus de professionnalisme. Quoi qu’il en soit, quelqu’un me disait au cours d’un entretien : « vous ne pouvez pas savoir ce que c’est la « Hogra » (le mépris doublé d’une indifférence), il faut la vivre pour le savoir… ». Et encore hier, mardi matin, Mr. X. me parlait quant à lui, comment toutes ces manifestations dans les rues de Tunis, comment la gestion des problèmes de sécurité dans les quartiers par des comités de quartiers, cela lui faisait peur et réveillait par moments son angoisse, mais ceci sans panique, au contraire, ajoute-t-il, « je me sens bien, je sens la « Fokhra » (la fierté) ; je me sens fier d’être Tunisien quand, à la télévision, je vois à travers différentes chaînes des manifestations de soutien à la Révolution tunisienne ».

A travers ces discours, cette Révolution a apporté aux Tunisiens les moyens de surmonter la Hogra ainsi que l’insoutenable étrangeté de se ressentir étranger, comme l’aurait dit Tawhîdi dans Ghorbat al-Gharîb (L’Etrangeté de l’étranger), de se ressentir étranger dans sa propre demeure, auprès des siens, et étranger même dans et à son propre corps. Cette Révolution a apporté et nous apporte, à nous autres Tunisiens, la Fokhra, la fierté, de réhabiter notre identité, de réhabiter notre corps, de réhabiter notre demeure, notre environnement, notre culture et notre histoire, ceci pour nous réapproprier un discours historicisé et historicisant, ouvert sur autrui, acceptant la différence par elle-même comme source d’enrichissement.

Je ne peux que remercier la jeunesse tunisienne et, parmi eux, mes propres enfants et petits enfants de m’avoir offert de renouer avec une flamme de militantisme, que j’avais depuis l’âge de 10-12 ans et que je croyais éteinte à jamais. Je les remercie de m’avoir offert aussi de vivre, avec eux, ces moments glorieux sans avoir à prendre la place qu’ils ont conquise, au prix quand même d’une centaine de martyrs, sans compter les blessés, surtout parmi la population de Sidi Bouzid, de Thala, de Regueb et de Kasserine. Mais, restons ensemble tous vigilants pour préserver la dynamique évolutive de nos acquis, et pour éviter les dérives dogmatiques quelles qu’elles soient et, encore plus, pour éviter les dérives sécuritaires.

Publié en avril 2011 dans La lettre de l’IRMC n°6

 

Essedik JEDDI

Neuropsychiatre et psychanalyste, Tunis

 

crédit cartographique : © Intercarto

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook