Archives par mot-clé : IRMC

Histoire et fonctionnement de la bibliothèque de l’IRMC

Sawssen_Fray
Photographie de Sawssen Fray-Belkadhi

L’Institut de Recherche sur le Maghreb Contemporain (IRMC) est une institution de recherche complexe à l’articulation de la recherche française et européenne d’un côté et de la recherche maghrébine de l’autre. Pour la conduite de ses programmes de recherche, l’Institut dispose d’une bibliothèque de recherche en sciences humaines et sociales. Il met à la disposition des chercheurs et des inscrits en LMD, une bibliothèque riche de 30 000 ouvrages et brochures et de 3 300 titres de périodiques, 94 en abonnement, plusieurs titres « morts » conservés en collection et de nombreux spécimens. En moyenne, la bibliothèque accueille tous les jours 22 lecteurs. Le nombre de visites en 2011 est de 4 157 lecteurs et elle compte 870 inscrits.

La politique de la bibliothèque suit deux axes :

– Conservation d’un fonds historique exceptionnel sur la Tunisie et le Maghreb ;

– Acquisition de documents généralistes en sciences humaines et sociales et de documents traitant du Maghreb et du Monde musulman.

Conservation d’un fonds historique exceptionnel sur la Tunisie et le Maghreb

On ne peut parler des fonds de la bibliothèque de l’IRMC sans parler du Centre de Documentation Tunisie-Maghreb (CDTM, 1979-1991). En effet, la vocation première du CDTM était de conserver et réunir les fonds historiques français de Tunis notamment les fonds de la bibliothèque interne de la Résidence générale de France a Tunis, du Contrôle Civil (1881-1956) et de la bibliothèque du Consulat de France. Apres l’indépendance, la bibliothèque interne de la Résidence a été conservée dans les locaux de la chancellerie française et transférée en 1976 par le Service Culturel de cette ambassade aux fins d’inventaire, de restauration et de mise en valeur. La création et l’ouverture au public du CDTM en novembre 1979, a permis aux universitaires et aux chercheurs de consulter ces ouvrages ainsi que d’autres fonds historiques, tels ceux de Pierre Grandchamp, archiviste de la Résidence générale de France (2 800 documents) et de Charles Saumagne, historien, archéologue et avocat dans un fonds total de 10 000 volumes et 600 titres de périodiques. Ce dernier regroupe des publications officielles tunisiennes sous le protectorat français (documents non commercialisés et qui n’ont pas fait l’objet de dépôt légal en France) en plus d’ouvrages rares publiés entre 1930 et 1956 et d’un fonds de périodiques et de publications en série touchant tous les secteurs de la vie économique et culturelle de la Tunisie. En 1986, la vocation première de bibliothèque spécialisée sur le Maghreb a été élargie pour répondre aux objectifs de la recherche française de connaissance des sociétés maghrébines contemporaines : ses priorités portent principalement sur la diffusion d’une information documentaire spécialisée, l’aide aux publications, l’accueil d’allocataires de recherche, la gestion de certains programmes franco tunisiens de coopération en sciences humaines et sociales, l’organisation de conférences et de tables rondes ainsi que sur le lancement de publications spécifiques.

P1050825Politique d’acquisition de la bibliothèque

Outre la politique de conservation de documents, les fonds de la bibliothèque s’enrichissent chaque année d’en moyenne 600 ouvrages et de 140 titres de périodiques (60 % de ces acquisitions sont des achats et le reste est constitué de dons ou d’échanges interinstitutionnels). Une analyse fine de la politique d’acquisition de la bibliothèque, montrerait la complexité de cette dernière du fait des changements successifs de directeurs. Chaque direction a ses propres axes prioritaires de recherche, et la bibliothèque spécialisée se doit de compléter le fonds en fonction des programmes en cours. Trois difficultés découlent de cette problématique :

La première concerne la contemporanéité : pouvons-nous étudier la période contemporaine sans se référer a des périodes plus anciennes ? Jusqu’où peut-on remonter dans l’histoire ? Ce qui est considéré comme contemporain en Tunisie commence en 1881, année de l’implantation du protectorat français. Nous retrouvons un fonds important sur les fouilles archéologiques de cette époque complété par quelques ouvrages de références sur la période antique…

La deuxième concerne l’aire culturelle traitée : pouvons-nous étudier le Maghreb en tant qu’entité isolée de la Méditerranée, ou encore du monde arabe ? Ainsi nous retrouvons des fonds assez variés. Certains documents traitent de la course en Méditerranée, d’autres des questions actuelles de l’islam, d’autres encore du partenariat euro-méditerranéen ou du conflit israélo-palestinien…

La dernière est liée au suivi et a la cohérence du fonds de la bibliothèque : il faut savoir que les programmes de recherche de l’institut changent de thématiques tous les trois ans. Pouvons-nous passer outre les ouvrages généraux ou théoriques en sciences humaines et sociales ? Pouvons-nous ne pas actualiser ces fonds et ne pas faire le suivi éditorial ? À titre d’exemple nous continuons à actualiser les fonds des divers programmes de recherche achevés depuis longtemps à savoir : les migrations, les études urbaines, les questions actuelles de l’islam, le monde islamo-méditerranéen aux XIXe et XXe siècles.

Pour conclure

MariaChristiane
Christiane Randon Ben Ali, documentaliste au CDTM puis à l’IRMC de 1992 à 2003.

L’histoire même de l’institution ainsi que la politique d’acquisition et d’échanges inter institutionnels ont participe depuis la création du CDTM, c’est-a-dire durant 33 ans à la conservation et a l’enrichissement des ressources documentaires du Maghreb et sur le Maghreb. Pionnier de l’informatisation documentaire (depuis 1986) et de la mise en ligne du catalogue de la bibliothèque (depuis 2002), l’IRMC grâce notamment a ses bibliothécaires et ses documentalistes successifs, Anne-Marie Planel, Catherine Cassan, Patrick Pollet, Christiane Ben Ali, Sawssen Fray et Khaled Eljomni, a le mérite de faciliter l’accès à l’information et de présenter des publications maghrébines pour des chercheurs installés à l’étranger et travaillant sur le Maghreb et dans l’autre sens, les facilités d’importation des publications européennes (françaises, anglaises, espagnoles et italiennes) pour des chercheurs maghrébins.

 Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

Sawssen FRAY-BELKADHI

est responsable de la bibliothèque et du service documentation de l’IRMC

Pour citer ce billet : Sawssen Fray-Belkadhi, « Histoire et fonctionnement de la bibliothèque de l’IRMC », Le Carnet de l’IRMC, 01 juillet 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/991

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

L’IRMC depuis son Comité de suivi

el gaied
Photographie de Mohamed Moncef El Gaied

L’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain (IRMC) boucle en 2012 ses vingt ans. Il a atteint aujourd’hui une maturité certaine. En effet, il est indéniable que l’IRMC constitue un outil d’une véritable coopération entre la Tunisie et la France. Il est indéniable également que, dans le cadre des sciences humaines et sociales, l’IRMC joue aujourd’hui un rôle important pour comprendre et appréhender certains phénomènes relatifs à la sphère maghrébine, ce qui est sa vocation première. Comment en est-on arrivé là ? Évoquer brièvement les circonstances qui ont jalonné son parcours et identifier succinctement l’environnement au sein duquel l’Institut a développé sa maturation pourraient, dans une certaine mesure, répondre à la question. Dans cet ordre d’idées, il y a lieu de rappeler les faits suivants :

La date de création de l’IRMC (1992) a coïncidé avec le début d’une véritable organisation de la recherche scientifique en Tunisie avec la création (1991) du secrétariat d’État auprès du Premier ministère, chargé de la Recherche scientifique (SERS), transformé (1992) en secrétariat d’État de la Recherche scientifique et de la technologie (SERST), la réactivation (1991), au sein du ministère de l’Enseignement supérieur (MES), de la Direction de la recherche scientifique et technique (DRST), élevée (1992) au rang de Direction générale de la recherche scientifique et technique (DGRST). À la même époque, la coopération scientifique et culturelle avec la France a atteint une densité remarquable et a pris une dimension supérieure, accompagnée d’une diversification des programmes bilatéraux touchant divers départements ministériels tunisiens.

Par ailleurs, le statut de l’IRMC prévoit la possibilité de créer un Comité mixte de suivi. Ce Comité comprend les représentants des autorités de tutelle, à savoir le ministère français des Affaires étrangères (MAE) et le ministère tunisien de l’Enseignement supérieur (MES). Il fut mis en place juste une année après l’entrée en fonctionnement de l’IRMC et organisa sa première réunion la même année (1993). Messieurs Brahim Baccari, directeur général de la recherche (MES) et Yves Saint-Geours, sous-directeur des sciences sociales et humaines (MAE) coprésidèrent cette réunion. Ils y ont souligné, notamment, que cette première réunion devrait permettre de définir les compétences et les modalités de fonctionnement du Comité dans le cadre de la coopération bilatérale franco-tunisienne.

En fait, quand on relit les procès-verbaux des premières réunions, on se rend compte que les interventions des membres du Comité, partie tunisienne et partie française confondues, ont surtout permis de définir une tonalite de discussion imprégnée de pragmatisme et de réalisme. A été installé, également, un état d’esprit ouvert au dialogue et à l’écoute. Liberté de réfléchir tout haut, échanges francs et propositions pertinentes ont toujours été à l’ordre du jour. Ils ont permis, à plus ou moins brèves échéances, de voir se réaliser sur le terrain, la majeure partie des propositions suggérées. Ainsi, quand j’ai succédé à M. Brahim Baccari, appelé à prendre la tête de l’Université de Tunis III, et eu l’honneur de co-présider le Comité, je n’avais plus qu’à surfer tranquillement sur la vague déjà en place pour poursuivre la réflexion avec l’ensemble des membres de cette instance, contribuant ainsi à la consolidation et au renforcement des activités de l’IRMC. Lors de ces réunions, des tendances ont été progressivement dégagées. Elles ont été dictées essentiellement par leurs apports nouveaux et leur pertinence au moment où elles ont été formulées. Certaines étaient susceptibles d’évoluer ou de disparaître et certaines étaient destinées à s’inscrire dans la durée. Sans être exhaustif, on peut citer à titre d’exemples :

– le renforcement et la diversification des partenaires ; le choix de thématiques pertinentes ; la priorité donnée aux formations doctorales et à l’organisation annuelle de rencontres tuniso-françaises de jeunes chercheurs, soutenue par les tutelles des deux pays ; l’institutionnalisation des cotutelles de thèses avec co-diplomation, ce qui constitue un instrument de mobilité pour les doctorants ; la diffusion et la valorisation des résultats de la recherche au Maghreb et sur le Maghreb à travers l’appropriation des nouvelles technologies de l’information et de la communication ; l’encouragement d’une politique de traduction en liaison avec les besoins de formation de chercheurs arabisants.

Du fait de la densité des actions en coopération, rappelées ci-dessus, l’IRMC s’est trouvé dans un environnement local renfermant, en son sein, des potentialités humaines, ayant des compétences reconnues dans les domaines des sciences humaines et sociales, prêtes à la concertation et à la collaboration. En outre, les différents organismes et structures de recherche, aussi bien tunisiens que français, étaient disposés à engager un effort de réflexion pour d’éventuelles coordinations ou intégrations. En particulier, la signature de conventions entre l’IRMC et les partenaires tunisiens a toujours été encouragée.

Bref, localement, une masse critique scientifique potentielle existait. C’était donc un environnement propice à l’épanouissement de toute initiative d’activité en coopération dans le domaine d’intervention de l’IRMC. Ainsi, de par la stature acquise, l’Institut est devenu, assez rapidement, un lieu d’ouverture et d’échanges, dans les domaines des sciences humaines et sociales, entre les chercheurs doctorants et les chercheurs universitaires confirmés. Cela a contribué à l’insertion quasi naturelle de l’IRMC dans le paysage national de la recherche, de sorte que l’Institut est arrivé à faire figure de nœud de réseaux de recherche, capables d’appréhender les mutations régionales, et même au-delà.

À ce titre, les résultats de la recherche peuvent être valorisés a plusieurs niveaux. Il y aurait lieu d’en faire une large diffusion, non seulement en direction des chercheurs (cas classique), mais en direction d’autres parties : grand public, entreprises locales et internationales, instances de la société civile et instances gouvernementales. Il y a là une source de prise de conscience pour les uns, une mine d’informations utiles pour l’aide à la décision pour les autres et une démonstration de l’utilité de la recherche scientifique dans les domaines des sciences humaines et sociales. L’IRMC a donc progressé par touches successives, palier par palier, sous le regard bienveillant des autorités de tutelles des deux partenaires. L’Institut continuera de progresser, j’en suis persuadé, tant que l’ensemble des acteurs concernés continuera d’agir dans le même sens, à savoir agir dans l’intérêt commun. Les deux seules limites à sa progression ne peuvent découler que, soit de l’exigüité des locaux (souvent évoquée lors des réunions du Comité), soit des conditions budgétaires, soit des deux.

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

Mohamed Moncef EL GAIED

est ancien directeur général à la DGRST du ministère tunisien de l’Enseignement supérieur, et ancien co-président du Comité mixte franco-tunisien de suivi de l’IRMC.

Pour citer ce billet : Mohamed Moncef El Gaied, « L’IRMC depuis son Comité de suivi », Le Carnet de l’IRMC, 19 juin 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/946

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Du CDTM à l’IRMC

Photo Chérif
Photographie de Mohamed-Chérif Ferjani

Pour moi, l’IRMC c’était d’abord Anne-Marie Planel que je connais depuis 1980. J’ai assisté à la naissance du Centre de Documentation Tunisie Maghreb à la création duquel elle a consacré plusieurs années d’efforts discrets, constants et pleins d’abnégation. Seuls les chercheur(e)s qui ont profité des services de ce centre mesurent et apprécient à sa juste valeur le travail accompli par Anne-Marie au service de la recherche en Tunisie, au Maghreb, en France et dans les pays européens. C’est ce travail qui a permis la création de l’IRMC.

J’ai eu la chance de profiter des services de ce centre pour mener ma recherche doctorale. Grâce à Anne-Marie, j’ai connu par la suite tous les directeurs de l’IRMC, son personnel et une partie de ses chercheurs avec lesquels j’ai eu des collaborations concrétisées par des conventions entre le GREMMO, à Lyon, et l’IRMC. Dans ce cadre, des chercheurs du GREMMO dont moi-même ont fait partie du comité de lecture des publications de l’IRMC. Comme je l’ai précisé dans mes publications, l’IRMC a été l’un des centres où j’ai trouvé la documentation nécessaire pour la réalisation de mes recherches. Ses publications ont contribué à faire connaître mes travaux. Depuis 2009, j’ai participé aux écoles doctorales de l’IRMC avant de demander, fin 2010, une délégation CNRS pour y être affecté. J’y ai trouvé un cadre pour observer de près les évolutions que connaissent la Tunisie et les pays arabes ainsi que pour la réalisation d’un double programme de recherche : « Épistémologie de l’étude comparée des religions » et « Religions et processus de démocratisation dans le pourtour méditerranéen ». Outre les séminaires et les colloques organisés dans le cadre de ce programme, mon rattachement à l’IRMC m’a permis de participer à d’autres programmes de recherche et de développer mes collaborations avec les universités et les centres de recherches en Tunisie, au Maghreb et dans les pays où l’IRMC mène des actions en partenariat avec d’autres institutions.

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

Chérif FERJANI

est professeur à l’Université Lumière Lyon 2, ancien directeur du GREMMO, chercheur en délégation CNRS à l’IRMC de 2011 à 2013.

Pour citer ce billet : Chérif Ferjani, « Du CDTM à l’IRMC », Le Carnet de l’IRMC, 18 juin 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/942

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Lettre à Anne-Marie Planel, par Pierre- Noël Denieuil

Anne-Marie Planel
Photographie d’Anne-Marie Planel

Chère Anne-Marie,

Je souhaite te rendre un court hommage à l’occasion des 20 ans de présence de l’IRMC à Tunis. En tant que directrice adjointe depuis sa fondation tu as assuré transmission et continuité avec le milieu tunisien, tu y as initié les directeurs successifs, tu y as exercé ton art et investi ta créativité, tu as été une maître d’œuvre. Tout d’abord, un peu d’histoire. Professeur certifiée d’histoire-géographie, en situation de détachement en Tunisie dès 1978, tu as été d’abord chargée de l’inventaire de la Bibliothèque privée de la Résidence générale de France en Tunisie au sein de la Mission culturelle française en Tunisie (1978-1980), ce fonds historique devant servir de base à la création, à terme, d’une bibliothèque d’Institut français.

En parallèle, et à la demande de la Sous-direction des sciences sociales et humaines et de l’archéologie du ministère des Affaires étrangères, tu as ouvert en 1980 et dirigé jusqu’en 1991 le Centre de documentation Tunisie-Maghreb (CDTM). À partir de 1984, le CDTM s’est institutionnalisé et a été reconnu par la Convention franco-tunisienne de coopération culturelle. Cette structure, relevant des Services culturels et de coopération universitaire de l’Ambassade de France, a eu pour mission d’asseoir la coopération en sciences humaines et sociales dans un contexte ou ces dernières développaient en France un « âge d’or » (création de postes universitaires, fortes demandes des ministères et décrispation des relations avec le secteur privé, intérêt croissant des étudiants). Le CDTM a donc été, à Tunis, le premier relais de cette recherche française en SHS : organisation de conférences et de colloques, attribution de bourses scientifiques, aide à la publication de thèses ; mais également gestion d’importants moyens financiers (don de livres aux institutions, organisation de séjours scientifiques en France pour les chercheurs tunisiens et invitations de responsables, etc.).

C’est à cette période, en 1987/88, que je suis venu pour la première fois en Tunisie dans le cadre d’un séminaire de Moncef Bouchrara que le CDTM avait soutenu sur l’économie souterraine à Sfax. Sans l’intérêt et le soutien que tu avais porté à ma problématique de l’ethno-industrialisation que je menais alors dans l’ombre de l’ethnologue Robert Jaulin, la Tunisie ne serait pas devenue pour moi, après l’Amérique du Sud, l’objectif de mes travaux. Je serais ailleurs aujourd’hui et ma vie aurait un autre sens. Et comment aurais-je pu imaginer que 25 ans après, ce serait moi qui parlerait ici de toi ?

C’est donc en 1991/1992, avec la fermeture du CDTM, qu’a été créé l’Institut de Recherche sur le Maghreb Contemporain (IRMC) sur la base des activités documentaires, éditoriales et de coopération scientifique entre universitaires tunisiens et français assurées par le CDTM. Tu en es devenue la directrice adjointe. Depuis cette date et jusqu’en aout 2010, tu as occupé en complémentarité avec les quatre directeurs successifs (Michel Camau, Jean-Philippe Bras, Pierre Robert Baduel, moi-même), des fonctions de suivi de la bibliothèque et de la documentation (jusqu’en 1997), de gestionnaire en charge du budget (jusqu’en 2003), de coopération avec les institutions tunisiennes, de préparation scientifique des dossiers de recherche et des séminaires, de responsabilité du secteur Éditions et publications (de 2003 a 2008). En coordination avec Michel Camau, tu avais également assuré la dimension régionale de l’IRMC, d’octobre 1993 à décembre 1998, par la mise en place puis la coordination de l’antenne de l’IRMC à Rabat (devenu par la suite Centre Jacques Berque ou CJB). Là aussi, tu y as animé et « orchestré » une noria permanente de chercheurs.

Microsoft Word - amp photo1Doc3.docx
Anne-Marie Planel lors de sa soutenance de thèse
en novembre 2000 à Paris.

En parallèle, tu as brillamment soutenu ta thèse d’histoire le 17 novembre 2000, De la Nation (tu dis maintenant : du comptoir) à la colonie : la communauté française de Tunisie au XIXe siècle : d’après les archives civiles et notariées du consulat de France à Tunis (1814-1883), avec les félicitations unanimes d’un jury prestigieux composé de Jacques Revel, Annie Rey, Daniel Rivet, Lucette Valensi et André Zysberg à l’EHESS à Paris. Depuis, tu affines fructueusement ton texte, que l’IRMC éditera en coédition avec les éditions Riveneuve dans les mois à venir.

Au cours des deux dernières années passées avec moi (2008-2010) tu as redéployé, parallèlement à tes tâches éditoriales, tes fonctions polyvalentes de directrice adjointe : le conseil au directeur sur les grands dossiers, l’intérim et la représentation dans des manifestations, puis la coordination et l’animation scientifique dans les séminaires et groupes de travail (dont muséographie, manuels scolaires en Tunisie, etc.). Tu as guidé mes premiers pas a l’IRMC et, avisée et bienveillante, tu m’as vu « devenir » un directeur.

Cherchant les « mots » pour te dire, et en socio-anthropologue que je suis, attentif aux échos du « terrain », j’ai demandé aux « autres », dans l’entourage immédiat de notre équipe de l’IRMC, de me parler de toi en quelques mots ou phrases. Les mots techniques, les mots durs, les mots doux, qui se sont conjugués autour de toi, je vais tenter de te les traduire en prolongeant et en commentant quelque peu leur « sens ».

Les mots sur ton « réseau ». Tous saluent ton rapport privilégié aux chercheurs et à la production intellectuelle. Tu es capable d’accompagner tout le monde, du vieux bibliothécaire de Bourguiba au jeune chercheur débutant. Tu as vu grandir les chercheurs (je citerai notamment, et que les autres me pardonnent, Jocelyne Dakhlia, Eric Gobe, Myriam Catusse ou Sylvie Mazzella, puis Mohamed Kerrou, Abdelhamid Henia, Hassan Boubakri). Ta présence à l’IRMC, c’est aussi des centaines de chercheurs passés par ton bureau dans le cadre de leur contribution au patrimoine éditorial de l’Institut, puis dans le cadre de leur statut scientifique (boursiers, chercheurs…). Des dizaines de livres, des centaines d’articles. Les réseaux c’est aussi la coopération.

Un chercheur tunisien m’a dit « Anne-Marie, c’est la coopération, un trait d’union entre la France et la Tunisie. Une parfaite connaissance de la recherche tunisienne et de ses réseaux, elle a su créer une vraie relation avec les Tunisiens et elle a su rendre l’IRMC franco-tunisien et pas seulement français ». Un Français m’a confié : « Elle a une vraie relation de confiance avec les Tunisiens et c’est grâce à elle que l’IRMC est un vrai centre franco-tunisien. Ses liens très forts avec le pays ont une forte incidence sur ses actions à l’IRMC. Et cela se voit dans sa manière d’aborder les relectures, les corrections et reformulations, elle n’y différencie pas les Tunisiens ». Toi-même tu m’as dit un jour à propos de son histoire et de la culture : « J’ai l’impression parfois de connaître mieux la Tunisie que les Tunisiens ». En ce sens on peut te situer dans une tradition chère à l’IBLA. Et sur ce point de ta relation à la Tunisie, je veux saluer le partage avec Sadok et sa complicité. C’est le symbolique que tu ne mets, pudiquement, jamais en avant : à la fois sa grande présence et aussi sa grande discrétion car on l’a rarement vu a l’IRMC. Le réseau c’est aussi tout ton rapport à la sociabilité. J’ai beaucoup aimé durant ces deux ans de 2008 à 2010, et tu déclinais rarement, te demander de me remplacer dans un colloque, une inauguration, une réunion de services. On m’a précisé de toi et tu en es d’accord : « Elle est très relations publiques ».

Les mots de l’humanité. De toi on m’a dit dans mes petites enquêtes : générosité, humanité, loyauté. Les mots de l’humanité c’est ici le sens de l’autre. Un sociologue, François Dubet avait créé une belle expression pour qualifier l’enseignement, l’action pédagogique ou le travail social et culturel : « le travail pour autrui ». Je laisse parler quelques témoignages : « c’est une grande pédagogue », « c’est une femme dynamique, résistante, combattante, ouverte aux autres et à leur écoute ». On a dit : « disponible, sociable et serviable ». « Quelqu’un qui va vers l’autre. Même quand on est réservé, elle vient vers vous quand même. Ce n’est pas une indifférente. Si elle voit qu’on a mauvaise mine ou qu’on est stressé, elle vous pose une question et essaie de calmer les choses ». « C’est ma mère, elle m’appelle la môme ». Ou encore : « quand j’ai été opéré elle m’a soutenue avec ses paroles ». Aussi : « elle m’a beaucoup aidé. J’étais timide, je sortais du chômage, elle m’a encouragé en me disant que j’avais la vie devant moi ».

L’humanité, c’est le cœur et l’esprit. J’ai entendu non sans émotion : « c’est une grande dame, un grand cœur, beaucoup d’amour. J’ai les larmes aux yeux. J’adore cette dame ». « À chaque marche et étape de l’IRMC elle est là, à nous donner du courage, à nous écouter. On l’aime ». Il en résulte que ceux-là t’ont vue comme un « pilier » : « l’IRMC c’est Anne-Marie. Je n’imagine pas l’IRMC sans elle. C’est le cœur de l’IRMC. Quand je viens sans la voir, qu’elle part en voyage, quelque chose manque a l’IRMC. Anne-Marie c’est l’IRMC, l’IRMC c’est Anne-Marie ».

Les mots de l’humanité se couplent avec ceux de la rigueur scientifique : « une grande puissance de travail. Et du coup elle en devient très pointilleuse ». Ces mots de la rigueur se conjuguent aussi logiquement avec ceux de l’intransigeance. On m’a dit de toi : « c’est une femme sévère et monastique, qui a de la rigueur morale ». Ou de la mesure : « elle ne dépasse jamais ses limites, ne m’a jamais parlé à haute voix ». Et on revient à ce que j’appellerai l’exigeante humanité. On m’a dit ainsi : « elle est dure et exigeante avec elle-même et aussi avec les autres, et de ce fait elle peut vexer sur le coup, mais cela passe car soit elle s’explique soit on lui pardonne car elle ne fera jamais de mal ». C’est ce qui fait que ton exigence est respectée : « parfois j’ai envie de lui répondre mais je freine et je ne dis rien. Je me suis affrontée aux directeurs mais avec elle je ne dis rien par respect ».

Les mots du travail. On a parlé à ton propos de : « maçon, bâtisseur, travailleur de force. Fourmi, travail menu et profitable. Artisan, travail dans la durée, le silence, le détail ». On a évoqué ton rapport au savoir : « un puits de connaissance ». « C’est un dictionnaire ». Les mots du travail c’est aussi les mots de l’agir : « elle tire plus vite que son ombre ». C’est cette volonté de bien faire les choses et vite. Parfois je t’ai parlé d’un dossier en me laissant le temps de réflexion et pour mon plus grand plaisir je m’aperçois que tu l’as réglé…

Ton agir c’est aussi ta capacité à globaliser et à avoir des vues d’ensemble sur les situations ou sur les gens. Ton agir c’est de même certaines formes de décalage cocasses, qui font rire et qui attendrissent : on m’a parlé d’un rendez-vous où tu étais restée 30 minutes avec une personne que tu avais prise pour une autre, des bises du matin données 3 fois dans la matinée à la même personne, des conseils informatiques que tu demandais aux moins compétents en la matière, ou encore des courriers que tu recevais et que tu corrigeais comme s’ils partaient à l’editing

AMP et PND foire du livre 2009
Anne-Marie Planel et Pierre-Noël Denieuil sur le stand de l’IRMC à la Foire internationale du livre 2009, Le Kram – Tunis.

Les mots du respect de l’autorité et du dévouement à l’institution. Cela donne un aspect très « discipliné » au point qu’on m’ait rapporté : « elle encaisse face a l’autorité », et on impute cela au fait que : « elle laisse le temps oublier les choses, elle a un côté philosophe ». Il faut noter à ce propos ta disponibilité aux directeurs, et le fait que malgré d’éventuels désaccords, tu t’es toujours attachée à en faire respecter les grandes options. On m’a même dit « c’est son sens IIIe république ». De même tu as toujours œuvré pour la reconnaissance institutionnelle, du CDTM, de l’IRMC et pense que l’individu s’effaçait devant l’institution : lorsque je voulais te remercier nommément dans mon livre sur Sfax en 1992, tu m’avais dit que ce n’était pas toi mais l’institution, qui avait agi pour moi. Et cela n’empêche pas que ton respect de l’autorité, couplé avec ton attitude parfois perçue comme autoritaire, vienne se fusionner avec ton sens de l’autre. Cela te permet, quand c’est toi qui a l’autorité, de savoir « revenir sur (ses) tes positions ». C’est aussi ton « autoritarisme serviable »… Et cela te donne tout à la fois une capacité à rassurer (le furieux qui entre dans ton bureau et en ressort calme) ou au contraire à inquiéter (le gentil qui sort furieux…) car tu n’hésites pas à « dire » les choses. D’une manière générale, je t’ai beaucoup « utilisée », lors de rendez-vous difficiles, dans ta capacité à agir sur et à transformer les situations. On m’a confié à ce propos : « elle est magnétique », quand elle parle on l’écoute, elle sait rendre les choses importantes même quand elles le sont peu ».

Mais si tu respectes toujours l’autorité, tes valeurs « soixante-huitardes » et ton refus des conformismes, ton sens inaliénable de la liberté, t’ont toujours éloignée des petits et des grands pouvoirs, personnels et/ou institutionnels, que ton esprit de veille et de vigilance intellectuelle sait pertinemment traquer et démasquer. Je me souviens encore que tu as refusé l’idée même que l’on voulait t’attribuer des palmes académiques… Ta capacité d’action se trouve décuplée à la fois par ton sens de l’adaptation et par la multiplicité de tes compétences, qui construisent ta polyvalence. Tu me disais toi-même en 2010 : « j’ai toujours bouché les trous, quand quelque chose ne marchait pas je le reprenais ». Polyvalence dans le temps (pour une historienne !) et aussi dans l’espace (historienne géographe !) en étant « sur tous les fronts », mais aussi polyvalence interdisciplinaire que tu as su maintenir à l’IRMC. Tu as bien résumé ton action quand tu me disais : « ma seule qualité a été d’être intéressée par ce qui se passait autour de moi, j’étais dans une position stratégique avec une possibilité de connaissance et d’action ».

Toi, c’est tout cela : à la fois cette rencontre entre ta personnalité telle que je te la décris, et un environnement favorable autour de l’IRMC, à la connaissance et à l’action, et tu le résumes quand tu dis : « je n’ai jamais été seule ». Tu t’es toi-même inscrite dans un travail d’équipe dont tu as su valoriser tous les membres, comme maillon fort et opérateur d’une chaîne et d’un ensemble de volontés. Une entreprise, un centre de recherche, tout lieu de travail, ce n’est pas qu’une institution et un directeur, c’est essentiellement des hommes et des femmes, des valeurs et un état d’esprit, et tu as illustré ce constat fort.

 Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

Anne-Marie PLANEL

est historienne de formation, fondatrice et ancienne directrice du CDTM de 1980 à 1991. Elle a été directrice adjointe de l’IRMC de 1992 à 2010.

Pour citer ce billet : Pierre-Noël Denieuil, « Lettre à Anne-Marie Planel », Le Carnet de l’IRMC, 18 juin 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/935

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

L’IRMC avant et après Ben Ali

pierre Noel lettre
Photographie de Pierre-Noël Denieuil

Ma présence à l’IRMC de 2008 à 2013 aura été marquée par le grand séisme politique et idéologique survenu en Tunisie et dans le monde arabe. L’IRMC en a été un témoin majeur, l’évolution de sa situation et de ses actions en ont constitué l’une des expressions. Sa position d’operateur des sciences sociales lui a permis d’en devenir un observateur privilégié. Il en ressortira profondément transformé.

L’IRMC sous Ben Ali

Dès sa création, les autorités tunisiennes du Gouvernement Ben Ali avaient insisté sur la nécessité de maintenir une adéquation entre les actions scientifiques de l’IRMC et les besoins de la recherche en Tunisie. Ce fut chose aisée puisque de son côté l’Institut avait « l’ambition de s’intégrer dans le tissu tunisien de la recherche ». Dans ce contexte, sa légitimité s’est établie sur la base de la formation d’un comité mixte franco-tunisien, chargé d’effectuer un suivi de ses activités et de formuler des recommandations, composé de trois personnalités scientifiques tunisiennes et présidé par la Direction générale de la recherche scientifique (tunisienne). Ce comité « seul exemple de concertation bipartite sur les activités d’un Institut français de recherche à l’étranger », a joué un rôle primordial de caution scientifique et a pu depuis 20 ans faciliter l’obtention des autorisations d’enquêtes ou de recherches en archives, demandées régulièrement par l’Institut. À ce titre, chaque réunion annuelle du comité était pour les directeurs successifs une occasion de remercier la DGRST et de marquer leur bonne entente avec les autorités. Durant ces années, l’IRMC attirait surtout des urbanistes et géographes, des politologues ou des historiens du Maghreb. Avec peu de candidats depuis la France et parfois même une suspicion institutionnelle sur les chercheurs soupçonnés de travailler dans une dictature, il n’en demeurait pas moins que l’Institut apparaissait depuis la Tunisie « comme une bulle ou l’on peut faire des choses ». Hormis les réseaux internationaux d’interconnaissances qu’il a suscités, plus d’une quinzaine de jeunes chercheurs français et européens s’y sont formés, y ont fait des thèses, et ont intégré ensuite le CNRS, l’université, ou d’autres institutions de recherche.

Chercheurs et personnels y ont toutefois vécu en état de méfiance permanente et de vigilance constante. Lors de mon audition de recrutement, le conseil scientifique conscient de la situation, m’avait demandé mon attitude face a la dictature, en tant que futur directeur d’un centre de recherche scientifique. J’avais éludé en évoquant de possibles stratégies de contournements. Ceci étant, j’avais déjà conduit des les années 1990 à Sfax, puis au Sahel, de nombreuses enquêtes sans me préoccuper d’autorisations administratives et sans jamais avoir été inquiété. Mon arrivée a l’Institut en septembre 2008 fut toutefois marquée par deux temps forts : saisie en douane d’un livre sur les entrepreneurs tunisiens (que j’avais préfacé) écrit par un ancien militant de l’époque bourguibienne, puis par le cambriolage de mon ordinateur et de ma veste en cuir a mon domicile, sans nouvelles depuis.

Mes prédécesseurs et le personnel avaient auparavant du faire face à une censure régulière pour l’acquisition des nouveaux ouvrages de la bibliothèque, qui étaient soumis a une demande préalable auprès du ministère de l’Intérieur ou qui pouvaient être retenus lors du passage en douane. Nous étions amenés a pratiquer l’autocensure en évitant toute commande de livres portant sur les régimes autoritaires ou sur l’Islam politique. En 2009 et en 2010, il nous arrivait de censurer même nos propres éditions (tels des livres sur l’archéologie ou sur le microcrédit en Tunisie, dont nous avons expurgé des « noms » ou des analyses).

Nous recevions fréquemment des visites « de surveillance » lors de nos séminaires. Nous étions qualifiés par la police, de « local de l’opposition ». Et nos partenaires tunisiens soumis à autorisations rencontraient de multiples difficultés lors de l’organisation conjointe de manifestations scientifiques. De notre côté, pour l’affichage de nos activités de recherches, il nous arrivait de travestir certains sujets (les émeutes ouvrières et la démocratie locale a Gafsa devenaient « le développement local dans le bassin de Gafsa », et nos séminaires sur l’Islam parlaient plutôt des « recompositions religieuses »). Cela n’empêcha pas la conduite de recherches prémonitoires (Amin Allal) menées sur les révoltes de Gafsa en 2008, ou sur le rôle des avocats (Eric Gobe) dont l’Ordre avait déjà pris une certaine indépendance sous le Gouvernement Ben Ali. Enfin, dans ses relations avec la partie française et l’Institut français de coopération, l’IRMC et ses chercheurs, bien que dans la nécessité de « prouver l’utilité de leurs investigations », ont toujours maintenu une entente cordiale mais autonome au sein d’un dispositif de coopération multi institutionnelle, aujourd’hui qualifié de « diplomatie scientifique ».

La Tunisie comme observatoire des révoltes et des révolutions

Puis survinrent les événements qui conduisirent au départ de Ben Ali le 14 janvier 2011. Fin janvier 2011, la Lettre de l’IRMC publiait un dossier « à chaud » (le « miracle » de la liberté, premières émotions et retour de la parole) sur la révolution tunisienne. Un communiqué d’hommage et de solidarité des chercheurs de l’Institut y figurait. À une période où les diplomaties semblaient prises de cours et quelque peu déboussolées, la presse tunisienne a salué le positionnement de l’IRMC et des scientifiques français. La révolution tunisienne apparaissait alors comme « un vaste laboratoire d’expérimentation sociale » pour les sciences humaines et sociales et pour l’Institut. Les dossiers se sont renouvelés depuis dans chaque Lettre (avec plus d’analyses sur les élites, la citoyenneté retrouvée, l’apport des Tunisiens de l’étranger, le syndicalisme et les partis politiques, les identités nationales et l’idée de patrie etc.). Des séminaires sur les régimes autoritaires, le changement institutionnel et la constitution furent organisés a l’IRMC dès le 4 février 2011. D’autres suivirent sur les avocats tunisiens, la citoyenneté et l’éthique, la société civile, la géographie électorale, la comparaison Égypte/Tunisie. Les publics fréquentant l’Institut changèrent momentanément : moins d’universitaires et beaucoup plus de personnes dites de « la société civile », surtout préoccupées par le débat d’idées.

Mise en page 1Certains chercheurs ayant pu reconstituer de nouveaux lieux de rencontres, estimaient désormais, tout au moins au cours de l’année 2011, « qu’on a moins besoin de l’IRMC ». La révolution tunisienne n’est pas restée à l’écart du monde et s’est vite imposée comme un lieu privilégié d’interprétation des mouvements sociaux et politiques traversant les mondes arabes. En mai 2011, nous avions initié un débat comparatif sur la transition démocratique. Nous y évoquions les diverses logiques de modifications constitutionnelles proposées : au Yémen et en Syrie pour désamorcer la contestation, au Maroc et en Jordanie comme outils de démocratisation d’un cadre figé, en Égypte comme nouvelle source de légitimation (avec les premières élections) et en Tunisie (avec les sit-in et la rupture). Dans cette même période, la Tunisie vivait au rythme de l’exode libyen. Au moment même où l’Europe combattait l’afflux des migrants depuis la rive Sud, la Tunisie accueillait en une dizaine de jours plus de 100 000 Libyens qui affluaient vers le Sud tunisien (Djerba, Tataouine, Gabes, Sfax,…) et remontaient jusqu’a Tunis, fuyant les violences du régime de Khadhafi, et gérait les refugiés africains, asiatiques, de toutes nationalités, à ses postes frontières, en attente d’un accueil dans un pays du « Nord ». Des collectifs et caravanes de solidarité venant des quartiers, d’entreprises, d’écoles et d’universités se mobilisaient depuis Sfax, Sousse, Tunis et les régions de l’intérieur, apportant des couvertures, des vivres, des ressources médicales. On a pu y voir l’expression d’une conscience citoyenne et un premier apprentissage de la transition démocratique. Plusieurs chercheurs ont alors souhaité publier a l’IRMC leurs analyses sur la redécouverte de la société libyenne : depuis les fondements historiques de la production du leadership et l’installation du pouvoir de Khadhafi, jusqu’a l’impact de la rente pétrolière sur le repli de la société libyenne, en passant par les possibles de la reconstruction économique.

Des premiers points de comparaison ont dès lors été lancés entre les fondements tribaux et armés de la révolution libyenne, le pouvoir des urnes sous contrôle de l’armée en Égypte, et la déconstitutionnalisation de la Tunisie. Par la suite et jusqu’à ce jour, l’IRMC s’est fait observateur d’une dichotomie entre le temps révolutionnaire et le temps électoral, et du changement des enjeux. Un travail de lecture « territoriale » des processus électoraux dans les régions tunisiennes et selon leurs contextes locaux est en cours. Les premiers résultats mettent l’accent sur les votes modernistes de la capitale et des villes côtières, sur la présence du Parti Ennahdha dans les périphéries populaires, et sur les votes dits « populistes » dans les régions de l’intérieur. Enfin, deux séminaires ont été organisés autour d’une comparaison des processus électoraux et des mobilisations de la société civile entre l’Égypte et la Tunisie. Il en ressort notamment, sous le dénominateur commun d’un vote sanction contre les partis dominants, la vision d’un Islam majoritaire en Égypte, et des situations d’alliances et de compromis dans un débat autour de l’identité nationale en Tunisie.

L’IRMC aujourd’hui et demain

Les thématiques de nos recherches se sont trouvées transformées. Nos programmes et séminaires se sont étoffés de nouvelles problématiques telles que : les usages politiques du dialectal tunisien ou de la langue arabe, les discriminations raciales face aux Noirs de Tunisie, les minorités et la question berbère, la naissance sur Internet d’un nouvel espace public d’exercice de la démocratie, le cyberactivisme, les intérêts télévisuels et la coopération franco-tunisienne, les religions face a l’expérience démocratique, les enjeux de la laïcité, les oubliés de la révolution en milieu rural…

Djaouida 1
Doctoriales de Sousse, décembre 2010.
© Djaouida Lassel

Les mutations des mondes arabes ont aussi drainé vers l’IRMC de nombreux jeunes chercheurs européens en sociologie, sciences politiques, sciences de l’information et de la communication, venus d’Algérie, d’Espagne, d’Italie, de France. Beaucoup viennent « prendre la température » ou se confronter a une expérience sociale et politique exemplaire, sollicitent des accueils scientifiques ou des bourses. Ils sont engagés dans des travaux de mémoire sur le rôle de la chaîne Al-Jazeera en Tunisie, les associations féminines dans les révolutions, les instances juridiques de transition, les nouvelles cultures et les partis politiques, l’identité tunisienne etc.

La révolution s’est aussi manifestée dans les pratiques de recherche. On a noté un accès facilité au « terrain » et aux enquêtes, moins de procédures, sans rétention sur les archives pour les historiens, et avec des personnes ressources plus faciles a atteindre. On a pu assister à un rapprochement des journalistes et des chercheurs qui s’efforcent de communiquer avec le grand public, s’affichent dans la presse, sont sollicités par la radio et la télévision. Sur le plan de l’édition, les événements ont suscité une meilleure collaboration et des potentialités de coéditions avec des éditeurs tunisiens (dont deux ouvrages avec Cérès Editions), ainsi que des contrats de diffusion de nos ouvrages auprès des distributeurs locaux. Enfin, les rapports de l’IRMC avec les institutions françaises et la mission diplomatique ont changé : l’Institut doit tout d’abord répondre à une forte demande d’actualité, au détriment parfois de l’histoire ou de la recherche dite fondamentale, de la part du MAE et en matière de diplomatie scientifique ; il est interpellé par le CNRS, moins a l’écoute de la demande sociale en coopération et plus centre sur la production de savoirs d’excellence et de publications.

Enfin, et il faut s’en réjouir, l’Institut français attend de l’IRMC des interventions dans le débat d’idées et une valorisation de ses activités au sein d’un espace d’action culturelle dont le souci de résultats et de visibilité ne semblait pas, jusqu’a ce jour, toujours compatible avec la temporalité plus longue et scrutatrice, dubitative et interprétative du chercheur face a l’événement. En ce sens l’IRMC doit mieux communiquer sur sa vocation essentielle résidant dans ses valeurs internationales et même transnationales, qui en font un Institut non plus au service d’un seul pays ou d’une politique binationale, mais de valeurs scientifiques universelles et exprimées dans des actions multilatérales.

De nouveaux enjeux

La révolution tunisienne interpelle aujourd’hui la recherche en SHS dans son souci d’interrogation et d’interprétation des faits sociaux pour comprendre le poids du passé, le développement et l’économie de la région, les conflits institutionnels, les valeurs et identités, les normes juridico-politiques. Si l’IRMC a jusqu’à ce jour su répondre à l’appel, d’autres questions se posent désormais a lui, plus incertaines et soumises à l’évolution sociale, politique et culturelle des révolutions arabes. En Tunisie par exemple, les événements survenus ont mis à jour l’émergence d’une nouvelle société civile au point que beaucoup de Tunisiens avouent avoir méconnu et mal connaître encore leur pays et ses forces humaines.

L’IRMC avait jusqu’à présent travaillé prioritairement avec les universitaires francophones au bénéfice de leur opposition au régime autoritaire. Face à un changement de société ces mêmes universitaires se trouvent encore dans une « opposition ». Beaucoup, fragilisés, se retournent vers cette autre société civile qui se dessine, où la « modernité » va se reconstruire dans un dialogue avec une tradition qui n’échappera pas à l’emprise de la mondialisation. C’est dans cette nouvelle donne, restructurée notamment par une recomposition plus apaisée de l’ancienne ligne de fracture entre arabisants et francophones, et au cœur de la quête d’une identité nationale tunisienne, que l’IRMC devra se recentrer et élargir son public, sans nul doute par-delà son actuelle audience en langue française.

 ***

Après avoir servi la communauté scientifique en Tunisie durant cinq années, je quitterai mes fonctions de directeur de l’IRMC le 31 aout 2013. J’ai beaucoup appris, beaucoup reçu, beaucoup donné. J’ai eu la chance de vivre la révolution tunisienne et cette intense période, non achevée, de turbulences et d’effervescences sociales. À l’IRMC, j’ai eu la liberté totale de diriger, de proposer et d’échanger selon mes propres convictions intellectuelles et mes valeurs personnelles. En Tunisie, et de l’Algérie a la Libye, et sans autre prétention que d’être une interface multilatérale, un passeur lui-même de passage, j’ai la satisfaction d’avoir fait se rencontrer des institutions, des personnes, des idées.

Pour cela, j’ai été accompagné par une équipe (de services, administrative, éditoriale et scientifique) très exceptionnelle, je tiens à le souligner, qui a mis toutes ses ressources et toute son énergie au service de cet esprit « Maison » qu’est celui de l’Institut. Merci mille fois et de tout cœur (la recherche a aussi un affect) pour nos partages et nos échanges, à toutes celles et à tous ceux qui liront ces lignes et qui s’y reconnaîtront. Dans la réalité ou dans la mémoire, nous nous recroiserons certainement. L’IRMC, avec vous et moi, « c’était bien ».

 Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

Pierre-Noël DENIEUIL

est directeur de recherche au CNRS et actuel directeur de l’IRMC. Son mandat a débuté en 2008 et s’achèvera à l’été 2013.

Pour citer ce billet : Pierre-Noël Denieuil, « L’IRMC avant et après Ben Ali », Le Carnet de l’IRMC, 17 juin 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/928

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Fragment de tableau d’atmosphère de la recherche sur le Maghreb et les sociétés maghrébines en 2006

Pierre Robert Baduel
Photographie de Pierre Robert Baduel

Dans l’économie commémorative des 20 ans de l’IRMC, j’ai été invité à traiter du positionnement et du bilan des sciences humaines et sociales sur la Tunisie et sur le Maghreb au temps de mon mandat de direction (sept. 2003-aout 2008). Proposition confiante certes, mais il m’a semblé impossible de relever ce challenge en un volume très réduit et surtout de donner du sens à des bornes artificielles au regard de la marche même du savoir. À la réflexion, la demande me parut faire écho à la publication sous ma responsabilité d’un ouvrage dont l’objet semble proche de cette thématique : Chantiers et défis de la recherche sur le Maghreb contemporain (Karthala, 2009, 600 p.). Le projet à l’origine de cette réflexion sur le devenir de la recherche en SHS sur le Maghreb et les sociétés maghrébines avait réduit sa focale a l’étude de « nouveaux objets et nouvelles problématiques » parmi les plus significatifs au moment de son élaboration (2006). Avec cet ouvrage, on dispose aujourd’hui de la photographie d’un bon échantillon des auteurs et des tendances de la recherche d’alors sur le Maghreb. N’ayant pas l’outrecuidante prétention de traduire fidèlement en quelques paragraphes la richesse des contributions et donc y renvoyant, je ne ferai ici qu’un retour sur la problématique du projet, et ce faisant, je me limiterai a brosser – a trop grands traits ! – un fragment de tableau d’atmosphère de la recherche sur le Maghreb et les sociétés maghrébines autour de 2006.

Pour comprendre la fabrication de ce projet et son esprit, il faut partir du lieu de sa production : l’IRMC. La vie scientifique de celui-ci était organisée principalement autour de programmes menés par les chercheurs recrutés à cet effet (post doctorants ou chercheur-e(s) du CNRS et de l’université tunisienne), mais elle ne s’y réduisait pas. Comme tout centre de recherche, au-delà des programmes engagés, l’institut se devait d’assurer une veille scientifique générale, et comme Institut français de recherche a l’étranger (IFRE) de répondre à celles des interpellations extérieures – scientifiques, culturelles ou sociétales – qui pouvaient directement ou indirectement le concerner. Le projet des Chantiers de la recherche sur le Maghreb est précisément né sous le double aiguillon d’interpellations de l’environnement et de questionnements épistémiques de fond.

Chantier et défis de la recherche PRB 2008Trois séries d’éléments concoururent a la conception du projet. Deux avaient rapport à des événements sociétaux qui, chacun à sa façon, devaient « impliquer/impacter » les SHS, la troisième résultait davantage des évolutions internes du débat scientifique mais faisait également écho à des interpellations externes. L’année 2005 avait été marquée en France par une salve d’événements touchant de front ou de biais les « sociétés maghrébines » au sens large (déterritorialisées). En janvier 2005 paraissait un manifeste des Indigènes de la République. En février 2005, l’Assemblée nationale votait une loi qui non seulement mit le feu aux poudres des relations franco-algériennes mais aussi interpella, voire « interloqua » les SHS : la loi demandant notamment mémoire des « aspects positifs de la colonisation ». Entre octobre et novembre 2005, les « quartiers sensibles » s’embrasaient durablement. Un débat vif s’ensuivit aussi bien dans les medias que dans la communauté scientifique qui prit durablement deux tournures : une interrogation sur la dimension post-coloniale de la société française d’une part et d’autre part l’émergence d’un débat très clivant dans la communauté scientifique sur ce qui fut qualifié de « lois mémorielles » (Shoah, Arméniens, Esclavage, Colonisation).

Au Maghreb, 2006 allait être l’année du cinquantenaire des Indépendances du Maroc et de la Tunisie et en Algérie un mouvement persistant – ne bénéficiant pas officiellement de l’aval du pouvoir eu égard sans doute moins au fond qu’aux probables conséquences diplomatiques – s’était développé depuis plusieurs années en faveur du vote par la représentation nationale d’une loi condamnant la colonisation française comme crime contre l’humanité. Mutatis mutandis, la recherche au Maghreb vivait aussi à « l’ère du témoin » et était menacée aussi d’une soumission cognitive a la « tyrannie de la mémoire ». Si au Maroc, le pouvoir en place ne pouvait que tirer bénéfice de la commémoration de l’Indépendance, en Tunisie il en était autrement, toute commémoration de l’odyssée bourguibienne n’étant admise que dans certaines discrètes limites, afin que la valorisation de Bourguiba ne conduisit pas par comparaison a une appréhension par trop dépréciative du régime benalien. Les manifestations publiques de la recherche tunisienne commémorant l’Indépendance et ses héros risquaient fort d’être « contraintes » faute d’être autorisées à une libre controverse, à l’image cependant de ce qui avait cours sous Bourguiba, dont l’ascendant, suffisamment persuasif pour n’avoir pas – au moins aux débuts – besoin de dispositifs officiels de contrôle de la recherche – avait « spontanément » conduit des chercheurs citoyenne ment impliqués à ne pas risquer d’être les otages d’une histoire officielle et par prudence à opter en conséquence pour des périodes moins risquées, plus anciennes (ainsi par exemple, selon leur témoignage, de H. Djait et de M.H. Cherif). Dans ce contexte compliqué vis-à-vis du pouvoir et délicat vis-à-vis de la communauté scientifique nationale, comment l’IRMC, sur place et à sa place, en conservant une posture exclusivement scientifique, pouvait-il prendre sa part dans les rencontres sur le cinquantenaire de l’Indépendance de ces pays ?

Alfa hors-série 2004À propos des « lois mémorielles », l’historien de l’affaire Dreyfus V. Duclert écrivit alors que si, sur ce qui avait constitué leur objet, la France avait connu un investissement ancien et fort des SHS à la hauteur des renouvellements scientifiques que les USA avaient réalisés avec les Genocides Studies et les Colonial and Postcolonial Studies, les instances politiques ne se seraient pas emparées de ces sujets. Cette accusation de carence me parut trop injuste en particulier au regard des derniers développements de la recherche d’un côté en histoire de l’Algérie coloniale et de la Guerre d’Algérie (enfin « nommée » pour ce qu’elle fut) et de l’autre en histoire de la France dans ses dimensions « postcoloniales », qui l’une et l’autre venaient de voir surgir une nouvelle génération de chercheur(e)s novatrice et combative (dans le sillage des « aînés extrêmes », P. Vidal-Naquet et J. Marseille). Elle me renvoyait cependant sur un plan strictement scientifique vers la difficulté que, de façon persistante, avait la communauté scientifique française en particulier à « recevoir » les postcolonial studies, comme elle avait eu du mal antérieurement à recevoir la critique saidienne de l’orientalisme et plus globalement des area studies, dont il faut se souvenir que l’introducteur en France fut T. Todorov, un chercheur sans lien avec l’orientalisme mais spécialiste de littérature comme Said et les initiateurs des Postcolonial Studies. Valery Clary, une jeune historienne qui fit en 1994 un mémoire universitaire sur la ROMM (Revue de l’Occident musulman et de la Méditerranée) fut stupéfaite de constater l’absence dans la revue de toute discussion d’Orientalism à sa sortie (1978) et ultérieurement, ce qui, parmi d’autres raisons, devait m’amener à sa reconfiguration sous la formule de la REMMM (Revue des Mondes musulmans et de la Méditerranée). En France, en 2006 et ultérieurement le débat sur les Postcolonial Studies devait rester passionnel, voire manichéen, et à coup sûr globalement étranger au monde de l’orientalisme, du moins de l’orientalisme islamique, étant surtout le fait de spécialistes de littérature, d’historiens de la société française (métropolitaine et ultramarine), d’africanistes, d’indianistes, voire d’une politologue des relations internationales (M.-Cl. Smouts). Pour ma part, après avoir plusieurs fois tenté de lancer le débat sur les area studies dans la REMMM et lors de congrès de l’AFEMAM, j’avais enfin écrit sur Edward Said un gros article paru en 2005 (« Relire Said ? », Alfa 2004) et je devais ultérieurement contribuer à Ruptures postcoloniales (N. Bancel et al., 2010).

Lorsqu’en début 2006 je lançais l’appel à communication, je mis sur l’agenda de la rencontre librement mais de front le débat d’un côté, à travers les « lois mémorielles », sur les rapports entre Histoire et Mémoire – qui faisait rage médiatico-scientifiquement alors, mais qui, à une autre hauteur, venait d’être instruit par P. Ricœur en particulier – et d’autre part sur quelques paradigmes en question (Area Studies, Postcolonial Studies, Gender Studies, Microstoria, …). N’était-ce pas là la seule bonne façon pour ceux qui, généralement sans le lire, récus(ai)ent Said, de relever le gant de son accusation de faiblesse de l’apport des area studies à la science générale ?…

Si interpellations externes et questionnements épistémiques de fond conjugués concoururent ainsi au projet des Chantiers et firent de la rencontre qui en fut la première concrétisation un vrai colloquium et des débats qu’elle permit une saine disputatio, dans mon esprit l’effet d’amplification que devait permettre la réunion éditoriale d’un pareil échantillon de travaux et d’auteurs des deux rives de la Méditerranée avait un égal objectif, citoyen celui-ci : contribuer à éclairer l’opinion publique qui, les ignorant largement, faisait confiance aux politiciens de tout crin dans un domaine ou l’improvisation, l’incompétence, voire de bas calculs ne peuvent générer au total que désolation.

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

 

Pierre Robert BADUEL

est directeur de recherche honoraire au CNRS en sociologie politique, il a dirigé URBAMA et a été directeur de l’IRMC de 2003 à 2008.

Pour citer ce billet : Pierre Robert Baduel, « Fragment de tableau d’atmosphère de la recherche sur le Maghreb et les sociétés maghrébines en 2006 », Le Carnet de l’IRMC, 10 juin 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/921

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Une journée à l’IRMC

iismm_bras-small480
Photographie de Jean-Philippe Bras
© IISMM

Il fallait d’abord garer son véhicule à l’ombre improbable d’un araucaria, dans la rue Mohamed Ali Tahar, de ce calme quartier de Mutuelleville. À l’entrée, encadrée de deux grands palmiers, de la sobre villa blanche ou se tient l’IRMC, on était accueilli par Salem Yacoubi ou Salem Yacoubi qui, faute de garder les buts du Club Africain ou de l’Espérance de Tunis, veillaient sur les locaux de l’Institut. Car le football était la première affaire du jour, et une affaire sérieuse, substitut a un champ politique déserté, ou Sahéliens, Sfaxiens, Tunisois réglaient leurs comptes entre eux, et bien sûr tous ensemble avec l’Espérance de Tunis, club du peuple et du pouvoir, présidé par le gendre du Président.

La chronique du championnat faite, on descendait par une marche abrupte dans un jardin bas et fort inondable, ce qui rendait le fonds documentaire sujet aux intempéries, au grand désespoir des bibliothécaires. Mais ce jardin, avec ses bancs de pierre, ses arbustes et ses herbes un peu folles, était propice aux conversations et aux déambulations, sorte d’extension pour le travail académique de locaux toujours trop exigus ; lieu de pause aussi, ou se grillaient les cigarettes, Latifa Bessoudi son cendrier à la main ; aire des festivités enfin, à l’occasion des séminaires et des journées d’études, mais aussi des départs célébrés par le fumet du méchoui et scandés par les stridents youyous des femmes.

Au fond du jardin était sis le « studio », où se tenaient tant bien que mal les chercheurs. Ce lieu mal commode et un peu sombre pouvait s’emplir d’animation, notamment a l’occasion des réunions du comité de rédaction du bulletin d’informations scientifiques Correspondances qui, avec les séminaires de recherche, conférait une corporalité à l’équipe de recherche, qui n’était pas acquise au départ, les chercheurs étant recrutés sur projets et pour des durées limitées. Ces moments communs étaient donc précieux, fortifiant les liens entre chercheurs français et tunisiens, associant pleinement les doctorants, moins solennels que la réunion annuelle du laboratoire. Le bulletin était aussi un instrument de veille sur la production scientifique maghrébine, et de collaborations scientifiques élargies. Kmar Bendana a beaucoup contribue au souffle du bulletin – nous étions dans l’histoire culturelle in vivo – comme elle l’a fait pour IBLA, la revue de l’Institut des Belles Lettres Arabes, avec lequel l’IRMC a toujours entretenu une forme de correspondance implicite, dans une position commune d’intermédiation. Après un maquettage précis par Besma Ouraied, et la contribution des volontaires du service national qui apportaient un surcroit de jeunesse a l’Institut, le bulletin était envoyé à l’imprimeur puis faisait l’objet d’une distribution certes couteuse et parfois malaisée dans les incertitudes des acheminements postaux, – mais nous n’étions qu’aux balbutiements de l’Internet.

Puis, il fallait entrer dans le vestibule de l’Institut dans une quiétude obligée par la proximité immédiate d’une bibliothèque, a la fréquentation toujours réconfortante, ou le chuchotement était de règle, sous la vigilance de Catherine Cassan-Touil et de son équipe. Mais tout changeait les jours de séminaires ou de conférences, dans le fracas des tables et des chaises que l’on déplace, puis des débats souvent vigoureux qui s’y tiennent. La partie gauche du vestibule était le domaine de Jellal Derouiche, passeur a la civilité souriante, passeur des livres entre le magasin (à sa gauche) et la bibliothèque, des livres aux photocopies (à sa droite), des visiteurs vers les bureaux auxquels on accédait en gravissant un escalier. En vis-à-vis immédiat du haut de l’escalier, se trouvait le secrétariat de la Direction. La porte a peine ouverte, Christiane Saddem et Hayet Naccache lançaient immanquablement à la cantonade et à l’unisson un vigoureux « bonjour, Monsieur le directeur ! » qui n’était pas dénué d’une forme d’ironie bienveillante, marque d’une confiance réciproque. Tous ces rituels de passage étaient bien réconfortants au moment où il fallait s’asseoir a la table de travail ou s’entassaient dossiers et parapheurs.

Bras 2000
Séminaire à l’IRMC avec des chercheurs tunisiens et français, 1999. De gauche à droite : Abdelmajid Charfi, Jean-Philppe Bras et Amar Mahjoubi.

Un des moments de la fin de la matinée était consacré à faire le point avec Anne-Marie Planel, directrice adjointe de l’IRMC, sur les questions stimulantes, autour des programmes de recherche, du calendrier scientifique, et des partenariats avec les chercheurs tunisiens (sa fine connaissance du monde universitaire tunisien, acquise de longue date, notamment dans le cadre du Centre de Documentation Tunisie Maghreb (CDTM) qu’elle dirigea et qui préfigurait le futur IRMC, fut bien précieuse pour les directeurs successifs de l’Institut) et les questions nécessaires, budgétaires ou du rythme des publications et de la préparation des rapports d’activité.

Mais il fallait aussi sortir du bureau, pour se rendre aux rendez-vous et aux réunions au service culturel et a l’ambassade, où l’on pouvait s’assurer de la cohérence des dispositifs de coopération, et susciter des complémentarités (les enquêtes conduites par Éric Gobe et Vincent Geisser avec un financement du service culturel, les relations établies avec l’AFD dans le cadre du programme conduit par Mihoub Mezouaghi). Il s’agissait aussi d’aller à la rencontre des partenaires tunisiens, pour établir des entreprises communes, ainsi des réunions préparatoires en vue des rencontres annuelles de jeunes chercheurs avec l’Université de Tunis, dirigée par le recteur Mahbouli, qui ont constitué un point fort de cette coopération. Mais, pour atteindre nos interlocuteurs, encore fallait-il déjouer les embarras de la circulation dans Tunis, ce que s’employait à faire avec talent, mais pas toujours avec succès – à l’impossible, nul n’est tenu –, Fathi Aouadi.

Les discussions avec les chercheurs et les doctorants en poste a l’IRMC étaient toujours passionnantes, en raison notamment des spécificités de l’Institut, qui en faisaient un lieu de recherche à la fois très libre et très contraint. Il était très libre sur le plan académique, et la transgression des frontières disciplinaires y était à la fois nécessaire, tant l’équipe avait une composition pluridisciplinaire (historiens, géographes, sociologues, anthropologues, linguistes, politologues, économistes… et un peu juristes) et souvent réjouissante par les nouveaux angles de vue sur les programmes qu’elle suscitait. Cette liberté disciplinaire se manifestait encore par l’investissement de disciplines qui n’avaient guère leur place dans le champ académique tunisien, comme l’anthropologie, fille marquée d’une ethnologie coloniale, à travers le programme conduit par Mohamed Kerrou, et la participation de l’IRMC à la création de l’Association des anthropologues de la Méditerranée (ADAM). D’autres initiatives ont pu être conduites dans le cadre de l’Institut, qui correspondaient bien à des besoins exprimés par des acteurs de la communauté scientifique tunisienne, par exemple sur le croisement entre droit et histoire, ce qui permit de mettre en place un groupe de travail entre juristes et historiens, où s’impliquèrent particulièrement Sami Bergaoui, Abdelhamid Henia, Sana Ben Achour, puis Nada Auzary-Schmaltz.

Mais l’IRMC était aussi un lieu de recherche très contraint sur le plan politique, confronté a la problématique de la mise en œuvre de la recherche en sciences humaines et sociales sous un régime autoritaire, que connaissaient également d’autres instituts équivalents dans le monde arabe. La difficulté était de taille. Était-il possible de tenir les standards de recherche avec ce qu’ils supposent d’autonomie du chercheur, et de conduire des travaux et de produire des résultats de la recherche qui ne mènent pas à la fermeture de l’Institut ? Dans ses nuits agitées, le directeur pouvait se représenter l’Institut comme sur le faite d’un toit, dont l’un des versants précipitait vers la complaisance et l’autre vers la perte. Si l’édifice a tenu, avec ses délicats équilibres, c’est qu’il a été bien conçu dans sa phase initiale, ce dont il est largement redevable à Michel Camau, son premier directeur.

Numériser0011
Séminaire à l’IRMC avec des chercheurs tunisiens et français 1999.

Pleinement intégré dans le dispositif de la coopération scientifique et culturelle bilatérale, l’Institut a été doté d’un comité de suivi franco-tunisien qui se réunissait chaque année, et dont les membres tunisiens étaient nommés par le ministre de l’Enseignement supérieur. Les relations de confiance qui ont pu être nouées avec ceux-ci, Moncef El Gaied, le directeur de la recherche scientifique au ministère, Yadh Ben Achour et Abdelmajid Charfi, les réunions annuelles où la partie tunisienne pouvait exprimer ses souhaits sur le renforcement des partenariats, ont contribué à éviter les chausse-trappes, à faciliter la délivrance des autorisations de recherche, à obtenir le détachement d’enseignants-chercheurs de l’université tunisienne à l’IRMC, où ils conduisaient des programmes pluriannuels. Parallèlement, un travail de mise en forme des termes des programmes de recherche, des demandes d’autorisation de recherche par les jeunes chercheurs permettaient d’éviter des difficultés prévisibles, pour des travaux ultérieurement publiés dans le cadre de l’Institut ou d’autres instances scientifiques. Ce travail était d’autant plus indispensable quand les chercheurs relevaient des disciplines des sciences politiques, comme ce fut le cas pour Vincent Geisser et Eric Gobe.

Ces traits marquaient une vraie spécificité de l’IRMC par rapport au réseau des instituts français de recherche à l’étranger, qu’il fallut parfois défendre, notamment quand le ministère des Affaires étrangères étendit le dispositif des comités du suivi à d’autres instituts, sur le modèle de l’IRMC donc, mais envisagea en retour d’étendre à l’IRMC le principe de nomination par l’ambassadeur des membres représentant les institutions scientifiques du pays d’accueil. Ce dispositif a également permis une pleine appropriation de l’outil de coopération qu’est l’IRMC par les enseignants-chercheurs tunisiens en poste à l’Institut. Au terme de leur détachement, ceux-ci ont continué de s’impliquer fortement dans les activités de l’Institut. Ce fut notamment le cas d’Abdelhamid Henia qui a créé et dirigé un gros laboratoire d’historiens (DIRASSET), dont les partenariats internationaux sont nombreux, avec des laboratoires français, européens et maghrébins, mais aussi avec l’IRMC, par l’organisation conjointe de rencontres jeunes chercheurs. Mais l’observation vaut également pour Mohamed Kerrou pour l’anthropologie, Hassan Boubakri pour les coopérations avec la Libye, ou Mohamed Elloumi pour l’économie du secteur agricole. Une limite à une pleine implication de la communauté scientifique tunisienne à l’Institut a cependant subsisté : celle de la langue de travail, qui était exclusivement le français, ce qui avait l’inconvénient d’épouser des clivages implicites à cette communauté scientifique.

Un autre atout de l’Institut aux yeux des autorités tunisiennes était naturellement sa dimension maghrébine. Dans un contexte de fermeture des frontières où les institutions scientifiques régionales avaient été mises en sommeil, l’IRMC était l’un des rares lieux où chercheurs marocains et algériens pouvaient se réunir et conduire des projets communs. Cette dimension maghrébine faisait partie des pré-requis des programmes de recherche de l’Institut. On se souvient des chercheurs algériens arrivant par la route dans les années noires, visiblement soulagés d’avoir échappé a l’improbable destinée promise par les barrages routiers, et des partenariats établis à cette époque avec le CREAD de Yacine Ferfera, le CRASC d’Oran dirige par Mme Remaoun, ou avec la revue Naqd de Daho Djerbal, qui tenaient le cap dans la tempête. Ce fut aussi le temps de la création du Centre Jacques Berque à Rabat, issu d’une antenne délocalisée de l’IRMC, ce qui ne signifiait nullement l’interruption des relations avec les institutions marocaines, mais une concertation attentive entre les deux instituts.

Dans cette pile de dossiers qui s’accumulait sur le bureau du directeur, il y avait toujours en bonne place la préparation du rapport annuel au conseil scientifique qui était la grande affaire de l’Institut, et mobilisait les énergies sur le trimestre du printemps. Le rapport était examiné avec soin par les figures tutélaires du conseil scientifique, qui représentaient les institutions de recherche françaises sur l’aire géographique du monde arabe et musulman, et veillaient aux équilibres des partenariats. L’IREMAM, bien sur, URBAMA ou Pierre Signoles et Pierre Robert Baduel se sont dépensés sans compter dans les relations avec l’IRMC, l’Institut Maghreb-Europe avec René Gallissot, Henri Regnault pour l’économie paloise et mondialisée, et plus tard l’EHESS avec Jocelyne Dakhlia. L’air s’emplissant des senteurs du soir montant du jardin, et des appels a la prière des muezzins par haut-parleur, il était temps de refermer les dossiers et de regagner ses pénates.

PS : Le mode du passé, qui est mien, c’est encore largement le présent de l’Institut, ce qui est signe de la permanence de l’institution, signe réconfortant pour le juriste et l’ancien directeur. Mais ce passé est tout aussi révolu. Depuis, bien d’autres ont apporté leurs pierres à l’édifice, et le Maghreb contemporain connaît des bouleversements dont l’IRMC ne reste bien sûr pas à l’écart.

 Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

 

Jean-Philippe BRAS

est professeur de droit public à l’Université de Rouen, Président du Conseil scientifique du Pôle Maghreb. Il a été directeur de l’IRMC de 1997 à 2003.

Pour citer ce billet : Jean-Philippe Bras, « Une journée à l’IRMC », Le Carnet de l’IRMC, 6 juin 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/913

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Aux origines de l’IRMC

Michel Camau
Photographie de Michel Camau

1992 est l’année de naissance officielle de l’IRMC, mais celui-ci était en gestation depuis près d’un un an et demi avant son ouverture. La période était placée sous le signe de grandes transformations, avec la chute du mur de Berlin mais aussi la création de l’Union du Maghreb arabe. Du point de vue logistique, il y avait a Tunis le socle important du Centre de documentation Tunisie-Maghreb dont Anne-Marie Planel avait été la cheville ouvrière a partir de ressources françaises documentaires et bibliothécaires qu’elle a eu le talent d’organiser et de valoriser pour offrir un service très important a la communauté scientifique tunisienne. L’idée était de passer à la vitesse supérieure avec à l’esprit le format des centres de recherche français existant déjà de par le monde. Et ce projet a mûri.

Lorsque j’ai été sollicité, j’étais directeur de l’IREMAM depuis peu et j’ai hésité parce que cela m’ennuyait d’écourter mon mandat. J’ai fini par accepter car ce projet renouait avec un autre, entrepris avec le CNRS, qui devait en principe me nommer directeur adjoint de son bureau de Tunis en 1986. La chose ne s’était pas réalisée pour des raisons liées aux effets en chaîne de l’alternance politique (première cohabitation) en France. Lorsque l’administration française m’a relancé en 1990, certains de ses responsables avaient en tête ce premier projet non abouti. En acceptant, j’insistais sur la nécessité d’établir des liens entre des nouvelles générations de chercheurs en France et au Maghreb, sortir des relations franco-maghrebines « de papa » et créer quelque chose qui ne soit pas franco-français, mais franco-maghrébin, et d’abord franco-tunisien à partir de ce capital du CTDM, pour aller vers des perspectives euromaghrébines puisque le contexte était au renouvellement des relations entre l’Europe et le Maghreb.

Numériser0005
Inauguration de l’IRMC, 1992.

Sur le plan politique, il y avait eu une initiative du secrétaire d’État à la Coopération internationale du Gouvernement Rocard, Thierry de Beauce, qui, de passage a Tunis en 1990, avait émis le souhait de la création d’un « Institut de recherche sur le Maghreb contemporain », nom que nous avons retenu. J’avais souhaité mettre en place cet Institut en négociant d’abord avec les autorités tunisiennes avant de poser d’autres jalons, comme il m’était demandé, au Maroc et en Algérie. Du côté du ministère français des Affaires étrangères, il s’agissait de créer un établissement autonome financièrement, c’était là une grande conquête, qui ne plaisait pas à tout le monde. Cela signifiait qu’il y aurait une dotation budgétaire propre à l’IRMC, dont les crédits ne pourraient pas être amalgamés avec ceux de la coopération culturelle. Cette victoire sur le principe de la non fongibilité des crédits avait été remportée par Jean-Claude Vatin, directeur du CEDEJ au Caire, elle signifiait un statut d’Établissement à autonomie financière, condition d’autonomie de la recherche. À l’ambassade à Tunis tous ne voyaient pas cela d’un bon œil.

À mon arrivée, le message était : « débrouillez vous ! ». J’ai dû m’improviser diplomate. J’ai donc négocié avec le Ministre Charfi qui voyait les choses de façon favorable. Il était un souverainiste très ferme, c’était à son honneur, qui souhaitait s’assurer de la part des Tunisiens dans le projet. J’ai proposé la création d’un comité de suivi où la recherche tunisienne serait dûment représentée ; cela lui a convenu et il a transmis le dossier au ministère tunisien des Affaires étrangères, qui donna son aval quelques mois plus tard.

Les objectifs internationaux et l’expérience marocaine

Le premier principe était la relation entre les communautés scientifiques au-delà des chercheurs spécialisés sur le Maghreb et le monde arabe, que l’IRMC soit synonyme d’une ouverture et non d’un enfermement dans des échanges classiques et routiniers qui existaient déjà. Le second principe était la formation de jeunes chercheurs français mais aussi européens, espagnols, italiens ou autres, sur place ; qu’ils ne soient pas là en off shore mais en interaction avec les jeunes chercheurs du cru et avec le réseau scientifique local, dans le cadre de programmes de recherche configurés dans une perspective euromaghrébine. Nous avons entrepris à l’époque de faire venir des chercheurs marocains et algériens à Tunis ainsi que des Tunisiens et des Algériens au Maroc.

Ce fut une période difficile de discussions avec les services français au Maroc, parce que le projet était contraire aux routines administratives axées sur des relations de type bilatéral et non pas régional. La notion de Maghreb était totalement étrangère aux modes de fonctionnement des postes diplomatiques. Quant aux autorités marocaines, elles nous disaient « vous êtes a Tunis mais nous que sommes-nous dans votre projet ? ». Je voulais montrer qu’il n’y avait pas de tropisme particulier, que le directeur de l’IRMC pouvait résider 6 mois à Tunis et 6 mois à Rabat, dans une dimension régionale et française mêlée, ce qui est présentement le cas de l’IFPO au Proche-Orient. Je n’ai pas été entendu, faute de porte-voix, sans doute. Il a été décidé en haut lieu de transformer la représentation de l’IRMC au Maroc, assurée jusque-là avec grand mérite par Susan Ossman, en un centre distinct de celui de Tunis. J’ai alors incité amicalement Alain Roussillon à venir a Rabat, où son rôle a été déterminant. Rapidement, il s’est fortement inséré dans les réseaux marocains de recherche, permettant au Centre Jacques Berque (CJB) de prendre corps, l’IRMC assurant sa gestion administrative et financière jusqu’après mon départ. Il y a donc eu, échec du projet que j’avais porté, un Institut à vocation régionale, et néanmoins réussite, puisque le CJB a pu se constituer et par la suite prendre l’essor qui est le sien aujourd’hui.

La recherche en régime autoritaire

Inauguration Michel Camau
Inauguration de l’IRMC, 1992.
Michel Camau et Yves Saint Geours.

Quand nous avons nourri le projet d’un IRMC, le régime Ben Ali n’avait pas encore pris la forme que nous savons. Manque de chance ou d’à propos, c’est au moment ou l’IRMC entre en scène, que le pouvoir amorce un tournant répressif qui va cristalliser sa configuration autoritaire. Lors de mon premier voyage a Tunis pour prendre mes fonctions, l’ambassadeur avait fait état des déclarations de Rached Ghannouchi, me semble-t-il a l’appui, de l’épreuve de force engagée par Ben Ali contre Ennahdha ; il m’avait dit : « vous arrivez au mauvais moment ». De fait, le régime a basculé dans une formule autoritaire des plus professionnalisées, dont le fonctionnement s’apparentait au « panoptique » de Bentham, revisité par Foucault. Je parlerais à ce propos d’un « régime de surveillance » qui consiste à la fois dans l’affichage d’une omniprésence policière et dans l’aptitude à faire entrer dans les têtes que cette omniprésence est totale. C’est donner à croire que si la surveillance n’est pas nécessairement visible, il y a néanmoins toujours quelqu’un qui est la pour tout voir et tout entendre.

Peu étaient pleinement immunisés contre cette intériorisation de la surveillance. Sans être de ceux-là, nous étions en situation de prendre concrètement la mesure de la complexité d’un système autoritaire. Ainsi, avec la Sous-direction de la Recherche scientifique tunisienne, notre interlocutrice, nous avions affaire a des responsables, auxquels je tiens a rendre hommage, qui n’étaient pas les représentants patentés du Palais. Leur ligne de conduite par rapport au comité de suivi et aux activités de l’IRMC ne participait en aucune manière du régime de surveillance. Le régime autoritaire n’est pas un monolithe, il comporte des failles. Ainsi, par exemple, les autorisations d’accès au terrain ou d’enquêtes étaient soumises au visa du ministère de l’Intérieur. Nous passions par l’intermédiaire de la Sous-direction de la Recherche scientifique, qui nous couvrait, notamment pour les enquêtes hors de Tunis où il était plus difficile de ne pas respecter la consigne de demande préalable. Nos relations entre universitaires tunisiens et français n’avaient rien de conforme au portrait qui trônait dans tous les bureaux des administrations.

Du côté diplomatique français, il y avait ceux qui sans se faire d’illusion sur Ben Ali se demandaient s’il ne fallait pas le ménager et d’autres qui étaient implicitement sur la même longueur d’onde que la nôtre, a savoir ouvrir des espaces de liberté. Je me souviens d’une discussion avec l’Ambassadeur de France en fonctions lorsque le Gouvernement tunisien a décidé d’une autorisation préalable à tout colloque. Je lui avais dit qu’il n’était pas question de nous y soumettre et nous ne nous y sommes jamais soumis. Nous sommes allés le plus loin possible. Par exemple avant mon départ nous avons sorti un numéro spécial de la revue Maghreb/Machrek (juillet-septembre 1997) sur la Tunisie. Ma contribution était, thématiquement, la plus politique. J’ai essayé d’y dire des choses fortes tout en restant dans les normes académiques. Au demeurant, certains Tunisiens écrivaient des « choses fortes » dans la presse locale. Ainsi, par exemple, je me rappelle avoir cité un journaliste d’Achaâb qui, sur le mode humoristique, suggérait que la politique n’était pas une activité raisonnable en Tunisie.

Photo AMP inauguration 92
Inauguration de l’IRMC, 1992.

Il est possible de dire que l’IRMC a été un espace de liberté. Toutefois, je ne sais pas si tous les chercheurs, parmi les plus jeunes, l’ont toujours vécu ainsi. Par exemple pour le bulletin de l’IRMC il y avait de ma part une incontestable autocensure ; certains, à tort ou a raison, l’ont mal perçue. Les chercheurs tunisiens pouvaient trouver à l’IRMC des ouvrages indisponibles dans leurs institutions et travailler dans des conditions peu abordables ailleurs. On y voyait aussi des opposants politiques ; c’était un lieu ouvert, hélas même aux flics !… Espace de liberté quand nous organisions des séminaires à l’Académie de Carthage. Je retiens le souvenir d’une grande liberté de ces débats, qui touchaient à des questions de fond. Espace de liberté aussi avec les programmes de recherche. Il est vrai que les travaux étaient conduits en termes académiques et non de dénonciation politique. Ce qui nous ramène bien sûr au débat sur le rôle des sciences sociales et les limites de la « neutralité axiologique ».

Un bilan

Faisons un bilan de ces années de plomb avec des critères de satisfaction. La principale satisfaction est l’inscription de l’IRMC, des mon mandat, dans le paysage de la recherche, avec la réalisation d’excellents programmes, dirigés par Mohamed Elloumi, Abdelhamid Henia et Mohamed Kerrou. Quant aux insuffisances, elles ont été corrigées par mes successeurs. Il s’agit d’abord de la relation avec le CNRS, que je n’ai pas réussi à impliquer directement dans le développement de l’IRMC. Les choses ont changé plus tard quand le CNRS a reconnu le statut des IFRE sur le modèle du CEDEJ du Caire. Autre insuffisance, Alger, ou l’idée était de faire place à l’IRMC dans les locaux du nouveau centre culturel français qui était projeté. Il n’y a pas eu de suite du fait de l’évolution de la situation algérienne et de la politique française. Troisième insuffisance, rattrapée par la suite, une dimension européenne trop réduite en matière de recherche. S’il fallait parler d’échec, je mentionnerais celui du beau projet de constitution, auprès d’un éditeur français prestigieux, d’une collection d’ouvrages de chercheurs maghrébins, vivant et travaillant au Maghreb. Enfin, l’IRMC, lorsque je le dirigeais, n’a pas su ou pu se montrer suffisamment attractif auprès d’un milieu monolingue arabophone.

Table tonde 2011
Table ronde IRMC, avril 2011.
De gauche à droite : Michel Camau, Pierre-Noël Denieuil, Hamadi Redissi, Mouldi Lahmar, Vincent Geisser

Tout naturellement, j’ai eu droit a mon lot de critiques ici et là. À ce sujet, je me bornerai à mentionner deux anecdotes. Un jour, lors d’une brève conversation un quidam m’a aimablement traité de « mercenaire ». Sur Internet, quelqu’un s’est amusé à un jeu de mots pour m’appeler Kamel Michaud. Ces critiques, dont j’accepte le fait (surtout si l’humour s’en mêle), sinon la teneur, renvoient à des ambigüités fondamentales qui nous dépassent mais néanmoins nous concernent. À ce que je sache, il n’y a pas d’équivalent tunisien de l’IRMC à Paris ! Des relations historiques hégémoniques ? Assurément, mais cela ne signifie pas que nous, chercheurs, sommes nécessairement des vecteurs de l’hégémonie. Restent nos conduites… Libre a chacun d’en juger.

(propos recueillis par Pierre-Noël Denieuil et Abdelhamid Henia)

 Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

 

Michel CAMAU

est professeur émérite des universités. Il a dirigé l’Institut de recherches et d’études sur le monde arabe et musulman (Aix-en-Provence), a enseigné à l’Institut d’études politiques d’Aix-en-Provence et a été directeur de l’IRMC de 1992 à 1997.

Pour citer ce billet : Michel Camau, « Aux origines de l’IRMC », Le Carnet de l’IRMC, 3 juin 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/901

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

27 Volontaires Internationaux (VI) ont traversé la vie de l’IRMC de 1992 à 2013

volontariat
© Dave / Fotolia

Appelés VSN (Volontaires du Service National) puis CSN (Coopérants du Service National) puis VI (Volontaires Internationaux), en poste pour une année (et certains pour deux années), ils ont grandement participé aux activités de l’IRMC et y ont accompagné la recherche, tant dans le service documentation, dont certains spécialisés en cartographie, que dans le service publication et informatique. Certains sont devenus boursiers, chercheurs, universitaires et l’IRMC les a retrouvés au cours de son histoire.

VSN – Documentalistes

1-Stéphane Ventos (1991-1992), documentaliste

2-Dominique Valerian (1992-1993), documentaliste

CSN – Documentalistes et secrétaires de rédaction (Correspondances)

3-Jean-Pierre Cassarino (1993-1994), documentaliste

4-Nicolas Puig (1993-1994), documentaliste

5-Johan Gatty (1994), documentaliste

6-Benoit Eugene (1995-1996), documentaliste

7-Mehdi Remili (1995-1996), documentaliste

8-Elisabeth Dentan (1996-1997), documentaliste

9-Franck Moroy (1996-1997), documentaliste et secrétaire de rédaction

10-Marco Mosca (1998-1999), documentaliste

11-Sylvain Grisot (1999-2000), documentaliste et secrétaire de rédaction

12-Blaise Deltombe (2001-2002), documentaliste, secrétaire de rédaction et gestion du site internet

13-Frederic Arcens (2001-2002), documentaliste et cartographe

VI – Documentalistes, secrétaires de rédaction, rédacteur du bulletin électronique et informaticiens webmaster

14-Laurent Montgobert (2002-2003), secrétaire de rédaction et gestion du site internet

15-Hélène Chauve (2002-2003), documentaliste et cartographe

16-Vanessa Litmanowicz (2003-2004), secrétaire de rédaction et gestion du site internet

17-Mathieu Coulon (2003-2005), documentaliste et cartographe

18-Cédric-Arnaud Gauthier (2004-2006), webmaster, rédacteur IRMC’Com

19-Marion Defaut (2005-2006), documentaliste

20-Emilie Maiseau (2007-2009), documentaliste

21-Guillaume Hilt (2006-2007), webmaster, rédacteur IRMC’Com

22-Sandrine Della Valle (2007-2008), webmaster, rédacteur IRMC’Com

23-Romain Costa (2009-2011), documentaliste et secrétaire de rédaction

24-Yann Le Mouel (2009-2010), informaticien et webmaster

25-Pauline Derlon (2011-2013), documentaliste

26-Remi Valentie (2011-2013), informaticien et webmaster

27-Alexandra Nobile (2013-…), documentaliste

 

L’IRMC souhaitait tous leur rendre hommage dans le cadre de l’anniversaire des 20 ans de l’Institut. Cette liste à été publiée en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

L’IRMC a vingt ans 1992-2012

mounira-chapoutopt-remadi
Photographie de Mounira Chapoutot-Remadi, D.R.

L’IRMC a vingt ans « que le temps passe vite ! » dirait la chanson, et l’important c’est qu’en cet espace de temps, l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain est devenu un lieu dans lequel les chercheurs en sciences sociales, quelles que soient leurs spécialités, se rencontrent et débattent volontiers. C’est parce qu’il a su s’affirmer comme un lieu de réflexion pour l’ensemble du Maghreb, un lieu ou le Maghreb des intellectuels s’est fait au fil des rencontres et des séminaires et continuera a se faire bien avant le Maghreb des politiques.

Cet Institut a une histoire. Au commencement étaient trois collègues qui ont eu une longue histoire avec la Tunisie. Anne-Marie Planel, historienne dynamique, entreprenante et passionnée, arrivée en Tunisie en 1977 ne savait pas alors qu’elle entamait une belle carrière dans ce pays. Elle a été chargée tout d’abord par la Direction des archives du ministère des Affaires étrangères, de faire l’inventaire du fonds de la Résidence générale de l’Ambassade de France a Tunis, fonds constitue principalement de livres et de revues. Deux ans plus tard naissait le CDTM, Centre de documentation Tunisie-Maghreb.

Son but était de maintenir un patrimoine intellectuel et historique et de le mettre à la disposition des chercheurs tunisiens et étrangers. Il faut rappeler à ce sujet le rôle déterminant du regretté Paul Bedarida et ensuite de Denis Louche, successivement conseillers culturels adjoints a l’Institut Français de Coopération qui ont épaulé Anne-Marie Planel et l’ont soutenue constamment dans la mise en place et le rayonnement de ce centre. Cet institut qui constitue l’embryon de ce que sera l’IRMC, situe au 1er étage de la bibliothèque Charles De Gaulle est devenu très vite un rendez-vous très prisé. On y trouvait en plus du fonds ancien, les livres récents. Le but étant d’aider tout ce qui concernait la recherche en sciences sociales. URBAMA a tout de suite contribue avec le don de ses publications grâce à Pierre Signales, ancien enseignant de géographie a la Faculté des sciences humaines et sociales de Tunis.

À coté de l’acquisition d’une documentation de plus en plus riche, le CDTM a organisé des conférences et des débats et les premières thèses de l’époque y ont été présentées comme celle de Jellal Abdelkefi sur la Médina de Tunis et d’autres. De jeunes chercheurs ont bénéficié de bourses de stage comme Khadija Mohsen-Finan, Frédéric Lagrange, Patrice Coussonet, Luc Barbulesco, Nadia Khouri-Dagher, Pierre-Noël Denieuil… Le PNR, programme National de Recherche créé a partir du rapatriement des archives françaises sur la Tunisie, travaillera également avec le CDTM.

Logo CDTMC’est l’embryon de ce qui deviendra l’Institut Supérieur d’Histoire du Mouvement National, ISHMN. Les qualités et le sérieux d’Anne-Marie Planel, de même que les relations qu’elle a su nouer avec l’ensemble des chercheurs et des enseignants tunisiens ont largement contribué au succès du CDTM. Anne-Marie connaissait tout le monde et bénéficiait d’un capital de sympathie qui a rejailli sur le CDTM.

Au commencement de l’IRMC était aussi Michel Camau, revenu en Tunisie après y avoir accompli son service miliaire, à peu près a la même époque qu’Anne-Marie. Michel, chercheur au CRESM d’Aix-en-Provence était alors invité par le CERP, centre de recherche de la Faculté de droit et sciences économiques. Malgré le cloisonnement des facultés existantes, Michel Camau a très vite tissé des liens avec l’ensemble des chercheurs du CERES comme des historiens de la Faculté des sciences humaines et sociales de Tunis, dans lesquelles, la Société tunisienne des historiens universitaires (STHU) organisait des rendez-vous hebdomadaires de débats et périodiquement de séminaires, des colloques et surtout des congrès d’histoire et de civilisation du Maghreb.

Michel Camau avait déjà publie sur la Tunisie et sur le Maghreb [1]. Il était connu par ses livres et il s’est fait connaître par ses activités a Tunis et par les travaux collectifs qu’il a aussitôt engagés. Il sera amené a faire des séjours plus ou moins longs a Tunis en alternance avec le CRESM [2], devenu plus tard l’IREMAM [3].

En 1992 quand il a été rappelé pour la troisième fois en Tunisie, Michel Camau était tout désigne pour devenir le premier directeur de l’IRMC. Le Centre de documentation Tunisie-Maghreb était ainsi devenu un institut a part entière et a vocation maghrébine. Dès lors, Anne-Marie-Planel et Michel Camau ont travaillé à l’épanouissement de ce centre résolument maghrébin.

Dès le départ, il a affirmé sa vocation maghrébine et il a pris en charge la recherche sur l’ensemble des pays de l’UMA. Pendant un certain temps, eu égard a la grave crise algérienne des années 1990, l’IRMC a installé une antenne a Rabat, mais très vite, nos amis et collègues marocains ont voulu avoir leur propre institut et c’est comme cela qu’est né le Centre Jacques Berque. Cet Institut a bénéficié de l’aide active et efficace du regrette Mohamed Charfi, ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, qui a beaucoup aidé a sa mise en place et qui a désigné comme membres du comite de suivi deux grands chercheurs tunisiens, Yadh Ben Achour et Abdelmajid Charfi ainsi que les directeurs successifs de la direction générale de la Recherche scientifique, Brahim Baccari, Moncef El Gaied et Mohamed Nejib Lazhari.

L’IRMC a tout de suite organisé la recherche avec des chercheurs français, allocataires de recherches, des chercheurs associés tunisiens et des doctorants. Très vite, il a su élargir sa vocation en organisant non seulement des séminaires, des débats, des programmes de recherches mais il s’est intéressé également aux jeunes chercheurs en organisant des écoles doctorales associant des doctorants tunisiens et des doctorants venant des universités françaises, écoles animées par des enseignants tunisiens et français.

Au commencement enfin, un grand historien, le regrette André Raymond [4] a joué un rôle décisif dans la création de l’IRMC. Bien qu’ayant vécu longtemps en Égypte et en Syrie, il était resté un Tunisien de cœur. André Raymond a entamé sa carrière d’enseignant agrégé d’histoire en Tunisie de 1947 a 1951 au collège Sadiki. Il est parti ensuite a Oxford ou il a soutenu un PhD sur la Tunisie, British Policy toward Tunis (1830-1881) en 1953. Apres une longue carrière au Moyen Orient a l’IFEAD et a l’IFAO, André Raymond qui est notamment connu par sa grande thèse réalisée a partir des registres de la Mahkama du Caire, est rentré en France et à Aix-en-Provence en 1975.

jpg_Raymond-iden-web
Photographie d’André Raymond, D.R.

Ce que nous devons retenir d’une carrière riche et qui a donné a André Raymond une stature internationale, c’est qu’il a été un rassembleur de la recherche scientifique. Il a fondé l’IREMAM en 1986, rassemblant ainsi les laboratoires du CNRS. Il a fondé en 1987, l’AFEMAM[5] et il a activement œuvré pour la fondation de l’IRMC. Je voudrais rappeler à cet égard dans son œuvre prolifique deux publications sur la Tunisie, l’édition d’un extrait d’une grande chronique tunisienne, Ibn Abi Dhiaf, Présent aux hommes de notre temps. Chronique des rois de Tunis (Chap. IV et V), Edition critique, traduction et annotation, 2 vol. Tunis, et une belle étude sur Tunis sous les Mouradites : la ville et ses habitants au XVIIe  siècle, Tunis, IRMC-Cérès éd., 2006. Il avait demande à Karim Ben Smaïl de rencontrer a l’occasion de la parution de cet ouvrage, les membres de l’Association des anciens élèves du Collège Sadiki. Ce fut émouvant.

Anne-Marie Planel, Michel Camau et André Raymond ont été les trois fondateurs de l’IRMC auxquels, personnellement je rends un hommage amical pour l’œuvre et l’action accomplies. Par leur connaissance étendue et renouvelée de l’intelligentsia tunisienne, par leurs travaux personnels et par leur engagement, ils ont contribué non seulement à établir un pont entre recherche tunisienne et recherche maghrébine et internationale, à enrichir la réflexion et le débat sur les grandes questions en sciences sociales et à créer un lieu de rencontres de haut niveau.

Les successeurs de Michel Camau a la tête de l’IRMC ont continué cette orientation et su maintenir les liens qui avaient été tissés. Jean-Philippe Bras, Pierre Robert Baduel et Pierre-Noël Denieuil ont tous œuvré pour un Maghreb de la recherche et leur aide, leur participation a sa dynamisation n’ont jamais faibli ; l’harmonie n’a pas été rompue bien au contraire, tous ont donne le meilleur d’eux-mêmes pour la promotion continue d’une recherche importante. D’ailleurs la chance de l’IRMC c’est d’avoir eu tout le temps a sa tête des personnes qui connaissent bien le pays pour lui avoir consacré l’essentiel de leurs recherches et cette continuité est aussi un des principaux facteurs de succès de l’Institut. Grâce a leur engagement, la libre circulation des idées, la mobilité des chercheurs, les publications, la mise en réseau de l’ensemble de la réflexion en sciences sociales a incontestablement désenclavé la recherche et évité tout risque d’exotisme. Grâce a eux, plusieurs instituts ont travaillé ensemble, aussi bien ceux des grands centres universitaires français que ceux qui sont basés a l’étranger et dans l’ensemble des pays méditerranéens.

La moisson au bout de ces vingt ans est belle. Une bibliothèque riche de près de 30 000 ouvrages et 2 300 titres de revues. Un personnel tout aussi engagé avec Christiane Saddem, présente auprès d’Anne-Marie depuis la création du CDTM et Hayet Naccache. Plusieurs chercheurs tunisiens et français ont contribué au rayonnement de l’Institut comme Abdelhamid Henia, Mohamed Elloumi, Mohamed Kerrou, Hassen Boubakri, Dorra Mahfoudh, Sihem Najar, Kmar Bendana et bien d’autres encore ainsi que des chercheurs français comme François Siino, Eric Gobe, Vincent Geisser, Nicolas Puig, Katia Boissevain, Stéphanie Pouessel… La liste et longue et les publications sont la pour témoigner du chemin parcouru.

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

 

Mounira CHAPOUTOT-REMADI

est professeure émérite d’histoire du Moyen âge du monde arabe et musulman, Université de Tunis.

 

Pour citer ce billet : Mounira Chapoutot-Remadi, « L’IRMC a vingt ans 1992-2012 », Le Carnet de l’IRMC, 31 mai 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/887

 


[1] La Tunisie avec Charles Debbash, 1973 et La notion de démocratie dans la pensée des dirigeants maghrébins, (préface de Ch. Debbasch), Paris, CNRS, 1971.

[2] Centre de Recherches et d’Études sur les Sociétés Méditerranéennes.

[3] L’Institut de Recherche sur le Monde Arabe et Musulman.

[4] André Raymond est mort le 6 février 2011, au tout début de la révolution tunisienne qu’il a accueillie avec bonheur.

[5] L’Association Française des Études sur le Monde Arabe et Musulman

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Synthèse de l’enquête menée auprès des usagers de la bibliothèque de l’IRMC

Désireux de connaître les motivations et les attentes de ses lecteurs, l’IRMC a lancé en avril/mai 2012, une enquête sur questionnaire, dont il est ici rendu compte

 

L’enquête de communication et de connaissance à l’attention des usagers de la bibliothèque de l’IRMC s’est déroulée du mois d’avril jusqu’à la mi-mai, le temps de récolter 100 questionnaires. Nous étions dans l’impossibilité d’élaborer un échantillonnage par quota parce qu’il aurait fallu beaucoup de temps pour les récolter. De la même manière, nous n’avons pas lancé l’enquête via Internet, car nous n’aurions pas eu un taux de réponse satisfaisant.

Intérêts et objectifs d’une telle enquête :

– Une meilleure connaissance des usagers de la bibliothèque et de leurs besoins ;

– L’identification des besoins et des attentes générales du public ;

– L’identification des points forts et des points faibles de la bibliothèque ;

– Savoir si les activités de l’Institut sont visibles aux usagers ;

– Communiquer avec les lecteurs de la bibliothèque et valoriser l’image.

En connaissant mieux les attentes des usagers, la bibliothèque pourra cibler son action et définir des priorités pour améliorer les services qu’elle propose aux usagers, tout en augmentant sa visibilité.

Méthode

Nous avons élaboré en interne un questionnaire de quatre pages comportant 25 questions fermées à cocher et presque à chaque fois une question ouverte qui permettait aux enquêtés d’aborder les points qui ne figurent pas dans le choix des réponses ou pour avoir plus de précisions. Le questionnaire a été testé auprès de quelques usagers pendant les jours qui précédèrent l’enquête, ce qui a permis de préciser des questions jugées floues. Le questionnaire a été distribué uniquement aux usagers inscrits à la bibliothèque. Ce choix est dû au fait que ceux qui visitent la bibliothèque pour la première fois ne connaissent pas encore ses services et les activités de l’Institut, et nous aurions en conséquence un taux de non réponse trop élevé. La distribution des questionnaires a été assurée par les moniteurs de la salle qui se relayent la surveillance dans la semaine.

Profil de fréquentation

Forte présence féminine, sur les 100 enquêtés, nous avons relevé 76 femmes contre 24 hommes. La majorité sont des enseignants chercheurs qui représentent 55 % de la fréquentation (41 femmes contre 14 hommes). 31 % sont des étudiants, 9 % sont des chercheurs, 3 % sont des enseignants et 2 % sont autres. Les disciplines les plus présentes sont : l’architecture et l’urbanisme et représentent 23 % des enquêtés. Puis viennent la sociologie et l’anthropologie (18 %), l’histoire (9 %), le droit (8 %), les sciences économiques (7 %).

Conditions de travail

Globalement les enquêtés ont déclaré qu’ils sont assez satisfaits des conditions de travail dans la salle de lecture : 45 % sont assez satisfaits des horaires d’ouverture de la bibliothèque, 17 % proposent d’élargir la plage horaire d’au moins une heure par jour. Pour 48 % des usagers la disposition des tables est assez satisfaisante, contre 22 % qui revendiquent une autre disposition ou une séparation entre les tables.

L’éclairage de la salle de lecture satisfait 64 %, contre 29 % qui ne le sont pas et réclament un éclairage individuel.

Le conditionnement d’air de la salle satisfait 73 % des usagers contre 23 % qui ne le sont pas.

Le respect du silence dans la salle satisfait 84 % des usagers, contre 14 % qui sont gênés par les entrées-sorties des lecteurs.

Le catalogue en ligne de la bibliothèque satisfait 69 % des usagers contre 18 % qui déclarent que l’utilisation du catalogue est compliquée.

Le matériel de reproduction satisfait 69 % des usagers, contre 14 % qui jugent que le service est très cher.

Certaines mesures ont été prises avant même l’achèvement de l’enquête, tels que l’éclairage de la salle de lecture qui a été amélioré. Une facilitation du mode de recherche sur le catalogue en ligne est en cours d’élaboration.

Rapports des usagers à la bibliothèque

24 % des enquêtés viennent à la bibliothèque presque tous les jours et 43 % viennent au moins une fois par semaine. Ce qui explique le temps mis pour récolter 100 questionnaires. 62 % fréquentent la bibliothèque pour consulter les fonds et travailler au calme et 11 % pour rencontrer des personnes. Plus de la moitié des lecteurs consultent les documents disponibles dans la salle de lecture (dictionnaires, encyclopédies, nouveautés revues et magazines) 73 % des lecteurs déclarent consulter les ouvrages, contre 62 % pour consulter les revues. 76 % des lecteurs sont assez satisfaits des délais d’attente de la livraison des documents stockés dans les magasins. 86 % d’eux sont satisfaits de la disponibilité des moniteurs de la salle, l’objet du recours au moniteur de la salle est surtout pour la recherche bibliographique (54 %), pour l’utilisation du catalogue en ligne (53 %) et pour la consultation des ouvrages en réserves (53 %). Globalement les lecteurs de la bibliothèque sont satisfaits des services offerts par la bibliothèque. Quelques suggestions d’achats de documents, ou d’abonnement à des revues ont été formulées et vont être prises en considération.

Rapports des usagers à l’IRMC

Bien qu’une forte diffusion des activités de l’IRMC soit faite[1], nous avons constaté que ses activités scientifiques restent méconnues mises à part les conférences. En effet, 60 % des enquêtés ont déclaré qu’ils ne sont pas au courant des programmes de recherche en cours et 52 % ne sont pas au courant des séminaires et des colloques organisés par l’IRMC et 82 % n’ont pas d’échos sur les écoles doctorales. 51 % ne connaissent pas la Lettre de l’IRMC, 39 % ne connaissent pas le site, 37 % ne sont pas au courant des publications de l’IRMC et 47 % ignorent l’existence de la revue Maghreb et sciences sociales. Notons toutefois, et paradoxalement, une forte demande des lecteurs, d’être publiés dans cette revue (27 % des enquêtés). 32 % des lecteurs ont déjà eu un contact avec l’équipe administrative et 13 % avec le secteur de l’édition, 16 % avec la direction. Ce sont ces personnes qui connaissent le plus les activités de l’IRMC, par contre les autres lecteurs viennent pour la consultation des fonds de la bibliothèque. Suite à l’enquête quantitative nous avons jugé nécessaire de la prolonger par une autre enquête qualitative afin d’approfondir les questions abordées dans le questionnaire et d’aborder d’autres thématiques qui n’ont pas été soulevées afin d’évaluer et d’améliorer la qualité de service offert par la bibliothèque et l’institut.

Sawssen Fray

est responsable du secteur documentation/bibliothèque à l’IRMC

 

Pour citer ce billet : Sawssen Fray, « Synthèse de l’enquête menée auprès des usagers de la bibliothèque de l’IRMC », Le Carnet de l’IRMC, 11 février 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/829

 


[1] Les activités de l’IRMC, quelques soient leurs nature, les conférences, les programmes de recherche, les séminaires et colloques, les écoles doctorales et la Lettre de l’IRMC ainsi que les publications de l’IRMC sont présentés dans les tableaux d’affichages de l’institut et signalés systématiquement sur le site de l’institut et sur les réseaux sociaux et envoyés par mail. À titre indicatif, les annonces de conférences sont envoyées à plus de 700 personnes par mail à part les affiches distribuées à des institutions spécialisées en sciences humaines et sociales. La Lettre est envoyée à 1500 personnes en version électronique à part la version papier distribuée.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

La migration de retour en Tunisie

Pays de provenance de la migration de retour tunisienne
© RSC-EUI

Parler de migration de retour revient à évoquer une étape du cycle migratoire où les projets et aspirations des migrants peuvent se formuler et se réajuster en fonction de facteurs à la fois contextuels, personnels et spatio-temporels. On sait, depuis des décennies, que la durée de l’expérience migratoire vécue à l’étranger, les motifs du retour et le contexte dans les pays d’immigration et d’origine ont une incidence sur la propension d’un migrant à rentrer au pays et à participer à la vie sociale économique et culturelle de son pays d’origine. Le retour, qu’il soit temporaire ou permanent, constitue un processus, composé d’événements étalés dans le temps, dont on ne peut faire abstraction si l’on souhaite comprendre les raisons pour lesquelles certains migrants parviennent à mieux se réintégrer au pays que d’autres.

Certes, il existe bien d’autres variables dont il faut tenir compte afin d’affiner ces considérations préliminaires. L’une d’elles, essentielle, relève de la décision personnelle, et sans contrainte aucune, de rentrer au pays et de s’y préparer. Cette condition essentielle, que l’on nommera « retour décidé », s’apparente au pouvoir subjectif d’une personne d’organiser son processus de retour, que ce dernier soit temporaire ou non. Elle demeure peu connue, voire reconnue. Peu connue dans la mesure où les statistiques officielles ou données censitaires relatives aux stocks de migrants de retour, quand elles existent, focalisent leur attention sur quelques critères socio-démographiques.

Peu reconnue parce que les aspirations et projets des migrants de retour ont été, au cours des deux dernières décennies, sacrifiés sur l’autel de la sécurisation des flux migratoires temporaires et du contrôle renforcé des frontières. Cette dimension sécuritaire n’aurait jamais atteint un tel degré de consensus au niveau des instances gouvernementales des pays d’immigration et d’origine, ainsi qu’au niveau des organisations intergouvernementales, sans l’adoption d’un lexique à même de légitimer les modes opératoires de ces derniers tout en les rendant plus acceptables et pensables, même si leurs conséquences demeurent impensables. C’est précisément le caractère hégémonique de ce lexique qui a permis, par la construction de nouvelles catégories de pensées, de transformer la notion même de retour en figure de substitution aux termes expulsion, réadmission et éloignement des migrants en situation irrégulière et des déboutés du droit d’asile.

Cet usage euphémique a eu de fortes répercussions sur la compréhension du retour des migrants puisqu’il traduit l’expression directe du pouvoir coercitif des États à l’encontre de personnes perçues par les autorités d’un pays d’immigration comme étant « illégales » (celles dont le permis de séjour est arrivé à terme), voire indésirables (celles qui ont traversé la frontière sans y être autorisées). Cette vision, désormais dominante, a également contribué à consolider l’idée selon laquelle le retour ne serait plus une étape du cycle migratoire, mais bien sa sanction ultime ou sa fin. Elle s’est subtilement imposée par l’adoption d’une dichotomie opposant le retour dit volontaire au retour dit forcé ; tous deux appliqués aux personnes en situation irrégulière ou bien placées en détention. Aujourd’hui, cette vision dichotomique relèverait presque du sens commun si l’on ne s’interrogeait pas sur ses origines idéologiques, ses implications et sa véritable valeur heuristique.

Niveau d’étude de la migration de retour tunisienne avant son départ à l’étranger
© RSC-EUI

Si ces catégories de pensée appliquées au retour peuvent paraître confortables au regard de nombreux officiels et fonctionnaires des pays d’immigration, comme des pays d’origine, elles ne peuvent l’être pour le chercheur. Ce dernier a toutes les raisons de s’affranchir des schémas d’interprétation dominants, sans en renier la prégnance, et de les déconstruire afin de mettre en évidence les risques d’une approche foncièrement sécuritaire de la migration de retour. Reconnaître l’existence de paradigmes puissants, capables de forger les convictions des uns et les priorités des autres, constitue déjà un premier pas dans cette direction, bien plus que ne le serait un ton dénonciateur qui reprend, probablement sans même s’en rendre compte, le même lexique et les catégories dominantes évoqués précédemment. Produire une connaissance, basée sur des analyses plaçant le migrant en tant que tel, ainsi que ses droits, choix et aspirations, au centre de l’attention, permet de recadrer le champ d’investigation et d’explorer les enjeux et réalités propres à la migration de retour.

Par conséquent, on comprend mieux que travailler aujourd’hui sur la migration de retour requiert une démarche à la fois épistémologique, méthodologique et critique. Ces trois dimensions sont aujourd’hui intimement liées, bien plus qu’elles ne l’étaient il y a près de vingt ans. Qui aurait pu imaginer à l’époque qu’un amalgame entre retour et réadmission aurait (naturellement) dominé les pourparlers et débats en matière migratoire ? Qui aurait pu croire que des pans entiers de travaux scientifiques sur la migration de retour, issus de différentes disciplines, auraient été subitement éclipsés par des priorités politiques et par une « expertise » complaisante pour, enfin, tendre vers un subtil alignement mental ?

La réponse à ces questionnements éminemment actuels relève, entre autres, du rapport compliqué entre recherche scientifique et politique, ainsi que de conditions plus générales liées à la véracité des énoncés et à leur légitimation. La recherche empirique et l’analyse critique constituent le seul moyen de reconsacrer le retour comme étape du cycle migratoire, d’une part, et le migrant de retour comme acteur, d’autre part.

L’institut Universitaire Européen (IUE), dans le cadre de la plateforme de recherche « migration de retour et développement »[1] a récemment terminé une enquête réalisée en Tunisie, au cours du premier semestre 2012, basée sur un échantillon comprenant près de quatre cents entretiens directs auprès de migrants de retour tunisiens[2], à savoir des personnes ayant vécu plus d’un an à l’étranger et qui, au moment de l’enquête, sont de retour en Tunisie depuis, au moins trois mois. L’IRMC[3], partenaire de l’IUE, a directement participé à la collecte des entretiens réalisés principalement dans les gouvernorats de Tunis, l’Ariana, La Manouba, Ben Arous, Gabès, Kairouan, Jendouba, et Médenine, auprès de migrants rentrés essentiellement de France, d’Italie, de Libye, d’Oman, du Canada, des Emirats Arabes Unis et des États-Unis.

Chaque entretien était basé sur un questionnaire structuré en trois étapes successives : la situation du migrant avant de quitter la Tunisie, l’expérience migratoire vécue à l’étranger, et les conditions du migrant depuis son retour au pays. Cette approche diachronique permet de mettre en exergue et de comparer différentes réalités migratoires, en termes de parcours individuels, de ressources, d’aspirations, de situations familiales et professionnelles et, enfin, de préparation ; cette dernière représentant une notion centrale dans le cadre des travaux de la plateforme de recherche.

Migration de retour tunisienne par âge et par sexe
© RSC-EUI

La préparation au retour se réfère plus exactement à un processus qui, par définition, s’opère dans le temps et répond à des exigences variées. Elle ne se limite pas au fait de se préparer une fois que le migrant décide, de manière autonome, de rentrer au pays. Elle comprend également la capacité à mobiliser les ressources, aussi bien tangibles (financières et matérielles) qu’intangibles (formation et compétences professionnelles, réseaux sociaux et capital social), lui permettant de garantir son retour et sa réintégration au pays.

Aussi, comprendre les raisons pour lesquelles il existe différents degrés de préparation au retour est essentiel afin d’analyser comment les modes de réinsertion des migrants de retour en Tunisie varient autant.

Par ailleurs, les résultats de l’enquête, à l’étude actuellement, permettront d’élucider de nombreuses questions dont la plus fondamentale est justement celle portant sur les multiples facteurs qui influencent la réintégration des migrants.

Ces considérations acquièrent encore plus de pertinence si l’on s’attache à analyser comment, et en fonction de quelles variables significatives, certains migrants de retour ont réussi à investir, mieux que d’autres, leur expérience migratoire dans le cadre de leur réinsertion professionnelle, par exemple, par des projets créateurs d’emploi.

En somme, il est toujours possible de mieux penser le retour, sans s’aligner sur des amalgames, en plaçant les droits, les aspirations et les projets des migrants au centre de l’attention.

Publié en septembre 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°10

 

Jean-Pierre Cassarino

est Professeur au Centre Robert Schuman, Institut Universitaire Européen, Florence, et chercheur associé à l’IRMC.

 

Pour citer ce billet : Jean-Pierre Cassarino, « Travailler aujourd’hui sur la migration de retour », Le Carnet de l’IRMC, 18 décembre 2012. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/680

 


[2] Une enquête précédente avait déjà été réalisée en Tunisie, en 2006, dans le cadre du projet MIREM (Migration de Retour au Maghreb). Les analyses et données brutes issues de cette enquête sont librement accessibles à partir du site : http://rsc.eui.eu/RDP/fr/researchprojects/mirem/.

[3] L’auteur remercie chaleureusement toute l’équipe de l’IRMC, ainsi que les enquêteurs Mahmoud Abdelmoula, Khalifa Bahrouni, Héla Bouras, Yacine Herichi, Mohamed Anis Jebri, Massaoud Kouri, Mohamed Sadok Lejri, Khaoula Matri, Mehdi Mhamed Mahjoub, Hédia Msolli, Nadia Saddem, Lilia Sagaama ; plus spécialement, Rached Ben Khalifa et Davide Calenda pour le contrôle et la validation des données.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Violence scolaire au Maghreb

Journées d’études – Tunis – 8 et 9 mars 2011

C’est sur cette thématique, très souvent d’actualité dans les médias, que se sont retrouvés à Tunis les 8 et 9 mars 2011, à l’initiative de l’IRMC et du Laboratoire du changement social de l’Université d’Alger, une vingtaine d’enseignants-chercheurs, de jeunes doctorants et de professionnels du monde de l’éducation afin de confronter grilles de lecture et réalités de terrain. Plusieurs points forts ont émergé :

– le caractère pluridisciplinaire des approches retenues, les perspectives démographiques, sociologiques, anthropologiques ou historiques apportant chacune leur pierre à l’édifice ;

– la triangulation des sources et des outils (corpus statistique, questionnaires, entretiens, observations in situ), les paradigmes évoqués se référant à la mobilisation des ressources, aux analyses en termes de don et de contre-don ou, dans une visée plus critique, aux concepts de domination ou de légitimation ;

– des préoccupations d’ordre méthodologique (appréhension et mesure des types de délits, fiabilité des données recueillies dans le cadre de la problématique du dark number) et définitionnel (qu’entendons nous précisément par violence, incivilités… ?)

– le souci de développer, dans une optique tocquevillienne, une démarche comparative prenant appui sur diverses études de cas ayant trait à la Tunisie, à l’Algérie, à la Mauritanie, à la Libye ou à la France (Nord-Pas-de-Calais, Alsace).

Le programme de la manifestation était structuré en quatre grandes parties. Dans un premier temps, étaient proposés des éléments de cadrage portant sur la caractérisation des échanges et des face-à face dans les cours de récréation, conçues comme espaces de jeu et d’opportunités (Tayeb Kennouche), sur la prise en considération de différents registres (physique, psychologique, verbal, symbolique) et de tout ce qui renvoie au subjectif, au ressenti ou à l’intentionnel (Hayet Moussa), ou bien encore sur le décryptage des spécificités socioculturelles (Mohamed Ahbiel) ou de la réception médiatique (Kenza Dali).

Après cet éclairage, place aux pratiques et aux représentations qui les sous-tendent. Les effets maître, classe et établissement occupent ici une place centrale, de même que les mécanismes de sélection ou d’orientation, lesquels peuvent conduire à la construction de l’échec scolaire et à la réactivité des élèves, ces derniers s’efforçant de sauvegarder leur estime de soi, de nier dévalorisation et déclassement en renversant les stigmates dont ils sont porteurs (Dorra Mahfoudh). La perception de l’équité, est-il souligné, apparaît centrale. On retrouve dès lors les débats classiques autour des inégalités ou des injustices, certains privilégiant les références à la « galère », à la « frustration » ou aux « cultures sur macadam », d’autres témoignant de leur intérêt pour les travaux de Pierre Bourdieu, de Christian Bachmann ou de François Dubet, sans oublier les contributions de Amartya Sen, de John Rawls ou de Charles Taylor.

Troisième moment clé : l’examen du rapport à l’autorité, celle-ci impliquant respect et vivre ensemble à travers un jeu de consentements réciproques qui passe par la constitution d’attentes morales conjointes et par la transmission de savoirs reconnus (Bernard Jolibert). La « socialisation des jeunes générations », pour reprendre une expression qu’aimaient à employer Emile Durkheim ou Ferdinand Buisson, n’est pourtant pas chose aisée car on assiste de plus en plus à un « relâchement des valeurs », à un « affaiblissement des normes » ou à un « effacement de la mémoire familiale » (Nourredine Hakiki), les enquêtes réalisées par Saïd Ghedir dans le Constantinois et par Amadou Sall au sein de la communauté Pulaar de Nouakchott étant à cet égard très instructives. La question du pouvoir ou de la gouvernance va ainsi de pair avec celle des styles pédagogiques à promouvoir et, plus généralement, avec celle de l’articulation famille/école/société (Fazia Ferraoune).

Le dernier atelier, consacré aux dispositifs et aux politiques de prévention, a mis l’accent sur les processus de décrochage ou d’absentéisme (Fatma Mediouni), la situation dans les zones d’éducation prioritaires et le poids des contraintes organisationnelles (Gilles Ferréol), la fréquence et le degré de gravité de tel ou tel comportement (Ahmed Mainsi), le sentiment de culpabilité ou de désaffiliation (Toufik Bissekri), les dynamiques d’apprentissage ou les stratégies parentales (Pascal Politanski). Des tensions plus ou moins vives peuvent de la sorte se manifester entre particularismes et universalisme, centralisation et territorialités, tradition et innovation, adaptation et réforme. Quelles que soient les réponses apportées, il ressort que ce n’est pas la multiplicité des actions entreprises qui est gage de crédibilité ou d’efficacité mais la disponibilité et la qualité de l’encadrement, des règles du jeu clairement définies ainsi qu’une volonté d’explicitation, de cohérence et de concertation.

Ces Journées, on le voit, constituent une entrée de choix pour s’interroger sur le lien social et la citoyenneté, la mixité et la sociabilité, la formation et les valeurs de responsabilité ou d’engagement… Autant de pistes qu’il conviendra d’approfondir cet automne à Alger avec comme « feuille de route » la nécessité :

– d’étoffer le matériau empirique (monographies, enquêtes longitudinales…) ;

– de faire montre de plus de technicité tant au niveau conceptuel que sous un angle plus méthodologique ;

– de bien décoder les discours, le plus souvent ambivalents, des différents protagonistes (lycéens, enseignants, personnels administratifs ou de surveillance,

experts, décideurs publics…).

Les Actes de ce prochain colloque devraient faire l’objet d’une publication, sous forme d’ouvrage, au printemps 2012.

 Publié en avril 2011 dans La lettre de l’IRMC n°6

 

Gilles FERREOL

Sociologue, Université de Franche-Comté

 

crédits photographiques : © Reuters ; Pixland/Corbis

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

L’orientalisme et après?

Séminaire animé par FRANÇOIS POUILLON et ALAIN MESSAOUDI – Tunis – 25 février 2011

 

Ce séminaire organisé à l’IRMC le 25 février 2011, s’inscrivait dans la recherche critique, impulsée par François Pouillon, sur la question de l’orientalisme vu du Sud. L’idée en était de montrer que l’orientalisme ne renvoie pas uniquement à des démarches occidentales ou métropolitaines, et d’analyser alors « la manière dont les acteurs du Sud se sont réappropriés, fut-ce après une critique radicale, les différentes versions (savantes ou culturelles) de l’orientalisme ».
Cette séance animée par François Pouillon, rassemblait des chercheurs tunisiens, en vue de la préparation du colloque L’orientalisme et après ? Médiations, appropriations, contestations, qui se tiendra à Paris les 15, 16 et 17 juin 2011. Les participants ont évoqué les différents cas de figure d’un même processus de construction d’un savoir sur l’Orient, puis sa réception et sa réappropriation par celui qui en est l’objet, et la production d’un autre savoir, comme un orientalisme retraduit, voire réorientalisé, par l’indigène.

De la construction de l’orientalisme à sa réception indigène. Les propositions sur ce thème renvoient plutôt à l’analyse de la construction d’un savoir orientaliste utile et repris par l’indigène. Dans cette perspective, Alain Messaoudi (EHESS, Paris) propose de se pencher sur les usages et enseignements de l’orientalisme savant, à propos de l’Encyclopédie de l’Islam, s’intéressant ainsi au processus de la transmission des orientalistes et de leurs élèves. Sihem Missaoui (Université de la Manouba) a souhaité traiter de la présence des premiers islamologues dans l’enseignement et la recherche universitaire, et voir comment des articles dits « orientalistes » passent dans les encyclopédies, « mais avec des fautes ou erreurs ». Ce qui y est dit sur l’Islam et sur ses usages peut-être récusé ou considéré comme idéologique. Se pose alors la question de l’efficacité de cette information pour des musulmans de culture arabe. Comme l’a rappelé François Pouillon, les intellectuels chinois estiment pour leur part que le travail effectué par les grammairiens orientalistes est sans grande utilité pour eux. Ce n’est pas le cas des grammairiens arabes, qui ont souvent repris les cadres et instruments de la grammaire élaborés sur leur langue par les occidentaux. Il y a ici l’idée d’une réappropriation positive du fait que les travaux des orientalistes ont pu enrichir les approches des grammairiens arabes, connivence résultant sans doute d’un recours commun aux concepts et formalisations aristotéliciennes. Autre réappropriation positive, celle que des intellectuels indigènes peuvent réaliser sur l’analyse des cultures et traditions populaires du Maghreb, souvent méprisées par la tradition savante, mais initiées par les orientalistes. C’est le cas, par exemple avec le recueil du patrimoine musical produit par le baron d’Erlanger et ses informateurs. Selon Ahmed Khoudja (Université de Tunis), ces traditions, jusqu’alors marginalisée dans la culture arabe, ont ainsi été promues par les folkloristes pour les intéressés eux-mêmes. Quelle est l’histoire de cette patrimonialisation : comment cette culture orale a-t-elle été récoltée et auprès de quels informateurs, puis transcrite et traduite ? Quels ont été les enjeux politiques et contextuels de ce savoir colonial à la fois refusé (ou récusé) et pourtant utilement repris durant la période des indépendances ?

D’autres travaux ont abordé la question de l’orientalisme du point de vue du projet de rapprochement avec les intellectuels locaux, qui en sous tend la réception. Pour Clémentine Gutron (EHESS, Paris), il s’agirait, pour illustrer la mise en place du mythe national, d’étudier la production allogène d’une archéologie nationale. Elle s’intéresse notamment à la figure de Paul-Albert Février, militant de la décolonisation, constructeur de la pré-indépendance algérienne et bâtisseur des idées d’on Orient nouveau à l’ombre des États nations. Pour Youssef Cherif (Université de Tunis) il faudrait enquêter à Columbia au centre des études pour la Palestine, dépositaire des travaux sur Edward Saïd, pour un état des lieux de l’influence de cet auteur-phare, de l’histoire institutionnelle des « post-colonial studies », et du projet idéologique qui les structurent.

Réception indigène et reconstruction de l’orientalisme. D’autres analyses nous confrontent à une réappropriation plus conflictuelle. C’est ainsi que Mouldi Lahmar (Université de Tunis) a proposé une réflexion sur « L’orientalisme en Libye : un savoir colonial indigène ? » Le projet est de réexaminer la manière dont les intellectuels libyens ont reçu les études orientalistes sur la colonisation – le grand corpus de De Agostini sur les tribus libyennes – et comment ils peuvent les utiliser pour réécrire la « vraie histoire » de leur pays. Ils remettent en cause tout d’abord les modes de recueil et la véracité de certaines informations qui n’auraient « pas été données correctement par la société locale ». Ils posent par la suite la question de ce que les orientalistes ont fait avec ces informations, ce qui pose problème moins de l’information elle-même que la manière dont elle est traitée et interprétée. Parfois, le traducteur reprend des informations de la source orientaliste et en change les entrées. Parfois aussi, « des choses ne sont pas traduites parce que considérées comme non-conformes ». L’ensemble de ces opérations marque la capacité de réappropriation et de rétablissement du traducteur face à ce qu’il estime être une « dérive orientaliste ». Ce qui soulève la question du droit de l’indigène à contester la réception orientaliste, mais aussi sa capacité à la reconstruire. Dans le même sens, Khaled Kchir (Université de Tunis) entend travailler sur le livre de l’érudit allemand, Welhausen, dont le texte (1924) sur l’histoire du prophète a été traduit en arabe dans les années 1950. Le traducteur utilise alors les notes de bas de page comme lieu de restitution de sa parole, rétablissant les choses comme il les conçoit et selon sa vision d’un pieux musulman. Dans ces différents exemples, le champ de l’orientalisme est limité par ce qui peut se reconfigurer en arabe. Dans son mouvement de réappropriation par l’individu, l’orientalisme est l’objet d’une rectification et d’une conversion ou correction de l’information captée dans celle reconstruite par le traducteur.

De la co-construction orientaliste à la réorientalisation. Il s’agit là de montrer comment l’indigène construit sa propre conscience et identité, indépendamment de la construction qu’en fait l’autre, mais non sans quelque intervention extérieure de sa part puisque cela consiste souvent à en reprendre les productions. Comment se co-construisent les identités collectives après l’orientalisme ? Mercedes Volait (CNRS, Paris) va analyser le projet artistique ou de société qui sous tendrait et regrouperait sur le marché de l’art orientaliste, les achats des collectionneurs du monde arabe à destination de leur société. De son côté Nabiha Jerad (Université de la Manouba) montre, dans le cas du discours publicitaire et de l’image touristique, comment le décolonisé devient sujet et non plus seulement objet du discours, en proposant au touriste sa propre image. Quelle image le tourisme national va t- il restituer au touriste tunisien ou à l’autochtone qui regarde son propre patrimoine ? Est-elle médiatisée par des sources et images produites ailleurs ? Ou est-elle conforme à sa propre représentation de soi (mais n’est-ce pas déjà une représentation médiatisée) ? Il s’agirait là, de voir comment l’orientalisme savant ou folklorique se réorientalise dans les échanges au quotidien (publicitaires, commerciaux) en relation avec l’indigène lui-même.

C’est d’une telle « réorientalisation » qu’ont parlé plusieurs autres intervenants. A ce titre, Charlotte Jélidi (IRMC) souligne des formes d’une « sur erlangidisation » de Sidi Bou Saïd, en référence au Baron d’Erlanger qui, contrairement à l’idée reçue, n’aurait pas imposé par texte de loi le bleu des boiseries de ce village. De son côté, Kmar Bendana (Université La Manouba) a placé ce processus de réorientalisation sur un terrain « Sud/Sud », en retraçant l’itinéraire d’Abdellaziz Talbi qui a réincorporé une culture orientaliste dans son combat politique puis intellectuel. Pur arabophone, sans accès direct aux langues européennes, il a utilisé les orientalistes traduits en arabe, intégrant aussi de nouveaux outils fournis pas la sciences européenne (historiographie, psychosociologie etc…) notamment sur l’écriture de la vie du prophète. Il est ainsi montré que l’orientalisme s’est diffusé et réincorporé dans les milieux arabes même quand ils n’y étaient pas convertis.

Dans le même souci de sortir de la dichotomie orientaliste/indigène, et de rechercher les espaces de négociation où les deux se rencontrent, Abdelhamid Hénia (Université de Tunis) montre que les orientalistes n’ont pas construit leur savoir juridique avec des informateurs qui n’auraient été que des aides et auxiliaires externes. Il donne l’exemple d’un savoir colonial juridico foncier qui a été créé avec la colonisation. Il explique que cette science dite « coloniale » constitue elle-même le produit d’une co-construction interactive entre les juristes français et tunisiens, une alliance entre ces deux élites qui ont construit un savoir juridico-financier dans leur double intérêt. Ils ont alors réagencé, en les reformulant et en les métissant, à la fois les concepts fonciers du droit romain et de la pratique juridique tunisienne. De la même manière, les Turcs, du temps de l’Empire ottoman avaient marié entre eux les droits hanéfite et le malékite pour créer une juridiction foncière avantageuse pour les citadins. Une telle approche conduirait, selon le souligne Hénia, à « banaliser » l’idée d’orientalisme, en montrant que le changement ne se réduit jamais à la seule intervention de facteurs extérieurs venant gommer toute participation des acteurs locaux.

Enfin, les différentes participations à ce séminaire ont bien montré à quel point ces analyses du décalage entre le discours des orientalistes et leur réappropriation ou rectification par les indigènes viennent enrichir la question de l’écriture de l’histoire et la perspective historiographique dans sa forme transcendante de « projet de moi vers l’autre » selon les formules du philosophe Husserl.

Publié en avril 2011 dans La lettre de l’IRMC n°6

 

Pierre-Noël DENIEUIL

Sociologue, directeur de l’IRMC

 

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook