Archives par mot-clé : IRMC

L’IRMC ou “ma” révolution tranquille

Vincent
Photographie de Vincent Geisser

Nommé au début de l’année 1996, chercheur à l’IRMC, je débarquais en Tunisie, en ignorant presque tout de la société locale et de ses habitants. Pour ainsi dire, la vision que j’avais du pays était celle de la plupart de mes compatriotes français, imprégnés de clichés exotiques, voire orientalistes : la Tunisie, pays du « juste milieu », à la croisée des civilisations occidentale et orientale, terre de tolérance religieuse, de libération de la femme (merci Bourguiba !), du couscous au poisson (merci les Sfaxiens !) et symbole de l’humanisme méditerranéen (merci Ibn Khaldoun !), dont la douceur de vivre était censée contraster avec la « rugueur » de ses voisins immédiats : l’Algérie et la Libye. En somme, ma représentation de « Tunisie la verte » se limitait à des clichés exotiques, nuancés il est vrai, par quelques bonnes lectures scientifiques sur le pays : LA TUNISIE N’EST PAS UN PAYS ARABE COMME LES AUTRES ! De ce point vue, mon expérience scientifique à l’IRMC a constitué une machine efficace et redoutable à déconstruire les préjugés : confronté aux « réalités du terrain » (comme disent les chercheurs), je découvrais progressivement mais aussi brutalement que la « Tunisie du Jasmin » était celle d’une « douce dictature », certes envahissante et pénible, mais représentant un laboratoire de recherche inespéré pour l’apprenti chercheur que j’étais à l’époque. Sur ce plan, j’aurais au moins tiré un enseignement majeur de mes quatre années passées à l’IRMC : les difficultés de recherche sont parfois plus éclairantes et formatrices que la recherche elle-même. Les fameuses autorisations ministérielles qui n’arrivent jamais (ou très tardivement), l’autocensure, la peur, les réflexes de protection, la discrétion, mais aussi l’humour au second degré, les blagues sur le dictateur (ZABA) et sa femme « Leila », les rencontres clandestines avec mes enquêtés au fond des cafés à chicha, les filatures policières, les jeunes femmes aguichantes employées par « La Dakhilia » (NDLR : ministère de l’Intérieur) ont été surement plus riches pour ma formation de politologue que tous les manuels des sciences sociales de la planète. En ce sens, je puis dire aujourd’hui « merci Ben Ali ! », tu m’as permis de grandir scientifiquement et de comprendre que les peuples ne sont jamais aussi stupides que leurs dirigeants aussi puissants soient-ils.

Plus sérieusement, l’IRMC a représenté, depuis sa création par Michel Camau, ce lieu refuge, cet espace extraordinaire d’échanges et de débats scientifiques, où l’on pouvait se libérer de cette angoisse lancinante à la barbe de nos anges gardiens (ces fameux étudiants moustachus éternellement inscrits en doctorat). C’est aussi à l’IRMC que j’ai fait mes plus belles rencontres intellectuelles avec des collègues universitaires tunisiens, algériens, marocains mais aussi avec ces nombreux scientifiques français de haut-vol. À une époque où pour des raisons de rigueur budgétaire et des considérations géopolitiques, d’aucuns seraient tentés de réduire la voilure de nos centres français à l’étranger (en particulier ceux travaillant sur le monde arabe), je dirais simplement que grâce à l’IRMC, j’ai eu la chance de vivre au moins une RÉVOLUTION dans ma vie, voire d’y participer, sinon de l’anticiper, expérience irremplaçable dans la modeste existence d’un chercheur mortel.

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

Vincent GEISSER

est chargé de recherche au CNRS, en détachement à l’IFPO, Beyrouth. Il a été chercheur à l’IRMC de 1996 à 2000.

Pour citer ce billet : Vincent Geisser, « L’IRMC ou “ma” révolution tranquille », Le Carnet de l’IRMC, 10 septembre 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1113

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

L’IRMC : un lieu d’échange, de savoir et de partage

Hend B Othman
Photographie de Hend Ben Othman

Ma « rencontre » avec l’IRMC date d’un certain mois de juin 2001, je m’apprêtais à entamer mon mémoire de DEA en urbanisme et aménagement. Depuis, la bibliothèque de l’IRMC est devenue pour moi mon lieu de prédilection, un endroit où je pouvais réfléchir, lire, écrire, me laisser aller à mes pérégrinations intellectuelles. J’ai commencé à fréquenter la bibliothèque, à m’attacher au lieu, à apprécier la qualité de ses ouvrages et des échanges que je pouvais y avoir avec les chercheurs et tout le “staff”. Outre la bibliothèque, un des atouts de l’IRMC demeure à mon avis l’organisation de programmes de recherche qui réunissent des chercheurs confirmés et de jeunes chercheurs, autour de thématiques transversales. L’opportunité est ainsi donnée aux « chercheurs juniors » de discuter leurs hypothèses de travail, de présenter leurs terrains et de bénéficier des avis éclairés de chercheurs « seniors », de faire partie d’un réseau et de publier le fruit de ces échanges intellectuels.

Ma première collaboration avec l’IRMC date en effet de 2005-2006, j’ai été invitée à participer à des rencontres doctorales, dans une équipe de recherche, sur le thème de « Gouvernance et territorialité : L’echelle urbaine » [1]. Ce fut le début d’un échange intellectuel épanouissant et très stimulant. Vint ensuite le programme de Lamia Zaki entre 2007 et 2009, sur l’action urbaine au Maghreb[2], auquel cette dernière m’a invitée à participer, avec un travail sur les promoteurs immobiliers privés, leur structuration et leurs enjeux. Les échanges stimulants avec des chercheurs d’horizons divers, avec des

expériences croisées éclairant d’autres contextes, sont rarement possibles sans des programmes de recherche de cette qualité. Vint enfin le programme de Valerie Clerc sur les concurrences foncières[3], à l’occasion duquel M. Denieuil m’a associée en tant que jeune chercheure à l’équipe de l’IRMC, en janvier 2011. Cette date coïncide avec un nouveau contexte politique qui a ouvert de nouvelles perspectives de recherche en sciences humaines et sociales, de manière générale, et en urbanisme et aménagement en particulier. L’opportunité est ainsi offerte pour investir d’autres champs de recherche avec des travaux de terrain sur la décentralisation et l’équité socio-spatiale, le développement local et la gouvernance, thématiques peu explorées à l’époque, à cause du contexte politique, tant le travail de terrain était ardu et les langues peu déliées, mais que l’IRMC avait déjà investi, à travers des recherches ou des conférences, et qui offraient aux chercheurs un espace de « liberté » et de débat avant l’heure… Pour moi, l’IRMC restera un lieu d’échange, de savoir et de partage…

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

Hend BEN OTHMAN BACHA

est doctorante en urbanisme à l’ENAU, enseignante chercheure à l’Université de Carthage et chercheure associée à l’IRMC.

Pour citer ce billet : Hend Ben Othman, « L’IRMC : un lieu d’échange, de savoir et de partage », Le Carnet de l’IRMC, 9 septembre 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1108


[1] Coordonné par A. Rebhi, chercheur boursier de l’IRMC.

[2] Lamia Zaki, 2011 « (En)jeux professionnels et politiques de la fabrication des villes : l’action urbaine au Maghreb » qui a donné lieu à la publication de l’ouvrage collectif Lamia Zaki (dir.), L’action urbaine au Maghreb : enjeux professionnels et politiques, Paris, IRMC-Karthala.

[3] Valérie Clerc, Médiation publique dans les métropoles du Maghreb et du Moyen-Orient : concurrences foncières et accès au logement (Amman, Beyrouth, Casablanca, Damas, Istanbul, Le Caire, Teheran) (Publication en cours).

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

L’institution, son équipage et son jardin

Basouma0164
Photographie de Myriam Achour-Kallel

Mon premier contact avec l’IRMC a eu lieu à la fin des années 1990 lorsque, encore étudiante, je décidai de réorienter mon parcours vers l’anthropologie. Quand, par la suite, j’effectuais un travail de terrain pour ma thèse de doctorat, j’ai obtenu une bourse de terrain qui m’a valu ma première véritable présentation orale devant un auditoire ! (interne, constitué par l’équipe de chercheur-e-s de l’IRMC). C’était alors mon premier contact, agréable et accueillant, avec Hayet et Christiane. Mes contacts ultérieurs avec l’IRMC se sont faits via des collègues et des amis irmcéens mais aussi via les conférences qui y étaient prononcées.

Une fois ma thèse de doctorat soutenue, je commençai un cycle de pérégrinations prospectives : rendez-vous avec des acteurs de différentes institutions potentiellement intéressées par le domaine de la recherche en sciences humaines et sociales en Tunisie. J’assurai alors des cours à la Faculté des sciences humaines et sociales de Tunis mais, avec un parcours métissé, je n’avais pas encore obtenu de poste. Parmi ces institutions de recherche figurait l’IRMC. J’ai frappé à la porte, un jour d’été, discuté (agréablement étonnée que Christiane et Hayet m’aient reconnue, quelques années étant passées depuis notre première rencontre) puis revenue comme convenu avec un projet de recherche. C’est ainsi que les choses ont démarré. D’autres projets se sont enchainés depuis. Et c’est au fil de mes travaux personnels comme de ceux des autres que j’ai « expérimenté » l’IRMC.

J’ai été ravie, après quelques années de solitude doctorale, par les opportunités d’échange, de partage et de rencontres. Au sujet de nos orientations théoriques, de nos recherches, de nos insatisfactions ou de l’actualité politique de ces deux dernières années, les conversations formelles comme informelles avec les collègues font avancer. J’ai aussi vu comment l’ensemble de l’équipe s’impliquait pour faire aboutir les différentes manifestations et travaux de recherche : ouvrages, conférences, colloques, affiches… aboutissent en passant par celles et ceux qui préparent à la publication, se chargent des budgets, diffusent les informations, coordonnent l’organisation, s’attèlent à la logistique, s’occupent de la documentation ou tentent de déchiffrer la mystique de l’informatique. L’institution marche avec l’ensemble de son équipage : « chercheurs » comme « administratifs » participent, ensemble, au mouvement de l’Institut. Mais, dans ce tempo, le jardin y est aussi pour quelque chose…

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

Myriam ACHOUR-KALLEL

est enseignante en psycho-anthropologie à la Faculté des sciences humaines et sociales de Tunis et chercheure associée à l’IRMC.

Pour citer ce billet : Myriam Achour-Kallel, « L’institution, son équipage et son jardin », Le Carnet de l’IRMC, 9 septembre 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1101

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

La maison IRMC

128x128_kmar_bendana_site
Photographie de Kmar Bendana

Je dois mon entrée au CDTM puis mon expérience au sein de l’IRMC à Anne-Marie Planel. La bibliothèque qu’elle a montée à partir du fonds imprimé de la Résidence générale de France à Tunis ne pouvait qu’intéresser la doctorante fraîchement diplômée que j’étais alors. Engagée en 1982 comme chercheure au sein d’une structure inédite (Programme National de Recherche sur l’Histoire du Mouvement National) qui mettait à la disposition des Tunisiens les archives coloniales microfilmées, la complémentarité naturelle des deux fonds répondait à l’aspiration inconsciente de rester dans l’entre-deux scientifique franco-tunisien qui m’avait formée.

Cette affinité nourrie d’une conception partagée de la coopération et d’un intérêt pour la discipline historique a évolué avec nous deux, avec la vie de la maison IRMC dans tous les sens du terme, engendrant d’autres amitiés. Il y avait les conférences, les réunions, les choix de livres et de comptes rendus, et bien sûr les discussions de séminaire. Mais il y avait aussi et surtout une vie avec repas et conversations, rires et commentaires, un mélange de sérieux et de frivolité, une ambiance qui me changeait de l’atmosphère de mon institution principale, morne et ossifiée par un fonctionnement « coincé ». Par besoin de gaité et par curiosité, j’ai pris l’habitude de fréquenter ce lieu pour respirer, échanger, discuter, rencontrer des chercheurs de plusieurs âges et horizons, donner des rendez-vous dans le jardin ou le « studio » des chercheurs. J’ai souvent employé la formule : « l’IRMC m’a permis de travailler en dehors des frontières sans prendre l’avion ». Pour une universitaire mère de famille, cette source d’oxygène était inestimable.

9 Savoirs du lointain A. Mahé et K. BendanaChercheure associée à l’IRMC depuis vingt ans, j’y ai rencontré une jeunesse doctorante de différentes nationalités qui m’a fait prendre conscience des cultures scientifiques nationales, des questions de formation, d’écarts de niveau et de la nécessité de lutter contre les habitudes ancrées et de contourner les blocages institutionnels. Sans nier l’excellence d’une minorité (qui finit souvent par rejoindre les cursus privilégiés européens, rarement développés en SHS et ouverts à nos étudiants), j’ai tâté la réalité la plus dure, celle du décalage grandissant entre les étudiants du Nord et du Sud. Cette dérive des continents a quelque chose d’inévitable, en partie pour des raisons linguistiques : l’anglais et l’arabe se développent différemment et le français, en couple avec l’un ou l’autre, peine à installer des passerelles scientifiques vitales si on veut entretenir le trilinguisme minimum pour faire avancer la recherche franco maghrébine.

Aujourd’hui, alors que nous vivons une situation à bien des égards annonciatrice de changements, cette expérience de coopération et de partage existentiel m’offre l’occasion de réfléchir à la façon dont nous pourrions accompagner le futur de nos universités et de nos centres de recherche, des deux côtés de la Méditerranée. Je n’ai pas d’idées ni de solutions toutes prêtes, mais les échanges que j’ai avec le réseau IRMC fonctionnent comme soutien et inspiration. Les amitiés personnelles et intellectuelles disséminées à partir de l’IRMC forment une constellation de pensées et d’actions, pas forcement officielles ni voyantes, qui travaillent dans l’ombre et apportent empathie et efficacité aux possibles encore ouverts depuis le 14 janvier 2011 et dont toutes les ondes ne se sont pas entièrement déployées.

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

 

Kmar BENDANA

est Chercheure à l’Institut supérieur d’histoire du mouvement national (ISHMN), professeure d’histoire contemporaine à l’Université de La Manouba et chercheure associée à l’IRMC.

Pour citer ce billet : Kmar Bendana, « La maison IRMC », Le Carnet de l’IRMC, 24 juillet 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1089

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Un lieu incontournable

alanabi
Photographie de Hassan El Annabi

Le n°20, rue Mohamed-Ali Tahar à Tunis est une adresse bien connue de bon nombre de chercheurs. C’est là que loge l’IRMC. Le local n’est pas particulièrement spacieux : salle de lecture, servant au besoin de salle de conférences, au rez-de-chaussée, bureaux plutôt exigus à l’étage, espaces de dépôts modestes, cabines pour chercheurs savamment agencées dans un bâtiment annexe au fond du jardin…. Pourtant, le local grouille de vie. La richesse du fonds documentaire, la disponibilité du personnel, la qualité du service, la variété et la pertinence des thèmes agites, la notoriété des conférenciers, l’importance des publications font que cet espace devient d’année en année un lieu incontournable non seulement pour les spécialistes des questions maghrébines mais aussi pour tous les chercheurs en quête de quelque référence bibliographique et pour les intellectuels assoiffés de savoir.

Les angles d’approche adoptés par l’Institut, qui sont à la fois interdisciplinaires et comparatistes, de même que la diversification des operateurs scientifiques mis à contribution s’avèrent être des choix heureux. Au cours des deux dernières décennies l’IRMC a accueilli pas moins de 27 chercheurs de grande notoriété, rattachés à diverses institutions françaises (MAEE, CNRS, EHESS) et tunisiennes et plus d’une cinquantaine d’allocataires et de boursiers. Il a travaillé avec les institutions tunisiennes qui lui sont proches quant aux domaines de compétence. Ainsi, avec le CERES par exemple, certaines actions phares ont été menées, en l’occurrence la table ronde sur « Cartographie et études urbaines » (2004), le séminaire (en deux sessions) sur « Méthodes et théories des sciences sociales » (2005-2007) et la coédition d’un ouvrage sur le cinéma (2012).

La stratégie de communication n’est pas en reste. Elle se propose de dépasser le bilatéral pour constituer un large réseau ouvert aux diverses nationalités. Dans ce cadre, la Lettre de l’IRMC joue un rôle de premier plan. Périodiquement communiqué aux chercheurs, ce bulletin de liaison rend compte des activités programmées, informe sur les nouvelles publications, mais aussi suscite le débat autour de certains axes de recherche ou sur quelques faits marquants de la vie sociale et culturelle. L’organisation périodique de doctoriales s’intègre aussi dans cette stratégie de communication, mais pas seulement, elle prouve la vocation de l’IRMC à jouer un rôle important dans l’encadrement des jeunes chercheurs. Au cours des cinq dernieres années, l’Institut a montré sa capacité à attirer des doctorants de diverses spécialités et de plusieurs nationalités. De même, il a reussi à associer à cette action les institutions tunisiennes intéressées (le CERES en 2009-2010, par exemple).

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

 

Hassan EL ANNABI

est professeur d’histoire à l’Université de Tunis et ancien directeur du CERES.

Pour citer ce billet : Hassan El Annabi, « Un lieu incontournable », Le Carnet de l’IRMC, 23 juillet 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1084

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

L’IRMC, lieu de circulation des recherches

melliti
Photographie de Imed Melliti

Lorsque j’étais étudiant, je comprenais au contact de certains chercheurs, qu’il existait à Tunis un espace de travail important dans les pratiques de recherche, le CDTM (Centre de documentation Tunisie-Maghreb).

Premiers contacts avec l’IRMC

Mais en vérité, la première fois où j’ai entendu parler de l’IRMC c’est lorsqu’il a pris en charge le billet de Sophie Ferchiou pour participer au jury de ma thèse à Paris en 1993. Et après, les choses se sont vite enclenchées. En rentrant, j’ai rencontré Michel Camau, on m’a proposé de faire un compte rendu de ma thèse, et mes premiers textes ont été publiés dans Correspondances, qui venait d’être créé : l’un sur l’observatoire de la condition de la femme (une structure créée par le CREDIF que je venais d’intégrer comme chercheur contractuel), et l’autre à partir de ma thèse. Juste après, Mohamed Kerrou a mis en place un groupe de recherche sur la sainteté dans lequel j’étais avec Latifa Lakhdar, Sami Bergaoui, Lotfi Aïsa et d’autres. Chacun de nous travaillait sur la sainteté dans une perspective particulière. La sainteté à l’époque était un thème très novateur, qui nous sortait des sociologies du développement, et qui nous permettait de rénover nos disciplines en allant vers des objets oubliés depuis le temps des règlements de comptes avec les legs de l’époque coloniale. Il y avait là un changement de paradigme, et je me suis souvent demandé ce qui fait qu’à un moment donné beaucoup de gens s’intéressent aux mêmes objets. On était nombreux à se diriger vers cette thématique et chacun avec le sentiment que c’était une décision individuelle prise sur des choix personnels. Je pensais moi-même que c’était lié à ma biographie autour des groupes confrériques. D’autres étaient dans ce cas, mais on assistait plutôt à un retour de légitimité de certains objets longtemps occultés.

On revenait à des lectures, à des auteurs, à l’anthropologie, avec d’autant plus d’intérêt que ma génération n’avait pas connu les labos et les espaces de débats ; ma thèse à Paris 5 avait encore été ce tête-à-tête solitaire entre directeur et étudiant. On se réunissait une fois par semaine à l’IRMC, et c’était la première fois que je faisais partie d’un groupe de recherche. C’était pour moi une occasion de m’exposer en public, de prendre la parole et des risques, je le vivais avec autant d’appréhension et de peur que de plaisir. Ma participation à ce groupe et au programme mené par Mohamed Kerrou sur la sainteté en Méditerranée occidentale m’a permis de publier un texte sur l’espace liturgique chez les Tïjâniyya. Par la suite, j’ai publié un deuxième texte sur l’idée de « seuil » dans le livre de Mohamed Kerrou sur public/privé en Islam. Dans les années 2000 j’ai continué à fréquenter l’IRMC pour des conférences, mais j’étais moins impliqué. J’ai aussi des souvenirs de Pouillon et Mahé qui avaient publié des articles de Berque et m’avaient sollicité pour réagir, c’était un grand moment pour moi. Je me souviens aussi des activités de l’Association d’anthropologie de la Méditerranée avec Jocelyne Dakhlia et des collègues marocains et algériens, des réunions à Casablanca et à l’IRMC.

La dynamique de recherche

L’IRMC a toujours joué un rôle central d’animation scientifique dans le domaine des sciences sociales, et cela d’autant plus que les institutions tunisiennes n’assuraient rien dans ce domaine, bien que cela ait maintenant un peu changé avec le Diraset. À son crédit aussi, et du fait que depuis trente ans l’Université tunisienne est malade du provincialisme, fermée sur elle-même et sans réseaux d’échanges, l’IRMC a obligé les gens à sortir de leur coquille pour entendre ce qui se passe ailleurs, même en dehors de leur discipline, il a versé par exemple les approches novatrices des historiens dans le champ scientifique tunisien. Cela nous permettait de voyager un peu, d’être en contact avec des chercheurs venus d’horizons différents. Et cette ouverture ne se fait pas seulement par rapport à la France mais par rapport aux autres pays européens et au Maghreb : l’IRMC a invité beaucoup de chercheurs marocains et les a fait connaître aux Tunisiens, a favorisé des échanges intra maghrébins et des mobilités et circulations des savoirs à l’échelle du Maghreb et de l’Europe. Puis il y a l’interdisciplinarité, le fait de mettre ensemble des gens de spécialités différentes, même s’il y a eu des mises d’accent disciplinaire par périodes, les sciences politiques au départ, puis les sciences juridiques et l’urbanisme, l’économie et la gestion dans les années 2000, et aujourd’hui la sociologie, et l’anthropologie que l’IRMC a aidée à émerger et à sortir d’une longue mise en quarantaine, comme discipline légitime.

Sa bibliothèque est l’un des atouts de l’IRMC, le seul endroit où des étudiants peuvent se documenter et se mettre a jour, contrairement aux bibliothèques tunisiennes où l’accès à la documentation est problématique, parce que mal entretenues, mal gérées ou plus à jour comme la bibliothèque du CERES où on trouvait des choses sur les grands auteurs du développement des années 1970 mais rien sur les années 1990. La bibliothèque de l’IRMC est un élément central, une pièce maîtresse dans le dispositif, qui constitue pour les chercheurs et doctorants un espace de travail de première importance. C’est aussi un lieu de rencontre qui m’a permis de connaître beaucoup de monde : des doctorants y sont venus me voir, des collègues travaillant sur les mêmes objets, avec une socialité importante qui prouve que l’on ne fait pas de la recherche dans un désert. Puis la bibliothèque a abrité des actions dirigées vers les doctorants et tournées sur la méthode et l’écriture : c’est important car cela fait de l’IRMC un espace de formation qui complète les manques au niveau des institutions tunisiennes et permet aux jeunes de pallier les insuffisances de leur formation dans les structures nationales. Cela a aussi l’avantage de fidéliser et d’assurer la relève dans la recherche en science sociale, en aspirant ces ressources dans le réseau de l’Institut. Enfin, il y a toujours eu une volonté de l’IRMC d’agir au sein des institutions tunisiennes mais cela n’a pas toujours été facile pour diverses raisons d’inerties du côté des Tunisiens. Par contre, beaucoup d’échanges à l’échelle du Maghreb rassemblent les chercheurs maghrébins sur des actions communes. Les travaux menés depuis la France ont des répercussions sur l’IRMC, mais ce qui se fait à l’IRMC alimente également la dynamique de recherche sur le Maghreb en France, et tout cela dans le cadre de circulations intra maghrébines. C’est bizarre de dire que les Maghrébins ont besoin de la France et de l’IRMC pour pouvoir travailler ensemble !

La révolution et d’autres enjeux

La révolution a apporté une liberté de ton qui n’existait pas, une ouverture de l’espace public tunisien, que l’IRMC doit saisir, en donnant plus d’opportunités aux chercheurs et étudiants tunisiens de faire du terrain. À deux ans de la révolution il n’y a pas encore eu de vraies enquêtes, et c’est symptomatique du rapport que les élites entretiennent avec le peuple, les chercheurs font des discours mais peu sont prêts à aller se frotter à la Tunisie profonde et précaire. L’IRMC a une liberté et n’est pas pris dans des enjeux d’influence (comme le PNUD ou la Banque mondiale) ou de positionnement politique. Il doit s’inscrire dans cette ouverture exceptionnelle des possibles, porter l’émergence de nouvelles thématiques, de nouveaux objets de recherches impensables il y a quelques années. Et si l’IRMC ne doit pas forcement s’impliquer dans le débat privé entre intellectuels et qui engage l’avenir de la Tunisie, il peut toutefois y contribuer au second degré dans des logiques savantes qui le traduiront à un niveau de sens qui n’est pas celui de l’actualité politique immédiate. La révolution a servi de laboratoire à grande échelle.

Enfin, un point négatif à méditer toutefois : l’IRMC est malgré tout resté prisonnier des clivages idéologiques et linguistiques (mais a quel point pouvait-il y échapper ?) qui traversent le champ tunisien notamment entre arabophones et francophones, indigénistes et francophiles. Désormais, des colloques doivent se faire dans les deux langues, on ne peut plus exclure la moitié des sociologues tunisiens. La question n’est pas celle de la compétence ou de l’incompétence qui existent des deux côtés, et on ne peut exclure quelqu’un qui n’a pas la maîtrise du français. J’ai vu en Turquie que les Turcs pouvaient parler leur langue même dans une manifestation organisée par l’Association internationale des sociologues de langue française, et pourquoi pas les Tunisiens ? Il faut surmonter cela, et des efforts ont été faits par l’IRMC, dont le livre sur la Libye. Il y a une volonté de casser ce clivage longtemps reproduit et structurant, et de dialoguer avec toutes les composantes de la société tunisienne.

(Propos recueillis par Pierre-Noël Denieuil)

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

 

Imed MELLITI

est maître de conférence au département de sociologie de l’Institut Supérieur des Sciences Humaines de Tunis – Université de Tunis El Manar.

Pour citer ce billet : Imed Melliti, « L’IRMC, lieu de circulation des recherches », Le Carnet de l’IRMC, 19 juillet 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1068

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Le lieu d’une dynamique interinstitutionnelle et interdisciplinaire

blibli
Photographie de Leila Blili

Dans mon parcours personnel, l’IRMC a été un lieu de rencontres, d’échanges, de stimulation. L’aventure a commencé avec son ancêtre, le CDTM qui a fourni aux universitaires, dès les années 1980, un cadre de travail aux spécificités particulières, à la fois d’archives (les documents de la Résidence Générale), de bibliothèque et de fenêtre ouverte sur la production scientifique française. L’IRMC, né en 1992, allait nous permettre de continuer la fabuleuse aventure de la recherche en histoire d’abord, dans les sciences sociales plus tard. L’IRMC a constitué un pont, entre chercheurs tunisiens appartenant à diverses institutions, entre chercheurs maghrébins, entre Français et Maghrébins. Cette dynamique a participé à l’introduction d’une nouvelle géographie de la recherche qui envisage de plus en plus une réflexion dans un cadre plus large, celui du Maghreb et de la Méditerranée.

Imperceptiblement, c’est à l’IRMC que les recherches en histoire ont fait éclater le cadre strictement national au bénéfice d’une approche comparative maghrébine, en particulier avec le Maroc, les conditions par lesquelles passait l’Algérie ne permettant pas des échanges similaires. Par ailleurs, à l’IRMC, l’interdisciplinarité déjà en vogue depuis le « Grand Tournant », (cf. les Annales), prend corps et initie des recherches qui associent entre autres historiens, géographes, juristes, économistes et linguistes. Pour certains, l’éclatement des frontières disciplinaires est le début d’une véritable aventure scientifique particulièrement féconde.

Sans prétendre que l’IRMC fut le seul lieu de renouvellement historiographique en Tunisie, il faut néanmoins admettre que cet institut a amarre une partie de la recherche en sciences sociales aux grands courants internationaux et a créé une dynamique interinstitutionnelle et interdisciplinaire certaine. Le dynamisme des responsables, la convivialité du lieu, la rapidité du « service », ont fait de l’IRMC un espace de recherche apprécié. Le renouvellement constant des problématiques traitées dans le cadre des programmes mis en place exprime la fécondité de l’institution et sa capacité à réfléchir aux questions d’actualité dans un contexte national et international mouvant.

Pour ma part, il m’arrive de regretter les questionnements historiques, pas seulement par sensibilité disciplinaire : dans les débats actuels sur les révolutions arabes, l’épaisseur temporelle fait défaut. En la réintroduisant, dans l’espace public et dans les lieux de recherche, on peut probablement disposer d’éléments de compréhension, sur le fonctionnement des sociétés, la place du religieux ou le statut des femmes et de la famille, qui permettent d’envisager le présent et l’avenir avec plus de sérénité ou de crainte.

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

 

Leila BLILI

est professeur d’histoire moderne et contemporaine. Directrice du département d’histoire de la Faculté des lettres, des Arts et des humanités de La Manouba.

Pour citer ce billet : Leila Blili, « Le lieu d’une dynamique interinstitutionnelle et interdisciplinaire », Le Carnet de l’IRMC, 19 juillet 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1063

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

L’IRMC : un espace de « convivialité » scientifique et d’échange intellectuel

Photo Sihem
Photographie de Sihem Najar

Loin d’être conçu en dehors du paysage scientifique et intellectuel tunisien, l’IRMC a réussi à devenir, durant vingt ans d’activités scientifiques, une référence incontournable dans le domaine de la recherche sur le Maghreb. Lieu de rencontre, de réflexion, de diffusion et de formation, cette institution a pu suivre, encadrer et soutenir la recherche dans les différentes étapes de son élaboration. Héritier de son « ancêtre institutionnel et scientifique » : le Centre de Documentation Tunisie-Maghreb (CDTM) (1980-1991), l’IRMC s’est forgé la consistance d’une tradition qui puise sa richesse dans l’apport de plusieurs générations tunisiennes, maghrébines, françaises et euro-méditerranéennes. Il est certain que la force de cet institut réside dans sa capacité à évoluer dans le temps tout en veillant à fonder les attributs de l’identité sur des cadres géoculturels différents (maghrébin, euro-méditerranéen) entre lesquels les liens ne sont pas toujours faciles à faire (centres d’intérêt divergents, traditions et langues de recherche différentes, conflits historiques difficiles à porter, etc.). Mon rapport avec l’IRMC m’autorise à porter un regard où proximité et distance se conjuguent pour mettre en exergue ce que je considère comme étant les traits distinctifs qui donnent à ce centre de recherche sa puissance et son rayonnement :

L’IRMC, un lieu idéal pour la production scientifique : en tant que chercheure tunisienne à l’IRMC, je constate que ce cadre de travail réunit les conditions nécessaires qui donnent à la réflexion dans ses différentes étapes, son milieu nutritif, si je puis me servir de cette métaphore biologique. En effet ici se croisent des générations différentes, s’expriment des projets de chercheurs déjà bien reconnus par la communauté scientifique et d’autres qui sont à leurs premiers balbutiements : cadre de communication, tradition et convivialité, atténuent la distance susceptible de décourager l’échange et créent des points de rencontre difficiles à trouver ailleurs.

1L’IRMC, une source d’alimentation de la recherche scientifique : les ressources dont dispose l’IRMC (fonds documentaire d’une grande richesse, publications pluridisciplinaires…) reflètent le même souci de couvrir l’état de la recherche sur les pays étudiés. Le chercheur trouvera à sa disposition les principaux « ingrédients intellectuels » de ses projets scientifiques touchant à des questions sociales prioritaires, à l’histoire, à la géographie, à l’art, à la religion, etc.

L’IRMC, un point focal dans le domaine de la recherche sur le Maghreb : depuis sa création, ce centre joue un rôle crucial au niveau de l’intégration des chercheurs tunisiens dans des réseaux internationaux, notamment à travers les réunions de programmes qui rassemblent des chercheurs issus de plusieurs pays travaillant sur des champs de recherche variés. Ces rencontres qui sont systématiquement couronnées par des publications contribuent à la diffusion des travaux scientifiques de chercheurs tunisiens à l’extérieur du pays. Sur un autre plan, en offrant la possibilité de monter des projets de recherche et de formation dans le cadre de structures scientifiques telles que l’ANR, le GDRI, les projets de coopération… l’IRMC impulse des chercheurs tunisiens à intégrer des réseaux régionaux et internationaux.

2L’IRMC, un espace de transmission intergénérationnelle : l’organisation des ateliers d’écriture à l’intention d’étudiants inscrits en Master et de doctorants tunisiens et d’une série de doctoriales dont plusieurs doctorants maghrébins et français ont bénéficié, offrent un cadre favorable pour la transmission intergénérationnelle des connaissances et du savoir. De telles activités permettent d’intégrer les jeunes chercheurs dans des réseaux nationaux, régionaux et internationaux.

L’IRMC, un espace de réflexion sur des questions prioritaires d’actualité. À l’IRMC, les universitaires tunisiens peuvent trouver l’atmosphère qui leur permet de s’interroger, de mettre à l’épreuve des hypothèses de travail et d’être à l’écoute du nouveau qui se forge ailleurs. Séminaires, journées d’études, invités de renommée internationale venus d’horizon divers… déploient tout au long de l’année les résultats de la recherche sur des questions de grande importance. À ce niveau un petit survol des vingt dernières années permet de voir à quel degré cet institut a réussi à suivre dans ses activités, le rythme de la recherche académique tout en étant attentif aux questions prioritaires des sociétés de la région. Etant à l’écoute des inquiétudes du présent, l’IRMC veille à garder ses distances de l’actuel pour faire entendre les voix qui suivent la généalogie des faits et inscrivent les problèmes des sociétés du Maghreb dans le rythme long et prudent de la recherche qui explore, fraie la voie loin des impatiences politiques ou médiatiques.

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

 

Sihem NAJAR

est sociologue, maître de conférences à l’Université de Sfax, détachée à l’IRMC de 2009 à 2013.

Pour citer ce billet : Sihem Najar, « L’IRMC : un espace de « convivialité » scientifique et d’échange intellectuel », Le Carnet de l’IRMC, 18 juillet 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1055

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Un outil de coopération et de mise en réseau

Yamina-MATHLOUTHI-DALI
Photographie de Yamina Mathlouthi

Pour un chercheur en économie travaillant habituellement dans des labos mono disciplinaires, être à l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain (IRMC) est une occasion précieuse pour pouvoir travailler dans un centre de recherche pluridisciplinaire en sciences humaines et sociales, c’est aussi une expérience très enrichissante qui m’a permis d’une part d’établir des réseaux de relations essentiels au développement de ma recherche, et d’autre part d’améliorer la coopération encore timide entre les acteurs de la recherche sur le Maghreb au moyen de rencontres, d’ateliers, de séminaires et de publications.

S’inscrire dans une diversité disciplinaire

À l’IRMC, les chercheurs sont bien outillés pour pouvoir suivre les évolutions de la société maghrébine sous plusieurs angles, disposant de relations de partenariats avec les intellectuels maghrébins et saisissant les bouleversements des systèmes politico-économiques des sociétés maghrébines, leurs projets de recherche privilégient considérablement l’approche pluridisciplinaire. Travailler selon cette approche change également la nature des rapports entre les chercheurs, pour mon cas par exemple, cette diversité m’a aidée à mieux répondre aux interrogations qui se posent au cours des enquêtes de terrain et à mieux cerner certains problèmes scientifiques. Les sujets proposés dans les séminaires et les conférences organisés par l’institution étaient de par leur diversité une excellente occasion pour s’ouvrir à d’autres sujets et paradigmes scientifiques. Je reste personnellement convaincue de la nécessite d’instaurer des synergies entre les différents axes de recherche et l’établissement de programmes de recherche fédérateurs susceptibles de répondre au mieux aux exigences de la période historique actuelle des pays du Maghreb.

Choisir son programme

Maghreb et sciences sociales 2008C’est l’une des raisons pour lesquelles j’étais séduite aussi à l’idée de travailler dans ce centre, cette liberté à laquelle je suis particulièrement attachée étant essentielle à la crédibilité de la recherche et au respect de la déontologie d’usage. Pourtant, elle n’est pas toujours acceptée par les autorités de tutelle et conduit dans certains cas à des crispations. Sur le plan financier et bien que le centre dispose de crédits modestes (et de plus en plus réduits, certes), il nous a quand même été possible de financer des recherches conjointes pour des budgets limités, ces travaux franco-tunisiens et plus généralement des projets franco-maghrébins centrés sur un projet spécifique sont une excellente occasion de faire travailler ensemble des chercheurs français et maghrébins, ces travaux de terrain effectués en commun permettent à leur façon un certain « partage du savoir ». Même si la mise au point de la problématique donne lieu, au départ, à des discussions scientifiques parfois difficiles, sur le terrain, la réalisation des entretiens permet souvent d’exploiter ces différences d’une manière très fructueuse.

… et s’outiller pour l’après

Les trois années passées à l’IRMC m’ont également permis de découvrir « le Maghreb » et de l’appréhender autrement. Ce territoire, en tant qu’objet de recherche, n’était analysé par les économistes, dont je fais partie, que sous le prisme économique pur, c’est-a-dire un ensemble de structures de production, de modalités de répartition des revenus et de circuits d’échanges internes et externes. Or, avec l’appui scientifique que ne cesse d’apporter l’institut aux chercheurs sur et pour le Maghreb, nous disposons aujourd’hui d’un ensemble de travaux de qualité qui ont le mérite de mettre à la disposition de la communauté scientifique, une panoplie de grilles de lecture aidant a analyser ce territoire comme « un construit social » plus qu’une aire géographique combinant ainsi des éléments de nature économique et sociale et politique. Avec « le Printemps arabe (?) », la pertinence de cette grille de lecture n’est plus à démontrer, permettant de suivre, avec la distance nécessaire pour la recherche, les évolutions et les ruptures qui ne cessent de se produire dans les sociétés maghrébines.

 Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

 

Yamina MATHLOUTHI

est économiste chargée de projets à l’AFD Tunis. Elle a été chercheure à l’IRMC de 2006 à 2009.

Pour citer ce billet : Yamnia Mathlouthi, « Un outil de coopération et de mise en réseau », Le Carnet de l’IRMC, 18 juillet 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1046

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

De l’IRMC au DIRASET, bilan d’une présence en sciences sociales

Copie de Abdelhamid_H_nia_la_Tunisie_est_laique_d_10191741_thumbnail
Photographie de Abdelhamid Hénia

Je suis arrivé à l’IRMC en 1995 dans des conditions très favorables. Je venais de terminer le doctorat d’État et de passer au grade de professeur. N’étant pas engagé dans d’autres projets de recherche, j’étais prêt à me lancer dans une nouvelle aventure lorsque Michel Camau m’a proposé de me recruter comme chercheur à plein temps détaché auprès de l’IRMC. J’ai accepté, et cela a été un tournant important dans ma vie de chercheur. L’IRMC n’était pas un terrain inconnu pour moi. Je le fréquentais déjà pour assister à des conférences et à des rencontres. Et j’aimais ce qui s’y faisait car j’y trouvais une ouverture aux autres sciences sociales, permettant de ne pas se confiner uniquement dans l’histoire pure et dure.

L’expérience de l’IRMC, ayant duré quatre années (jusqu’au mois de septembre 1999), a été décisive pour donner un autre élan et une autre orientation dans mes recherches futures et ma carrière académique d’une manière générale. Mon intégration à l’IRMC m’a permis de trouver des conditions favorables pour monter un programme pluridisciplinaire de recherches, c’est-à-dire ouvert à des spécialités autres que celle de l’historien, et tant à des universitaires qu’à des doctorants, tunisiens, français et maghrébins. C’est dans cette ambiance cordiale d’échanges et de débats, que j’ai démarré ce programme ambitieux intitulé : « Villes et territoires au Maghreb, modes d’articulations et formes de représentations ».

J’ai mis en place dans les mêmes conditions, en janvier 1996, suite à une convention cosignée par la Faculté des sciences humaines et sociales de Tunis et l’IRMC, un groupe pluridisciplinaire composé de chercheurs français et d’enseignants chercheurs de l’Université de Tunis, des historiens en grande partie, mes collègues et mes étudiants, mais aussi des sociologues et des géographes. Nommé au départ Groupe de Recherche sur les Villes et les Communautés Locales (GRVCL), le groupe finit par prendre, en 1999, la dénomination de « DIRASET études maghrébines » quand il fut érigé officiellement comme Unité de Recherche (UR) dans le cadre du ministère tunisien de la Recherche scientifique, de la Technologie et du Développement des Compétences. Les enseignants chercheurs tunisiens du groupe se lièrent alors intellectuellement à une pléiade de jeunes chercheurs français dynamiques, appartenant à des sensibilités de spécialités différentes à même de créer les conditions objectives de la confrontation disciplinaire et paradigmatique.

Couv du livre A. HéniaDans ce groupe tuniso-français, on a appris à discuter, à travailler ensemble, et à affiner des problématiques, puis à conduire des actions : tables rondes, journées d’études à Tunis et à l’IRMC de Rabat ou des chercheurs marocains s’étaient engagés avec nous. Puis on a participe à l’AFEMAM d’Aix-en-Provence en 1996 dans le cadre d’un atelier sur les notabilités, repris par la suite à l’IRMC. Au terme de ce détachement, je suis revenu à la Faculté sur un poste d’enseignant. Apres une hésitation sur l’institution favorisant la poursuite du groupe, Jean-Philippe Bras a proposé qu’il continue de collaborer avec l’IRMC. Le DIRASET, transformé plus tard, en 2003, en Laboratoire de recherche, perpétue l’esprit de ce que nous faisions à l’IRMC sur plusieurs plans : recherche pluridisciplinaire et doctoral. Nous avons d’ailleurs continué pendant plusieurs années les sessions doctorales que personnellement j’ai vécues, et on continue dans cet esprit avec les mêmes formules un peu modifiées. Je dirais que DIRASET, c’est un peu l’élève de l’IRMC. J’évoquerai quatre enseignements majeurs de cette présence de l’IRMC à Tunis.

Le premier c’est la pluridisciplinarité qui nous a transformés, moi-même et les chercheurs de DIRASET. Elle marque et singularise actuellement DIRASET dans le paysage scientifique des universités tunisiennes. Théoriquement, DIRASET est un laboratoire d’histoire, mais la contre-idée qui s’est imposée est de dire que c’est un laboratoire de sciences sociales ouvert à l’inter et à la pluridisciplinarité. C’est un point fort résultant de mon passage à l’IRMC et aussi de l’expérience des collègues qui ont participe à notre groupe.

Le second enseignement est l’ouverture sur l’international. Avant l’IRMC, nous avions des rapports avec la France par les actions de coopération universitaire dans le cadre des projets dits CMCU. Mais on n’avait pratiquement aucun lien avec les collègues maghrébins. Et c’est grâce à la dimension maghrébine de l’IRMC, notamment avec l’antenne de l’IRMC de Rabat, que nous avons pu nouer des relations Sud/Sud notamment avec les collègues algériens, marocains et même mauritaniens. Cette dimension maghrébine, nous l’avons eue grâce à l’IRMC. Avant que le Gouvernement tunisien n’ait mis en place des actions de coopération CMPTM avec le Maroc, nos échanges avec les Marocains passaient par l’IRMC, nous les avons reçus et ils nous ont reçus par le biais et avec l’aide de l’IRMC.

D’autre part, en 1995, on discutait de comment faire en sorte que la bibliothèque de l’IRMC vienne combler un vide dans le paysage universitaire tunisien. Et c’est à cette époque qu’elle s’est orientée et spécialisée en se dotant de livres et d’ouvrages généraux sur les sciences sociales : tout ce qui concerne les apports théoriques et les méthodologies, tout ce que l’on ne peut trouver ni à l’IBLA ni à la Bibliothèque Nationale. De ce point de vue, la bibliothèque de l’IRMC a attiré un grand nombre de chercheurs tunisiens et a rempli une fonction importante dans leur vie. Elle doit continuer à jouer ce rôle de bibliothèque spécialisée sur la place. Puis, avec la bibliothèque, ce sont aussi les conférences des professeurs invités, de passage et attirant un public curieux et très intéressé, et elles doivent continuer à se développer en fonction de la demande locale.

Enfin, l’IRMC est venu combler un grand vide qui s’est créé progressivement dans les sciences sociales, et qu’on ne mesurait pas toujours clairement à l’époque. Le CERES (Centre d’études et de recherches en sciences économiques et sociales) avait été dans ce domaine un leader productif et dynamique dans le tiers-monde. Mais il a connu une crise qui s’est amplifiée des les années 1970, il s’est peu à peu vidé de son personnel et est devenu presque une coquille vide. Du coup, les recherches en sciences sociales n’ont plus été portées par une institution particulière. Certes, il y avait les universitaires qui font de la recherche, mais ils sont d’abord des enseignants et la faculté n’est une institution de recherche qu’accessoirement. Il n’y avait donc pas de structure de recherche en sciences sociales qui puisse être vecteur de dynamique. Et c’est alors qu’est arrivé l’IRMC qui a comblé ce vide en impulsant une dynamique qui manquait et que le CERES avait presque abandonnée. Aujourd’hui, le CERES est encore une coquille vide et l’IRMC, toujours là, continue à jouer ce rôle. Est-ce que les nouvelles structures de recherche et les labos installés dans l’université ont contribué à remplir ce vide et ont créé une dynamique ? Oui pour certains dont le DIRASET qui reste quand même une petite structure et continue à beaucoup travailler avec l’IRMC.

Dans l’avenir, l’IRMC pourrait se développer davantage en s’impliquant avec les structures de recherche en place. Il devra en ce sens continuer à participer à la construction du savoir entre chercheurs tunisiens et français, à la fois dans leurs capacités scientifiques, mais aussi dans leurs capacités à drainer d’autres chercheurs tunisiens et à les confronter ainsi à d’autres sensibilités universitaires. Cette confrontation est utile et nécessaire pour la communauté scientifique tunisienne qui veut et cherche cette ouverture.

(Propos recueillis par Pierre-Noël Denieuil)

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

 

Abdelhamed HÉNIA

est professeur d’histoire à la Faculté des sciences humaines et sociales, Université de Tunis et directeur du DIRASET – études maghrébines. Il a été chercheur à l’IRMC de 1995 à 1999.

Pour citer ce billet : Abdelhamid Hénia, « De l’IRMC au DIRASET, bilan d’une présence en sciences sociales », Le Carnet de l’IRMC, 8 juillet 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1034

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

L’IRMC un lieu d’échange entre chercheurs des deux rives de la Méditerranée

Mohamed Kerrou
Photographie de Mohamed Kerrou

Les trois années passées à l’IRMC furent marquantes et décisives pour la recherche que j’ambitionnais de réaliser dans le domaine des sciences sociales des religions. Détaché de l’Université de Tunis, je rejoignais le premier noyau de chercheurs dirigé par Michel Camau et Anne-Marie Planel durant cette période de fondation et d’institutionnalisation, de 1992 à 1995. Au tout début, nous exercions au sein du CDTM (Centre de documentation Tunisie-Maghreb) logé à l’étage, juste au-dessus de la Bibliothèque Charles De Gaulle, accueillant, entre autres, les trésors de l’ancien fonds de la Résidence. C’était en ce lieu d’ailleurs ou, encore étudiant en sociologie durant la seconde moitié des années 1970, je découvrais avec l’émerveillement du néophyte les écrits remarquables des pionniers de la recherche en sciences sociales du Maghreb : Edmond Doutte, Alfred Bel, Robert Montagne, Jacques Berque, Roger Letourneau… ainsi que le jeune Pierre Bourdieu effectuant ses premières enquêtes de terrain sur le monde du travail et de la paysannerie en Algérie.

Puis, l’IRMC s’établit dans l’actuelle « Villa aux deux palmiers de Mutuelleville » où l’équipe de documentalistes et de chercheurs tenait ses réunions périodiques, lançait les programmes de recherche, animait les conférences ou séminaires et confectionnait le bulletin mensuel Correspondances. De cela, je garde plaisamment le souvenir des notices de livres qui y étaient publiées; de courtes notices, non signées mais réécrites et corrigées, à plusieurs mains et maintes fois pour qu’elles soient conformes aux normes bibliographiques et typographiques. Je n’oublierai pas également la surprise et la consternation de toute l’équipe le jour ou, tôt le matin, nous fumes les témoins impuissants des ravages des pluies diluviennes qui avaient envahi, durant la nuit, les locaux de la bibliothèque et endommagé nombre de documents que nous avions tenté vainement de sauver. Le geste collectif illustrait l’esprit de solidarité de l’équipe qui s’attelait avec passion au lancement d’un institut de recherche à vocation maghrébine.

Le choix des sciences sociales des religions et en particulier celui de la socio anthropologie religieuse n’était pas, pour moi, le fruit d’un hasard mais plutôt le produit de deux motivations conjuguées : d’un côté, l’impossibilité d’exercer la politologie sous un régime policier à l’affut du moindre mouvement des universitaires non-partisans et, de l’autre, l’intérêt pour la tradition confrérique que j’héritais d’un certain milieu familial. Ce penchant pour l’étude de la « religion populaire » ou plutôt de la « religion des gens » m’amenait à choisir comme terrain d’investigation la ville sainte de Kairouan et comme programme de recherche la thématique de « l’Islam vécu et les enjeux de la sainteté ». C’est ainsi que je fus amené, dans un premier temps, à élargir le champ aux autres pays du Maghreb, le Maroc où j’ai rencontré les chercheurs spécialistes de la question que sont Halima Ferhat, Abdelahad Sebti, Hassan Rachik, Mohamed Tozy, Ahmed Toufic… et l’Algérie où je prenais connaissance de près des travaux de Fanny Colonna, Brahim Salhi, Akli Hadibi… Avec l’ensemble de ces chercheurs, j’essayais de partager les questionnements autour des figures légendaires de la sainteté et des rapports souvent tumultueux entre saints et pouvoirs, à partir des problématisations agencées par Ernst Gellner, Abdellah Hammoudi, Lucette Valensi, Abdallah Laroui, Mohamed Kably… Dans un second temps qui n’est pas forcement chronologique, je recourais aux matériaux puisés dans des études soit historiques, en remontant jusqu’a l’Antiquité avec les thèses de Peter Brown ou de Pierre-Albert Février, soit anthropologiques avec les incursions lumineuses de Clifford Geertz, Michael Gilsenan et Raymond Jamous.

8 Public et Privé M. KerrouC’est de la sorte que j’ai opté pour la perspective comparative en abordant de front la question de l’autorité des saints autour de la Méditerranée occidentale, lors d’un colloque international organisé dans le lieu symbolique et merveilleux de Sidi Bou Saïd, en mai 1994. Un ouvrage collectif en est sorti, en 1998, aux Éditions Recherche sur les Civilisations (ERC), sous le titre L’Autorité des saints. Perspectives historiques et socio-anthropologiques en Méditerranée occidentale. Tout en reprenant mon métier d’enseignant à l’Université de Tunis, je continuais à fréquenter l’IRMC en tant que chercheur associé. C’est ainsi que j’ai pu monter un autre programme de recherche axé sur les dynamiques de la sécularisation au Maghreb et au Machrek déclinées en études monographiques et comparées au sein d’un ouvrage collectif publié en 2004, aux Éditions Maisonneuve & Larose, sous le titre de Public et Privé en Islam. Espaces, autorités et libertés. C’était là l’amorce d’une longue et stimulante recherche autour de la question de la publicisation et de ses structurations politiques et symboliques.

J’aimerais terminer ces souvenirs glanés au petit bonheur en exprimant ma dette de reconnaissance envers l’IRMC et ses trois directeurs, Michel Camau, Jean-Philippe Bras et Pierre-Noël Denieuil, que je remercie sincèrement pour les précieux moments de partage des connaissances et également pour les multiples occasions qu’ils m’ont données en vue d’un échange fructueux avec les chercheurs des deux rives de la Méditerranée.

 Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

 

Mohamed KERROU

est professeur de sociologie à la Faculté de droit et des sciences politiques de Tunis, Université de Tunis El-Manar. Il a été chercheur à l’IRMC de 1992 à 1995.

Pour citer ce billet : Mohamed Kerrou, « L’IRMC un lieu d’échange entre chercheurs des deux rives de la Méditerranée », Le Carnet de l’IRMC, 5 juillet 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1027

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

L’IRMC, une porte ouverte sur la Tunisie et la Méditerranée

Mohamed_Elloumi
Photographie de Mohamed Elloumi

Ma collaboration avec l’IRMC remonte aux premières années de sa création et a pris la forme d’un poste de chercheur sur trois ans (entre 1993 et 1996) pour l’animation d’un programme de recherche, puis elle s’est poursuivie comme chercheur associé par la coordination d’un projet de recherche dans le cadre du programme MOST de l’UNESCO et elle a abouti à l’édition de deux ouvrages collectifs portant sur les mutations des sociétés rurales dans la région méditerranéenne, dans le contexte de l’ajustement et de la mondialisation. Mon recrutement à l’IRMC, a été justifié d’une part pour couvrir le champ du rural et de l’agricole ce qui est une gageure pour un institut plus orienté vers le monde urbain et l’histoire et parce que j’apportais un réseau de chercheurs méditerranéens travaillant sur ces questions et au sein duquel j’étais un membre actif depuis sa création au début des années 1980[1]. Mon passage à l’IRMC, puis la poursuite de cette collaboration a été pour moi une expérience riche et motivante à la fois sur le plan personnel et sur celui de ma carrière de chercheur.

Sur le plan scientifique deux éléments méritent d’être évoqués. Le premier concerne la rigueur scientifique. En effet malgré son jeune âge, ou peut-être à cause de cela, l’IRMC était très observé et se devait, de ce fait, de faire preuve d’une rigueur scientifique à toute épreuve. Cela a été pour moi un apprentissage de grande importance pour la suite de mon parcours de chercheur. Le second élément est la recherche de l’excellence. En effet mon passage à l’IRMC m’a inculqué une plus grande attention à la recherche du meilleur résultat en termes de valorisation des résultats des activités de recherche et d’animation scientifique.

Sur un plan plus personnel, mon passage à l’IRMC m’a permis de faire deux découvertes : la communauté des chercheurs tunisiens en sciences humaines et sociales et les recherches en sciences politiques. Du fait que mon parcours de jeune chercheur avait été basé jusque-là sur l’ouverture et l’insertion dans des réseaux de recherche internationaux plus que sur l’insertion dans la communauté des chercheurs tunisiens en sciences sociales, mon passage à l’IRMC m’a fait prendre conscience de ma faible connaissance de cette communauté et m’a poussé à mieux la connaître à travers les travaux de ses membres et surtout en faisant la connaissance d’hommes et de femmes de grande qualité. J’ai par ailleurs profité de mon passage à l’IRMC pour élargir mon réseau de collaboration à la partie orientale de la Méditerranée.

De par ma formation scientifique (ingénieur agronome à la base) j’avais peu d’affinité avec les sciences politiques qui étaient du fait du projet de l’IRMC et du profil de son directeur de l’époque le champ disciplinaire dominant. J’ai en effet découvert dans ce champ disciplinaire des apports forts intéressants pour la compréhension du monde et des sociétés méditerranéennes, même si par moment, le discours de certains chercheurs restait hermétique pour moi et que certains chercheurs appartenant à l’IRMC ou de passage faisaient preuve plus de la science de la logorrhée que réellement d’un esprit scientifique.

Je ne saurais clore ce rappel sans évoquer l’importance de l’appui qu’apportent le service administratif et le secrétariat pour la réussite des programmes de recherche et la finalisation des travaux dans les meilleures conditions. La compétence et le dévouement du personnel en question permettent aux chercheurs concernés et à l’IRMC dans son ensemble de multiplier les activités malgré la modestie de ses moyens humains et matériels. Cela permet aussi, malgré un certain esprit de compétition entre les chercheurs et leurs programmes respectifs, voulu par certains directeurs, de créer une ambiance empreinte de fraternité et d’amitié.

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

 

Mohamed ELLOUMI

est agro-économiste et chargé de recherche à l’Institut national de la recherche agronomique de Tunisie (INRAT). Il a été chercheur à l’IRMC de 1993 à 1996.

Pour citer ce billet : Mohamed Elloumi, « L’IRMC, une porte ouverte sur la Tunisie et la Méditerranée », Le Carnet de l’IRMC, 4 juillet 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1020

 


[1] Il s’agit du réseau agriculture familiale comparée : RAFAC, constitue à l’initiative de Pierre Campagne autour de l’IAM de Montpellier.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

L’IRMC et l’Institut français de Tunisie (IFT)

1L’IRMC, depuis sa création, se situe au carrefour institutionnel de plusieurs dispositifs correspondant à des objectifs et à des formes de partenariats spécifiques : le ministère français des Affaires étrangères qui valorise la production de connaissances sur la Tunisie et l’ensemble du Maghreb ; le Centre national de la recherche scientifique (CNRS) qui vise plutôt la recherche fondamentale et l’entretien des réseaux « d’excellence » ; les universités et les institutions de recherche magrébines en quête de partenariat et de co-constructions scientifiques ; puis les services de l’Ambassade de France a Tunis, qui souhaitent sa visibilité et sa participation à la présence de la culture et de la langue française, ainsi qu’au débat d’idées en matière de coopération universitaire et scientifique. C’est dans ce dernier cadre que l’IRMC entretient des relations suivies avec l’Institut français de coopération, devenu aujourd’hui l’Institut français de Tunisie (IFT). Ainsi après un soutien indifférencié de l’IFC au fonctionnement de l’IRMC lors de sa fondation, s’est progressivement mise en place une coopération fondée sur des objectifs partagés et sur des projets communs.

Les modalités de travail

Dans le cadre du soutien de l’IRMC aux étudiants boursiers et à la recherche universitaire, des contacts étroits sont noués avec les services de coopération de l’IFT. Ces contacts sont régulièrement repartis entre la coopération éducative et pour le français en matière d’orientation sur des stages linguistiques ; la coopération scientifique et technique en vue du montage de projets, des partenariats Curien et d’une présence au CMCU ; la coopération universitaire lors d’échanges ou d’actions de coopération (cursus communs) entre universités françaises et tunisiennes, ainsi que par le biais d’une présence de l’IRMC au Forum des orientations universitaires.

Dans ce cadre, l’Institut de recherche joue un rôle important pour le conseil a l’octroi de bourses d’études (comité mixte Michel Foucault) et apporte régulièrement son expertise dans les commissions de sélection et d’attribution de soutiens a l’organisation de colloques et de manifestations scientifiques. Il contribue ainsi, dans un rôle de courroie de transmission, à promouvoir les sciences humaines et sociales, et à renforcer leur présence et leur audience au sein des services de l’IFT. De leur côté les attachés concernés et/ou le conseiller culturel, participent régulièrement à des réunions ciblées (dont les conseils scientifiques du Pôle Maghreb et les comités mixtes franco-tunisiens de suivi des activités de l’IRMC), contribuant ainsi à une meilleure circulation de l’information entre les deux établissements.

Les actions communes

3Elles sont nombreuses et variées. Elles peuvent tout d’abord concerner des invitations d’universitaires et de chercheurs en France ou en Tunisie, puis des aides financières à la publication (bulletin Correspondances en 1998-2000, Lettre de l’IRMC en 2013) ou a des enquêtes nationales (les diplômés et les ingénieurs en Tunisie, 1999-2002 avec l’INTES), ainsi que des soutiens financiers à des colloques et des manifestations internationales (dont les Chantiers de la recherche au Maghreb en 2006 ou le colloque de l’AISLF en 2007).

Elles concernent aussi les partenariats retenus avec le Fonds d’Alembert, et pour lesquels l’IRMC a eu en charge la définition des thèmes et la conduite des conférences. Citons à ce titre le projet de 2003, Nouveaux risques et culture du risque : quel avenir pour les sociétés contemporaines ? et celui de 2004-2006, Construire un monde ? Mondialisation, pluralisme et universalisme, qui a donné lieu à la publication d’un ouvrage en 2007, sous la direction de Pierre Robert Baduel. Enfin, notons qu’en 2006-2007, l’IRMC a servi de conseil scientifique pour l’organisation des conférences de la manifestation organisée par l’IFT sur L’image révélée. Orientalisme/Art contemporain.

Plus récemment et depuis la révolution tunisienne, plusieurs actions notoires ont sensiblement rapproché les relations de l’IRMC et de l’IFT. Citons d’abord l’organisation d’un cycle de conférences en partenariat conjoint avec la Médiathèque Charles De Gaulle, la BNT (Bibliothèque nationale de Tunisie) sur le thème : Avec quels outils penser la société tunisienne aujourd’hui ? Cinq conférences sont, entre autres, a signaler : « Les perspectives et nouveaux enjeux de l’édition au Maghreb » (Luc Pinhas), « Plus d’une langue » (Barbara Cassin), « La communication : guerre et paix au XXIeme siècle » (Dominique Wolton), et enfin au printemps 2013, « Aménagement du territoire » (Jean-Louis Guigou) et  « Décentralisation » (Jean-Pierre Worms). Mentionnons de même la présence ponctuelle lors de réunions de chercheurs a l’IRMC, de conférenciers du collège de France invités par l’IFT (Henri Laurens, Pierre Rosanvallon).

Citons aussi l’organisation conjointe en mai 2012 avec l’IFT, l’IRMC, l’IRD et l’Institut Pasteur, d’un séminaire sur l’histoire orale et la mémoire des Instituts Pasteur au Maghreb. Anciens directeurs et personnels de ces instituts ont pu y débattre sur le rôle historique de ces Instituts dans la distribution des produits pharmaceutiques, avec les facultés de médecine et d’enseignement, dans la transmission des connaissances, à travers la veille sanitaire et scientifique etc.

Enfin, mentionnons le récent partenariat (décembre 2012) de l’IRMC avec le MAE (Institut français Paris), l’IFT et la BNT lors du Forum sur la question comparée de la transition énergétique au Maghreb dans le cadre de la manifestation annuelle « Sciences en questions ». Ce forum, organisé par Sylvie Daviet (professeur à l’Université d’Aix-Marseille en délégation CNRS auprès de l’IRMC) avec le soutien de Yannick Leroux (attache de coopération scientifique auprès de l’IFT), a permis de rassembler pour la première fois en Tunisie autour d’une même table et sous l’égide des sciences sociales, des acteurs publics et privés non académiques et des universitaires. N’omettons pas non plus de signaler la présence conjointe de nos deux institutions sur des manifestations ponctuelles (escale à Tunis de « Ulysse 2009 », journées audiovisuelles en 2010, Forum social de 2011), ainsi que lors des sessions régulières de la Foire internationale du livre de Tunis.

En conclusion, il convient d’insister sur le fait que les relations nouées entre l’IRMC et l’IFT ont toujours eu lieu sur la base d’un consentement volontaire tenant compte des objectifs spécifiques des deux institutions, l’une en matière scientifique et l’autre en matière d’action culturelle. Et il faut reconnaître que cela n’alla pas toujours de soi. Si les chercheurs de leur côté ont pu revendiquer leur « autonomie scientifique » face aux services culturels français, à la mission diplomatique française et au politique, les Conseillers culturels successifs n’ont pour leur part pas hésité à rappeler la nécessité « pour les chercheurs de prouver aux décideurs l’utilité de leurs investigations ». Il faut toutefois resituer ces résistances mutuelles dans le contexte des « années Ben Ali » où l’IRMC, certainement sauvé par sa dimension internationale, tentait de s’imposer comme un « espace de liberté » en équilibre instable entre le contrôle du pouvoir tunisien et le maintien d’une autocensure a minima souhaitée par ses tutelles. Il semblerait toutefois que la révolution tunisienne et le projet désormais commun tant pour le Gouvernement français et l’IFT que pour l’IRMC, de s’inscrire dans une transition démocratique consensuelle, aient contribué au rapprochement de ces deux institutions au service de nouvelles modalités de la « diplomatie scientifique » en Méditerranée.

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

 

Pierre-Noël Denieuil

est directeur de recherche au CNRS et actuel directeur de l’IRMC. Son mandat a débuté en 2008 et s’achèvera à l’été 2013.

Pour citer ce billet : Pierre-Noël Denieuil, « L’IRMC et l’Institut français de Tunisie (IFT) », Le Carnet de l’IRMC, 2 juillet 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/928

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

L’IRMC ou l’ancrage dans son temps par le renouvellement

Romain Costa
Photographie de Romain Costa

Recruté en 2009 comme documentaliste puis secrétaire de rédaction a l’IRMC, dans le cadre d’un volontariat international en administration, j’ai eu la chance de travailler et d’apprendre le métier d’éditeur scientifique au côté d’Anne-Marie Planel. Lors de son départ à la retraite, on m’a proposé de prendre la relève dans ses fonctions éditoriales que j’occupe depuis 2011. Mes disciplines de formation étant l’archéologie et l’histoire antique méditerranéenne avec une spécialité en égyptologie, je n’étais pas prédestiné à travailler sur la période contemporaine et c’est pourtant cette particularité et cette distance critique qui semblent avoir joué en ma faveur au moment de mon second recrutement sur un contrat de l’IRMC. Dès lors, puis dans l’exercice de mes fonctions, j’ai compris que l’IRMC n’était pas un centre de recherche comme les autres puisqu’on me faisait confiance sans a priori sur ma formation et sans me restreindre a une « case » professionnelle.

Cette expérience personnelle, à la fois dans une fonction temporaire (volontariat) et une fonction permanente et de responsabilité (au service des publications), m’a permis de toucher du doigt une problématique dont on n’a pas forcement conscience. Une des difficultés majeures d’un institut de recherche, dont la majorité de ses acteurs est « en roulement » (directeurs, chercheurs, documentalistes et informaticiens), réside dans la continuité d’une politique générale de fonctionnement. Comment, en effet, préserver une identité, des partenaires, reconduire une image, une organisation, une communication quand les principaux leviers de l’institut sont sans cesse remplacés ? Comment poursuivre une tradition ou perpétuer un héritage quand les forces vives d’un jour sont renouvelées le lendemain, apportant avec elles, de nouvelles visions, de nouveaux outils et de nouvelles idées ?

La réponse s’impose d’elle-même, l’IRMC ne peut être réduit à une succession d’identités qui se dissolvent, se contredisent, se concurrencent, c’est le renouvellement qui est la seule identité de l’IRMC. Du fait de ses vingt ans d’âge et de ce perpétuel changement, l’IRMC n’a en effet pas le temps de se constituer un « bagage culturel » idéologique figé, il n’y a pas de recherches ou de disciplines favorisées, pas de réseau déjà constitué, pas de certitudes arrêtées ni de ruptures définitives et c’est ce qui en fait un lieu si particulier. Ce renouvellement encore à l’œuvre permet au contraire la remise en question, l’ouverture d’esprit, la mise à jour épistémologique et méthodologique, il permet d’échapper aux querelles des écoles de pensées, d’accorder une même importance à toutes les générations de chercheurs, de travailler sur tous les sujets, dans tous les réseaux, puisque le conservatisme et le confort n’ont pas le temps d’installer une routine, aussi bien pour les chercheurs que pour les personnels administratifs qui doivent eux aussi s’adapter à de nouvelles habitudes et de nouvelles manières de travailler.

L’institut, vingt ans après sa naissance, continue de se construire. J’essaye pour ma part de participer au-delà des publications, à la mise en place d’une communication virtuelle, poussant aujourd’hui la visibilité de l’IRMC sur les réseaux sociaux, HALSHS ou hypotheses.org, en l’inscrivant dans les programmes d’édition électronique afin de numériser et rendre accessible sur Internet l’ensemble de ses publications passées ou à venir. Ces innovations, comme toutes les autres, ne pourraient se faire sans ces apports successifs de personnels. Dynamisé par ses acteurs renouvelés et concrétisé via ses acteurs permanents, c’est la conjugaison de leur travail qui permet à l’institut d’être profondément ancré dans son époque et de traiter les questions de son temps. Cette « maison » aura donc de l’avenir aussi longtemps que le renouvellement sera à l’œuvre.

L’IRMC et sa visibilité numérique

Site Internet : http://www.irmcmaghreb.org/

Compte Facebook : https://www.facebook.com/IRMC.Tunis

Espace HAL SHS : http://halshs.archives-ouvertes.fr/IRMC

Compte Twitter : https://twitter.com/IRMCtunis

Carnet de l’IRMC : http://irmc.hypotheses.org/

 

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

Romain COSTA

est responsable des publications et des ressources électroniques à l’IRMC.

Pour citer ce billet : Romain Costa, « L’IRMC ou l’ancrage dans son temps par le renouvellement », Le Carnet de l’IRMC, 01 juillet 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1003

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

La documentation à l’IRMC

Kh. El JomniTitulaire d’une Maîtrise en Documentation, Bibliothéconomie et Archives de l’Institut Supérieur de Documentation (Tunisie) et après avoir suivi les cours post-maitrise de Multimédia et art de l’image, j’ai rejoint l’Institut de Recherche sur le Maghreb Contemporain en septembre 2005. Documentaliste, j’assure diverses taches de la chaîne documentaire. En effet, outre le service d’accueil en bibliothèque, j’assure le dépouillement des articles de périodiques, relatifs aux différents domaines des sciences humaines et sociales en général, traitant de l’ensemble ou de chacun des pays du Maghreb et parus en langues française, anglaise et arabe.

Depuis ma prise de fonction, j’ai participé à la recotification et au reclassement du fonds des brochures et des ouvrages tout en passant d’un classement systématique à un classement par format. J’ai également inventorié le fonds de la Résidence, qui est un fonds très intéressant, contenant la liste des publications officielles et semi-officielles de la Résidence de France en Tunisie et qui couvre la période de 1881 à 1956. J’ai en outre dépouillé la Revue tunisienne éditée à l’époque par l’Institut de Carthage. Le travail à l’IRMC offre une perspective intéressante pour étudier le Maghreb contemporain mais aussi son passé, dans les secteurs liés aux sciences humaines. L’IRMC ayant pour mission de mettre les connaissances à la disposition des chercheurs, le documentaliste se doit de rechercher les meilleurs moyens intellectuels et de communication en vue de présenter les moindres détails du fonds qu’il traite, avec respect de l’information et en toute objectivité (de forme ou de contenu).

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

Khaled ELJOMNI

Documentaliste à la bibliothèque de l’IRMC.

Pour citer ce billet : Khaled ElJomni, « La documentation à l’IRMC », Le Carnet de l’IRMC, 01 juillet 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/999

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook