Archives par mot-clé : Irène Carpentier

Agricultures familiales, territoires et perspectives de développement dans les Suds

Longtemps marginalisée par les politiques libérales de « modernisation agricole » qui ont marqué les dernières décennies, l’agriculture familiale se voit désormais réhabilitée dans les discours des acteurs publics, comme en témoigne le choix de l’Organisation des Nations Unies de proclamer l’année 2014, « Année internationale de l’agriculture familiale ». Le colloque international « Agricultures familiales, territoires et perspectives de développement dans les Suds » qui s’est tenu à Tunis les 11, 12 et 13 décembre 2014, avec le soutien de l’Institut Français de Tunisie (IFT), l’Agence Française pour le développement (AFD) et de l’Union Européenne (UE), s’est justement attaché à approfondir le rôle et les enjeux socioéconomiques de cette forme sociale d’agriculture, et les conditions dans lesquelles elle pourrait contribuer à l’émergence de nouvelles dynamiques porteuses d’un développement durable des territoires.

Alia GanaRepenser les rapports aux politiques publiques, discuter le rôle des agriculteurs familiaux dans les conflits territoriaux, leur place dans les mobilisations, la réappropriation des territoires et la construction de la démocratie, identifier les processus de diversification économique des agriculteurs familiaux et leurs impacts sur le développement local, tels étaient les thèmes des quatre axes qui ont animé les dix sessions de travail de ce colloque, et où plus d’une cinquantaine d’intervenants ont présenté leurs travaux durant trois jours. Au-delà du réseau méditerranéen, le colloque a également permis de s’ouvrir et de confronter les terrains d’Amérique latine à ceux d’Afrique subsaharienne, en passant par l’Asie du Sud-Est et le Maghreb.

En raison du grand nombre de travaux présentés, il ne s’agit pas ici d’en faire un compte rendu exhaustif, mais plutôt de rendre compte des points qui ont soulevé et animé les débats, et de revenir sur ceux qui ont été mis en lumière lors de la présentation des rapports de synthèse de la dernière session, élaborés et présentés respectivement par M. Elloumi (INRAT, Tunis), H. Guétat et N. Rebaï (UMR PRODIG, Paris), J-L Chaléard (Université Paris 1, UMR PRODIG), et H. Cochet (AgroParisTech, UMR PRODIG).

Les présentations de l’axe 1 ont permis d’appréhender dans le temps long, une double dynamique : la réponse apportée par les politiques publiques aux impératifs de développement agricole et les réponses des agricultures familiales à ces mêmes politiques, telles qu’elles s’expriment dans leurs stratégies d’adaptation diversifiées. Alors que certains États cherchent à favoriser les agricultures familiales, d’autres s’engagent dans le soutien des entreprises d’agro-business, ou se caractérisent par une politique du « laisser faire ». Comme l’a souligné M. Elloumi, la diversité des stratégies et des choix politiques révèle la difficulté à penser une alternative, à jeter les bases d’un nouveau contrat social, qui propose une autre vision du développement. Les questions des impacts sociaux et environnementaux liés aux aménagements et aux dynamiques des agricultures familiales face aux politiques publiques ont été abordées au travers de différents exemples : les processus d’accaparement des terres au Mali à la suite du développement d’une politique de grandes infrastructures hydrauliques, les problèmes posés par les périmètres irrigués issus de grands projets étatiques en Algérie et en Syrie, ceux liés aux aménagements hydrauliques en Équateur, ainsi que ceux générés par la réforme agraire avortée en Afrique du Sud. Les discussions ont permis de souligner l’ambivalence de ces grands projets étatiques, souvent à l’origine d’un renforcement des disparités sociales sur les territoires.

Dans l’axe 2, les présentations ont fait ressortir le lien entre les agricultures familiales et les processus de construction-déconstruction des territoires. Ainsi, les agricultures familiales y ont été abordées en tant que forme sociale productrice d’un certain rapport au territoire. Plusieurs exemples sur l’Afrique de l’ouest, mais également en Équateur, ont montré que l’implantation de grandes entreprises agricoles n’avait pas que des impacts fonciers, mais reconfigurait en profondeur les dynamiques territoriales. Ainsi, le modèle « archétypale » de grandes exploitations agricoles présenté a permis de souligner, paradoxalement, la diversité des configurations à l’échelle locale et la primauté de la problématique d’accès aux ressources. En Côte d’Ivoire, le rôle des migrations est au cœur des questions d’accès au foncier ; au Cameroun, on a pu mesurer les conflits d’usage liés à la croissance urbaine et les effets sur les petites agricultures familiales en termes de transformation des systèmes de cultures. De nombreux exemples ont montré la reconversion des petites agricultures à la suite du développement de grandes exploitations ou de cultures commerciales. L’accaparement des terres n’est donc pas le seul moyen d’assujettissement des petits paysans, qui peut prendre des formes plus économiques ou sociales. Au cœur de ces conflits de territoires, les éleveurs itinérants se présentent comme les « parents pauvres » de ces processus de développement rural, fragilisés et marginalisés. Les débats ont souligné le caractère très mobile et évolutif des situations, dans le temps et dans l’espace, contribuant à accentuer la différenciation des types sociaux de l’agriculture. Les politiques de réforme agraire, parallèlement à des mesures de libéralisation accrues ont produit dans un certains nombre de cas, une déstructuration de la paysannerie. Les exemples ouest africains rappellent la violence de la problématique migratoire dans les conflits pour le développement rural et l’instrumentalisation politique qui en est faite. Dans ce contexte, les débats ont également été l’occasion de montrer la nécessité d’une articulation accrue des politiques entre les échelles locale, nationale et globale.

Photo de groupe des participants du colloque de Tunis. © Emna Khemiri
Photo de groupe des participants du colloque de Tunis.
© Emna Khemiri

En conséquence de la pluralité de ces conflits de territoire, et dans un contexte de remise en cause de ces politiques libérales de développement, les mobilisations paysannes attestent du renforcement des revendications pour le droit à la terre et de l’émergence de la figure de l’agriculteur familial comme acteur majeur des processus de démocratisation et de mise en valeur de leurs territoires. N. Rebaï a par ailleurs souligné le fait que la majorité des présentations de cet axe ont concerné des terrains d’Amérique latine et du Maghreb, symbolisant la forte imbrication des revendications paysannes et des dynamiques de démocratisation dans ces ensembles régionaux. L’ancrage territorial des petites agricultures familiales se présente comme un enjeu majeur de la lutte politique dans un contexte libéral ayant pour effet un bouleversement des configurations territoriales historiques. L’alliance symbolique des mobilisations « villes/campagnes » dans un certain nombre d’exemples contribue à la reconfiguration des champs de la mobilisation. Par ailleurs, un certain nombre de présentations se sont attachées à analyser les rouages des organisations collectives et leurs effets sur la gouvernance locale et la justice sociale, en Tunisie en particulier. Il s’en est ainsi suivi un débat animé sur les éventuels effets « positifs » de l’expérience coopérative en Tunisie et une série de réflexions visant à relativiser les vertus de ces expériences de décentralisation de gestion des ressources, lorsqu’elles ne s’inscrivent pas, là encore, dans une articulation entre les différentes échelles de gestion. C’est la problématique de gestion des ressources, hydrauliques en particulier, qui se retrouve au centre des dynamiques de réappropriation des territoires et de construction de la démocratie.

photo irene
© Irène Carpentier

Le dernier axe avait pour objectif de saisir les liens entre diversification économique des agriculteurs familiaux et développement des territoires, lien qui serait a priori vertueux. H. Cochet a tenu à relativiser cette vision idéaliste. Ainsi, dans le contexte d’un accroissement de plus de 80 % des actifs agricoles dans les pays en voie de développement et de plus de 30 % dans le monde, l’emploi agricole représente un enjeu mondial. Alors que les agricultures familiales étaient historiquement pluriactives, les chercheurs et instances internationales ont eu tendance à « redécouvrir » ce phénomène et à en faire un axe actif de valorisation. Cependant, la majorité des présentations de cet axe 4 ont également montré les logiques de spécialisation accrue pour garantir le maintien des exploitations. L’exemple haïtien a ainsi été l’occasion de discuter le concept même de diversification et de stratégies, dans un contexte d’extrême précarité, où la vente de la main d’œuvre à l’extérieur relève plutôt d’une nécessité de survie. Par ailleurs, l’exemple marocain d’agrotourisme, qui entend opérer un rapprochement des milieux ruraux/urbains, a permis de souligner le bilan finalement très contrasté de ces expériences, qui ne relèvent que rarement d’une demande locale. Dans cet axe, une partie des présentations ont en réalité mis en lumière la création de nouveaux produits, de nouvelles filières, comme le commerce du charbon en Haïti, le lait au Vietnam, l’arachide au Bénin, instaurant de nouveaux liens avec les consommateurs et de nouveaux modèles de consommation. Ces produits de « terroirs » créent de nouveaux produits, de nouveaux marchés, parfois ex-nihilo, comme le lait à Hanoï ou l’huile d’Argan marocain. Va-t-on donc vers une spécialisation pour des marchés de niches, plutôt qu’une véritable diversification ? Quelles sont alors réellement les opportunités de développement ? Et pour qui ? Telles sont les questions qui ont animé les discussions concernant cet axe. L’enjeu est alors de cerner les processus de différenciation des territoires, et de mesurer dans quelles conditions ces processus peuvent être porteurs d’un accroissement des inégalités sociales, ou d’une concentration des ressources. Les dynamiques internes aux territoires doivent être remises au cœur des recherches sur les agricultures familiales, afin de ne pas céder aux fantasmes de projets en décalage avec la réalité locale.

Le colloque, qui s’était ouvert sur trois présentations inaugurales, rappelant l’engagement de Marc Dufumier pour le bien-fondé de l’agro-écologie, la place et le rôle de la recherche dans les études sur les agricultures familiales, par Shelley Feldman, et le bilan et la place des politiques publiques agricoles pour le développement dans les suds, par Michel Petit, s’est refermé sur la nécessité d’un travail conceptuel sur le sens même des mots, sur l’examen de la pertinence des différentes échelles de travail, et le besoin de poursuivre l’ouverture du réseau méditerranéen pour confronter les expériences et les terrains, dans une perspective plus large, mieux à même de saisir les dynamiques complexes d’agricultures familiales qui n’en finissent pas de se réadapter et de réinventer les modèles et les façons de penser le développement.

Irène Carpentier

est doctorante en géographie, LADYSS, Paris 1 et doctorante associée à l’IRMC.

Pour citer ce billet : Irène Carpentier, « Agricultures familiales, territoires et perspectives de développement dans les Suds », Le Carnet de l’IRMC, 29 mai 2015. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1852.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Les oasis de Tozeur et Chenini Gabès : diversité et durabilité des formes de valorisation à l’ère de la mondialisation et des crises du développement

Article paru in Marshall A., Lavie E., Chaléard J-L., Fort M., Lombard J. (dir.), 2014, Actes du colloque international : Les oasis dans la mondialisation : ruptures et continuités, Paris, 16 et 17 Décembre 2013, 105-112 et consultable en ligne sur HALSHS (https://hal-univ-paris13.archives-ouvertes.fr/hal-01024643/document).

Introduction

Les profondes mutations dans les conditions d’accès aux ressources agricoles qui ont accompagné les processus de libéralisation et de désengagement de l’état tunisien ont favorisé la montée des tensions sociales et des revendications dans les régions rurales. La révolution tunisienne a pris corps dans les territoires ruraux délaissés de l’intérieur et du Sud tunisien et les demandes populaires pour plus d’équités sociale et régionale ont fortement remis en cause les modèles de développement territoriaux promus par les politiques publiques. Les fortes inégalités foncières, la priorité donnée au développement des services et à l’ancrage de l’économie nationale dans la mondialisation ont entrainé une forte régression de la contribution de l’activité agricole dans l’emploi et les revenus des ménages ruraux (Gana, 2013)[1].

Les économies oasiennes du sud tunisien n’échappent pas à ces évolutions. En lien notamment avec la mise en œuvre de politiques de modernisation axées sur la promotion de la monoculture du palmier dattier (Tozeur), ou sur le développement d’activités industrielles (Gabès), cette agriculture a subi de profondes transformations qui ont bouleversé les équilibres du milieu et du système économique et social sur lesquels elle était historiquement fondée.

Dans un contexte de transformation profonde des conditions de l’activité économique, des dynamiques contradictoires caractérisent aujourd’hui l’agriculture et les espaces oasiens. Parallèlement à la consolidation du secteur des grandes entreprises de production et d’exportation des dattes deglet nour et à la marginalisation, voire la disparition, d’une fraction importante d’exploitations autrefois basées sur le modèle de l’agriculture familiale oasienne diversifiée, on observe l’émergence de nouvelles formes de valorisation des ressources et des espaces oasiens, parfois liées à l’activité touristique et répondant souvent à la demande d’une clientèle essentiellement internationale. Portées par des acteurs individuels ou associatifs, ces nouvelles pratiques s’inscrivent dans des démarches de préservation du milieu oasien, de valorisation de ses paysages et savoir-faire, et de promotion de la qualité et de la variété de ses produits.

Basé sur les résultats d’enquêtes de terrain réalisées entre 2011 et 2013 auprès d’agriculteurs, d’acteurs associatifs et institutionnels, et l’analyse de bases de données constituées sur les deux terrains d’étude[2], cette communicationrend compte de la diversité des dynamiques qui caractérisent l’évolution de l’agriculture oasienne dans les régions de Gabès et de Tozeur. Elle interroge en particulier la diversité sociale et économique des pratiques émergentes de valorisation de l’agriculture et des espaces oasiens et analyse les formes d’ancrage économique – et leur lien avec les processus de mondialisation- qu’elles impliquent pour les territoires concernés.

Diversité des pratiques agricoles et multifonctionnalité des territoires oasiens

La compréhension des territoires oasiens passe par la mise en lumière de la complexité d’espaces qui coïncident de moins en moins avec les espaces agricoles productifs, mais s’inscrivent de plus en plus dans une multifonctionnalité des territoires et une diversification des pratiques agricoles locales[3]. L’activité agricole se voit de plus en plus attribuer, par les pouvoirs publics mais aussi la société civile, un certains nombre de fonctions extra-productives, associées à la notion de service, tels que les services éco-systémiques, paysagers, sociaux, de loisirs… L’émergence de nouvelles initiatives de valorisation s’inscrit dans cette dynamique de diversification des activités de l’espace local et n’est pas sans lien avec d’insertion de l’économie tunisienne dans la mondialisation.

D’une part, l’agriculture oasienne a subi les effets des politiques de libéralisation (réduction des subventions, renchérissement des coûts de production, nouvelles conditions d’accès aux ressources en eau, etc.…). D’autre part, les changements de l’environnement économique ont imposé des adaptations qui répondent souvent à des demandes extérieures. Nous proposons d’analyser les implications concrètes et dynamiques qu’elles induisent dans les territoires oasiens. Nous formulons l’hypothèse que la diversité des formes d’adaptation du territoire agricole oasien aux crises liées aux processus de libéralisation et de mondialisation exprime un potentiel de résistance du système oasien à un déclin annoncé. Il s’agit alors d’identifier la complexité de ces processus tels qu’ils s’appliquent aux oasis. Les conséquences sur les territoires locaux de la libéralisation de l’économie sont nombreuses et contribuent à redéfinir l’insertion dans les marchés des exploitants oasiens. En particulier, les processus d’urbanisation et de désertification accélérés contribuent à une profonde transformation de la structure même du territoire oasien. Ces dynamiques imposent de fortes restructurations de l’activité agricole et contribuent à l’émergence de nouvelles pratiques basées sur des formes de valorisation patrimoniales des ressources oasiennes.

L’élaboration d’une typologie des formes de valorisation du territoire agricole traditionnel permet de caractériser la diversité des agricultures oasiennes dans la mondialisation. Les différents types d’acteurs du territoire local (acteurs associatifs, investisseurs privés, petits exploitants,…) sont à l’initiative de stratégies de valorisation différenciées relevant d’une modernisation technique de type conventionnel, d’adaptations du modèle traditionnel, ou se réclamant de modèles alternatifs de valorisation patrimoniale.

Le modèle de l’agrobusiness oasien

Dans une première catégorie, les innovations et transformations des systèmes agricoles et territoires traditionnels se font au sein du système moderniste classique qui contribue à la consolidation d’exploitations capitalistes intégrées au marché national et international. C’est le modèle de l’agri-business oasien, présent surtout à Tozeur. Au moyen de forts investissements, les projets des investisseurs privés, parfois de nouveaux oasiens, se développent dans une logique entrepreneuriale. Au sein d’une infrastructure moderne complète, comprenant raccordement à l’électricité, puits, bassins, canaux d’irrigation PVC ou bétonnés, et bâti agricole, les projets visent la conquête de marchés de niches à l’exportation. L’accès à la ressource en eau est généralement assuré par la présence d’un puits ou d’une vanne sur la parcelle permettant une gestion autonome de l’irrigation. La spécialisation des cultures est au cœur de la stratégie de mise en valeur du sol. A Tozeur, cela débouche sur une quasi-monoculture d’un cultivar, le deglet nour. Les exploitations de cette catégorie sont assez grandes (supérieures à 1,5ha), et situées essentiellement le long des axes de communication qui traversent l’oasis ancienne. Elles constituent la norme dans toutes les nouvelles plantations. La rentabilité agricole de tels projets est importante, mais s’inscrit souvent dans le cadre d’une pluri-activité de fait. L’agriculture demeure une activité de complément, pour des entrepreneurs actifs dans d’autres secteurs et d’autres espaces, mais permet, pour ceux qui sont originaires de la région, de conserver un lien au territoire local et de garantir l’appartenance à la communauté oasienne.

irene1
Exploitation spécialisée dans la monoculture de Deglet Nour à Tozeur. © Irène Carpentier.

Ces projets d’agro-business sont pleinement ancrés dans des logiques d’intégration à des marchés porteurs d’exportation s’appuyant sur des réseaux internationaux de clientèles et sur des modèles productifs et paysagers caractérisés par l’élimination de l’étagement des cultures et l’alignement des plantations de palmiers… Ils participent aussi d’une consolidation de positions dominantes dans la compétition pour l’accès aux ressources territoriales.

Souvent, ces mêmes agro-entrepreneurs revendiquent aussi leur contribution à la mise en valeur du patrimoine que représente le palmier dattier et à la durabilité du territoire oasien. Ils soulignent que leurs activités permettent d’éviter l’abandon des terres, mais permettent aussi la sauvegarde du milieu et la préservation de sa fonction agricole productive. Ces discours de valorisation de l’activité agricole en tant que ressource économique locale susceptible de promouvoir la durabilité du milieu s’inscrivent dans un contexte régional de mise en place de nouvelles logiques de valorisation économique. Les labels de qualité ou la conversion en bio des plantations récentes dans le gouvernorat de Tozeur permettent aux exploitants de ces espaces de saisir de nouvelles opportunités et de se positionner sur le marché du « patrimoine » et de « l’alternatif », répondant à une demande internationale en priorité. Ces stratégies sont promues et trouvent un appui auprès des institutions de développement. A Tozeur, le ministère de l’Agriculture prévoit une conversion de l’ensemble des oasis à l’horizon 2030[4], afin de renégocier les marchés d’exportation, et d’optimiser la rente de la datte deglet nour.

Le marketing territorial, une tertiarisation de l’activité oasienne ?

Dans le cadre de cette diversification des formes de mise en valeur, et en lien avec les politiques publiques de développement, se distingue une seconde catégorie d’exploitants[5], qui s’inscrit dans une dynamique de tertiarisation de l’activité agricole et du territoire oasien. C’est le modèle du « marketing territorial », qui tend à produire des activités de services, en particulier de loisirs ou touristiques. Ces activités sont des moyens de mettre en valeur le « décor oasien » auprès d’une clientèle touristique nationale et internationale. Mais dans le cadre de la crise touristique que traversent les territoires oasiens, ces espaces de loisirs et de restauration sont de plus en plus investis par la population locale et les entrepreneurs tentent de s’adapter à cette demande spécifique. C’est le cas du projet « Sahara Lounge » à Tozeur, espace d’accro-branche dans une parcelle de la zone de R’bat qui propose également un espace de café et d’animations. Souvent, une combinaison d’activités est ainsi proposée sur une même parcelle, afin de satisfaire une clientèle plus large: restauration, café, jeux pour enfants, salle des fêtes, projections…

irene2
La zone de Ras el Oued, historique zone des sources à Chenini Gabès. © Irène Carpentier.

C’est le cas du « parc el Berka » à Tozeur, ou du « parc Amine » à Chenini. La fonction productive de l’agriculture devient marginale et se destine à l’utilisation directe pour la clientèle et le personnel (en particulier les productions arboricoles : citronnade, jus d’oranges, dattes pour le jardinier…). Le territoire oasien n’est plus considéré comme nourricier, mais comme espace de loisir et de « marketing ». Le paysage référent est celui de l’oasis traditionnelle. Il est entretenu et recréé dans une logique de jardinage où la dimension esthétique prime, par le moyen de plantes décoratives, parfois stériles et importées. En effet, la plus value du territoire passe par la mise en marché d’un paysage historique et diversifié, d’un cadre paysager de loisir. Les entrepreneurs oasiens sont donc dans une démarche d’ouverture des territoires oasiens à des activités de services diversifiées. La diversification des activités oasiennes, qui répond à une demande internationale mais aussi locale, est un moyen pour saisir les opportunités d’un marché toujours plus restreint, tant sur le plan agricole que touristique.

Une agriculture familiale diversifiée et pluriactive

Aux côtés de ces nouveaux entrepreneurs oasiens, perdurent des formes de mise en valeur « paysanne », basées sur diversification des cultures. Dotés d’une faible capacité d’investissement, les petits exploitants qui les pratiquent déploient leurs projets au sein de la parcelle familiale. Au cœur d’un territoire fortement morcelé, le bien foncier des petits exploitants est soumis à la disparité des conditions d’exploitation en termes d’accès à l’eau, de salinité des sols, et d’accessibilité des parcelles. Les systèmes de cultures sont diversifiés et étagés ; l’arboriculture ou le maraîchage sont privilégiés selon le zonage agronomique local en association avec le petit élevage. Dans la pratique de l’activité, comme dans l’agencement des parcelles et la conduite des cultures, c’est le modèle « traditionnel » qui fait référence malgré l’influence grandissante du modèle moderniste, sous la pression du marché. Les savoir-faire traditionnels (greffes d’arbustes, modifications des méthodes d’irrigation, association des cultures …) sont à la base de l’adaptation aux contraintes qui touchent cette catégorie en particulier : manque d’eau, concurrence sectorielle et difficultés de commercialisation. L’autoconsommation reste une des fonctions principales pour ces cultures oasiennes, en particulier les cultures maraîchères et arboricoles. Les productions ne sont pas toujours rentables sur le plan économique mais permettent de contribuer à la sécurité alimentaire des familles. A Tozeur, ce sont les travailleurs agricoles, les khammès, métayers au cinquième et véritables travailleurs des oasis, qui contribuent au maintien de l’étagement des cultures et de la fonction nourricière des parcelles.

 Mais le maintien à la terre des petits exploitants passe aussi par l’inscription plus poussée dans des logiques marchandes. C’est le cas à Gabès, où la stratégie pluriactive de valorisation du territoire est surtout une adaptation à la conjoncture du marché. Elle se traduit par l’introduction de cultures traditionnellement absentes des oasis, comme le poireau, ou l’aubergine, ce qui permet de faire la différence sur un marché local restreint et saturé, et de s’adapter au stress hydrique. Se développe ainsi une agriculture de spéculation, en particulier pour les maraîchers qui font face à la concurrence toujours plus rude d’autres espaces productifs. La pratique de l’agriculture par ces petits exploitants permet de préserver les fonctions historiques de l’oasis : paysagère, nourricière, socio-économique. L’objectif reste ici de garantir la reproduction du système et des exploitations à l’échelle locale, tout en valorisant un patrimoine familial.

On observe ainsi une différenciation des formes d’agricultures familiales oasiennes: entre marginalisation et repli vers une agriculture diversifiée uniquement vivrière ou de loisir, et intégration progressive au marché pour les exploitants qui se tournent vers l’intensification.

Des exploitations familiales spécialisées et intensives

A la différence des logiques de la catégorie précédente, certains acteurs se tournent vers des modèles d’intensification et de spécialisation des exploitations, sous l’impulsion de programmes étatiques de soutien aux projets d’élevage bovin et de maraîchage (à Gabès). Garantissant a priori une stabilité importante des exploitations avec des productions qui procurent des revenus réguliers toute l’année, de nombreux petits et moyens exploitants, encouragés par les programmes de subventions se lancent, en particulier dans l’élevage bovin.

irene3
Exploitation spécialisée dans l’élevage bovin à Chenini Gabès. © Irène Carpentier.

Certains éleveurs de bovins ou maraîchers s’inscrivent donc dans des logiques d’intensification et de spécialisation des productions. Leur stratégie s’appuie sur une insertion dans des bassins de production. A la différence des petits exploitants diversifiés, c’est sur la spécialisation des productions et l’insertion aux marchés régionaux que ces producteurs fondent leurs stratégies de valorisation des terres. Cependant, le cadre paysager oasien est plus ou moins préservé, notamment au travers du palmier dattier qui joue ici un rôle de maintien de l’écosystème. Si les cultures arboricoles disparaissent presque totalement, la pluralité des cultures fourragères permet de subvenir aux besoins, dans des exploitations qui visent l’autosuffisance en alimentation du bétail.

Dotés d’une capacité d’investissements moyenne, les projets de ces exploitants se développent dans une logique de recherche de rentabilité. Ces exploitants spécialisés ont souvent bénéficié de subventions, en particulier pour l’élevage bovin, avec la subvention à l’introduction de races importées. L’infrastructure hydraulique de base, (canaux d’irrigation en béton), est bien entretenue par les exploitants eux mêmes et permet d’optimiser les ressources disponibles. Les éleveurs de bovins bénéficient d’un robinet complémentaire qui garantit de l’eau à volonté et qui se paye à l’année auprès des associations d’irrigants. L’ensemble de la parcelle est mise au service de l’activité principale, élevage ou maraîchage. Ainsi, la luzerne est cultivée sur l’essentiel de la parcelle dans le cadre des projets d’élevage bovin, et toutes les parcelles sont dévouées aux cultures de légumes dans le cadre des projets de maraîchers.

Les exploitations de cette catégorie sont de taille moyenne (de 0,3 à 0,6 ha), et les exploitants jouent souvent sur le morcellement foncier des propriétés, avec des parcelles réservées à un type de culture selon leur situation et au service du projet de l’exploitation. Dans l’oasis de Gabès à Menzel et Chenini, les programmes d’introduction de l’élevage bovin ont encouragé ces types d’exploitants. On ne les trouve pas à Tozeur. La rentabilité agricole de tels projets n’est pas toujours très importante, en raison de la forte augmentation des prix des aliments pour le bétail. Seuls, les élevages les plus importants sont rentables. La pluriactivité reste majoritaire.

Les militants oasiens

Enfin, la dimension politique et idéologique des choix de mise en valeur apparaît au sein d’une dernière catégorie, celle de « militants oasiens », porteurs d’un projet alternatif de développement fondé sur la réhabilitation du milieu oasien par la mobilisation des savoir-faire traditionnels et la promotion de pratiques agro-écologiques. Les formes d’adaptation à la conjoncture de crise sont profondément ancrées dans une démarche idéologique et politique de remise en cause du modèle moderniste et libéral.

Le modèle s’appuie sur la diversification des activités du territoire, comme la transformation des produits et l’implantation d’activités de tourisme écologique, et s’inscrit dans une dynamique associative, soucieuse d’apporter des réponses aux problématiques locales des petits exploitants, telles que la qualité du sol, la disponibilité de l’eau, les maladies… Pluriactifs, les militants sont souvent représentants syndicaux, enseignants, ou fonctionnaires et font majoritairement partie de classes socioprofessionnelles supérieures. Leurs projets se déploient au cœur de réseaux associatifs diversifiés. Ce sont les associations de sauvegarde des oasis qui les rassemblent, à Tozeur comme à Chenini. Depuis la révolution, la multiplication des associations de protection de l’environnement et de développement local a contribué à la diversification des acteurs concernés[6].

grenade
Grenades BIO à Gabès. © Irène Carpentier.

Bénéficiant d’une capacité d’investissement moyenne, tant sur le plan financier qu’en travail, ces militants exploitants travaillent leurs terres dans un mode de faire-valoir direct, avec une main d’œuvre familiale et parfois quelques salariés. Les parcelles, de tailles moyennes, font l’objet d’une mise en valeur du paysage selon le modèle traditionnel. Les systèmes de cultures sont diversifiés et en étages, du palmier, aux cultures fourragères, industrielles et maraîchères, en passant par les cultures arboricoles. L’association des cultures, la rotation et les techniques de jachères sont utilisées. Les savoir-faire traditionnels sont au cœur des stratégies d’exploitation, de gestion des semences et d’irrigation. Ces exploitations ne se distinguent pas spécifiquement des autres formes d’agricultures familiales paysannes car ce sont moins leurs pratiques propres qui importent que la formulation d’un projet collectif pour le développement territorial.

La conquête d’autonomie dans la gestion des ressources est un des enjeux principaux des projets des associations face à la crise du milieu. La fonction nourricière s’efface devant la fonction pédagogique du jardin oasien, cellule de base pour un nouveau modèle de développement. Ces exploitants tentent de susciter, au travers de projets associatifs, une demande locale et urbaine, soucieuse d’une meilleure qualité des produits, participant à la sauvegarde du milieu. Une meilleure maîtrise des prix par les exploitants, la mise en place de filières bio, ou la transformation des produits doivent permettre de créer un réseau renouvelé autour d’un modèle alternatif de mise en valeur du patrimoine. Les projets se déploient à l’échelle locale, et parfois, via les réseaux associatifs, à l’échelle internationale. C’est le cas de l’exportation des grenades bio de l’oasis de Gabès, gérée par l’association de sauvegarde de l’oasis de Chenini (ASOC). L’objectif est souvent, à terme, le développement d’activités de services liées au tourisme, à la culture ou à l’artisanat dans l’oasis, au moyen d’une multifonctionnalité accrue du territoire. Le tourisme alternatif est au cœur de ces stratégies de diversification. Fermes pédagogiques, accueil à la ferme, éco-logement, restauration bio… les initiatives associatives contribuent à la redéfinition du tourisme oasien au profit de la sauvegarde d’un capital culturel et paysager de l’oasis. L’oasis traditionnelle est sollicitée dans ces zones les plus symboliques : c’est le cas de la zone de Ras el oued à Chenini, ou du pourtour du quartier Ouled el Hej de Tozeur. Les acteurs associatifs oasiens visent une remise en question du modèle moderniste et proposent des innovations dans le cadre d’une recomposition du modèle traditionnel. La durabilité de ce modèle oasien alternatif est centrée sur la diversification de la dynamique agricole, garante de l’intégrité du milieu et du paysage. La capacité de ce modèle à contrecarrer les dynamiques caractérisées par la disparition du milieu semble cependant fortement liée au soutien des pouvoirs publics.

Conclusion

Cette typologie des formes d’adaptation du territoire oasien montre bien que les impacts de ces changements liés aux processus de libéralisation et de mondialisation sont loin d’être uniformes. On observe une diversité de stratégies de valorisation ainsi qu’une différenciation importante des profils socio-économiques des agriculteurs. Les dynamiques observées dans les oasis tunisiennes illustrent ce processus de diversification/différenciation des pratiques de l’agriculture oasienne face à la crise mais attestent aussi de sa résilience et de sa vitalité. Ainsi, les grandes exploitations spécialisées dans l’exportation de dattes deglet nour sont considérés comme les « territoires gagnants » du développement oasien. (Chaléard, 2008[7]) Les petites exploitations familiales morcelées, situées dans des zones périphériques et intérieures, fragilisées par la mise en compétition des territoires et l’externalisation de l’économie, se diversifient sous la pression d’un accès au marché et de choix de valorisation différenciés. Les associations, bien que pleinement insérées dans les nouvelles exigences de l’intégration à une économie globalisée, luttent pour une remise en cause des choix de développement à l’échelle locale et tentent de tisser un réseau territorial oasien.

La situation et l’accessibilité des exploitations se posent comme des critères déterminants de la valorisation du territoire, tout comme le type de marchés en liens avec la spécialisation des cultures. Les oasis du sud tunisien sont un exemple des processus de transformations des territoires ruraux, où la diversité des initiatives de valorisation souligne le potentiel de résistance à un déclin annoncé.

La capacité d’adaptation des territoires oasiens à la crise des modes de développement redéfinit la question de la durabilité d’espaces ruraux profondément dynamiques.

 Irène CARPENTIER et Alia GANA

doctorante en géographie, associée à l’IRMC Tunis, LADYSS, Paris 1 ; sociologue, Directrice de recherche au CNRS en affectation à l’IRMC Tunis.

Pour citer ce billet : Irène Carpentier, Alia Gana, « Les oasis de Tozeur et Chenini Gabès : diversité et durabilité des formes de valorisation à l’ère de la mondialisation et des crises du développement » ? », Le Carnet de l’IRMC, 20 novembre 2014. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1658.


[1] A.Gana, 2013, « Editorial », Maghreb-Machrek, 2013/1 n°215, p. 5-8

[2] Listes des agriculteurs des Groupement de Développement Agricole (GDA) de Tozeur, (Hafir, R’bat, Abbes, Wassat) et Gabès (Chenini, Menzel, Jara), renseignées avec l’aide des aiguadiers des GDA et des lignes d’eau concernés.

[3] JP Charvet, 2008

[4] Selon le responsable de l’arrondissement agriculture biologique du CRDA de Tozeur, lors d’un entretien en avril 2012

[5] Dans certains cas, les agro-entrepreneurs, et les tenants de projets de valorisation touristiques sont les mêmes acteurs. En effet, le morcellement des exploitations favorise une mise en valeur différenciée : une parcelle est vouée à la production agricole, alors qu’une autre accueille un projet touristique ou de loisir. C’est le cas des plus grands entrepreneurs de l’oasis de Tozeur (Nieffer, Chraïet, …)

[6] ASMT (Association de Sauvegarde de la Medina de Tozeur), Club UNESCO de Tozeur,

Post révolution : ASOT (Association de Sauvegarde de l’oasis de Tozeur) fondée en 2011, Association des Amis du Palmier de Tozeur fondée en 2011 ;

ASOC (Association de Sauvegarde de l’Oasis de Chenini) fondé en 1992,

Post révolution : AFCO (Association Formes et Couleurs Oasiennes) fondée en 2011, Gabès Action fondée en 2011, SOS Gabès Environnement fondée en 2011

[7] JL Chaléard, 2008, « Les grandes mutations des territoires ruraux dans les pays du sud : problèmes et enjeux », in Ruralités Nords-Suds : inégalités, conflits, innovations, H. Rakoto Ramiarantsoa (dir.), B. Thibaud (dir.), D. Peyrusaubes (dir.)

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

L’eau : objet de recherche, « miroir des sociétés » ?

irrigation Babnet.net
Développement de la gestion de l’irrigation en Tunisie
© Babnet.net

Un atelier sur les approches sociales de la gestion de l’eau agricole en Tunisie a été organisé à l’INAT, le 22 avril 2014 à l’initiative de  Jeanne Riaux (IRD), en coordination avec  Alia Gana (IRMC) et Mohamed Salah Bachta (INAT), dans le cadre du programme ANR AMETHYST. Partant du constat de l’importance des travaux de recherche sur l’eau en Tunisie mais de la faiblesse des échanges à ce propos entre équipes et institutions en Tunisie, l’objectif de cette rencontre a été de mettre en réseau ces chercheurs (INAT, IRMC, INRAT, IRD, Institut Supérieur d’Histoire de la Tunisie Contemporaine, Université de Sfax) ainsi que les nombreux étudiants en sciences sociales (Master, doctorants et post-doctorants) travaillant sur les questions de l’eau dans le pays.

IrèneAprès une allocution d’ouverture par le directeur de l’INAT, Elyes Hamza, qui a accueilli cette journée d’étude, la matinée a débuté avec trois interventions sur la gestion sociale de l’eau et son approche historique en Tunisie. Thierry Ruf (IRD, UMR GRED) a d’abord exposé les apports de cette démarche, en rappelant que l’histoire hydraulique est, dès le départ, sociale et politique, du fait des multiples formes d’appropriation et de gestion de l’eau au sein des sociétés. Il a également présenté les différentes écoles de pensée, et les apports disciplinaires proposés par les sciences sociales dans le domaine de l’eau, et l’évolution des thématiques de réflexion – des études locales de systèmes hydrauliques à l’eau comme bien commun. Ensuite, Habib Belaïd et  Béchir Yazidi (Institut Supérieur d’Histoire de la Tunisie Contemporaine) ont rappelé qu’il existe peu d’études en histoire sur la gestion des ressources naturelles, et que l’histoire de la gestion de l’eau a souvent été réalisée dans le cadre d’autres disciplines, et en premier lieu par les sciences de l’ingénieur. Néanmoins, la discipline historique a témoigné d’un récent intérêt pour ce thème, et a notamment montré que la mobilisation de l’eau a constitué l’un des piliers de la colonisation en Tunisie, à travers la domanialisation et l’accaparement de la ressource. Une part importante des sources d’archives étant toutefois produite par les autorités coloniales, la réflexion doit être orientée sur l’évolution des cadres juridiques et administratifs de l’eau, les archives, ainsi que sur les échelles d’analyse.

Par la suite, plusieurs étudiants sont intervenus pour exposer leurs travaux de recherche.  Jamel Ben Nasr (INAT) a ouvert la session « Gouvernance de l’eau et institutions » en explicitant les différentes acceptions du concept de gouvernance et les écoles de pensée auxquelles celles-ci se rapportent. Il mobilise dans le cadre de sa thèse un terrain dans la région de Zaghouan et des modèles de matrice pour analyser les rapports de force locaux, et voir les effets de la gouvernance sur l’efficacité de la gestion de l’eau.

Sameh Rekik Bouguecha (INAT) a expliqué comment elle analyse dans sa thèse les blocages institutionnels et les liens entre innovation, croissance, développement et durabilité, à partir du cas d’étude de deux périmètres publics irrigués dans le gouvernorat de Sfax. Des discussions se sont alors engagées sur les décalages qui peuvent exister entre volonté des institutions et réalités locales, sur les différences d’approches méthodologiques – hypothético-déductive ou inductive – et sur la façon d’articuler terrain et théorie : l’eau a toujours une dimension spatiale, c’est finalement la manière d’aborder cette spatialité qui diffère.

On a retrouvé ensuite cette réflexion à travers l’intervention de  Wafa Ben Fraj (INRAT/INAT), dans la tension entre défense du système écologique et poursuite de l’aménagement du bassin versant de l’Ichkeul dont une partie a été classée parc national. Ce type de questionnement invite à étudier la perception des changements environnementaux selon les différentes parties prenantes et invite à considérer l’emboîtement des échelles. La deuxième session « Gestion de l’eau, pratiques techniques et dynamiques socio-territoriales » a regroupé des travaux centrés sur la dimension sociale de l’eau.

Golf_Gabes_2 www.apal.nat.tn
Golf de Gabès
© www.apal.nat.tn

Irène Carpentier (Paris I / IRMC) a souligné que dans les études sur les oasis, l’eau demeure souvent au centre des recherches et contribue à alimenter un fantasme (l’eau au cœur des crises) qui monopolise les débats. Elle propose dans sa thèse de dépasser cette vision à travers une approche typologique des formes d’utilisation de l’eau et de valorisation des territoires.

L’intervention de Zakia Jenhaoui (IRD) s’est focalisée sur la multiplication des puits de surface dans le Kairouanais et leur rôle dans l’amélioration de l’accès à l’eau. Elle a insisté sur leur valeur symbolique et sur les relations d’alliances et d’oppositions qu’ils révèlent : le puits a un moment unifié les populations mais tend aujourd’hui à les disperser. Une des questions posées a été celle du changement à venir, du fait de l’introduction des forages, qui reposent sur une nouvelle technique d’accès à l’eau.

Par ailleurs, Anne-Laure Collard (IRMC/IRD) a montré comment elle mobilise l’approche de sociologie des techniques, utilisée dans le cadre de sa thèse au Brésil, pour analyser le renouvellement des rapports de pouvoir liés à l’évolution des formes d’accès à l’eau dans le Kairouanais. Elle s’intéresse ainsi à la réinvention des pratiques de l’eau en transposant le lien entre eau, technique et pouvoir pour la zone des eaux pérennes du Merguellil. La troisième session était centrée sur les liens entre eau et foncier, à travers l’étude de l’accès, des usages et des concurrences pour la ressource.

Mathilde Fautras (Paris Ouest/IRMC) a expliqué comment l’irrigation a transformé les espaces ruraux dans la région de Sidi Bouzid, en s’imposant comme une nouvelle norme alors même qu’elle concerne une minorité des espaces cultivés. Elle cherche à analyser les conflits d’accès à l’eau qui entraînent différentes stratégies d’adaptation, en lien avec la question de la sécurité alimentaire.

Dans son Master, Fadwa Saïdani (Supagro/IRSTEA) s’intéresse à la diversité des modes d’accès aux eaux souterraines et leur influence sur l’accès au foncier. Un des objectifs de son travail consiste à élaborer une typologie des formes d’accès à l’eau en lien avec les modes de faire valoir, à partir du cas de Chebika dans le gouvernorat de Kairouan.

Malek Ghilleb (Supagro/IRSTEA), qui travaille en tandem avec Fadwa, a présenté quant à elle son Master sur les liens entre accès à l’eau et vulnérabilité, en mobilisant les concepts de risque, sustainable livelihoods, et adaptation.

Ces présentations, qui témoignent de la diversité des approches de la question de l’eau, ont suscité un débat animé entre les participants sur la place de l’eau dans les recherches en sciences sociales : celle-ci est- elle un objet de la recherche, ou un miroir des sociétés, un alibi permettant de reproduire des conflits, tensions et relations de pouvoir existant par ailleurs ? La discussion s’est aussi structurée autour de la question suivante : les études sur l’eau répondent-elles à une demande sociale ? Quelle est la dimension sociétale de cette thématique, et dans quelle mesure la recherche peut-elle – outre l’évaluation et la critique des modèles dominants – proposer des alternatives, de nouveaux modèles de fonctionnement ? Il est ressorti des échanges que l’eau n’est jamais le facteur unique des tensions, et qu’il est nécessaire de prendre en compte les autres aspects pour comprendre les dynamiques internes, locales. Car l’enjeu réside dans la transformation des systèmes, voire dans leur survie. Aussi, les participants ont longuement débattu de la légitimité du chercheur à construire son sujet : faut-il nécessairement une dynamique locale ou une demande explicite pour justifier la recherche ?

Le dialogue engagé lors de cette journée d’étude pourrait se poursuivre en pérennisant un espace de débat autour des travaux d’étudiants sur les thématiques de l’eau. Plusieurs perspectives ont été évoquées, le groupe a notamment envisagé d’organiser des visites croisées sur les différents terrains. De plus, l’idée serait de mettre en commun et constituer un corpus théorique sur l’étude de l’eau en sciences sociales spécifiquement tourné vers la Tunisie.

Alia Gana (CNRS/IRMC) a évoqué le projet d’organiser un séminaire de plus grande ampleur associant deux approches complémentaires de l’eau : celle en termes de concurrence/conflits, et celle en termes de négociation/concertation. Thierry Ruf nous a informé de la volonté en cours de construire une formation pluridisciplinaire destinée aux acteurs de l’eau du Nord et du Sud de la Méditerranée.

La distance au terrain, la pertinence des comparaisons, le dialogue entre chercheurs et décideurs : autant de réflexions partagées par l’ensemble du champ des sciences sociales, et par les chercheurs et étudiants qui s’intéressent à l’eau en particulier. Ces questionnements encouragent un travail en réseau et un effort collectif sur le long terme, qui dépasse les frontières disciplinaires.

Irène CARPENTIER et Mathilde FAUTRAS

Pour citer ce billet : Irène Carpentier, Mathilde Fautras, « L’eau : objet de recherche, « miroir des sociétés » ? », Le Carnet de l’IRMC, 3 octobre 2014. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1647.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Crises globales, remise en question des politiques et émergence de nouveaux paradigmes en méditerranée rurale

Nouvelles cultures sous serres à Chenini, Gabès
© Irène Carpentier

Le colloque de Lisbonne éponyme, organisé au mois de juillet dernier par l’Association Mondiale de Sociologie Rurale m’a permis de remettre en perspective mon travail de thèse sur les oasis du Sud tunisien. Ce texte est un aperçu des enjeux et des dynamiques des espaces ruraux dans le monde méditerranéen et s’appuie sur les présentations du working group 57.

Entre irruption des politiques agricoles communes dans une petite société rurale en Crète, périurbanisation accélérée en Grèce, migrations de travailleurs en Calabre, mobilisation sociale et crises environnementales des oasis en Tunisie, les espaces ruraux méditerranéens sont l’objet de mutations sans précédent. Cela permet de repenser les modèles de développement. Comment se recomposent les espaces agricoles méditerranéens ? Quels sont les enjeux d’une telle recomposition ? Comment appréhender la diversité des alternatives ?

L’agriculture méditerranéenne traditionnelle est souvent caractérisée par la dimension réduite des parcelles, la pluriactivité des exploitants, et des systèmes diversifiés dans le cadre d’une pratique familiale de l’activité. Ce modèle, statique et réducteur, ne doit pas faire oublier la profonde dynamique des systèmes de productions et des paysanneries méditerranéennes. La libéralisation du marché agricole, l’apport d’intrants, le besoin en capital transforment le marché agro-alimentaire méditerranéen, et la sécurité alimentaire est parfois remise en question. Ainsi, l’accès de la Grèce à l’Union Européenne a été l’occasion d’une crise majeure des sociétés rurales traditionnelles en Crête. En effet, la mise en place de nouvelles politiques agricoles redéfinissait les conditions de productions et de commercialisation. Les oasis tunisiennes de Tozeur et Chenini Gabès sont également symboliques des ruptures induites par l’irruption de politiques agricoles fondées sur un référentiel « moderniste », profondément perturbateur de l’équilibre territorial local.

La dépendance des espaces et des activités est une des nouvelles caractéristiques de territoires ruraux fragilisés. La dépendance est à la fois technique, avec l’importation d’un système technologique exogène, mais aussi politique, avec l’emprise des politiques publiques dans les stratégies d’aménagement locales et l’apparition de conflits sociaux dans le cadre d’une concurrence accrue entre les activités et les espaces. Sur le plan économique, les systèmes de distribution échappent aux communautés paysannes traditionnelles et remettent en cause le rapport au milieu. Dans le cas oasien, l’exportation des dattes Deglet Nour sur les marchés européens par des sociétés d’agri-business a redéfini la fonction même de l’agriculture traditionnelle oasienne. Par ailleurs, les rapports entre territoires urbains et ruraux sont de plus en plus complexes, par l’intermédiaire d’une interpénétration des tissus comme à Gabès ou en Calabre en Italie, et par l’intermédiaire de mobilités renouvelées des populations.

Dans ce contexte de crise globale des espaces ruraux, les campagnes méditerranéennes se retrouvent au coeur de multiples enjeux pour l’émergence de nouveaux modèles de développement. Cette agriculture se révèle d’une grande diversité et complexité. L’enjeu politique des questions agricoles est particulièrement marqué dans l’émergence de ce qu’on appelle le « printemps arabe ». En effet, la politisation des questions agricoles et alimentaires, en parallèle avec l’accentuation des conflits sociaux et la remise en cause des systèmes de domination a contribué à l’émergence des mouvements de contestations dans tout le monde arabe. L’enjeu économique prend parfois le pas sur les questions environnementales et contribue à repenser le développement durable plus en adéquation avec la croissance économique. C’est l’émergence du concept de « croissance verte ». Par ailleurs, la concurrence accrue entre les activités industrielles, touristiques ou de services sur les territoires ruraux induit une pression nouvelle sur les ressources locales. La question hydraulique devient cruciale et détermine de nouveaux rapports de forces. La désertification, le changement institutionnel de gestion de l’eau, l’intensification rapide de l’agriculture sont autant d’éléments qui contribuent à l’émergence d’une crise écologique et d’une mutation des paysages historiques. Dans les oasis, ces mutations sont particulièrement marquées et remettent en cause la viabilité même de l’activité agricole.

Face à ces multiples tensions et recompositions des territoires, émergent de nouveaux paradigmes et de nouvelles dynamiques de valorisation. L’activité agricole s’est donc transformée dans le monde méditerranéen. En effet, la multifonctionnalité de l’activité se généralise, sous la pression et la nécessité de fournir des services sociaux dans l’espace rural. L’émergence d’un tourisme alternatif, à la ferme, ou du moins respectueux des équilibres locaux, dans les îles méditerranéennes, en Andalousie ou en Tunisie est une des perspectives de développement agricole local les plus répandues du monde méditerranéen.

Parallèlement à cette diversification de l’activité, les initiatives locales de spécialisation des productions dans le cadre de campagnes de labellisation sont un autre élément de ce nouveau système agricole méditerranéen. L’agriculture biologique, les appellations d’origine contrôlée participent de cette vision alternative de l’agriculture. La société civile s’implique partout, sous la forme associative ou communautaire, pour revendiquer une meilleure maîtrise dans la gestion des ressources. La mise en réseaux des associations et des petits paysans constitue une des perspectives pour une meilleure valorisation de l’espace rural.

Finalement, cette session de travail du colloque a permis de souligner la cohérence et la grande complexité d’une réflexion sur l’agriculture méditerranéenne et la diversité de ses dynamiques. Le système n’est pas dual, entre une agriculture « moderne » intégrée et une paysannerie « traditionnelle » marginalisée. L’imbrication des espaces et des activités redéfinit les paradigmes du développement local. Entre pratiques alternatives, libéralisation, modèle productiviste et dynamiques multifonctionnelles, la réalité est pluridimensionnelle. Le statut de l’agriculture est mis en question entre activité refuge, prémisse d’un retour au rural, et nouvelle marginalité.

Publié en septembre 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°10

Irène Carpentier

est doctorante en géographie à l’université de Paris 7. Sa thèse sous la direction d’Alia Gana s’intitule : « Le développement territorial durable, analyse comparée sur les oasis du Sud tunisien (Chenini, Tozeur) ». Elle a rejoint l’équipe de l’IRMC en tant que boursière d’aide à la mobilité (BAM).

Pour citer ce billet : Irène Carpentier, « Crises globales, remise en question des politiques et émergence de nouveaux paradigmes en méditerranée rurale », Le Carnet de l’IRMC, 16 janvier 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/749

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Hybridation du politique, maux et mots de la révolution tunisienne

Compte-rendu de conférence, IRMC – 7 décembre 2011

Sarah Ben Nefissa et Michaël Béchir Ayari ont présenté à l’IRMC le dernier numéro de la revue Tiers Monde, « Protestations sociales, révolutions civiles ».

Sarah Ben Nefissa a montré comment la recherche française, polarisée sur les questions de l’islam, s’intéressant peu aux mouvements sociaux dans les sociétés arabes, a entretenu l’illusion de leur immobilisme, et a en partie manqué l’histoire de la mise en place de leurs révolutions. Elle a par la suite développé l’idée d’une hybridation du politique en se référant aux travaux de Michel Camau sur la combinaison des enclaves autoritaires et démocratiques dans ces régimes. Elle a défini la revendication communautaire comme l’expression d’une inégalité d’appartenance citoyenne, une demande de reformulation de l’unité nationale pour une intégration effective de l’ensemble de la société. Parlant d’hybridation idéologique, elle l’a caractérisée d’une part par l’insertion d’une rhétorique des droits de l’Homme dans les régimes autoritaires et d’autre part par une réappropriation et une reformulation de ces discours par la société civile (par exemple, le droit à la protection de l’environnement comme prétexte pour développer ses revendications). Enfin, elle a souligné la dichotomie entre temps révolutionnaire et temps électoral. Entre les deux, les acteurs et enjeux changent : les partis conservateurs peuvent sortir vainqueurs, le clientélisme électoral issu des partis d’État peut favoriser les partis islamistes, bien implantés localement.

De son côté Michaël Béchir Ayari a parlé de la cristallisation des souffrances populaires dans l’idée de « dignité », qui fait sens pour tous et sert de moteur et de cadre au mouvement social. Il décline alors les différentes définitions du terme de « dignité » : celle associée à l’idée de rang, que tout le monde peut acquérir par l’éducation ; la réponse au mépris permanent du pouvoir central et à l’humiliation permanente des Omda, celle des droits de l’Homme ; la dignité nationale post-indépendance comme forme d’accession à la condition humaine et que Bourguiba qualifiait de « dignité nationale ». Le conférencier rappelle que dans la révolution, des mobilisations de corporations, telles que les journalistes ou les avocats, évoquaient une dignité de rang. Ces mobilisations successives ont permis d’aller « au delà de la peur », comme l’a dit Hamma Hammami (POCT). Il était ici question de dignité ouvrière face à la taylorisation du travail par l’intermédiaire de l’action syndicale.

Il conclut sur la dignité par le travail comme symbole de la révolution tunisienne réalisant, autour de l’idée de dignité, « l’union sacrée » de toute une société.

Publié en janvier 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°8

Irène CARPENTIER, IRMC

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Le développement territorial durable, analyse comparée sur les oasis du Sud tunisien (Chenini, Tozeur)

Parcelle réhabilitée pour le tourisme à Tozeur

Le monde oasien tunisien est confronté depuis une cinquantaine d’années à des bouleversements sans précédent, sur les plans économique, environnemental et socioculturel. Modèle de développement durable et de gestion raisonnée des ressources naturelles dans leur organisation traditionnelle, ce sont souvent aujourd’hui des espaces en difficulté. L’enjeu est à la fois social, politique et environnemental. Social, car il s’agit d’offrir un modèle viable aux populations locales, et lutter ainsi contre la fuite de la main d’oeuvre, politique car c’est la question de l’intégration à l’espace national qui est posée, et enfin environnemental, car les oasis sont un milieu menacé et fragile. L’extrême diversité des formes agricoles oasiennes entraîne une difficulté à établir une typologie synthétique, à même de constituer un cadre d’analyse.

Dans ce contexte, la comparaison de deux espaces oasiens du sud tunisien, représentatifs de la diversité et de la complexité du monde des oasis paraît intéressante. La comparaison est un moyen pour développer une étude critique sur les différentes stratégies de « revalorisation » adoptées par chacun des espaces. Cela permet aussi d’inscrire ce travail dans le cadre plus global d’une réflexion sur l’agriculture tunisienne, sur les politiques de développement local…

L’oasis de Tozeur, au sud-ouest tunisien, dans la grande région du Jérid, est un prototype des oasis continentales: îlot de verdure dans le Sahara, centre urbain historique, c’est aussi un pôle majeur dans la production dattière nationale. (90 % !)

L’oasis de Chenini a la particularité d’être une oasis littorale, limitrophe de la 6ème ville de Tunisie, Gabès. Située entre les retombées des monts Matmata et la mer, Chenini fut, comme Tozeur, une plaque tournante commerciale, profitant, en outre, du débouché portuaire qu’offre le golfe de Gabès. Les particularités bioclimatiques ont contribué à développer un riche système de culture à trois étages.

Ces deux oasis traditionnelles se sont trouvées confrontées à des modifications fondamentales de leur organisation socioéconomique traditionnelle, et leur agriculture en a été profondément affectée : complexe d’industrie chimique implanté à Gabès, et tourisme de masse développé à Tozeur.

L’agriculture oasienne traditionnelle, familiale, fondée sur un système riche et complexe, tournée vers l’autoconsommation et l’échange, s’est retrouvée déstructurée et marginalisée, notamment en lien avec le développement d’un système basé sur la monoculture du palmier-dattier, principalement tournée vers l’exportation.

Des dynamiques variées se mettent en place à différentes échelles : entre restructuration des productions, réorganisation des exploitations, contraintes environnementales et disparités socio-spatiales. Nous proposons d’approfondir l’étude de l’activité agricole oasienne, à la lumière des mutations passées, en tant qu’outil potentiel de structuration territoriale et de développement à l’échelle locale.

L’oasis pourrait alors devenir un véritable modèle, un concept opératoire pour les politiques de développement. Cette étude, à l’échelle individuelle des exploitations, peut permettre de dégager les stratégies d’adaptations/réactions face aux projets de l’État.

Il s’agit de repenser le modèle traditionnel dans un contexte profondément différent pour trouver une nouvelle voie au développement local endogène. Cela doit permettre une mise en liaison des différents secteurs afin que la valorisation patrimoniale ne se fasse pas au seul bénéfice du tourisme. C’est la multifonctionnalité des territoires oasiens qui est en jeu.

Quelle agriculture oasienne voulons-nous pour demain ?

L’objectif est d’analyser le potentiel et les conditions de valorisation de l’agriculture d’oasis dans l’optique d’un développement territorial durable. Les premiers résultats soulignent que cette valorisation passe par une diversification des activités et des cultures, et par une mise en patrimoine de l’oasis. Aujourd’hui, les oasis connaissent un éclatement des formes agricoles et des territoires en parallèle avec un renforcement identitaire et culturel. La diversité des modes de valorisation et des acteurs contribue, entre autre, à un retour en force de la question agricole. L’agriculture oasienne traditionnelle a changé d’image, et l’oasis avec elle.

Dans la période politique actuelle, la réinvention d’un modèle de développement réellement durable et équitable, particulièrement importante, peut être incarnée par l’oasis.

Publié en octobre 2011 dans La Lettre de l’IRMC n°7

 

Irène CARPENTIER

doctorante en géographie à l’Université de Paris 1. Sa thèse sous la direction d’Alia Gana s’intitule : « Le développement territorial durable, analyse comparée sur les oasis du sud tunisien (Chenini, Tozeur) ». Elle a rejoint l’équipe de l’IRMC en tant que boursière d’aide à la mobilité (BAM).

 

crédit photographique : © Irène Carpentier

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook