Archives par mot-clé : ingénieurs

Des ingénieurs aux avocats ou de la dimension politique du fait professionnel

Eric
Photographie de Eric Gobe

Entre 1998 et 2002, l’IRMC m’a permis de coordonner le premier programme collectif de ma vie de chercheur. L’expérience que j’ai pu y accumuler a été déterminante dans ma trajectoire de chercheur. Le choix de mon objet de recherche, la naissance et le développement de l’ingénieur moderne au Maghreb, m’a fait découvrir le vaste domaine de la sociologie et de l’histoire des professions modernes. Politologue de formation, j’ai, depuis lors dans l’ensemble de mes recherches, utilisé les outils théoriques des deux champs disciplinaires, ainsi que l’apport de l’histoire afin de mettre en avant la dimension politique des « faits professionnels ».

Dans un premier temps, à travers la construction de l’objet « ingénieur » au Maghreb, j’ai tenté d’apporter, avec les collègues participant au programme, un éclairage sur la manière dont s’est recomposée l’articulation des enjeux politiques, économiques et sociaux dans un contexte de libéralisation économique. Il s’agissait d’analyser le processus par lequel les ingénieurs sont passés du statut de grands commis du secteur public au service de la construction d’un projet de développement national impulsé par l’État à celui de cadres moyens ou supérieurs se présentant sur un marché du travail de plus en plus ouvert. Ce processus apparaissait lui-même lié à la massification de l’enseignement supérieur et aux transformations économiques et sociales générées par l’application, à partir du milieu des années 1980, des plans d’ajustement structurel du FMI, synonymes d’élargissement progressif du secteur privé. Mais le programme de recherche, initialement axé sur les effets de l’intégration internationale des économies maghrébines sur la restructuration de la profession d’ingénieur, s’est progressivement élargi à des questions de caractère historique. Cela est apparu d’autant plus nécessaire que l’ingénieur tout au long de l’histoire contemporaine du Maghreb a souvent été un acteur social placé par les pouvoirs publics au centre des stratégies de développement tant urbain, rural qu’industriel. Le programme n’a pas pu échapper à l’histoire, marqué qu’il a été par une double césure historique (la colonisation et l’indépendance), sans laquelle il était impossible de penser la genèse de l’ingénieur moderne au Maghreb.

ericLes sociologues qui se sont penchés sur les ingénieurs du Maghreb indépendant ont ressenti la nécessite de recourir à une perspective diachronique pour mettre en exergue les lignes de forces des mécanismes de production et reproduction et d’insertion socioprofessionnelle des ingénieurs au Maghreb depuis les indépendances. In fine, les travaux des uns et des autres ont mis en valeur les trois temporalités historiques qui ont marqué l’organisation de la profession d’ingénieur : la temporalité coloniale (1830-1962), la temporalité étatiste développementaliste (1960-1980) et la temporalité du libéralisme économique et de la mondialisation (depuis 1990).

Les approches scientifiques développées dans le programme « ingénieur » ont marqué mes recherches ultérieures, notamment celles sur la profession d’avocat en Tunisie. Mon passage de la profession d’ingénieur comme objet d’étude à celle des avocats s’est effectué par le biais d’une réflexion sur l’Ordre des ingénieurs tunisiens et sur ses relations avec les pouvoirs publics. Ce travail m’a amené à revisiter les notions de corporatisme et de syndicalisme professionnel et m’a permis de prendre conscience que la seule organisation professionnelle relativement autonome et revendiquant avec succès une certaine indépendance était, sous la présidence Ben Ali, l’Ordre des avocats. Aussi, dans le contexte autoritaire du pays, il m’est vite apparu que l’Ordre des avocats constituait une organisation à part dans la société tunisienne et, par conséquent, que la profession dont il se voulait le représentant était digne d’intérêt.

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

Éric GOBE

est chargé de recherche (HDR) au CNRS en délégation au Centre Jacques Berque, Rabat. Il a été chercheur à l’IRMC de 1998 à 2002.

Pour citer ce billet : Eric Gobe, « Des ingénieurs aux avocats ou de la dimension politique du fait professionnel », Le Carnet de l’IRMC, 10 septembre 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1118

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook