Archives par mot-clé : IFT

L’IRMC et l’Institut français de Tunisie (IFT)

1L’IRMC, depuis sa création, se situe au carrefour institutionnel de plusieurs dispositifs correspondant à des objectifs et à des formes de partenariats spécifiques : le ministère français des Affaires étrangères qui valorise la production de connaissances sur la Tunisie et l’ensemble du Maghreb ; le Centre national de la recherche scientifique (CNRS) qui vise plutôt la recherche fondamentale et l’entretien des réseaux « d’excellence » ; les universités et les institutions de recherche magrébines en quête de partenariat et de co-constructions scientifiques ; puis les services de l’Ambassade de France a Tunis, qui souhaitent sa visibilité et sa participation à la présence de la culture et de la langue française, ainsi qu’au débat d’idées en matière de coopération universitaire et scientifique. C’est dans ce dernier cadre que l’IRMC entretient des relations suivies avec l’Institut français de coopération, devenu aujourd’hui l’Institut français de Tunisie (IFT). Ainsi après un soutien indifférencié de l’IFC au fonctionnement de l’IRMC lors de sa fondation, s’est progressivement mise en place une coopération fondée sur des objectifs partagés et sur des projets communs.

Les modalités de travail

Dans le cadre du soutien de l’IRMC aux étudiants boursiers et à la recherche universitaire, des contacts étroits sont noués avec les services de coopération de l’IFT. Ces contacts sont régulièrement repartis entre la coopération éducative et pour le français en matière d’orientation sur des stages linguistiques ; la coopération scientifique et technique en vue du montage de projets, des partenariats Curien et d’une présence au CMCU ; la coopération universitaire lors d’échanges ou d’actions de coopération (cursus communs) entre universités françaises et tunisiennes, ainsi que par le biais d’une présence de l’IRMC au Forum des orientations universitaires.

Dans ce cadre, l’Institut de recherche joue un rôle important pour le conseil a l’octroi de bourses d’études (comité mixte Michel Foucault) et apporte régulièrement son expertise dans les commissions de sélection et d’attribution de soutiens a l’organisation de colloques et de manifestations scientifiques. Il contribue ainsi, dans un rôle de courroie de transmission, à promouvoir les sciences humaines et sociales, et à renforcer leur présence et leur audience au sein des services de l’IFT. De leur côté les attachés concernés et/ou le conseiller culturel, participent régulièrement à des réunions ciblées (dont les conseils scientifiques du Pôle Maghreb et les comités mixtes franco-tunisiens de suivi des activités de l’IRMC), contribuant ainsi à une meilleure circulation de l’information entre les deux établissements.

Les actions communes

3Elles sont nombreuses et variées. Elles peuvent tout d’abord concerner des invitations d’universitaires et de chercheurs en France ou en Tunisie, puis des aides financières à la publication (bulletin Correspondances en 1998-2000, Lettre de l’IRMC en 2013) ou a des enquêtes nationales (les diplômés et les ingénieurs en Tunisie, 1999-2002 avec l’INTES), ainsi que des soutiens financiers à des colloques et des manifestations internationales (dont les Chantiers de la recherche au Maghreb en 2006 ou le colloque de l’AISLF en 2007).

Elles concernent aussi les partenariats retenus avec le Fonds d’Alembert, et pour lesquels l’IRMC a eu en charge la définition des thèmes et la conduite des conférences. Citons à ce titre le projet de 2003, Nouveaux risques et culture du risque : quel avenir pour les sociétés contemporaines ? et celui de 2004-2006, Construire un monde ? Mondialisation, pluralisme et universalisme, qui a donné lieu à la publication d’un ouvrage en 2007, sous la direction de Pierre Robert Baduel. Enfin, notons qu’en 2006-2007, l’IRMC a servi de conseil scientifique pour l’organisation des conférences de la manifestation organisée par l’IFT sur L’image révélée. Orientalisme/Art contemporain.

Plus récemment et depuis la révolution tunisienne, plusieurs actions notoires ont sensiblement rapproché les relations de l’IRMC et de l’IFT. Citons d’abord l’organisation d’un cycle de conférences en partenariat conjoint avec la Médiathèque Charles De Gaulle, la BNT (Bibliothèque nationale de Tunisie) sur le thème : Avec quels outils penser la société tunisienne aujourd’hui ? Cinq conférences sont, entre autres, a signaler : « Les perspectives et nouveaux enjeux de l’édition au Maghreb » (Luc Pinhas), « Plus d’une langue » (Barbara Cassin), « La communication : guerre et paix au XXIeme siècle » (Dominique Wolton), et enfin au printemps 2013, « Aménagement du territoire » (Jean-Louis Guigou) et  « Décentralisation » (Jean-Pierre Worms). Mentionnons de même la présence ponctuelle lors de réunions de chercheurs a l’IRMC, de conférenciers du collège de France invités par l’IFT (Henri Laurens, Pierre Rosanvallon).

Citons aussi l’organisation conjointe en mai 2012 avec l’IFT, l’IRMC, l’IRD et l’Institut Pasteur, d’un séminaire sur l’histoire orale et la mémoire des Instituts Pasteur au Maghreb. Anciens directeurs et personnels de ces instituts ont pu y débattre sur le rôle historique de ces Instituts dans la distribution des produits pharmaceutiques, avec les facultés de médecine et d’enseignement, dans la transmission des connaissances, à travers la veille sanitaire et scientifique etc.

Enfin, mentionnons le récent partenariat (décembre 2012) de l’IRMC avec le MAE (Institut français Paris), l’IFT et la BNT lors du Forum sur la question comparée de la transition énergétique au Maghreb dans le cadre de la manifestation annuelle « Sciences en questions ». Ce forum, organisé par Sylvie Daviet (professeur à l’Université d’Aix-Marseille en délégation CNRS auprès de l’IRMC) avec le soutien de Yannick Leroux (attache de coopération scientifique auprès de l’IFT), a permis de rassembler pour la première fois en Tunisie autour d’une même table et sous l’égide des sciences sociales, des acteurs publics et privés non académiques et des universitaires. N’omettons pas non plus de signaler la présence conjointe de nos deux institutions sur des manifestations ponctuelles (escale à Tunis de « Ulysse 2009 », journées audiovisuelles en 2010, Forum social de 2011), ainsi que lors des sessions régulières de la Foire internationale du livre de Tunis.

En conclusion, il convient d’insister sur le fait que les relations nouées entre l’IRMC et l’IFT ont toujours eu lieu sur la base d’un consentement volontaire tenant compte des objectifs spécifiques des deux institutions, l’une en matière scientifique et l’autre en matière d’action culturelle. Et il faut reconnaître que cela n’alla pas toujours de soi. Si les chercheurs de leur côté ont pu revendiquer leur « autonomie scientifique » face aux services culturels français, à la mission diplomatique française et au politique, les Conseillers culturels successifs n’ont pour leur part pas hésité à rappeler la nécessité « pour les chercheurs de prouver aux décideurs l’utilité de leurs investigations ». Il faut toutefois resituer ces résistances mutuelles dans le contexte des « années Ben Ali » où l’IRMC, certainement sauvé par sa dimension internationale, tentait de s’imposer comme un « espace de liberté » en équilibre instable entre le contrôle du pouvoir tunisien et le maintien d’une autocensure a minima souhaitée par ses tutelles. Il semblerait toutefois que la révolution tunisienne et le projet désormais commun tant pour le Gouvernement français et l’IFT que pour l’IRMC, de s’inscrire dans une transition démocratique consensuelle, aient contribué au rapprochement de ces deux institutions au service de nouvelles modalités de la « diplomatie scientifique » en Méditerranée.

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

 

Pierre-Noël Denieuil

est directeur de recherche au CNRS et actuel directeur de l’IRMC. Son mandat a débuté en 2008 et s’achèvera à l’été 2013.

Pour citer ce billet : Pierre-Noël Denieuil, « L’IRMC et l’Institut français de Tunisie (IFT) », Le Carnet de l’IRMC, 2 juillet 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/928

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook