Archives par mot-clé : IFRE

Les vingt ans de l’IRMC

Catusse
Photographie de Myriam Catusse

En 1995, étudiante à l’Institut politique d’Aix-en-Provence, j’étais pour la première fois accueillie à l’IRMC pour réaliser mon mémoire de master. Quelques années plus tard, c’était en tant qu’allocataire de recherche que je rejoignais l’équipe de l’IRMC dans ce qui était alors son antenne de Rabat, devenue plus tard le CESHS puis le centre Jacques Berque. Au gré de denses échanges intellectuels et amicaux, de contributions à plusieurs programmes de recherches, d’un projet de publication, et malgré une trajectoire qui m’emmena sur d’autres terrains que ceux de la Tunisie et du Maghreb, l’IRMC demeura pour moi un point d’ancrage. Sans aucun doute, les équipes qui se succédèrent à Tunis, et leurs directions, y furent pour beaucoup. Le rôle du staff administratif aussi, tant compte dans ces laboratoires où l’on circule, sa capacité à faire mémoire comme à contribuer, au quotidien, à la recherche en acte. Je souhaiterais donc me faire le témoin d’une génération de chercheur-es, enseignantes, expertes qui eurent l’opportunité peu commune de trouver dans leurs parcours professionnels le soutien et l’encadrement de ces laboratoires que sont les Instituts de recherche français à l’étranger et l’IRMC en particulier. Formés dans des équipes de recherches pluridisciplinaires, Couv Myriam Catusse copieau plus près de leurs terrains de spécialisation, ils eurent les moyens de combiner une formation aux et par les sciences sociales avec une connaissance approfondie des sociétés étudiées. Ceci se traduisit par la soutenance de nombreuses thèses de qualité (non seulement le ratio d’allocations ou de bourse d’aides à la recherche et de thèses soutenues s’y révèle meilleur que dans la moyenne nationale française, mais rares furent les nouveaux docteurs qui ne trouvèrent de débouchés professionnels dans un contexte de crispation des recrutements dans le monde académique). Ceci se manifesta également dans le développement de réseaux d’expertise dans la région, le passage par l’IRMC et les autres IFRE de futurs diplomates, consultants, experts. C’est donc sur ce vivier de spécialistes que fut l’IRMC ces vingt dernières années que je souhaiterais mettre avant tout l’accent. En formulant le souhait que la nouvelle génération de jeunes étudiants tunisiens, maghrébins, français, européens ou autres, puisse bénéficier des mêmes conditions de spécialisation que nous pûmes le faire.

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

Myriam CATUSSE

est chargée de recherche au CNRS, IREMAM, Aix-en-Provence. Elle a été allocataire de recherche à l’IRMC-Rabat en 1995.

Pour citer ce billet : Myriam Catusse, « Les vingt ans de l’IRMC », Le Carnet de l’IRMC, 1er octobre 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1240

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Acquis et défis d’une recherche en partenariat

A-Gana2
Photographie de Alia Gana

Mon histoire avec l’IRMC est ancienne. Elle remonte aux débuts du Centre de Documentation Tunisie-Maghreb (CDTM), à la fin des années 1970. Le fonds imprimé de livres et de revues de l’Ambassade de France avait alors été rassemblé pour constituer un centre de documentation et de recherche accessible au public. C’est Anne-Marie Planel, historienne, qui a été chargée de l’inventaire et de l’actualisation du fonds et elle s’est acquittée admirablement de cette tache. Au début des années 1980, alors doctorante a l’Université Paris 10 et travaillant sur l’histoire agraire de la Tunisie, j’ai bénéficié de ses conseils éclairés pour mes recherches bibliographiques. Je me rappelle avec nostalgie cette époque bénie, ou le chercheur pouvait s’extraire des contingences du moment et se consacrer pleinement à sa science. Pendant près d’une année, je me suis familiarisée avec l’histoire sociale de la Tunisie, découvrant en particulier l’apport des ethnologues, souvent des Pères blancs, à la connaissance fine des sociétés rurales de ce pays. Le CTDM fut dès le départ un centre d’attraction et de rencontre de nombreux chercheurs tunisiens.

Bien plus tard, au moment de la transformation du CDTM en institut de recherche, j’ai été sollicitée par Anne-Marie Planel et le premier directeur de l’IRMC pour occuper un poste de chercheur détaché et ce afin de développer un programme de recherche sur l’agriculture et le monde rural. Malheureusement, ayant déjà fait le projet de partir aux USA, mon intégration à l’IRMC n’a pu se concrétiser. J’ai continué néanmoins à être proche de l’IRMC et à participer de manière ponctuelle à certaines de ses activités. C’est surtout depuis mon intégration au CNRS et l’arrivée de Pierre Noel Denieuil à la direction de l’institut que mes collaborations avec l’IRMC se sont renforcées : participation à l’animation de journées doctorales, contribution à des colloques et seminaires, etc. Avec mon affectation a l’IRMC et l’accueil d’étudiants français dont j’assure l’encadrement, mes recherches sont aujourd’hui inscrites à part entière dans les programmes de l’Institut. J’y ai trouvé tout le soutien pour développer mes recherches récentes sur les processus électoraux et les territoires et pour y poursuivre celles plus anciennes sur les dynamiques du monde rural et agricole.

Désormais à l’intérieur de l’institution, je perçois mieux les contributions scientifiques de l’IRMC, mais aussi les écueils susceptibles d’en limiter le développement. À travers l’accueil de chercheurs tunisiens en détachement, d’enseignants chercheurs et de chercheurs français en délégation ou en affectation, son centre de documentation d’une richesse insoupçonnée, ses conférences et ses séminaires, destinés également aux doctorants, ses nombreuses publications valorisant des recherches collectives, l’IRMC contribue de façon substantielle au rayonnement des recherches en sciences sociales sur le Maghreb, au développement des partenariats scientifiques avec les institutions et les chercheurs de la région, ainsi qu’à la formation de doctorants. Au cours des dernières années, les collaborations avec le réseau des IFRE, notamment le CEDEJ, le CJB, et aussi avec le SCAC d’Alger, ainsi qu’avec les universités de la région se sont renforcées. De nouvelles activités associent l’IRMC et l’IRD, institution de recherche française représentée en Tunisie et permettent des articulations entre recherches en sciences sociales et en sciences du milieu.

Placé sous la tutelle du MAE et en même temps USR rattaché au CNRS, l’IRMC bénéficie des ressources allouées par ces deux institutions, mais reste néanmoins confronté au manque de moyens nécessaires à la consolidation d’équipes de chercheurs permanents impliqués dans des projets collaboratifs. Ceci réduit la visibilité et les synergies entre des recherches entreprises plutôt sur des bases individuelles. La vocation généraliste des IFRE et en particulier de l’IRMC, qui se traduit par des projets traitant de thématiques diverses et relevant d’une diversité de disciplines en sciences sociales, contribue à réduire cette visibilité. Si l’ouverture et la diversité doivent être préservées, la définition de priorités thématiques, abordées dans une approche interdisciplinaire, pourrait contribuer à renforcer la cohérence scientifique et la lisibilité des programmes de recherche, ainsi que la visibilité de leurs résultats. La constitution au sein de l’IRMC d’équipes de chercheurs rassemblées autour de thématiques porteuses et de problématiques communes favoriserait la mobilisation de ressources, en particulier à travers des réponses collectives aux appels d’offres de l’ANR et de l’Union européenne. Un plus grand rayonnement des activités de l’IRMC à l’échelle du Maghreb passe également par des partenariats renforcés avec les institutions universitaires de la région et l’instauration de mécanismes favorisant l’organisation plus systématique d’activités communes, qu’il s’agisse de recherche, de formation ou d’activités de valorisation. L’insertion de scientifiques français dans des institutions tunisiennes, formule déjà expérimentée par l’IRD pour ses chercheurs affectés en Tunisie, contribuerait d’une manière efficace à développer les interactions entre chercheurs locaux et chercheurs rattachés aux institutions françaises.

Un renforcement des partenariats entre l’IRMC et des institutions de recherche et de coopération françaises représentées en Tunisie, tels que l’IRD, le CIRAD ou l’AFD, favoriserait aussi le développement de collaborations interdisciplinaires (sciences sociales et sciences biophysiques) et de projets orientés vers l’action. Il assurerait une plus grande complémentarité entre les projets et permettrait, pourquoi pas, de mutualiser des moyens et des ressources de plus en plus rares, y compris des locaux plus adéquats, qui font aujourd’hui défaut. Enfin, une réflexion sur des mécanismes et des espaces d’échange et de concertation, permettant d’associer les partenaires locaux et les chercheurs accueillis à l’IRMC dans la définition de programmes de recherche plus en phase avec les demandes sociales dans les pays de la région, s’avère plus que jamais nécessaire, en particulier dans le contexte ouvert par les révolutions et les processus de transition politique en cours.

En prenant de cours la plupart des analystes, la Révolution tunisienne et l’explosion des demandes populaires pour plus de justice ont interpelle les chercheurs spécialisés dans les études sur le monde arabe et maghrébin et, en mettant à mal les thèses de « l’exceptionnalisme arabo-musulman », ont fortement questionné leurs schémas d’analyse. Le renouvellement des approches théoriques et conceptuelles dans ce domaine passe certainement par un dialogue renforcé avec les chercheurs des pays concernés, par un plus grand ancrage des recherches dans les réalités du terrain, une écoute plus importante aux demandes sociales, et enfin une plus grande ouverture aux approches comparatives (Nord/Sud et Sud/Sud) et interdisciplinaires, permettant de dépasser les écueils des études spécialisées dans les aires culturelles. C’est là, à mon sens, le défi lancé aux instituts de recherche français à l’étranger! L’IRMC saura sans aucun doute s’engager plus en avant dans cette voie.

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

Alia GANA

est sociogéographe, directrice de recherche CNRS UM7533 LADYSS en affectation à l’IRMC de 2012 à 2014.

Pour citer ce billet : Alia Gana, « Acquis et défis d’une recherche en partenariat », Le Carnet de l’IRMC, 13 septembre 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1142

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook