Archives par mot-clé : historien

Devenir historien pour répondre aux questions du temps présent

Témoignage de Pierre Rosanvallon, Professeur au Collège de France, chaire d’histoire moderne et contemporaine du politique, et directeur d’études à l’EHESS (Ecole des hautes études en sciences sociales). Auteur d’ouvrages sur l’histoire du modèle politique français, puis sur l’histoire intellectuelle de la démocratie en France, ainsi que sur « la société des égaux ».

 

 

 

 

 

 

 

 

 

« Je suis devenu universitaire pour répondre aux questions que je me posais quand j’étais militant, après un cursus sur la gestion, et sur la base d’un réseau de militants syndicalistes et CFDT. Des théoriciens ont analysé la démocratie à travers ses trahisons et les écarts de sa construction. Mais comment étudier le politique en évitant cet écart entre une réalité enchantée et une réalité à construire à l’épreuve des faits ?

Pour faire cela, j’ai vu qu’il fallait avoir une connaissance empirique de nombreuses périodes : Révolution française, Révolution américaine, histoire de l’Amérique latine. Pour réfléchir à la démocratie, il faut comprendre le système de ses difficultés, qui proviennent de conflits entre ses points de vue, entre ses idéologies. Définir la démocratie, c’est être confronté à ses perplexités : qui est le peuple ? C’est une question sociologique que personne n’a jamais résolue. On rencontre des individus mais pas le peuple. J’ai écrit « Le peuple introuvable ». Dans une société d’individus, on peut difficilement en retracer les corps constitués. On ne sait comment décrire « le peuple ». C’est une indétermination. Puis une autre indétermination est de définir ce que veut dire « exercer le pouvoir » ? J’ai essayé de comprendre le système général de son indétermination en termes institutionnels et de procédures. Le travail de l’historien est donc un travail contemporain.

Je m’intéresse à faire l’histoire vivante du passé comme confrontation à une aporie et à une identité à résoudre. Cette conception fait de l’histoire de la démocratie une expérience vivante, dans laquelle comprendre l’histoire de ce qui a été ces expériences peut nous aider. Et ce n’est pas là l’histoire « occidentalo-centrée ». Il y a un universalisme démocratique qui n’est pas celui du modèle mais qui est celui du problème. La démocratie, cela signifie des élections libres et dans un régime pluraliste, mais aussi bien avec Lénine que Napoléon III, Chavez ou Bush. Ce qui m’intéresse est de savoir comment se pose ou se masque cette indétermination. À Tunis, on m’a posé de nombreuses questions très techniques sur le régime parlementaire ou présidentiel et sur les difficultés et les problèmes. Mais il faut repousser l’idée d’un universalisme du modèle. La promotion de la démocratie ne repose pas sur un modèle que l’on vend clef en main, c’est surtout faire exister une société civile. Il faut bien comprendre l’écart établi entre la démocratie comme régime politique et la démocratie comme régime social. Il faut se référer à la dimension « libérale » de la démocratie française, et comprendre qu’il n’existe pas de « modèle » de la démocratie. Il faut la voir du point de vue de ses expériences et de la perplexité qu’elles suscitent, et non du point de vue de ses modèles. L’historien doit inviter à considérer cette perplexité. La perplexité est une bonne méthode de pensée. On pense lorsqu’on accroît sa perplexité ».

Publié en janvier 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°8

 

Pierre ROSANVALLON

Propos reconstitués d’après le débat à l’IRMC

 

crédit photographique : © Haley – Sipa

Pour citer ce billet : Pierre Rosanvallon, « Devenir historien pour répondre aux questions du temps présent », Le Carnet de l’IRMC, 5 juillet 2012. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/463

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook