Archives par mot-clé : Histoire

Vingt ans d’IRMC

Hayet Naccache
Photographie de Hayet Naccache

J’ai commencé par être vacataire pendant une courte période au CDTM (saisie des fiches d’ouvrages). J’ai été recrutée en 1992 pour assurer l’accueil à l’IRMC. Je m’occupais aussi de la diffusion de Correspondances, des invitations aux différentes manifestations et des fichiers d’adresses, du standard et des relations avec les fournisseurs en Tunisie avant de passer au secrétariat bilingue. On avait dès le départ un problème d’espace. J’ai beaucoup appris a l’IRMC et j’aime bien y travailler.

Temps forts et continuité

Parmi les temps forts, je citerai les changements de directeurs et le départ d’Anne-Marie Planel. Mais ce sont des changements dans la continuité : les chercheurs, pour la plupart, restaient en place et les grandes lignes étaient respectées, il n’y a pas eu de fractures. La continuité se faisait aussi par la documentation et la bibliothèque que beaucoup de chercheurs continuaient à fréquenter. Les arrivées et les départs de chacun, cela peut être frustrant, mais on s’y habitue. L’esprit de l’IRMC s’est construit avec le temps. C’est un style particulier, d’aide a la recherche, de faciliter la vie aux chercheurs qui travaillent sur la Tunisie ou sur le Maghreb. C’est aussi un lieu de rencontres, entre chercheurs tunisiens, français et d’autres nationalités : des réseaux se sont mis en place avec les programmes de recherche, avec une ouverture respectant la vie a Tunis et celle de ses universitaires. Cela a bien démarré dès le début : le lieu, la bibliothèque, les relations avec les chercheurs, les manifestations scientifiques, tout cela constituait un espace de liberté pour les universitaires tunisiens qui percevaient l’IRMC comme un lieu de liberté, autonome aussi bien du côté français que du côté tunisien. Puis il y a eu l’encouragement de la jeune recherche : les écoles doctorales ont été une pépinière qui a su évoluer avec le temps et avec les demandes des doctorants. Un autre temps fort a été l’introduction d’Internet qui a changé notre mode de travail tant en ce qui concerne la communication, que pour l’accès à l’information.

Des étapes et des réseaux

Ces 20 ans ont connu plusieurs étapes. Il y a eu beaucoup de politologues avec Michel Camau qui a fait démarrer les relations avec l’Algérie et le Maroc. Le CJB de Rabat a d’abord été une antenne de l’IRMC. On avait plus de rapports avec le Maroc du temps de Susan Ossman, mais moins avec la Libye à cause de la langue. Puis les liens avec la Libye se sont développés avec Nora Lafi et Hassan Boubakri, on a commence à travailler avec les Libyens francophones, comme Mahmoud Ed-Deek. Depuis quelques années, on constate une ouverture sur le Grand Maghreb de plus en plus importante. Avec Michel Camau, on avait beaucoup de moyens matériels, c’était comme s’installer dans un appartement avec de nouveaux meubles, c’était la « prospérité ». C’était aussi la rigueur, avec un esprit élitiste – dont certains se méfiaient un peu – mais c’était aussi la sécurité. Par la suite, Jean-Philippe Bras et Anne-Marie répondaient facilement aux demandes tunisiennes. Anne-Marie recevait beaucoup les chercheurs tunisiens. Cela a été un moment de forte ouverture côté tunisien. Dans les années 2000, on répondait plus aux demandes de l’IFC et de l’ambassade. À l’époque de Pierre Robert Baduel il y a eu à nouveau plus d’argent, les conditions de travail se sont améliorées avec la rénovation des bureaux, la mise à jour des ordinateurs et l’augmentation des salaires. C’était plus ferme et plus méfiant mais c’était une façon de protéger l’IRMC contre les autres services, contre le Gouvernement tunisien, contre le ministère. Cela n’a pas empêché l’IRMC de travailler avec les universitaires tunisiens, avec le CERES, l’université de Tunis, mais aussi le CRASC d’Oran, la Libye, l’IFC. En même temps, on accueillait moins de chercheurs. Vers 2008, des personnes qui ne venaient plus à l’IRMC sont revenues. Actuellement, on constate une ouverture sur la vie en Tunisie, un apprentissage de la recherche plus accessible ; l’écart entre les Français et les Tunisiens s’est beaucoup réduit et a entrainé une plus forte mobilisation tunisienne. L’ouverture s’est élargie sur d’autres institutions (INTES, ISSHT, musées…). Les écoles doctorales ont continué, moins dans le sens de cours dispensés et plus comme un cadre d’apprentissage à la recherche. C’est important de dire que les réseaux ne se sont pas seulement construits par les directeurs. Les chercheurs tunisiens et français contribuent à les construire. Chacun apporte son réseau, son bagage, les atouts de son institution et de sa discipline, les contacts de son programme de recherche : des historiens, des géographes, des économistes, des urbanistes, des sociologues. Au fil des années et des programmes, des réseaux et des relations se sont mis en place.

La révolution…

La révolution tunisienne a changé des choses. Les relations seront désormais différentes. C’était difficile de travailler avec les universités, à cause des procédures administratives. Il était impossible de décider seuls d’une date de séminaire ou d’une conférence, on devait attendre l’accord du ministre. Il fallait demander des autorisations 3 ou 6 mois à l’avance pour faire des enquêtes, pour passer par certaines personnes. On a pu organiser des séminaires et des rencontres dans des hôtels alors que les Tunisiens ne pouvaient pas le faire, on prenait alors pour eux la responsabilité du partenariat. Maintenant, c’est plus léger. L’IRMC est devenu un relais. Beaucoup de chercheurs, d’universitaires, de journalistes de toutes nationalités qui veulent travailler sur la Tunisie sollicitent l’IRMC. Les choses vont encore changer, quand on parviendra à plus de stabilité. On pourra instaurer une meilleure coopération universitaire et scientifique avec les institutions tunisiennes. Actuellement, l’IRMC n’est plus – comme avant – un des rares espaces de liberté à Tunis ; on peut discuter de tout, y compris de démocratie et de politique, dans beaucoup d’autres lieux.

(Propos recueillis par Pierre-Noël Denieuil)

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

Hayet NACCACHE

est responsable de la communication, à l’IRMC.

Pour citer ce billet : Hayet Naccache, « Vingt ans d’IRMC », Le Carnet de l’IRMC, 16 septembre 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1155

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Fragment de tableau d’atmosphère de la recherche sur le Maghreb et les sociétés maghrébines en 2006

Pierre Robert Baduel
Photographie de Pierre Robert Baduel

Dans l’économie commémorative des 20 ans de l’IRMC, j’ai été invité à traiter du positionnement et du bilan des sciences humaines et sociales sur la Tunisie et sur le Maghreb au temps de mon mandat de direction (sept. 2003-aout 2008). Proposition confiante certes, mais il m’a semblé impossible de relever ce challenge en un volume très réduit et surtout de donner du sens à des bornes artificielles au regard de la marche même du savoir. À la réflexion, la demande me parut faire écho à la publication sous ma responsabilité d’un ouvrage dont l’objet semble proche de cette thématique : Chantiers et défis de la recherche sur le Maghreb contemporain (Karthala, 2009, 600 p.). Le projet à l’origine de cette réflexion sur le devenir de la recherche en SHS sur le Maghreb et les sociétés maghrébines avait réduit sa focale a l’étude de « nouveaux objets et nouvelles problématiques » parmi les plus significatifs au moment de son élaboration (2006). Avec cet ouvrage, on dispose aujourd’hui de la photographie d’un bon échantillon des auteurs et des tendances de la recherche d’alors sur le Maghreb. N’ayant pas l’outrecuidante prétention de traduire fidèlement en quelques paragraphes la richesse des contributions et donc y renvoyant, je ne ferai ici qu’un retour sur la problématique du projet, et ce faisant, je me limiterai a brosser – a trop grands traits ! – un fragment de tableau d’atmosphère de la recherche sur le Maghreb et les sociétés maghrébines autour de 2006.

Pour comprendre la fabrication de ce projet et son esprit, il faut partir du lieu de sa production : l’IRMC. La vie scientifique de celui-ci était organisée principalement autour de programmes menés par les chercheurs recrutés à cet effet (post doctorants ou chercheur-e(s) du CNRS et de l’université tunisienne), mais elle ne s’y réduisait pas. Comme tout centre de recherche, au-delà des programmes engagés, l’institut se devait d’assurer une veille scientifique générale, et comme Institut français de recherche a l’étranger (IFRE) de répondre à celles des interpellations extérieures – scientifiques, culturelles ou sociétales – qui pouvaient directement ou indirectement le concerner. Le projet des Chantiers de la recherche sur le Maghreb est précisément né sous le double aiguillon d’interpellations de l’environnement et de questionnements épistémiques de fond.

Chantier et défis de la recherche PRB 2008Trois séries d’éléments concoururent a la conception du projet. Deux avaient rapport à des événements sociétaux qui, chacun à sa façon, devaient « impliquer/impacter » les SHS, la troisième résultait davantage des évolutions internes du débat scientifique mais faisait également écho à des interpellations externes. L’année 2005 avait été marquée en France par une salve d’événements touchant de front ou de biais les « sociétés maghrébines » au sens large (déterritorialisées). En janvier 2005 paraissait un manifeste des Indigènes de la République. En février 2005, l’Assemblée nationale votait une loi qui non seulement mit le feu aux poudres des relations franco-algériennes mais aussi interpella, voire « interloqua » les SHS : la loi demandant notamment mémoire des « aspects positifs de la colonisation ». Entre octobre et novembre 2005, les « quartiers sensibles » s’embrasaient durablement. Un débat vif s’ensuivit aussi bien dans les medias que dans la communauté scientifique qui prit durablement deux tournures : une interrogation sur la dimension post-coloniale de la société française d’une part et d’autre part l’émergence d’un débat très clivant dans la communauté scientifique sur ce qui fut qualifié de « lois mémorielles » (Shoah, Arméniens, Esclavage, Colonisation).

Au Maghreb, 2006 allait être l’année du cinquantenaire des Indépendances du Maroc et de la Tunisie et en Algérie un mouvement persistant – ne bénéficiant pas officiellement de l’aval du pouvoir eu égard sans doute moins au fond qu’aux probables conséquences diplomatiques – s’était développé depuis plusieurs années en faveur du vote par la représentation nationale d’une loi condamnant la colonisation française comme crime contre l’humanité. Mutatis mutandis, la recherche au Maghreb vivait aussi à « l’ère du témoin » et était menacée aussi d’une soumission cognitive a la « tyrannie de la mémoire ». Si au Maroc, le pouvoir en place ne pouvait que tirer bénéfice de la commémoration de l’Indépendance, en Tunisie il en était autrement, toute commémoration de l’odyssée bourguibienne n’étant admise que dans certaines discrètes limites, afin que la valorisation de Bourguiba ne conduisit pas par comparaison a une appréhension par trop dépréciative du régime benalien. Les manifestations publiques de la recherche tunisienne commémorant l’Indépendance et ses héros risquaient fort d’être « contraintes » faute d’être autorisées à une libre controverse, à l’image cependant de ce qui avait cours sous Bourguiba, dont l’ascendant, suffisamment persuasif pour n’avoir pas – au moins aux débuts – besoin de dispositifs officiels de contrôle de la recherche – avait « spontanément » conduit des chercheurs citoyenne ment impliqués à ne pas risquer d’être les otages d’une histoire officielle et par prudence à opter en conséquence pour des périodes moins risquées, plus anciennes (ainsi par exemple, selon leur témoignage, de H. Djait et de M.H. Cherif). Dans ce contexte compliqué vis-à-vis du pouvoir et délicat vis-à-vis de la communauté scientifique nationale, comment l’IRMC, sur place et à sa place, en conservant une posture exclusivement scientifique, pouvait-il prendre sa part dans les rencontres sur le cinquantenaire de l’Indépendance de ces pays ?

Alfa hors-série 2004À propos des « lois mémorielles », l’historien de l’affaire Dreyfus V. Duclert écrivit alors que si, sur ce qui avait constitué leur objet, la France avait connu un investissement ancien et fort des SHS à la hauteur des renouvellements scientifiques que les USA avaient réalisés avec les Genocides Studies et les Colonial and Postcolonial Studies, les instances politiques ne se seraient pas emparées de ces sujets. Cette accusation de carence me parut trop injuste en particulier au regard des derniers développements de la recherche d’un côté en histoire de l’Algérie coloniale et de la Guerre d’Algérie (enfin « nommée » pour ce qu’elle fut) et de l’autre en histoire de la France dans ses dimensions « postcoloniales », qui l’une et l’autre venaient de voir surgir une nouvelle génération de chercheur(e)s novatrice et combative (dans le sillage des « aînés extrêmes », P. Vidal-Naquet et J. Marseille). Elle me renvoyait cependant sur un plan strictement scientifique vers la difficulté que, de façon persistante, avait la communauté scientifique française en particulier à « recevoir » les postcolonial studies, comme elle avait eu du mal antérieurement à recevoir la critique saidienne de l’orientalisme et plus globalement des area studies, dont il faut se souvenir que l’introducteur en France fut T. Todorov, un chercheur sans lien avec l’orientalisme mais spécialiste de littérature comme Said et les initiateurs des Postcolonial Studies. Valery Clary, une jeune historienne qui fit en 1994 un mémoire universitaire sur la ROMM (Revue de l’Occident musulman et de la Méditerranée) fut stupéfaite de constater l’absence dans la revue de toute discussion d’Orientalism à sa sortie (1978) et ultérieurement, ce qui, parmi d’autres raisons, devait m’amener à sa reconfiguration sous la formule de la REMMM (Revue des Mondes musulmans et de la Méditerranée). En France, en 2006 et ultérieurement le débat sur les Postcolonial Studies devait rester passionnel, voire manichéen, et à coup sûr globalement étranger au monde de l’orientalisme, du moins de l’orientalisme islamique, étant surtout le fait de spécialistes de littérature, d’historiens de la société française (métropolitaine et ultramarine), d’africanistes, d’indianistes, voire d’une politologue des relations internationales (M.-Cl. Smouts). Pour ma part, après avoir plusieurs fois tenté de lancer le débat sur les area studies dans la REMMM et lors de congrès de l’AFEMAM, j’avais enfin écrit sur Edward Said un gros article paru en 2005 (« Relire Said ? », Alfa 2004) et je devais ultérieurement contribuer à Ruptures postcoloniales (N. Bancel et al., 2010).

Lorsqu’en début 2006 je lançais l’appel à communication, je mis sur l’agenda de la rencontre librement mais de front le débat d’un côté, à travers les « lois mémorielles », sur les rapports entre Histoire et Mémoire – qui faisait rage médiatico-scientifiquement alors, mais qui, à une autre hauteur, venait d’être instruit par P. Ricœur en particulier – et d’autre part sur quelques paradigmes en question (Area Studies, Postcolonial Studies, Gender Studies, Microstoria, …). N’était-ce pas là la seule bonne façon pour ceux qui, généralement sans le lire, récus(ai)ent Said, de relever le gant de son accusation de faiblesse de l’apport des area studies à la science générale ?…

Si interpellations externes et questionnements épistémiques de fond conjugués concoururent ainsi au projet des Chantiers et firent de la rencontre qui en fut la première concrétisation un vrai colloquium et des débats qu’elle permit une saine disputatio, dans mon esprit l’effet d’amplification que devait permettre la réunion éditoriale d’un pareil échantillon de travaux et d’auteurs des deux rives de la Méditerranée avait un égal objectif, citoyen celui-ci : contribuer à éclairer l’opinion publique qui, les ignorant largement, faisait confiance aux politiciens de tout crin dans un domaine ou l’improvisation, l’incompétence, voire de bas calculs ne peuvent générer au total que désolation.

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

 

Pierre Robert BADUEL

est directeur de recherche honoraire au CNRS en sociologie politique, il a dirigé URBAMA et a été directeur de l’IRMC de 2003 à 2008.

Pour citer ce billet : Pierre Robert Baduel, « Fragment de tableau d’atmosphère de la recherche sur le Maghreb et les sociétés maghrébines en 2006 », Le Carnet de l’IRMC, 10 juin 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/921

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Une journée à l’IRMC

iismm_bras-small480
Photographie de Jean-Philippe Bras
© IISMM

Il fallait d’abord garer son véhicule à l’ombre improbable d’un araucaria, dans la rue Mohamed Ali Tahar, de ce calme quartier de Mutuelleville. À l’entrée, encadrée de deux grands palmiers, de la sobre villa blanche ou se tient l’IRMC, on était accueilli par Salem Yacoubi ou Salem Yacoubi qui, faute de garder les buts du Club Africain ou de l’Espérance de Tunis, veillaient sur les locaux de l’Institut. Car le football était la première affaire du jour, et une affaire sérieuse, substitut a un champ politique déserté, ou Sahéliens, Sfaxiens, Tunisois réglaient leurs comptes entre eux, et bien sûr tous ensemble avec l’Espérance de Tunis, club du peuple et du pouvoir, présidé par le gendre du Président.

La chronique du championnat faite, on descendait par une marche abrupte dans un jardin bas et fort inondable, ce qui rendait le fonds documentaire sujet aux intempéries, au grand désespoir des bibliothécaires. Mais ce jardin, avec ses bancs de pierre, ses arbustes et ses herbes un peu folles, était propice aux conversations et aux déambulations, sorte d’extension pour le travail académique de locaux toujours trop exigus ; lieu de pause aussi, ou se grillaient les cigarettes, Latifa Bessoudi son cendrier à la main ; aire des festivités enfin, à l’occasion des séminaires et des journées d’études, mais aussi des départs célébrés par le fumet du méchoui et scandés par les stridents youyous des femmes.

Au fond du jardin était sis le « studio », où se tenaient tant bien que mal les chercheurs. Ce lieu mal commode et un peu sombre pouvait s’emplir d’animation, notamment a l’occasion des réunions du comité de rédaction du bulletin d’informations scientifiques Correspondances qui, avec les séminaires de recherche, conférait une corporalité à l’équipe de recherche, qui n’était pas acquise au départ, les chercheurs étant recrutés sur projets et pour des durées limitées. Ces moments communs étaient donc précieux, fortifiant les liens entre chercheurs français et tunisiens, associant pleinement les doctorants, moins solennels que la réunion annuelle du laboratoire. Le bulletin était aussi un instrument de veille sur la production scientifique maghrébine, et de collaborations scientifiques élargies. Kmar Bendana a beaucoup contribue au souffle du bulletin – nous étions dans l’histoire culturelle in vivo – comme elle l’a fait pour IBLA, la revue de l’Institut des Belles Lettres Arabes, avec lequel l’IRMC a toujours entretenu une forme de correspondance implicite, dans une position commune d’intermédiation. Après un maquettage précis par Besma Ouraied, et la contribution des volontaires du service national qui apportaient un surcroit de jeunesse a l’Institut, le bulletin était envoyé à l’imprimeur puis faisait l’objet d’une distribution certes couteuse et parfois malaisée dans les incertitudes des acheminements postaux, – mais nous n’étions qu’aux balbutiements de l’Internet.

Puis, il fallait entrer dans le vestibule de l’Institut dans une quiétude obligée par la proximité immédiate d’une bibliothèque, a la fréquentation toujours réconfortante, ou le chuchotement était de règle, sous la vigilance de Catherine Cassan-Touil et de son équipe. Mais tout changeait les jours de séminaires ou de conférences, dans le fracas des tables et des chaises que l’on déplace, puis des débats souvent vigoureux qui s’y tiennent. La partie gauche du vestibule était le domaine de Jellal Derouiche, passeur a la civilité souriante, passeur des livres entre le magasin (à sa gauche) et la bibliothèque, des livres aux photocopies (à sa droite), des visiteurs vers les bureaux auxquels on accédait en gravissant un escalier. En vis-à-vis immédiat du haut de l’escalier, se trouvait le secrétariat de la Direction. La porte a peine ouverte, Christiane Saddem et Hayet Naccache lançaient immanquablement à la cantonade et à l’unisson un vigoureux « bonjour, Monsieur le directeur ! » qui n’était pas dénué d’une forme d’ironie bienveillante, marque d’une confiance réciproque. Tous ces rituels de passage étaient bien réconfortants au moment où il fallait s’asseoir a la table de travail ou s’entassaient dossiers et parapheurs.

Bras 2000
Séminaire à l’IRMC avec des chercheurs tunisiens et français, 1999. De gauche à droite : Abdelmajid Charfi, Jean-Philppe Bras et Amar Mahjoubi.

Un des moments de la fin de la matinée était consacré à faire le point avec Anne-Marie Planel, directrice adjointe de l’IRMC, sur les questions stimulantes, autour des programmes de recherche, du calendrier scientifique, et des partenariats avec les chercheurs tunisiens (sa fine connaissance du monde universitaire tunisien, acquise de longue date, notamment dans le cadre du Centre de Documentation Tunisie Maghreb (CDTM) qu’elle dirigea et qui préfigurait le futur IRMC, fut bien précieuse pour les directeurs successifs de l’Institut) et les questions nécessaires, budgétaires ou du rythme des publications et de la préparation des rapports d’activité.

Mais il fallait aussi sortir du bureau, pour se rendre aux rendez-vous et aux réunions au service culturel et a l’ambassade, où l’on pouvait s’assurer de la cohérence des dispositifs de coopération, et susciter des complémentarités (les enquêtes conduites par Éric Gobe et Vincent Geisser avec un financement du service culturel, les relations établies avec l’AFD dans le cadre du programme conduit par Mihoub Mezouaghi). Il s’agissait aussi d’aller à la rencontre des partenaires tunisiens, pour établir des entreprises communes, ainsi des réunions préparatoires en vue des rencontres annuelles de jeunes chercheurs avec l’Université de Tunis, dirigée par le recteur Mahbouli, qui ont constitué un point fort de cette coopération. Mais, pour atteindre nos interlocuteurs, encore fallait-il déjouer les embarras de la circulation dans Tunis, ce que s’employait à faire avec talent, mais pas toujours avec succès – à l’impossible, nul n’est tenu –, Fathi Aouadi.

Les discussions avec les chercheurs et les doctorants en poste a l’IRMC étaient toujours passionnantes, en raison notamment des spécificités de l’Institut, qui en faisaient un lieu de recherche à la fois très libre et très contraint. Il était très libre sur le plan académique, et la transgression des frontières disciplinaires y était à la fois nécessaire, tant l’équipe avait une composition pluridisciplinaire (historiens, géographes, sociologues, anthropologues, linguistes, politologues, économistes… et un peu juristes) et souvent réjouissante par les nouveaux angles de vue sur les programmes qu’elle suscitait. Cette liberté disciplinaire se manifestait encore par l’investissement de disciplines qui n’avaient guère leur place dans le champ académique tunisien, comme l’anthropologie, fille marquée d’une ethnologie coloniale, à travers le programme conduit par Mohamed Kerrou, et la participation de l’IRMC à la création de l’Association des anthropologues de la Méditerranée (ADAM). D’autres initiatives ont pu être conduites dans le cadre de l’Institut, qui correspondaient bien à des besoins exprimés par des acteurs de la communauté scientifique tunisienne, par exemple sur le croisement entre droit et histoire, ce qui permit de mettre en place un groupe de travail entre juristes et historiens, où s’impliquèrent particulièrement Sami Bergaoui, Abdelhamid Henia, Sana Ben Achour, puis Nada Auzary-Schmaltz.

Mais l’IRMC était aussi un lieu de recherche très contraint sur le plan politique, confronté a la problématique de la mise en œuvre de la recherche en sciences humaines et sociales sous un régime autoritaire, que connaissaient également d’autres instituts équivalents dans le monde arabe. La difficulté était de taille. Était-il possible de tenir les standards de recherche avec ce qu’ils supposent d’autonomie du chercheur, et de conduire des travaux et de produire des résultats de la recherche qui ne mènent pas à la fermeture de l’Institut ? Dans ses nuits agitées, le directeur pouvait se représenter l’Institut comme sur le faite d’un toit, dont l’un des versants précipitait vers la complaisance et l’autre vers la perte. Si l’édifice a tenu, avec ses délicats équilibres, c’est qu’il a été bien conçu dans sa phase initiale, ce dont il est largement redevable à Michel Camau, son premier directeur.

Numériser0011
Séminaire à l’IRMC avec des chercheurs tunisiens et français 1999.

Pleinement intégré dans le dispositif de la coopération scientifique et culturelle bilatérale, l’Institut a été doté d’un comité de suivi franco-tunisien qui se réunissait chaque année, et dont les membres tunisiens étaient nommés par le ministre de l’Enseignement supérieur. Les relations de confiance qui ont pu être nouées avec ceux-ci, Moncef El Gaied, le directeur de la recherche scientifique au ministère, Yadh Ben Achour et Abdelmajid Charfi, les réunions annuelles où la partie tunisienne pouvait exprimer ses souhaits sur le renforcement des partenariats, ont contribué à éviter les chausse-trappes, à faciliter la délivrance des autorisations de recherche, à obtenir le détachement d’enseignants-chercheurs de l’université tunisienne à l’IRMC, où ils conduisaient des programmes pluriannuels. Parallèlement, un travail de mise en forme des termes des programmes de recherche, des demandes d’autorisation de recherche par les jeunes chercheurs permettaient d’éviter des difficultés prévisibles, pour des travaux ultérieurement publiés dans le cadre de l’Institut ou d’autres instances scientifiques. Ce travail était d’autant plus indispensable quand les chercheurs relevaient des disciplines des sciences politiques, comme ce fut le cas pour Vincent Geisser et Eric Gobe.

Ces traits marquaient une vraie spécificité de l’IRMC par rapport au réseau des instituts français de recherche à l’étranger, qu’il fallut parfois défendre, notamment quand le ministère des Affaires étrangères étendit le dispositif des comités du suivi à d’autres instituts, sur le modèle de l’IRMC donc, mais envisagea en retour d’étendre à l’IRMC le principe de nomination par l’ambassadeur des membres représentant les institutions scientifiques du pays d’accueil. Ce dispositif a également permis une pleine appropriation de l’outil de coopération qu’est l’IRMC par les enseignants-chercheurs tunisiens en poste à l’Institut. Au terme de leur détachement, ceux-ci ont continué de s’impliquer fortement dans les activités de l’Institut. Ce fut notamment le cas d’Abdelhamid Henia qui a créé et dirigé un gros laboratoire d’historiens (DIRASSET), dont les partenariats internationaux sont nombreux, avec des laboratoires français, européens et maghrébins, mais aussi avec l’IRMC, par l’organisation conjointe de rencontres jeunes chercheurs. Mais l’observation vaut également pour Mohamed Kerrou pour l’anthropologie, Hassan Boubakri pour les coopérations avec la Libye, ou Mohamed Elloumi pour l’économie du secteur agricole. Une limite à une pleine implication de la communauté scientifique tunisienne à l’Institut a cependant subsisté : celle de la langue de travail, qui était exclusivement le français, ce qui avait l’inconvénient d’épouser des clivages implicites à cette communauté scientifique.

Un autre atout de l’Institut aux yeux des autorités tunisiennes était naturellement sa dimension maghrébine. Dans un contexte de fermeture des frontières où les institutions scientifiques régionales avaient été mises en sommeil, l’IRMC était l’un des rares lieux où chercheurs marocains et algériens pouvaient se réunir et conduire des projets communs. Cette dimension maghrébine faisait partie des pré-requis des programmes de recherche de l’Institut. On se souvient des chercheurs algériens arrivant par la route dans les années noires, visiblement soulagés d’avoir échappé a l’improbable destinée promise par les barrages routiers, et des partenariats établis à cette époque avec le CREAD de Yacine Ferfera, le CRASC d’Oran dirige par Mme Remaoun, ou avec la revue Naqd de Daho Djerbal, qui tenaient le cap dans la tempête. Ce fut aussi le temps de la création du Centre Jacques Berque à Rabat, issu d’une antenne délocalisée de l’IRMC, ce qui ne signifiait nullement l’interruption des relations avec les institutions marocaines, mais une concertation attentive entre les deux instituts.

Dans cette pile de dossiers qui s’accumulait sur le bureau du directeur, il y avait toujours en bonne place la préparation du rapport annuel au conseil scientifique qui était la grande affaire de l’Institut, et mobilisait les énergies sur le trimestre du printemps. Le rapport était examiné avec soin par les figures tutélaires du conseil scientifique, qui représentaient les institutions de recherche françaises sur l’aire géographique du monde arabe et musulman, et veillaient aux équilibres des partenariats. L’IREMAM, bien sur, URBAMA ou Pierre Signoles et Pierre Robert Baduel se sont dépensés sans compter dans les relations avec l’IRMC, l’Institut Maghreb-Europe avec René Gallissot, Henri Regnault pour l’économie paloise et mondialisée, et plus tard l’EHESS avec Jocelyne Dakhlia. L’air s’emplissant des senteurs du soir montant du jardin, et des appels a la prière des muezzins par haut-parleur, il était temps de refermer les dossiers et de regagner ses pénates.

PS : Le mode du passé, qui est mien, c’est encore largement le présent de l’Institut, ce qui est signe de la permanence de l’institution, signe réconfortant pour le juriste et l’ancien directeur. Mais ce passé est tout aussi révolu. Depuis, bien d’autres ont apporté leurs pierres à l’édifice, et le Maghreb contemporain connaît des bouleversements dont l’IRMC ne reste bien sûr pas à l’écart.

 Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

 

Jean-Philippe BRAS

est professeur de droit public à l’Université de Rouen, Président du Conseil scientifique du Pôle Maghreb. Il a été directeur de l’IRMC de 1997 à 2003.

Pour citer ce billet : Jean-Philippe Bras, « Une journée à l’IRMC », Le Carnet de l’IRMC, 6 juin 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/913

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

L’IRMC a vingt ans 1992-2012

mounira-chapoutopt-remadi
Photographie de Mounira Chapoutot-Remadi, D.R.

L’IRMC a vingt ans « que le temps passe vite ! » dirait la chanson, et l’important c’est qu’en cet espace de temps, l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain est devenu un lieu dans lequel les chercheurs en sciences sociales, quelles que soient leurs spécialités, se rencontrent et débattent volontiers. C’est parce qu’il a su s’affirmer comme un lieu de réflexion pour l’ensemble du Maghreb, un lieu ou le Maghreb des intellectuels s’est fait au fil des rencontres et des séminaires et continuera a se faire bien avant le Maghreb des politiques.

Cet Institut a une histoire. Au commencement étaient trois collègues qui ont eu une longue histoire avec la Tunisie. Anne-Marie Planel, historienne dynamique, entreprenante et passionnée, arrivée en Tunisie en 1977 ne savait pas alors qu’elle entamait une belle carrière dans ce pays. Elle a été chargée tout d’abord par la Direction des archives du ministère des Affaires étrangères, de faire l’inventaire du fonds de la Résidence générale de l’Ambassade de France a Tunis, fonds constitue principalement de livres et de revues. Deux ans plus tard naissait le CDTM, Centre de documentation Tunisie-Maghreb.

Son but était de maintenir un patrimoine intellectuel et historique et de le mettre à la disposition des chercheurs tunisiens et étrangers. Il faut rappeler à ce sujet le rôle déterminant du regretté Paul Bedarida et ensuite de Denis Louche, successivement conseillers culturels adjoints a l’Institut Français de Coopération qui ont épaulé Anne-Marie Planel et l’ont soutenue constamment dans la mise en place et le rayonnement de ce centre. Cet institut qui constitue l’embryon de ce que sera l’IRMC, situe au 1er étage de la bibliothèque Charles De Gaulle est devenu très vite un rendez-vous très prisé. On y trouvait en plus du fonds ancien, les livres récents. Le but étant d’aider tout ce qui concernait la recherche en sciences sociales. URBAMA a tout de suite contribue avec le don de ses publications grâce à Pierre Signales, ancien enseignant de géographie a la Faculté des sciences humaines et sociales de Tunis.

À coté de l’acquisition d’une documentation de plus en plus riche, le CDTM a organisé des conférences et des débats et les premières thèses de l’époque y ont été présentées comme celle de Jellal Abdelkefi sur la Médina de Tunis et d’autres. De jeunes chercheurs ont bénéficié de bourses de stage comme Khadija Mohsen-Finan, Frédéric Lagrange, Patrice Coussonet, Luc Barbulesco, Nadia Khouri-Dagher, Pierre-Noël Denieuil… Le PNR, programme National de Recherche créé a partir du rapatriement des archives françaises sur la Tunisie, travaillera également avec le CDTM.

Logo CDTMC’est l’embryon de ce qui deviendra l’Institut Supérieur d’Histoire du Mouvement National, ISHMN. Les qualités et le sérieux d’Anne-Marie Planel, de même que les relations qu’elle a su nouer avec l’ensemble des chercheurs et des enseignants tunisiens ont largement contribué au succès du CDTM. Anne-Marie connaissait tout le monde et bénéficiait d’un capital de sympathie qui a rejailli sur le CDTM.

Au commencement de l’IRMC était aussi Michel Camau, revenu en Tunisie après y avoir accompli son service miliaire, à peu près a la même époque qu’Anne-Marie. Michel, chercheur au CRESM d’Aix-en-Provence était alors invité par le CERP, centre de recherche de la Faculté de droit et sciences économiques. Malgré le cloisonnement des facultés existantes, Michel Camau a très vite tissé des liens avec l’ensemble des chercheurs du CERES comme des historiens de la Faculté des sciences humaines et sociales de Tunis, dans lesquelles, la Société tunisienne des historiens universitaires (STHU) organisait des rendez-vous hebdomadaires de débats et périodiquement de séminaires, des colloques et surtout des congrès d’histoire et de civilisation du Maghreb.

Michel Camau avait déjà publie sur la Tunisie et sur le Maghreb [1]. Il était connu par ses livres et il s’est fait connaître par ses activités a Tunis et par les travaux collectifs qu’il a aussitôt engagés. Il sera amené a faire des séjours plus ou moins longs a Tunis en alternance avec le CRESM [2], devenu plus tard l’IREMAM [3].

En 1992 quand il a été rappelé pour la troisième fois en Tunisie, Michel Camau était tout désigne pour devenir le premier directeur de l’IRMC. Le Centre de documentation Tunisie-Maghreb était ainsi devenu un institut a part entière et a vocation maghrébine. Dès lors, Anne-Marie-Planel et Michel Camau ont travaillé à l’épanouissement de ce centre résolument maghrébin.

Dès le départ, il a affirmé sa vocation maghrébine et il a pris en charge la recherche sur l’ensemble des pays de l’UMA. Pendant un certain temps, eu égard a la grave crise algérienne des années 1990, l’IRMC a installé une antenne a Rabat, mais très vite, nos amis et collègues marocains ont voulu avoir leur propre institut et c’est comme cela qu’est né le Centre Jacques Berque. Cet Institut a bénéficié de l’aide active et efficace du regrette Mohamed Charfi, ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, qui a beaucoup aidé a sa mise en place et qui a désigné comme membres du comite de suivi deux grands chercheurs tunisiens, Yadh Ben Achour et Abdelmajid Charfi ainsi que les directeurs successifs de la direction générale de la Recherche scientifique, Brahim Baccari, Moncef El Gaied et Mohamed Nejib Lazhari.

L’IRMC a tout de suite organisé la recherche avec des chercheurs français, allocataires de recherches, des chercheurs associés tunisiens et des doctorants. Très vite, il a su élargir sa vocation en organisant non seulement des séminaires, des débats, des programmes de recherches mais il s’est intéressé également aux jeunes chercheurs en organisant des écoles doctorales associant des doctorants tunisiens et des doctorants venant des universités françaises, écoles animées par des enseignants tunisiens et français.

Au commencement enfin, un grand historien, le regrette André Raymond [4] a joué un rôle décisif dans la création de l’IRMC. Bien qu’ayant vécu longtemps en Égypte et en Syrie, il était resté un Tunisien de cœur. André Raymond a entamé sa carrière d’enseignant agrégé d’histoire en Tunisie de 1947 a 1951 au collège Sadiki. Il est parti ensuite a Oxford ou il a soutenu un PhD sur la Tunisie, British Policy toward Tunis (1830-1881) en 1953. Apres une longue carrière au Moyen Orient a l’IFEAD et a l’IFAO, André Raymond qui est notamment connu par sa grande thèse réalisée a partir des registres de la Mahkama du Caire, est rentré en France et à Aix-en-Provence en 1975.

jpg_Raymond-iden-web
Photographie d’André Raymond, D.R.

Ce que nous devons retenir d’une carrière riche et qui a donné a André Raymond une stature internationale, c’est qu’il a été un rassembleur de la recherche scientifique. Il a fondé l’IREMAM en 1986, rassemblant ainsi les laboratoires du CNRS. Il a fondé en 1987, l’AFEMAM[5] et il a activement œuvré pour la fondation de l’IRMC. Je voudrais rappeler à cet égard dans son œuvre prolifique deux publications sur la Tunisie, l’édition d’un extrait d’une grande chronique tunisienne, Ibn Abi Dhiaf, Présent aux hommes de notre temps. Chronique des rois de Tunis (Chap. IV et V), Edition critique, traduction et annotation, 2 vol. Tunis, et une belle étude sur Tunis sous les Mouradites : la ville et ses habitants au XVIIe  siècle, Tunis, IRMC-Cérès éd., 2006. Il avait demande à Karim Ben Smaïl de rencontrer a l’occasion de la parution de cet ouvrage, les membres de l’Association des anciens élèves du Collège Sadiki. Ce fut émouvant.

Anne-Marie Planel, Michel Camau et André Raymond ont été les trois fondateurs de l’IRMC auxquels, personnellement je rends un hommage amical pour l’œuvre et l’action accomplies. Par leur connaissance étendue et renouvelée de l’intelligentsia tunisienne, par leurs travaux personnels et par leur engagement, ils ont contribué non seulement à établir un pont entre recherche tunisienne et recherche maghrébine et internationale, à enrichir la réflexion et le débat sur les grandes questions en sciences sociales et à créer un lieu de rencontres de haut niveau.

Les successeurs de Michel Camau a la tête de l’IRMC ont continué cette orientation et su maintenir les liens qui avaient été tissés. Jean-Philippe Bras, Pierre Robert Baduel et Pierre-Noël Denieuil ont tous œuvré pour un Maghreb de la recherche et leur aide, leur participation a sa dynamisation n’ont jamais faibli ; l’harmonie n’a pas été rompue bien au contraire, tous ont donne le meilleur d’eux-mêmes pour la promotion continue d’une recherche importante. D’ailleurs la chance de l’IRMC c’est d’avoir eu tout le temps a sa tête des personnes qui connaissent bien le pays pour lui avoir consacré l’essentiel de leurs recherches et cette continuité est aussi un des principaux facteurs de succès de l’Institut. Grâce a leur engagement, la libre circulation des idées, la mobilité des chercheurs, les publications, la mise en réseau de l’ensemble de la réflexion en sciences sociales a incontestablement désenclavé la recherche et évité tout risque d’exotisme. Grâce a eux, plusieurs instituts ont travaillé ensemble, aussi bien ceux des grands centres universitaires français que ceux qui sont basés a l’étranger et dans l’ensemble des pays méditerranéens.

La moisson au bout de ces vingt ans est belle. Une bibliothèque riche de près de 30 000 ouvrages et 2 300 titres de revues. Un personnel tout aussi engagé avec Christiane Saddem, présente auprès d’Anne-Marie depuis la création du CDTM et Hayet Naccache. Plusieurs chercheurs tunisiens et français ont contribué au rayonnement de l’Institut comme Abdelhamid Henia, Mohamed Elloumi, Mohamed Kerrou, Hassen Boubakri, Dorra Mahfoudh, Sihem Najar, Kmar Bendana et bien d’autres encore ainsi que des chercheurs français comme François Siino, Eric Gobe, Vincent Geisser, Nicolas Puig, Katia Boissevain, Stéphanie Pouessel… La liste et longue et les publications sont la pour témoigner du chemin parcouru.

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

 

Mounira CHAPOUTOT-REMADI

est professeure émérite d’histoire du Moyen âge du monde arabe et musulman, Université de Tunis.

 

Pour citer ce billet : Mounira Chapoutot-Remadi, « L’IRMC a vingt ans 1992-2012 », Le Carnet de l’IRMC, 31 mai 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/887

 


[1] La Tunisie avec Charles Debbash, 1973 et La notion de démocratie dans la pensée des dirigeants maghrébins, (préface de Ch. Debbasch), Paris, CNRS, 1971.

[2] Centre de Recherches et d’Études sur les Sociétés Méditerranéennes.

[3] L’Institut de Recherche sur le Monde Arabe et Musulman.

[4] André Raymond est mort le 6 février 2011, au tout début de la révolution tunisienne qu’il a accueillie avec bonheur.

[5] L’Association Française des Études sur le Monde Arabe et Musulman

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

L’histoire orale des Instituts Pasteur

Portrait de Louis Pasteur
© Albert Edelfelt

Un séminaire s’est tenu à Tunis les 1er et 2 juin 2012 sur l’Histoire orale des Instituts Pasteur, organisé en partenariat entre l’Institut Pasteur de Tunis, l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain et l’Institut Français de Tunis, avec le soutien de l’IRD, de l’association tunisienne pour le droit de la santé (ATDS) et de l’Université virtuelle de Tunis (UVT).

Le projet du séminaire remonte à l’automne 2010 où l’IRMC et l’Institut Pasteur avaient organisé une série de conférences sur l’histoire de la médecine, des grandes maladies (Typhus, Poliomyélite), et de l’Institut pasteur, en Tunisie. Les protagonistes ont alors souhaité questionner les sciences biologiques et médicales au prisme des sciences sociales et engager une réflexion sur les enjeux sociaux et institutionnels qui ont marqué l’histoire des Instituts Pasteur du Maghreb. Des archives existent concernant la période coloniale et du Protectorat, mais une histoire orale, du temps présent restait à faire.

À ce titre ont pu être réunies 40 personnes, entre praticiens et chercheurs, dont : trois directeurs de l’IP de Tunis depuis l’indépendance (Amor Chadli, ancien médecin de Bourguiba et directeur durant plus de 25 ans ; Koussay Dellagi, directeur durant 17 ans ; Hechmi Louzir, actuel directeur, en poste depuis 7 ans), ainsi que Mohamed Hassar (ancien directeur de l’IP du Maroc), Mohamed Tazi (directeur de l’IP d’Alger), d’illustres membres des Instituts (dont Alexis Cumbaras, Fadhila Boulahbal, Maurice Huet, Marie-Française Kennou) et des chercheurs spécialisés (Jean-Pierre Dedet, Claire Fredj, Benoit Gaumer, Anne-Marie Moulin). Trois ateliers thématiques ont interrogé tour à tour l’identité pasteurienne, la transmission et la mémoire, les perspectives des IP du Maghreb entre recherche scientifique et santé publique.

On a vu tout d’abord que l’identité pasteurienne se construit en référence à des hommes illustres qui ont construit des éléments d’histoire (Charles Nicolle à Tunis, Georges Blanc au Maroc, les frères Sergent en Algérie, Émile Roux…) ; à des réseaux constitués de ressources humaines et de structures disséminés de par le monde et contribuant à une forte mondialisation du savoir ; à des valeurs et croyances humanistes (la recherche du savoir liée à celle de son application, la curiosité et le « dévouement » des pasteuriens).

Chercheure à l’Institut Pasteur de Tunis
© Hicham Ben Hassine

Par delà ces constats, les débats ont soulevé d’importantes questions qui jalonnent l’histoire des Instituts :

– La logique de la production pharmaceutique pas toujours compatible face à la vie de laboratoire et à l’expérimentation pratico scientifique, le rôle à jouer de l’État face à la distribution des produits ;

– le rapport des Instituts Pasteur souvent difficile avec les facultés de médecine et l’enseignement, variable selon les spécificités des instituts : très cloisonnés au Maroc ; facilités en Algérie par la présence ancienne des institutions universitaires, ou des coopérants, mais soumis à une histoire chaotique depuis l’indépendance ; riches en techniciens et politiquement institués en Tunisie par la présence d’un directeur « relais » entre elles et ayant institué le statut de chercheur biologiste.

– La transmission écrite des connaissances, matérialisée par la revue des archives de l’Institut Pasteur, créée pour rassembler les savoirs, guidée par les normes académiques universitaires ou les impératifs de langue avec suprématie du français puis de l’anglais ; les cours, en matière de transmission orale, rassemblés, notamment à Tunis, sous forme de « management social du savoir », contribuant à créer un esprit de corps et une coopération entre disciplines.

Les débats ont contribué à réfléchir sur la distinction fondamentale à établir entre la veille sanitaire et la veille scientifique. La veille sanitaire est l’état des lieux permanent qui doit aboutir à un diagnostic clinique dans une situation donnée. La veille scientifique se situe en amont de la veille sanitaire et consiste en la recherche de paramètres qui constitueront des indicateurs de la veille sanitaire. Elle s’appuie par exemple sur le saut d’espèce vers la vie animale.

Institut Pasteur de Tunis vers 1900
© D.R.

Il a été conclu combien le passé sert à regarder l’avenir. On est parti du constat d’Instituts Pasteur uniques en leur genre et qui ont permis depuis la vaccination, à la science moderne de faire irruption dans les sociétés du Maghreb. Ils doivent désormais s’adapter et « anticiper » leur avenir auprès de l’autorité publique. En matière de statuts (EPST, EPIC, autres…) tout d’abord. Puis selon ce qui a été défini comme leur triple mission : renforcer la recherche et la formation sur les agents infectieux en lien avec les technologies d’avenir ; réaffirmer leur rôle de laboratoire de santé publique en collaboration avec les institutions environnantes ; et aussi, le plus problématique, questionner une fonction de production qu’il conviendrait peut-être de quitter, où les normes deviennent plus dangereuses et plus difficiles à assumer.

Enfin, il est ressorti de ces échanges une nécessité accrue par delà les spécificités nationales, d’une mutualisation internationale de moyens et de savoirs par l’accès à la construction d’une plateforme technologiques des Instituts Pasteur. Ces deux journées ont contribué à la préparation des commémorations du 120ème anniversaire de la création de l’IP de Tunis, qui se tiendront en 2013 et auxquels participeront l’IFT et l’IRMC. À cet effet a été prévue la publication des actes des rencontres sous forme d’articles, de témoignages et d’encadrés mémoriels, dans la revue de l’Institut Pasteur. Cette publication sera distribuée lors des manifestations de 2013. De plus, la couverture vidéo des interventions et des témoignages, doit déboucher pour 2013 sur un montage visuel et sonore de la mémoire exposée et transmise par les « grands témoins » invités, ainsi que par les chercheurs qui en analyseront les thématiques et les modes de transmission.

Publié en septembre 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°10

 

Pierre-Noël Denieuil

est sociologue et directeur de l’IRMC

 

Pour citer ce billet : Pierre-Noël Denieuil, « L’histoire orale des Instituts Pasteur », Le Carnet de l’IRMC, 21 janvier 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/787

 

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

La démocratie tunisienne comme histoire « toujours inachevée »

Pierre Rosanvallon dans son bureau du Collège de France, juin 2012.

Pierre Rosanvallon évoque la démocratie à la fois comme régime politique et comme forme de société et mode de lien social. Tel semble être le cas de la Tunisie qui, tout en construisant le principe majoritaire de la démocratie politique (les élections, la pluralité) essaie aussi de se construire un intérêt général et un lien social. Les formes en sont multiples et on a vu en 2011 la multiplication des instances et institutions de régulation dont entre autres, la Haute instance puis l’ISIE. Il s’agit bien là de ce que Pierre Rosanvallon nomme des « institutions d’impartialité ». On doit y voir un premier attachement de la Tunisie à construire une « démocratie comme qualité », et pas seulement comme mesure de distribution des richesses.

Un second indice réside dans l’expression des trois principes de l’égalité comme qualité démocratique, définis par Pierre Rosanvallon et appliqués à la situation tunisienne. Le premier est celui de « similarité ». Être semblable, c’est participer chacun d’une même humanité. On pense ici au droit à la dignité comme slogan premier de la Révolution tunisienne. Le second est celui de l’indépendance. L’égalité se construit dans une réflexivité de soi à soi, c’est-à-dire dans l’autonomie et l’absence de subordination de l’individu et dans la relation d’échange qui fonde celle de réciprocité. Lors des élections tunisiennes, chaque votant comptait pour sa propre voix et en était fier. Le troisième vise la citoyenneté. Elle a pu s’exprimer dans les réunions politiques ou les meetings. C’est la communauté d’appartenance et d’activité civique, manifeste dans les relations de solidarité entre individus ou quartiers, qui ont structuré cette révolution. Et ces trois principes rassemblés, c’est bien une volonté de « refaire société ».

La troisième positivité de cette révolution, bien qu’exposée à tous moments à des risques de clôture, est, depuis un an, sa dynamique de fabrication et d’invention permanente et, selon la formule de Pierre Rosanvallon, « toujours inachevée ». À ce titre Rosanvallon dit bien que faire l’histoire de la démocratie, c’est faire l’histoire de la construction d’une société « où s’enchevêtrent l’histoire d’un désenchantement et l’histoire d’une indétermination ». Penser la démocratie au présent, c’est reprendre le fil permanent de cette double histoire en train de se faire. Rosanvallon dit que la démocratie « n’a » pas une histoire, mais plutôt qu’elle « est » une histoire. Henry Laurens nous avait dit que les faits « ont » une histoire. Pierre Rosanvallon nous dit désormais qu’ils « sont » une histoire. Tel est le cas de la Tunisie dont la révolution n’est pas un fait accompli mais plutôt un processus en cours.

Hier les instances contribuaient à réguler les gouvernements provisoires et la préparation des élections. Aujourd’hui et demain devront être débattus les axes de la future constitution au fil d’une part des alliances et des désalliances politiques, et d’autre part des expressions à inventer par la société civile avec ceux qui souhaitent construire une société des égaux basée sur la similarité, l’autonomie, la citoyenneté. Fidèle à la tradition d’une histoire qui ne s’arrête pas, la Tunisie doit demeurer un laboratoire de construction du temps présent.

Publié en janvier 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°8

 

Pierre-Noël DENIEUIL

Sociologue, Directeur de l’IRMC

 

crédit photographique : © Audrey Cerdan – Rue89

Pour citer ce billet : Pierre-Noël Denieuil, « La démocratie tunisienne comme histoire « toujours inachevée » », Le Carnet de l’IRMC, 5 juillet 2012. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/472

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Devenir historien pour répondre aux questions du temps présent

Témoignage de Pierre Rosanvallon, Professeur au Collège de France, chaire d’histoire moderne et contemporaine du politique, et directeur d’études à l’EHESS (Ecole des hautes études en sciences sociales). Auteur d’ouvrages sur l’histoire du modèle politique français, puis sur l’histoire intellectuelle de la démocratie en France, ainsi que sur « la société des égaux ».

 

 

 

 

 

 

 

 

 

« Je suis devenu universitaire pour répondre aux questions que je me posais quand j’étais militant, après un cursus sur la gestion, et sur la base d’un réseau de militants syndicalistes et CFDT. Des théoriciens ont analysé la démocratie à travers ses trahisons et les écarts de sa construction. Mais comment étudier le politique en évitant cet écart entre une réalité enchantée et une réalité à construire à l’épreuve des faits ?

Pour faire cela, j’ai vu qu’il fallait avoir une connaissance empirique de nombreuses périodes : Révolution française, Révolution américaine, histoire de l’Amérique latine. Pour réfléchir à la démocratie, il faut comprendre le système de ses difficultés, qui proviennent de conflits entre ses points de vue, entre ses idéologies. Définir la démocratie, c’est être confronté à ses perplexités : qui est le peuple ? C’est une question sociologique que personne n’a jamais résolue. On rencontre des individus mais pas le peuple. J’ai écrit « Le peuple introuvable ». Dans une société d’individus, on peut difficilement en retracer les corps constitués. On ne sait comment décrire « le peuple ». C’est une indétermination. Puis une autre indétermination est de définir ce que veut dire « exercer le pouvoir » ? J’ai essayé de comprendre le système général de son indétermination en termes institutionnels et de procédures. Le travail de l’historien est donc un travail contemporain.

Je m’intéresse à faire l’histoire vivante du passé comme confrontation à une aporie et à une identité à résoudre. Cette conception fait de l’histoire de la démocratie une expérience vivante, dans laquelle comprendre l’histoire de ce qui a été ces expériences peut nous aider. Et ce n’est pas là l’histoire « occidentalo-centrée ». Il y a un universalisme démocratique qui n’est pas celui du modèle mais qui est celui du problème. La démocratie, cela signifie des élections libres et dans un régime pluraliste, mais aussi bien avec Lénine que Napoléon III, Chavez ou Bush. Ce qui m’intéresse est de savoir comment se pose ou se masque cette indétermination. À Tunis, on m’a posé de nombreuses questions très techniques sur le régime parlementaire ou présidentiel et sur les difficultés et les problèmes. Mais il faut repousser l’idée d’un universalisme du modèle. La promotion de la démocratie ne repose pas sur un modèle que l’on vend clef en main, c’est surtout faire exister une société civile. Il faut bien comprendre l’écart établi entre la démocratie comme régime politique et la démocratie comme régime social. Il faut se référer à la dimension « libérale » de la démocratie française, et comprendre qu’il n’existe pas de « modèle » de la démocratie. Il faut la voir du point de vue de ses expériences et de la perplexité qu’elles suscitent, et non du point de vue de ses modèles. L’historien doit inviter à considérer cette perplexité. La perplexité est une bonne méthode de pensée. On pense lorsqu’on accroît sa perplexité ».

Publié en janvier 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°8

 

Pierre ROSANVALLON

Propos reconstitués d’après le débat à l’IRMC

 

crédit photographique : © Haley – Sipa

Pour citer ce billet : Pierre Rosanvallon, « Devenir historien pour répondre aux questions du temps présent », Le Carnet de l’IRMC, 5 juillet 2012. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/463

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Henry Laurens et l’histoire : concordance et discordance des temps

Henry Laurens[1] distingue trois manières de faire de l’histoire : l’histoire contemporaine, l’histoire du temps présent et l’histoire immédiate. L’histoire contemporaine, située à la fin du XVIIIe siècle dans les débuts de l’invasion européenne en Orient, « concerne un monde qui commence à ressembler au nôtre ».

L’histoire du temps présent nous confronte à des témoins encore vivants. À ce titre, « la Première Guerre mondiale vient de cesser d’appartenir à l’histoire du temps présent et bascule dans le passé… Toutefois cette histoire touche encore le passé comme souffrance présente même si on ne recense plus de survivant de 1915 ». L’histoire immédiate, elle, s’écrit différemment de l’histoire contemporaine. Elle suppose un travail sur son objet, « une ascèse sur soimême pour déterminer les questions que l’on veut poser, ainsi que ses implicites ». Selon Henry Laurens, « dans l’histoire immédiate on analyse les évènements de 2011 par rapport à 2011, et dans l’histoire contemporaine on analyse le siècle de Louis XIV en fonction de nos conceptualisations de 2011. L’historien doit y faire un effort de décentrement par rapport aux questions de son époque. Il s’efforce de reconstituer des données que les contemporains n’avaient pas ». Il n’en demeure pas moins que « le passé n’existe pas en soi, et quand la situation présente change, notre interrogation du passé change ». Mais aussi, « notre vision du passé se modifie quand on va chercher dans le passé les causes d’un évènement présent ». Rattachés à l’histoire immédiate, les évènements du monde arabe interpellent l’historien, tout comme le sociologue et le politologue, qui n’ont pas vu venir ce « rattrapage du politique par le social ».

Cependant, précise Henry Laurens, « on a vu venir la discordance entre l’état des sociétés et les régimes politiques, discordances marquées d’ailleurs dans les rapports du PNUD, mais on était plutôt à l’horizon 2025/2030 ». Dans ce type de contextes, « l’objet de l’historien est le traitement des temporalités et de la concordance ou des discordances des temps ». Il évoque l’idée de « concordance des temps » qui reflète le synchronisme lié à la fois aux influences européennes sur le monde arabe et aussi aux besoins des sociétés elles-mêmes. À ce propos, la question « de l’impérialisme et du colonialisme relève en France de l’exotisme et non plus de l’histoire vivante, contrairement aux pays qui ont connu cette colonisation, cette histoire dure.

L’expédition d’Égypte y est vue comme une aventure orientaliste alors que pour les Egyptiens l’expédition d’Égypte c’était la Palestine et Israël ». C’est alors que notre invité constate aujourd’hui une situation de « discordance des temps » entre le monde arabe et l’Europe, connotée par l’islamophobie de cette dernière : « la temporalité arabe est marquée par un avenir démocratique, alors que la temporalité européenne est encore centrée sur l’immigration et l’islamophobie ». Selon Henry Laurens, les révolutions arabes ont inversé la problématique de la démocratie puisqu’elles se sont faites sous le drapeau national (« Il y a un retrait de l’anti impérialisme comme idéologie du mouvement »). Il voit alors dans ces manifestations pacifiques et sans chefs face à des régimes violents, « une inversion des termes » où la démocratie « n’est plus vue comme une question européenne mais comme une question nationale ».

Selon lui, les leçons et les enjeux sont forts : ces révolutions remettent en question l’autoritarisme international ; puis la Tunisie en montrant que c’était possible, a rendu les révolutions accessibles aux autres ; enfin, le XXIe siècle serait passé en 10 ans, depuis 2001, du choc au rendez-vous des civilisations autour de l’idée de démocratie.

Dernier enjeu et non le moindre selon Laurens : en dépit de l’arabisation du Maghreb par les télévisions satellitaires, la spécificité du Maghreb demeure bien l’interaction avec l’Europe. « Le grand relais d’aujourd’hui est la diaspora dans sa massivité. La politique tunisienne intègre cette composante internationale. Le XXIe siècle sera un siècle de diasporas, le XXe les a créées et le XXIe va les faire fonctionner. La relation ancienne de type colonial va être reprise en main et remplacée par le problème des diasporas ».

De ce point de vue d’historien, il ressort la nécessité d’une interaction permanente entre le fait historique, son interprétation et son questionnement par les outils du temps présent qui introduisent une vigilance. En ce sens, selon Henry Laurens, tout comme « la découverte de la photo aérienne en archéologie a révolutionné cette science », des travaux anthropologiques et démographiques (cf. Todd, Courbage) avaient imaginé la chute de l’union soviétique ou, avec le développement de l’alphabétisation, l’appui du système éducatif et la baisse des taux de fécondité, l’entrée des sociétés arabes dans la mondialisation. On doit désormais, à la lumière des processus historiques en cours, s’interroger sur nos paradigmes des sciences sociales qui nous donnent ou pas de quoi comprendre ce qui s’est passé, dire et interpréter ce qui nous détermine. Ainsi conclut Laurens, « il y a d’un côté la détermination sociale qui fait que les choses existent, et de l’autre l’interprétation du social lu comme un texte ».

Publié en janvier 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°8

 

Pierre-Noël DENIEUIL

d’après le débat avec Henry Laurens, à l’IRMC

 

crédit photographique : © Jean-Luc Bertini – L’Express

 

Pour citer ce billet : Pierre-Noël Denieuil, « Henry Laurens et l’histoire : concordance et discordance des temps », Le Carnet de l’IRMC, 4 juillet  2012. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/456



[1] Professeur au Collège de France, chaire d’histoire contemporaine de l’Orient arabe. Auteur d’ouvrages sur la Révolution française, l’Europe et l’Islam, et sur la question de la Palestine à partir de l’expédition d’Égypte. Les citations entre «…» sont extraites du débat avec Henry Laurens à l’IRMC.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook