Archives par mot-clé : Hassen el Annabi

Révolution et rupture(s)

C’est un lieu commun de faire de la rupture avec l’ordre établi une condition sine qua non de la réalisation de la révolution. Mais, la notion de rupture est moins évidente à saisir qu’il n’y paraît. Elle n’est jamais définie définitivement, car c’est dans le feu de l’action qu’on fixe son plafond et toujours d’une manière provisoire en rapport avec le contexte. Il n’est pas exclu d’ailleurs qu’elle débouche sur la notion antinomique de continuité.

En Tunisie, en l’espace de quelques semaines, la rupture a changé plusieurs fois de contenu. Le suicide de Bouazizi a révélé la nécessité de rompre avec une politique de l’emploi aussi inefficace qu’inéquitable. Les réactions maladroites et de toute façon tardives du pouvoir central ont scellé la rupture avec Ben Ali et son clan, avec pour mot d’ordre « plutôt crever que perdre sa dignité ». Au lendemain de la fuite du dictateur, c’est au tour de la dictature, puis du parti qui lui est associé, de tomber dans le collimateur de la rupture. Du coup, avec l’appel à la démocratie, c’est tout le système politique qui est remis en question. Ainsi, la succession en un temps record des mots slogans de la rupture : équité, dignité et démocratie donnent-ils la mesure de l’importance de la cassure entre gouvernants et gouvernés.

Cependant, comme dans la plupart des révolutions, une autre rupture n’a pas tardé à se mettre à l’oeuvre, cette fois-ci entre révoltés et révolutionnaires, entre ceux qui, excédés par la radicalisation de la contestation, entendent maintenant marquer le pas et ceux qui, emportés par l’élan, sont décidés à aller de l’avant. Si la rupture recèle pour ces derniers un contenu positif, elle devient pour leurs contradicteurs synonyme de déstabilisation, voire d’anarchie.

D’aucuns se risquent même à gommer la radicalité de la rupture en réintégrant le phénomène révolutionnaire dans la longue durée. La recherche du temps perdu ou le retour à une période considérée idyllique fournit une autre dimension à la rupture, celle de la continuité. Ce résultat paradoxal est, en fait, le résultat du passage de l’enthousiasme à la peur. Peur de perdre des acquis, mais aussi de provoquer un désordre social, défavorable à l’establishment. Maintenant, il faut dire que rupture en temps révolutionnaire rime aussi avec surenchère, du moins pour une catégorie de personnes, celle qui, par opportunisme ou par peur d’être démasquée lorsque sonne l’heure de la vérification des cursus, n’a pas d’autre moyen que de se saisir de la rupture comme d’une arme de la dernière chance. La notion de rupture se présente alors de plus en plus en filigrane, servant de prétexte à certaines idéologies ou de stratégies de gestion des risques. Aussi, certaines ruptures réclamées apparaissent-elles comme artificielles, voire comme des leurres.

En fait, l’approche de cette notion est inhérente à l’étude des acteurs et des intermédiaires. Elle requiert de la part du chercheur une analyse à la fois du discours et de la pratique des uns et des autres pour distinguer la rupture qui a favorisé une dynamique d’innovation de celle qui a suscité plutôt le besoin de continuité, voire la restauration sous une autre forme d’une situation prérévolutionnaire.

 Publié en avril 2011 dans La lettre de l’IRMC n°6

 

Hassen EL ANNABI

Historien, Tunis

 

Crédit photographique : ©Fethi Belaïd – AFP

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook