Archives par mot-clé : Fezzan

L’IRMC et la Libye, de 2009 à 2012

Durant les années 2000, les actions de recherche développées par l’IRMC avec la Libye se sont heurtées au fort cloisonnement existant entre les institutions universitaires et les centres de recherche libyens, dû notamment à l’absence d’équipes de recherche permanentes. En marge de séminaires organisés à Aix-en-Provence et sous l’égide de travaux menés à l’époque par Olivier Pliez, deux missions de l’IRMC ont été conduites en Libye en 2001 et 2002, par Hassan Boubakri (géographe à l’Université de Sousse) et Jean-Philippe Bras (directeur de l’IRMC). En 2003 fut signée une convention entre le Markez el Jihad et l’IRMC. Le Markez el Jihad, fondé en 1977 par le Dr Mohamed Tahar Jarrari, possède une importante bibliothèque de cassettes numérisées sur la Libye. Il est devenu en 2010 le Centre des archives nationales et des études historiques de Tripoli. Une mission effectuée en 2005 par Pierre Robert Baduel (directeur de l’IRMC) a pu susciter le projet d’une confrontation d’historiens autour de la question de l’administration française du territoire du Fezzan après la Seconde Guerre mondiale. En mars 2009, l’IRMC a souhaité construire une stratégie de travail dans la durée en mobilisant des chercheurs de diverses disciplines (géographie, sociologie, histoire, sciences politiques, droit), et en confrontant deux types de regards, celui des chercheurs libyens sur leur propre société et celui des chercheurs tunisiens sur la société libyenne, mais aussi sur les relations croisées entre les deux pays et via une approche francophone. L’objectif de ce groupe était, d’une part, de participer à la mise en réseaux de chercheurs de différents pays maghrébins et européens et, d’autre part, d’amorcer un programme de recherche spécifique devant déboucher sur l’organisation d’une manifestation suivie de publications.

Il s’en est suivi en mai 2009 une mission à Tripoli réunissant le directeur de l’IRMC et quatre chercheurs tunisiens : Hassan Boubakri, Fathi Lissir et Mouldi Lahmar, coordonnée par Moncef Ouannès. Un séminaire interdisciplinaire fut alors organisé par l’IRMC à Tunis en décembre 2009 sur l’implantation militaire de la France au Fezzan entre 1943 et 1956. Les années 2010 et 2011 ont été consacrées à des échanges historiographiques et à la finalisation supervisée par Moncef Ouannès, d’un ouvrage en version bilingue (arabe/français) paru en octobre 2012, en coédition Cérès Éditions/Tunis, centre des Archives de Tripoli et IRMC, intitulé : Une histoire méconnue. Les relations libyo-françaises au Fezzan de 1943 à 1956. Regards croisés Libye, France, Tunisie.

couv fezzan
Couverture bilingue du livre édité par l’IRMC

Cet ouvrage retrace les grandes lignes de l’implantation de la France sur le territoire du Fezzan dans le Sud-libyen aux lendemains de la Seconde Guerre mondiale. Il en analyse les visées politiques, les conditions d’occupation militaires et administratives, ainsi que le vécu des populations, de l’alliance à la résistance, jusqu’à l’indépendance libyenne et l’évacuation définitive en 1956. Dans un esprit de dialogue intellectuel entre les deux rives de la Méditerranée, ce livre rassemble des regards d’historiens, de sociologues, de politologues et de géographes libyens, tunisiens et français soucieux de croiser leurs savoirs. Du regard français, il ressort que cette période serait moins militaire que politique. Les Libyens de leur côté décryptent les dynamiques nationales et régionales (Algérie, Tunisie) des réseaux de résistance. Et les chercheurs tunisiens forts de leur regard distancié du pays d’à côté, se penchent sur les savoirs construits par la France, sur les stratégies d’alliances avec les dignitaires libyens, et les mémoires politiques.

Cette recherche a permis de livrer à l’actualité le portrait d’une Libye contemporaine comme cible et enjeu international majeur, en interaction constante avec les événements se déroulant aux différentes échelles : méditerranéenne, africaine, arabe et internationale. Il a ainsi été proposé un autre type d’écriture de l’histoire entre la France et la Libye et avec la Tunisie, qui consiste moins à « juger » qu’à « gérer un passé » pour construire un présent et à reconsidérer les faits en confrontant leur pluralité, en questionnant leurs interprétations. Il s’agit là d’une double initiative à poursuivre tant dans le domaine de la coopération multilatérale en sciences humaines et sociales que dans celui de la réécriture de l’histoire coloniale par la confrontation et l’échange interdisciplinaires sur des sociétés témoins et actrices des événements.

Publié en édition bilingue et au Maghreb par l’IRMC, il constitue un précédent historiographique en matière de traduction, et contribue ainsi a toucher un vaste public tant en Europe et dans la francophonie qu’au Maghreb et dans le monde arabe. Il ouvre la voie à une prochaine collaboration de l’IRMC avec le Centre des archives nationales et des études historiques de Tripoli, l’ISHMN (Institut supérieur d’histoire du mouvement national a Tunis), et la Casa de Velasquez à Madrid, sur l’histoire orale, ses techniques et ses méthodes disciplinaires, ses objectifs et ses finalités en matière de préservation des mémoires nationales.

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

Pierre-Noël Denieuil

est sociologue, ancien directeur de l’IRMC de 2008 à 2013.

Pour citer ce billet : Pierre-Noël Denieuil, « L’IRMC et la Libye, de 2009 à 2012 », Le Carnet de l’IRMC, 11 octobre 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1266

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook