Archives par mot-clé : environnement

Transformations spatiales et dynamiques socio-environnementales de l’oasis de Ouargla. Une analyse des perspectives de développement

Urbanisation de l’oasis de Ouargla
© Abdelkader Salhi

Ouargla, appelée autrefois « Capitale des oasis », est considérée, depuis l’Antiquité, comme un carrefour important et un centre d’une activité commerciale ancienne pour les caravanes et les nomades. Le système agricole oasien, basé sur la culture du palmier dattier, était, jusqu’au début des années 1950, la principale activité économique d’une population en constante transformation. L’exploitation des nappes pétrolifères dans la zone de Hassi Messaoud vers les années cinquante et la mise en valeur de nouvelles terres agricoles par le biais de l’APFA[1] au début des années 1980, ont profondément modifié l’économie locale et la structure sociodémographique.

La conquête du Sahara algérien et la stratégie d’occupation d’énormes espaces ont vu leur concrétisation effective après la tenue, en 1966, du premier Conseil des ministres hors capitale, dans la ville même de Ouargla[2]. Depuis lors, la population de la ville de Ouargla n’a cessé d’augmenter. Ainsi, en 1977, l’agglomération de Ouargla[3] comptait 73 900 habitants, 185 999 en 1998 et 253 362 habitants en 2010[4]. L’origine de cette nouvelle population est diverse : des commerçants soufis et mozabites, des transitaires africains vers l’Europe, des ouvriers agricoles (des oasis environnantes : Oued Righ et Touat) et des cadres supérieurs[5] originaires du Nord du pays. Pour accompagner ces transformations, l’État algérien a investi dans le développement des moyens de liaison, des services, la mise en place de mesures incitatives (augmentation des salaires de 80 % par rapport au Nord, programme de logements). Ceci a contribué à façonner de nouvelles spatialisations et urbanisations, ainsi qu’une nouvelle forme d’occupation de la palmeraie.

Le sujet de notre thèse porte sur la durabilité du système oasien au niveau de la wilaya de Ouargla. La question centrale est la suivante : dans quelle mesure les dynamiques socio-environnementales contemporaines permettent-elles la durabilité du système oasien ? Nous nous intéressons, à travers cette thèse, aux interactions entre société locale et écosystèmes dans une perspective historique pour comprendre les changements à l’oeuvre.

La méthodologie adoptée pour ce travail de recherche s’appuie sur une approche historique de la zone, une analyse qualitative à partir d’entretiens avec les exploitants, les responsables des secteurs de l’agriculture, un échantillon des « nouvelles populations », des services de l’habitat, de l’aménagement du territoire et une analyse socio-spatiale. Sur le plan écologique, nous nous référons aux recherches menées par les écologues de l’Université Kasdi Merbah pour comprendre les modifications diachroniques de la qualité des sols, et la diminution de la biodiversité, liée à l’abandon de certaines variétés de dattes.

Notre approche est également spatiale avec l’analyse de photos aériennes et satellitaires de la zone d’étude, la mise en place d’un traitement par SIG, nous permettant d’avoir une vue générale de la zone, sur son changement dans le temps ainsi que sur les endroits les plus touchés par l’urbanisation au niveau de la palmeraie.

Les premiers résultats d’investigation nous ont permis d’établir une typologie des exploitations existantes au niveau de l’oasis de Ouargla. Différents acteurs, issus de différentes couches sociales, investissent aujourd’hui la palmeraie de Ouargla. Ainsi, au cours de nos enquêtes de terrain, cinq types différents d’acteurs ont pu être distingués. Il s’agit de :

1- l’exploitant agricole, qui n’habite pas sur sa parcelle, mais qui l’exploite,

2- l’exploitant agricole qui habite sur la parcelle et l’exploite,

3- le promoteur immobilier,

4- le « néo-rural »,

5- le « patriarche » qui habite une parcelle avec sa famille élargie.

Il y a lieu aussi de parler d’une autre catégorie assez différente de celles-ci. Il s’agit d’un groupe dit « propriétaire absent » : c’est un groupe qui n’investit pas dans la palmeraie.

Les différentes catégories d’acteurs n’ont pas les mêmes représentations, pratiques ni les mêmes stratégies dans la mise en oeuvre du développement de l’oasis de Ouargla. Le phénomène de l’urbanisation au sein de la palmeraie a dynamisé, en quelque sorte, l’activité agricole dans la région d’étude. Il a permis de minimiser les incendies, les vols des productions dattières et d’améliorer les investissements au sein de la palmeraie par son entretien, les amendements en sable et engrais ainsi que par l’embellissement du terrain agricole. Cette nouvelle forme de reprise des terrains agricoles pourrait être une opportunité pour le redéploiement de l’activité agricole et de la sauvegarde de l’oasis de Ouargla, mais elle peut aussi entraîner une reconfiguration de la vocation socio-économique de la palmeraie qui deviendrait une forme de « parc urbain » ou zone résidentielle de verdure, avec un déplacement de l’activité productive agricole vers la périphérie de Ouargla.

Publié en septembre 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°10

Abdelkader Salhi

est doctorant en géographie à Aix-Marseille Université, au laboratoire LPED (Laboratoire Population, Environnement et Développement) sous la direction de Chantal Aspe. Sa thèse s’intitule « Le système oasien et sa durabilité face à la dynamique socio-économique ». Il a rejoint l’IRMC en tant que Boursier Moyenne Durée (BMD)* entre septembre et octobre 2012.

 

Pour citer ce billet : Abdelkader Salhi, « Transformations spatiales et dynamiques socio-environnementale de l’oasis de Ouargla. Une analyse des perspectives de développement », Le Carnet de l’IRMC, 9 janvier 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/735

 


[1] APFA : Accession à la Propriété Foncière Agricole (loi 83/18 du 13 Aout 1983).

[2] Bisson J. 2003, Mythes et réalités d’un désert convoité : le Sahara, Paris, L’Harmattan, 480 p.

[3] L’agglomération de Ouargla regroupe les communes de Ouargla, Ain Beida, Sidi Khouiled, Rouissat, Hassi Ben Abdellah et N’Goussa.

[4] Direction de Planification et de l’Aménagement du Territoire, 2012 Annuaire statistique 2011 de la wilaya de Ouargla.

[5] Des médecins généralistes et spécialistes, des ingénieurs et des enseignants.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Bilan des politiques sectorielles environnementales en Tunisie depuis la décennie 90 : approche cartographique

Comme l’a souligné Henda Gafsi[1], la décennie 90 a été celle du développement durable en Tunisie. En atteste le 8ème Plan (1992-1997), qui le premier, intègre le développement durable et consacre tout un chapitre à l’environnement. Le contexte international aura largement contribué à l’émergence d’une véritable politique environnementale en Tunisie, mais aussi dans le reste du monde, à travers le foisonnement de conventions internationales en faveur du développement durable.

L’enjeu de la durabilité dans les villes prend tout son sens à la lumière d’un rapport des Nations Unies publié le 24 mars 2004, selon lequel en 2007, plus de la moitié de la population mondiale vivra dans les villes : « Ce sera la première fois dans l’histoire de l’humanité que le nombre de citadins dépassera le nombre de ruraux », note ce rapport.

Mes travaux de recherche dans le cadre d’une thèse récemment soutenue avaient déjà tenté de mettre en exergue la pression exercée par la démographie, l’urbanisation et les activités économiques sur les ressources en eau dans les villes, en prenant l’exemple du Grand Sousse, en Tunisie littorale[2].

Par ailleurs, l’eau n’est pas la seule ressource mise en péril dans ce contexte de forte augmentation de la population et des activités économiques dans les zones urbaines. La vitesse de l’expansion urbaine a davantage amplifié la pression sur l’environnement en général, en termes certes d’épuisement des réserves en eau douce, mais aussi de hausse de la consommation d’énergie, de la pollution de l’air. Cette dernière est liée principalement aux transports, à une recrudescence de déchets solides, à la détérioration du littoral, à la dégradation de la qualité de l’air et des sols, ainsi que de celle du paysage urbain et de ses périphéries.

C’est dans le cadre du programme AUF-Cedej « Ville durable au sud de la Méditerranée », que s’insère mon étude sur le bilan des actions environnementales dans les villes tunisiennes, et tout particulièrement à partir d’une approche approfondie de certaines politiques environnementales sectorielles majeures, le plus souvent portées par des acteurs publics.

Nous avons ainsi pu collecter une importante documentation, questionner des personnes ressources, et visiter des sites concernés, par exemple, par des opérations d’enrayement de la croissance de l’habitat spontané. L’objectif de l’Agence de Réhabilitation et de Rénovation Urbaine (ARRU) était à ce propos de résoudre les problèmes inhérents au développement urbain à travers des projets d’assainissement et de développement urbain. L’habitat n’est pas le seul défi qui se pose aujourd’hui à la ville pour accéder à une plus grande durabilité. Ainsi, nous accordons une large part dans nos recherches, au recensement des actions concrètes, à travers notamment les différents programmes de l’ANPE, de l’ANME, de l’ONAS, de l’ANGED… sur le milieu naturel, l’espace et les ressources dans les secteurs urbains. Une attention toute particulière a été consacrée à l’identification des expériences pilotes, ainsi qu’à leur mode de financement. Une localisation, à travers l’outil cartographique doit permettre d’alimenter notre réflexion sur l’état des lieux de la décentralisation de l’action environnementale à l’échelle régionale et locale.

Les premiers résultats de nos investigations nous ont permis de constater que, dans un premier temps, les politiques urbaines n’ont jamais été aussi attentives à améliorer la qualité et les conditions de vie de la population, ainsi qu’à équilibrer les différents quartiers au sein de la ville. Mais dans un second temps, on voit que ces politiques urbaines nécessitent de renforcer leur cohérence, afin d’atteindre un niveau optimal de développement urbain durable.

En effet, la notion même de « ville durable » invite à repenser la ville dans une approche plus intégrée, en tenant compte de la nécessaire interdépendance des actions environnementales.

Publié en octobre 2011 dans La Lettre de l’IRMC n°7

 

Nadia SAHTOUT est docteur en géographie de l’Université Paris IV Sorbonne, où elle a soutenu une thèse en mars 2011 sur l’eau et la ville dans le Grand Sousse. Chercheure associée à l’Institut de Recherche sur le Maghreb Contemporain, elle participe au programme MerSI-AUF, piloté par le Cedej : « Ville durable au sud de la Méditerranée ».

 

crédit photographique : © Babnet.net


[1] Gafsi Henda, Histoire de l’évolution du domaine « Environnement en Tunisie » (Problèmes, acquis, défis), 9 janvier 2010.

[2] Sahtout Nadia, L’eau et la ville en climat semiaride : vers la gestion intégrée de la ressource. Exemple du Grand Sousse en Tunisie littorale. Université Paris IV-Sorbonne, Institut de Géographie, mars 2011.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook