Archives par mot-clé : entrepreneuriat

Intention entrepreneuriale au Maghreb : approche comparative auprès des étudiants algériens, tunisiens et marocains

Tuniivisions.net
Jeunes entrepreneurs tunisiens
© Tunivisions.net

Depuis quelques décades déjà, l’économie mondiale vit au rythme de l’économie de marché et de la libre entreprise. De nombreux pays, à l’instar des pays en développement, perçoivent dans la création d’entreprise un vivier de création de richesses et d’emplois, plaçant ce dernier au coeur des débats politiques. Les enjeux économiques et sociaux liés à la création d’entreprise sont d’une importance capitale et nul ne peut contester la contribution de ce phénomène à la croissance économique d’un pays.
À côté de l’ébullition que provoque l’entrepreneuriat du côté des pouvoirs publics, ce dernier peut représenter un intérêt tout particulier pour l’individu qui peut trouver dans une situation de création d’entreprise une source de satisfaction. Ainsi, le phénomène d’entrepreneuriat est au centre d’intérêt de plusieurs acteurs, des individus, des gouvernements et des chercheurs.
Étudier le processus entrepreneurial en amont de la création s’avère être une bonne option pour comprendre et expliquer l’acte en lui-même. Krueger et Carsrud (1993), Kolvreid (1997), Emin et Chaulet (2005), Boissin, Tounes (2003 ; 2006), Kennedy et al. (2003) et Fayolle et Gailly (2009) s’accordent pour dire que la création est souvent précédée par une intention ou une volonté. Pour Bruyat (2003) l’intention d’entreprendre relève d’une volonté. En effet, dans tout acte réfléchi, l’intention précède l’action. Dès lors, un acte intentionnel peut être prédit par l’intention d’avoir un comportement donné. Cette intention représente le meilleur prédicteur de l’acte entrepreneurial (Benredjem, 2009). C’est ainsi que l’intention d’entreprendre sera d’autant plus significative que la création d’entreprise est perçue comme une action désirable et faisable.
L’objet de notre recherche est d’étudier les intentions entrepreneuriales au Maghreb à travers une approche comparative auprès des étudiants de trois pays : l’Algérie, la Tunisie et le Maroc. L’idée centrale est de comprendre les attitudes et les perceptions des étudiants vis-à-vis de la création d’entreprise à travers l’identification des facteurs individuels et contextuels influençant leurs intentions entrepreneuriales. Cela, en se basant sur deux modèles d’intentions issus de la psychologie sociale : la théorie du Comportement Planifié (TCP) d’Ajzen (1991), modèle de la formation de l’évènement entrepreneurial de Shapero et Sokol (1982).

Publié en décembre 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°12

Mourad Mahmoudi

Doctorant en économie gestion à l’Université de Béjaia (Algérie), FSEGC.
mahmoudi.mourad@hotmail.fr

Pour citer ce billet : Mourad Mahmoudi, « Intention entrepreneuriale au Maghreb : approche comparative auprès des étudiants algériens, tunisiens et marocains », Le Carnet de l’IRMC, 30 janvier 2014. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1375

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Un observatoire de la société tunisienne et du Maghreb contemporain

Sylvie_Daviet
Photographie de Sylvie Daviet

Les IFRE : un outil exceptionnel pour la recherche

Passer deux ans à l’IRMC, c’est tout d’abord vivre l’expérience d’un institut français à l’étranger (IFRE). Et les Français ont beau s’auto-flageller de leurs multiples défauts et des dysfonctionnements de leur mère patrie, très peu de pays au monde sont capables d’entretenir des centres de recherche à l’étranger. Il nous faut parfois la remarque bienveillante d’un collègue d’une autre nationalité pour le réaliser. Sachons donc apprécier l’originalité et le potentiel de ce dispositif qui permet aux chercheurs en sciences sociales de s’expatrier, de quelques mois à quelques années, pour résider sur leur terrain d’étude, en bénéficiant de l’essentiel des services d’un laboratoire (bibliothèque, secrétariat, organisation de séminaires…). Autant de réalités matérielles évidentes sans lesquelles un intellectuel ne peut véritablement se livrer à l’exercice de sa pensée ; une pensée qui n’est jamais en apesanteur mais au contraire ancrée dans un milieu, un espace, une société. Être chercheur résident hors de France au sein d’un IFRE permet cette immersion, tout en étant assisté d’une logistique appropriée ; qu’il soit géographe, sociologue, historien ou politologue, le chercheur en sciences sociales prolonge en quelque sorte une tradition anthropologique en bénéficiant de cette immersion.

L’IRMC : un observatoire de la société tunisienne et du Maghreb contemporain

Si les IFRE sont des avant-postes d’observation, l’IRMC est sans conteste un observatoire de la société tunisienne et du Maghreb contemporain. Il faut le dire et, en tant que géographe sensible à la dimension géopolitique des faits et des institutions, je le dis pour deux raisons. Premièrement, parce que l’observation est une des briques fondamentales de la recherche scientifique dans le processus de production de connaissance, et contribue à légitimer la recherche en sciences sociales. Si des esprits prétendument rationnels en doutaient, ils auraient plus volontiers consacré les deniers publics aux seules disciplines ayant des retombées industrielles ou au remboursement de la dette, la révolution tunisienne et le printemps arabe sont fort opportunément venus rappeler qu’il était fondamental de connaître et comprendre les sociétés, que cette connaissance avait de la valeur et méritait un investissement. La portée des événements qui se sont enchaînés, tout particulièrement depuis le début de l’année 2011, a soudain, par effet de contexte, revalorisé le rôle stratégique de l’IRMC, comme celui des IFRE de la Méditerranée, dans un monde arabe en ébullition.

Deuxièmement, j’ai vécu au sein de l’IRMC une observation qui s’enracine dans le territoire, qui s’élabore dans de multiples partenariats pour coproduire la connaissance au sein d’équipes qui rassemblent des chercheurs des deux rives de la Méditerranée. L’effet de lieu implique un effet de réseau qui permet de tisser des liens avec les chercheurs et les institutions régionales. Il faut le dire et je le dis à l’heure où fleurissent des projets plus ou moins soucieux des exigences d’une coopération équilibrée.

2010-2012 : un moment d’histoire qui nous propulse dans un nouveau cycle

J’ai donc connu l’IRMC récemment, au cœur d’un moment d’histoire qui nous propulse dans un nouveau cycle à la logique encore incertaine. Et lorsque je parle d’un moment d’Histoire, le H majuscule n’est pas immérité car nous savons bien que, depuis la Tunisie, s’écrit la nouvelle page d’un monde où s’impose la « tectonique des sociétés », comme l’écrit Bertrand Badie. Arrivée en septembre 2010, j’ai pu connaître les dernières heures du régime de Ben Ali. Au cours de l’année 2011, en dépit de secousses multiples et parallèlement aux bouleversements opérés en Égypte et en Libye, c’est l’enthousiasme de la révolution en marche qui a dominé jusqu’aux élections du 23 octobre 2011. Au cours de l’année 2012, le contexte tunisien et régional s’est progressivement tendu. Ma mission en Tunisie s’est achevée à la veille des événements du 14 septembre 2012, marqués par l’attaque de l’ambassade des États-Unis à Tunis, deux jours après celle de Benghazi en Libye. D’autres événements ont traduit la montée d’une forme de violence à laquelle les Tunisiens n’étaient pas habitués ; mais la société civile est restée mobilisée, bien décidée à faire vivre l’espérance de jours meilleurs. Au cœur de cette actualité prégnante, les débats auxquels j’ai participé ont souvent été accaparés par les transformations au jour le jour de la situation politique. Il s’agissait pour moi d’observer et de comprendre. Dans ce climat passionnel et instable, ma préoccupation de chercheur est restée de conduire mon programme à son terme, tout en captant la façon dont les événements en cours métamorphosaient mon objet d’étude. L’accès à l’information et aux entrepreneurs est demeuré difficile, quelle que soit la conjoncture.

La reconfiguration des espaces et des enjeux méditerranéens

Si le vécu de mes deux années passées à l’IRMC est profondément marqué par la rencontre de cet humanisme tunisien, chaleureux et pétri de francophonie, mes réflexions de géographe pointent la reconfiguration des espaces et des enjeux méditerranéens. Le Maghreb relève bien de trois sphères d’appartenance : l’espace euro-méditerranéen, le monde arabe et l’Afrique. Si les dynamiques euro-méditerranéennes ont longtemps été dominantes, le printemps arabe en a révélé les fragilités. De multiples travaux en pointaient préalablement les signes, au point que l’hypothèse d’une « Méditerranée sans l’Europe » s’était manifestée non sans provocation (n°74 de Confluences Méditerranéennes), soulignant la complexité des rapports de forces dans une zone d’interface ouverte aux quatre vents de la mondialisation. Mon entrée dans cette problématique est partie de ma spécialisation géoéconomique, mais la nécessité d’une pluralité de regards et de disciplines s’impose évidemment pour prendre en compte un ensemble de dimensions culturelles, sociales et politiques… Tout en défendant la place de la géographie dans ce nouveau chantier scientifique, je n’ai donc pas cherché à être un acteur privilégiant le développement de ma discipline, je crois plutôt (et c’est même une conviction) à la nécessité de construire une interdisciplinarité audacieuse pour mieux répondre aux défis qu’exige de nous la complexité du réel.

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

Sylvie DAVIET

est professeur de géographie à Aix- Marseille-Université, UMR Telemme (7303). Elle a été chercheure en délégation CNRS à l’IRMC de 2010 à 2012.

Pour citer ce billet : Eric Gobe, « Des ingénieurs aux avocats ou de la dimension politique du fait professionnel », Le Carnet de l’IRMC, 10 septembre 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1129

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Les femmes cadres en Tunisie, identités et stratégies

Notre travail s’est construit sur une recherche empirique effectuée dans le cadre d’une thèse de sociologie du travail (El Amdouni, 2010). La recherche rend compte des identités des femmes cadres tunisiennes, qui se construisent dans les relations qui s’instaurent entre leur vie professionnelle et familiale. L’enquête de type qualificatif menée auprès de 60 femmes et de 20 hommes, principalement par le biais d’entretiens semi-directifs, illustre d’une part l’insertion de la femme cadre diplômée et active en tant que figure de réussite scolaire et sociale, mais démontre d’autre part que la progression de la carrière de ces femmes se construit de manière inégalitaire par rapport à celle de leurs homologues masculins : « l’histoire de leur accès à l’égalité de pouvoir est loin d’être terminée » (Laufer, 2004).

Pour autant, on constate que contrairement à certaines hypothèses, les femmes tunisiennes aspirent à des professions et à des carrières de haut niveau.Elles manifestent l’ambition d’accéder à des postes de responsabilité malgré leurs obligations familiales. Notre objet d’étude renvoie aux analyses de Geert Hofstede (1994) qui montre que l’on trouve en fait plus de femmes ambitieuses dans les cultures masculines. Par contre, dans les sociétés féminines, « les femmes rencontrent moins de réticences à vaincre pour accéder aux postes de responsabilités et elles sont aussi moins ambitieuses ». Il se trouve précisément que la culture tunisienne est bien une culture masculine mais que, profondément imprégnée depuis Bourguiba d’une culture politique énonçant les droits de la femme au travers du Code du Statut Personnel, cette masculinité ne « verrouille » pas juridiquement et économiquement l’ambition des femmes, même s’il n’en demeure pas moins que dans les rapports sociaux au quotidien, l’affirmation de soi dans le domaine professionnel pour les femmes s’impose comme un combat.

L’analyse a permis d’établir une typologie qui rend compte des identités différentielles des femmes cadres autour de la construction de l’identité dans le projet d’orientation, des stratégies professionnelles et familiales en relation avec une pluralité d’acteurs sociaux. La typologie montre comment ces femmes négocient leur activité. Si les femmes cadres « traditionnelles » se cantonnent à la reproduction des tâches au service d’un ordre familial, les « négociatrices » adoptent le « compromis » entre carrière et discrétion. Celles nommées les « ambitieuses », caractéristiques d’un modèle émergent dans le champ de l’emploi en Tunisie, se revendiquent dans « l’affrontement » et « l’investissement dans la réussite ».

Certaines d’entre elles adoptent le passage à l’entrepreneuriat pour s’émanciper des contraintes du salariat afin de pouvoir exercer librement leurs responsabilités. Cette ultime stratégie à l’entrepreneuriat se module selon qu’elles proviennent du secteur public ou du secteur privé. Les unes ont entrepris parce qu’elles reprochaient à la fonction publique la lenteur dans la carrière professionnelle. Les autres ont retenu du secteur privé, la difficile conciliation entre les responsabilités professionnelles et la vie familiale. Pour l’ensemble, la création d’entreprise est motivée par les stratégies d’une quête d’autonomie pour réaménager son temps de travail et mieux s’épanouir dans la vie privé, tout en visant la reconnaissance professionnelle de soi.

Les modèles que nous avons présentés montrent bien comment les identités des femmes cadres ont été sédimentées à travers la transmission familiale, l’éducation, la formation professionnelle, puis la famille (choix du conjoint ou choix du célibat, attitudes adoptés dans la famille). Il ressort de notre analyse différentes alternatives dont les femmes cadres disposent pour pouvoir affronter deux types de situation et deux maîtres, l’un au travail l’autre au foyer : le cadre concurrent dans la vie de travail, le mari dans la vie familiale. On voit par ailleurs que face à ces réponses multiples, les femmes cadres s’attachent à démontrer de la même manière les inégalités dans l’investissement des charges domestiques. Le quotidien est parsemé de difficultés et de « jonglages » parfois insurmontables entre responsabilités familiales et professionnelles.

Notre travail met au final en évidence que face au contrôle social imposé par la codification des sexes et la nécessité d’être la « meilleure », la majorité des femmes cadres interrogées cherchent moins à s’imposer dans « l’affrontement » ou dans la « rupture » qu’en s’employant à « ajuster » ou à « détourner » les obstacles pour produire leur propre culture et s’affranchir librement de leur propre destin.

Toutefois, le soulèvement populaire que vient de connaître la Tunisie qui a balayé l’ancien régime dictatorial, nous amène à nous réinterroger sur le sort des acquis de la femme tunisienne, même s’il est encore trop tôt pour être en mesure de répondre à cette question. Nous avons pu constater que les femmes et les jeunes filles ont joué un rôle important lors des manifestations, elles se sont inscrites à l’avant-garde de cette révolution aussi bien sur le Web que dans les rues, et ce, dans toute les régions de la Tunisie. À cet égard, il est clair que la gent féminine veille à ne pas fragiliser ses acquis et à les inscrire dans la nouvelle Tunisie, dans une progression moderniste.

Publié en mai 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°9

 

Sonia EL AMDOUNI

est docteur en sociologie, enseignante-chercheure, ATER à l’Université d’Évry, équipe Enseigner, Transmettre, Encadrer (ETE) et chercheure associée à l’IRMC.

crédit d’illustration : © Tunisiefemme.com

 

Pour citer ce billet : Sonia El Amdouni, « Les femmes cadres en Tunisie, identités et stratégies », Le Carnet de l’IRMC, 2 octobre 2012. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/544

 

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Vers un entrepreneuriat transméditerranéen ? Les stratégies d’internationalisation des entreprises maghrébines et de réinvestissement des Maghrébins d’Europe : premiers résultats du programme AUF-IRMC

Entreprises étrangères et à participation étrangère en Tunisie - FIPA-Tunisie 2010

Compte-rendu de la réunion du programme de recherche , IRMC – 30-31 mars 2012 , Coordonné par Sylvie Daviet

Les troisièmes rencontres du programme de recherche IRMC-AUF sur les stratégies d’internationalisation des entreprises maghrébines et de réinvestissement des Maghrébins d’Europe se sont déroulées à Sidi Bou Saïd les 30 et 31 mars 2012. Les résultats tout en contrastes témoignent de profondes recompositions du paysage entrepreneurial, dans une dynamique de mondialisation qui ouvre de nouveaux horizons. L’hypothèse d’un entrepreneuriat transméditerranéen interroge les paradigmes et les grilles de lecture de la transnationalité pour mieux décrypter les atouts et les limites du système entrepreneurial de l’entre-deux rives : firmes-réseau, capitalisme transnational, systèmes productifs et réseaux transnationaux, diasporas économiques …, font de la Méditerranée une interface active, tenant du hub plus que de l’espace intégré.

En s’appuyant sur une équipe associant économistes, géographes, sociologues et politologues, nous avons questionné ces processus d’internationalisation, au travers d’un ensemble de paramètres : en mesurant le mouvement des flux émis et reçus, mais aussi en observant l’encastrement de ces mouvements dans les sociétés locales. Il s’est agi de pointer les formes d’hybridation, de scruter les ressources déployées par les entrepreneurs, les métamorphoses opérées dans les situations de travail des cadres et des salariés, au coeur d’une mondialisation qui affecte les acteurs, les institutions et les territoires. De Karl Polyani (1944) à Mark Ganovetter (1985) ou Anna Lee Saxenian (2004), notre cadre théorique souligne que tous les phénomènes économiques, quelle que soit l’époque ou le lieu, ne sont pas autonomes mais ancrés dans des structures sociales, des réseaux, des territoires où l’échange et l’interaction jouent un rôle majeur ; en d’autres termes, nos entrepreneurs, tels de nouveaux argonautes, sont porteurs de sens.

L’impact contrasté des IDE et des partenariats Nord/Sud

Ces deux dernières décennies ont permis aux pays du SE Méditerranéen d’attirer un flux notable d’Investissements Directs Étrangers (Yamina Mathlouti, AFD Tunis) venus d’Europe, des pays du Golfe, de l’Amérique du Nord et de puissances émergentes (groupe des BRIC). Les flux internes à la région sont marqués par le nouveau rôle de la Turquie (Stéphane de Tapia, CNRS). Les pays du Maghreb ont bénéficié de cette internationalisation que l’impact des révolutions arabes infléchit à son tour (baisse des IDE en Tunisie au profit du Maroc). Le mode de développement « offshore », qui a prévalu jusqu’à l’immolation de Mohamed Bouazizi, le 17 décembre 2010 à Sidi Bouzid, est désormais pointé du doigt. La vision d’un nouveau mode de développement appelle un ensemble d’approches plus éclairantes que les seuls indicateurs macroéconomiques qui faisaient de la Tunisie de Ben Ali le « bon élève » des organisations internationales.

Les études de cas dont nous disposons livrent une image contrastée de l’internationalisation des entreprises maghrébines, par le biais des IDE et des partenariats venus du Nord. Le partenariat Danone/Djurdjura en Algérie (DDA), qui associa en 2001 la multinationale française et la PME des frères Batouche en Kabylie, a su éviter le « choc culturel » entre cadres locaux et expatriés. L’arrivée de Danone semble avoir été bénéfique aux cadres algériens en termes d’évolution socioprofessionnelle, de formation, de savoir-faire organisationnel et d’introduction de nouveaux concepts qui impliquent une forte capacité d’adaptation (Mohamed Madoui, LISE-CNAM ; Moussa Boukrif, Univ. Béjaia). Cette expérience plutôt réussie contraste avec le tableau sombre du système mode dans la région de Tanger (Pascale Froment, MCF) où la dépendance des entreprises locales s’exprime par les formes de joint-ventures contractées, le volume de production destiné à l’exportation, la sous-traitance et le faible nombre de clients, un seul souvent pour la majorité des entreprises, largement captives des donneurs d’ordre espagnols (Inditex, Zara, Mango…). Les stratégies pour s’émanciper de cette dépendance sont bien fragiles. La situation doit donc être différenciée, selon les secteurs notamment.

Le prisme des secteurs et des espaces

Le système mode est un pilier historique des stratégies d’industrialisation, employant une main-d’oeuvre féminine, jeune et peu qualifiée. En tant que secteur à faible intensité capitalistique, il est représentatif d’une forte mobilité entrepreneuriale, faite de délocalisations et de relocalisations multiples, comme de rapports sociaux d’une grande brutalité. D’autres secteurs sont davantage générateurs de dynamiques positives, associées à la construction de nouveaux territoires productifs. Les logiques technopolitaines (Alexandre Grondeau, MCF)amorcées au Maroc comme en Tunisie

depuis les années 1990 produisent leurs effets. La mise en place de clusters dédiés aux hautes technologies : El-Ghazala en Tunisie, Technopark au Maroc, Sidi Abdellah en Algérie traduit des efforts notables en matière d’aménagement.

Parallèlement, la formation supérieure émerge en tant que secteur marchand (Sylvie Mazzella, LAMES), avec une importante vague de nouveaux établissements d’enseignement supérieurs. Cet autre volet de l’économie du savoir s’incarne dans le développement d’universités privées qui vise à compléter un secteur public en surcharge et partiellement inadapté. Les nouveaux entrepreneurs du savoir symbolisent à cet égard l’originalité des formes contemporaines de partenariats hybrides entre secteur public et privé.

Les enjeux environnementaux sont aussi à l’origine d’un nouveau front d’activités autour des énergies renouvelables. Dans le cas de la Tunisie, on observe la naissance d’un nouvel entrepreneuriat dans le secteur de l’énergie solaire thermique et photovoltaïque (Nadia Benalouache, IRMC) qui puise son origine dans les plans solaires nationaux, pour partie soutenus par les bailleurs de fonds internationaux. Cet axe de recherche diversifie par conséquent les éclairages et fournit de précieux indicateurs des transformations des sociétés maghrébines, permettant d’appréhender, en arrière-plan, la variabilité des dynamiques d’industrialisation et de tertiarisation, l’élévation des qualifications et la montée des classes moyennes, dans un ensemble d’entreprises souvent petites et moyennes.

PME et groupes maghrébins, l’émergence de « champions nationaux » à l’international

Affiche publicitaire de la banque Attijari

L’internationalisation des PME suscite beaucoup l’intérêt des acteurs publics, mais très peu de PME s’internationalisent car les obstacles sont multiples (Marouf Ramadan, Euromed ; Nadine Levratto, Paris X). En revanche, les groupes maghrébins s’internationalisent à grand pas. Certains, tel le tunisien Elloumi (Hamadi Tizaoui, Université de Tunis), se développent sur les deux rives de la Méditerranée en s’intégrant au système productif transméditerranéen des équipementiers de l’automobile, commandé par quelques constructeurs européens (Opel, Mercedes, Volkswagen, PSA, Renault, Fiat).

D’autres se développent en direction du monde arabe et de l’Afrique subsaharienne, comme Poulina (industrie), Comete et Studi (ingénierie), Tunisie Telecom et Maroc Telecom, la STEG et l’ONE (électricité)…

Des trois pays du Maghreb central, le Maroc est sans conteste le plus à même de faire émerger des groupes d’échelle régionale comme Royal Air Maroc, ou Attijari wafa Bank (Sylvie Daviet, IRMC). « L’Afrique est notre horizon » lit-on désormais dans la presse ou les publicités, et le Maroc s’affirme en leader dans cette stratégie de hub pour l’Afrique qui requalifie le rôle du Maghreb entre Nord et Sud.

Fonctionnements transméditerranéens et diasporas

Côté Nord, un tissu social de l’entre-deux rives se déploie et se régénère. Les binationaux sont le maillon fort, acteurs d’une diaspora économique active, notamment chez les diplômés des grandes écoles (Sonia El Amdouni, Université d’Évry), mais pas seulement. Une densité incroyable de réseaux associatifs, entrepreneuriaux, tuniso-allemands, franco-algériens, maroco-espagnols, italo-tunisiens, construisent chaque jour un espace transméditerranéen par le bas, riche de rencontres productives. Ces acteurs de l’entre-deux (Frederik Mispelblom, professeur, Université d’Évry) ont des capacités d’apprentissage et de médiation dans la transition que connait le Maghreb (Isabel Schäfer, Université de Humbolt, Berlin), d’insertion dans les territoires (André Donzel, LAMES) au Nord, comme au Sud de la Méditerranée. Ils ne jouent pas sur le registre de l’élite mondialisée « offshore ».

Nombre d’acteurs économiques, engagés dans des réseaux sociaux et entrepreneuriaux transnationaux, contredisent la thèse d’une identité déterritorialisée, remettant en cause le rôle des États. Nous y voyons plutôt le signe d’une nouvelle élite, ouverte sur le monde, alliant promotion économique et responsabilité sociale, agissant en tant que société civile, dans le cadre d’États bousculés par la mondialisation.

Acteurs et modalités du réinvestissement dans le pays d’origine

Ce dernier axe de recherche, tourné vers le réinvestissement des Maghrébins d’Europe, entend souligner l’importance des remises effectuées dans les pays d’origine. Les modalités du réinvestissement entrepreneurial sont ici illustrées par quatre études de cas dont les postes d’observation se situent sur les deux rives.

L’émergence des entrepreneurs émigrés d’Agadir (Mohamed Ben Attou, Université d’Agadir) s’inscrit dans un contexte marocain où le rôle des résidents à l’étranger est le plus emblématique des pays du Maghreb. Le phénomène est également étudié dans le Sahel Tunisien (Hassan Boubakri, MCF ; Mourad Khedija, Université de Sousse). En Île-de-France, les femmes d’origine maghrébine, créatrices d’entreprises, s’insèrent dans les réseaux financiers du microcrédit (Houda Laroussi, INTES Tunis). Les réseaux associatifs d’entrepreneurs maghrébins de la région parisienne (Rached Ben Khalifa, CNAMIRMC) sont aussi observés à l’aune des changements politiques, économiques et culturels qui marquent la relation France- Maghreb, tout comme les descendants d’immigrés d’origine algérienne (Emmanuelle Santelli, CNRS-MODYS, Lyon 2), opérateurs dans une Algérie désormais ouverte à l’économie mondialisée. Mais cet investissement n’est pas qu’un fait économique. Les entrepreneurs, qui revendiquent une fonction de « pont naturel » entre les deux pays, ont disposé de ressources, su mobiliser des réseaux, formulé des stratégies qui témoignent de leurs capacités à articuler une « pluralité de scènes sociales » (Zalio, 2007).

Le Maghreb recompose ses espaces de référence

Au lendemain d’un printemps arabe qui a pris de court tous les prévisionnistes, les projecteurs sont braqués sur les logiques internes à la région dont l’équation (religion, économie, démocratie) fait office d’énigme. Les rivages virtuels de l’Europe semblent s’être éloignés. L’UMA (Union du Maghreb Arabe) est relancée, les fonds Qatari sont sollicités, la Turquie est perçue comme un modèle. Mais les relations transméditerranéennes entre économies et sociétés civiles demeurent actives. En outre, le Maghreb déploie un capitalisme pionnier en direction de l’Afrique subsaharienne.

Nombre d’acteurs portent la vision d’un Maghreb jouant le rôle d’un territoire-relais entre l’Europe et l’Afrique subsaharienne.Ce nouveau paradigme économique est curieusement éclipsé par la nouvelle donne politico-religieuse qui focalise toutes les attentions.

Mais au-delà de ce contexte, certaines lignes de force demeurent. De la famille Batouche (Algérie), aux Daher et Saadé (Liban), des fils Yildirim (Turquie), aux frères Elloumi (Tunisie)… la structure familiale de l’entrepreneuriat méditerranéen revêt une dimension anthropologique forte qui pénètre la mécanique faussement standardisée du capitalisme moderne. Cette dimension anthropologique interpelle dans la mesure où la densité des échanges transméditerranéens se mesure moins dans la quantité des flux macroéconomiques que dans l’épaisseur d’une histoire ayant tissé des liens aux ramifications multiples. C’est en effet le facteur humain, qui par le jeu des migrations et des mobilités, fournit l’ossature d’une organisation diasporique connectant les deux rives. Échanges et circulation des savoirs s’incarnent, certes, dans le patrimoine partagé de la langue, les chemins parcourus dans les mêmes filières de formation, les pratiques du travail en entreprise, l’expérience de la coopération scientifique, technique ou culturelle. Ils se transmettent aussi grâce aux destins croisés des familles transnationales (Razy, Baby-Collin, 2011) qui réinvestissent à des degrés divers dans les pays d’origine.

Entrepreneuriat transméditerranéen et écosystème relationnel

Il existe donc un tissu social de l’entre deux rives, traversé et fragilisé par l’onde de choc des transformations en cours. Mais il n’en constitue pas moins la matrice, l’écosystème d’un entrepreneuriat transméditerranéen aux composantes variées, depuis l’élite passée par les grandes écoles aux catégories plus modestes, en quête de reconnaissance et de légitimité. Les binationaux sont la trame de ce tissu social et relationnel. Face aux enjeux de nationalité et de libre circulation au sud de la Méditerranée, le double statut est actuellement la clé de la mobilité professionnelle. Inutile pour un commercial, un cadre, un chef d’entreprise d’avoir un plan de déplacement ordinaire, à l’image de son alter ego européen, sans le sésame conféré par un double passeport en bonne et due forme. Le maillage des réseaux transnationaux les plus professionnalisés est pétri de ce métissage forgé dans l’intimité des trajectoires individuelles ; à cette échelle, culture, économie et société ne forment qu’une seule et même réalité.

 Publié en mai 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°9

Sylvie DAVIET

est professeur de géographie à l’Université de Provence et membre du laboratoire TELEMME (UMR 6570). Elle est actuellement chercheure à l’IRMC en délégation CNRS.

crédit d’illustration : © Mongi Belarem ; Attijari Bank.

 

Pour citer ce billet : Sylvie Daviet, « Vers un entrepreneuriat transméditerranéen? Les stratégies d’internationalisation des entreprises maghrébines et de réinvestissement des Maghrébins d’Europe : premiers résultats du programme AUF-IRMC », Le Carnet de l’IRMC, 20 juillet 2012. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/486

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

La problématique de croissance dans la petite et moyenne entreprise privée en Algérie

Depuis la fin des années 80, l’application de réformes économiques a eu lieu en Algérie, ce qui traduit de nouvelles orientations de l’économie algérienne et une intégration dans l’économie de marché. Dans ce contexte de réformes et de mutations, les entreprises privées et notamment les PME, connaissent une nette expansion. Cette évolution est le résultat des mesures d’incitation et d’encadrement décidées par les pouvoirs publics, en faveur de la promotion et du développement des PME privées. Les statistiques montrent que près de 75 % des PME recensées ont été créées après 1993, et plus de 35 % après 2000, c’est-à-dire après l’adoption des nouveaux codes de promotion et de développement des PME[1].

En raison du rôle fondamental que jouent les PME dans le processus de développement économique et social dans plusieurs pays développés, l’Algérie a placé cette catégorie d’entreprises, principalement celle du secteur privé, au centre de ses préoccupations et de ses politiques industrielles, la considérant comme alternative au secteur public longtemps conçu comme moteur de création de richesses en dehors des hydrocarbures. En vertu de cette attention particulière, les petites et moyennes entreprises privées sont devenues prédominantes au sein de l’économie algérienne dans la plupart des secteurs d’activité. En effet, les derniers chiffres officiels indiquent que les PME privées représentent plus de 70 % des petites et moyennes entreprises locales.

Bien que le secteur des PME privées se soit fortement développé au cours des dernières années, ces entreprises présentent toujours des structures économiques, financières et organisationnelles jeunes et fragiles, et restent peu préparées à l’ouverture économique et à la concurrence des entreprises étrangères très compétitives, et ce, malgré les différents dispositifs mis en place par l’État en faveur des PME. En outre, ce secteur enregistre un rythme de croissance très lent (1,4 %), ce qui signifie que les entreprises privées algériennes ne parviennent pas à se transformer en moyenne ou en grande entreprise avec la taille et l’envergure nécessaires pour participer avec succès au développement économique et social de la société algérienne. Les données montrent aussi que ces entreprises, et particulièrement les plus petites d’entre elles, enregistrent des taux de rentabilité relativement élevés. Seulement, l’accumulation des profits de ces entreprises ne génère pas un processus de croissance et de développement.

Partant de ce constat de déficience, il nous semblait intéressant de poser un questionnement fondamental ; pourquoi les petites et moyennes entreprises privées algériennes ne connaissent-elles pas une trajectoire de dynamisme et de croissance et ne parviennent-elles pas à prendre de l’expansion dans leurs activités économiques ?

À partir de cette étude, nous allons appréhender ce phénomène dans une perspective sociologique en considérant l’acteur ou l’entrepreneur algérien comme unité de base de notre analyse. Nous essayerons de comprendre pourquoi les entrepreneurs ou dirigeants propriétaires des PME algériennes auto limitent la croissance de leur entreprise ou plus précisément ne cherchent-ils pas à la développer. Est-ce dû à une absence d’intention de développer l’entreprise chez ces acteurs ainsi qu’à la nature des motivations qui les ont poussés à créer leur entreprise, telle que la sortie d’une situation de chômage ou la recherche d’une qualité de vie meilleure ? Cette réticence au développement n’est-elle pas liée au sens que donnent les entrepreneurs algériens à leur entreprise en tant que propriété individuelle ou familiale qui est très loin du sens de la propriété économique ?

Tout ceci, en sachant que le processus de croissance et de développement d’entreprise comporte des risques pouvant entraîner jusqu’à la perte – totale ou partielle – de l’entreprise (par le recours à des moyens tels que l’ouverture du capital, le partenariat, le prêt bancaire…) et que l’entreprise est considérée par les dirigeants propriétaires comme moyen de promotion et d’obtention d’un statut social exceptionnel. Est-ce que le rôle social de l’entrepreneur assigné par son entourage et associé à cette position sociale spécifique, l’oblige à adopter des comportements qui sont loin de la rationalité économique ?

Ce rôle consiste surtout à répondre aux attentes de son entourage, principalement familial, pour protéger, d’une part, cette propriété qui ne reflète pas seulement le statut et la situation sociale du dirigeant propriétaire, mais aussi de celle de toute sa famille, et d’autre part, à assurer le rôle de soutien familial qui est une forme de devoir et d’obligation issue des valeurs sociales de la société algérienne. Nous pouvons également avancer que parmi les facteurs de cette réticence à la croissance de l’entreprise privée algérienne, il existe celui d’une culture de la méfiance qui s’est installée entre l’État et l’acteur économique privé, depuis la période de l’économie administrée.

Cette série de questionnements nous a menés à formuler des hypothèses pour expliquer ce phénomène de ralentissement de la croissance des PME privées algériennes : si le motif de la création d’entreprise est celui d’une volonté de sortie du chômage ou d’amélioration du niveau de vie, l’intention de développer l’entreprise est alors absente dans la vision future des entrepreneurs. Nous avançons, par ailleurs, l’idée selon laquelle l’entrepreneur s’abstient de s’engager dans un processus de développement et de croissance par peur du risque économique qui affecterait son statut social et celui de toute sa famille. Enfin, nous estimons que la relation spécifique qui s’est instaurée entre l’entrepreneur privé et l’État, qualifiée de prudence et de méfiance, fait que celui-ci repousse l’idée de développer son entreprise car elle ne serait que l’expression manifeste de sa richesse économique.

Publié en janvier 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°8

 

Zakia SETTI

est maître assistante en sociologie à l’université d’Alger 2 et chercheure associée au Cread. Sa thèse s’intitule «Problématique de la croissance des petites et moyennes entreprises algériennes ». Elle a rejoint l’IRMC en tant que Boursière de Moyenne Durée (BMD) dans le cadre de la convention de partenariat passée entre l’IRMC et le SCAC/Ambassade de France en Algérie.

 

crédit d’illustration : © zoom algérie.com


[1] Loi sur la promotion des investissements (12 – 93) 05 Octobre 1993 et la loi (01 – 03) du 20 août 2001 sur le développement des investissements.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook