Archives par mot-clé : élections

Incertitudes sur les élections israéliennes du 17 mars : quelques enjeux clés du scrutin

Les élections en Israël se rapprochent et les discours et actions politiques chocs des candidats s’emballent et révèlent la violence de la bataille qui oppose ceux qui auront en leurs mains le destin d’un pays tourmenté de l’intérieur et par l’extérieur.

L’impératif idéologique sioniste au premier plan

Après le discours de Benjamin Netanyahou, actuel premier Ministre, à Washington devant le Congrès, le candidat Netanyahou est revenu en Israël auréolé de sa fermeté intangible.

Beaucoup de langues se délient, des historiens aux politiques, qui s’interrogent avec l’émergence d’une liste de gauche sioniste, sur ce qu’est devenu le sionisme aujourd’hui : pour beaucoup, le sionisme devait permettre l’établissement d’un foyer juif en Palestine. Il existe depuis 1948. Quid alors du sionisme ? Pour des intellectuels plutôt de gauche comme l’historien Benny Morris qui ont changé de bord avec la radicalisation de la société israélienne dans les années 2000, le sionisme c’est aussi se donner tous les moyens de préserver cet État. Quid du socialisme alors ? Il n’y a plus de politique socialiste, providentielle, nourrie des beaux idéaux du sionisme originel. Tous les Kibboutz sont privatisés aujourd’hui : quel meilleur symbole ? Le sionisme semblerait donc bien dès le début un mouvement fondamentalement nationaliste, qui dans la pratique et la conquête des terres depuis 1948 puis 1967 a gommé tous les autres aspects plus humanistes. La société israélienne est devenue comme toutes les sociétés modernes contemporaines noyées dans la mondialisation, une société ultralibérale et individualiste. Pas plus, pas moins. Tom Segev, nouvel historien, connu pour ses travaux sur la guerre des Six jours, écrivait récemment : « A l’époque, j’ai pensé, et je l’ai écrit, qu’Israël allait évoluer vers une société post-sioniste. Je me suis trompé. On a évolué vers une société encore plus sioniste ». Pour ressusciter, la gauche israélienne n’avait plus qu’à se présenter sous un angle qui parle aux Israéliens : celui du sionisme. Il n’y a et ce, pour longtemps, aucun moyen d’appréhender le sionisme d’une autre manière et de faire d’Israël l’État de tous ses citoyens.

Le classement des menaces extérieures : l’impératif sécuritaire

La priorité des gouvernements depuis des décennies a été légitimement donnée à la sécurité des Israéliens, se sentant souvent assaillis, ou en danger vital. Les ennemis de l’État hébreu sont historiques mais il y en a de nouveaux comme Daech. Mais parmi tous ceux-là le Premier ministre israélien a réinscrit l’Iran en menace numéro un comme à chaque scrutin crucial pour le pays : celui des USA en 2012 comme celui des élections anticipées israéliennes du 17 mars. Au-delà d’ISIS, au-delà du Hamas, au-delà du Hezbollah, Netanyahou concentre tous ses efforts et son énergie contre l’axe chiite, dont les tentacules poussent jusqu’à la frontière libanaise, sur le plateau du Golan, et à Gaza. L’ingérence israélienne pourrait gagner de plus en plus de terrain sur ces fronts. Et le cœur de l’hydre, c’est pour lui le régime de Téhéran, son financement des milices chiites et son programme nucléaire dont il ne doute pas un seul instant qu’une fois prêt, il l’utilisera contre Tel Aviv.

Droite contre centre-gauche israélienne, la puissance des extrêmes[i]

Du point de vue des sondages, le Likud, avec 23 sièges projetés à la Knesset, et la Liste du camp sioniste de Tsipi Livni et Isaac Herzog, sont au coude à coude. Les partis plus anciens comme Israel Beitenou d’Avigdor Lieberman ne comptent plus énormément dans la balance (5 sièges projetés) à l’heure actuelle. Mais dans ce paysage politique extrêmement mouvant d’une élection à l’autre, les alliances se font et se défont comme l’adhésion de personnages politiques clés en Israël à de nouvelles formations politiques. Ainsi Tsipi Livni a tout essayé : la droite comme le centre-gauche. Ayant repris Kadima, le parti fondé par Sharon le grand ennemi de Netanyahou, elle fut ministre de la justice de Netanyahou un temps, était récemment chargée du processus de paix pour Netanyahou et se présente aujourd’hui comme principale force d’opposition avec Herzog pour le 17 mars. Quant à l’actuel ministre des Affaires étrangères, Avigdor Liebermann, en tenant des propos qui ont créé une fois encore le scandale en Israël et au-delà, incitant à décapiter les Arabes déloyaux, sait très bien ce qu’il fait : s’il veut garder une place stratégique dans la prochaine coalition de droite, il doit faire allégeance aux partis qui contrebalancent le Likoud, depuis qu’il est en froid avec « Bibi ». Les deux autres partis qui peuvent faire ou défaire la prochaine majorité si les sondages se confirmaient sont Yech Atid de Yair Lapid, en froid également avec Bibi mais bien éloigné de Lieberman et… bien entendu Habayit hayehudi (Maison juive) de Naftali Bennett qui obtiendrait près de 12 sièges. Même si le Meretz a fait allégeance au centre gauche de Herzog « sans conditions », il ne pèse plus grand-chose : à peine 5 sièges projetés.

de gauche à droite : Yair Lapid, Itzhaak Herzog et Tzipi Livni. © Ynet.
de gauche à droite : Yair Lapid, Itzhaak Herzog et Tzipi Livni. © Ynet.

Le vote arabe israélien au cœur du scrutin

Qui peut faire basculer le résultat des élections au-delà du foisonnement de petits partis ? La liste arabe unifiée avec le parti communiste Hadash bien entendu avec actuellement une projection de 13 sièges. Même si l’opinion israélienne comme l’électorat sont extrêmement volatiles, et qu’on ne peut jamais s’assurer du résultat des élections avant qu’elles ne se soient bien sur déroulées, on comprend bien que malgré la radicalisation du paysage politique israélien depuis quinze ans, le poids de Netanyahou, le poids des nationalistes et des sionistes religieux fans de la colonisation et contre l’établissement d’un État palestinien, on semble constater tout de même la réapparition d’un centre gauche et d’une gauche en Israël. Si bien sûr, nous ne sommes pas comme Isaac Herzog, fils de l’ancien président israélien Chaïm Herzog, certain qu’il va gagner dans son duo de choc avec Tsipi Livni, nous savons que le vote arabe va peser plus que jamais. Depuis l’échec des négociations de camp david II en 1999, l’électorat arabe israélien trahi, s’était détourné de la gauche israélienne, pour qui il votait traditionnellement. On voit mal la liste arabe unifiée reporter ses voix sur la droite et l’extrême droite israélienne. La gauche a un va tout à jouer, vital pour son retour aux affaires politiques et dans sa réconciliation avec les Arabes de l’intérieur, qui représentent 1/5 de sa population. Netanyahou en a peur, la gauche israélienne doit redevenir leur principal allié.

La non-question économique et sociale

Le gouvernement Netanyahou n’est pas parvenu à résoudre la grave crise économique et sociale que traverse le pays. Les quelques mesures prises en 2011, après les plus grosses manifestations de l’histoire contre la crise, n’ont mené à rien malheureusement. Le Premier ministre sortant se représente sans véritable programme économique et social, pas plus que ses opposants du centre-gauche. Dans le contexte régional instable depuis justement 2011, la sécurité prime avant tout. Comme le budget du gouvernement n’est pas extensible à l’infini, le budget de la défense de 20% n’a jamais pourtant été remis en question. C’est un sujet tabou. C’est pour cela qu’il est difficile de trouver des solutions économiques et sociales et espérer comme beaucoup l’attendent le retour de l’État providence. Ces élections n’y changeront rien.

La question palestinienne out

S’il est difficile de départager les deux camps rivaux, on est à peu près sûr que ni l’un ni l’autre n’agiteront en priorité la promesse d’une reprise des négociations de paix. La liste travailliste est avant tout sioniste, et il est bon de rappeler que la gauche israélienne porte en elle les raisons de sa propre disparition dans les années 2000 : rendue responsable d’avoir fait confiance aux Palestiniens, mais dans le même temps responsable de l’expulsion originelle des Palestiniens en 1948, de la guerre des Six jours en 1967 et du début de la colonisation, et de son accélération jusqu’au mandat d’Ehud Barak, dernier Premier ministre travailliste ayant rejoint la coalition nationaliste de Netanyahou dès sa première réélection en 2003. Pourtant les tensions montent à l’approche des élections entre Israéliens et Palestiniens : inscription de la Palestine à la CPI, suspension du reversement des taxes israéliennes au Gouvernement palestinien, promesse de rupture de la coopération sécuritaire entre Israël et l’Autorité palestinienne, arrestations de cadres dirigeants du Hamas en Cisjordanie, etc.

Le scrutin se sera joué depuis des semaines sur plusieurs faits bien plus importants que la carte palestinienne qui reste contenue par magie : l’expérience de Netanyahou en matière de non négociations, la carte nouvelle du nouveau centre gauche d’Herzog en écartant l’ancien nouveau centre gauche de Yair Lapid de 2013, l’émergence de nouveaux partis « kleenex » qui durent rarement au-delà d’un mandat électif, les tentatives comme souvent d’émergence d’acteurs civils plus que politiques et militaires dans la nouvelle classe dirigeante politique israélienne, une tentative de replacer la crise économique et sociale grave que subissent les Israéliens au cœur de l’enjeu du scrutin en vain, la défense encore et toujours et la sécurité. En quelques mots : la capacité de la droite israélienne, malgré l’expérience, à rassurer les Israéliens face au monde entier qui semble contre eux. Au-delà de la communauté internationale critique, des voisins gênants, la brouille avec les USA, risque de fragiliser un peu plus encore l’image de l’État hébreu, et sa capacité éternelle à pouvoir agir en réaction contre tous. Netanyahou en est revenu plus fort, car il a joué le camp républicain. Et les prochaines élections américaines arrivent à grand pas et tourneront le chapitre Barack Obama.

Sébastien BOUSSOIS

est docteur en sciences politiques, policy advocacy à l’agence ForMENA.org, collaborateur scientifique de l’Institut d’Etudes Européennes/ REPI (Université Libre de Bruxelles).

Pour citer ce billet : Sébastien Boussois, « Incertitudes sur les élections israéliennes du 17 mars : quelques enjeux clés du scrutin », Le Carnet de l’IRMC, 12 mars 2015. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1766.

Crédit photographique : Les bulletins de vote à la Knesset lors des élections du 22 janvier 2013, Yonatan Sindel / Flash90.

————————

[i] http://www.haaretz.com/st/c/prod/eng/2015/elections/center/

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Les élections législatives et présidentielles en Tunisie : Enjeux et Perspectives

Compte rendu de la conférence du 22 octobre 2014.

Dans le cadre du cycle de conférences intitulé « Penser la transition en Tunisie », l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain (IRMC), en partenariat avec l’Institut français de Tunis et l’Université Paris-Dauphine campus Tunis, a organisé une conférence-débat dont le sujet était : « Les élections législatives et présidentielles en Tunisie. Enjeux et Perspectives ».

Presque quatre ans après le déclenchement de la contestation populaire, la Tunisie entre dans un cycle électoral inédit. Pour la première fois de leur histoire, les Tunisiens participent à des élections législatives et présidentielles libres et pluralistes. Au regard de cette actualité brûlante, cette conférence visait à définir les enjeux historiques, politiques et sociaux de ces élections. Pour ce faire, Jérôme Heurtaux, chercheur à l’IRMC et maître de conférences à l’Université Paris-Dauphine, Aymen Bel Hadj, doctorant boursier à l’IRMC, et Riadh Ferjani, sociologue des médias et membre du conseil de la Haute autorité indépendante de la communication audiovisuelle (HAICA), étaient réunis pour débattre sur cette nouvelle séquence politique qui s’ouvre en Tunisie.

* * *

Devant un amphithéâtre comble de l’Université Paris-Dauphine campus Tunis, Jérôme Heurtaux est d’abord intervenu sur le rôle fondamental des élections dans le cadre du processus de démocratisation tunisien. À l’heure où les élections législatives (que certains qualifient d’ores-et-déjà de « premier tour des élections présidentielles ») sont sur le point de s’engager, l’étude de ce contexte unique dans l’histoire de la Tunisie permet de rappeler l’importance et le rôle complexe de tels scrutins dans un processus de transition démocratique.

S’il n’appartient sans doute pas aux universitaires de décider de ce que sont les véritables enjeux de ces élections, le monde académique peut néanmoins apporter des grilles d’analyse salutaires à un moment où l’espace médiatique tunisien est saturé par les nombreuses prises de position des différents candidats et leaders des formations partisanes, ainsi que par les commentaires d’observateurs souvent parti-pris.

« À quoi servent des élections dans un tel processus de démocratisation ? », s’est donc interrogé Jérôme Heurtaux. L’observation de cas analogues à celui de la Tunisie d’aujourd’hui, comme ceux des pays de l’Europe de l’Est au lendemain de la chute du régime soviétique, souligne l’importance décisive des élections dans un contexte de transition politique. Ce rôle des élections est en fait double. D’une part, les élections permettent l’instauration de l’ordre démocratique dans la vie politique nationale, et pour cette raison incarnent espoir et promesses d’enchantement. D’autre part, de tels scrutins constituent un outil d’encadrement de la vie politique, dans la mesure où ils limitent également le pluralisme et peuvent donc paradoxalement susciter une certaine forme de désenchantement.

Comme l’indique notamment l’exemple de la France du XIXe siècle, les élections peuvent être un exercice fondateur de démocratie et permettre la limitation du recours à la violence comme mode d’expression politique, la violence devenant l’apanage de l’État.

Clément
Source: Gravure de Bosredon, Le vote ou le fusil, 1848, BNF, Paris.

Au-delà du scrutin en lui-même, il semble que le simple fait de prévoir des élections puisse aussi avoir des effets de stabilisation de la vie politique. S’entendre sur les règles du jeu, sur un calendrier ou une loi électorale nécessite un investissement de tous les acteurs et permet donc de gérer le temps de la transition. Une élection représente également un enjeu de taille vis-à-vis du monde extérieur. En effet, c’est à l’aune du succès ou des dysfonctionnements des élections actuelles que sera jugé l’État tunisien par ses différents partenaires internationaux. Dans le cas tunisien, l’organisation de ce scrutin repose sur une organisation indépendante, l’Instance Supérieure Indépendante pour les Elections (ISIE), dont les missions principales consistent en la vérification du dépôt des candidatures, ainsi que l’organisation matérielle du vote dans les différentes circonscriptions. Selon Jérôme Heurtaux, l’ISIE a donc un travail considérable et l’effectue avec un degré de transparence assez significatif, dont témoignent par exemple la publication des listes d’électeurs sur internet et la possibilité de s’inscrire sur les listes à travers une application disponible sur smartphone.

Pour autant, plusieurs questions à propos des élections se font jour, notamment en ce qui concerne le décompte de l’abstention. Tout porte à croire en effet que le taux de participation des élections législatives se mesurera sur la base d’une version mise à jour de la liste des électeurs de 2011. Le taux de participation ne sera donc pas mesuré en fonction d’un véritable recensement démographique prenant en compte les citoyens en âge de voter, ce qui pourrait donc participer à une réussite trompeuse de ces élections sur le plan de la participation.

L’une des autres fonctions essentielles d’une élection est également de légitimer le personnel politique. Ce rôle est d’autant plus crucial en Tunisie au vu de l’actuel contexte de défiance à l’égard des personnalités politiques. Outre ce pouvoir de légitimation, les élections jouent aussi un rôle de révélateur. Ce pouvoir de révélation des véritables rapports de force politiques s’avère déterminant dans la Tunisie d’aujourd’hui, compte tenu du fait qu’ils ne pouvaient émerger dans le contexte autoritaire passé.  En l’absence d’élections, la légitimité politique des partis repose sur d’autres modes de légitimation comme l’expertise, la recherche du « consensus » ou l’héritage historique, qui se distinguent de la légitimité électorale de par leur caractère réversible et donc difficilement institutionnalisable.

Pour autant, il est indispensable de rappeler qu’une élection est aussi paradoxalement un outil d’encadrement politique. La tenue d’une élection suppose l’adoption d’une loi électorale dont les dispositions sont également des outils d’encadrement du pluralisme politique. La loi électorale tunisienne semble à cet égard favoriser les grandes organisations partisanes d’obédience nationale, c’est-à-dire les organisations les mieux à même d’être représentées dans l’ensemble des circonscriptions. Seule une dizaine d’organisations sont parvenues à être représentées dans l’ensemble du territoire tunisien, tandis qu’une majorité des listes ne couvraient seulement qu’une à deux circonscriptions. Cette analyse se vérifie d’ailleurs au travers des intentions de vote des électeurs qui semblent traduire une forme de polarisation de l’électorat au profit des grandes formations politiques comme Nidaa Tounes et Ennahdha, et ce malgré une offre politique généralement qualifiée de pléthorique. Il est cependant important de souligner que le nombre de listes est en recul par rapport à 2011, du fait d’un tassement du nombre de listes indépendantes, qui reflète une nouvelle fois l’avantage donné aux grandes formations politiques dans le cadre de ce processus. Cette forme de structuration de l’offre politique et de l’électorat se confirme d’ailleurs aussi bien dans le cadre des élections législatives que pour les prochaines élections présidentielles.

Dans l’ensemble de ces scrutins, l’une des grandes inconnues demeure le taux d’abstention. Le constat de relative défiance de la population vis-à-vis du personnel politique, partagée notamment par les couches sociales qui s’étaient le plus mobilisées lors du scrutin de 2011, peut laisser penser qu’une abstention importante est probable. Cette exaspération à l’égard de l’ensemble des partis politiques est loin d’être le seul fait des couches sociales populaires et semble transcender les inégalités socio-économiques traversant la société tunisienne.

En tant qu’acteur et observateur de la vie politique tunisienne, Riadh Ferjani dispose d’un regard doublement éclairé sur les enjeux posés par cette nouvelle séquence électorale en Tunisie. Ce sociologue de formation et membre du Conseil de la Haute autorité indépendante de la communication audiovisuelle (HAICA) est intervenu dans le cadre de cette conférence en abordant cette période électorale au travers d’une analyse du rôle de la HAICA et des médias dans ce contexte politique unique. En s’interrogeant sur l’influence générale des médias sur le résultat final d’une élection, Riadh Ferjani a tenu à rappeler les travaux du sociologue Paul Lazarsfeld. Dans son ouvrage désormais classique The People’s Choice, ce sociologue américain démontrait que l’influence des médias sur un scrutin est en réalité relativement faible. Remettant en question la toute puissance des médias, son travail soulignait a contrario l’importance d’une catégorie spécifique, celle des « leaders d’opinion », ces personnes présentes dans l’ensemble des catégories sociales et dont l’influence s’exerce avant tout dans le cercle primaire des relations sociales. Reprenant la thèse de Paul Lazarsfeld, Riadh Ferjani estime ainsi que ce ne sont pas les médias qui détermineront les résultats des élections en Tunisie, mais bien les relations sociales de l’ensemble des citoyens.

haicaRiadh Ferjani a ensuite évoqué son travail au sein de la Haute autorité indépendante de la communication audiovisuelle (HAICA) ainsi que le rôle de cette autorité de régulation dans le cadre de ces élections. D’une part, l’existence même de cette Haute Autorité s’inscrit dans un mouvement général, celui de la création des autorités de régulation, dont le propre est de détenir des pouvoirs jugés stratégiques, relevant auparavant de l’État, et dont le soin n’a pas été confié à des intérêts privés mais à ces « autorités indépendantes ».

Créée par le décret-loi n° 2011-116 du 2 novembre 2011, la HAICA se compose actuellement de sept membres (initialement neuf) nommés par décret du Président de la République sur proposition de différentes instances professionnelles représentatives et autorités publiques. Comme pour toutes les autorités de cette nature, la question de l’indépendance de ses membres de cette autorité se pose inévitablement. À cet égard, il est primordial que ces derniers respectent leur « devoir d’ingratitude » (selon les mots de Robert Badinter) vis-à-vis des autorités qui les ont nommés. Cette question de l’indépendance est particulièrement cruciale dans le paysage politique très polarisé de la Tunisie. A ce propos, Riadh Ferjani s’est interrogé sur la pertinence du recours au clivage gauche-droite pour appréhender la vie politique tunisienne d’aujourd’hui, notamment en soulignant la convergence de nombreux partis politiques, au-delà des clivages idéologiques, sur des questions essentielles comme en matière de politique économique. Il est enfin important de préciser que l’indépendance de la HAICA est limitée juridiquement par le Tribunal administratif, auprès duquel les personnes concernées par les décisions de la HAICA disposent d’un droit de recours. Mentionnant les diverses polémiques ayant accompagné certaines décisions de la HAICA, Riadh Ferjani a néanmoins souligné l’aspect positif de ces discussions qui témoignent du fait que le droit devient progressivement un sujet de débat public en Tunisie.

Dans le contexte de la transition démocratique et des prochaines échéances électorales, la mission principale de la HAICA est de réguler le secteur audiovisuel. Le mandat de cette institution s’achèvera d’ailleurs dès la fin de la période électorale. La HAICA sera alors remplacée par une nouvelle autorité de régulation, l’Autorité de la communication audiovisuelle (ACA).

En plus de ses compétences réglementaires, la HAICA joue donc un rôle essentiel dans le cadre du contexte électoral actuel, à travers son travail pour garantir une couverture juste et équitable des élections. Un premier rapport sur le respect du pluralisme dans les médias audiovisuels dans le cadre de la campagne électorale législative a d’ailleurs été publié le 16 octobre 2014. Ces premiers résultats indiquent que les stations de radio semblent donner plus de temps d’antenne aux candidats aux élections législatives que les chaines de télévision, qui privilégient elles d’autres personnalités politiques et risquent ainsi d’empiéter sur la future campagne présidentielle. De plus, ce premier rapport souligne la très faible présence des femmes candidates dans les médias audiovisuels. Selon Riadh Ferjani, la faible représentation des femmes dans les médias n’est pas uniquement la responsabilité des médias eux-mêmes, mais également celle de partis politiques qui relèguent au second plan les personnalités politiques féminines présentes dans leurs rangs.

Pour comprendre les véritables enjeux de cette période électorale qui s’ouvre actuellement en Tunisie, il est enfin indispensable de s’attarder sur la situation de la jeunesse, ou plutôt « des jeunesses », dont le rôle dans l’éclosion de la révolution de 2011 n’est plus à démontrer. C’est justement à cette catégorie sociale qu’Aymen Belhadj, doctorant à l’IRMC, consacre ses travaux de recherche.

Pour mieux appréhender les aspirations de la jeunesse tunisienne à l’heure des élections, Aymen Belhadj estime qu’il est nécessaire de s’interroger sur ce que recouvre réellement cette catégorie démographique, devenue catégorie politique dans l’imaginaire collectif au gré des récents épisodes révolutionnaires. En effet, il n’est pas si évident que la jeunesse puisse constituer un corps social homogène en Tunisie. Un temps relativement silencieuse, la littérature académique a progressivement pris en compte la diversité et les ambivalences de la figure du « jeune Tunisien », devenant progressivement un acteur complexe aux appartenances multiples, aussi bien spatiales (« jeunes des quartiers »), culturelles (« bloggeurs »), que socio-économiques (« jeunes diplômés »). Il faut cependant souligner l’absence de travaux sur l’acteur féminin dans le cadre du récent soulèvement populaire, la figure du « jeune contestataire » demeurant jusqu’à présent exclusivement masculine.

Dans le contexte de la période électorale actuelle, Aymen Belhadj s’interroge sur l’évolution du rôle de la jeunesse dans le cadre du processus de transition démocratique en Tunisie. Son hypothèse de recherche est que la jeunesse, de figure visible et collective de la contestation, s’est progressivement transformée en un acteur invisible et fragmenté. À cet égard, il est intéressant d’observer que le processus transitionnel reproduit actuellement les mêmes conditions qui ont justement conduit au soulèvement populaire de 2011. La transition semble donc une étape particulièrement critique aux yeux de la jeunesse et il est inévitable que son échec appellerait de nouvelles séquences de contestation.

* * *

À la suite de ces interventions, le débat a été ouvert à l’ensemble du public et a permis des échanges nourris sur l’actualité politique tunisienne. Dans ce cadre, Aymen Belhadj a notamment mis en exergue le sentiment de trahison, partagé aujourd’hui par de nombreux jeunes, à l’égard de plusieurs formations politiques dans lesquelles ils avaient placé de grands espoirs. Puis les débats se sont tournés sur la situation de l’espace médiatique tunisien dans ce contexte post-autoritaire. Dénonçant le verrouillage médiatique à l’œuvre sous le régime de Ben Ali, Riadh Ferjani a souligné l’importance d’internet (et en particulier de Facebook) en tant qu’unique plateforme d’expression pour de nombreux tunisiens jusqu’à la révolution de 2011. Ces nouvelles formes d’expression sur la toile demeuraient cependant fortement surveillées par le régime d’alors. Revenant aux médias audiovisuels tunisiens, Riadh Ferjani a ensuite précisé le rôle de la HAICA dans l’encadrement complexe de la liberté d’expression. En effet, la Haute Autorité a pour mandat d’intervenir dans le cas de « manquements graves », notamment en cas de discrimination, d’atteinte aux droits des enfants et d’atteinte à l’ordre public. Cette dernière disposition demeure très problématique, surtout au regard de l’héritage du régime Ben Ali qui utilisait systématiquement ce motif pour museler et emprisonner des journalistes.

Chacun des intervenants, en abordant respectivement l’émergence du jeu démocratique en Tunisie, l’importance des médias et le rôle de la jeunesse dans ce contexte, ont permis de dessiner les enjeux et les perspectives de cette nouvelle séquence politique qui s’ouvre actuellement en Tunisie.

Alors que le monde entier a désormais les yeux tournés vers la Tunisie, ces élections constituent un moment crucial, non seulement pour le succès de la transition démocratique tunisienne, mais pour que ce pays puisse continuer à incarner les espoirs suscités par le déclenchement des révolutions arabes.

Clément PERARNAUD

est volontaire international à l’IRMC, chargé de la coordination scientifique et du montage de projets. Contact : clement.perarnaud@irmcmaghreb.org.

Publié en décembre 2014 dans la Lettre de l’IRMC n°14

Pour citer ce billet : Clément Perarnaud, « Les élections législatives et présidentielles en Tunisie : Enjeux et Perspectives », Le Carnet de l’IRMC, 13 janvier 2015. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1749.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Le 23 octobre tunisien. Sociologie des électeurs d’un quartier résidentiel (1/3)

1Deux ans après jour pour jour, les résultats d’une enquête sortie d’urnes réalisée lors des élections à l’Assemblée nationale constituante le 23 octobre 2011. Premier volet : logiques et formes de la politisation des électeurs. (Publié simultanément dans Médiapart et Le carnet de l’IRMC).

Deux ans après les élections à l’Assemblée nationale constituante, les tunisiens qui ont participé au scrutin du 23 octobre 2011 retourneront-ils aux urnes si de nouvelles élections sont organisées ? Accepteront-ils le moment venu les candidat-e-s qui leur seront proposées ? S’intéresseront-ils à la campagne électorale ? Celles et ceux qui se déplaceront voteront-ils pour les mêmes options politiques, recompositions de l’offre partisane mise à part ? Le scrutin donnera-t-il lieu à des passions similaires ? Ces questions, auxquelles il est ici impossible de répondre, ne manqueront pas d’agiter les milieux politico-journalistiques à l’approche du scrutin. Il sera alors utile de mieux connaître les électeurs de la précédente consultation, celle du 23 octobre 2011, premier scrutin démocratique de l’histoire de la Tunisie, afin de mesurer les évolutions de l’électorat.

Une enquête sortie d’urnes, première du genre dans le monde arabe, menée le 23 octobre 2011 auprès des électeurs d’un centre de vote du quartier Menzah 8, dans la circonscription de l’Ariana, près de Tunis, a permis de formuler quelques hypothèses sur une fraction spécifique de l’électorat tunisien : l’électorat « bourgeois » d’un quartier résidentiel. À l’heure du second anniversaire de cette élection et dans l’attente de la publication à venir de l’ensemble des résultats de cette recherche, cet article en présente les principaux enseignements.

L’enquête par questionnaires et par entretiens a été menée par l’auteur de cet article et une quinzaine d’étudiants de l’Institut Tunis-Dauphine [1] auprès de 293 électeurs de Menzah 8. La population de ce quartier résidentiel peu éloigné de la banlieue nord et du centre de la capitale, est composée principalement de membres de la bourgeoisie économique et intellectuelle. Cette fraction des classes moyennes et supérieures tunisiennes, exerçant une activité professionnelle dans le gouvernorat de l’Ariana ou les gouvernorats limitrophes est porteuse de valeurs libérales, tant au plan économique qu’au plan des mœurs. S’agissant par exemple du rapport à la religion, une claire majorité de nos enquêtés affirment peu pratiquer (34,1 %) voire ne pas pratiquer du tout (18,8 %). Ses préférences politiques sont minoritaires. Les résultats dans le bureau de vote diffèrent des résultats nationaux mais aussi de la circonscription dont il relève : les partis appelés « modernistes » [2] (Ettakatol, PDP et PDM (cf. glossaire en annexe) récoltent à eux trois plus de 50 % des voix (52,83 exactement, contre 12,99 % au niveau national et 25,97 % dans le gouvernorat, le parti islamiste Ennahdha n’obtenant que 14,43 %, contre 34,81 % à l’échelle nationale). Les résultats de notre enquête ne peuvent donc être extrapolés à l’ensemble du pays mais ils sont significatifs des comportements électoraux d’une frange spécifique de la population du pays.

Les logiques et les formes de la politisation

Dans la presse et sur les réseaux sociaux, une thèse a dominé l’interprétation du scrutin, avant et après : celle de la tabula rasa électorale. Plusieurs commentateurs se sont enthousiasmés du surgissement d’un électorat soudainement politisé, débarrassé comme par enchantement de toute emprise communautaire et libéré de celle des notables du Rassemblement constitutionnel démocratique (RCD) dont le crédit s’est trouvé brusquement démonétisé. Cette lecture idéaliste du changement politique célèbre le fait électoral comme un terrain vierge et ramène la geste électorale à un apprentissage pur de la citoyenneté. De la lecture de la presse tunisienne et internationale ressort en effet l’image d’un électorat subitement et unanimement politisé, soit intéressé par la chose publique, mobilisé – l’image forte des files d’attente interminables a fait oublié la très forte abstention [3]– et motivé par une commune volonté de fonder, par leur participation exemplaire, la démocratie tunisienne.

Cette analyse n’est-elle pas au contraire victime d’un récit qui fait de l’événement révolutionnaire une rupture dans les pratiques et les représentations et lui impute les effets de sa force propre ? Outre qu’elle omet de rappeler que la majorité des citoyens en âge de voter ne sont pas allés aux urnes le 23 octobre 2011, ne met-elle pas trop rapidement de côté l’hypothèse selon laquelle, sans relever d’une simple continuité, les rapports au politique des citoyens tunisiens s’inscrivent aussi dans un passé ? Si effet de la révolution il y a, quel est-il et dans quelle mesure joue-t-il ? Et si les effets de la révolution avaient moins porté sur le fait de la politisation que sur son degré, la recomposition de sa nature et la redéfinition de ses vecteurs ?

Un échantillon fortement politisé

Dans la circonscription de l’Ariana, la combinaison d’une forte participation, d’un faible taux de votes blancs et nuls, de l’échec des listes indépendantes et des petits partis et d’une faible pénétration de formations politiques tribunitiennes dessine une Tunisie « dans le jeu » : une population plutôt acquise au jeu électoral, accomplissant son devoir en plébiscitant les organisations partisanes d’obédience nationale [4].

Compte tenu des caractéristiques socio-démographiques de notre échantillon (plus de 8 électeurs sur 10 sont diplômés du supérieur, un peu moins d’1 électeur sur 2 exerce une profession de cadre d’entreprise, d’enseignant du supérieur ou une profession libérale, 1 électeur sur 5 est étudiant) et de son insertion réussie dans l’économie, on peut aisément faire l’hypothèse selon laquelle cette population est concernée par la politique et entretient un rapport d’adhésion au vote. Il n’est pas très étonnant de constater qu’elle est très politisée et relativement compétente politiquement. L’immense majorité des répondants (96,9 %) déclare « suivre l’actualité politique » et, dans une moindre mesure, s’intéresser à la politique (86,2 %) : « Chez nous, les Tunisiens, tout le monde parle de la politique actuellement (…) Même avec l’épicier » (Femme d’une soixantaine d’années, retraitée de l’enseignement, électrice d’Ettakatol). Si l’intensité du suivi de l’actualité politique est relativement similaire selon le genre, ce n’est pas le cas de l’âge : les jeunes (18-30 ans) sont proportionnellement moins nombreux à suivre « beaucoup » l’actualité politique que toutes les autres catégories (32,7 %), les plus de 60 ans étant proportionnellement deux fois plus nombreux à suivre « beaucoup » l’actualité politique (67,5 %). Si ces chiffres spectaculaires sont très certainement un effet de la conjoncture de haute intensité politique du moment électoral sur cette frange de l’électorat tunisien, ils ne s’y réduisent sans doute pas.

Notre enquête montre que les principaux vecteurs médiatiques de politisation sont la télévision et internet, au détriment de la radio, de la presse et des magazines d’information, qui sont peu nombreux en Tunisie. Les univers sociaux où l’on discute politique sont bien répartis : entre les groupes d’amis, la famille et le travail, avec une relative prédominance de la sociabilité amicale.

Plus intéressant ici, le fort intérêt pour la politique s’accompagne d’une forte acceptation des catégories d’entendement du jeu politique et des organisations partisanes de dimension nationale : quand on interroge les électeurs sur leur éventuelle proximité avec une organisation politique, 77,6 % d’entre eux répondent positivement et citent au moins un parti, l’un des partis modernistes surtout. Une minorité hésitante accorde son soutien à deux, trois voire quatre partis ; ce sont, sauf une ou deux exceptions, des organisations généralement classées dans une même configuration politique et idéologique : indice supplémentaire d’une capacité des électeurs à donner de la cohérence à leurs préférences politiques et à se repérer dans l’univers partisan.

Au-delà de la capacité à se repérer dans le jeu politique, les électeurs étaient invités à se positionner politiquement dans une liste prédéfinie « d’orientations politiques », correspondant aux principales « familles » idéologiques repérables en Tunisie : nationaliste panarabe, socialiste, communiste, libéral, islamique, destourien. Seuls un petit nombre d’électeurs ne se positionnent pas sur la liste d’orientations politiques que nous leur avons soumise. La grande majorité s’est reconnue dans une des catégories proposées (en particulier « socialiste » et « libéral »), les autres proposant leur propre étiquette : « centriste », « démocrate », « humaniste », etc. Une partie d’entre eux ont proposé des combinaisons, associant deux (par exemple « destourien socialiste » ou « nationaliste pan arabe islamique »), trois, voire quatre des items proposés. Les associations a priori contradictoires (socialiste libéral par exemple) ne sont pas rares. Mais sont-elles vraiment contradictoires ? Dans le contexte tunisien, on peut être socialiste en économie et libéral sur le plan des mœurs ; et, autre lecture, on peut être socialiste (au sens où l’on se situe à gauche sur le plan des valeurs) et libéral sur le plan économique ! Certaines catégories, comme « libéral » ou « centriste » ne renvoient pas à un contenu idéologique précis : elles servent ici d’identifications refuges labiles. Les contenus de ces catégories varient d’un électeur à l’autre, comme l’illustre ce dialogue avec une interne en médecine vétérinaire de 26 ans, qui a voté Ettakatol :

Q : Si vous aviez à définir vos orientations politiques, vous diriez-vous plutôt nationaliste panarabe, socialiste, communiste, libéral, islamique, destourien, autre ?

R : (incertaine) « gauche », (dans un rire trahissant une incertitude) « extrême-gauche ».

Q : Vous voulez dire gauche… socialiste ? Communiste ?

R : Non, pas du tout ! Socialiste, euh, la gauche c’est socialiste ? Donc oui, socialiste, pas communiste.

Q : Quand vous dites « gauche », vous pensez à quoi ? Quand vous dites « extrême-gauche », vous pensez à quoi ?

R : Euh, la liberté d’expression, la liberté de… je sais pas, euh, la séparation entre la religion et la politique, surtout ça hein, c’est le plus important.

Ces résultats indiquent pour nous la cristallisation d’univers idéologiques cohérents mais aux contours relativement flous, les significations de telle ou telle étiquette pouvant s’inverser. Reste que l’immense majorité des électeurs consent à s’identifier politiquement, ce qui n’était pas évident dans un tel contexte. Tout laisse penser que ces identifications reposent sur des logiques politiques et sociales qui ne sont pas nées du contexte de transition : elles sont au contraire inscrites dans une trame sociale et politique dont on peut supposer une certaine ancienneté. Une partie des offres idéologiques post révolutionnaires (islamiste, moderniste, socialiste) étaient d’ailleurs portées sous Ben Ali par certains partis politiques d’opposition, diversement tolérés ou réprimés par le pouvoir.

En outre, les électeurs sont plus nombreux à se déclarer proches d’un parti politique (77,6 %) que d’une personnalité politique nationale (58 %). Contrairement à ce qui peut être dit sur la personnification des relations politiques dans les sociétés arabes, quelle qu’en soit la modalité (logiques tribales ici, figure du zaïm [5], là ou, plus prosaïquement, échange politique sur un mode clientélaire), un certain nombre d’électeurs sont capables de se représenter abstraitement l’univers politique, qui apparaît ici moins comme une lutte de personnes et de clans que comme une compétition d’organisations formelles, dotées d’un label et proposant des biens collectifs impersonnels comme des programmes. Cela n’interdit pas, bien sûr, de repérer les logiques matérielles, interpersonnelles, résiliaires qui génèrent les formes d’identification partisane, par exemple la connaissance personnelle de militants et de dirigeants de partis. Mais elles n’apparaissent pas ici centrales dans la construction d’un rapport au politique des électeurs étudiés. D’ailleurs, un nombre peu élevé d’électeurs (16,2 %) est capable de citer le nom de la personne qui conduit la liste de leur choix dans la circonscription dont ils relèvent. La grande majorité (67,8 %) reconnaît ne pas connaître ou tout simplement n’a pas répondu à la question et 15,9 % répondent « mal » à la question, en citant le plus souvent l’un des leaders nationaux du parti correspondant. Il est vrai que la grande majorité de ces têtes de liste sont peu connues, ont dû battre campagne avec des moyens limités et n’ont pas bénéficié de l’attention des médias. Ce n’est pas le cas de tous les partis : la liste PDM était par exemple conduite par un universitaire reconnu, M. Fadhel Moussa, Doyen de la Faculté des sciences juridiques, politiques et sociales de Tunis. Reste que les partis modernistes, qui sont souvent décrits comme bien implantés dans les milieux sociaux privilégiés des zones urbaines côtières du pays et très peu ailleurs, ne le sont pas nécessairement si bien, y compris dans leurs zones de force. S’ajoute à cela que l’élection du 23 octobre a bien été une élection de dimension nationale, tant par ses enjeux que par ses résultats. Cette nationalisation de l’élection, entendue comme compétition entre offres de représentation portées par des organisations partisanes d’obédience nationale et bénéficiant de relais médiatiques, est une ligne de force de ce premier scrutin démocratique.

Enfin, les membres de notre échantillon sont relativement nombreux à appartenir à une organisation associative, syndicale ou politique : près d’un électeur sur trois ! Et presque 1 électeur sur 10 se dit membre d’un parti politique ! Sur les 29 membres de partis politiques, 15 sont aussi membres d’un syndicat (en particulier d’une des branches de l’Union générale tunisienne du travail – UGTT) et/ou d’une association : cette multipositionnalité, que l’on retrouve aussi dans plusieurs démocraties stabilisées, est sans doute ici en partie l’héritage de l’expérience autoritaire. L’engagement associatif ou syndical était une façon de faire de la politique par des moyens détournés et en tenant des discours politiques implicites. L’engagement partisan, dont tout laisse penser qu’il est postérieur au 14 janvier pour une grande partie des répondants, apparaît ici comme une façon de continuer ou d’actualiser leurs investissements antérieurs, qu’ils continuent par ailleurs.

Une politisation pré-révolutionnaire ?

Ces résultats sont contre-intuitifs, compte tenu du caractère récent du jeu compétitif, du nombre important d’organisations enregistrées comme partis politiques (à propos desquels nombre de commentateurs ont dénoncé l’effet de brouillage du jeu), de la diffusion d’un discours très critique à l’égard des partis politiques et de l’émergence d’utopies politiques fondées sur un rejet des partis [6]. Sans présumer de la généralisation d’un tel résultat à l’ensemble des groupes sociaux du pays, dont tout laisse penser que les acteurs nationaux du jeu politique ne pénètrent pas avec le même succès les différents espaces socio-territoriaux du pays, il est tout de même révélateur d’une certaine appropriation par une partie des électeurs des acteurs du jeu politique.

L’ensemble de ces données suggèrent également une politisation relativement ancienne d’une part au moins de l’électorat tunisien, dont la genèse remonte en-deçà du 14 janvier. L’expression publique d’un positionnement idéologique ou d’une proximité partisane est certes récente, la possibilité de la matérialiser sous la forme d’un vote est pour la plupart une expérience inédite et beaucoup, dans les entretiens réalisés, dénoncent l’apathie généralisée et organisée du régime précédent et le désintérêt alors ressenti pour la vie politique tunisienne. Mais les racines de cet intérêt « nouveau » pour la politique sont plus anciennes, comme le confirme avec éloquence le fait que ce sont les personnes les plus âgées qui satisfont de manière plus certaine les différents indicateurs de politisation.

Cette hypothèse ne doit pas conduire à minimiser les effets du contexte révolutionnaire et post révolutionnaire sur la cristallisation des préférences politiques. Un certain nombre de nos enquêtés décrivent leur intérêt pour la politique comme récent, « après le 14 janvier ». Si plus d’un électeur sur deux (56 %) déclare avoir déjà, au cours de leur vie, participé à une manifestation, l’immense majorité de ces derniers ont fait l’apprentissage du comportement manifestant au cours de la séquence révolutionnaire (mobilisation du 14 janvier, qui précède le départ de Ben Ali, incluse) ou bien après le 14 janvier. Une dizaine seulement de répondants évoque une expérience manifestante, surtout en tant qu’étudiant, au cours du régime précédent ou, pour les plus âgés, du temps de la colonisation française. La manifestation du 14 janvier, à laquelle 38 % des électeurs ayant l’expérience d’une mobilisation disent avoir participé, paraît être un moment inaugural de la « politisation en actes » des citoyens tunisiens [7]. La participation aux manifestations qui ont suivi n’a pas la même signification : elles ont des significations politiques divergentes (Kasbah 1 et/ou Kasbah 2 vs Kobba, par exemple [8], mais s’inscrivent toutes dans la continuité de cette mobilisation inaugurale, et on peut penser qu’elles ont contribué à renforcer des orientations politiques spécifiques. Parmi les manifestations postérieures au 14 janvier, ce sont celles de la Kasbah qui ont été les plus mobilisatrices parmi les enquêtés, puisque 29,3 % des personnes mobilisées affirment explicitement avoir participé à l’un des rassemblements place de la Kasbah (contre 8,7 % à celui de la Kobba). Sans surprise, les manifestations anti-islamistes ou de défense de la liberté d’expression ou de l’égalité hommes-femmes, ont été suivies par un nombre relativement important de la part manifestante de l’échantillon (ainsi 12 % d’entre eux ont participé à une manifestation organisée le dimanche précédent les élections, dite « Aâtaqni » (lâche-moi) et dirigée contre le discours islamiste). Sans surprise non plus, ce sont les plus jeunes de l’échantillon qui manifestent le plus, cette expérience s’affirmant comme un mode d’intégration dans la lutte politique en Tunisie.

Quels seront les effets de la déception – repérable à de nombreux indices – que semble connaître depuis deux ans cette partie de l’électorat lors d’un prochain scrutin ? Va-telle massivement bouder les urnes en se réfugiant dans l’abstention ? Compte tenu de l’intérêt qu’elle portait il y a deux ans à la politique et de sa compétence politique manifeste, dont les racines semblent être plus anciennes que l’épisode révolutionnaire, il est probable que cette fraction de la société qui était alors la plus intégrée au jeu politique lors des élections du 23 octobre 2011, renouvelle malgré tout son adhésion au jeu politique lors d’un prochain scrutin. L’hypothèse la plus probable serait plutôt qu’elle manifeste son franc désaveu pour le parti Ettakatol, arrivé en tête dans ce quartier en 2011 et qu’elle accorde une nette victoire au parti Nidaa Tounes, qui cherche à réunir une partie de l’opposition aux islamistes. Mais c’est anticiper sur les deux prochains volets de cet article…

Jérôme Heurtaux

Chercheur à l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain (Tunis)

semsoc@yahoo.fr

Glossaire

CPR (Congrès pour la République) : parti politique de centre-gauche fondé en 2001 par des militants de gauche mais aussi des islamistes et des panarabistes et des gauchistes. Parti illégal sous Ben Ali, son président Moncef Marzouki vivait en exil en France.

Ettakatol (Forum démocratique pour le travail et les libertés, FTDL) : Parti politique social-démocrate créé en 1994. Illégal sous Ben Ali.

Ennahdha (La Renaissance) : Parti islamiste créé au début des années 1980 sous le nom de Mouvement de la tendance islamique (MTI). Illégal sous le régime précédent et durement réprimé.

Nidaa Tounes (L’appel de la Tunisie) : Parti politique créé en 2012 autour de l’ancien ministre de Bourguiba et Premier ministre du gouvernement transitoire (2011), Béji Caïd Essebsi.

PDM (Pôle démocratique progressiste) : coalition de quatre partis de gauche autour d’Ettajdid, ancien parti communiste tunisien et appartenant à l’opposition légale sous Ben Ali, et de plusieurs associations.

PDP (Parti démocratique progressiste) : fondé en 2001, parti de centre-gauche. Faisait partie de l’opposition légale sous Ben Ali.

Pour citer ce billet : Jérôme Heurtaux, « Le 23 octobre tunisien. Sociologie des électeurs d’un quartier résidentiel (1/3) », Le Carnet de l’IRMC, 23 octobre 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1298

 

 


[1] Un grand merci à H. Attia, K. Ben Achour, M. Bouzouita, Z. Chaker, S. Chérif, A. Essid, S. Haddada, S. Jmii, O. Kacem, F. Khemakhem, L. Ketari, A. Khalfallah, E. Makhlouf, M. Messadi, N. Mseddi, M. Saadoun, A. Soltani, G. Tagougui, S. Tarchella, S. Tlili et I. Zarrouk.

[2] Nous continuerons de qualifier par commodité ces partis et leurs électeurs de « modernistes », sans discuter de la pertinence de cette qualification indigène revendiquée par une partie des porte-parole de ces partis, de leurs électeurs et des commentateurs, qui opposent généralement « moderniste » à « islamiste ».

[3] L’Instance supérieure indépendante pour les élections a calculé le taux de participation en fonction, non du nombre d’électeurs qui se sont inscrits volontairement (appelés électeurs inscrits actifs, qui étaient 4, 46 millions), mais en fonction de l’ensemble des citoyens ayant le droit de vote, fixé à partir du registre des cartes d’identité (et comprenant donc ce qu’elle a appelé les inscrits passifs, estimés à 4,27 millions). Le taux de participation a été sans surprise plus important dans la première catégorie (84,1 %) que dans la seconde (12,8 %). Le taux de participation retenu est donc de 49,2 % (51,1 % si l’on déduit les circonscriptions situées à l’étranger). Sources : Rapport relatif au déroulement des élections de l’Assemblée Nationale Constituante, Instance supérieure indépendante pour les élections, février 2012.

[4] Cette intégration dans le jeu politique serait d’ailleurs corrélée au niveau de développement socio-économique des délégations : Alia Gana, Gilles Van Hamme, Maher Ben Rebah, « La territorialité du vote pour l’Assemblée Nationale Constituante Tunisienne de 2011 », Confluences Méditerranée, n°82, été 2012.

[5] Michel Camau, Vincent Geisser, Le syndrome autoritaire. Politique en Tunisie de Bourguiba à Ben Ali, Paris, Presses de Sciences po, 2003.

[6] Le grand nombre de listes « indépendantes » dans le scrutin en témoigne. Toutes circonscriptions confondues, 655 listes indépendantes ont été déposées, contre 830 listes de partis, et 34 listes de coalitions. Sources : www.isie.tn

[7] Certains insistent sur la césure que représente le 14 janvier dans leur appréhension du politique, surtout pour les jeunes. Le fait qu’un grand nombre d’entre eux sachent situer dans le temps l’irruption du politique dans leur existence consciente (par une logique d’intellectualisation) illustre leur capacité à mettre à distance la socialisation et les institutions, comme si le processus révolutionnaire avait aussi une capacité à « réveiller les consciences ».

[8] Le mouvement Casbah 1 débute le 23 janvier 2011, celui de Casbah 2 au mois de février. Réunissant des Tunisiens issus des régions de l’intérieur, il articule une occupation de la place de la Casbah, sous les fenêtres du Premier ministère et des manifestations. Celle du 25 mars, qui réunira plusieurs centaines de milliers de personnes, se prolongera par des émeutes violemment réprimées avenue Bourguiba (5 morts) mais qui aboutiront à la démission du Premier ministre Mohamed Ghannouchi. Le mouvement de la Kobba (du nom de la place de la Coupole où se réunissent les manifestants) s’est constitué en réaction à celui de la Casbah 2. Réunissant des membres de classes moyennes, il dénonçait les rêves de rupture radicale des partisans de la Casbah et appelait à la reprise du travail, à la nécessité de soutenir l’économie et à des réformes graduelles.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Processus électoraux, révolutions et transitions en Égypte et en Tunisie

Sarah Ben Nefissa a organisé à Tunis le 24 avril 2012, avec l’IRMC, une rencontre scientifique sur Processus électoraux, révolutions et transitions en Egypte et en Tunisie [1] (partenariat IRMC-Tunis, IRD-Paris, MMSH-Aix-en-Provence).

Présentation et contexte. L’analyse des révolutions et des mouvements sociaux dans le monde arabe a fait l’objet, depuis 15 mois, de nombreuses manifestations scientifiques organisées par l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain. Ont été étudiées successivement les questions des hybridités politiques entre autoritarisme et démocratie, du changement constitutionnel et des transitions démocratiques, de l’expression des sociétés civiles et des nouvelles formes de la citoyenneté, du cyberactivisme et des mouvements sociaux en ligne.

En mars 2012, l’IRMC a soutenu un séminaire organisé en partenariat avec le Ladyss (Universités Paris 1 et Paris 10), l’OTTD (Observatoire tunisien de la transition démocratique) et la Fondation Hanns Seidel, sur la géographie électorale et les déterminations territoriales et régionales du scrutin tunisien des élections à la Constituante du 23 octobre 2011. Il a souhaité le 24 avril 2012, en partenariat avec l’IRD (UMR 201, Développement et sociétés) et l’IREMAM (Institut de recherches et d’études sur le monde arabe et musulman, UMR CNRS 7310), proposer une première comparaison des processus électoraux, révolutions et transitions dans les deux pays qui ont ouvert les « Printemps arabes » début 2011, l’Égypte et la Tunisie.

Cette rencontre a rassemblé des intervenants égyptiens, tunisiens et français, chercheurs confirmés et post doctorants, doctorants et masters. Elle a permis de mettre en évidence la continuité du processus établi dans les sociétés égyptienne et tunisienne entre les moments de l’effervescence sociale dits de la révolte ou de la révolution, et ceux de l’organisation citoyenne et politique pour la préparation des élections et la réalisation du scrutin. Une publication à eu lieu à l’automne 2012 dans la revue « Confluences méditerranéennes ».

Premiers résultats

1. Le cheminement politique de la révolution aux élections. Les participants ont entériné l’idée, sans charge religieuse dans les deux cas, d’une révolte puis d’une révolution populaires, parties du centre du pays pour la Tunisie, et beaucoup plus localisées au Caire pour l’Égypte. Elles ont été suivies d’une restauration autoritaire appuyée par l’armée en Égypte, et d’une rupture constitutionnelle en Tunisie. Deux clivages politiques majeurs y ont structuré les mouvements sociaux : l’ordre de la dictature comme « rempart » contre l’islamisme ; l’opposition à la dictature et l’alliance ou non des « démocrates » avec les islamistes.

Si en Égypte les premiers résultats électoraux ont vite campé un paysage majoritaire pour les islamistes (60 % dont 24 % salafistes), l’itinéraire tunisien a été jalonné par des gouvernements de transition et des institutions de régulation (Haute Instance, ISIE) chargées de déterminer notamment le mode de scrutin proportionnel, et les lois de parité des candidats, dans la recherche d’un compromis jusqu’au passage aux urnes.

Dans les deux cas, le vote a exprimé une sanction face aux régimes et partis dominants (NDP en Égypte, RCD en Tunisie). Il s’est toutefois agi en Tunisie d’un vote de sanction du passé, de rupture avec l’ancien système et d’identification à ses victimes. Le vote des Égyptiens était plus tourné vers un élan de sympathie avec les futurs dirigeants, leurs idées et leurs valeurs religieuses, pour un nouveau projet de société. Si, en Égypte, le score des partis civils (le « civil » entendu non comme une séparation mais comme une forme de dialogue entre l’État et la religion) a été plutôt faible (11 %), en Tunisie, un débat demeure autour de l’identité tunisienne entre acquis modernistes, islam modéré et Salafisme, dans un contexte de voisinage privilégiant, jusqu’à présent, davantage l’Europe à l’Arabie saoudite ou aux pays du Golfe.

2. La mobilisation de tous les acteurs. La joie et l’enthousiasme de tous et de chacun, pour aller voter, ont bien été signalés. Les participants se sont interrogés sur le « sens » du vote : un projet politique ou des intérêts d’affaires ? Sarah Ben Néfissa (coordinatrice des rencontres) a bien illustré, à ce titre, comment l’électeur est le produit de logiques d’intérêts sociaux et économiques, de dépendances multiples, de luttes et de conflits communautaires exercés sur lui par les institutions et acteurs locaux. Les votes, et ce fut le cas dans les deux pays, y ont toujours été travaillés par des phénomènes de clientélisme administratif, auxquels pourraient aujourd’hui se substituer les réponses des partis islamiques aux besoins de proximité, d’assistance et de service social des populations. Il a été montré que les femmes (45 % des inscrits volontaires), bien qu’ayant obtenu la parité en Tunisie, à laquelle avait aisément souscrit le parti Ennahdha, y étaient rarement têtes de listes et toujours en position de rendre des comptes quand à la légitimité de leur présence.

L’accent a aussi été mis sur le foisonnement des partis politiques. Avant leurs révolutions, Égypte et Tunisie souffraient d’un discrédit des formes partisanes et d’une crise de la représentation politique. Durant la transition la demande d’accréditation de partis a été pléthorique (autour de 120 en

Tunisie). En Égypte, les Frères musulmans, suivis des Salafistes, qui en tant qu’organisations de prédication refusaient les partis politiques, ont été les premiers à en créer un. De leur côté les notables locaux, auparavant présentés comme indépendants, ont eux aussi cherché l’investiture des partis et se sont réclamés de la proportionnelle. Les résultats ont toutefois récusé cette explosion : en Tunisie par exemple, près de 35 % des Tunisiens, ayant voté pour des petites listes indépendantes, n’ont aucune représentation à la Constituante.

3. L’interprétation du vote et le sens des élections. Il a été montré que le principe démocratique « un homme = une voix » remet en question l’idée que le choix électoral serait socialement construit, la fraude apparaissant comme une digression face à la symbolique de la solitude de l’isoloir et de l’urne transparente. En matière de comptage de l’électorat, la seule source fiable aujourd’hui en Tunisie s’avère être celle des inscrits volontaires, à l’été 2011, au nombre de 4 098 888 et dont 86,1 % ont voté. Les 3 470 936 inscrits dits automatiques, sur la base du fichier peu fiable (décès non enregistrés) des Cartes nationales d’identité, ont voté à 16,2 %.

Les analyses des résultats ont donné lieu à trois types de matrices d’analyse du processus électoral :

– L’explication par la recherche des liens entre la géographie de l’implantation des partis et les caractéristiques des territoires. Les inégalités sociales et territoriales ont été présentées comme possibles clefs d’analyses des comportements électoraux. Ainsi en Tunisie les grands partis réalisent de meilleurs scores dans les zones côtières urbaines que dans les zones rurales de l’intérieur. Dans ces dernières par contre, le parti Al Aridha Ecchaâbiya (Pétition populaire pour la liberté, la justice et le développement), s’est particulièrement implanté. On a pu noter, de même, de meilleurs scores des modernistes dans les villes côtières voire dans celles du Nord-Ouest, malgré de fortes dispersions et une concurrence entre ces listes. Enfin, on a noté que le parti islamiste Ennahdha réalise ses meilleurs scores dans les régions où les taux d’emploi féminin sont les plus faibles, avec toutefois une très forte participation dans les zones industrielles et au Sud. On en a conclu que le vote urbain serait un vote de classe et le vote rural un vote d’appartenance territoriale.

– L’explication par les individus leaders. On a insisté sur les aptitudes, les capacités, les compétences et les stratégies de l’acteur électoral. Les interventions égyptiennes ont mis l’accent sur la recherche d’indicateurs d’identification de candidats indépendants capables de battre les partis établis. Il en découle un profil électoral : le prestige scientifique, la capacité d’éloquence, le pragmatisme de la campagne basé à la fois sur la représentation régionale et la représentation du peuple, une bonne utilisation des réseaux sociaux, et la capacité à échapper aux polarisations des islamistes en s’inscrivant dans des formes de continuité idéologique.

– L’explication par l’imaginaire collectif et communautaire porté par un leader. Ce fut le cas en Tunisie du Parti Al Aridha Ecchaâbiya qui a obtenu 256 000 voix et 26 sièges à la Constituante, résultats non prévus et aujourd’hui encore considérés comme une « énigme ». Plusieurs éléments d’interprétation ont été proposés pour expliquer l’impact de ce parti : la figure charismatique de son leader Hechmi Hamdi, dissident du parti islamique Ennahdha et ancienne figure d’opposition à Ben Ali ; le fait qu’il possède à Londres une chaîne satellitaire (Al Mustakilla) émettant depuis plusieurs années ; son projet de programme « clientéliste » et populiste (transports et soins gratuits avec prime de chômage) ; sa présentation comme migrant (exilé) de son territoire (depuis Londres), et s’appuyant sur les NTIC pour défendre un populisme de revanche des exclus et de la plèbe.

Ces rencontres ont permis d’aborder la question des transitions politiques dans les sociétés arabes en mettant en relation les motivations des populations tant dans leurs capacités à renverser les régimes en place, qu’à reconstruire de nouvelles formes de légitimité incarnées dans le processus électoral. Cette première rencontre sera suivie à l’automne 2012 d’une session retour au Caire qui serait l’occasion d’une coopération entre l’IRMC, l’IRD, l’IREMAM et le CEDEJ, prélude d’un plus vaste projet d’observatoire des histoires sociales du vote dans les situations de transition et de recomposition des espaces publics dans les nouveaux mondes arabe et musulman.

Publié en septembre 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°10

 

Pierre-Noël DENIEUIL

est sociologue et directeur de l’IRMC.

Pour citer ce billet : Pierre-Noël Denieuil, « Processus électoraux, révolutions et transitions en Égypte et en Tunisie », Le Carnet de l’IRMC, 17 janvier 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/771

 


[1] Ont été ici résumés les grands axes des interventions de : Sarah Ben Néfissa, Mohamed- Chérif Ferjani, Michael Lieckefett, Michael Béchir Ayari, Alia Gana, Samer Soliman, Mohamed Kerrou, Sana Ben Achour, Clément Steuer, Myriam Catusse.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

La Haute Instance : de l’utopie révolutionnaire à la réalité des élections

Siège de la Haute Instance

Cette enquête s’intéresse au changement de régime en Tunisie, ses logiques et ses cohérences. L’idée de départ était d’étudier la « transition » en cours dans ses particularités qui la différencient des exemples qui servirent de cas d’étude au courant d’analyse « transitologue » (les pays de l’Europe du sud, puis d’Amérique latine et de l’Europe de l’Est). En particulier, il s’agit d’analyser la façon dont « les pactes » entre élites de l’opposition et du régime dans la comparaison des processus déterminants dans ces pays ne semblent pas jouer un rôle prédominant dans les dynamiques qui affectent aujourd’hui le régime tunisien. S’il est possible de démontrer des négociations et des recherches d’accord en Tunisie, c’est avant tout entre acteurs des oppositions (à l’ancien régime) excluant les représentants du régime déchu plus qu’un pacte entre les anciens gouvernants et leurs oppositions constituées ou organisées dans l’insurrection. Nous observons comment s’organisent ces rapports de forces dans un endroit bien particulier, une institution sui generis créée ad hoc dans le but d’assurer le passage du pays de la « révolution » aux élections de la Constituante : la « Haute Instance pour la réalisation des objectifs de la révolution, de la réforme politique et de la transition démocratique », composée de 155 membres choisis par divers canaux, créée le 15 mars 2011 et dissoute le 13 octobre 2011.

Étant située au cœur même des activités transitionnelles, parfois présentée comme « quasi-substitut » de parlement, mais non élue, elle constitue à nos yeux un cas d’étude parfait pour analyser les logiques et spécificités du changement de régime tunisien. Trois axes centraux guident cette enquête : d’abord, faire l’historique, étudier la composition et le fonctionnement de cette institution éphémère, dissoute à la veille des élections d’octobre 2011. Ensuite, identifier le rôle que la Haute Instance a joué dans ce processus en matière d’organisation des règles du jeu et de réorganisation de la scène politique. Finalement, étudier la production de la Haute Instance et les débats qui l’ont animée, afin d’identifier les clivages idéologiques, théoriques et pragmatiques qu’ils traduisent.

Pendant son existence, la Haute Instance occupe plusieurs rôles importants. Elle sert avant tout de lieu de préparation et d’organisation des élections à venir. De fait, elle adopte deux lois essentielles, emblématiques de son travail et de sa vocation : la loi électorale et la loi portant sur la création de « l’Instance Supérieure Indépendante pour les Élections (ISIE) ».

Mais elle constitue également un premier lieu de rencontre et de formation démocratique, car sous son toit se rassemblent des acteurs que tout oppose a priori : ses membres proviennent de la gauche et de la droite, du Grand Tunis et des régions du Sud et de l’intérieur du pays, d’un milieu universitaire ou de passé de chômeur.

Elle constitue donc une mosaïque de la société tunisienne, réunie pour se prêter au jeu démocratique et pour s’y habituer. À travers ce travail au quotidien, la quête de consensus ou d’accord, ainsi que les conflits politiques ou partisans qui divisent ses membres, cette institution fait figure de « miracle » pour la plupart de ses ex-acteurs interviewés et à ce titre, présente un poste d’observation remarquable de la fabrication de la norme politique dans un contexte révolutionnaire, ici inscrit dans une histoire récente d’autoritarisme et de réformisme sous contrôle.

Publié en mai 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°9

 

Michael LIECKEFETT

est étudiant en master 2 à l’Institut d’études politiques d’Aix-en-Provence. Il prépare un mémoire sur la Haute Instance pour la réalisation des objectifs de la révolution, de la réforme politique et de la transition démocratique, sous la direction de Myriam Catusse. Il a bénéficié d’une Bourse Moyenne durée de l’IRMC.

crédit d’illustration : © Michael Lieckefett

 

Pour citer ce billet : Michael Lieckefett, « La Haute Instance : de l’utopie révolutionnaire à la réalité des élections », Le Carnet de l’IRMC, 25 septembre 2012. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/529

 

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook