Archives par mot-clé : Egypte

Les forces armées dans les systèmes politiques arabes : Égypte, Maroc, Tunisie

Suite aux évènements dits du printemps arabe, plusieurs pays ont changé de constitution, et ce après différents évènements : révolution, coup d’État, changement institutionnel. Ceci entraîne une évolution des relations entre les forces armées, institution à la base du paradigme wébérien, et le pouvoir civil. Ces transformations seront d’autant plus intéressantes à comparer que les forces armées, acteurs présents dans chacun des États de mon étude, ont agi différemment lors des évolutions politiques qu’ont traversé leurs pays : soumission au pouvoir civil en toutes circonstances au Maroc, retrait volontaire de la scène politique en Tunisie, intervention de premier plan en Égypte.

© lci.tf1.fr
© lci.tf1.fr

Les forces armées sont une institution au régime juridique particulier accompagnant l’exécutif et soumis au contrôle de l’État de Droit. Alors que se développe une expertise institutionnelle et juridique en matière de contrôle parlementaire des forces armées à destination des États en reconstruction, ma problématique porte sur l’effectivité du contrôle des forces armées dans des États en reconstruction et confrontés à de forts enjeux sécuritaires.

Je pars du changement de Constitution pour étudier les évolutions des institutions de la défense et de la sécurité d’un point de vue juridique, que je complète par un volet de sociologie politique. Dans un monde où les enjeux sécuritaires sont à la fois de fortes contraintes intérieures mais aussi l’objet de collaborations internationales – qui peuvent être politiques, financières comme opérationnelles –, je cherche à analyser les dispositifs existants au sein des États afin de définir s’il existe une organisation institutionnelle plus favorable pour répondre aux défis rencontrés au-delà des évidentes différences de contexte.

Mon étude commence par une réflexion sur la notion d’architecture institutionnelle, comme relation entre les différentes institutions au service de l’État de Droit, notion recouvrant deux aspects : l’État de Droit formel, procédural, et l’État de Droit substantiel, soit la reconnaissance de droits et de libertés au citoyen. Il sera interrogé ici de la nécessité d’avoir une administration au service du droit à la sécurité, mais aussi mené une réflexion sur ce droit et ses limites, notamment en matière de recours à la violence et des risques effectifs pour la sécurité. De même, un détour par les réflexions concernant la question de savoir si cette sécurité doit être nationale ou peut être externalisée doit être fait.

Il apparaît nécessaire de faire un retour sur l’histoire de chacun de ces États : l’armée y est héritée pour chacun d’entre eux d’un modèle colonial tout en bénéficiant d’un fort capital de légitimité en tant qu’incarnation de « gardien de la nation ».

La question du contrôle des forces armées passe par l’analyse de leur place dans la société : elles endossent un rôle socio-économique au vu de son organisation particulière. Ceci lui permet d’assumer un rôle de soutien au développement, voire d’avoir accès à certains marchés dans d’autres contextes. Cependant, cela ne va pas sans contrepartie au niveau du Droit : elles sont en effet l’objet d’un système judiciaire particulier, mais aussi de restrictions au niveau des droits et des libertés fondamentales.

© www.lemag.ma
© www.lemag.ma

Dans leurs missions, les forces armées accompagnent le pouvoir exécutif. Dans la définition de ses missions, elle a un rôle de garant de l’intégrité territoriale et agit donc normalement aux frontières de l’État et au-delà. Cependant, les différents degrés de menace mènent à ce qu’elles agissent sur le territoire national soit suite à des circonstances exceptionnelles, soit dans certaines zones bien définies, en accord avec les forces de sécurité intérieure ou seules. Ici apparaît notamment la question des relations entre forces de sécurité intérieure et forces armées au niveau des échanges de renseignement et de la lutte contre le terrorisme.

Si l’inspection des forces armées se fait avant tout en interne, le pouvoir législatif ne saurait être exclu dans la relation des forces armées au pouvoir civil. Cependant et dans l’architecture des nouvelles constitutions, il siège aux côtés des instances et hautes autorités indépendantes dont la légitimité n’est pas forcément électorale mais aussi d’expertise. L’enjeu apparaît alors de maintenir la confiance entre les forces armées et un pouvoir politique civil qui se fragmente dans ces nouveaux régimes qui se veulent démocratiques.

Thibault DELAMARE

est doctorant à l’Institut Louis Favoreu – Maison méditerranéenne des sciences de l’Homme, Aix- Marseille Université, doctorant associé à l’IRMC. Contact : thib.delamare@gmail.com.

Pour citer ce billet : Thibault Delamare, « Les forces armées dans les systèmes politiques arabes : Égypte, Maroc, Tunisie », Le Carnet de l’IRMC, 30 avril 2015. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1795.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Commerce transnational et recompositions urbaines de deux places marchandes : une comparaison entre les quartiers-marchés de Medina J’dida (Oran, Algérie) et al-Muski (Le Caire, Egypte)

Bouhali_Photo1_Oran
Affluence au marché de Medina J’dida, mars 2013
© Anne Bouhali

Ma recherche doctorale s’inscrit à la suite de travaux de sociologues et de géographes ayant souligné très récemment la vitalité des espaces commerçants, et plus particulièrement des marchés urbains dans le monde arabe et méditerranéen (Mermier, Peraldi, 2010). Cette vitalité est à mettre en relation avec le processus de « mondialisation non hégémonique » que G. Lins Ribeiro définit comme « le flux transnational de populations et de biens impliquant de relativement faibles quantités de capital et de transactions informelles, parfois semi-légales voire illégales, souvent associé au monde en développement mais en réalité présent à travers le globe » (Ribeiro, 2012). Cette mondialisation permet ainsi aux plus pauvres et aux petites classes moyennes d’avoir accès à des biens de consommation courante à des prix attractifs. Elle met en relation pays producteurs (Asie du Sud-Est très largement) et pays consommateurs, notamment les pays en développement dont les classes populaires et moyennes sont en forte demande de cette consommation à bas prix (vêtements, textile, produits pour la maison, etc.).

Ce phénomène de mondialisation non hégémonique est visible dans de nombreux marchés, au Nord comme au Sud, et plus particulièrement dans les deux marchés qui sont l’objet de mon étude : le quartier d’al-Muski au Caire, en Égypte, et celui de Medina J’dida à Oran, en Algérie, qui sont des quartiers-marchés proposant à la fois vente de demi-gros et de détail. Le Muski est un quartier commerçant d’origine médiévale, à la forte centralité symbolique, anciennement politique, aujourd’hui encore religieuse et surtout commerciale. Il s’agit du plus gros marché de détail et de demi-gros du Caire. Quant à Medina J’dida, il s’agit d’un ancien quartier colonial oranais, contigu au centre-ville historique. Aujourd’hui, ces deux quartiers commerçants sont les réceptacles de cette mondialisation par le bas, et sont entièrement spécialisés dans le commerce transnational de biens de consommation courante.

Ma thèse vise ainsi à étudier les recompositions urbaines à l’œuvre dans ces deux marchés, connectés à d’autres places marchandes d’importance mondiale par des flux de marchandises, principalement en provenance d’Asie du Sud et du Sud-Est, mais aussi de l’Est de la Méditerranée (Turquie, Dubaï). Ces arrivées massives de biens, qui sont pour l’essentiel le fait d’hommes d’affaires ayant construit leurs réseaux commerçants entre monde arabe et Asie, sont à l’origine d’importantes transformations dans le tissu urbain, avec notamment un processus très dynamique de renouvellement urbain, entraînant des destructions du bâti ancien au profit de la construction de nouveaux malls et grands magasins.

Bouhali_photo2_LeCaire
Livraison des centres commerciaux récents de la rue du Muski, au Caire, avril 2012.
© Anne Bouhali

Ces marchandises entraînent également une transformation des paysages urbains, avec un envahissement des ruelles commerçantes par des produits de qualité moyenne voire très médiocre qui ont tendance à remplacer d’autres activités, comme le commerce de proximité dans le cas d’Oran, ainsi que les activités artisanales dans le cas du Caire, de même qu’une diminution de la fonction résidentielle de ces espaces. Le développement de ce commerce transnational, en lien avec un contexte économique difficile et un contexte politique troublé, a également été accompagné par l’explosion du petit commerce de rue et l’envahissement des espaces publics à l’intérieur même de ces quartiers-marchés par les stands de très nombreux vendeurs de rue. Il s’agit enfin de comprendre comment cette fabrique de la ville par le bas est appréhendée et gérée par les acteurs de la gouvernance urbaine – pouvoirs locaux, administration étatique mais aussi acteurs non gouvernementaux – qui agissent ou tentent d’agir sur l’urbain, dans des contextes que l’on peut qualifier de mouvementés, notamment en ce qui concerne l’Égypte de l’après printemps arabe.

Ma thèse propose ainsi une approche comparative d’un même phénomène – l’interaction entre fabrique urbaine et commerce transnational – par l’étude qualitative de deux places marchandes situées dans le monde arabe. Il ne s’agit pas d’une simple comparaison terme à terme qui serait uniquement fondée sur un recensement des points communs et des différences mais plutôt un aller-retour entre deux terrains qui permet d’enrichir à chaque fois mon questionnement sur les conséquences urbaines d’un commerce transnational très dynamique.

Publié en décembre 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°12

Anne BOUHALI

est doctorante en géographie à l’Université Toulouse 2 le Mirail.
anne.bouhali@univ-tlse2.fr

Bibliographie

Bouhali A,. 2013, « Medina J’dida, un quartier-marché mondialisé sur les routes algériennes du commerce transnational. Vers la définition d’une centralité commerçante régionale », Les Cahiers de

l’EMAM, « Les espaces transnationaux de l’Algérie contemporaine », à paraître.

Mermier F., Peraldi M., 2010, Mondes et places du marché en Méditerranée : formes sociales et spatiales de l’échange, Karthala-MMSH, Aix-en-Provence.

Ribeiro Gustavo L., 2012, “Introduction: what is globalization from below?” in G. Mathews, G. L. Ribeiro, et C. Alba

Vega (dir.),Globalization from below : the world’s other economy, London, New York, Routledge.

Pour citer ce billet : Anne Bouhali, « Commerce transnational et recompositions urbaines de deux places marchandes : une comparaison entre les quartiers-marchés de Medina J’dida (Oran, Algérie) et al-Muski (Le Caire, Egypte) », Le Carnet de l’IRMC, 4 février 2014. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1380

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Transitions politiques et transitions médiatiques au Maghreb

Enriqué Klaus
Photographie de Enrique Klaus

Beaucoup d’avis, plus ou moins bien informés, ont été émis sur le rôle joué par les médias dans les évènements qui ont secoué la région depuis 2011. Du soutien à géopolitique variable de la chaîne qatarie al-Jazeera aux actions « contre révolutionnaires » des chaînes publiques (égyptiennes, tunisiennes et syriennes), en passant par les louanges (souvent béates et absconses) dont ont fait l’objet les réseaux socio-numériques (Facebook, Twitter, YouTube), l’ensemble des médias semble avoir été partie prenante dans ce tournant historique, et continue de l’être[1].

Le programme de recherche « Transitions politiques et transitions médiatiques au Maghreb » repose sur deux hypothèses générales de travail. Premièrement, face à l’extrême volatilité politique que connaissent les institutions étatiques au Maghreb et au Moyen Orient, les médias constituent l’une des principales arènes du jeu politique et l’un des principaux lieux où se négocient les règles de ce dernier. Secondement, en lien quoiqu’en marge de la transition politique, une transition médiatique est à l’œuvre au Maghreb, et plus encore en Afrique du Nord. Cette transition n’épargne aucun pays de la région et elle se donne à voir, tant dans les pays connaissant une transition politique suite à un soulèvement populaire de grande ampleur (Tunisie, Libye, Égypte) que dans ceux ayant connu des manifestations suite auxquelles des réformes ont été entamées (Algérie, Maroc, Mauritanie).

La transition médiatique se nourrit d’au moins trois phénomènes concurrents, ou presque. Le premier a été initié bien avant 2011, alors que la concurrence des « nouveaux médias » a obligé les professionnels de l’information à faire évoluer leurs pratiques professionnelles pour proposer de nouveaux formats de production. Si ceci ne s’est pas accompagné d’un débat sur la fin programmée du journalisme, comme ce fut le cas aux États-Unis et en Europe[2], cet état de fait a amené les journalistes à faire évoluer leurs pratiques (newsrooms intégrées, multimédia, data-journalism), actant ainsi une transition technologique dans le domaine de la production médiatique.

enrique1
© www.dc4mf.org

Au-delà de cet aspect technique, la parenthèse enchantée de la transition, puis l’arrivée au pouvoir de coalitions intégrant des formations islamistes, ont amené à une redéfinition de la donne médiatique au Maghreb. En Tunisie, 228 titres de presse (dont presque la moitié hebdomadaires et 17 quotidiens) ont vu le jour en 2011, selon le rapport de l’Instance nationale de réforme de l’information et de la communication (INRIC)[3]. Cette catharsis devrait faire long feu, en raison de l’exiguïté du marché de la presse en Tunisie (et ailleurs au Maghreb), mais aussi en raison de la politique que mènera la Troïka (et les autorités marocaines, algériennes et libyennes) en matière de censure (morale et/ou politique) sur ce secteur. En outre, en Tunisie comme en Égypte, au Maroc et en Algérie, un véritable débat a émergé dans le sillage de 2011 autour de la réforme de l’audiovisuel public et de la création d’une institution médiatique d’État véritablement au service du public (cf. infra).

Par ailleurs, la vulgate de la « Révolution 2.0 »[4] a eu pour effet de réalité d’étendre la politique de communication institutionnelle des dirigeants à la sphère des réseaux socio numériques, dans un souci totalement inédit de communication et de transparence. C’est ainsi que, dans le sillage de ces évènements, plusieurs personnalités politiques de haut rang, ainsi que des partis politiques et des institutions d’État généralement peu prolixes (les ministères tunisien et égyptien de l’Intérieur, ou encore le Conseil des forces armées égyptiennes) ont créé (avec plus ou moins de maîtrise et d’audace) des comptes Twitter et des pages Facebook.

La transition politique au Maghreb et au Moyen-Orient se double d’une transition médiatique, pour partie inaugurée par les soulèvements de 2011, et pour autre, suscitée par l’innovation technologique et la concurrence d’acteurs nouveaux (professionnels et semi-professionnels des médias). Pour analyser les ferments et les accomplissements de cette nouvelle donne médiatique, le programme de l’IRMC « Transitions politiques et transitions médiatiques au Maghreb » ambitionne de topographier le champ élargi des médias, selon la double logique top-down/bottom-up, en anticipation des évènements institutionnels et politiques qu’annoncent la fin de la transition et l’édification d’un nouveau régime politique. Pour ce faire, le programme se structure autour des trois axes suivants :

Axe 1 : Souveraineté nationale et transformations du paysage médiatique

Ce premier Axe est conçu à la fois comme un prérequis nécessaire à la conduite des travaux des deux axes suivants, mais également comme un axe à part entière doté d’une problématique propre. Il constitue un pré requis dans la mesure où l’on considère que les utilisateurs de médias de facture plus récente n’évoluent pas dans un environnement médiatique vierge, fait des seuls réseaux socio-numériques, mais que leurs pratiques se nourrissent en grande partie de leur consommation de médias de facture classique (TV, radio, presse), dont ils relaient et commentent les productions.

Il s’agit d’un axe à part entière en ce sens qu’il ne se résume pas à une monographie du champ médiatique au Maghreb, mais qu’il interroge les nouvelles modalités pratiques de production de l’information au Maghreb. Deux sous-axes sont privilégiés dans cette optique. Le premier concerne les politiques publiques en matière d’information : quelles politiques en matière d’encadrement des médias sont-elles envisagées au Maghreb dans le sillage des soulèvements de 2011 ? Quels mécanismes de régulation sont mis en œuvre ? Quelle(s) identité(s) nationale(s) est(sont)-elle(s) promue(s) à travers la programmation et les cahiers des charges des médias publics ? Qu’entend-on à présent, sur les décombres de médias étatiques propagandistes, par « service public » ? Quel(s) public(s) se prête-t-on et quelle définition de la nation tunisienne est-elle retenue ? Quelles attentes lui sont attachées ? Quelles stratégies sont adoptées pour conserver une souveraineté nationale en matière d’information ?

Le second sous-axe consiste en une sociologie des journalistes privilégiant (sans toutefois s’y limiter totalement) les organes publics en matière d’information (agences, T.V., radios et presse) : de quelle(s) formation(s) ont-ils ou elles bénéficié ? Quelle(s) trajectoire(s) professionnelle(s) ? Quel est leur statut ? Leurs pratiques professionnelles différentielles de celles de leurs confrères et consœurs des médias privés ? Comment ces pratiques ont-elles évolué avec la concurrence des chaînes transnationales et des réseaux socio-numériques, et dans le contexte transitionnel que connaît la région ?

Axe 2 : Les nouvelles modalités de production de l’information sur les réseaux socio-numériques

Complémentaire du premier, l’Axe 2 s’intéresse à la production de l’information par des moyens non conventionnels, pour ainsi dire, principalement les réseaux socio-numériques (Facebook, Twitter, YouTube, etc.). Il s’agira ici d’éviter de se concentrer sur un cyberactivisme mollement défini qui laisserait accroire à l’existence d’un espace numérique arabe entièrement dévoué aux activités politiques. L’objectif est d’élargir la focale aux usages les plus quotidiens qui peuvent être faits de ces réseaux socio-numériques, c’est-à-dire les « cyberactivités » ordinaires et souvent ludiques des usagers[5]. C’est en analysant les liens entre, d’une part, les usages ludiques et récréatifs de Twitter et de Facebook et, d’autre part, ceux à caractère politique que l’on pourra approcher une « transformation plus essentielle du politique, tel qu’il se forge dans la société en conversation du Web arabe » (Gonzalez-Quijano, 2012)[6].

Trois sous-axes alimenteront nos travaux sur les nouvelles modalités de production de l’information en ligne à travers les réseaux socio-numériques. Le premier s’intéresse à un certain type de sources à partir desquelles est principalement produite l’information politique. On s’attachera ainsi à analyser la communication institutionnelle au Maghreb telle que celle-ci se pratique désormais sur les réseaux socio numériques. Comme mentionné en introduction, nombreux sont les hommes politiques – au pouvoir ou dans l’opposition – les partis politiques, ou les institutions étatiques, à s’exprimer directement ou indirectement sur les réseaux socio-numériques[7]. Quels types de communication sont privilégiés sur ces différents espaces en ligne ? En quoi diffèrent-ils de ceux utilisés sur les canaux classiques de l’information institutionnelle (communiqués, interviews, talk-shows, etc.) ? Quelles réactions suscite l’intrusion de l’establishment politique et des institutions étatiques sur ces plateformes dont ils étaient massivement absents jusqu’alors ? La communication institutionnelle sur les réseaux socio numériques inaugure-t-elle une nouvelle ère dans les relations entre gouvernants et gouvernés ?

TV_SCREENS_WHITE_BACKGROUND
© www.madwatch.net

Le deuxième sous-axe porte sur les producteurs d’information non institutionnels, semi-professionnels, collectifs ou individuels, actifs sur les réseaux socio-numériques (en tant qu’instrument connexe à un site ou un blog ou en tant que média en propre). On retrouve ici différents types d’acteurs qui ont gagné en visibilité dans la production de l’information sur ces espaces en ligne : les autoproclamées « agences de presse en ligne » qui ont fait leur apparition dès 2011, les weblogs collectifs (du type Nawaat en Tunisie ou Mamfakinch au Maroc), ou encore les comptes individuels de premier plan. S’agissant de ces derniers (généralement des blogueurs), on ne les considérera pas seulement comme des « leaders d’opinion » mais, au-delà d’une masse critique de followers, comme des médias à part entière dotés d’une audience propre. Quant aux « agences de presse en ligne », il s’agit de grandes structures disposant d’un réseau élargi de correspondants (par ex. @ActuTunisie ou @emouatin au Maroc), et dont certains, comme « Rasd » en Égypte lié au Frères musulmans, sont adossés à des structures politiques préexistantes, sans que cela ne soit forcément « assumé » en ligne. Toujours dans le même sous-axe, un type particulier de production retiendra notre attention. Nombreux sont les comptes Twitter, les pages Facebook et les chaînes YouTube à privilégier une satire apolitique, généralement sur le mode de l’autodérision nationale, pouvant ponctuellement déboucher sur une critique à caractère politique. L’un des exemples maghrébins les plus aboutis de ce type de phénomène est sans conteste la page « Bouzabal » (avec une audience de 931 946 « J’aime » au 22 octobre 2013), qui a fini par créer en 2012 son propre site Internet d’information mêlant le ludique et le politique, « BouzyPress ». Le but est d’analyser la dialectique menant « de la dérision à la subversion » que l’on a pu observer sur les réseaux en ligne en France (Dagneau, 2011) et ailleurs, et qui prend une tout autre dimension lorsqu’elle est projetée en contexte post-autoritaire (et non démocratique), comme celui de la Tunisie et des autres pays du Maghreb. Comment ces différents types d’acteurs produisent-ils de l’information ? Quelle fiabilité leur accorder ? Quels mécanismes de correction sont-ils prévus ? En quoi l’information s’en trouve-t-elle changée, dans sa nature même, notamment en raison du recours simultané à l’écrit, la photographie, la vidéo, mais aussi les enregistrements radiophoniques et les diagrammes analytiques ?

Enfin, le dernier sous-axe compte tirer pleinement profit de l’exceptionnel poste d’observation que constituent les réseaux socio-numériques afin de saisir les pratiques des consommateurs des médias. Jamais un moyen de communication ne nous aura donné un accès aussi direct à des occurrences naturelles (i.e. occasionnées sans la médiation de l’analyste) d’expériences réflexives de consommation des médias. Ainsi, à travers Twitter (et dans une bien moindre mesure Facebook), peut-on voir à l’œuvre un exercice très en vogue consistant à commenter en direct et à réagir à chaud à des productions médiatiques aussi diverses que des débats politiques télévisés ou radiophoniques, des journaux télévisés, des séries T.V., ou encore des rencontres footballistiques, sur le fil de hashtags formulés ad hoc. C’est en ce sens que l’on peut dire que les réseaux socio-numériques, et Twitter tout particulièrement, permettent de saisir à vif les réactions d’auditeurs, de téléspectateurs, ou de lecteurs, sans médiation aucune.

Axe 3 : Émergence et consolidation de médias alternatifs

Le dernier axe de ce programme s’intéresse à certaines formes d’expression artistique qui peuvent être employées en tant que médias. On pense ici aux (web)documentaires, à la bande dessinée[8] (en ce incluses les caricatures)[9], au street art (collages, graffiti, stickers)[10] qui peut être mis à contribution pour diverses campagnes de sensibilisation[11], au hip-hop et à la description qu’il offre d’un engagement politique ou d’un vécu marginalisé[12]. La plupart de ces modes d’expression a connu une évolution antérieure aux mouvements de contestation de 2011. Force est toutefois de constater qu’ils ont pris une nouvelle dimension depuis lors, en partie en raison de la catharsis qu’ont provoquée les évènements de 2011, et en partie en raison du recours aux réseaux socio-numériques pour diffuser ce type de productions.

Ce sont précisément là les deux directions que devront emprunter les travaux de cet axe. L’un s’intéressera à la production artistique en tant que telle : Quels référents culturels et idéologiques sont mobilisés dans ces diverses productions ? Quels acteurs les animent ? D’où viennent-ils ? Quelle est leur formation ? L’autre direction de recherche portera sur l’usage des réseaux socio numériques : comment ces productions, à la lisière de l’artistique et du politique, participent-elles de l’univers symbolique, visuel et culturel, des acteurs sur les réseaux socio-numériques ?[13] S’agit-il d’un choix par défaut ou d’une véritable stratégie visant à rester à l’écart des canaux de distribution « grand-public » ? Quels publics (locaux, nationaux, internationaux) visent-ils ?

Publié en décembre 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°12

Enrique KLAUS

est politologue, chercheur postdoctoral contractuel du MAEE

Pour citer ce billet : Enrique Klaus, « Transitions politiques et transitions médiatiques au Maghreb », Le Carnet de l’IRMC, 08 janvier 2014. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1342

 


[1] À titre, d’exemple, en Égypte, la contestation s’est tôt déplacée de Tahrir à Maspero, devant les locaux de la T.V. publique. Récemment, le 7 octobre 2013, le transmetteur de la T.V. publique a été pris pour cible par des tirs de roquettes, dans le quartier de Maadi au Caire, dans une opération revendiquée par les Kata’ib al-Forqân . Quelques jours plus tard, le 13 octobre, ce fut au tour de la télévision publique syrienne d’être prise pour cible.

[2] Sur ce point, cf. Scherer Éric, 2011, A-t-on encore besoin des journalistes ? Paris, PUF.

[3] Rapport général de l’Instance nationale de la réforme des médias et de la communication, avril 2012, p. 52. [en ligne (en arabe) : http://www.inric.tn/INRIC%20Rapport%20final.pdf].

[4] Pour reprendre le titre du livre-témoignage de Wâ’il Ghunaym, 2012, Al-thawra 2.0. Idhâ alsha‘b yawman arâda al-haya (= La Révolution 2.0. Si le peuple veut un jour la vie), Le Caire, Dâr al- Shurûq.

[5] J’emprunte ici l’heureuse expression de « cyberactivités » à Myriam Achour Kallel, 2012, « Des écritures ordinaires sur Facebook : cyberactivités et cyberactivismes », in S. Najar (dir.) Le cyberactivisme au Maghreb et dans le monde arabe, Paris-Tunis, IRMC-Karthala, 227-243.

[6] En lien avec ceci, une récente étude du PEW Research Center sur la population américaine montre que l’information sur les réseaux socio-numériques est « une expérience commune mais incidente », alors que 47 % des adultes utilisateurs de Facebook s’enquièrent de nouvelles sur cette plateforme, quand bien même 78 % de ces mêmes personnes y sont pour des raisons autres qu’informationnelles.

[7] Cf. sur ce point l’article de Chirine Ben Abdallah, 2012, « L’engagement politique des internautes tunisiens au lendemain de la révolution : les pages Facebook seront-elles une arme à double tranchant ? », in Najar S., op. cit.,125-140.

[8] Pour illustrer ce point, on contentera de citer Joe Sacco, l’un des pionniers du journalisme en bande dessinée, s’exprimant sur sa conception de l’enquête dans ce type de production : « Quand j’ai recours au témoignage d’un témoin oculaire, je pose des questions visuelles pertinentes : Combien de personnes y étaient ? Y avait-il des barbelés ? Les gens étaient-ils debout ou assis ? A minima, je veux orienter les lecteurs vers un moment particulier, mais mon but est de satisfaire le témoin oculaire de ce que ma description dessinée représente essentiellement son expérience ». Joe Sacco, 2011, Journalism, New-York, Metropolitan Books Henry Holt & Co., p.xii

[9] Avec des caricaturistes très actifs en ligne tels que Ali Dilem en Algérie, Khaled Gueddar au Maroc, Doaa el-‘Adl en Egypte, ou Z en Tunisie.

[10] Cf. la recension de l’anthropologue Vincent Battesti sur les autocollants de la Révolution égyptienne.

[11] On pense ici aux campagnes égyptiennes anti harcèlement sexuel, « les militaires sont des menteurs » (al-‘askar kâdhibûn), « attrape un suppôt de l’ancien régime » (imsik fulûl), ou encore leur usage en contexte électoral en Égypte comme en Tunisie.

[12] Cf. sur ce point les travaux de Nicolas Puig disponibles en ligne, avant 2011 ou ceux de Francesco Mazzucotelli après.

[13] On pense ici à l’adoption de certaines productions visuelles comme identifiant (« avatars ») sur les réseaux socio-numériques, marquant parfois un alignement politique. Un bon exemple est offert par le logo jaune de la main à quatre doigts adopté par les Frères musulmans égyptiens (lequel a fait des émules sur des comptes bien au-delà des frontières égyptiennes), ou encore par les caricatures de Willis from Tunis en Tunisie.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Processus électoraux, révolutions et transitions en Égypte et en Tunisie

Sarah Ben Nefissa a organisé à Tunis le 24 avril 2012, avec l’IRMC, une rencontre scientifique sur Processus électoraux, révolutions et transitions en Egypte et en Tunisie [1] (partenariat IRMC-Tunis, IRD-Paris, MMSH-Aix-en-Provence).

Présentation et contexte. L’analyse des révolutions et des mouvements sociaux dans le monde arabe a fait l’objet, depuis 15 mois, de nombreuses manifestations scientifiques organisées par l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain. Ont été étudiées successivement les questions des hybridités politiques entre autoritarisme et démocratie, du changement constitutionnel et des transitions démocratiques, de l’expression des sociétés civiles et des nouvelles formes de la citoyenneté, du cyberactivisme et des mouvements sociaux en ligne.

En mars 2012, l’IRMC a soutenu un séminaire organisé en partenariat avec le Ladyss (Universités Paris 1 et Paris 10), l’OTTD (Observatoire tunisien de la transition démocratique) et la Fondation Hanns Seidel, sur la géographie électorale et les déterminations territoriales et régionales du scrutin tunisien des élections à la Constituante du 23 octobre 2011. Il a souhaité le 24 avril 2012, en partenariat avec l’IRD (UMR 201, Développement et sociétés) et l’IREMAM (Institut de recherches et d’études sur le monde arabe et musulman, UMR CNRS 7310), proposer une première comparaison des processus électoraux, révolutions et transitions dans les deux pays qui ont ouvert les « Printemps arabes » début 2011, l’Égypte et la Tunisie.

Cette rencontre a rassemblé des intervenants égyptiens, tunisiens et français, chercheurs confirmés et post doctorants, doctorants et masters. Elle a permis de mettre en évidence la continuité du processus établi dans les sociétés égyptienne et tunisienne entre les moments de l’effervescence sociale dits de la révolte ou de la révolution, et ceux de l’organisation citoyenne et politique pour la préparation des élections et la réalisation du scrutin. Une publication à eu lieu à l’automne 2012 dans la revue « Confluences méditerranéennes ».

Premiers résultats

1. Le cheminement politique de la révolution aux élections. Les participants ont entériné l’idée, sans charge religieuse dans les deux cas, d’une révolte puis d’une révolution populaires, parties du centre du pays pour la Tunisie, et beaucoup plus localisées au Caire pour l’Égypte. Elles ont été suivies d’une restauration autoritaire appuyée par l’armée en Égypte, et d’une rupture constitutionnelle en Tunisie. Deux clivages politiques majeurs y ont structuré les mouvements sociaux : l’ordre de la dictature comme « rempart » contre l’islamisme ; l’opposition à la dictature et l’alliance ou non des « démocrates » avec les islamistes.

Si en Égypte les premiers résultats électoraux ont vite campé un paysage majoritaire pour les islamistes (60 % dont 24 % salafistes), l’itinéraire tunisien a été jalonné par des gouvernements de transition et des institutions de régulation (Haute Instance, ISIE) chargées de déterminer notamment le mode de scrutin proportionnel, et les lois de parité des candidats, dans la recherche d’un compromis jusqu’au passage aux urnes.

Dans les deux cas, le vote a exprimé une sanction face aux régimes et partis dominants (NDP en Égypte, RCD en Tunisie). Il s’est toutefois agi en Tunisie d’un vote de sanction du passé, de rupture avec l’ancien système et d’identification à ses victimes. Le vote des Égyptiens était plus tourné vers un élan de sympathie avec les futurs dirigeants, leurs idées et leurs valeurs religieuses, pour un nouveau projet de société. Si, en Égypte, le score des partis civils (le « civil » entendu non comme une séparation mais comme une forme de dialogue entre l’État et la religion) a été plutôt faible (11 %), en Tunisie, un débat demeure autour de l’identité tunisienne entre acquis modernistes, islam modéré et Salafisme, dans un contexte de voisinage privilégiant, jusqu’à présent, davantage l’Europe à l’Arabie saoudite ou aux pays du Golfe.

2. La mobilisation de tous les acteurs. La joie et l’enthousiasme de tous et de chacun, pour aller voter, ont bien été signalés. Les participants se sont interrogés sur le « sens » du vote : un projet politique ou des intérêts d’affaires ? Sarah Ben Néfissa (coordinatrice des rencontres) a bien illustré, à ce titre, comment l’électeur est le produit de logiques d’intérêts sociaux et économiques, de dépendances multiples, de luttes et de conflits communautaires exercés sur lui par les institutions et acteurs locaux. Les votes, et ce fut le cas dans les deux pays, y ont toujours été travaillés par des phénomènes de clientélisme administratif, auxquels pourraient aujourd’hui se substituer les réponses des partis islamiques aux besoins de proximité, d’assistance et de service social des populations. Il a été montré que les femmes (45 % des inscrits volontaires), bien qu’ayant obtenu la parité en Tunisie, à laquelle avait aisément souscrit le parti Ennahdha, y étaient rarement têtes de listes et toujours en position de rendre des comptes quand à la légitimité de leur présence.

L’accent a aussi été mis sur le foisonnement des partis politiques. Avant leurs révolutions, Égypte et Tunisie souffraient d’un discrédit des formes partisanes et d’une crise de la représentation politique. Durant la transition la demande d’accréditation de partis a été pléthorique (autour de 120 en

Tunisie). En Égypte, les Frères musulmans, suivis des Salafistes, qui en tant qu’organisations de prédication refusaient les partis politiques, ont été les premiers à en créer un. De leur côté les notables locaux, auparavant présentés comme indépendants, ont eux aussi cherché l’investiture des partis et se sont réclamés de la proportionnelle. Les résultats ont toutefois récusé cette explosion : en Tunisie par exemple, près de 35 % des Tunisiens, ayant voté pour des petites listes indépendantes, n’ont aucune représentation à la Constituante.

3. L’interprétation du vote et le sens des élections. Il a été montré que le principe démocratique « un homme = une voix » remet en question l’idée que le choix électoral serait socialement construit, la fraude apparaissant comme une digression face à la symbolique de la solitude de l’isoloir et de l’urne transparente. En matière de comptage de l’électorat, la seule source fiable aujourd’hui en Tunisie s’avère être celle des inscrits volontaires, à l’été 2011, au nombre de 4 098 888 et dont 86,1 % ont voté. Les 3 470 936 inscrits dits automatiques, sur la base du fichier peu fiable (décès non enregistrés) des Cartes nationales d’identité, ont voté à 16,2 %.

Les analyses des résultats ont donné lieu à trois types de matrices d’analyse du processus électoral :

– L’explication par la recherche des liens entre la géographie de l’implantation des partis et les caractéristiques des territoires. Les inégalités sociales et territoriales ont été présentées comme possibles clefs d’analyses des comportements électoraux. Ainsi en Tunisie les grands partis réalisent de meilleurs scores dans les zones côtières urbaines que dans les zones rurales de l’intérieur. Dans ces dernières par contre, le parti Al Aridha Ecchaâbiya (Pétition populaire pour la liberté, la justice et le développement), s’est particulièrement implanté. On a pu noter, de même, de meilleurs scores des modernistes dans les villes côtières voire dans celles du Nord-Ouest, malgré de fortes dispersions et une concurrence entre ces listes. Enfin, on a noté que le parti islamiste Ennahdha réalise ses meilleurs scores dans les régions où les taux d’emploi féminin sont les plus faibles, avec toutefois une très forte participation dans les zones industrielles et au Sud. On en a conclu que le vote urbain serait un vote de classe et le vote rural un vote d’appartenance territoriale.

– L’explication par les individus leaders. On a insisté sur les aptitudes, les capacités, les compétences et les stratégies de l’acteur électoral. Les interventions égyptiennes ont mis l’accent sur la recherche d’indicateurs d’identification de candidats indépendants capables de battre les partis établis. Il en découle un profil électoral : le prestige scientifique, la capacité d’éloquence, le pragmatisme de la campagne basé à la fois sur la représentation régionale et la représentation du peuple, une bonne utilisation des réseaux sociaux, et la capacité à échapper aux polarisations des islamistes en s’inscrivant dans des formes de continuité idéologique.

– L’explication par l’imaginaire collectif et communautaire porté par un leader. Ce fut le cas en Tunisie du Parti Al Aridha Ecchaâbiya qui a obtenu 256 000 voix et 26 sièges à la Constituante, résultats non prévus et aujourd’hui encore considérés comme une « énigme ». Plusieurs éléments d’interprétation ont été proposés pour expliquer l’impact de ce parti : la figure charismatique de son leader Hechmi Hamdi, dissident du parti islamique Ennahdha et ancienne figure d’opposition à Ben Ali ; le fait qu’il possède à Londres une chaîne satellitaire (Al Mustakilla) émettant depuis plusieurs années ; son projet de programme « clientéliste » et populiste (transports et soins gratuits avec prime de chômage) ; sa présentation comme migrant (exilé) de son territoire (depuis Londres), et s’appuyant sur les NTIC pour défendre un populisme de revanche des exclus et de la plèbe.

Ces rencontres ont permis d’aborder la question des transitions politiques dans les sociétés arabes en mettant en relation les motivations des populations tant dans leurs capacités à renverser les régimes en place, qu’à reconstruire de nouvelles formes de légitimité incarnées dans le processus électoral. Cette première rencontre sera suivie à l’automne 2012 d’une session retour au Caire qui serait l’occasion d’une coopération entre l’IRMC, l’IRD, l’IREMAM et le CEDEJ, prélude d’un plus vaste projet d’observatoire des histoires sociales du vote dans les situations de transition et de recomposition des espaces publics dans les nouveaux mondes arabe et musulman.

Publié en septembre 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°10

 

Pierre-Noël DENIEUIL

est sociologue et directeur de l’IRMC.

Pour citer ce billet : Pierre-Noël Denieuil, « Processus électoraux, révolutions et transitions en Égypte et en Tunisie », Le Carnet de l’IRMC, 17 janvier 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/771

 


[1] Ont été ici résumés les grands axes des interventions de : Sarah Ben Néfissa, Mohamed- Chérif Ferjani, Michael Lieckefett, Michael Béchir Ayari, Alia Gana, Samer Soliman, Mohamed Kerrou, Sana Ben Achour, Clément Steuer, Myriam Catusse.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Regards croisés sur les mouvements sociaux en ligne, les mutations sociopolitiques et les processus de transition démocratique en cours

Soucieux de jouer pleinement son rôle de mobilisateur dans le domaine de la recherche sur des questions prioritaires dans les pays du Maghreb, l’IRMC poursuit sa réflexion sur le rôle des TIC dans les transformations sociopolitiques. Loin d’être une simple thématique de recherche en vogue, cette question s’est imposée en raison de l’évolution intermittente des événements sociopolitiques dans les pays de la région. L’appréhension de cette question nécessite une approche transdisciplinaire couplée d’un regard croisé et d’une synergie entre des chercheurs qui s’intéressent à des expériences de transition démocratique différentes.

La rencontre « Mouvements sociaux en ligne face aux mutations sociopolitiques et au processus de transition démocratique », a été organisée à Sidi Bou Saïd, du 12 au 14 avril 2012 avec le soutien du Centre de Recherche pour le Développement International (CRDI) canadien. Elle a permis à une trentaine de participants (Algériens, Belges, Canadiens, Espagnols, Français, Grecs, Italiens, Libanais, Libyens, Roumains, Turques, Tunisiens, Yéménites et Sud-américains) de débattre d’une question d’actualité relative aux transformations sociopolitiques qui traversent le bassin méditerranéen, en tirant profit des expériences vécues dans d’autres pays appartenant à des aires géographiques et socioculturelles différentes (en l’occurrence les expériences de l’Europe de l’Est et de l’Amérique Latine).

Les travaux se sont articulés autour de quatre axes thématiques. Le premier concerne la routinisation des usages sociaux des TIC et la socialisation politique et démocratique ; le deuxième a porté sur les mouvements sociaux en ligne, les nouveaux acteurs politiques et les légitimités antagoniques ; le troisième a été focalisé sur l’espace public « virtuel », l’exercice de la citoyenneté et les enjeux éthiques dans un contexte de transition démocratique. Quant au quatrième thème, il était axé sur le rôle des femmes dans les mouvements sociaux en ligne. Par ailleurs, deux ateliers ont été consacrés à la présentation des expériences démocratiques en Amérique Latine (le Chili et le Brésil) et en Europe de l’Est (la Grèce, la Roumanie, la Bulgarie et la Serbie), et du processus de transition démocratique dans certains pays arabes (au Yémen, en Libye et en Syrie). Plusieurs points saillants peuvent être dégagés à l’issu des travaux :

1- L’intérêt de l’approche adoptée caractérisée par l’ouverture au regard extérieur et la comparaison, d’une part, entre des contextes géopolitiques et socioculturels hétéroclites et, d’autre part, entre des champs disciplinaires différents. Cet échange fructueux entre les participants a permis de mettre l’accent sur les caractéristiques communes propres aux usages des TIC dans un contexte de transition démocratique (capacité de mobilisation politique ; démocratisation de la participation politique en dépit de la fracture numérique entre les catégories sociales et les régions ; importance de la dimension émotionnelle, voire utopique ; effervescence révolutionnaire ; circulation des rumeurs ; incertitude liée au processus de transition, etc.). Nous avons constaté également les singularités des contextes et la diversité des expériences : le rôle crucial joué par les TIC dans les transformations politiques en Tunisie et en Égypte, contrairement aux contextes libyen et yéménite par exemple où le nombre de cyberactivistes est encore limité en raison de la faiblesse du taux de pénétration d’Internet. Les mouvements sociaux en ligne y ont suivi, d’une part, l’effervescence sociale et, d’autre part, l’exemple des cyberactivistes tunisiens et égyptiens.

2- Les réseaux sociaux numériques qui ont fait leur preuve (à des degrés variables) au niveau de la lutte contre l’autoritarisme, sont de plus en plus questionnés en tant que moyen efficient pour la socialisation politique et la mobilisation citoyenne dans un contexte de transformation sociopolitique et de transition démocratique. Les expériences latino-américaines et Est européennes ont nourri la réflexion sur cette question. En effet, l’accent a été mis sur le fait que les réseaux sociaux favorisent une conception plus horizontale de la démocratie, fondée sur l’idée d’une organisation politique moins hiérarchique. Un autre point a été évoqué ; il concerne la place tenue par la diaspora au niveau de la transition démocratique (le cas de la Roumanie par exemple).

3- Les mouvements sociaux en ligne ont joué un rôle important sur le plan de la reconfiguration de la sphère publique. Les différents participants ont insisté sur la nécessité de dépasser le déterminisme technologique et de tenir compte de l’articulation entre l’espace public traditionnel et l’espace public médiatisé par les TIC. À ce titre, l’accent a été mis sur l’amplification, c’est-à-dire que les TIC perpétuent des tendances lourdes déjà existantes ou naissantes et renforcent une pluralité de tendances.

4- La Toile numérique assure, dans une large mesure, une meilleure visibilité des nouveaux acteurs impliqués dans le processus de transition démocratique, dont les femmes qui investissent l’espace public alternatif et qui proclament, en tant que citoyennes à part entière, leur droit à la participation politique.

5- Les mouvements sociaux en ligne ont certes joué un rôle important au niveau de la lutte contre les régimes autoritaires, mais il est important aujourd’hui de procéder à une démythification des TIC en s’interrogeant sur les effets pervers des usages de ces nouvelles technologies qui peuvent nuire au processus de transition démocratique et constituer un espace contre révolutionnaire.

De manière générale, les débats ont permis à l’IRMC de contribuer à la réflexion sur des questions d’actualité qui n’ont cessé d’interpeller la communauté scientifique dans le domaine des sciences humaines et sociales et de penser les bifurcations sociopolitiques à l’œuvre dans la région du Maghreb et de la Méditerranée. Une telle manifestation de portée internationale, a ceci d’important qu’elle a été basée sur la comparaison entre des approches propres à des champs disciplinaires différents et entre des expériences démocratiques hétérogènes.

Sur un autre plan, plusieurs participants aux journées sont membres du réseau Communication, médias et liens sociaux en Méditerranée « COMMED » (initié par l’IRMC dans le cadre d’un projet GDRI). Ils se sont réunis pour la finalisation du projet qui doit être soumis au CNRS.

Enfin, il importe de souligner que cette rencontre a été l’occasion de renforcer et d’élargir le réseau qui a été constitué en 2010. De plus, elle ouvre des perspectives de coopération avec le CRDI. À ce titre, un projet de recherche a été discuté en marge de la réunion pour contribuer à la réflexion sur des questions prioritaires pour la région en rapport avec les transformations sociopolitiques et le processus de transition démocratique au Maghreb. Cette région qui représente un terrain empirique complexe et hétéroclite offre un observatoire de recherche d’un intérêt certain.

Publié en septembre 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°10 

Sihem NAJAR

est sociologue et chercheure détachée de l’Université tunisienne. Elle conduit à l’IRMC le programme Stratégies identitaires, mobilités spatiales et nouvelles formes de liens sociaux en Méditerranée.

 

Pour citer ce billet : Sihem Najar, « Regards croisés sur les mouvements sociaux en ligne, les mutations sociopolitiques et les processus de transition démocratique en cours », Le Carnet de l’IRMC, 13 décembre 2012. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/663

 

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Affrontements armés, réseaux tribaux et prédation aux frontières de la Libye

Situation géographique de la Libye
© Médecins sans frontières

Depuis le mois de février 2012, les frontières libyennes connaissent une flambée de violence et d’affrontements armés. De M’saêd aux portes de l’Égypte à Ras Jdir sur la frontière tunisienne et de Ghat sur la route du Niger à Lâwinet aux environs de Koufra, des milices armées ont investi les postes frontaliers et douaniers ainsi que les pistes de la contrebande chassant les fonctionnaires récemment affectés par le gouvernement provisoire de Tripoli. Ces milices sont composées en général de jeunes issus de tribus ou de groupes ethniques dont les territoires historiques sont situés à proximité ou à cheval sur l’une ou l’autre des frontières. Elles sont aussi l’émanation des réseaux de contrebandiers actifs sur les routes et les pistes reliant les principaux marchés de Libye aux pays frontaliers. Toutefois, au-delà des similitudes des situations qui caractérisent les actions armées d’occupation des postes par les diverses milices, les configurations de chaque situation restent marquées par des spécificités qui peuvent être succinctement exposées comme suit :

Le poste de Ras Jdir à la frontière tuniso-libyenne : Un butin de guerre âprement disputé

Les milices de la ville de Zouara[1] ont occupé le poste de ras Jdir et ont imposé une administration des douanes et de la sécurité issue de leurs rangs, considérant ainsi la prise de contrôle de cette frontière comme un « butin de guerre ». Grâce à ce fait d’arme, les milices de Zouara ont, dans une première phase, contraint les Libyens originaires de toutes les autres régions du pays et particulièrement les commerçants transitant par la frontière, à leur verser des « droits de passage » avant de monopoliser progressivement, dans une seconde phase, le commerce transfrontalier avec la Tunisie.

Poste frontière de Ras Jdir.
© AFP / Mahmud Turkia

L’absence de l’Armée et des forces de sécurité à la frontière a favorisé l’essor, sans précédent, des trafics de stupéfiants et de la contrebande des boissons alcoolisées en direction de la Libye[2]. La recrudescence des activités d’échanges contrôlées par les milices de Zouara a amené celles-ci à étendre leur emprise sur l’ensemble du « territoire » qui s’étend de la ville de Ajilet au poste de Ras Jdir et notamment sur les routes qui relient la capitale Tripoli à la frontière tunisienne. Cette mainmise sur la frontière suscite l’animosité de plusieurs tribus et milices armées dans l’Ouest libyen et particulièrement celles de Regdaline et d’Al Jamil[3]. Ces dernières n’ont pas hésité à organiser une série d’attaques sanglantes destinées à déloger les milices de Zouara de leurs postes et à s’assurer le contrôle des routes de la Tripolitaine en canalisant les flux commerciaux et de contrebande suivant une voie située plus au Sud et traversant leurs territoires tribaux respectifs. Tentatives qui se sont souvent soldées par des échecs face à l’intensité de feu déployée par les miliciens lourdement armés de Zouara.

Les milices de Zouara – qui ont par le passé entretenu d’étroites relations avec leurs partenaires tunisiens de Ben Guerdane – ont à plusieurs reprises traversé la frontière tunisienne pour des expéditions punitives contre les réseaux de contrebandiers récalcitrants. Mais ce sont les exactions commises contre les éléments de la Garde Nationale tunisienne, le pilonnage des postes de douane et l’enlèvement des soldats qui sont les plus spectaculaires et témoignent de la volonté (et des capacités logistiques et financières) de la milice de Zouara d’imposer un nouveau rapport de force à la frontière.

Le poste de M’saêd à la frontière égypto-libyenne : le compromis entre les réseaux

Les milices de Toubrouk (Thouwaar Deraâ Tobrouk)[4] ont investi le poste de M’saêd après avoir chassé les autres groupes armés qui s’y sont installés depuis le début des évènements en mars 2011. Toutefois, les habitants de Selloum et de Boukbouk, localités égyptiennes proches de la frontière, redoutant la mainmise de cette milice sur le commerce transfrontalier et notamment le trafic du carburant, ont organisé une expédition qui leur a permis de repousser les groupes armés vers l’intérieur du territoire libyen. Les escarmouches et les combats localisés se sont déroulés sous l’oeil de l’Armée égyptienne qui s’est abstenue de toute intervention. Depuis le mois de février 2012, une sorte de compromis semble régir les rapports entre les acteurs dans la région.

Les milices de Toubrouk contrôleraient une partie importante des trafics de carburant et de produits alimentaires subventionnés en direction de l’Égypte, et les groupes de Selloum domineraient la filière des passages clandestins des travailleurs vers la Libye.

La Piste de Dongola à Lâwinet à la frontière soudano-tchado-libyenne : le poids des guerres et la tentation de la scission

Différemment des deux précédentes frontières, la région orientale du Fezzan a servi ces dernières années comme base arrière pour plusieurs groupes armés dissidents ayant participé aux soulèvements du Darfour ou de l’Ennedi. La disparition de Kadhafi a suscité les ambitions des minorités ethniques de la région et particulièrement les Toubous dont le territoire historique est situé à cheval sur les trois pays limitrophes. L’éloignement de la capitale Tripoli et de Benghazi ou Misratha, foyers principaux du soulèvement armé en Libye, a permis aux Toubous d’asseoir leur domination sur la majeure partie de la route de Dongola et de chasser toutes les autres milices qui se seraient opposées à leur projet. Toutefois, la valorisation du commerce transfrontalier de la « piste de Dongola » nécessitait le réseautage d’une série de villes étapes et principalement Koufra et Sebha. Or, ces villes, bien que peuplées par une importante communauté touboue, n’en étaient pas moins des villes garnison et abritaient d’autres groupes tribaux, dont les Zouî qui jouissaient de solides alliances avec les puissantes milices du Nord. Les affrontements qui eurent lieu en février et mars 2012 se sont soldés par un partage de facto des territoires dans les deux villes et une hégémonie totale des groupes toubous sur la piste de Dongola et son principal poste Lâwinet. Face aux contestations émanant des autres milices ennemies, les groupes toubous, forts de leurs succès sur le terrain, ont agité la menace de sécession, laquelle serait le prélude à l’édification d’un « État national pour le peuple toubou »[5].

Par le passé, le régime de Kadhafi a permis, dans certaines mesures et selon les contextes, l’interpénétration des circuits de l’économie informelle avec ceux qui sont organisés et structurés par l’État et les autres acteurs privés. Cette interpénétration ne fut pas l’œuvre ou la conséquence de la corruption des fonctionnaires ou l’expression d’un quelconque laxisme, mais comme une forme de clientélisme, une politique clairement établie et instituée à des fins de régulation politique et économique. Cette politique a donc transformé peu à peu les frontières en ressources accaparées par certains groupes tribaux locaux. La chute du « Guide » aurait pu déboucher sur une remise en cause des « privilèges de la frontière » et l’arrivée de nouveaux acteurs pour concurrencer les anciens cartels.

Toutefois, la mobilisation des tribus dont les territoires vécus ou revendiqués se situent dans les zones frontalières, a mis en échec la recomposition des rapports de force. Cette mobilisation a dépassé le simple cadre de la solidarité entre les membres d’un même groupe tribal ou ethnique et a fait appel à une multitude de réseaux sécuritaires, politiques mais aussi ceux actifs dans les trafics d’immigrés ou de stupéfiants. C’est cette forme de mobilisation-alliance entre réseaux qui constitue aujourd’hui l’un des traits saillants de la dynamique qui anime les territoires situés de part et d’autre des frontières libyennes.

Cette dynamique prend la forme d’une ruée armée des groupes tribaux vers l’occupation armée des frontières, la mise en exergue des revendications sur la prédominance du territoire, la subversion de la frontière et la réinvention-réactivation des représentations symboliques ancrées dans les valeurs du passé autour de la terre, l’accaparation exclusive des aires spatiales des réseaux mondialisés de la contrebande, la monopolisation du contrôle des lieux et des axes par lesquels passent les flux d’hommes, de biens et de capitaux. Les processus dans leur ensemble ne marquent-ils pas la pérennisation d’un type de mise en valeur des frontières, fondé sur la prédation exclusive et sur une rupture avec le projet de l’État-nation post-révolutionnaire ?

Publié en mai 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°9 

 

Rafaa TABIB

Sociologue, Université de La Manouba

 

Pour citer ce billet : Rafaa Tabib, « Affrontements armés, réseaux tribaux et prédation aux frontières de la Libye », Le Carnet de l’IRMC, 11 décembre 2012. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/656

 



[1] Ville côtière de la J’farra libyenne située à près de 55 km de Ras Jdir. Sa population est estimée actuellement à 50 000 habitants majoritairement Amazighes.

[2] Les habitants de Ben Guerdane ont inventé une formule sarcastique pour désigner les exactions des milices de Zouara et leur penchant pour l’alcool (bière contre nourriture), formule qui rappelle celle en vigueur lors de l’embargo onusien sur l’Irak (pétrole contre nourriture).

[3] Localités situées à la périphérie de Zouara.

[4] Révolutionnaires du bouclier de Toubrouk.

[5] Déclaration d’Aïssa Abdelmajid, principal chef des milices touboues, au journal Al Watan en date du 13 février 2012.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Le syndicalisme, quel rôle dans le printemps arabe ?

Illustration du nouveau pluralisme syndical tunisien
© Tunisie-numérique.com

Évoquer les rapports entre syndicalisme et « printemps arabe » exige une description préalable de la situation syndicale dans le monde arabe. En effet, ce qui est couramment appelé « monde arabe » n’a pas connu une histoire syndicale uniforme, nous pouvons même affirmer que dans certains pays, le syndicalisme n’a pas encore vu le jour. Cette disparité est expliquée par l’histoire du capitalisme dans la région, de l’industrialisation, du colonialisme et par la nature des régimes politiques en place.

D’une manière empirique nous pouvons établir une typologie simple et opérationnelle qui couvre tous les pays arabes comme suit :

– Les pays où le syndicalisme est toujours inexistant ou embryonnaire à l’instar des pays du Golfe. Il est important de rappeler que dans ces pays, l’écrasante majorité des travailleurs sont des étrangers qui ne bénéficient pas encore du droit syndical.

– Les pays où les syndicats sont totalement inféodés aux partis uniques au pouvoir sur le modèle de l’Union Soviétique des années 30. Dans ce cas il s’agit plutôt de comités de surveillance des administrations, des entreprises et des travailleurs, tel est le cas de la Syrie, de l’Irak, du Yémen et de la Libye.

– Les pays où les syndicats même surveillés, adoptant parfois des attitudes de compromis, de résignation, d’allégeance, sont en réalité en confrontation permanente avec le pouvoir tels que la Tunisie, le Maroc, l’Algérie et l’Égypte.

Le syndicalisme est représenté d’une manière générale dans l’imaginaire politique des populations arabes, tout particulièrement dans les pays du troisième groupe cité (Égypte, Tunisie, Algérie, Maroc) comme étant le lieu du vrai combat pour la dignité, l’égalité et la liberté. Cette image provient du fait que ces mouvements syndicaux ont été à la tête de la lutte anticoloniale et dans certains cas, les leaders du mouvement national et les piliers de l’indépendance. En effet, pendant la période de la lutte pour l’indépendance nationale, ces centrales syndicales ont appris à mobiliser les masses populaires et à structurer des revendications à la fois anticoloniales et anticapitalistes. C’est à partir de cette expérience d’affrontement contre les forces de répression coloniale qu’une certaine culture de combat s’est développée au sein de plusieurs centrales syndicales. En effet, par le fait de la colonisation, cette culture d’affrontement anticoloniale a constitué un caractère original par rapport aux grands courants du syndicalisme européen. Ce fait historique a permis à certaines organisations syndicales de se transformer en mouvements de masses populaires, et en courants politiques d’opposition au pouvoir central.

Les exemples de l’Union Générale des travailleurs de Tunisie (UGTT) et de l’Union Marocaine des Travailleurs (UMT) illustrent très bien ce type de mouvance syndicale.

Le syndicalisme au réveil du « Printemps arabe »

Comme nous l’avons signalé, étudier le syndicalisme en relation avec le printemps arabe serait en fait limiter cette réflexion aux pays qui ont vécu une transformation politique et sociale provoquant soit la chute des dictateurs (l’Égypte et la Tunisie) soit de profonds changements dans l’organisation de l’État (Le Maroc). Nous constatons dans ces deux cas que ces grandes mutations ont lieu dans les pays ou les syndicats sont présents sur la scène politique, et où le syndicalisme est ancré dans le débat politique. J’exclue le cas de la Libye pour deux raisons : l’inexistence d’un syndicalisme actif et le rôle déterminant de l’OTAN dans la chute de Kadhafi. Quant à l’Algérie, même inféodée, l’UGTA (Union Générale des Travailleurs Algériens) et malgré la création de plusieurs syndicats autonomes, cette centrale syndicale reste influente, et pourra jouer un rôle important dans la conduite des prochaines élections législatives en mai 2012.

Manifestation pour la libéralisation syndicale
© Anarkismo.net

Ce n’est donc pas par hasard que ces processus de changements et de ruptures se sont produits dans le pays arabes où le syndicalisme est structuré et agissant. En effet en Tunisie, le pays qui a inauguré « le printemps arabe », l’émergence du syndicalisme date des années vingt et la lutte syndicale est la plus développée dans le monde arabe, accumulant une expérience de plus de soixante dix ans, ayant dirigé et encadré par le passé plusieurs luttes pour la dignité et la justice sociale. Plusieurs indices, évènements historiques nous confirment cette hypothèse (Arrestation et condamnation de centaines de syndicalistes, attaques organisées des locaux des syndicats, interdiction d’accès aux moyens de communication…).

En ce qui concerne la Tunisie, nous pouvons remarquer aussi que la centrale syndicale l’UGTT a engagé la lutte ouverte contre le régime de Ben Ali en 2008. C’est à partir de la région de Gafsa, la région des mines, où une grève a été organisée et un mouvement de solidarité exceptionnel à l’échelle nationale et internationale s’est imposé. Ce mouvement a duré six mois constituant la première victoire contre la dictature en démystifiant la peur, l’outil essentiel de la répression. Le siège du parti au pouvoir, symbole de la corruption a été occupé par la population. Des manifestations de masse ont parcouru toute la région pendant quarante jours consécutifs. Toutes les villes avoisinantes du Sud ont soutenu le mouvement de contestation par des rassemblements quotidiens face aux préfectures et aux palais de la justice… Suite à une répression féroce et à des arrestations massives, ce mouvement a été étouffé en apparence seulement, car les contestataires ont réussi à implanter à travers les syndicats locaux et régionaux un réseau de résistance dans tout le pays. Dès lors, le mouvement social tunisien disposait d’une “logistique révolutionnaire syndicale” qui lui a permis de marcher de toute part sur La Kasbah (place du Gouvernement) le 14 janvier 2011.

Le syndicalisme égyptien à la place Tahrir

En Égypte Le syndicalisme a été inféodé au pouvoir depuis 1957, Jusqu’à 2009 seul le syndicat officiel, l’ETUF pouvait s’exprimer au nom des travailleurs. À partir de 2009 et suite à une forte contestation ouvrière. Le premier syndicat indépendant fut crée Le RETA. Ce fut le début d’une grande marche d’un syndicalisme égyptien indépendant tourné vers la justice sociale et la lutte contre la corruption. Il s’agit d’une avancée incontestable qui a favorisé l’émergence de slogans anti Moubarak et l’amplification du mouvement social dans toute l’Égypte. Depuis 2005, les actions des travailleurs égyptiens : piquets de grève, rassemblement dans les lieux de travail, se comptaient par milliers par an. En 2008, le déclenchement de la grève de Mahallaa groupant 24 000 travailleurs et travailleuses du textile a rompu le sentiment de peur qui paralysait tout le peuple égyptien et surtout les couches sociales les plus pauvres. Cette grève, très soutenue a eu les mêmes effets que celle des mines de la région de Gafsa en Tunisie, déclenchée également la même année.

Tous ces éléments indiquent clairement que le mouvement syndical égyptien indépendant était fortement présent dans le processus révolutionnaire. Kamel Abouaita figure connue du syndicalisme indépendant, arrêté plusieurs fois à cause de son militantisme syndical affirmait que tous les noyaux des syndicats indépendants étaient actifs sur la place Tahrir dès les premiers rassemblements…

Le retour du syndicalisme marocain

Apres quelques années de distance de la scène politique et sociale, le syndicalisme marocain pluriel, marqué par une grande tradition de collaboration avec les partis politiques, s’est trouvé depuis le déclenchement du soulèvement social en Tunisie dans une position de combat, soutenant sans réserve les revendications, d’abord des employés du secteur publique puis de ceux du secteur privé. Tous les syndicats notamment les importants (l’UMT, UGTM, la CDT…) ont su mobiliser et encadrer le mouvement social. C’est à partir de 2009 qu’après une période de désenchantement syndical qu’une nouvelle conscience émergea, donnant aux syndicats un rôle nouveau dans la contestation et dans la défense des travailleurs. Les premiers slogans adoptés par les syndicats portaient sur la justice sociale et le partage des richesses du pays avec plus d’égalité et de solidarité. Ces syndicats ont participé à toutes les manifestations dont certains étaient proches du mouvement du 20 février. Dans cette lutte, les employés et les travailleurs ont perdu progressivement ce que l’on appelle au Maroc le désenchantement syndical. Dans ce contexte, une nouvelle page du syndicalisme s’est ouverte contre l’ostracisme à travers la volonté de ces derniers de collaborer avec tous les mouvements démocratiques pour soutenir les libertés fondamentales, la réforme des structures étatiques, les élections transparentes et un développement soutenu dans les régions les plus pauvres. Tous les slogans émanant des syndicats au Maroc rejoignent globalement ceux de la Kasbah à Tunis et ceux de la place Tahrir : égalité, dignité, liberté. Une autre caractéristique importante du syndicalisme marocain lors de cette grande marche vers la démocratie, tous ses leaders ont appelé à une unité de l’action syndicale permanente et stratégique pour faire pression sur toutes les instances de décisions relatives à la fois à la condition de vie des travailleurs et des couches les plus pauvres de la société et exigeant l’introduction dans la nouvelle constitution de tous les droits syndicaux dans tous les secteurs et toutes les entreprises. Sans révolution les syndicats marocains ont pu rejoindre le printemps arabe avec une mobilisation de la population marocaine sans précédent.

Ce que l’histoire retiendra

Sans aller dans une explication historique et politique trop lourde, on peut avancer l’hypothèse qui démontre que, c’est dans les pays où le syndicalisme a été présent, vif, revendicatif et parti prenante du mouvement démocratique, que nous avons assisté à la chute de la dictature, à la dénonciation de la corruption du néocolonialisme interne. Par contre dans les pays où le mouvement syndical était absent ou inactif (la Syrie, le Yémen, le Bahreïn, la Libye) le mouvement fut, encerclé presque étouffé par le tribalisme ou par l’intervention militaire.

Cette nouvelle situation politique dans les pays arabes impose une nouvelle approche du mouvement syndical, une profonde réflexion s’impose autour des nouveaux rôles du syndicalisme arabe :

Comment élargir l’action syndicale à toutes les composantes du mouvement social ? Quelles stratégies face aux pluralismes syndicales ? Comment structurer et décentraliser l’action syndicale ? Quel sont les nouveaux champs des interventions ? Le rôle du syndicalisme dans la rédaction de la nouvelle constitution.

 Publié en mai 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°9

 

Ridha TLILI

Sociologue, Université de La Manouba

 

Pour citer ce billet : Ridha Tlili, « Le syndicalisme, quel rôle dans le printemps arabe? », Le Carnet de l’IRMC, 5 décembre 2012. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/633

 

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Parcours international de débat et propositions sur la gouvernance : perspectives en Afrique du Nord

Compte-rendu du colloque international de Tunis, IRMC – IRG, 12-13-14 mars 2012, Coordonné par Elisabeth Dau

L’Institut de Recherche et de débat sur la Gouvernance (IRG) a organisé en partenariat avec l’IRMC, la Fondation Hanns Seidel au Maghreb, le laboratoire Diraset-Études Maghrébines, les Éditions Med Ali, le ministère français des Affaires étrangères et européennes, la Fondation Charles Léopold Mayer, l’Alliance pour refonder la gouvernance en Afrique et l’université de Columbia (SIPA), une rencontre internationale sur la légitimité du pouvoir en Afrique du Nord. S’inscrivant dans un processus pluriannuel initié en Afrique de l’Ouest en 2007, cette rencontre, si elle était programmée depuis plusieurs années, posait une question au cœur de l’actualité de la sous région. Ainsi après les quatre autres sous régions du continent, l’Amérique andine et l’ouverture à l’Europe, c’est la question de ce qui fonde l’adhésion des populations au pouvoir que les participants sont venus discuter à Tunis. Consacrée à cinq pays (L’Algérie, l’Égypte, la Libye, le Maroc et la Tunisie), la rencontre s’est caractérisée, comme pour les étapes précédentes, par le croisement de regards, de cultures, de disciplines et d’acteurs. Une quarantaine de représentants de la société civile, de courants religieux, du secteur privé des universitaires, des personnalités politiques, institutionnelles, etc. sont venus de la sous région nord-africaine, d’Europe, d’Amérique latine, d’Amérique du Nord et d’Afrique pour échanger sur leurs expériences au coeur d’une actualité qui confirme l’urgence d’identifier des processus et des vecteurs de gouvernance démocratique légitime.

Qu’est-ce qui fonde l’autorité ? Comment évoluent et s’institutionnalisent les formes d’organisation du pouvoir au regard des réalités sociales ? La question de la légitimité concerne par conséquent les fondements même des liens entre État et société, par lesquels l’autorité de l’État se justifie. Cette problématique requiert une approche pragmatique, partant de l’observation de la réalité qu’est la diversité sociale, qui se prolonge dans les représentations, les pratiques et les rapports au pouvoir et qui découle des processus de formation dans le temps des États actuels.

Facteur substantiel de la crise du Politique, la rupture dans la dialectique légalité (organisation formelle et officielle) et légitimité est au cœur des analyses développées dans le programme « légitimité et enracinement des pouvoirs » de l’IRG.

Cette question se pose de façon particulière en Afrique du fait de l’histoire du continent marquée par une rupture majeure due aux colonisations arabe et occidentale. Au fil de l’évolution, les apports des colonisateurs se sont croisés avec le passé des sociétés donnant naissance à des systèmes très complexes où se mêlent institutions, coutumes, traditions anciennes, religions mais aussi idéologie et modèle de l’État tels qu’ils sont apparus en Occident ; le tout dans le contexte de mondialisation. Il en résulte une pluralité des représentations et des pratiques du pouvoir. Ainsi, la régulation sociale d’un pays donné passe concrètement par une diversité de canaux et de sous systèmes de régulation (droit, religion, coutumes, etc.). Ce constat est valable pour toute société : pour une situation donnée, il existe une pluralité de systèmes de régulation applicables. Cette pluralité peut devenir problématique pour la gouvernance d’un pays lorsque ces régulations se développent et se mettent en oeuvre en concurrence les unes des autres. Elles peuvent ainsi conduire les États à des situations de fragilité, à savoir, avec une capacité limitée à gouverner ou régir leurs sociétés et plus généralement à développer des relations mutuellement constructives et renforçantes avec elles. De tels États se caractérisent par leur incapacité à être reconnus comme l’autorité suprême (pouvoir légitime) sur leur territoire.

Pour mieux saisir et comprendre ces processus, le Parcours international de débat et propositions sur la gouvernance tente de lire la diversité des sources de légitimité mobilisées par les acteurs ainsi que leurs manifestations dans une région et un moment donnés. Il vise ainsi à comprendre la nature et le rôle que les sources de légitimité jouent, à travers leurs interactions, dans les processus de légitimation du pouvoir.

Dans un contexte très marqué par le printemps arabe, le colloque de Tunis pour la région de l’Afrique du Nord se proposait d’analyser tour à tour quelles pouvaient être les sources de légitimité du pouvoir effectivement mobilisées (légitimité des opposants, légalité et normativité internationale, religion), la manière dont elles cohabitent, les vecteurs qui favorisent leurs interactions (notamment à travers le cas illustratif du foncier) et les aspirations profondes auxquelles elles renvoient (justice sociale, sécurité, stabilité économique, prise en compte de l’opinion publique, etc.), avant de s’interroger sur les enjeux des constitutions et du constitutionnalisme pour intégrer la diversité caractéristique de cette région.

À cette grande diversité, semble s’ajouter un facteur commun, celui d’une période de mutations (révolutions, réformes politiques, conflit armé, échéances électorales décisives, etc.) qui place au cœur des enjeux de la refondation de l’État et de sa temporalité, la question de la recomposition, du repositionnement et du jeu des acteurs.

Ces discussions ont été menées dans un cadre très ouvert à la participation d’interlocuteurs internationaux, favorisant ainsi un certain décentrement et montrant que les défis liés aux révolutions et aux transitions politiques sont partagés dans divers contextes.

Publié en mai 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°9

 

Elisabeth DAU

Institut de recherche et débat sur la Gouvernance. L’IRG est un espace international de réflexion et de proposition sur la gouvernance publique basé à Paris avec un pôle à Bogota. L’IRG travaille en réseau avec des partenaires à travers le monde, dans une perspective interculturelle, interdisciplinaire, inter-acteurs et inter-échelles. L’IRG alimente le débat sur la gouvernance, ouvre de nouveaux axes de recherches et d’expertise et aide à l’élaboration de politiques publiques. Il propose des formations, des publications et organise des espaces de dialogues internationaux.

 

Les interventions vidéo de la rencontre sont consultables en ligne sur le site de l’IRG

crédit d’illustration : © IRG

 

Pour citer ce billet : Élisabeth Dau, « Parcours international de débat et propositions sur la gouvernance : perspectives en Afrique du Nord », Le Carnet de l’IRMC, 28 novembre 2012. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/604

 

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Enjeux identitaires des mobilités subsahariennes au Maghreb. Sud-Nord : refonte des frontières du soi

Compte-rendu de la réunion du programme de recherche , IRMC – 9-10 mars 2012, Coordonné par Stéphanie Pouessel

Cette réunion a constitué le deuxième volet du programme de recherche « le Maghreb et ses ‘africanités’ : l’identité nationale au regard de ses altérités » ; la première réunion avait réuni en mars 2011 des chercheurs qui ont interrogé les identités du Maghreb à l’aune de leur ancrage « africain » (retour de l’histoire esclavagiste, essor d’un débat sur le racisme, positionnement de l’histoire officielle, enjeux de la question raciale, etc.). Vis-à-vis de cette entité « imaginée » qu’est « l’Afrique », ont été identifiés les « moments » de fusion et les « moments » de distanciation au profit d’autres idéologies (panarabisme, nationalisme, etc.). La publication de cette rencontre aura lieu aux éditions Karthala en 2012.

Les participants y ont noté une nouvelle donne interactionnelle qui semble venir bouleverser ces processus, celle d’un attrait accru pour le Maghreb de la part de Subsahariens – aux statuts divers, résidents, migrants, clandestins, étudiants, fonctionnaires, pèlerins, etc.- depuis les années 1990.

Le deuxième volet du programme « africanités…» a ainsi souhaité s’attarder sur les effets sociétaux des nouvelles mobilités subsahariennes au Maghreb ; ce n’est pas tant la thématique de la migration qui sera au centre de la réflexion, investie voire surinvestie par la recherche depuis une dizaine d’années, mais plutôt les bouleversements qu’elles induisent au Maghreb sur les représentations de sa propre « culture », de ses propres frontières nationales, de ses propres « origines », de l’appartenance à un continent qui serait l’Afrique, et qui influe sur les remaniements des autres appartenances (« Méditerranée », « monde arabe », « Maghreb », etc.). la nouvelle configuration migratoire du Maghreb mène à un bouleversement des représentations que les sociétés ont d’elles-mêmes.

Lors de cette réunion, Nabiha Jerad (Université de Tunis) a remarqué l’absence de la question africaine dans les recherches en sciences sociales en Tunisie, « les Noirs sont invisibles dans la recherche ». À travers ses analyses des publicités en Tunisie, elle remarque l’apparition des Noirs sous forme de clichés : petite taille, servitude, etc. et questionne le prototype de l’étranger en Tunisie, et particulièrement de l’« Africain ».

Katia Boissevain (IDEMEC) a précisé que la recherche intégrait la question noire mais toujours dans le cadre de l’anthropologie religieuse. Cette branche de l’anthropologie contribue à réifier les Noirs, à les enfermer. La couleur est reliée à la force, à une relation avec les esprits ou à la saleté, versant alors dans le racisme. Cette même chercheure a rappelé que le stambeli en Tunisie était le centre d’intérêt de certains européens mais aussi d’une frange de la bourgeoisie tunisoise, alors en quête d’expériences mystiques. Dans son intervention, Katia Boissevain a évoqué l’évangélisation Sud- Nord à travers le cas des chrétiens subsahariens présents en Tunisie.

Stéphanie Pouessel (IRMC) a traité du réajustement de l’islam tunisien post-Ben Ali (et pré et post élections) qui donne lieu à des revendications au sein desquelles sont pris les étudiants africains en sciences religieuses à Tunis. L’islam, pris dans le jeu politique tunisien, est ici, aussi, l’islam des autres. Au delà, la présence subsaharienne en Tunisie apparaît comme un filtre révélateur qui renvoie les Tunisiens, et particulièrement les Tunisiens noirs au « qui sommes-nous ? ».

Mahamet Timera (URMIS) est revenu sur la place de l’islam dans le processus migratoire des Sénégalais au Maroc. Entre le Maroc et le Sénégal, y-a-t-il une religion en partage ou une perception en terme de races, actes de racisme et discriminations ? Au Maroc, la presse et les médias contribuent à catégoriser le groupe « subsaharien ». La couleur noire est associée à la servitude et à un ailleurs de l’islam voire à l’impiété, tout du moins à l’hétérodoxie et à l’origine subsaharienne. L’islam est instrumentalisé dans le contexte interactionnel et idéalement reconstruit des deux côtés. S’y ajoute le fait que les Sénégalais sont confrontés à deux images ancestrales et stéréotypées du Blanc, entre racisme et colonialisme.

Pietro Fornasetti (CEAF) est intervenu sur les « migrants clandestins » burkinabés en Libye auxquels sont accolées les étiquettes dévalorisantes de « mercenaire », de « clandestin » voire d’ « esclave ». Installés dans des ghettos, ils vivent cet espace comme une machine à produire des identités. Cette relégation est renforcée par l’histoire migratoire libyenne en Europe, alors minime, contribuant à une faible « habitude » de la migration. S’y adjoint le statut des migrants subsahariens en Libye perçus comme une menace à l’Europe.

Fatima Aït Lmadani (IEA) a soulevé le paradoxe d’une représentation contemporaine des médias sur la question des migrations entre d’un côté la migration marocaine irrégulière en Europe et de l’autre la migration subsaharienne, minime mais surmédiatisée. Les drames humains de ces dernières années contribuent à passer sous silence les migrations plus anciennes, africaines, Sud-Sud. Elle a relevé le traitement inégal accordé aux migrants dans le Nord (en Europe, les migrants internes sont perçus comme normaux) et aux migrants dans le Sud.

Mehdi Alioua (UIR/CJB) a invité à sortir de la sociologie de la migration, alors fixiste et à sens unique, pour une étude du « transmigrant » (Tarrius) qui transperce, transforme et permet de sortir de l’approche binaire migration/immigration. Entre Marocains et « Africains » trans-migrants, l’aventure devient une reconnaissance entre eux, une solidarité, on devient « Africains ». Dans les quartiers de Rabat où vivent Marocains et Subsahariens émerge un « cosmopolitisme tranquille » autour, par exemple, d’une même économie : tous participent à la reconstruction du bidonville.

Nazarena Lanza (LAS/CJB) qui croise une étude des mobilités religieuses à une anthropologie du tourisme, a traité des pèlerins tidjanes sénégalais au Maroc en confrontant le discours officiel de l’État marocain vis-à-vis du Sénégal (affinités religieuses ancestrales entre les deux pays) et la réalité des relations interhumaines. Les pèlerins sénégalais sont soumis à deux perceptions de l’Autre : d’une part celle d’un islam trait d’union Maroc-Sénégal, et du Maroc comme terre mythique de la tijjaniya ; et d’autre part, celle de la déception sur la pratique marocaine de l’islam.

Julie Picard (LISST) a remis en cause l’idée postmoderne d’identités qui seraient dorénavant déterritorialisées. À travers son étude de la période actuelle de « post transit » ou d’« impasse migratoire » qui caractérise l’Égypte, elle étudie les migrants subsahariens chrétiens au Caire.

La dynamique des espaces-temps religieux de ces migrants montre la revitalisation des lieux de cultes chrétiens, le prosélytisme, les partages des lieux de culte avec les Coptes devenant ainsi une « minorité dans la minorité » alors en phase de construire une « nouvelle identité urbaine ».

 Publié en mai 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°9

Stéphanie POUESSEL

est anthropologue et chercheure post doctorante à l’IRMC, où elle dirige le programme intitulé : « Le Maghreb et ses « africanités » : l’identité nationale au regard de ses « altérités ».

crédit d’illustration : © IRMC

 

Pour citer ce billet : Stéphanie Pouessel, « Enjeux identitaires des mobilités subsahariennes au Maghreb. Sud-Nord : refonte des frontières du soi », Le Carnet de l’IRMC, 20 juillet 2012. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/499

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Transition démocratique et mutations institutionnelles

Table ronde IRMC – Tunis, 20mai 2011.

À la suite de ses manifestations du 4 février (La question autoritaire au prisme des sciences sociales) et du 29 mars (Constitutions et révolutions), l’IRMC a organisé le 20 mai une table ronde sur Transition démocratique et mutations institutionnelles. Sana Ben Achour (juriste, Faculté des sciences juridiques et politiques de Tunis) a traité du Rôle du droit constitutionnel dans les transitions démocratiques. Elle distingue trois registres de modification constitutionnelle mobilisés en réponse aux soulèvements populaires. Le premier pour désamorcer la contestation sociale, au Yémen « sous le signe de la présidence à vie », en Syrie « pour sauver le clan au pouvoir », à Oman face au sultanat sans contre-pouvoir. Le second « comme outil de démocratisation dans un cadre immuable », au Maroc dans une « démocratisation par le haut » et en Jordanie afin de « renforcer la vie parlementaire et politique ». Le troisième « comme nouvelle ressource de légitimation », en Égypte autour d’une révision constitutionnelle et en Tunisie dans la rupture. Le cas tunisien témoigne d’une volonté de suspendre la constitution, et de s’en remettre à une légitimité justifiée par ses seuls objectifs incarnés par des commissions dont celle pour la réalisation des objectifs de la révolution, des réformes politiques et de la transition démocratique.

Anna Krasteva (politologue, Nouvelle université bulgare de Sofia), a traité de L’émergence d’une citoyenneté post communiste. Elle a décrit les modalités de l’engagement communiste considéré non comme un droit mais comme un devoir (on doit être heureux, la mélancolie est bannie). Le communisme ayant concentré les droits sociaux et marginalisé les droits politiques et civils, le citoyen n’y a pas la liberté de se désengager. Ont été évoqués les deux fleurons du post communisme : le désengagement (abstention, apathie, non-participation comme droits et libertés) et la jubilation politico affective de la liberté, passant de la citoyenneté publique ascendante à la citoyenneté privée descendante. L’individualisme post communiste dessine plusieurs types de leaders : le charismatique allié du peuple, l’extrémiste xénophobe, l’adulé self made man. Et l’engagement s’incarne dans un mimétisme des sociétés de l’ouest et de la référence à une « société civile ».

Imed Melliti (sociologue, Institut supérieur des sciences humaines de Tunis) discuta les « passerelles » entre les interventions à travers quelques caractéristiques des pays arabes : des régimes autoritaires, idéologiquement affaiblis, en proie au gigantisme de leurs appareils partisans devenus des coquilles vides, défaillants pour la redistribution économique et sociale (d’où un chômage endémique), et avec un maillage associatif au service du pouvoir politique. Il posa la question du droit comme possible régulateur du conflit dans le passage de l’avant à l’après révolution, où la citoyenneté se négocie entre l’engagement individuel et la surproduction de leaders contre le citoyen, entre plus ou moins d’État et de social.

Lors du débat, l’accent a été mis sur les similitudes (surveillance, culte de la personnalité) et les différences (embrigadement politique) entre les sociétés de l’Est et la Tunisie. Il fut question de l’effondrement des structures de l’État ainsi que du manque de visibilité du rôle des jeunes dans l’actuelle mobilisation politique. On évoqua le tiraillement de la société tunisienne entre le mode de l’unité issu du consensus sur la suspension constitutionnelle, les principes d’universalité démocratique et les références aux valeurs d’un passé sur-investi. Avec l’espoir que le débat pour la constituante lui permette de redéfinir son projet et ses valeurs.

Publié en octobre 2011 dans La Lettre de l’IRMC n°7

 

Pierre-Noël DENIEUIL

 

crédit photographique : © dndf.org

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook