Archives par mot-clé : DIRASET

De l’IRMC au DIRASET, bilan d’une présence en sciences sociales

Copie de Abdelhamid_H_nia_la_Tunisie_est_laique_d_10191741_thumbnail
Photographie de Abdelhamid Hénia

Je suis arrivé à l’IRMC en 1995 dans des conditions très favorables. Je venais de terminer le doctorat d’État et de passer au grade de professeur. N’étant pas engagé dans d’autres projets de recherche, j’étais prêt à me lancer dans une nouvelle aventure lorsque Michel Camau m’a proposé de me recruter comme chercheur à plein temps détaché auprès de l’IRMC. J’ai accepté, et cela a été un tournant important dans ma vie de chercheur. L’IRMC n’était pas un terrain inconnu pour moi. Je le fréquentais déjà pour assister à des conférences et à des rencontres. Et j’aimais ce qui s’y faisait car j’y trouvais une ouverture aux autres sciences sociales, permettant de ne pas se confiner uniquement dans l’histoire pure et dure.

L’expérience de l’IRMC, ayant duré quatre années (jusqu’au mois de septembre 1999), a été décisive pour donner un autre élan et une autre orientation dans mes recherches futures et ma carrière académique d’une manière générale. Mon intégration à l’IRMC m’a permis de trouver des conditions favorables pour monter un programme pluridisciplinaire de recherches, c’est-à-dire ouvert à des spécialités autres que celle de l’historien, et tant à des universitaires qu’à des doctorants, tunisiens, français et maghrébins. C’est dans cette ambiance cordiale d’échanges et de débats, que j’ai démarré ce programme ambitieux intitulé : « Villes et territoires au Maghreb, modes d’articulations et formes de représentations ».

J’ai mis en place dans les mêmes conditions, en janvier 1996, suite à une convention cosignée par la Faculté des sciences humaines et sociales de Tunis et l’IRMC, un groupe pluridisciplinaire composé de chercheurs français et d’enseignants chercheurs de l’Université de Tunis, des historiens en grande partie, mes collègues et mes étudiants, mais aussi des sociologues et des géographes. Nommé au départ Groupe de Recherche sur les Villes et les Communautés Locales (GRVCL), le groupe finit par prendre, en 1999, la dénomination de « DIRASET études maghrébines » quand il fut érigé officiellement comme Unité de Recherche (UR) dans le cadre du ministère tunisien de la Recherche scientifique, de la Technologie et du Développement des Compétences. Les enseignants chercheurs tunisiens du groupe se lièrent alors intellectuellement à une pléiade de jeunes chercheurs français dynamiques, appartenant à des sensibilités de spécialités différentes à même de créer les conditions objectives de la confrontation disciplinaire et paradigmatique.

Couv du livre A. HéniaDans ce groupe tuniso-français, on a appris à discuter, à travailler ensemble, et à affiner des problématiques, puis à conduire des actions : tables rondes, journées d’études à Tunis et à l’IRMC de Rabat ou des chercheurs marocains s’étaient engagés avec nous. Puis on a participe à l’AFEMAM d’Aix-en-Provence en 1996 dans le cadre d’un atelier sur les notabilités, repris par la suite à l’IRMC. Au terme de ce détachement, je suis revenu à la Faculté sur un poste d’enseignant. Apres une hésitation sur l’institution favorisant la poursuite du groupe, Jean-Philippe Bras a proposé qu’il continue de collaborer avec l’IRMC. Le DIRASET, transformé plus tard, en 2003, en Laboratoire de recherche, perpétue l’esprit de ce que nous faisions à l’IRMC sur plusieurs plans : recherche pluridisciplinaire et doctoral. Nous avons d’ailleurs continué pendant plusieurs années les sessions doctorales que personnellement j’ai vécues, et on continue dans cet esprit avec les mêmes formules un peu modifiées. Je dirais que DIRASET, c’est un peu l’élève de l’IRMC. J’évoquerai quatre enseignements majeurs de cette présence de l’IRMC à Tunis.

Le premier c’est la pluridisciplinarité qui nous a transformés, moi-même et les chercheurs de DIRASET. Elle marque et singularise actuellement DIRASET dans le paysage scientifique des universités tunisiennes. Théoriquement, DIRASET est un laboratoire d’histoire, mais la contre-idée qui s’est imposée est de dire que c’est un laboratoire de sciences sociales ouvert à l’inter et à la pluridisciplinarité. C’est un point fort résultant de mon passage à l’IRMC et aussi de l’expérience des collègues qui ont participe à notre groupe.

Le second enseignement est l’ouverture sur l’international. Avant l’IRMC, nous avions des rapports avec la France par les actions de coopération universitaire dans le cadre des projets dits CMCU. Mais on n’avait pratiquement aucun lien avec les collègues maghrébins. Et c’est grâce à la dimension maghrébine de l’IRMC, notamment avec l’antenne de l’IRMC de Rabat, que nous avons pu nouer des relations Sud/Sud notamment avec les collègues algériens, marocains et même mauritaniens. Cette dimension maghrébine, nous l’avons eue grâce à l’IRMC. Avant que le Gouvernement tunisien n’ait mis en place des actions de coopération CMPTM avec le Maroc, nos échanges avec les Marocains passaient par l’IRMC, nous les avons reçus et ils nous ont reçus par le biais et avec l’aide de l’IRMC.

D’autre part, en 1995, on discutait de comment faire en sorte que la bibliothèque de l’IRMC vienne combler un vide dans le paysage universitaire tunisien. Et c’est à cette époque qu’elle s’est orientée et spécialisée en se dotant de livres et d’ouvrages généraux sur les sciences sociales : tout ce qui concerne les apports théoriques et les méthodologies, tout ce que l’on ne peut trouver ni à l’IBLA ni à la Bibliothèque Nationale. De ce point de vue, la bibliothèque de l’IRMC a attiré un grand nombre de chercheurs tunisiens et a rempli une fonction importante dans leur vie. Elle doit continuer à jouer ce rôle de bibliothèque spécialisée sur la place. Puis, avec la bibliothèque, ce sont aussi les conférences des professeurs invités, de passage et attirant un public curieux et très intéressé, et elles doivent continuer à se développer en fonction de la demande locale.

Enfin, l’IRMC est venu combler un grand vide qui s’est créé progressivement dans les sciences sociales, et qu’on ne mesurait pas toujours clairement à l’époque. Le CERES (Centre d’études et de recherches en sciences économiques et sociales) avait été dans ce domaine un leader productif et dynamique dans le tiers-monde. Mais il a connu une crise qui s’est amplifiée des les années 1970, il s’est peu à peu vidé de son personnel et est devenu presque une coquille vide. Du coup, les recherches en sciences sociales n’ont plus été portées par une institution particulière. Certes, il y avait les universitaires qui font de la recherche, mais ils sont d’abord des enseignants et la faculté n’est une institution de recherche qu’accessoirement. Il n’y avait donc pas de structure de recherche en sciences sociales qui puisse être vecteur de dynamique. Et c’est alors qu’est arrivé l’IRMC qui a comblé ce vide en impulsant une dynamique qui manquait et que le CERES avait presque abandonnée. Aujourd’hui, le CERES est encore une coquille vide et l’IRMC, toujours là, continue à jouer ce rôle. Est-ce que les nouvelles structures de recherche et les labos installés dans l’université ont contribué à remplir ce vide et ont créé une dynamique ? Oui pour certains dont le DIRASET qui reste quand même une petite structure et continue à beaucoup travailler avec l’IRMC.

Dans l’avenir, l’IRMC pourrait se développer davantage en s’impliquant avec les structures de recherche en place. Il devra en ce sens continuer à participer à la construction du savoir entre chercheurs tunisiens et français, à la fois dans leurs capacités scientifiques, mais aussi dans leurs capacités à drainer d’autres chercheurs tunisiens et à les confronter ainsi à d’autres sensibilités universitaires. Cette confrontation est utile et nécessaire pour la communauté scientifique tunisienne qui veut et cherche cette ouverture.

(Propos recueillis par Pierre-Noël Denieuil)

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

 

Abdelhamed HÉNIA

est professeur d’histoire à la Faculté des sciences humaines et sociales, Université de Tunis et directeur du DIRASET – études maghrébines. Il a été chercheur à l’IRMC de 1995 à 1999.

Pour citer ce billet : Abdelhamid Hénia, « De l’IRMC au DIRASET, bilan d’une présence en sciences sociales », Le Carnet de l’IRMC, 8 juillet 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1034

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook