Archives par mot-clé : cyberactivisme

Regards croisés sur les mouvements sociaux en ligne, les mutations sociopolitiques et les processus de transition démocratique en cours

Soucieux de jouer pleinement son rôle de mobilisateur dans le domaine de la recherche sur des questions prioritaires dans les pays du Maghreb, l’IRMC poursuit sa réflexion sur le rôle des TIC dans les transformations sociopolitiques. Loin d’être une simple thématique de recherche en vogue, cette question s’est imposée en raison de l’évolution intermittente des événements sociopolitiques dans les pays de la région. L’appréhension de cette question nécessite une approche transdisciplinaire couplée d’un regard croisé et d’une synergie entre des chercheurs qui s’intéressent à des expériences de transition démocratique différentes.

La rencontre « Mouvements sociaux en ligne face aux mutations sociopolitiques et au processus de transition démocratique », a été organisée à Sidi Bou Saïd, du 12 au 14 avril 2012 avec le soutien du Centre de Recherche pour le Développement International (CRDI) canadien. Elle a permis à une trentaine de participants (Algériens, Belges, Canadiens, Espagnols, Français, Grecs, Italiens, Libanais, Libyens, Roumains, Turques, Tunisiens, Yéménites et Sud-américains) de débattre d’une question d’actualité relative aux transformations sociopolitiques qui traversent le bassin méditerranéen, en tirant profit des expériences vécues dans d’autres pays appartenant à des aires géographiques et socioculturelles différentes (en l’occurrence les expériences de l’Europe de l’Est et de l’Amérique Latine).

Les travaux se sont articulés autour de quatre axes thématiques. Le premier concerne la routinisation des usages sociaux des TIC et la socialisation politique et démocratique ; le deuxième a porté sur les mouvements sociaux en ligne, les nouveaux acteurs politiques et les légitimités antagoniques ; le troisième a été focalisé sur l’espace public « virtuel », l’exercice de la citoyenneté et les enjeux éthiques dans un contexte de transition démocratique. Quant au quatrième thème, il était axé sur le rôle des femmes dans les mouvements sociaux en ligne. Par ailleurs, deux ateliers ont été consacrés à la présentation des expériences démocratiques en Amérique Latine (le Chili et le Brésil) et en Europe de l’Est (la Grèce, la Roumanie, la Bulgarie et la Serbie), et du processus de transition démocratique dans certains pays arabes (au Yémen, en Libye et en Syrie). Plusieurs points saillants peuvent être dégagés à l’issu des travaux :

1- L’intérêt de l’approche adoptée caractérisée par l’ouverture au regard extérieur et la comparaison, d’une part, entre des contextes géopolitiques et socioculturels hétéroclites et, d’autre part, entre des champs disciplinaires différents. Cet échange fructueux entre les participants a permis de mettre l’accent sur les caractéristiques communes propres aux usages des TIC dans un contexte de transition démocratique (capacité de mobilisation politique ; démocratisation de la participation politique en dépit de la fracture numérique entre les catégories sociales et les régions ; importance de la dimension émotionnelle, voire utopique ; effervescence révolutionnaire ; circulation des rumeurs ; incertitude liée au processus de transition, etc.). Nous avons constaté également les singularités des contextes et la diversité des expériences : le rôle crucial joué par les TIC dans les transformations politiques en Tunisie et en Égypte, contrairement aux contextes libyen et yéménite par exemple où le nombre de cyberactivistes est encore limité en raison de la faiblesse du taux de pénétration d’Internet. Les mouvements sociaux en ligne y ont suivi, d’une part, l’effervescence sociale et, d’autre part, l’exemple des cyberactivistes tunisiens et égyptiens.

2- Les réseaux sociaux numériques qui ont fait leur preuve (à des degrés variables) au niveau de la lutte contre l’autoritarisme, sont de plus en plus questionnés en tant que moyen efficient pour la socialisation politique et la mobilisation citoyenne dans un contexte de transformation sociopolitique et de transition démocratique. Les expériences latino-américaines et Est européennes ont nourri la réflexion sur cette question. En effet, l’accent a été mis sur le fait que les réseaux sociaux favorisent une conception plus horizontale de la démocratie, fondée sur l’idée d’une organisation politique moins hiérarchique. Un autre point a été évoqué ; il concerne la place tenue par la diaspora au niveau de la transition démocratique (le cas de la Roumanie par exemple).

3- Les mouvements sociaux en ligne ont joué un rôle important sur le plan de la reconfiguration de la sphère publique. Les différents participants ont insisté sur la nécessité de dépasser le déterminisme technologique et de tenir compte de l’articulation entre l’espace public traditionnel et l’espace public médiatisé par les TIC. À ce titre, l’accent a été mis sur l’amplification, c’est-à-dire que les TIC perpétuent des tendances lourdes déjà existantes ou naissantes et renforcent une pluralité de tendances.

4- La Toile numérique assure, dans une large mesure, une meilleure visibilité des nouveaux acteurs impliqués dans le processus de transition démocratique, dont les femmes qui investissent l’espace public alternatif et qui proclament, en tant que citoyennes à part entière, leur droit à la participation politique.

5- Les mouvements sociaux en ligne ont certes joué un rôle important au niveau de la lutte contre les régimes autoritaires, mais il est important aujourd’hui de procéder à une démythification des TIC en s’interrogeant sur les effets pervers des usages de ces nouvelles technologies qui peuvent nuire au processus de transition démocratique et constituer un espace contre révolutionnaire.

De manière générale, les débats ont permis à l’IRMC de contribuer à la réflexion sur des questions d’actualité qui n’ont cessé d’interpeller la communauté scientifique dans le domaine des sciences humaines et sociales et de penser les bifurcations sociopolitiques à l’œuvre dans la région du Maghreb et de la Méditerranée. Une telle manifestation de portée internationale, a ceci d’important qu’elle a été basée sur la comparaison entre des approches propres à des champs disciplinaires différents et entre des expériences démocratiques hétérogènes.

Sur un autre plan, plusieurs participants aux journées sont membres du réseau Communication, médias et liens sociaux en Méditerranée « COMMED » (initié par l’IRMC dans le cadre d’un projet GDRI). Ils se sont réunis pour la finalisation du projet qui doit être soumis au CNRS.

Enfin, il importe de souligner que cette rencontre a été l’occasion de renforcer et d’élargir le réseau qui a été constitué en 2010. De plus, elle ouvre des perspectives de coopération avec le CRDI. À ce titre, un projet de recherche a été discuté en marge de la réunion pour contribuer à la réflexion sur des questions prioritaires pour la région en rapport avec les transformations sociopolitiques et le processus de transition démocratique au Maghreb. Cette région qui représente un terrain empirique complexe et hétéroclite offre un observatoire de recherche d’un intérêt certain.

Publié en septembre 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°10 

Sihem NAJAR

est sociologue et chercheure détachée de l’Université tunisienne. Elle conduit à l’IRMC le programme Stratégies identitaires, mobilités spatiales et nouvelles formes de liens sociaux en Méditerranée.

 

Pour citer ce billet : Sihem Najar, « Regards croisés sur les mouvements sociaux en ligne, les mutations sociopolitiques et les processus de transition démocratique en cours », Le Carnet de l’IRMC, 13 décembre 2012. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/663

 

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

L’espace public des internautes dans le contexte de la révolution tunisienne

Compte-rendu de conférence, IRMC – 23 septembre 2011

Dans le cadre du cycle de conférences lancé en janvier 2011, sur le thème Communication virtuelle et transformations sociales en Méditerranée, l’IRMC a invité Abdelkader Zghal, sociologue – président de l’Association Tunisienne d’Anthropologie Sociale et Culturelle (ATASC) pour donner une conférence intitulée : L’espace public des internautes dans le contexte de la révolution tunisienne.

Ce dernier a entamé sa conférence en insistant sur l’importance des slogans ayant rythmé le mouvement révolutionnaire en Tunisie. Un tel constat lui a permis de rendre compte d’une part du poids et du pouvoir des mots qui ont pourchassé l’ancien président et, d’autre part, du renversement des rôles : ce ne sont plus les leaders qui parlent, mais c’est plutôt le peuple qui n’a cessé de scander des slogans virulents envers le régime et ses partisans. Il a montré que des slogans tels que « le peuple veut faire tomber le régime », « l’emploi est un droit, Oh bande de pilleurs ! » ou encore « travail, liberté, dignité » expriment le début de la prise de conscience par les Tunisiens de la citoyenneté et de la liberté individuelle.

Sur un autre plan, Abdelkader Zghal a insisté sur l’intérêt de l’étude des réseaux sociaux, en tant qu’espace public informel parallèle qui dépasse l’espace territorial. Un tel espace public a favorisé l’émergence de nouveaux acteurs politiques situés en dehors du territoire matériel. Ces nouveaux acteurs, que sont les cyber activistes, sont porteurs d’une culture politique et d’un imaginaire social différents par rapport à ceux des leaders et militants classiques et développent un discours libertaire. Or cet espace public virtuel n’a pas été apprécié à sa juste valeur par les politologues et les chercheurs qui adoptent des modèles de pensée classiques (en l’occurrence le structuralisme et le culturalisme). Cela nécessite, selon lui, d’une part, un renouvellement des schèmes et des outils d’analyse et, d’autre part, une appréhension des mouvements contestataires en les situant dans le contexte de la globalisation post moderne.

Publié en janvier 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°8

Sihem NAJAR, IRMC

 

 

 

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Mouvements sociaux en ligne face aux mutations sociopolitiques et au processus de transition démocratique

Tunis les 12-13-14 avril 2012 avec le soutien du Centre de Recherche pour le Développement International (CRDI)

Dans l’objectif de contribuer à la réflexion sur les questions prioritaires qui se posent aux différentes sociétés du bassin méditerranéen, l’IRMC s’est engagé, avec le soutien du Centre de Recherche pour le Développement International (CRDI, Ottawa), à initier un débat pluridisciplinaire sur le thème : « Mouvements sociaux en ligne face aux mutations sociopolitiques et au processus de transition démocratique ». Ce thème sera abordé dans une perspective comparative lors de la troisième réunion du programme de recherche de l’IRMC sur « La communication virtuelle par l’Internet et les transformations des liens sociaux et des identités en Méditerranée ».

La démarche qui sera adoptée dans le cadre de cette rencontre qui se tiendra à Tunis du 12 au 14 avril 2012 tend à privilégier une approche transdisciplinaire, en impliquant des chercheurs et des universitaires qui représentent les diverses disciplines des sciences humaines et sociales : sociologues, anthropologues, politologues, juristes, spécialistes dans le domaine des sciences de l’information et de la communication, etc. et comparative, en faisant participer des intervenants provenant de (ou travaillant sur des) pays qui passent par une phase de transition démocratique et de mutations sociopolitiques (la Tunisie, le Maroc, Égypte, la Syrie, la Libye, le Chili, la Roumanie, le Yémen, etc.).

Les travaux de cette rencontre donneront lieu, d’une part, à la publication des communications qui seront présentées par les différents intervenants et, d’autre part, à la mise en place d’un réseau de chercheurs autour du thème relatif au rôle des mouvements sociaux en ligne dans le processus démocratique et les mutations sociopolitiques.

Argumentaire

Les transformations qui traversent actuellement, à des degrés divers, les sociétés maghrébines, arabes, méditerranéennes et autres, constituent sans conteste une bifurcation sociopolitique qui ne cesse de susciter le débat à l’échelle locale, régionale et internationale. Objet d’intérêt, d’interrogation de polémique et de controverse, de tout ordre, cette bifurcation a été l’œuvre de plusieurs acteurs impliqués de manière directe ou indirecte, consciente ou inconsciente, apparente ou occulte dans le processus de transition politique proclamée « démocratique ». Parmi les protagonistes les plus influents de ce processus sociopolitique, les militants cyber activistes ont occupé le devant de la scène, imposant par leur perspicacité, détermination, engagement et conviction, une légitimité historique on ne peut plus indélébile.

Il n’est plus à prouver que les militants cyber activistes ont été à l’origine de l’émergence d’un mouvement social à l’œuvre sur la toile numérique qui a progressivement imposé une myriade d’espaces d’expression, de débats et de revendications, convergeant vers un espace public alternatif en rapport dialectique avec l’espace public matériel. C’est cette action communicationnelle (Jürgen Habermas) qui est à la base du mouvement social en ligne qu’il est impératif d’interroger en vue de décrypter les logiques différentielles imprégnant le déchaînement des potentialités citoyennes et politiques, jusque-là inertes, et la quête démocratique quelque peu indécise et fluctuante.

Axe 1- Routinisation des usages sociaux des TIC et socialisation politique et démocratique

Il est vrai que la fracture numérique et les inégalités en matière d’accès aux TIC en général et à l’Internet en particulier se manifestent au grand jour, mais il n’en demeure pas moins que l’on assiste à une routinisation des pratiques de l’Internet qui, en vertu des effets de sa propagation, ne manque pas de bouleverser la sphère publique. Même s’il est important de tenir compte des « ratés » de la révolution numérique qui sont privés de l’accès à

l’espace public alternatif, il ne va pas sans dire que les cyber activistes et les internautes engagés, ont ceci de particulier qu’ils représentent des « relais d’opinion » (Elihu Katz et Paul Lazarsfeld) très influents en matière de mobilisation sociale et politique. Le rôle de ces « nouveaux intercesseurs » (Fabien Granjon) est nettement plus efficient dans un contexte de transition démocratique.

En combinant un engagement direct sur le terrain matériel de l’action et un engagement à distance, mené sur la toile numérique, les militants (dans le domaine politique, syndical, associatif, des droits de l’Homme, de l’égalité entre les sexes…) et les cyber activistes assurent une socialisation démocratique à grande échelle et instaurent une nouvelle donne sociopolitique.

Les mutations sociopolitiques dans des pays arabes comme la Tunisie, l’Égypte et la Libye…révèlent que la socialisation politique et démocratique mise en oeuvre sur l’espace télématique n’est pas liée à la seule phase de transition. Il s’agit d’une action sociale qui plonge ses racines loin dans le temps en prenant des formes diverses selon les situations et le contexte dans lesquels elle s’inscrit. Cette socialisation est d’abord fondée sur une culture protestataire de revendication, hostile aux régimes totalitaires installés ; ensuite grâce à un travail de vulgarisation (des informations relatives à la démocratie, aux élections, aux partis politiques…) elle acquiert les contours d’une configuration pédagogique, qui finit par diffuser une culture de contrôle et de régulation de la scène politique, indispensable à l’action et à la mobilisation sociale.

Axe 2- Espace public « virtuel », exercice de la citoyenneté et enjeux éthiques dans un contexte de transition démocratique

Les mouvements sociaux en ligne, qui jouent un rôle crucial dans les bouleversements sociopolitiques actuels, prouvent que la toile numérique représente aujourd’hui un nouvel espace public. Ce cyberespace contribue à la transmission des valeurs de la citoyenneté en tant que conditions fondamentales de la mise en application de la démocratie, fondée sur l’engagement des différents acteurs sociaux et sur leur aptitude à respecter les principes de l’égalité, et des libertés individuelles et collectives. Ce rôle initiatique et mobilisateur joué par des acteurs politiques différents (membres de partis politiques, membres d’associations, militants des droits de l’Homme, blogueurs, universitaires…) sur la toile numérique consiste à inscrire les formes élémentaires de la citoyenneté dans le vécu quotidien des acteurs sociaux et dans leur environnement le plus immédiat. Cette vocation de mobilisation sociale et d’initiation civique que les acteurs politiques en question se sont attribuée est d’autant plus fondamentale que le processus de transition démocratique est conditionné par la disposition des acteurs sociaux à prendre conscience de leur citoyenneté moins en tant que statut qu’en tant que capacité (Catherine Neveu).

Axe 3- Mouvements sociaux en ligne, nouveaux acteurs politiques et légitimités antagoniques

Ce qui caractérise les mouvements sociaux en ligne c’est qu’ils sont fondés sur des actions sociales qui ne sont pas déconnectées de la réalité concrète de la contestation sociale et des différentes formes de militantisme à la base. Cependant, la particularité de l’Internet est d’offrir des possibilités de participation sociale et politique à des acteurs politiquement exclus et marginalisés et n’ayant aucune qualité « représentative ». Leur initiation est certes assurée par des « habitués » de l’Internet que sont les cyber militants et les « entrepreneurs politiques », mais aussi par leur volonté individuelle de se réserver une place sur un espace public et citoyen alternatif. La participation de ces nouveaux acteurs qui bénéficient d’une plus grande visibilité prend de plus en plus d’ampleur dans un contexte de transition démocratique caractérisé par la fragilité des institutions traditionnelles et la précarité des structures et des dispositifs politiques anciens.

Dans cette phase transitoire post révolutionnaire, où les règles du jeu et les légitimités des acteurs et des institutions sont négociables, les différents modes d’expression et d’engagement citoyens sur la plateforme numérique (en l’occurrence au travers des réseaux sociaux dont l’accès se généralise de manière accrue) ne vont pas sans affecter le paysage politique. Ils contribuent à restructurer les rapports entre citoyens, élites et État. Il suffit de mentionner, à titre d’exemple, la prolifération sur la plateforme Facebook des pages personnelles et/ou officielles de personnalités politiques et de ministères qui assurent la circulation des informations et la communication entre les citoyens et les leaders politiques ; la démythification des figures politiques à travers le dialogue assuré sur la toile numérique entre les citoyens et certains leaders politiques, est alors introduite dans le débat public avec des questions de société jusque-là inédites et marginalisées. Ces nouveaux protagonistes qui s’imposent sur la scène politique improvisent un nouveau mode de revendication et de critique sociale (journalisme citoyen, production de vidéos, caricatures…) et poussent à des renouvellements de la gestion des affaires publiques et de la planification de l’avenir.

Sur un autre plan, il est important de souligner que le processus de transition démocratique donne lieu à une nouvelle configuration sociopolitique où des acteurs perdent de leur crédibilité et de leur légitimité (il s’agit en l’occurrence des figures et des partisans du système politique démoli) qu’ils continuent à revendiquer. D’autres acteurs émergent alors et proclament une nouvelle forme de légitimité qu’ils tendent à construire sur la base à la fois d’actions protestataires réussies et d’un projet politique et démocratique futur. Ainsi, la toile numérique assure, dans une large mesure, une meilleure visibilité des nouveaux acteurs impliqués dans le processus de transition démocratique, tels que : les cyber activistes (les blogueurs et les facebookers), les femmes qui investissent l’espace publique alternatif et qui proclament, en tant que citoyenne à part entière, leur droit à la participation politique, les rappeurs qui sont généralement négligés par les médias traditionnels et qui s’expriment de plus en plus à travers les réseaux sociaux, les jeunes naguère dépolitisés qui imposent un nouveau rapport au politique et de nouvelles formes de participation citoyenne, etc. Ces divers acteurs sont porteurs de logiques différentes, voire contradictoires, et transforment le paysage politique dans son ensemble (les rapports de force, les rôles et les statuts des acteurs, l’exercice de la citoyenneté, le langage politique et les modes d’expression…).

Publié en janvier 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°8

 

Sihem NAJAR

est sociologue et chercheure détachée de l’université Tunisienne. Elle conduit à l’IRMC un programme intitulé : « Communication virtuelle par l’Internet et transformations des liens sociaux et des identités en Méditerranée ».

 

crédit d’illustration : © Tunisie numérique

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Mouvements sociaux en ligne, cyber activisme et nouvelles formes d’expression en Méditerranée

Deuxième rencontre du programme de recherche de l’IRMC – TUNIS – 24 et 25 juin 2011

La deuxième rencontre du programme de recherche de l’IRMC : « Communication virtuelle par l’Internet et transformations des liens sociaux et des identités en Méditerranée » sur le thème Mouvements sociaux en ligne, cyber activisme et nouvelles formes d’expression en Méditerranée, a été organisée à Sidi Bou Saïd (Tunis), les 24 et 25 juin 2011 avec le soutien du Ministère français des Affaires étrangères et de l’Agence universitaire de la francophonie (AUF). Elle a réuni une vingtaine de chercheurs appartenant à des aires géographiques différentes (la France, la Belgique, l’Algérie, la Tunisie, le Maroc, le Canada, l’Espagne et l’Italie) et à des champs disciplinaires divers (la sociologie, l’anthropologie, la psychologie, les sciences de l’information et de la communication, les sciences culturelles et les sciences politiques).

L’IRMC a placé la question des NTIC (nouvelles technologies de l’information et de la communication) au centre de ses intérêts depuis 2000 avec la mise en place de programmes de recherche sur les économies numériques et l’institutionnalisation des NTIC dans la mondialisation. Il privilégie depuis une perspective plus sensible aux pratiques sociales et aux usages des médias de l’information et de la communication, en s’intéressant aux logiques et aux stratégies des différents acteurs sociaux. Cette réflexion s’inscrit dans une mise en réseau avec d’autres institutions universitaires et de recherche, au Maghreb, en Méditerranée et en Europe ainsi qu’au Canada, dans le cadre d’un projet CNRS de GDRI (Groupement de Recherche International) sur : « Communication, médias et identités en Méditerranée. Nouveaux supports, nouvelles pratiques ».

Les questions abordées sont parties de plusieurs constats qui caractérisent la mondialisation et s’appliquent particulièrement aux mouvements contestataires qui ont marqué la Tunisie et l’Égypte, puis le Maroc, la Lybie et l’Algérie. Le premier est que l’Internet, avec sa panoplie de réseaux sociaux, et notamment sa blogosphère, ouvre des espaces légitimes de participation, de revendications ou de protestations. Le second est que les cyber-citoyens parviennent ainsi, en relais des médias, à orienter à distance l’opinion publique et à agir sur la réalité sociale. Le troisième est qu’il en ressort de nouvelles formes d’engagement politique, produisant un nouvel espace public d’expression et de participation au quotidien. Plusieurs résultats ont pu être formulés :

1. Les révolutions et les mouvements contestataires qu’ont connus les pays du Maghreb et du monde arabe portent l’empreinte des NTIC et des réseaux sociaux (par le Net agora, le cyber agora) qui ont favorisé l’élargissement de la sphère publique à la « rue » qui s’est imposée comme un espace d’expérimentation et de reconfiguration du politique auparavant maîtrisé par les seuls régimes en place.

2. L’Internet est apparu comme un espace alternatif ayant favorisé la politisation des jeunes. En ce sens, la censure exercée par les régimes totalitaires a été présentée comme étant l’un des aspects essentiels qui ont largement contribué à la politisation des jeunes internautes (à l’intérieur et à l’extérieur des pays concernés) et au renforcement des mouvements protestataires, certes investis par les jeunes mais toutefois non exclusifs à leur classe d’âge.

3. L’usage des outils informatiques permet aux acteurs sociaux d’accéder à un nouvel espace de liberté d’expression et d’agir en tant que sujet et non plus assujetti. Ainsi l’accent a été mis, à partir de ces dispositifs d’information et de communication, sur le processus de construction de nouveaux univers publics favorisant l’émergence d‘un pouvoir citoyen (empowerment).

4. Tout en admettant que l’Internet (via Facebook ou Twitter) n’est pas le fondateur de la révolution tunisienne et des mouvements sociaux qui traversent le monde arabe, les participants ont toutefois reconnu son rôle de facilitateur et « d’instrument ». Son usage s’est avéré celui d’un nouvel outil pour la mobilisation sociale, correspondant à des formes encore inédites, de revendication, de participation des sociétés civiles, voire de militantisme.

5. Les mouvements sociaux en ligne ont constitué un point de jonction entre le local et le global. En effet, les NTIC permettent aux cyber activistes d’accéder à des réseaux transnationaux de militants et de placer les questions et les revendications locales dans un contexte global et international d’information, d’interpellation et de soutien à leurs mouvements.

Cette manifestation conforte l’IRMC dans ses objectifs de traiter des questions d’actualité qui interpellent les chercheurs en SHS, suite aux mutations politiques et sociales qui touchent la région méditerranéenne et le monde arabe. Outre la richesse des réflexions ci-dessus résumées, cette rencontre a permis d’initier une première mise en réseau de chercheurs méditerranéens appartenant à des disciplines diverses et à des générations différentes autour des questions relatives aux mouvements sociaux en ligne, aux révoltes numériques et au cyber activisme. Une publication des actes et des débats prévue pour 2012, viendra concrétiser cette initiative.

Publié en octobre 2011 dans La Lettre de l’IRMC n°7

 

Sihem NAJAR

 

crédit d’illustration : © IRMC ; Khalid Albaih

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Mouvements sociaux en ligne, cyberactivisme et nouvelles formes d’expressions en Méditerranée

Les divers réseaux sociaux à caractère a-topique et déterritorialisé qui structurent aujourd’hui le paysage virtuel génèrent de nouvelles configurations de sphères publiques où se manifeste un « agir communicationnel » (Habermas) dont les retombées sociales, économiques, culturelles et politiques ne sont plus à démontrer. Le cyberespace qui initie une dynamique globale et transnationale permet à des acteurs sociaux d’aller au-delà de l’espace habituel d’expression, d’interaction et de négociation, pour investir un nouvel espace-temps citoyen. Il est de plus en plus admis que la production, la circulation et l’échange des informations via les réseaux sociaux virtuels est une composante essentielle de la socialisation et de la mobilisation citoyenne.

En tirant profit du développement galopant des technologies de l’information et de la communication (TIC), les potentialités mobilisatrices s’engagent dans des actions qui touchent à des domaines d’intervention aussi divers que l’environnement, le développement local, le développement durable, les droits de l’Homme, l’égalité entre les sexes, la liberté d’expression, etc.

Qu’il s’agisse de réseaux télématiques qui naissent à travers les échanges électroniques entre militants, ou de communautés numériques qui prolongent celles qui sont actives sur le terrain, l’objectif étant de défendre des intérêts et d’exprimer des revendications. Le cyberactivisme tire sa légitimité du fait qu’il instaure et mobilise des réseaux télématiques en vue d’agir sur la réalité sociale et de défendre une cause commune. L’intérêt de cet engagement à distance réside, d’une part, dans le fait qu’il est enraciné dans la réalité sociale et, d’autre part dans sa capacité à constituer et à mobiliser des groupes de pressions transnationaux et décentralisés. L’engagement citoyen s’est depuis longtemps déroulé sur le terrain et avec le développement croissant des TIC s’est trouvé, d’une façon massive, doublé d’un cyberespace polyvalent et multi varié.

Ainsi, le cyberactivisme et les divers mouvements sociaux en ligne tendent à déboucher sur des mesures et des procédures propres à la vie réelle. De telles actions sont d’autant plus importantes qu’elles permettent d’élargir le champ de participation et de rendre la contribution de certains activistes et cybercitoyens possible et visible. En exemple, des diasporiens exclus du cercle du pouvoir et de la prise de décision peuvent s’exprimer à travers des réseaux sociaux virtuels et contribuer à l’orientation de l’opinion publique et à la mobilisation sociale et politique. En outrepassant les frontières matérielles, les acteurs en question se servent d’une base (plateforme) transnationale pour agir à distance sur la réalité sociale de leur pays. Par ailleurs, il est important de souligner que le cyberespace permet aux acteurs sociaux de jouir d’une grande marge de manœuvre et surtout d’échapper au contrôle auquel ils sont habituellement exposés.

Reste à montrer que les mouvements sociaux en ligne et le cyberactivisme développent de nouvelles formes d’expressions qui leur permettent de jouer pleinement, et de manière efficiente, leur rôle de mobilisation sociale et politique. Plus concrètement, l’engagement citoyen et l’action sociale sont essentiellement basés sur la production et l’échange des informations sous forme d’images, de sons et de texte. Les revendications sociales sont de plus en plus exprimées à travers des supports aussi divers que des caricatures, des séquences-vidéos produites par des citoyens profanes, des pétitions et des manifestations en ligne, des commentaires et des messages échangés sur la plateforme numérique (Facebook, blogs, mails, Twitter, forums de discussion, etc.), des chansons engagées ou révolutionnaires, etc. Il est certain que la nature et le contenu de ces différents supports varient en fonction des acteurs sociaux et des groupes concernés (des étudiants, des lycéens, des militants politiques, des syndicalistes, des militants dans le domaine des droits de l’homme, etc.).

En quoi l’Internet, avec la panoplie de réseaux sociaux qu’il offre, peut-il ouvrir des espaces légitimes de participation, de revendications et de protestations ? Dans quelle mesure les cybercitoyens parviennent-ils à orienter à distance l’opinion publique et à agir sur la réalité sociale ? Comment les cyberactivistes peuvent-il surmonter l’obstacle de la fracture numérique pour assurer une mobilisation sociale et politique à grande échelle et éviter toute forme d’exclusion sociale ? En vue d’amorcer des réponses à ces questions, trois axes thématiques seront privilégiés dans le cadre des journées d’études organisées par l’IRMC les 24 et 25 juin 2011 : les mouvements sociaux en ligne et les nouvelles formes d’expression contestataire ; les cybercitoyens, les groupes de pression et la production d’un nouvel espace public ; le cyberactivisme au service du développement local.

Publié en avril 2011 dans La lettre de l’IRMC n°6

 

Sihem NAJAR

sociologue et chercheure détachée de l’université Tunisienne. Elle conduit à l’IRMC un programme intitulé : La communication virtuelle par Internet, la complexité des identités et les transformations des liens sociaux en Méditerranée.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Quelle portée des réseaux sociaux dans le processus révolutionnaire ?

La révolution tunisienne, cette révolution de la dignité, venue suite à un ras-le-bol du peuple et à sa décision de vaincre sa peur a été également le fruit d’un concours de circonstances, dans lequel Internet a joué un rôle prépondérant. Les postures scientifiques et journalistiques qui se sont exprimées sur le rôle à jouer d’Internet dans le « printemps arabe » se sont révélées contrastées voire dichotomiques. D’une part celles qui attribuent au réseau des réseaux un rôle central dans les révolutions et vont même jusqu’à dire qu’il s’agit de révolutions 2.0. Et d’autre part celles qui condamnent et considèrent les premiers comme des cyber-utopistes, comme le fait Evgeny Morozov, un exilé biélorusse aux Etats-Unis, dans son livre récent au titre évocateur : The Net Delusion (l’illusion du Net). Il apparaît que si les réseaux sociaux n’ont pas « fait » la révolution, ils ont toutefois contribué à la porter, dans un contexte historique et des structures sociales données, au travers des expressions physiques de désarroi et de contestation populaires. Ces réseaux sociaux sont devenus un « territoire libéré » pour les jeunes Tunisiens, un pays virtuel où se disait et se montrait tout ce qui pouvait déplaire au régime de Ben Ali.

Du « terrain » aux réseaux sociaux. Devant la censure, le déficit d’informations fiables et en l’absence d’une couverture réelle des événements par les télévisions nationales et internationales (mis à part quelques médias arabes dont Al jazeera), les Tunisiens, munis de leurs téléphones portables, ont tout filmé et posté sur Internet depuis l’immolation de Mohamed Bouazizi : des émeutes de solidarité avec ce jeune, en passant par les manifestations et répressions et jusqu’aux blessés et morts, premières victimes de Kasserine. Ces informations ont été relayées par les internautes, usagers de Facebook, Twitter et autres sites et réseaux. A partir des smart phones avec Internet 3G, d’une connexion à domicile ou depuis les publinets du quartier, la circulation des vidéos a contribué à rehausser le mécontentement et à mobiliser les masses. Leur reprise et diffusion en masse par les télévisions internationales notamment Al jazeera et Al Arabia leur a donné un véritable écho populaire.

La mobilisation des cyberactivistes. La divulgation par WikiLeaks de documents confidentiels de la diplomatie américaine sur la Tunisie, de même l’attaque des sites officiels du régime et le blocage de la machine étatique par le Groupe de Hackers Anonymous, afin de protéger cet espace de résistance de la cyberpolice, ont peut être renforcé le rôle d’Internet comme pierre angulaire du processus révolutionnaire. De

nombreux jeunes indépendants, actifs de la société civile et cyberactivistes, se sont mobilisés sur le net. Une dizaine d’événements et de pages facebook (appel à manifester, appel à grève régionale puis à grève générale le 14 janvier) ont été créées sur le réseau social. « Tout est passé par Facebook », témoigne une Tunisienne au site Nouvelobs.com, où le slogan « Partager nous sauvera » s’est érigé en règle. Quant à Twitter, il a servi pendant les « manifs » d’outil logistique pour les manifestants. Ils s’en sont servis pour envoyer des tweets indiquant les rues bloquées par les forces de l’ordre et proposant des itinéraires alternatifs pour encercler le ministère de l’intérieur le 14 janvier.

Un nouveau support de la communication. Au lendemain du 14 janvier, le rapport à sens unique télévision-Internet a cédé la place à un rapport de va-et-vient, d’interactivité et d’interconnexion entre les différents supports médiatiques. Internet servait auparavant de relais entre les médias : on y trouvait des extraits ou des émissions entières de télé, de radio, des articles de presse. Internet est devenu aujourd’hui la source privilégiée de l’information. Le gouvernement de transition formé par Mohamed Ghanouchi a créé les pages Facebook du premier ministère, du ministère de l’Intérieur, du ministère des Affaires Étrangères. Le même Mohamed Ghanouchi, a accordé une interview pour répondre aux questions des internautes, diffusée uniquement sur Viméo, Youtube et Facebook. Le ministère du Commerce et du Tourisme a lancé sur Facebook la campagne « I love Tunisia », un mois après la chute de Ben Ali, le 14 février jour de la saint-Valentin reconvertie en Saint-révolution ; ce site avait pour objectif de soutenir et de relancer le tourisme tunisien. Un logo militant sur lequel on pouvait lire « I love Tunisia » a remplacé les photos de profils des facebookers tunisiens tout comme le drapeau avec l’accolade des mains dans la mobilisation d’avant le 14 janvier. Ces réseaux ont mobilisé tout autant les masses que les communautés diasporiques qui ont pu contribuer par ce biais, à la diffusion de l’information et à la motivation de leurs compatriotes. Les images et vidéos diffusées sur Facebook ont permis également d’éclairer les rédactions occidentales sur la réalité des faits vécus. A ce propos, l’AFP a décrit Twitter et Facebook comme «des caisses de résonance de la révolte des Tunisiens», dans «un flux ininterrompu que le régime n’est pas parvenu à contenir».

Un outil politique. Les manifestants de la Kasbah ont investi la toile à leur tour, par la mise en ligne d’un streaming live assuré via le channel Tunilive sur ustream.tv afin de permettre la transmission en direct de leur sit-in contre le gouvernement de transition et de motiver les gens à venir, dans l’absence d’une couverture fiable par les médias classiques. Ces jeunes manifestants se proclamant protecteurs de la révolution tunisienne, ont créé leur page Facebook baptisée l’« Union des pages de la révolution » (Ittihad Safahat Ethawraa) à travers laquelle ils diffusent leurs communiqués et appels à manifester. Et pour consolider encore plus le rôle d’Internet dans la transition démocratique de la Tunisie, Mohamed Chaabane et Afef Amamou avec l’aide de deux étudiantes de l’Institut Supérieur d’Informatique et de Mathématiques de Monastir, ont eu l’idée de développer un logiciel permettant de voter par Internet. Les réseaux sociaux de la toile ont joué un rôle indéniable de relais de l’information dans la révolution tunisienne, dans la mesure où la parole du peuple est devenue davantage audible. Mais la révolution n’est pas terminée et les réseaux continuent à participer au processus de transition démocratique. Hier utilisé pour un seul but, celui de déboulonner Ben Ali de son siège, aujourd’hui les enjeux sont différents, les objectifs contradictoires et l’utilisation de l’Internet et notamment de Facebook peut se révéler une arme à double tranchant particulièrement dans la diffusion des Intox et des rumeurs qui peuvent semer ainsi la zizanie dans le pays. La maîtrise de cet outil se situe désormais moins dans ses performances et sa technicité, que dans les modalités citoyennes des usages que feront désormais les tunisiens de cette ingénierie sociale.

 Publié en avril 2011 dans La lettre de l’IRMC n°6

 

Chirine BEN ABDALLAH

Doctorante, sociologue, IRMC/CNRS

 

Crédit de l’illustration : © DR

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

La révolte du peuple à l’heure des TIC : la communication « engagée », une puissance révolutionnaire?

Il est difficile, me semble-t-il, de penser la « Révolution de la dignité », en dehors de son ancrage culturel. Notre ère est celle de la culture numérique qui a prouvé qu’elle est capable, non seulement, de bouleverser les mœurs et les mentalités, mais aussi de constituer un instrument efficient permettant de renverser le pouvoir totalitaire en place. L’un des aspects qui ont fait la singularité de la révolution tunisienne est, sans conteste, la capacité de ses protagonistes à faire bon usage des TIC. Bien qu’il s’agisse d’un lieu commun, il importe de rappeler que ce sont la téléphonie mobile, qui s’est substituée à l’appareil photo, et l’Internet, en l’occurrence le réseau social Facebook, qui sont, en quelque sorte, les armes de cette révolution. Qui dit que les révolutionnaires sont désarmés n’a certainement rien compris des rapports de force qui ont transformé la donne politique et sociale en Tunisie. Loin de faire le panégyrique des TIC, il est important de reconnaître que la communication engagée constitue un moyen de mobilisation sociale et politique, donnant ainsi une nouvelle allure au processus révolutionnaire. Le cyberactivisme, engagé par des acteurs d’ici et d’ailleurs, a été le leitmotiv de cette révolution de la dignité, à telles enseignes que les TIC sont considérées comme étant un danger qui menace les régimes totalitaires. Le spectre numérique est de plus en plus pourchassé par ceux qui tiennent à préserver leur autoritarisme. Nous retiendrons de cette expérience révolutionnaire singulière trois aspects essentiels. Tout d’abord son caractère imprévisible et contingent ; ensuite son essence populaire, en tant que révolution à l’origine acéphale et, enfin son statut d’observatoire révolutionnaire dans la région.

Publié en janvier 2011 dans la Lettre de l’IRMC n°5

 

Sihem NAJAR

Sociologue, IRMC, Tunis

 

Crédit de l’illustration : toutça.com

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

La force de l’insoumission

De la révolte de la rue à la révolution des esprits

Les évènements vécus depuis le 17 décembre 2010 constituent une véritable « onde de choc » pour l’ensemble des Tunisiens. Il s’en dégage un sentiment de fierté, une dignité retrouvée, d’avoir combattu et écarté Ben Ali seuls, sans leader, sans parti et sans soutiens étrangers. S’en trouve renforcée l’image d’une Tunisie avant-gardiste dans le monde arabe, et qui, après avoir aboli la polygamie, érigé le code du statut personnel, revendique sa liberté d’expression et d’auto détermination. Ce mouvement valorise les jeunes (« on n’est pas des voyous mais on veut défendre nos valeurs »). Il illustre la mobilisation de toutes les catégories sociales autour de la lutte contre les milices tant dans les quartiers populaires que dans les quartiers chics. Se profile un autre visage du civisme et de la solidarité (« la solidarité nous appartient ») que celui des slogans abstraits de l’État.

L’homme de la rue tout comme l’intellectuel, en appellent à une séparation stricte entre l’État et tout parti. Il en ressort une confrontation des « jusqu’au boutistes » refusant la présence d’anciens du RCD au gouvernement, et des « on y va quand même ». Les forums de discussion se sont installés sur les chaînes de la radio et télévision nationale, invitant des acteurs et observateurs de la société civile, intellectuels, artistes, universitaires et chercheurs, hommes et femmes, de toutes tendances et sensibilités politiques. Des journalistes se questionnent sur leur mission, leur implication dans le mouvement social. Des métiers redéfinissent les contours de leur corporation (avocats, architectes, cinéastes, professions de santé…). Dans les entreprises publiques, des groupes de personnels demandent le départ de leur directeur général et souhaitent renouveler les lignes hiérarchiques.

Il s’agit là d’un mouvement multidimensionnel, impulsé par la jeunesse mais auquel participent toutes générations, catégories socioprofessionnelles, et classes sociales. Il faut insister sur la dimension sociale de ce mouvement qui a pris la forme d’une révolte des populations : contre la vie chère, contre le chômage des jeunes et des diplômés, contre les détournements économiques et la corruption financière, contre la censure de la liberté d’expression et l’autoritarisme politique. Face au foisonnement de l’expression, plusieurs réclament une pédagogie de la démocratie, un apprentissage de la liberté naissante, estimant « qu’il faut du temps pour un peuple non habitué à la démocratie », et que la « révolution des cerveaux » implique « d’enlever l’autocensure de nos têtes ».

La mobilisation numérique

Dans un contexte de censure de la presse, de mainmise de l’État sur les médias (radio, télévision), d’interdiction de sites internet, et dans l’un des pays les plus connectés d’Afrique, le mouvement tunisien s’est inscrit au cœur de la révolution numérique. Depuis la rue et avec l’aide des vidéos amateurs (fournies par les téléphones portables) et des ordinateurs, les messages numériques et les blogs ou encore les sites Twitter ou Facebook ont relayé les appels à manifester. Ils ont fourni des messages de dissidence ou de blocage de sites gouvernementaux, puis des commentaires en direct des émeutes. Le 12 janvier, le monde entier a eu connaissance en temps réel de la photo du décès par balle d’un enseignant franco-tunisien à Douz. Les acteurs de ce mouvement ne sont plus seulement dans la rue. Ce sont souvent des jeunes qui l’ont impulsé et qui, depuis leur ordinateur, en parlent le langage (le slogan des manifestants, « Game over »).

Internet s’est imposé comme un nouveau support d’information, de communication et de « résistance » au service d’une « cause ». Ce processus connecte les acteurs politiques de tous bords à la pression de la rue et des médias numériques. On doit y voir une profonde mutation où l’information passe directement de la parole de l’acteur à l’appréciation du spectateur. La communication sur le net a ainsi contourné et démenti les (non) informations de la radio et télévision nationale. Avec l’écueil toutefois d’une information issue de la rumeur et non confirmée, dont le récepteur doit reconstituer la véracité, et un court-circuit du canal du journaliste informateur et du « professionnel » de l’information. A noter le rôle fort de relais en direct de cette « micro information », joué par la chaîne internationale Al Jazira.

L’impact sur le métier de chercheur

Dans leurs soucis d’interrogation et d’interprétation des faits sociaux, entre l’analyse scientifique qui nécessite un recul, et l’urgence de l’implication au présent, les sciences sociales sont fortement interpellées par ces évènements. Une tradition en ce sens existe à l’IRMC, qui a déjà produit des recherches et des réflexions sur la question étudiante, sur les reconfigurations religieuses, les, migrations précaires ou clandestines, la crise du travail et de l’emploi, mais aussi sur le développement local et les révoltes ouvrières du bassin minier de Gafsa, puis sur les démocraties autoritaires. Cette « révolution des esprits » est susceptible auprès des étudiants et chercheurs sur le Maghreb puis le monde arabe et musulman, de renouveler les sujets de recherche objets d’articles, mémoires ou thèses sur des thèmes tels que la transition politique, les notions de revanche sociale, de rumeur, la question des suicides par immolation. Autres thèmes : les solidarités ; les jeunes et le changement social ; Internet et les nouveaux modes de communication ; les révoltes populaires régionales ; les rapports de force entre l’Armée, l’État et la police ; les compromis politiques et le jeu des partis dans les gouvernements de transition ; les relations du social, du politique et du religieux.

Ces évènements, au cours desquels les médias ont beaucoup sollicité les chercheurs, interrogent la relation, parfois source de malentendus, entre le journaliste et le chercheur, entre le temps circonscrit de l’évènement et le temps long et cohérent de l’histoire. Ils questionnent aussi les frontières disciplinaires internes aux SHS. Par exemple ils ne sont pas perçus de la même manière par les sociologues, juristes ou politologues qui souhaitent les analyser « à chaud », alors que les historiens prendront plus de recul sur les traces de ce qui est advenu ou sur les leçons du passé. Tout en respectant ces frontières, ces nouvelles recherches gagneront à être abordées dans une perspective comparative entre pays du Maghreb, ou avec l’Égypte. Cette confrontation des expériences internationales avec le vécu de la révolution tunisienne, devrait contribuer à un dialogue approfondi et à un renforcement de la coopération au sein de la communauté des chercheurs en sciences sociales.

Publié en janvier 2011 dans la Lettre de l’IRMC n°5

 

Pierre-Noël DENIEUIL

Sociologue, IRMC, Tunis

 

Crédit photographique :  ©Zohra Bensemra – Reuters.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook