Archives par mot-clé : Comité de suivi

L’IRMC, un pont entre les cultures

Charfi2
Photographie de Abdelmajid Charfi

Depuis l’indépendance, les relations entre la Tunisie et la France ne furent pas toujours sereines et harmonieuses sur le plan politique. En revanche, sur le plan culturel, des efforts soutenus de part et d’autre furent fournis afin de dépasser les difficultés héritées de la période coloniale et instaurer une coopération au profit des deux parties. La présence de milliers de coopérants français dans l’enseignement secondaire aux premières années de l’indépendance fut à l’origine de l’extension de la connaissance et de l’usage du français à un niveau jamais atteint durant les années du protectorat. En même temps, sans cette présence, la Tunisie aurait eu du mal à mener une politique ambitieuse de généralisation de cet enseignement. La jeune université tunisienne a également bénéficié de l’apport de dizaines de compétences françaises dans presque toutes les disciplines, ce qui lui a permis de connaitre un démarrage honorable.

L’IRMC s’inscrit naturellement dans cette coopération. Les Français le voulaient au départ un institut calqué sur les centres culturels français qui existent un peu partout dans le monde. Mais les Tunisiens étaient réticents à admettre l’installation sur leur sol fraîchement reconquis d’une institution étrangère sur laquelle ils n’avaient point le moindre droit de regard. Il a fallu attendre que les Américains acceptent le principe d’un comité mixte de suivi lors de la création du CEMAT pour que la partie française se résigne à accepter ce même principe. Ayant eu le privilège d’être désigné par les autorités tunisiennes de l’époque membre des deux premiers comités mixtes, tuniso-americain et tuniso-francais, je peux affirmer que la formule retenue est à maints égards une réussite. Formé, du cote tunisien, du directeur de la recherche scientifique au ministère de l’Enseignement supérieur, es qualités, et de deux universitaires, le comité de suivi de l’IRMC se réunit au complet lors d’une session annuelle, alternativement à Tunis et à Paris. C’est à lui que revient la tâche de tracer les grandes lignes de la politique de recherche, de documentation, d’accueil, d’encadrement et de coopération de l’Institut en fonction des différentes contraintes humaines et budgétaires. La présence de son directeur aux réunions annelles permet entre autre d’analyser les orientations de l’institution et de les infléchir éventuellement, afin que les choix effectués s’inscrivent dans la durée et ne dépendent pas uniquement de la personnalité et de la formation du responsable. Il s’agit surtout de concilier les attentes des deux parties et de les faire converger vers des actions où elles trouvent un intérêt réciproque.

Étant un institut de recherche en sciences humaines et sociales, l’IRMC est une institution qui occupe une place de choix à l’heure de l’impérialisme des sciences dures et de la technologie qui poursuit des objectifs immédiats de rentabilité économique. Les jeunes chercheurs trouvent en lui un cadre approprié pour se familiariser avec le terrain et explorer de nouveaux horizons, s’ils sont français et européens, et être en contact avec les recherches de pointe et les problématiques les plus récentes dans leur domaine, s’ils sont tunisiens. Les différents séminaires organisés au sein de l’Institut et les nombreuses conférences données dans son enceinte par des universitaires invités spécialement ou de passage à Tunis sont autant d’occasions pour débattre librement et en toute sérénité de questions qui concernent les différents aspects de l’homme et de la société, sans que les participants se soucient des conditions politiques conjoncturelles, favorables ou défavorables. Les résultats obtenus sont certes satisfaisants, eu égard notamment aux moyens limités mis a la disposition de l’IRMC. Mais beaucoup reste à faire. La coopération structurée avec les universités tunisiennes, aussi bien celles de la capitale que celles de l’intérieur, est encore limitée. Apres la création à Rabat du Centre Jacques Berque, qui s’occupe en premier lieu du Maroc et de la Mauritanie, l’IRMC ayant une vocation maghrébine devrait accorder plus d’importance aux sujets qui concernent également l’Algérie et la Libye, en plus de la Tunisie, ou plutôt aux sujets transversaux concernant tout le Maghreb. Les sciences de l’homme et de la société sont, comme toutes les sciences, universelles. Elles ne reconnaissent les frontières politiques, géographiques, religieuses ou linguistiques qu’en tant que réalités spécifiques incluses dans cette universalité. Soumettre ces spécificités à une perspective universelle est donc dans la nature des activités de recherche dans ces sciences.

Et là, l’apport de l’Institut est toujours le bienvenu, car il fait fonction de pont entre, d’une part, la culture tunisienne en particulier et la culture arabo-islamique en général, et, d’autre part, la culture française en particulier et la culture occidentale dans son ensemble. Le jour où il fera connaitre à la communauté scientifique européenne les préoccupations des chercheurs maghrébins exprimées surtout en langue arabe, et leurs contributions, aussi modestes soient-elles, à la science historique, sociologique, linguistique, juridique, religieuse, politique, économique, etc., il participera à faire de ce pont une voie de passage à double sens et non à sens unique. Œuvre exaltante qui nécessite de la clairvoyance, de la lucidité et du courage. Il n’est pas chimérique de penser que l’IRMC répondra chaque jour davantage à cette exigence de dialogue entre les cultures, et par suite d’entente entre les habitants des deux rives de la Méditerranée.

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

Abdelmajid CHARFI

est professeur émérite de Civilisation arabo-musulmane à l’Université de La Manouba.

Pour citer ce billet : Abdelmajid Charfi, « L’IRMC, un pont entre les cultures », Le Carnet de l’IRMC, 17 octobre 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1275

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

L’IRMC depuis son Comité de suivi

el gaied
Photographie de Mohamed Moncef El Gaied

L’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain (IRMC) boucle en 2012 ses vingt ans. Il a atteint aujourd’hui une maturité certaine. En effet, il est indéniable que l’IRMC constitue un outil d’une véritable coopération entre la Tunisie et la France. Il est indéniable également que, dans le cadre des sciences humaines et sociales, l’IRMC joue aujourd’hui un rôle important pour comprendre et appréhender certains phénomènes relatifs à la sphère maghrébine, ce qui est sa vocation première. Comment en est-on arrivé là ? Évoquer brièvement les circonstances qui ont jalonné son parcours et identifier succinctement l’environnement au sein duquel l’Institut a développé sa maturation pourraient, dans une certaine mesure, répondre à la question. Dans cet ordre d’idées, il y a lieu de rappeler les faits suivants :

La date de création de l’IRMC (1992) a coïncidé avec le début d’une véritable organisation de la recherche scientifique en Tunisie avec la création (1991) du secrétariat d’État auprès du Premier ministère, chargé de la Recherche scientifique (SERS), transformé (1992) en secrétariat d’État de la Recherche scientifique et de la technologie (SERST), la réactivation (1991), au sein du ministère de l’Enseignement supérieur (MES), de la Direction de la recherche scientifique et technique (DRST), élevée (1992) au rang de Direction générale de la recherche scientifique et technique (DGRST). À la même époque, la coopération scientifique et culturelle avec la France a atteint une densité remarquable et a pris une dimension supérieure, accompagnée d’une diversification des programmes bilatéraux touchant divers départements ministériels tunisiens.

Par ailleurs, le statut de l’IRMC prévoit la possibilité de créer un Comité mixte de suivi. Ce Comité comprend les représentants des autorités de tutelle, à savoir le ministère français des Affaires étrangères (MAE) et le ministère tunisien de l’Enseignement supérieur (MES). Il fut mis en place juste une année après l’entrée en fonctionnement de l’IRMC et organisa sa première réunion la même année (1993). Messieurs Brahim Baccari, directeur général de la recherche (MES) et Yves Saint-Geours, sous-directeur des sciences sociales et humaines (MAE) coprésidèrent cette réunion. Ils y ont souligné, notamment, que cette première réunion devrait permettre de définir les compétences et les modalités de fonctionnement du Comité dans le cadre de la coopération bilatérale franco-tunisienne.

En fait, quand on relit les procès-verbaux des premières réunions, on se rend compte que les interventions des membres du Comité, partie tunisienne et partie française confondues, ont surtout permis de définir une tonalite de discussion imprégnée de pragmatisme et de réalisme. A été installé, également, un état d’esprit ouvert au dialogue et à l’écoute. Liberté de réfléchir tout haut, échanges francs et propositions pertinentes ont toujours été à l’ordre du jour. Ils ont permis, à plus ou moins brèves échéances, de voir se réaliser sur le terrain, la majeure partie des propositions suggérées. Ainsi, quand j’ai succédé à M. Brahim Baccari, appelé à prendre la tête de l’Université de Tunis III, et eu l’honneur de co-présider le Comité, je n’avais plus qu’à surfer tranquillement sur la vague déjà en place pour poursuivre la réflexion avec l’ensemble des membres de cette instance, contribuant ainsi à la consolidation et au renforcement des activités de l’IRMC. Lors de ces réunions, des tendances ont été progressivement dégagées. Elles ont été dictées essentiellement par leurs apports nouveaux et leur pertinence au moment où elles ont été formulées. Certaines étaient susceptibles d’évoluer ou de disparaître et certaines étaient destinées à s’inscrire dans la durée. Sans être exhaustif, on peut citer à titre d’exemples :

– le renforcement et la diversification des partenaires ; le choix de thématiques pertinentes ; la priorité donnée aux formations doctorales et à l’organisation annuelle de rencontres tuniso-françaises de jeunes chercheurs, soutenue par les tutelles des deux pays ; l’institutionnalisation des cotutelles de thèses avec co-diplomation, ce qui constitue un instrument de mobilité pour les doctorants ; la diffusion et la valorisation des résultats de la recherche au Maghreb et sur le Maghreb à travers l’appropriation des nouvelles technologies de l’information et de la communication ; l’encouragement d’une politique de traduction en liaison avec les besoins de formation de chercheurs arabisants.

Du fait de la densité des actions en coopération, rappelées ci-dessus, l’IRMC s’est trouvé dans un environnement local renfermant, en son sein, des potentialités humaines, ayant des compétences reconnues dans les domaines des sciences humaines et sociales, prêtes à la concertation et à la collaboration. En outre, les différents organismes et structures de recherche, aussi bien tunisiens que français, étaient disposés à engager un effort de réflexion pour d’éventuelles coordinations ou intégrations. En particulier, la signature de conventions entre l’IRMC et les partenaires tunisiens a toujours été encouragée.

Bref, localement, une masse critique scientifique potentielle existait. C’était donc un environnement propice à l’épanouissement de toute initiative d’activité en coopération dans le domaine d’intervention de l’IRMC. Ainsi, de par la stature acquise, l’Institut est devenu, assez rapidement, un lieu d’ouverture et d’échanges, dans les domaines des sciences humaines et sociales, entre les chercheurs doctorants et les chercheurs universitaires confirmés. Cela a contribué à l’insertion quasi naturelle de l’IRMC dans le paysage national de la recherche, de sorte que l’Institut est arrivé à faire figure de nœud de réseaux de recherche, capables d’appréhender les mutations régionales, et même au-delà.

À ce titre, les résultats de la recherche peuvent être valorisés a plusieurs niveaux. Il y aurait lieu d’en faire une large diffusion, non seulement en direction des chercheurs (cas classique), mais en direction d’autres parties : grand public, entreprises locales et internationales, instances de la société civile et instances gouvernementales. Il y a là une source de prise de conscience pour les uns, une mine d’informations utiles pour l’aide à la décision pour les autres et une démonstration de l’utilité de la recherche scientifique dans les domaines des sciences humaines et sociales. L’IRMC a donc progressé par touches successives, palier par palier, sous le regard bienveillant des autorités de tutelles des deux partenaires. L’Institut continuera de progresser, j’en suis persuadé, tant que l’ensemble des acteurs concernés continuera d’agir dans le même sens, à savoir agir dans l’intérêt commun. Les deux seules limites à sa progression ne peuvent découler que, soit de l’exigüité des locaux (souvent évoquée lors des réunions du Comité), soit des conditions budgétaires, soit des deux.

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

Mohamed Moncef EL GAIED

est ancien directeur général à la DGRST du ministère tunisien de l’Enseignement supérieur, et ancien co-président du Comité mixte franco-tunisien de suivi de l’IRMC.

Pour citer ce billet : Mohamed Moncef El Gaied, « L’IRMC depuis son Comité de suivi », Le Carnet de l’IRMC, 19 juin 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/946

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook