Archives par mot-clé : colonialisme

La question du colonialisme dans les relations franco-algériennes

Les relations franco algériennes ont toujours été et demeurent des relations qualifiées de non naturelles en dépit des efforts déployés en vue d’en faire des relations exceptionnelles et spécifiques.

Depuis l’indépendance de l’Algérie, ces relations ont connu de nombreuses périodes de blocages et de différends restés sans issue.

Bien que les relations franco-algériennes aient connu une certaine embellie, elles restent bien en deçà du niveau requis, du fait des sensibilités historiques qui constituent le principal obstacle et une entrave à toute opportunité de véritable coopération stratégique.

Cette sensibilité a étouffé toute tentative d’édification d’un axe franco-algérien, véritable tremplin de coopération entre le Sud et le Nord.

On peut constater que la question du colonialisme qui n’a jamais été résolue subsiste toujours et forme comme une sorte d’obstacle empêchant l’évolution des relations bilatérales bien que ce problème soit quasi-absent dans le discours politique algérien, et ce depuis l’indépendance jusqu’à la fin des années 1990.

La France a essayé malgré cela, sous la gouvernance du président Jacques Chirac, de jouer un rôle positif en soutenant la remise en forme de la politique algérienne ; et aussi son ouverture politique, et ce malgré les événements et la crise politique au cours de ces dernières années. En outre, la France a constaté qu’à travers ce changement démocratique en Algérie, elle pouvait promouvoir sa présence à travers les rouages du pouvoir algérien et ses institutions.

Bien des pays ont pu surmonter leurs contentieux à l’image des Etats-Unis d’Amérique, du japon, du Royaume-Uni et de l’Égypte… le cas franco-algérien reste donc une exception.

En effet, les sédiments historiques constituent une réelle entrave aux relations bilatérales, en déterminent la nature des relations et hypothèquent leur avenir.

Les mutations territoriales et les changements accélérés qu’a connus le monde auraient du avoir pour conséquences un raffermissement des relations bilatérales, et une remise en cause d’une politique reposant sur des fondements réalistes et rationnels occultant les différends et les dissensions du passé.

Cela ne peut se faire sans un diagnostic approfondi et exhaustif de la nature du contentieux et de ses retombées sur le plan politique, économique, culturel ou militaire.

Publié en mai 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°9 

 

Abdelmalek HATTAB

est doctorant en sciences politiques et d’information à l’Université d’Alger. Il prépare une thèse intitulée : La question du colonialisme dans les relations franco-algériennes, sous la direction du Professeur Belkacem Boumahdi. Il a bénéficié d’un Bourse Moyenne Durée (BMD) de l’IRMC (Dans le cadre de la convention de partenariat passée entre l’IRMC et le SCAC/Ambassade de France en Algérie).

Crédit d’illustration : © forum-binationaux-algéro-français

 

Pour citer ce billet : Abdelmalek Hattab, « La question du colonialisme dans les relations franco-algériennes », Le Carnet de l’IRMC, 2 octobre 2012. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/540

 

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook