Archives par mot-clé : CNT

Libye : le temps de la reconstruction

Avec la chute probable du dernier bastion autour de la ville de Syrte et la fin des opérations militaires qui se profilent, se pose la question de la reconstruction économique de la Libye. Ce pays, sans avoir été dévasté a naturellement souffert du récent conflit. Avec ses réserves pétrolières et gazières, il dispose des moyens de sa reconstruction. Cependant cette richesse, concentrée exclusivement sur les hydrocarbures, n’a pas conduit à un véritable développement et à une diversification des secteurs économiques. Il faut donc non seulement reconstruire mais aussi tout simplement construire une économie moderne. Tout cela ne sera possible que si le Conseil National de Transition parvient rapidement à restaurer la stabilité et la sécurité, et c’est dans ce contexte que doit être pensé le rôle de la communauté internationale.

La Libye : un pays désorganisé plutôt que dévasté

Il est encore trop tôt pour faire le bilan des destructions engendrées par l’insurrection menée par le Conseil National de Transition depuis plus de sept mois. Les combats ont relativement épargné la région Est du pays et notamment la ville de Benghazi, ainsi que les villes du centre et du Sud. Ce n’est pas le cas de la Tripolitaine et notamment toute la région côtière à l’ouest de Tripoli. Au total, les infrastructures d’exploitation pétrolières et les terminaux d’exportation n’ont pas été trop touchés malgré des combats violents dans certains ports comme Brega.

Les destructions touchent cependant les bâtiments, les infrastructures de transport et de communication. Au delà des aspects matériels, ce dont la Libye souffre, c’est une terrible désorganisation de l’industrie et des services, ce qui rend la situation humanitaire très préoccupante. Il est nécessaire de restaurer d’urgence l’accès au gaz, à l’essence, à l’électricité, afin de remettre en marche les infrastructures sanitaires du pays. À moyen terme, il faut rétablir les réseaux de distribution commerciaux des biens de consommation de première nécessité. On ne peut pas vivre longtemps, même en Libye, sans magasins approvisionnés d’autant que l’essentiel des besoins alimentaires est importé.

La Libye un pays riche

La Libye dispose cependant des moyens de sa reconstruction. C’est sa chance. En considérant la richesse annuelle par habitant qui s’élevait à 14000 dollars par tête, ce pays était l’un des plus riches d’Afrique ! Son sous-sol est une véritable mine qui peut lui assurer des ressources pour plusieurs décennies. Aux réserves estimées de pétrole (60 milliards de barils), s’ajoute le gaz dont les réserves ne semblent pas même encore toutes identifiées. Il faudra un ou deux ans pour que la Libye puisse atteindre le niveau de ses exportations de pétrole d’avant le conflit et qui se montait à 1,5 millions de barils par jour, ce qui représente plus de 50 milliards de dollars d’exportation par an. Tout se passe comme si chaque libyen bénéficiait d’une rente annuelle de 10000 euros. Avec l’augmentation tendancielle du prix des hydrocarbures, ces montants pourraient doubler dans les dix ans qui viennent.

À ces ressources mobilisables à moyen terme s’ajoutent les avoirs gelés du régime Kadhafi dans les pays étrangers. S’il est difficile de faire des estimations précises, ces sommes représentent des montants considérables qui pourraient financer une grande partie de la reconstruction. Le CNT estime que 160 milliards de dollars sont répartis dans différents pays dont 30, 20 et 7,2 milliards respectivement aux États-Unis, en Grande Bretagne et en Allemagne. La Suisse détient environ 650 millions de CHF et souhaite remettre rapidement ses actifs, détenus par des entreprises publiques libyennes au CNT.

La Libye : un pays économiquement sous développé

Paradoxalement, malgré sa richesse, la Libye est demeurée une économie sous développée. Si dans les années 70 et 80, le régime Libyen a réussi à jeter les bases d’un État Providence en finançant très largement la construction de logement, d’hôpitaux et d’écoles, cela ne s’est pas traduit par une diversification et une véritable modernisation.

À part le pétrole, l’économie Libyenne est restée embryonnaire. Le secteur des services (commerce, transport, télécommunication) est rudimentaire sans parler du tourisme, de la restauration, de l’édition. Les services à la personne étaient essentiellement le fait de travailleurs sous qualifiés venant du Sahel assurant des tâches domestiques. L’exemple le plus frappant est le tourisme alors qu’il est susceptible de représenter un secteur d’exportation très important à l’avenir. Avec moins de 200000 visiteurs par an avant le conflit, la Libye était très en deçà de son potentiel et faisait figure de parent très pauvre face à ses deux voisins, la Tunisie qui accueillait annuellement 7 millions de touristes et l’Égypte qui en accueillait presque deux fois plus. Avec ses 1600 km de côtes, ses sites archéologiques, son désert, la Libye ne manque pourtant pas d’atouts.

Les conditions économiques de la reconstruction

Si la Libye dispose des moyens de financer, son développement, encore faut-il que deux conditions économiques soient remplies. Tout d’abord, il faut bien comprendre que les travailleurs étrangers dont le nombre approximatif était de 1,5 à 2 millions de personnes, soit un quart environ de la population, faisaient littéralement tourner la machine économique libyenne. De nombreux cadres d’entreprises venaient de Tunisie et surtout d’Égypte. Des travailleurs en provenance du Sahel assuraient des emplois dans l’agriculture, le commerce, le transport…

La plupart de ceux qui avaient un peu de moyens et notamment les cadres, ont rapidement quitté le pays tandis que les travailleurs sahéliens ont été suspectés d’appartenir à des groupes de mercenaires stipendiés par le régime voire victimes de règlements de compte. Plus d’un demi-million, certainement plus, auraient quitté le pays.

Par ailleurs, des investissements d’entreprises étrangères seront nécessaires pour remettre en état de nombreux secteurs économiques. C’est vrai dans le pétrole mais aussi dans les secteurs des télécommunications par exemple. Si l’engagement des entreprises étrangères dans les hydrocarbures se fera facilement en raison des perspectives de profits futurs, une véritable reconstruction du pays passera par des prises de participation et des investissements massifs d’entreprises étrangères.

La reconstruction en Libye prendra donc du temps. Elle ne sera possible que si le Conseil National de Transition parvient rapidement à restaurer la stabilité et la sécurité dans le pays. S’il réussit et si les Libyens entrevoient rapidement une possibilité d’amélioration de leur situation économique et sociale, cela sera décisif dans le bilan total d’une intervention étrangère qui fut un formidable pari géopolitique qui est loin d’être tout à fait gagné.

Publié en octobre 2011 dans La Lettre de l’IRMC n°7

 

Jean-Yves MOISSERON

Économiste à l’IRD, rédacteur en chef de la revue Maghreb-Machrek

 

crédit photographique : © AP ; d’illustration : © AFP, BP Statistical review, EIA.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook