Archives par mot-clé : citoyenneté

Transition démocratique et mutations institutionnelles

Table ronde IRMC – Tunis, 20mai 2011.

À la suite de ses manifestations du 4 février (La question autoritaire au prisme des sciences sociales) et du 29 mars (Constitutions et révolutions), l’IRMC a organisé le 20 mai une table ronde sur Transition démocratique et mutations institutionnelles. Sana Ben Achour (juriste, Faculté des sciences juridiques et politiques de Tunis) a traité du Rôle du droit constitutionnel dans les transitions démocratiques. Elle distingue trois registres de modification constitutionnelle mobilisés en réponse aux soulèvements populaires. Le premier pour désamorcer la contestation sociale, au Yémen « sous le signe de la présidence à vie », en Syrie « pour sauver le clan au pouvoir », à Oman face au sultanat sans contre-pouvoir. Le second « comme outil de démocratisation dans un cadre immuable », au Maroc dans une « démocratisation par le haut » et en Jordanie afin de « renforcer la vie parlementaire et politique ». Le troisième « comme nouvelle ressource de légitimation », en Égypte autour d’une révision constitutionnelle et en Tunisie dans la rupture. Le cas tunisien témoigne d’une volonté de suspendre la constitution, et de s’en remettre à une légitimité justifiée par ses seuls objectifs incarnés par des commissions dont celle pour la réalisation des objectifs de la révolution, des réformes politiques et de la transition démocratique.

Anna Krasteva (politologue, Nouvelle université bulgare de Sofia), a traité de L’émergence d’une citoyenneté post communiste. Elle a décrit les modalités de l’engagement communiste considéré non comme un droit mais comme un devoir (on doit être heureux, la mélancolie est bannie). Le communisme ayant concentré les droits sociaux et marginalisé les droits politiques et civils, le citoyen n’y a pas la liberté de se désengager. Ont été évoqués les deux fleurons du post communisme : le désengagement (abstention, apathie, non-participation comme droits et libertés) et la jubilation politico affective de la liberté, passant de la citoyenneté publique ascendante à la citoyenneté privée descendante. L’individualisme post communiste dessine plusieurs types de leaders : le charismatique allié du peuple, l’extrémiste xénophobe, l’adulé self made man. Et l’engagement s’incarne dans un mimétisme des sociétés de l’ouest et de la référence à une « société civile ».

Imed Melliti (sociologue, Institut supérieur des sciences humaines de Tunis) discuta les « passerelles » entre les interventions à travers quelques caractéristiques des pays arabes : des régimes autoritaires, idéologiquement affaiblis, en proie au gigantisme de leurs appareils partisans devenus des coquilles vides, défaillants pour la redistribution économique et sociale (d’où un chômage endémique), et avec un maillage associatif au service du pouvoir politique. Il posa la question du droit comme possible régulateur du conflit dans le passage de l’avant à l’après révolution, où la citoyenneté se négocie entre l’engagement individuel et la surproduction de leaders contre le citoyen, entre plus ou moins d’État et de social.

Lors du débat, l’accent a été mis sur les similitudes (surveillance, culte de la personnalité) et les différences (embrigadement politique) entre les sociétés de l’Est et la Tunisie. Il fut question de l’effondrement des structures de l’État ainsi que du manque de visibilité du rôle des jeunes dans l’actuelle mobilisation politique. On évoqua le tiraillement de la société tunisienne entre le mode de l’unité issu du consensus sur la suspension constitutionnelle, les principes d’universalité démocratique et les références aux valeurs d’un passé sur-investi. Avec l’espoir que le débat pour la constituante lui permette de redéfinir son projet et ses valeurs.

Publié en octobre 2011 dans La Lettre de l’IRMC n°7

 

Pierre-Noël DENIEUIL

 

crédit photographique : © dndf.org

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Pour le droit à la reconnaissance…

La « révolution » tunisienne a pris de vitesse citoyens et politiques, observateurs et intellectuels. Comment expliquer qu’un tel séisme politique puisse avoir lieu sans que l’on ait pu entrevoir ses prémices ? Comment donner du sens à une révolution qui s’est produite sans le concours d’un leadership politique proprement dit et sans le ferment idéologique d’un projet de société alternatif ? Comment un événement aussi éminemment politique a pu s’enclencher dans une société qui vit, depuis près de deux décennies, sans politique ou presque ? S’il est sans doute trop tôt pour pouvoir comprendre de manière satisfaisante ce qui est advenu, certains indices de ce qui vient de se dérouler sous nos yeux nous autorisent à risquer quelques réponses provisoires. Je pense à deux épisodes en particulier : le mouvement de protestation des sans-emploi prenant origine dans le geste sacrificiel public de Mohamed Bouazizi qui fut l’étincelle de départ de l’ensemble du processus ; le sit-in à la Kasbah, en face du Palais du gouvernement, des jeunes issus des régions intérieures défavorisées appelant à la démission du premier gouvernement postrévolutionnaire de Ghannouchi et à la dissolution du RCD.

Si les retombées politiques du suicide public de Mohamed Bouazizi relèvent d’une alchimie que l’on peut difficilement saisir sans une enquête historique minutieuse, ce geste symbolique fondateur ne fait qu’exprimer de manière paroxystique un malaise partagé et une grogne collective souterraine qui ne cessaient de faire boule de neige depuis longtemps. Ce geste ne vient pas seulement faire écho à d’autres antécédents, dont le suicide protestataire antérieur d’un autre « désespéré » à Monastir et, en particulier, à ce mouvement suicidaire collectif moins assumé que représentent les départs sur les embarcations de la mort de milliers de jeunes cherchant à rallier clandestinement la rive nord de la Méditerranée ; il prolonge un état de mal être largement répandu qui couve depuis des années, une sorte de « panne biographique » vécue douloureusement par une pléthore de jeunes privés d’emploi et qui peinent à accéder aux ressources de reconnaissance sociale que procure le travail. Plus insupportable dans le cas des jeunes diplômés, la crise de l’emploi n’a cessé d’interpeler sur la validité des modèles de justice instaurés par l’État postcolonial et bâtis, en partie, autour du principe de la méritocratie scolaire. En fait, et dans une optique plus large, la mise en danger de ces modèles de justice achoppe à la question de l’égalité des chances, dans une société où les privilèges de rang et de statut de naissance ont été battus en brèche par le procès de modernisation et suscitent majoritairement aujourd’hui de l’indignation.

Quant au sit-in de la Kasbah, il relève lui aussi d’une autre forme d’exigence de reconnaissance. En couvrant les murs du Palais du gouvernement et des ministères alentour de graffitis et de slogans qui célèbrent le noms de leurs bourgades, longuement abandonnées par les élites politiques de la Tunisie indépendante et laissées pour compte par les plans successifs de développement (Mazzouna, Rgab, Menzel Bouzayyan, Sidi Ali Ben Oun, etc.), et en dressant leurs tentes aux portes du Premier ministère, ces jeunes d’origine rurale et modeste ont parlé d’une même voix pour revendiquer le droit à une citoyenneté réelle qui implique l’accès à un certains nombre de ressources fondamentales et, avant cela, la capacité de faire entendre leur préoccupations particulières dans la sphère publique. A travers leur geste, c’est la misère on ne peut plus visible de la marge qui est venue investir la superbe du centre.

Cela dit, s’il est tout à fait possible de formuler quelques conjectures concernant le terreau dans lequel a pris naissance le ras de marée populaire qui a emporté le régime de Ben Ali, une énigme persiste : comment les différentes formes de mécontentement et de frustrations générées par vingt ans d’autoritarisme politique et d’injustice sociale ont pu s’exprimer dans un idiome politique audible et mobilisateur dans un pays où la politique n’était plus, et depuis longtemps, que souvenir ?

Publié en janvier 2011 dans la Lettre de l’IRMC n°5

 

Imed MELLITI

Sociologue, ISSHT, Tunis

 

Crédit photographique : ©Khaled Jomni – IRMC

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook