Archives par mot-clé : chômage

La révolution tunisienne et l’impact social sur l’économie

damiano2La révolte populaire tunisienne a mis fin au « pacte social » fondé sur la « logique de l’obéissance » (Hibou 2006) articulée à un modèle spécifique de développement économique. La crise de ce pacte social se matérialise à la fois dans les revendications liées au travail et dans les données indiquant la montée du chômage. Cette révolte populaire a permis l’émergence de stratégies diverses et contradictoires de reconstruction du politique, dans une phase dite de « transition » : les associations entendent participer activement à cette reconstruction, en occupant un espace délaissé par l’État.

Au premier abord, les associations tunisiennes semblent prises entre le danger de captation autoritaire, la projection d’un projet de société alternatif et la tentative de légitimation en tant qu’acteurs de politiques publiques autonomes. Si, sous le régime autoritaire, les marges de manœuvre des associations étaient très limitées, quoique non impossibles (Laroussi 2009), la Tunisie post-révolutionnaire est caractérisée par un activisme associatif dynamique, articulé et souvent en concurrence (notamment sur la ligne de fracture « associations laïques » / « associations islamiques »). L’intervention des bailleurs de fonds internationaux – à travers les financements, l’expertise, le plaidoyer – multiplie les acteurs sur le terrain et introduit de nouvelles marges de manœuvre dans la régulation sociale des acteurs publics et privés. Cette importance accrue des associations dans l’espace public se révèle dans la nouvelle régulation juridique : de la loi 1959-154 qui soumettait l’acceptation au ministère de l’Intérieur, on est passé à la loi 2011-88 qui permet la constitution d’une association avec une simple déclaration à la préfecture. Pourtant, les activités associatives souffrent d’un manque de coordination avec le secteur public (UE, 2012) les associations ne sont pas reconnues comme interlocuteurs et acteurs légitimes des politiques publiques.

Dans ce contexte, des stratégies différentes de soutien à l’emploi sont mises en place par les associations tunisiennes, avec un ensemble d’appuis locaux, étatiques, de coopération et d’organisations internationales. Les dispositifs mis en place sont aussi encouragés par les gouvernements successifs qui ne semblent pas en mesure de proposer une politique de l’emploi capable de faire face à la montée du chômage.

Le fil conducteur de mon enquête est la question des transformations des politiques publiques par les actions associatives de soutien à l’emploi, entraînant lignes d’exclusion et conflits. Les associations arrivent-elles à créer des nouvelles institutions sociales, en promouvant des dispositifs de soutien à l’emploi, dans un contexte de changement des formes de l’emploi, des formes d’aide à l’emploi et de sécurité sociale ? À la fois portées à l’adéquation aux normes qui régulent les politiques publiques et soucieuses d’en créer de nouvelles, les associations parviennent-elles à s’imposer comme acteurs légitimes du domaine de l’action publique ? Au cours des transformations sociales, les associations acquièrent-elles ce rôle « intermédiaire » (Sainsaulieu 2001) de régulation sociale, étudié en Europe, ou sont-elles prises dans des enjeux de politisation ou de promotion de modèles sociétaux spécifiques ?

En comparant des stratégies de plaidoyer, de formation, d’assistance, de microcrédit et de bienfaisance, ma recherche vise à éclairer comment les associations tunisiennes de soutien à l’emploi essayent de renouveler les cadres normatifs et de nouer des relations nouvelles et différenciées avec leurs partenaires, pour légitimer leur rôle dans la société.

L’approche choisie consiste à reconstituer la pluralité d’acteurs en jeu, leurs interactions et les effets de coproduction normative. Cette reconstitution du jeu d’acteurs se focalise notamment sur les relations nouées par les associations avec la population cible des programmes de soutien à l’emploi et sur le réseau local, national et international des mêmes associations. Il s’agit de saisir à la fois les pratiques associatives (les enquêtes, la conception et la gestion des projets, la mise en place des dispositifs, ainsi que les rapports de financement et de partenariat) et les représentations normatives (les idéologies économiques, les discours de légitimation, l’auto-projection dans le futur, les représentations du territoire).

Après avoir répertorié et cartographié les acteurs impliqués dans les actions associatives, ma démarche consiste à la fois à réaliser une enquête de terrain (entretiens et observations) auprès de ces acteurs et à analyser les archives (documents officiels, programmes, bilans) des associations.  À travers ces enquêtes, mon objectif est donner une importance particulière à deux types de transformation sociale : le changement des formes de gouvernance et les nouvelles manières d’encadrement collectif.

damiano3En premier lieu, des changements profonds des formes de gouvernance semblent découler de l’élargissement du secteur associatif, corrélé à l’avènement du discours de la société civile, depuis le début des années 1990 jusqu’au boom associatif de l’après-14-janvier. Les acteurs impliqués dans le travail associatif – des collectivités locales aux organisations internationales – relèvent d’instances différentes et représentent une multiplication des assises de décision et des règles d’organisation. D’ailleurs, la présence et le renforcement de tout un secteur d’associations confessionnelles opérant dans le domaine de l’aide à l’emploi et de la bienfaisance est en train de se révéler décisif pour les équilibres politiques, ainsi que pour la promotion d’une idée spécifique des politiques publiques.

En second lieu, l’entrée par les associations permet de saisir les nouvelles manières d’encadrement collectif : promotion de nouvelles attentes sociales, de nouveaux liens de dépendance, de nouvelles dynamiques d’exclusion. Les associations sont souvent porteuses de discours normatifs fortement contraignants : on peut le remarquer dans l’affirmation d’un « modèle entrepreneurial », de valorisation de l’initiative individuelle en tant que condition pour sortir de la pauvreté, en tant que promotion du succès individuel ou en tant que réussite réelle des entreprises sur le marché.

La quête d’autonomie des associations tunisiennes s’oppose au modèle hégémonique du gouvernement sur la société, là où des nouvelles tentatives hégémoniques se déploient de manière plus ou moins découverte. Pourtant, cette quête d’autonomie ne traduit pas la prétendue neutralité des dispositifs de soutien à l’emploi mis en place par les associations. C’est dans l’analyse du fonctionnement de ces dispositifs qu’il est possible de saisir les relations d’aide et de dépendance tissées par les associations avec la population cible, les types d’encadrement accompagnant le soutien et la « formation des capacités », les modèles concrets et les attentes soutenus à travers la promotion de l’« action entrepreneuriale ». Au-delà de l’opposition autonomie-hégémonie, quel type de transformations entraîne le soutien à l’emploi promu par les associations tunisiennes ?

Damiano DE FACCI

est doctorant en sociologie politique et économique à l’Université Paris 1-Panthéon Sorbonne. Sa thèse s’intitule : « L’institutionnalisation du secteur associatif tunisien et ses conséquences (1990-2015) ». Il a rejoint l’IRMC pour une Bourse Moyenne Durée (BMD) de mars à mai 2014 et est toujours à l’Institut en accueil scientifique.

Pour citer ce billet : Damiano De Facci, « La révolution tunisienne et l’impact social sur l’économie », Le Carnet de l’IRMC, 22 septembre 2014. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1620.

Bibliographie

HIBOU Béatrice, 2006, La force de l’obéissance. Économie politique de la répression en Tunisie, Paris, La Découverte.

LAROUSSI Houda, 2009, Micro-crédit et lien social en Tunisie. La solidarité instituée, Paris, IRMC-Karthala.

SAINSAULIEU Renaud, 2001, Des sociétés en mouvement, la ressource des institutions intermédiaires, Paris, Desclée de Brouwer.

Union Européenne (=UE), 2012, « Rapport de diagnostic sur la société civile tunisienne », Luxembourg, UE.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Les inégalités socio-territoriales aux origines de la révolution tunisienne : défis du développement, enjeux pour la recherche

La révolution du 14 janvier a fait voler en éclats l’image d’Épinal dont bénéficiait la Tunisie jusque-là : modèle de réussite économique, de progrès social et de stabilité politique, une image savamment entretenue par le pouvoir en place et par ses soutiens internationaux !

Nul doute en tout cas que les bouleversements en cours, la force et la rapidité de leur irruption et de leur propagation à l’échelle du monde arabe contribuent non seulement à remettre en cause les modèles de développement qui ont guidé l’action des États et les politiques publiques dans la région, mais aussi à réinterroger certains schémas intellectuels qui ont dominé l’analyse des dynamiques socio-économiques et politiques des pays de la région.

A posteriori, Il est bien sûr aisé de déceler dans les vives tensions et les graves conflits qu’a connus la Tunisie au cours de la période récente (révolte du bassin minier de Redeyef en 2008, grèves sauvages et occupations d’usines, conflits pour l’eau et la terre, etc.) les signes annonciateurs de l’explosion sociale et populaire qui a conduit à la chute du régime. Mais ce regard rétrospectif sur les causes profondes de la Révolution tunisienne est désormais plus que nécessaire. Parmi celles-ci, l’aggravation des phénomènes d’exclusion sociale et les disparités territoriales croissantes qui ont accompagné les processus de développement, surtout depuis les deux dernières décennies, figurent au premier plan.

Des orientations de développement génératrices de sous-emploi et de chômage pour les jeunes diplômés

En effet, malgré une croissance soutenue au cours des années 1990 et une tendance à la diversification de l’économie (tertiarisation), la Tunisie fait face aujourd’hui à une crise majeure du secteur de l’emploi, accentuée par l’arrivée massive de jeunes diplômés, y compris une large proportion de femmes, sur le marché du travail. Ayant basé sa stratégie d’industrialisation sur le développement des entreprises exportatrices intensives en main-d’œuvre, la Tunisie a subi de plein fouet les répercussions de la conjoncture internationale liée à l’exacerbation des concurrences à l’échelle mondiale, avec pour conséquence, la disparition de milliers d’emplois industriels. L’économie tunisienne est restée largement dominée par des activités à faible valeur ajoutée, nécessitant un niveau de qualification peu élevé, et a continué de baser sa compétitivité sur la compression des coûts de la main d’œuvre, obtenue grâce à la mise au pas du syndicat. Ainsi, le développement de secteurs d’activités susceptibles d’absorber les jeunes diplômés, qui constituent aujourd’hui 60 % des nouveaux arrivants sur le marché du travail, est resté extrêmement limité (Banque Mondiale, 2011). Cette situation, ajoutée à la régression de l’emploi public et au problème de l’inadéquation entre emploi-formation, explique le taux de chômage élevé chez les jeunes diplômés et la montée des frustrations au sein de cette catégorie de population.

L’aggravation des inégalités régionales

Par ailleurs, une des caractéristiques majeures du développement en Tunisie est l’aggravation des inégalités régionales qui s’exprime notamment dans le double phénomène de métropolisation et de concentration des activités dans les régions littorales, situées à l’Est du pays (Belhedi, 1999), deux phénomènes qui n’ont fait que se renforcer avec l’extraversion croissante de l’économie. Le Nord-ouest de la Tunisie, mais surtout le Centre Ouest, où se sont déclenchées les révoltes populaires récentes, ainsi que le Sud, ont de manière générale peu profité des fruits de la croissance économique. Et au-delà des indicateurs globaux illustrant les performances du développement économique et humain en Tunisie, d’importantes inégalités persistent, voire s’aggravent, entre d’une part les régions intérieures et les zones littorales, d’autre part entre les zones rurales et les zones urbaines. Ces inégalités persistantes sont attestées par les principaux indicateurs de développement humain (conditions de vie, santé, éducation, emploi). Selon des chiffres rectifiés et publiés récemment par l’Office National de la Jeunesse, le taux de chômage parmi les jeunes (de 18-29 ans) est de 35 % dans la région du Centre Ouest, de 45 % dans le Nord-Ouest et de 50 % dans le Sud-Ouest, contre 26 % dans la région du centre Est et 30 % dans le Grand Tunis. Ce sont aussi les régions de l’Ouest de la Tunisie qui affichent les taux de pauvreté les plus élevées. L’enquête de l’INS (2005) sur la consommation et le niveau de vie des ménages classe les régions du Centre-Ouest et du Sud-Ouest comme les plus pauvres du pays avec un taux de pauvreté respectivement de 12,8 % et 5,5 % pour une

moyenne au niveau national de 3,8 %.

Marginalisation de l’agriculture dans les politiques d’aménagement du territoire

Les politiques d’aménagement du territoire mises en place de manière tardive, à la fin des années 80, dans l’objectif de corriger les disparités régionales, ainsi que les mesures incitatives pour favoriser l’implantation d’activités industrielles dans les zones rurales, se sont révélées peu efficaces en matière de création d’emplois pour les habitants des régions rurales ; alors que la part de l’agriculture dans les revenus des ménages ruraux n’a cessé de régresser.

Aujourd’hui l’agriculture ne contribue plus qu’à hauteur de 13 % au PIB et n’emploie plus que 16 % de la population active (contre 19 % pour l’industrie et 50 % pour les services). Cette régression apparaît comme une conséquence directe des processus d’ajustements structurels engagés dès la fin des années 80, du modèle d’insertion de l’économie et de l’agriculture tunisienne dans la mondialisation, qui s’est basé de manière importante sur la valorisation de ses avantages comparatifs et le développement des exportations. Dans ce contexte, la réallocation des ressources en faveur du secteur des grandes exploitations privées, la profonde transformation des conditions de l’activité agricole, notamment des conditions d’accès à la terre, à l’eau et au crédit, la hausse des coûts de production, l’endettement accru, mais aussi la dégradation des terres, contribuent à la marginalisation accélérée, voire à l’exclusion des petits agriculteurs, surtout dans le secteur de l’agriculture en sec. Aujourd’hui, une fraction importante des petites exploitations, dont le nombre n’a cessé d’augmenter en lien avec le morcellement des terres, n’est plus en mesure d’assurer la survie des ménages.

Elles deviennent principalement des espaces refuge pour les membres de la famille, y compris pour les jeunes ruraux diplômés au chômage, ce qui ne fait qu’augmenter la pression sur les revenus familiaux et exacerber les frustrations. Dans ces conditions, les stratégies de survie des populations défavorisées se sont appuyées de plus en plus sur le développement d’activités informelles, voire illégales (petit commerce), en particulier dans les zones transfrontalières (Algérie, Libye). Un rapport de la Banque Mondiale évalue la contribution du secteur informel à 38,4% du PIB et d’autres études estiment sa part à 40% dans la création de l’emploi non agricole.

Pour un renouveau des études du développement

Aujourd’hui, la question sociale, en particulier l’emploi, et celle du développement régional pèsent fortement sur les termes du débat politique en Tunisie et sur l’agenda de la transition. Dans un discours prononcé il ya quelques jours, l’actuel premier ministre a réaffirmé ces deux priorités et a annoncé une réorientation des choix budgétaires en faveur de la création d’emploi et du développement régional. De ce point de vue la Révolution tunisienne, qui apparaît comme la conséquence majeure de l’échec des politiques de libéralisation et des stratégies d’insertion à l’économie mondiale, ouvre sans aucun doute une étape nouvelle dans la réflexion sur les modèles de développement, et notamment sur la place du monde rural et de l’agriculture dans l’élaboration des modèles à venir. Cependant, le diagnostic présenté récemment par le Ministère du développement régional attribuant les difficultés du secteur agricole au maintien d’un secteur « traditionnel » en sec, pose d’ores et déjà la question des bases sociales du développement et des formes d’inscription de la Tunisie dans la mondialisation.

La période de bouleversement ouverte par la Révolution tunisienne et l’urgence des réponses à apporter à l’explosion des demandes sociales interpellent les chercheurs en sciences sociales. Leur responsabilité est fortement engagée et leur participation au débat sur les choix de société et les options en matière de développement est plus que jamais nécessaire. Alors que les études du développement sont tombées en désuétude depuis les années 1980 et qu’elles ont eu tendance à s’inscrire dans une approche économiciste des problématiques de l’intégration au processus de mondialisation, il apparaît plus qu’indispensable de réinscrire les questions du développement dans des approches holistes et interdisciplinaires du changement social.

C’est dans cette perspective globale du développement, considéré dans son caractère sociétal (Coméliau, 1993) et non pas seulement dans ses dimensions économiques qu’il convient en particulier d’intégrer l’approche des questions de l’exclusion sociale et de la pauvreté, le plus souvent réduites au traitement des coûts sociaux des réformes économiques. La renouvellement nos cadres d’analyse doit non seulement permettre de dépasser les cloisonnements disciplinaires qui ont caractérisé les recherches sur les pays du sud de la Méditerranée et du monde arabe, mais aussi les schémas binaires (Nord/Sud) dans lesquelles se sont inscrites assez largement les recherches en sciences sociales.

Publié en avril 2011 dans La lettre de l’IRMC n°6

 

Alia GANA

Sociologue, CNRS/LADYSS, Paris

 

Crédit cartographique : © Giraud T. (CIST)

 

Références bibliographiques

Banque Mondiale. 5 janv. 2011 La croissance de l’économie tunisienne, une source d’emplois, http://web.worldbank.org/WBSITE/EXTERNAL/ACCUEILEXTN/PAYSEXTN/MENAINFR ENCHEXT/TUNISIAINFRENCHEXTN/.

Belhedi Amor, 1999, « Les disparités spatiales en Tunisie : État des lieux et enjeux », Revue Méditerranée, n° 1-2, 63-72.

Coméliau Christian, 1993, « Pour un renouveau de l’étude du développement », in Tiers-Monde, tome 34, n° 135. La réhabilitation de la demande (sous la direction de Jean-Marc Fontaine), 687-701.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook