Archives par mot-clé : CERES

Un lieu de réflexion sur la recherche en sciences sociales

Lilia Ben SalemMes relations avec l’IRMC remontent à sa « pre-histoire ». Enseignante dans le Département de sociologie de la Faculté des lettres et sciences humaines, je passais beaucoup de temps dans les bibliothèques. Dans les années 1980, j’ai découvert un nouvel espace que j’ai aussitôt aimé ; j’y allais les après-midis ; de la fenêtre, je regardais jouer les enfants du petit Lycée ; c’est la que j’ai rencontré Anne-Marie Planel qui s’était donnée pour objectif de mettre sur pied une véritable bibliothèque de recherche en sciences humaines ; j’appréciais les privilèges qu’elle m’accordait en m’autorisant à emprunter des livres pendant le week-end. La bibliothèque du CDTM sera transférée à l’IRMC lors de sa création. J’avoue, comme un certain nombre de mes collègues, avoir été très réservée à l’idée de voir s’installer à Tunis, un centre de recherche indépendant de notre ministère de l’Education nationale, d’autant plus que ce centre devant dépendre de l’Ambassade de France évoquait pour nous la menace d’un regard « étranger » et « orienté » sur notre société comme l’avait été celui de la période coloniale, notamment avec une discipline telle que l’ethnologie que nous avions, à l’Université et au CERES, remise en cause. Personnellement, j’ai, dans les premiers temps « boudé », le terme n’est pas trop fort, l’IRMC. Mais, à l’épreuve de l’expérience, nous avons compris que les premiers chercheurs de l’IRMC et, notamment son directeur qui avait assuré des enseignements à l’ENA, à Tunis, étaient, comme nous voulions l’être, avant tout des universitaires soucieux de l’indépendance du chercheur et d’une interprétation aussi « objective » et rigoureuse que possible de la réalité sociale observée. Juristes et sociologues ont été les premiers chercheurs « invités » par l’IRMC.

Pour revenir à mon expérience, j’ai, dans un premier temps fréquenté la bibliothèque, toujours organisée sous la direction de Anne-Marie Planel, ce qui m’a permis de me familiariser avec « les acteurs sociaux » de l’IRMC. Marginal et prudent à ses débuts, l’IRMC, d’abord bibliothèque et centre de Documentation s’est progressivement affirmé comme centre de recherche académique en sciences sociales ; depuis 2000, rattaché au ministère français de l’Enseignement supérieur et de la Recherche et au CNRS. Bien que de dimension réduite, il accueille des chercheurs de toutes les disciplines en sciences sociales ; en premier lieu, sans doute sociologues, juristes et politologues mais aussi historiens, géographes, économistes, anthropologues…, des chercheurs français mais aussi tunisiens et maghrébins, généralement en début de carrière, qui ont pour mission de mener à bien et de défendre un programme de recherche, contribuant par la même à la formation d’apprentis chercheurs. Le terrain est privilégié et les conférenciers invités par l’IRMC le sont dans l’objectif d’alimenter la réflexion des chercheurs et de contribuer à la formation des jeunes générations. Chaque année un ou plusieurs thèmes sont privilégiés sous la responsabilité des différents chercheurs accueillis par l’IRMC, qui le sont pour une période de trois à quatre ans, avant de réintégrer, forts de leur expérience, leur université d’origine. Les travaux de recherche menés à bien font l’objet de publications sous forme de livres. Des publications telles que Correspondances puis La lettre de l’IRMC sont autant de moyens d’informer sur les états de la recherche en sciences sociales sans se limiter nécessairement aux activités de l’Institut. Depuis quelques années l’IRMC s’est investi dans un projet de formation des jeunes chercheurs et en premier lieu des doctorants, soit en organisant des Écoles doctorales, soit, plus récemment, des ateliers d’écriture aux fins d’initier les jeunes doctorants à la rédaction de textes de recherche.

Au fil de ses différents programmes, l’IRMC a, sans nul doute, largement contribué à créer des relations fortes entre chercheurs, entre générations, entre chercheurs français et maghrébins, notamment tunisiens, entre chercheurs de différentes disciplines… Au gré de leurs intérêts et des sollicitations de l’Institut, chercheurs et enseignants des universités tunisiennes ont entretenu une collaboration plus ou moins soutenue avec l’Institut. En ce qui me concerne, outre la fréquentation d’une bibliothèque qui n’a cessé de s’enrichir et qui, a, aujourd’hui, le mérite de proposer au chercheur son catalogue en ligne, j’ai particulièrement apprécié de pouvoir être régulièrement mise au courant des activités de l’IRMC, d’assister aux conférences données par des chercheurs de renom, de participer à des séminaires. D’autant plus que la réflexion menée par l’IRMC est orientée, de plus en plus, sur des questions d’actualité, sur les problèmes des sociétés actuelles du Maghreb. J’ai moi-même, au gré des questions à l’ordre du jour, eu l’honneur de m’impliquer dans les travaux de l’IRMC, en présentant un conférencier ou en participant à la discussion. Je suis intervenue notamment sur des questions de méthode, avec, en 1997, une conférence sur « le statut de l’acteur social dans la sociologie tunisienne », en 2004, dans le cadre d’un séminaire intitulé, Savoirs lointains et sciences sociales sur le thème « Le dilemme de la construction de la sociologie au Maghreb. Pluralité référentielle et projet sociologique », en 2006, dans le cadre du séminaire organisé conjointement par le CERES et l’IRMC, Méthodes et théories des sciences sociales, sur « La question de l’explication et de l’interprétation des phénomènes sociaux » ; enfin, en 2010 et 2011 dans le cadre d’hommages rendus à Claude Lévi-Strauss puis à Georges Balandier en collaboration avec la Faculté des sciences humaines et sociales, avec le Laboratoire Diraset et l’Association tunisienne d’anthropologie sociale et culturelle (ATASC), je suis intervenue sur les thèmes, « Levi Strauss, altérite, identité, universalité » et « Georges Balandier et les usages de l’anthropologie ». L’IRMC entretient des relations étroites avec nombre de départements, de Laboratoires et d’Unités de recherche des universités tunisiennes ainsi qu’avec des associations scientifiques ; je mentionnerai notamment ses liens étroits avec le Laboratoire Diraset de la Faculté des sciences humaines et sociales de l’Université de Tunis I. L’Association tunisienne d’anthropologie sociale et culturelle, dont je suis membre, a organisé en partenariat avec l’IRMC, en décembre 2008 un Atelier de réflexion sur le thème, « La notion de crise au prisme des sciences sociales : la crise de l’éthique ? Questions aux anthropologues » ; et, en décembre 2011, un colloque nous a réuni pour engager un débat sur « la transition démocratique et les enjeux éthiques ».

À la faveur de ses programmes de recherche, de ses séminaires et conférences, par sa bibliothèque et ses publications l’IRMC constitue un point de rencontre entre chercheurs et futurs chercheurs en sciences sociales des deux rives de la Méditerranée, un lieu d’interdisciplinarité, de réflexion sur le rôle des sciences sociales dans la dynamique des sociétés du Maghreb. Accueillant des chercheurs et des apprentis chercheurs des différents pays du Maghreb et d’Europe, l’IRMC favorise une perspective comparative qui est de plus en plus revendiquée, mais aussi des liens forts entre chercheurs et institutions de recherche que ne limitent que les questions toujours épineuses de financement et la possibilité de n’accueillir qu’un nombre restreint de chercheurs ; ce qui a, en revanche l’avantage de préserver la convivialité « scientifique » de l’institution. Ses directeurs successifs, durant leur « mission », ont su tous s’investir dans leurs propres programmes de recherche, soutenus dans leurs taches administratives par une équipe restreinte mais soudée.

Comme en témoignent ses différentes publications, l’IRMC a contribué, depuis les années 1990 du siècle dernier, à la recherche sur la société tunisienne. Il conviendrait aujourd’hui d’entreprendre un bilan exhaustif et objectif des recherches en sciences sociales entreprises depuis l’indépendance en Tunisie et menées à terme. Et ce, aux fins de définir de nouvelles perspectives de recherches. La « révolution » tunisienne a, dès ses premières expressions, interpellé de front les sciences sociales. D’abord, en revendiquant haut et fort une totale liberté de penser et de s’exprimer, ce dont les chercheurs ont absolument besoin pour pouvoir dire et publier leurs réflexions et les résultats de leurs investigations. La dictature nous avait imposé une réserve, voire une autocensure préjudiciable à l’efficacité de la recherche, des sujets étaient évités, des questions contournées… sans compter les difficultés auxquelles nous étions confrontés dans notre quête de documents et, bien sûr, pour avoir accès à nos terrains. Nous savions que la prudence était l’attitude qu’il était impératif d’adopter pour être encore reconnus par nos pairs en tant que chercheur, mais qui inévitablement contribuait aussi à nous décrédibiliser… La révolution nous a interpellés directement sur un certain nombre de questions que nous n’avions pu, pour ces différentes raisons, « creuser » comme elles auraient du l’être ; des questions aussi cruciales que la précarité des populations, le chômage, le déséquilibre régional, la socialisation des jeunes générations… n’ont pas été l’objet de vastes programmes de recherche. Il convient d’ajouter que la recherche en sciences sociales est restée individuelle et sans logistique, y compris dans des centres de recherche comme le CERES en Tunisie ou le CREAD en Algérie qui ont eu des ambitions et une certaine expérience en matière de recherche au lendemain des indépendances… Les revendications exprimées par les populations depuis la fin décembre 2010 nous donnent mauvaise conscience mais sont surtout un appel, malheureusement non exprimé dans les objectifs de la Révolution, à donner une priorité à la recherche scientifique et de manière urgente à la recherche dans le domaine des sciences sociales. Il s’agit de vastes programmes de recherche à mettre en œuvre dans le cadre des centres de recherche des différents pays du Maghreb.

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

Lilia BEN SALEM

est sociologue à l’Université de Tunis.

Pour citer ce billet : Lilia Ben Salem, « Un lieu de réflexion sur la recherche en sciences sociales », Le Carnet de l’IRMC, 22 octobre 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1280

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Un lieu incontournable

alanabi
Photographie de Hassan El Annabi

Le n°20, rue Mohamed-Ali Tahar à Tunis est une adresse bien connue de bon nombre de chercheurs. C’est là que loge l’IRMC. Le local n’est pas particulièrement spacieux : salle de lecture, servant au besoin de salle de conférences, au rez-de-chaussée, bureaux plutôt exigus à l’étage, espaces de dépôts modestes, cabines pour chercheurs savamment agencées dans un bâtiment annexe au fond du jardin…. Pourtant, le local grouille de vie. La richesse du fonds documentaire, la disponibilité du personnel, la qualité du service, la variété et la pertinence des thèmes agites, la notoriété des conférenciers, l’importance des publications font que cet espace devient d’année en année un lieu incontournable non seulement pour les spécialistes des questions maghrébines mais aussi pour tous les chercheurs en quête de quelque référence bibliographique et pour les intellectuels assoiffés de savoir.

Les angles d’approche adoptés par l’Institut, qui sont à la fois interdisciplinaires et comparatistes, de même que la diversification des operateurs scientifiques mis à contribution s’avèrent être des choix heureux. Au cours des deux dernières décennies l’IRMC a accueilli pas moins de 27 chercheurs de grande notoriété, rattachés à diverses institutions françaises (MAEE, CNRS, EHESS) et tunisiennes et plus d’une cinquantaine d’allocataires et de boursiers. Il a travaillé avec les institutions tunisiennes qui lui sont proches quant aux domaines de compétence. Ainsi, avec le CERES par exemple, certaines actions phares ont été menées, en l’occurrence la table ronde sur « Cartographie et études urbaines » (2004), le séminaire (en deux sessions) sur « Méthodes et théories des sciences sociales » (2005-2007) et la coédition d’un ouvrage sur le cinéma (2012).

La stratégie de communication n’est pas en reste. Elle se propose de dépasser le bilatéral pour constituer un large réseau ouvert aux diverses nationalités. Dans ce cadre, la Lettre de l’IRMC joue un rôle de premier plan. Périodiquement communiqué aux chercheurs, ce bulletin de liaison rend compte des activités programmées, informe sur les nouvelles publications, mais aussi suscite le débat autour de certains axes de recherche ou sur quelques faits marquants de la vie sociale et culturelle. L’organisation périodique de doctoriales s’intègre aussi dans cette stratégie de communication, mais pas seulement, elle prouve la vocation de l’IRMC à jouer un rôle important dans l’encadrement des jeunes chercheurs. Au cours des cinq dernieres années, l’Institut a montré sa capacité à attirer des doctorants de diverses spécialités et de plusieurs nationalités. De même, il a reussi à associer à cette action les institutions tunisiennes intéressées (le CERES en 2009-2010, par exemple).

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

 

Hassan EL ANNABI

est professeur d’histoire à l’Université de Tunis et ancien directeur du CERES.

Pour citer ce billet : Hassan El Annabi, « Un lieu incontournable », Le Carnet de l’IRMC, 23 juillet 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1084

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

L’IRMC, lieu de circulation des recherches

melliti
Photographie de Imed Melliti

Lorsque j’étais étudiant, je comprenais au contact de certains chercheurs, qu’il existait à Tunis un espace de travail important dans les pratiques de recherche, le CDTM (Centre de documentation Tunisie-Maghreb).

Premiers contacts avec l’IRMC

Mais en vérité, la première fois où j’ai entendu parler de l’IRMC c’est lorsqu’il a pris en charge le billet de Sophie Ferchiou pour participer au jury de ma thèse à Paris en 1993. Et après, les choses se sont vite enclenchées. En rentrant, j’ai rencontré Michel Camau, on m’a proposé de faire un compte rendu de ma thèse, et mes premiers textes ont été publiés dans Correspondances, qui venait d’être créé : l’un sur l’observatoire de la condition de la femme (une structure créée par le CREDIF que je venais d’intégrer comme chercheur contractuel), et l’autre à partir de ma thèse. Juste après, Mohamed Kerrou a mis en place un groupe de recherche sur la sainteté dans lequel j’étais avec Latifa Lakhdar, Sami Bergaoui, Lotfi Aïsa et d’autres. Chacun de nous travaillait sur la sainteté dans une perspective particulière. La sainteté à l’époque était un thème très novateur, qui nous sortait des sociologies du développement, et qui nous permettait de rénover nos disciplines en allant vers des objets oubliés depuis le temps des règlements de comptes avec les legs de l’époque coloniale. Il y avait là un changement de paradigme, et je me suis souvent demandé ce qui fait qu’à un moment donné beaucoup de gens s’intéressent aux mêmes objets. On était nombreux à se diriger vers cette thématique et chacun avec le sentiment que c’était une décision individuelle prise sur des choix personnels. Je pensais moi-même que c’était lié à ma biographie autour des groupes confrériques. D’autres étaient dans ce cas, mais on assistait plutôt à un retour de légitimité de certains objets longtemps occultés.

On revenait à des lectures, à des auteurs, à l’anthropologie, avec d’autant plus d’intérêt que ma génération n’avait pas connu les labos et les espaces de débats ; ma thèse à Paris 5 avait encore été ce tête-à-tête solitaire entre directeur et étudiant. On se réunissait une fois par semaine à l’IRMC, et c’était la première fois que je faisais partie d’un groupe de recherche. C’était pour moi une occasion de m’exposer en public, de prendre la parole et des risques, je le vivais avec autant d’appréhension et de peur que de plaisir. Ma participation à ce groupe et au programme mené par Mohamed Kerrou sur la sainteté en Méditerranée occidentale m’a permis de publier un texte sur l’espace liturgique chez les Tïjâniyya. Par la suite, j’ai publié un deuxième texte sur l’idée de « seuil » dans le livre de Mohamed Kerrou sur public/privé en Islam. Dans les années 2000 j’ai continué à fréquenter l’IRMC pour des conférences, mais j’étais moins impliqué. J’ai aussi des souvenirs de Pouillon et Mahé qui avaient publié des articles de Berque et m’avaient sollicité pour réagir, c’était un grand moment pour moi. Je me souviens aussi des activités de l’Association d’anthropologie de la Méditerranée avec Jocelyne Dakhlia et des collègues marocains et algériens, des réunions à Casablanca et à l’IRMC.

La dynamique de recherche

L’IRMC a toujours joué un rôle central d’animation scientifique dans le domaine des sciences sociales, et cela d’autant plus que les institutions tunisiennes n’assuraient rien dans ce domaine, bien que cela ait maintenant un peu changé avec le Diraset. À son crédit aussi, et du fait que depuis trente ans l’Université tunisienne est malade du provincialisme, fermée sur elle-même et sans réseaux d’échanges, l’IRMC a obligé les gens à sortir de leur coquille pour entendre ce qui se passe ailleurs, même en dehors de leur discipline, il a versé par exemple les approches novatrices des historiens dans le champ scientifique tunisien. Cela nous permettait de voyager un peu, d’être en contact avec des chercheurs venus d’horizons différents. Et cette ouverture ne se fait pas seulement par rapport à la France mais par rapport aux autres pays européens et au Maghreb : l’IRMC a invité beaucoup de chercheurs marocains et les a fait connaître aux Tunisiens, a favorisé des échanges intra maghrébins et des mobilités et circulations des savoirs à l’échelle du Maghreb et de l’Europe. Puis il y a l’interdisciplinarité, le fait de mettre ensemble des gens de spécialités différentes, même s’il y a eu des mises d’accent disciplinaire par périodes, les sciences politiques au départ, puis les sciences juridiques et l’urbanisme, l’économie et la gestion dans les années 2000, et aujourd’hui la sociologie, et l’anthropologie que l’IRMC a aidée à émerger et à sortir d’une longue mise en quarantaine, comme discipline légitime.

Sa bibliothèque est l’un des atouts de l’IRMC, le seul endroit où des étudiants peuvent se documenter et se mettre a jour, contrairement aux bibliothèques tunisiennes où l’accès à la documentation est problématique, parce que mal entretenues, mal gérées ou plus à jour comme la bibliothèque du CERES où on trouvait des choses sur les grands auteurs du développement des années 1970 mais rien sur les années 1990. La bibliothèque de l’IRMC est un élément central, une pièce maîtresse dans le dispositif, qui constitue pour les chercheurs et doctorants un espace de travail de première importance. C’est aussi un lieu de rencontre qui m’a permis de connaître beaucoup de monde : des doctorants y sont venus me voir, des collègues travaillant sur les mêmes objets, avec une socialité importante qui prouve que l’on ne fait pas de la recherche dans un désert. Puis la bibliothèque a abrité des actions dirigées vers les doctorants et tournées sur la méthode et l’écriture : c’est important car cela fait de l’IRMC un espace de formation qui complète les manques au niveau des institutions tunisiennes et permet aux jeunes de pallier les insuffisances de leur formation dans les structures nationales. Cela a aussi l’avantage de fidéliser et d’assurer la relève dans la recherche en science sociale, en aspirant ces ressources dans le réseau de l’Institut. Enfin, il y a toujours eu une volonté de l’IRMC d’agir au sein des institutions tunisiennes mais cela n’a pas toujours été facile pour diverses raisons d’inerties du côté des Tunisiens. Par contre, beaucoup d’échanges à l’échelle du Maghreb rassemblent les chercheurs maghrébins sur des actions communes. Les travaux menés depuis la France ont des répercussions sur l’IRMC, mais ce qui se fait à l’IRMC alimente également la dynamique de recherche sur le Maghreb en France, et tout cela dans le cadre de circulations intra maghrébines. C’est bizarre de dire que les Maghrébins ont besoin de la France et de l’IRMC pour pouvoir travailler ensemble !

La révolution et d’autres enjeux

La révolution a apporté une liberté de ton qui n’existait pas, une ouverture de l’espace public tunisien, que l’IRMC doit saisir, en donnant plus d’opportunités aux chercheurs et étudiants tunisiens de faire du terrain. À deux ans de la révolution il n’y a pas encore eu de vraies enquêtes, et c’est symptomatique du rapport que les élites entretiennent avec le peuple, les chercheurs font des discours mais peu sont prêts à aller se frotter à la Tunisie profonde et précaire. L’IRMC a une liberté et n’est pas pris dans des enjeux d’influence (comme le PNUD ou la Banque mondiale) ou de positionnement politique. Il doit s’inscrire dans cette ouverture exceptionnelle des possibles, porter l’émergence de nouvelles thématiques, de nouveaux objets de recherches impensables il y a quelques années. Et si l’IRMC ne doit pas forcement s’impliquer dans le débat privé entre intellectuels et qui engage l’avenir de la Tunisie, il peut toutefois y contribuer au second degré dans des logiques savantes qui le traduiront à un niveau de sens qui n’est pas celui de l’actualité politique immédiate. La révolution a servi de laboratoire à grande échelle.

Enfin, un point négatif à méditer toutefois : l’IRMC est malgré tout resté prisonnier des clivages idéologiques et linguistiques (mais a quel point pouvait-il y échapper ?) qui traversent le champ tunisien notamment entre arabophones et francophones, indigénistes et francophiles. Désormais, des colloques doivent se faire dans les deux langues, on ne peut plus exclure la moitié des sociologues tunisiens. La question n’est pas celle de la compétence ou de l’incompétence qui existent des deux côtés, et on ne peut exclure quelqu’un qui n’a pas la maîtrise du français. J’ai vu en Turquie que les Turcs pouvaient parler leur langue même dans une manifestation organisée par l’Association internationale des sociologues de langue française, et pourquoi pas les Tunisiens ? Il faut surmonter cela, et des efforts ont été faits par l’IRMC, dont le livre sur la Libye. Il y a une volonté de casser ce clivage longtemps reproduit et structurant, et de dialoguer avec toutes les composantes de la société tunisienne.

(Propos recueillis par Pierre-Noël Denieuil)

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

 

Imed MELLITI

est maître de conférence au département de sociologie de l’Institut Supérieur des Sciences Humaines de Tunis – Université de Tunis El Manar.

Pour citer ce billet : Imed Melliti, « L’IRMC, lieu de circulation des recherches », Le Carnet de l’IRMC, 19 juillet 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1068

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook