Archives par mot-clé : Bouazizi

Mohamed Bouazizi, l’ouvrier agricole : relire la « Révolution » depuis les campagnes tunisiennes

Article déjà paru sur le journal Jadaliyya.com, le 21 juillet 2014.

Bouazizi, l’autre histoire

On pourrait commencer l’histoire au début des années 2000. Mohamed, orphelin de son père, devient responsable de sa fratrie et doit subvenir aux besoins de sa famille. Lorsque son oncle maternel, Salah, achète une terre agricole de 18 hectares dans la région de Regueb (gouvernorat de Sidi Bouzid, Tunisie), Mohamed commence à travailler sur l’exploitation. Lui, Salah et d’autres membres de la famille ainsi que des ouvriers saisonniers s’occupent des oliviers et des cultures maraîchères irriguées (tomates, melons). Le projet semble bien lancé, profitant de l’eau souterraine de bonne qualité et du micro-climat qui fait la réputation de cette région et de ses cultures primeurs.

Après trois années, Salah doit commencer à rembourser les premières échéances du crédit agricole qui lui a permis de lancer son exploitation. Mais à partir de 2006, il rencontre des difficultés financières, et ses revenus de préparateur dans une pharmacie de Sidi Bouzid ne lui permettent pas d’éviter son endettement auprès de la Banque nationale agricole.

mathilde1
Des habitants de la région de Sidi Bouzid occupent une terre agricole qui a été saisie par la banque et revendue aux enchères en juillet 2010, Regueb. © S. Rouissi.

Après quelques années, la banque lance une procédure de contentieux et la terre qui avait été déposée en hypothèque est mise aux enchères. L’acheteur, un homme d’affaires originaire de la région de Sfax proche du littoral, avait déjà proposé de racheter la parcelle en question mais s’était heurté au refus de Salah. Le jour de la vente, il est le seul acheteur potentiel à se présenter au tribunal. Salah dénonce ce qu’il considère comme une injustice. Après avoir tenté plusieurs mois, sans succès, d’obtenir une intervention du Président pour régler ce conflit, il chasse les ouvriers du nouveau propriétaire et organise à partir de juin 2010 l’occupation du terrain avec des membres de sa famille, et des rassemblements avec d’autres propriétaires de la région dont la terre a été saisie par la banque dans des conditions similaires.

L’occupation des terres dure plusieurs mois. Au début, une soixantaine de personnes, Mohamed compris, se réunit et organise le sit-in autour de quelques tentes installées sur l’exploitation. Au fil des semaines, le nombre de manifestants diminue mais il demeure un noyau dur de quelques personnes qui se relaient sur les terres de Regueb, pendant que des négociations sont entamées entre Salah et le nouveau propriétaire.

Mohamed a perdu son revenu issu de l’agriculture, il est contraint de trouver un autre travail. Il trouve une place en ville, à Sidi Bouzid, pour vendre des fruits au détail avec une charrette, sans autorisation officielle. Le 17 décembre 2010, le gouverneur fait appliquer sans doute plus systématiquement qu’auparavant la législation qui interdit la vente sans autorisation sur la voie publique. D’autres versions disent que Mohamed refuse de soudoyer les agents de police pour continuer de vendre sa marchandise. L’essentiel est qu’il se voit confisquer sa balance, outil de son travail. Furieux, désemparé, il cherche à rencontrer le gouverneur, mais il se voit refuser l’entrevue. Il finit par s’emparer d’un liquide inflammable dans une épicerie voisine, et s’immole par le feu devant le siège du gouvernorat.

C’est l’histoire de Mohamed Bouazizi ; une histoire qui ne commence pas au moment où il s’est immolé [1]. Car l’histoire telle qu’elle est couramment racontée commence avec ce feu du 17 décembre 2010 : l’immolation, les rassemblements devant le siège du gouvernorat (qui comptent notamment ceux qui occupaient les terres à Regueb), la répression policière, la propagation des manifestations et de la révolte aux petites villes du gouvernorat, puis aux autres régions de la Tunisie. Cette histoire se focalise sur ce qui est considéré comme l’étincelle de la révolution tunisienne ayant conduit au départ du président Ben Ali en janvier 2011, et sur les formes qu’a pris le mouvement de protestation qui s’est développé et amplifié par la suite. Ce récit répété, qui semble avoir été analysé sous toutes les coutures, élude pourtant une partie importante de l’histoire de Mohamed Bouazizi – tout ce qu’il a vécu avant de s’immoler. Il passe également sous silence l’histoire rurale de la région de Sidi Bouzid, dont soixante-quinze pour cent de la population vit en milieu rural, et dont le secteur agricole emploie près de cinquante pour cent des actifs et fournit des revenus à la majorité des ménages.

Le rural passé sous silence

Comment expliquer ces silences narratifs, alors que certains travaux biographiques ont évoqué le passé rural et agricole de Mohamed Bouazizi [2] ? Pourquoi certaines catégories d’appartenance ont-elles été supprimées (ouvrier agricole, habitant d’une région à dominante rurale, militant contre une dépossession foncière) là où d’autres semblent avoir été créées (chômeur, diplômé, giflé) ?

Mohamed Bouazizi est devenu une icône de la révolution tunisienne, mais toute icône est socialement construite. Cette image résulte de la façon dont on veut voir (ou dont on veut nous faire voir) Mohamed : un jeune chômeur diplômé urbain, humilié par un agent de police, et non un homme dont la situation précaire résulte en grande partie de la crise du secteur agricole. Ce portrait a contribué à construire le récit dominant de l’étincelle de la révolution : plusieurs témoignages s’accordent à dire que les réseaux militants et syndicalistes locaux ont appuyé leur discours sur des rumeurs populaires, qui ont ensuite été largement relayés par les élites politiques et les médias dominants, sur la scène nationale et internationale. La rumeur du « diplômé-chômeur » a ainsi permis de rallier rapidement une grande part de la population autour de la perception du chômage et de l’aspiration – érigée en norme – à obtenir un emploi dans son domaine à la suite de longues études [3]. Ce discours à potentiel fédérateur a trouvé un écho particulier auprès des classes moyennes et aisées tunisiennes, notamment parmi les élites de l’opposition, et auprès de celles d’autres pays marqués par une crise de l’emploi dans un monde qui s’urbanise. De même, la rumeur de la gifle a sans doute contribué à cristalliser les contestations autour de l’atteinte à la dignité de Bouazizi, dans une région où la référence à l’honneur tribal constitue un éthos partagé au-delà des classes sociales. En même temps, on peut se demander si cet aspect du récit ne tend pas à entretenir un regard moderniste stigmatisant les « populations tribales », en réduisant la mobilisation à une révolte de la fierté, comme si celle-ci en était le seul facteur.

Certains journalistes [4] se sont attachés à déconstruire ce discours, mais les dimensions rurale et agricole de la vie de Bouazizi demeurent rarement mises en avant [5]. Localement, les désaccords internes à la centrale syndicale à propos de la place des syndicats agricoles dans la région n’y sont sans doute pas étrangers. De même, à l’échelle nationale, il faudrait approfondir l’étude des affinités historiques entre le principal syndicat agricole (Union tunisienne de l’agriculture et la pêche) et le pouvoir central.

Cette construction sociale du personnage Bouazizi a sans doute permis au mouvement de protestation contre les injustices de dépasser le contexte local, et de rallier à sa cause une part importante des habitants des zones urbaines du pays. Mais elle contribue – comme d’autres récits simplificateurs de la chute du président Ben Ali (coup d’Etat, orchestration étrangère) – à rendre inaudibles les voix des ruraux, et invisibles les catégories oubliées de la révolution, au premier rang desquelles les agriculteurs et la petite paysannerie, que les élites politiques refusent souvent de voir et d’entendre. L’ouvrier agricole qu’a été Mohamed Bouazizi est invisible, non parce qu’il n’existe pas, mais parce que certains refusent de le voir. Peut-être aussi parce que la terre de son oncle qui avait été saisie a pu être récupérée – rachetée – par Salah, à travers un arrangement à l’amiable conclu mi-décembre 2010 avec l’homme d’affaire, et la banque, qui lui a accordé un nouveau crédit agricole.

Il serait trop rapide de conclure avec l’idée que la dépossession foncière de Salah Bouazizi en 2010, qui est apparue localement comme un fait divers (relaté notamment par France 24 et le quotidien El Shourouq), soit à l’origine du processus révolutionnaire. De nombreux travaux [6] rappellent que ce mouvement a des racines profondes et multiples, qui remontent avant 2010 et qui concernent plusieurs régions, en premier lieu Ben Guerdane et Gafsa.

Cependant, l’histoire de cette dépossession et de la perte d’un emploi agricole doit être questionnée plus en profondeur [7]. L’analyse de l’évolution du secteur agricole et des inégalités sociales et politiques en milieu rural est indispensable[8], d’abord pour comprendre les fondements du processus révolutionnaire, et pour construire ensuite un nouveau projet de société en Tunisie.

Mathilde FAUTRAS

est doctorante à l’université Paris Ouest Nanterre, rattachée à l’École doctorale « Milieux, cultures et sociétés du passé et du présent » de Paris Ouest, au laboratoire Mosaïques (UMR LAVUE) et doctorante associée à l’IRMC (Tunis).

mfautras@gmail.com

Pour citer ce billet : Mathilde Fautras, « Mohamed Bouazizi, l’ouvrier agricole : relire la « Révolution » depuis les campagnes tunisiennes », Le Carnet de l’IRMC, 23 juillet 2014. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1572


[1] Cette histoire a été racontée par la journaliste Lydia Chabert-Dalix (Bouazizi. Une vie, une enquête, Tunis : Cérès Éditions, 2012), et reconstituée à partir d’entretiens réalisés dans le cadre de mes recherches de doctorat, auprès de Salah et d’autres individus ayant participé aux rassemblements contre les saisies de terre.

[2] Chabert-Dalix, op. cit.

[3] Ayari, Michaël Béchir, « La « révolution tunisienne », une émeute politique qui a réussi ? », in Amin Allal et Thomas Pierret (éds), Au cœur des révoltes arabes. Devenir révolutionnaires, Paris : Armand Colin, 2013

[4] Notamment : Ayad, Christophe, « La révolution de la gifle », Libération, [En ligne] http://www.liberation.fr/monde/2011/06/11/la-revolution-de-la-gifle_741980, 2011 (Consulté le 11 mai 2014) ; Pain, Juliet et Grira, Sarra, « Connaissez-vous Slimane Rouissi, l’homme qui a lancé la révolution tunisienne ? », France 24, [En ligne] http://tunisie.france24.com/2011/10/25/connaissez-vous-slimane-rouissi-l%E2%80%99homme-qui-a-lance-la-revolution-tunisienne/ , 2011 (Consulté le 11 mai 2014)

[5] Lire néanmoins : Dahmani, Frida, « Mohamed Bouazizi, un héros arabe », Jeune Afrique, [En ligne] http://www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAJA2615p040-044.xml0/, 2011 (Consulté le 23 juin 2014)

[6] Notamment : Allal, Amin, « Réformes néolibérales, clientélismes et protestations en situation autoritaire. Les mouvements contestataires dans le bassin minier de Gafsa en Tunisie (2008) », Politique africaine, Vol.1, n°117, p.107-125, 2010 ; Daoud, Abdelkarim, « La révolution tunisienne de janvier 2011 : une lecture par les déséquilibres du territoire », EchoGéo, [En ligne] http://echogeo.revues.org/12612, 2011 (Consulté le 17 juin 2014) ; Meddeb, Hamza, Courir ou mourir. Course à el khobza et domination au quotidien dans la Tunisie de Ben Ali, Thèse de doctorat en science politique, Institut d’Etudes Politiques de Paris, 2012 ; Saïdi, Mohamed Raouf, « La paysannerie et l’insurrection de Sidi Bouzid (Tunisie). Les raisons d’une (quasi) absence », Journées d’études « Les (petites) paysanneries dans des contextes de mouvement-crise », Nanterre, 9 octobre 2013

[7] Cf. Fautras, Mathilde (à paraître), « Injustices foncières et mobilisations collectives dans les espaces ruraux de Sidi Bouzid (Tunisie) : aux racines de la « révolution » ? », Justice spatiale/Spatial Justice (http://jssj.org)

[8] Ayeb, Habib, « Le rural dans la révolution en Tunisie : les voix inaudibles », Demmer [En ligne] http://habibayeb.wordpress.com/2013/09/28/le-rural-dans-la-revolution-en-tunisie-les-voix-inaudibles/, 2013 (Consulté le 17 juin 2014) ; Elloumi, Mohamed, « Trois ans après : retour sur les origines rurales de la révolution tunisienne », Confluences Méditerranée, Vol.4, n°87, p.193-203, 2013 ; Gana, Alia (éd.), Dossier thématique : « Agricultures du Maghreb-Machrek à l’épreuve de la crise alimentaire et des révolutions arabes », Maghreb/Machrek, Vol.1, n°215, 2013

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Une onde tsunamique

Nous devons distinguer entre l’acte de Bouazizi et la mobilisation générale qui s’en est suivie. Bouazizi a commis cet acte d’immolation parce qu’il n’a pas été reçu par une autorité locale, après avoir été frappé et insulté par une femme agent de police ou municipal. D’après sa sœur, dans la région, un homme frappé doit porter la robe et c’est là l’extrême limite de l’humiliation. Mais ce n’est pas cela qui a déclenché son acte, c’est lorsqu’on a refusé de le recevoir, le refus de parole. Bouazizi a un niveau bac, il veut laisser sa sœur faire des études, dans sa région il devrait avoir un statut, et contre ce statut il a dû vendre des fruits et légumes. Il pensait pouvoir convertir sa scolarisation, son capital culturel en capital économique, et il n’a pas eu cette possibilité. Car cette conversion exige une capacité psychologique de soumission et des relations sociales. Or Bouazizi n’a pas de relations sociales, dans sa région marginalisée tout est fermé, et il n’accepte pas la soumission clientéliste. Il n’a pas pu gérer la limite de la schizophrénie entre le statut social et les conditions de vie, et il a été conduit au suicide.

Et cela a déclenché un tsunami de mobilisation. Des jeunes qui n’ont pas le même statut que lui se sont identifiés à cet acte. Comme dans un théâtre, ils ont vécu leur expérience personnelle à travers cet acte. Bouazizi n’a pas fait cela pour être imité, mais il a été l’élément déclencheur. Ce n’est pas lui mais c’est le fait qu’il soit perçu « comme ». Son vécu a été lu comme une tragédie grecque. Il s’en est suivi, Facebook aidant, une mobilisation cathartique et générale, qui a touché toutes les catégories sociales. La matrice symbolique de ce mouvement est, accompagnée d’une demande économique, une demande de la libération de la parole, de respect de soi et de dignité, de sortie de cette condition schizophrénique et clientéliste. Le cas est arrivé à un moment de sensibilité générale, et les avocats des régions ont été les premiers à s’identifier à Bouazizi.

Un tsunami est un acte qui noie tout. Rien n’a résisté à cette onde tsunamique. Et c’est un mouvement interne. Il n’y a pas de chef, il n’a pas un guide, il n’y a rien d’extérieur, il n’est pas pensé à partir d’un projet ou d’une stratégie comme d’autres révolutions. Sa seule dynamique est la demande de respect, une matrice souterraine qui fait avancer l’ensemble sans acteur qui dirige et organise. C’est la dynamique elle-même qui marche. Personne ne l’attendait mais rien ne peut résister et plusieurs tendent à croire que rien ne peut l’arrêter. Le pouvoir a cédé devant ce mouvement qui balaie tout. Rien n’a pu résister. C’est une révolution de la parole libérée, et l’extraordinaire est qu’elle est contagieuse. Elle a changé l’ordre politique. Ben Ali n’est pas tombé par la faiblesse des institutions mais par la force du mouvement et sans violence. C’est fini, au moins de manière aussi radicale que la révolution française a balayé l’ancien régime.

Il peut y avoir des retournements, c’est fragile, mais on ne peut plus revenir en arrière. Le seul risque, et qui a été évité, était que la révolte des segments les plus radicaux de la jeunesse et de ceux qui n’ont plus aucune perspective de transformer leur capital culturel, entraîne une répression sanglante mobilisant alors l’armée. Scénario qui aurait entraîné l’alliance entre mouvements néo islamistes et néo marxistes, et la prise momentanée du pouvoir par l’armée. Mais l’armée a laissé la police faire son travail. C’est une option qui ne s’est pas déroulée, mais dont les éléments structuraux existent et étaient présents.

 Publié en janvier 2011 dans la Lettre de l’IRMC n°5

 

Abdelkader ZGHAL

Sociologue, Tunis

(propos recueillis par Pierre-Noël Denieuil)

 

Crédit photographique : ©Fathi Belaïd – AFP

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Trente jours qui changèrent la Tunisie

Sidi Bouzid, chef-lieu de gouvernorat situé au centre-ouest du pays et ville de 50.000 habitants vécut un évènement anodin qui se transformera en un véritable drame. Un jeune vendeur de légumes fut bousculé par des employés municipaux qui saisirent son matériel arguant du fait qu’il n’avait pas à s’installer dans le centre de la ville. Devant son refus et ses protestations, il fut giflé par une jeune femme membre de l’équipe municipale de contrôle. En désespoir de cause, il acheta un bidon d’essence et s’immola par le feu. Transféré à Tunis à l’hôpital des grands brûlés, le drame avait suscité une grande émotion dans sa région d’abord, puis dans l’ensemble de la Tunisie, à telle enseigne que le chef de l’État rendit visite au jeune vendeur à l’hôpital où il décédera quelques jours plus tard.

Ce sacrifice de Bouazizi fut le point de départ d’une véritable protestation collective avec des manifestations organisées dans de nombreuses villes tunisiennes. D’abord dans les villes du centre ouest (Kasserine, Sidi Bouzid) puis dans celles du nord-ouest (le Kef, Thala etc.), ces manifestations se développèrent jusque dans les zones littorales à Sousse, Gabès, Bizerte, puis à Tunis. Cet embrasement de la population se transforma en un véritable soulèvement visant à travers les slogans, le chef de l’État. Ben Ali fut contraint à trois reprises de s’adresser à la population pour menacer et prendre des mesures à l’encontre de ce qu’il considérait comme des actions de déstabilisation. Ses menaces eurent un effet contraire, car les protestations et les manifestations se développèrent de plus belle sur l’ensemble du territoire. Entre-temps des informations firent état de plusieurs morts dans différentes villes. Durant les deux premières semaines, les morts et les blessés étaient mis sur le compte des forces de police, puis il s’avéra que des tireurs d’élite (Snipers) étaient à l’origine des nombreux morts et blessés.

Dans une ultime tentative de convaincre la population de mettre un terme aux manifestations, Ben Ali fit de nombreuses promesses comme celle de donner l’ordre aux forces de police de cesser les tirs à balles réelles, puis pathétique il promit d’appliquer la démocratie, ce qu’il n’avait jamais réalisé en 22 ans de règne, en répétant qu’il avait compris les demandes de la population et qu’il envisageait de créer 300.000 emplois en deux ans. Ce mea culpa perçu par la population dans de nombreuses villes, encouragea les habitants à réclamer la démission de Ben Ali et à juger comme un signe de faiblesse ces pratiques maffieuses de sa belle famille. D’importantes manifestations dans les grandes villes (Sfax, Tunis, Sousse etc.) sonnèrent le glas du dictateur puisque la population tunisienne apprit sa fuite vers l’Arabie Saoudite le 14 janvier soit 3 semaines après la mort de Bouazizi, le jeune vendeur de légumes de Sidi-Bouzid. Le soulèvement de la population tunisienne s’est soldé par une centaine de morts et plus de 400 blessés. Plusieurs membres de la famille des Trabelsi et de Ben Ali furent arrêtés à l’aéroport et devront répondre devant la justice des actes délictueux qu’ils ont commis. En dépit de la fuite du dictateur et de l’arrestation des membres de sa famille, les snipers poursuivirent leurs assassinats durant cinq jours. L’armée en pourchassant les tireurs de la brigade présidentielle, parvint à les mettre hors d’état de nuire et procéda à l’arrestation de près de 400 tireurs d’élites qui s’étaient repliés au palais de Carthage.

Les manifestations et la mobilisation de la population, ainsi que la constitution des comités de quartiers ont contribué à mettre un terme à une dictature féroce, fondée sur le pillage des ressources du pays, et de multiples pratiques maffieuses. Ces résultats bien que rassurants, ne sont pas suffisants dans la mesure où le parti-Etat, le « rassemblement constitutionnel démocratique » n’a pas été dissout et, de ce fait, le gouvernement de transition, regroupe des ministres impliqués dans la mise à sac du pays. C’est pour cela que les manifestations se sont poursuivies réclamant la constitution d’un gouvernement, composé de membres qui n’ont pas été impliqués dans les affaires du dictateur. Cette exigence de la population a été satisfaite et la constitution d’un gouvernement de transition a été réalisée.

En outre, trois commissions chargées de redéfinir les modes de fonctionnement du gouvernement, et de réaliser des enquêtes approfondies sur les affaires de détournement et toutes les activités ayant contribué à détourner les deniers de l’Etat, furent constituées. En dépit de ces dispositions, un problème de taille, le corps de la police, qui totalise 120.000 membres soit trois fois les effectifs de l’armée tunisienne qui ne compte que 40.000 soldats et officiers, n’a pas été traité. Parce qu’elle a été le bras armé du dictateur, la police doit être restructurée et ses effectifs réduits afin de se prémunir de toute déconvenue.

Publié en janvier 2011 dans la Lettre de l’IRMC n°5.

 

Morched CHABBI

Urbaniste, Tunis

 

Crédit photographique : ©Salah Habibi – AP Photo – ; ©Zoubaïr Souissi – Reuters.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook