Archives par mot-clé : bibliothèque

Mémoire de magasinier

Jela 2l
Photographie de Jellal Derouiche

Je suis arrivé en 1992/93 à l’IRMC lorsqu’il déménageait dans la maison actuelle. On installait les étagères et on apportait les boîtes de livres. Il n’y avait pas encore le studio des chercheurs. On a fait l’ouverture et on a commence à travailler à la bibliothèque. Il n’y avait pas encore de gardiens. Je rangeais les chariots et les livres. Je remplaçais Fathi le chauffeur et je faisais du bricolage par exemple pour des étagères mal fixées. Je faisais aussi des photocopies, c’était un très gros travail, qui concernait généralement des articles et quelquefois des livres. Cela c’était du temps de Michel Camau. Par la suite je faisais le collage des adresses pour la diffusion de Correspondances tous les mois puis tous les deux mois pour 3500 exemplaires. Avec Jean-Philippe Bras j’ai fait mes débuts de magasinier et là c’était un tout autre métier. Avant, nous avions des étagères fixes, ce n’était pas les mêmes cotes, c’était les vacataires de la salle qui se chargeaient de donner les livres. On avait alors d’autres cotes et les numéros d’inventaires ont changé. C’était classé par thèmes et disciplines, et on ne pouvait pas rajouter des livres entre les autres. Alors que maintenant les numéros d’inventaire viennent à la suite les uns des autres. Les magasins n’ont jamais été en libre accès, cela a toujours été interdit aux chercheurs du fait de l’exigüité des lieux.

Comme aide-bibliothécaire, je connais tous les magasins et la plupart des livres, je les ai tous en main. Je donne parfois des explications sur les livres disponibles. Beaucoup de chercheurs qui sont venus ici faire leurs thèses ont des postes maintenant. D’autres qui ont publié ont fait leurs livres dans cette bibliothèque avec moi. On a vu passer de nombreux politiques dans cette bibliothèque, Chabbi, Hammami, et des gens qui sont maintenant au Bardo à la Constituante. Maintenant on trouve tout sur Internet et la fréquentation s’en ressent un peu. Certains livres sont très lus, d’autres ne l’ont été qu’une fois ou deux, mais on ne jette jamais rien car un jour ou l’autre il peut être demandé. Ici tous les livres, même les moins demandés, sont utiles.

(Propos recueillis par Pierre-Noël Denieuil)

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

Jellal DEROUICHE

Magasinier

Pour citer ce billet : Jellal Derouiche, « Mémoire de magasinier », Le Carnet de l’IRMC, 24 septembre 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1200

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

La maison IRMC

128x128_kmar_bendana_site
Photographie de Kmar Bendana

Je dois mon entrée au CDTM puis mon expérience au sein de l’IRMC à Anne-Marie Planel. La bibliothèque qu’elle a montée à partir du fonds imprimé de la Résidence générale de France à Tunis ne pouvait qu’intéresser la doctorante fraîchement diplômée que j’étais alors. Engagée en 1982 comme chercheure au sein d’une structure inédite (Programme National de Recherche sur l’Histoire du Mouvement National) qui mettait à la disposition des Tunisiens les archives coloniales microfilmées, la complémentarité naturelle des deux fonds répondait à l’aspiration inconsciente de rester dans l’entre-deux scientifique franco-tunisien qui m’avait formée.

Cette affinité nourrie d’une conception partagée de la coopération et d’un intérêt pour la discipline historique a évolué avec nous deux, avec la vie de la maison IRMC dans tous les sens du terme, engendrant d’autres amitiés. Il y avait les conférences, les réunions, les choix de livres et de comptes rendus, et bien sûr les discussions de séminaire. Mais il y avait aussi et surtout une vie avec repas et conversations, rires et commentaires, un mélange de sérieux et de frivolité, une ambiance qui me changeait de l’atmosphère de mon institution principale, morne et ossifiée par un fonctionnement « coincé ». Par besoin de gaité et par curiosité, j’ai pris l’habitude de fréquenter ce lieu pour respirer, échanger, discuter, rencontrer des chercheurs de plusieurs âges et horizons, donner des rendez-vous dans le jardin ou le « studio » des chercheurs. J’ai souvent employé la formule : « l’IRMC m’a permis de travailler en dehors des frontières sans prendre l’avion ». Pour une universitaire mère de famille, cette source d’oxygène était inestimable.

9 Savoirs du lointain A. Mahé et K. BendanaChercheure associée à l’IRMC depuis vingt ans, j’y ai rencontré une jeunesse doctorante de différentes nationalités qui m’a fait prendre conscience des cultures scientifiques nationales, des questions de formation, d’écarts de niveau et de la nécessité de lutter contre les habitudes ancrées et de contourner les blocages institutionnels. Sans nier l’excellence d’une minorité (qui finit souvent par rejoindre les cursus privilégiés européens, rarement développés en SHS et ouverts à nos étudiants), j’ai tâté la réalité la plus dure, celle du décalage grandissant entre les étudiants du Nord et du Sud. Cette dérive des continents a quelque chose d’inévitable, en partie pour des raisons linguistiques : l’anglais et l’arabe se développent différemment et le français, en couple avec l’un ou l’autre, peine à installer des passerelles scientifiques vitales si on veut entretenir le trilinguisme minimum pour faire avancer la recherche franco maghrébine.

Aujourd’hui, alors que nous vivons une situation à bien des égards annonciatrice de changements, cette expérience de coopération et de partage existentiel m’offre l’occasion de réfléchir à la façon dont nous pourrions accompagner le futur de nos universités et de nos centres de recherche, des deux côtés de la Méditerranée. Je n’ai pas d’idées ni de solutions toutes prêtes, mais les échanges que j’ai avec le réseau IRMC fonctionnent comme soutien et inspiration. Les amitiés personnelles et intellectuelles disséminées à partir de l’IRMC forment une constellation de pensées et d’actions, pas forcement officielles ni voyantes, qui travaillent dans l’ombre et apportent empathie et efficacité aux possibles encore ouverts depuis le 14 janvier 2011 et dont toutes les ondes ne se sont pas entièrement déployées.

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

 

Kmar BENDANA

est Chercheure à l’Institut supérieur d’histoire du mouvement national (ISHMN), professeure d’histoire contemporaine à l’Université de La Manouba et chercheure associée à l’IRMC.

Pour citer ce billet : Kmar Bendana, « La maison IRMC », Le Carnet de l’IRMC, 24 juillet 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1089

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

L’IRMC, lieu de circulation des recherches

melliti
Photographie de Imed Melliti

Lorsque j’étais étudiant, je comprenais au contact de certains chercheurs, qu’il existait à Tunis un espace de travail important dans les pratiques de recherche, le CDTM (Centre de documentation Tunisie-Maghreb).

Premiers contacts avec l’IRMC

Mais en vérité, la première fois où j’ai entendu parler de l’IRMC c’est lorsqu’il a pris en charge le billet de Sophie Ferchiou pour participer au jury de ma thèse à Paris en 1993. Et après, les choses se sont vite enclenchées. En rentrant, j’ai rencontré Michel Camau, on m’a proposé de faire un compte rendu de ma thèse, et mes premiers textes ont été publiés dans Correspondances, qui venait d’être créé : l’un sur l’observatoire de la condition de la femme (une structure créée par le CREDIF que je venais d’intégrer comme chercheur contractuel), et l’autre à partir de ma thèse. Juste après, Mohamed Kerrou a mis en place un groupe de recherche sur la sainteté dans lequel j’étais avec Latifa Lakhdar, Sami Bergaoui, Lotfi Aïsa et d’autres. Chacun de nous travaillait sur la sainteté dans une perspective particulière. La sainteté à l’époque était un thème très novateur, qui nous sortait des sociologies du développement, et qui nous permettait de rénover nos disciplines en allant vers des objets oubliés depuis le temps des règlements de comptes avec les legs de l’époque coloniale. Il y avait là un changement de paradigme, et je me suis souvent demandé ce qui fait qu’à un moment donné beaucoup de gens s’intéressent aux mêmes objets. On était nombreux à se diriger vers cette thématique et chacun avec le sentiment que c’était une décision individuelle prise sur des choix personnels. Je pensais moi-même que c’était lié à ma biographie autour des groupes confrériques. D’autres étaient dans ce cas, mais on assistait plutôt à un retour de légitimité de certains objets longtemps occultés.

On revenait à des lectures, à des auteurs, à l’anthropologie, avec d’autant plus d’intérêt que ma génération n’avait pas connu les labos et les espaces de débats ; ma thèse à Paris 5 avait encore été ce tête-à-tête solitaire entre directeur et étudiant. On se réunissait une fois par semaine à l’IRMC, et c’était la première fois que je faisais partie d’un groupe de recherche. C’était pour moi une occasion de m’exposer en public, de prendre la parole et des risques, je le vivais avec autant d’appréhension et de peur que de plaisir. Ma participation à ce groupe et au programme mené par Mohamed Kerrou sur la sainteté en Méditerranée occidentale m’a permis de publier un texte sur l’espace liturgique chez les Tïjâniyya. Par la suite, j’ai publié un deuxième texte sur l’idée de « seuil » dans le livre de Mohamed Kerrou sur public/privé en Islam. Dans les années 2000 j’ai continué à fréquenter l’IRMC pour des conférences, mais j’étais moins impliqué. J’ai aussi des souvenirs de Pouillon et Mahé qui avaient publié des articles de Berque et m’avaient sollicité pour réagir, c’était un grand moment pour moi. Je me souviens aussi des activités de l’Association d’anthropologie de la Méditerranée avec Jocelyne Dakhlia et des collègues marocains et algériens, des réunions à Casablanca et à l’IRMC.

La dynamique de recherche

L’IRMC a toujours joué un rôle central d’animation scientifique dans le domaine des sciences sociales, et cela d’autant plus que les institutions tunisiennes n’assuraient rien dans ce domaine, bien que cela ait maintenant un peu changé avec le Diraset. À son crédit aussi, et du fait que depuis trente ans l’Université tunisienne est malade du provincialisme, fermée sur elle-même et sans réseaux d’échanges, l’IRMC a obligé les gens à sortir de leur coquille pour entendre ce qui se passe ailleurs, même en dehors de leur discipline, il a versé par exemple les approches novatrices des historiens dans le champ scientifique tunisien. Cela nous permettait de voyager un peu, d’être en contact avec des chercheurs venus d’horizons différents. Et cette ouverture ne se fait pas seulement par rapport à la France mais par rapport aux autres pays européens et au Maghreb : l’IRMC a invité beaucoup de chercheurs marocains et les a fait connaître aux Tunisiens, a favorisé des échanges intra maghrébins et des mobilités et circulations des savoirs à l’échelle du Maghreb et de l’Europe. Puis il y a l’interdisciplinarité, le fait de mettre ensemble des gens de spécialités différentes, même s’il y a eu des mises d’accent disciplinaire par périodes, les sciences politiques au départ, puis les sciences juridiques et l’urbanisme, l’économie et la gestion dans les années 2000, et aujourd’hui la sociologie, et l’anthropologie que l’IRMC a aidée à émerger et à sortir d’une longue mise en quarantaine, comme discipline légitime.

Sa bibliothèque est l’un des atouts de l’IRMC, le seul endroit où des étudiants peuvent se documenter et se mettre a jour, contrairement aux bibliothèques tunisiennes où l’accès à la documentation est problématique, parce que mal entretenues, mal gérées ou plus à jour comme la bibliothèque du CERES où on trouvait des choses sur les grands auteurs du développement des années 1970 mais rien sur les années 1990. La bibliothèque de l’IRMC est un élément central, une pièce maîtresse dans le dispositif, qui constitue pour les chercheurs et doctorants un espace de travail de première importance. C’est aussi un lieu de rencontre qui m’a permis de connaître beaucoup de monde : des doctorants y sont venus me voir, des collègues travaillant sur les mêmes objets, avec une socialité importante qui prouve que l’on ne fait pas de la recherche dans un désert. Puis la bibliothèque a abrité des actions dirigées vers les doctorants et tournées sur la méthode et l’écriture : c’est important car cela fait de l’IRMC un espace de formation qui complète les manques au niveau des institutions tunisiennes et permet aux jeunes de pallier les insuffisances de leur formation dans les structures nationales. Cela a aussi l’avantage de fidéliser et d’assurer la relève dans la recherche en science sociale, en aspirant ces ressources dans le réseau de l’Institut. Enfin, il y a toujours eu une volonté de l’IRMC d’agir au sein des institutions tunisiennes mais cela n’a pas toujours été facile pour diverses raisons d’inerties du côté des Tunisiens. Par contre, beaucoup d’échanges à l’échelle du Maghreb rassemblent les chercheurs maghrébins sur des actions communes. Les travaux menés depuis la France ont des répercussions sur l’IRMC, mais ce qui se fait à l’IRMC alimente également la dynamique de recherche sur le Maghreb en France, et tout cela dans le cadre de circulations intra maghrébines. C’est bizarre de dire que les Maghrébins ont besoin de la France et de l’IRMC pour pouvoir travailler ensemble !

La révolution et d’autres enjeux

La révolution a apporté une liberté de ton qui n’existait pas, une ouverture de l’espace public tunisien, que l’IRMC doit saisir, en donnant plus d’opportunités aux chercheurs et étudiants tunisiens de faire du terrain. À deux ans de la révolution il n’y a pas encore eu de vraies enquêtes, et c’est symptomatique du rapport que les élites entretiennent avec le peuple, les chercheurs font des discours mais peu sont prêts à aller se frotter à la Tunisie profonde et précaire. L’IRMC a une liberté et n’est pas pris dans des enjeux d’influence (comme le PNUD ou la Banque mondiale) ou de positionnement politique. Il doit s’inscrire dans cette ouverture exceptionnelle des possibles, porter l’émergence de nouvelles thématiques, de nouveaux objets de recherches impensables il y a quelques années. Et si l’IRMC ne doit pas forcement s’impliquer dans le débat privé entre intellectuels et qui engage l’avenir de la Tunisie, il peut toutefois y contribuer au second degré dans des logiques savantes qui le traduiront à un niveau de sens qui n’est pas celui de l’actualité politique immédiate. La révolution a servi de laboratoire à grande échelle.

Enfin, un point négatif à méditer toutefois : l’IRMC est malgré tout resté prisonnier des clivages idéologiques et linguistiques (mais a quel point pouvait-il y échapper ?) qui traversent le champ tunisien notamment entre arabophones et francophones, indigénistes et francophiles. Désormais, des colloques doivent se faire dans les deux langues, on ne peut plus exclure la moitié des sociologues tunisiens. La question n’est pas celle de la compétence ou de l’incompétence qui existent des deux côtés, et on ne peut exclure quelqu’un qui n’a pas la maîtrise du français. J’ai vu en Turquie que les Turcs pouvaient parler leur langue même dans une manifestation organisée par l’Association internationale des sociologues de langue française, et pourquoi pas les Tunisiens ? Il faut surmonter cela, et des efforts ont été faits par l’IRMC, dont le livre sur la Libye. Il y a une volonté de casser ce clivage longtemps reproduit et structurant, et de dialoguer avec toutes les composantes de la société tunisienne.

(Propos recueillis par Pierre-Noël Denieuil)

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

 

Imed MELLITI

est maître de conférence au département de sociologie de l’Institut Supérieur des Sciences Humaines de Tunis – Université de Tunis El Manar.

Pour citer ce billet : Imed Melliti, « L’IRMC, lieu de circulation des recherches », Le Carnet de l’IRMC, 19 juillet 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1068

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

La documentation à l’IRMC

Kh. El JomniTitulaire d’une Maîtrise en Documentation, Bibliothéconomie et Archives de l’Institut Supérieur de Documentation (Tunisie) et après avoir suivi les cours post-maitrise de Multimédia et art de l’image, j’ai rejoint l’Institut de Recherche sur le Maghreb Contemporain en septembre 2005. Documentaliste, j’assure diverses taches de la chaîne documentaire. En effet, outre le service d’accueil en bibliothèque, j’assure le dépouillement des articles de périodiques, relatifs aux différents domaines des sciences humaines et sociales en général, traitant de l’ensemble ou de chacun des pays du Maghreb et parus en langues française, anglaise et arabe.

Depuis ma prise de fonction, j’ai participé à la recotification et au reclassement du fonds des brochures et des ouvrages tout en passant d’un classement systématique à un classement par format. J’ai également inventorié le fonds de la Résidence, qui est un fonds très intéressant, contenant la liste des publications officielles et semi-officielles de la Résidence de France en Tunisie et qui couvre la période de 1881 à 1956. J’ai en outre dépouillé la Revue tunisienne éditée à l’époque par l’Institut de Carthage. Le travail à l’IRMC offre une perspective intéressante pour étudier le Maghreb contemporain mais aussi son passé, dans les secteurs liés aux sciences humaines. L’IRMC ayant pour mission de mettre les connaissances à la disposition des chercheurs, le documentaliste se doit de rechercher les meilleurs moyens intellectuels et de communication en vue de présenter les moindres détails du fonds qu’il traite, avec respect de l’information et en toute objectivité (de forme ou de contenu).

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

Khaled ELJOMNI

Documentaliste à la bibliothèque de l’IRMC.

Pour citer ce billet : Khaled ElJomni, « La documentation à l’IRMC », Le Carnet de l’IRMC, 01 juillet 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/999

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Histoire et fonctionnement de la bibliothèque de l’IRMC

Sawssen_Fray
Photographie de Sawssen Fray-Belkadhi

L’Institut de Recherche sur le Maghreb Contemporain (IRMC) est une institution de recherche complexe à l’articulation de la recherche française et européenne d’un côté et de la recherche maghrébine de l’autre. Pour la conduite de ses programmes de recherche, l’Institut dispose d’une bibliothèque de recherche en sciences humaines et sociales. Il met à la disposition des chercheurs et des inscrits en LMD, une bibliothèque riche de 30 000 ouvrages et brochures et de 3 300 titres de périodiques, 94 en abonnement, plusieurs titres « morts » conservés en collection et de nombreux spécimens. En moyenne, la bibliothèque accueille tous les jours 22 lecteurs. Le nombre de visites en 2011 est de 4 157 lecteurs et elle compte 870 inscrits.

La politique de la bibliothèque suit deux axes :

– Conservation d’un fonds historique exceptionnel sur la Tunisie et le Maghreb ;

– Acquisition de documents généralistes en sciences humaines et sociales et de documents traitant du Maghreb et du Monde musulman.

Conservation d’un fonds historique exceptionnel sur la Tunisie et le Maghreb

On ne peut parler des fonds de la bibliothèque de l’IRMC sans parler du Centre de Documentation Tunisie-Maghreb (CDTM, 1979-1991). En effet, la vocation première du CDTM était de conserver et réunir les fonds historiques français de Tunis notamment les fonds de la bibliothèque interne de la Résidence générale de France a Tunis, du Contrôle Civil (1881-1956) et de la bibliothèque du Consulat de France. Apres l’indépendance, la bibliothèque interne de la Résidence a été conservée dans les locaux de la chancellerie française et transférée en 1976 par le Service Culturel de cette ambassade aux fins d’inventaire, de restauration et de mise en valeur. La création et l’ouverture au public du CDTM en novembre 1979, a permis aux universitaires et aux chercheurs de consulter ces ouvrages ainsi que d’autres fonds historiques, tels ceux de Pierre Grandchamp, archiviste de la Résidence générale de France (2 800 documents) et de Charles Saumagne, historien, archéologue et avocat dans un fonds total de 10 000 volumes et 600 titres de périodiques. Ce dernier regroupe des publications officielles tunisiennes sous le protectorat français (documents non commercialisés et qui n’ont pas fait l’objet de dépôt légal en France) en plus d’ouvrages rares publiés entre 1930 et 1956 et d’un fonds de périodiques et de publications en série touchant tous les secteurs de la vie économique et culturelle de la Tunisie. En 1986, la vocation première de bibliothèque spécialisée sur le Maghreb a été élargie pour répondre aux objectifs de la recherche française de connaissance des sociétés maghrébines contemporaines : ses priorités portent principalement sur la diffusion d’une information documentaire spécialisée, l’aide aux publications, l’accueil d’allocataires de recherche, la gestion de certains programmes franco tunisiens de coopération en sciences humaines et sociales, l’organisation de conférences et de tables rondes ainsi que sur le lancement de publications spécifiques.

P1050825Politique d’acquisition de la bibliothèque

Outre la politique de conservation de documents, les fonds de la bibliothèque s’enrichissent chaque année d’en moyenne 600 ouvrages et de 140 titres de périodiques (60 % de ces acquisitions sont des achats et le reste est constitué de dons ou d’échanges interinstitutionnels). Une analyse fine de la politique d’acquisition de la bibliothèque, montrerait la complexité de cette dernière du fait des changements successifs de directeurs. Chaque direction a ses propres axes prioritaires de recherche, et la bibliothèque spécialisée se doit de compléter le fonds en fonction des programmes en cours. Trois difficultés découlent de cette problématique :

La première concerne la contemporanéité : pouvons-nous étudier la période contemporaine sans se référer a des périodes plus anciennes ? Jusqu’où peut-on remonter dans l’histoire ? Ce qui est considéré comme contemporain en Tunisie commence en 1881, année de l’implantation du protectorat français. Nous retrouvons un fonds important sur les fouilles archéologiques de cette époque complété par quelques ouvrages de références sur la période antique…

La deuxième concerne l’aire culturelle traitée : pouvons-nous étudier le Maghreb en tant qu’entité isolée de la Méditerranée, ou encore du monde arabe ? Ainsi nous retrouvons des fonds assez variés. Certains documents traitent de la course en Méditerranée, d’autres des questions actuelles de l’islam, d’autres encore du partenariat euro-méditerranéen ou du conflit israélo-palestinien…

La dernière est liée au suivi et a la cohérence du fonds de la bibliothèque : il faut savoir que les programmes de recherche de l’institut changent de thématiques tous les trois ans. Pouvons-nous passer outre les ouvrages généraux ou théoriques en sciences humaines et sociales ? Pouvons-nous ne pas actualiser ces fonds et ne pas faire le suivi éditorial ? À titre d’exemple nous continuons à actualiser les fonds des divers programmes de recherche achevés depuis longtemps à savoir : les migrations, les études urbaines, les questions actuelles de l’islam, le monde islamo-méditerranéen aux XIXe et XXe siècles.

Pour conclure

MariaChristiane
Christiane Randon Ben Ali, documentaliste au CDTM puis à l’IRMC de 1992 à 2003.

L’histoire même de l’institution ainsi que la politique d’acquisition et d’échanges inter institutionnels ont participe depuis la création du CDTM, c’est-a-dire durant 33 ans à la conservation et a l’enrichissement des ressources documentaires du Maghreb et sur le Maghreb. Pionnier de l’informatisation documentaire (depuis 1986) et de la mise en ligne du catalogue de la bibliothèque (depuis 2002), l’IRMC grâce notamment a ses bibliothécaires et ses documentalistes successifs, Anne-Marie Planel, Catherine Cassan, Patrick Pollet, Christiane Ben Ali, Sawssen Fray et Khaled Eljomni, a le mérite de faciliter l’accès à l’information et de présenter des publications maghrébines pour des chercheurs installés à l’étranger et travaillant sur le Maghreb et dans l’autre sens, les facilités d’importation des publications européennes (françaises, anglaises, espagnoles et italiennes) pour des chercheurs maghrébins.

 Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

Sawssen FRAY-BELKADHI

est responsable de la bibliothèque et du service documentation de l’IRMC

Pour citer ce billet : Sawssen Fray-Belkadhi, « Histoire et fonctionnement de la bibliothèque de l’IRMC », Le Carnet de l’IRMC, 01 juillet 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/991

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Synthèse de l’enquête menée auprès des usagers de la bibliothèque de l’IRMC

Désireux de connaître les motivations et les attentes de ses lecteurs, l’IRMC a lancé en avril/mai 2012, une enquête sur questionnaire, dont il est ici rendu compte

 

L’enquête de communication et de connaissance à l’attention des usagers de la bibliothèque de l’IRMC s’est déroulée du mois d’avril jusqu’à la mi-mai, le temps de récolter 100 questionnaires. Nous étions dans l’impossibilité d’élaborer un échantillonnage par quota parce qu’il aurait fallu beaucoup de temps pour les récolter. De la même manière, nous n’avons pas lancé l’enquête via Internet, car nous n’aurions pas eu un taux de réponse satisfaisant.

Intérêts et objectifs d’une telle enquête :

– Une meilleure connaissance des usagers de la bibliothèque et de leurs besoins ;

– L’identification des besoins et des attentes générales du public ;

– L’identification des points forts et des points faibles de la bibliothèque ;

– Savoir si les activités de l’Institut sont visibles aux usagers ;

– Communiquer avec les lecteurs de la bibliothèque et valoriser l’image.

En connaissant mieux les attentes des usagers, la bibliothèque pourra cibler son action et définir des priorités pour améliorer les services qu’elle propose aux usagers, tout en augmentant sa visibilité.

Méthode

Nous avons élaboré en interne un questionnaire de quatre pages comportant 25 questions fermées à cocher et presque à chaque fois une question ouverte qui permettait aux enquêtés d’aborder les points qui ne figurent pas dans le choix des réponses ou pour avoir plus de précisions. Le questionnaire a été testé auprès de quelques usagers pendant les jours qui précédèrent l’enquête, ce qui a permis de préciser des questions jugées floues. Le questionnaire a été distribué uniquement aux usagers inscrits à la bibliothèque. Ce choix est dû au fait que ceux qui visitent la bibliothèque pour la première fois ne connaissent pas encore ses services et les activités de l’Institut, et nous aurions en conséquence un taux de non réponse trop élevé. La distribution des questionnaires a été assurée par les moniteurs de la salle qui se relayent la surveillance dans la semaine.

Profil de fréquentation

Forte présence féminine, sur les 100 enquêtés, nous avons relevé 76 femmes contre 24 hommes. La majorité sont des enseignants chercheurs qui représentent 55 % de la fréquentation (41 femmes contre 14 hommes). 31 % sont des étudiants, 9 % sont des chercheurs, 3 % sont des enseignants et 2 % sont autres. Les disciplines les plus présentes sont : l’architecture et l’urbanisme et représentent 23 % des enquêtés. Puis viennent la sociologie et l’anthropologie (18 %), l’histoire (9 %), le droit (8 %), les sciences économiques (7 %).

Conditions de travail

Globalement les enquêtés ont déclaré qu’ils sont assez satisfaits des conditions de travail dans la salle de lecture : 45 % sont assez satisfaits des horaires d’ouverture de la bibliothèque, 17 % proposent d’élargir la plage horaire d’au moins une heure par jour. Pour 48 % des usagers la disposition des tables est assez satisfaisante, contre 22 % qui revendiquent une autre disposition ou une séparation entre les tables.

L’éclairage de la salle de lecture satisfait 64 %, contre 29 % qui ne le sont pas et réclament un éclairage individuel.

Le conditionnement d’air de la salle satisfait 73 % des usagers contre 23 % qui ne le sont pas.

Le respect du silence dans la salle satisfait 84 % des usagers, contre 14 % qui sont gênés par les entrées-sorties des lecteurs.

Le catalogue en ligne de la bibliothèque satisfait 69 % des usagers contre 18 % qui déclarent que l’utilisation du catalogue est compliquée.

Le matériel de reproduction satisfait 69 % des usagers, contre 14 % qui jugent que le service est très cher.

Certaines mesures ont été prises avant même l’achèvement de l’enquête, tels que l’éclairage de la salle de lecture qui a été amélioré. Une facilitation du mode de recherche sur le catalogue en ligne est en cours d’élaboration.

Rapports des usagers à la bibliothèque

24 % des enquêtés viennent à la bibliothèque presque tous les jours et 43 % viennent au moins une fois par semaine. Ce qui explique le temps mis pour récolter 100 questionnaires. 62 % fréquentent la bibliothèque pour consulter les fonds et travailler au calme et 11 % pour rencontrer des personnes. Plus de la moitié des lecteurs consultent les documents disponibles dans la salle de lecture (dictionnaires, encyclopédies, nouveautés revues et magazines) 73 % des lecteurs déclarent consulter les ouvrages, contre 62 % pour consulter les revues. 76 % des lecteurs sont assez satisfaits des délais d’attente de la livraison des documents stockés dans les magasins. 86 % d’eux sont satisfaits de la disponibilité des moniteurs de la salle, l’objet du recours au moniteur de la salle est surtout pour la recherche bibliographique (54 %), pour l’utilisation du catalogue en ligne (53 %) et pour la consultation des ouvrages en réserves (53 %). Globalement les lecteurs de la bibliothèque sont satisfaits des services offerts par la bibliothèque. Quelques suggestions d’achats de documents, ou d’abonnement à des revues ont été formulées et vont être prises en considération.

Rapports des usagers à l’IRMC

Bien qu’une forte diffusion des activités de l’IRMC soit faite[1], nous avons constaté que ses activités scientifiques restent méconnues mises à part les conférences. En effet, 60 % des enquêtés ont déclaré qu’ils ne sont pas au courant des programmes de recherche en cours et 52 % ne sont pas au courant des séminaires et des colloques organisés par l’IRMC et 82 % n’ont pas d’échos sur les écoles doctorales. 51 % ne connaissent pas la Lettre de l’IRMC, 39 % ne connaissent pas le site, 37 % ne sont pas au courant des publications de l’IRMC et 47 % ignorent l’existence de la revue Maghreb et sciences sociales. Notons toutefois, et paradoxalement, une forte demande des lecteurs, d’être publiés dans cette revue (27 % des enquêtés). 32 % des lecteurs ont déjà eu un contact avec l’équipe administrative et 13 % avec le secteur de l’édition, 16 % avec la direction. Ce sont ces personnes qui connaissent le plus les activités de l’IRMC, par contre les autres lecteurs viennent pour la consultation des fonds de la bibliothèque. Suite à l’enquête quantitative nous avons jugé nécessaire de la prolonger par une autre enquête qualitative afin d’approfondir les questions abordées dans le questionnaire et d’aborder d’autres thématiques qui n’ont pas été soulevées afin d’évaluer et d’améliorer la qualité de service offert par la bibliothèque et l’institut.

Sawssen Fray

est responsable du secteur documentation/bibliothèque à l’IRMC

 

Pour citer ce billet : Sawssen Fray, « Synthèse de l’enquête menée auprès des usagers de la bibliothèque de l’IRMC », Le Carnet de l’IRMC, 11 février 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/829

 


[1] Les activités de l’IRMC, quelques soient leurs nature, les conférences, les programmes de recherche, les séminaires et colloques, les écoles doctorales et la Lettre de l’IRMC ainsi que les publications de l’IRMC sont présentés dans les tableaux d’affichages de l’institut et signalés systématiquement sur le site de l’institut et sur les réseaux sociaux et envoyés par mail. À titre indicatif, les annonces de conférences sont envoyées à plus de 700 personnes par mail à part les affiches distribuées à des institutions spécialisées en sciences humaines et sociales. La Lettre est envoyée à 1500 personnes en version électronique à part la version papier distribuée.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Un nouveau service en ligne IRMC : L’annuaire des centres de documentation tunisiens en sciences humaines et sociales

Le service documentation de l’IRMC présente son nouveau service en ligne : L’annuaire des centre de documentation tunisiens en sciences humaines et sociales.

De quoi s’agit il ?

Cet annuaire recense une centaine de bibliothèques, centres de documentation et autres structures documentaires se rattachant à la recherche en sciences humaines et sociales, en Tunisie.

Vous y retrouvez les informations qui comptent (Localisation / Espaces numériques / Contact…) pour chacunes des structures répertoriées.

Pourquoi un tel service ? 

L’outil s’adresse avant tout aux chercheurs et aux étudiants travaillant en Tunisie, mais reste accessible à chaque  internaute.

Son objectif est de palier l’absence de répertoire de structures documentaires en Tunisie et donc, de faire économiser un temps précieux aux chercheurs en centralisant l’information dans un annuaire.

Comment fonctionne l’annuaire ? 

Les informations sont maintenues à jour par le service documentation de l’IRMC. Néanmoins, conformément aux principes du Web 2.0, chaque internaute peut contribuer à ce maintient en fournissant des informations à jour, en toute simplicité. A terme, les structures documentaires elles même maintiendront à jour les informations qui les concernent!

Conçu et réalisé avec les technologies les plus récentes en matière d’application internet/intranet, l’outil propose des interfaces ergonomiques et intuitives permettant de rechercher  (classement par type, domaine…) et de localiser (vision cartographique) les centres. Un manuel d’utilisation présentant en détails les différentes fonctionnalités proposées est disponible en version numérique, sur la page d’accueil de l’outil (http://intranet.irmcmaghreb.org/centredoc/index/accueil).

Comment accéder à l’annuaire ?

Pour accéder à l’annuaire, rendez-vous à l’adresse http://intranet.irmcmaghreb.org, rubrique « Bibliothèque » puis « Centres de documentation« , ou cliquez ici.

En espérant que cette application vous sera utile!

Le service documentation de l’IRMC.

Actualités de la bibliothèque

Outre les tâches habituelles (commande de nouveautés), l’année 2011 a été marquée par la valorisation des fonds anciens, notamment, celui de la bibliothèque privée du Résident général de France à Tunis.

Valorisation du fonds de la bibliothèque privée du Résident général de France

L’intégration du fonds (ouvrages et périodiques) de la bibliothèque privée du Résident général de France a été faite depuis la création de l’IRMC. En 2011, il a été jugé important non seulement de conserver mais aussi de valoriser une partie de ces fonds anciens, particulièrement les publications officielles et semi-officielles des ministères sous le Protectorat français. Ainsi, il a été décidé de le finaliser, d’harmoniser les mots clefs ainsi que les collectivités éditrices avec l’ensemble du fonds.

Dépouillement de la Revue tunisienne

Editée à l’époque par l’Institut de Carthage, La Revue Tunisienne (trimestrielle 1894 à 1948 devient Les cahiers de Tunisie à partir de 1953). Parmi les revues les plus importantes de la période du Protectorat français, son objectif était de faire paraître des articles sur l’Afrique du Nord et particulièrement la Tunisie. On note la richesse des thèmes abordés, les articles portent sur des disciplines variées : les sciences de l’homme : archéologie, histoire, géographie, ethnographie… les sciences : médecine, botanique, géologie, littérature : poésie, linguistique…Faute de moyens pour numériser la collection complète (La bibliothèque Nationale de France a numérisé quelques numéros de la revue). Il a été jugé important de faire un dépouillement intégral de la revue. Le travail s’achèvera courant 2012.

Publié en janvier 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°8

 

Sawssen Fray

Responsable de la bibliothèque et de la documentation

 

crédit photographique : © BNF

 

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook