Archives par mot-clé : Ben Ali

La « nostalgie Ben Ali », un analyseur des frustrations post-révolutionnaires en Tunisie. A propos de 7 vies, documentaire de Lilia Blaise et Amine Boufaied (2014)

Sorti en salles en 2015, le documentaire 7 vies, de Lilia Blaise et Amine Boufaied documente et analyse le sentiment de nostalgie pour Ben Ali, dans la Tunisie de 2014, quatre ans après le mouvement protestataire ayant abouti à la chute de l’ancien président. Il s’agit d’une œuvre originale, tant pour sa qualité formelle et esthétique que pour son contenu. Il met l’accent sur des aspects peu documentés de l’histoire politique contemporaine de la Tunisie : les représentations du passé, les incertitudes du présent, le poids des cultures politiques, les logiques de l’autoritarisme, et d’autres encore. La nostalgie n’est pas un fait incontestable, mais se révèle un bel analyseur des logiques sociales et politiques qui travaillent la société tunisienne depuis la révolution.

Affiche_7_vies

Un artefact ?

Les auteurs identifient un phénomène social qu’ils appellent la nostalgie de Ben Ali ou de la Tunisie sous Ben Ali, qui se manifesterait par des discours profanes, des candidatures d’anciens ministres de Ben Ali à l’élection présidentielle de 2014, etc. Or, s’il existe bel et bien, ce phénomène mériterait d’être nuancé. Le film montre surtout les propos de quelques personnages ordinaires. Et les candidats de l’Ancien régime (période Ben Ali) ont été largement désavoués par les électeurs lors des dernières élections. Le risque d’artefact est grand. Pour attester de l’importance du phénomène, il faudrait des indices en termes d’intensité et de durabilité mais aussi des indices matériels, pas seulement quelques discours recueillis ici et là, ainsi qu’une appréciation d’effets concrets, notamment en termes de votes en faveur de candidats de l’ancien régime. Si effet nostalgique il y a dans la dynamique électorale de l’automne 2014 (victoire de Nidaa Tounes aux législatives et de Béji Caïd Essebsi à la présidentielle), c’est plutôt la nostalgie du « père de la Nation », Habib Bourguiba que la nostalgie de Ben Ali qui a pu inciter au vote.

On pense ici – sans que cela constitue bien sûr un modèle – à l’expérience de l’ancienne Allemagne de l’Est dans les nouveaux landers au début des années 1990. L’« ostalgie » allemande s’expliquait par le sentiment de déclassement d’un grand nombre de « ossies » suite à la réunification, qui était en fait une sorte d’absorption voire de néo-colonisation. La nostalgie a été un véritable phénomène social (mais aussi commercial), qui a pris une ampleur et des formes très diverses : musique, littérature, cinéma, revival de produits de consommation de la vie courante, musée de la RDA, etc. Il s’agissait d’un mouvement de réaction à un processus imposé d’en haut et de l’extérieur, mouvement de résistance culturelle à la globalisation consumériste mais aussi utopie post-révolutionnaire[1]. En RDA, l’ostalgie trahissait également un malaise identitaire puisqu’elle se proposait de réinventer une identité collective, malmenée par la transition politique et à l’économie de marché. Ce n’est pas le cas en Tunisie.

Les significations de la nostalgie

Une fois nuancée l’ampleur du phénomène, quelle signification lui donner ? Il faut dissiper d’emblée un malentendu. La nostalgie exprime souvent autre chose que ce qu’elle semble exprimer. Il ne faut pas prendre en effet la nostalgie pour argent comptant : qu’elle soit celle d’un amour perdu, de l’enfance enfouie, elle est toujours une sorte de reconstruction mythique, voire de réinvention du passé. Il est plus ou moins clair pour ceux qui l’expriment, que le passé ne reviendra pas – et c’est cette impossibilité qui donne toute sa force évocatrice à la nostalgie. La marche du temps est irréversible et la nostalgie n’est pas « le mal du retour », affirmait Vladimir Jankélévitch. La nostalgie politique n’est pas différente : on a tort de l’analyser comme traduisant une volonté de retour à l’ancien régime. En ex-République démocratique allemande, des acteurs politiques ont bien défendu les acquis de la RDA, mais si un référendum était organisé, il n’est pas sûr que les nostalgiques iraient jusqu’à vouloir le rétablissement du régime et l’érection d’un nouveau mur de Berlin. Les bases du parti Die Linke, fort en Thuringe par exemple, qui a exploité ce discours, ne demandent pas le retour à l’ancien régime. La trivialisation du passé (sous une forme édulcorée) est aussi le signe que l’on a pris conscience du fait qu’il est bel et bien révolu.

La Tunisie offre un cas analogue. Le film, qui convoque sociologues, politologues et psychanalystes, montre bien la pluralité des causes du phénomène. La plus pertinente est la psychanalyste Saïda Douki, qui parle de la nostalgie d’un mieux-être : j’ajouterais, la nostalgie d’une impression de mieux-être, car le passé est réévalué positivement. La nostalgie se nourrit de la frustration sociale, économique et/ou politique de citoyens désorientés par le tour pris par la « transition démocratique ». En ce sens, elle est l’indice certainement le plus spectaculaire de ce phénomène, mais elle n’en est pas l’unique manifestation. L’insatisfaction emprunte d’autres moyens d’expression, que le film préfère ignorer : retrait du vote (non-inscription, abstention), repli dans la sphère privée, radicalisation (mouvement salafiste djihadiste), participation à un mouvement protestataire, etc. La nostalgie n’est pas un phénomène social per se mais un des multiples aspects d’un phénomène social bien plus significatif, peut-être moins vendeur cinématographiquement parlant.

Le film, d’ailleurs, échappe – c’est sa principale force – à ce piège d’une interprétation simpliste. Si l’on écoute bien les propos tenus, les nostalgiques attendent surtout le rétablissement d’un certain ordre public et le retour du sentiment de sécurité. Les enquêtes que nous avons menées auprès d’électeurs de Nidaa Tounes et de Béji Caïd Essebsi lors des législatives et des présidentielles 2014 ont montré les attentes sécuritaires d’une partie de la population[2]. Une part exprimait aussi l’attente d’un sauveur, d’un grand homme que beaucoup ont cru voir en Béji Caïd Essebsi, qui s’est présenté comme l’héritier d’Habib Bourguiba. Mais rares sont ceux qui souhaitent la réinstallation au pouvoir de Ben Ali ou même du benalisme, sinon un benalisme à la carte et en quelque sorte dévoyé. Le désarroi suscité par les erreurs commises depuis la révolution débouche sur une réévaluation rétrospective du régime précédent, présenté comme une période de stabilité et de croissance économique, mais aussi paradoxalement de liberté : la nostalgie est aussi le procès de l’islamisme politique au pouvoir entre 2011 et 2014. Les Tunisiens interrogés n’ayant pas d’autre référence politique que celle par laquelle ils sont passés, expriment une « nostalgie politique » à la mesure de l’autoritarisme nourricier.

La nostalgie comme analyseur

En somme, le phénomène nostalgique fonctionne ici comme un révélateur, un prisme d’analyse pertinent. De fait, il nous apprend beaucoup de choses sur la Tunisie autoritaire et post-autoritaire. Sur l’épuisement rapide des promesses nées de la révolution, notamment. La nostalgie est une sorte de baromètre d’une défiance croissante des profanes vis-à-vis de leurs représentants. Ce phénomène touche, semble-t-il, tous les milieux sociaux. Ce n’est pas seulement un phénomène populaire comme en RDA, où elle équivalait à une sorte de dissidence de l’intérieur par des groupes dominés. Les enquêtes sociologiques que nous avons menées expriment cette défiance transclassiste à l’égard des élites.

La forme prise par la nostalgie tunisienne rappelle aussi les particularités du fonctionnement du régime autoritaire tunisien. A la différence de la RDA où c’est davantage la vie quotidienne que la personne d’Erich Honecker que l’on se remémorait – et pour cause, le régime socialiste est-allemand avait développé des structures d’encadrement très élaborées, jusque dans la vie privée des individus -, le souvenir tunisien est fortement personnifié, Ben Ali s’imposant comme la matrice du récit nostalgique. D’une certaine façon il nous en dit plus sur la personnalisation du régime déchu que sur la nostalgie elle-même. Ben Ali n’est, au fond, qu’un filtre perceptif qui contient, par sa seule évocation, les propriétés les plus marquantes du régime (ordre, sécurité), et dont il tirait le consentement de larges franges de la population[3].

Reste une question : la nostalgie est-elle l’expression de la capacité critique des citoyens tunisiens (qui raisonneraient par eux-mêmes, au risque de la caricature), qui montreraient à travers lui qu’ils font l’apprentissage de la démocratie ? Ou est-ce à l’inverse le signe d’une incapacité à développer un véritable sens critique, le refuge dans le passé devenant la négation du politique ? Les Tunisiens seraient-ils des homo sovieticus arabes, restés prisonniers d’un imaginaire politique suranné, incapable de penser la politique en dehors des catégories de la dictature ? C’est, je crois, la thèse implicite du film. Le film traite en réalité de deux sujets, mais qui sont habilement reliés : un premier sur le phénomène nostalgique, qu’on cherche à expliquer ; un second, qui semble intéresser davantage les auteurs, sur la propagande sous Ben Ali et les mécanismes du culte de la personnalité. La nostalgie est presque un prétexte au sujet majeur du film, qui est de savoir comment on a pu façonner les cerveaux au point de rendre possible, dans le contexte post-révolutionnaire, la résurgence d’une représentation valorisée de la figure de Ben Ali. Les auteurs du film semblent expliquer la personnification du phénomène par le conditionnement dont les Tunisiens étaient l’objet de propagande d’État. La nostalgie Ben Ali serait en quelque sorte l’effet différé et anachronique des mécanismes de pouvoir du régime précédent. Une sédimentation du passé dans le présent. Les Tunisiens ne seraient tout simplement pas sortis de la dictature puisqu’ils seraient porteurs d’une culture politique autoritaire qui aurait survécu à sa chute et dont l’une des manifestations serait le recours à la figure du leader. En somme, la nostalgie est moins une demande de retour au passé ou de retour du passé que le signe d’un passé qui n’est jamais parti.

Documenter l’histoire

Le film en dit long aussi, sur l’état des représentations collectives du passé en Tunisie. La persistance, contre les évidences, d’appréciations relativistes par une partie du public (tolérance à l’égard des pratiques de torture que certains justifient comme un moindre mal, minoration des violences d’État, primat accordé à la sécurité sur la liberté), que montre le film, indique que le régime a réussi à dissimuler une partie de sa violence structurelle, avec le silence et l’oubli complices de nombre de ses citoyens. Cette réussite post-mortem du régime complique le travail de l’historien ou du documentariste, qui est tenté d’endosser un rôle de militant contre l’amnésie. Pour mieux faire ressortir la violence de la « dictature » Ben Ali, certains ne trouvent pas mieux que de réévaluer le régime Bourguiba et d’en faire un âge d’or, alors même que les chercheurs les plus sérieux le présentent comme la condition même de possibilité du régime Ben Ali. L’enjeu réside pourtant dans la production d’un récit critique du passé, qui réfute les luttes de classement (autoritarisme éclairé vs autoritarisme dévoyé) et rend compte aussi justement que possible des dimensions sécuritaires et oppressives du régime, mais aussi des logiques d’accommodement et de consentement qui ont rendu possible sa longévité. Bref, dans la production d’une histoire sociale à côté d’une histoire politique, toutes deux nécessaires.

Jérôme HEURTAUX

est chercheur à l’IRMC où il conduit le programme de recherche « Recompositions et reconversions des élites tunisiennes. Sociologie d’un changement de régime« . Contact : jheurtaux@yahoo.fr.

Pour citer ce billet : Jérôme Heurtaux, « La « nostalgie Ben Ali », un analyseur des frustrations post-révolutionnaires en Tunisie. A propos de 7 vies, documentaire de Lilia Blaise et Amine Boufaied (2014) », Le Carnet de l’IRMC, 1er juillet 2015. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1877.

——————————————

[1] Mitja Velikonja, 2009, « Lost in Transition. Nostalgia for Socialism in Post-socialist Countries », East European Politics and Societies, vol. 23, n°4.

[2] Enquêtes électorales auprès de bureaux de vote de Ben Arous, Ariana-Ville et Le Kram, sous la direction de Jérôme Heurtaux, IRMC.

[3] Béatrice Hibou, 2006, La force de l’obéissance. Économie politique de la répression en Tunisie, Paris, La Découverte.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

L’IRMC avant et après Ben Ali

pierre Noel lettre
Photographie de Pierre-Noël Denieuil

Ma présence à l’IRMC de 2008 à 2013 aura été marquée par le grand séisme politique et idéologique survenu en Tunisie et dans le monde arabe. L’IRMC en a été un témoin majeur, l’évolution de sa situation et de ses actions en ont constitué l’une des expressions. Sa position d’operateur des sciences sociales lui a permis d’en devenir un observateur privilégié. Il en ressortira profondément transformé.

L’IRMC sous Ben Ali

Dès sa création, les autorités tunisiennes du Gouvernement Ben Ali avaient insisté sur la nécessité de maintenir une adéquation entre les actions scientifiques de l’IRMC et les besoins de la recherche en Tunisie. Ce fut chose aisée puisque de son côté l’Institut avait « l’ambition de s’intégrer dans le tissu tunisien de la recherche ». Dans ce contexte, sa légitimité s’est établie sur la base de la formation d’un comité mixte franco-tunisien, chargé d’effectuer un suivi de ses activités et de formuler des recommandations, composé de trois personnalités scientifiques tunisiennes et présidé par la Direction générale de la recherche scientifique (tunisienne). Ce comité « seul exemple de concertation bipartite sur les activités d’un Institut français de recherche à l’étranger », a joué un rôle primordial de caution scientifique et a pu depuis 20 ans faciliter l’obtention des autorisations d’enquêtes ou de recherches en archives, demandées régulièrement par l’Institut. À ce titre, chaque réunion annuelle du comité était pour les directeurs successifs une occasion de remercier la DGRST et de marquer leur bonne entente avec les autorités. Durant ces années, l’IRMC attirait surtout des urbanistes et géographes, des politologues ou des historiens du Maghreb. Avec peu de candidats depuis la France et parfois même une suspicion institutionnelle sur les chercheurs soupçonnés de travailler dans une dictature, il n’en demeurait pas moins que l’Institut apparaissait depuis la Tunisie « comme une bulle ou l’on peut faire des choses ». Hormis les réseaux internationaux d’interconnaissances qu’il a suscités, plus d’une quinzaine de jeunes chercheurs français et européens s’y sont formés, y ont fait des thèses, et ont intégré ensuite le CNRS, l’université, ou d’autres institutions de recherche.

Chercheurs et personnels y ont toutefois vécu en état de méfiance permanente et de vigilance constante. Lors de mon audition de recrutement, le conseil scientifique conscient de la situation, m’avait demandé mon attitude face a la dictature, en tant que futur directeur d’un centre de recherche scientifique. J’avais éludé en évoquant de possibles stratégies de contournements. Ceci étant, j’avais déjà conduit des les années 1990 à Sfax, puis au Sahel, de nombreuses enquêtes sans me préoccuper d’autorisations administratives et sans jamais avoir été inquiété. Mon arrivée a l’Institut en septembre 2008 fut toutefois marquée par deux temps forts : saisie en douane d’un livre sur les entrepreneurs tunisiens (que j’avais préfacé) écrit par un ancien militant de l’époque bourguibienne, puis par le cambriolage de mon ordinateur et de ma veste en cuir a mon domicile, sans nouvelles depuis.

Mes prédécesseurs et le personnel avaient auparavant du faire face à une censure régulière pour l’acquisition des nouveaux ouvrages de la bibliothèque, qui étaient soumis a une demande préalable auprès du ministère de l’Intérieur ou qui pouvaient être retenus lors du passage en douane. Nous étions amenés a pratiquer l’autocensure en évitant toute commande de livres portant sur les régimes autoritaires ou sur l’Islam politique. En 2009 et en 2010, il nous arrivait de censurer même nos propres éditions (tels des livres sur l’archéologie ou sur le microcrédit en Tunisie, dont nous avons expurgé des « noms » ou des analyses).

Nous recevions fréquemment des visites « de surveillance » lors de nos séminaires. Nous étions qualifiés par la police, de « local de l’opposition ». Et nos partenaires tunisiens soumis à autorisations rencontraient de multiples difficultés lors de l’organisation conjointe de manifestations scientifiques. De notre côté, pour l’affichage de nos activités de recherches, il nous arrivait de travestir certains sujets (les émeutes ouvrières et la démocratie locale a Gafsa devenaient « le développement local dans le bassin de Gafsa », et nos séminaires sur l’Islam parlaient plutôt des « recompositions religieuses »). Cela n’empêcha pas la conduite de recherches prémonitoires (Amin Allal) menées sur les révoltes de Gafsa en 2008, ou sur le rôle des avocats (Eric Gobe) dont l’Ordre avait déjà pris une certaine indépendance sous le Gouvernement Ben Ali. Enfin, dans ses relations avec la partie française et l’Institut français de coopération, l’IRMC et ses chercheurs, bien que dans la nécessité de « prouver l’utilité de leurs investigations », ont toujours maintenu une entente cordiale mais autonome au sein d’un dispositif de coopération multi institutionnelle, aujourd’hui qualifié de « diplomatie scientifique ».

La Tunisie comme observatoire des révoltes et des révolutions

Puis survinrent les événements qui conduisirent au départ de Ben Ali le 14 janvier 2011. Fin janvier 2011, la Lettre de l’IRMC publiait un dossier « à chaud » (le « miracle » de la liberté, premières émotions et retour de la parole) sur la révolution tunisienne. Un communiqué d’hommage et de solidarité des chercheurs de l’Institut y figurait. À une période où les diplomaties semblaient prises de cours et quelque peu déboussolées, la presse tunisienne a salué le positionnement de l’IRMC et des scientifiques français. La révolution tunisienne apparaissait alors comme « un vaste laboratoire d’expérimentation sociale » pour les sciences humaines et sociales et pour l’Institut. Les dossiers se sont renouvelés depuis dans chaque Lettre (avec plus d’analyses sur les élites, la citoyenneté retrouvée, l’apport des Tunisiens de l’étranger, le syndicalisme et les partis politiques, les identités nationales et l’idée de patrie etc.). Des séminaires sur les régimes autoritaires, le changement institutionnel et la constitution furent organisés a l’IRMC dès le 4 février 2011. D’autres suivirent sur les avocats tunisiens, la citoyenneté et l’éthique, la société civile, la géographie électorale, la comparaison Égypte/Tunisie. Les publics fréquentant l’Institut changèrent momentanément : moins d’universitaires et beaucoup plus de personnes dites de « la société civile », surtout préoccupées par le débat d’idées.

Mise en page 1Certains chercheurs ayant pu reconstituer de nouveaux lieux de rencontres, estimaient désormais, tout au moins au cours de l’année 2011, « qu’on a moins besoin de l’IRMC ». La révolution tunisienne n’est pas restée à l’écart du monde et s’est vite imposée comme un lieu privilégié d’interprétation des mouvements sociaux et politiques traversant les mondes arabes. En mai 2011, nous avions initié un débat comparatif sur la transition démocratique. Nous y évoquions les diverses logiques de modifications constitutionnelles proposées : au Yémen et en Syrie pour désamorcer la contestation, au Maroc et en Jordanie comme outils de démocratisation d’un cadre figé, en Égypte comme nouvelle source de légitimation (avec les premières élections) et en Tunisie (avec les sit-in et la rupture). Dans cette même période, la Tunisie vivait au rythme de l’exode libyen. Au moment même où l’Europe combattait l’afflux des migrants depuis la rive Sud, la Tunisie accueillait en une dizaine de jours plus de 100 000 Libyens qui affluaient vers le Sud tunisien (Djerba, Tataouine, Gabes, Sfax,…) et remontaient jusqu’a Tunis, fuyant les violences du régime de Khadhafi, et gérait les refugiés africains, asiatiques, de toutes nationalités, à ses postes frontières, en attente d’un accueil dans un pays du « Nord ». Des collectifs et caravanes de solidarité venant des quartiers, d’entreprises, d’écoles et d’universités se mobilisaient depuis Sfax, Sousse, Tunis et les régions de l’intérieur, apportant des couvertures, des vivres, des ressources médicales. On a pu y voir l’expression d’une conscience citoyenne et un premier apprentissage de la transition démocratique. Plusieurs chercheurs ont alors souhaité publier a l’IRMC leurs analyses sur la redécouverte de la société libyenne : depuis les fondements historiques de la production du leadership et l’installation du pouvoir de Khadhafi, jusqu’a l’impact de la rente pétrolière sur le repli de la société libyenne, en passant par les possibles de la reconstruction économique.

Des premiers points de comparaison ont dès lors été lancés entre les fondements tribaux et armés de la révolution libyenne, le pouvoir des urnes sous contrôle de l’armée en Égypte, et la déconstitutionnalisation de la Tunisie. Par la suite et jusqu’à ce jour, l’IRMC s’est fait observateur d’une dichotomie entre le temps révolutionnaire et le temps électoral, et du changement des enjeux. Un travail de lecture « territoriale » des processus électoraux dans les régions tunisiennes et selon leurs contextes locaux est en cours. Les premiers résultats mettent l’accent sur les votes modernistes de la capitale et des villes côtières, sur la présence du Parti Ennahdha dans les périphéries populaires, et sur les votes dits « populistes » dans les régions de l’intérieur. Enfin, deux séminaires ont été organisés autour d’une comparaison des processus électoraux et des mobilisations de la société civile entre l’Égypte et la Tunisie. Il en ressort notamment, sous le dénominateur commun d’un vote sanction contre les partis dominants, la vision d’un Islam majoritaire en Égypte, et des situations d’alliances et de compromis dans un débat autour de l’identité nationale en Tunisie.

L’IRMC aujourd’hui et demain

Les thématiques de nos recherches se sont trouvées transformées. Nos programmes et séminaires se sont étoffés de nouvelles problématiques telles que : les usages politiques du dialectal tunisien ou de la langue arabe, les discriminations raciales face aux Noirs de Tunisie, les minorités et la question berbère, la naissance sur Internet d’un nouvel espace public d’exercice de la démocratie, le cyberactivisme, les intérêts télévisuels et la coopération franco-tunisienne, les religions face a l’expérience démocratique, les enjeux de la laïcité, les oubliés de la révolution en milieu rural…

Djaouida 1
Doctoriales de Sousse, décembre 2010.
© Djaouida Lassel

Les mutations des mondes arabes ont aussi drainé vers l’IRMC de nombreux jeunes chercheurs européens en sociologie, sciences politiques, sciences de l’information et de la communication, venus d’Algérie, d’Espagne, d’Italie, de France. Beaucoup viennent « prendre la température » ou se confronter a une expérience sociale et politique exemplaire, sollicitent des accueils scientifiques ou des bourses. Ils sont engagés dans des travaux de mémoire sur le rôle de la chaîne Al-Jazeera en Tunisie, les associations féminines dans les révolutions, les instances juridiques de transition, les nouvelles cultures et les partis politiques, l’identité tunisienne etc.

La révolution s’est aussi manifestée dans les pratiques de recherche. On a noté un accès facilité au « terrain » et aux enquêtes, moins de procédures, sans rétention sur les archives pour les historiens, et avec des personnes ressources plus faciles a atteindre. On a pu assister à un rapprochement des journalistes et des chercheurs qui s’efforcent de communiquer avec le grand public, s’affichent dans la presse, sont sollicités par la radio et la télévision. Sur le plan de l’édition, les événements ont suscité une meilleure collaboration et des potentialités de coéditions avec des éditeurs tunisiens (dont deux ouvrages avec Cérès Editions), ainsi que des contrats de diffusion de nos ouvrages auprès des distributeurs locaux. Enfin, les rapports de l’IRMC avec les institutions françaises et la mission diplomatique ont changé : l’Institut doit tout d’abord répondre à une forte demande d’actualité, au détriment parfois de l’histoire ou de la recherche dite fondamentale, de la part du MAE et en matière de diplomatie scientifique ; il est interpellé par le CNRS, moins a l’écoute de la demande sociale en coopération et plus centre sur la production de savoirs d’excellence et de publications.

Enfin, et il faut s’en réjouir, l’Institut français attend de l’IRMC des interventions dans le débat d’idées et une valorisation de ses activités au sein d’un espace d’action culturelle dont le souci de résultats et de visibilité ne semblait pas, jusqu’a ce jour, toujours compatible avec la temporalité plus longue et scrutatrice, dubitative et interprétative du chercheur face a l’événement. En ce sens l’IRMC doit mieux communiquer sur sa vocation essentielle résidant dans ses valeurs internationales et même transnationales, qui en font un Institut non plus au service d’un seul pays ou d’une politique binationale, mais de valeurs scientifiques universelles et exprimées dans des actions multilatérales.

De nouveaux enjeux

La révolution tunisienne interpelle aujourd’hui la recherche en SHS dans son souci d’interrogation et d’interprétation des faits sociaux pour comprendre le poids du passé, le développement et l’économie de la région, les conflits institutionnels, les valeurs et identités, les normes juridico-politiques. Si l’IRMC a jusqu’à ce jour su répondre à l’appel, d’autres questions se posent désormais a lui, plus incertaines et soumises à l’évolution sociale, politique et culturelle des révolutions arabes. En Tunisie par exemple, les événements survenus ont mis à jour l’émergence d’une nouvelle société civile au point que beaucoup de Tunisiens avouent avoir méconnu et mal connaître encore leur pays et ses forces humaines.

L’IRMC avait jusqu’à présent travaillé prioritairement avec les universitaires francophones au bénéfice de leur opposition au régime autoritaire. Face à un changement de société ces mêmes universitaires se trouvent encore dans une « opposition ». Beaucoup, fragilisés, se retournent vers cette autre société civile qui se dessine, où la « modernité » va se reconstruire dans un dialogue avec une tradition qui n’échappera pas à l’emprise de la mondialisation. C’est dans cette nouvelle donne, restructurée notamment par une recomposition plus apaisée de l’ancienne ligne de fracture entre arabisants et francophones, et au cœur de la quête d’une identité nationale tunisienne, que l’IRMC devra se recentrer et élargir son public, sans nul doute par-delà son actuelle audience en langue française.

 ***

Après avoir servi la communauté scientifique en Tunisie durant cinq années, je quitterai mes fonctions de directeur de l’IRMC le 31 aout 2013. J’ai beaucoup appris, beaucoup reçu, beaucoup donné. J’ai eu la chance de vivre la révolution tunisienne et cette intense période, non achevée, de turbulences et d’effervescences sociales. À l’IRMC, j’ai eu la liberté totale de diriger, de proposer et d’échanger selon mes propres convictions intellectuelles et mes valeurs personnelles. En Tunisie, et de l’Algérie a la Libye, et sans autre prétention que d’être une interface multilatérale, un passeur lui-même de passage, j’ai la satisfaction d’avoir fait se rencontrer des institutions, des personnes, des idées.

Pour cela, j’ai été accompagné par une équipe (de services, administrative, éditoriale et scientifique) très exceptionnelle, je tiens à le souligner, qui a mis toutes ses ressources et toute son énergie au service de cet esprit « Maison » qu’est celui de l’Institut. Merci mille fois et de tout cœur (la recherche a aussi un affect) pour nos partages et nos échanges, à toutes celles et à tous ceux qui liront ces lignes et qui s’y reconnaîtront. Dans la réalité ou dans la mémoire, nous nous recroiserons certainement. L’IRMC, avec vous et moi, « c’était bien ».

 Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

Pierre-Noël DENIEUIL

est directeur de recherche au CNRS et actuel directeur de l’IRMC. Son mandat a débuté en 2008 et s’achèvera à l’été 2013.

Pour citer ce billet : Pierre-Noël Denieuil, « L’IRMC avant et après Ben Ali », Le Carnet de l’IRMC, 17 juin 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/928

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Révolution tunisienne : le roi est mort, il n’y a plus de rois!

La chute de la dictature et la disparition de ses référentiels classiques à savoir la personnalisation absolue du pouvoir et la centralisation de l’autorité sociale ne peuvent en aucun cas laisser le psychiatre insensible aux remous symboliques qui agitent aujourd’hui la société tunisienne.

Oui ; la dictature avait un certain côté sécurisant. Le dictateur, personnage déifié, jouait de manière perverse aux yeux de ses sujets, le rôle d’un père, détenteur d’une loi primitive sévère et incontestable. Mais aussi, celui d’une mère nourricière et bienfaitrice. Il maintenait ainsi ses sujets qui ainsi advenaient, dans une position régressive tantôt infantile tantôt avilissante et dégradante.

Il faut se rappeler pour l’anecdote, mais c’est aussi très significatif, que cette dictature, avait activement interdit l’importation puis la fabrication locale des inducteurs d’érection. Comme si un peuple qui avait accès à la sexualité aurait accès à une liberté qui terrorisait le dictateur. Sujets soumis, volontairement maintenus dans une régression infantile, il est uniquement demandé aux Tunisiens de travailler, de consommer et de servir le maître et sa clique. Toute tentative de rébellion par rapport à l’ordre établi était sévèrement réprimée. Pour sortir de l’esclavage, point de salut en dehors de l’immigration ou encore la folie ; l’addiction et le repli sur soi.

Plus sujets que citoyens, les tunisiens se résignaient à leur sort et s’abandonnaient à une dépression chronique avec pour seules défenses quand ils ne voulaient pas s’engager dans les risques terribles de l’opposition, la religion pour les uns et la fuite vers un modèle de vie consumériste pour les autres.

Dans ce contexte, la créativité devenait abrasée, la citoyenneté inexistante. Alors que la majorité des Tunisiens faisaient le dos rond faisant mine de se désintéresser da la chose politique, certains malheureusement s’abandonnaient à la tâche de faire plaisir à ce père pervers et incestueux qu’est le dictateur. En le glorifiant sans retenue et sans relâche, ils le poussaient pourtant au plus haut de la pyramide de la toute puissance jusqu’à ce qu’il eut atteint la hauteur critique où tout bascule et où soudain le roi se redécouvre nu et où les attributs de la royauté redeviennent ce qu’ils sont : des chimères.

Il est d’ailleurs intéressant d’étudier ce moment critique dans le processus du culte de la personnalité quand les forces qui poussent à la déification du dictateur au sein de la population le détachent soudain de tout lien avec les citoyens qu’il est censé représenter et où la seule issue pour lui pour perdurer consiste à prendre toujours plus de hauteur. Mais cet exercice suppose qu’il se prive de ressembler aux autres pour vivre aux côtés des surhommes au sens nietzschéen. Succombe-t-il à la tentation de partager avec les hommes leurs plaisirs terrestres de la fortune, du sexe et de l’argent et le voilà qui dégringole de son piédestal pour revenir homme parmi les hommes. Lacan aimait dire qu’un fou qui se croit roi est fou mais un roi qui se croit roi n’est pas moins fou. Dans cette optique Bourguiba a mieux réussi que Ben Ali dans l’exercice de la Dictature, le premier fut dépossédé du pouvoir par le coup d’état de 1987 alors que le second, le fut suite à la révolution de

Janvier 2011. Entre Bourguiba et Ben Ali, il y a toutefois d’autres différences. Bourguiba, cultivé et patriote justifiait le culte de sa personne par son passé militant et sa sagesse. Il demandait aux tunisiens de lui ressembler, ils devaient se hisser haut et devenir cultivés, sages studieux pour obtenir sa grâce. Ben Ali, inculte, rustre, roublard sur les bords s’adonnait sans frein ni mesure aux plaisirs que procure l’argent. Le Tunisien idéal sous son règne se devait d’être soumis et obéissant et si possible riche et parader de sa richesse. Activité qu’affectionnait particulièrement la famille régnante.

Mais dans un cas comme dans l’autre, que ce soit sous Bourguiba ou sous Ben Ali, le Tunisien n’était pas citoyen, mais sujet d’un tyran éclairé dans un cas, despotique dans l’autre, tyran qui l’a privé du minimum nécessaire pour être et devenir acteur de sa propre histoire. La brusque libération du tabou du roi au sens primitif du terme (rappelé par Freud dans Totem et tabou) s’est accompagnée d’une forme de désorientation chez beaucoup de Tunisiens. Le roi est mort mais il n’y a plus de roi. L’institution est à réinventer. Un laps de temps insupportable pourrait s’écouler entre temps. Un temps où le plus faible est la merci du plus fort et où la loi du groupe prend le pas sur la loi sociale tout court. Le pouvoir fragile né après le 14 Janvier 2011 doit montrer son côté de mère nourricière avant d’être obéi. Partout en Tunisie, on continue à manifester, à exiger ici des aides sociales ; là-bas du travail.

À peine libérée de la dictature, toute une population plutôt que de fêter l’évènement s’engouffre dans un processus de réclamation d’avantages sociaux. Comme si quelques parts, les publicités pour les biens inaccessibles que faisaient miroiter les entreprises de Ben Ali et qui généraient chez les plus pauvres une immense frustration étaient à l’origine du soulèvement populaire et que les nouvelles autorités n’auraient de légitimité que si elles arrivent à satisfaire ce besoin de consommer et ramener cette mère nourricière imaginaire collée dans l’ambivalence à la personne du dictateur.

D’ailleurs ; derrière la révolution se cachent en fait trois Tunisie différentes, qui ont toutes les trois rejeté avec force la dictature. La Tunisie des couches aisées et intellectuelles qui réclame la liberté d’expression et d’entreprendre, la Tunisie religieuse et traditionaliste voire intégriste qui réclame un retour vers les fondements identitaires islamiques, et la Tunisie prolétaire qui demande le droit au travail et à la société de consommation.

À l’échelle des personnes, un vécu d’angoisse et d’incertitude est rapporté chez nombre de consultants. Une insoutenable angoisse par rapport à un lendemain dont les traits restent flous alors que les qualificatifs types démocratie, conseil constitutionnel, élections libres ne signifient pas grand-chose pour le citoyen lambda pour la simple raison que malgré son histoire millénaire le tunisien n’a jamais connu la liberté depuis la Numidie et Jugurtha.

Peut être par ce « meurtre du père » que les Tunisiens sont entrain de commettre, arriveront-ils à faire le saut symbolique nécessaire qui leur permettra de définitivement s’ancrer dans la modernité en devenant la source et les acteurs de la loi qui les organise et non de simples sujets pliés sous le joug du dictateur. Arriveront-ils à répondre à l’appel du destin comme leur hymne national les convoque ? Telle est la question à laquelle les mois prochains répondront ?

Publié en avril 2011 dans La lettre de l’IRMC n°6

 

Sofiane ZRIBI

Psychiatre, psychothérapeute, Tunis

 

Crédit photographique : © Reuters

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Tunisie, qu’est ce qu’une révolution non-religieuse?

Un événement inédit a ébranlé la paisible Tunisie. En près d’un mois ou presque (17 décembre 2010-14 janvier 2011), un peuple chasse son tyran. C’est du Sud que le processus a été déclenché. Et ses vents continuent à souffler. Aussi les observateurs sont-ils embarrassés, ne sachant s’il faut parler de coup d’État, de rébellion ou de révolution ? Ceux qui ont été surpris par le départ précipité du tyran placent leur confiance dans les services de renseignements et attendent une reprise en main par les tenants de l’ancien régime. Je n’irai pas jusqu’à dire qu’ils le souhaitent rien que pour le plaisir de confirmer une vague intuition et peut-être des bribes d’informations qu’ils ont glanées auprès de « sources autorisées ». Leur maître à penser est Thierry Meysson. Il a déjà douté d’un 11 septembre 2001 planifié par Ben Laden alors que ce dernier a publiquement reconnu son forfait ! Des esprits brillants s’y sont malheureusement laissés prendre. Ils ne connaissent pas l’homme : Ben Ali est lâche. De l’aveu de son entourage immédiat, il a fondu en larmes la veille de son coup, le 6 novembre au soir… Un coup d’État se concocte dans le cercle restreint du pouvoir. Or, les premiers témoignages disponibles indiquent que Ben Ali s’est éclipsé discrètement laissant les siens dans le flou juridique et le désarroi politique. Un coup d’État sauve le régime. Le sien est menacé de disparaître. De multiples enquêtes criminelles sont ouvertes par le parquet de Tunis contre Ben Ali, son clan et son staff. Et le peuple en redemande ! Plus nombreux ceux qui parlent d’insurrection. Ben Ali a été chassé par un soulèvement populaire, mais la différence entre une révolte et une révolution est moins de degrés que d’échelle. Une révolte s’épuise, une révolution se prolonge. Une sédition finit par être mâtée, une révolution triomphe. Une révolte est limitée, une révolution est générale. Un soulèvement est une agitation, une révolution clôt un cycle. Une jacquerie produit du désordre, une révolution invente un ordre nouveau. Il suffit alors de compter les acquis des derniers jours pour se rendre à l’évidence qu’il s’agit bien d’une révolution. Ben Ali a été éconduit par des actes de bravoure exemplaires dignes d’une tragédie grecque, des protestations civiles qui ont déprimé les forces de l’ordre et même des batailles rangées. On comprend que les Tunisiens en soient légitimement fiers. Et ce n’est pas flatter l’égo d’un peuple humilié que de reconnaître son mérite, autant que d’autres peuples qui ont accompli de si grandes choses ! A juste titre, les nombreuses pétitions des intellectuels et leurs interventions écrites et orales témoignent d’une dignité retrouvée. Il existe enfin un critère fatidique pour savoir si la Tunisie a accompli une révolution : l’enthousiasme. Dans le Conflit en trois sections, Kant s’interroge sur les effets de la révolution française. Il dit que ce ne sont pas les acteurs qui qualifient la révolution (on le concède) mais ce sont les spectateurs lorsqu’ils sont saisis par l’enthousiasme (ce mélange de plaisir et de peine) pour ce qui est universel et partout moral dans l’événement. Tel est le cas de la révolution tunisienne. Elle réinvente à sa mesure les idéaux de liberté, de dignité et de justice. On se croirait dans n’importe quelle capitale postsoviétique, mais guère à Téhéran en 1979. Et le seul portrait exhibé par les manifestants est celui du Che ! C’est ce qui explique l’emportement qu’elle éveille, l’admiration qu’elle suscite, l’effet de contagion qu’elle diffuse. Partout dans le monde islamique, voire au-delà. Ceux qui mauvais spectateurs en doutent n’ont aucune idée de ce qui se joue dans le théâtre de la révolution. Ils confondent intelligence et malice (à ne pas confondre avec la ruse de la raison). Même la confiscation plausible de la révolution ne leur donnera pas raison.

Publié en janvier 2011 dans la Lettre de l’IRMC n°5

 

Hamadi REDISSI

Politologue, université Tunis-El Manar

 

Crédit photographique : ©Lucas Mebrouk Dolega – EPA

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook