Archives par mot-clé : bédoins

Ethnosociologie du Sud-tunisien

NPuig
Photographie de Nicolas Puig

Je n’ai jamais voulu partir en Tunisie ; j’y ai pourtant passe presque six années, enchainant différents statuts, heureux en fin de compte de l’opportunité à chaque fois renouvelée de prolonger mon séjour. Je débarque à Tunis pour 16 mois comme volontaire du service national – le statut a disparu avec la fin de la conscription – pour assurer les fonctions d’aide bibliothécaire et de secrétaire de rédaction du bulletin Correspondances. Bien que j’imagine parfois emprunter la voie incertaine de la recherche, je ne sais trop ce que je ferai par la suite. Je dois à la fréquentation de l’institut de préciser cet horizon. Ainsi, peu à peu, autant par simple capillarité que par démarche volontaire, j’entame ce qui s’apparente à une formation. En parallèle, je profite pleinement de l’environnement universitaire et scientifique tunisien : je suis un stage d’arabe d’une année en accueil à l’Université de la Manouba et soutiens un DEA dans le cadre d’une coopération inédite (et unique ?) entre les Universités du 9 avril et de Provence. Je côtoie les chercheurs tunisiens anthropologues, sociologues et historiens, certains d’entre eux encadrent mes travaux universitaires. Dans la continuité, j’obtiens une allocation du MAE pour mener une recherche portant sur la sédentarisation des bédouins Rkarka dans le Jérid, notamment à Tozeur. Ils s’apparentent au groupe des Awlad Sidi Abid disséminé dans les confins tuniso-algeriens. Ces bédouins, « comme à l’affut d’une douce citadinisation » (M. Rouissi) viennent se masser aux abords de la ville, de Nicolas Puigl’autre côté du cimetière, localisation qui leur vaut d’être reconnu comme « ceux de derrière le cimetière ». Comme c’est souvent le cas dans une discipline dont la scientificité repose en grande partie sur la faculté de créer et de cultiver des contacts humains, ce premier terrain, revêt une dimension initiatique : sans doute suis-je « devenu anthropologue » dans le Sud-tunisien. En parallèle, assez éloigné des réseaux français et des séminaires hexagonaux, je continue de me former en profitant de la dynamique de recherche de l’Institut, participant, plus ou moins activement selon mes inclinaisons, aux programmes scientifiques que les membres développent. Au Jérid, il s’agit notamment de confronter les catégories de l’anthropologie maghrébine, notamment celles attachées à la dichotomie nomades-sédentaires, aux nouvelles socialités qui organisent des agencements collectifs inédits en partie bâtis autour des pratiques urbaines. L’ethnographie des quartiers de sédentarisation permet alors de mettre en lumière la façon dont ils s’arriment à la ville. Elle donne à voir l’émergence d’une cité contemporaine à partir du modeste bourg travaillé par la distinction et la stigmatisation. J’ai poursuivi cette exploration au Caire, vieux centre de la citadinité arabe, ou la légitimité à partager les espaces de la ville est pourtant tout aussi controversée, pour des raisons bien sûr très différentes. J’ai abordé cette exploration à partir d’une marge morale, en m’intéressant aux musiciens de noce à la réputation douteuse, qui, néanmoins, œuvrent au cœur même de la société citadine. Je poursuis à présent un questionnement similaire en m’intéressant aux réfugiés palestiniens au Liban. Le terrain tunisien a ainsi offert une situation paradigmatique d’interrogation des mondes urbains en partant de leurs marges. Au passage certaines problématiques sont apparues, je continue d’en creuser les sillons ; ainsi des modes de territorialisation, des dimensions de la localité et de l’habiter, des logiques de la communauté et de la civilité, de l’historicité et de la relation au passé ou encore des articulations entre rituels urbains et expériences sociales. Autant d’éléments dont les multiples assemblages confèrent une assise à la présence au monde tout en la reconfigurant en permanence.

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

Nicolas PUIG

est chargé de recherche à l’IRD, chercheur résident au Centre d’études pour le monde arabe moderne (CEMAM, Université Saint- Joseph de Beyrouth). Il a été volontaire international à l’IRMC de 1993 à 1994 et allocataire de recherche de 1996 à 1999.

Pour citer ce billet : Nicolas Puig, « Ethnosociologie du Sud-tunisien », Le Carnet de l’IRMC, 23 octobre 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1285

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook