Archives par mot-clé : Anne-Marie Planel

Un lieu de réflexion sur la recherche en sciences sociales

Lilia Ben SalemMes relations avec l’IRMC remontent à sa « pre-histoire ». Enseignante dans le Département de sociologie de la Faculté des lettres et sciences humaines, je passais beaucoup de temps dans les bibliothèques. Dans les années 1980, j’ai découvert un nouvel espace que j’ai aussitôt aimé ; j’y allais les après-midis ; de la fenêtre, je regardais jouer les enfants du petit Lycée ; c’est la que j’ai rencontré Anne-Marie Planel qui s’était donnée pour objectif de mettre sur pied une véritable bibliothèque de recherche en sciences humaines ; j’appréciais les privilèges qu’elle m’accordait en m’autorisant à emprunter des livres pendant le week-end. La bibliothèque du CDTM sera transférée à l’IRMC lors de sa création. J’avoue, comme un certain nombre de mes collègues, avoir été très réservée à l’idée de voir s’installer à Tunis, un centre de recherche indépendant de notre ministère de l’Education nationale, d’autant plus que ce centre devant dépendre de l’Ambassade de France évoquait pour nous la menace d’un regard « étranger » et « orienté » sur notre société comme l’avait été celui de la période coloniale, notamment avec une discipline telle que l’ethnologie que nous avions, à l’Université et au CERES, remise en cause. Personnellement, j’ai, dans les premiers temps « boudé », le terme n’est pas trop fort, l’IRMC. Mais, à l’épreuve de l’expérience, nous avons compris que les premiers chercheurs de l’IRMC et, notamment son directeur qui avait assuré des enseignements à l’ENA, à Tunis, étaient, comme nous voulions l’être, avant tout des universitaires soucieux de l’indépendance du chercheur et d’une interprétation aussi « objective » et rigoureuse que possible de la réalité sociale observée. Juristes et sociologues ont été les premiers chercheurs « invités » par l’IRMC.

Pour revenir à mon expérience, j’ai, dans un premier temps fréquenté la bibliothèque, toujours organisée sous la direction de Anne-Marie Planel, ce qui m’a permis de me familiariser avec « les acteurs sociaux » de l’IRMC. Marginal et prudent à ses débuts, l’IRMC, d’abord bibliothèque et centre de Documentation s’est progressivement affirmé comme centre de recherche académique en sciences sociales ; depuis 2000, rattaché au ministère français de l’Enseignement supérieur et de la Recherche et au CNRS. Bien que de dimension réduite, il accueille des chercheurs de toutes les disciplines en sciences sociales ; en premier lieu, sans doute sociologues, juristes et politologues mais aussi historiens, géographes, économistes, anthropologues…, des chercheurs français mais aussi tunisiens et maghrébins, généralement en début de carrière, qui ont pour mission de mener à bien et de défendre un programme de recherche, contribuant par la même à la formation d’apprentis chercheurs. Le terrain est privilégié et les conférenciers invités par l’IRMC le sont dans l’objectif d’alimenter la réflexion des chercheurs et de contribuer à la formation des jeunes générations. Chaque année un ou plusieurs thèmes sont privilégiés sous la responsabilité des différents chercheurs accueillis par l’IRMC, qui le sont pour une période de trois à quatre ans, avant de réintégrer, forts de leur expérience, leur université d’origine. Les travaux de recherche menés à bien font l’objet de publications sous forme de livres. Des publications telles que Correspondances puis La lettre de l’IRMC sont autant de moyens d’informer sur les états de la recherche en sciences sociales sans se limiter nécessairement aux activités de l’Institut. Depuis quelques années l’IRMC s’est investi dans un projet de formation des jeunes chercheurs et en premier lieu des doctorants, soit en organisant des Écoles doctorales, soit, plus récemment, des ateliers d’écriture aux fins d’initier les jeunes doctorants à la rédaction de textes de recherche.

Au fil de ses différents programmes, l’IRMC a, sans nul doute, largement contribué à créer des relations fortes entre chercheurs, entre générations, entre chercheurs français et maghrébins, notamment tunisiens, entre chercheurs de différentes disciplines… Au gré de leurs intérêts et des sollicitations de l’Institut, chercheurs et enseignants des universités tunisiennes ont entretenu une collaboration plus ou moins soutenue avec l’Institut. En ce qui me concerne, outre la fréquentation d’une bibliothèque qui n’a cessé de s’enrichir et qui, a, aujourd’hui, le mérite de proposer au chercheur son catalogue en ligne, j’ai particulièrement apprécié de pouvoir être régulièrement mise au courant des activités de l’IRMC, d’assister aux conférences données par des chercheurs de renom, de participer à des séminaires. D’autant plus que la réflexion menée par l’IRMC est orientée, de plus en plus, sur des questions d’actualité, sur les problèmes des sociétés actuelles du Maghreb. J’ai moi-même, au gré des questions à l’ordre du jour, eu l’honneur de m’impliquer dans les travaux de l’IRMC, en présentant un conférencier ou en participant à la discussion. Je suis intervenue notamment sur des questions de méthode, avec, en 1997, une conférence sur « le statut de l’acteur social dans la sociologie tunisienne », en 2004, dans le cadre d’un séminaire intitulé, Savoirs lointains et sciences sociales sur le thème « Le dilemme de la construction de la sociologie au Maghreb. Pluralité référentielle et projet sociologique », en 2006, dans le cadre du séminaire organisé conjointement par le CERES et l’IRMC, Méthodes et théories des sciences sociales, sur « La question de l’explication et de l’interprétation des phénomènes sociaux » ; enfin, en 2010 et 2011 dans le cadre d’hommages rendus à Claude Lévi-Strauss puis à Georges Balandier en collaboration avec la Faculté des sciences humaines et sociales, avec le Laboratoire Diraset et l’Association tunisienne d’anthropologie sociale et culturelle (ATASC), je suis intervenue sur les thèmes, « Levi Strauss, altérite, identité, universalité » et « Georges Balandier et les usages de l’anthropologie ». L’IRMC entretient des relations étroites avec nombre de départements, de Laboratoires et d’Unités de recherche des universités tunisiennes ainsi qu’avec des associations scientifiques ; je mentionnerai notamment ses liens étroits avec le Laboratoire Diraset de la Faculté des sciences humaines et sociales de l’Université de Tunis I. L’Association tunisienne d’anthropologie sociale et culturelle, dont je suis membre, a organisé en partenariat avec l’IRMC, en décembre 2008 un Atelier de réflexion sur le thème, « La notion de crise au prisme des sciences sociales : la crise de l’éthique ? Questions aux anthropologues » ; et, en décembre 2011, un colloque nous a réuni pour engager un débat sur « la transition démocratique et les enjeux éthiques ».

À la faveur de ses programmes de recherche, de ses séminaires et conférences, par sa bibliothèque et ses publications l’IRMC constitue un point de rencontre entre chercheurs et futurs chercheurs en sciences sociales des deux rives de la Méditerranée, un lieu d’interdisciplinarité, de réflexion sur le rôle des sciences sociales dans la dynamique des sociétés du Maghreb. Accueillant des chercheurs et des apprentis chercheurs des différents pays du Maghreb et d’Europe, l’IRMC favorise une perspective comparative qui est de plus en plus revendiquée, mais aussi des liens forts entre chercheurs et institutions de recherche que ne limitent que les questions toujours épineuses de financement et la possibilité de n’accueillir qu’un nombre restreint de chercheurs ; ce qui a, en revanche l’avantage de préserver la convivialité « scientifique » de l’institution. Ses directeurs successifs, durant leur « mission », ont su tous s’investir dans leurs propres programmes de recherche, soutenus dans leurs taches administratives par une équipe restreinte mais soudée.

Comme en témoignent ses différentes publications, l’IRMC a contribué, depuis les années 1990 du siècle dernier, à la recherche sur la société tunisienne. Il conviendrait aujourd’hui d’entreprendre un bilan exhaustif et objectif des recherches en sciences sociales entreprises depuis l’indépendance en Tunisie et menées à terme. Et ce, aux fins de définir de nouvelles perspectives de recherches. La « révolution » tunisienne a, dès ses premières expressions, interpellé de front les sciences sociales. D’abord, en revendiquant haut et fort une totale liberté de penser et de s’exprimer, ce dont les chercheurs ont absolument besoin pour pouvoir dire et publier leurs réflexions et les résultats de leurs investigations. La dictature nous avait imposé une réserve, voire une autocensure préjudiciable à l’efficacité de la recherche, des sujets étaient évités, des questions contournées… sans compter les difficultés auxquelles nous étions confrontés dans notre quête de documents et, bien sûr, pour avoir accès à nos terrains. Nous savions que la prudence était l’attitude qu’il était impératif d’adopter pour être encore reconnus par nos pairs en tant que chercheur, mais qui inévitablement contribuait aussi à nous décrédibiliser… La révolution nous a interpellés directement sur un certain nombre de questions que nous n’avions pu, pour ces différentes raisons, « creuser » comme elles auraient du l’être ; des questions aussi cruciales que la précarité des populations, le chômage, le déséquilibre régional, la socialisation des jeunes générations… n’ont pas été l’objet de vastes programmes de recherche. Il convient d’ajouter que la recherche en sciences sociales est restée individuelle et sans logistique, y compris dans des centres de recherche comme le CERES en Tunisie ou le CREAD en Algérie qui ont eu des ambitions et une certaine expérience en matière de recherche au lendemain des indépendances… Les revendications exprimées par les populations depuis la fin décembre 2010 nous donnent mauvaise conscience mais sont surtout un appel, malheureusement non exprimé dans les objectifs de la Révolution, à donner une priorité à la recherche scientifique et de manière urgente à la recherche dans le domaine des sciences sociales. Il s’agit de vastes programmes de recherche à mettre en œuvre dans le cadre des centres de recherche des différents pays du Maghreb.

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

Lilia BEN SALEM

est sociologue à l’Université de Tunis.

Pour citer ce billet : Lilia Ben Salem, « Un lieu de réflexion sur la recherche en sciences sociales », Le Carnet de l’IRMC, 22 octobre 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1280

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

L’IRMC, un initiateur de mises en réseaux

Odile Moreau
Photographie de Odile Moreau

La petite villa de Mutuelleville, si paisible de l’extérieur, était une ruche bourdonnante. Sa dimension modeste, aux allures familiales, abritait une effervescence et un bouillonnement, tout en restant un havre de paix et en ayant une ouverture au monde, aux autres, à l’altérite des profils et des disciplines. La première visite que je fis à l’IRMC remonte à l’automne 1998, quand, après avoir soutenu une thèse sur les reformes ottomanes, je vins à Tunis pour poser des jalons et envisager la faisabilité d’un projet de recherche sur les liens et les échanges entre le Maghreb et l’Empire ottoman. Je me souviens de l’accueil chaleureux de tous ses membres, tant du directeur, M. Jean-Philippe Bras, que d’Anne-Marie, de Christiane et d’Hayet et de leur grande générosité pour donner de leur temps et mettre les chercheurs de passage en contact avec les collègues tunisiens et les institutions avec lesquelles ils souhaitaient nouer des liens. Sans parler de la facilite d’accès et d’échange avec les chercheurs de l’IRMC. De ce point de vue, l’IRMC joue admirablement son rôle d’intermédiaire, de fédérateur, d’initiateur de collaborations et de mises en réseaux. Il est un moteur dans le domaine de la recherche sur le Maghreb et au Maghreb.

moreauTant et si bien que je proposai mon projet de recherche pour être hébergée à l’IRMC. J’eus le bonheur qu’il soit retenu et commença pour moi une expérience inoubliable. Jeune chercheure ayant terminé ma thèse, j’eus l’opportunité de piloter un programme collectif de recherche à la fois pluridisciplinaire et international[1], tout en étant basée sur mon terrain. Chance unique que peu de jeunes docteurs peuvent avoir en France. La grande qualité du travail à l’IRMC reposait aussi sur sa collégialité. Le travail étroit avec les collègues, tant au sein de l’IRMC qu’avec les collègues des universités tunisiennes, créait une dynamique très stimulante et motivante. Une des grandes chances était la réelle pluridisciplinarité de l’IRMC, car chaque chercheur en poste avait une spécialité disciplinaire différente. L’animation du séminaire annuel de l’IRMC transversal aux trois programmes de recherche était une source de grand enrichissement et d’ouverture intellectuelle. Nous préparions également de manière collégiale Correspondances, le bulletin de l’IRMC, qui était toujours très attendu par la communauté scientifique. L’ambiance de travail était conviviale et la bibliothèque était toujours quasiment remplie par de nombreux visiteurs et chercheurs, dont nombre d’habitués.

La métaphore de la ruche n’est pas excessive, car il y avait un réel foisonnement de programmes de recherche à l’IRMC, ou en partenariats, de conférences, etc., avec beaucoup de passage, tant de chercheurs confirmés que de jeunes chercheurs et doctorants. Les écoles doctorales permettaient aussi d’encadrer des ateliers de doctorants venus de divers horizons. L’IRMC était un jeune institut de recherche hyperactif, dans le bon sens du terme. L’IRMC a joué un rôle important dans le renouvellement des générations intellectuelles de chercheurs et a pleinement rempli sa vocation à être une pépinière fort prometteuse.

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

Odile MOREAU

est maître de conférences à l’Université Paul Valéry – Montpellier III. Elle a été chercheure à l’IRMC de 1999 à 2001.

Pour citer ce billet : Odile Moreau, « L’IRMC, un initiateur de mises en réseaux », Le Carnet de l’IRMC, 20 septembre 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1186

 

 


[1] Programme de recherche « La reforme de l’État dans le monde musulman méditerranéen a partir de l’exemple du Maghreb aux XIXe et XXe siècles », dont est issue la publication, Odile Moreau (ed.), 2009, Réforme de l’État et réformismes au Maghreb (XIXe – XXe siècles), Paris-Tunis, L’Harmattan-IRMC, collection « Socio-anthropologie des mondes méditerranéens ».

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

IRMC, nous nous souvenons

Si les années passées dans un institut de recherche français à l’étranger sont intenses et primordiales pour apprendre nos métiers de la recherche, c’est aussi parce qu’elles sont des années de vie et d’amitiés. C’est de cela dont nous voulons témoigner dans ce texte, à quatre, pour le dire de manière incarnée. Les liens qui nous unissent se sont tissés à l’IRMC, dans les moments quotidiens avant tout. Ces liens perdurent au-delà de cet espace-temps IRMCéen, et continuent de faire partie de nos vies, y compris dans leur dimension professionnelle. Nous n’avons pourtant pas pris les mêmes chemins. Mais ces liens ont été, pour chacun d’entre nous, un moteur pour construire nos carrières qui sont variées et complémentaires et, en cela, assez représentatives des différents métiers liés à la recherche en sciences humaines et sociales auxquels prépare un centre à l’étranger. Ils continuent de nourrir nos avancées comme notre manière d’être reliés à la Tunisie. Ces liens sont enfin ceux construits avec l’équipe permanente, celle qui reste : des séquences de vie comme du grand mouvement de l’histoire. Dans l’ordre d’arrivée du quarte que nous formons ici :

Couv du livre Katia1999 – Katia Boissevain

« Je suis arrivée à Tunis avec une bourse et une très grande envie d’accomplir une recherche sur les liens entre une femme sainte et sa ville. J’ai appris chemin faisant que si c’était une sainte parmi les saints, ce n’était pas non plus n’importe qui. J’en suis repartie avec une thèse, deux bambins, deux bouquins, dont une revue qui n’en était pas vraiment une pour des raisons administratives – Alfa –, qui reste un magnifique souvenir de travail en commun, souvent sous l’oranger du jardin, avec Delphine et Kmar Bendana. En 2006, après un post-doctorat, j’ai rejoint Delphine à Marseille et Mathieu à la  MMSH d’Aix-en-Provence. Depuis, j’ai intégré le CNRS où je suis chercheure à l’IDEMEC. Sept ans de réflexion, c’est ce que l’IRMC m’a apporté ! Sept ans, ca peut sembler long, mais pourtant, c’est bien connu, le sept est un chiffre rond ».

2002 – Delphine Cavallo

« Arrivée en 2002 comme doctorante en sciences politiques, boursière d’aide à la recherche, je suis devenue ingénieure d’études à l’Université d’Aix-Marseille, responsable du pôle information scientifique du Centre pour l’édition électronique ouverte. Dans un environnement à la fois éloigné du centre qui encadrait mes recherches, et producteur lui-même de recherches parfois peu ou mal diffusées, l’expérience de cette double distance à l’IRMC a probablement aiguisé mon engagement dans la diffusion en libre accès de la littérature scientifique. Guider l’IRMC, ses chercheurs et ses accompagnateurs de la recherche parmi les outils que développe mon centre est aussi ma manière de remercier l’Institut pour la richesse intellectuelle de cette expérience, en faisant en sorte que d’autres y aient accès, ou qu’ils soient ».

2003 – Mathieu Coulon & Clémentine Gutron

« Respectivement recrutés à l’Institut comme Volontaire international – cartographe et doctorante – pensionnaire en 2003, nous sommes devenus ingénieur d’études (CNRS /MMSH) et chargée de recherches (FNRS/UCL) : ces parcours, à coup sûr, n’auraient pas été les nôtres sans les milliers de litres de café sirotés en groupe près du parterre de capucines, ni les centaines de paquets de 20 mars partis en fumée dans une atmosphère tantôt saturée par un parfum de jasmin ou par celui des savons Lux dont étaient dotés les cabinets d’aisances IRMCéens, sans ces heures de discussion et de confrontation avec tous ceux qui fréquentaient alors le Centre (chercheurs associés, hôtes scientifiques, visiteurs assidus de la bibliothèque etc.), bref, de partage ».

COUV Clementine GutronTunis était alors parsemé de grandes photos d’un homme à la coiffure noire corbeau impeccable, près desquelles nous avions appris à baisser la voix et à modérer nos propos. Certaines ont plus ou moins renoncé à porter des habits mauves, car tous les moyens de résistance valaient la peine d’être tentés. Mais pour autant, nous avons arpenté la ville, parfois le pays, ensemble ou séparément, guidés par nos recherches académiques et nos rencontres personnelles. C’est bien une évidence – mais rappelons-la tout de même en cette occasion particulière – : la recherche se fabrique au quotidien, dans un environnement physique et humain qui ne peut, de fait, être sans influence sur le travail du praticien des SHS. Comment conduire ses enquêtes et ses entretiens en Tunisie en l’occurrence, sans s’être, par exemple, exercé à la langue de ce pays par la récitation des histoires de Jhah lors de déjeuners pris en commun ? Nous voudrions ainsi rendre hommage à toutes celles et ceux sans lesquels l’IRMC ne serait pas ce qu’il est, à cette équipe technique et administrative permanente qui reste lorsque les personnels de recherche doivent partir… pour mieux revenir. Nous avons une pensée émue et reconnaissante pour Anne-Marie, à l’origine de toute cette histoire. Nous n’avons que des hamdoulilah à la bouche à l’évocation des repas confectionnés par notre mère nourricière, Latifa, puis des mercis, encore et toujours des mercis au trio prodigieusement efficace qu’incarnent Hayet, Christiane et Raja ; au duo de choc, autant accueillant que protecteur, Taoufik et Salem ; à Fathi, l’as du volant ; à Besma ou la reine des espaces insécables ; à Sawssen ou l’angélique gardienne de l’« Enfer » ; à Jellal ou l’esprit du lieu. Ce que nous avons appris ? À nourrir des questionnements, à démystifier la mloukhya et surtout, surtout, à travailler en équipe.

 Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

Katia BOISSEVAIN

est anthropologue, Chargée de recherche au CNRS, IDEMEC, Aix-en-Provence. Elle a été Boursière à l’IRMC de 1999 à 2003 et chercheure de 2003 à 2006.

Delphine CAVALLO

est responsable du pôle Information scientifique – Chargée de communication scientifique au CLEO, Marseille. Elle a été boursière à l’IRMC de 2002 à 2005.

Clémentine GUTRON

est chargée de recherche FNRS à l’UCL Louvain. Elle a été boursière à l’IRMC de 2003 à 2007.

Mathieu COULON

est ingénieur d’étude, LAMES, Telemme MMSH (CNRS). Il a été Volontaire international à l’IRMC de 2003 à 2005.

Pour citer ce billet : Katia Boissevain, Delphine Cavallo, Clémentine Gutron, Mathieu Coulon, « IRMC, nous nous souvenons », Le Carnet de l’IRMC, 17 septembre 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1174

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Acquis et défis d’une recherche en partenariat

A-Gana2
Photographie de Alia Gana

Mon histoire avec l’IRMC est ancienne. Elle remonte aux débuts du Centre de Documentation Tunisie-Maghreb (CDTM), à la fin des années 1970. Le fonds imprimé de livres et de revues de l’Ambassade de France avait alors été rassemblé pour constituer un centre de documentation et de recherche accessible au public. C’est Anne-Marie Planel, historienne, qui a été chargée de l’inventaire et de l’actualisation du fonds et elle s’est acquittée admirablement de cette tache. Au début des années 1980, alors doctorante a l’Université Paris 10 et travaillant sur l’histoire agraire de la Tunisie, j’ai bénéficié de ses conseils éclairés pour mes recherches bibliographiques. Je me rappelle avec nostalgie cette époque bénie, ou le chercheur pouvait s’extraire des contingences du moment et se consacrer pleinement à sa science. Pendant près d’une année, je me suis familiarisée avec l’histoire sociale de la Tunisie, découvrant en particulier l’apport des ethnologues, souvent des Pères blancs, à la connaissance fine des sociétés rurales de ce pays. Le CTDM fut dès le départ un centre d’attraction et de rencontre de nombreux chercheurs tunisiens.

Bien plus tard, au moment de la transformation du CDTM en institut de recherche, j’ai été sollicitée par Anne-Marie Planel et le premier directeur de l’IRMC pour occuper un poste de chercheur détaché et ce afin de développer un programme de recherche sur l’agriculture et le monde rural. Malheureusement, ayant déjà fait le projet de partir aux USA, mon intégration à l’IRMC n’a pu se concrétiser. J’ai continué néanmoins à être proche de l’IRMC et à participer de manière ponctuelle à certaines de ses activités. C’est surtout depuis mon intégration au CNRS et l’arrivée de Pierre Noel Denieuil à la direction de l’institut que mes collaborations avec l’IRMC se sont renforcées : participation à l’animation de journées doctorales, contribution à des colloques et seminaires, etc. Avec mon affectation a l’IRMC et l’accueil d’étudiants français dont j’assure l’encadrement, mes recherches sont aujourd’hui inscrites à part entière dans les programmes de l’Institut. J’y ai trouvé tout le soutien pour développer mes recherches récentes sur les processus électoraux et les territoires et pour y poursuivre celles plus anciennes sur les dynamiques du monde rural et agricole.

Désormais à l’intérieur de l’institution, je perçois mieux les contributions scientifiques de l’IRMC, mais aussi les écueils susceptibles d’en limiter le développement. À travers l’accueil de chercheurs tunisiens en détachement, d’enseignants chercheurs et de chercheurs français en délégation ou en affectation, son centre de documentation d’une richesse insoupçonnée, ses conférences et ses séminaires, destinés également aux doctorants, ses nombreuses publications valorisant des recherches collectives, l’IRMC contribue de façon substantielle au rayonnement des recherches en sciences sociales sur le Maghreb, au développement des partenariats scientifiques avec les institutions et les chercheurs de la région, ainsi qu’à la formation de doctorants. Au cours des dernières années, les collaborations avec le réseau des IFRE, notamment le CEDEJ, le CJB, et aussi avec le SCAC d’Alger, ainsi qu’avec les universités de la région se sont renforcées. De nouvelles activités associent l’IRMC et l’IRD, institution de recherche française représentée en Tunisie et permettent des articulations entre recherches en sciences sociales et en sciences du milieu.

Placé sous la tutelle du MAE et en même temps USR rattaché au CNRS, l’IRMC bénéficie des ressources allouées par ces deux institutions, mais reste néanmoins confronté au manque de moyens nécessaires à la consolidation d’équipes de chercheurs permanents impliqués dans des projets collaboratifs. Ceci réduit la visibilité et les synergies entre des recherches entreprises plutôt sur des bases individuelles. La vocation généraliste des IFRE et en particulier de l’IRMC, qui se traduit par des projets traitant de thématiques diverses et relevant d’une diversité de disciplines en sciences sociales, contribue à réduire cette visibilité. Si l’ouverture et la diversité doivent être préservées, la définition de priorités thématiques, abordées dans une approche interdisciplinaire, pourrait contribuer à renforcer la cohérence scientifique et la lisibilité des programmes de recherche, ainsi que la visibilité de leurs résultats. La constitution au sein de l’IRMC d’équipes de chercheurs rassemblées autour de thématiques porteuses et de problématiques communes favoriserait la mobilisation de ressources, en particulier à travers des réponses collectives aux appels d’offres de l’ANR et de l’Union européenne. Un plus grand rayonnement des activités de l’IRMC à l’échelle du Maghreb passe également par des partenariats renforcés avec les institutions universitaires de la région et l’instauration de mécanismes favorisant l’organisation plus systématique d’activités communes, qu’il s’agisse de recherche, de formation ou d’activités de valorisation. L’insertion de scientifiques français dans des institutions tunisiennes, formule déjà expérimentée par l’IRD pour ses chercheurs affectés en Tunisie, contribuerait d’une manière efficace à développer les interactions entre chercheurs locaux et chercheurs rattachés aux institutions françaises.

Un renforcement des partenariats entre l’IRMC et des institutions de recherche et de coopération françaises représentées en Tunisie, tels que l’IRD, le CIRAD ou l’AFD, favoriserait aussi le développement de collaborations interdisciplinaires (sciences sociales et sciences biophysiques) et de projets orientés vers l’action. Il assurerait une plus grande complémentarité entre les projets et permettrait, pourquoi pas, de mutualiser des moyens et des ressources de plus en plus rares, y compris des locaux plus adéquats, qui font aujourd’hui défaut. Enfin, une réflexion sur des mécanismes et des espaces d’échange et de concertation, permettant d’associer les partenaires locaux et les chercheurs accueillis à l’IRMC dans la définition de programmes de recherche plus en phase avec les demandes sociales dans les pays de la région, s’avère plus que jamais nécessaire, en particulier dans le contexte ouvert par les révolutions et les processus de transition politique en cours.

En prenant de cours la plupart des analystes, la Révolution tunisienne et l’explosion des demandes populaires pour plus de justice ont interpelle les chercheurs spécialisés dans les études sur le monde arabe et maghrébin et, en mettant à mal les thèses de « l’exceptionnalisme arabo-musulman », ont fortement questionné leurs schémas d’analyse. Le renouvellement des approches théoriques et conceptuelles dans ce domaine passe certainement par un dialogue renforcé avec les chercheurs des pays concernés, par un plus grand ancrage des recherches dans les réalités du terrain, une écoute plus importante aux demandes sociales, et enfin une plus grande ouverture aux approches comparatives (Nord/Sud et Sud/Sud) et interdisciplinaires, permettant de dépasser les écueils des études spécialisées dans les aires culturelles. C’est là, à mon sens, le défi lancé aux instituts de recherche français à l’étranger! L’IRMC saura sans aucun doute s’engager plus en avant dans cette voie.

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

Alia GANA

est sociogéographe, directrice de recherche CNRS UM7533 LADYSS en affectation à l’IRMC de 2012 à 2014.

Pour citer ce billet : Alia Gana, « Acquis et défis d’une recherche en partenariat », Le Carnet de l’IRMC, 13 septembre 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1142

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

La maison IRMC

128x128_kmar_bendana_site
Photographie de Kmar Bendana

Je dois mon entrée au CDTM puis mon expérience au sein de l’IRMC à Anne-Marie Planel. La bibliothèque qu’elle a montée à partir du fonds imprimé de la Résidence générale de France à Tunis ne pouvait qu’intéresser la doctorante fraîchement diplômée que j’étais alors. Engagée en 1982 comme chercheure au sein d’une structure inédite (Programme National de Recherche sur l’Histoire du Mouvement National) qui mettait à la disposition des Tunisiens les archives coloniales microfilmées, la complémentarité naturelle des deux fonds répondait à l’aspiration inconsciente de rester dans l’entre-deux scientifique franco-tunisien qui m’avait formée.

Cette affinité nourrie d’une conception partagée de la coopération et d’un intérêt pour la discipline historique a évolué avec nous deux, avec la vie de la maison IRMC dans tous les sens du terme, engendrant d’autres amitiés. Il y avait les conférences, les réunions, les choix de livres et de comptes rendus, et bien sûr les discussions de séminaire. Mais il y avait aussi et surtout une vie avec repas et conversations, rires et commentaires, un mélange de sérieux et de frivolité, une ambiance qui me changeait de l’atmosphère de mon institution principale, morne et ossifiée par un fonctionnement « coincé ». Par besoin de gaité et par curiosité, j’ai pris l’habitude de fréquenter ce lieu pour respirer, échanger, discuter, rencontrer des chercheurs de plusieurs âges et horizons, donner des rendez-vous dans le jardin ou le « studio » des chercheurs. J’ai souvent employé la formule : « l’IRMC m’a permis de travailler en dehors des frontières sans prendre l’avion ». Pour une universitaire mère de famille, cette source d’oxygène était inestimable.

9 Savoirs du lointain A. Mahé et K. BendanaChercheure associée à l’IRMC depuis vingt ans, j’y ai rencontré une jeunesse doctorante de différentes nationalités qui m’a fait prendre conscience des cultures scientifiques nationales, des questions de formation, d’écarts de niveau et de la nécessité de lutter contre les habitudes ancrées et de contourner les blocages institutionnels. Sans nier l’excellence d’une minorité (qui finit souvent par rejoindre les cursus privilégiés européens, rarement développés en SHS et ouverts à nos étudiants), j’ai tâté la réalité la plus dure, celle du décalage grandissant entre les étudiants du Nord et du Sud. Cette dérive des continents a quelque chose d’inévitable, en partie pour des raisons linguistiques : l’anglais et l’arabe se développent différemment et le français, en couple avec l’un ou l’autre, peine à installer des passerelles scientifiques vitales si on veut entretenir le trilinguisme minimum pour faire avancer la recherche franco maghrébine.

Aujourd’hui, alors que nous vivons une situation à bien des égards annonciatrice de changements, cette expérience de coopération et de partage existentiel m’offre l’occasion de réfléchir à la façon dont nous pourrions accompagner le futur de nos universités et de nos centres de recherche, des deux côtés de la Méditerranée. Je n’ai pas d’idées ni de solutions toutes prêtes, mais les échanges que j’ai avec le réseau IRMC fonctionnent comme soutien et inspiration. Les amitiés personnelles et intellectuelles disséminées à partir de l’IRMC forment une constellation de pensées et d’actions, pas forcement officielles ni voyantes, qui travaillent dans l’ombre et apportent empathie et efficacité aux possibles encore ouverts depuis le 14 janvier 2011 et dont toutes les ondes ne se sont pas entièrement déployées.

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

 

Kmar BENDANA

est Chercheure à l’Institut supérieur d’histoire du mouvement national (ISHMN), professeure d’histoire contemporaine à l’Université de La Manouba et chercheure associée à l’IRMC.

Pour citer ce billet : Kmar Bendana, « La maison IRMC », Le Carnet de l’IRMC, 24 juillet 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1089

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

L’IRMC un lieu d’échange entre chercheurs des deux rives de la Méditerranée

Mohamed Kerrou
Photographie de Mohamed Kerrou

Les trois années passées à l’IRMC furent marquantes et décisives pour la recherche que j’ambitionnais de réaliser dans le domaine des sciences sociales des religions. Détaché de l’Université de Tunis, je rejoignais le premier noyau de chercheurs dirigé par Michel Camau et Anne-Marie Planel durant cette période de fondation et d’institutionnalisation, de 1992 à 1995. Au tout début, nous exercions au sein du CDTM (Centre de documentation Tunisie-Maghreb) logé à l’étage, juste au-dessus de la Bibliothèque Charles De Gaulle, accueillant, entre autres, les trésors de l’ancien fonds de la Résidence. C’était en ce lieu d’ailleurs ou, encore étudiant en sociologie durant la seconde moitié des années 1970, je découvrais avec l’émerveillement du néophyte les écrits remarquables des pionniers de la recherche en sciences sociales du Maghreb : Edmond Doutte, Alfred Bel, Robert Montagne, Jacques Berque, Roger Letourneau… ainsi que le jeune Pierre Bourdieu effectuant ses premières enquêtes de terrain sur le monde du travail et de la paysannerie en Algérie.

Puis, l’IRMC s’établit dans l’actuelle « Villa aux deux palmiers de Mutuelleville » où l’équipe de documentalistes et de chercheurs tenait ses réunions périodiques, lançait les programmes de recherche, animait les conférences ou séminaires et confectionnait le bulletin mensuel Correspondances. De cela, je garde plaisamment le souvenir des notices de livres qui y étaient publiées; de courtes notices, non signées mais réécrites et corrigées, à plusieurs mains et maintes fois pour qu’elles soient conformes aux normes bibliographiques et typographiques. Je n’oublierai pas également la surprise et la consternation de toute l’équipe le jour ou, tôt le matin, nous fumes les témoins impuissants des ravages des pluies diluviennes qui avaient envahi, durant la nuit, les locaux de la bibliothèque et endommagé nombre de documents que nous avions tenté vainement de sauver. Le geste collectif illustrait l’esprit de solidarité de l’équipe qui s’attelait avec passion au lancement d’un institut de recherche à vocation maghrébine.

Le choix des sciences sociales des religions et en particulier celui de la socio anthropologie religieuse n’était pas, pour moi, le fruit d’un hasard mais plutôt le produit de deux motivations conjuguées : d’un côté, l’impossibilité d’exercer la politologie sous un régime policier à l’affut du moindre mouvement des universitaires non-partisans et, de l’autre, l’intérêt pour la tradition confrérique que j’héritais d’un certain milieu familial. Ce penchant pour l’étude de la « religion populaire » ou plutôt de la « religion des gens » m’amenait à choisir comme terrain d’investigation la ville sainte de Kairouan et comme programme de recherche la thématique de « l’Islam vécu et les enjeux de la sainteté ». C’est ainsi que je fus amené, dans un premier temps, à élargir le champ aux autres pays du Maghreb, le Maroc où j’ai rencontré les chercheurs spécialistes de la question que sont Halima Ferhat, Abdelahad Sebti, Hassan Rachik, Mohamed Tozy, Ahmed Toufic… et l’Algérie où je prenais connaissance de près des travaux de Fanny Colonna, Brahim Salhi, Akli Hadibi… Avec l’ensemble de ces chercheurs, j’essayais de partager les questionnements autour des figures légendaires de la sainteté et des rapports souvent tumultueux entre saints et pouvoirs, à partir des problématisations agencées par Ernst Gellner, Abdellah Hammoudi, Lucette Valensi, Abdallah Laroui, Mohamed Kably… Dans un second temps qui n’est pas forcement chronologique, je recourais aux matériaux puisés dans des études soit historiques, en remontant jusqu’a l’Antiquité avec les thèses de Peter Brown ou de Pierre-Albert Février, soit anthropologiques avec les incursions lumineuses de Clifford Geertz, Michael Gilsenan et Raymond Jamous.

8 Public et Privé M. KerrouC’est de la sorte que j’ai opté pour la perspective comparative en abordant de front la question de l’autorité des saints autour de la Méditerranée occidentale, lors d’un colloque international organisé dans le lieu symbolique et merveilleux de Sidi Bou Saïd, en mai 1994. Un ouvrage collectif en est sorti, en 1998, aux Éditions Recherche sur les Civilisations (ERC), sous le titre L’Autorité des saints. Perspectives historiques et socio-anthropologiques en Méditerranée occidentale. Tout en reprenant mon métier d’enseignant à l’Université de Tunis, je continuais à fréquenter l’IRMC en tant que chercheur associé. C’est ainsi que j’ai pu monter un autre programme de recherche axé sur les dynamiques de la sécularisation au Maghreb et au Machrek déclinées en études monographiques et comparées au sein d’un ouvrage collectif publié en 2004, aux Éditions Maisonneuve & Larose, sous le titre de Public et Privé en Islam. Espaces, autorités et libertés. C’était là l’amorce d’une longue et stimulante recherche autour de la question de la publicisation et de ses structurations politiques et symboliques.

J’aimerais terminer ces souvenirs glanés au petit bonheur en exprimant ma dette de reconnaissance envers l’IRMC et ses trois directeurs, Michel Camau, Jean-Philippe Bras et Pierre-Noël Denieuil, que je remercie sincèrement pour les précieux moments de partage des connaissances et également pour les multiples occasions qu’ils m’ont données en vue d’un échange fructueux avec les chercheurs des deux rives de la Méditerranée.

 Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

 

Mohamed KERROU

est professeur de sociologie à la Faculté de droit et des sciences politiques de Tunis, Université de Tunis El-Manar. Il a été chercheur à l’IRMC de 1992 à 1995.

Pour citer ce billet : Mohamed Kerrou, « L’IRMC un lieu d’échange entre chercheurs des deux rives de la Méditerranée », Le Carnet de l’IRMC, 5 juillet 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1027

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Du CDTM à l’IRMC

Photo Chérif
Photographie de Mohamed-Chérif Ferjani

Pour moi, l’IRMC c’était d’abord Anne-Marie Planel que je connais depuis 1980. J’ai assisté à la naissance du Centre de Documentation Tunisie Maghreb à la création duquel elle a consacré plusieurs années d’efforts discrets, constants et pleins d’abnégation. Seuls les chercheur(e)s qui ont profité des services de ce centre mesurent et apprécient à sa juste valeur le travail accompli par Anne-Marie au service de la recherche en Tunisie, au Maghreb, en France et dans les pays européens. C’est ce travail qui a permis la création de l’IRMC.

J’ai eu la chance de profiter des services de ce centre pour mener ma recherche doctorale. Grâce à Anne-Marie, j’ai connu par la suite tous les directeurs de l’IRMC, son personnel et une partie de ses chercheurs avec lesquels j’ai eu des collaborations concrétisées par des conventions entre le GREMMO, à Lyon, et l’IRMC. Dans ce cadre, des chercheurs du GREMMO dont moi-même ont fait partie du comité de lecture des publications de l’IRMC. Comme je l’ai précisé dans mes publications, l’IRMC a été l’un des centres où j’ai trouvé la documentation nécessaire pour la réalisation de mes recherches. Ses publications ont contribué à faire connaître mes travaux. Depuis 2009, j’ai participé aux écoles doctorales de l’IRMC avant de demander, fin 2010, une délégation CNRS pour y être affecté. J’y ai trouvé un cadre pour observer de près les évolutions que connaissent la Tunisie et les pays arabes ainsi que pour la réalisation d’un double programme de recherche : « Épistémologie de l’étude comparée des religions » et « Religions et processus de démocratisation dans le pourtour méditerranéen ». Outre les séminaires et les colloques organisés dans le cadre de ce programme, mon rattachement à l’IRMC m’a permis de participer à d’autres programmes de recherche et de développer mes collaborations avec les universités et les centres de recherches en Tunisie, au Maghreb et dans les pays où l’IRMC mène des actions en partenariat avec d’autres institutions.

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

Chérif FERJANI

est professeur à l’Université Lumière Lyon 2, ancien directeur du GREMMO, chercheur en délégation CNRS à l’IRMC de 2011 à 2013.

Pour citer ce billet : Chérif Ferjani, « Du CDTM à l’IRMC », Le Carnet de l’IRMC, 18 juin 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/942

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Lettre à Anne-Marie Planel, par Pierre- Noël Denieuil

Anne-Marie Planel
Photographie d’Anne-Marie Planel

Chère Anne-Marie,

Je souhaite te rendre un court hommage à l’occasion des 20 ans de présence de l’IRMC à Tunis. En tant que directrice adjointe depuis sa fondation tu as assuré transmission et continuité avec le milieu tunisien, tu y as initié les directeurs successifs, tu y as exercé ton art et investi ta créativité, tu as été une maître d’œuvre. Tout d’abord, un peu d’histoire. Professeur certifiée d’histoire-géographie, en situation de détachement en Tunisie dès 1978, tu as été d’abord chargée de l’inventaire de la Bibliothèque privée de la Résidence générale de France en Tunisie au sein de la Mission culturelle française en Tunisie (1978-1980), ce fonds historique devant servir de base à la création, à terme, d’une bibliothèque d’Institut français.

En parallèle, et à la demande de la Sous-direction des sciences sociales et humaines et de l’archéologie du ministère des Affaires étrangères, tu as ouvert en 1980 et dirigé jusqu’en 1991 le Centre de documentation Tunisie-Maghreb (CDTM). À partir de 1984, le CDTM s’est institutionnalisé et a été reconnu par la Convention franco-tunisienne de coopération culturelle. Cette structure, relevant des Services culturels et de coopération universitaire de l’Ambassade de France, a eu pour mission d’asseoir la coopération en sciences humaines et sociales dans un contexte ou ces dernières développaient en France un « âge d’or » (création de postes universitaires, fortes demandes des ministères et décrispation des relations avec le secteur privé, intérêt croissant des étudiants). Le CDTM a donc été, à Tunis, le premier relais de cette recherche française en SHS : organisation de conférences et de colloques, attribution de bourses scientifiques, aide à la publication de thèses ; mais également gestion d’importants moyens financiers (don de livres aux institutions, organisation de séjours scientifiques en France pour les chercheurs tunisiens et invitations de responsables, etc.).

C’est à cette période, en 1987/88, que je suis venu pour la première fois en Tunisie dans le cadre d’un séminaire de Moncef Bouchrara que le CDTM avait soutenu sur l’économie souterraine à Sfax. Sans l’intérêt et le soutien que tu avais porté à ma problématique de l’ethno-industrialisation que je menais alors dans l’ombre de l’ethnologue Robert Jaulin, la Tunisie ne serait pas devenue pour moi, après l’Amérique du Sud, l’objectif de mes travaux. Je serais ailleurs aujourd’hui et ma vie aurait un autre sens. Et comment aurais-je pu imaginer que 25 ans après, ce serait moi qui parlerait ici de toi ?

C’est donc en 1991/1992, avec la fermeture du CDTM, qu’a été créé l’Institut de Recherche sur le Maghreb Contemporain (IRMC) sur la base des activités documentaires, éditoriales et de coopération scientifique entre universitaires tunisiens et français assurées par le CDTM. Tu en es devenue la directrice adjointe. Depuis cette date et jusqu’en aout 2010, tu as occupé en complémentarité avec les quatre directeurs successifs (Michel Camau, Jean-Philippe Bras, Pierre Robert Baduel, moi-même), des fonctions de suivi de la bibliothèque et de la documentation (jusqu’en 1997), de gestionnaire en charge du budget (jusqu’en 2003), de coopération avec les institutions tunisiennes, de préparation scientifique des dossiers de recherche et des séminaires, de responsabilité du secteur Éditions et publications (de 2003 a 2008). En coordination avec Michel Camau, tu avais également assuré la dimension régionale de l’IRMC, d’octobre 1993 à décembre 1998, par la mise en place puis la coordination de l’antenne de l’IRMC à Rabat (devenu par la suite Centre Jacques Berque ou CJB). Là aussi, tu y as animé et « orchestré » une noria permanente de chercheurs.

Microsoft Word - amp photo1Doc3.docx
Anne-Marie Planel lors de sa soutenance de thèse
en novembre 2000 à Paris.

En parallèle, tu as brillamment soutenu ta thèse d’histoire le 17 novembre 2000, De la Nation (tu dis maintenant : du comptoir) à la colonie : la communauté française de Tunisie au XIXe siècle : d’après les archives civiles et notariées du consulat de France à Tunis (1814-1883), avec les félicitations unanimes d’un jury prestigieux composé de Jacques Revel, Annie Rey, Daniel Rivet, Lucette Valensi et André Zysberg à l’EHESS à Paris. Depuis, tu affines fructueusement ton texte, que l’IRMC éditera en coédition avec les éditions Riveneuve dans les mois à venir.

Au cours des deux dernières années passées avec moi (2008-2010) tu as redéployé, parallèlement à tes tâches éditoriales, tes fonctions polyvalentes de directrice adjointe : le conseil au directeur sur les grands dossiers, l’intérim et la représentation dans des manifestations, puis la coordination et l’animation scientifique dans les séminaires et groupes de travail (dont muséographie, manuels scolaires en Tunisie, etc.). Tu as guidé mes premiers pas a l’IRMC et, avisée et bienveillante, tu m’as vu « devenir » un directeur.

Cherchant les « mots » pour te dire, et en socio-anthropologue que je suis, attentif aux échos du « terrain », j’ai demandé aux « autres », dans l’entourage immédiat de notre équipe de l’IRMC, de me parler de toi en quelques mots ou phrases. Les mots techniques, les mots durs, les mots doux, qui se sont conjugués autour de toi, je vais tenter de te les traduire en prolongeant et en commentant quelque peu leur « sens ».

Les mots sur ton « réseau ». Tous saluent ton rapport privilégié aux chercheurs et à la production intellectuelle. Tu es capable d’accompagner tout le monde, du vieux bibliothécaire de Bourguiba au jeune chercheur débutant. Tu as vu grandir les chercheurs (je citerai notamment, et que les autres me pardonnent, Jocelyne Dakhlia, Eric Gobe, Myriam Catusse ou Sylvie Mazzella, puis Mohamed Kerrou, Abdelhamid Henia, Hassan Boubakri). Ta présence à l’IRMC, c’est aussi des centaines de chercheurs passés par ton bureau dans le cadre de leur contribution au patrimoine éditorial de l’Institut, puis dans le cadre de leur statut scientifique (boursiers, chercheurs…). Des dizaines de livres, des centaines d’articles. Les réseaux c’est aussi la coopération.

Un chercheur tunisien m’a dit « Anne-Marie, c’est la coopération, un trait d’union entre la France et la Tunisie. Une parfaite connaissance de la recherche tunisienne et de ses réseaux, elle a su créer une vraie relation avec les Tunisiens et elle a su rendre l’IRMC franco-tunisien et pas seulement français ». Un Français m’a confié : « Elle a une vraie relation de confiance avec les Tunisiens et c’est grâce à elle que l’IRMC est un vrai centre franco-tunisien. Ses liens très forts avec le pays ont une forte incidence sur ses actions à l’IRMC. Et cela se voit dans sa manière d’aborder les relectures, les corrections et reformulations, elle n’y différencie pas les Tunisiens ». Toi-même tu m’as dit un jour à propos de son histoire et de la culture : « J’ai l’impression parfois de connaître mieux la Tunisie que les Tunisiens ». En ce sens on peut te situer dans une tradition chère à l’IBLA. Et sur ce point de ta relation à la Tunisie, je veux saluer le partage avec Sadok et sa complicité. C’est le symbolique que tu ne mets, pudiquement, jamais en avant : à la fois sa grande présence et aussi sa grande discrétion car on l’a rarement vu a l’IRMC. Le réseau c’est aussi tout ton rapport à la sociabilité. J’ai beaucoup aimé durant ces deux ans de 2008 à 2010, et tu déclinais rarement, te demander de me remplacer dans un colloque, une inauguration, une réunion de services. On m’a précisé de toi et tu en es d’accord : « Elle est très relations publiques ».

Les mots de l’humanité. De toi on m’a dit dans mes petites enquêtes : générosité, humanité, loyauté. Les mots de l’humanité c’est ici le sens de l’autre. Un sociologue, François Dubet avait créé une belle expression pour qualifier l’enseignement, l’action pédagogique ou le travail social et culturel : « le travail pour autrui ». Je laisse parler quelques témoignages : « c’est une grande pédagogue », « c’est une femme dynamique, résistante, combattante, ouverte aux autres et à leur écoute ». On a dit : « disponible, sociable et serviable ». « Quelqu’un qui va vers l’autre. Même quand on est réservé, elle vient vers vous quand même. Ce n’est pas une indifférente. Si elle voit qu’on a mauvaise mine ou qu’on est stressé, elle vous pose une question et essaie de calmer les choses ». « C’est ma mère, elle m’appelle la môme ». Ou encore : « quand j’ai été opéré elle m’a soutenue avec ses paroles ». Aussi : « elle m’a beaucoup aidé. J’étais timide, je sortais du chômage, elle m’a encouragé en me disant que j’avais la vie devant moi ».

L’humanité, c’est le cœur et l’esprit. J’ai entendu non sans émotion : « c’est une grande dame, un grand cœur, beaucoup d’amour. J’ai les larmes aux yeux. J’adore cette dame ». « À chaque marche et étape de l’IRMC elle est là, à nous donner du courage, à nous écouter. On l’aime ». Il en résulte que ceux-là t’ont vue comme un « pilier » : « l’IRMC c’est Anne-Marie. Je n’imagine pas l’IRMC sans elle. C’est le cœur de l’IRMC. Quand je viens sans la voir, qu’elle part en voyage, quelque chose manque a l’IRMC. Anne-Marie c’est l’IRMC, l’IRMC c’est Anne-Marie ».

Les mots de l’humanité se couplent avec ceux de la rigueur scientifique : « une grande puissance de travail. Et du coup elle en devient très pointilleuse ». Ces mots de la rigueur se conjuguent aussi logiquement avec ceux de l’intransigeance. On m’a dit de toi : « c’est une femme sévère et monastique, qui a de la rigueur morale ». Ou de la mesure : « elle ne dépasse jamais ses limites, ne m’a jamais parlé à haute voix ». Et on revient à ce que j’appellerai l’exigeante humanité. On m’a dit ainsi : « elle est dure et exigeante avec elle-même et aussi avec les autres, et de ce fait elle peut vexer sur le coup, mais cela passe car soit elle s’explique soit on lui pardonne car elle ne fera jamais de mal ». C’est ce qui fait que ton exigence est respectée : « parfois j’ai envie de lui répondre mais je freine et je ne dis rien. Je me suis affrontée aux directeurs mais avec elle je ne dis rien par respect ».

Les mots du travail. On a parlé à ton propos de : « maçon, bâtisseur, travailleur de force. Fourmi, travail menu et profitable. Artisan, travail dans la durée, le silence, le détail ». On a évoqué ton rapport au savoir : « un puits de connaissance ». « C’est un dictionnaire ». Les mots du travail c’est aussi les mots de l’agir : « elle tire plus vite que son ombre ». C’est cette volonté de bien faire les choses et vite. Parfois je t’ai parlé d’un dossier en me laissant le temps de réflexion et pour mon plus grand plaisir je m’aperçois que tu l’as réglé…

Ton agir c’est aussi ta capacité à globaliser et à avoir des vues d’ensemble sur les situations ou sur les gens. Ton agir c’est de même certaines formes de décalage cocasses, qui font rire et qui attendrissent : on m’a parlé d’un rendez-vous où tu étais restée 30 minutes avec une personne que tu avais prise pour une autre, des bises du matin données 3 fois dans la matinée à la même personne, des conseils informatiques que tu demandais aux moins compétents en la matière, ou encore des courriers que tu recevais et que tu corrigeais comme s’ils partaient à l’editing

AMP et PND foire du livre 2009
Anne-Marie Planel et Pierre-Noël Denieuil sur le stand de l’IRMC à la Foire internationale du livre 2009, Le Kram – Tunis.

Les mots du respect de l’autorité et du dévouement à l’institution. Cela donne un aspect très « discipliné » au point qu’on m’ait rapporté : « elle encaisse face a l’autorité », et on impute cela au fait que : « elle laisse le temps oublier les choses, elle a un côté philosophe ». Il faut noter à ce propos ta disponibilité aux directeurs, et le fait que malgré d’éventuels désaccords, tu t’es toujours attachée à en faire respecter les grandes options. On m’a même dit « c’est son sens IIIe république ». De même tu as toujours œuvré pour la reconnaissance institutionnelle, du CDTM, de l’IRMC et pense que l’individu s’effaçait devant l’institution : lorsque je voulais te remercier nommément dans mon livre sur Sfax en 1992, tu m’avais dit que ce n’était pas toi mais l’institution, qui avait agi pour moi. Et cela n’empêche pas que ton respect de l’autorité, couplé avec ton attitude parfois perçue comme autoritaire, vienne se fusionner avec ton sens de l’autre. Cela te permet, quand c’est toi qui a l’autorité, de savoir « revenir sur (ses) tes positions ». C’est aussi ton « autoritarisme serviable »… Et cela te donne tout à la fois une capacité à rassurer (le furieux qui entre dans ton bureau et en ressort calme) ou au contraire à inquiéter (le gentil qui sort furieux…) car tu n’hésites pas à « dire » les choses. D’une manière générale, je t’ai beaucoup « utilisée », lors de rendez-vous difficiles, dans ta capacité à agir sur et à transformer les situations. On m’a confié à ce propos : « elle est magnétique », quand elle parle on l’écoute, elle sait rendre les choses importantes même quand elles le sont peu ».

Mais si tu respectes toujours l’autorité, tes valeurs « soixante-huitardes » et ton refus des conformismes, ton sens inaliénable de la liberté, t’ont toujours éloignée des petits et des grands pouvoirs, personnels et/ou institutionnels, que ton esprit de veille et de vigilance intellectuelle sait pertinemment traquer et démasquer. Je me souviens encore que tu as refusé l’idée même que l’on voulait t’attribuer des palmes académiques… Ta capacité d’action se trouve décuplée à la fois par ton sens de l’adaptation et par la multiplicité de tes compétences, qui construisent ta polyvalence. Tu me disais toi-même en 2010 : « j’ai toujours bouché les trous, quand quelque chose ne marchait pas je le reprenais ». Polyvalence dans le temps (pour une historienne !) et aussi dans l’espace (historienne géographe !) en étant « sur tous les fronts », mais aussi polyvalence interdisciplinaire que tu as su maintenir à l’IRMC. Tu as bien résumé ton action quand tu me disais : « ma seule qualité a été d’être intéressée par ce qui se passait autour de moi, j’étais dans une position stratégique avec une possibilité de connaissance et d’action ».

Toi, c’est tout cela : à la fois cette rencontre entre ta personnalité telle que je te la décris, et un environnement favorable autour de l’IRMC, à la connaissance et à l’action, et tu le résumes quand tu dis : « je n’ai jamais été seule ». Tu t’es toi-même inscrite dans un travail d’équipe dont tu as su valoriser tous les membres, comme maillon fort et opérateur d’une chaîne et d’un ensemble de volontés. Une entreprise, un centre de recherche, tout lieu de travail, ce n’est pas qu’une institution et un directeur, c’est essentiellement des hommes et des femmes, des valeurs et un état d’esprit, et tu as illustré ce constat fort.

 Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

Anne-Marie PLANEL

est historienne de formation, fondatrice et ancienne directrice du CDTM de 1980 à 1991. Elle a été directrice adjointe de l’IRMC de 1992 à 2010.

Pour citer ce billet : Pierre-Noël Denieuil, « Lettre à Anne-Marie Planel », Le Carnet de l’IRMC, 18 juin 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/935

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Une journée à l’IRMC

iismm_bras-small480
Photographie de Jean-Philippe Bras
© IISMM

Il fallait d’abord garer son véhicule à l’ombre improbable d’un araucaria, dans la rue Mohamed Ali Tahar, de ce calme quartier de Mutuelleville. À l’entrée, encadrée de deux grands palmiers, de la sobre villa blanche ou se tient l’IRMC, on était accueilli par Salem Yacoubi ou Salem Yacoubi qui, faute de garder les buts du Club Africain ou de l’Espérance de Tunis, veillaient sur les locaux de l’Institut. Car le football était la première affaire du jour, et une affaire sérieuse, substitut a un champ politique déserté, ou Sahéliens, Sfaxiens, Tunisois réglaient leurs comptes entre eux, et bien sûr tous ensemble avec l’Espérance de Tunis, club du peuple et du pouvoir, présidé par le gendre du Président.

La chronique du championnat faite, on descendait par une marche abrupte dans un jardin bas et fort inondable, ce qui rendait le fonds documentaire sujet aux intempéries, au grand désespoir des bibliothécaires. Mais ce jardin, avec ses bancs de pierre, ses arbustes et ses herbes un peu folles, était propice aux conversations et aux déambulations, sorte d’extension pour le travail académique de locaux toujours trop exigus ; lieu de pause aussi, ou se grillaient les cigarettes, Latifa Bessoudi son cendrier à la main ; aire des festivités enfin, à l’occasion des séminaires et des journées d’études, mais aussi des départs célébrés par le fumet du méchoui et scandés par les stridents youyous des femmes.

Au fond du jardin était sis le « studio », où se tenaient tant bien que mal les chercheurs. Ce lieu mal commode et un peu sombre pouvait s’emplir d’animation, notamment a l’occasion des réunions du comité de rédaction du bulletin d’informations scientifiques Correspondances qui, avec les séminaires de recherche, conférait une corporalité à l’équipe de recherche, qui n’était pas acquise au départ, les chercheurs étant recrutés sur projets et pour des durées limitées. Ces moments communs étaient donc précieux, fortifiant les liens entre chercheurs français et tunisiens, associant pleinement les doctorants, moins solennels que la réunion annuelle du laboratoire. Le bulletin était aussi un instrument de veille sur la production scientifique maghrébine, et de collaborations scientifiques élargies. Kmar Bendana a beaucoup contribue au souffle du bulletin – nous étions dans l’histoire culturelle in vivo – comme elle l’a fait pour IBLA, la revue de l’Institut des Belles Lettres Arabes, avec lequel l’IRMC a toujours entretenu une forme de correspondance implicite, dans une position commune d’intermédiation. Après un maquettage précis par Besma Ouraied, et la contribution des volontaires du service national qui apportaient un surcroit de jeunesse a l’Institut, le bulletin était envoyé à l’imprimeur puis faisait l’objet d’une distribution certes couteuse et parfois malaisée dans les incertitudes des acheminements postaux, – mais nous n’étions qu’aux balbutiements de l’Internet.

Puis, il fallait entrer dans le vestibule de l’Institut dans une quiétude obligée par la proximité immédiate d’une bibliothèque, a la fréquentation toujours réconfortante, ou le chuchotement était de règle, sous la vigilance de Catherine Cassan-Touil et de son équipe. Mais tout changeait les jours de séminaires ou de conférences, dans le fracas des tables et des chaises que l’on déplace, puis des débats souvent vigoureux qui s’y tiennent. La partie gauche du vestibule était le domaine de Jellal Derouiche, passeur a la civilité souriante, passeur des livres entre le magasin (à sa gauche) et la bibliothèque, des livres aux photocopies (à sa droite), des visiteurs vers les bureaux auxquels on accédait en gravissant un escalier. En vis-à-vis immédiat du haut de l’escalier, se trouvait le secrétariat de la Direction. La porte a peine ouverte, Christiane Saddem et Hayet Naccache lançaient immanquablement à la cantonade et à l’unisson un vigoureux « bonjour, Monsieur le directeur ! » qui n’était pas dénué d’une forme d’ironie bienveillante, marque d’une confiance réciproque. Tous ces rituels de passage étaient bien réconfortants au moment où il fallait s’asseoir a la table de travail ou s’entassaient dossiers et parapheurs.

Bras 2000
Séminaire à l’IRMC avec des chercheurs tunisiens et français, 1999. De gauche à droite : Abdelmajid Charfi, Jean-Philppe Bras et Amar Mahjoubi.

Un des moments de la fin de la matinée était consacré à faire le point avec Anne-Marie Planel, directrice adjointe de l’IRMC, sur les questions stimulantes, autour des programmes de recherche, du calendrier scientifique, et des partenariats avec les chercheurs tunisiens (sa fine connaissance du monde universitaire tunisien, acquise de longue date, notamment dans le cadre du Centre de Documentation Tunisie Maghreb (CDTM) qu’elle dirigea et qui préfigurait le futur IRMC, fut bien précieuse pour les directeurs successifs de l’Institut) et les questions nécessaires, budgétaires ou du rythme des publications et de la préparation des rapports d’activité.

Mais il fallait aussi sortir du bureau, pour se rendre aux rendez-vous et aux réunions au service culturel et a l’ambassade, où l’on pouvait s’assurer de la cohérence des dispositifs de coopération, et susciter des complémentarités (les enquêtes conduites par Éric Gobe et Vincent Geisser avec un financement du service culturel, les relations établies avec l’AFD dans le cadre du programme conduit par Mihoub Mezouaghi). Il s’agissait aussi d’aller à la rencontre des partenaires tunisiens, pour établir des entreprises communes, ainsi des réunions préparatoires en vue des rencontres annuelles de jeunes chercheurs avec l’Université de Tunis, dirigée par le recteur Mahbouli, qui ont constitué un point fort de cette coopération. Mais, pour atteindre nos interlocuteurs, encore fallait-il déjouer les embarras de la circulation dans Tunis, ce que s’employait à faire avec talent, mais pas toujours avec succès – à l’impossible, nul n’est tenu –, Fathi Aouadi.

Les discussions avec les chercheurs et les doctorants en poste a l’IRMC étaient toujours passionnantes, en raison notamment des spécificités de l’Institut, qui en faisaient un lieu de recherche à la fois très libre et très contraint. Il était très libre sur le plan académique, et la transgression des frontières disciplinaires y était à la fois nécessaire, tant l’équipe avait une composition pluridisciplinaire (historiens, géographes, sociologues, anthropologues, linguistes, politologues, économistes… et un peu juristes) et souvent réjouissante par les nouveaux angles de vue sur les programmes qu’elle suscitait. Cette liberté disciplinaire se manifestait encore par l’investissement de disciplines qui n’avaient guère leur place dans le champ académique tunisien, comme l’anthropologie, fille marquée d’une ethnologie coloniale, à travers le programme conduit par Mohamed Kerrou, et la participation de l’IRMC à la création de l’Association des anthropologues de la Méditerranée (ADAM). D’autres initiatives ont pu être conduites dans le cadre de l’Institut, qui correspondaient bien à des besoins exprimés par des acteurs de la communauté scientifique tunisienne, par exemple sur le croisement entre droit et histoire, ce qui permit de mettre en place un groupe de travail entre juristes et historiens, où s’impliquèrent particulièrement Sami Bergaoui, Abdelhamid Henia, Sana Ben Achour, puis Nada Auzary-Schmaltz.

Mais l’IRMC était aussi un lieu de recherche très contraint sur le plan politique, confronté a la problématique de la mise en œuvre de la recherche en sciences humaines et sociales sous un régime autoritaire, que connaissaient également d’autres instituts équivalents dans le monde arabe. La difficulté était de taille. Était-il possible de tenir les standards de recherche avec ce qu’ils supposent d’autonomie du chercheur, et de conduire des travaux et de produire des résultats de la recherche qui ne mènent pas à la fermeture de l’Institut ? Dans ses nuits agitées, le directeur pouvait se représenter l’Institut comme sur le faite d’un toit, dont l’un des versants précipitait vers la complaisance et l’autre vers la perte. Si l’édifice a tenu, avec ses délicats équilibres, c’est qu’il a été bien conçu dans sa phase initiale, ce dont il est largement redevable à Michel Camau, son premier directeur.

Numériser0011
Séminaire à l’IRMC avec des chercheurs tunisiens et français 1999.

Pleinement intégré dans le dispositif de la coopération scientifique et culturelle bilatérale, l’Institut a été doté d’un comité de suivi franco-tunisien qui se réunissait chaque année, et dont les membres tunisiens étaient nommés par le ministre de l’Enseignement supérieur. Les relations de confiance qui ont pu être nouées avec ceux-ci, Moncef El Gaied, le directeur de la recherche scientifique au ministère, Yadh Ben Achour et Abdelmajid Charfi, les réunions annuelles où la partie tunisienne pouvait exprimer ses souhaits sur le renforcement des partenariats, ont contribué à éviter les chausse-trappes, à faciliter la délivrance des autorisations de recherche, à obtenir le détachement d’enseignants-chercheurs de l’université tunisienne à l’IRMC, où ils conduisaient des programmes pluriannuels. Parallèlement, un travail de mise en forme des termes des programmes de recherche, des demandes d’autorisation de recherche par les jeunes chercheurs permettaient d’éviter des difficultés prévisibles, pour des travaux ultérieurement publiés dans le cadre de l’Institut ou d’autres instances scientifiques. Ce travail était d’autant plus indispensable quand les chercheurs relevaient des disciplines des sciences politiques, comme ce fut le cas pour Vincent Geisser et Eric Gobe.

Ces traits marquaient une vraie spécificité de l’IRMC par rapport au réseau des instituts français de recherche à l’étranger, qu’il fallut parfois défendre, notamment quand le ministère des Affaires étrangères étendit le dispositif des comités du suivi à d’autres instituts, sur le modèle de l’IRMC donc, mais envisagea en retour d’étendre à l’IRMC le principe de nomination par l’ambassadeur des membres représentant les institutions scientifiques du pays d’accueil. Ce dispositif a également permis une pleine appropriation de l’outil de coopération qu’est l’IRMC par les enseignants-chercheurs tunisiens en poste à l’Institut. Au terme de leur détachement, ceux-ci ont continué de s’impliquer fortement dans les activités de l’Institut. Ce fut notamment le cas d’Abdelhamid Henia qui a créé et dirigé un gros laboratoire d’historiens (DIRASSET), dont les partenariats internationaux sont nombreux, avec des laboratoires français, européens et maghrébins, mais aussi avec l’IRMC, par l’organisation conjointe de rencontres jeunes chercheurs. Mais l’observation vaut également pour Mohamed Kerrou pour l’anthropologie, Hassan Boubakri pour les coopérations avec la Libye, ou Mohamed Elloumi pour l’économie du secteur agricole. Une limite à une pleine implication de la communauté scientifique tunisienne à l’Institut a cependant subsisté : celle de la langue de travail, qui était exclusivement le français, ce qui avait l’inconvénient d’épouser des clivages implicites à cette communauté scientifique.

Un autre atout de l’Institut aux yeux des autorités tunisiennes était naturellement sa dimension maghrébine. Dans un contexte de fermeture des frontières où les institutions scientifiques régionales avaient été mises en sommeil, l’IRMC était l’un des rares lieux où chercheurs marocains et algériens pouvaient se réunir et conduire des projets communs. Cette dimension maghrébine faisait partie des pré-requis des programmes de recherche de l’Institut. On se souvient des chercheurs algériens arrivant par la route dans les années noires, visiblement soulagés d’avoir échappé a l’improbable destinée promise par les barrages routiers, et des partenariats établis à cette époque avec le CREAD de Yacine Ferfera, le CRASC d’Oran dirige par Mme Remaoun, ou avec la revue Naqd de Daho Djerbal, qui tenaient le cap dans la tempête. Ce fut aussi le temps de la création du Centre Jacques Berque à Rabat, issu d’une antenne délocalisée de l’IRMC, ce qui ne signifiait nullement l’interruption des relations avec les institutions marocaines, mais une concertation attentive entre les deux instituts.

Dans cette pile de dossiers qui s’accumulait sur le bureau du directeur, il y avait toujours en bonne place la préparation du rapport annuel au conseil scientifique qui était la grande affaire de l’Institut, et mobilisait les énergies sur le trimestre du printemps. Le rapport était examiné avec soin par les figures tutélaires du conseil scientifique, qui représentaient les institutions de recherche françaises sur l’aire géographique du monde arabe et musulman, et veillaient aux équilibres des partenariats. L’IREMAM, bien sur, URBAMA ou Pierre Signoles et Pierre Robert Baduel se sont dépensés sans compter dans les relations avec l’IRMC, l’Institut Maghreb-Europe avec René Gallissot, Henri Regnault pour l’économie paloise et mondialisée, et plus tard l’EHESS avec Jocelyne Dakhlia. L’air s’emplissant des senteurs du soir montant du jardin, et des appels a la prière des muezzins par haut-parleur, il était temps de refermer les dossiers et de regagner ses pénates.

PS : Le mode du passé, qui est mien, c’est encore largement le présent de l’Institut, ce qui est signe de la permanence de l’institution, signe réconfortant pour le juriste et l’ancien directeur. Mais ce passé est tout aussi révolu. Depuis, bien d’autres ont apporté leurs pierres à l’édifice, et le Maghreb contemporain connaît des bouleversements dont l’IRMC ne reste bien sûr pas à l’écart.

 Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

 

Jean-Philippe BRAS

est professeur de droit public à l’Université de Rouen, Président du Conseil scientifique du Pôle Maghreb. Il a été directeur de l’IRMC de 1997 à 2003.

Pour citer ce billet : Jean-Philippe Bras, « Une journée à l’IRMC », Le Carnet de l’IRMC, 6 juin 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/913

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Aux origines de l’IRMC

Michel Camau
Photographie de Michel Camau

1992 est l’année de naissance officielle de l’IRMC, mais celui-ci était en gestation depuis près d’un un an et demi avant son ouverture. La période était placée sous le signe de grandes transformations, avec la chute du mur de Berlin mais aussi la création de l’Union du Maghreb arabe. Du point de vue logistique, il y avait a Tunis le socle important du Centre de documentation Tunisie-Maghreb dont Anne-Marie Planel avait été la cheville ouvrière a partir de ressources françaises documentaires et bibliothécaires qu’elle a eu le talent d’organiser et de valoriser pour offrir un service très important a la communauté scientifique tunisienne. L’idée était de passer à la vitesse supérieure avec à l’esprit le format des centres de recherche français existant déjà de par le monde. Et ce projet a mûri.

Lorsque j’ai été sollicité, j’étais directeur de l’IREMAM depuis peu et j’ai hésité parce que cela m’ennuyait d’écourter mon mandat. J’ai fini par accepter car ce projet renouait avec un autre, entrepris avec le CNRS, qui devait en principe me nommer directeur adjoint de son bureau de Tunis en 1986. La chose ne s’était pas réalisée pour des raisons liées aux effets en chaîne de l’alternance politique (première cohabitation) en France. Lorsque l’administration française m’a relancé en 1990, certains de ses responsables avaient en tête ce premier projet non abouti. En acceptant, j’insistais sur la nécessité d’établir des liens entre des nouvelles générations de chercheurs en France et au Maghreb, sortir des relations franco-maghrebines « de papa » et créer quelque chose qui ne soit pas franco-français, mais franco-maghrébin, et d’abord franco-tunisien à partir de ce capital du CTDM, pour aller vers des perspectives euromaghrébines puisque le contexte était au renouvellement des relations entre l’Europe et le Maghreb.

Numériser0005
Inauguration de l’IRMC, 1992.

Sur le plan politique, il y avait eu une initiative du secrétaire d’État à la Coopération internationale du Gouvernement Rocard, Thierry de Beauce, qui, de passage a Tunis en 1990, avait émis le souhait de la création d’un « Institut de recherche sur le Maghreb contemporain », nom que nous avons retenu. J’avais souhaité mettre en place cet Institut en négociant d’abord avec les autorités tunisiennes avant de poser d’autres jalons, comme il m’était demandé, au Maroc et en Algérie. Du côté du ministère français des Affaires étrangères, il s’agissait de créer un établissement autonome financièrement, c’était là une grande conquête, qui ne plaisait pas à tout le monde. Cela signifiait qu’il y aurait une dotation budgétaire propre à l’IRMC, dont les crédits ne pourraient pas être amalgamés avec ceux de la coopération culturelle. Cette victoire sur le principe de la non fongibilité des crédits avait été remportée par Jean-Claude Vatin, directeur du CEDEJ au Caire, elle signifiait un statut d’Établissement à autonomie financière, condition d’autonomie de la recherche. À l’ambassade à Tunis tous ne voyaient pas cela d’un bon œil.

À mon arrivée, le message était : « débrouillez vous ! ». J’ai dû m’improviser diplomate. J’ai donc négocié avec le Ministre Charfi qui voyait les choses de façon favorable. Il était un souverainiste très ferme, c’était à son honneur, qui souhaitait s’assurer de la part des Tunisiens dans le projet. J’ai proposé la création d’un comité de suivi où la recherche tunisienne serait dûment représentée ; cela lui a convenu et il a transmis le dossier au ministère tunisien des Affaires étrangères, qui donna son aval quelques mois plus tard.

Les objectifs internationaux et l’expérience marocaine

Le premier principe était la relation entre les communautés scientifiques au-delà des chercheurs spécialisés sur le Maghreb et le monde arabe, que l’IRMC soit synonyme d’une ouverture et non d’un enfermement dans des échanges classiques et routiniers qui existaient déjà. Le second principe était la formation de jeunes chercheurs français mais aussi européens, espagnols, italiens ou autres, sur place ; qu’ils ne soient pas là en off shore mais en interaction avec les jeunes chercheurs du cru et avec le réseau scientifique local, dans le cadre de programmes de recherche configurés dans une perspective euromaghrébine. Nous avons entrepris à l’époque de faire venir des chercheurs marocains et algériens à Tunis ainsi que des Tunisiens et des Algériens au Maroc.

Ce fut une période difficile de discussions avec les services français au Maroc, parce que le projet était contraire aux routines administratives axées sur des relations de type bilatéral et non pas régional. La notion de Maghreb était totalement étrangère aux modes de fonctionnement des postes diplomatiques. Quant aux autorités marocaines, elles nous disaient « vous êtes a Tunis mais nous que sommes-nous dans votre projet ? ». Je voulais montrer qu’il n’y avait pas de tropisme particulier, que le directeur de l’IRMC pouvait résider 6 mois à Tunis et 6 mois à Rabat, dans une dimension régionale et française mêlée, ce qui est présentement le cas de l’IFPO au Proche-Orient. Je n’ai pas été entendu, faute de porte-voix, sans doute. Il a été décidé en haut lieu de transformer la représentation de l’IRMC au Maroc, assurée jusque-là avec grand mérite par Susan Ossman, en un centre distinct de celui de Tunis. J’ai alors incité amicalement Alain Roussillon à venir a Rabat, où son rôle a été déterminant. Rapidement, il s’est fortement inséré dans les réseaux marocains de recherche, permettant au Centre Jacques Berque (CJB) de prendre corps, l’IRMC assurant sa gestion administrative et financière jusqu’après mon départ. Il y a donc eu, échec du projet que j’avais porté, un Institut à vocation régionale, et néanmoins réussite, puisque le CJB a pu se constituer et par la suite prendre l’essor qui est le sien aujourd’hui.

La recherche en régime autoritaire

Inauguration Michel Camau
Inauguration de l’IRMC, 1992.
Michel Camau et Yves Saint Geours.

Quand nous avons nourri le projet d’un IRMC, le régime Ben Ali n’avait pas encore pris la forme que nous savons. Manque de chance ou d’à propos, c’est au moment ou l’IRMC entre en scène, que le pouvoir amorce un tournant répressif qui va cristalliser sa configuration autoritaire. Lors de mon premier voyage a Tunis pour prendre mes fonctions, l’ambassadeur avait fait état des déclarations de Rached Ghannouchi, me semble-t-il a l’appui, de l’épreuve de force engagée par Ben Ali contre Ennahdha ; il m’avait dit : « vous arrivez au mauvais moment ». De fait, le régime a basculé dans une formule autoritaire des plus professionnalisées, dont le fonctionnement s’apparentait au « panoptique » de Bentham, revisité par Foucault. Je parlerais à ce propos d’un « régime de surveillance » qui consiste à la fois dans l’affichage d’une omniprésence policière et dans l’aptitude à faire entrer dans les têtes que cette omniprésence est totale. C’est donner à croire que si la surveillance n’est pas nécessairement visible, il y a néanmoins toujours quelqu’un qui est la pour tout voir et tout entendre.

Peu étaient pleinement immunisés contre cette intériorisation de la surveillance. Sans être de ceux-là, nous étions en situation de prendre concrètement la mesure de la complexité d’un système autoritaire. Ainsi, avec la Sous-direction de la Recherche scientifique tunisienne, notre interlocutrice, nous avions affaire a des responsables, auxquels je tiens a rendre hommage, qui n’étaient pas les représentants patentés du Palais. Leur ligne de conduite par rapport au comité de suivi et aux activités de l’IRMC ne participait en aucune manière du régime de surveillance. Le régime autoritaire n’est pas un monolithe, il comporte des failles. Ainsi, par exemple, les autorisations d’accès au terrain ou d’enquêtes étaient soumises au visa du ministère de l’Intérieur. Nous passions par l’intermédiaire de la Sous-direction de la Recherche scientifique, qui nous couvrait, notamment pour les enquêtes hors de Tunis où il était plus difficile de ne pas respecter la consigne de demande préalable. Nos relations entre universitaires tunisiens et français n’avaient rien de conforme au portrait qui trônait dans tous les bureaux des administrations.

Du côté diplomatique français, il y avait ceux qui sans se faire d’illusion sur Ben Ali se demandaient s’il ne fallait pas le ménager et d’autres qui étaient implicitement sur la même longueur d’onde que la nôtre, a savoir ouvrir des espaces de liberté. Je me souviens d’une discussion avec l’Ambassadeur de France en fonctions lorsque le Gouvernement tunisien a décidé d’une autorisation préalable à tout colloque. Je lui avais dit qu’il n’était pas question de nous y soumettre et nous ne nous y sommes jamais soumis. Nous sommes allés le plus loin possible. Par exemple avant mon départ nous avons sorti un numéro spécial de la revue Maghreb/Machrek (juillet-septembre 1997) sur la Tunisie. Ma contribution était, thématiquement, la plus politique. J’ai essayé d’y dire des choses fortes tout en restant dans les normes académiques. Au demeurant, certains Tunisiens écrivaient des « choses fortes » dans la presse locale. Ainsi, par exemple, je me rappelle avoir cité un journaliste d’Achaâb qui, sur le mode humoristique, suggérait que la politique n’était pas une activité raisonnable en Tunisie.

Photo AMP inauguration 92
Inauguration de l’IRMC, 1992.

Il est possible de dire que l’IRMC a été un espace de liberté. Toutefois, je ne sais pas si tous les chercheurs, parmi les plus jeunes, l’ont toujours vécu ainsi. Par exemple pour le bulletin de l’IRMC il y avait de ma part une incontestable autocensure ; certains, à tort ou a raison, l’ont mal perçue. Les chercheurs tunisiens pouvaient trouver à l’IRMC des ouvrages indisponibles dans leurs institutions et travailler dans des conditions peu abordables ailleurs. On y voyait aussi des opposants politiques ; c’était un lieu ouvert, hélas même aux flics !… Espace de liberté quand nous organisions des séminaires à l’Académie de Carthage. Je retiens le souvenir d’une grande liberté de ces débats, qui touchaient à des questions de fond. Espace de liberté aussi avec les programmes de recherche. Il est vrai que les travaux étaient conduits en termes académiques et non de dénonciation politique. Ce qui nous ramène bien sûr au débat sur le rôle des sciences sociales et les limites de la « neutralité axiologique ».

Un bilan

Faisons un bilan de ces années de plomb avec des critères de satisfaction. La principale satisfaction est l’inscription de l’IRMC, des mon mandat, dans le paysage de la recherche, avec la réalisation d’excellents programmes, dirigés par Mohamed Elloumi, Abdelhamid Henia et Mohamed Kerrou. Quant aux insuffisances, elles ont été corrigées par mes successeurs. Il s’agit d’abord de la relation avec le CNRS, que je n’ai pas réussi à impliquer directement dans le développement de l’IRMC. Les choses ont changé plus tard quand le CNRS a reconnu le statut des IFRE sur le modèle du CEDEJ du Caire. Autre insuffisance, Alger, ou l’idée était de faire place à l’IRMC dans les locaux du nouveau centre culturel français qui était projeté. Il n’y a pas eu de suite du fait de l’évolution de la situation algérienne et de la politique française. Troisième insuffisance, rattrapée par la suite, une dimension européenne trop réduite en matière de recherche. S’il fallait parler d’échec, je mentionnerais celui du beau projet de constitution, auprès d’un éditeur français prestigieux, d’une collection d’ouvrages de chercheurs maghrébins, vivant et travaillant au Maghreb. Enfin, l’IRMC, lorsque je le dirigeais, n’a pas su ou pu se montrer suffisamment attractif auprès d’un milieu monolingue arabophone.

Table tonde 2011
Table ronde IRMC, avril 2011.
De gauche à droite : Michel Camau, Pierre-Noël Denieuil, Hamadi Redissi, Mouldi Lahmar, Vincent Geisser

Tout naturellement, j’ai eu droit a mon lot de critiques ici et là. À ce sujet, je me bornerai à mentionner deux anecdotes. Un jour, lors d’une brève conversation un quidam m’a aimablement traité de « mercenaire ». Sur Internet, quelqu’un s’est amusé à un jeu de mots pour m’appeler Kamel Michaud. Ces critiques, dont j’accepte le fait (surtout si l’humour s’en mêle), sinon la teneur, renvoient à des ambigüités fondamentales qui nous dépassent mais néanmoins nous concernent. À ce que je sache, il n’y a pas d’équivalent tunisien de l’IRMC à Paris ! Des relations historiques hégémoniques ? Assurément, mais cela ne signifie pas que nous, chercheurs, sommes nécessairement des vecteurs de l’hégémonie. Restent nos conduites… Libre a chacun d’en juger.

(propos recueillis par Pierre-Noël Denieuil et Abdelhamid Henia)

 Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

 

Michel CAMAU

est professeur émérite des universités. Il a dirigé l’Institut de recherches et d’études sur le monde arabe et musulman (Aix-en-Provence), a enseigné à l’Institut d’études politiques d’Aix-en-Provence et a été directeur de l’IRMC de 1992 à 1997.

Pour citer ce billet : Michel Camau, « Aux origines de l’IRMC », Le Carnet de l’IRMC, 3 juin 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/901

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

L’IRMC a vingt ans 1992-2012

mounira-chapoutopt-remadi
Photographie de Mounira Chapoutot-Remadi, D.R.

L’IRMC a vingt ans « que le temps passe vite ! » dirait la chanson, et l’important c’est qu’en cet espace de temps, l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain est devenu un lieu dans lequel les chercheurs en sciences sociales, quelles que soient leurs spécialités, se rencontrent et débattent volontiers. C’est parce qu’il a su s’affirmer comme un lieu de réflexion pour l’ensemble du Maghreb, un lieu ou le Maghreb des intellectuels s’est fait au fil des rencontres et des séminaires et continuera a se faire bien avant le Maghreb des politiques.

Cet Institut a une histoire. Au commencement étaient trois collègues qui ont eu une longue histoire avec la Tunisie. Anne-Marie Planel, historienne dynamique, entreprenante et passionnée, arrivée en Tunisie en 1977 ne savait pas alors qu’elle entamait une belle carrière dans ce pays. Elle a été chargée tout d’abord par la Direction des archives du ministère des Affaires étrangères, de faire l’inventaire du fonds de la Résidence générale de l’Ambassade de France a Tunis, fonds constitue principalement de livres et de revues. Deux ans plus tard naissait le CDTM, Centre de documentation Tunisie-Maghreb.

Son but était de maintenir un patrimoine intellectuel et historique et de le mettre à la disposition des chercheurs tunisiens et étrangers. Il faut rappeler à ce sujet le rôle déterminant du regretté Paul Bedarida et ensuite de Denis Louche, successivement conseillers culturels adjoints a l’Institut Français de Coopération qui ont épaulé Anne-Marie Planel et l’ont soutenue constamment dans la mise en place et le rayonnement de ce centre. Cet institut qui constitue l’embryon de ce que sera l’IRMC, situe au 1er étage de la bibliothèque Charles De Gaulle est devenu très vite un rendez-vous très prisé. On y trouvait en plus du fonds ancien, les livres récents. Le but étant d’aider tout ce qui concernait la recherche en sciences sociales. URBAMA a tout de suite contribue avec le don de ses publications grâce à Pierre Signales, ancien enseignant de géographie a la Faculté des sciences humaines et sociales de Tunis.

À coté de l’acquisition d’une documentation de plus en plus riche, le CDTM a organisé des conférences et des débats et les premières thèses de l’époque y ont été présentées comme celle de Jellal Abdelkefi sur la Médina de Tunis et d’autres. De jeunes chercheurs ont bénéficié de bourses de stage comme Khadija Mohsen-Finan, Frédéric Lagrange, Patrice Coussonet, Luc Barbulesco, Nadia Khouri-Dagher, Pierre-Noël Denieuil… Le PNR, programme National de Recherche créé a partir du rapatriement des archives françaises sur la Tunisie, travaillera également avec le CDTM.

Logo CDTMC’est l’embryon de ce qui deviendra l’Institut Supérieur d’Histoire du Mouvement National, ISHMN. Les qualités et le sérieux d’Anne-Marie Planel, de même que les relations qu’elle a su nouer avec l’ensemble des chercheurs et des enseignants tunisiens ont largement contribué au succès du CDTM. Anne-Marie connaissait tout le monde et bénéficiait d’un capital de sympathie qui a rejailli sur le CDTM.

Au commencement de l’IRMC était aussi Michel Camau, revenu en Tunisie après y avoir accompli son service miliaire, à peu près a la même époque qu’Anne-Marie. Michel, chercheur au CRESM d’Aix-en-Provence était alors invité par le CERP, centre de recherche de la Faculté de droit et sciences économiques. Malgré le cloisonnement des facultés existantes, Michel Camau a très vite tissé des liens avec l’ensemble des chercheurs du CERES comme des historiens de la Faculté des sciences humaines et sociales de Tunis, dans lesquelles, la Société tunisienne des historiens universitaires (STHU) organisait des rendez-vous hebdomadaires de débats et périodiquement de séminaires, des colloques et surtout des congrès d’histoire et de civilisation du Maghreb.

Michel Camau avait déjà publie sur la Tunisie et sur le Maghreb [1]. Il était connu par ses livres et il s’est fait connaître par ses activités a Tunis et par les travaux collectifs qu’il a aussitôt engagés. Il sera amené a faire des séjours plus ou moins longs a Tunis en alternance avec le CRESM [2], devenu plus tard l’IREMAM [3].

En 1992 quand il a été rappelé pour la troisième fois en Tunisie, Michel Camau était tout désigne pour devenir le premier directeur de l’IRMC. Le Centre de documentation Tunisie-Maghreb était ainsi devenu un institut a part entière et a vocation maghrébine. Dès lors, Anne-Marie-Planel et Michel Camau ont travaillé à l’épanouissement de ce centre résolument maghrébin.

Dès le départ, il a affirmé sa vocation maghrébine et il a pris en charge la recherche sur l’ensemble des pays de l’UMA. Pendant un certain temps, eu égard a la grave crise algérienne des années 1990, l’IRMC a installé une antenne a Rabat, mais très vite, nos amis et collègues marocains ont voulu avoir leur propre institut et c’est comme cela qu’est né le Centre Jacques Berque. Cet Institut a bénéficié de l’aide active et efficace du regrette Mohamed Charfi, ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, qui a beaucoup aidé a sa mise en place et qui a désigné comme membres du comite de suivi deux grands chercheurs tunisiens, Yadh Ben Achour et Abdelmajid Charfi ainsi que les directeurs successifs de la direction générale de la Recherche scientifique, Brahim Baccari, Moncef El Gaied et Mohamed Nejib Lazhari.

L’IRMC a tout de suite organisé la recherche avec des chercheurs français, allocataires de recherches, des chercheurs associés tunisiens et des doctorants. Très vite, il a su élargir sa vocation en organisant non seulement des séminaires, des débats, des programmes de recherches mais il s’est intéressé également aux jeunes chercheurs en organisant des écoles doctorales associant des doctorants tunisiens et des doctorants venant des universités françaises, écoles animées par des enseignants tunisiens et français.

Au commencement enfin, un grand historien, le regrette André Raymond [4] a joué un rôle décisif dans la création de l’IRMC. Bien qu’ayant vécu longtemps en Égypte et en Syrie, il était resté un Tunisien de cœur. André Raymond a entamé sa carrière d’enseignant agrégé d’histoire en Tunisie de 1947 a 1951 au collège Sadiki. Il est parti ensuite a Oxford ou il a soutenu un PhD sur la Tunisie, British Policy toward Tunis (1830-1881) en 1953. Apres une longue carrière au Moyen Orient a l’IFEAD et a l’IFAO, André Raymond qui est notamment connu par sa grande thèse réalisée a partir des registres de la Mahkama du Caire, est rentré en France et à Aix-en-Provence en 1975.

jpg_Raymond-iden-web
Photographie d’André Raymond, D.R.

Ce que nous devons retenir d’une carrière riche et qui a donné a André Raymond une stature internationale, c’est qu’il a été un rassembleur de la recherche scientifique. Il a fondé l’IREMAM en 1986, rassemblant ainsi les laboratoires du CNRS. Il a fondé en 1987, l’AFEMAM[5] et il a activement œuvré pour la fondation de l’IRMC. Je voudrais rappeler à cet égard dans son œuvre prolifique deux publications sur la Tunisie, l’édition d’un extrait d’une grande chronique tunisienne, Ibn Abi Dhiaf, Présent aux hommes de notre temps. Chronique des rois de Tunis (Chap. IV et V), Edition critique, traduction et annotation, 2 vol. Tunis, et une belle étude sur Tunis sous les Mouradites : la ville et ses habitants au XVIIe  siècle, Tunis, IRMC-Cérès éd., 2006. Il avait demande à Karim Ben Smaïl de rencontrer a l’occasion de la parution de cet ouvrage, les membres de l’Association des anciens élèves du Collège Sadiki. Ce fut émouvant.

Anne-Marie Planel, Michel Camau et André Raymond ont été les trois fondateurs de l’IRMC auxquels, personnellement je rends un hommage amical pour l’œuvre et l’action accomplies. Par leur connaissance étendue et renouvelée de l’intelligentsia tunisienne, par leurs travaux personnels et par leur engagement, ils ont contribué non seulement à établir un pont entre recherche tunisienne et recherche maghrébine et internationale, à enrichir la réflexion et le débat sur les grandes questions en sciences sociales et à créer un lieu de rencontres de haut niveau.

Les successeurs de Michel Camau a la tête de l’IRMC ont continué cette orientation et su maintenir les liens qui avaient été tissés. Jean-Philippe Bras, Pierre Robert Baduel et Pierre-Noël Denieuil ont tous œuvré pour un Maghreb de la recherche et leur aide, leur participation a sa dynamisation n’ont jamais faibli ; l’harmonie n’a pas été rompue bien au contraire, tous ont donne le meilleur d’eux-mêmes pour la promotion continue d’une recherche importante. D’ailleurs la chance de l’IRMC c’est d’avoir eu tout le temps a sa tête des personnes qui connaissent bien le pays pour lui avoir consacré l’essentiel de leurs recherches et cette continuité est aussi un des principaux facteurs de succès de l’Institut. Grâce a leur engagement, la libre circulation des idées, la mobilité des chercheurs, les publications, la mise en réseau de l’ensemble de la réflexion en sciences sociales a incontestablement désenclavé la recherche et évité tout risque d’exotisme. Grâce a eux, plusieurs instituts ont travaillé ensemble, aussi bien ceux des grands centres universitaires français que ceux qui sont basés a l’étranger et dans l’ensemble des pays méditerranéens.

La moisson au bout de ces vingt ans est belle. Une bibliothèque riche de près de 30 000 ouvrages et 2 300 titres de revues. Un personnel tout aussi engagé avec Christiane Saddem, présente auprès d’Anne-Marie depuis la création du CDTM et Hayet Naccache. Plusieurs chercheurs tunisiens et français ont contribué au rayonnement de l’Institut comme Abdelhamid Henia, Mohamed Elloumi, Mohamed Kerrou, Hassen Boubakri, Dorra Mahfoudh, Sihem Najar, Kmar Bendana et bien d’autres encore ainsi que des chercheurs français comme François Siino, Eric Gobe, Vincent Geisser, Nicolas Puig, Katia Boissevain, Stéphanie Pouessel… La liste et longue et les publications sont la pour témoigner du chemin parcouru.

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

 

Mounira CHAPOUTOT-REMADI

est professeure émérite d’histoire du Moyen âge du monde arabe et musulman, Université de Tunis.

 

Pour citer ce billet : Mounira Chapoutot-Remadi, « L’IRMC a vingt ans 1992-2012 », Le Carnet de l’IRMC, 31 mai 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/887

 


[1] La Tunisie avec Charles Debbash, 1973 et La notion de démocratie dans la pensée des dirigeants maghrébins, (préface de Ch. Debbasch), Paris, CNRS, 1971.

[2] Centre de Recherches et d’Études sur les Sociétés Méditerranéennes.

[3] L’Institut de Recherche sur le Monde Arabe et Musulman.

[4] André Raymond est mort le 6 février 2011, au tout début de la révolution tunisienne qu’il a accueillie avec bonheur.

[5] L’Association Française des Études sur le Monde Arabe et Musulman

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook