Archives par mot-clé : Amira Mokded

Premiers « moments » révolutionnaires

De Gafsa à Sidi Bouzid

On situe généralement l’acte de Bouazizi comme le déclencheur de la révolution tunisienne, en réponse à la marginalisation, à l’injustice et au chômage. Révolution des chômeurs, dont les jeunes ont pris le flambeau, guidés par une volonté de liberté, de dignité et de droit de vivre. Disons plus objectivement que cette révolution a connu deux foyers de déclenchement.

Avant Sidi Bouzid, il faut mentionner les protestations du bassin minier du phosphate à Gafsa en 2008. Les habitants de la région y ont manifesté durant six mois sans que leur action n’ait pu trouver un écho sur le plan national. Ce mouvement de bassin minier visait à lutter contre la situation de chômage croissante dont souffrent les jeunes de la région de Gafsa. Il dévoilait la réelle situation économique et sociale de marginalisation et de pauvreté des citoyens dans une région supposée être riche. Le fait que l’État ait négligé les demandes des protestataires a contribué à politiser le mouvement ainsi passé d’une demande d’emploi vers un mouvement politique contre la gouvernance de Ben Ali et contre la fuite de l’argent de Gafsa hors de l’activité minière. Puis est intervenu le mouvement politique des syndicats et de l’UGTT (l’Union Générale Tunisienne du Travail) visant à abattre une dictature coupable de vol. Il y a eu alors la flambée des slogans réclamant un pays sans Ben Ali. Il s’en est suivi une guerre locale, entraînant victimes et crimes, entre la police et les citoyens de différentes délégations du gouvernorat. A cette époque, une majorité de tunisiens n’était pas au courant de ce qui passait dans la région, voire n’avait pas entendu parler du mouvement du Bassin minier. Les médias tunisiens, contribuant à dissimuler le mouvement, avaient occulté ces manifestations en déclarant seulement quatre meurtres dénoncés comme étant à l’origine des émeutes et comme commis par des irresponsables fauteurs de troubles et menaçant la sécurité… Cette voix de dignité issue du bassin minier, avait été éteinte sous l’usage de la violence et de l’agressivité de la police.

Ces protestations qui ne s’étaient pas achevées en 2008, sont réapparues lors de la déclaration du décès de Bouazizi, dans les gouvernorats de Kasserine, Sidi Bouzid et Gabes. À ce moment là, le mouvement n’était pas encore répandu sur tout le territoire tunisien, et il fut porté par des élites dont les avocats témoins de toutes les corruptions et les criminalités de la famille présidentielle ainsi que de l’usage des armes par la police tunisienne durant les manifestations. Tel fut le début de cette grande éruption volcanique des tunisiens de tout âge et catégorie socioprofessionnelle, guidés par leur patriotisme, leur amour du pays et leur solidarité.

Qui sera le martyr ?

Dès le déclenchement des protestations révolutionnaires, l’acte de Bouazizi a été considéré comme le flambeau de la révolution, son nom a été scandé par tous les Tunisiens comme celui du héros du pays, du sacrifice de la liberté, annonciateur du retour au droit de tout être social : avoir du travail, une vie digne et devenir respecté. L’on sait de ce héros qu’il était un vendeur ambulant de légumes, appartenant à une classe sociale défavorisée et ayant grandi dans un milieu marginalisé situé à Sidi Bouzid au centre ouest de la Tunisie. Il a été sacralisé comme une victime de l’ancien régime de Ben Ali, des inégalités sociales, du chômage, du détournement économique, de la censure des libertés d’expression suite à la gifle reçue d’une femme membre de l’équipe de contrôle municipal, symbole de l’injustice incontournable du pouvoir gouvernemental.

Depuis le 17 Décembre, personne ne savait où se trouve Fédia Hamdi la femme qui a giflé Bouazizi. Il a fallu attendre le mois de Mars pour découvrir qu’elle était prisonnière depuis le début de la révolution, observant une grève de faim afin d’être présentée rapidement devant le tribunal. Plusieurs mouvements solidaires ont voulu défendre cette femme sous le motif que sa gifle n’était qu’une réaction pour se protéger face à l’irrespect des paroles scabreuses utilisées par Bouazizi. Outre l’acquittement rendu le 19 avril par le tribunal, pour une gifle qui n’aurait pas été donnée, Fédia vient en outre d’obtenir un nouveau statut et une nouvelle appellation : « le martyr est encore en vie ». L’interprétation des faits prend désormais un nouveau sens : lors du « moment révolutionnaire », ils étaient considérés comme une réponse à la dictature de Ben Ali et au système politique abusif ; par la suite, ils ne deviennent que la réponse d’une faible créature n’ayant pas trouvé d’autre moyen de se défendre face à une violence verbale, que celui d’une gifle qui a été « représentée » comme la cause de la révolution. Gifle « construite » par les représentations sociales, et finalement infirmée par la confrontation des témoignages.

On constate ainsi la manipulation par une action de politisation d’un incident qui a abouti à la chute d’une dictature et à la légitimité révolutionnaire d’un vendeur de légumes, aboutissant à la dépolitisation et à la stigmatisation d’une réaction conduite par l’instinct protecteur d’une femme devant des provocations blessantes. Il s’agit d’une lecture des faits, et d’une transformation des rôles par la domination d’un groupe social ayant une influence majeure au nom de la voix du peuple. Sous cette instrumentalisation politique des mots et des faits, sera t-il possible de relever la vérité ? Bouazizi demeurera-t-il le martyr de la Tunisie ou bien, avec la réhabilitation sociale de Fédia Hamdi, sa situation changera-t-elle de celle d’un martyr vers celle d’un simple homme mis en défaut ?

Publié en avril 2011 dans La lettre de l’IRMC n°6

 

Amira MOKDED

Étudiante en Master, ISSHT, Tunis

 

Crédit photographique : © EPA – Lucas Mebrouk Dolega

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook