Archives par mot-clé : acteurs sociaux

Mouvements sociaux : quel impact dans le processus de construction démocratique ?

s200_jan-erik.refle
photographie de l’auteur

Depuis 2011, la Tunisie est considérée comme un exemple dans le processus de construction démocratique en cours dans la région. Le rôle des mouvements sociaux est souvent associé à ce développement. Divers chercheurs soulignent que la fin du régime de Ben Ali n’a été possible que grâce à des soulèvements populaires massifs. Les revendications de ces mouvements sociaux (travail, perspectives d’avenir, fin de la corruption et du régime autoritaire etc.) sont centrales depuis le début de ce processus en 2011. Cinq ans après la fuite de Ben Ali, les mouvements sociaux jouent-ils toujours un rôle aussi important ? Quelle est leur influence dans le processus de construction démocratique ?

Suivant une perspective comparative, nous analysons d’abord, les paradigmes (worldviews) de plusieurs acteurs de la société civile œuvrant pour la démocratie tunisienne. Nous comparons ensuite, la perspective des acteurs étatiques sur la démocratie tunisienne avec celle des leaders de ces mouvements. Finalement une des questions centrales abordées est celle de savoir si les mécanismes sociologiques permettent d’identifier une influence de la société civile ?

Utilisant une approche qui se base sur la théorie de l’impact des mouvements sociaux, notre recherche vise à montrer si, et dans quelle forme, un lien entre les mouvements et les acteurs étatiques existe. La théorie de l’encadrement (framing theory), qui est un des courants majeurs de l’étude des mouvements sociaux, est utilisée pour détailler la vision de la démocratie auprès des différents mouvements. Cette approche permet d’analyser l’encadrement de la démocratie en Tunisie en se basant sur les approches développées par Robert Benford, David Snow et William Gamson (Collective Action Frames) et la réalisation des revendications des mouvements d’après le cadre théorique développé notamment par Marco Guigni.

Concernant la démocratie, la recherche du NCCR democracy et une approche inclusive prenant plusieurs formes de démocratie en compte, sont présentées. La recherche se base sur l’hypothèse que plus la pensée démocratique est aigüe, plus les mouvements sociaux ne peuvent influencer l’État.

sfax-manifestation-ugtt-21avril2013
Manifestation de l’UGTT à Sfax. 21 avril 2013 © D.R.

Un des objectifs de notre recherche consiste à découvrir les spécificités de la démocratie tunisienne. L’État tunisien entre en effet en contact avec les idées de ces mouvements sociaux via des « relais » que sont les leaders des mouvements eux-mêmes. Finalement, l’étude qualitative permet de comparer les mouvements sociaux en Tunisie et d’analyser leurs visions démocratiques et leurs liens avec l’État.

L’étude est réalisée essentiellement par le biais d’entretiens et d’analyses documentaires (documents des organisations et des acteurs étatiques clés). Après une sélection détaillée des leaders, des entretiens semi-structurés et des documents écrits permettent d’identifier les visions de la démocratie et de les comparer à travers la perspective de l’État tunisien.

Ce travail vise à vérifier l’influence des mouvements sociaux sur les processus de démocratisation – laquelle est souvent présupposée dans la recherche en Tunisie – et leur impact final dans l’encadrement du processus de construction démocratique. Enfin, l’étude relève les liens directs et indirects des mouvements contestataires avec l’État tunisien.

Jan-Erik REFLE

est doctorant à la Faculté des sciences sociales et politiques de l’Université de Lausanne, en accueil à l’IRMC. Contact : jan-erik.refle@unil.ch

Article publié dans La Lettre de l’IRMC n°16.

Pour citer ce billet : Jan-Erik Refle, « Mouvements sociaux : quel impact dans le processus de construction démocratique ? », Le Carnet de l’IRMC, 11 janvier 2016. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1888.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

L’évolution du rôle des acteurs sociaux : La gouvernance de l’emploi et le paradigme de l’activation au Maghreb

Le concept de la protection sociale est caractérisé par des liens complexes entre les acteurs publics et privés, la société civile et les individus. Dans les pays de l’OCDE l’État a longtemps joué le rôle d’un garant de la protection sociale. Mais dès le début des années 1970 de nouveaux modèles de protection remplacent de plus en plus le concept d’un soutien étatique global. Les processus de mondialisation et de tertiarisation ainsi que les dettes publiques croissantes renforcent cette évolution. Fondés sur les principes du néolibéralisme ces modèles s’appuient sur l’idée de la responsabilité individuelle. Ce changement de paradigme se révèle notamment dans le domaine de l’emploi : de nouvelles approches dans la politique de l’emploi se basent sur des mesures d’activation mettant l’individu et son « employabilité » au centre des stratégies de lutte contre le chômage.

Au cours des années 1980 ce changement de paradigme atteint également les pays du Maghreb, ceci notamment dans le cadre des programmes d’ajustement structurel et des accords d’association et de libre-échange avec l’Union Européenne et les États-Unis. Ces programmes imposent une restructuration globale du secteur économique avec un impact profond sur le secteur social et le marché de travail. En tant qu’employeur l’État garantissait jusqu’alors le salaire et une certaine protection sociale à des milliers de salariés dont un grand nombre de jeunes diplômés. À la suite des privatisations et de la réduction du secteur public le taux de chômage augmente rapidement faisant ainsi du problème du chômage un des défis majeurs de la région.

Suivant le paradigme de l’activation, les programmes d’emploi mis en place dans les pays du Maghreb se focalisent sur l’« offre » du marché de travail, soit sur les demandeurs d’emploi. De même, les institutions et instruments de la politique de l’emploi sont soumis à des transformations majeures. Les nouvelles approches incluent des programmes de formation, la restructuration du service de placement et la promotion de l’auto-emploi. Ces transformations impliquent des changements profonds du rôle de l’État et des structures de gouvernance de l’emploi. Au niveau des acteurs, nous voyons apparaître de nouvelles formes de coopération entre les différents acteurs avec une importance croissante du secteur privé et des organisations de la société civile. Sur le plan territorial nous assistons en même temps à un transfert de compétences du niveau national vers le niveau régional voire local.

Cependant, il serait réducteur de qualifier cette évolution de simple « retrait » de l’État national. Notre projet de recherche analysera plutôt la redéfinition du rôle de l’État ainsi que la transformation de l’idée de la gouvernance dans le domaine de l’emploi. L’objectif sera d’étudier en détail les effets de ce changement de paradigme vers le principe d’activation sur les relations entre les différents acteurs dans le domaine de l’emploi. Il sera notamment intéressant de mieux connaître l’impact du changement des structures de gouvernance sur la répartition des pouvoirs et les capacités d’action des différents acteurs impliqués dans la politique de l’emploi. Le projet de recherche a pour objectif de contribuer à une meilleure compréhension des formes de gouvernance dans la région ainsi que de ses évolutions dynamiques.

 

Katrin SOLD

Est doctorante en science politique à l’Université de Marburg (Allemagne) et chercheure auprès de l’Institut allemand de politique étrangère (Deutsche Gesellschaft für Auswärtige Politik, DGAP) à Berlin. Elle a rejoint l’IRMC en accueil scientifique entre mai et août 2013.

Pour citer ce billet : Katrin Sold, « L’évolution du rôle des acteurs sociaux : La gouvernance de l’emploi et le paradigme de l’activation au Maghreb », Le Carnet de l’IRMC, 3 septembre 2014. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1605

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook