Archives par mot-clé : Abdelhamid Hénia

De l’IRMC au DIRASET, bilan d’une présence en sciences sociales

Copie de Abdelhamid_H_nia_la_Tunisie_est_laique_d_10191741_thumbnail
Photographie de Abdelhamid Hénia

Je suis arrivé à l’IRMC en 1995 dans des conditions très favorables. Je venais de terminer le doctorat d’État et de passer au grade de professeur. N’étant pas engagé dans d’autres projets de recherche, j’étais prêt à me lancer dans une nouvelle aventure lorsque Michel Camau m’a proposé de me recruter comme chercheur à plein temps détaché auprès de l’IRMC. J’ai accepté, et cela a été un tournant important dans ma vie de chercheur. L’IRMC n’était pas un terrain inconnu pour moi. Je le fréquentais déjà pour assister à des conférences et à des rencontres. Et j’aimais ce qui s’y faisait car j’y trouvais une ouverture aux autres sciences sociales, permettant de ne pas se confiner uniquement dans l’histoire pure et dure.

L’expérience de l’IRMC, ayant duré quatre années (jusqu’au mois de septembre 1999), a été décisive pour donner un autre élan et une autre orientation dans mes recherches futures et ma carrière académique d’une manière générale. Mon intégration à l’IRMC m’a permis de trouver des conditions favorables pour monter un programme pluridisciplinaire de recherches, c’est-à-dire ouvert à des spécialités autres que celle de l’historien, et tant à des universitaires qu’à des doctorants, tunisiens, français et maghrébins. C’est dans cette ambiance cordiale d’échanges et de débats, que j’ai démarré ce programme ambitieux intitulé : « Villes et territoires au Maghreb, modes d’articulations et formes de représentations ».

J’ai mis en place dans les mêmes conditions, en janvier 1996, suite à une convention cosignée par la Faculté des sciences humaines et sociales de Tunis et l’IRMC, un groupe pluridisciplinaire composé de chercheurs français et d’enseignants chercheurs de l’Université de Tunis, des historiens en grande partie, mes collègues et mes étudiants, mais aussi des sociologues et des géographes. Nommé au départ Groupe de Recherche sur les Villes et les Communautés Locales (GRVCL), le groupe finit par prendre, en 1999, la dénomination de « DIRASET études maghrébines » quand il fut érigé officiellement comme Unité de Recherche (UR) dans le cadre du ministère tunisien de la Recherche scientifique, de la Technologie et du Développement des Compétences. Les enseignants chercheurs tunisiens du groupe se lièrent alors intellectuellement à une pléiade de jeunes chercheurs français dynamiques, appartenant à des sensibilités de spécialités différentes à même de créer les conditions objectives de la confrontation disciplinaire et paradigmatique.

Couv du livre A. HéniaDans ce groupe tuniso-français, on a appris à discuter, à travailler ensemble, et à affiner des problématiques, puis à conduire des actions : tables rondes, journées d’études à Tunis et à l’IRMC de Rabat ou des chercheurs marocains s’étaient engagés avec nous. Puis on a participe à l’AFEMAM d’Aix-en-Provence en 1996 dans le cadre d’un atelier sur les notabilités, repris par la suite à l’IRMC. Au terme de ce détachement, je suis revenu à la Faculté sur un poste d’enseignant. Apres une hésitation sur l’institution favorisant la poursuite du groupe, Jean-Philippe Bras a proposé qu’il continue de collaborer avec l’IRMC. Le DIRASET, transformé plus tard, en 2003, en Laboratoire de recherche, perpétue l’esprit de ce que nous faisions à l’IRMC sur plusieurs plans : recherche pluridisciplinaire et doctoral. Nous avons d’ailleurs continué pendant plusieurs années les sessions doctorales que personnellement j’ai vécues, et on continue dans cet esprit avec les mêmes formules un peu modifiées. Je dirais que DIRASET, c’est un peu l’élève de l’IRMC. J’évoquerai quatre enseignements majeurs de cette présence de l’IRMC à Tunis.

Le premier c’est la pluridisciplinarité qui nous a transformés, moi-même et les chercheurs de DIRASET. Elle marque et singularise actuellement DIRASET dans le paysage scientifique des universités tunisiennes. Théoriquement, DIRASET est un laboratoire d’histoire, mais la contre-idée qui s’est imposée est de dire que c’est un laboratoire de sciences sociales ouvert à l’inter et à la pluridisciplinarité. C’est un point fort résultant de mon passage à l’IRMC et aussi de l’expérience des collègues qui ont participe à notre groupe.

Le second enseignement est l’ouverture sur l’international. Avant l’IRMC, nous avions des rapports avec la France par les actions de coopération universitaire dans le cadre des projets dits CMCU. Mais on n’avait pratiquement aucun lien avec les collègues maghrébins. Et c’est grâce à la dimension maghrébine de l’IRMC, notamment avec l’antenne de l’IRMC de Rabat, que nous avons pu nouer des relations Sud/Sud notamment avec les collègues algériens, marocains et même mauritaniens. Cette dimension maghrébine, nous l’avons eue grâce à l’IRMC. Avant que le Gouvernement tunisien n’ait mis en place des actions de coopération CMPTM avec le Maroc, nos échanges avec les Marocains passaient par l’IRMC, nous les avons reçus et ils nous ont reçus par le biais et avec l’aide de l’IRMC.

D’autre part, en 1995, on discutait de comment faire en sorte que la bibliothèque de l’IRMC vienne combler un vide dans le paysage universitaire tunisien. Et c’est à cette époque qu’elle s’est orientée et spécialisée en se dotant de livres et d’ouvrages généraux sur les sciences sociales : tout ce qui concerne les apports théoriques et les méthodologies, tout ce que l’on ne peut trouver ni à l’IBLA ni à la Bibliothèque Nationale. De ce point de vue, la bibliothèque de l’IRMC a attiré un grand nombre de chercheurs tunisiens et a rempli une fonction importante dans leur vie. Elle doit continuer à jouer ce rôle de bibliothèque spécialisée sur la place. Puis, avec la bibliothèque, ce sont aussi les conférences des professeurs invités, de passage et attirant un public curieux et très intéressé, et elles doivent continuer à se développer en fonction de la demande locale.

Enfin, l’IRMC est venu combler un grand vide qui s’est créé progressivement dans les sciences sociales, et qu’on ne mesurait pas toujours clairement à l’époque. Le CERES (Centre d’études et de recherches en sciences économiques et sociales) avait été dans ce domaine un leader productif et dynamique dans le tiers-monde. Mais il a connu une crise qui s’est amplifiée des les années 1970, il s’est peu à peu vidé de son personnel et est devenu presque une coquille vide. Du coup, les recherches en sciences sociales n’ont plus été portées par une institution particulière. Certes, il y avait les universitaires qui font de la recherche, mais ils sont d’abord des enseignants et la faculté n’est une institution de recherche qu’accessoirement. Il n’y avait donc pas de structure de recherche en sciences sociales qui puisse être vecteur de dynamique. Et c’est alors qu’est arrivé l’IRMC qui a comblé ce vide en impulsant une dynamique qui manquait et que le CERES avait presque abandonnée. Aujourd’hui, le CERES est encore une coquille vide et l’IRMC, toujours là, continue à jouer ce rôle. Est-ce que les nouvelles structures de recherche et les labos installés dans l’université ont contribué à remplir ce vide et ont créé une dynamique ? Oui pour certains dont le DIRASET qui reste quand même une petite structure et continue à beaucoup travailler avec l’IRMC.

Dans l’avenir, l’IRMC pourrait se développer davantage en s’impliquant avec les structures de recherche en place. Il devra en ce sens continuer à participer à la construction du savoir entre chercheurs tunisiens et français, à la fois dans leurs capacités scientifiques, mais aussi dans leurs capacités à drainer d’autres chercheurs tunisiens et à les confronter ainsi à d’autres sensibilités universitaires. Cette confrontation est utile et nécessaire pour la communauté scientifique tunisienne qui veut et cherche cette ouverture.

(Propos recueillis par Pierre-Noël Denieuil)

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

 

Abdelhamed HÉNIA

est professeur d’histoire à la Faculté des sciences humaines et sociales, Université de Tunis et directeur du DIRASET – études maghrébines. Il a été chercheur à l’IRMC de 1995 à 1999.

Pour citer ce billet : Abdelhamid Hénia, « De l’IRMC au DIRASET, bilan d’une présence en sciences sociales », Le Carnet de l’IRMC, 8 juillet 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1034

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Une journée à l’IRMC

iismm_bras-small480
Photographie de Jean-Philippe Bras
© IISMM

Il fallait d’abord garer son véhicule à l’ombre improbable d’un araucaria, dans la rue Mohamed Ali Tahar, de ce calme quartier de Mutuelleville. À l’entrée, encadrée de deux grands palmiers, de la sobre villa blanche ou se tient l’IRMC, on était accueilli par Salem Yacoubi ou Salem Yacoubi qui, faute de garder les buts du Club Africain ou de l’Espérance de Tunis, veillaient sur les locaux de l’Institut. Car le football était la première affaire du jour, et une affaire sérieuse, substitut a un champ politique déserté, ou Sahéliens, Sfaxiens, Tunisois réglaient leurs comptes entre eux, et bien sûr tous ensemble avec l’Espérance de Tunis, club du peuple et du pouvoir, présidé par le gendre du Président.

La chronique du championnat faite, on descendait par une marche abrupte dans un jardin bas et fort inondable, ce qui rendait le fonds documentaire sujet aux intempéries, au grand désespoir des bibliothécaires. Mais ce jardin, avec ses bancs de pierre, ses arbustes et ses herbes un peu folles, était propice aux conversations et aux déambulations, sorte d’extension pour le travail académique de locaux toujours trop exigus ; lieu de pause aussi, ou se grillaient les cigarettes, Latifa Bessoudi son cendrier à la main ; aire des festivités enfin, à l’occasion des séminaires et des journées d’études, mais aussi des départs célébrés par le fumet du méchoui et scandés par les stridents youyous des femmes.

Au fond du jardin était sis le « studio », où se tenaient tant bien que mal les chercheurs. Ce lieu mal commode et un peu sombre pouvait s’emplir d’animation, notamment a l’occasion des réunions du comité de rédaction du bulletin d’informations scientifiques Correspondances qui, avec les séminaires de recherche, conférait une corporalité à l’équipe de recherche, qui n’était pas acquise au départ, les chercheurs étant recrutés sur projets et pour des durées limitées. Ces moments communs étaient donc précieux, fortifiant les liens entre chercheurs français et tunisiens, associant pleinement les doctorants, moins solennels que la réunion annuelle du laboratoire. Le bulletin était aussi un instrument de veille sur la production scientifique maghrébine, et de collaborations scientifiques élargies. Kmar Bendana a beaucoup contribue au souffle du bulletin – nous étions dans l’histoire culturelle in vivo – comme elle l’a fait pour IBLA, la revue de l’Institut des Belles Lettres Arabes, avec lequel l’IRMC a toujours entretenu une forme de correspondance implicite, dans une position commune d’intermédiation. Après un maquettage précis par Besma Ouraied, et la contribution des volontaires du service national qui apportaient un surcroit de jeunesse a l’Institut, le bulletin était envoyé à l’imprimeur puis faisait l’objet d’une distribution certes couteuse et parfois malaisée dans les incertitudes des acheminements postaux, – mais nous n’étions qu’aux balbutiements de l’Internet.

Puis, il fallait entrer dans le vestibule de l’Institut dans une quiétude obligée par la proximité immédiate d’une bibliothèque, a la fréquentation toujours réconfortante, ou le chuchotement était de règle, sous la vigilance de Catherine Cassan-Touil et de son équipe. Mais tout changeait les jours de séminaires ou de conférences, dans le fracas des tables et des chaises que l’on déplace, puis des débats souvent vigoureux qui s’y tiennent. La partie gauche du vestibule était le domaine de Jellal Derouiche, passeur a la civilité souriante, passeur des livres entre le magasin (à sa gauche) et la bibliothèque, des livres aux photocopies (à sa droite), des visiteurs vers les bureaux auxquels on accédait en gravissant un escalier. En vis-à-vis immédiat du haut de l’escalier, se trouvait le secrétariat de la Direction. La porte a peine ouverte, Christiane Saddem et Hayet Naccache lançaient immanquablement à la cantonade et à l’unisson un vigoureux « bonjour, Monsieur le directeur ! » qui n’était pas dénué d’une forme d’ironie bienveillante, marque d’une confiance réciproque. Tous ces rituels de passage étaient bien réconfortants au moment où il fallait s’asseoir a la table de travail ou s’entassaient dossiers et parapheurs.

Bras 2000
Séminaire à l’IRMC avec des chercheurs tunisiens et français, 1999. De gauche à droite : Abdelmajid Charfi, Jean-Philppe Bras et Amar Mahjoubi.

Un des moments de la fin de la matinée était consacré à faire le point avec Anne-Marie Planel, directrice adjointe de l’IRMC, sur les questions stimulantes, autour des programmes de recherche, du calendrier scientifique, et des partenariats avec les chercheurs tunisiens (sa fine connaissance du monde universitaire tunisien, acquise de longue date, notamment dans le cadre du Centre de Documentation Tunisie Maghreb (CDTM) qu’elle dirigea et qui préfigurait le futur IRMC, fut bien précieuse pour les directeurs successifs de l’Institut) et les questions nécessaires, budgétaires ou du rythme des publications et de la préparation des rapports d’activité.

Mais il fallait aussi sortir du bureau, pour se rendre aux rendez-vous et aux réunions au service culturel et a l’ambassade, où l’on pouvait s’assurer de la cohérence des dispositifs de coopération, et susciter des complémentarités (les enquêtes conduites par Éric Gobe et Vincent Geisser avec un financement du service culturel, les relations établies avec l’AFD dans le cadre du programme conduit par Mihoub Mezouaghi). Il s’agissait aussi d’aller à la rencontre des partenaires tunisiens, pour établir des entreprises communes, ainsi des réunions préparatoires en vue des rencontres annuelles de jeunes chercheurs avec l’Université de Tunis, dirigée par le recteur Mahbouli, qui ont constitué un point fort de cette coopération. Mais, pour atteindre nos interlocuteurs, encore fallait-il déjouer les embarras de la circulation dans Tunis, ce que s’employait à faire avec talent, mais pas toujours avec succès – à l’impossible, nul n’est tenu –, Fathi Aouadi.

Les discussions avec les chercheurs et les doctorants en poste a l’IRMC étaient toujours passionnantes, en raison notamment des spécificités de l’Institut, qui en faisaient un lieu de recherche à la fois très libre et très contraint. Il était très libre sur le plan académique, et la transgression des frontières disciplinaires y était à la fois nécessaire, tant l’équipe avait une composition pluridisciplinaire (historiens, géographes, sociologues, anthropologues, linguistes, politologues, économistes… et un peu juristes) et souvent réjouissante par les nouveaux angles de vue sur les programmes qu’elle suscitait. Cette liberté disciplinaire se manifestait encore par l’investissement de disciplines qui n’avaient guère leur place dans le champ académique tunisien, comme l’anthropologie, fille marquée d’une ethnologie coloniale, à travers le programme conduit par Mohamed Kerrou, et la participation de l’IRMC à la création de l’Association des anthropologues de la Méditerranée (ADAM). D’autres initiatives ont pu être conduites dans le cadre de l’Institut, qui correspondaient bien à des besoins exprimés par des acteurs de la communauté scientifique tunisienne, par exemple sur le croisement entre droit et histoire, ce qui permit de mettre en place un groupe de travail entre juristes et historiens, où s’impliquèrent particulièrement Sami Bergaoui, Abdelhamid Henia, Sana Ben Achour, puis Nada Auzary-Schmaltz.

Mais l’IRMC était aussi un lieu de recherche très contraint sur le plan politique, confronté a la problématique de la mise en œuvre de la recherche en sciences humaines et sociales sous un régime autoritaire, que connaissaient également d’autres instituts équivalents dans le monde arabe. La difficulté était de taille. Était-il possible de tenir les standards de recherche avec ce qu’ils supposent d’autonomie du chercheur, et de conduire des travaux et de produire des résultats de la recherche qui ne mènent pas à la fermeture de l’Institut ? Dans ses nuits agitées, le directeur pouvait se représenter l’Institut comme sur le faite d’un toit, dont l’un des versants précipitait vers la complaisance et l’autre vers la perte. Si l’édifice a tenu, avec ses délicats équilibres, c’est qu’il a été bien conçu dans sa phase initiale, ce dont il est largement redevable à Michel Camau, son premier directeur.

Numériser0011
Séminaire à l’IRMC avec des chercheurs tunisiens et français 1999.

Pleinement intégré dans le dispositif de la coopération scientifique et culturelle bilatérale, l’Institut a été doté d’un comité de suivi franco-tunisien qui se réunissait chaque année, et dont les membres tunisiens étaient nommés par le ministre de l’Enseignement supérieur. Les relations de confiance qui ont pu être nouées avec ceux-ci, Moncef El Gaied, le directeur de la recherche scientifique au ministère, Yadh Ben Achour et Abdelmajid Charfi, les réunions annuelles où la partie tunisienne pouvait exprimer ses souhaits sur le renforcement des partenariats, ont contribué à éviter les chausse-trappes, à faciliter la délivrance des autorisations de recherche, à obtenir le détachement d’enseignants-chercheurs de l’université tunisienne à l’IRMC, où ils conduisaient des programmes pluriannuels. Parallèlement, un travail de mise en forme des termes des programmes de recherche, des demandes d’autorisation de recherche par les jeunes chercheurs permettaient d’éviter des difficultés prévisibles, pour des travaux ultérieurement publiés dans le cadre de l’Institut ou d’autres instances scientifiques. Ce travail était d’autant plus indispensable quand les chercheurs relevaient des disciplines des sciences politiques, comme ce fut le cas pour Vincent Geisser et Eric Gobe.

Ces traits marquaient une vraie spécificité de l’IRMC par rapport au réseau des instituts français de recherche à l’étranger, qu’il fallut parfois défendre, notamment quand le ministère des Affaires étrangères étendit le dispositif des comités du suivi à d’autres instituts, sur le modèle de l’IRMC donc, mais envisagea en retour d’étendre à l’IRMC le principe de nomination par l’ambassadeur des membres représentant les institutions scientifiques du pays d’accueil. Ce dispositif a également permis une pleine appropriation de l’outil de coopération qu’est l’IRMC par les enseignants-chercheurs tunisiens en poste à l’Institut. Au terme de leur détachement, ceux-ci ont continué de s’impliquer fortement dans les activités de l’Institut. Ce fut notamment le cas d’Abdelhamid Henia qui a créé et dirigé un gros laboratoire d’historiens (DIRASSET), dont les partenariats internationaux sont nombreux, avec des laboratoires français, européens et maghrébins, mais aussi avec l’IRMC, par l’organisation conjointe de rencontres jeunes chercheurs. Mais l’observation vaut également pour Mohamed Kerrou pour l’anthropologie, Hassan Boubakri pour les coopérations avec la Libye, ou Mohamed Elloumi pour l’économie du secteur agricole. Une limite à une pleine implication de la communauté scientifique tunisienne à l’Institut a cependant subsisté : celle de la langue de travail, qui était exclusivement le français, ce qui avait l’inconvénient d’épouser des clivages implicites à cette communauté scientifique.

Un autre atout de l’Institut aux yeux des autorités tunisiennes était naturellement sa dimension maghrébine. Dans un contexte de fermeture des frontières où les institutions scientifiques régionales avaient été mises en sommeil, l’IRMC était l’un des rares lieux où chercheurs marocains et algériens pouvaient se réunir et conduire des projets communs. Cette dimension maghrébine faisait partie des pré-requis des programmes de recherche de l’Institut. On se souvient des chercheurs algériens arrivant par la route dans les années noires, visiblement soulagés d’avoir échappé a l’improbable destinée promise par les barrages routiers, et des partenariats établis à cette époque avec le CREAD de Yacine Ferfera, le CRASC d’Oran dirige par Mme Remaoun, ou avec la revue Naqd de Daho Djerbal, qui tenaient le cap dans la tempête. Ce fut aussi le temps de la création du Centre Jacques Berque à Rabat, issu d’une antenne délocalisée de l’IRMC, ce qui ne signifiait nullement l’interruption des relations avec les institutions marocaines, mais une concertation attentive entre les deux instituts.

Dans cette pile de dossiers qui s’accumulait sur le bureau du directeur, il y avait toujours en bonne place la préparation du rapport annuel au conseil scientifique qui était la grande affaire de l’Institut, et mobilisait les énergies sur le trimestre du printemps. Le rapport était examiné avec soin par les figures tutélaires du conseil scientifique, qui représentaient les institutions de recherche françaises sur l’aire géographique du monde arabe et musulman, et veillaient aux équilibres des partenariats. L’IREMAM, bien sur, URBAMA ou Pierre Signoles et Pierre Robert Baduel se sont dépensés sans compter dans les relations avec l’IRMC, l’Institut Maghreb-Europe avec René Gallissot, Henri Regnault pour l’économie paloise et mondialisée, et plus tard l’EHESS avec Jocelyne Dakhlia. L’air s’emplissant des senteurs du soir montant du jardin, et des appels a la prière des muezzins par haut-parleur, il était temps de refermer les dossiers et de regagner ses pénates.

PS : Le mode du passé, qui est mien, c’est encore largement le présent de l’Institut, ce qui est signe de la permanence de l’institution, signe réconfortant pour le juriste et l’ancien directeur. Mais ce passé est tout aussi révolu. Depuis, bien d’autres ont apporté leurs pierres à l’édifice, et le Maghreb contemporain connaît des bouleversements dont l’IRMC ne reste bien sûr pas à l’écart.

 Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

 

Jean-Philippe BRAS

est professeur de droit public à l’Université de Rouen, Président du Conseil scientifique du Pôle Maghreb. Il a été directeur de l’IRMC de 1997 à 2003.

Pour citer ce billet : Jean-Philippe Bras, « Une journée à l’IRMC », Le Carnet de l’IRMC, 6 juin 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/913

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

L’orientalisme et après?

Séminaire animé par FRANÇOIS POUILLON et ALAIN MESSAOUDI – Tunis – 25 février 2011

 

Ce séminaire organisé à l’IRMC le 25 février 2011, s’inscrivait dans la recherche critique, impulsée par François Pouillon, sur la question de l’orientalisme vu du Sud. L’idée en était de montrer que l’orientalisme ne renvoie pas uniquement à des démarches occidentales ou métropolitaines, et d’analyser alors « la manière dont les acteurs du Sud se sont réappropriés, fut-ce après une critique radicale, les différentes versions (savantes ou culturelles) de l’orientalisme ».
Cette séance animée par François Pouillon, rassemblait des chercheurs tunisiens, en vue de la préparation du colloque L’orientalisme et après ? Médiations, appropriations, contestations, qui se tiendra à Paris les 15, 16 et 17 juin 2011. Les participants ont évoqué les différents cas de figure d’un même processus de construction d’un savoir sur l’Orient, puis sa réception et sa réappropriation par celui qui en est l’objet, et la production d’un autre savoir, comme un orientalisme retraduit, voire réorientalisé, par l’indigène.

De la construction de l’orientalisme à sa réception indigène. Les propositions sur ce thème renvoient plutôt à l’analyse de la construction d’un savoir orientaliste utile et repris par l’indigène. Dans cette perspective, Alain Messaoudi (EHESS, Paris) propose de se pencher sur les usages et enseignements de l’orientalisme savant, à propos de l’Encyclopédie de l’Islam, s’intéressant ainsi au processus de la transmission des orientalistes et de leurs élèves. Sihem Missaoui (Université de la Manouba) a souhaité traiter de la présence des premiers islamologues dans l’enseignement et la recherche universitaire, et voir comment des articles dits « orientalistes » passent dans les encyclopédies, « mais avec des fautes ou erreurs ». Ce qui y est dit sur l’Islam et sur ses usages peut-être récusé ou considéré comme idéologique. Se pose alors la question de l’efficacité de cette information pour des musulmans de culture arabe. Comme l’a rappelé François Pouillon, les intellectuels chinois estiment pour leur part que le travail effectué par les grammairiens orientalistes est sans grande utilité pour eux. Ce n’est pas le cas des grammairiens arabes, qui ont souvent repris les cadres et instruments de la grammaire élaborés sur leur langue par les occidentaux. Il y a ici l’idée d’une réappropriation positive du fait que les travaux des orientalistes ont pu enrichir les approches des grammairiens arabes, connivence résultant sans doute d’un recours commun aux concepts et formalisations aristotéliciennes. Autre réappropriation positive, celle que des intellectuels indigènes peuvent réaliser sur l’analyse des cultures et traditions populaires du Maghreb, souvent méprisées par la tradition savante, mais initiées par les orientalistes. C’est le cas, par exemple avec le recueil du patrimoine musical produit par le baron d’Erlanger et ses informateurs. Selon Ahmed Khoudja (Université de Tunis), ces traditions, jusqu’alors marginalisée dans la culture arabe, ont ainsi été promues par les folkloristes pour les intéressés eux-mêmes. Quelle est l’histoire de cette patrimonialisation : comment cette culture orale a-t-elle été récoltée et auprès de quels informateurs, puis transcrite et traduite ? Quels ont été les enjeux politiques et contextuels de ce savoir colonial à la fois refusé (ou récusé) et pourtant utilement repris durant la période des indépendances ?

D’autres travaux ont abordé la question de l’orientalisme du point de vue du projet de rapprochement avec les intellectuels locaux, qui en sous tend la réception. Pour Clémentine Gutron (EHESS, Paris), il s’agirait, pour illustrer la mise en place du mythe national, d’étudier la production allogène d’une archéologie nationale. Elle s’intéresse notamment à la figure de Paul-Albert Février, militant de la décolonisation, constructeur de la pré-indépendance algérienne et bâtisseur des idées d’on Orient nouveau à l’ombre des États nations. Pour Youssef Cherif (Université de Tunis) il faudrait enquêter à Columbia au centre des études pour la Palestine, dépositaire des travaux sur Edward Saïd, pour un état des lieux de l’influence de cet auteur-phare, de l’histoire institutionnelle des « post-colonial studies », et du projet idéologique qui les structurent.

Réception indigène et reconstruction de l’orientalisme. D’autres analyses nous confrontent à une réappropriation plus conflictuelle. C’est ainsi que Mouldi Lahmar (Université de Tunis) a proposé une réflexion sur « L’orientalisme en Libye : un savoir colonial indigène ? » Le projet est de réexaminer la manière dont les intellectuels libyens ont reçu les études orientalistes sur la colonisation – le grand corpus de De Agostini sur les tribus libyennes – et comment ils peuvent les utiliser pour réécrire la « vraie histoire » de leur pays. Ils remettent en cause tout d’abord les modes de recueil et la véracité de certaines informations qui n’auraient « pas été données correctement par la société locale ». Ils posent par la suite la question de ce que les orientalistes ont fait avec ces informations, ce qui pose problème moins de l’information elle-même que la manière dont elle est traitée et interprétée. Parfois, le traducteur reprend des informations de la source orientaliste et en change les entrées. Parfois aussi, « des choses ne sont pas traduites parce que considérées comme non-conformes ». L’ensemble de ces opérations marque la capacité de réappropriation et de rétablissement du traducteur face à ce qu’il estime être une « dérive orientaliste ». Ce qui soulève la question du droit de l’indigène à contester la réception orientaliste, mais aussi sa capacité à la reconstruire. Dans le même sens, Khaled Kchir (Université de Tunis) entend travailler sur le livre de l’érudit allemand, Welhausen, dont le texte (1924) sur l’histoire du prophète a été traduit en arabe dans les années 1950. Le traducteur utilise alors les notes de bas de page comme lieu de restitution de sa parole, rétablissant les choses comme il les conçoit et selon sa vision d’un pieux musulman. Dans ces différents exemples, le champ de l’orientalisme est limité par ce qui peut se reconfigurer en arabe. Dans son mouvement de réappropriation par l’individu, l’orientalisme est l’objet d’une rectification et d’une conversion ou correction de l’information captée dans celle reconstruite par le traducteur.

De la co-construction orientaliste à la réorientalisation. Il s’agit là de montrer comment l’indigène construit sa propre conscience et identité, indépendamment de la construction qu’en fait l’autre, mais non sans quelque intervention extérieure de sa part puisque cela consiste souvent à en reprendre les productions. Comment se co-construisent les identités collectives après l’orientalisme ? Mercedes Volait (CNRS, Paris) va analyser le projet artistique ou de société qui sous tendrait et regrouperait sur le marché de l’art orientaliste, les achats des collectionneurs du monde arabe à destination de leur société. De son côté Nabiha Jerad (Université de la Manouba) montre, dans le cas du discours publicitaire et de l’image touristique, comment le décolonisé devient sujet et non plus seulement objet du discours, en proposant au touriste sa propre image. Quelle image le tourisme national va t- il restituer au touriste tunisien ou à l’autochtone qui regarde son propre patrimoine ? Est-elle médiatisée par des sources et images produites ailleurs ? Ou est-elle conforme à sa propre représentation de soi (mais n’est-ce pas déjà une représentation médiatisée) ? Il s’agirait là, de voir comment l’orientalisme savant ou folklorique se réorientalise dans les échanges au quotidien (publicitaires, commerciaux) en relation avec l’indigène lui-même.

C’est d’une telle « réorientalisation » qu’ont parlé plusieurs autres intervenants. A ce titre, Charlotte Jélidi (IRMC) souligne des formes d’une « sur erlangidisation » de Sidi Bou Saïd, en référence au Baron d’Erlanger qui, contrairement à l’idée reçue, n’aurait pas imposé par texte de loi le bleu des boiseries de ce village. De son côté, Kmar Bendana (Université La Manouba) a placé ce processus de réorientalisation sur un terrain « Sud/Sud », en retraçant l’itinéraire d’Abdellaziz Talbi qui a réincorporé une culture orientaliste dans son combat politique puis intellectuel. Pur arabophone, sans accès direct aux langues européennes, il a utilisé les orientalistes traduits en arabe, intégrant aussi de nouveaux outils fournis pas la sciences européenne (historiographie, psychosociologie etc…) notamment sur l’écriture de la vie du prophète. Il est ainsi montré que l’orientalisme s’est diffusé et réincorporé dans les milieux arabes même quand ils n’y étaient pas convertis.

Dans le même souci de sortir de la dichotomie orientaliste/indigène, et de rechercher les espaces de négociation où les deux se rencontrent, Abdelhamid Hénia (Université de Tunis) montre que les orientalistes n’ont pas construit leur savoir juridique avec des informateurs qui n’auraient été que des aides et auxiliaires externes. Il donne l’exemple d’un savoir colonial juridico foncier qui a été créé avec la colonisation. Il explique que cette science dite « coloniale » constitue elle-même le produit d’une co-construction interactive entre les juristes français et tunisiens, une alliance entre ces deux élites qui ont construit un savoir juridico-financier dans leur double intérêt. Ils ont alors réagencé, en les reformulant et en les métissant, à la fois les concepts fonciers du droit romain et de la pratique juridique tunisienne. De la même manière, les Turcs, du temps de l’Empire ottoman avaient marié entre eux les droits hanéfite et le malékite pour créer une juridiction foncière avantageuse pour les citadins. Une telle approche conduirait, selon le souligne Hénia, à « banaliser » l’idée d’orientalisme, en montrant que le changement ne se réduit jamais à la seule intervention de facteurs extérieurs venant gommer toute participation des acteurs locaux.

Enfin, les différentes participations à ce séminaire ont bien montré à quel point ces analyses du décalage entre le discours des orientalistes et leur réappropriation ou rectification par les indigènes viennent enrichir la question de l’écriture de l’histoire et la perspective historiographique dans sa forme transcendante de « projet de moi vers l’autre » selon les formules du philosophe Husserl.

Publié en avril 2011 dans La lettre de l’IRMC n°6

 

Pierre-Noël DENIEUIL

Sociologue, directeur de l’IRMC

 

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Une révolution populaire sans les élites, menacée par les élites

La révolution tunisienne est à l’œuvre. C’est un moment historique capital pour la Tunisie, mais pas seulement, plein d’émotions et d’espoirs. Les masses populaires tunisiennes sont en train d’inventer une nouvelle manière d’agir sur le plan politique. L’originalité de cette révolution réside dans le fait qu’elle est spontanée, non programmée, et,

paradoxalement, pacifique. Un processus involontaire mais largement conscient, conduit dans le désordre des affrontements et des compromis par la masse des anonymes, ne se réclamant d’aucun leadership. C’est pour cela qu’elle avance au jour le jour en tâtonnant et au gré des circonstances. Un pragmatisme hautement créateur. Un accord mobilisateur autour d’objectifs communs sans aucune préparation préalable. Tout se passe comme si cet accord ne se fait qu’autour de ce qui bénéficie de l’unanimité de la masse des anonymes. Nous assistons, là, à une leçon magistrale et originale dans la manière de la construction de l’accord au sein d’une société.

Penser ce mouvement et s’échanger des idées sur ce plan est une manière d’aider à réaliser une meilleure intelligibilité de ce moment historique. Le devoir nous appelle tous pour contribuer à cet effort intellectuel. Il faut militer pour empêcher l’avortement de cette révolution salutaire pour le peuple tunisien, pour ne pas retomber de nouveau dans la dictature, dans le culte de la personnalité et la centralité de la pensée unique. Pour ce faire, il me semble qu’il est utile de militer pour un régime politique parlementaire qui coupe court à toute tentative de monopole de l’exercice du pouvoir par une seule personne comme ce fut le cas au temps de Bourguiba et de Ben Ali. Plus question de laisser surgir un nouveau président qui finira forcément par rééditer les épisodes de Bourguiba et de Ben Ali.

Il ne faut pas oublier que notre pays est fortement marqué par la domination des élites. Ces dernières tendent à imposer leur dictat en favorisant l’unicité en tout (dans le domaine politique et culturel plus particulièrement). Je sais que le mot élite est polysémique. Je l’utilise ici pour désigner la (ou les) catégorie sociale qui s’auto désigne comme telle et se donne le droit de diriger le peuple jugé par elle comme étant incapable de décider seul de ce qui lui convient ou ne lui convient pas. Ce peuple (sha‘b) très valorisé par le poète Abulkacem El Chabbi et par le syndicaliste Farhat Hached, est devenu progressivement depuis l’indépendance objet de stigmatisation par ces mêmes élites. Nous savons tous aujourd’hui ce que signifie dans le milieu élitaire des catégories comme « populaire ». Ces élites sont le produit, qu’on le veuille ou non, d’une forte hiérarchisation de la société. Rappelons-le : notre société est l’une des sociétés les plus hiérarchisées dans le monde arabe. C’est cette hiérarchisation qui a généré des élites très soudées – malgré les apparences – et surtout très conscientes de leur intérêt. Elles se sont concentrées pour l’essentiel à Tunis avec des assises solides dans les villes de l’intérieur. Ces élites (soudées et centralisées), fonctionnant sous le mode de l’unicité (ne l’oublions surtout pas), ont tout fait pour renforcer les conditions de la centralisation politique et du monopole de l’exercice du pouvoir. Il y va de leur propre intérêt. Les rivalités que l’on décèle au sein des élites sont commandées par des contradictions mineures dues à une compétition interne pour le monopole de l’exercice du pouvoir sans plus. Dans tout cela, le peuple (représenté de nos jours par ce qu’on appelle les classes moyennes) ne constitue dans la stratégie de ces élites que le milieu d’où l’on recrute des « clients » potentiels pour asseoir leur monopole de l’exercice du pouvoir et surtout renforcer leurs assises respectives au sommet de la hiérarchie politique.

C’est ce peuple aujourd’hui qui dit non à ces élites (toutes catégories confondues), et ce sont ces mêmes élites qui manoeuvrent maintenant pour récupérer les acquis de la révolution populaire et reprendre le pouvoir qu’elles sont sur le point de perdre pour toujours. Nous sommes à un moment critique où tout peut basculer dans l’un ou l’autre camp. Les jeux sont-ils faits ? J’ai encore confiance dans la volonté de ce peuple qui a affirmé, et continue à le faire, sa volonté de prendre son propre destin en main. Mais le risque de perdre tout, est grand. Il réside dans la manipulation de ce peuple qui reste, malgré tout, non encadré par des personnes intègres et surtout non élitistes. L’enjeu maintenant est de dénoncer ouvertement le jeu de ces élites jalouses de leur pouvoir. Pour cela, je pense que le mouvement populaire ne doit pas cesser sa pression et doit être prêt à tout moment à contrer toutes les manipulations. Le rôle des intellectuels (non élitistes) est de soutenir l’élan populaire en contribuant à le penser. Il faut une totale congruence avec ce mouvement populaire : se laisser guider par lui pour le soutenir, autrement dit juste l’accompagner dans sa

démarche. Car ce mouvement populaire a prouvé sa maturité. Il est très lucide, en tout cas mieux que tous les intellectuels tunisiens jusque-là. Cessons de donner des leçons à ce peuple si mur et si intelligent et efficace.

Publié en janvier 2011 dans la Lettre de l’IRMC n°5

 

Abdelhamid HÉNIA

Historien, université de Tunis

 

Crédit photographique : ©Martin Bureau – AFP ; © Sondron, « La Tunisie en route pour la démocratie ».

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook