Le printemps arabe, les migrants euro-maghrébins et la transition

Les soulèvements récents des populations en Tunisie et en Égypte mettent en question les analyses des dernières décennies sur la résistance présumée du monde arabe aux processus de réforme, souvent attribuée par certains auteurs à la non-compatibilité impliquée entre la démocratie et la civilisation islamique. Aujourd’hui nous vivons un changement de paradigme et il est vrai que non seulement l’Europe en tant qu’acteur international, mais aussi les chercheurs ont besoin de revisiter certaines hypothèses.

Mais quels sont finalement les facteurs qui ont favorisé le développement actuel et qui ont déclenché peut-être – il est trop tôt d’en juger – cette quatrième vague de démocratisation ? Parmi les nombreux facteurs qui ont déclenché la révolution en Tunisie, et que la recherche dévoilera en détail au cours des prochaines années, nous pouvons en appréhender dès maintenant quelques-uns : l’écart social croissant, le système autoritaire étouffant, la corruption avancée, le sous-emploi, le chômage, le manque de perspectives professionnelles, notamment pour la jeune génération, les nouveaux médias ou bien le rôle de l’armée. Tous ces facteurs ont fait que le système politique était arrivé à un moment où il devrait éclater ou imploser. Mais il faut retenir aussi que personne, ni en Tunisie, ni en Europe, n’a pensé que ceci allait arriver si rapidement et finalement si « facilement » (comparé à la situation en Libye).

Mon hypothèse est que la mobilité dans l’espace euro-méditerranéen est également un facteur central pour la transition. Le fait que la révolution tunisienne ait pu réussir est aussi du à l’existence d’une société civile engagée, et que malgré les verrouillages par « l’ancien régime » il y avait un échange possible avec le reste du monde et ainsi un échange d’idées et de valeurs. Finalement, c’est la modernité, l’aspiration à la liberté et à la dignité de l’individu qui ont vaincu. La société tunisienne a prouvé qu’elle était beaucoup plus moderne, avancée et progressiste que son régime, pourtant affichant et promouvant une certaine modernité ; mais le régime et la société se sont accélérés à des vitesses différentes et contradictoires. Cette modernité, elle est transportée et véhiculée non seulement à travers les nouveaux médias, mais surtout et aussi à travers les individus. Presque chaque famille tunisienne a un parent qui vit en Europe ou à l’étranger, ou bien on connaît quelqu’un qui vit à l’étranger. L’interconnexion humaine entre le Maghreb, et l’Europe est beaucoup plus avancée que les décideurs politiques ne l’aperçoivent jusqu’à ce jour. Les migrants qui sont partis travailler et vivre en Europe dans les années 1960 possèdent souvent une double résidence dans les pays d’origine ; ils voyagent entre les deux pays. Leurs enfants, la deuxième et troisième génération, sont pour la plupart nés et scolarisés en Europe. Ils ont grandi dans des systèmes politiques démocratiques et ils connaissent leurs droits et leurs devoirs de citoyens démocratiques. Ils reviennent souvent en Tunisie pour intensifier leurs connaissances de langues, pour passer des séjours d’études, les vacances, pour voir leurs familles, pour créer des entreprises ou tout simplement pour retrouver leurs identités euro-maghrébines. C’est notamment cette génération, qui vit entre la Tunisie et l’Europe, qui est mobile, soit physiquement, soit virtuellement, qui peut faire la différence maintenant.

Ces individus mobiles, qui voyagent entre les mondes, sont issus de toutes les catégories sociales : les élites intellectuelles, aussi bien que les entrepreneurs, les étudiants, les travailleurs saisonniers que les mères de familles. Leur apport à la transition en Tunisie prend corps dans différentes formes matérielles ou bien immatérielles. Parmi les apports matériels, nous pouvons nommer les transferts financiers, mais aussi les transferts de bien, de savoir faire et de professionnalisation dans certains secteurs. Parmi les apports immatériels, ce sont notamment la contribution en matière de savoir faire, des connaissances, un potentiel d’innovation, des expériences vécues et des idées qui peuvent enrichir le processus de transition actuel. Tout en jonglant avec et entre différentes cultures, et habitués à transgresser les frontières, ces individus binationaux ou transculturels sont capables de regarder d’une manière parfois plus neutre et plus distanciée et en même temps avec moins de préjugés les développements politiques et sociaux dans le pays d’origine.

Finalement ce sont aussi ces individus, les migrants et leurs descendants, qui grâce à leurs expériences, leur vécu et leur bagage personnel, ont contribué à préparer le terrain pour les transitions actuelles en Tunisie, et ils seront des acteurs importants dans la réalisation des objectifs de la révolution.

Publié en avril 2011 dans La lettre de l’IRMC n°6

 

Isabel SCHÄFER

Politologue, Université Humboldt de Berlin

 

Crédit photographique : © Reuters ; Roberto Salomone – AFP

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Exode et migrations en Tunisie : quand la société civile se réveille

Au moment où l’Union Européenne s’alarme de l’arrivée de quelques milliers de jeunes tunisiens sur les côtes italiennes et déploie une « mission Frontex » pour combattre l’afflux de ces migrants économiques, la Tunisie accueille à bras ouverts plus de cent mille réfugiés de Libye en une dizaine de jours. C’est une situation exceptionnelle dans ce pays qui rappelle l’invasion italienne de la Libye, un siècle plus tôt, et l’exode massif qu’elle a engendré vers les pays frères voisins.

L’affaiblissement des institutions et les difficultés que rencontre la Tunisie pour dessiner un nouvel horizon politique ne l’ont pas empêchée de faire face avec efficacité et respect pour la dignité des personnes, à l’afflux massif de migrants originaires des quatre coins du monde, fuyant les violences du régime de Kadhafi.

Durant plus de dix jours, tandis que l’aide internationale tardait à arriver, la société tunisienne s’est mobilisée au niveau local d’abord, dans les régions de Ben Gardane et de Tataouine, pour apporter secours et assistance aux nouveaux arrivants.

Tandis que l’armée organisait le premier camp de réfugiés, les habitants des villages alentours ont amené spontanément de quoi nourrir et installer temporairement tant bien que mal ces étrangers sur place. Certains proposaient leurs véhicules pour conduire les arrivants de la frontière aux camps de Ras Jdir et de Choucha. Cet élan a rapidement été relayé dans tout le pays.

Nous avons été témoins de cette mobilisation massive sur les quelques 400 km de route qui nous ont conduit de Sousse à la frontière libyenne; dans la nuit du 4 au 5 mars, où nous avons croisé ou doublé une suite ininterrompue de voitures personnelles, de camionnettes et même de semi-remorques transportant des produits et matériels de première nécessité, répondant ainsi aux appels diffusés par les médias. A côté du Croissant rouge tunisien, des collectifs de solidarité ont émergé un peu partout dans le pays, au sein des entreprises, des quartiers, des écoles, des universités, des mosquées ou entre amis. Ils apportent non seulement des médicaments, des vivres et des couvertures mais ont également conduit de nombreux volontaires de différentes professions (médecins, infirmiers, étudiants en médecine, ingénieurs, secouristes…) ou de simples citoyens venus dans le seul but, parfois, de ramasser simplement les déchets qui s’accumulent. Ces véhicules arborent fièrement le drapeau tunisien devenu, après la Révolution, symbole de l’union, de la liberté retrouvée et de la force de tout un peuple. Des responsables du HCR, pourtant rompus à ce type de situations, nous disaient être impressionnés par la capacité déployée par les habitants de ce petit pays pour gérer une telle crise humanitaire. Cette forte mobilisation ne peut être comprise comme le seul fait d’un quelconque panarabisme. Si la solidarité avec le peuple libyen et sa révolution sont clairement revendiquées par les Tunisiens, le

soutien apporté ne s’établit pas sur la base de critères communautaires ou religieux. Les réfugiés ne sont pas des citoyens libyens, et les Tunisiens le savent ; ce sont des travailleurs migrants de toutes origines qui fuient les combats. Lors de notre passage dans la zone frontalière, les Égyptiens avaient presque tous quitté le camp pour laisser la place à des dizaines de milliers de Bengalais, de Soudanais, de Vietnamiens, et surtout d’Africains sub-sahariens.

La réaction spontanée de la population tunisienne est d’autant plus inattendue que les régimes autoritaires qui se sont succédé en Tunisie depuis l’indépendance n’ont jamais permis l’éclosion d’un tissu associatif indépendant ou d’acteurs solides de la société civile. Cela n’a pas facilité le développement, à large échelle, de traditions de volontariat et de travail humanitaire.

Il semble plutôt que cet engouement soit porté par l’élan révolutionnaire de ces derniers mois. La mobilisation sociale qui a permis le renversement du régime de Ben Ali et la mise en place progressive d’une nouvelle feuille de route vers la démocratie, par décisions gouvernementales et réajustements face aux vives réactions des manifestants à travers le pays (par exemple lors de la nomination des nouveaux préfets à la mi-février, dont 17 sur 24 étaient d’anciens RCDistes), semblent avoir développé un sens aigu des responsabilités collectives et la conviction que chacun a un véritable poids sur le cours de l’Histoire. Un volontaire sur place résumait ainsi cette nouvelle conscience citoyenne «[…] dans le passé, nous nous considérions comme des locataires dans notre propre pays, aujourd’hui nous nous sentons propriétaires et, désormais, nous prenons le destin du pays en main […] ».

Publié en avril 2011 dans La lettre de l’IRMC n°6

 

Hassan BOUBAKRI

Géographe, Université de Sousse

Swanie POTOT

Sociologue, CNRS-IRD

 

Crédit photographique : © AFP ; Yannis Behrakis – Reuters

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Les inégalités socio-territoriales aux origines de la révolution tunisienne : défis du développement, enjeux pour la recherche

La révolution du 14 janvier a fait voler en éclats l’image d’Épinal dont bénéficiait la Tunisie jusque-là : modèle de réussite économique, de progrès social et de stabilité politique, une image savamment entretenue par le pouvoir en place et par ses soutiens internationaux !

Nul doute en tout cas que les bouleversements en cours, la force et la rapidité de leur irruption et de leur propagation à l’échelle du monde arabe contribuent non seulement à remettre en cause les modèles de développement qui ont guidé l’action des États et les politiques publiques dans la région, mais aussi à réinterroger certains schémas intellectuels qui ont dominé l’analyse des dynamiques socio-économiques et politiques des pays de la région.

A posteriori, Il est bien sûr aisé de déceler dans les vives tensions et les graves conflits qu’a connus la Tunisie au cours de la période récente (révolte du bassin minier de Redeyef en 2008, grèves sauvages et occupations d’usines, conflits pour l’eau et la terre, etc.) les signes annonciateurs de l’explosion sociale et populaire qui a conduit à la chute du régime. Mais ce regard rétrospectif sur les causes profondes de la Révolution tunisienne est désormais plus que nécessaire. Parmi celles-ci, l’aggravation des phénomènes d’exclusion sociale et les disparités territoriales croissantes qui ont accompagné les processus de développement, surtout depuis les deux dernières décennies, figurent au premier plan.

Des orientations de développement génératrices de sous-emploi et de chômage pour les jeunes diplômés

En effet, malgré une croissance soutenue au cours des années 1990 et une tendance à la diversification de l’économie (tertiarisation), la Tunisie fait face aujourd’hui à une crise majeure du secteur de l’emploi, accentuée par l’arrivée massive de jeunes diplômés, y compris une large proportion de femmes, sur le marché du travail. Ayant basé sa stratégie d’industrialisation sur le développement des entreprises exportatrices intensives en main-d’œuvre, la Tunisie a subi de plein fouet les répercussions de la conjoncture internationale liée à l’exacerbation des concurrences à l’échelle mondiale, avec pour conséquence, la disparition de milliers d’emplois industriels. L’économie tunisienne est restée largement dominée par des activités à faible valeur ajoutée, nécessitant un niveau de qualification peu élevé, et a continué de baser sa compétitivité sur la compression des coûts de la main d’œuvre, obtenue grâce à la mise au pas du syndicat. Ainsi, le développement de secteurs d’activités susceptibles d’absorber les jeunes diplômés, qui constituent aujourd’hui 60 % des nouveaux arrivants sur le marché du travail, est resté extrêmement limité (Banque Mondiale, 2011). Cette situation, ajoutée à la régression de l’emploi public et au problème de l’inadéquation entre emploi-formation, explique le taux de chômage élevé chez les jeunes diplômés et la montée des frustrations au sein de cette catégorie de population.

L’aggravation des inégalités régionales

Par ailleurs, une des caractéristiques majeures du développement en Tunisie est l’aggravation des inégalités régionales qui s’exprime notamment dans le double phénomène de métropolisation et de concentration des activités dans les régions littorales, situées à l’Est du pays (Belhedi, 1999), deux phénomènes qui n’ont fait que se renforcer avec l’extraversion croissante de l’économie. Le Nord-ouest de la Tunisie, mais surtout le Centre Ouest, où se sont déclenchées les révoltes populaires récentes, ainsi que le Sud, ont de manière générale peu profité des fruits de la croissance économique. Et au-delà des indicateurs globaux illustrant les performances du développement économique et humain en Tunisie, d’importantes inégalités persistent, voire s’aggravent, entre d’une part les régions intérieures et les zones littorales, d’autre part entre les zones rurales et les zones urbaines. Ces inégalités persistantes sont attestées par les principaux indicateurs de développement humain (conditions de vie, santé, éducation, emploi). Selon des chiffres rectifiés et publiés récemment par l’Office National de la Jeunesse, le taux de chômage parmi les jeunes (de 18-29 ans) est de 35 % dans la région du Centre Ouest, de 45 % dans le Nord-Ouest et de 50 % dans le Sud-Ouest, contre 26 % dans la région du centre Est et 30 % dans le Grand Tunis. Ce sont aussi les régions de l’Ouest de la Tunisie qui affichent les taux de pauvreté les plus élevées. L’enquête de l’INS (2005) sur la consommation et le niveau de vie des ménages classe les régions du Centre-Ouest et du Sud-Ouest comme les plus pauvres du pays avec un taux de pauvreté respectivement de 12,8 % et 5,5 % pour une

moyenne au niveau national de 3,8 %.

Marginalisation de l’agriculture dans les politiques d’aménagement du territoire

Les politiques d’aménagement du territoire mises en place de manière tardive, à la fin des années 80, dans l’objectif de corriger les disparités régionales, ainsi que les mesures incitatives pour favoriser l’implantation d’activités industrielles dans les zones rurales, se sont révélées peu efficaces en matière de création d’emplois pour les habitants des régions rurales ; alors que la part de l’agriculture dans les revenus des ménages ruraux n’a cessé de régresser.

Aujourd’hui l’agriculture ne contribue plus qu’à hauteur de 13 % au PIB et n’emploie plus que 16 % de la population active (contre 19 % pour l’industrie et 50 % pour les services). Cette régression apparaît comme une conséquence directe des processus d’ajustements structurels engagés dès la fin des années 80, du modèle d’insertion de l’économie et de l’agriculture tunisienne dans la mondialisation, qui s’est basé de manière importante sur la valorisation de ses avantages comparatifs et le développement des exportations. Dans ce contexte, la réallocation des ressources en faveur du secteur des grandes exploitations privées, la profonde transformation des conditions de l’activité agricole, notamment des conditions d’accès à la terre, à l’eau et au crédit, la hausse des coûts de production, l’endettement accru, mais aussi la dégradation des terres, contribuent à la marginalisation accélérée, voire à l’exclusion des petits agriculteurs, surtout dans le secteur de l’agriculture en sec. Aujourd’hui, une fraction importante des petites exploitations, dont le nombre n’a cessé d’augmenter en lien avec le morcellement des terres, n’est plus en mesure d’assurer la survie des ménages.

Elles deviennent principalement des espaces refuge pour les membres de la famille, y compris pour les jeunes ruraux diplômés au chômage, ce qui ne fait qu’augmenter la pression sur les revenus familiaux et exacerber les frustrations. Dans ces conditions, les stratégies de survie des populations défavorisées se sont appuyées de plus en plus sur le développement d’activités informelles, voire illégales (petit commerce), en particulier dans les zones transfrontalières (Algérie, Libye). Un rapport de la Banque Mondiale évalue la contribution du secteur informel à 38,4% du PIB et d’autres études estiment sa part à 40% dans la création de l’emploi non agricole.

Pour un renouveau des études du développement

Aujourd’hui, la question sociale, en particulier l’emploi, et celle du développement régional pèsent fortement sur les termes du débat politique en Tunisie et sur l’agenda de la transition. Dans un discours prononcé il ya quelques jours, l’actuel premier ministre a réaffirmé ces deux priorités et a annoncé une réorientation des choix budgétaires en faveur de la création d’emploi et du développement régional. De ce point de vue la Révolution tunisienne, qui apparaît comme la conséquence majeure de l’échec des politiques de libéralisation et des stratégies d’insertion à l’économie mondiale, ouvre sans aucun doute une étape nouvelle dans la réflexion sur les modèles de développement, et notamment sur la place du monde rural et de l’agriculture dans l’élaboration des modèles à venir. Cependant, le diagnostic présenté récemment par le Ministère du développement régional attribuant les difficultés du secteur agricole au maintien d’un secteur « traditionnel » en sec, pose d’ores et déjà la question des bases sociales du développement et des formes d’inscription de la Tunisie dans la mondialisation.

La période de bouleversement ouverte par la Révolution tunisienne et l’urgence des réponses à apporter à l’explosion des demandes sociales interpellent les chercheurs en sciences sociales. Leur responsabilité est fortement engagée et leur participation au débat sur les choix de société et les options en matière de développement est plus que jamais nécessaire. Alors que les études du développement sont tombées en désuétude depuis les années 1980 et qu’elles ont eu tendance à s’inscrire dans une approche économiciste des problématiques de l’intégration au processus de mondialisation, il apparaît plus qu’indispensable de réinscrire les questions du développement dans des approches holistes et interdisciplinaires du changement social.

C’est dans cette perspective globale du développement, considéré dans son caractère sociétal (Coméliau, 1993) et non pas seulement dans ses dimensions économiques qu’il convient en particulier d’intégrer l’approche des questions de l’exclusion sociale et de la pauvreté, le plus souvent réduites au traitement des coûts sociaux des réformes économiques. La renouvellement nos cadres d’analyse doit non seulement permettre de dépasser les cloisonnements disciplinaires qui ont caractérisé les recherches sur les pays du sud de la Méditerranée et du monde arabe, mais aussi les schémas binaires (Nord/Sud) dans lesquelles se sont inscrites assez largement les recherches en sciences sociales.

Publié en avril 2011 dans La lettre de l’IRMC n°6

 

Alia GANA

Sociologue, CNRS/LADYSS, Paris

 

Crédit cartographique : © Giraud T. (CIST)

 

Références bibliographiques

Banque Mondiale. 5 janv. 2011 La croissance de l’économie tunisienne, une source d’emplois, http://web.worldbank.org/WBSITE/EXTERNAL/ACCUEILEXTN/PAYSEXTN/MENAINFR ENCHEXT/TUNISIAINFRENCHEXTN/.

Belhedi Amor, 1999, « Les disparités spatiales en Tunisie : État des lieux et enjeux », Revue Méditerranée, n° 1-2, 63-72.

Coméliau Christian, 1993, « Pour un renouveau de l’étude du développement », in Tiers-Monde, tome 34, n° 135. La réhabilitation de la demande (sous la direction de Jean-Marc Fontaine), 687-701.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Vers la reconquête de nos villes : pour une participation citoyenne au développement urbain local et régional

Le 14 Janvier fût un jour à jamais gravé dans ma mémoire, empreint d’émotions intenses et d’un espoir naissant pour un avenir meilleur. Restent maintenant la fierté et l’impératif de la reconstruction d’un avenir meilleur. Le mouvement de contestation a mis en évidence des disparités multiples, dont le sous équipement et le manque d’infrastructures, de services et de projets structurants dans les régions de l’intérieur du pays.

L’État tunisien a misé, durant les deux décennies écoulées, sur une politique de métropolisation, qui implique un surinvestissement dans des projets structurants dans la capitale et quelques villes littorales[1]. Cette politique est sous tendue par l’impératif d’insertion de la Tunisie dans le mouvement de globalisation, afin de promouvoir une croissance économique et d’attirer les investisseurs étrangers en leur offrant des conditions favorables à leur implantation. Elle a eu pour effet la marginalisation des régions du centre et du Nord-Ouest, de ce mouvement de mise à niveau des villes Tunisiennes, et n’a fait que renforcer les clivages existants. Bien qu’il soit impératif de garantir pour la Tunisie une insertion dans l’économie mondiale par les différents échanges économiques et l’implantation d’investisseurs étrangers susceptibles de créer des emplois, il est essentiel de réfléchir à une orientation stratégique qui garantirait un équilibre dans la répartition des investissements au niveau régional. Des travaux de terrain doivent être entrepris par les chercheurs en sciences sociales et les professionnels de l’urbain, afin de comprendre les processus qui ont mené à ces clivages sociaux et régionaux, et pouvoir ainsi proposer des solutions adéquates afin de les réduire [2].

Il est également de notre devoir de chercheurs de susciter le débat et d’entreprendre des recherches portant sur les processus et les dynamiques institutionnelles liées au développement urbain, mais surtout autour de la question de gouvernance urbaine. Ce concept galvaudé à l’ère de Ben Ali, et utilisé à tort dans une entreprise d’affichage politique, garantit en réalité la concertation et la participation citoyenne au développement urbain. Dans ce sens, selon P. Le Galès[3], la gouvernance urbaine est à la fois la capacité à intégrer, à donner forme aux intérêts locaux, mais aussi à les représenter à l’extérieur, à développer des relations plus ou mois unifiées en relation avec le marché, l’Etat, les autres villes et autres niveaux de gouvernement. Il s’agira donc de réfléchir à l’avenir de nos villes, et à la mise en place d’un réel développement local et régional, basé sur la rationalité procédurale, et l’élaboration de modes consensuels de coordination, aussi bien dans la planification et la programmation des projets urbains locaux, régionaux et nationaux, que dans leur mise en oeuvre.

S’agissant enfin de développement local, il est essentiel de reconquérir l’espace local en participant aux conseils municipaux et régionaux futurs, et d’oeuvrer à leur rendre leur autonomie et leur poids prépondérant dans les processus décisionnels. Il s’agira de proposer de nouveaux modes de gestion urbaine, davantage basés sur la concertation et la transparence et garants d’une démocratie participative. Un développement urbain ne peut en effet être efficient que s’il émane de la population cible, des acteurs privés et de la société civile.

Ces pistes de recherches pourraient constituer un support pour la compréhension des phénomènes urbains et sociaux et contribuer à modeler de nouvelles orientations stratégiques en vue d’un développement urbain local et régional équitable et d’une gouvernance urbaine. Issues de revendications légitimes et populaires, ces réformes pourraient garantir l’adhésion des populations aux politiques mises en place, et une légitimité de l’action publique urbaine.

Publié en avril 2011 dans La lettre de l’IRMC n°6

 

Hend BEN OTHMAN

Architecte – Urbaniste, doctorante en urbanisme

 

Crédit photographique : © Siba-immobilière.com


[1] Ben Letaief M., 2008, « Quelques réflexions sur les mutations d’une action publique postkeynésienne », Revue Métropoles, n° 4, 133-155.

[2] Des débats sont programmés à l’initiative de l’Association Tunisienne des urbanistes (ATU), afin de réfléchir sur le devenir des villes tunisiennes et la gouvernance urbaine.

[3] LE GALÈS P., 1995, “Du gouvernement des villes à la gouvernance urbaine”, Revue française de science politique, n° 1, vol. 45, 57-95.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

L’avenue de la libre parole

À Tunis, quelle foule sur l’avenue !

Pas celle des employés qui se rendent à pas pressés à leurs bureaux, ni celle des fonctionnaires du ministère de l’Intérieur qui commencent leur journée à arpenter le terre plein central, à surveiller et à écouter aux cafés. C’est une masse de visages nouveaux, jeunes filles et jeunes gars qui s’attroupent, s’interpellent, échangent des points de vue, argumentent. La libre parole explose, elle renvoie aux graffitis des façades qui appellent à la démocratie et à la laïcité. D’autres messages rappellent que « la femme est libre et elle le restera ». Cette liberté fragile est toutefois tangible puisque les femmes s’habillent semble-t-il, comme elles le veulent : robes- chemisiers, jeans blousons, robe et foulard, niqab toutes voiles dehors, gants et œillères. J’ai même rencontré une dame en safsari, une mode rare d’un autre temps. Tout est donc possible pourvu que ça dure et, comme disait M. Béji Caïd Sebsi, à l’époque écrivain, en évoquant le statut des femmes : « Regarder le monde sans voile et, sans voile être regardée » (Habib Bourguiba.)

Qu’est ce qu’on cause sur l’avenue ! Debout, en petits groupes décontractés ou bien aux terrasses des cafés où des groupes d’amis se retrouvent ou se forment. Pas de touristes. Le théâtre municipal a été « retourné » « détourné ? », le spectacle est à présent sur les marches, la nouvelle grande scène !

On chante sous cette belle façade Art nouveau d’où jaillissent des chevaux marins, des nymphes et des naïades. Tout à coup, l’hymne national jaillit, des voix s’élèvent, le ton monte, la foule invite « à dégager ». L’avenue plus que séculaire dont les ficus ont vu bien d’autres dégagements de l’histoire, est subitement parcourue par des groupes compacts scandant des slogans que d’autres contestent ou reprennent en chœur

Ces manifestants – 30 ans tout au plus marchent à grands pas sur le terre plein central ; mais subitement, tout s’arrête devant le quadrilatère de fils de fer barbelés qui enchâsse le ministère de l’intérieur, comme si c’était une icône. Ainsi protégé, il n’est plus possible de prendre d’assaut les fenêtres ni de grimper sur le auvent de la porte centrale, comme cela se produisit un certain 14 janvier 2011, entre 14 et 16 heures… N’empêche, les manifestants se massent, saluent les soldats, les slogans fusent encore et encore plus puis toute la foule se disperse, allez savoir pourquoi. Seule demeure une dame âgée, vêtue de guenilles, mal chaussée, rougeaude comme si elle avait dormi dans le froid de la nuit, sur le trottoir, devant la banque. Elle est debout, devant les barbelés ; elle fixe les soldats et les chars.

Debout, immobile, impassible ; le regard perdu devant elle. Elle stationne dans cette position un long moment sans rien dire, comme pétrifiée, scrutant la place du 7 novembre devenue Mohamed Bouazizi. Les soldats sont étonnés, sans doute gênés. Puis elle se retourne et se perd dans la foule. Je l’ai rencontrée au même endroit, plusieurs jours de suite, silencieuse au milieu de toute cette foule qui laissait courir des flots de paroles. J’ai eu envie de lui parler mais je n’ai pas osé l’aborder. Elle avait sans doute quelque chose à dire, mais à l’inverse de tous ceux qui l’entouraient, elle n’a pas jugé utile de s’exprimer. A moins qu’elle n’ait été saisie de stupéfaction par le spectacle inouï de cette avenue d’ordinaire, banalement encombrée par les voitures, reconvertie, Intifadha oblige, en un vaste espace public que le peuple s’approprie pour parler et causer, chanter et danser ! Mais aussi lancer des pierres, casser les vitrines et affronter la police ou les soldats. L’avenue s’est métamorphosée au fil du temps politique. La statue en pieds de Jules Ferry a disparu le beau jour de l’indépendance ; la statue équestre de Habib Bourguiba a subi les outrages du coup d’État médical. Depuis le 14 janvier, l’avenue est le grand salon des Tunisois auxquels désormais viennent se mêler les provinciaux de Sidi Bouzid, Kasserine, Le Kef…y compris les étrangers, désireux de ressentir l’énergie de la révolution, pour qui elle est devenue un passage obligé. Une façon comme une autre de rappeler les émeutes du pain de janvier 1984 et si cela ne suffisait pas, l’insurrection des tribus de 1864.

L’avenue est désormais un espace public national où se jouent toutes sortes de luttes politiques, certaines pacifiques, d’autres violentes. Souvenons-nous d’un certain vendredi ou le hezb Ettahrir a investi l’avenue pour prier et en même temps menacer d’exécuter les femmes du quartier

réservé à l’extrémité de Bab Bhar. Même technique qu’à Alger en 1988 où les jihadistes avaient imposé la séparation des trottoirs pour les hommes et pour les femmes. Les luttes politiques sont également des luttes urbaines. Il faut se battre sur les deux fronts pour construire les institutions de la démocratie et la ville de la liberté. Monsieur Rajhi au temps où il fut ministre de l’intérieur, a été interpellé au cours d’une émission télé par un journaliste qui demandait le déplacement du ministère dans un autre endroit, pas à l’extrémité de cette belle avenue. Le ministre s’est montré favorable en doutant toutefois de la possibilité de réaliser cette belle utopie. Mais la question méritait d’être posée ne serait-ce que pour réfléchir à l’héritage de l’histoire coloniale. Car, ce qui est aujourd’hui le ministère de l’intérieur a été conçu par les autorités du protectorat comme le commissariat central de police, avec une grande cour intérieure surmontant des caves, pour rassembler les manifestants nationalistes et les syndicalistes, notamment les dockers du port de Tunis. Ce bâtiment en position stratégique puisqu’il contrôlait les flux des travailleurs, a été conçu par l’architecte Kyriacopoulos qui s’est fait un point d’honneur de construire la première architecture moderne en béton armé tramé. Achevé en 1954, il a bien résisté à l’usure du temps et à l’enfermement des manifestants.

En 1966, le maire de Tunis Hassib Ben Ammar recevait l’architecte Georges Candilis au moment où O. C. Cacoub, grand prix de Rome, architecte conseiller du Président de la République proposait, froidement, de percer la médina en prolongeant l’avenue Bourguiba jusqu’à la Kasbah. Candilis, étonné, a vu les choses autrement : pourquoi faire une autoroute dans la ville a-t-il demandé ? Supprimons la circulation automobile et créons une vaste avenue piétonnière. La proposition a fait sourire la classe dirigeante qui y voyait un retour à la tradition… si humiliante pour nombre de modernistes acculturés.

A Barcelone, les ramblas qui traversaient la ville ancienne jusqu’au port ont été fermées à la circulation automobile. Un immense succès. L’intifadha a paralysé la circulation automobile sur la grande avenue de Tunis, lui rendant sa fonction première de promenade piétonnière. Une sorte d’exercice grandeur nature dont la municipalité pourrait tirer parti pour concevoir un autre système de circulation, introduire des moyens de transport en commun qui donneraient satisfaction à tous ceux qui manifestent pour une meilleure répartition des droits et des obligations. Marcher à pied, circuler en autobus ou en trolleybus comme au bon vieux temps, est un droit. Le tout-automobile est un abus de pouvoir qui coûte cher, qui discrimine les citoyens, une nuisance sociale. Jean Pierre Vernant, analysant « Les origines de la pensée grecque » a décrypté « le régime de

la cité, qui lui est apparu solidaire d’une conception nouvelle de l’espace, les institutions de la Polis se projetant et s’incarnant dans ce qu’on peut appeler un espace politique. On notera à cet égard que les premiers urbanistes, comme Hippodamos de Milet, sont en réalité des théoriciens politiques : L’organisation de l’espace urbain n’est qu’un aspect d’un effort général pour ordonner et rationaliser le monde humain »

Faisons en sorte que cette pensée grecque soit à nouveau entendue

 Publié en avril 2011 dans La lettre de l’IRMC n°6

 

Jellal ABDELKAFI

Urbaniste, Tunis

 

Crédit photographique : © Jellal Abdelkafi

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Acquis et défis de la révolution tunisienne

La révolution a révélé les Tunisiens à eux-mêmes. C’est un phénomène nouveau dans la mesure où le régime de Ben Ali a cassé tous les baromètres avec lesquels on pouvait mesurer les tendances de la société tunisienne. Tous ceux qui étaient sevrés de liberté, et d’expression, se manifestent parfois bruyamment. Et le remarquable est qu’ils apprennent eux-mêmes à prendre en compte les opinions différentes exprimées par leurs concitoyens. Il est incontestable qu’il s’agit là d’une conquête très importante, qui aura des répercussions essentielles sur la vie politique, mais également sur la vie sociale dans tous les secteurs d’activité.

Mais aussi, cette révolution a permis au droit, dans le sens large et non technique du terme, d’être une locomotive de la société, de jouer un peu le rôle qu’il a joué au début de l’indépendance avec la promulgation du Code du statut personnel. Le fait que la parité dans les listes électorales soit instituée avec une très large majorité, est révélateur du rôle que peut prendre le droit, et on constate par la même occasion que notre droit n’était pas trop au diapason de la société, voire plutôt en retard par rapport à l’évolution des esprits. Cette question de la parité constitue une avancée dans la reconnaissance des droits des femmes, et une première dans le monde arabe et islamique.

Par ailleurs, la période que vit la Tunisie depuis le 14 janvier n’a pas que des aspects positifs. Parmi les manifestations négatives, il faut voir la surenchère que pratiquent beaucoup de ceux qui étaient plus ou moins impliqués dans l’ancien régime, profitant de cette situation pour s’octroyer une certaine virginité. Il y a là un vrai problème, surtout au niveau des médias et des journaux qui juste avant la révolution ne faisaient que louer l’ancien pouvoir. Dans les mêmes journaux et médias, les rédacteurs mais également d’anciens responsables, deviennent les porte paroles de la révolution, plus révolutionnaires que les révolutionnaires. Au titre des aspects défavorables, on peut également citer les décisions précipitées auxquelles sont acculées les autorités, lourdes de conséquences pour l’avenir. Je pense particulièrement au recrutement de centaines de diplômés chômeurs dans l’enseignement sans s’assurer suffisamment à l’avance qu’ils répondent aux exigences du métier. Quand vous avez un diplômé qui a obtenu son diplôme il y a dix ans et qui a pratiquement tout oublié, c’est dangereux de ne le recruter que pour des considérations sociales ou politiques.

Ces éléments positifs et négatifs caractérisent une période ouverte à tous les scénarii. Personne ne peut avoir de certitude sur la tournure que prendront les évènements après les élections, parce que, en l’absence de baromètres laissés par l’ancien régime, personne ne connaît les tendances d’ensemble de la population. L’on peut tout au moins dire que la Tunisie se confronte à des problèmes économiques et qu’il y a lieu de réfléchir à un autre modèle de développement tenant compte de la réalité tunisienne et des contraintes de l’économie mondialisée. Trois questions se posent à ce propos : le type d’intervention de l’État à définir ; le rôle de la fiscalité qui doit être révisée de fond en comble ; la production des richesses, comment et par quels moyens, en tenant compte des déséquilibres régionaux mais aussi de la rentabilité purement économique. Ces trois aspects sont liés. Il ne s’agit pas seulement de penser la redistribution de la richesse, il faut auparavant penser sa production. Ces défis majeurs sont structurels et non plus seulement conjoncturels.

On peut toutefois être optimistes dans la mesure où les décisions politiques et bureaucratiques seront prises sous les feux d’une communication libre où l’opinion publique, qui était jadis absolument exclue de cette décision, aura son mot à dire. Car en définitive il faudra bien aboutir à un certain consensus, explicite ou implicite, qui ne devra pas être factice, de façade tel celui proclamé sous l’ancien régime. Il sera la résultante des volontés libres, de gens qui adhèrent de leur plein gré et dans leur majorité à ce modèle de développement. Cela ne veut pas dire que d’autres problèmes non moins importants ne se poseront pas dans l’avenir. En particulier des choix d’ordre culturel, non moins importants, et qu’il faut actuellement affronter. On peut résumer les défis qui s’y posent de la manière suivante : comment les Tunisiens apprendront-ils à se tourner résolument vers le futur et ne seront plus obnubilés par le passé quel qu’il soit ? C’est à la base de tout. Par passé j’entends le passé récent, le mouvement national de libération, les réalisations du pouvoir depuis l’indépendance, ou bien le passé lointain, la pratique historique de la religion ou les symboles culturels qui étaient à l’oeuvre dans les mentalités tunisiennes en général, par exemple le rôle des oulémas, le rôle du chef, la hiérarchie au sein de la famille. Tout cela, ce sont des symboles culturels et pas uniquement des réalités.

C’est tout un état d’esprit tourné vers l’avenir qui permettra aux potentialités qui existent chez les jeunes en particulier, de s’épanouir, et notamment pour certains dans la recherche non seulement scientifique et technologique, mais dans les sciences de l’homme et de la société. Autrement dit, il s’agit d’apprendre à se remettre en cause, d’avoir une attitude interrogative au lieu et place de l’attitude dogmatique, savoir se débarrasser de la théorie des complots. Cette éventualité est maintenant possible. Si cette révolution aboutit à un changement profond dans les manières de penser des Tunisiens dans tous les domaines, elle méritera alors le nom de révolution et non d’un simple soulèvement ou évènement conjoncturel.

Publié en avril 2011 dans La lettre de l’IRMC n°6

 

Abdelmajid CHARFI

Historien de la pensée islamique

(propos recueillis par PND)

 

Crédit photographique : © Fethi Belaïd – AFP

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Révolution et rupture(s)

C’est un lieu commun de faire de la rupture avec l’ordre établi une condition sine qua non de la réalisation de la révolution. Mais, la notion de rupture est moins évidente à saisir qu’il n’y paraît. Elle n’est jamais définie définitivement, car c’est dans le feu de l’action qu’on fixe son plafond et toujours d’une manière provisoire en rapport avec le contexte. Il n’est pas exclu d’ailleurs qu’elle débouche sur la notion antinomique de continuité.

En Tunisie, en l’espace de quelques semaines, la rupture a changé plusieurs fois de contenu. Le suicide de Bouazizi a révélé la nécessité de rompre avec une politique de l’emploi aussi inefficace qu’inéquitable. Les réactions maladroites et de toute façon tardives du pouvoir central ont scellé la rupture avec Ben Ali et son clan, avec pour mot d’ordre « plutôt crever que perdre sa dignité ». Au lendemain de la fuite du dictateur, c’est au tour de la dictature, puis du parti qui lui est associé, de tomber dans le collimateur de la rupture. Du coup, avec l’appel à la démocratie, c’est tout le système politique qui est remis en question. Ainsi, la succession en un temps record des mots slogans de la rupture : équité, dignité et démocratie donnent-ils la mesure de l’importance de la cassure entre gouvernants et gouvernés.

Cependant, comme dans la plupart des révolutions, une autre rupture n’a pas tardé à se mettre à l’oeuvre, cette fois-ci entre révoltés et révolutionnaires, entre ceux qui, excédés par la radicalisation de la contestation, entendent maintenant marquer le pas et ceux qui, emportés par l’élan, sont décidés à aller de l’avant. Si la rupture recèle pour ces derniers un contenu positif, elle devient pour leurs contradicteurs synonyme de déstabilisation, voire d’anarchie.

D’aucuns se risquent même à gommer la radicalité de la rupture en réintégrant le phénomène révolutionnaire dans la longue durée. La recherche du temps perdu ou le retour à une période considérée idyllique fournit une autre dimension à la rupture, celle de la continuité. Ce résultat paradoxal est, en fait, le résultat du passage de l’enthousiasme à la peur. Peur de perdre des acquis, mais aussi de provoquer un désordre social, défavorable à l’establishment. Maintenant, il faut dire que rupture en temps révolutionnaire rime aussi avec surenchère, du moins pour une catégorie de personnes, celle qui, par opportunisme ou par peur d’être démasquée lorsque sonne l’heure de la vérification des cursus, n’a pas d’autre moyen que de se saisir de la rupture comme d’une arme de la dernière chance. La notion de rupture se présente alors de plus en plus en filigrane, servant de prétexte à certaines idéologies ou de stratégies de gestion des risques. Aussi, certaines ruptures réclamées apparaissent-elles comme artificielles, voire comme des leurres.

En fait, l’approche de cette notion est inhérente à l’étude des acteurs et des intermédiaires. Elle requiert de la part du chercheur une analyse à la fois du discours et de la pratique des uns et des autres pour distinguer la rupture qui a favorisé une dynamique d’innovation de celle qui a suscité plutôt le besoin de continuité, voire la restauration sous une autre forme d’une situation prérévolutionnaire.

 Publié en avril 2011 dans La lettre de l’IRMC n°6

 

Hassen EL ANNABI

Historien, Tunis

 

Crédit photographique : ©Fethi Belaïd – AFP

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Piste pour une lecture sociologique de la révolution tunisienne : les structures, les acteurs et la complexité

Une révolution n’est pas un moment (un point de rupture). C’est plutôt un processus (une tranche d’histoire). L’on gagnerait à la penser comme un long mouvement ou cycle de déstructuration /restructuration qui est loin d’être linéaire et ne s’inscrit pas nécessairement dans un schéma évolutif. De ce point de vue, une lecture sociologique ne doit pas se limiter à une approche descriptive ni se cantonner dans un schéma large décrivant les déterminants historiques structurels régissant le mouvement social.

Face à un changement social brutal, l’analyste collé au sens commun risquerait de faire fausse route tout comme l’acteur, collé à ses idéaux, risquerait la désillusion. Il est donc impératif de saisir les faits dans leur complexité : de quoi, paradoxalement, conforter l’analyste et réconforter l’acteur social et politique. La sociologie tunisienne doit dans le nouveau contexte-pouvoir rendre opérationnel le concept de « complexité » à l’instar de la sociologie italienne d’avant les années 90.

Au sens sociologique, la Révolution est une Crise. Mais le concept de crise a été banalisé et approprié par le sens commun, incluant le discours politique et médiatique, au point de perdre toute valeur opérationnelle pour saisir la « complexité ». Quels sont les déterminants de la révolution tunisienne ? Est-il permis de rechercher des causalités simples et linéaires ?

À priori, les traits structurels et objectifs suffiraient pour camper le schéma théorique : Le blocage relatif du développement ; les inégalités régionales ; la sclérose de l’appareil d’état ; le verrouillage dictatorial de la société civile ; l’absence de libertés ; les menaces de déclassement au sein des strates moyennes ; les faibles perspectives d’ascension voire de fixation socio économique sur un marché du travail valorisant la précarité et la flexibilité de l’emploi …

Ces traits illustrent certes le contexte historique de la mondialisation et de l’extraversion libérale depuis trois décennies mais sont à retenir comme les descripteurs majeurs de la société tunisienne depuis d’indépendance.

Alors, pourquoi la Révolution (la rupture) maintenant et pas plus tôt ou plus tard ? C’est parce que à notre sens le point d’inflexion est intervenu au moment ou tous les paradoxes ont atteint leur point culminant. Je m’explique sommairement : Les régions de centre ouest (Kasserine, Kairouan, Sidi Bouzid) ont « explosé » au moment où elles ont commencé à connaître un processus significatif de développement. Sous plusieurs indicateurs socio-économiques, les régions de l’intérieur et plus particulièrement le Nord et le Centre-Ouest, ont connu au cours de la dernière décennie, des changements significatifs des modes et conditions de vie, illustrés par le développement des petites villes au niveau de « l’axe médian » (bande parallèle à ligne côtière dans une profondeur de 50 a 70 km) : et le recul de l’habitat rural dispersé et des formes anciennes de subsistance et de pauvreté, l’extension du salariat et de l’emploi féminin, une migration « pendulaire » exprimant des stratégies multiformes des ménages ….

Rappelons que le pouvoir déchu a inscrit le développement de régions intérieures comme un thème majeur de sa quête de légitimité socio –politique. Mais dans les limites d’une politique de saupoudrage du développement fortement encadrée par les réseaux clientélistes sous la coupe du RCD, à travers le Programme Régional de Développement, les divers instruments d’appui à l’agriculture, à l’artisanat et à la micro entreprise et les chantiers d’emploi. Dans ces régions à dominante rurales, un peu plus qu’ailleurs l’Etat apparaît comme l’extension du parti plutôt que l’inverse.

Dans la mesure où ce sont là les régions les plus représentées au RCD (Données vérifiables et existantes), l’explosion ressemble à une crise interne de l’appareil socio politique du parti-État au pouvoir dont l’UGTT n’était plus qu’une annexe turbulente et sous contrôle. Cette crise interne est venue amplifier une crise sociale que l’élite politique locale a pour rôle historique de contenir et de retarder. Pour l’anecdote (…), les acteurs institutionnels centraux (UGTT) du mouvement à Sidi Bouzid portent la seconde casquette RCD.

Dans le même sens, les régions défavorisées de l’intérieur ont toujours été les plus grandes pourvoyeuses de policiers. Les passe-droits accordés à la police et aux « militants » du parti et autres pôles satellites de pouvoir, ont impulsé des acteurs et des pratiques qui ont fortement noyauté l’économie informelle et au-delà, et ceci dans l’ensemble du pays. Les rivalités entre les différentes composantes de l’économie maffieuse liée à la gestion du secteur informel approchaient de leur point de rupture. Le jeune marchand ambulant Mohamed Bouazizi, s’est trouvé face à une situation intenable : Il devait distribuer plusieurs « rachouas » à la fois.

Cette crise locale n’était en fait que la manifestation d’une crise générale qui imprégnait l’ensemble du tissu social et institutionnel tunisien. Elle prend son sens dans une crise originelle ou congénitale de légitimité du pouvoir depuis 1987. Une crise liée non seulement au profil personnel du successeur de Bourguiba mais aussi et surtout au profil autoritaire et centralisateur du pouvoir qui prolonge bien l’ancien régime mais selon un modèle nouveau à forte connotation policière (« le changement dans la continuité » est un slogan récurrent). Un modèle nouveau où le parti reste un pole de pouvoir mais doit désormais composer avec l’appareil sécuritaire et le prolonger. Le parti versera le plus souvent dans la surenchère dans la glorification de « Siyadet Errais » pour le rassurer sur sa pertinence incontournable – en comparaison avec la police- dans le quadrillage du pays. En milieu rural, et au niveau des petites villes de l’axe médian notamment, c’est le parti qui assure le mieux la fonction préventive sécuritaire. Il en tire plus d’aura auprès de la police, de meilleures places pour les « militants » provenant de ces régions, davantage de pouvoir et une meilleure part du gâteau national. La machine clientéliste ne doit pas échapper totalement au parti.

Mais les pans les plus viables du « gâteau national » au niveau desquels s’échange l’essentiel des ressources (financières notamment) fait l’objet de convoitises et de traitement particuliers. Il s’agit des activités et des acteurs liés à l’ouverture libérale et à l’émergence du gros capital privé structuré, que la mondialisation a porté à des niveaux inédits en Tunisie (sociétés, entreprises, groupes et holdings au niveau des secteurs clé).

Le pôle politique et le pôle économique entretiennent des relations d’interdépendance sur un fonds de méfiance larvée. Cette méfiance entre ces deux pôles est un processus ancien car depuis d’indépendance, le pouvoir central (développeur exclusif de la nation) a toujours vu d’un mauvais œil l’émergence d’un entreprenariat national qui constituerait l’embryon d’une bourgeoisie nationale susceptible de prétendre au pouvoir (rappelons-nous le traitement réservé par Bourguiba aux acteurs politiques réputés financiers, banquiers, chefs d’entreprises, … et autres héritiers de grosses fortunes ; il ne semblait aimer ni l’argent ni les gens qui en parlent, à commencer par son propre fils) .

Or, le déficit de légitimité du pouvoir déchu (et déjà déçu !…d’être aussi mal aimé) l’a conduit à la dérive maffieuse et à des rapports ambigus avec les pôles de l’argent qui ont ambitionné de se structurer comme pôle de pouvoir prétendant à l’autonomie et à la participation aux processus décisionnels : La caste au pouvoir cherchait tour à tour à rivaliser , à soumettre au chantage, à ravager, à phagocyter ou à se substituer aux détenteurs de capitaux pour peu qu’ils soient suspectés de désir ou des capacité de puissance. Les alliances matrimoniales ont servi parfois à exorciser la peur qui marquait les rapports entre le pôle économique et le pôle politique (mariages entre le clan et le milieu entrepreneurial à commencer par le « patron des patrons »)

Le clan au pouvoir vivait un double déficit de légitimité : D’un coté vis-à-vis de la population, perçu comme un pseudo leadership, et de l’autre coté vis-à-vis de la classe des entrepreneurs, considéré comme acteurs parvenus disposant d’une fortune indue qui se confond avec les ressources publiques.

Une sociologie de la complexité et des paradoxes doit intégrer dans la même unité d’analyse les structures, les acteurs et les processus qui les traversent. De ce point de vue, la tendance totalitaire et la dérive maffieuse en tant que processus, prennent appui sur les comportements stratégiques des divers acteurs mais trouvent leur source dans les structures aussi bien organisatrices qu’idéologiques qui en constituent le support. C’est tout l’enjeu d’une sociologie de la complexité post révolution qui devra analyser la dynamique des acteurs face à un ensemble de processus interdits d’expression : l’islamisme, le régionalisme, le mouvement revendicatif syndical et populaire, la lutte des classes et la lutte des places désignant les enjeux de pouvoir.

 Publié en avril 2011 dans La lettre de l’IRMC n°6

 

Abdelkhaleq B’CHIR

Sociologue, Monastir, INTES, Tunis

 

Crédit photographique : © Fred Dufour – AFP

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Quelle portée des réseaux sociaux dans le processus révolutionnaire ?

La révolution tunisienne, cette révolution de la dignité, venue suite à un ras-le-bol du peuple et à sa décision de vaincre sa peur a été également le fruit d’un concours de circonstances, dans lequel Internet a joué un rôle prépondérant. Les postures scientifiques et journalistiques qui se sont exprimées sur le rôle à jouer d’Internet dans le « printemps arabe » se sont révélées contrastées voire dichotomiques. D’une part celles qui attribuent au réseau des réseaux un rôle central dans les révolutions et vont même jusqu’à dire qu’il s’agit de révolutions 2.0. Et d’autre part celles qui condamnent et considèrent les premiers comme des cyber-utopistes, comme le fait Evgeny Morozov, un exilé biélorusse aux Etats-Unis, dans son livre récent au titre évocateur : The Net Delusion (l’illusion du Net). Il apparaît que si les réseaux sociaux n’ont pas « fait » la révolution, ils ont toutefois contribué à la porter, dans un contexte historique et des structures sociales données, au travers des expressions physiques de désarroi et de contestation populaires. Ces réseaux sociaux sont devenus un « territoire libéré » pour les jeunes Tunisiens, un pays virtuel où se disait et se montrait tout ce qui pouvait déplaire au régime de Ben Ali.

Du « terrain » aux réseaux sociaux. Devant la censure, le déficit d’informations fiables et en l’absence d’une couverture réelle des événements par les télévisions nationales et internationales (mis à part quelques médias arabes dont Al jazeera), les Tunisiens, munis de leurs téléphones portables, ont tout filmé et posté sur Internet depuis l’immolation de Mohamed Bouazizi : des émeutes de solidarité avec ce jeune, en passant par les manifestations et répressions et jusqu’aux blessés et morts, premières victimes de Kasserine. Ces informations ont été relayées par les internautes, usagers de Facebook, Twitter et autres sites et réseaux. A partir des smart phones avec Internet 3G, d’une connexion à domicile ou depuis les publinets du quartier, la circulation des vidéos a contribué à rehausser le mécontentement et à mobiliser les masses. Leur reprise et diffusion en masse par les télévisions internationales notamment Al jazeera et Al Arabia leur a donné un véritable écho populaire.

La mobilisation des cyberactivistes. La divulgation par WikiLeaks de documents confidentiels de la diplomatie américaine sur la Tunisie, de même l’attaque des sites officiels du régime et le blocage de la machine étatique par le Groupe de Hackers Anonymous, afin de protéger cet espace de résistance de la cyberpolice, ont peut être renforcé le rôle d’Internet comme pierre angulaire du processus révolutionnaire. De

nombreux jeunes indépendants, actifs de la société civile et cyberactivistes, se sont mobilisés sur le net. Une dizaine d’événements et de pages facebook (appel à manifester, appel à grève régionale puis à grève générale le 14 janvier) ont été créées sur le réseau social. « Tout est passé par Facebook », témoigne une Tunisienne au site Nouvelobs.com, où le slogan « Partager nous sauvera » s’est érigé en règle. Quant à Twitter, il a servi pendant les « manifs » d’outil logistique pour les manifestants. Ils s’en sont servis pour envoyer des tweets indiquant les rues bloquées par les forces de l’ordre et proposant des itinéraires alternatifs pour encercler le ministère de l’intérieur le 14 janvier.

Un nouveau support de la communication. Au lendemain du 14 janvier, le rapport à sens unique télévision-Internet a cédé la place à un rapport de va-et-vient, d’interactivité et d’interconnexion entre les différents supports médiatiques. Internet servait auparavant de relais entre les médias : on y trouvait des extraits ou des émissions entières de télé, de radio, des articles de presse. Internet est devenu aujourd’hui la source privilégiée de l’information. Le gouvernement de transition formé par Mohamed Ghanouchi a créé les pages Facebook du premier ministère, du ministère de l’Intérieur, du ministère des Affaires Étrangères. Le même Mohamed Ghanouchi, a accordé une interview pour répondre aux questions des internautes, diffusée uniquement sur Viméo, Youtube et Facebook. Le ministère du Commerce et du Tourisme a lancé sur Facebook la campagne « I love Tunisia », un mois après la chute de Ben Ali, le 14 février jour de la saint-Valentin reconvertie en Saint-révolution ; ce site avait pour objectif de soutenir et de relancer le tourisme tunisien. Un logo militant sur lequel on pouvait lire « I love Tunisia » a remplacé les photos de profils des facebookers tunisiens tout comme le drapeau avec l’accolade des mains dans la mobilisation d’avant le 14 janvier. Ces réseaux ont mobilisé tout autant les masses que les communautés diasporiques qui ont pu contribuer par ce biais, à la diffusion de l’information et à la motivation de leurs compatriotes. Les images et vidéos diffusées sur Facebook ont permis également d’éclairer les rédactions occidentales sur la réalité des faits vécus. A ce propos, l’AFP a décrit Twitter et Facebook comme «des caisses de résonance de la révolte des Tunisiens», dans «un flux ininterrompu que le régime n’est pas parvenu à contenir».

Un outil politique. Les manifestants de la Kasbah ont investi la toile à leur tour, par la mise en ligne d’un streaming live assuré via le channel Tunilive sur ustream.tv afin de permettre la transmission en direct de leur sit-in contre le gouvernement de transition et de motiver les gens à venir, dans l’absence d’une couverture fiable par les médias classiques. Ces jeunes manifestants se proclamant protecteurs de la révolution tunisienne, ont créé leur page Facebook baptisée l’« Union des pages de la révolution » (Ittihad Safahat Ethawraa) à travers laquelle ils diffusent leurs communiqués et appels à manifester. Et pour consolider encore plus le rôle d’Internet dans la transition démocratique de la Tunisie, Mohamed Chaabane et Afef Amamou avec l’aide de deux étudiantes de l’Institut Supérieur d’Informatique et de Mathématiques de Monastir, ont eu l’idée de développer un logiciel permettant de voter par Internet. Les réseaux sociaux de la toile ont joué un rôle indéniable de relais de l’information dans la révolution tunisienne, dans la mesure où la parole du peuple est devenue davantage audible. Mais la révolution n’est pas terminée et les réseaux continuent à participer au processus de transition démocratique. Hier utilisé pour un seul but, celui de déboulonner Ben Ali de son siège, aujourd’hui les enjeux sont différents, les objectifs contradictoires et l’utilisation de l’Internet et notamment de Facebook peut se révéler une arme à double tranchant particulièrement dans la diffusion des Intox et des rumeurs qui peuvent semer ainsi la zizanie dans le pays. La maîtrise de cet outil se situe désormais moins dans ses performances et sa technicité, que dans les modalités citoyennes des usages que feront désormais les tunisiens de cette ingénierie sociale.

 Publié en avril 2011 dans La lettre de l’IRMC n°6

 

Chirine BEN ABDALLAH

Doctorante, sociologue, IRMC/CNRS

 

Crédit de l’illustration : © DR

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Facebook, un outil d’identité pour la révolution

Internet offre de plus en plus de services aux particuliers, aux entreprises, aux associations et aux acteurs sociaux de différents âges et catégories sociales. L’utilisation du réseau numérique y est devenue un moyen de participation sur le mode de l’éventuel et du virtuel. A ce propos, qu’est ce que Facebook ? Quelle a été la portée de ce réseau social sur la révolution tunisienne ?

Sur Facebook on crée un compte, une liste d’amis, un profil, on y multiple les données personnelles sur sa page de démarrage. Chaque utilisateur, à partir des informations rentrées dans son profil, y gère une véritable « identité numérique » qui intériorise son « identité individuelle » et favorise l’identification de soi dans la contribution à un champ social virtuel. Chaque site possède un espace de reconnaissance sur lequel chaque membre peut inviter un nouveau contact et ainsi accroître les réseaux des nouveaux adhérents du site visité.

Facebook constitue un espace de soulagement pour extérioriser nos idées, nos émotions, nos attitudes, nos envies, tout ce qui constitue nos identités duales et assemblées. Bref, une identité plutôt schizophrène entre la réalité sociale qui impose un contrôle de l’expression sur des sujets interdits tels les sujets politiques, et une réalité personnelle par laquelle l’utilisateur dévoile et construit sa nouvelle conception de soi dans la réflexivité sociale et sa validation par autrui. C’est dans cette même expérimentation de soi, que l’on observe la vie des autres, et que l’on se positionne par rapport à leur existence.

Facebook a joué un rôle important dans le contexte tunisien. Tout d’abord par les photos qui ont été prises de Bouazizi en train de se brûler devant la municipalité, images partagées sur Facebook par son cousin, et ayant un pouvoir d’influence. Cet incident, historique dans le cadre de la progression des révoltes de jeunes dans les différents gouvernorats, a renforcé l’exaspération et la colère envers l’Etat dictateur. Le courant de manifestation a commencé à prendre de l’ampleur grâce aux vidéos enregistrées par des téléphones mobiles et partagées sur les pages du réseau social. Facebook est ainsi devenu un vecteur de circulation d’une information qui échappait au contrôle des autorités, plateforme d’échange qui a libéré la parole et mobilisé les énergies.

Facebook a été aussi un moyen de coordination d’actions collectives telles les manifestations. Il a de même constitué un outil puissant pour contourner les barrières mises en place par le pouvoir afin d’empêcher les médias étrangers de couvrir les événements. Les vidéos filmées sur le terrain et diffusées sur Facebook ont été massivement exploitées par les télévisons étrangères (France 24 et Al jazeera) pour relater les faits sur le terrain et informer l’opinion publique internationale et nationale sur l’évolution de la situation.

Enfin, Facebook est devenu un exutoire des jeunes tunisiens dans l’intention de s’exprimer et de publier des vidéos, des photos voire des citations personnelles. Il s’est agi de dépasser un monde contrôlé et interdit pour s’ouvrir à un autre monde, virtuel, auquel il est possible de s’identifier plus librement afin de réaliser notre propre liberté, liberté d’expression et de pensée, en vue de construire une nouvelle Tunisie.

 Publié en avril 2011 dans La lettre de l’IRMC n°6 

 

Sihem TALBI

Étudiante en Master, ISSHT, Tunis

 

Crédit de l’illustration : © rizkallah-d3ale98

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Quand dire c’est faire : la révolution tunisienne, un évènement de langage fait l’histoire

« C’est le langage qui fait de l’homme un animal politique, […] les mots justes trouvés au bon moment sont de l’action […] seule la violence brutale est muette » Hannah Arendt

Au moment où les Tunisiens commencent à parler le langage des partis et des élections, il est bon de rappeler les énoncés de la révolution, ce premier réveil arabe pour la liberté qui a résonné dans toute la région et où les mots clés de ses slogans furent répétés. Initiée par une jeunesse que l’on croyait apolitique, cette révolution a d’abord montré la vertu performative du langage, sa capacité de transformer par le simple fait de dire une situation politique longtemps considérée comme le destin de certains peuples à vivre sous la tyrannie. Aussi, la théorie du langage comme action ne trouvera pas meilleure illustration que dans les propos de Hannah Arendt, et la théorie du clash de civilisations plus juste démenti que dans les mots des slogans qui ont secoué la Tunisie et d’autres pays arabes dix ans après les événements de septembre 2001.

La révolution comme événement de langage et événement politique

Ecrasés sous une chape de plomb de silence pendant 23 ans, les Tunisiens ont accompli une révolution qui a abattu l’une des dictatures les plus sévères de notre temps avec pour seule arme le langage. Brève, pacifique, sans leaders, sans partis, la révolution tunisienne a réuni toutes les classes sociales autour de slogans qui ont catalysé la haine d’un régime policier et corrompu. Lorsque le mur de la peur est tombé, la parole s’est libérée. Et c’est cet événement de langage qui a constitué en même temps un évènement politique. C’est une révolution qui a opposé à la répression policière la performance langagière. Des mots longtemps tus, censurés ont été criés à haute voix dans les manifestations, écrits sur les pancartes et sur les murs de la ville après avoir été écrits sur les murs de Facebook où l’on a pu voir et entendre ce qu’on n’osait pas se dire à soi-même. Ce fut une révélation : l’impensable devient dicible et communicable. Facebook est remercié pour sa contribution à la victoire. Il a anticipé et valorisé le regroupement, la manifestation qui rend au peuple son autonomie en la lui manifestant.

La révolution « pour la liberté et la dignité »

Alors que l’information officielle avait déclaré que l’immolation par le feu de Bouazizi était un « fait divers », la population a mis en mots cet acte comme une déclaration politique, un appel pour dénoncer une vie sans dignité et sans liberté où le citoyen réduit à rien s’anéantit. Les mots qui furent répétés durant les manifestations étaient : « shoghl, horryya, karama wataniyya » (emploi, liberté et dignité de citoyen), des mots justes qui ont sonné l’heure de parler pour tout un peuple humilié par la peur et l’absence de liberté. Le mot « emploi » a une connotation politique avant tout. Il dénonce la corruption et l’inégalité de la répartition des richesses. Il est glosé par cette précision : « Ce n’est pas une révolution des affamés »[1] que nous voyons sur cette image. Nous ne sommes plus dans le cycle des révoltes du pain, comme le souligne l’un des plus célèbres slogans de la révolution: « Khobz w mé w ben ali lé » (du pain, de l’eau et pas de Ben Ali). « Emploi » Ce mot a fini par trouver son sens intégré dans les mots de « liberté » et « dignité » qui sont les seuls marqueurs linguistiques de la révolution tunisienne et ses repères fondateurs : des valeurs universelles. Point de référence à l’islamisme, ni à l’impérialisme, ni au panarabisme.

C’est cette nouveauté dans les mots des slogans des révolutions arabes qui a surpris. Le quotidien français Libération a signalé cette nouveauté dans la couverture de sa livraison du 15 janvier 2011 par le mot « horrya » écrit en arabe et en grands caractères sur une photo de la manifestation de la veille qui a chassé Ben Ali du pouvoir. Sans doute pour la première fois, le mot « liberté » en arabe donne-t-il à voir, dans la lettre que les Tunisiens commencent à écrire avec ce mot, une nouvelle page de l’Histoire[2]. Après eux, au Caire, à Sanaa, à Damas, … les jeunes se sont soulevés pour exiger le départ de leur gouvernant en scandant : « Horrya », ou « ashaab youreed isqat an-nidham » (le peuple veut la chute du régime).

La thèse du clash de civilisations peutelle encore résister ?

 Publié en avril 2011 dans La lettre de l’IRMC n°6

 

Nabiha JRAD

Linguiste, Université de Tunis

 

Crédit photographique : © DR ; Fethi Belaïd


[1] Jacques Chirac, lors de sa visite officielle à Tunis en 2003 avait déclaré « Le premier droit humain est celui de manger » pour vanter le miracle économique de la Tunisie, crédo de tous ceux qui défendaient le régime.

[2] Certains observateurs se sont empressés de penser que la démocratie peut s’exporter par les mots. « Dégage » « un mot français pour une invitation à la démocratie ». Le Monde. Mensuel Numéro 13. Février 2011. En réalité c’est un mot que la mémoire collective a réactivé pour revendiquer la liberté et la souveraineté du peuple, d’où le symbole du drapeau et de l’hymne national dans cette révolution vécue comme une seconde indépendance voire l’indépendance réelle comme l’ont affirmé les révolutionnaires.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

La révolution tunisienne, un miracle des temps modernes

Toute analyse sereine, déchargée de conduits idéologiques ou de perceptions anthologiques de la révolution du 14 janvier 2011 laisse percevoir un certain nombre d’événements qui échappent à l’ordre du rationnel, aux scénarios prospectifs, voire même aux aspirations politiques des partis de l’opposition et des syndicats contestataires. C’est ce qui s’est produit : abattre une dictature, l’humilier, défaire tous ses symboles par des anonymes, par une dissidence informelle, par une jeunesse inattendue qui a fait tache d’huile au milieu des syndicats ouvriers régionaux tout particulièrement dans les régions oubliées, une jeunesse qui s’est emparée d’Internet sans demander l’autorisation à quiconque, une jeunesse qui a inventé « Dégage », un slogan inimaginable quelques semaines auparavant. C’est ce qui a poussé l’opinion publique à se retourner soudainement contre le parti au pouvoir, le RCD, élargissant ainsi la sympathie à tous ceux qui luttaient pour la démocratie. Par ailleurs, l’organisation d’une résistance implacable partout, dans les quartiers, dans les villages et dans les villes a complètement transformé le comportement de la société vis-à-vis de la peur et la servilité. C’est dans cette atmosphère que le régime politique de Ben Ali a été secoué par un mouvement populaire, massif qui affichait au départ des idéaux humanistes, « dignité et justice ».

N’est-ce pas là un miracle ? Certes d’aucuns diront à raison que cette révolution s’inscrit dans l’histoire, en étant la résultante de plusieurs combats et sacrifices assumés par des dizaines de syndicalistes et d’opposants politiques tout au long de la dictature de Ben Ali. Cependant, cette approche historique classique exclut en grande partie la dimension extraordinaire, miraculeuse d’un tel mouvement pour les raisons suivantes :

– Malgré tous les moyens répressifs dont dispose le pouvoir, le rapport de force n’a jamais été en faveur de ce dernier tout particulièrement après les funérailles du jeune Bouazizi qui s’est immolé à Sidi Bouzid :

– La marche des régions sur Tunis est une première dans l’histoire du mouvement social depuis l’indépendance.

– La résistance dans les régions comme dans la capitale s’articulait autour de deux principes : l’autonomie de décision par rapport aux mouvements politiques structurés, et l’engagement collectif de tous les acteurs de la révolution.

– La volonté des manifestants et des résistants d’affronter à tout moment la milice du parti au pouvoir.

– L’impératif politique accompli, qui exige que face à un régime où l’idéologie, la décision, la coercition, le capital, les medias demeurent monopolisés ouvertement par un dictateur et sa famille, seul un soulèvement populaire généralisé soit en mesure de le chasser, l’écrasante majorité des tunisiens ayant participé d’une manière directe ou indirecte au soulèvement.

– Enfin, la résistance s’est trouvée face à une armée faible, désorientée mal préparée, décapitée de ses chefs, tenue à l’écart et isolée par Ben Ali lui-même. En réalité, l’armée tunisienne n’avait ni les moyens humains, ni la logistique nécessaire lui permettant d’affronter la population. Sa neutralité affichée est en fait une forme de revanche contre celui qui l’a humiliée pendant 23 ans, le général Ben Ali issu de ses propres rangs.

Tous ces éléments réunis et en y ajoutant l’éclosion de la chanson contestataire et l’émergence d’un humour pertinent ridiculisant le régime avant même sa chute ont largement contribué à la construction du miracle du 14 janvier.

En conclusion, la révolution a chassé beaucoup plus qu’un dictateur. Elle a mis fin pour le moment à une idéologie populiste maléfique, rituel initié par Bourguiba qui consiste à faire croire à la population que le régime est immuable, éternel, plébiscité par le monde entier… Le miracle s’arrête là. Aujourd’hui la question est de savoir si cette révolution « miraculeuse » sera en mesure de mettre à profit son génie pour réaliser la démocratie et la justice sociale… Rien n’est moins sûr : le miracle n’a jamais été un argument historique et politique irréversible. Le principal facteur de prudence est la faiblesse sociale et intellectuelle du mouvement démocratique lui-même. Quant à la seule certitude que nous pouvons avancer, c’est qu’aucune solution idéologique globale n’est en mesure de l’emporter à elle seule en Tunisie, parce que la transition démocratique est avant tout la construction d’une société civile avec tous ses différents liens sociaux, culturels, économiques et politiques.

Attention, le miracle ne se produit qu’une seule fois.

Publié en avril 2011 dans La lettre de l’IRMC n°6

 

Ridha TLILI

Historien, Université de La Manouba

 

Crédit photographique : © AFP – Fethi Belaïd

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Des révoltes de Gafsa à la situation révolutionnaire

Bassin minier de Gafsa

La formule « révolution de jasmin » s’est très rapidement imposée chez les commentateurs pour qualifier les protestations qui ont précipité la chute du régime de Ben Ali. Déjà employée pour qualifier le « coup d’Etat médical » de Ben Ali en novembre 1987, l’expression reflète bien le mythe exotique d’une Tunisie de la modération, de la négociation et du compromis. Toute une série de stéréotypes développés ici et là démontrent une incapacité à saisir les dynamiques sociopolitiques affectant le pays depuis de nombreuses années. D’où d’ailleurs une tendance à valoriser les explications de type « spontanéiste » et « conspirationniste », comme si la révolution tunisienne était le fruit de l’activisme cyber-militant (mythe de la révolution Facebook), d’intrigues au sommet entre militaires et « colombes » du régime (mythe de la révolution de Palais) ou encore d’une intervention étrangère discrète (mythe de la « révolution orange » orchestrée par les Etats-Unis). De telles explications ont probablement une part de vérité. Toutefois, elles ont tendance à entretenir le cliché d’une apathie politique généralisée et corrélativement à euphémiser les formes de résistance populaire et de contre-conduites, voire de dissidences[1], dont les manifestations visibles ne sauraient se limiter aux événements de l’hiver 2010-2011 mais qui renvoient à une temporalité bien plus complexe.

Une telle démarche nous incite à réviser la chronologie médiatique de ladite « révolution » et à penser les dynamiques protestataires à l’oeuvre dans la société tunisienne ces dix dernières années, conduisant à un épuisement progressif des sources de légitimité du régime Ben Ali[2] et à un grippage de ses modes de contrôle social, dont la répression policière ne constitue qu’un registre parmi d’autres. En effet, si le phénomène de peur était bien présent dans la population, il n’a pas empêché, le développement d’actes isolés de désobéissance, les critiques larvées des « familles » au pouvoir coïncidant avec un moindre engagement lors des cérémonies officielles comme, par exemple, les célébrations du 7 novembre, commémorant le « coup d’Etat médical » de Ben Ali. Mais ce qui est davantage significatif des dernières années du régime, ce sont les actions collectives de contestation d’une ampleur inédite sous Ben Ali, dont les protestations du bassin minier de Gafsa en 2008 sont l’épisode principal[3].

En effet, depuis les révoltes de 1984, la Tunisie n’avait pas connu de mouvements sociaux aussi importants. A partir du 6 janvier 2008, suite à l’annonce des résultats d’un concours de recrutement de la Compagnie des Phosphates de Gafsa (CPG), des habitants des principaux villages et villes des centres miniers de la région du sud-ouest tunisien se sont massivement engagés dans une série d’actions de protestation qui ont duré plus de six mois, abouti à des centaines d’emprisonnement et fait des dizaines de blessés et trois morts. La dénonciation du mode népotique d’attribution des postes de la CPG avait réuni un nombre important de chômeurs (diplômés ou non), de leurs familles, en bref de « militants » ad hoc de tous bords. Dans la région de Gafsa, ce ne sont pas des ouvriers, comme il a été parfois dit, mais bien une majorité de « jeunes », pour la plupart sans emploi, qui se sont mobilisés.

Les mobilisations à Gafsa sont « ancrées » dans des raisons d’être, des modes d’énonciation et des relations socio économiques spécifiques à la région minière. Mais simultanément l’analyse de ces révoltes[4] et de celles qui vont leur succéder dans d’autres régions de l’intérieur du pays, permet de mettre en exergue les traits saillants de ces protestations fort éloignées des registres militants des activistes des droits de l’homme de la capitale : un registre de dénonciation contre la corruption, une détermination contre la fatalité du chômage, une mobilisation surtout de jeunes déclassés et une action collective peu institutionnalisée, en tout cas en décalage avec la classe politique d’opposition et la direction de la centrale syndicale.

Manifestation à Redeyef, dans la région minière de Gafsa, juin 2008

Un double clivage socio-territorial et générationnel caractérise ces actions collectives. Une géographie politique et économique rapide de la Tunisie montre que la carte des disparités socioéconomiques se superpose à la « carte protestataire » de ces dernières années. Dans les régions paupérisées du bassin minier de Gafsa dans le sud-ouest dès 2008, dans le sud-est à Ben Gardane en août 2010, dans la région agricole de Sidi Bouzid en décembre 2010, ainsi qu’à Kasserine dans le centre ouest du pays en janvier 2011, se sont déclenchés de forts mouvements protestataires. Ces mouvements, les données tangibles sur lesquelles ils reposent et le sentiment de paupérisation qu’ils expriment, dévoilent ce que la Tunisie du « miracle économique »[5] élude : les disparités régionales, la marginalisation économique et sociale de pans entiers de la population, exclus du système de protection car exclus des circuits de l’emploi. Mobilisations de ces régions paupérisées donc, mais aussi actions protestataires de jeunes animés par un profond sentiment de déclassement social et d’indignité.

En effet, lors du « moment révolutionnaire » qui a vu la fuite de Ben Ali, les acteurs protestataires sont majoritairement des « jeunes » de quartiers populaires. Ils sont pour la plupart chômeurs ou occupent des métiers jugés dévalorisant et pénibles : ouvriers à l’emploi non durable dans les sociétés sous traitantes de la CPG, contrebandiers de Ben Gardane se battant contre les aléas d’une économie de survie dépendant des douaniers, diplômés des universités face à la précarité de leur travail dans les centres d’appels des grandes villes, « garçons du quartier » éternels adolescents passant leur journée dans les cafés, « tenant les murs »[6] et condamnés à une économie de la débrouille au quotidien. C’est cette jeunesse humiliée qui a été le moteur des mouvements de contestation contre le régime.

Publié en avril 2011 dans La lettre de l’IRMC n°6

 

Amin ALLAL

Politologue, IEP Aix en Provence,

Université de Nice

 

Crédit photographique : © Tunisienumérique.com ; DR.


[1] Michel Camau, 2008, « Tunisie : vingt ans après. De quoi Ben Ali est-il le nom ? », L’Année du Maghreb, Paris, CNRS Éditions, 507-527.

[2] Vincent Geisser, 2008, « Tunisie : la question sociale à l’assaut du régime », L’Encyclopédie de l’état du monde, Paris, La Découverte.

[3] Amin Allal, 2010, « Réformes néolibérales, clientélismes et protestations en situation autoritaire. Les mouvements contestataires dans le bassin minier de Gafsa en Tunisie (2008) », Politique africaine, n° 117, 107-125.

[4] Larbi Chouikha et Vincent Geisser, 2010, « Retour sur la révolte du bassin minier. Les cinq leçons politiques d’un conflit social inédit », L’Année du Maghreb, Paris, CNRS Éditions, 415-426.

[5] Béatrice Hibou, 1999, « Tunisie : le coût d’un miracle économique », Critique internationale, n° 4, 48-56.

[6] Amin Allal, 2010, « ‘Avant on tenait le mur, maintenant on tient le quartier !’ Germes d’un passage au politique de jeunes hommes de quartiers populaires lors du moment révolutionnaire à Tunis », Politique africaine, n° 121, 53 -67.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Premiers « moments » révolutionnaires

De Gafsa à Sidi Bouzid

On situe généralement l’acte de Bouazizi comme le déclencheur de la révolution tunisienne, en réponse à la marginalisation, à l’injustice et au chômage. Révolution des chômeurs, dont les jeunes ont pris le flambeau, guidés par une volonté de liberté, de dignité et de droit de vivre. Disons plus objectivement que cette révolution a connu deux foyers de déclenchement.

Avant Sidi Bouzid, il faut mentionner les protestations du bassin minier du phosphate à Gafsa en 2008. Les habitants de la région y ont manifesté durant six mois sans que leur action n’ait pu trouver un écho sur le plan national. Ce mouvement de bassin minier visait à lutter contre la situation de chômage croissante dont souffrent les jeunes de la région de Gafsa. Il dévoilait la réelle situation économique et sociale de marginalisation et de pauvreté des citoyens dans une région supposée être riche. Le fait que l’État ait négligé les demandes des protestataires a contribué à politiser le mouvement ainsi passé d’une demande d’emploi vers un mouvement politique contre la gouvernance de Ben Ali et contre la fuite de l’argent de Gafsa hors de l’activité minière. Puis est intervenu le mouvement politique des syndicats et de l’UGTT (l’Union Générale Tunisienne du Travail) visant à abattre une dictature coupable de vol. Il y a eu alors la flambée des slogans réclamant un pays sans Ben Ali. Il s’en est suivi une guerre locale, entraînant victimes et crimes, entre la police et les citoyens de différentes délégations du gouvernorat. A cette époque, une majorité de tunisiens n’était pas au courant de ce qui passait dans la région, voire n’avait pas entendu parler du mouvement du Bassin minier. Les médias tunisiens, contribuant à dissimuler le mouvement, avaient occulté ces manifestations en déclarant seulement quatre meurtres dénoncés comme étant à l’origine des émeutes et comme commis par des irresponsables fauteurs de troubles et menaçant la sécurité… Cette voix de dignité issue du bassin minier, avait été éteinte sous l’usage de la violence et de l’agressivité de la police.

Ces protestations qui ne s’étaient pas achevées en 2008, sont réapparues lors de la déclaration du décès de Bouazizi, dans les gouvernorats de Kasserine, Sidi Bouzid et Gabes. À ce moment là, le mouvement n’était pas encore répandu sur tout le territoire tunisien, et il fut porté par des élites dont les avocats témoins de toutes les corruptions et les criminalités de la famille présidentielle ainsi que de l’usage des armes par la police tunisienne durant les manifestations. Tel fut le début de cette grande éruption volcanique des tunisiens de tout âge et catégorie socioprofessionnelle, guidés par leur patriotisme, leur amour du pays et leur solidarité.

Qui sera le martyr ?

Dès le déclenchement des protestations révolutionnaires, l’acte de Bouazizi a été considéré comme le flambeau de la révolution, son nom a été scandé par tous les Tunisiens comme celui du héros du pays, du sacrifice de la liberté, annonciateur du retour au droit de tout être social : avoir du travail, une vie digne et devenir respecté. L’on sait de ce héros qu’il était un vendeur ambulant de légumes, appartenant à une classe sociale défavorisée et ayant grandi dans un milieu marginalisé situé à Sidi Bouzid au centre ouest de la Tunisie. Il a été sacralisé comme une victime de l’ancien régime de Ben Ali, des inégalités sociales, du chômage, du détournement économique, de la censure des libertés d’expression suite à la gifle reçue d’une femme membre de l’équipe de contrôle municipal, symbole de l’injustice incontournable du pouvoir gouvernemental.

Depuis le 17 Décembre, personne ne savait où se trouve Fédia Hamdi la femme qui a giflé Bouazizi. Il a fallu attendre le mois de Mars pour découvrir qu’elle était prisonnière depuis le début de la révolution, observant une grève de faim afin d’être présentée rapidement devant le tribunal. Plusieurs mouvements solidaires ont voulu défendre cette femme sous le motif que sa gifle n’était qu’une réaction pour se protéger face à l’irrespect des paroles scabreuses utilisées par Bouazizi. Outre l’acquittement rendu le 19 avril par le tribunal, pour une gifle qui n’aurait pas été donnée, Fédia vient en outre d’obtenir un nouveau statut et une nouvelle appellation : « le martyr est encore en vie ». L’interprétation des faits prend désormais un nouveau sens : lors du « moment révolutionnaire », ils étaient considérés comme une réponse à la dictature de Ben Ali et au système politique abusif ; par la suite, ils ne deviennent que la réponse d’une faible créature n’ayant pas trouvé d’autre moyen de se défendre face à une violence verbale, que celui d’une gifle qui a été « représentée » comme la cause de la révolution. Gifle « construite » par les représentations sociales, et finalement infirmée par la confrontation des témoignages.

On constate ainsi la manipulation par une action de politisation d’un incident qui a abouti à la chute d’une dictature et à la légitimité révolutionnaire d’un vendeur de légumes, aboutissant à la dépolitisation et à la stigmatisation d’une réaction conduite par l’instinct protecteur d’une femme devant des provocations blessantes. Il s’agit d’une lecture des faits, et d’une transformation des rôles par la domination d’un groupe social ayant une influence majeure au nom de la voix du peuple. Sous cette instrumentalisation politique des mots et des faits, sera t-il possible de relever la vérité ? Bouazizi demeurera-t-il le martyr de la Tunisie ou bien, avec la réhabilitation sociale de Fédia Hamdi, sa situation changera-t-elle de celle d’un martyr vers celle d’un simple homme mis en défaut ?

Publié en avril 2011 dans La lettre de l’IRMC n°6

 

Amira MOKDED

Étudiante en Master, ISSHT, Tunis

 

Crédit photographique : © EPA – Lucas Mebrouk Dolega

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Révolution de l’olivier en Tunisie

Texte extrait de la lettre adressée par l’auteur le 23 janvier 2011 à l’association Alfapsy (et à
son président, Paul Lacaze), en remerciements de son soutien au peuple tunisien

J’étais particulièrement sensible à vos mots ainsi qu’à vos pensées de soutien et de solidarité avec la jeunesse et la population tunisienne de la Tunisie profonde, qui ont construit cette Révolution, ceci sans armes mais avec beaucoup de cran et de courage, face à une gouvernance dictatoriale qui se donnait comme rempart, comme exemple et modèle sécuritaire à suivre contre tout risque présumé « de désordre et de dérive terroriste ».

Cette jeunesse et cette population de la Tunisie profonde a fait preuve d’une maturité politique et culturelle, s’adaptant à l’inexistence, au début, de tout cadre politique classique qui pourrait l’organiser, mais apte à user des moyens modernes de ce que l’on désigne de cyber-résistance… Cette jeunesse et cette population de la Tunisie profonde a dû offrir son lot de martyrs, hommes et femmes, tués pour une grande partie par des tireurs d’élite de la garde présidentielle, corps d’élite sous les ordres directs de Ben Ali et de son bras droit, le Général Ali Seriati. Ce dernier a continué son massacre du peuple en vue de créer le chaos et de justifier la nécessité d’un rétablissement du même pouvoir sécuritaire, ou à défaut, d’une nouvelle gouvernance prenant son fondement à partir du même modèle de maniements sécuritaires des idéologies.

Cette Révolution de l’Olivier, plutôt que du Jasmin (cette Tunisie profonde étant plus une région d’oliviers, de pommiers et de blé), vient à nous démontrer à tous que l’idéologie sécuritaire ne saurait constituer la base d’un mode de gouvernance (autre que fascisant et dictatorial) mais, comme le soulignait déjà Ibn Khaldoun, l’ancêtre de cette jeunesse tunisienne et de notre peuple, la sécurité se doit d’être un résultat, un aboutissement de l’exercice de la justice, dans le sens large de ce concept de ’Adl, c’est à dire la justice dans la répartition des richesses, la justice dans la répartition des valeurs économiques dans le cadre des échanges des produits entre les cités et les campagnes, la justice dans l’exercice pour chacun de ses droits et de ses devoirs. C’est dans ce sens qu’il affirmait « al-’Adl assâs al-’Imran » (la justice est le socle et le fondement de l’urbanisme).

En nous offrant cette Révolution, avec ce qu’il reste à faire pour la structurer et éviter sa manipulation et une éventuelle réorientation…, la jeunesse tunisienne, nos enfants ont créé l’évènement avec sa dimension régionale mais aussi universelle pour nous révéler à tous l’inefficacité, non seulement à long terme, mais même à moyen terme, de toute gouvernance qui se fonde sur les maniements sécuritaires des idéologies, contrairement à ce que pouvait en penser Michèle Alliot-Marie à partir d’une France oublieuse des mécanismes et facteurs ayant engendré la Révolution française et la Commune de Paris (voir l’histoire de la Révolution française par Louis Blanc, ouvrage qu’on a tendance aujourd’hui à refouler sinon à forclore).

C’est aussi en ce sens, mais à un autre niveau que l’on peut comprendre le discours de Kadhafi qui nous priait de l’écouter quand il clame que son ami Ben Ali demeurerait le mieux placé pour gouverner la Tunisie jusqu’à 2014, si ce n’est à vie. Mais, du point de vue des peuples, on comprend que les populations maghrébines et arabes ont organisé et organisent encore des manifestations de soutien pour notre jeune Révolution, au moment où les gouvernements arabes demeurent silencieux.

C’est en ce sens que l’on peut comprendre aussi le silence de tous les gouvernements européens, qui adhèrent en partie au maniement sécuritaire des idéologies comme mode de gouvernance en Europe même, ceci dans leur gestion de la crise économique et de la crise de société en rapport avec l’absence de justice sociale dans la répartition des richesses et avec, chaque fois, la désignation de l’immigré comme s’il était responsable de la crise du capitalisme financier en Europe, et de l’injustice sociale caractérisant (de l’aveu de tous les économistes) la gestion de cette crise.

Cette Révolution a déjà engendré en Tunisie l’émergence d’une extraordinaire liberté d’expression. Nous commençons à assister à des débats particulièrement riches, même si les animateurs de ces débats éprouvent encore beaucoup de difficultés et de savoir-faire dans l’animation de ces concertations de groupe. Mais, et c’est l’apport de cette Révolution, ils finiront par acquérir plus de professionnalisme. Quoi qu’il en soit, quelqu’un me disait au cours d’un entretien : « vous ne pouvez pas savoir ce que c’est la « Hogra » (le mépris doublé d’une indifférence), il faut la vivre pour le savoir… ». Et encore hier, mardi matin, Mr. X. me parlait quant à lui, comment toutes ces manifestations dans les rues de Tunis, comment la gestion des problèmes de sécurité dans les quartiers par des comités de quartiers, cela lui faisait peur et réveillait par moments son angoisse, mais ceci sans panique, au contraire, ajoute-t-il, « je me sens bien, je sens la « Fokhra » (la fierté) ; je me sens fier d’être Tunisien quand, à la télévision, je vois à travers différentes chaînes des manifestations de soutien à la Révolution tunisienne ».

A travers ces discours, cette Révolution a apporté aux Tunisiens les moyens de surmonter la Hogra ainsi que l’insoutenable étrangeté de se ressentir étranger, comme l’aurait dit Tawhîdi dans Ghorbat al-Gharîb (L’Etrangeté de l’étranger), de se ressentir étranger dans sa propre demeure, auprès des siens, et étranger même dans et à son propre corps. Cette Révolution a apporté et nous apporte, à nous autres Tunisiens, la Fokhra, la fierté, de réhabiter notre identité, de réhabiter notre corps, de réhabiter notre demeure, notre environnement, notre culture et notre histoire, ceci pour nous réapproprier un discours historicisé et historicisant, ouvert sur autrui, acceptant la différence par elle-même comme source d’enrichissement.

Je ne peux que remercier la jeunesse tunisienne et, parmi eux, mes propres enfants et petits enfants de m’avoir offert de renouer avec une flamme de militantisme, que j’avais depuis l’âge de 10-12 ans et que je croyais éteinte à jamais. Je les remercie de m’avoir offert aussi de vivre, avec eux, ces moments glorieux sans avoir à prendre la place qu’ils ont conquise, au prix quand même d’une centaine de martyrs, sans compter les blessés, surtout parmi la population de Sidi Bouzid, de Thala, de Regueb et de Kasserine. Mais, restons ensemble tous vigilants pour préserver la dynamique évolutive de nos acquis, et pour éviter les dérives dogmatiques quelles qu’elles soient et, encore plus, pour éviter les dérives sécuritaires.

Publié en avril 2011 dans La lettre de l’IRMC n°6

 

Essedik JEDDI

Neuropsychiatre et psychanalyste, Tunis

 

crédit cartographique : © Intercarto

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Les coulisses de la production des savoirs à l'Institut de Recherche sur le Maghreb Contemporain