Compétition sur les ressources agricoles, disparition progressive de l’agriculture paysanne oasienne et conséquences sociales et environnementales. Le cas des oasis de la région du Nefzaoua dans le Sud-Ouest tunisien

IMG_2760
Parcelle dans l’oasis traditionnelle de Tenchig à Béchri (gouvernorat de Kebili), avec le système de production à trois étages. © Emna Khemiri

L’objet du travail de recherche que je mène actuellement porte sur l’étude de la compétition sur les ressources agricoles (eau et terre) dans les oasis de Kebili en Tunisie. Il s’agit pour moi de jeter la lumière sur les tensions et les contradictions qui existent entre, d’une part, les politiques tunisiennes de développement agricole et, d’autre part, les faits induits par la modernisation de ce secteur, entraînant la marginalisation économique et sociale des paysanneries locales, la surconsommation des ressources naturelles et la détérioration des écosystèmes et de l’environnement, en général.

Comme chacun sait, le secteur agricole n’a pas échappé aux tendances de modernisation et de mondialisation de ces dernières décennies, avec la libération de l’économie tunisienne engagée depuis 1986 et l’accord de libre-échange signé avec l’Union européenne en 1995.

Les effets de cette politique libérale sont particulièrement visibles dans le système agricole oasien. Ce dernier qui avait déjà commencé à mobiliser ses ressources hydriques avec les premiers forages de puits artésiens au début du XXe siècle, et qui avait connu de ce fait une nouvelle ère de prospérité, a été confronté, à partir des années 1970, à de grandes difficultés, suite au tarissement des sources d’eau naturelles et la baisse des nappes fossiles. On entre alors dans une période de pénurie d’eau, d’où la Promulgation du Code des eaux en1975 qui a visé à soumettre l’exploitation des eaux de surfaces et des eaux profondes à une réglementation rigoureuse.

IMG_2859
Les nouveaux investisseurs ne reculent pas devant le coût considérable des installations pour puiser l’eau avec un débit de plus en plus important, Beni Mhammed (gouvernorat de Kebili) © Emna KHEMIRI.

Mais de nos jours, on assiste à la multiplication de grandes exploitations privées qui opèrent en dehors du Code des Eaux, ce qui constitue une menace pour la pérennité des écosystèmes oasiens. En effet, les politiques agricoles basées sur une modernisation subventionnée ont, certes, augmenté les rendements agricoles et les revenus de certains exploitants par l’intensification de l’activité agricole et l’augmentation des surfaces irriguées en mettant l’accent sur le caractère performant de cette agriculture intensive. Néanmoins, cette dernière, a eu des retombées négatives tant sur les ressources naturelles qui sont aujourd’hui l’objet d’une compétition acharnée qui risque de les épuiser, que sur l’environnement naturel qui s’en trouve profondément bouleversé, favorisant l’avancée du désert et mettant en péril la vie de populations entières.

IMG_0976
Forage privé : au premier plan la partie visible du forage constitué par la pompe qui est actionnée par le moteur au second plan, El Massaid (gouvernorat de Kebili) © Emna KHEMIRI

Les nouveaux systèmes d’irrigation techniquement sophistiqués, ont mis à l’écart le savoir-faire traditionnel des paysans en matière d’irrigation, jugé inefficace et irrationnel. Des canaux cimentés et imperméables ont, donc, remplacé les rigoles en terre. La gestion traditionnelle des ressources qui s’articulait autour de l’ensemble des pratiques productives, de rapports sociaux et de règles consensuelles, est remplacée par une gestion administrative qui tarifie l’eau, fixe les conditions, les quantités, fréquences et tours d’irrigation, ce qui crée des conflits entre les oasiens et l’Administration. Cette tarification de l’eau met généralement les petits agriculteurs en difficulté vu qu’ils ont du mal à payer une eau de plus en plus chère, et pousse par contre les agriculteurs bénéficiant de plus de moyens à entreprendre des extensions hors du périmètre public irrigué et à creuser leurs propres forages leur permettant une totale indépendance, en plus de l’intensification de leur activité agricole.

Alors qu’au départ, la réalisation par l’État des forages profonds a été menée en vue de soutenir la production de dattes dans les anciennes oasis, ces forages servent actuellement à détourner une partie de l’eau vers de nouvelles terres et l’irrigation de nouvelles plantations ce qui a eu comme conséquence l’allongement du temps d’arrivée du tour d’eau et de provoquer la disparition des cultures maraichères ou fourragères de la strate herbacée comme l’orge et la luzerne. L’équilibre écologique et économique basé sur la diversification des productions est de ce fait perturbé.

Ajoutons à cette compétition sur l’eau dont tirent profit les grandes exploitations, une compétition sur les terres qui lui est corolaire. Les propriétaires qui disposent de moyens financiers, ont réussi à entreprendre des extensions. En effet, à la périphérie, dans l’extension des anciens périmètres irrigués et sur des terres collectives que les conseils de gestion attribuent aux membres de leurs communautés, se multiplient de nouveaux périmètres irrigués privés accueillant des exploitations intensives d’investissement fortement consommatrices d’eau et de terre. Dans ces nouveaux périmètres, qu’on appelle « palmeraies privées ou périmètres illicites », où les productions sont destinées à l’export et au marché national, l’eau des forages utilisée pour  l’irrigation n’est ni contrôlée à l’aide de compteurs, ni payée par les usagers.

Face à ces nouvelles difficultés économiques, les relations de compétition sur les ressources humaines ont provoqué une nouvelle dynamique sociale. Les petits paysans ne pouvant plus se suffire de leurs activités agricoles, travaillent comme journaliers chez les nouveaux grands exploitants et sont poussés à chercher leurs revenus parfois loin du secteur agricole. Les systèmes oasiens dont l’incontestable durabilité sur plusieurs générations successives est mise à l’épreuve depuis les toutes dernières décennies, vont-il disparaître par épuisement des ressources hydrauliques et réduction de la place et des fonctions de l’agriculture paysanne vivrière ?

Il incombe aux pouvoirs publics de faire le choix du développement durable, seul moyen capable de mettre fin à cette compétition sur les ressources, de maintenir les paysans sur leurs terres, de préserver des moyens d’exploitation respectueux de l’écosystème et de l’environnement et de protéger la biodiversité du système oasien.

Emna KHEMIRI

est doctorante en Géographie à l’Université Paris 10. Ouest Nanterre, laboratoire Mosaïques (UMR LAVUE). Elle a rejoint l’IRMC pour une Bourse Moyenne Durée (BMD) entre février et avril 2014.

Pour citer ce billet : Emna Khemiri, « Compétition sur les ressources agricoles, disparition progressive de l’agriculture paysanne oasienne et conséquences sociales et environnementales. Le cas des oasis de la région du Nefzaoua dans le Sud-Ouest tunisien », Le Carnet de l’IRMC, 30 septembre 2014. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1635

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Eau et marginalisation des agriculteurs : Le cas du Merguellil en Tunisie Centrale

Ma recherche postdoctorale s’inscrit à la suite des travaux de sociologues et d’anthropologues portant sur les dynamiques organisationnelles des sociétés rurales autour de l’eau d’irrigation. L’intérêt des sciences sociales pour l’eau comme objet d’étude est récent. L’eau est progressivement devenue un objet à la rencontre de plusieurs disciplines, notamment avec l’affaiblissement de l’imperméabilité historique entre Nature et Société qui cloisonnait les objets des sciences sociales aux faits sociaux, les objets des sciences de l’environnement au milieu physique (Pinton, 2007). Anthropologues et sociologues travaillant sur les modes de coordination au sein des périmètres irrigués ont mis en avant le caractère sociopolitique de la gestion de l’eau à travers le prisme d’objet technique (De Laet, Mol, 2000 ; Aubriot, Riaux, 2013). Ces travaux font le lien avec des recherches plus anciennes comme celles menées dans le Sud de la Tunisie dans les années 1980 (Kilani, 1986 ; Bédoucha, 1987). L’intérêt des sciences humaines et sociales pour l’eau n’est donc pas récent, mais il manque de visibilité.

Déséquilibres territoriaux et petite agriculture en Tunisie

Dès les années 1970, Le Gouvernement tunisien équipe les campagnes d’importants transferts d’eau, puis d’équipements de grande hydraulique au service du développement de l’agriculture irriguée intensive (Pérennès, 1993). De fortes inégalités territoriales résultent de ces choix, notamment entre les zones rurales agricoles et les zones littorales urbaines, touristiques. Actuellement, la Tunisie doit affronter une situation de « raréfaction » de la ressource. Plus qu’un phénomène naturel et physique, cette situation, en Tunisie comme dans l’ensemble du Maghreb, est le produit d’un modèle de gestion où l’accès à l’eau est inégalement réparti entre secteurs (agriculture, industrie, tourisme) (Treyer, 2001). Après avoir appuyé le développement de l’agriculture irriguée, le Gouvernement exige aujourd’hui des efforts importants de la part des agriculteurs pour réduire leur consommation. Quant à la petite agriculture, elle s’est trouvée marginalisée par les politiques de modernisation agricole (Gana, 2013 ; Jouili et al., 2014).

Pourtant, la question de la petite agriculture est centrale dans l’élaboration des modèles de développement car elle concerne une grande partie des exploitations. Elle est aussi au cœur du mouvement de transformation du contexte politique tunisien de 2011, dont l’origine rurale, dans des petites localités marginalisées du modèle de développement économique, a été soulignée (Daoud, 2011 ; Elloumi, 2013). Enfin, les réflexions sur le devenir de la petite agriculture dans le monde mettent en exergue les reconfigurations, les facultés d’adaptation des collectifs qui la composent (Saïdi, Streith, 2013). Ces réflexions s’articulent avec celles sur les modes de gouvernance de l’eau, qui impliqueraient outre les acteurs politiques, les usagers de l’eau (Bied-Charreton et al., 2006 ; Trottier, 2008).

Approche eau, technique et société

La recherche que j’engage en Tunisie est en résonnance avec celle réalisée au Brésil dans le cadre de ma thèse (Collard, 2013). Les enseignements tirés du cas brésilien me permettent d’envisager une étude des rapports de pouvoir et de l’éventuelle redéfinition du lien eau/société sur un terrain tunisien. En Tunisie, comme au Brésil (De Castro, 1946), l’eau est objet de pouvoir (Bédoucha, 1987). Selon Béatrice Hibou (2005), le rapport État/sociétés locales est historiquement marqué par des logiques autoritaires, policières et de répression comme pour le contrôle des pratiques illégales et illicites. Dans mon travail, il est supposé que ce rapport marque celui qu’entretiennent les agriculteurs situés en amont du basin-versant du Merguellil (Fig. 1) avec les eaux de l’Oued. En effet, pour pallier la baisse des eaux des nappes, ces derniers ont récemment installé de manière illégale, des motopompes pour puiser directement l’eau de l’Oued.

Fig. I (source, Massuel, 2012)- Collard
Figure 1. Localisation du bassin-versant du Merguellil (Massuel, 2012).

L’hypothèse de départ de la recherche proposée est que la mutation profonde du contexte politique national tunisien participe à la recomposition des rapports sociaux (organisationnels et techniques) et de pouvoir des sociétés rurales de l’amont du Merguellil.  Le cas du bassin-versant du Merguellil illustre le phénomène de marginalisation de la petite agriculture des politiques de modernisation agricole. Les petits agriculteurs situés en amont de la plaine de Kairouan sont les « oubliés » de ces politiques. À l’échelle du bassin versant, la petite agriculture développée dans cette zone à partir des eaux du Merguellil est restreinte, mais elle pourrait être un exemple des capacités d’adaptation (passées et actuelles) des agriculteurs en situation de rareté. Dans la zone en amont du bassin du Merguellil, les techniques de pompages plus ou moins anciennes ont évolué et coexistent parfois. Le changement observé le plus marquant est le passage d’un usage collectif (lignager) des eaux de l’Oued via des seguias, à l’usage de motopompes encore méconnu mais qui semble s’individualiser. Les techniques de pompages sont entendues comme des objets sociotechniques : social, politique, historique et technique (Akrich, 1989). L’intérêt de les définir ainsi est d’identifier les logiques d’action qui s’organisent autour, selon l’idée que les objets peuvent être transformés, à l’instar de la société dans laquelle ils s’immergent (Vinck, 1999). L’approche sociotechnique permettra d’analyser les médiations entre individus et structures sociales, entre individus, techniques et milieu naturel. L’intérêt d’une approche en sociologie des techniques est de dépasser des frontières disciplinaires et de participer à des réflexions interdisciplinaires autour de la question de l’eau.

Dans un premier temps, ma recherche s’inscrit dans les initiatives de rapprochement de l’IRD, l’IRMC et l’INAT autour de l’eau dans le cadre de l’ANR AMETHYST. À cette occasion, un atelier a été organisé à l’INAT en avril, il a porté sur « la gestion de l’eau agricole en Tunisie. Approches et méthodes des sciences sociales ». Un séminaire a également eu lieu à l’IRMC le 2 juin dernier, traitant des « coopérations et conflits autour de l’eau. Place des sciences sociales dans les recherches sur l’eau ». Ma participation à ces initiatives se traduit également par un co-encadrement d’une étudiante de Master de l’INAT.

Dans un second temps, je poursuivrai ma recherche dans le cadre des accords tripartites entre IRD / Funceme / ISET et du projet CORRES’Eau : « coévolution et interactions croisées des rapports entre Eaux et Sociétés : regard croisé sur trois hydrosystèmes semi-arides situés en Tunisie, en Mauritanie et au Brésil ». Ce projet a pour ambition d’identifier les dimensions environnementales et sociales (et leurs articulations) des situations de pénurie dans plusieurs pays. Ce projet réunit des chercheurs expérimentés en agronomie, hydro(géo)logie, anthropologie et sociologie et permettra d’approfondir une réflexion interdisciplinaire autour de la question de l’eau. Dans ce cadre, je proposerai une étude comparative Tunisie/Brésil.

Anne-Laure COLLARD

est postdoctorante en sociologie. Elle mène cette recherche dans le cadre d’un programme IRD, INAT, IRMC. Elle a rejoint l’Institut pour une Bourse Moyenne Durée (BMD) entre avril et mai 2014 et est toujours en accueil scientifique à l’IRMC.

 Pour citer ce billet : Anne-Laure Collard, « Eau et marginalisation des agriculteurs : Le cas du Merguellil en Tunisie Centrale », Le Carnet de l’IRMC, 25 septembre 2014. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1629.

Bibliographie

AKRICH M., 1989, « La construction d’un système socio-technique. Esquisse pour une anthropologie des techniques », Anthropologie et Sociétés, vol.13,n° 2, 31-54.

AUBRIOT O., RIAUX J., 2013, « Savoirs sur l’eau: les techniques à l’appui des relations de pouvoir ? », Autrepart, n° 2, 3-26.

BÉDOUCHA G., 1987, L’eau, l’amie du puissant. Une communauté oasienne du Sud tunisien, Paris, Editions des Archives Contemporaines.

BIED-CHARRETON M., MAKKAOUI R., PETIT O., REQUIER-DESJARDINS M., 2006, « La gouvernance des ressources en eau dans les pays en développement : enjeux nationaux et globaux », Mondes en développement, vol. 135, n° 3, 39-62.

COLLARD A.-L., 2013, Lire les dynamiques sociales autour de l’accès à l’eau potable dans un contexte de sécheresse. Etude de trois communautés du Sertão brésilien, Paris, AgroParisTech/USP.

DAOUD A., 2011, « La révolution tunisienne de janvier 2011 : une lecture par les déséquilibres du territoire », EchoGéo.

DECASTRO J., 1946, Geografia da fome : a fome no Brasil, Rio de Janeiro, O., Cruzeiro.

DELAET M., MOL A., 2000, “The Zimbabwe Bush Pump Mechanics of a Fluid Technology”, Social studies of science, vol. 30, n° 2, 225-263.

ELLOUMI M., 2013, « Trois ans après : retour sur les origines rurales de la révolution tunisienne », Confluences Méditerranée, n° 4, 193-203.

GANA A., 2013, « Aux origines rurales et agricoles de la Révolution tunisienne »,Maghreb-Machrek, n° 1, 57-80.

HIBOU B., 2005, « Économie politique de la répression: le cas de la Tunisie », Raisons politiques, n° 4, 9-36.

JOUILI M., KAHOULI I., ELLOUMI M., 2014, « Appropriation des ressources hydrauliques et processus d’exclusion dans la région de sidi Bouzid (Tunisie centrale) », Etudes Rurales, n° 2, 117-134.

KILANI M., 1986. « L’influence de l’Etat dans la transformation du système hydraulique du groupe d’oasis de Gafsa (Tunisie) », Genève Afrique, vol. 24, n° 2, 7-46.

PÉRENNÈS J.-J., 1993, L’eau et les hommes au Maghreb: contribution à une politique de l’eau en Méditerranée, Paris, Karthala.

SAÏDI M.R., STREITH M., 2013, Petites paysanneries au nord et au sud de la Méditerranée : Questions de méthodes (1), Paris, Publisud.

TREYER S., 2001, « La planification stratégique à long terme de l’eau en Tunisie », Tiers-Monde, vol. 166, n° 42, 455-474.

TROTTIER J., 2008, “Water crises : political construction or physical reality ?”, Contemporary Politics, vol.14, n°2, 197-214.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

La révolution tunisienne et l’impact social sur l’économie

damiano2La révolte populaire tunisienne a mis fin au « pacte social » fondé sur la « logique de l’obéissance » (Hibou 2006) articulée à un modèle spécifique de développement économique. La crise de ce pacte social se matérialise à la fois dans les revendications liées au travail et dans les données indiquant la montée du chômage. Cette révolte populaire a permis l’émergence de stratégies diverses et contradictoires de reconstruction du politique, dans une phase dite de « transition » : les associations entendent participer activement à cette reconstruction, en occupant un espace délaissé par l’État.

Au premier abord, les associations tunisiennes semblent prises entre le danger de captation autoritaire, la projection d’un projet de société alternatif et la tentative de légitimation en tant qu’acteurs de politiques publiques autonomes. Si, sous le régime autoritaire, les marges de manœuvre des associations étaient très limitées, quoique non impossibles (Laroussi 2009), la Tunisie post-révolutionnaire est caractérisée par un activisme associatif dynamique, articulé et souvent en concurrence (notamment sur la ligne de fracture « associations laïques » / « associations islamiques »). L’intervention des bailleurs de fonds internationaux – à travers les financements, l’expertise, le plaidoyer – multiplie les acteurs sur le terrain et introduit de nouvelles marges de manœuvre dans la régulation sociale des acteurs publics et privés. Cette importance accrue des associations dans l’espace public se révèle dans la nouvelle régulation juridique : de la loi 1959-154 qui soumettait l’acceptation au ministère de l’Intérieur, on est passé à la loi 2011-88 qui permet la constitution d’une association avec une simple déclaration à la préfecture. Pourtant, les activités associatives souffrent d’un manque de coordination avec le secteur public (UE, 2012) les associations ne sont pas reconnues comme interlocuteurs et acteurs légitimes des politiques publiques.

Dans ce contexte, des stratégies différentes de soutien à l’emploi sont mises en place par les associations tunisiennes, avec un ensemble d’appuis locaux, étatiques, de coopération et d’organisations internationales. Les dispositifs mis en place sont aussi encouragés par les gouvernements successifs qui ne semblent pas en mesure de proposer une politique de l’emploi capable de faire face à la montée du chômage.

Le fil conducteur de mon enquête est la question des transformations des politiques publiques par les actions associatives de soutien à l’emploi, entraînant lignes d’exclusion et conflits. Les associations arrivent-elles à créer des nouvelles institutions sociales, en promouvant des dispositifs de soutien à l’emploi, dans un contexte de changement des formes de l’emploi, des formes d’aide à l’emploi et de sécurité sociale ? À la fois portées à l’adéquation aux normes qui régulent les politiques publiques et soucieuses d’en créer de nouvelles, les associations parviennent-elles à s’imposer comme acteurs légitimes du domaine de l’action publique ? Au cours des transformations sociales, les associations acquièrent-elles ce rôle « intermédiaire » (Sainsaulieu 2001) de régulation sociale, étudié en Europe, ou sont-elles prises dans des enjeux de politisation ou de promotion de modèles sociétaux spécifiques ?

En comparant des stratégies de plaidoyer, de formation, d’assistance, de microcrédit et de bienfaisance, ma recherche vise à éclairer comment les associations tunisiennes de soutien à l’emploi essayent de renouveler les cadres normatifs et de nouer des relations nouvelles et différenciées avec leurs partenaires, pour légitimer leur rôle dans la société.

L’approche choisie consiste à reconstituer la pluralité d’acteurs en jeu, leurs interactions et les effets de coproduction normative. Cette reconstitution du jeu d’acteurs se focalise notamment sur les relations nouées par les associations avec la population cible des programmes de soutien à l’emploi et sur le réseau local, national et international des mêmes associations. Il s’agit de saisir à la fois les pratiques associatives (les enquêtes, la conception et la gestion des projets, la mise en place des dispositifs, ainsi que les rapports de financement et de partenariat) et les représentations normatives (les idéologies économiques, les discours de légitimation, l’auto-projection dans le futur, les représentations du territoire).

Après avoir répertorié et cartographié les acteurs impliqués dans les actions associatives, ma démarche consiste à la fois à réaliser une enquête de terrain (entretiens et observations) auprès de ces acteurs et à analyser les archives (documents officiels, programmes, bilans) des associations.  À travers ces enquêtes, mon objectif est donner une importance particulière à deux types de transformation sociale : le changement des formes de gouvernance et les nouvelles manières d’encadrement collectif.

damiano3En premier lieu, des changements profonds des formes de gouvernance semblent découler de l’élargissement du secteur associatif, corrélé à l’avènement du discours de la société civile, depuis le début des années 1990 jusqu’au boom associatif de l’après-14-janvier. Les acteurs impliqués dans le travail associatif – des collectivités locales aux organisations internationales – relèvent d’instances différentes et représentent une multiplication des assises de décision et des règles d’organisation. D’ailleurs, la présence et le renforcement de tout un secteur d’associations confessionnelles opérant dans le domaine de l’aide à l’emploi et de la bienfaisance est en train de se révéler décisif pour les équilibres politiques, ainsi que pour la promotion d’une idée spécifique des politiques publiques.

En second lieu, l’entrée par les associations permet de saisir les nouvelles manières d’encadrement collectif : promotion de nouvelles attentes sociales, de nouveaux liens de dépendance, de nouvelles dynamiques d’exclusion. Les associations sont souvent porteuses de discours normatifs fortement contraignants : on peut le remarquer dans l’affirmation d’un « modèle entrepreneurial », de valorisation de l’initiative individuelle en tant que condition pour sortir de la pauvreté, en tant que promotion du succès individuel ou en tant que réussite réelle des entreprises sur le marché.

La quête d’autonomie des associations tunisiennes s’oppose au modèle hégémonique du gouvernement sur la société, là où des nouvelles tentatives hégémoniques se déploient de manière plus ou moins découverte. Pourtant, cette quête d’autonomie ne traduit pas la prétendue neutralité des dispositifs de soutien à l’emploi mis en place par les associations. C’est dans l’analyse du fonctionnement de ces dispositifs qu’il est possible de saisir les relations d’aide et de dépendance tissées par les associations avec la population cible, les types d’encadrement accompagnant le soutien et la « formation des capacités », les modèles concrets et les attentes soutenus à travers la promotion de l’« action entrepreneuriale ». Au-delà de l’opposition autonomie-hégémonie, quel type de transformations entraîne le soutien à l’emploi promu par les associations tunisiennes ?

Damiano DE FACCI

est doctorant en sociologie politique et économique à l’Université Paris 1-Panthéon Sorbonne. Sa thèse s’intitule : « L’institutionnalisation du secteur associatif tunisien et ses conséquences (1990-2015) ». Il a rejoint l’IRMC pour une Bourse Moyenne Durée (BMD) de mars à mai 2014 et est toujours à l’Institut en accueil scientifique.

Pour citer ce billet : Damiano De Facci, « La révolution tunisienne et l’impact social sur l’économie », Le Carnet de l’IRMC, 22 septembre 2014. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1620.

Bibliographie

HIBOU Béatrice, 2006, La force de l’obéissance. Économie politique de la répression en Tunisie, Paris, La Découverte.

LAROUSSI Houda, 2009, Micro-crédit et lien social en Tunisie. La solidarité instituée, Paris, IRMC-Karthala.

SAINSAULIEU Renaud, 2001, Des sociétés en mouvement, la ressource des institutions intermédiaires, Paris, Desclée de Brouwer.

Union Européenne (=UE), 2012, « Rapport de diagnostic sur la société civile tunisienne », Luxembourg, UE.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Dans quelles conditions les reformes de la gouvernance locale renforcent la diffusion du conflit ? Les effets indirects des reformes néolibérales en Tunisie

Chiara LoschiLa Révolution tunisienne, qui a ouvert la vague des Printemps arabes, a obligé les chercheurs à reconsidérer les analyses qui identifient la Tunisie comme exemple dans la transition démocratique ; en même temps l’enclenchement de mouvements de contestations au niveau national a aussi mis en discussion la tendance de l’État à confirmer sa persistance par le biais de son réengagement dans les reformes institutionnelles et économiques. Sous la pression des bailleurs des fonds à partir des années 1980 le régime tunisien a inauguré un cycle de reformes liées à l’introduction des Plans d’Ajustement Structurel et de mise à niveau économique. Dans les années 1990 la nouvelle notion de « bonne gouvernance » élaborée par la Banque Mondiale et le FMI a fait son apparition. Pour les organismes de prêts internationaux, cette notion est devenue le moyen de préconiser les reformes institutionnelles nécessaires à la réussite de nouveaux programmes économiques. Dès lors, la « ville » est mise au cœur des stratégies internationales du développement et de soutien du processus démocratique : pour les acteurs internationaux, il s’agissait de limiter la présence étatique et de renforcer la participation politique dans les arènes locales. En d’autres termes, l’État devait assurer la présence de différentes formes d’oppositions en permettant, par exemple, à des acteurs privés de participer à la gestion des services municipaux, pour établir en théorie une pluralité des choix où le citoyen peut choisir le service le plus satisfaisant (aussi dites New Public Management reformes). En pratique le discours sur la décentralisation devenait une des stratégies de légitimation nationale où l’État maintenait son intervention et incorporait la prise en compte des spécificités de la « société civile » : dans le système ainsi créé, chaque mesure du développement local dit « déconcentré-centralisé », est encadrée dans des programmes d’ajustement et réadaptation aux exigences des territoires, élaborés par l’État même (Laroussi 2009).

Toutefois, la révolution a contribué à mettre en évidence les ambiguïtés de ce qu’on peut appeler la « gouvernance locale », soit conçue comme mutation de la gestion politico-administrative, soit comme terrain des enjeux sociaux et reformulations des relations entre acteurs au niveau local. En effet, les revendications de 2011 concernent aussi les territoires des municipalités, avec des grèves enclenchées entre employés du secteur public et ceux du secteur privé en matière de contrat de travail auprès, par exemple pour ce qui nous intéresse, du service de collecte des ordures ménagères. L’une des conséquences de ces réformes est la diffusion à l’échelle des municipalités des mouvements de grèves, ce qui peut aussi indiquer l’institutionnalisation du conflit social. En effet nos recherches initiales effectuées dans le gouvernorat de l’Ariana, nous ont montré qu’après 2011 les représentants des nouvelles délégations spéciales – les conseils municipaux temporaires – ont décidé de supporter les protestations des salariés du secteur public vis-à-vis du gouverneur et du gouvernement de transition, soulignant l’importance des effets indirects de certaines politiques urbaines dans la reformulation des équilibres des pouvoirs.

Dans cette perspective, notre recherche consiste à déchiffrer les conditions et les conséquences des reformulations du pouvoir au niveau local qui peuvent soutenir la diffusion et l’institutionnalisation du conflit social vis-à-vis des régimes autoritaires.

Avec une approche axée sur les territoires municipaux, le but de notre travail est d’analyser les conséquences des privatisations prérévolutionnaires sur la définition des rapports politiques et socio- économiques locaux actuels. L’hypothèse est que la fragmentation du pouvoir étatique, due aux privatisations, à la technicisation de l’intervention publique, et aux anciennes contestations sociales ont contribué à la pénétration du conflit social à l’échelle institutionnelle. En effet sont apparues deux formes de contestation, l’une au niveau de la conception des responsabilités des municipalités, l’autre au niveau des interprétations des habitants, qui s’attachent au thème de la « participation citoyenne » et de la « démocratie participative » comme stratégie de contestation.

Dans le cas de la Tunisie, malgré le fait qu’on ne puisse pas parler de gouvernement municipal, dans la mesure où les délégations spéciales seraient temporaires et non élues, il est néanmoins possible d’examiner les relations et les protestations qui ont eu lieu. En effet, ces délégations spéciales gèrent de facto le territoire depuis 2011, en établissant des dynamiques précises et particulières qui dépassent les formalités de la loi et du discours officiel.

Il est d’abord fondamental de situer l’analyse dans le cadre des deux logiques du découpage administratif tunisien, celle des gouvernorats et celle des communes. La première en montrant principalement la prédominance de la déconcentration, où le gouverneur est délégué de chaque ministère et représentant du gouvernement ; la deuxième en n’étant pas le résultat d’une vraie dévolution des pouvoirs au niveau institutionnel, lorsque que les municipalités sont chargées de la gestion des affaires administratives et quotidiennes (voiries, assainissements etc.) dont le budget est approuvé au niveau des gouvernorats. Il est évident, de ce point de vue, qu’il y a un profond décalage entre la décentralisation mise en place par l’État et celle conçue par les bailleurs de fonds internationaux. En outre, la non- éligibilité des délégations spéciales et leur mécanisme de nomination lié à l’approbation des gouverneurs apparaissent encore comme un renforcement de la logique administrative de la déconcentration.

L’objet de thèse est de ce fait lié aux politiques publiques urbaines. En analysant les applications des politiques en matière de privatisations des services municipaux dans les différentes réalités d’un même gouvernorat : l’Ariana. L’analyse se concentrera en particulier sur :

– la planification des politiques publiques au niveau national entre phases d’application du PAS et des reformes dites de bonne gouvernance, pour analyser les rôles de différents organismes de l’État engagés dans les processus.

– la définition des logiques d’intervention étatique entre logique de déconcentration et logique de décentralisation, dans le cadre des intégrations des reformes de la privatisation et le cadre institutionnel, avant et après la Révolution.

– les conséquences et les négociations parmi les liens sociaux et politiques dans le milieu urbain qui ont pu reformuler les voies institutionnelles de la diffusion des contestations vis-à-vis du régime.

Le terrain pourra de ce point de vue remarquer les conséquences des reformes et des négociations parmi les acteurs étatiques et sociaux, pour approfondir la reformulation des conflits et des contestations au niveau institutionnel et approfondir la compréhension du processus de transition ayant eu lieu après 2011.

Chiara LOSCHI

est doctorante en science politique et relations internationales à l’Université de Turin. Elle a rejoint l’IRMC pour une Bourse Moyenne Durée (BMD) en mars-avril 2014 et est toujours à l’Institut en accueil scientifique.

Pour citer ce billet : Chiara Loschi, « Dans quelles conditions les reformes de la gouvernance locale renforcent la diffusion du conflit ? Les effets indirects des reformes néolibérales en Tunisie », Le Carnet de l’IRMC, 15 septembre 2014. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1611

Bibliographie

Sylvia I. BERGH, 2012, « Introduction : researching the effects of neoliberal reforms on local governance in the southern Mediterranean », Mediterranean Politics, vol. 17, n° 3, 303-321.

Houda LAROUSSI, 2009, Micro-crédit et lien social en Tunisie. La solidarité instituée, Paris, IRMC-Karthala.

Michelle PACE, Francesco CAVATORTA, 2012, « The Arab Uprisings in theoretical perspective. An introduction », Mediterranean Politics, vol. 17, n° 2, 125-138.

Hammadi TIZAOUI, 2009, « La privatisation du service de la collecte des ordures ménagères en Tunisie : la « good governance » ou la mise a niveau des villes tunisiennes, étude de cas : la commune de Hammam el Chott », in J-M. Miossec (dir), Terrains et échelons de la gouvernance : expériences en France et au Maghreb, Paris, L’Harmattan, 231-265.

Lamia ZAKI(dir.), L’action urbaine au Maghreb. Enjeux professionnels et politiques, Paris, IRMC-Karthala

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

L’évolution du rôle des acteurs sociaux : La gouvernance de l’emploi et le paradigme de l’activation au Maghreb

Le concept de la protection sociale est caractérisé par des liens complexes entre les acteurs publics et privés, la société civile et les individus. Dans les pays de l’OCDE l’État a longtemps joué le rôle d’un garant de la protection sociale. Mais dès le début des années 1970 de nouveaux modèles de protection remplacent de plus en plus le concept d’un soutien étatique global. Les processus de mondialisation et de tertiarisation ainsi que les dettes publiques croissantes renforcent cette évolution. Fondés sur les principes du néolibéralisme ces modèles s’appuient sur l’idée de la responsabilité individuelle. Ce changement de paradigme se révèle notamment dans le domaine de l’emploi : de nouvelles approches dans la politique de l’emploi se basent sur des mesures d’activation mettant l’individu et son « employabilité » au centre des stratégies de lutte contre le chômage.

Au cours des années 1980 ce changement de paradigme atteint également les pays du Maghreb, ceci notamment dans le cadre des programmes d’ajustement structurel et des accords d’association et de libre-échange avec l’Union Européenne et les États-Unis. Ces programmes imposent une restructuration globale du secteur économique avec un impact profond sur le secteur social et le marché de travail. En tant qu’employeur l’État garantissait jusqu’alors le salaire et une certaine protection sociale à des milliers de salariés dont un grand nombre de jeunes diplômés. À la suite des privatisations et de la réduction du secteur public le taux de chômage augmente rapidement faisant ainsi du problème du chômage un des défis majeurs de la région.

Suivant le paradigme de l’activation, les programmes d’emploi mis en place dans les pays du Maghreb se focalisent sur l’« offre » du marché de travail, soit sur les demandeurs d’emploi. De même, les institutions et instruments de la politique de l’emploi sont soumis à des transformations majeures. Les nouvelles approches incluent des programmes de formation, la restructuration du service de placement et la promotion de l’auto-emploi. Ces transformations impliquent des changements profonds du rôle de l’État et des structures de gouvernance de l’emploi. Au niveau des acteurs, nous voyons apparaître de nouvelles formes de coopération entre les différents acteurs avec une importance croissante du secteur privé et des organisations de la société civile. Sur le plan territorial nous assistons en même temps à un transfert de compétences du niveau national vers le niveau régional voire local.

Cependant, il serait réducteur de qualifier cette évolution de simple « retrait » de l’État national. Notre projet de recherche analysera plutôt la redéfinition du rôle de l’État ainsi que la transformation de l’idée de la gouvernance dans le domaine de l’emploi. L’objectif sera d’étudier en détail les effets de ce changement de paradigme vers le principe d’activation sur les relations entre les différents acteurs dans le domaine de l’emploi. Il sera notamment intéressant de mieux connaître l’impact du changement des structures de gouvernance sur la répartition des pouvoirs et les capacités d’action des différents acteurs impliqués dans la politique de l’emploi. Le projet de recherche a pour objectif de contribuer à une meilleure compréhension des formes de gouvernance dans la région ainsi que de ses évolutions dynamiques.

 

Katrin SOLD

Est doctorante en science politique à l’Université de Marburg (Allemagne) et chercheure auprès de l’Institut allemand de politique étrangère (Deutsche Gesellschaft für Auswärtige Politik, DGAP) à Berlin. Elle a rejoint l’IRMC en accueil scientifique entre mai et août 2013.

Pour citer ce billet : Katrin Sold, « L’évolution du rôle des acteurs sociaux : La gouvernance de l’emploi et le paradigme de l’activation au Maghreb », Le Carnet de l’IRMC, 3 septembre 2014. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1605

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

La création féminine en Tunisie : Un autre regard sur les arts plastiques

En Tunisie, les femmes artistes sont de plus en plus nombreuses sur la scène artistique (photographes, vidéastes, peintres, plasticiennes…) depuis les années 1980 [1]. Les pratiques, les formes et les thèmes abordés dans les œuvres de femmes ne cessent dès lors de se multiplier. Elles façonnent le paysage de la création, et tout en témoignant de leur vécu, elles portent un regard personnel et intime sur le monde qui les entoure. Cette étude observe les générations d’artistes femmes et leurs créations au fil de l’histoire, rapproche les thématiques similaires, regroupe les médiums identiques, compare leurs démarches, leurs profils, leurs préoccupations. La mise en série permet de constater que ces artistes ont développé des questionnements proches, malgré des pratiques, des générations et des problématiques différentes. Ce travail a fait l’objet d’une investigation de terrain qui a durée deux ans [2]. Une démarche exploratoire qui à terme nous interroge sur les spécificités de la création féminine tunisienne.

deloustal
© Safia Farhat, « Les enfants ».

Au-delà de l’observation plastique des œuvres, d’autres axes de recherche ont été investis pour mettre en contexte les travaux observés. L’histoire de l’art est jeune en Tunisie. Un éclairage historique est nécessaire pour comprendre pourquoi et comment, les arts plastiques [3] sont introduits en Tunisie à la fin du XIXe siècle [4]. Safia Farhat [5] (1924-2004) est la première femme plasticienne reconnue en tant que telle. Cette pionnière, seule femme à appartenir à l’École de Tunis [6], ouvre la voie à d’autres artistes par son engagement plastique, mais aussi social, politique et par son action en faveur de l’accès à l’art pour tous. Reconnue par ses pairs dans les années 1950, elle marque le début de l’expression plastique des femmes tunisiennes. Cet avènement tardif des femmes dans l’art en Tunisie répond à des facteurs socioculturels, tels que l’émancipation juridique de la femme tunisienne [7] ou son accès à l’enseignement artistique à l’école des Beaux arts ou dans des ateliers privés [8]. D’un point de vue sociologique, il conviendra d’observer qui sont ces femmes artistes, de s’intéresser à leur milieu social, aux études qu’elles ont suivies. Dans la société traditionnelle, les femmes sont les gardiennes de la tradition et de la culture, elles sont chargées au sein du foyer de transmettre ces valeurs. Elles occupent une place centrale dans l’artisanat.

Les plasticiennes contemporaines s’inscrivent-elles dans une forme d’héritage ? Il faudra dans ce sens comparer les artistes hommes et femmes et adopter une approche de la création artistique par le biais du genre. L’analyse des contenus et des discours plastiques permettra d’éclairer ce point. Mais la création plastique ne va pas sans évoquer l’aspect économique. Interroger le marché de l’art en Tunisie, c’est se demander quels en sont les acteurs ? Existe-t-il des ponts avec le marché international ? Dans un marché de l’art mondial où s’effacent les frontières, où se place l’art tunisien ? Est-il reconnu à l’étranger ? Dans quelles mesures ?

En partant de l’observation des œuvres créées par les artistes femmes tunisiennes, nous révélerons des lieux communs, mais aussi des singularités. La création féminine ouvre des champs d’exploration plus larges. Les apports de l’histoire ou de la sociologie donnent un nouvel éclairage aux œuvres et permettent de les mettre en contexte. L’approche par le genre positionne cette recherche dans une forme de comparatisme entre les artistes hommes et femmes, mais permet aussi de questionner la femme et la féminité, de se demander dans quelle mesure le fait qu’elles soient femmes intervient dans leurs créations. Cette étude ouvre ainsi d’autres regards sur la création plastique féminine en Tunisie, et éclaire l’histoire de l’art du pays.

Laetitia DELOUSTAL
est Doctorante en histoire de l’art en cotutelle (Perpignan / Sfax). Sa thèse s’intitule : « Entre modèle occidental et modèle identitaire : la création féminine contemporaine en Tunisie ». Elle a bénéficié d’un accueil scientifique à l’IRMC entre septembre et octobre 2013.

 

Pour citer ce billet : Laetitia Deloustal, « La création féminine en Tunisie : Un autre regard sur les arts plastiques », Le Carnet de l’IRMC, 1er septembre 2014. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1590


[1] Rachida TRIKI, 2001, « Pratiques picturales des femmes en Tunisie », in S. Ferchiou (dir.), Femmes, culture et créativité en Tunisie, Tunis, CREDIF. p. 271.

[2] Ce travail a bénéficié d’une bourse à la mobilité du programme Averroès Erasmus Mundus, financé par l’Union Européenne, deux ans de recherche sur le terrain (novembre 2011- octobre 2013).

[3] Entendre ici la notion d’arts plastiques selon des conceptions européennes, c’est-à-dire la peinture de chevalet.

[4] Ahmed KASSAB, Ahmed OUIANES, 2006, Histoire générale de la Tunisie, Tome IV : époque contemporaine (1881-1956), Tunis, Sud éditions, chapitre IX, La Peinture de chevalet (1894-1957), 285-295.

[5] Aïcha FILALI, 2005, Safia Farhat, une biographie, Tunis, MIM éditions.

[6] L’école de Tunis est un courant de peinture fondé en Tunisie en 1949 par le peintre Pierre Boucherle. Constitué d’artistes français et tunisiens de confessions différentes et d’expressions diverses, c’est l’attachement à la Tunisie et à ses valeurs authentiques et populaires qui réunit ce groupe, un courant de pensée qui prévaut sur une unité plastique. Dora BOUZID, 1995, L’École de Tunis, Tunis, Alif, éditions de la Méditerranée.

[7] Le Code du Statut Personnel (CSP) a été instauré par le président Habib Bourguiba au lendemain de l’Indépendance de la Tunisie le 13 août 1956. Ce document statue sur les droits des femmes et de la famille.

[8] Rachida TRIKI, 2001, « Pratiques picturales des femmes en Tunisie », in S. Ferchiou (dir.), Femmes, culture et créativité en Tunisie, Tunis, CREDIF, p. 275.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook