Les sciences sociales à l’IRMC et dans la révolution tunisienne

Yadh_ben_achour
Photographie de Yadh Ben Achour

Mes premiers contacts avec l’IRMC remontent au temps où il se nommait le CDTM. J’allais visiter la bibliothèque de l’avenue de Paris dans ce centre consacré à la Tunisie et au Maghreb, et en particulier pour consulter l’Annuaire de l’Afrique du Nord que l’on considérait comme un instrument de recherche de première qualité et très exhaustif. Mais depuis tout s’est transformé, le CDTM est devenu l’IRMC et L’Annuaire est devenu L’Année du Maghreb. Comme on le voit là, les titres et les nominations des institutions de recherche ou des revues changent comme le climat, et cela prouve déjà que les sciences sociales sont vraiment des sciences « sociales » au sens propre du terme ; c’est-à-dire que comme l’IRMC elles évoluent avec les sociétés, ce qui relativise beaucoup leur caractère « scientifique ». On voit en effet mal les sciences physiques, astrophysiques ou chimiques se modifier en fonction des sociétés, elles ne changent qu’en référence aux découvertes qui sont intrinsèques à la science concernée et validées par cette seule science.

On allait donc à l’IRMC chercher l’information sur le monde arabe, et pas seulement sur le Maghreb et la Tunisie. Il est resté aujourd’hui un centre d’attraction qu’il faut protéger et dont il faut garantir l’indépendance, le suivi des travaux et des publications. Il en est de même pour sa bibliothèque extrêmement riche en revues avec des exemplaires uniques en Tunisie. À l’époque, c’était déjà un instrument de recherche très utile, et un point de rencontre important pour l’organisation des conférences malgré l’exigüité du lieu. Dans une deuxième phase, j’ai fait partie du comité de suivi dans le cadre de réunions soit à Paris soit à Tunis. Je dois avouer que ce comité ne m’a pas toujours semble jouer son rôle. Les réunions étaient la plupart du temps formelles, on y discutait des programmes de l’IRMC certes, mais je n’en n’ai pas gardé l’idée d’un organisme de direction ou d’inspiration, on n’a jamais cherché à savoir si les décisions qu’on prenait étaient suivies, exécutées. Ce n’est peut-être pas plus mal, parce que l’IRMC, avec des personnalités scientifiques d’excellente qualité à sa tête, avait une autonomie, une autosuffisance par rapport à ses institutions de contrôle, et en a fait bon usage pour la recherche. Tout cela avait un caractère plus diplomatique que réellement de recherche, le comité de suivi c’était pour la « tazkya » politique, comme on dit, entre les deux États. On était dans un régime très musclé, il fallait des autorisations, la recherche à l’époque de la dictature était vraiment une aventure.

Droit et sciences sociales

bouquin Yadh Ben Achour La-deuxiemme-FatihaJ’avais demandé, dans ce comité de suivi, que le droit soit mieux représenté à l’IRMC. Il y a en effet dans le domaine des sciences sociales une rupture entre la sociologie, l’anthropologie, l’histoire, avec le droit. Il est vrai que les juristes sont en général des positivistes qui ennuient les sociologues et les anthropologues, et agacent les historiens. Ils considèrent le juriste comme un homme de texte et le droit comme une science abstraite et formelle, intemporelle et même irréelle, qui ne tient pas compte des réalités sociologiques. Quand au juriste, il leur rend bien la politesse car il estime que les anthropologues et les sociologues perdent la notion de la norme, oublient qu’elle fait partie de la réalité, alors que la norme juridique comme la norme morale est partie prenante de notre conduite quotidienne. Il y a une sorte d’absence de convivialité entre les uns et les autres. Or, je considère qu’aujourd’hui le droit a beaucoup évolué avec les sciences sociales, les juristes ne sont plus des positivistes. La science du droit a changé grâce d’abord à l’histoire du droit depuis l’école allemande, puis à la sociologie et l’anthropologie juridiques, à la philosophie du droit, la linguistique juridique, autant de disciplines que le juriste ignorait il y a un certain temps. C’est également vrai pour les sciences sociales qui ont de plus en plus tendance à considérer le fait juridique comme faisant partie de leurs propres investigations, surtout l’analyse de la jurisprudence, on le voit beaucoup par exemple dans l’école réaliste américaine. Il y a une ouverture incontestable des sciences sociales vers le droit, de telle sorte qu’aujourd’hui on n’a plus aucune raison de maintenir cette séparation. Le droit est une science sociale comme les autres, et je dirai même qu’il se situe à la croisée des chemins des sciences sociales parce qu’il n’enferme pas dans une discipline. Un juriste peut tout autant étudier le droit sous son aspect historique ou sociologique. Puis le droit et les autres sciences sociales ont une préoccupation commune qui est la quête de la preuve. La question des preuves est centrale pour le juriste : c’est le fardeau de la preuve, les présomptions, les preuves authentiques, les preuves formelles, le commencement de preuve, la preuve parfaite… Le problème fondamental d’un juriste, en droit civil mais aussi en droit administratif puis pénal, est toujours comment prouver les faits, les actes, la volonté d’un mort, d’un vivant et même d’un homme à naître. Le juriste étudie cela dans sa petite chapelle de juriste mais les mêmes difficultés et les mêmes méthodes se retrouvent dans la science historique, l’historien agit très souvent quasiment comme un juge d’instruction, on les retrouve chez l’archéologue, chez l’anthropologue, le sociologue : comment à partir de choses inconnues ou faiblement connues on va parvenir à l’établissement de faits ? Mais en sciences sociales la preuve n’atteint jamais le degré de l’évidence comme en sciences expérimentales ou en mathématiques, elle n’est qu’une lecture possible des faits. À ce propos j’avais écrit un article à paraître, « La tunique de Joseph, la construction des faits et de leurs preuves en sciences sociales ». J’y montre que la tunique de Joseph prend des significations multiples. Dans l’ancien testament elle est utilisée contre lui par la femme de Potiphare comme pièce à conviction pour établir sa culpabilité. Pour le même fait, déchirée par derrière, elle a été comprise par le texte coranique comme la preuve de l’innocence d’un bel homme fuyant les entreprises amoureuses d’une femme infidèle. Ou encore dans d’autres lieux et temps, face à une présomption de décès, comme la preuve d’une mort accidentelle.

La contribution de l’IRMC au développement des sciences sociales

Elle est de premier ordre en Tunisie. Car nous avons une science sociale fermée sur elle-même, pouvant être marquée politiquement, très perméable aux nationalismes, aux idéologies. C’est le cas de toute la sociologie arabophone, crispée et influencée par le nationalisme, faisant de la question linguistique une question centrale et conflictuelle. L’IRMC est un excellent conducteur pour développer cette recherche en sciences sociales que l’on estime supérieure ; supérieure parce qu’elle est ouverte sur le monde, parce qu’elle ne fait pas de l’opposition entre l’Occident et le reste du monde une question existentielle ; c’est la tendance humaniste d’une sociologie et d’une anthropologie qui croient dans les valeurs de l’universel et de la modernité.

L’IRMC est le contre point apporte à toutes ces tendances localistes, à la limite indigènes et du coup indigentes des sciences sociales, et nous devons conserver un vecteur de ce type-la dans notre pays. L’IRMC peut jouer un rôle de pont, que nos laboratoires ou facultés ne peuvent pas jouer parce qu’il existe un mur, un conflit permanent au sein de nos universités entre les francophones et les arabophones, les universalistes et les nationalistes. On retrouve ce conflit partout même dans la composition des jurys de thèse ou de mémoire, dans les élections au Conseil scientifique, du Département, du Doyen, on juge les gens de telle ou telle tendance en fonction de leurs prédéterminations idéologiques. Ces lieux ne sont pas des lieux de pacification ou de réconciliation. Alors que l’IRMC en tant qu’acteur neutre non engagé dans les questions politiques de la Tunisie, peut jouer un rôle de conciliateur entre ces tendances, il peut organiser des séminaires et des colloques communs, appeler les uns et les autres pour exposer leur point de vue dans ses locaux, et varier les publics. L’IRMC c’est également l’ouverture sur les langues, pas seulement le français mais également sur l’anglais : ce qui se fait actuellement en anglais dans le domaine des sciences sociales est énorme et notamment en matière d’islamologie nouvelle. L’utilisation linguistique a des significations. Quand on est arabophone et uniquement arabophone, c’est une pratique d’indigénat, quand on utilise le français comme langue de recherche et d’enseignement c’est un pas vers l’international, et quand on pratique le français et l’anglais et que les trois langues deviennent langues de travail, nous aboutissons à un haut niveau d’internationalisation.

La révolution tunisienne est la chance de notre génération de chercheurs

1280px-AssembléeConstituanteTunisienne22Nov2011_1
Photographie de l’Assemblée nationale constituante tunisienne

Pourquoi ? Parce qu’elle nous met devant une réalité que nous n’avions saisie qu’à travers les livres. L’idée de révolution chez les juristes nous la connaissons dans des cours, mais c’est du papier, ce n’est pas de la réalité. Lorsqu’on dit que la révolution régénère le droit, institue une nouvelle légalité à partir de la violation de la réalité, c’est un problème livresque. Mais la révolution tunisienne nous apporte l’expérience et nous met devant des réalités de ce type-la. Et cela implique pour le juriste de reformuler totalement ses méthodes parce qu’il y a là une matière vivante sur laquelle il peut intervenir. J’ai vu quelques juristes continuer à travailler sur le droit comme s’il ne s’était rien passé, ce qui les met totalement à côté de la plaque. J’ai écrit un article sur la révolution dans ses manifestations constitutionnelles, ou j’entendais exploiter cette idée que la révolution qui est pour le juriste une idée de livre, doctrinale et abstraite, est devenue un laboratoire concret pour étudier la vie réelle du droit, comment on passe à un nouveau droit par l’intermédiaire du non droit ou de la violation du droit. C’est très intéressant, surtout au cours de l’année 2011. Comment peut-on suspendre une constitution ? Pour le juriste positiviste c’est un acte illégal et qui restera une irrégularité, une négativité qui ne peut rien produire. Même chose : comment peut-on instituer un gouvernement provisoire sans référence et sans fondement juridiques ? Comment peut-on produire du droit à partir du néant ? La Tunisie a apporté la réponse a ces questions, et le juriste ne peut pas les ignorer.

L’expérience que nous vivons actuellement est de la plus haute importance pour l’enrichissement du droit. On peut en dire autant sur le plan des autres sciences sociales pour les collègues anthropologues, sociologues, sur ces périodes d’accélération de l’histoire où on voit par exemple un jeune perdu mais qui n’avait rien d’un islamiste, se transformer brutalement, se laisser pousser une barbe, se créer de nouveaux repères, de nouvelles références. J’ai rencontré au cours de mes conférences des personnes perturbées mentalement qui prennent la parole, qui viennent me voir à la fin avec des dossiers de proposition de constitution, des dessins, des schémas, j’en ai gardé un qui est sublime, avec des propositions constitutionnelles et des perspectives d’avenir, des choses inouïes qui ont leur propre rationalité. C’est intéressant sur le plan de la psychologie sociale, c’est un phénomène nouveau qui constitue un laboratoire. Ou encore cet article paru dans La lettre de l’IRMC qui nous dit que la révolution tunisienne n’est pas un phénomène urbain et trouve ses racines dans le monde rural et dans l’opposition villes campagnes…

Un nouveau terrain s’ouvre pour la science politique. Cette idée que le monde arabe est incrusté dans l’obéissance, et moi-même je l’ai écrit, que la passivité fait partie de nos chaînes, du prince pivot du monde et représentant de Dieu, du pouvoir qui est un pasteur et de nous les citoyens qui sommes le troupeau, ces doctrines politiques génétiques du monde arabe, sont finies et atteintes dans leurs profondeurs. Les révolutions dans le monde arabe même si elles aboutissent à des contre révolutions, ont démontré que c’était une aberration. La révolution en Tunisie a mis fin à cette légende de la démocratie comme importation occidentale et pas mal de schémas sont à revoir en sciences politiques. Maintenant on est encore dans l’œil du cyclone, on n’a pas suffisamment de recul pour théoriser. Mais chacun de nous doit témoigner et apporter une contribution de ce qu’il fait, de ce qu’il sent, de ce qu’il voit en tant que chercheur. Moi je peux dire ce que je ressens comme juriste, ma vie, ma carrière à l’université ont été quiètes, linéaires, et là je suis totalement déstabilisé. Je ne regrette pas du tout parce que je me sens enrichi, je vois en moi un nouveau développement, je peux témoigner, et la théorisation viendra plus tard. Chaque chercheur, chaque scientifique doit apporter son témoignage, et l’IRMC est en train de le faire.

(Propos recueillis par Pierre-Noël Denieuil)

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

Yadh BEN ACHOUR

est juriste et membre du comité des droits de l’Homme des Nations unies, et président de la Haute instance pour la réalisation des objectifs de la révolution.

Pour citer ce billet : Yadh Ben Achour, « Les sciences sociales à l’IRMC et dans la révolution tunisienne », Le Carnet de l’IRMC, 28 octobre 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1314

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

L’IRMC, les sciences sociales et la ‘rupture ontologique’

Ben Amor
Photographie de Ridha Ben Amor

Les temps forts de l’histoire de l’IRMC ont été particulièrement marqués par les colloques et des travaux sur les compétences des citadins dans les années 1990, les diplômés de l’enseignement supérieur, les notions de privé/public en Islam ; dans les années 2000, le compromis dans les sociétés arabes, et ces dernières années enfin par les réflexions sur l’économie solidaire, les associations, un renouvellement des problématiques sur le travail, la citoyenneté, la religiosité… Aujourd’hui, et depuis deux ans, une réflexion s’engage sur les moments décisifs de la « révolution ». Il y a là un chantier à développer sur l’apport des sciences sociales pour en cerner nombre de dimensions essentielles : du point de vue des discours avec les linguistes, du point de vue comparatif sur les autres révolutions avec les historiens, puis sur les représentations et les « déceptions » de la révolution, ainsi que les formes de changement social et ses mécanismes, etc.

La rupture ontologique

Dans l’avenir et dans une démarche comparative, des problématiques transversales sur les jeunes, sur les formes du religieux, sur la construction de la citoyenneté, devront explorer les questions de la transmission et de la mémoire collective. Une des explications possibles de l’« islamisme » réside précisément dans l’échec des formes de transmission : on ne sait pas ce qu’était la Tunisie des années 1930, on connaît mal nos proverbes qui font partie de notre habitus, et on entend au quotidien des gens dire à propos de certaines pratiques actuelles « ce n’est pas notre islam, on est tunisiens ! ». En écho à ce qui semble constituer un « moment décisif » pour ne pas dire « refondateur », l’on assiste au début d’une rupture ontologique qui se dessine, qui interroge bien sur les pratiques et les formes de la religiosité, mais qui touche l’intime de la personne, la construction du moi et la conscience de soi dans son rapport à l’extériorité, à un modèle de société où l’on ne s’est jusqu’à présent pas beaucoup préoccupé de celui qui consomme de l’alcool ou pas, de celui qui prie ou pas, etc. ; on découvre qu’on veut imposer de nouvelles formes de contrôle social dont on n’était pas coutumier. C’est cette rupture que nous vivons actuellement : elle n’est pas économique, ne tient pas aux politiques sociales, mais elle touche l’ontologie de l’être, c’est-à-dire la manière dont on se projette, la construction de soi dans la société. Car, derrière la notion de liberté revendiquée, c’est le soi qui se construit, par exemple quand on dit « je suis libre de porter ou de ne pas porter le voile », il s’agit là d’une construction ontologique. « Je suis libre de ne pas le faire c’est mon affaire », « je suis libre de croire et d’appliquer les prescriptions de la religion à ma façon », et cette rupture ontologique se décline différemment sous forme d’interrogations (« les imams peuvent-ils descendre dans la rue et conduire une manifestation ou doivent-ils rester dans leur mosquée ? ») ou sous forme d’indignation (« ce n’est pas le

Qatar et on est en Tunisie », « un Qatari te dira qu’il n’est pas prêt à devenir Tunisien »). La notion de « tunisianité » questionne cette ontologie de « l’être social » et signifie un vécu, une orientation, un héritage que l’on assume plus ou moins, un habitus dans lequel se forgent des prédispositions comme dit Bourdieu et où chacun va puiser. Dans ce contexte, l’ontologie signifie pour moi, une approche du quotidien qui s’adosse à une sédimentation historique dont les contours demeurent à définir, sans pour autant verser dans un quelconque essentialisme. Toutefois, ce qui semble acquis, c’est qu’entre l’héritage historique, souvent rappelé par certains intellectuels et hommes politiques en termes de modernité à laquelle on aurait accédé il y a plusieurs décennies et le vécu actuel de cette appartenance par d’autres catégories sociales, il y une espèce de hiatus qui interpelle le chercheur.

Revisiter les paradigmes des sciences sociales

BenAmorLes sciences sociales en Tunisie et même à l’IRMC, ont jusqu’à présent été sélectives : on a parlé de développement, de politiques sociales, d’exclusion, de migration, mais peu de construction de l’État, peu des classes sociales et des inégalités, ou d’aménagement du territoire et des disparités régionales, peu, jusqu’à il y a 2 ou 3 ans, de la pratique de la religion. Cela est lié aux interdictions et autres obstacles politiques qui nous orientaient plus sur certaines problématiques, mais en Russie, dans le temps, il me semble qu’il y avait des formes de sociologie « clandestine » ? ! Alors pourquoi les sciences sociales ne l’ont pas fait chez nous, même si cela s’est passé jusqu’à un certain point dans le roman, le cinéma, le théâtre ?

Mis à part quelques chercheurs comme Michel Camau ou Beatrice Hibou. Tout en tenant compte de la qualité certaine de leurs travaux, leurs modèles n’ont pas été suffisamment imprégnés par des enquêtes de terrain, ils n’ont pas pu voir derrière certaines apparences ce qui travaillait en profondeur les populations et les quartiers là où des formes de contestations couvaient et pouvaient donner lieu à autre chose que de l’obéissance. Mais, au-delà de ces considérations, cela me conduit à questionner les paradigmes. Lorsque ces chercheurs s’interrogent, par exemple, sur « surveiller et punir », ils évoquent des sociétés dans une autre configuration que la nôtre, où les champs (pris ici au sens bourdieusien) sont plus compartimentés selon le social, le professionnel, l’urbain,… alors que ces distinctions entre les différentes sphères fonctionnent difficilement sur notre société. Quand tu réfléchis sur la famille, l’amitié, le voisinage, le travail, tout est en « chevauchement » entre les domaines de la réflexion et ceux de la vie sociale : l’entreprise c’est à la fois la famille mais aussi l’éthique et la religion, ce n’est pas compartimenté. Idem quand on réfléchit sur la famille par exemple, on se rend compte assez vite de l’imbrication des réseaux familial, vicinal, amical, régional, etc. Sans aller jusqu’à dire que tout est dans tout, on n’observe pas moins cet enchevêtrement dont il est difficile de ne pas tenir compte dans l’analyse des formes de sociabilité et d’entraide par exemple.

Alors, pour faire avancer les sciences sociales, revisitons les paradigmes et les travaux à la lumière de tout ce que l’on n’a pas vu, de tous les manques sur lesquels on n’a pas réfléchi. Dans ce nouveau moment plus difficile et fondamental, interrogeons-nous sur le paradigme de l’ontologique et du vécu. Par exemple après avoir travaillé sur les compétences ou le réformisme, interrogeons-nous sur le vécu de la révolution et ses discours : comment le dialecte est mobilisé dans les régions pour exprimer un vécu ? Il faut voir à ce propos la manière dont une femme de plus de 60 ans s’adressait directement au premier ministre ainsi interpellé : « Eh ! Jbali ! ». On a rarement fait ça auparavant, et c’est peut-être là une autre facette de la rupture ontologique, cela se joue sur l’être. Et dans ce cadre l’apport de l’IRMC pourrait être de mobiliser les philosophes et les anthropologues, plus outillés sur cette question de l’identité et de la reconnaissance. Une autre question qui se pose est celle des élites dont on dit qu’elles auraient « occidentalisé » le pays, se seraient trompées et l’auraient conduit à une forme d’aliénation, et qu’il s’agit de les ramener sur le « droit » chemin. Du coup, on ne sait plus qui sont les élites et leur rapport à la société, avec quelle relève et quelles nouvelles élites l’on veut préparer… Il y a aussi la question des inégalités sociales : on connaît le plus l’aspect socio-économique par les enquêtes de consommation, mais peu les inégalités régionales et socio-spatiales, leur vécu et les représentations qui s’y rapportent… Dans la même lignée, il y a lieu de revenir également sur les mots d’ordre portés par la « révolution » tels que justice, dignité, liberté, etc. et la manière dont ils sont appréhendés par les uns et par les autres.

L’IRMC demain : s’ouvrir en gardant son identité

Dans ce cadre thématique, l’IRMC restera à l’international un pont entre les cultures mais avec un bémol du fait de l’échange inégal et compte-tenu du faible développement des sciences sociales en Tunisie. Il n’y a plus le CERES, et peu de labos dédiés aux sciences sociales. Mais la « révolution » a changé des choses, il faut faire bouger les frontières linguistiques, je vois maintenant un autre public de tous horizons, avec des échanges de doctorants, des demandes d’associations. Puis l’un des effets pervers de la bipolarisation à laquelle on assiste, à force de stigmatiser l’Occident et la culture occidentale, va inciter certains publics à venir à l’IRMC et à vouloir puiser dans cette culture. On va revenir a une attitude ambivalente ; on continuera à vouloir émigrer, y compris clandestinement et à dire qu’on garde ses distances avec l’autre rive de la Méditerranée. Et plus on stigmatisera l’Occident, plus on créera des besoins et un rééquilibrage en ce sens. À ce propos, on gagnerait à avoir dans la Lettre une recension des travaux en arabe. C’est un centre de recherche qui doit s’ouvrir sur la langue arabe et les arabisants. Mais, ceci étant, pas plus que cela. Il faut réajuster, certes, en s’enrichissant bien entendu, en s’ouvrant sans doute vers d’autres publics, arabisants et associations ainsi que d’autres disciplines, mais l’IRMC doit garder son identité, il ne faut surtout pas « perdre son âme ». C’est un peu comme certains Tunisiens qui ne veulent pas devenir Qataris, il faut faire bouger les frontières, tout en restant un centre spécialisé sur le Maghreb, et il n’en y a pas beaucoup. L’IRMC doit s’ouvrir sur les tendances qui travaillent la société tunisienne, les régions, les jeunes, les formes de la religiosité, et il a les réseaux et la logistique pour mener ce regard croisé, car que valent les sciences sociales sans ce comparatisme ? S’ouvrir en gardant son identité ; c’est la sa cohérence et le meilleur antidote contre l’intolérance.

(Propos recueillis par Pierre-Noël Denieuil)

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

Ridha BEN AMOR

est sociologue, enseignant-chercheur à l’Université de Tunis.

Pour citer ce billet : Ridha Ben Amor, « L’IRMC, les sciences sociales et la ‘rupture ontologique’ », Le Carnet de l’IRMC, 24 octobre 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1307

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Le 23 octobre tunisien. Sociologie des électeurs d’un quartier résidentiel (1/3)

1Deux ans après jour pour jour, les résultats d’une enquête sortie d’urnes réalisée lors des élections à l’Assemblée nationale constituante le 23 octobre 2011. Premier volet : logiques et formes de la politisation des électeurs. (Publié simultanément dans Médiapart et Le carnet de l’IRMC).

Deux ans après les élections à l’Assemblée nationale constituante, les tunisiens qui ont participé au scrutin du 23 octobre 2011 retourneront-ils aux urnes si de nouvelles élections sont organisées ? Accepteront-ils le moment venu les candidat-e-s qui leur seront proposées ? S’intéresseront-ils à la campagne électorale ? Celles et ceux qui se déplaceront voteront-ils pour les mêmes options politiques, recompositions de l’offre partisane mise à part ? Le scrutin donnera-t-il lieu à des passions similaires ? Ces questions, auxquelles il est ici impossible de répondre, ne manqueront pas d’agiter les milieux politico-journalistiques à l’approche du scrutin. Il sera alors utile de mieux connaître les électeurs de la précédente consultation, celle du 23 octobre 2011, premier scrutin démocratique de l’histoire de la Tunisie, afin de mesurer les évolutions de l’électorat.

Une enquête sortie d’urnes, première du genre dans le monde arabe, menée le 23 octobre 2011 auprès des électeurs d’un centre de vote du quartier Menzah 8, dans la circonscription de l’Ariana, près de Tunis, a permis de formuler quelques hypothèses sur une fraction spécifique de l’électorat tunisien : l’électorat « bourgeois » d’un quartier résidentiel. À l’heure du second anniversaire de cette élection et dans l’attente de la publication à venir de l’ensemble des résultats de cette recherche, cet article en présente les principaux enseignements.

L’enquête par questionnaires et par entretiens a été menée par l’auteur de cet article et une quinzaine d’étudiants de l’Institut Tunis-Dauphine [1] auprès de 293 électeurs de Menzah 8. La population de ce quartier résidentiel peu éloigné de la banlieue nord et du centre de la capitale, est composée principalement de membres de la bourgeoisie économique et intellectuelle. Cette fraction des classes moyennes et supérieures tunisiennes, exerçant une activité professionnelle dans le gouvernorat de l’Ariana ou les gouvernorats limitrophes est porteuse de valeurs libérales, tant au plan économique qu’au plan des mœurs. S’agissant par exemple du rapport à la religion, une claire majorité de nos enquêtés affirment peu pratiquer (34,1 %) voire ne pas pratiquer du tout (18,8 %). Ses préférences politiques sont minoritaires. Les résultats dans le bureau de vote diffèrent des résultats nationaux mais aussi de la circonscription dont il relève : les partis appelés « modernistes » [2] (Ettakatol, PDP et PDM (cf. glossaire en annexe) récoltent à eux trois plus de 50 % des voix (52,83 exactement, contre 12,99 % au niveau national et 25,97 % dans le gouvernorat, le parti islamiste Ennahdha n’obtenant que 14,43 %, contre 34,81 % à l’échelle nationale). Les résultats de notre enquête ne peuvent donc être extrapolés à l’ensemble du pays mais ils sont significatifs des comportements électoraux d’une frange spécifique de la population du pays.

Les logiques et les formes de la politisation

Dans la presse et sur les réseaux sociaux, une thèse a dominé l’interprétation du scrutin, avant et après : celle de la tabula rasa électorale. Plusieurs commentateurs se sont enthousiasmés du surgissement d’un électorat soudainement politisé, débarrassé comme par enchantement de toute emprise communautaire et libéré de celle des notables du Rassemblement constitutionnel démocratique (RCD) dont le crédit s’est trouvé brusquement démonétisé. Cette lecture idéaliste du changement politique célèbre le fait électoral comme un terrain vierge et ramène la geste électorale à un apprentissage pur de la citoyenneté. De la lecture de la presse tunisienne et internationale ressort en effet l’image d’un électorat subitement et unanimement politisé, soit intéressé par la chose publique, mobilisé – l’image forte des files d’attente interminables a fait oublié la très forte abstention [3]– et motivé par une commune volonté de fonder, par leur participation exemplaire, la démocratie tunisienne.

Cette analyse n’est-elle pas au contraire victime d’un récit qui fait de l’événement révolutionnaire une rupture dans les pratiques et les représentations et lui impute les effets de sa force propre ? Outre qu’elle omet de rappeler que la majorité des citoyens en âge de voter ne sont pas allés aux urnes le 23 octobre 2011, ne met-elle pas trop rapidement de côté l’hypothèse selon laquelle, sans relever d’une simple continuité, les rapports au politique des citoyens tunisiens s’inscrivent aussi dans un passé ? Si effet de la révolution il y a, quel est-il et dans quelle mesure joue-t-il ? Et si les effets de la révolution avaient moins porté sur le fait de la politisation que sur son degré, la recomposition de sa nature et la redéfinition de ses vecteurs ?

Un échantillon fortement politisé

Dans la circonscription de l’Ariana, la combinaison d’une forte participation, d’un faible taux de votes blancs et nuls, de l’échec des listes indépendantes et des petits partis et d’une faible pénétration de formations politiques tribunitiennes dessine une Tunisie « dans le jeu » : une population plutôt acquise au jeu électoral, accomplissant son devoir en plébiscitant les organisations partisanes d’obédience nationale [4].

Compte tenu des caractéristiques socio-démographiques de notre échantillon (plus de 8 électeurs sur 10 sont diplômés du supérieur, un peu moins d’1 électeur sur 2 exerce une profession de cadre d’entreprise, d’enseignant du supérieur ou une profession libérale, 1 électeur sur 5 est étudiant) et de son insertion réussie dans l’économie, on peut aisément faire l’hypothèse selon laquelle cette population est concernée par la politique et entretient un rapport d’adhésion au vote. Il n’est pas très étonnant de constater qu’elle est très politisée et relativement compétente politiquement. L’immense majorité des répondants (96,9 %) déclare « suivre l’actualité politique » et, dans une moindre mesure, s’intéresser à la politique (86,2 %) : « Chez nous, les Tunisiens, tout le monde parle de la politique actuellement (…) Même avec l’épicier » (Femme d’une soixantaine d’années, retraitée de l’enseignement, électrice d’Ettakatol). Si l’intensité du suivi de l’actualité politique est relativement similaire selon le genre, ce n’est pas le cas de l’âge : les jeunes (18-30 ans) sont proportionnellement moins nombreux à suivre « beaucoup » l’actualité politique que toutes les autres catégories (32,7 %), les plus de 60 ans étant proportionnellement deux fois plus nombreux à suivre « beaucoup » l’actualité politique (67,5 %). Si ces chiffres spectaculaires sont très certainement un effet de la conjoncture de haute intensité politique du moment électoral sur cette frange de l’électorat tunisien, ils ne s’y réduisent sans doute pas.

Notre enquête montre que les principaux vecteurs médiatiques de politisation sont la télévision et internet, au détriment de la radio, de la presse et des magazines d’information, qui sont peu nombreux en Tunisie. Les univers sociaux où l’on discute politique sont bien répartis : entre les groupes d’amis, la famille et le travail, avec une relative prédominance de la sociabilité amicale.

Plus intéressant ici, le fort intérêt pour la politique s’accompagne d’une forte acceptation des catégories d’entendement du jeu politique et des organisations partisanes de dimension nationale : quand on interroge les électeurs sur leur éventuelle proximité avec une organisation politique, 77,6 % d’entre eux répondent positivement et citent au moins un parti, l’un des partis modernistes surtout. Une minorité hésitante accorde son soutien à deux, trois voire quatre partis ; ce sont, sauf une ou deux exceptions, des organisations généralement classées dans une même configuration politique et idéologique : indice supplémentaire d’une capacité des électeurs à donner de la cohérence à leurs préférences politiques et à se repérer dans l’univers partisan.

Au-delà de la capacité à se repérer dans le jeu politique, les électeurs étaient invités à se positionner politiquement dans une liste prédéfinie « d’orientations politiques », correspondant aux principales « familles » idéologiques repérables en Tunisie : nationaliste panarabe, socialiste, communiste, libéral, islamique, destourien. Seuls un petit nombre d’électeurs ne se positionnent pas sur la liste d’orientations politiques que nous leur avons soumise. La grande majorité s’est reconnue dans une des catégories proposées (en particulier « socialiste » et « libéral »), les autres proposant leur propre étiquette : « centriste », « démocrate », « humaniste », etc. Une partie d’entre eux ont proposé des combinaisons, associant deux (par exemple « destourien socialiste » ou « nationaliste pan arabe islamique »), trois, voire quatre des items proposés. Les associations a priori contradictoires (socialiste libéral par exemple) ne sont pas rares. Mais sont-elles vraiment contradictoires ? Dans le contexte tunisien, on peut être socialiste en économie et libéral sur le plan des mœurs ; et, autre lecture, on peut être socialiste (au sens où l’on se situe à gauche sur le plan des valeurs) et libéral sur le plan économique ! Certaines catégories, comme « libéral » ou « centriste » ne renvoient pas à un contenu idéologique précis : elles servent ici d’identifications refuges labiles. Les contenus de ces catégories varient d’un électeur à l’autre, comme l’illustre ce dialogue avec une interne en médecine vétérinaire de 26 ans, qui a voté Ettakatol :

Q : Si vous aviez à définir vos orientations politiques, vous diriez-vous plutôt nationaliste panarabe, socialiste, communiste, libéral, islamique, destourien, autre ?

R : (incertaine) « gauche », (dans un rire trahissant une incertitude) « extrême-gauche ».

Q : Vous voulez dire gauche… socialiste ? Communiste ?

R : Non, pas du tout ! Socialiste, euh, la gauche c’est socialiste ? Donc oui, socialiste, pas communiste.

Q : Quand vous dites « gauche », vous pensez à quoi ? Quand vous dites « extrême-gauche », vous pensez à quoi ?

R : Euh, la liberté d’expression, la liberté de… je sais pas, euh, la séparation entre la religion et la politique, surtout ça hein, c’est le plus important.

Ces résultats indiquent pour nous la cristallisation d’univers idéologiques cohérents mais aux contours relativement flous, les significations de telle ou telle étiquette pouvant s’inverser. Reste que l’immense majorité des électeurs consent à s’identifier politiquement, ce qui n’était pas évident dans un tel contexte. Tout laisse penser que ces identifications reposent sur des logiques politiques et sociales qui ne sont pas nées du contexte de transition : elles sont au contraire inscrites dans une trame sociale et politique dont on peut supposer une certaine ancienneté. Une partie des offres idéologiques post révolutionnaires (islamiste, moderniste, socialiste) étaient d’ailleurs portées sous Ben Ali par certains partis politiques d’opposition, diversement tolérés ou réprimés par le pouvoir.

En outre, les électeurs sont plus nombreux à se déclarer proches d’un parti politique (77,6 %) que d’une personnalité politique nationale (58 %). Contrairement à ce qui peut être dit sur la personnification des relations politiques dans les sociétés arabes, quelle qu’en soit la modalité (logiques tribales ici, figure du zaïm [5], là ou, plus prosaïquement, échange politique sur un mode clientélaire), un certain nombre d’électeurs sont capables de se représenter abstraitement l’univers politique, qui apparaît ici moins comme une lutte de personnes et de clans que comme une compétition d’organisations formelles, dotées d’un label et proposant des biens collectifs impersonnels comme des programmes. Cela n’interdit pas, bien sûr, de repérer les logiques matérielles, interpersonnelles, résiliaires qui génèrent les formes d’identification partisane, par exemple la connaissance personnelle de militants et de dirigeants de partis. Mais elles n’apparaissent pas ici centrales dans la construction d’un rapport au politique des électeurs étudiés. D’ailleurs, un nombre peu élevé d’électeurs (16,2 %) est capable de citer le nom de la personne qui conduit la liste de leur choix dans la circonscription dont ils relèvent. La grande majorité (67,8 %) reconnaît ne pas connaître ou tout simplement n’a pas répondu à la question et 15,9 % répondent « mal » à la question, en citant le plus souvent l’un des leaders nationaux du parti correspondant. Il est vrai que la grande majorité de ces têtes de liste sont peu connues, ont dû battre campagne avec des moyens limités et n’ont pas bénéficié de l’attention des médias. Ce n’est pas le cas de tous les partis : la liste PDM était par exemple conduite par un universitaire reconnu, M. Fadhel Moussa, Doyen de la Faculté des sciences juridiques, politiques et sociales de Tunis. Reste que les partis modernistes, qui sont souvent décrits comme bien implantés dans les milieux sociaux privilégiés des zones urbaines côtières du pays et très peu ailleurs, ne le sont pas nécessairement si bien, y compris dans leurs zones de force. S’ajoute à cela que l’élection du 23 octobre a bien été une élection de dimension nationale, tant par ses enjeux que par ses résultats. Cette nationalisation de l’élection, entendue comme compétition entre offres de représentation portées par des organisations partisanes d’obédience nationale et bénéficiant de relais médiatiques, est une ligne de force de ce premier scrutin démocratique.

Enfin, les membres de notre échantillon sont relativement nombreux à appartenir à une organisation associative, syndicale ou politique : près d’un électeur sur trois ! Et presque 1 électeur sur 10 se dit membre d’un parti politique ! Sur les 29 membres de partis politiques, 15 sont aussi membres d’un syndicat (en particulier d’une des branches de l’Union générale tunisienne du travail – UGTT) et/ou d’une association : cette multipositionnalité, que l’on retrouve aussi dans plusieurs démocraties stabilisées, est sans doute ici en partie l’héritage de l’expérience autoritaire. L’engagement associatif ou syndical était une façon de faire de la politique par des moyens détournés et en tenant des discours politiques implicites. L’engagement partisan, dont tout laisse penser qu’il est postérieur au 14 janvier pour une grande partie des répondants, apparaît ici comme une façon de continuer ou d’actualiser leurs investissements antérieurs, qu’ils continuent par ailleurs.

Une politisation pré-révolutionnaire ?

Ces résultats sont contre-intuitifs, compte tenu du caractère récent du jeu compétitif, du nombre important d’organisations enregistrées comme partis politiques (à propos desquels nombre de commentateurs ont dénoncé l’effet de brouillage du jeu), de la diffusion d’un discours très critique à l’égard des partis politiques et de l’émergence d’utopies politiques fondées sur un rejet des partis [6]. Sans présumer de la généralisation d’un tel résultat à l’ensemble des groupes sociaux du pays, dont tout laisse penser que les acteurs nationaux du jeu politique ne pénètrent pas avec le même succès les différents espaces socio-territoriaux du pays, il est tout de même révélateur d’une certaine appropriation par une partie des électeurs des acteurs du jeu politique.

L’ensemble de ces données suggèrent également une politisation relativement ancienne d’une part au moins de l’électorat tunisien, dont la genèse remonte en-deçà du 14 janvier. L’expression publique d’un positionnement idéologique ou d’une proximité partisane est certes récente, la possibilité de la matérialiser sous la forme d’un vote est pour la plupart une expérience inédite et beaucoup, dans les entretiens réalisés, dénoncent l’apathie généralisée et organisée du régime précédent et le désintérêt alors ressenti pour la vie politique tunisienne. Mais les racines de cet intérêt « nouveau » pour la politique sont plus anciennes, comme le confirme avec éloquence le fait que ce sont les personnes les plus âgées qui satisfont de manière plus certaine les différents indicateurs de politisation.

Cette hypothèse ne doit pas conduire à minimiser les effets du contexte révolutionnaire et post révolutionnaire sur la cristallisation des préférences politiques. Un certain nombre de nos enquêtés décrivent leur intérêt pour la politique comme récent, « après le 14 janvier ». Si plus d’un électeur sur deux (56 %) déclare avoir déjà, au cours de leur vie, participé à une manifestation, l’immense majorité de ces derniers ont fait l’apprentissage du comportement manifestant au cours de la séquence révolutionnaire (mobilisation du 14 janvier, qui précède le départ de Ben Ali, incluse) ou bien après le 14 janvier. Une dizaine seulement de répondants évoque une expérience manifestante, surtout en tant qu’étudiant, au cours du régime précédent ou, pour les plus âgés, du temps de la colonisation française. La manifestation du 14 janvier, à laquelle 38 % des électeurs ayant l’expérience d’une mobilisation disent avoir participé, paraît être un moment inaugural de la « politisation en actes » des citoyens tunisiens [7]. La participation aux manifestations qui ont suivi n’a pas la même signification : elles ont des significations politiques divergentes (Kasbah 1 et/ou Kasbah 2 vs Kobba, par exemple [8], mais s’inscrivent toutes dans la continuité de cette mobilisation inaugurale, et on peut penser qu’elles ont contribué à renforcer des orientations politiques spécifiques. Parmi les manifestations postérieures au 14 janvier, ce sont celles de la Kasbah qui ont été les plus mobilisatrices parmi les enquêtés, puisque 29,3 % des personnes mobilisées affirment explicitement avoir participé à l’un des rassemblements place de la Kasbah (contre 8,7 % à celui de la Kobba). Sans surprise, les manifestations anti-islamistes ou de défense de la liberté d’expression ou de l’égalité hommes-femmes, ont été suivies par un nombre relativement important de la part manifestante de l’échantillon (ainsi 12 % d’entre eux ont participé à une manifestation organisée le dimanche précédent les élections, dite « Aâtaqni » (lâche-moi) et dirigée contre le discours islamiste). Sans surprise non plus, ce sont les plus jeunes de l’échantillon qui manifestent le plus, cette expérience s’affirmant comme un mode d’intégration dans la lutte politique en Tunisie.

Quels seront les effets de la déception – repérable à de nombreux indices – que semble connaître depuis deux ans cette partie de l’électorat lors d’un prochain scrutin ? Va-telle massivement bouder les urnes en se réfugiant dans l’abstention ? Compte tenu de l’intérêt qu’elle portait il y a deux ans à la politique et de sa compétence politique manifeste, dont les racines semblent être plus anciennes que l’épisode révolutionnaire, il est probable que cette fraction de la société qui était alors la plus intégrée au jeu politique lors des élections du 23 octobre 2011, renouvelle malgré tout son adhésion au jeu politique lors d’un prochain scrutin. L’hypothèse la plus probable serait plutôt qu’elle manifeste son franc désaveu pour le parti Ettakatol, arrivé en tête dans ce quartier en 2011 et qu’elle accorde une nette victoire au parti Nidaa Tounes, qui cherche à réunir une partie de l’opposition aux islamistes. Mais c’est anticiper sur les deux prochains volets de cet article…

Jérôme Heurtaux

Chercheur à l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain (Tunis)

semsoc@yahoo.fr

Glossaire

CPR (Congrès pour la République) : parti politique de centre-gauche fondé en 2001 par des militants de gauche mais aussi des islamistes et des panarabistes et des gauchistes. Parti illégal sous Ben Ali, son président Moncef Marzouki vivait en exil en France.

Ettakatol (Forum démocratique pour le travail et les libertés, FTDL) : Parti politique social-démocrate créé en 1994. Illégal sous Ben Ali.

Ennahdha (La Renaissance) : Parti islamiste créé au début des années 1980 sous le nom de Mouvement de la tendance islamique (MTI). Illégal sous le régime précédent et durement réprimé.

Nidaa Tounes (L’appel de la Tunisie) : Parti politique créé en 2012 autour de l’ancien ministre de Bourguiba et Premier ministre du gouvernement transitoire (2011), Béji Caïd Essebsi.

PDM (Pôle démocratique progressiste) : coalition de quatre partis de gauche autour d’Ettajdid, ancien parti communiste tunisien et appartenant à l’opposition légale sous Ben Ali, et de plusieurs associations.

PDP (Parti démocratique progressiste) : fondé en 2001, parti de centre-gauche. Faisait partie de l’opposition légale sous Ben Ali.

Pour citer ce billet : Jérôme Heurtaux, « Le 23 octobre tunisien. Sociologie des électeurs d’un quartier résidentiel (1/3) », Le Carnet de l’IRMC, 23 octobre 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1298

 

 


[1] Un grand merci à H. Attia, K. Ben Achour, M. Bouzouita, Z. Chaker, S. Chérif, A. Essid, S. Haddada, S. Jmii, O. Kacem, F. Khemakhem, L. Ketari, A. Khalfallah, E. Makhlouf, M. Messadi, N. Mseddi, M. Saadoun, A. Soltani, G. Tagougui, S. Tarchella, S. Tlili et I. Zarrouk.

[2] Nous continuerons de qualifier par commodité ces partis et leurs électeurs de « modernistes », sans discuter de la pertinence de cette qualification indigène revendiquée par une partie des porte-parole de ces partis, de leurs électeurs et des commentateurs, qui opposent généralement « moderniste » à « islamiste ».

[3] L’Instance supérieure indépendante pour les élections a calculé le taux de participation en fonction, non du nombre d’électeurs qui se sont inscrits volontairement (appelés électeurs inscrits actifs, qui étaient 4, 46 millions), mais en fonction de l’ensemble des citoyens ayant le droit de vote, fixé à partir du registre des cartes d’identité (et comprenant donc ce qu’elle a appelé les inscrits passifs, estimés à 4,27 millions). Le taux de participation a été sans surprise plus important dans la première catégorie (84,1 %) que dans la seconde (12,8 %). Le taux de participation retenu est donc de 49,2 % (51,1 % si l’on déduit les circonscriptions situées à l’étranger). Sources : Rapport relatif au déroulement des élections de l’Assemblée Nationale Constituante, Instance supérieure indépendante pour les élections, février 2012.

[4] Cette intégration dans le jeu politique serait d’ailleurs corrélée au niveau de développement socio-économique des délégations : Alia Gana, Gilles Van Hamme, Maher Ben Rebah, « La territorialité du vote pour l’Assemblée Nationale Constituante Tunisienne de 2011 », Confluences Méditerranée, n°82, été 2012.

[5] Michel Camau, Vincent Geisser, Le syndrome autoritaire. Politique en Tunisie de Bourguiba à Ben Ali, Paris, Presses de Sciences po, 2003.

[6] Le grand nombre de listes « indépendantes » dans le scrutin en témoigne. Toutes circonscriptions confondues, 655 listes indépendantes ont été déposées, contre 830 listes de partis, et 34 listes de coalitions. Sources : www.isie.tn

[7] Certains insistent sur la césure que représente le 14 janvier dans leur appréhension du politique, surtout pour les jeunes. Le fait qu’un grand nombre d’entre eux sachent situer dans le temps l’irruption du politique dans leur existence consciente (par une logique d’intellectualisation) illustre leur capacité à mettre à distance la socialisation et les institutions, comme si le processus révolutionnaire avait aussi une capacité à « réveiller les consciences ».

[8] Le mouvement Casbah 1 débute le 23 janvier 2011, celui de Casbah 2 au mois de février. Réunissant des Tunisiens issus des régions de l’intérieur, il articule une occupation de la place de la Casbah, sous les fenêtres du Premier ministère et des manifestations. Celle du 25 mars, qui réunira plusieurs centaines de milliers de personnes, se prolongera par des émeutes violemment réprimées avenue Bourguiba (5 morts) mais qui aboutiront à la démission du Premier ministre Mohamed Ghannouchi. Le mouvement de la Kobba (du nom de la place de la Coupole où se réunissent les manifestants) s’est constitué en réaction à celui de la Casbah 2. Réunissant des membres de classes moyennes, il dénonçait les rêves de rupture radicale des partisans de la Casbah et appelait à la reprise du travail, à la nécessité de soutenir l’économie et à des réformes graduelles.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

D’ici et d’ailleurs : l’anthropologie en Tunisie

Stéphanie
Photographie de Stéphanie Pouessel

Legs colonial valorisant les « cultures locales », l’ethnologie s’est vue reléguée des disciplines phares des années de construction nationale tunisienne. Laissant place à une sociologie développementaliste [1] dans le giron du CERES vouée clairement à la « modernisation » du pays (étude du développement rural, du travail, de la famille), rares ont été les études anthropologiques au sens premier d’études des spécificités culturelles locales. Elle évoque alors une fragmentation de l’idéologie nationale et cette discipline est d’autant plus menacée par la disparition de ses « objets » traditionnels que le président Bourguiba, sous couvert d’« unité nationale », s’attaquait aux « démons de l’anarchie et du tribalisme » [2]  mettant à mal les appartenances tribales (‘arch).

Elle est ensuite investie dans un mouvement de retour au « local » : à la fin des années 1960, Jean Duvignaud et ses étudiants s’emparent d’un village du Sud-tunisien comme objet d’étude (Chebika[3]. L’ethnologie se voit alors accolée à l’étude de la ruralité, du traditionnel, des permanences, de « la petite tradition » [4]. Significatif de son utilisation, on reprochera à l’historienne Lucette Valensi d’avoir « anthropologisé » [5] la société, à travers son histoire des « marges » (paysans, Juifs, esclaves [6]) en renvoyant, pour les chercheurs de l’époque, à une folklorisation de la société et à son figement dans une histoire immobile.

Dans les années 1970, l’anthropologie participe, bien que de manière feutrée, à une sorte de réenchantement d’un monde « de plus en plus pollué et devant les menaces d’une culture de plus en plus déshumanisante » [7] ; les cultures traditionnelles « apparaissent aujourd’hui comme une source de valeurs capables de rendre à l’homme sa dignité et son équilibre » (ibid.). L’anthropologie est reprise en main par l’Institut National du Patrimoine et devient par ce biais synonyme de traditions locales à préserver, autrement dit de « patrimoine » [8]. Dans les années 1990, le défi est là pour des chercheurs tunisiens d’analyser leur propre société avec les outils de l’anthropologie, i.e., un regard décalé. Initiés par un travail de Jocelyne Dakhlia alors première allocataire de recherche du CDTM (qui deviendra l’IRMC), alliant anthropologie et histoire [9], des chercheurs de formation historienne envisagent alors l’histoire des minorités des communautés et des croyances minoritaires (pauvres, marginaux, Noirs, Juifs [10]). Dévoilant un questionnement autour des « identités en marge », l’anthropologie devient dès lors discipline légitime pour appréhender des pratiques dites « populaires »[11], marginales, dont l’étude sur la Sainte Mannubiya menée par Katia Boissevain depuis l’IRMC.

Parallèlement se déclare une « socio-anthropologie » qui réinstaure le rapport au vécu autour d’objets du « quotidien » (jeunesse, alimentation) ainsi qu’une sociologie comparative[12]. Sihem Najar forme des étudiants dont découle une publication IRMC : Penser la société tunisienne aujourd’hui (2013, IRMC-Cérès éditions). Les courants théoriques investis par cette génération de sociologues qui enseignent à Tunis sont le structuralisme (à travers Claude Lévi-Strauss) [13] mais surtout l’anthropologie symbolique à travers le surinvestissement dont Clifford Geertz bénéficie [14], « culturaliste et exotisant » notamment dans son regard sur l’islam [15].

4e de couv Stéphanie finale 29-11-2012:Mise en page 1.qxdFace peut-être à l’impossibilité d’une anthropologie critique qui s’attacherait à des objets de l’actualité et donc du politique, une « anthropologie historique » est investie. En découle l’insertion d’un cours d’anthropologie historique au sein de la maîtrise d’histoire à la Faculté des lettres des arts et des humanités de La Manouba. L’anthropologie s’avère un cadre idéal pour l’adoption d’une position relativiste permettant de sortir du « rationalisme positivisme radical et de ses affirmations universalistes » [16]. Cette effervescence mènera à la création d’un master d’anthropologie à la Faculté de droit et de sciences politiques de Tunis El-Manar (depuis disparu). Un tel besoin d’institutionnalisation motivera la naissance de l’Association tunisienne d’anthropologie sociale et culturelle (ATASC) en 2008. Cette dernière émane d’une réflexion sur la possibilité d’une « anthropologie indigène » académique, portée notamment par Imed Melliti qui se demande si l’on peut « se situer dans le cadre de la centralité scientifique et fonctionner selon les règles du champ académique, en tant que lieu de production d’un savoir global, au point d’oublier qu’on est “indigène” »[17]. Notons le parcours atypique de Mondher Kilani qui choisit comme premier terrain l’altérite forte et insulaire à l’image de la tradition ethnographique (Papouasie-Nouvelle-Guinée), avant de « revenir » aux oasis du Sud-tunisien puis de mener des recherches au Niger et au Burkina Faso. Cet anthropologue tunisien prendra part à l’élaboration d’un Manifeste qui veut bouleverser la donne d’une anthropologie perçue comme hégémonique et autoritaire, puisque basée sur un universalisme établi dans des canons du « Nord ». Ce Manifeste lui substitue une anthropologie non-autoritaire, décentrée, dialogique voire relativiste autrement dit post-coloniale [18]. Avec un groupe de chercheurs sur tout le Maghreb, depuis 2010, c’est une approche plus politique des identifications de « couleurs » que l’anthropologie nous permet de mener. La mutation de l’image du migrant africain et la question des « minorités » aujourd’hui en Tunisie constituent deux entrées pour appréhender une des lames de fond qui redéfinit cette société maghrébine.

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

Stéphanie POUESSEL

est chercheure post doctorante et anthropologue en poste à l’IRMC.

Pour citer ce billet : Stéphanie Pouessel, « D’ici et d’ailleurs : l’anthropologie en Tunisie », Le Carnet de l’IRMC, 23 octobre 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1293

 


[1] Pour un historique, cf. Ben Salem L., 2009, « Propos sur la sociologie en Tunisie. Entretien avec Sylvie Mazzella », Genèses, 75, 125-142.

[2] Camau M. (dir.), 1987, Tunisie au présent, une modernité au dessus de tout soupçon ?, Paris, CNRS, 8.

[3] Duvignaud J., 1968, Chebika, Etude sociologique, Mutations dans un village du Maghreb, Paris, Gallimard.

[4] Zghal A., 1981, « Le retour du sacré et la nouvelle demande idéologique des jeunes scolarisés, le cas de la Tunisie », Le Maghreb musulman en 1979, Paris, CNRS, 42.

[5] Entretien avec Valensi L. par Arfaoui H., in Le monde arabe de la recherche scientifique, 1996- 9, n° 7, 7-24.

[6] Valensi L., 1967, « Esclaves chrétiens et esclaves noirs à Tunis au XVIIIe siècle », Annales, Economie, Société, vol. 22, n°6, 1267-1288.

[7] Ferchiou S., 1976, « Problèmes et perspectives de la recherche ethnologique en Tunisie », Cahiers des arts et traditions populaires, (revue du centre des arts et traditions populaires, Institut national d’archéologie et d’Art), n° 5, 69-74.

[8] Largueche A., 2008, « L’histoire à l’épreuve du patrimoine », L’Année du Maghreb 2008, 191-200.

[9] Dakhlia J., 1990, L’oubli de la cité, la mémoire collective à l’épreuve du lignage dans le Jérid tunisien, Paris, La Découverte.

[10] Larguèche A., 2000, Les ombres de Tunis, pauvres, marginaux et minorités aux XVIIIe et XIXe siècles, Tunis, Centre de Publication Universitaire de La Manouba.

[11] Comme en témoigne l’engouement autour de l’islam « populaire », cf. Melliti I., 1993, La Zaouia en tant que foyer de socialité : le cas des Tijanniya de Tunis, thèse de 3e cycle, Université de Paris V ; Kerrou M., (dir.), 1998, L’autorité des Saints en Méditerranée occidentale, Paris, Editions Recherches sur les Civilisations ; Boissevain K., 2006, Sainte parmi les saints : Sayyda Mannûbiya ou les recompositions cultuelles dans la Tunisie contemporaine, Paris, IRMC-Maisonneuve & Larose.

[12] Melliti I., 2005, « Le comparatisme à l’épreuve de la sainteté », (Terrains et savoirs actuels de l’anthropologie, actes du premier colloque d’anthropologie), Cahiers du CERES.

[13] Le département de sociologie de la Faculté des lettres et sciences humaines de Tunis organise une journée d’étude en hommage à Claude Lévi-Strauss le 7 avril 2010.

[14] Kerrou M. (dir.), 2008, D’Islam et D’ailleurs : Hommage à Clifford Geertz, Tunis, Cérès éditions. Cet ouvrage collectif est issu d’une journée d’étude organisée par les enseignants du Master d’Anthropologie sociale et culturelle, qui s’est tenue le 30 avril 2007 à l’Institut supérieur des sciences humaines (Université de Tunis El-Manar).

[15] Chachoua K., 2012, « Kerrou Mohammed (dir.), D’Islam et D’ailleurs : Hommage a Clifford Geertz, Cérès éditions, Tunis, 2008, 253 p. », REMMM, n° 130.

[16] Kchir K., 2010, « L’anthropologie historique : acquis, apports et perspectives », Cahiers du CERES, série anthropologie-ethnologie, n° 3, 7.

[17] Melliti I., 2006, « Une anthropologie “indigène” est-elle possible ? Réflexions sur le statut de l’anthropologie en Tunisie », Arabica, LIII, 2, 171.

[18] Saillant F., Kilani M. et Graezer Bideau F. (dir.), 2011, Manifeste de Lausanne. Pour une anthropologie non hégémonique, Montréal, Liber.

 

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Ethnosociologie du Sud-tunisien

NPuig
Photographie de Nicolas Puig

Je n’ai jamais voulu partir en Tunisie ; j’y ai pourtant passe presque six années, enchainant différents statuts, heureux en fin de compte de l’opportunité à chaque fois renouvelée de prolonger mon séjour. Je débarque à Tunis pour 16 mois comme volontaire du service national – le statut a disparu avec la fin de la conscription – pour assurer les fonctions d’aide bibliothécaire et de secrétaire de rédaction du bulletin Correspondances. Bien que j’imagine parfois emprunter la voie incertaine de la recherche, je ne sais trop ce que je ferai par la suite. Je dois à la fréquentation de l’institut de préciser cet horizon. Ainsi, peu à peu, autant par simple capillarité que par démarche volontaire, j’entame ce qui s’apparente à une formation. En parallèle, je profite pleinement de l’environnement universitaire et scientifique tunisien : je suis un stage d’arabe d’une année en accueil à l’Université de la Manouba et soutiens un DEA dans le cadre d’une coopération inédite (et unique ?) entre les Universités du 9 avril et de Provence. Je côtoie les chercheurs tunisiens anthropologues, sociologues et historiens, certains d’entre eux encadrent mes travaux universitaires. Dans la continuité, j’obtiens une allocation du MAE pour mener une recherche portant sur la sédentarisation des bédouins Rkarka dans le Jérid, notamment à Tozeur. Ils s’apparentent au groupe des Awlad Sidi Abid disséminé dans les confins tuniso-algeriens. Ces bédouins, « comme à l’affut d’une douce citadinisation » (M. Rouissi) viennent se masser aux abords de la ville, de Nicolas Puigl’autre côté du cimetière, localisation qui leur vaut d’être reconnu comme « ceux de derrière le cimetière ». Comme c’est souvent le cas dans une discipline dont la scientificité repose en grande partie sur la faculté de créer et de cultiver des contacts humains, ce premier terrain, revêt une dimension initiatique : sans doute suis-je « devenu anthropologue » dans le Sud-tunisien. En parallèle, assez éloigné des réseaux français et des séminaires hexagonaux, je continue de me former en profitant de la dynamique de recherche de l’Institut, participant, plus ou moins activement selon mes inclinaisons, aux programmes scientifiques que les membres développent. Au Jérid, il s’agit notamment de confronter les catégories de l’anthropologie maghrébine, notamment celles attachées à la dichotomie nomades-sédentaires, aux nouvelles socialités qui organisent des agencements collectifs inédits en partie bâtis autour des pratiques urbaines. L’ethnographie des quartiers de sédentarisation permet alors de mettre en lumière la façon dont ils s’arriment à la ville. Elle donne à voir l’émergence d’une cité contemporaine à partir du modeste bourg travaillé par la distinction et la stigmatisation. J’ai poursuivi cette exploration au Caire, vieux centre de la citadinité arabe, ou la légitimité à partager les espaces de la ville est pourtant tout aussi controversée, pour des raisons bien sûr très différentes. J’ai abordé cette exploration à partir d’une marge morale, en m’intéressant aux musiciens de noce à la réputation douteuse, qui, néanmoins, œuvrent au cœur même de la société citadine. Je poursuis à présent un questionnement similaire en m’intéressant aux réfugiés palestiniens au Liban. Le terrain tunisien a ainsi offert une situation paradigmatique d’interrogation des mondes urbains en partant de leurs marges. Au passage certaines problématiques sont apparues, je continue d’en creuser les sillons ; ainsi des modes de territorialisation, des dimensions de la localité et de l’habiter, des logiques de la communauté et de la civilité, de l’historicité et de la relation au passé ou encore des articulations entre rituels urbains et expériences sociales. Autant d’éléments dont les multiples assemblages confèrent une assise à la présence au monde tout en la reconfigurant en permanence.

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

Nicolas PUIG

est chargé de recherche à l’IRD, chercheur résident au Centre d’études pour le monde arabe moderne (CEMAM, Université Saint- Joseph de Beyrouth). Il a été volontaire international à l’IRMC de 1993 à 1994 et allocataire de recherche de 1996 à 1999.

Pour citer ce billet : Nicolas Puig, « Ethnosociologie du Sud-tunisien », Le Carnet de l’IRMC, 23 octobre 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1285

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Un lieu de réflexion sur la recherche en sciences sociales

Lilia Ben SalemMes relations avec l’IRMC remontent à sa « pre-histoire ». Enseignante dans le Département de sociologie de la Faculté des lettres et sciences humaines, je passais beaucoup de temps dans les bibliothèques. Dans les années 1980, j’ai découvert un nouvel espace que j’ai aussitôt aimé ; j’y allais les après-midis ; de la fenêtre, je regardais jouer les enfants du petit Lycée ; c’est la que j’ai rencontré Anne-Marie Planel qui s’était donnée pour objectif de mettre sur pied une véritable bibliothèque de recherche en sciences humaines ; j’appréciais les privilèges qu’elle m’accordait en m’autorisant à emprunter des livres pendant le week-end. La bibliothèque du CDTM sera transférée à l’IRMC lors de sa création. J’avoue, comme un certain nombre de mes collègues, avoir été très réservée à l’idée de voir s’installer à Tunis, un centre de recherche indépendant de notre ministère de l’Education nationale, d’autant plus que ce centre devant dépendre de l’Ambassade de France évoquait pour nous la menace d’un regard « étranger » et « orienté » sur notre société comme l’avait été celui de la période coloniale, notamment avec une discipline telle que l’ethnologie que nous avions, à l’Université et au CERES, remise en cause. Personnellement, j’ai, dans les premiers temps « boudé », le terme n’est pas trop fort, l’IRMC. Mais, à l’épreuve de l’expérience, nous avons compris que les premiers chercheurs de l’IRMC et, notamment son directeur qui avait assuré des enseignements à l’ENA, à Tunis, étaient, comme nous voulions l’être, avant tout des universitaires soucieux de l’indépendance du chercheur et d’une interprétation aussi « objective » et rigoureuse que possible de la réalité sociale observée. Juristes et sociologues ont été les premiers chercheurs « invités » par l’IRMC.

Pour revenir à mon expérience, j’ai, dans un premier temps fréquenté la bibliothèque, toujours organisée sous la direction de Anne-Marie Planel, ce qui m’a permis de me familiariser avec « les acteurs sociaux » de l’IRMC. Marginal et prudent à ses débuts, l’IRMC, d’abord bibliothèque et centre de Documentation s’est progressivement affirmé comme centre de recherche académique en sciences sociales ; depuis 2000, rattaché au ministère français de l’Enseignement supérieur et de la Recherche et au CNRS. Bien que de dimension réduite, il accueille des chercheurs de toutes les disciplines en sciences sociales ; en premier lieu, sans doute sociologues, juristes et politologues mais aussi historiens, géographes, économistes, anthropologues…, des chercheurs français mais aussi tunisiens et maghrébins, généralement en début de carrière, qui ont pour mission de mener à bien et de défendre un programme de recherche, contribuant par la même à la formation d’apprentis chercheurs. Le terrain est privilégié et les conférenciers invités par l’IRMC le sont dans l’objectif d’alimenter la réflexion des chercheurs et de contribuer à la formation des jeunes générations. Chaque année un ou plusieurs thèmes sont privilégiés sous la responsabilité des différents chercheurs accueillis par l’IRMC, qui le sont pour une période de trois à quatre ans, avant de réintégrer, forts de leur expérience, leur université d’origine. Les travaux de recherche menés à bien font l’objet de publications sous forme de livres. Des publications telles que Correspondances puis La lettre de l’IRMC sont autant de moyens d’informer sur les états de la recherche en sciences sociales sans se limiter nécessairement aux activités de l’Institut. Depuis quelques années l’IRMC s’est investi dans un projet de formation des jeunes chercheurs et en premier lieu des doctorants, soit en organisant des Écoles doctorales, soit, plus récemment, des ateliers d’écriture aux fins d’initier les jeunes doctorants à la rédaction de textes de recherche.

Au fil de ses différents programmes, l’IRMC a, sans nul doute, largement contribué à créer des relations fortes entre chercheurs, entre générations, entre chercheurs français et maghrébins, notamment tunisiens, entre chercheurs de différentes disciplines… Au gré de leurs intérêts et des sollicitations de l’Institut, chercheurs et enseignants des universités tunisiennes ont entretenu une collaboration plus ou moins soutenue avec l’Institut. En ce qui me concerne, outre la fréquentation d’une bibliothèque qui n’a cessé de s’enrichir et qui, a, aujourd’hui, le mérite de proposer au chercheur son catalogue en ligne, j’ai particulièrement apprécié de pouvoir être régulièrement mise au courant des activités de l’IRMC, d’assister aux conférences données par des chercheurs de renom, de participer à des séminaires. D’autant plus que la réflexion menée par l’IRMC est orientée, de plus en plus, sur des questions d’actualité, sur les problèmes des sociétés actuelles du Maghreb. J’ai moi-même, au gré des questions à l’ordre du jour, eu l’honneur de m’impliquer dans les travaux de l’IRMC, en présentant un conférencier ou en participant à la discussion. Je suis intervenue notamment sur des questions de méthode, avec, en 1997, une conférence sur « le statut de l’acteur social dans la sociologie tunisienne », en 2004, dans le cadre d’un séminaire intitulé, Savoirs lointains et sciences sociales sur le thème « Le dilemme de la construction de la sociologie au Maghreb. Pluralité référentielle et projet sociologique », en 2006, dans le cadre du séminaire organisé conjointement par le CERES et l’IRMC, Méthodes et théories des sciences sociales, sur « La question de l’explication et de l’interprétation des phénomènes sociaux » ; enfin, en 2010 et 2011 dans le cadre d’hommages rendus à Claude Lévi-Strauss puis à Georges Balandier en collaboration avec la Faculté des sciences humaines et sociales, avec le Laboratoire Diraset et l’Association tunisienne d’anthropologie sociale et culturelle (ATASC), je suis intervenue sur les thèmes, « Levi Strauss, altérite, identité, universalité » et « Georges Balandier et les usages de l’anthropologie ». L’IRMC entretient des relations étroites avec nombre de départements, de Laboratoires et d’Unités de recherche des universités tunisiennes ainsi qu’avec des associations scientifiques ; je mentionnerai notamment ses liens étroits avec le Laboratoire Diraset de la Faculté des sciences humaines et sociales de l’Université de Tunis I. L’Association tunisienne d’anthropologie sociale et culturelle, dont je suis membre, a organisé en partenariat avec l’IRMC, en décembre 2008 un Atelier de réflexion sur le thème, « La notion de crise au prisme des sciences sociales : la crise de l’éthique ? Questions aux anthropologues » ; et, en décembre 2011, un colloque nous a réuni pour engager un débat sur « la transition démocratique et les enjeux éthiques ».

À la faveur de ses programmes de recherche, de ses séminaires et conférences, par sa bibliothèque et ses publications l’IRMC constitue un point de rencontre entre chercheurs et futurs chercheurs en sciences sociales des deux rives de la Méditerranée, un lieu d’interdisciplinarité, de réflexion sur le rôle des sciences sociales dans la dynamique des sociétés du Maghreb. Accueillant des chercheurs et des apprentis chercheurs des différents pays du Maghreb et d’Europe, l’IRMC favorise une perspective comparative qui est de plus en plus revendiquée, mais aussi des liens forts entre chercheurs et institutions de recherche que ne limitent que les questions toujours épineuses de financement et la possibilité de n’accueillir qu’un nombre restreint de chercheurs ; ce qui a, en revanche l’avantage de préserver la convivialité « scientifique » de l’institution. Ses directeurs successifs, durant leur « mission », ont su tous s’investir dans leurs propres programmes de recherche, soutenus dans leurs taches administratives par une équipe restreinte mais soudée.

Comme en témoignent ses différentes publications, l’IRMC a contribué, depuis les années 1990 du siècle dernier, à la recherche sur la société tunisienne. Il conviendrait aujourd’hui d’entreprendre un bilan exhaustif et objectif des recherches en sciences sociales entreprises depuis l’indépendance en Tunisie et menées à terme. Et ce, aux fins de définir de nouvelles perspectives de recherches. La « révolution » tunisienne a, dès ses premières expressions, interpellé de front les sciences sociales. D’abord, en revendiquant haut et fort une totale liberté de penser et de s’exprimer, ce dont les chercheurs ont absolument besoin pour pouvoir dire et publier leurs réflexions et les résultats de leurs investigations. La dictature nous avait imposé une réserve, voire une autocensure préjudiciable à l’efficacité de la recherche, des sujets étaient évités, des questions contournées… sans compter les difficultés auxquelles nous étions confrontés dans notre quête de documents et, bien sûr, pour avoir accès à nos terrains. Nous savions que la prudence était l’attitude qu’il était impératif d’adopter pour être encore reconnus par nos pairs en tant que chercheur, mais qui inévitablement contribuait aussi à nous décrédibiliser… La révolution nous a interpellés directement sur un certain nombre de questions que nous n’avions pu, pour ces différentes raisons, « creuser » comme elles auraient du l’être ; des questions aussi cruciales que la précarité des populations, le chômage, le déséquilibre régional, la socialisation des jeunes générations… n’ont pas été l’objet de vastes programmes de recherche. Il convient d’ajouter que la recherche en sciences sociales est restée individuelle et sans logistique, y compris dans des centres de recherche comme le CERES en Tunisie ou le CREAD en Algérie qui ont eu des ambitions et une certaine expérience en matière de recherche au lendemain des indépendances… Les revendications exprimées par les populations depuis la fin décembre 2010 nous donnent mauvaise conscience mais sont surtout un appel, malheureusement non exprimé dans les objectifs de la Révolution, à donner une priorité à la recherche scientifique et de manière urgente à la recherche dans le domaine des sciences sociales. Il s’agit de vastes programmes de recherche à mettre en œuvre dans le cadre des centres de recherche des différents pays du Maghreb.

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

Lilia BEN SALEM

est sociologue à l’Université de Tunis.

Pour citer ce billet : Lilia Ben Salem, « Un lieu de réflexion sur la recherche en sciences sociales », Le Carnet de l’IRMC, 22 octobre 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1280

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

L’IRMC, un pont entre les cultures

Charfi2
Photographie de Abdelmajid Charfi

Depuis l’indépendance, les relations entre la Tunisie et la France ne furent pas toujours sereines et harmonieuses sur le plan politique. En revanche, sur le plan culturel, des efforts soutenus de part et d’autre furent fournis afin de dépasser les difficultés héritées de la période coloniale et instaurer une coopération au profit des deux parties. La présence de milliers de coopérants français dans l’enseignement secondaire aux premières années de l’indépendance fut à l’origine de l’extension de la connaissance et de l’usage du français à un niveau jamais atteint durant les années du protectorat. En même temps, sans cette présence, la Tunisie aurait eu du mal à mener une politique ambitieuse de généralisation de cet enseignement. La jeune université tunisienne a également bénéficié de l’apport de dizaines de compétences françaises dans presque toutes les disciplines, ce qui lui a permis de connaitre un démarrage honorable.

L’IRMC s’inscrit naturellement dans cette coopération. Les Français le voulaient au départ un institut calqué sur les centres culturels français qui existent un peu partout dans le monde. Mais les Tunisiens étaient réticents à admettre l’installation sur leur sol fraîchement reconquis d’une institution étrangère sur laquelle ils n’avaient point le moindre droit de regard. Il a fallu attendre que les Américains acceptent le principe d’un comité mixte de suivi lors de la création du CEMAT pour que la partie française se résigne à accepter ce même principe. Ayant eu le privilège d’être désigné par les autorités tunisiennes de l’époque membre des deux premiers comités mixtes, tuniso-americain et tuniso-francais, je peux affirmer que la formule retenue est à maints égards une réussite. Formé, du cote tunisien, du directeur de la recherche scientifique au ministère de l’Enseignement supérieur, es qualités, et de deux universitaires, le comité de suivi de l’IRMC se réunit au complet lors d’une session annuelle, alternativement à Tunis et à Paris. C’est à lui que revient la tâche de tracer les grandes lignes de la politique de recherche, de documentation, d’accueil, d’encadrement et de coopération de l’Institut en fonction des différentes contraintes humaines et budgétaires. La présence de son directeur aux réunions annelles permet entre autre d’analyser les orientations de l’institution et de les infléchir éventuellement, afin que les choix effectués s’inscrivent dans la durée et ne dépendent pas uniquement de la personnalité et de la formation du responsable. Il s’agit surtout de concilier les attentes des deux parties et de les faire converger vers des actions où elles trouvent un intérêt réciproque.

Étant un institut de recherche en sciences humaines et sociales, l’IRMC est une institution qui occupe une place de choix à l’heure de l’impérialisme des sciences dures et de la technologie qui poursuit des objectifs immédiats de rentabilité économique. Les jeunes chercheurs trouvent en lui un cadre approprié pour se familiariser avec le terrain et explorer de nouveaux horizons, s’ils sont français et européens, et être en contact avec les recherches de pointe et les problématiques les plus récentes dans leur domaine, s’ils sont tunisiens. Les différents séminaires organisés au sein de l’Institut et les nombreuses conférences données dans son enceinte par des universitaires invités spécialement ou de passage à Tunis sont autant d’occasions pour débattre librement et en toute sérénité de questions qui concernent les différents aspects de l’homme et de la société, sans que les participants se soucient des conditions politiques conjoncturelles, favorables ou défavorables. Les résultats obtenus sont certes satisfaisants, eu égard notamment aux moyens limités mis a la disposition de l’IRMC. Mais beaucoup reste à faire. La coopération structurée avec les universités tunisiennes, aussi bien celles de la capitale que celles de l’intérieur, est encore limitée. Apres la création à Rabat du Centre Jacques Berque, qui s’occupe en premier lieu du Maroc et de la Mauritanie, l’IRMC ayant une vocation maghrébine devrait accorder plus d’importance aux sujets qui concernent également l’Algérie et la Libye, en plus de la Tunisie, ou plutôt aux sujets transversaux concernant tout le Maghreb. Les sciences de l’homme et de la société sont, comme toutes les sciences, universelles. Elles ne reconnaissent les frontières politiques, géographiques, religieuses ou linguistiques qu’en tant que réalités spécifiques incluses dans cette universalité. Soumettre ces spécificités à une perspective universelle est donc dans la nature des activités de recherche dans ces sciences.

Et là, l’apport de l’Institut est toujours le bienvenu, car il fait fonction de pont entre, d’une part, la culture tunisienne en particulier et la culture arabo-islamique en général, et, d’autre part, la culture française en particulier et la culture occidentale dans son ensemble. Le jour où il fera connaitre à la communauté scientifique européenne les préoccupations des chercheurs maghrébins exprimées surtout en langue arabe, et leurs contributions, aussi modestes soient-elles, à la science historique, sociologique, linguistique, juridique, religieuse, politique, économique, etc., il participera à faire de ce pont une voie de passage à double sens et non à sens unique. Œuvre exaltante qui nécessite de la clairvoyance, de la lucidité et du courage. Il n’est pas chimérique de penser que l’IRMC répondra chaque jour davantage à cette exigence de dialogue entre les cultures, et par suite d’entente entre les habitants des deux rives de la Méditerranée.

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

Abdelmajid CHARFI

est professeur émérite de Civilisation arabo-musulmane à l’Université de La Manouba.

Pour citer ce billet : Abdelmajid Charfi, « L’IRMC, un pont entre les cultures », Le Carnet de l’IRMC, 17 octobre 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1275

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

l’IRMC réseau d’échange scientifique au Maghreb

Lafijpg
Photographie de Nora Lafi

J’ai été allocataire de recherche à l’IRMC de 1995 à 1998, puis j’ai prolongé d’un an mon séjour jusqu’en 1999, grâce au prix Jean- Pierre Thieck. J’y ai préparé ma thèse de doctorat, consacrée à l’histoire urbaine de Tripoli entre les XIXe et XXe siècles. Cette période a été pour moi marquée par un partage de mon temps entre Tunis, où, tout en habitant à Carthage, je participais intensément à la vie collective de l’IRMC, et Tripoli, où j’étais plongée dans les extraordinaires archives de la période ottomane et dans l’activité intellectuelle du centre de recherches historiques local. Je commençais aussi à cette époque à découvrir à Istanbul les archives centrales de l’Empire ottoman. De mes aller-retour entre Tunis et Tripoli, rendus inconfortables par la situation d’embargo à laquelle la Libye était alors soumise (mais c’est bien sur la population libyenne qui pâtissait le plus de cette situation), je retiens, plus que le passage d’une dictature à une autre, le contraste entre deux milieux d’historiens totalement différents.

À Tunis, la vie intellectuelle, tout comme la vie quotidienne, était contrainte par la pesanteur intrusive de l’État policier, ainsi que par le poids sur les carrières de l’appartenance au parti unique, mais en même temps connectée à l’horizon international, essentiellement français. Tunis vivait ainsi dans une sorte de fiction où l’illusion d’une société ouverte butait sur les réalités de l’oppression et de la corruption. Tout autant que le consumérisme servait de paravent à la privation de liberté réelle et à l’aggravation des injustices sociales, le débat intellectuel faussement ouvert servait de façade à destination de l’opinion internationale d’une Tunisie bien moins souriante qu’il n’y paraissait. Ce qui n’empêchait pas l’existence de moments d’échanges sincères. Dans ce contexte, la posture à adopter à l’IRMC, mais aussi dans la vie de chacun des chercheurs, était délicate : éviter les compromissions tout en jouant la carte d’une ouverture nécessairement positive, sans pour autant se faire prendre au piège de l’angélisme souriant au service du régime.

À Tripoli la vie intellectuelle était à la fois, tout en étant soumise aussi aux contingences, souvent rudes et cruelles, de la dictature, plus isolée et plus libre d’une certaine manière : les intellectuels de gauche ou de la tendance islamiste modérée pouvaient critiquer à demi-voix le régime en cercle semi-public, chose impensable pour les Tunisiens, qui réservaient leurs critiques au cercle strictement privé. Dans le même temps, les islamistes radicaux étaient violemment combattus. Tripoli vivait ainsi dans une autre illusion peut-être, celle d’une société naviguant à tâtons entre héritage du marxisme, inertie du nationalisme et islamisme, la définition d’une histoire renouvelée étant dans ce contexte un enjeu fort, au miroir aussi du nationalisme construit sur une lutte antifasciste apparaissant insuffisante désormais à cimenter l’identité nationale. Je retiens comme symbole de cette ambigüité pour l’histoire le nom même du centre de recherche dans lequel j’étais accueillie : le markez al-Jihad. Le terme Jihad désignait la Resistance antifasciste mais était devenu bien encombrant dans un monde ou le terme prenait un tout autre sens, rendu plus agressif de jour en jour. Dans chacun de ces milieux, moi qui était perçue autant comme Algérienne que comme Française selon les situations, j’ai pu parvenir à nouer des relations fortes, autant humainement que sur le plan scientifique, et à faire de ce séjour à l’IRMC une période fondatrice de mon expérience de recherche. Bien sûr, le positionnement de l’IRMC ne me convenait-il pas toujours : trop proche d’une histoire à la française n’ayant pas fait tous ses comptes avec la posture coloniale, trop proche d’une histoire officielle tunisienne ayant filtré ses éléments de dissidence, trop hésitant à nouer des relations plus profondes avec les historiens libyens, trop timide dans le grand mouvement de relecture de l’histoire ottomane de la Tunisie. Mais d’un autre côté je me disais que ma présence à l’institut était un signe allant dans le sens de ces possibles ouvertures, et je garde de ce séjour non seulement le souvenir d’une période de travail intense et décisive dans ma propre maturation intellectuelle, mais aussi celui d’années fondatrices dans le façonnement de mon réseau d’échange scientifique au Maghreb et au-delà. J’en garde aussi toute une série de projets autour et pour l’IRMC, et surtout d’indéfectibles amitiés.

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

Nora LAFI

est historienne. Elle est actuellement chercheuse au Zentrum Moderner Orient (ZMO) de Berlin. Elle a été allocataire de recherche à l’IRMC de 1995 à 1998.

Pour citer ce billet : Nora Lafi, « l’IRMC réseau d’échange scientifique au Maghreb », Le Carnet de l’IRMC, 17 octobre 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1271

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

L’IRMC et la Libye, de 2009 à 2012

Durant les années 2000, les actions de recherche développées par l’IRMC avec la Libye se sont heurtées au fort cloisonnement existant entre les institutions universitaires et les centres de recherche libyens, dû notamment à l’absence d’équipes de recherche permanentes. En marge de séminaires organisés à Aix-en-Provence et sous l’égide de travaux menés à l’époque par Olivier Pliez, deux missions de l’IRMC ont été conduites en Libye en 2001 et 2002, par Hassan Boubakri (géographe à l’Université de Sousse) et Jean-Philippe Bras (directeur de l’IRMC). En 2003 fut signée une convention entre le Markez el Jihad et l’IRMC. Le Markez el Jihad, fondé en 1977 par le Dr Mohamed Tahar Jarrari, possède une importante bibliothèque de cassettes numérisées sur la Libye. Il est devenu en 2010 le Centre des archives nationales et des études historiques de Tripoli. Une mission effectuée en 2005 par Pierre Robert Baduel (directeur de l’IRMC) a pu susciter le projet d’une confrontation d’historiens autour de la question de l’administration française du territoire du Fezzan après la Seconde Guerre mondiale. En mars 2009, l’IRMC a souhaité construire une stratégie de travail dans la durée en mobilisant des chercheurs de diverses disciplines (géographie, sociologie, histoire, sciences politiques, droit), et en confrontant deux types de regards, celui des chercheurs libyens sur leur propre société et celui des chercheurs tunisiens sur la société libyenne, mais aussi sur les relations croisées entre les deux pays et via une approche francophone. L’objectif de ce groupe était, d’une part, de participer à la mise en réseaux de chercheurs de différents pays maghrébins et européens et, d’autre part, d’amorcer un programme de recherche spécifique devant déboucher sur l’organisation d’une manifestation suivie de publications.

Il s’en est suivi en mai 2009 une mission à Tripoli réunissant le directeur de l’IRMC et quatre chercheurs tunisiens : Hassan Boubakri, Fathi Lissir et Mouldi Lahmar, coordonnée par Moncef Ouannès. Un séminaire interdisciplinaire fut alors organisé par l’IRMC à Tunis en décembre 2009 sur l’implantation militaire de la France au Fezzan entre 1943 et 1956. Les années 2010 et 2011 ont été consacrées à des échanges historiographiques et à la finalisation supervisée par Moncef Ouannès, d’un ouvrage en version bilingue (arabe/français) paru en octobre 2012, en coédition Cérès Éditions/Tunis, centre des Archives de Tripoli et IRMC, intitulé : Une histoire méconnue. Les relations libyo-françaises au Fezzan de 1943 à 1956. Regards croisés Libye, France, Tunisie.

couv fezzan
Couverture bilingue du livre édité par l’IRMC

Cet ouvrage retrace les grandes lignes de l’implantation de la France sur le territoire du Fezzan dans le Sud-libyen aux lendemains de la Seconde Guerre mondiale. Il en analyse les visées politiques, les conditions d’occupation militaires et administratives, ainsi que le vécu des populations, de l’alliance à la résistance, jusqu’à l’indépendance libyenne et l’évacuation définitive en 1956. Dans un esprit de dialogue intellectuel entre les deux rives de la Méditerranée, ce livre rassemble des regards d’historiens, de sociologues, de politologues et de géographes libyens, tunisiens et français soucieux de croiser leurs savoirs. Du regard français, il ressort que cette période serait moins militaire que politique. Les Libyens de leur côté décryptent les dynamiques nationales et régionales (Algérie, Tunisie) des réseaux de résistance. Et les chercheurs tunisiens forts de leur regard distancié du pays d’à côté, se penchent sur les savoirs construits par la France, sur les stratégies d’alliances avec les dignitaires libyens, et les mémoires politiques.

Cette recherche a permis de livrer à l’actualité le portrait d’une Libye contemporaine comme cible et enjeu international majeur, en interaction constante avec les événements se déroulant aux différentes échelles : méditerranéenne, africaine, arabe et internationale. Il a ainsi été proposé un autre type d’écriture de l’histoire entre la France et la Libye et avec la Tunisie, qui consiste moins à « juger » qu’à « gérer un passé » pour construire un présent et à reconsidérer les faits en confrontant leur pluralité, en questionnant leurs interprétations. Il s’agit là d’une double initiative à poursuivre tant dans le domaine de la coopération multilatérale en sciences humaines et sociales que dans celui de la réécriture de l’histoire coloniale par la confrontation et l’échange interdisciplinaires sur des sociétés témoins et actrices des événements.

Publié en édition bilingue et au Maghreb par l’IRMC, il constitue un précédent historiographique en matière de traduction, et contribue ainsi a toucher un vaste public tant en Europe et dans la francophonie qu’au Maghreb et dans le monde arabe. Il ouvre la voie à une prochaine collaboration de l’IRMC avec le Centre des archives nationales et des études historiques de Tripoli, l’ISHMN (Institut supérieur d’histoire du mouvement national a Tunis), et la Casa de Velasquez à Madrid, sur l’histoire orale, ses techniques et ses méthodes disciplinaires, ses objectifs et ses finalités en matière de préservation des mémoires nationales.

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

Pierre-Noël Denieuil

est sociologue, ancien directeur de l’IRMC de 2008 à 2013.

Pour citer ce billet : Pierre-Noël Denieuil, « L’IRMC et la Libye, de 2009 à 2012 », Le Carnet de l’IRMC, 11 octobre 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1266

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Ma mobilité à l’IRMC

Khadija
Photographie de Khedidja Mokeddem

Dans le cadre de la mobilité Sud/Sud et dans le but de soutenir ma recherche de doctorat qui a porté sur « le projet de vie chez les adolescents-es marginales », l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain (IRMC) m’a attribué une bourse de courte durée pour la période allant du 20/09/2010 au 20/12/2010. Cette bourse a été d’un grand apport dans la finalisation de mon travail de thèse de doctorat. D’abord par le contact direct avec nombre de chercheurs de l’IRMC ou invités à l’IRMC, m’ayant permis de discuter mon travail, d’enrichir mes connaissances et mes données et de confronter mes idées. Ensuite par l’accès à la documentation et le contact avec d’autres doctorants. Outre les rencontres avec les nombreux conférenciers, Jean Salem, Mohamed Kerrou, Sylvie Mazzella et François de Singly, j’ai pu rencontrer un socio-économiste, Jean-Louis Laville ou des anthropologues tels Mondher Kilani ou Renato Ortiz. J’ai aussi pu assister à des rencontres en réseaux tels le colloque organisé par Myriam Achour, intitulé « Dire en langue : analyses en anthropologie du langage, une comparaison de terrain ». Je citerai aussi des rencontres avec le Centre des archives tunisiennes et enfin une deuxième participation aux doctoriales tenues à Sousse en décembre 2010, sur la formation à la méthodologie et aux techniques de recherches et initiation à la rédaction d’articles scientifiques, une autre occasion de consolider ma formation et de développer mon activité de recherche.

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

Khedidja MOKEDDEM

est maître de recherche au CRASC d’Oran.

Pour citer ce billet : Khedidja Mokeddem, « Ma mobilité à l’IRMC », Le Carnet de l’IRMC, 10 octobre 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1260

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Partenariat IRMC/CRASC

Nouria Benghabrit-RemaounLe Centre de recherche en anthropologie sociale et culturelle (CRASC) vient de marquer en 2012 ses vingt années d’existence en organisant un certain nombre de manifestations scientifiques. L’IRMC s’apprête à vivre aussi sa vingtième année. Ce sont donc deux institutions de recherche qui ont à peu près la même durée d’existence et dont la contribution au service de la recherche en sciences sociales dans l’espace maghrébin, est connue et reconnue. Durant la période écoulée, une tradition de collaboration et de partenariat s’est tout naturellement instaurée entre nos deux organismes. Nous pouvons ainsi rappeler quelques-unes de nos actions communes menées dans le passe ou toujours en cours de réalisation : Depuis 2003 le CRASC échange avec l’IRMC, les directeurs Michel Camau, Pierre Robert Baduel, Pierre-Noel Denieuil.

Les différentes rencontres :

• 18-19 février 2007 : Rencontre au CRASC FSP-IRMC « Étudiants étrangers au Maghreb et dans l’espace euro-méditerranéen ».

• 2 juillet 2008 : Signature convention de partenariat scientifique.

• 25 novembre 2008 – Rencontre au CRASC pour la mise en œuvre de la convention (avec les directeurs de division, des chercheurs associés – IRMC).

• 31 mars-1er avril 2009 : Rencontre au CRASC avec l’IRMC lors d’un groupe de travail sur Crise du travail et employabilité. Deux journées très intenses d’échanges associant quatre institutions : CRASC, IRMC, Université d’Oran et Université de Tunis.

• 23-24 février 2010 : Rencontre à l’IRMC avec l’équipe du CRASC sur Travail emploi.

• 17-18 septembre 2012 : Rencontre au CRASC avec l’équipe de l’IRMC sur Crise du travail.

Les projets et ouvrage communs

Projet entreprenariat : IRMC/CRASC/AUF

• Ouvrage : IRMC/CRASC : « Les indépendances au Maghreb » sous la direction de Amar Mohand-Amer et Belkacem Benzenine, Ed. CRASC, 2012.

• Projet d’ouvrage : 2013, avec l’Université de Tunis et l’IRMC sur : Politique de l’emploi, insertion des jeunes et employabilité : analyse comparative entre l’Algérie et la Tunisie.

• Les bourses : 1 à 3 mois en faveur des jeunes chercheurs. D’autres actions seront menées sans doute dans le futur, à deux ou avec la contribution d’autres organismes de recherche au Maghreb et ailleurs, et les activités menées lors de ces deux dernières décennies commencent à constituer une base d’expérience permettant de mieux asseoir notre coopération. Un objectif central continuera à guider notre action commune : contribuer à la formation des jeunes chercheurs dans les disciplines les plus diverses, et préparer l’émergence d’une nouvelle génération de travailleurs scientifiques qui sont à la hauteur des exigences de l’époque et du monde dans lequel nous vivons.

Tout en renouvelant notre haute appréciation des actions jusqu’ici menées en commun, nous ne pouvons que souhaiter bon anniversaire à nos collègues de l’IRMC et beaucoup de succès encore à une institution qui participe de façon bénéfique pour tous à affiner le savoir portant sur nos sociétés en France et en Europe, tout en contribuant à dessiner le paysage scientifique du Maghreb de demain.

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

Nouria BENGHABRIT-REMAOUN

est directrice de recherche en socio anthropologie de l’éducation, et directrice du CRASC, Oran.

Pour citer ce billet : Nouria Benghabrit-Remaoun, « Partenariat IRMC/CRASC », Le Carnet de l’IRMC, 10 octobre 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1255

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Mon expérience à l’IRMC

Lassel
Photographie de Djaouida Lassel

Grâce à la bourse d’études de moyenne durée de l’IRMC, j’ai pu séjourner durant 3 mois (2011-2012) à Tunis. Ce séjour s’est inscrit dans le cadre d’un doctorat en sociologie débuté en octobre 2010, intitulé « Action des associations féminines : étude comparée sur l’évolution du statut de la femme en Algérie et au Maghreb (Maroc et Tunisie) ». Cette recherche s’appuie sur un travail de terrain important et le séjour en Tunisie était essentiel, notamment pour rencontrer les acteurs de la société civile s’étant engagés pour la défense des droits des femmes, dont entre autres l’AFTURD, l’ATFD, puis des responsables institutionnels autour de la condition féminine, ce qui a permis de donner corps à mon travail. Le second objectif de mon séjour était de bénéficier des ressources bibliographiques. La richesse de la bibliothèque de l’IRMC m’a permis de consulter les ouvrages et articles dont je n’avais pas encore pu prendre connaissance, et qui ne sont pas disponibles dans les bibliothèques aussi bien algériennes que françaises. Enfin, le troisième objectif de mon séjour était d’acquérir une nouvelle expérience dans la recherche en sciences sociales et de renforcer mes compétences de la pratique et de la culture scientifiques au sein de l’IRMC. J’ai pu y trouver un bureau ou travailler, avec accès à Internet, et des repas à partager avec toute l’équipe. Étant arrivée dans une période où les Tunisiens étaient à l’épreuve des premières élections révolutionnaires, ce fut l’occasion pour moi d’assister à un nombre de séminaires et conférences scientifiques extrêmement enrichissants, portant sur la démocratie, les transformations du politique en Tunisie et dans les pays arabes, etc. Par ce biais, j’ai pu avoir des discussions fructueuses et enrichissantes avec des conférenciers locaux et étrangers. En outre, j’ai eu l’occasion d’assister à d’autres conférences directement liées à mon sujet à travers d’autres institutions gouvernementales et associatives à Tunis et à Hammamet ce qui m’a permis de nouer de nouveaux contacts. Séjourner à Tunis était également propice à vivre le grand changement social que vient de connaitre la population tunisienne. Étant algérienne je me suis facilement intégrée dans l’environnement puisque je partage la même culture et la tradition, et je parle la même langue, ce qui m’a permis de renforcer des liens de solidarités et amicaux. Ce séjour à l’IRMC a été une réussite sur tous les plans : professionnel, académique et humain, je n’aurais pu rêver meilleur accueil et plus grande sympathie et soutien de la part de toute l’équipe de cet institut, son directeur, son personnel comme ses chercheurs.Je souhaite qu’à l’avenir, l’institut ne cesse d’être cet acteur de partenariat et continue à contribuer au développement de la recherche en sciences sociales sur la région maghrébine en collaboration avec la communauté scientifique française, européenne et maghrébine. J’invite tous les doctorants et chercheurs algériens qui mènent des recherches en sciences sociales et souhaitant vivre un séjour enrichissant humainement, scientifiquement et professionnellement à séjourner à l’IRMC !

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

Djaouida LASSEL

est doctorante en sociologie à l’IREMAM (Aix-Marseille 1).

Pour citer ce billet : Djaouida Lassel, « Mon expérience à l’IRMC », Le Carnet de l’IRMC, 2 octobre 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1249

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

L’IRMC et l’Algérie, de 2009 à 2013

pierre Noel lettre
Photographie de Pierre-Noël Denieuil

Depuis 2008, date de la signature d’une convention avec le CRASC (Centre de recherche en anthropologie sociale et culturelle) d’Oran, l’IRMC entretient d’étroites relations avec la recherche et l’Université algérienne. Depuis fin 2008, les actions menées ont été soutenues par le Service de Coopération et d’Action Culturelle (SCAC) de l’Ambassade de France d’Alger.

État de la recherche en Algérie

Le paysage algérien de la recherche a été structuré dans la dernière décennie par deux lois quinquennales, celle de 2002-2007 qui a précisé le statut des enseignants-chercheurs et des centres de recherche, puis celle de 2008-2013 qui a instauré une structure permanente et autonome de coordination de la recherche (DGRST, Direction générale de la recherche scientifique et technique ; CNRST, Conseil national de la recherche scientifique et du développement technologique ; CSNER, Conseil scientifique national d’évaluation de la recherche). Chaque ministère est doté d’une unité sectorielle permanente constituée d’experts. Les services actuellement en place toutes disciplines scientifiques confondues concernent 803 laboratoires de recherche repartis sur 36 universités, 15 centres universitaires, 16 écoles nationales, 5 écoles normales supérieures, 10 écoles préparatoires et 25 centres de recherche hors université. 25 000 étudiants sont actuellement inscrits en thèse, mais seulement 800 sont soutenues chaque année. On relève une difficulté qui est celle du manque d’enseignants de rang magistral, soit 11 000. De 2002 a 2007, l’Algérie a enregistré une forte croissance du nombre de ses chercheurs, alors que celui-ci déclinait parallèlement en Europe et aux États-Unis (4 %). Le secteur des sciences sociales occupe la 3e place après les sciences et techniques et les sciences fondamentales. En règle générale, on constate une désaffection de la présence des SHS dans la réponse aux appels d’offre proportionnellement à la part des autres sciences. En matière d’édition, le livre y représente un enjeu fort alors que les autres sciences privilégient la publication d’article. Notons la difficulté des chercheurs algériens à trouver une place dans des revues indexées.

Les partenariats scientifiques

AlgérieEn matière de recherche institutionnalisée, les deux principaux interlocuteurs de l’IRMC ont été le CREAD (Centre de recherche en économie appliquée au développement), partenaire d’un programme FSP avec le LISE CNAM (Paris) sur l’entrepreneuriat maghrébin, et le CRASC à Oran qui noue dès 1992 une pratique de recherche collective dans un contexte d’isolement international et de lent accompagnement des jeunes chercheurs. L’IRMC s’est attaché ces dernières années à construire un réseau multilatéral tenant compte des coopérations collectives entre chercheurs et institutions multiples, sur la base d’organisation de journées d’études et de séminaires débouchant sur des publications, et d’accueil régulier de boursiers et chercheurs. Un partenariat scientifique, soutenu par l’AUF a permis d’organiser des réunions internationales avec le CRASC d’Oran en avril 2009 et février 2010 sur la thématique de la crise du travail et de l’employabilité, en septembre 2012 sur le chômage et l’insertion professionnelle des jeunes diplômés. Il a permis de mettre en relation, sous l’égide de l’IRMC, l’équipe oranaise avec des enseignants chercheurs tunisiens de l’Université de Sfax, de l’ISSHT de Tunis, de la Faculté des sciences humaines et sociales de Tunis, de l’Institut national du travail et des études sociales de Tunis (INTES) et du LISE-CNAM/CNRS Paris. Dans cette perspective, un projet d’ouvrage est à l’étude sur les questions du chômage et de l’insertion professionnelle des jeunes diplômés, devant s’élargir prochainement aux chercheurs marocains. Enfin et simultanément, une autre collaboration de l’IRMC et du CRASC a donné lieu à l’automne 2012 à la publication conjointe (coédition) d’un ouvrage sur Le Maghreb et l’indépendance de l’Algérie, sous la direction de Amar Mohand-Amer et Belkacem Benzenine, à l’occasion de la célébration du cinquantenaire (1962-2012). Cet ouvrage, saisissant le « moment historique » dans un éclairage rétrospectif sur son devenir, traite de l’indépendance nationale et des processus de transitions politique et juridique, syndicale, économique et culturelle. Il en évoque les enjeux nationaux (position des Ulémas, statut des femmes, reconversion du mouvement national…). Il en questionne la confrontation et le devenir des valeurs coloniales et nationales – les anticolonialismes juifs et européens et l’idée de nation algérienne, l’exode des rapatriés, le devenir des Harkis. Outre l’originalité de son approche pluridisciplinaire – de l’histoire à la sociologie et à la littérature, en passant par les sciences juridiques, politiques et économiques –, ce travail s’inscrit dans un échange générationnel novateur. S’y font écho les analyses de chercheurs confirmés spécialistes des questions traitées, avec celles de nombreux doctorants qui livrent les conclusions de leurs premières recherches. Il s’agit là d’une innovation communicationnelle et éditoriale qui a pris la forme d’une publication simultanée. Grace à l’accord des deux centres et éditeurs, et sur la base d’un même manuscrit fabriqué par l’IRMC, cet ouvrage a pu sortir aux éditions Karthala en France, et aux éditions du CRASC en Algérie (sous le titre Les indépendances au Maghreb), ce qui lui garantit la meilleure diffusion de part et d’autre.

Une importante collaboration universitaire a été engagée en 2010 avec l’Université d’Alger 2 Bouzarea et son département de sociologie, avec le soutien du service de coopération universitaire du SCAC de l’Ambassade de France en Algérie. La thématique retenue en a été la question de la jeunesse et des violences scolaires au Maghreb. Une première rencontre s’est tenue à Tunis les 8 et 9 mars 2011. Celle-ci a associé l’IRMC, le Département de sociologie d’Alger, l’Université de Franche-Comté, avec le laboratoire C3S (Culture, Sport, Sante, Société) coordonné par Gilles Ferreol. Elle a réuni 15 chercheurs, dont 6 Algériens, 3 Français, 1 Libyen, 1 Mauritanien et 4 Tunisiens. Une seconde rencontre a eu lieu les 17 et 18 décembre 2011 à Alger, dans un partenariat renforcé avec les chercheurs tunisiens, par l’implication de membres de l’INTES). Ce colloque a rassemblé sous l’égide de l’IRMC une équipe de 7 communicants tunisiens, quatre français et un libyen. 5 communications ont été présentées par l’Université d’Alger 2. En présence d’un public d’enseignants chercheurs, d’étudiants, et de praticiens, évalue entre 100 à 200 personnes/jour. Les Actes de ces manifestations sont sous presse aux éditions Inter-communications (Fernelmont, collection « Mondes méditerranéens »).

Mises en réseaux et échanges scientifiques

En 2010, une importante mise en réseaux scientifiques a été conduite par deux chercheurs boursiers de l’IRMC. L’une sur « L’histoire de la nationalité algérienne et la constitution d’une nationalité post coloniale dans les pays du Maghreb » (Noureddine Amara), avec d’une part les Archives Nationales d’Algérie et d’autre part les Archives de Wilaya à Oran et à Constantine, en relation avec les Archives diplomatiques de Nantes ; dans ce cadre, a été organisé à l’IRMC le 30 avril 2011 une journée d’échanges scientifiques sur les « Nationalités et empires au prisme de la question de la souveraineté », par la mise en réseau d’historiens et de politologues sur « Etats et nationalités au Maghreb ». L’autre sur « Les artistes peintres et la guerre d’Algérie de 1954 à nos jours » (Emilie Goudal), avec le CCF d’Alger, le centre des Glycines, la bibliothèque du Musée national des Beaux-arts d’Alger, et le Centre des Archives du ministère algérien de la Culture. À ce titre, des contacts sont régulièrement entretenus avec le Centre d’étude et de recherche Les Glycines à Alger qui a reçu à plusieurs reprises des chercheurs de l’IRMC. Dans le cadre de l’animation et de la création de liens scientifiques depuis l’IRMC, notons de réguliers échanges visant à la construction de réseaux par la valorisation et la connaissance des travaux algériens à partir des programmes de recherche, des animations et des productions scientifiques de l’IRMC. Ainsi les rencontres sur Le Maghreb et ses africanités, l’identité nationale au regard de ses altérités coordonnées par Stephanie Pouessel, ont permis de mieux connaitre les travaux du CNRPAH d’Alger sur la negrophobie en Algérie, ou de l’Université de Birzeit a Ramallah (Palestine) sur l’intégration des Noirs en Algérie. De même les journées sur Les mouvements sociaux en ligne, cyberactivisme et nouvelles formes d’expressions en Méditerranée coordonnées par Sihem Najar, ont contribué à interroger « les mouvements sociaux en ligne et les nouvelles formes d’expression contestataire à travers l’exemple algérien » (Université d’Annaba), et « les jeunes et l’usage politique de l’Internet en Algérie » (CRASC d’Oran). Des contacts avec l’Université de Bejaïa ont de même été amorcés, notamment avec les Départements communication, économie managériale et sociologie sur les thèmes de l’entrepreneuriat transméditerranéen ainsi que sur les usages de l’Internet. À ce titre l’equipe de Bejaïa fait partie du projet de GDRI présenté par l’IRMC au CNRS sur les pratiques des NTIC en Méditerranée. Citons aussi les présences invitées de représentants du LISODIL Laboratoire de Linguistique, Socio-linguistique et Didactiques des Langues d’Alger 2 (programme Dire en langues coordonné par Myriam Achour-Kallel), et de l’Institut d’Archéologie d’Alger 2 (cycle tourisme et patrimoine). Outre l’accueil de nombreux chercheurs du CRASC, mentionnons l’invitation régulière de conférenciers algériens autour des animations scientifiques, telles les conférences de Mme Hallouma Cherif (Université d’Oran), sur « La construction de l’identité personnelle chez les algériennes », ou de M. Youcef Fatès sur « l’histoire des usages sociopolitiques et associatifs du sport en Algérie ».

Les formations doctorales

Poursuivant l’objectif d’encourager les jeunes chercheurs algériens, déjà maitres assistants à l’université, à finaliser leur thèse et à développer la méthodologie de la soutenance, l’IRMC a organisé en partenariat avec le Consortium des Universités de l’Est-algerien (universités de Skikda, Annaba, Constantine, Guelma, Oum el-Bouaghi) et avec le soutien du SCAC d’Alger, du 7 au 12 décembre 2009 à Hammamet, des « Doctoriales en sciences humaines et sociales : formation à la méthodologie et aux techniques de recherche ». Puis une seconde session s’est tenue à Sousse en décembre 2010, rassemblant sur cinq jours trente doctorants et 8 encadrants autour de deux objectifs : « la finalisation de la thèse » et « l’écriture des articles scientifiques », en collaboration avec le Consortium des universités de l’Est algérien et le CERES de Tunis et l’Agence Universitaire de la Francophonie (AUF). Ces actions visent à assurer un soutien et un accompagnement méthodologique et théorique aux doctorants, en les aidant à dépasser les blocages, à s’intégrer dans le monde de la recherche et à valoriser leurs compétences en matière de rédaction d’articles scientifiques à partir des thèses en cours. Dans la même perspective, s’est tenu à Oran les 17-21 janvier 2013 une école doctorale algero-tunisienne (16 doctorants dont 8 Algériens, 8 Tunisiens et 6 encadrants) ayant pour thème « Les représentations sociales : théories et approches méthodologiques », co-organisée entre l’IRMC et la Faculté des sciences sociales de l’Université d’Oran (Département de psychologie), la Maison du Doctorant (Universite d’Oran), l’Institut Supérieur des sciences humaines et sociales de Tunis, avec une conférence du Pr. Denise Jodelet, directrice d’études à l’EHESS Paris. Notons aussi dans le cadre de l’atelier doctoral Les méthodes d’observation en démographie et sciences sociales, Hammamet (Tunisie), 18-20 juin 2012 co-organisé par l’ED-FSHST-Tunis – INED Paris- IRMC-Tunis, CRASC-Oran, AMER-Maroc, la prise en charge et la formation de 5 étudiants du CRASC-Oran.

L’accueil des boursiers

Outre l’accueil d’une dizaine de séjours scientifiques de courte durée (avec le CRASC d’Oran, l’Université Abderrahmane Mira de Bejaïa), l’IRMC a mis en place avec le soutien du SCAC de l’ambassade France à Alger une coopération transversale Sud/Sud en matière d’accueil (un à trois mois), de boursiers francophones. À ce titre en 2010, 2011 et 2012, 12 bourses ont été accordées sur l’Algérie pour une durée de 27 mois. Leurs profils se décomposaient ainsi : résidents en Algérie sur un terrain de recherche situé en Algérie et en séjour dans une université française (cotutelle), résidents en Algérie et en séjour de terrain (comparaison) en France, résidents et inscrits en France ou en Europe et en bourse de terrain en Algérie, résidents en Algérie et inscrits dans des échanges Sud/Sud d’Algérie vers la Tunisie, dans une approche comparative et en séjour de thèse à l’IRMC, résidents en Tunisie et en séjour de terrain en Algérie. Les thématiques des travaux proposés recouvraient de vastes thématiques disciplinaires : le projet de vie des adolescents marginaux en réinsertion sociale à Oran (psychologie), les violences scolaires en milieu urbain sensible à Constantine (sociologie), les centralités périphériques des villes de l’Est-algérien (géographie urbaine), les associations féminines en Algérie, en Tunisie et au Maroc (sociologie), les petites et moyennes entreprises algériennes (socio économie), le colonialisme dans les relations franco-algériennes (sciences politiques), les politiques publiques et l’espace commémoratif de l’Algérie coloniale (histoire), les proverbes kabyles (socio anthropologie), les systèmes oasiens en Algérie (géographie rurale), la femme ibadite dans la région du Mzab (anthropologie), étude comparative de l’histoire des archives tunisiennes et algériennes (histoire)…

De manière à capitaliser et à valoriser les aides ici évoquées, l’IRMC étudie actuellement un projet de « seminaire-atelier d’écriture » rassemblant 15 boursiers algériens suivis par lui en 2010, 2011 et 2012, en vue de l’écriture d’un article synthétique et à paraître dans un collectif consacré à la jeune recherche, Penser la société algérienne aujourd’hui. Enfin, il importe de souligner que les actions conduites par l’IRMC ne s’inscrivent pas seulement dans une relation bilatérale entre la France et l’Algérie. Les chercheurs algériens reçus à l’IRMC ou invités dans des programmes en réseaux y découvrent notamment leurs homologues tunisiens ou marocains. L’IRMC devient alors un passeur, assurant en corollaire de sa présence francophone, une position de coordinateur scientifique international et de relais intra maghrébin.

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

Pierre-Noël Denieuil

Sociologue, ancien directeur de l’IRMC de 2008 à 2013.

Pour citer ce billet : Pierre-Noël Denieuil, « L’IRMC et l’Algérie, de 2009 à 2013 », Le Carnet de l’IRMC, 2 octobre 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1245

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Les vingt ans de l’IRMC

Catusse
Photographie de Myriam Catusse

En 1995, étudiante à l’Institut politique d’Aix-en-Provence, j’étais pour la première fois accueillie à l’IRMC pour réaliser mon mémoire de master. Quelques années plus tard, c’était en tant qu’allocataire de recherche que je rejoignais l’équipe de l’IRMC dans ce qui était alors son antenne de Rabat, devenue plus tard le CESHS puis le centre Jacques Berque. Au gré de denses échanges intellectuels et amicaux, de contributions à plusieurs programmes de recherches, d’un projet de publication, et malgré une trajectoire qui m’emmena sur d’autres terrains que ceux de la Tunisie et du Maghreb, l’IRMC demeura pour moi un point d’ancrage. Sans aucun doute, les équipes qui se succédèrent à Tunis, et leurs directions, y furent pour beaucoup. Le rôle du staff administratif aussi, tant compte dans ces laboratoires où l’on circule, sa capacité à faire mémoire comme à contribuer, au quotidien, à la recherche en acte. Je souhaiterais donc me faire le témoin d’une génération de chercheur-es, enseignantes, expertes qui eurent l’opportunité peu commune de trouver dans leurs parcours professionnels le soutien et l’encadrement de ces laboratoires que sont les Instituts de recherche français à l’étranger et l’IRMC en particulier. Formés dans des équipes de recherches pluridisciplinaires, Couv Myriam Catusse copieau plus près de leurs terrains de spécialisation, ils eurent les moyens de combiner une formation aux et par les sciences sociales avec une connaissance approfondie des sociétés étudiées. Ceci se traduisit par la soutenance de nombreuses thèses de qualité (non seulement le ratio d’allocations ou de bourse d’aides à la recherche et de thèses soutenues s’y révèle meilleur que dans la moyenne nationale française, mais rares furent les nouveaux docteurs qui ne trouvèrent de débouchés professionnels dans un contexte de crispation des recrutements dans le monde académique). Ceci se manifesta également dans le développement de réseaux d’expertise dans la région, le passage par l’IRMC et les autres IFRE de futurs diplomates, consultants, experts. C’est donc sur ce vivier de spécialistes que fut l’IRMC ces vingt dernières années que je souhaiterais mettre avant tout l’accent. En formulant le souhait que la nouvelle génération de jeunes étudiants tunisiens, maghrébins, français, européens ou autres, puisse bénéficier des mêmes conditions de spécialisation que nous pûmes le faire.

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

Myriam CATUSSE

est chargée de recherche au CNRS, IREMAM, Aix-en-Provence. Elle a été allocataire de recherche à l’IRMC-Rabat en 1995.

Pour citer ce billet : Myriam Catusse, « Les vingt ans de l’IRMC », Le Carnet de l’IRMC, 1er octobre 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1240

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook