Un observatoire de la société tunisienne et du Maghreb contemporain

Sylvie_Daviet
Photographie de Sylvie Daviet

Les IFRE : un outil exceptionnel pour la recherche

Passer deux ans à l’IRMC, c’est tout d’abord vivre l’expérience d’un institut français à l’étranger (IFRE). Et les Français ont beau s’auto-flageller de leurs multiples défauts et des dysfonctionnements de leur mère patrie, très peu de pays au monde sont capables d’entretenir des centres de recherche à l’étranger. Il nous faut parfois la remarque bienveillante d’un collègue d’une autre nationalité pour le réaliser. Sachons donc apprécier l’originalité et le potentiel de ce dispositif qui permet aux chercheurs en sciences sociales de s’expatrier, de quelques mois à quelques années, pour résider sur leur terrain d’étude, en bénéficiant de l’essentiel des services d’un laboratoire (bibliothèque, secrétariat, organisation de séminaires…). Autant de réalités matérielles évidentes sans lesquelles un intellectuel ne peut véritablement se livrer à l’exercice de sa pensée ; une pensée qui n’est jamais en apesanteur mais au contraire ancrée dans un milieu, un espace, une société. Être chercheur résident hors de France au sein d’un IFRE permet cette immersion, tout en étant assisté d’une logistique appropriée ; qu’il soit géographe, sociologue, historien ou politologue, le chercheur en sciences sociales prolonge en quelque sorte une tradition anthropologique en bénéficiant de cette immersion.

L’IRMC : un observatoire de la société tunisienne et du Maghreb contemporain

Si les IFRE sont des avant-postes d’observation, l’IRMC est sans conteste un observatoire de la société tunisienne et du Maghreb contemporain. Il faut le dire et, en tant que géographe sensible à la dimension géopolitique des faits et des institutions, je le dis pour deux raisons. Premièrement, parce que l’observation est une des briques fondamentales de la recherche scientifique dans le processus de production de connaissance, et contribue à légitimer la recherche en sciences sociales. Si des esprits prétendument rationnels en doutaient, ils auraient plus volontiers consacré les deniers publics aux seules disciplines ayant des retombées industrielles ou au remboursement de la dette, la révolution tunisienne et le printemps arabe sont fort opportunément venus rappeler qu’il était fondamental de connaître et comprendre les sociétés, que cette connaissance avait de la valeur et méritait un investissement. La portée des événements qui se sont enchaînés, tout particulièrement depuis le début de l’année 2011, a soudain, par effet de contexte, revalorisé le rôle stratégique de l’IRMC, comme celui des IFRE de la Méditerranée, dans un monde arabe en ébullition.

Deuxièmement, j’ai vécu au sein de l’IRMC une observation qui s’enracine dans le territoire, qui s’élabore dans de multiples partenariats pour coproduire la connaissance au sein d’équipes qui rassemblent des chercheurs des deux rives de la Méditerranée. L’effet de lieu implique un effet de réseau qui permet de tisser des liens avec les chercheurs et les institutions régionales. Il faut le dire et je le dis à l’heure où fleurissent des projets plus ou moins soucieux des exigences d’une coopération équilibrée.

2010-2012 : un moment d’histoire qui nous propulse dans un nouveau cycle

J’ai donc connu l’IRMC récemment, au cœur d’un moment d’histoire qui nous propulse dans un nouveau cycle à la logique encore incertaine. Et lorsque je parle d’un moment d’Histoire, le H majuscule n’est pas immérité car nous savons bien que, depuis la Tunisie, s’écrit la nouvelle page d’un monde où s’impose la « tectonique des sociétés », comme l’écrit Bertrand Badie. Arrivée en septembre 2010, j’ai pu connaître les dernières heures du régime de Ben Ali. Au cours de l’année 2011, en dépit de secousses multiples et parallèlement aux bouleversements opérés en Égypte et en Libye, c’est l’enthousiasme de la révolution en marche qui a dominé jusqu’aux élections du 23 octobre 2011. Au cours de l’année 2012, le contexte tunisien et régional s’est progressivement tendu. Ma mission en Tunisie s’est achevée à la veille des événements du 14 septembre 2012, marqués par l’attaque de l’ambassade des États-Unis à Tunis, deux jours après celle de Benghazi en Libye. D’autres événements ont traduit la montée d’une forme de violence à laquelle les Tunisiens n’étaient pas habitués ; mais la société civile est restée mobilisée, bien décidée à faire vivre l’espérance de jours meilleurs. Au cœur de cette actualité prégnante, les débats auxquels j’ai participé ont souvent été accaparés par les transformations au jour le jour de la situation politique. Il s’agissait pour moi d’observer et de comprendre. Dans ce climat passionnel et instable, ma préoccupation de chercheur est restée de conduire mon programme à son terme, tout en captant la façon dont les événements en cours métamorphosaient mon objet d’étude. L’accès à l’information et aux entrepreneurs est demeuré difficile, quelle que soit la conjoncture.

La reconfiguration des espaces et des enjeux méditerranéens

Si le vécu de mes deux années passées à l’IRMC est profondément marqué par la rencontre de cet humanisme tunisien, chaleureux et pétri de francophonie, mes réflexions de géographe pointent la reconfiguration des espaces et des enjeux méditerranéens. Le Maghreb relève bien de trois sphères d’appartenance : l’espace euro-méditerranéen, le monde arabe et l’Afrique. Si les dynamiques euro-méditerranéennes ont longtemps été dominantes, le printemps arabe en a révélé les fragilités. De multiples travaux en pointaient préalablement les signes, au point que l’hypothèse d’une « Méditerranée sans l’Europe » s’était manifestée non sans provocation (n°74 de Confluences Méditerranéennes), soulignant la complexité des rapports de forces dans une zone d’interface ouverte aux quatre vents de la mondialisation. Mon entrée dans cette problématique est partie de ma spécialisation géoéconomique, mais la nécessité d’une pluralité de regards et de disciplines s’impose évidemment pour prendre en compte un ensemble de dimensions culturelles, sociales et politiques… Tout en défendant la place de la géographie dans ce nouveau chantier scientifique, je n’ai donc pas cherché à être un acteur privilégiant le développement de ma discipline, je crois plutôt (et c’est même une conviction) à la nécessité de construire une interdisciplinarité audacieuse pour mieux répondre aux défis qu’exige de nous la complexité du réel.

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

Sylvie DAVIET

est professeur de géographie à Aix- Marseille-Université, UMR Telemme (7303). Elle a été chercheure en délégation CNRS à l’IRMC de 2010 à 2012.

Pour citer ce billet : Eric Gobe, « Des ingénieurs aux avocats ou de la dimension politique du fait professionnel », Le Carnet de l’IRMC, 10 septembre 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1129

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Retour sur une mission longue en Tunisie : 2005-2007

Sylvie Mazzella
Photographie de Sylvie Mazzella

J’ai eu la chance de travailler deux années durant, entre 2005 et 2007, à l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain dirigé à l’époque par Pierre Robert Baduel, pour y mener des recherches en sociologie de l’immigration et des migrations. Cette expérience me sert de référence aujourd’hui. Je garde en effet le vif souvenir d’une structure d’accueil fortement collaborative, animée d’un rare esprit d’équipe, qui m’a permis de mener à bien toutes les étapes d’une recherche collective entre la France et les pays du Maghreb. Depuis mes collaborations de recherche n’ont jamais cessé d’exister de part et d’autre de la Méditerranée, entre mon laboratoire (LAMES), et plus largement la MMSH d’Aix-en-Provence, et l’IRMC.

En décembre 2005, je dirigeais un programme de recherche collectif et international sur « Les étudiants étrangers au Maghreb et dans l’espace euro-méditerranéen ». Ce programme a réuni durant quatre ans 21 chercheurs et doctorants, de France, d’Algérie, de Tunisie et du Maroc, et a abouti à la publication d’un ouvrage collectif La mondialisation étudiante. Le Maghreb entre Nord et Sud (Karthala-IRMC, 2009) et d’un dossier du numéro Alfa, Maghreb et Sciences sociales sur « L’enseignement supérieur dans la mondialisation libérale. Une comparaison Maghreb, Afrique, Canada et France ». Il sera articulé à un séminaire mensuel d’invitation de chercheurs « Penser les nouvelles migrations » afin de nourrir davantage la réflexion sur les atouts et les difficultés d’une approche comparée, multi située et interdisciplinaire.

Dès la fin des années 1990, à travers des missions courtes, j’avais engagé un travail de collaboration avec des chercheurs tunisiens, et notamment avec Hassan Boubakri, qui me permit d’éclairer mes recherches sur l’immigration à l’aune des projets migratoires de familles tunisiennes. La mission de longue durée à l’IRMC m’a permis de modifier profondément mon regard sur la société tunisienne et sur ses tensions : entre celle urbaine du littoral et celle rurale de l’intérieur du pays ; celle de la capitale et celle des petites villes. Je profitais aussi de cette expérience en Tunisie pour approfondir, à travers de longs entretiens passés auprès de sociologues et d’historiens tunisiens, témoins privilégiés de l’évolution de la place du français dans le système éducatif postcolonial, ma Sylvie Mazzellaconnaissance d’une histoire vécue de l’enseignement supérieur en Tunisie dans son rapport particulier à la France, avec qui la Tunisie renégocie sa présence et son statut d’ancien pays colonisateur. L’enjeu politique de la langue française au sein du système éducatif tunisien a été réactivé ces dix dernières années par la nécessaire revalorisation des langues étrangères dans un contexte de reformes mondialisées de l’enseignement et de crise de l’université publique. Il se pose aujourd’hui dans un contexte de tentative de remise en question de ses principes laïcs. Deux de ces entretiens ont été publies, l’un avec l’historienne Kmar Bendana dans Alfa, Maghreb et Sciences Sociales en 2007, l’autre avec la sociologue Lilia Ben Salem dans la revue Genèses en 2009.

Chose plus troublante encore, cette expérience de vie m’a davantage renseignée sur la connaissance de la communauté scientifique tunisienne, sur son histoire institutionnelle et, de manière plus intime, sur ses doutes, ses craintes, ses interdits, sa « culture de la peur » dominée par un pouvoir étatique autoritaire qui parvint à provoquer chez elle une forme d’autocensure collective et de stratégie de contournement. Mes années passées en Tunisie auprès de collègues tunisiens m’ont éclairée sur ce que peut être une recherche académique placée sous surveillance (particulièrement visible aux moments de rencontres scientifiques), mais aussi sur les manières de ruser avec cette contrainte : en boycottant certaines manifestations selon la présence de tel ou tel membre officiel, en organisant au sein des universités des journées d’études « fermées », ce qui suppose de diffuser discrètement l’information, et le moment venu, de contrôler la composition de l’assemblée afin d’assurer et de protéger la parole scientifique. J’ai ainsi pu voir la mise en acte ordinaire d’une animation de la recherche scientifique entrée en résistance.

La solidarité que je veux manifester à leur endroit dépasse ainsi largement le cadre du corporatisme scientifique. Peu après la chute du président Zine el-Abidine Ben Ali, les chercheurs que j’ai côtoyés libérèrent leur parole dans la presse quotidienne longtemps muselée, et leurs témoignages révélèrent ce que chacun ressentait intimement et ce que d’aucun n’osait dire en public. Cette liberté leur est plus que jamais nécessaire et notre soutien utile. Jamais plus leur parole ne chuchotera.

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

Sylvie MAZZELLA

est chargée de recherche (HDR) au CNRS, Directrice du Laboratoire méditerranéen de Sociologie (LAMES), Aix-Marseille Université Elle a été chercheure en délégation CNRS à l’IRMC de 2005 à 2007.

Pour citer ce billet : Sylvie Mazzella, « Retour sur une mission longue en Tunisie : 2005-2007 », Le Carnet de l’IRMC, 11 septembre 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1123

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Des ingénieurs aux avocats ou de la dimension politique du fait professionnel

Eric
Photographie de Eric Gobe

Entre 1998 et 2002, l’IRMC m’a permis de coordonner le premier programme collectif de ma vie de chercheur. L’expérience que j’ai pu y accumuler a été déterminante dans ma trajectoire de chercheur. Le choix de mon objet de recherche, la naissance et le développement de l’ingénieur moderne au Maghreb, m’a fait découvrir le vaste domaine de la sociologie et de l’histoire des professions modernes. Politologue de formation, j’ai, depuis lors dans l’ensemble de mes recherches, utilisé les outils théoriques des deux champs disciplinaires, ainsi que l’apport de l’histoire afin de mettre en avant la dimension politique des « faits professionnels ».

Dans un premier temps, à travers la construction de l’objet « ingénieur » au Maghreb, j’ai tenté d’apporter, avec les collègues participant au programme, un éclairage sur la manière dont s’est recomposée l’articulation des enjeux politiques, économiques et sociaux dans un contexte de libéralisation économique. Il s’agissait d’analyser le processus par lequel les ingénieurs sont passés du statut de grands commis du secteur public au service de la construction d’un projet de développement national impulsé par l’État à celui de cadres moyens ou supérieurs se présentant sur un marché du travail de plus en plus ouvert. Ce processus apparaissait lui-même lié à la massification de l’enseignement supérieur et aux transformations économiques et sociales générées par l’application, à partir du milieu des années 1980, des plans d’ajustement structurel du FMI, synonymes d’élargissement progressif du secteur privé. Mais le programme de recherche, initialement axé sur les effets de l’intégration internationale des économies maghrébines sur la restructuration de la profession d’ingénieur, s’est progressivement élargi à des questions de caractère historique. Cela est apparu d’autant plus nécessaire que l’ingénieur tout au long de l’histoire contemporaine du Maghreb a souvent été un acteur social placé par les pouvoirs publics au centre des stratégies de développement tant urbain, rural qu’industriel. Le programme n’a pas pu échapper à l’histoire, marqué qu’il a été par une double césure historique (la colonisation et l’indépendance), sans laquelle il était impossible de penser la genèse de l’ingénieur moderne au Maghreb.

ericLes sociologues qui se sont penchés sur les ingénieurs du Maghreb indépendant ont ressenti la nécessite de recourir à une perspective diachronique pour mettre en exergue les lignes de forces des mécanismes de production et reproduction et d’insertion socioprofessionnelle des ingénieurs au Maghreb depuis les indépendances. In fine, les travaux des uns et des autres ont mis en valeur les trois temporalités historiques qui ont marqué l’organisation de la profession d’ingénieur : la temporalité coloniale (1830-1962), la temporalité étatiste développementaliste (1960-1980) et la temporalité du libéralisme économique et de la mondialisation (depuis 1990).

Les approches scientifiques développées dans le programme « ingénieur » ont marqué mes recherches ultérieures, notamment celles sur la profession d’avocat en Tunisie. Mon passage de la profession d’ingénieur comme objet d’étude à celle des avocats s’est effectué par le biais d’une réflexion sur l’Ordre des ingénieurs tunisiens et sur ses relations avec les pouvoirs publics. Ce travail m’a amené à revisiter les notions de corporatisme et de syndicalisme professionnel et m’a permis de prendre conscience que la seule organisation professionnelle relativement autonome et revendiquant avec succès une certaine indépendance était, sous la présidence Ben Ali, l’Ordre des avocats. Aussi, dans le contexte autoritaire du pays, il m’est vite apparu que l’Ordre des avocats constituait une organisation à part dans la société tunisienne et, par conséquent, que la profession dont il se voulait le représentant était digne d’intérêt.

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

Éric GOBE

est chargé de recherche (HDR) au CNRS en délégation au Centre Jacques Berque, Rabat. Il a été chercheur à l’IRMC de 1998 à 2002.

Pour citer ce billet : Eric Gobe, « Des ingénieurs aux avocats ou de la dimension politique du fait professionnel », Le Carnet de l’IRMC, 10 septembre 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1118

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

L’IRMC ou “ma” révolution tranquille

Vincent
Photographie de Vincent Geisser

Nommé au début de l’année 1996, chercheur à l’IRMC, je débarquais en Tunisie, en ignorant presque tout de la société locale et de ses habitants. Pour ainsi dire, la vision que j’avais du pays était celle de la plupart de mes compatriotes français, imprégnés de clichés exotiques, voire orientalistes : la Tunisie, pays du « juste milieu », à la croisée des civilisations occidentale et orientale, terre de tolérance religieuse, de libération de la femme (merci Bourguiba !), du couscous au poisson (merci les Sfaxiens !) et symbole de l’humanisme méditerranéen (merci Ibn Khaldoun !), dont la douceur de vivre était censée contraster avec la « rugueur » de ses voisins immédiats : l’Algérie et la Libye. En somme, ma représentation de « Tunisie la verte » se limitait à des clichés exotiques, nuancés il est vrai, par quelques bonnes lectures scientifiques sur le pays : LA TUNISIE N’EST PAS UN PAYS ARABE COMME LES AUTRES ! De ce point vue, mon expérience scientifique à l’IRMC a constitué une machine efficace et redoutable à déconstruire les préjugés : confronté aux « réalités du terrain » (comme disent les chercheurs), je découvrais progressivement mais aussi brutalement que la « Tunisie du Jasmin » était celle d’une « douce dictature », certes envahissante et pénible, mais représentant un laboratoire de recherche inespéré pour l’apprenti chercheur que j’étais à l’époque. Sur ce plan, j’aurais au moins tiré un enseignement majeur de mes quatre années passées à l’IRMC : les difficultés de recherche sont parfois plus éclairantes et formatrices que la recherche elle-même. Les fameuses autorisations ministérielles qui n’arrivent jamais (ou très tardivement), l’autocensure, la peur, les réflexes de protection, la discrétion, mais aussi l’humour au second degré, les blagues sur le dictateur (ZABA) et sa femme « Leila », les rencontres clandestines avec mes enquêtés au fond des cafés à chicha, les filatures policières, les jeunes femmes aguichantes employées par « La Dakhilia » (NDLR : ministère de l’Intérieur) ont été surement plus riches pour ma formation de politologue que tous les manuels des sciences sociales de la planète. En ce sens, je puis dire aujourd’hui « merci Ben Ali ! », tu m’as permis de grandir scientifiquement et de comprendre que les peuples ne sont jamais aussi stupides que leurs dirigeants aussi puissants soient-ils.

Plus sérieusement, l’IRMC a représenté, depuis sa création par Michel Camau, ce lieu refuge, cet espace extraordinaire d’échanges et de débats scientifiques, où l’on pouvait se libérer de cette angoisse lancinante à la barbe de nos anges gardiens (ces fameux étudiants moustachus éternellement inscrits en doctorat). C’est aussi à l’IRMC que j’ai fait mes plus belles rencontres intellectuelles avec des collègues universitaires tunisiens, algériens, marocains mais aussi avec ces nombreux scientifiques français de haut-vol. À une époque où pour des raisons de rigueur budgétaire et des considérations géopolitiques, d’aucuns seraient tentés de réduire la voilure de nos centres français à l’étranger (en particulier ceux travaillant sur le monde arabe), je dirais simplement que grâce à l’IRMC, j’ai eu la chance de vivre au moins une RÉVOLUTION dans ma vie, voire d’y participer, sinon de l’anticiper, expérience irremplaçable dans la modeste existence d’un chercheur mortel.

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

Vincent GEISSER

est chargé de recherche au CNRS, en détachement à l’IFPO, Beyrouth. Il a été chercheur à l’IRMC de 1996 à 2000.

Pour citer ce billet : Vincent Geisser, « L’IRMC ou “ma” révolution tranquille », Le Carnet de l’IRMC, 10 septembre 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1113

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

L’IRMC : un lieu d’échange, de savoir et de partage

Hend B Othman
Photographie de Hend Ben Othman

Ma « rencontre » avec l’IRMC date d’un certain mois de juin 2001, je m’apprêtais à entamer mon mémoire de DEA en urbanisme et aménagement. Depuis, la bibliothèque de l’IRMC est devenue pour moi mon lieu de prédilection, un endroit où je pouvais réfléchir, lire, écrire, me laisser aller à mes pérégrinations intellectuelles. J’ai commencé à fréquenter la bibliothèque, à m’attacher au lieu, à apprécier la qualité de ses ouvrages et des échanges que je pouvais y avoir avec les chercheurs et tout le “staff”. Outre la bibliothèque, un des atouts de l’IRMC demeure à mon avis l’organisation de programmes de recherche qui réunissent des chercheurs confirmés et de jeunes chercheurs, autour de thématiques transversales. L’opportunité est ainsi donnée aux « chercheurs juniors » de discuter leurs hypothèses de travail, de présenter leurs terrains et de bénéficier des avis éclairés de chercheurs « seniors », de faire partie d’un réseau et de publier le fruit de ces échanges intellectuels.

Ma première collaboration avec l’IRMC date en effet de 2005-2006, j’ai été invitée à participer à des rencontres doctorales, dans une équipe de recherche, sur le thème de « Gouvernance et territorialité : L’echelle urbaine » [1]. Ce fut le début d’un échange intellectuel épanouissant et très stimulant. Vint ensuite le programme de Lamia Zaki entre 2007 et 2009, sur l’action urbaine au Maghreb[2], auquel cette dernière m’a invitée à participer, avec un travail sur les promoteurs immobiliers privés, leur structuration et leurs enjeux. Les échanges stimulants avec des chercheurs d’horizons divers, avec des

expériences croisées éclairant d’autres contextes, sont rarement possibles sans des programmes de recherche de cette qualité. Vint enfin le programme de Valerie Clerc sur les concurrences foncières[3], à l’occasion duquel M. Denieuil m’a associée en tant que jeune chercheure à l’équipe de l’IRMC, en janvier 2011. Cette date coïncide avec un nouveau contexte politique qui a ouvert de nouvelles perspectives de recherche en sciences humaines et sociales, de manière générale, et en urbanisme et aménagement en particulier. L’opportunité est ainsi offerte pour investir d’autres champs de recherche avec des travaux de terrain sur la décentralisation et l’équité socio-spatiale, le développement local et la gouvernance, thématiques peu explorées à l’époque, à cause du contexte politique, tant le travail de terrain était ardu et les langues peu déliées, mais que l’IRMC avait déjà investi, à travers des recherches ou des conférences, et qui offraient aux chercheurs un espace de « liberté » et de débat avant l’heure… Pour moi, l’IRMC restera un lieu d’échange, de savoir et de partage…

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

Hend BEN OTHMAN BACHA

est doctorante en urbanisme à l’ENAU, enseignante chercheure à l’Université de Carthage et chercheure associée à l’IRMC.

Pour citer ce billet : Hend Ben Othman, « L’IRMC : un lieu d’échange, de savoir et de partage », Le Carnet de l’IRMC, 9 septembre 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1108


[1] Coordonné par A. Rebhi, chercheur boursier de l’IRMC.

[2] Lamia Zaki, 2011 « (En)jeux professionnels et politiques de la fabrication des villes : l’action urbaine au Maghreb » qui a donné lieu à la publication de l’ouvrage collectif Lamia Zaki (dir.), L’action urbaine au Maghreb : enjeux professionnels et politiques, Paris, IRMC-Karthala.

[3] Valérie Clerc, Médiation publique dans les métropoles du Maghreb et du Moyen-Orient : concurrences foncières et accès au logement (Amman, Beyrouth, Casablanca, Damas, Istanbul, Le Caire, Teheran) (Publication en cours).

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

L’institution, son équipage et son jardin

Basouma0164
Photographie de Myriam Achour-Kallel

Mon premier contact avec l’IRMC a eu lieu à la fin des années 1990 lorsque, encore étudiante, je décidai de réorienter mon parcours vers l’anthropologie. Quand, par la suite, j’effectuais un travail de terrain pour ma thèse de doctorat, j’ai obtenu une bourse de terrain qui m’a valu ma première véritable présentation orale devant un auditoire ! (interne, constitué par l’équipe de chercheur-e-s de l’IRMC). C’était alors mon premier contact, agréable et accueillant, avec Hayet et Christiane. Mes contacts ultérieurs avec l’IRMC se sont faits via des collègues et des amis irmcéens mais aussi via les conférences qui y étaient prononcées.

Une fois ma thèse de doctorat soutenue, je commençai un cycle de pérégrinations prospectives : rendez-vous avec des acteurs de différentes institutions potentiellement intéressées par le domaine de la recherche en sciences humaines et sociales en Tunisie. J’assurai alors des cours à la Faculté des sciences humaines et sociales de Tunis mais, avec un parcours métissé, je n’avais pas encore obtenu de poste. Parmi ces institutions de recherche figurait l’IRMC. J’ai frappé à la porte, un jour d’été, discuté (agréablement étonnée que Christiane et Hayet m’aient reconnue, quelques années étant passées depuis notre première rencontre) puis revenue comme convenu avec un projet de recherche. C’est ainsi que les choses ont démarré. D’autres projets se sont enchainés depuis. Et c’est au fil de mes travaux personnels comme de ceux des autres que j’ai « expérimenté » l’IRMC.

J’ai été ravie, après quelques années de solitude doctorale, par les opportunités d’échange, de partage et de rencontres. Au sujet de nos orientations théoriques, de nos recherches, de nos insatisfactions ou de l’actualité politique de ces deux dernières années, les conversations formelles comme informelles avec les collègues font avancer. J’ai aussi vu comment l’ensemble de l’équipe s’impliquait pour faire aboutir les différentes manifestations et travaux de recherche : ouvrages, conférences, colloques, affiches… aboutissent en passant par celles et ceux qui préparent à la publication, se chargent des budgets, diffusent les informations, coordonnent l’organisation, s’attèlent à la logistique, s’occupent de la documentation ou tentent de déchiffrer la mystique de l’informatique. L’institution marche avec l’ensemble de son équipage : « chercheurs » comme « administratifs » participent, ensemble, au mouvement de l’Institut. Mais, dans ce tempo, le jardin y est aussi pour quelque chose…

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

Myriam ACHOUR-KALLEL

est enseignante en psycho-anthropologie à la Faculté des sciences humaines et sociales de Tunis et chercheure associée à l’IRMC.

Pour citer ce billet : Myriam Achour-Kallel, « L’institution, son équipage et son jardin », Le Carnet de l’IRMC, 9 septembre 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1101

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook