Histoire et fonctionnement de la bibliothèque de l’IRMC

Sawssen_Fray
Photographie de Sawssen Fray-Belkadhi

L’Institut de Recherche sur le Maghreb Contemporain (IRMC) est une institution de recherche complexe à l’articulation de la recherche française et européenne d’un côté et de la recherche maghrébine de l’autre. Pour la conduite de ses programmes de recherche, l’Institut dispose d’une bibliothèque de recherche en sciences humaines et sociales. Il met à la disposition des chercheurs et des inscrits en LMD, une bibliothèque riche de 30 000 ouvrages et brochures et de 3 300 titres de périodiques, 94 en abonnement, plusieurs titres « morts » conservés en collection et de nombreux spécimens. En moyenne, la bibliothèque accueille tous les jours 22 lecteurs. Le nombre de visites en 2011 est de 4 157 lecteurs et elle compte 870 inscrits.

La politique de la bibliothèque suit deux axes :

– Conservation d’un fonds historique exceptionnel sur la Tunisie et le Maghreb ;

– Acquisition de documents généralistes en sciences humaines et sociales et de documents traitant du Maghreb et du Monde musulman.

Conservation d’un fonds historique exceptionnel sur la Tunisie et le Maghreb

On ne peut parler des fonds de la bibliothèque de l’IRMC sans parler du Centre de Documentation Tunisie-Maghreb (CDTM, 1979-1991). En effet, la vocation première du CDTM était de conserver et réunir les fonds historiques français de Tunis notamment les fonds de la bibliothèque interne de la Résidence générale de France a Tunis, du Contrôle Civil (1881-1956) et de la bibliothèque du Consulat de France. Apres l’indépendance, la bibliothèque interne de la Résidence a été conservée dans les locaux de la chancellerie française et transférée en 1976 par le Service Culturel de cette ambassade aux fins d’inventaire, de restauration et de mise en valeur. La création et l’ouverture au public du CDTM en novembre 1979, a permis aux universitaires et aux chercheurs de consulter ces ouvrages ainsi que d’autres fonds historiques, tels ceux de Pierre Grandchamp, archiviste de la Résidence générale de France (2 800 documents) et de Charles Saumagne, historien, archéologue et avocat dans un fonds total de 10 000 volumes et 600 titres de périodiques. Ce dernier regroupe des publications officielles tunisiennes sous le protectorat français (documents non commercialisés et qui n’ont pas fait l’objet de dépôt légal en France) en plus d’ouvrages rares publiés entre 1930 et 1956 et d’un fonds de périodiques et de publications en série touchant tous les secteurs de la vie économique et culturelle de la Tunisie. En 1986, la vocation première de bibliothèque spécialisée sur le Maghreb a été élargie pour répondre aux objectifs de la recherche française de connaissance des sociétés maghrébines contemporaines : ses priorités portent principalement sur la diffusion d’une information documentaire spécialisée, l’aide aux publications, l’accueil d’allocataires de recherche, la gestion de certains programmes franco tunisiens de coopération en sciences humaines et sociales, l’organisation de conférences et de tables rondes ainsi que sur le lancement de publications spécifiques.

P1050825Politique d’acquisition de la bibliothèque

Outre la politique de conservation de documents, les fonds de la bibliothèque s’enrichissent chaque année d’en moyenne 600 ouvrages et de 140 titres de périodiques (60 % de ces acquisitions sont des achats et le reste est constitué de dons ou d’échanges interinstitutionnels). Une analyse fine de la politique d’acquisition de la bibliothèque, montrerait la complexité de cette dernière du fait des changements successifs de directeurs. Chaque direction a ses propres axes prioritaires de recherche, et la bibliothèque spécialisée se doit de compléter le fonds en fonction des programmes en cours. Trois difficultés découlent de cette problématique :

La première concerne la contemporanéité : pouvons-nous étudier la période contemporaine sans se référer a des périodes plus anciennes ? Jusqu’où peut-on remonter dans l’histoire ? Ce qui est considéré comme contemporain en Tunisie commence en 1881, année de l’implantation du protectorat français. Nous retrouvons un fonds important sur les fouilles archéologiques de cette époque complété par quelques ouvrages de références sur la période antique…

La deuxième concerne l’aire culturelle traitée : pouvons-nous étudier le Maghreb en tant qu’entité isolée de la Méditerranée, ou encore du monde arabe ? Ainsi nous retrouvons des fonds assez variés. Certains documents traitent de la course en Méditerranée, d’autres des questions actuelles de l’islam, d’autres encore du partenariat euro-méditerranéen ou du conflit israélo-palestinien…

La dernière est liée au suivi et a la cohérence du fonds de la bibliothèque : il faut savoir que les programmes de recherche de l’institut changent de thématiques tous les trois ans. Pouvons-nous passer outre les ouvrages généraux ou théoriques en sciences humaines et sociales ? Pouvons-nous ne pas actualiser ces fonds et ne pas faire le suivi éditorial ? À titre d’exemple nous continuons à actualiser les fonds des divers programmes de recherche achevés depuis longtemps à savoir : les migrations, les études urbaines, les questions actuelles de l’islam, le monde islamo-méditerranéen aux XIXe et XXe siècles.

Pour conclure

MariaChristiane
Christiane Randon Ben Ali, documentaliste au CDTM puis à l’IRMC de 1992 à 2003.

L’histoire même de l’institution ainsi que la politique d’acquisition et d’échanges inter institutionnels ont participe depuis la création du CDTM, c’est-a-dire durant 33 ans à la conservation et a l’enrichissement des ressources documentaires du Maghreb et sur le Maghreb. Pionnier de l’informatisation documentaire (depuis 1986) et de la mise en ligne du catalogue de la bibliothèque (depuis 2002), l’IRMC grâce notamment a ses bibliothécaires et ses documentalistes successifs, Anne-Marie Planel, Catherine Cassan, Patrick Pollet, Christiane Ben Ali, Sawssen Fray et Khaled Eljomni, a le mérite de faciliter l’accès à l’information et de présenter des publications maghrébines pour des chercheurs installés à l’étranger et travaillant sur le Maghreb et dans l’autre sens, les facilités d’importation des publications européennes (françaises, anglaises, espagnoles et italiennes) pour des chercheurs maghrébins.

 Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

Sawssen FRAY-BELKADHI

est responsable de la bibliothèque et du service documentation de l’IRMC

Pour citer ce billet : Sawssen Fray-Belkadhi, « Histoire et fonctionnement de la bibliothèque de l’IRMC », Le Carnet de l’IRMC, 01 juillet 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/991

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook