L’IRMC a vingt ans 1992-2012

mounira-chapoutopt-remadi
Photographie de Mounira Chapoutot-Remadi, D.R.

L’IRMC a vingt ans « que le temps passe vite ! » dirait la chanson, et l’important c’est qu’en cet espace de temps, l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain est devenu un lieu dans lequel les chercheurs en sciences sociales, quelles que soient leurs spécialités, se rencontrent et débattent volontiers. C’est parce qu’il a su s’affirmer comme un lieu de réflexion pour l’ensemble du Maghreb, un lieu ou le Maghreb des intellectuels s’est fait au fil des rencontres et des séminaires et continuera a se faire bien avant le Maghreb des politiques.

Cet Institut a une histoire. Au commencement étaient trois collègues qui ont eu une longue histoire avec la Tunisie. Anne-Marie Planel, historienne dynamique, entreprenante et passionnée, arrivée en Tunisie en 1977 ne savait pas alors qu’elle entamait une belle carrière dans ce pays. Elle a été chargée tout d’abord par la Direction des archives du ministère des Affaires étrangères, de faire l’inventaire du fonds de la Résidence générale de l’Ambassade de France a Tunis, fonds constitue principalement de livres et de revues. Deux ans plus tard naissait le CDTM, Centre de documentation Tunisie-Maghreb.

Son but était de maintenir un patrimoine intellectuel et historique et de le mettre à la disposition des chercheurs tunisiens et étrangers. Il faut rappeler à ce sujet le rôle déterminant du regretté Paul Bedarida et ensuite de Denis Louche, successivement conseillers culturels adjoints a l’Institut Français de Coopération qui ont épaulé Anne-Marie Planel et l’ont soutenue constamment dans la mise en place et le rayonnement de ce centre. Cet institut qui constitue l’embryon de ce que sera l’IRMC, situe au 1er étage de la bibliothèque Charles De Gaulle est devenu très vite un rendez-vous très prisé. On y trouvait en plus du fonds ancien, les livres récents. Le but étant d’aider tout ce qui concernait la recherche en sciences sociales. URBAMA a tout de suite contribue avec le don de ses publications grâce à Pierre Signales, ancien enseignant de géographie a la Faculté des sciences humaines et sociales de Tunis.

À coté de l’acquisition d’une documentation de plus en plus riche, le CDTM a organisé des conférences et des débats et les premières thèses de l’époque y ont été présentées comme celle de Jellal Abdelkefi sur la Médina de Tunis et d’autres. De jeunes chercheurs ont bénéficié de bourses de stage comme Khadija Mohsen-Finan, Frédéric Lagrange, Patrice Coussonet, Luc Barbulesco, Nadia Khouri-Dagher, Pierre-Noël Denieuil… Le PNR, programme National de Recherche créé a partir du rapatriement des archives françaises sur la Tunisie, travaillera également avec le CDTM.

Logo CDTMC’est l’embryon de ce qui deviendra l’Institut Supérieur d’Histoire du Mouvement National, ISHMN. Les qualités et le sérieux d’Anne-Marie Planel, de même que les relations qu’elle a su nouer avec l’ensemble des chercheurs et des enseignants tunisiens ont largement contribué au succès du CDTM. Anne-Marie connaissait tout le monde et bénéficiait d’un capital de sympathie qui a rejailli sur le CDTM.

Au commencement de l’IRMC était aussi Michel Camau, revenu en Tunisie après y avoir accompli son service miliaire, à peu près a la même époque qu’Anne-Marie. Michel, chercheur au CRESM d’Aix-en-Provence était alors invité par le CERP, centre de recherche de la Faculté de droit et sciences économiques. Malgré le cloisonnement des facultés existantes, Michel Camau a très vite tissé des liens avec l’ensemble des chercheurs du CERES comme des historiens de la Faculté des sciences humaines et sociales de Tunis, dans lesquelles, la Société tunisienne des historiens universitaires (STHU) organisait des rendez-vous hebdomadaires de débats et périodiquement de séminaires, des colloques et surtout des congrès d’histoire et de civilisation du Maghreb.

Michel Camau avait déjà publie sur la Tunisie et sur le Maghreb [1]. Il était connu par ses livres et il s’est fait connaître par ses activités a Tunis et par les travaux collectifs qu’il a aussitôt engagés. Il sera amené a faire des séjours plus ou moins longs a Tunis en alternance avec le CRESM [2], devenu plus tard l’IREMAM [3].

En 1992 quand il a été rappelé pour la troisième fois en Tunisie, Michel Camau était tout désigne pour devenir le premier directeur de l’IRMC. Le Centre de documentation Tunisie-Maghreb était ainsi devenu un institut a part entière et a vocation maghrébine. Dès lors, Anne-Marie-Planel et Michel Camau ont travaillé à l’épanouissement de ce centre résolument maghrébin.

Dès le départ, il a affirmé sa vocation maghrébine et il a pris en charge la recherche sur l’ensemble des pays de l’UMA. Pendant un certain temps, eu égard a la grave crise algérienne des années 1990, l’IRMC a installé une antenne a Rabat, mais très vite, nos amis et collègues marocains ont voulu avoir leur propre institut et c’est comme cela qu’est né le Centre Jacques Berque. Cet Institut a bénéficié de l’aide active et efficace du regrette Mohamed Charfi, ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, qui a beaucoup aidé a sa mise en place et qui a désigné comme membres du comite de suivi deux grands chercheurs tunisiens, Yadh Ben Achour et Abdelmajid Charfi ainsi que les directeurs successifs de la direction générale de la Recherche scientifique, Brahim Baccari, Moncef El Gaied et Mohamed Nejib Lazhari.

L’IRMC a tout de suite organisé la recherche avec des chercheurs français, allocataires de recherches, des chercheurs associés tunisiens et des doctorants. Très vite, il a su élargir sa vocation en organisant non seulement des séminaires, des débats, des programmes de recherches mais il s’est intéressé également aux jeunes chercheurs en organisant des écoles doctorales associant des doctorants tunisiens et des doctorants venant des universités françaises, écoles animées par des enseignants tunisiens et français.

Au commencement enfin, un grand historien, le regrette André Raymond [4] a joué un rôle décisif dans la création de l’IRMC. Bien qu’ayant vécu longtemps en Égypte et en Syrie, il était resté un Tunisien de cœur. André Raymond a entamé sa carrière d’enseignant agrégé d’histoire en Tunisie de 1947 a 1951 au collège Sadiki. Il est parti ensuite a Oxford ou il a soutenu un PhD sur la Tunisie, British Policy toward Tunis (1830-1881) en 1953. Apres une longue carrière au Moyen Orient a l’IFEAD et a l’IFAO, André Raymond qui est notamment connu par sa grande thèse réalisée a partir des registres de la Mahkama du Caire, est rentré en France et à Aix-en-Provence en 1975.

jpg_Raymond-iden-web
Photographie d’André Raymond, D.R.

Ce que nous devons retenir d’une carrière riche et qui a donné a André Raymond une stature internationale, c’est qu’il a été un rassembleur de la recherche scientifique. Il a fondé l’IREMAM en 1986, rassemblant ainsi les laboratoires du CNRS. Il a fondé en 1987, l’AFEMAM[5] et il a activement œuvré pour la fondation de l’IRMC. Je voudrais rappeler à cet égard dans son œuvre prolifique deux publications sur la Tunisie, l’édition d’un extrait d’une grande chronique tunisienne, Ibn Abi Dhiaf, Présent aux hommes de notre temps. Chronique des rois de Tunis (Chap. IV et V), Edition critique, traduction et annotation, 2 vol. Tunis, et une belle étude sur Tunis sous les Mouradites : la ville et ses habitants au XVIIe  siècle, Tunis, IRMC-Cérès éd., 2006. Il avait demande à Karim Ben Smaïl de rencontrer a l’occasion de la parution de cet ouvrage, les membres de l’Association des anciens élèves du Collège Sadiki. Ce fut émouvant.

Anne-Marie Planel, Michel Camau et André Raymond ont été les trois fondateurs de l’IRMC auxquels, personnellement je rends un hommage amical pour l’œuvre et l’action accomplies. Par leur connaissance étendue et renouvelée de l’intelligentsia tunisienne, par leurs travaux personnels et par leur engagement, ils ont contribué non seulement à établir un pont entre recherche tunisienne et recherche maghrébine et internationale, à enrichir la réflexion et le débat sur les grandes questions en sciences sociales et à créer un lieu de rencontres de haut niveau.

Les successeurs de Michel Camau a la tête de l’IRMC ont continué cette orientation et su maintenir les liens qui avaient été tissés. Jean-Philippe Bras, Pierre Robert Baduel et Pierre-Noël Denieuil ont tous œuvré pour un Maghreb de la recherche et leur aide, leur participation a sa dynamisation n’ont jamais faibli ; l’harmonie n’a pas été rompue bien au contraire, tous ont donne le meilleur d’eux-mêmes pour la promotion continue d’une recherche importante. D’ailleurs la chance de l’IRMC c’est d’avoir eu tout le temps a sa tête des personnes qui connaissent bien le pays pour lui avoir consacré l’essentiel de leurs recherches et cette continuité est aussi un des principaux facteurs de succès de l’Institut. Grâce a leur engagement, la libre circulation des idées, la mobilité des chercheurs, les publications, la mise en réseau de l’ensemble de la réflexion en sciences sociales a incontestablement désenclavé la recherche et évité tout risque d’exotisme. Grâce a eux, plusieurs instituts ont travaillé ensemble, aussi bien ceux des grands centres universitaires français que ceux qui sont basés a l’étranger et dans l’ensemble des pays méditerranéens.

La moisson au bout de ces vingt ans est belle. Une bibliothèque riche de près de 30 000 ouvrages et 2 300 titres de revues. Un personnel tout aussi engagé avec Christiane Saddem, présente auprès d’Anne-Marie depuis la création du CDTM et Hayet Naccache. Plusieurs chercheurs tunisiens et français ont contribué au rayonnement de l’Institut comme Abdelhamid Henia, Mohamed Elloumi, Mohamed Kerrou, Hassen Boubakri, Dorra Mahfoudh, Sihem Najar, Kmar Bendana et bien d’autres encore ainsi que des chercheurs français comme François Siino, Eric Gobe, Vincent Geisser, Nicolas Puig, Katia Boissevain, Stéphanie Pouessel… La liste et longue et les publications sont la pour témoigner du chemin parcouru.

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

 

Mounira CHAPOUTOT-REMADI

est professeure émérite d’histoire du Moyen âge du monde arabe et musulman, Université de Tunis.

 

Pour citer ce billet : Mounira Chapoutot-Remadi, « L’IRMC a vingt ans 1992-2012 », Le Carnet de l’IRMC, 31 mai 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/887

 


[1] La Tunisie avec Charles Debbash, 1973 et La notion de démocratie dans la pensée des dirigeants maghrébins, (préface de Ch. Debbasch), Paris, CNRS, 1971.

[2] Centre de Recherches et d’Études sur les Sociétés Méditerranéennes.

[3] L’Institut de Recherche sur le Monde Arabe et Musulman.

[4] André Raymond est mort le 6 février 2011, au tout début de la révolution tunisienne qu’il a accueillie avec bonheur.

[5] L’Association Française des Études sur le Monde Arabe et Musulman

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

La villa zehrfussienne de Bourguiba (1954-1956)

La villa zehrfussienne de Bourguiba (1954-1956)[1]

Aléas de la recherche : en quête d’une « maison qui n’existe pas »

Il y a quelques années, en travaillant sur l’œuvre architecturale réalisée en Tunisie par Bernard Zehrfuss et ses collaborateurs dans le cadre de la Reconstruction du pays (1943-1947), j’ai consulté, par hasard, dans les archives de l’Institut français d’architecture à Paris, un dessin de façade pour une « villa Bourguiba », daté du 27 janvier 1954. Cet avant-projet m’intrigua. Où avait été projetée cette maison ? Était-elle destinée à Habib Bourguiba, dissident et par ailleurs ami de Zehrfuss[2] ? À cette époque, ma seule certitude était qu’elle était restée à l’état de projet, comme le mentionnait l’inventaire des œuvres de Zehrfuss réalisé par l’IFA. Les spécialistes de l’architecture tunisienne contemporaine que j’interrogeais ne savaient rien, eux non plus, sur ce projet -on me répéta alors que « cette maison n’existe pas ».

Fig. 1 Maison Bourguiba 1954
Propriété d’Habib Bourguiba, façade principale, avant-projet, architecte : Bernard Zehrfuss, 27 janvier 1954.
Source : IFA, Fonds Bernard Zehrfuss, Boite d’archives n°64.
© Académie d’architecture/ Cité de l’architecture et du patrimoine/ Archives d’architecture du XXe siècle, Paris.

C’est un article paru dans la revue l’Architecture d’aujourd’hui en 1955 qui me poussa à entreprendre des investigations. Un plan et un dessin de façade illustraient un court texte présentant une « maison Bourguiba » de Bernard Zehrfuss. Cette fois le prénom du propriétaire était mentionnée. Il s’agissait d’Habib. Et l’usage de l’indicatif présent ne laisser planer aucun doute : en 1955, le projet était encore en cours. Mon attrait pour ce projet grandissait mais les questions qui se bousculaient restaient sans réponse. Pourquoi cette maison n’a-t-elle pas été construire ? Est-ce l’accession au pouvoir de Bourguiba, quelques mois plus tard, qui avait mis un frein au projet ? Il fallait retourner aux archives. À l’IFA, toujours, je découvris des plans datés de mars et avril 1955, ceux-là même qui avaient été publiés par la revue L’architecture d’aujourd’hui, et d’autres de 1956. Cette fois, une mention primordiale était précisée sur l’un des plans : rue de la Manoubia. Coincée à Paris, il fallu passer de nombreuses heures sur google earth à visionner des images satellitaires, pour trouver enfin la parcelle correspondante à celle représentée sur les plans. Sur le terrain retrouvé, malgré le caractère flou de l’image googlelienne, apparaissaient bien deux bâtiments dont l’implantation correspondait parfaitement à celle des villas projetées pour Bourguiba par Zehrfuss.

Figure 2
Propriété Bourguiba, projet, plan du rez-de-chaussée, architecte : Bernard Zehrfuss, dressé le 4 mars 1955, modifié le 16 mars et complété le 28 mars 1955.
Source : IFA, Fonds Bernard Zehrfuss, Boite à rouleaux n°8.
© Académie d’architecture/ Cité de l’architecture et du patrimoine/ Archives d’architecture du XXe siècle, Paris.
Fig. 3
Image google earth sur laquelle est repérable la propriété d’Habib Bourguiba, au nord du réservoir d’eau situé au centre de la photographie.

De retour à Tunis, je partis visiter cette maison. Les voisins m’affirmèrent qu’il s’agissait bien de la demeure de l’ancien président et que celui-ci y habita juste quelques semaines, avant son investiture.

Au moment où sa carrière prend une nouvelle dimension –il commence à travailler sur les projets du CNIT et du siège de l’UNESCO-, Zehrfuss, ancien architecte de la Reconstruction, a donc construit dans un Protectorat français en Tunisie agonisant, une maison pour Habib Bourguiba, qui est alors un résistant, tantôt emprisonné, tantôt assigné à résidence, notamment sur l’île de Groix.

D’une architecture tunisienne à une autre

Le projet, Zehrfuss le peaufine pendant de nombreux mois. L’architecte est chargé de concevoir deux habitations, une villa et un pavillon, sur un terrain pentu situé dans le quartier de Montfleury supérieur à l’ouest de Tunis sur laquelle une splendide vue sur l’ensemble de l’agglomération est offerte. La villa, construite en bordure de la voie publique, est une grande demeure de 700 m2 qui accueille des espaces de réception et les appartements privés d’Habib Bourguiba. Au rez-de-chaussée, de la demeure se trouve une cour d’honneur avec galerie qui donne accès au hall d’entrée et à des garages et la pièce réservée au gardien qui ferment la cour. Au niveau supérieur, le rez-de-jardin, se situent les pièces de réception installées en enfilade : un grand et un petit salons, et la salle à manger. Un grand patio couvert à arcade les sépare la partie privée de la maison qui comprend : les chambres d’amis et l’appartement d’Habib Bourguiba qui regroupe une chambre, un bureau-bibliothèque et qui ouvre sur jardin privé agrémenté d’un bassin d’eau. À ce niveau, se trouve également un oratoire, éclairé zénithalement par un oculus. La maison est dotée d’un Mihrab (projeté dès le premier projet), et cette salle de prière est la seule pièce de la maison aux formes arrondies. Quant au pavillon qui occupe le fond du terrain et qui est d’une surface bien moins importante, près de 175 m2, il s’élève sur deux niveaux. Il est destiné à la femme du futur Président : Mathilde Bourguiba[3] qui y a ses appartements.

Le projet, conçu entre 1954 et 1956, a évolué au fil des mois, en particulier le dessin des façades de la villa principale, qui est totalement contraint par l’orientation du terrain. Pour éviter de subir les vents chauds venant de l’ouest, l’architecte décide de fermer la façade qui donne sur ce point cardinal – il n’y a presque aucune baie et le jardin. Il traite la façade sur rue de manière très massive. Dans la première version proposée par Zehrfuss, un balcon qui court sur l’ensemble du premier niveau souligne la verticalité de la villa, qui est cependant atténuée parles cinq arcs plein cintre qui le ferme et les grands moucharabiehs qui s’y insèrent, mais aussi les voutes qui couvrent la demeure, et même les cinq arcs de la galerie du rez-de-chaussée. Dans la seconde mouture du projet, datée du 21 avril 1955, les moucharabiehs, qui ont vocation à être peints en bleu, sont conservés. Mais de nombreuses modifications sont proposées dans le but de renforcer la massivité de la façade par rapport à la première esquisse. L’architecte rehausse la façade sur rue, au niveau des pièces de réception, et avec elle le balcon. Le bandeau en saillie qu’il formait dans le premier projet est tellement agrandi que la façade semble dotée d’une seconde peau. La suppression des arcs qui fermaient initialement ce balcon, mais aussi celle les voûtes qui couronnait l’édifice renforce encore plus le caractère anguleux de la demeure.

fig 4
Propriété Bourguiba, projet, façades est et sud, Bernard Zehrfuss, dressé le 14 mars 1955.
Source : IFA, Fonds Bernard Zehrfuss, Boite à rouleaux n°8.
© Académie d’architecture/ Cité de l’architecture et du patrimoine/ Archives d’architecture du XXe siècle, Paris.
fig5
Propriété Bourguiba, projet, Coupes villa et pavillon, Bernard Zehrfuss, 10 mars 1955.
Source : IFA, Fonds Bernard Zehrfuss, Boite à rouleaux n°8.
© Académie d’architecture/ Cité de l’architecture et du patrimoine/ Archives d’architecture du XXe siècle, Paris.

Zehrfuss modifie à nouveau le projet et dans la version finale, les lambeaux du style de la Reconstruction disparaissent de la façade. Au rez-de-chaussée, la galerie ne conserve que trois arcs, et surtout les moucharabiehs sont supprimés. À l’étage supérieur, sont disposés deux niveaux de fenêtres, deux bandeaux horizontaux, formé chacun de dix baies groupées deux à deux. Deux autres lignes horizontales en saillie, faite de béton cette fois, les souligne : un balcon qui prend place sous la première série de fenêtres et un brise soleil au dessus. Aucune fantaisie n’est concédée, ni même aucune référence à l’architecture vernaculaire.

Fig. 6 façade principale maison Habib Bourguiba
Propriété Bourguiba, façade principale, 2012.
© Charlotte Jelidi

La seconde façade partiellement visible depuis la rue, latérale, est traitée de manière différente et présente un aspect moins massif, notamment parce que Zehrfuss multiplie, que ce soit dans les avant-projets et dans la version définitive, les décrochements et que la forme et la taille des ouvertures sont variées : petites baies ornées de grilles, galbées ou non, fenêtres à claustras, etc. [Zehrfuss, 1955]. Lorsqu’il modifie son plan initial, décide de rehausser la partie réservée aux salles de réception, et déplace le hall d’entrée à l’angle sud-est de la maison, il ajoute des ouvertures à cette façade, notamment des claustras pour éclairer le hall et le superbe escalier hélicoïdal qui s’y insère et qui surprend le visiteur tant ses courbes tranches avec le caractère anguleux de la façade. Par ailleurs, la villa destinée à Mathilde Bourguiba, au fond du terrain, plus en haut, est construite dans le même esprit.

Fig. 7 villa principale, façade est
Propriété Bourguiba, façade latérale, est, 2012.
© Charlotte Jelidi
Fig. 8 villa Mathilde B
Image 8 : Propriété Bourguiba, pavillon de Mathilde, façade principale, 2012.
© Charlotte Jelidi

L’évolution du projet et sa finalisation témoignent des tâtonnements qui ont présidé à l’expression architecturale la modernité tunisienne que le futur Président souhaite déjà afficher. Il est alors attaché à la culture tunisienne et à la religion musulmane, comme en témoigne la présence du patio et du Mihrab. Toutefois, son renoncement aux grilles galbées de tradition sidi bou saïdienne et aux moucharabiehs en façade –seuls les claustras sont présents mais relégués sur la façade latérale- témoigne de son désir d’afficher, en façade et dans les espaces de réception, une contemporanéité presque déterritorialisée. L’architecture tunisienne spécifique que le Zaïm façonnera plus tard avec l’architecte Olivier-Clément Cacoub n’est pas encore en germe.

fig9
Propriété Bourguiba, escalier d’honneur, 2012.
© Charlotte Jelidi
fig10
Propriété Bourguiba, escalier d’honneur, 2012.
© Charlotte Jelidi
fig11
Propriété Bourguiba, escalier d’honneur, 2012.
© Charlotte Jelidi
fig12
Propriété Bourguiba, escalier d’honneur, 2012.
© Charlotte Jelidi
fig13
Propriété Bourguiba, patio couvert, 2012.
© Charlotte Jelidi

Propriété de l’État tunisien, cette maison a longtemps servi de centre de formation, et est aujourd’hui désaffectée –seule la ville de Mathilde est habitée par un fonctionnaire.

fig14
Le jardin en 2012.
© Charlotte Jelidi

Mais les questions qui demeurent sans réponse restent nombreuses. La présence du Mihrab peut étonner, a priori, tout comme les dimensions de la demeure. Malheureusement, les archives de l’IFA ne conservent pas la correspondance que se sont échangée Bourguiba et Zehrfuss. Seul le dossier de permis de construire conservé aux archives municipales de Tunis pourrait nous apprendre encore beaucoup sur ce projet. Mais nous n’avons pas encore eu l’autorisation d’y accéder. A-t-il été seulement conservé ? Cette recherche n’est qu’à ses prémices. Il sera intéressant de tenter de comprendre comment le projet final a été élaboré, les débats qui ont agités les deux amis, mais aussi pourquoi cette œuvre charnière est restée dans les limbes de l’histoire de l’architecture contemporaine tunisienne. Et reste un doute, en dépit des témoignages des voisins, le fils d’Habib Bourguiba portant presque le même nom que son père, on ne peut totalement écarter une possibilité de méprise, même s’il est peu probable qu’à 27 ans Junior ait pu se payer une telle demeure. Quoi que ?

 

Charlotte Jelidi

est historienne de l’art et chercheure post-doctorante à l’IRMC. Elle y coordonne deux programmes de recherche, Les villes maghrébines en situation coloniale XIXe-XXe siècles. Urbanisme, architecture, patrimoine et Les musées et lieux d’exposition au Maghreb et leurs publics (XIXe-XXIe siècles).

 

Pour citer ce billet : Charlotte Jelidi, « La villa zehrfussienne de Bourguiba (1954-1956) », Le Carnet de l’IRMC, 2 mai 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/865


[1] Ce texte présente une recherche en cours. Il n’a pour autre ambition que de mettre la lumière sur un édifice méconnu.

[2] Dominique Zehrfuss, dans le portait au vitriol qu’elle dresse de ses parents, témoigne de ce lien de proximité qui unissait son père à celui de la Tunisie indépendante.

[3] Mathilde Bourguiba née Lorain (1890-1976), dite Moufida (après sa conversion à l’Islam) est la première épouse de Habib Bourguiba. Ensemble, ils ont un fils, Habib Bourguiba Junior, le seul enfant naturel du Zaïm, né en 1927. Le Président quitte Mathilde -ils divorcent en 1961- pour Wassila Ben Ammar, qu’il épouse en 1962.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook