Dynamiques socio-hydrologiques des territoires de l’eau en Méditerranée

Motopompe installée dans l’oued Merguellil à Aïn Bou Rkhiss.
© Jeanne Riaux, mars 2012.

Programme de recherche de l’IRD

L’eau est un objet central pour qui souhaite comprendre les sociétés, ainsi pour Geneviève Bédoucha l’eau est-elle l’amie du puissant (1987), tandis que pour Olivia Aubriot (2004) l’eau est le miroir des sociétés. En parallèle, l’eau constitue un angle privilégié de l’analyse des paysages et de leurs sous-sols en tant que ressources. Les sciences de l’environnement et celles des sociétés se rencontrent donc à travers cet objet. On constate pourtant un divorce ancien entre ces deux domaines de connaissance.

Comment comprendre les interactions qui existent entre les sociétés et leur environnement si l’on ne considère pas d’un même mouvement les dimensions sociopolitiques et environnementales de la question de l’eau ? Anthropologue à l’IRD, je suis affectée à Tunis (2012-2013, renouvelable 2 ans) dans une équipe d’hydrogéologues accueillie à l’INAT (Institut National d’Agronomie de Tunis). Je propose de construire un regard socio-hydrologique associant pleinement l’anthropologie et l’hydro(géo)logie pour aborder la thématique de l’eau. Il s’agit de comprendre comment les sociétés s’organisent pour mobiliser une eau « changeante », comment les activités humaines viennent modifier le cycle de l’eau et quelles sont les répercussions de ces évolutions (cheminement d’un oued, niveau d’une nappe) sur les organisations socio-techniques voire politiques locales. Mon hypothèse directrice est la suivante : la revalorisation et/ou la réactivation de savoirs et de savoir-faire techniques et organisationnels locaux permettrait d’envisager de nouvelles formes de régulation des accès à l’eau qui associeraient plus étroitement les différents acteurs de l’eau (groupes socio-hydrauliques, gestionnaires locaux, administrations, scientifiques).

Porteuse d’un regard renouvelé sur ces savoirs et savoir-faire, la démarche socio-hydrologique pourrait être le support d’un dialogue plus équilibré entre ces acteurs. Si mon programme de recherche a une ambition méditerranéenne, il s’exprime d’abord en Tunisie, dans la région semi-aride de Kairouan et plus précisément autour des eaux de l’oued Merguellil déjà longuement étudié par les hydrologues et hydrogéologues. Mon projet se décline en trois axes élaborés avec les hydrologues.

Le premier « Trajectoires socio-hydrologiques du bassin » repose sur une démarche sociohistorique déployée avec Habib Belaïd (historien, Univ. Manouba) et associant les hydrologues de l’IRD et de l’INAT. L’objectif est d’identifier l’évolution des formes de mobilisation de l’eau parallèlement à l’évolution des ressources elles-mêmes.

Barrage d’El Haouareb, un des exemples de modification de l’hydrographie par l’homme.
© Jeanne Riaux, mai 2011.

Le second « Dynamiques des formes collectives de gestion des eaux » s’inscrit dans la continuité de mes travaux antérieurs sur la gouvernance locale de l’eau (Riaux, 2006). Il s’agit d’analyser le fonctionnement et les dysfonctionnements d’organisations socio-hydrauliques formées par et pour l’usage de l’eau, ainsi que les rapports que les groupes socio-hydrauliques entretiennent entre eux et avec l’administration. L’axe « Savoirs hydrologiques, risques et décisions » repose sur les questions que les hydrologues adressent au terrain et que je transpose sous l’angle des différentes sources de savoir hydrologique (vernaculaire, empirique et scientifique). La mobilisation et le façonnage de ces savoirs sont mis en relation avec les modalités d’évaluation des risques et la prise de décision par les agriculteurs et par les administrations. Enfin, l’observation des interactions avec les hydrologues donne lieu à un axe de recherche réflexif sur la construction de l’interdisciplinarité « socio-hydrologique ».

Les premiers résultats des recherches révèlent la richesse des pratiques, des formes d’organisation, des savoirs et des savoir-faire existants autour des eaux de l’oued Merguellil. En parallèle, je décèle dans le discours des acteurs de l’eau un besoin de dévoilement des « réalités de terrain » (dysfonctionnements techniques, asymétries de pouvoir, inégalités d’accès à l’eau). Cette demande fait écho à la politique de négation des savoir-faire locaux qui prend sa source au cours du Protectorat et s’est prolongée jusqu’en 2011 par un discours stéréotypé sur les réussites du régime Ben Ali. L’angle des « dynamiques socio-hydrologiques » permet de répondre à cette demande de dévoilement.

Publié en septembre 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°10

 

Jeanne Riaux

est anthropologue à l’IRD, détachée à l’INAT (département d’économie). Elle travaille sur les dynamiques socio-hydrologiques des territoires de l’eau dans le Kairouannais. Elle a rejoint l’équipe de l’IRMC en tant que chercheure associée.

 

Pour citer ce billet : Jeanne Riaux, « Dynamiques socio-hydrologiques des territoires de l’eau en Méditerranée », Le Carnet de l’IRMC, 28 janvier 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/800

 

Références

Aubriot Olivia, 2004, L’eau, miroir d’une société, irrigation paysanne au Népal central, Paris, CNRS.

Bédoucha Geneviève, 1987, L’eau, l’amie du puissant, une communauté oasienne du Sudtunisien, Paris, Archives contemporaines.

Riaux Jeanne, 2006, Règles de l’État – règles de la communauté : une gouvernance locale de l’eau. Anthropologie comparée de deux systèmes d’irrigation anciens en contexte d’intervention publique : vallée des Aït Bou Guemez (Haut-Atlas – Maroc), Plaine de Vinça (Pyrénées – France). Thèse de doctorat en anthropologie sociale. Paris, EHESS.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Les nouveaux enjeux de la laïcité : conférence d’Henri Pena-Ruiz

Dans le cadre du cycle de conférences « Religion et processus de modernisation dans le pourtour méditerranéen », sous la direction de Chérif Ferjani, l’IRMC a reçu en février 2012 l’historien Jean Baubérot sur la question de la laïcité. La laïcité avait été définie par une neutralité de la puissance publique par rapport aux religions, une indépendance et liberté de tous les cultes, et une égalité de tous les citoyens devant la loi, qu’ils soient croyants ou non. Il en est ressorti une vision de la laïcité comme celle d’une liberté de croire ou de ne pas croire, en équilibre instable et en tension constante entre des enjeux sociaux, institutionnels, politiques, identitaires. Selon les sociétés concernées, il y a donc une histoire des laïcités et de leur gouvernance politique (de la laïcité autoritaire, à la laïcité « d’accommodements » ou de séparation).

Dans le prolongement de cette conférence et du débat qu’il a suscité, l’IRMC a invité le philosophe Henri Pena Ruiz, maître de conférences à l’IEP de Paris, Professeur des classes préparatoires et auteur de nombreux ouvrages sur la laïcité. Le conférencier a souhaité aborder la question de la laïcité en relation avec celle de la construction et de l’émancipation démocratique, dans des sociétés qui fabriquent des richesses en produisant de la pauvreté. Il explique en ce sens que l’imputation du chômage aux vagues d’immigration constitue une erreur intentionnelle, des campagnes antisémites ayant même été conduites au nom de la lutte contre l’immigration.

Selon Henri Pena-Ruiz, la laïcité n’est pas antireligieuse. Elle ne demande pas aux religions de disparaître mais plutôt de se vivre sur un mode de choix personnel qui n’englobe que leurs croyants. Elle est un « idéal à travers lequel les croyants des diverses confessions et les athées ou non croyants doivent avoir le même droit ». La thèse laïque vise à « faire vivre ensemble des gens de traditions et de pensées différentes ». La diversité si elle est pratiquée dans l’égalité, devient alors richesse. Elle renvoie à un principe d’unité à partir de nos diversités sans les gommer mais sans que l’une ou l’autre soit dominante (ex pluribus unum).

L’unité de l’humanité est plus importante que ses différences dans la mesure où ainsi que l’explicitait Liebniz, elle est commandée par la raison dans sa capacité d’analyser le réel et d’agir aussi efficacement que possible. À cet égard le concept de race perd sa pertinence puisque nous avons la raison. Et c’est en vertu de cette raison qu’il existe, selon Henri Pena-Ruiz, un principe de neutralité qui veut que toute constitution s’interdise de choisir une religion : « Ni la religion ni l’athéisme n’y doivent être officiels. C’est le neuter, ni l’un ni l’autre ». Et c’est à ce titre, selon notre conférencier, que la laïcité unit les humains non par ce qui les soumet, rappelant au passage qu’elle fut conquise contre le christianisme historique, mais par ce qui les élève.

C’est selon ces principes que l’espace public organise le vivre ensemble dans le cadre de deux approches de la culture, l’une statique et l’autre dynamique. La première est celle de la culture comme tradition, qui concerne les trois monothéismes. On y trouve le principe de la domination de l’homme sur la femme tant dans la Bible juive que dans l’épître de St Paul (« Femmes soyez soumises à vos maris »), ou dans le Coran (« La femme a un degré de préséance de moins que l’homme »). Dans la culture comme tradition, la loi civile qui régit les rapports humains est dictée par la loi divine et débouche sur « le fanatisme politico-religieux, lorsqu’une religion se veut privilégiée sur les autres » (« l’annexion des terres palestiniennes aujourd’hui se prétend fondée sur la Bible »).

La seconde concerne la culture dynamique comme processus de réappropriation de la tradition. Elle a le droit d’en mener une analyse historique et de la critiquer en tant que pensée dictée par les préjugés d’une époque. Il faut alors prendre en compte l’historicité d’une période (« on ne peut plus en rester à l’idée d’une société patriarcale »). Et l’intervenant de préciser : « Si Dieu est éternel, comment peut-il épouser les préjugés d’une époque ? ». Il pose alors la question du travail d’interprétation mené par Averroès : « Quand un verset du Coran heurte ma raison je dois l’interpréter ». De même Spinoza récuse l’idée du peuple élu car quid des autres peuples ? Henri Pena Ruiz montre bien à ce propos qu’une telle possibilité d’interprétation réside précisément dans la culture comme une norme universelle qui relève de l’histoire et non de la nature.

Les différences entre les peuples sont liées à leur histoire culturelle. Plus encore, Henri Pena-Ruiz explique que la culture assure cette capacité de mise à distance et de réappropriation, que constitue la révolte comme outil de libération du joug de la domination. « L’émancipation c’est l’ex mancipatio, la sortie de la dépendance paternelle, lorsque le peuple sort de la dépendance du Prince et se donne à luimême sa propre loi ». Cette loi, celle de la liberté en société, de « la mise en compatibilité des libertés », se trouve construite par l’histoire que font les hommes, celle d’une historicité qui s’oppose ainsi à toute histoire transcendante ou naturelle qui « ne produit aucune espèce de loi durable ». Cette historicité correspond à la quête dite « démocratique » du principe d’égalité qui marque la souveraineté du peuple (« le seul référent qui transcende les cultures c’est l’universalité des droits humains »).

Dans ce contexte, Henri Pena-Ruiz décline plus précisément le principe de la république laïque : « Libre à ceux qui croient de croire et à ceux qui ne croient pas de ne pas croire… Ce qui est respectable ce n’est pas la croyance mais la liberté de croire ».

Mais, et le conférencier conclut sur ce qu’il abordait d’entrée de jeu : cette république laïque productrice de richesses peut aussi exclure socialement et économiquement, entraînant alors des phénomènes de régression identitaire et compensatoire, et un retour sur la première conception de la culture statique, par un repli sur les traditions et sur les communautés, et sur une loi transcendant la condition des hommes. Le cœur du débat qui suivit cette conférence, demeure remarquable par la confrontation suscitée et provisoirement sans réponse. Cette interrogation d’un participant en témoignera : « On pense ici qu’il existe une identité homogène de toute la société. Mais il n’y a pas suffisamment de rapport de force dans notre société entre ceux qui autorisent à croire ou non. L’identité sociale est conçue en Islam comme majoritaire. Il n’existe pas de rapport de force qui permette d’inverser la valeur. On ne peut plus poser la question en termes de croyants et de non croyants puisque tout le monde est musulman ».

Comment alors envisager le critère de la laïcité qui serait de ne plus produire de la loi sur la vie des êtres, dans un contexte où l’identité nationale se construit autour d’une religion homogène et structurante d’une identité collective ?

Publié en septembre 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°10

 

Pierre-Noël Denieuil

est sociologue et directeur de l’IRMC

Pour citer ce billet : Pierre-Noël Denieuil, « Les nouveaux enjeux de la laïcité : conférence d’Henri Pena-Ruiz », Le Carnet de l’IRMC, 22 janvier 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/793

 

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

L’histoire orale des Instituts Pasteur

Portrait de Louis Pasteur
© Albert Edelfelt

Un séminaire s’est tenu à Tunis les 1er et 2 juin 2012 sur l’Histoire orale des Instituts Pasteur, organisé en partenariat entre l’Institut Pasteur de Tunis, l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain et l’Institut Français de Tunis, avec le soutien de l’IRD, de l’association tunisienne pour le droit de la santé (ATDS) et de l’Université virtuelle de Tunis (UVT).

Le projet du séminaire remonte à l’automne 2010 où l’IRMC et l’Institut Pasteur avaient organisé une série de conférences sur l’histoire de la médecine, des grandes maladies (Typhus, Poliomyélite), et de l’Institut pasteur, en Tunisie. Les protagonistes ont alors souhaité questionner les sciences biologiques et médicales au prisme des sciences sociales et engager une réflexion sur les enjeux sociaux et institutionnels qui ont marqué l’histoire des Instituts Pasteur du Maghreb. Des archives existent concernant la période coloniale et du Protectorat, mais une histoire orale, du temps présent restait à faire.

À ce titre ont pu être réunies 40 personnes, entre praticiens et chercheurs, dont : trois directeurs de l’IP de Tunis depuis l’indépendance (Amor Chadli, ancien médecin de Bourguiba et directeur durant plus de 25 ans ; Koussay Dellagi, directeur durant 17 ans ; Hechmi Louzir, actuel directeur, en poste depuis 7 ans), ainsi que Mohamed Hassar (ancien directeur de l’IP du Maroc), Mohamed Tazi (directeur de l’IP d’Alger), d’illustres membres des Instituts (dont Alexis Cumbaras, Fadhila Boulahbal, Maurice Huet, Marie-Française Kennou) et des chercheurs spécialisés (Jean-Pierre Dedet, Claire Fredj, Benoit Gaumer, Anne-Marie Moulin). Trois ateliers thématiques ont interrogé tour à tour l’identité pasteurienne, la transmission et la mémoire, les perspectives des IP du Maghreb entre recherche scientifique et santé publique.

On a vu tout d’abord que l’identité pasteurienne se construit en référence à des hommes illustres qui ont construit des éléments d’histoire (Charles Nicolle à Tunis, Georges Blanc au Maroc, les frères Sergent en Algérie, Émile Roux…) ; à des réseaux constitués de ressources humaines et de structures disséminés de par le monde et contribuant à une forte mondialisation du savoir ; à des valeurs et croyances humanistes (la recherche du savoir liée à celle de son application, la curiosité et le « dévouement » des pasteuriens).

Chercheure à l’Institut Pasteur de Tunis
© Hicham Ben Hassine

Par delà ces constats, les débats ont soulevé d’importantes questions qui jalonnent l’histoire des Instituts :

– La logique de la production pharmaceutique pas toujours compatible face à la vie de laboratoire et à l’expérimentation pratico scientifique, le rôle à jouer de l’État face à la distribution des produits ;

– le rapport des Instituts Pasteur souvent difficile avec les facultés de médecine et l’enseignement, variable selon les spécificités des instituts : très cloisonnés au Maroc ; facilités en Algérie par la présence ancienne des institutions universitaires, ou des coopérants, mais soumis à une histoire chaotique depuis l’indépendance ; riches en techniciens et politiquement institués en Tunisie par la présence d’un directeur « relais » entre elles et ayant institué le statut de chercheur biologiste.

– La transmission écrite des connaissances, matérialisée par la revue des archives de l’Institut Pasteur, créée pour rassembler les savoirs, guidée par les normes académiques universitaires ou les impératifs de langue avec suprématie du français puis de l’anglais ; les cours, en matière de transmission orale, rassemblés, notamment à Tunis, sous forme de « management social du savoir », contribuant à créer un esprit de corps et une coopération entre disciplines.

Les débats ont contribué à réfléchir sur la distinction fondamentale à établir entre la veille sanitaire et la veille scientifique. La veille sanitaire est l’état des lieux permanent qui doit aboutir à un diagnostic clinique dans une situation donnée. La veille scientifique se situe en amont de la veille sanitaire et consiste en la recherche de paramètres qui constitueront des indicateurs de la veille sanitaire. Elle s’appuie par exemple sur le saut d’espèce vers la vie animale.

Institut Pasteur de Tunis vers 1900
© D.R.

Il a été conclu combien le passé sert à regarder l’avenir. On est parti du constat d’Instituts Pasteur uniques en leur genre et qui ont permis depuis la vaccination, à la science moderne de faire irruption dans les sociétés du Maghreb. Ils doivent désormais s’adapter et « anticiper » leur avenir auprès de l’autorité publique. En matière de statuts (EPST, EPIC, autres…) tout d’abord. Puis selon ce qui a été défini comme leur triple mission : renforcer la recherche et la formation sur les agents infectieux en lien avec les technologies d’avenir ; réaffirmer leur rôle de laboratoire de santé publique en collaboration avec les institutions environnantes ; et aussi, le plus problématique, questionner une fonction de production qu’il conviendrait peut-être de quitter, où les normes deviennent plus dangereuses et plus difficiles à assumer.

Enfin, il est ressorti de ces échanges une nécessité accrue par delà les spécificités nationales, d’une mutualisation internationale de moyens et de savoirs par l’accès à la construction d’une plateforme technologiques des Instituts Pasteur. Ces deux journées ont contribué à la préparation des commémorations du 120ème anniversaire de la création de l’IP de Tunis, qui se tiendront en 2013 et auxquels participeront l’IFT et l’IRMC. À cet effet a été prévue la publication des actes des rencontres sous forme d’articles, de témoignages et d’encadrés mémoriels, dans la revue de l’Institut Pasteur. Cette publication sera distribuée lors des manifestations de 2013. De plus, la couverture vidéo des interventions et des témoignages, doit déboucher pour 2013 sur un montage visuel et sonore de la mémoire exposée et transmise par les « grands témoins » invités, ainsi que par les chercheurs qui en analyseront les thématiques et les modes de transmission.

Publié en septembre 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°10

 

Pierre-Noël Denieuil

est sociologue et directeur de l’IRMC

 

Pour citer ce billet : Pierre-Noël Denieuil, « L’histoire orale des Instituts Pasteur », Le Carnet de l’IRMC, 21 janvier 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/787

 

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Les méthodes d’observation en démographie et sciences sociales

Compte rendu d’atelier de recherche sur « les Méthodes d’observation en démographie et sciences sociales » Hammamet- Tunisie, 18-20 Juin 2012.

L’École doctorale de l’Université de Tunis, l’Institut National des Études Démographiques (INED-France), Institut de recherches sur le Maghreb contemporain (Tunis) le laboratoire de recherche en Anthropologie de la Santé GRAS (Oran), et l’Association Marocaine de recherches et Études sur la migration (Amerm-Rabat) ont organisé entre le 18-20 Juin 2012 à Hammamet-Tunisie, un atelier de recherche sur le thème, les Méthodes d’observation en démographie et sciences sociales.

En rappel, cet atelier de recherche s’inscrit dans le cadre d’une continuité d’événements scientifiques organisés entre des chercheurs tunisiens et des chercheurs de l’INED et qui ont débuté depuis 2006. Avec l’implication de l’IRMC dans l’organisation, les rencontres scientifiques sont devenues plus consistantes et se sont focalisées essentiellement sur les questions de migration. Les précédentes rencontres avaient pour thèmes :

Migrations : Quelles perspectives. Nouveaux défis, nouveaux axes de recherche, ONFP, 29-30 novembre 2006, Tunis.

Les migrations internationales au Maghreb depuis le XVI siècle, « Colloque international », CERES-INES-EHESS, novembre 2008, Tunis.

Migration en Méditerranée et crise internationale, CERES-IRMC-INED, Colloque de 25-27 Juin 2009, Tunis.

Changements démographiques, territoire des populations et identité au Maghreb et en Méditerranée occidentale, Académie Tunisienne des Sciences, des Lettres, et des Arts-IRMC-INED, Colloque 26-27 Mai 2011, Carthage.

Le choix du sujet de cette année était motivé par le vide dont souffre l’Université tunisienne, notamment, dans les écrits sur la méthodologie de recherche en démographie. Pour cette raison, notre atelier de recherche avait pour objectif de :

1) Créer un courant d’échanges scientifiques entre les différents acteurs de la recherche en démographie au Maghreb et en France

2) Susciter parmi les étudiants maghrébins préparant des Masters et des Doctorats un intérêt pour les études et les recherches portant sur les questions de population.

3) Créer une dynamique de recherche commune autour des questions de population en général et cela en regroupant des chercheurs et des post-doc, ou des étudiants préparant des Master et des Doctorats, aussi bien dans les pays du Nord que ceux du Sud de la Méditerranée (perspective de codirection de thèses et mémoires).

4) Permettre aux étudiants maghrébins et aux jeunes chercheurs d’exposer leurs travaux, et de bénéficier de l’expérience acquise par des chercheurs plus expérimentés.

5) Consolider et étoffer le réseau de chercheurs de différents pays travaillant sur les mêmes axes de recherches.

6) Mobiliser les compétences dans les différentes disciplines (démographie, géographie, sociologie, économie, gestion, statistique, histoire…) et cela afin de converger vers une analyse multidisciplinaire et multiculturelle de la problématique de la population.

7) Fournir aux étudiants et doctorants maghrébins une plus grande ouverture et une formation sur les approches et les méthodes d’analyse utilisées en démographie et plus largement en sciences sociales

8) Apporter aux postulants européens une plus grande connaissance sur les sujets traités aux Sud, d’avoir une plus grande connaissance du terrain et d’élargir leur réseau de contact

9) Faire bénéficier les jeunes chercheurs maghrébins de séjours scientifiques ou d’un apport bibliographique que peuvent fournir une institution comme l’INED.

10) Permettre aux jeunes chercheurs français et éventuellement européens qui travaillent sur des sujets se rapportant au Maghreb, d’avoir un premier contact avec l’environnement universitaire maghrébin pour un éventuel séjour ou une éventuelle coopération de recherche.

11) Aider et préparer les jeunes chercheurs à faire la jonction entre les problèmes sociaux et politiques d’une part, les instruments statistiques et démographiques les plus aptes à leur traitement, de l’autre (modèles, théories, simulations).

Le public concerné était les doctorants intéressés par les questions de population, dans une démarche quantitative (traitement de bases  de données : enquêtes, recensement, etc.) ou qualitatives (entretiens, archives, etc…).

Par ailleurs, cet atelier avait pour objet l’approche des méthodes d’observation en sciences sociales à travers la présentation de différentes sources et différents outils de traitement.

– outils de la démographie (suivi de cohortes, analyse biographique…)

– sources en démographie (statistique publique, archives…)

– méthodes d’enquête (échantillon, questionnaire…)

– analyse des données (multivariée, logistique, …)

– traitement de données textuelles (questions ouvertes, entretiens…)

– méthode d’analyse de données longitudinales

– outils de la représentation cartographique

Cet atelier s’est tenu durant trois jours à Hammamet, et il a vu des interventions variées en fonction des thématiques de recherches des intervenants.  Les participants étaient composés de :

9 chercheurs de l’Institut National des Etudes Démographiques

5 chercheurs de la Faculté des Sciences Humaines et Sociales de Tunis

Monsieur le directeur de l’IRMC, lui-même chercheur.

Une doctorante de l’INED

2 Doctorantes de l’IRMC

3 Doctorantes de l’Université Mohamed V – Rabat.

5 Doctorants du CRASC-Oran.

Doctorants de l’Université de Tunis

Doctorants de l’Université de Sfax

Doctorants de l’Université du Centre

La séance d’ouverture a été présidée par le Pr Amor Belhedi. Dans son allocution d’ouverture de l’atelier de recherche M. Noureddine Kridis le doyen de la Faculté des Sciences Humaines et Sociales de Tunis a insisté sur l’importance des activités scientifiques réalisées en coopération notamment en sciences sociales. Il a souligné qu’il portera tout son soutien à ce genre d’initiatives qui ne peuvent être que bénéfiques pour la recherche et notamment pour les jeunes chercheurs.

Puis, se sont suivis les représentants des différentes équipes organisatrices, Mme France Guérin-Pace, responsable de l’UR 12 de l’INED, M. Pierre-Noël Denieuil directeur de l’IRMC, M. Adnane Hayder directeur l’école doctorale de la Faculté des Sciences Humaines et Sociales de Tunis et M. Hassène Kassar coordinateur de l’atelier de recherche. Tous les intervenants ont insisté sur l’importance de cet atelier de recherche. Aussi, ils ont souhaité que cette initiative devienne une tradition de coopération annuelle entre les différentes structures de recherches.

La première Séance a débuté par l’intervention de M. Ali Hammami, intitulée « L’enquête en sciences sociales : problèmes épistémologiques et de méthode ». M. Hammami part de la problématique d’absence de lien entre le cadre théorique et le travail empirique, entachant certains travaux de recherches, pour ainsi exposer un large aperçu sur les fondements épistémologiques d’une part, les méthodes et procédés scientifiques d’autre part, en sciences sociales. Le débat fondateur des sciences sociales repose sur des questionnements d’ordre ontologique, herméneutique et méthodologique. Il en découle des visions et des perceptions du monde différentes, donnant lieu à des processus et des moyens de travail adoptés diverses et variés.

La deuxième intervention fût présentée par M. Mohamed Ali Ben Zina intitulée « L’analyse par génération et l’analyse intergénérationnelle », M. Ben Zina a défini la notion de génération selon plusieurs auteurs (Auguste COMTE, Karl MANNHEIM…etc.), puis il a relevé l’intérêt de l’utilisation de la dite notion en sciences sociales, qui se situe dans trois faits : la mobilité sociale, la reproduction sociale et la transmission générationnelle. Par ailleurs, il existe plusieurs techniques d’analyse intergénérationnelle et d’analyse par génération : Le diagramme de LEXIS, la table de mobilité (ou table de destinée) et la table de recrutement. En illustration empirique, le professeur a exposé le cas de l’étude sur la mobilité éducationnelle en Tunisie.

La deuxième séance fût entreprise par Mme France Guérin- Pace et F. Maillochon intitulée « Echantillon et questionnaire d’enquête », dans cette communication les intervenantes ont expliqué l’élaboration d’échantillon dans le cadre d’enquêtes quantitatives et en absence de données socio-démographiques sur la population (théorie des sondages, base de sondage, tirage aléatoire et son amélioration par stratification ou par grappe). Dans le cas où les données sur la population mère ne sont pas disponibles, on procède par des enquêtes exploratoires probabilistes sans base de sondage dans le cas des TLS : Time Location Sampling (échantillon lieux-temps) ou les RDS Respondant driving sampling (échantillonnage déterminé par les répondants, boule de neige probabiliste).

La communication suivante de B. Garnier et A. Lebugle était intitulée « Cartographier des données statistiques » cette communication a pu intégrer aussi bien une approche théorique que pratique. Elle avait pour objectif de présenter aussi bien les données quantitatives que qualitatives sur une carte, d’identifier la finalité de la carte, de préparer les données, le fond de carte et les variables, de respecter les règles de sémiologie graphique et de créer une carte avec le logiciel Philcarto.

La communication de S. Hohmann : Recueillir le parcours de vie des migrants présentait une enquête auprès des travailleurs migrants en Asie Centrale par une  approche biographique. La chercheure a étudié la trajectoire de 35 migrants dans 7 villages tadjiks et a essayé de reconstruire l’histoire de l’enquêté ainsi que celle de son entourage. Elle a utilisé la méthode biographique Age-Evénement (ageven) pour retracer les événements marquants dans les parcours de vie des enquêtés.

A. Lebugle : Confronter et traiter des sources de données administratives. La chercheure a essayé d’expliquer comment estimer le taux de fécondité en cas de statistiques imparfaites et les différentes méthodes qui ont été utilisées en Iran pour pallier cette imperfection.

 J. Deauvieau : Traiter les données d’enquête par les méthodes d’analyse factorielle. Le chercheur a montré la logique générale de fonctionnement de la méthode AFC : L’analyse factorielle des correspondances utilisée pour explorer un tableau croisé et la méthode ACM qui est une extension de l’AFC quand le nombre de variables est supérieur à deux. En présence de variables numériques l’analyse en composantes principales ACP est utilisée. La séance a été appuyée sur des exemples concrets, et sur le logiciel libre TRIDEUX.

F. Guérin-Pace et B. Garnier : Traitement statistique de données textuelles. Les deux chercheures ont démontré les étapes du traitement des données textuelles (sélection des mots à analyser, construction des tableaux lexicaux et les différentes méthodes d’analyse utilisées : méthode factorielle, les méthodes de classification …) l’exposé a été appuyé par des exemples de logiciel de traitement de données qualitatives SPAD et ALCESTE

M. Blidon : Ethique, terrain et réflexivité. La chercheure a montré les différentes approches de l’éthique et présentation de quelques articles de la charte de l’Association française de sociologie sur la production des connaissances scientifiques, la propriété, le partage et l’archivage des résultats de la recherche, la diffusion de la connaissance, sur la responsabilités envers les subordonné(e)s et les collaborateurs, la responsabilité envers les financeurs, commanditaires, mécènes, clients…responsabilités envers les enquêtés. A la fin de la présentation la chercheure a exposé les règles de la CNIL/CNRS

Dernière journée de l’atelier

K. Kateb : Traitement statistique des enquêtes boule de neige. Exemple des migrants de retour quels impacts ? Quelle politique possible ? A travers trois enquêtes au Maghreb : 2003: Souss-Casablanca, 2006 : MIREM (Algérie, Maroc, Tunisie), 2008: Amerm (Tanger, Tétouan). Le chercheur a utilisé l’analyse multivariée et l’analyse factorielle, ainsi qu’une classification typologique des profils des migrants de retour appliquée aux enquêtes sur la migration de retour.

F. Maillochon : D’une approche individuelle à une approche relationnelle l’apport de la notion de « réseau social ». Cette approche se base sur un niveau d’analyse intermédiaire entre micro et macro-analyse c’est l’étude des relations plus que les individus. Elle privilégie l’étude des pratiques plus que les institutions et l’étude des processus plus que les formes. La chercheure a présenté quelques logiciels qui permettent de représenter graphiquement les « réseaux sociaux ».

A la fin de l’atelier, Madame France Guérin- Pace et Mr Hassène Kassar, se sont félicités du déroulement des travaux, et ont espéré que cet événement devienne une tradition annuelle qui regrouperait les démographes Maghrébins et Français.

Hassène Kassar, Sawssen Fray, Wafa Baba

 

Pour citer ce billet : Hassène Kassar, Sawssen Fray- Wafa Baba, « Les Méthodes d’observation en démographie et sciences sociales », Le Carnet de l’IRMC, 18 janvier 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/776

 

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Processus électoraux, révolutions et transitions en Égypte et en Tunisie

Sarah Ben Nefissa a organisé à Tunis le 24 avril 2012, avec l’IRMC, une rencontre scientifique sur Processus électoraux, révolutions et transitions en Egypte et en Tunisie [1] (partenariat IRMC-Tunis, IRD-Paris, MMSH-Aix-en-Provence).

Présentation et contexte. L’analyse des révolutions et des mouvements sociaux dans le monde arabe a fait l’objet, depuis 15 mois, de nombreuses manifestations scientifiques organisées par l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain. Ont été étudiées successivement les questions des hybridités politiques entre autoritarisme et démocratie, du changement constitutionnel et des transitions démocratiques, de l’expression des sociétés civiles et des nouvelles formes de la citoyenneté, du cyberactivisme et des mouvements sociaux en ligne.

En mars 2012, l’IRMC a soutenu un séminaire organisé en partenariat avec le Ladyss (Universités Paris 1 et Paris 10), l’OTTD (Observatoire tunisien de la transition démocratique) et la Fondation Hanns Seidel, sur la géographie électorale et les déterminations territoriales et régionales du scrutin tunisien des élections à la Constituante du 23 octobre 2011. Il a souhaité le 24 avril 2012, en partenariat avec l’IRD (UMR 201, Développement et sociétés) et l’IREMAM (Institut de recherches et d’études sur le monde arabe et musulman, UMR CNRS 7310), proposer une première comparaison des processus électoraux, révolutions et transitions dans les deux pays qui ont ouvert les « Printemps arabes » début 2011, l’Égypte et la Tunisie.

Cette rencontre a rassemblé des intervenants égyptiens, tunisiens et français, chercheurs confirmés et post doctorants, doctorants et masters. Elle a permis de mettre en évidence la continuité du processus établi dans les sociétés égyptienne et tunisienne entre les moments de l’effervescence sociale dits de la révolte ou de la révolution, et ceux de l’organisation citoyenne et politique pour la préparation des élections et la réalisation du scrutin. Une publication à eu lieu à l’automne 2012 dans la revue « Confluences méditerranéennes ».

Premiers résultats

1. Le cheminement politique de la révolution aux élections. Les participants ont entériné l’idée, sans charge religieuse dans les deux cas, d’une révolte puis d’une révolution populaires, parties du centre du pays pour la Tunisie, et beaucoup plus localisées au Caire pour l’Égypte. Elles ont été suivies d’une restauration autoritaire appuyée par l’armée en Égypte, et d’une rupture constitutionnelle en Tunisie. Deux clivages politiques majeurs y ont structuré les mouvements sociaux : l’ordre de la dictature comme « rempart » contre l’islamisme ; l’opposition à la dictature et l’alliance ou non des « démocrates » avec les islamistes.

Si en Égypte les premiers résultats électoraux ont vite campé un paysage majoritaire pour les islamistes (60 % dont 24 % salafistes), l’itinéraire tunisien a été jalonné par des gouvernements de transition et des institutions de régulation (Haute Instance, ISIE) chargées de déterminer notamment le mode de scrutin proportionnel, et les lois de parité des candidats, dans la recherche d’un compromis jusqu’au passage aux urnes.

Dans les deux cas, le vote a exprimé une sanction face aux régimes et partis dominants (NDP en Égypte, RCD en Tunisie). Il s’est toutefois agi en Tunisie d’un vote de sanction du passé, de rupture avec l’ancien système et d’identification à ses victimes. Le vote des Égyptiens était plus tourné vers un élan de sympathie avec les futurs dirigeants, leurs idées et leurs valeurs religieuses, pour un nouveau projet de société. Si, en Égypte, le score des partis civils (le « civil » entendu non comme une séparation mais comme une forme de dialogue entre l’État et la religion) a été plutôt faible (11 %), en Tunisie, un débat demeure autour de l’identité tunisienne entre acquis modernistes, islam modéré et Salafisme, dans un contexte de voisinage privilégiant, jusqu’à présent, davantage l’Europe à l’Arabie saoudite ou aux pays du Golfe.

2. La mobilisation de tous les acteurs. La joie et l’enthousiasme de tous et de chacun, pour aller voter, ont bien été signalés. Les participants se sont interrogés sur le « sens » du vote : un projet politique ou des intérêts d’affaires ? Sarah Ben Néfissa (coordinatrice des rencontres) a bien illustré, à ce titre, comment l’électeur est le produit de logiques d’intérêts sociaux et économiques, de dépendances multiples, de luttes et de conflits communautaires exercés sur lui par les institutions et acteurs locaux. Les votes, et ce fut le cas dans les deux pays, y ont toujours été travaillés par des phénomènes de clientélisme administratif, auxquels pourraient aujourd’hui se substituer les réponses des partis islamiques aux besoins de proximité, d’assistance et de service social des populations. Il a été montré que les femmes (45 % des inscrits volontaires), bien qu’ayant obtenu la parité en Tunisie, à laquelle avait aisément souscrit le parti Ennahdha, y étaient rarement têtes de listes et toujours en position de rendre des comptes quand à la légitimité de leur présence.

L’accent a aussi été mis sur le foisonnement des partis politiques. Avant leurs révolutions, Égypte et Tunisie souffraient d’un discrédit des formes partisanes et d’une crise de la représentation politique. Durant la transition la demande d’accréditation de partis a été pléthorique (autour de 120 en

Tunisie). En Égypte, les Frères musulmans, suivis des Salafistes, qui en tant qu’organisations de prédication refusaient les partis politiques, ont été les premiers à en créer un. De leur côté les notables locaux, auparavant présentés comme indépendants, ont eux aussi cherché l’investiture des partis et se sont réclamés de la proportionnelle. Les résultats ont toutefois récusé cette explosion : en Tunisie par exemple, près de 35 % des Tunisiens, ayant voté pour des petites listes indépendantes, n’ont aucune représentation à la Constituante.

3. L’interprétation du vote et le sens des élections. Il a été montré que le principe démocratique « un homme = une voix » remet en question l’idée que le choix électoral serait socialement construit, la fraude apparaissant comme une digression face à la symbolique de la solitude de l’isoloir et de l’urne transparente. En matière de comptage de l’électorat, la seule source fiable aujourd’hui en Tunisie s’avère être celle des inscrits volontaires, à l’été 2011, au nombre de 4 098 888 et dont 86,1 % ont voté. Les 3 470 936 inscrits dits automatiques, sur la base du fichier peu fiable (décès non enregistrés) des Cartes nationales d’identité, ont voté à 16,2 %.

Les analyses des résultats ont donné lieu à trois types de matrices d’analyse du processus électoral :

– L’explication par la recherche des liens entre la géographie de l’implantation des partis et les caractéristiques des territoires. Les inégalités sociales et territoriales ont été présentées comme possibles clefs d’analyses des comportements électoraux. Ainsi en Tunisie les grands partis réalisent de meilleurs scores dans les zones côtières urbaines que dans les zones rurales de l’intérieur. Dans ces dernières par contre, le parti Al Aridha Ecchaâbiya (Pétition populaire pour la liberté, la justice et le développement), s’est particulièrement implanté. On a pu noter, de même, de meilleurs scores des modernistes dans les villes côtières voire dans celles du Nord-Ouest, malgré de fortes dispersions et une concurrence entre ces listes. Enfin, on a noté que le parti islamiste Ennahdha réalise ses meilleurs scores dans les régions où les taux d’emploi féminin sont les plus faibles, avec toutefois une très forte participation dans les zones industrielles et au Sud. On en a conclu que le vote urbain serait un vote de classe et le vote rural un vote d’appartenance territoriale.

– L’explication par les individus leaders. On a insisté sur les aptitudes, les capacités, les compétences et les stratégies de l’acteur électoral. Les interventions égyptiennes ont mis l’accent sur la recherche d’indicateurs d’identification de candidats indépendants capables de battre les partis établis. Il en découle un profil électoral : le prestige scientifique, la capacité d’éloquence, le pragmatisme de la campagne basé à la fois sur la représentation régionale et la représentation du peuple, une bonne utilisation des réseaux sociaux, et la capacité à échapper aux polarisations des islamistes en s’inscrivant dans des formes de continuité idéologique.

– L’explication par l’imaginaire collectif et communautaire porté par un leader. Ce fut le cas en Tunisie du Parti Al Aridha Ecchaâbiya qui a obtenu 256 000 voix et 26 sièges à la Constituante, résultats non prévus et aujourd’hui encore considérés comme une « énigme ». Plusieurs éléments d’interprétation ont été proposés pour expliquer l’impact de ce parti : la figure charismatique de son leader Hechmi Hamdi, dissident du parti islamique Ennahdha et ancienne figure d’opposition à Ben Ali ; le fait qu’il possède à Londres une chaîne satellitaire (Al Mustakilla) émettant depuis plusieurs années ; son projet de programme « clientéliste » et populiste (transports et soins gratuits avec prime de chômage) ; sa présentation comme migrant (exilé) de son territoire (depuis Londres), et s’appuyant sur les NTIC pour défendre un populisme de revanche des exclus et de la plèbe.

Ces rencontres ont permis d’aborder la question des transitions politiques dans les sociétés arabes en mettant en relation les motivations des populations tant dans leurs capacités à renverser les régimes en place, qu’à reconstruire de nouvelles formes de légitimité incarnées dans le processus électoral. Cette première rencontre sera suivie à l’automne 2012 d’une session retour au Caire qui serait l’occasion d’une coopération entre l’IRMC, l’IRD, l’IREMAM et le CEDEJ, prélude d’un plus vaste projet d’observatoire des histoires sociales du vote dans les situations de transition et de recomposition des espaces publics dans les nouveaux mondes arabe et musulman.

Publié en septembre 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°10

 

Pierre-Noël DENIEUIL

est sociologue et directeur de l’IRMC.

Pour citer ce billet : Pierre-Noël Denieuil, « Processus électoraux, révolutions et transitions en Égypte et en Tunisie », Le Carnet de l’IRMC, 17 janvier 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/771

 


[1] Ont été ici résumés les grands axes des interventions de : Sarah Ben Néfissa, Mohamed- Chérif Ferjani, Michael Lieckefett, Michael Béchir Ayari, Alia Gana, Samer Soliman, Mohamed Kerrou, Sana Ben Achour, Clément Steuer, Myriam Catusse.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Bibliothèque de l’IRMC : échanges de livres entre Madrid et Tunis

L’IRMC et la Casa de Velázquez à Madrid viennent de procéder à un échange important d’ouvrages édités par chacune des structures. Centre de recherche et centre de création artistique, la Casa de Velázquez fait partie des cinq Écoles françaises à l’étranger, placées sous la tutelle du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, et qui comme l’IRMC reçoit des chercheurs, organise des manifestations scientifiques en partenariat avec d’autres établissements et propose un important fonds dans sa bibliothèque.

Un récent accord entre les deux centres inaugure une nouvelle politique d’échange entre les deux bibliothèques. Ainsi, l’IRMC et la Casa de Velázquez ont tous deux donné et reçu respectivement plusieurs publications. Cette nouvelle acquisition de l’IRMC rassemble différentes collections de la Casa : la « Collection de la Casa de Velázquez », la « Bibliothèque de la Casa de Velázquez », et les « Mélanges » qui sont des éditions de thèses, des programmes collectifs de recherche ou d’actes de colloques organisés par la Casa de Velázquez. Ces publications couvrent, de l’Antiquité à nos jours, un large éventail d’aires géographiques (Espagne, Portugal, Amérique latine et Maghreb) et de spécialités (histoire, archéologie, littérature, géographie, sociologie, anthropologie, linguistique…).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pauline Derlon

est documentaliste en volontariat international à l’IRMC.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Crises globales, remise en question des politiques et émergence de nouveaux paradigmes en méditerranée rurale

Nouvelles cultures sous serres à Chenini, Gabès
© Irène Carpentier

Le colloque de Lisbonne éponyme, organisé au mois de juillet dernier par l’Association Mondiale de Sociologie Rurale m’a permis de remettre en perspective mon travail de thèse sur les oasis du Sud tunisien. Ce texte est un aperçu des enjeux et des dynamiques des espaces ruraux dans le monde méditerranéen et s’appuie sur les présentations du working group 57.

Entre irruption des politiques agricoles communes dans une petite société rurale en Crète, périurbanisation accélérée en Grèce, migrations de travailleurs en Calabre, mobilisation sociale et crises environnementales des oasis en Tunisie, les espaces ruraux méditerranéens sont l’objet de mutations sans précédent. Cela permet de repenser les modèles de développement. Comment se recomposent les espaces agricoles méditerranéens ? Quels sont les enjeux d’une telle recomposition ? Comment appréhender la diversité des alternatives ?

L’agriculture méditerranéenne traditionnelle est souvent caractérisée par la dimension réduite des parcelles, la pluriactivité des exploitants, et des systèmes diversifiés dans le cadre d’une pratique familiale de l’activité. Ce modèle, statique et réducteur, ne doit pas faire oublier la profonde dynamique des systèmes de productions et des paysanneries méditerranéennes. La libéralisation du marché agricole, l’apport d’intrants, le besoin en capital transforment le marché agro-alimentaire méditerranéen, et la sécurité alimentaire est parfois remise en question. Ainsi, l’accès de la Grèce à l’Union Européenne a été l’occasion d’une crise majeure des sociétés rurales traditionnelles en Crête. En effet, la mise en place de nouvelles politiques agricoles redéfinissait les conditions de productions et de commercialisation. Les oasis tunisiennes de Tozeur et Chenini Gabès sont également symboliques des ruptures induites par l’irruption de politiques agricoles fondées sur un référentiel « moderniste », profondément perturbateur de l’équilibre territorial local.

La dépendance des espaces et des activités est une des nouvelles caractéristiques de territoires ruraux fragilisés. La dépendance est à la fois technique, avec l’importation d’un système technologique exogène, mais aussi politique, avec l’emprise des politiques publiques dans les stratégies d’aménagement locales et l’apparition de conflits sociaux dans le cadre d’une concurrence accrue entre les activités et les espaces. Sur le plan économique, les systèmes de distribution échappent aux communautés paysannes traditionnelles et remettent en cause le rapport au milieu. Dans le cas oasien, l’exportation des dattes Deglet Nour sur les marchés européens par des sociétés d’agri-business a redéfini la fonction même de l’agriculture traditionnelle oasienne. Par ailleurs, les rapports entre territoires urbains et ruraux sont de plus en plus complexes, par l’intermédiaire d’une interpénétration des tissus comme à Gabès ou en Calabre en Italie, et par l’intermédiaire de mobilités renouvelées des populations.

Dans ce contexte de crise globale des espaces ruraux, les campagnes méditerranéennes se retrouvent au coeur de multiples enjeux pour l’émergence de nouveaux modèles de développement. Cette agriculture se révèle d’une grande diversité et complexité. L’enjeu politique des questions agricoles est particulièrement marqué dans l’émergence de ce qu’on appelle le « printemps arabe ». En effet, la politisation des questions agricoles et alimentaires, en parallèle avec l’accentuation des conflits sociaux et la remise en cause des systèmes de domination a contribué à l’émergence des mouvements de contestations dans tout le monde arabe. L’enjeu économique prend parfois le pas sur les questions environnementales et contribue à repenser le développement durable plus en adéquation avec la croissance économique. C’est l’émergence du concept de « croissance verte ». Par ailleurs, la concurrence accrue entre les activités industrielles, touristiques ou de services sur les territoires ruraux induit une pression nouvelle sur les ressources locales. La question hydraulique devient cruciale et détermine de nouveaux rapports de forces. La désertification, le changement institutionnel de gestion de l’eau, l’intensification rapide de l’agriculture sont autant d’éléments qui contribuent à l’émergence d’une crise écologique et d’une mutation des paysages historiques. Dans les oasis, ces mutations sont particulièrement marquées et remettent en cause la viabilité même de l’activité agricole.

Face à ces multiples tensions et recompositions des territoires, émergent de nouveaux paradigmes et de nouvelles dynamiques de valorisation. L’activité agricole s’est donc transformée dans le monde méditerranéen. En effet, la multifonctionnalité de l’activité se généralise, sous la pression et la nécessité de fournir des services sociaux dans l’espace rural. L’émergence d’un tourisme alternatif, à la ferme, ou du moins respectueux des équilibres locaux, dans les îles méditerranéennes, en Andalousie ou en Tunisie est une des perspectives de développement agricole local les plus répandues du monde méditerranéen.

Parallèlement à cette diversification de l’activité, les initiatives locales de spécialisation des productions dans le cadre de campagnes de labellisation sont un autre élément de ce nouveau système agricole méditerranéen. L’agriculture biologique, les appellations d’origine contrôlée participent de cette vision alternative de l’agriculture. La société civile s’implique partout, sous la forme associative ou communautaire, pour revendiquer une meilleure maîtrise dans la gestion des ressources. La mise en réseaux des associations et des petits paysans constitue une des perspectives pour une meilleure valorisation de l’espace rural.

Finalement, cette session de travail du colloque a permis de souligner la cohérence et la grande complexité d’une réflexion sur l’agriculture méditerranéenne et la diversité de ses dynamiques. Le système n’est pas dual, entre une agriculture « moderne » intégrée et une paysannerie « traditionnelle » marginalisée. L’imbrication des espaces et des activités redéfinit les paradigmes du développement local. Entre pratiques alternatives, libéralisation, modèle productiviste et dynamiques multifonctionnelles, la réalité est pluridimensionnelle. Le statut de l’agriculture est mis en question entre activité refuge, prémisse d’un retour au rural, et nouvelle marginalité.

Publié en septembre 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°10

Irène Carpentier

est doctorante en géographie à l’université de Paris 7. Sa thèse sous la direction d’Alia Gana s’intitule : « Le développement territorial durable, analyse comparée sur les oasis du Sud tunisien (Chenini, Tozeur) ». Elle a rejoint l’équipe de l’IRMC en tant que boursière d’aide à la mobilité (BAM).

Pour citer ce billet : Irène Carpentier, « Crises globales, remise en question des politiques et émergence de nouveaux paradigmes en méditerranée rurale », Le Carnet de l’IRMC, 16 janvier 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/749

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Le proverbe est-il un marqueur de Tamurt ?

Village de Tifrit Nait Oumalek
© Arab Hammi

Afin de traiter cette interrogation, nous avons dû établir les bases théoriques de notre travail, lesquelles dépendent à la fois de notre prérogative et des besoins de l’étude. Nous tenterons d’étudier le concept polysémique Tamurt. Sa perception dans notre démarche est principalement liée au concept « paysage ». Ce sens incarne l’espace géographique, une histoire reculée et une culture vécue, symbolisée par les traits d’un peuple autochtone. Pour essayer d’expliquer le concept « Tamurt », nous nous sommes donc arrêtés sur deux conceptions de « paysages », qui exposent notre espace d’étude d’une manière claire. En effet, ces deux idées donnent un sens « plénier » à Tamurt.

La première conception est relative à la terre, à la région, au pays, à l’espace, à Tadart (le village). Ces termes nous indiquent que le paysage peut être une grande institution, similaire aux états homogènes tels que Tamazgha (Afrique du Nord), une unité restreinte comme Tadart (village), un corps politique et administratif en Kabylie, régenté par une assemblée (tajmaât)[1] Concernant la deuxième conception, elle représente et traduit le vécu, symbolise le territoire, révèle l’histoire authentique et les valeurs d’une société autochtone.

C’est à l’issue des deux raisonnements mentionnés précédemment que notre travail tente d’analyser le concept « Tamurt » dans l’oraliture kabyle. En effet, c’est dans l’oraliture que la mémoire collective des peuples est enregistrée. En ce sens, notre étude consiste à étudier les proverbes kabyles, comme des marqueurs, qui évoquent « Tamurt ». Les proverbes posent les bornes d’un espace géographique, racontent un passé reculé et expliquent les valeurs d’honneur d’une société. De ce fait, nous pouvons dire que la défense de « Tamurt » en tant qu’un canton du peuple, la revendication de « Tamurt » en tant qu’identité, la résurrection de l’histoire de « Tamurt » en tant que patrimoine, passent par la conservation de l’oraliture et la langue amazighe.

Avant de présenter en détail les hypothèses de recherche, il est nécessaire de mentionner que l’objectif poursuivi avant d’entreprendre la collecte des données était de s’intéresser à « la culture du peuple », de manière à surpasser les idées des partisans de l’indifférence et de l’intolérance. C’est ce point qui nous conduit à exposer et à développer les trois hypothèses ci-dessous :

Le proverbe exprime et affirme la pérennité de la langue amazighe (berbère). Le proverbe continue à faire vivre une part de la mémoire des amazighes et de leur existence au « paysage » (Tamurt), en terme de similitude avec l’enracinement, de résurrection du vécu, d’orientation, par opposition au dépaysement, au déracinement et à la désorientation. Ainsi, « Tamurt », est un lieu de la constitution d’imaginaire, de l’histoire, de la culture et de la langue. Mais cette relation au lieu n’est pas un rapport de possession et d’appartenance, mais de souvenance et de vécu.

Ainsi, en abordant « Tamurt » (paysage) comme un lieu de mémoire et d’existence, les propos de l’écrivain Simon SCHAMA s’appliquent bien ici : « Le paysage » est l’oeuvre de l’esprit[2]. Dans le même contexte, l’écrivain Mohamed Mammeri évoque également « Tamurt » comme un lieu d’appartenance, d’imaginaire, de mémoire et de vécu incontestable « Il ne reste plus à portée de main, à portée de rêve, que « Tamurt »[3]. Le proverbe affirme et démontre l’appartenance et l’attachement à un territoire déterminé qui est le paysage « Tamurt ».

Pour tester nos hypothèses, nous avons choisi un village de la haute Kabylie, qui est situé dans les monts d’Akfadou au Nord-Est de l’Algérie. Il s’agit du Tifrit Nait Oumalek , connu et réputé sous le nom du Saint Sidi M’hand-Oumalek. Un Saint que s’y est établi à la fin de XIVème siècle. Tifrit Nait Oumalek est placé au pied des bois, entouré de forêts et de plusieurs villages limitrophes.

Ci-dessous un échantillon de notre récolte proverbiale, auprès des habitants du village Tifrit Nait Oumalek :

– « Serwteg âabban wiyid » : « J’ai moissonné, d’autres en ont profité ».
– « Ur yetbeddil ara mejjir azar » : « La mauve ne peut changer ses racines ».
Am tfunest yirwen inisi,ma teja t amek,ma tmechi t ulamek » : « Comme une vache qui met bas un hérisson et qui ne peut ni le lécher ni le délaisser ».
– « Mi teglid hed ur k-issin ,medden akw dlkarain ,akk’axir ilha ujerreb » : « Dans ton malheur,tu souffres de l’ingratitude d’autrui mais tu t’enrichis d’expérience ».
– « Tenna y as ttejra i taqabact : terzid iyi, terra y asd : afus iw sgem id ikka » : « L’arbre dit à la hachette : tu m’as anéanti, et la hachette répond : mon manche vient de toi ».
– « Ur hamlagh agma ur hamlagh win athyewten » : « Je n’aime pas mon frère mais je n’aime pas que quiconque l’agresse. »
– « Wwin ittsen di trakna yin- as ccetwa tehma » : « Celui qui dort sur un tapis de laine haute dit que l’hiver est chaud ».
– « Lqella imewlan yerna ikhsimen » : « Il est sans parents et à des adversaires ».
– « Ljarh yqâse ihelou, awal yqase yrrnou » : « Les mots peuvent faire plus mal qu’une blessure »
– « Yugal u-qelmun s idaren » : « On a mis le capuchon du coté des pieds ».

Publié en septembre 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°10

 

Arab Hammi

est Doctorant en sociologie à Université de Franche-Comté, sous la direction de Gilles Ferreol. Sa thèse s’intitule : Tamurt, un « paysage » qui symbolise l’espace géographique et la culture du peuple. (La polysémie de Tamurt dans les proverbes kabyles) Il a rejoint l’IRMC en tant que Boursier Moyenne Durée (BMD)[4] en juillet et octobre 2012.


Pour citer ce billet : Arab Hammi, « Le proverbe est-il un marqueur de Tamurt ? », Le Carnet de l’IRMC, 10 janvier 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/743

 


[1] Tajmaât : est une assemblée du village qui gère les affaires des citoyens. Elle est totalement indépendante du corps politique d’État. Cette institution d’organisation est toujours active dans certains villages kabyles, tels que le village de Tifrit Nait-Oumalek. En revanche, dans d’autres villages, ce système se perpétue et demeure mais sous d’autres aspects.

[2] Simon Schama, Le paysage et la mémoire, Paris, Seuil, coll. l’Univers Historique, 1999, 13.

[3] Mouloud. Mammeri, Culture savante, culture vécue (études 1936-1989), Alger, Tala. 1991, 194.

[4] Les accueils de chercheurs algériens en bourse de courte durée à l’IRMC en été rendus possible par le soutien du SCAC/Ambassade de France en Algérie, dans le cadre d’une convention de partenariat

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Transformations spatiales et dynamiques socio-environnementales de l’oasis de Ouargla. Une analyse des perspectives de développement

Urbanisation de l’oasis de Ouargla
© Abdelkader Salhi

Ouargla, appelée autrefois « Capitale des oasis », est considérée, depuis l’Antiquité, comme un carrefour important et un centre d’une activité commerciale ancienne pour les caravanes et les nomades. Le système agricole oasien, basé sur la culture du palmier dattier, était, jusqu’au début des années 1950, la principale activité économique d’une population en constante transformation. L’exploitation des nappes pétrolifères dans la zone de Hassi Messaoud vers les années cinquante et la mise en valeur de nouvelles terres agricoles par le biais de l’APFA[1] au début des années 1980, ont profondément modifié l’économie locale et la structure sociodémographique.

La conquête du Sahara algérien et la stratégie d’occupation d’énormes espaces ont vu leur concrétisation effective après la tenue, en 1966, du premier Conseil des ministres hors capitale, dans la ville même de Ouargla[2]. Depuis lors, la population de la ville de Ouargla n’a cessé d’augmenter. Ainsi, en 1977, l’agglomération de Ouargla[3] comptait 73 900 habitants, 185 999 en 1998 et 253 362 habitants en 2010[4]. L’origine de cette nouvelle population est diverse : des commerçants soufis et mozabites, des transitaires africains vers l’Europe, des ouvriers agricoles (des oasis environnantes : Oued Righ et Touat) et des cadres supérieurs[5] originaires du Nord du pays. Pour accompagner ces transformations, l’État algérien a investi dans le développement des moyens de liaison, des services, la mise en place de mesures incitatives (augmentation des salaires de 80 % par rapport au Nord, programme de logements). Ceci a contribué à façonner de nouvelles spatialisations et urbanisations, ainsi qu’une nouvelle forme d’occupation de la palmeraie.

Le sujet de notre thèse porte sur la durabilité du système oasien au niveau de la wilaya de Ouargla. La question centrale est la suivante : dans quelle mesure les dynamiques socio-environnementales contemporaines permettent-elles la durabilité du système oasien ? Nous nous intéressons, à travers cette thèse, aux interactions entre société locale et écosystèmes dans une perspective historique pour comprendre les changements à l’oeuvre.

La méthodologie adoptée pour ce travail de recherche s’appuie sur une approche historique de la zone, une analyse qualitative à partir d’entretiens avec les exploitants, les responsables des secteurs de l’agriculture, un échantillon des « nouvelles populations », des services de l’habitat, de l’aménagement du territoire et une analyse socio-spatiale. Sur le plan écologique, nous nous référons aux recherches menées par les écologues de l’Université Kasdi Merbah pour comprendre les modifications diachroniques de la qualité des sols, et la diminution de la biodiversité, liée à l’abandon de certaines variétés de dattes.

Notre approche est également spatiale avec l’analyse de photos aériennes et satellitaires de la zone d’étude, la mise en place d’un traitement par SIG, nous permettant d’avoir une vue générale de la zone, sur son changement dans le temps ainsi que sur les endroits les plus touchés par l’urbanisation au niveau de la palmeraie.

Les premiers résultats d’investigation nous ont permis d’établir une typologie des exploitations existantes au niveau de l’oasis de Ouargla. Différents acteurs, issus de différentes couches sociales, investissent aujourd’hui la palmeraie de Ouargla. Ainsi, au cours de nos enquêtes de terrain, cinq types différents d’acteurs ont pu être distingués. Il s’agit de :

1- l’exploitant agricole, qui n’habite pas sur sa parcelle, mais qui l’exploite,

2- l’exploitant agricole qui habite sur la parcelle et l’exploite,

3- le promoteur immobilier,

4- le « néo-rural »,

5- le « patriarche » qui habite une parcelle avec sa famille élargie.

Il y a lieu aussi de parler d’une autre catégorie assez différente de celles-ci. Il s’agit d’un groupe dit « propriétaire absent » : c’est un groupe qui n’investit pas dans la palmeraie.

Les différentes catégories d’acteurs n’ont pas les mêmes représentations, pratiques ni les mêmes stratégies dans la mise en oeuvre du développement de l’oasis de Ouargla. Le phénomène de l’urbanisation au sein de la palmeraie a dynamisé, en quelque sorte, l’activité agricole dans la région d’étude. Il a permis de minimiser les incendies, les vols des productions dattières et d’améliorer les investissements au sein de la palmeraie par son entretien, les amendements en sable et engrais ainsi que par l’embellissement du terrain agricole. Cette nouvelle forme de reprise des terrains agricoles pourrait être une opportunité pour le redéploiement de l’activité agricole et de la sauvegarde de l’oasis de Ouargla, mais elle peut aussi entraîner une reconfiguration de la vocation socio-économique de la palmeraie qui deviendrait une forme de « parc urbain » ou zone résidentielle de verdure, avec un déplacement de l’activité productive agricole vers la périphérie de Ouargla.

Publié en septembre 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°10

Abdelkader Salhi

est doctorant en géographie à Aix-Marseille Université, au laboratoire LPED (Laboratoire Population, Environnement et Développement) sous la direction de Chantal Aspe. Sa thèse s’intitule « Le système oasien et sa durabilité face à la dynamique socio-économique ». Il a rejoint l’IRMC en tant que Boursier Moyenne Durée (BMD)* entre septembre et octobre 2012.

 

Pour citer ce billet : Abdelkader Salhi, « Transformations spatiales et dynamiques socio-environnementale de l’oasis de Ouargla. Une analyse des perspectives de développement », Le Carnet de l’IRMC, 9 janvier 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/735

 


[1] APFA : Accession à la Propriété Foncière Agricole (loi 83/18 du 13 Aout 1983).

[2] Bisson J. 2003, Mythes et réalités d’un désert convoité : le Sahara, Paris, L’Harmattan, 480 p.

[3] L’agglomération de Ouargla regroupe les communes de Ouargla, Ain Beida, Sidi Khouiled, Rouissat, Hassi Ben Abdellah et N’Goussa.

[4] Direction de Planification et de l’Aménagement du Territoire, 2012 Annuaire statistique 2011 de la wilaya de Ouargla.

[5] Des médecins généralistes et spécialistes, des ingénieurs et des enseignants.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Archives et historiographie : Analyse critique comparée (Tunisie-Algérie)

© Alger, Archives notariales, XIXe siècle

L’archive est rarement elle-même objet d’étude. Pourtant, elle témoigne et subit les grands évènements de l’histoire des hommes, accompagne leurs faits d’armes, leurs conquêtes, leurs violences. Elle témoigne aussi de leur foi religieuse, de leurs philosophies, de leurs connaissances, de leurs métiers, de leurs cultures. La pièce d’archive est plus qu’une simple trace écrite, elle est une immense fresque qui relate le pays, le pouvoir, la terre et ses légendes.

L’Algérie ne dispose pas de travaux scientifiques sur cette question essentielle, sur de très longues périodes historiques. La question des archives reste le plus souvent liée à la Guerre de libération nationale. Les archives algériennes les plus anciennes disponibles datent de la période ottomane du XVIe siècle au début du XIXe siècle. Des documents prestigieux de Hiempsal, consultés par Salluste, ceux d’Ibn Rustum, des Zirides, des Hammadides ou des Ziyanides sont absents des fonds d’archives algériens. Pour ces périodes historiques les références restent essentiellement les récits de voyages, les chroniques et les correspondances des diplomates occidentaux à Alger. Les registres sur lesquels étaient notés tous les détails de l’activité économique, administrative et sociale algérienne sont rarement cités en référence, et les sources autochtones ont pour la plupart été détruites ou négligées[1].

Quel est alors les parcours des archives algériennes au XIXe siècle ? Les Ottomans ont-ils emporté certains documents ? Si oui, lesquels ? Que deviennent les archives sous la colonisation française ? Peut-on identifier les principales sources aujourd’hui ? À quelles dates ont été appliquées en Algérie les lois françaises sur les archives ? Une première réponse a été donnée à cette question par la revue Documents algériens, pour préciser que « l’organisation systématique des archives centrales de l’Algérie ne date que de 1908, ce qui explique bien des lacunes »[2].

En Algérie, les archives ont subi un parcours instable qui fut celui de l’administration française elle-même sur le sol algérien. C’est l’arrêté de M. Jonart daté du 4 décembre 1910 qui institue une commission chargée de la publication d’une collection de documents inédits qui se trouvent aux Archives du Gouvernement Général comme en Métropole sur l’histoire de l’Algérie.

En France, le XIXe et le début du XXe siècle étaient marqués par la mise en place des sciences auxiliaires de l’histoire positiviste et de la philologie. La politique française de gestion des archives a été mise en place par tâtonnements et en fonction des besoins du moment. Au XVIIIe siècle et jusqu’au milieu du XIXe siècle, elles ont été ballottées de lieux en lieux, ont changé fréquemment de bureau de rattachement, ont été traitées de manière propre à chaque archiviste. Pendant longtemps, il y a eu des conservateurs qui ont pensé qu’il fallait réunir toutes les archives historiques de France à Paris. C’était une idée mise en oeuvre au siècle des Lumières, dans un esprit rationaliste. L’attitude à l’égard de la conservation des documents au XIXe siècle en France chez les archivistes semble légère par rapport aux critères du XXe siècle.

En Tunisie, la mise en place de la première institution dédiée aux archives est née en 1874 sous Khayr-Eddine al-Tunusi, et relève du Premier ministère. Qu’en est- il de l’histoire de ces archives tunisiennes au cours su XIXe siècle ? Ont-elles subi la même trajectoire que les archives algériennes ? Quelle en a été l’incidence sur l’historiographie tunisienne ?

Alger, archives notariales, XIXe siècle – écrire l’histoire

La question des archives fait partie indéniablement, des grandes controverses historiographiques. Elle agite et bouscule aussi bien les relations diplomatiques et politiques que les spécialistes. Une analyse critique comparée entre l’histoire des archives tunisiennes et algériennes du XIXe siècle, nous permettra d’appréhender leurs évolutions propres et l’impact sur la recherche historique. En retraçant respectivement le parcours de leurs archives, nous saisirons la singularité des trajectoires de deux pays voisins partageant une histoire commune avec la France. Enfin, cette étude pourrait nous livrer également des sources autochtones inédites, permettre de reconsidérer l’écriture de l’histoire comparée avec des références locales, et contribuer à faire avancer la recherche historique de ces pays du Maghreb.

L’exploration scientifique du XIXe siècle du Maghreb, a permis indéniablement une production intellectuelle remarquable en langue française notamment. Son impact durable a modifié la configuration intellectuelle et socio culturelle de ces deux pays voisins. Mais comment ont-ils réagi à ces changements ? Car, si les aspects français de l’histoire du Maghreb sont décisifs, on ne peut pour autant négliger la dimension locale, sous peine de manquer d’objectivité et de donner une vision partielle et unilatérale de l’histoire. En visitant les archives, l’historien doit s’interroger sur la nature de ses sources, clarifier les conditions de leur production, les raisons qui ont présidé à leur élaboration. C’est la critique des sources qui doit mettre en évidence non seulement leur richesse, mais aussi leurs limites. D’où la nécessité de la complémentarité avec les historiens internationaux, et de l’interdisciplinarité pour enrichir nos connaissances historiques sur la période étudiée. Le renouvellement historiographique peut révéler un champ immense à la recherche, qui n’utilise aujourd’hui, qu’une infime partie des sources de l’histoire politique, militaire, économique, judiciaire, sociale et culturelle du Maghreb.

Publié en septembre 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°10

 

Saïda Benchikh-Boulanouar

est chercheur post-doctorante en histoire au laboratoire HIPASO (Histoire, Patrimoine et Société) de l’Université Mentouri de Constantine. Elle a effectué des recherches bibliographiques dans le cadre d’une étude comparative critique entre l’histoire des archives tunisiennes et algériennes au XIXe siècle. Elle a rejoint l’IRMC en tant que Boursière Moyenne Durée (BMD)[3] en septembre 2012.


Pour citer ce billet : Saïda Benchikh-Boulanouar, « Archives et historiographie : Analyse critique comparée », Le Carnet de l’IRMC, 8 janvier 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/730

 


[1] Saïda Benchikh-Boulanouar, Douze siècles d’archives algériennes, Panorama des sources VIIIe-XIXe siècles Thèse doctorat, 2 tomes, Paris, EPHE, 2010.

[2] GGA, « Les Archives algériennes », dans Documents algériens, synthèse de l’activité algérienne, n° 31, oct.1948.

[3] Les accueils de chercheurs algériens en bourse de courte durée à l’IRMC en été rendus possible par le soutien du SCAC/Ambassade de France en Algérie, dans le cadre d’une convention de partenariat.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

L’évolution des cultures politiques tunisiennes : l’identité tunisienne en débat

Manifestation du 9 avril 1938
© Ahmed Manai – Nawaat

La révolution tunisienne correspond à un moment de crise au cours duquel se renégocie le pacte national et l’identité de la communauté. Plus que les modalités de la transition démocratique, c’est bien la remise en cause de l’identité collective nationale, qui semblait jusque là faire consensus tant chez les partisans de l’ancien régime que dans l’opposition de la gauche, qui est en jeu.

Notion construite dans la lutte pour l’indépendance, cette identité s’incarnait, depuis l’indépendance dans l’idée bourguibienne de tunisianité. Ce concept se caractérise par son ouverture aux influences successives qu’a connues la Tunisie et ce, depuis la préhistoire. Il s’incarne dans une langue, l’arabe, langue d’expression politique pour le Néo-Destour à l’époque de Bourguiba. Tant le poids de son héritage historique que son appartenance à plusieurs cercles géopolitiques – la Méditerranée, l’Afrique, le monde arabo-musulman – justifient son ouverture vers la modernité : cette modernité s’appuie sur une forte tradition syndicale, sur une tradition constitutionnaliste pionnière ainsi que sur un projet social résolument progressiste (à travers un cadre juridique – le statut personnel – et des réalisations concrètes sur le plan des politiques éducatives, des politiques de santé, des infrastructures et de l’administration).

La nécessité de recomposer l’identité collective nationale s’exprime à travers plusieurs tendances. La première de ces tendances, c’est la demande renouvelée d’une citoyenneté politique et sociale par le peuple, depuis le 14 janvier. C’est ensuite la remise en cause de l’identité tunisienne – telle qu’elle avait été forgée depuis l’indépendance – et sa dilution dans d’autres cercles d’appartenances plus larges tels que l’oumma et le monde arabe, parfois au prix de violences physiques ou symboliques. En témoigne l’occupation de La Manouba, le drapeau noir sur la tour de l’Horloge, la réticence à fêter des fêtes nationales.

C’est enfin une demande de la société civile de retrouver son identité, de convoquer sa mémoire vive, ce que l’on peut observer à travers les ventes de librairies (en particulier avec l’Histoire de la Tunisie de la préhistoire à 2011) dans la création artistique, avec l’exposition Schkoun Nahnou au palais de Carthage en Juin 2012 et dans le monde associatif avec des mouvements tels que Kolna Tounes.

Ces trois tendances questionnent l’identité nationale collective sur sa résilience à la démocratisation du pays – puisque celle-ci avait été élaborée dans un contexte politique autoritaire et volontariste. Elles l’interrogent également sur son ancrage historique et géographique.

Assemblée constituante tunisienne, 22 novembre 2011.
© REUTERS – Zoubeir Souissi

Enfin elles remettent en cause son rapport à deux systèmes de valeurs. Les premières sont les valeurs individualistes et libérales de l’éthique de la citoyenneté politique ; les secondes sont les valeurs holistes à vocation anti libérale des identités collectives nationales. L’enjeu est donc également de recomposer le compromis historique entre une dimension culturelle séculière et une dimension cultuelle religieuse.

Ce sujet cristallise les oppositions dans les débats politiques et en particulier dans les débats de l’Assemblée Nationale Constituante. La gestion de cette crise de transition par les élus et les décisions qu’ils vont prendre dans le cadre de la rédaction de la Constitution, engagent la redéfinition de l’identité collective non seulement du régime, mais encore de la nation. Observer cette gestion de crise permet de voir si elle s’accompagne ou non d’une recomposition des cultures politiques des élus[1].

L’adoption de certaines attitudes politiques, comme celle du compromis – ferment d’une pratique démocratique de la politique – garantirait que le régime soit réellement démocratique et non pas une démocratie de papier qui ne fasse que suivre formellement les règles de la bonne gouvernance.

Publié en septembre 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°10

 

Déborah Perez

est élève fonctionnaire de l’école normale supérieur d’ULM (Paris). Elle poursuit un Master 2 à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales sous la direction de Monsieur le Professeur Hamit Bozarslan. Elle a été accueillie à l’ENS de Tunis et à l’IRMC en septembre-octobre 2012.

Pour citer ce billet : Déborah Perez, « L’évolution des cultures politiques tunisiennes : l’identité tunisienne en débat », Le Carnet de l’IRMC, 7 janvier 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/723

 


[1] C’est la thèse développée par G. Almond, S. Verba in The Civic Culture : Political Attitudes and Democracy, in Five Nations, Princeton University Press, 1963 : pour que les démocraties fonctionnent, il faut une adéquation entre les règles formelles du système politique et les cultures qui permettent la mise en pratique de ces règles.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Relations de pouvoir et ambitions coercitives dans la mise en oeuvre des politiques sociales en Tunisie

© D.R.

Longtemps présentée comme un modèle de réussite à travers le monde arabe, la Tunisie s’est surtout illustrée par l’écart qui existe entre une image lisse de puissance moyenne et la fragilité d’un équilibre politique et social aggravée par l’exercice d’un pouvoir autoritaire pouvant être violent.

Après l’effondrement du système politique, à la suite de la fuite du président de la République, Zine el Abidine Ben Ali, le 14 Janvier 2011, il était intéressant de voir selon quelles modalités l’État a continué de fonctionner. Comment s’articule le principe fondamental de séparation entre l’idée d’État et le pouvoir et comment s’applique, finalement, le principe « Le Roi est mort, vive le Roi » en Tunisie, à l’époque contemporaine, via la question des politiques sociales.

Il s’agit de s’atteler à l’analyse de la mise en pratique des politiques sociales dans le domaine de la sécurité sociale, du planning familial et de la politique du logement en Tunisie. L’approche qui sera privilégiée a pour objectif d’identifier la présence et le rôle des multiples acteurs, au sein de la hiérarchie entre l’État central et les régions dans le cadre du déploiement de l’action sociale de l’État.

Ce projet de recherche s’articule autour de la question de l’évolution de la légitimation de l’État en Tunisie par rapport à la mise en oeuvre des politiques sociales. Quelle est l’implication de la société dans le processus décisionnel par rapport à la production des politiques publiques ? Comment s’impose la légitimité de la violence symbolique[1] dans un État moderne ? La démarche centrale consiste à tenter de saisir l’organisation et la solidification des bases du régime en analysant le processus d’application des dispositifs de sécurité sociale, mais aussi des politiques familiales et des politiques du logement.

© Mag14.com

Nous comprenons la production des politiques publiques comme un mode de gestion de la question sociale. Nous nous intéresserons plus particulièrement aux axes suivants :

– Les prestations sociales en matière de santé, de famille et de logement.

– La redistribution et la notion de contrepartie dans l’assujettissement.

– L’articulation entre impératifs nationaux (politiques d’ajustement structurel, réformes économiques liées à l’aide publique et aux emprunts internationaux) et politiques régionales.

– La décentralisation et le clientélisme par rapport à notre sujet d’étude.

L’objet de cette thèse est lié aux politiques publiques en matière sociale dans le secteur de la sécurité sociale et de la santé.

Le sociologue Robert Castel suppose que « la protection sociale a joué un rôle majeur dans la construction d’un individu moderne, indépendant et libre »[2]. Il explique dans ce sens qu’elle a subi, comme d’autres programmes sociaux, des changements allant jusqu’à la remise en question du système de l’État[3]. Cela nous amènera à nous questionner sur la promotion de l’action sociale par l’État, sur sa nature, sur le processus de prise de décision, mais également sur le clientélisme qui est pratiqué, notamment au niveau régional. Ainsi, peut-on qualifier l’État tunisien d’État patrimonial où la paix sociale et le maintien de l’ordre sont « achetés » en échange de droits sociaux ayant permis l’émergence et la consolidation d’une classe moyenne.

Publié en septembre 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°10

 

Saïda Ounissi

est doctorante en sociologie à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne sous la direction de Blandine Destremau. Sa thèse s’intitule « Relations de pouvoirs et ambitions coercitives dans la mise en œuvre des politiques sociales en Tunisie ». Elle a rejoint l’IRMC en tant que Boursière Moyenne Durée (BMD) entre octobre et novembre 2012.

 

 

Pour citer ce billet : Saïda Ounissi, « Relations de pouvoir et ambitions coercitives dans la mise en oeuvre des politiques sociales en Tunisie », Le Carnet de l’IRMC, 3 janvier 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/716

 


[1] P. Bourdieu et J-C Passeron, La Reproduction. Éléments pour une théorie du système d’enseignement, Éditions de Minuit, Paris, 1970.

[2] Anne-Marie Guillemard (dir.). Où va la protection sociale ? Paris, Presses universitaires de France, Collection Lien social, 2008.

[3] Houda Laroussi, « Le redéploiement du prêt sur gage dans une société en crise : Les mutations vers l’individualisation de la protection sociale », communication au colloque Protection sociale, politiques sociales et solidarités.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook