Avant et après la révolution en Tunisie de janvier 2011 : rôles des associations féminines

Manifestation de l’ATFD, Juillet 2011
© pressedegauche.org

Mon projet de recherche doctorale décortique les rôles des associations féminines en Tunisie depuis l’indépendance de 1956 jusqu’au lendemain de la révolution de janvier 2011, en analysant le contexte de création de ces associations ainsi que leur parcours. Mes recherches archivistiques et mes entretiens en Tunisie s’interrogent sur les différents moyens d’engagement de ces organisations féminines qui militent pour s’assurer que les droits acquis pour les femmes, comme par exemple, le droit de vote ou la possibilité de demander le divorce, sont respectés et mobilisables pour l’ensemble de la population féminine dans le pays en tant que citoyennes au même titre que les hommes.

Dans ce cadre de recherche, j’étudie l’histoire institutionnelle de ces organisations pendant cette période d’une soixantaine d’années. Mais mon but est également de retracer et de contextualiser l’émergence et l’évolution des organisations féminines tunisiennes historiques comme l’U.N.F.T. (Union Nationale de la Femme Tunisienne), l’A.T.F.D. (Union Tunisienne des Femmes Démocrates) ou le C.R.E.D.I.F. (Centre de recherches, d’études, de documentation et d’information sur le Femme) et les plus récentes comme par exemple Égalité et Parité parmi d’autres associations laïques.

Il s’agit aussi de mieux cerner celles qui se définissent plus islamistes, en étudiant le parcours social et intellectuel des individus qui ont assumé des responsabilités de leadership dans ces organisations.

Afin de comprendre le rôle sociopolitique de ces organisations féminines en Tunisie depuis l’indépendance à l’heure actuelle, remontons au début du XXe siècle, quand cette question a réellement pris de l’élan dans la pensée du célèbre réformateur, Tahar El Haddad (1899-1935). Celui-ci, dans le courant de la pensée de Qasim Amin d’Égypte, écrivait en pleine période des mouvements réformateurs en Tunisie et ailleurs dans le monde arabe et musulman, période qui est aussi celle du colonialisme, sur le rôle que doivent assumer les femmes musulmanes dans la société. Dans son livre, Notre femme dans la législation musulmane et dans la société, publié en 1930, Tahar El-Haddad se déclare en faveur d’un rôle engagé par les femmes.

Ce livre, dans lequel l’auteur décrit son programme social pour une plus grande liberté des femmes, est, en réalité, un traité sur l’émancipation des femmes, un ouvrage visionnaire encore très actuel. Aujourd’hui les pensées de Haddad sont incorporées dans les plateformes des organisations féminines tunisiennes.

Citons les programmes de l’U.N.F.T, qui, par exemple, a lutté contre la violence faite aux femmes et s’est engagée pour propager les droits. Citons aussi l’A.T.F.D. qui a toujours combattu pour la parité entre les sexes dans tous les domaines, surtout dans l’héritage, et l’A.F.T.U.R.D. qui se mobilise pour le développement de la société civile en général et des femmes en particulier.

Manifestation de femmes tunisiennes, 1960
© D.R.

L’objectif de notre recherche est d’étudier l’histoire des associations tunisiennes des femmes pour en faire une analyse détaillée et contextualisée, car chaque association a sa propre histoire et son propre parcours depuis leurs débuts jusqu’a aujourd’hui. Nous étudions les intentions et les buts de ces associations selon leurs premiers écrits (bulletins ou pamphlets produits par les instances associatives) mais aussi leurs impacts sur la société. Nous étudions aussi les projets actuels et programmés pour l’avenir de ces associations, par l’analyse de leurs publications et par le suivi attentif de leurs itinéraires avant et après la révolution du 14 Janvier 2011, pour observer les changements que la révolution même a portés, mais surtout ceux que les organisations féministes ont porté à la société civile. À ce propos, nous mobilisons le concept d’agency, rendu célèbre par Judith Butler et repris dans les analyses générées en plusieurs disciplines (sociologie, anthropologie, philosophie, histoire, etc.) en tant qu’outil d’analyse des actions menées par des individus, femme ou homme, et de leur impact dans la société. C’est dans cette perspective de l’agency que nous pouvons saisir l’étendue des actions des personnes impliquées dans les associations que nous étudions.

Par ailleurs, il est naturellement important d’adopter un regard non seulement historique envers le contexte des associations étudiées, mais aussi comparatif. Pour ces raisons, nos analyses convergent avec le courant de réflexion sur les associations féminines que ce soit dans les autres sociétés nord-africaines (par exemple, sur l’ADFM – l’Association Démocratique des Femmes du Maroc) ou en dehors de la région. Dans ce dernier cas, les exemples sont très nombreux, tels pour l’espace des régions anciennement colonisées par la France : la FAFS (Fédération des Associations Féminines du Sénégal) la CAFO (Coordination des Associations et ONG Féminines du Mali etc.). Adopter un regard comparatif nous aidera ainsi à mieux comprendre nos études de cas spécifiques à la situation tunisienne dès l’indépendance et jusqu’à nos jours.

Publié en septembre 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°10

 

Michela Romagnoli

est doctorante en sociologie à Aix-Marseille Université sous la direction de Randi Deguilhem. Sa thèse s’intitule Avant et après la révolution de Tunisie de janvier 2011 : rôle des associations féminines. Elle a rejoint l’IRMC en tant que Boursière Courte Durée (BCD) en juin 2012.

 

Pour citer ce billet : Michela Romagnoli, « Avant et après la révolution en Tunisie de janvier 2011 : rôles des associations féminines », Le Carnet de l’IRMC, 21 décembre 2012. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/709

 

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

De « l’attentisme politique » à la « maturité démocratique », rôle pré, in et post-révolution de la chaîne satellitaire Al-Jazeera en Tunisie

Al-Jazeera : cause ou moyen des révolutions arabes est le dernier chapitre de notre thèse. Il parle de l’Histoire en cours, d’une Histoire du temps présent, pas encore définitivement écrite et que seules les personnes qui l’ont vécue peuvent relater. La thèse Renaissance du concept de Nouvel Ordre Mondial de l’Information et de la Communication de l’UNESCO : contribution de la chaîne Al-Jazeera traite du déséquilibre des sources d’information internationale et des conséquences de manipulations médiatiques et médias mensonges sur la paix et la sécurité internationale. Elle explique la nécessité d’un rééquilibrage des médias et examine la méthode intergouvernementale (au sein de l’ONU, UNESCO, Mouvement des Non Alignés) pour y remédier et aboutir à un flux libre, équilibré et juste de l’information. Nous arrivons à une des conclusions que le respect par les institutions internationales de la souveraineté étatique est une barrière au développement de la libre expression au sein des régimes répressifs. D’où la pertinence d’un acteur satellitaire comme la chaîne Al-Jazeera, qui passe outre la volonté des gouvernements et s’adresse directement aux peuples.

Dans les mémoires du président américain Eisenhower, ce dernier pressentait que « le jour où les peuples communistes seraient aussi bien informés que les nations libres, le mécontentement, l’agitation et la révolte se mettraient à courir parmi ces centaines de millions d’êtres (…) » L’Histoire se répéta-t-elle avec les peuples arabes dès lors qu’une information non censurée put les atteindre dans les années 1990 ? À la lumière du précédent soviétique, nous nous demandons si, comme les radios américaines Free Europe et Voice of America en ex-URSS, Al-Jazeera a contribué à fissurer de l’intérieur un bloc dictatorial en donnant une tribune à l’opposition et en mettant le projecteur sur les dérives sanguinaires du gouvernant. La propagande des aspirants présidents à vie a fait croire que ce serait « eux ou le chaos », qu’il valait mieux une « dictature pure qu’un chaos qui dure ». Alors que, jadis, les radios occidentales cherchaient à contenir le communisme, Al-Jazeera cassait cette image du paternalisme arabe. Ainsi, seize années de diffusion quotidienne de la chaîne d’information en continu ont-t-elles façonné au jour le jour un homme arabe nouveau ?

Le questionnaire sur la Tunisie concernait quatre branches : les partis politiques, les journalistes, les activistes des droits de l’Homme et enfin les citoyens lambda. Pour les partis politiques, l’objectif de l’enquête était de savoir si Al-Jazeera avait favorisé la visibilité d’un parti avant, pendant ou après la révolution, pour ainsi lui permettre de se construire un électorat ; et si cette chaîne était le seul moyen pour les Tunisiens d’avoir une éducation politique et de connaître les figures de l’opposition durant la dictature.

Concernant les journalistes, nos réflexions se sont portées sur les notions de journalisme de développement et journalisme de crise, puis de savoir si la chaîne qatarie est aujourd’hui encore utile en Tunisie avec l’essor de l’audiovisuel national. Furent également abordées les notions d’« audiences actives » et d’ « input / output » d’un média sur le téléspectateur. Avec les activistes des droits de l’Homme, nous nous sommes demandés si Al-Jazeera pouvait être définie comme locomotive ou suiveuse des changements sociaux et si nous pouvions parler de « télécratie », avec le média comme source de progrès. Enfin, pour les citoyens lambda, les questions ci-dessus étaient reprises dans l’objectif de comprendre l’influence à moyen terme d’une diffusion quotidienne d’Al-Jazeera sur leur prise de conscience politique et le réveil de l’activisme, et enfin de délimiter l’influence réelle de ce soft power par satellite.

Publié en septembre 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°10

 

Hela Ben Hadj M’Barek

est doctorante en Droits de l’Homme, Paix et Développement durable à la Faculté de Droit de Valencia (Espagne). Elle prépare une thèse sur la Renaissance du concept de Nouvel Ordre Mondial de l’Information et de la Communication de l’UNESCO : contribution de la chaîne Al Jazeera sous la direction de Jorge Cardona Llorens et François-Bernard Huyghe. Elle a été boursière en accueil à l’IRMC en juillet 2012.

 

Pour citer ce billet : Hela Ben Hadj M’Barek, « De « l’attentisme politique » à la « maturité démocratique », rôle pré, in et post-révolution de la chaîne satellitaire Al-Jazeera en Tunisie », Le Carnet de l’IRMC, 20 décembre 2012. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/701

 

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Hommage à Nabiha Jerad

Nabiha Jerad
© http://lacombattante.blogspot.com

Nabiha Jerad est décédée le 20 octobre 2012 des suites d’un accident de la circulation. Le directeur et toute l’équipe de l’IRMC s’associent à ses nombreux amis pour présenter leurs sincères condoléances à sa famille. Nabiha était chercheure associée à l’Institut de Recherche sur le Maghreb Contemporain depuis pratiquement sa création. Elle y était particulièrement appréciée tant pour ses compétences et son dynamisme intellectuels que pour ses qualités humaines.

Elle a pris une part active au programme coordonné par Jocelyne Dakhlia Trames de langues. Usages et métissages linguistiques dans l’histoire du Maghreb, publié en 2004, en coédition IRMC et Maisonneuve & Larose. Elle y a écrit « La politique linguistique dans la Tunisie postcoloniale ». Elle participa par la suite aux réunions de programme Dire en langues : analyses en anthropologie du langage, coordonné par Myriam Achour, et Le Maghreb et ses « africanités » : l’identité nationale au regard de ses altérités, coordonné par Stéphanie Pouessel. Elle y a présenté deux interventions : « La publicité : un champ pour une nouvelle lecture de la question des langues au Maghreb », et « Mise en mots d’une rencontre en Ifriqiya entre l’Africain et le Tunisien ». Puis en avril 2011, elle a collaboré au cahier de La Lettre de l’IRMC sur La révolution tunisienne au prisme des sciences sociales, par une contribution intitulée : « Quand dire c’est faire : la révolution tunisienne, un évènement de langage fait l’histoire ».

Nabiha Jerad a initié récemment à l’IRMC le programme de recherche Genre et postcolonialisme dont elle devait coordonner la première réunion le 22 septembre 2012, en collaboration avec Christine Detrez. En hommage, nous avons souhaité présenter l’argumentaire qu’elle a écrit pour cette rencontre, dernier texte d’elle à ce jour. Suivent deux témoignages de deux chercheures de l’IRMC.

 

*

*      *

 

Nabiha Jerad
© http://lacombattante.blogspot.com

S’il est né aux États-Unis et s’y est développé ces trente dernières années avec succès, le post colonialisme se base en grande partie sur des concepts produits par des auteurs maghrébins, ou français étant nés ou ayant vécu au Maghreb, comme Fanon, Memmi, Foucault ou encore Derrida. Il peut alors paraître étonnant que le « post colonialisme n’ait traversé l’Atlantique que très récemment, suscitant ces dernières années en France nombre de traductions, mais aussi des débats passionnés : effet de mode ou véritable outil de pensée heuristique, le post colonialisme mérite alors qu’on l’étudie avec sérieux, avant de s’en emparer, de l’adapter ou de le rejeter.

Comment démêler les deux aspects du « post colonialisme », qui renvoie à la fois à une temporalité (l’après colonialisme) et à un corpus de concepts théoriques ? Plusieurs points aveugles semblent ainsi devoir être interrogés : souvent utilisés dans les études littéraires, les concepts de post colonialisme peuvent-ils être transférés dans d’autres disciplines, comme la sociologie, l’histoire, l’histoire de l’art ? Résistent-ils à l’épreuve du ou des terrains ?

Alors qu’il implique un décentrement du Sud par rapport au Nord, n’est-ce pas étonnant que l’écrasante majorité des productions et publications s’en réclamant proviennent du monde anglo-saxon ? Par ailleurs, comme l’a souligné Spivak, l’articulation avec la pensée du genre reste encore problématique, et les oubliées demeurent, encore et toujours, les femmes. Enfin, les analyses restent essentiellement centrées, quand elles s’appuient sur des corpus, sur la littérature : qu’en est-il des autres arts, comme la danse, la peinture et les arts plastiques, le cinéma, le théâtre ?

Au moment où s’ouvre en France le débat, il paraît ainsi nécessaire de lancer une réflexion pluridisciplinaire, réunissant des chercheurs des deux rives dans le cadre de l’IRMC, sur les rapports entre post colonialisme et genre, tant dans une lecture critique des textes théoriques, que dans des recherches empiriques : l’objectif est ainsi de travailler sur des productions venant de la littérature, la peinture, la danse ou encore l’architecture produite au Maghreb, notamment – mais pas exclusivement afin de permettre une visée comparative – par les artistes féminines.

Il s’agirait ainsi d’une part d’articuler les méthodes issues de diverses disciplines (analyse de corpus, entretiens sociologiques avec les artistes notamment) et d’autre part, de réinsérer les oeuvres dans la chaîne de la production : quels sont les horizons d’attente avec lesquels doivent composer les artistes ? Si on veut appréhender la dimension sociale d’une oeuvre, peut-on l’isoler des contextes de production (maisons d’édition, galeries, etc.) et de réception, tant médiatique, universitaire que « publique » ? On voit ainsi combien le dialogue entre chercheurs d’horizons géographiques et disciplinaires différents, est nécessaire pour sortir des réactions d’adhésion ou de rejet unidimensionnelle dont n’est pas exempte la sphère scientifique.

Nabiha JERAD

(juin 2012)

 

*

*      *

 

Nabiha Jerad
© http://lacombattante.blogspot.com

Il est des chercheurs que l’on rencontre et qui ne laissent pas indemne notre petite réflexion ni notre petite vie. Nabiha l’a été pour moi.

Débarquée il y a 3 ans dans l’univers de la recherche à Tunis, j’ai tout de suite apprécié son caractère iconoclaste. Brillante dans ses recherches, elle faisait partie de ceux qui restent en prise avec la réalité, dans tout ce qu’elle a de corrosif et de prometteur. Légèrement blessée durant les manifestations qui ont suivi le 14 janvier, je la revois investie aux sit-in de la Koubba. Je l’entends encore me relater sa rencontre avec des jeunes d’obédience salafiste et tout ce qu’ils avaient pu partager autour de l’amour d’un même pays. Contrairement à beaucoup, elle avait refusé de partir vivre en banlieue nord de Tunis, et était heureuse dans son appartement bruyant de Lafayette car, de là, elle observait Tunis se mouvoir et changer. Sa curiosité infinie des détails du quotidien et son intuition des phénomènes cruciaux qui font qu’une société se transforme l’ont mené, par exemple, à s’interroger sur les étudiants subsahariens qu’elle croisait quotidiennement dans son quartier.

À ce sujet là, elle nous a offert une belle communication le 4 mars dernier débutant par « les Noirs sont invisibles dans la recherche »[1].

Elle aimait les initiatives nouvelles. Elle nous a soutenus, Nourredine Amara et moi dans une journée d’étude consacrée à l’africaniste Georges Balandier durant laquelle ce dernier était « présent » à Tunis via une visioconférence[2]. Elle avait alors interpellé Balandier sur le ressaisissement des « dominés », dominés par un pouvoir dictatorial mais dominés par la suprématie occidentale aussi. Fondamentalement libre, le « post-colonial », qu’elle a défini comme l’histoire racontée par le décolonisé[3], s’avérait le fond de son questionnement. Elle a tenté de donner une touche tunisienne à cette vaste théorie en rappelant que Sartre avait préfacé les travaux d’Albert Memmi, qu’elle considère comme fondateur du postcolonial aux US où elle se rendait régulièrement. Dans le même sens, elle voulait réhabiliter le Désenchantement national d’Hélè Béji[4] quand elle fait remarquer qu’il a été publié un an avant le fameux essai de Benedict Anderson qui fournit la démonstration de l’échec du nationalisme et de la nation[5]. C’est aussi la révolution tunisienne qu’elle a qualifiée de post-coloniale tant les Tunisiens n’attendaient rien de la France, tout comme on ne lui a pas reproché son soutien indéfectible à Ben Ali[6]. Ce ne sont que quelques uns des moments de réflexion que m’a offerts Nabiha, toujours emmitonnés de l’amitié qui fait que tout est plus léger.

Stéphanie POUESSEL

Anthropologue, IRMC

 

*

*      *

 

Nabiha Jerad et Susan Ossman
© http://lacombattante.blogspot.com

Nabiha devait être ici aujourd’hui ; présente parmi nous, et ces jours ci, en Californie, où nous avions prévu qu’elle passerait le mois de novembre à dépouiller des entretiens, analyser les articles de presse, visionner des vidéos de Youtube et écouter des chansons des rappeurs qui ont participé à la révolution tunisienne.

Le livre que nous préparions portait sur la révolution, les pratiques de civilité et les formes d’expression. Il était inspiré par le programme de recherche sur les médias et les pratiques culturelles qui nous avait amenées à nous connaître ; En 1992 je cherchais à former une équipe de chercheurs et Anne-Marie Planel voulait me présenter à une « fille très fine, très intelligente » : Nabiha, qui comprenait tout de suite pourquoi je passais mes journées à traîner dans les salons de coiffure pour essayer de comprendre quelque chose des relations sociales. À l’époque elle était engagée dans une recherche sur le sens des non-dits sociaux et politiques à travers l’étude des faits divers des journaux maghrébins.

Mais le fait, l’accident, le drame, qui nous a privé de Nabiha n’a pas de sens. Comment saisir que nous sommes privés pour toujours des doux conseils d’une soeur, d’une tante, d’une amie, d’une professeure ? Comment comprendre la perte absurde de cette belle âme, qui unissait une intelligence rigoureuse et une élégance innée à une très grande modestie ?

Nous ne pouvons qu’offrir à sa famille nos condoléances, tout en essayant de remplacer le vide que sa disparition a laissé dans nos vies et nos coeurs par des actions animées par le souvenir de sa joie de vivre, son amour pour son pays, sa fidélité en amitié, mais aussi sa volonté constante d’apprendre et sa capacité à se remettre en question.

Depuis janvier 2011 Nabiha a multiplié ses activités, ses interventions et ses collaborations : elle dormait à peine, elle parlait à tout le monde et à travers le monde de l’avenir de la Tunisie. Malgré tout elle réussit à écrire. Ces chapitres, articles et livres dans lesquels elle analyse des sujets allant du tourisme à la publicité à l’action politique des artistes seront publiés. Sa voix de chercheuse, d’intellectuelle sera ainsi mieux connue. Mais pour nous qui avons eu le privilège de la côtoyer, la lecture de ces textes offrira surtout l’occasion d’entendre, comme si elle nous dictait ces paroles encore une fois, la voix douce, pleine de chaleur et de sagesse de notre chère Nabiha.

Susan OSSMAN

Anthropologue, Université de Californie

Publié en septembre 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°10

[1] Réunion « Enjeux identitaires des mobilités subsahariennes au Maghreb. Sud-Nord : refonte des frontières du soi », 9 et 10 mars 2012, Tunis.

[2] Tenue dans à la Faculté des Lettres et des sciences humaines, Tunis, 4 mai 2011.

[3] Lors du séminaire de l’URESC à Hammamet le 24 avril 2010.

[4] Le désenchantement national, essai sur la décolonisation, Paris, Maspero, 1982.

[5] Imagined communities: reflections on the origin and spread of nationalism, London, Verso, 1983.

[6] Communication orale au CEMAT, Tunis, avril 2012. Des éléments dans : Nabiha Jerad, 2011, « la révolution tunisienne : des slogans pour la démocratie aux enjeux des langues », Archivio Antropologico Mediterraneo, vol. 13, n° 2.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

La migration de retour en Tunisie

Pays de provenance de la migration de retour tunisienne
© RSC-EUI

Parler de migration de retour revient à évoquer une étape du cycle migratoire où les projets et aspirations des migrants peuvent se formuler et se réajuster en fonction de facteurs à la fois contextuels, personnels et spatio-temporels. On sait, depuis des décennies, que la durée de l’expérience migratoire vécue à l’étranger, les motifs du retour et le contexte dans les pays d’immigration et d’origine ont une incidence sur la propension d’un migrant à rentrer au pays et à participer à la vie sociale économique et culturelle de son pays d’origine. Le retour, qu’il soit temporaire ou permanent, constitue un processus, composé d’événements étalés dans le temps, dont on ne peut faire abstraction si l’on souhaite comprendre les raisons pour lesquelles certains migrants parviennent à mieux se réintégrer au pays que d’autres.

Certes, il existe bien d’autres variables dont il faut tenir compte afin d’affiner ces considérations préliminaires. L’une d’elles, essentielle, relève de la décision personnelle, et sans contrainte aucune, de rentrer au pays et de s’y préparer. Cette condition essentielle, que l’on nommera « retour décidé », s’apparente au pouvoir subjectif d’une personne d’organiser son processus de retour, que ce dernier soit temporaire ou non. Elle demeure peu connue, voire reconnue. Peu connue dans la mesure où les statistiques officielles ou données censitaires relatives aux stocks de migrants de retour, quand elles existent, focalisent leur attention sur quelques critères socio-démographiques.

Peu reconnue parce que les aspirations et projets des migrants de retour ont été, au cours des deux dernières décennies, sacrifiés sur l’autel de la sécurisation des flux migratoires temporaires et du contrôle renforcé des frontières. Cette dimension sécuritaire n’aurait jamais atteint un tel degré de consensus au niveau des instances gouvernementales des pays d’immigration et d’origine, ainsi qu’au niveau des organisations intergouvernementales, sans l’adoption d’un lexique à même de légitimer les modes opératoires de ces derniers tout en les rendant plus acceptables et pensables, même si leurs conséquences demeurent impensables. C’est précisément le caractère hégémonique de ce lexique qui a permis, par la construction de nouvelles catégories de pensées, de transformer la notion même de retour en figure de substitution aux termes expulsion, réadmission et éloignement des migrants en situation irrégulière et des déboutés du droit d’asile.

Cet usage euphémique a eu de fortes répercussions sur la compréhension du retour des migrants puisqu’il traduit l’expression directe du pouvoir coercitif des États à l’encontre de personnes perçues par les autorités d’un pays d’immigration comme étant « illégales » (celles dont le permis de séjour est arrivé à terme), voire indésirables (celles qui ont traversé la frontière sans y être autorisées). Cette vision, désormais dominante, a également contribué à consolider l’idée selon laquelle le retour ne serait plus une étape du cycle migratoire, mais bien sa sanction ultime ou sa fin. Elle s’est subtilement imposée par l’adoption d’une dichotomie opposant le retour dit volontaire au retour dit forcé ; tous deux appliqués aux personnes en situation irrégulière ou bien placées en détention. Aujourd’hui, cette vision dichotomique relèverait presque du sens commun si l’on ne s’interrogeait pas sur ses origines idéologiques, ses implications et sa véritable valeur heuristique.

Niveau d’étude de la migration de retour tunisienne avant son départ à l’étranger
© RSC-EUI

Si ces catégories de pensée appliquées au retour peuvent paraître confortables au regard de nombreux officiels et fonctionnaires des pays d’immigration, comme des pays d’origine, elles ne peuvent l’être pour le chercheur. Ce dernier a toutes les raisons de s’affranchir des schémas d’interprétation dominants, sans en renier la prégnance, et de les déconstruire afin de mettre en évidence les risques d’une approche foncièrement sécuritaire de la migration de retour. Reconnaître l’existence de paradigmes puissants, capables de forger les convictions des uns et les priorités des autres, constitue déjà un premier pas dans cette direction, bien plus que ne le serait un ton dénonciateur qui reprend, probablement sans même s’en rendre compte, le même lexique et les catégories dominantes évoqués précédemment. Produire une connaissance, basée sur des analyses plaçant le migrant en tant que tel, ainsi que ses droits, choix et aspirations, au centre de l’attention, permet de recadrer le champ d’investigation et d’explorer les enjeux et réalités propres à la migration de retour.

Par conséquent, on comprend mieux que travailler aujourd’hui sur la migration de retour requiert une démarche à la fois épistémologique, méthodologique et critique. Ces trois dimensions sont aujourd’hui intimement liées, bien plus qu’elles ne l’étaient il y a près de vingt ans. Qui aurait pu imaginer à l’époque qu’un amalgame entre retour et réadmission aurait (naturellement) dominé les pourparlers et débats en matière migratoire ? Qui aurait pu croire que des pans entiers de travaux scientifiques sur la migration de retour, issus de différentes disciplines, auraient été subitement éclipsés par des priorités politiques et par une « expertise » complaisante pour, enfin, tendre vers un subtil alignement mental ?

La réponse à ces questionnements éminemment actuels relève, entre autres, du rapport compliqué entre recherche scientifique et politique, ainsi que de conditions plus générales liées à la véracité des énoncés et à leur légitimation. La recherche empirique et l’analyse critique constituent le seul moyen de reconsacrer le retour comme étape du cycle migratoire, d’une part, et le migrant de retour comme acteur, d’autre part.

L’institut Universitaire Européen (IUE), dans le cadre de la plateforme de recherche « migration de retour et développement »[1] a récemment terminé une enquête réalisée en Tunisie, au cours du premier semestre 2012, basée sur un échantillon comprenant près de quatre cents entretiens directs auprès de migrants de retour tunisiens[2], à savoir des personnes ayant vécu plus d’un an à l’étranger et qui, au moment de l’enquête, sont de retour en Tunisie depuis, au moins trois mois. L’IRMC[3], partenaire de l’IUE, a directement participé à la collecte des entretiens réalisés principalement dans les gouvernorats de Tunis, l’Ariana, La Manouba, Ben Arous, Gabès, Kairouan, Jendouba, et Médenine, auprès de migrants rentrés essentiellement de France, d’Italie, de Libye, d’Oman, du Canada, des Emirats Arabes Unis et des États-Unis.

Chaque entretien était basé sur un questionnaire structuré en trois étapes successives : la situation du migrant avant de quitter la Tunisie, l’expérience migratoire vécue à l’étranger, et les conditions du migrant depuis son retour au pays. Cette approche diachronique permet de mettre en exergue et de comparer différentes réalités migratoires, en termes de parcours individuels, de ressources, d’aspirations, de situations familiales et professionnelles et, enfin, de préparation ; cette dernière représentant une notion centrale dans le cadre des travaux de la plateforme de recherche.

Migration de retour tunisienne par âge et par sexe
© RSC-EUI

La préparation au retour se réfère plus exactement à un processus qui, par définition, s’opère dans le temps et répond à des exigences variées. Elle ne se limite pas au fait de se préparer une fois que le migrant décide, de manière autonome, de rentrer au pays. Elle comprend également la capacité à mobiliser les ressources, aussi bien tangibles (financières et matérielles) qu’intangibles (formation et compétences professionnelles, réseaux sociaux et capital social), lui permettant de garantir son retour et sa réintégration au pays.

Aussi, comprendre les raisons pour lesquelles il existe différents degrés de préparation au retour est essentiel afin d’analyser comment les modes de réinsertion des migrants de retour en Tunisie varient autant.

Par ailleurs, les résultats de l’enquête, à l’étude actuellement, permettront d’élucider de nombreuses questions dont la plus fondamentale est justement celle portant sur les multiples facteurs qui influencent la réintégration des migrants.

Ces considérations acquièrent encore plus de pertinence si l’on s’attache à analyser comment, et en fonction de quelles variables significatives, certains migrants de retour ont réussi à investir, mieux que d’autres, leur expérience migratoire dans le cadre de leur réinsertion professionnelle, par exemple, par des projets créateurs d’emploi.

En somme, il est toujours possible de mieux penser le retour, sans s’aligner sur des amalgames, en plaçant les droits, les aspirations et les projets des migrants au centre de l’attention.

Publié en septembre 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°10

 

Jean-Pierre Cassarino

est Professeur au Centre Robert Schuman, Institut Universitaire Européen, Florence, et chercheur associé à l’IRMC.

 

Pour citer ce billet : Jean-Pierre Cassarino, « Travailler aujourd’hui sur la migration de retour », Le Carnet de l’IRMC, 18 décembre 2012. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/680

 


[2] Une enquête précédente avait déjà été réalisée en Tunisie, en 2006, dans le cadre du projet MIREM (Migration de Retour au Maghreb). Les analyses et données brutes issues de cette enquête sont librement accessibles à partir du site : http://rsc.eui.eu/RDP/fr/researchprojects/mirem/.

[3] L’auteur remercie chaleureusement toute l’équipe de l’IRMC, ainsi que les enquêteurs Mahmoud Abdelmoula, Khalifa Bahrouni, Héla Bouras, Yacine Herichi, Mohamed Anis Jebri, Massaoud Kouri, Mohamed Sadok Lejri, Khaoula Matri, Mehdi Mhamed Mahjoub, Hédia Msolli, Nadia Saddem, Lilia Sagaama ; plus spécialement, Rached Ben Khalifa et Davide Calenda pour le contrôle et la validation des données.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Processus électoraux et territoires en Tunisie

Recherche en partenariat entre l’IRMC, l’Observatoire Tunisien de la Transition Démocratique et la Fondation Hanns Seidel, 13-14 juillet 2012.

Comme l’on démontré les mobilisations populaires en Tunisie, c’est à l’échelle des territoires que les inégalités du développement et l’injustice sont plus particulièrement perçues et vécues. Les disparités socio-territoriales croissantes qui ont accompagné les processus de développement figurent en effet parmi les causes profondes des révoltes populaires qui ont embrasé le pays à partir de décembre 2010. Ces disparités ont ressurgi à travers les résultats des élections pour l’Assemblée Constituante Tunisienne, qui se sont traduits par de fortes différences de participation et de choix électoraux entre les métropoles côtières et l’intérieur, ainsi qu’entre différents quartiers au sein des grandes villes côtières. Alors que les interprétations courantes des élections du 23 octobre 2011 n’accordent que peu d’attention à la dimension territoriale du vote, leurs résultats interrogent fortement sur l’importance des inégalités sociales et territoriales comme clé de compréhension des comportements électoraux. D’une part, la géographie des résultats électoraux exprime les inégalités de développement et de structures socio-économiques. D’autre part, cette territorialité du vote tunisien ne peut pas être réduite à ces inégalités socio-économiques et recouvre d’autres dimensions importantes, socio-historiques, culturelles et politiques.

Dans cette perspective, le projet de recherche « Processus électoraux et territoires » entrepris par une équipe tuniso-française, coordonné par Alia Gana (CNRS/IRMC) et Gilles Van Hamme (ULB), s’est fixé trois principaux objectifs :

1. Analyser les liens entre la géographie de l’implantation des partis et les caractéristiques socio-économiques des territoires. 2. Comprendre les processus sociaux localisés qui influencent les choix électoraux. 3. Former des jeunes chercheurs dans les approches de l’analyse électorale.

L’approche de recherche retenue comporte plusieurs volets : 1. une cartographie des résultats électoraux et le croisement de ces résultats avec les caractéristiques sociales, démographiques et économiques des territoires, 2. des enquêtes par questionnaire auprès d’un échantillon de votants permettant d’établir le profil de l’électorat des différents partis (professions, âge, sexe, diplôme etc.), 3. des enquêtes par entretiens et focus group qui favorisent une prise en compte de la dimension collective du vote et sa spécificité territoriale.

Les premiers résultats de l’analyse et les perspectives du projet ont été présentés au cours de deux séminaires, organisés à Tunis en mars et juillet 2012, et réunissant des chercheurs, des experts et des acteurs institutionnels et de la société civile.

Les fondements socio-territoriaux de la géographie électorale de la Tunisie

L’analyse issue du croisement des résultats électoraux et des données socioéconomiques à l’échelle des délégations a fait ressortir que les principaux partis tunisiens réalisent en moyenne leurs meilleurs scores dans les zones urbaines côtières plutôt que dans les zones rurales intérieures, indiquant une corrélation significative et positive avec l’indice de développement socio-économique. En revanche, Al Aridha (la liste populaire) est le seul grand parti à présenter une corrélation négative avec l’indice de développement socio-économique, signe d’une implantation plus forte dans les zones intérieures. Ainsi, la géographie électorale issue du vote du 23 octobre s’est structurée autour de deux oppositions. La première est celle entre les grands partis qui réalisent leurs meilleurs scores dans les zones urbaines et développées et le reste du spectre politique, en particulier Al Aridha, implantée dans les zones les moins développées. Les résultats électoraux font donc apparaître une forte opposition centre/périphérie : les zones métropolitaines votent pour les grands partis dominants, alors que les zones périphériques et peu développées ont participé nettement moins au scrutin, et réfutent tant les partis « modernistes » que le grand parti islamiste, du moins en termes relatifs.

La géographie du vote des 5 premiers partis aux élections de l’ANC, à l’échelle des délégations.
© Maher Ben Rebah

La seconde opposition territoriale se situe entre les partis « modernistes » et Ennahdha. Alors que les partis « modernistes » obtiennent, en termes relatifs, leurs meilleurs scores dans les délégations aisées, Ennahdha est implanté dans des quartiers plus populaires, où il rencontre la concurrence d’Al Aridha. Cette seconde opposition semble donc recouvrir une opposition sociale profonde entre classes dominantes et classes populaires, tant urbaines que rurales. De même, dans les zones intérieures, les partis s’implantent dans des régions différentes en termes relatifs : les partis « modernistes » obtiennent leurs meilleurs scores relatifs dans le Nord-Ouest, mais semblent presqu’inexistants dans le Sud où Ennahdha apparaît presqu’hégémonique.

Enfin, l’analyse fait ressortir que les grands partis « modernistes » (Ettakatol, PDM, PDP, Afek) présentent une certaine homogénéité géographique à la fois parce que leurs meilleurs scores sont obtenus dans les grandes villes côtières mais aussi, pour une part, dans les mêmes quartiers au sein de celles-ci. Cela confirme l’importante dispersion des voix du pôle « moderniste » au sein duquel la convergence idéologique se traduit par une forte concurrence pour capter une base électorale socio géographique commune.

Au-delà des grands partis, il est aussi important de noter que de nombreux autres partis, bien que faibles à l’échelle nationale, montrent une forte implantation à l’échelle locale. Ainsi, s’il semble se dégager une très forte « territorialité » des comportements électoraux, celle-ci n’est pas réductible aux caractéristiques objectives socio-démographiques des territoires. D’où la nécessité de donner un contenu à cette dimension territoriale du vote.

L’approche localisée des processus électoraux

C’est ce à quoi s’attache la deuxième phase de la recherche dont l’objectif est, d’une part de cerner les bases sociales des différents partis et leurs logiques d’implantation, d’autre part de comprendre les processus sociaux locaux qui influencent les comportements électoraux. Dans un premier temps, des enquêtes test par questionnaire individuel ont été réalisées auprès d’un échantillon réduit d’électeurs dans différents quartiers urbains et villages ruraux (à Tunis, Jendouba, Sfax et Zaghouan). Leur analyse a permis d’observer : 1. un vote socialement différencié dans l’agglomération de Tunis, où le vote Ennahdha est plutôt cantonné aux classes populaires et où le vote en faveur des partis « modernistes » découle d’une volonté d’exprimer des convictions personnelles, en rupture avec l’ancien régime, ainsi que de l’adhésion aux valeurs des droits de l’homme et des libertés individuelles, 2. un vote local très homogène, aussi bien dans les quartiers urbains défavorisés qu’en zone rurale, où le vote Ennahdha, pratiquement hégémonique, est un acte d’adhésion collective à un parti considéré comme le parti de Dieu, comme le parti des exclus et des opprimés, tirant sa légitimité de son histoire ancienne d’opposant à l’ancien régime, des sacrifices consentis par ses militants et de sa proximité avec « les gens du peuple ». De manière plus générale, le vote Ennahdha est apparu très discriminant d’un point de vue socio-territorial (lieu de résidence et catégorie sociale). De cette étude préliminaire des localismes électoraux l’équipe de recherche a dégagé trois hypothèses de travail : L’homogénéité locale du vote en milieu rural et les logiques collectives qui le guident ; le rôle du système de notabilité à l’échelle locale et de l’encadrement social et politique dans l’orientation des comportements électoraux ; et enfin la différenciation du vote urbain en fonction du milieu social et du lieu de résidence.

Afin de vérifier ces hypothèses de travail, les enquêtes par questionnaire ont été étendues à un échantillon de 600 électeurs, sélectionnés à l’échelle des centres de votes et dans divers quartiers ou villages en zone urbaine, périurbaine et rurale 1. Destinées avant tout à éclairer les logiques collectives du vote au niveau local, les données d’enquêtes ont été rassemblées dans une base commune permettant un traitement statistique global et une approche comparative entre terrains étudiés. Bien que non représentative de l’ensemble des votants, la base permet tout de même de souligner quelques déterminants socio-démographiques puissants de la participation et du choix électoral, en particulier l’impact du sexe et du diplôme sur les comportements électoraux. Il ressort tout d’abord que la participation est fortement déterminée par le sexe (les femmes participent moins) et le niveau socio-économique : plus le diplôme ou la profession sont élevés, plus on participe. Par ailleurs, les jeunes de notre échantillon ont moins participé mais ce résultat est moins stable et significatif.

En ce qui concerne l’orientation vote, il apparaît que le vote Ennahdha est lié à la fois au sexe et au niveau de diplôme, avec une probabilité de vote plus élevée pour les femmes et les personnes ayant un diplôme (ou une profession) de faible niveau. Par contre, pour le vote « moderniste », seul le niveau de diplôme apparaît significatif : plus il est élevé, plus le vote « moderniste » est élevé.

L’interprétation de ses résultats exige une grande prudence étant donné que les différents partis regroupés sous l’étiquette « modernistes » peuvent en réalité avoir des bases électorales relativement différentes. Ils semblent néanmoins avoir en commun une plus forte implantation au sein des votants à statut social plus élevé. Ces premières conclusions devront être confirmées par des études plus poussées et systématiques mais constituent un complément utile à l’analyse de la géographie électorale et aux analyses plus qualitatives des différents observatoires.

Le deuxième volet de l’approche localisée des comportements électoraux repose sur une approche qualitative au moyen d’entretiens individuels et collectifs auprès d’un échantillon réduit d’électeurs et d’acteurs politiques et de la société civile, sélectionnés également à l’échelle des quartiers urbains et des localités rurales. Cette approche vise à mieux cerner la dimension collective du vote et sa spécificité territoriale, ainsi que les raisons de l’abstention, particulièrement importante lors du dernier scrutin. Il s’agit plus précisément de cerner les processus sociaux (localisés) qui contribuent à la production d’un vote « conforme » dans un espace donné.

L’objectif est enfin de mieux comprendre le vote des jeunes et des femmes et de vérifier les hypothèses suivantes : les femmes s’abstiennent plus et votent moins pour les partis conservateurs ; les jeunes ont tendance à voter comme leurs parents et le groupe familial ou de voisinage.

L’approche qualitative par entretiens individuels et collectifs vise également à mieux cerner les spécificités du contexte socio-politique local, d’affiner la connaissance des réseaux d’encadrement social et politique et de mieux comprendre la stratégie d’implantation des acteurs politiques (partis, listes indépendantes) et des acteurs de la société civile (modes d’action, campagne électorale, difficultés rencontrées, leçons tirées). Ces entretiens sont en cours de réalisation par les différentes équipes associées au projet (Université de La Manouba, Université de Sfax, IRMC, Observatoire de la transition démocratique).

L’ensemble des résultats issus des différentes phases du projet seront présentés au cours d’un colloque international prévu à Tunis le 23 et 24 novembre 2012 auquel seront conviés des chercheurs, des experts en analyse électorale et des représentants de la société civile.

Publié en septembre 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°10 

 

Alia Gana

est sociologue et directrice de recherche CNRS UM7533 LADYSS. Elle est actuellement chercheure à l’IRMC en affectation CNRS, où elle coordonne deux programmes de recherche : « Processus électoraux, territoires et légitimités en Tunisie et au Maghreb » et « Disparités socio-spatiales et inégalités écologiques : nouveaux défis du développement territorial en Tunisie et en Afrique du Nord ».

 

Gilles Van Hamme

est géographe et chargé de recherche à l’Université Libre de Bruxelles.

 

Pour citer ce billet : Alia Gana et Gilles Van Hamme, « Processus électoraux et territoires en Tunisie », Le Carnet de l’IRMC, 17 décembre 2012. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/674

 

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Religion et processus de démocratisation dans le pourtour méditerranéen

La deuxième réunion du programme conçu et dirigé par Cherif Ferjani, Religion et processus de démocratisation dans le pourtour méditerranéen, s’est tenue à Sidi Bou Saïd les 11 et 12 mai 2012, avec le soutien de l’ISERL (Institut supérieur d’études des religions et de la laïcité de Lyon), de la Faculté des Lettres et sciences humaines de Sousse et de la Fondation Abdelaziz Ibn Saoud pour les Études Islamiques et les sciences humaines de Casablanca.

Le fil conducteur de ces journées fut formulé dans les débats par René Otayek. Y aurait-t-il une religion qui entretiendrait des relations électives avec la démocratie ? Il n’y en a effectivement pas, tout comme il n’y a pas d’auto engendrement de la démocratie, et nous sommes plutôt en présence de longs conflits et négociations, de pressions progressives sous la forme d’une histoire qui peut osciller de la démocratie à la théocratie. Il a fallu d’entrée de jeu qualifier la démocratie : « la démocratie ce n’est pas le consensus mais le conflit même s’il est pacifié » (René Otayek). Et c’est là qu’interviennent les régulations de l’histoire, qu’elles soient positives ou négatives pour la démocratie.

L’historicité des régulations religion/société

Les intervenants ont mis en évidence l’historicité de la question religieuse. On a d’abord pu noter la force de la religion d’une part comme système symbolique capable d’apporter une réponse à la douleur ou à la mort, et d’autre part comme système de pouvoir par lequel l’Islam s’est trouvé confronté à un conflit avec l’Europe poussée au repli (Mohamed Kerrou). Le religieux est ici au cœur d’un rapport de force avec le politique, bien souligné par Kmar Bendana notamment à propos de la création de la grande mosquée de Paris dans la Tunisie coloniale, puis par Chérif Ferjani dans le cadre de la marginalisation de la pensée réformiste par les courants des Frères musulmans et des modernistes autoritaires. La thématique de l’historicité des régulations religion/société renvoie alors à deux préoccupations de la gestion démocratique :

– L’engagement du religieux dans la société, et le militantisme social. J.D. Durand a évoqué la politisation du catholicisme social par l’exemple de la démocratie chrétienne qui, nourrie de l’actualisation de la doctrine sociale, a aidé à la réconciliation des catholiques avec la démocratie. De son côté, Tassos Anastiadis a bien montré deux modèles d’acteurs religieux en Grèce : le modèle ascétique des officiers du culte (entrée au monastère, célibat), où l’acteur s’extrait de la société en se désengageant de ses principes vitaux ; le modèle d’engagement des congrégations qui vont quadriller la société par une politique de bienveillance sociale et d’assistance publique. Ce second modèle témoigne des diverses modalités d’intervention de l’État tantôt déléguant aux associations religieuses, tantôt reprenant la « Providence sociale ».

La gestion du pluralisme. L’oscillation de l’histoire dans un mouvement d’inclusion/ exclusion du religieux dans la société, s’illustre particulièrement dans un contexte pluriel. À ce titre, René Otayek nous a décrit le pluralisme religieux comme un processus de régulation à ne pas confondre avec un partage du pouvoir, comme un paramètre et une ressource stratégique dans la compétition politique. En ce sens, la rhétorique de l’unité nationale sera perçue comme mode de régulation des minorités pour légitimer la domination d’un groupe sur d’autres. Dans le cadre du pluralisme stratégique d’un régime autoritaire maintenu par des relais hors de sa communauté, et en estimant que « le consentement n’est pas l’obéissance », on pourrait interpréter l’adhésion d’un groupe à une idéologie dominante comme une forme d’émancipation de ce groupe. Dans cette même ligne d’interprétation, Martine Cohen a bien évoqué les alliances horizontales menées par les juifs en Afrique du Nord avec les autres groupes sociaux, et sur la base d’une construction de l’État-nation.

Enfin, autre forme de régulation historicisée, celle du retour du religieux. Selon Mondher Kilani, le retour du religieux ne correspond pas forcément à un ralentissement de la sécularisation mais plutôt à une sorte de stabilisateur des identités, un « idiome de revendications sociales et économiques », un espace de confrontations sociales.

Pour sa part Pierre Gisel y voit un fait social « qui cristallise la protestation […] lorsque les possibilités culturelles s’effondrent », et que « les relations ‘fondamentales’ réapparaissent sous forme d’acculturations et de discontinuités culturelles momentanément, on dira historiquement, normalisées et rationalisées ». Ainsi que le soulignait René Otayek, on peut imaginer qu’il s’agit moins là d’un « retour » que d’une « dérégulation » du champ du religieux.

Nouveaux acteurs, nouveaux concepts

L’intervention d’autres acteurs (les femmes, les jeunes) sur la scène sociale et notamment dans le cadre des mouvements sociaux et politiques qui traversent le monde arabe, s’impose comme un « analyseur » privilégié des relations établies entre religion et démocratie. Selon Sophie Bessis, de la révolution sociale est née une référence à la norme religieuse, qui vient entraver la réalisation de l’égalité entre les sexes. Considérant que la réislamisation de la loi ne peut pas faire l’économie d’une régression du statut de la femme, Sophie Bessis fait le constat d’un « oxymore » politique, caractérisant une « démocratisation sous hégémonie islamique ». Face au refus du mouvement de sécularisation, la prise de parole des femmes apparaît alors comme la principale manifestation de la mutation des sociétés, structurante du champ politique.

Mohamed Janjar s’est interrogé sur la contre culture jeune. Si au lendemain de l’indépendance 80 % des jeunes s’inscrivaient dans la démarche d’un refoulement du religieux dans l’espace privé, des recherches menées récemment au Maroc montrent une inversion des pratiques de ces jeunes dont plus de 41 % sont engagés dans la prière quotidienne et où 76 % des filles sont favorables à la tenue. Le religieux prend toutefois d’autres formes : pratiques moins régulières, plus de tolérance sur la mixité, comportements plus individualisées et ouverts sur l’ordre mondial, liés aux NTIC. On constate un déplacement de l’engagement politique vers la sphère civique et associative et, effet probable de la transition démographique, une montée en puissance de l’engagement socio territorial des jeunes ruraux.

Les intervenants ont mis en évidence l’opérationnalité des concepts. Selon Aqbal Gharbi, la coupure provoquée dans la pensée politique par la révolution tunisienne, introduit une réflexion fructueuse sur le concept de liberté défini comme l’autonomie et la spontanéité du sujet rationnel, ainsi que sur la relation établie entre liberté, citoyenneté et tradition, l’idée de laïcité devenant caduque puisque la religion pourrait aménager un terrain d’entente entre conservateurs et libéraux. Se pose aussi la question des conflits identitaires, la mise en avant de l’identité religieuse imposant une lecture unitaire susceptible de porter atteinte aux identités multiples que suppose la démocratie. En ce sens, l’intervenante a posé la nécessité de distinguer les aspects politiques et identitaires, le politique devant relever d’un projet partagé et non d’une identité culturelle ou religieuse, plaidant alors pour une rupture historique négociée face à la tradition musulmane, qui n’en marque ni une sortie ni un abandon. Enfin, autre concept interrogé par les mutations actuelles, celui d’espace public. Mohamed Kerrou montre d’abord que l’Islam aujourd’hui est un Islam sexué. De plus, cette notion a évolué dans le cadre d’un État national non achevé n’ayant pu imposer une dynamique de développement et s’étant lui-même acheminé vers un État transnational. La question religieuse s’est transformée dans un contexte de globalisation. On ne peut alors plus exclure les religieux de l’espace public, et ils sont appelés à traduire en termes séculiers leurs visions du monde.

Repenser les sciences sociales

Les transformations survenues dans les sociétés arabes ne sont pas sans impacter le projet même des sciences sociales et leurs outils de construction du savoir. À ce titre Mohamed Kerrou a bien évoqué le projet scientifique de la sociologie et de l’anthropologie, de « déconfessionnaliser » la religion, d’en déconstruire la diversité : « les données de l’anthropologie incitent à préférer une approche rationnelle du sacré, construction par l’homme d’un moi autonome confronté à une menace perpétuelle de sa disparition ». De son côté Martine Cohen a mis en évidence deux langages de la laïcité. D’une part le langage des acteurs (sécularisation, laïcité), et d’autre part le langage conceptuel et analytique des sociologues qui dégagent un principe d’universalité, modulable selon les sociétés, dans les notions de séparation des pouvoirs, de liberté de conscience, d’égalité des citoyens. Selon Mohamed Kerrou, de nouveaux outils sont à trouver pour penser par exemple le paradigme de la transition démocratique. Valables pour les pays de l’Est, les outils de la sociologie historique le sont-ils encore pour ceux du Sud, lorsque les différences l’emportent sur les similitudes ? Autre outil, celui de l’approche comparée des religions, mis en œuvre par Cherif Ferjani dans le cadre de son séminaire à l’IRMC. Enfin, René Otayek a bien posé la nécessité de revisiter le patriarcat à la lumière de la démographie, et de prendre en compte dans nos analyses la question des mouvements de populations. Mutation épistémologique des outils d’interprétation d’autant plus difficile du fait de l’objet même des sciences sociales qui travaillent sur « l’incertain des scènes qui se meuvent en permanence, des fluidités extrêmes ».

Publié en septembre 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°10 

 

Pierre-Noël Denieuil

Sociologue, directeur de l’IRMC

 

Pour citer ce billet : Pierre-Noël Denieuil, « Religion et processus de démocratisation dans le pourtour méditerranéen », Le Carnet de l’IRMC, 14 décembre 2012. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/670

 

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Regards croisés sur les mouvements sociaux en ligne, les mutations sociopolitiques et les processus de transition démocratique en cours

Soucieux de jouer pleinement son rôle de mobilisateur dans le domaine de la recherche sur des questions prioritaires dans les pays du Maghreb, l’IRMC poursuit sa réflexion sur le rôle des TIC dans les transformations sociopolitiques. Loin d’être une simple thématique de recherche en vogue, cette question s’est imposée en raison de l’évolution intermittente des événements sociopolitiques dans les pays de la région. L’appréhension de cette question nécessite une approche transdisciplinaire couplée d’un regard croisé et d’une synergie entre des chercheurs qui s’intéressent à des expériences de transition démocratique différentes.

La rencontre « Mouvements sociaux en ligne face aux mutations sociopolitiques et au processus de transition démocratique », a été organisée à Sidi Bou Saïd, du 12 au 14 avril 2012 avec le soutien du Centre de Recherche pour le Développement International (CRDI) canadien. Elle a permis à une trentaine de participants (Algériens, Belges, Canadiens, Espagnols, Français, Grecs, Italiens, Libanais, Libyens, Roumains, Turques, Tunisiens, Yéménites et Sud-américains) de débattre d’une question d’actualité relative aux transformations sociopolitiques qui traversent le bassin méditerranéen, en tirant profit des expériences vécues dans d’autres pays appartenant à des aires géographiques et socioculturelles différentes (en l’occurrence les expériences de l’Europe de l’Est et de l’Amérique Latine).

Les travaux se sont articulés autour de quatre axes thématiques. Le premier concerne la routinisation des usages sociaux des TIC et la socialisation politique et démocratique ; le deuxième a porté sur les mouvements sociaux en ligne, les nouveaux acteurs politiques et les légitimités antagoniques ; le troisième a été focalisé sur l’espace public « virtuel », l’exercice de la citoyenneté et les enjeux éthiques dans un contexte de transition démocratique. Quant au quatrième thème, il était axé sur le rôle des femmes dans les mouvements sociaux en ligne. Par ailleurs, deux ateliers ont été consacrés à la présentation des expériences démocratiques en Amérique Latine (le Chili et le Brésil) et en Europe de l’Est (la Grèce, la Roumanie, la Bulgarie et la Serbie), et du processus de transition démocratique dans certains pays arabes (au Yémen, en Libye et en Syrie). Plusieurs points saillants peuvent être dégagés à l’issu des travaux :

1- L’intérêt de l’approche adoptée caractérisée par l’ouverture au regard extérieur et la comparaison, d’une part, entre des contextes géopolitiques et socioculturels hétéroclites et, d’autre part, entre des champs disciplinaires différents. Cet échange fructueux entre les participants a permis de mettre l’accent sur les caractéristiques communes propres aux usages des TIC dans un contexte de transition démocratique (capacité de mobilisation politique ; démocratisation de la participation politique en dépit de la fracture numérique entre les catégories sociales et les régions ; importance de la dimension émotionnelle, voire utopique ; effervescence révolutionnaire ; circulation des rumeurs ; incertitude liée au processus de transition, etc.). Nous avons constaté également les singularités des contextes et la diversité des expériences : le rôle crucial joué par les TIC dans les transformations politiques en Tunisie et en Égypte, contrairement aux contextes libyen et yéménite par exemple où le nombre de cyberactivistes est encore limité en raison de la faiblesse du taux de pénétration d’Internet. Les mouvements sociaux en ligne y ont suivi, d’une part, l’effervescence sociale et, d’autre part, l’exemple des cyberactivistes tunisiens et égyptiens.

2- Les réseaux sociaux numériques qui ont fait leur preuve (à des degrés variables) au niveau de la lutte contre l’autoritarisme, sont de plus en plus questionnés en tant que moyen efficient pour la socialisation politique et la mobilisation citoyenne dans un contexte de transformation sociopolitique et de transition démocratique. Les expériences latino-américaines et Est européennes ont nourri la réflexion sur cette question. En effet, l’accent a été mis sur le fait que les réseaux sociaux favorisent une conception plus horizontale de la démocratie, fondée sur l’idée d’une organisation politique moins hiérarchique. Un autre point a été évoqué ; il concerne la place tenue par la diaspora au niveau de la transition démocratique (le cas de la Roumanie par exemple).

3- Les mouvements sociaux en ligne ont joué un rôle important sur le plan de la reconfiguration de la sphère publique. Les différents participants ont insisté sur la nécessité de dépasser le déterminisme technologique et de tenir compte de l’articulation entre l’espace public traditionnel et l’espace public médiatisé par les TIC. À ce titre, l’accent a été mis sur l’amplification, c’est-à-dire que les TIC perpétuent des tendances lourdes déjà existantes ou naissantes et renforcent une pluralité de tendances.

4- La Toile numérique assure, dans une large mesure, une meilleure visibilité des nouveaux acteurs impliqués dans le processus de transition démocratique, dont les femmes qui investissent l’espace public alternatif et qui proclament, en tant que citoyennes à part entière, leur droit à la participation politique.

5- Les mouvements sociaux en ligne ont certes joué un rôle important au niveau de la lutte contre les régimes autoritaires, mais il est important aujourd’hui de procéder à une démythification des TIC en s’interrogeant sur les effets pervers des usages de ces nouvelles technologies qui peuvent nuire au processus de transition démocratique et constituer un espace contre révolutionnaire.

De manière générale, les débats ont permis à l’IRMC de contribuer à la réflexion sur des questions d’actualité qui n’ont cessé d’interpeller la communauté scientifique dans le domaine des sciences humaines et sociales et de penser les bifurcations sociopolitiques à l’œuvre dans la région du Maghreb et de la Méditerranée. Une telle manifestation de portée internationale, a ceci d’important qu’elle a été basée sur la comparaison entre des approches propres à des champs disciplinaires différents et entre des expériences démocratiques hétérogènes.

Sur un autre plan, plusieurs participants aux journées sont membres du réseau Communication, médias et liens sociaux en Méditerranée « COMMED » (initié par l’IRMC dans le cadre d’un projet GDRI). Ils se sont réunis pour la finalisation du projet qui doit être soumis au CNRS.

Enfin, il importe de souligner que cette rencontre a été l’occasion de renforcer et d’élargir le réseau qui a été constitué en 2010. De plus, elle ouvre des perspectives de coopération avec le CRDI. À ce titre, un projet de recherche a été discuté en marge de la réunion pour contribuer à la réflexion sur des questions prioritaires pour la région en rapport avec les transformations sociopolitiques et le processus de transition démocratique au Maghreb. Cette région qui représente un terrain empirique complexe et hétéroclite offre un observatoire de recherche d’un intérêt certain.

Publié en septembre 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°10 

Sihem NAJAR

est sociologue et chercheure détachée de l’Université tunisienne. Elle conduit à l’IRMC le programme Stratégies identitaires, mobilités spatiales et nouvelles formes de liens sociaux en Méditerranée.

 

Pour citer ce billet : Sihem Najar, « Regards croisés sur les mouvements sociaux en ligne, les mutations sociopolitiques et les processus de transition démocratique en cours », Le Carnet de l’IRMC, 13 décembre 2012. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/663

 

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Affrontements armés, réseaux tribaux et prédation aux frontières de la Libye

Situation géographique de la Libye
© Médecins sans frontières

Depuis le mois de février 2012, les frontières libyennes connaissent une flambée de violence et d’affrontements armés. De M’saêd aux portes de l’Égypte à Ras Jdir sur la frontière tunisienne et de Ghat sur la route du Niger à Lâwinet aux environs de Koufra, des milices armées ont investi les postes frontaliers et douaniers ainsi que les pistes de la contrebande chassant les fonctionnaires récemment affectés par le gouvernement provisoire de Tripoli. Ces milices sont composées en général de jeunes issus de tribus ou de groupes ethniques dont les territoires historiques sont situés à proximité ou à cheval sur l’une ou l’autre des frontières. Elles sont aussi l’émanation des réseaux de contrebandiers actifs sur les routes et les pistes reliant les principaux marchés de Libye aux pays frontaliers. Toutefois, au-delà des similitudes des situations qui caractérisent les actions armées d’occupation des postes par les diverses milices, les configurations de chaque situation restent marquées par des spécificités qui peuvent être succinctement exposées comme suit :

Le poste de Ras Jdir à la frontière tuniso-libyenne : Un butin de guerre âprement disputé

Les milices de la ville de Zouara[1] ont occupé le poste de ras Jdir et ont imposé une administration des douanes et de la sécurité issue de leurs rangs, considérant ainsi la prise de contrôle de cette frontière comme un « butin de guerre ». Grâce à ce fait d’arme, les milices de Zouara ont, dans une première phase, contraint les Libyens originaires de toutes les autres régions du pays et particulièrement les commerçants transitant par la frontière, à leur verser des « droits de passage » avant de monopoliser progressivement, dans une seconde phase, le commerce transfrontalier avec la Tunisie.

Poste frontière de Ras Jdir.
© AFP / Mahmud Turkia

L’absence de l’Armée et des forces de sécurité à la frontière a favorisé l’essor, sans précédent, des trafics de stupéfiants et de la contrebande des boissons alcoolisées en direction de la Libye[2]. La recrudescence des activités d’échanges contrôlées par les milices de Zouara a amené celles-ci à étendre leur emprise sur l’ensemble du « territoire » qui s’étend de la ville de Ajilet au poste de Ras Jdir et notamment sur les routes qui relient la capitale Tripoli à la frontière tunisienne. Cette mainmise sur la frontière suscite l’animosité de plusieurs tribus et milices armées dans l’Ouest libyen et particulièrement celles de Regdaline et d’Al Jamil[3]. Ces dernières n’ont pas hésité à organiser une série d’attaques sanglantes destinées à déloger les milices de Zouara de leurs postes et à s’assurer le contrôle des routes de la Tripolitaine en canalisant les flux commerciaux et de contrebande suivant une voie située plus au Sud et traversant leurs territoires tribaux respectifs. Tentatives qui se sont souvent soldées par des échecs face à l’intensité de feu déployée par les miliciens lourdement armés de Zouara.

Les milices de Zouara – qui ont par le passé entretenu d’étroites relations avec leurs partenaires tunisiens de Ben Guerdane – ont à plusieurs reprises traversé la frontière tunisienne pour des expéditions punitives contre les réseaux de contrebandiers récalcitrants. Mais ce sont les exactions commises contre les éléments de la Garde Nationale tunisienne, le pilonnage des postes de douane et l’enlèvement des soldats qui sont les plus spectaculaires et témoignent de la volonté (et des capacités logistiques et financières) de la milice de Zouara d’imposer un nouveau rapport de force à la frontière.

Le poste de M’saêd à la frontière égypto-libyenne : le compromis entre les réseaux

Les milices de Toubrouk (Thouwaar Deraâ Tobrouk)[4] ont investi le poste de M’saêd après avoir chassé les autres groupes armés qui s’y sont installés depuis le début des évènements en mars 2011. Toutefois, les habitants de Selloum et de Boukbouk, localités égyptiennes proches de la frontière, redoutant la mainmise de cette milice sur le commerce transfrontalier et notamment le trafic du carburant, ont organisé une expédition qui leur a permis de repousser les groupes armés vers l’intérieur du territoire libyen. Les escarmouches et les combats localisés se sont déroulés sous l’oeil de l’Armée égyptienne qui s’est abstenue de toute intervention. Depuis le mois de février 2012, une sorte de compromis semble régir les rapports entre les acteurs dans la région.

Les milices de Toubrouk contrôleraient une partie importante des trafics de carburant et de produits alimentaires subventionnés en direction de l’Égypte, et les groupes de Selloum domineraient la filière des passages clandestins des travailleurs vers la Libye.

La Piste de Dongola à Lâwinet à la frontière soudano-tchado-libyenne : le poids des guerres et la tentation de la scission

Différemment des deux précédentes frontières, la région orientale du Fezzan a servi ces dernières années comme base arrière pour plusieurs groupes armés dissidents ayant participé aux soulèvements du Darfour ou de l’Ennedi. La disparition de Kadhafi a suscité les ambitions des minorités ethniques de la région et particulièrement les Toubous dont le territoire historique est situé à cheval sur les trois pays limitrophes. L’éloignement de la capitale Tripoli et de Benghazi ou Misratha, foyers principaux du soulèvement armé en Libye, a permis aux Toubous d’asseoir leur domination sur la majeure partie de la route de Dongola et de chasser toutes les autres milices qui se seraient opposées à leur projet. Toutefois, la valorisation du commerce transfrontalier de la « piste de Dongola » nécessitait le réseautage d’une série de villes étapes et principalement Koufra et Sebha. Or, ces villes, bien que peuplées par une importante communauté touboue, n’en étaient pas moins des villes garnison et abritaient d’autres groupes tribaux, dont les Zouî qui jouissaient de solides alliances avec les puissantes milices du Nord. Les affrontements qui eurent lieu en février et mars 2012 se sont soldés par un partage de facto des territoires dans les deux villes et une hégémonie totale des groupes toubous sur la piste de Dongola et son principal poste Lâwinet. Face aux contestations émanant des autres milices ennemies, les groupes toubous, forts de leurs succès sur le terrain, ont agité la menace de sécession, laquelle serait le prélude à l’édification d’un « État national pour le peuple toubou »[5].

Par le passé, le régime de Kadhafi a permis, dans certaines mesures et selon les contextes, l’interpénétration des circuits de l’économie informelle avec ceux qui sont organisés et structurés par l’État et les autres acteurs privés. Cette interpénétration ne fut pas l’œuvre ou la conséquence de la corruption des fonctionnaires ou l’expression d’un quelconque laxisme, mais comme une forme de clientélisme, une politique clairement établie et instituée à des fins de régulation politique et économique. Cette politique a donc transformé peu à peu les frontières en ressources accaparées par certains groupes tribaux locaux. La chute du « Guide » aurait pu déboucher sur une remise en cause des « privilèges de la frontière » et l’arrivée de nouveaux acteurs pour concurrencer les anciens cartels.

Toutefois, la mobilisation des tribus dont les territoires vécus ou revendiqués se situent dans les zones frontalières, a mis en échec la recomposition des rapports de force. Cette mobilisation a dépassé le simple cadre de la solidarité entre les membres d’un même groupe tribal ou ethnique et a fait appel à une multitude de réseaux sécuritaires, politiques mais aussi ceux actifs dans les trafics d’immigrés ou de stupéfiants. C’est cette forme de mobilisation-alliance entre réseaux qui constitue aujourd’hui l’un des traits saillants de la dynamique qui anime les territoires situés de part et d’autre des frontières libyennes.

Cette dynamique prend la forme d’une ruée armée des groupes tribaux vers l’occupation armée des frontières, la mise en exergue des revendications sur la prédominance du territoire, la subversion de la frontière et la réinvention-réactivation des représentations symboliques ancrées dans les valeurs du passé autour de la terre, l’accaparation exclusive des aires spatiales des réseaux mondialisés de la contrebande, la monopolisation du contrôle des lieux et des axes par lesquels passent les flux d’hommes, de biens et de capitaux. Les processus dans leur ensemble ne marquent-ils pas la pérennisation d’un type de mise en valeur des frontières, fondé sur la prédation exclusive et sur une rupture avec le projet de l’État-nation post-révolutionnaire ?

Publié en mai 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°9 

 

Rafaa TABIB

Sociologue, Université de La Manouba

 

Pour citer ce billet : Rafaa Tabib, « Affrontements armés, réseaux tribaux et prédation aux frontières de la Libye », Le Carnet de l’IRMC, 11 décembre 2012. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/656

 



[1] Ville côtière de la J’farra libyenne située à près de 55 km de Ras Jdir. Sa population est estimée actuellement à 50 000 habitants majoritairement Amazighes.

[2] Les habitants de Ben Guerdane ont inventé une formule sarcastique pour désigner les exactions des milices de Zouara et leur penchant pour l’alcool (bière contre nourriture), formule qui rappelle celle en vigueur lors de l’embargo onusien sur l’Irak (pétrole contre nourriture).

[3] Localités situées à la périphérie de Zouara.

[4] Révolutionnaires du bouclier de Toubrouk.

[5] Déclaration d’Aïssa Abdelmajid, principal chef des milices touboues, au journal Al Watan en date du 13 février 2012.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Premiers pas d’une « renaissance » amazighe en Tunisie. Entre pression panamazighe, réalités locales et gouvernement islamiste

Première rencontre amazighe, 14 mars 2011, Guellala (Djerba).
© Nouri Nemri

Parmi les pays du Maghreb, la Tunisie détient le plus faible taux de berbérophones[1] mais le trophée dans la folklorisation du « patrimoine » berbère : Matmata et ses maisons troglodytes, le tapis berbère, le couscous berbère, la tente berbère dont Mongi Bouras, conservateur du musée berbère de Tamerzert[2] démontre même la duperie de ces connotations. La connotation « berbère » apparait comme la marque d’une authenticité, le cachet attestant du caractère local, ancestral mais aussi de révolu[3] destiné au touriste et à l’intention de l’histoire nationale[4]. Le patrimoine amazigh n’est alors ni tabou ni péjoratif comme ce fut longtemps le cas au Maroc mais il appartient à l’histoire longue du pays et représente une des facettes, locale et relative, de l’héritage qui configure la « mosaïque » de la Tunisie méditerranéenne et tolérante.

Les recherches universitaires engagées sur ce sujet se détachent difficilement des positions partisanes. Il subsiste bien, pour certains sociologues tunisiens,  une « minorité berbère » en Tunisie dont les traits communs avec le Maroc et l’Algérie ne peuvent être niés mais qui manque cruellement de réalité concrète[5]. A l’inverse, les historiens du laboratoire « régions et patrimoine » de la faculté de La Manouba à Tunis réhabilitent depuis quelques années les études sur les « patrimoines minoritaires » parmi lesquels le patrimoine amazigh.

La dimension politique amazighe n’a jamais existé en Tunisie même si les sensibilités nationalistes arabes qui craignent une différentiation berbère sont bien là.  Rim Saidi, présentatrice tunisienne de la chaine Nessma TV, avait timidement relevé que son grand-père était berbère, donnant lieu à une vive polémique qui nourrira la théorie du complot sioniste et anti-musulman de la chaine[6].

Contrairement à l’Algérie et au Maroc où résident des identités plus figées, en Tunisie, « Amazigh » n’est pas (encore ?) l’antonyme d’« Arabe ». Il n’entre pas non plus totalement en contradiction avec l’islamisme du parti Ennahdha ou le nationalisme arabe du parti du CPR ; des militants d’associations locales du Sud-Est soutiennent ces deux partis aux dernières élections et jusqu’à aujourd’hui. De plus, brisant le cliché du berbérisme laïc voire athée, il peut se décliner dans un islam conservateur au travers de l’Ibadisme de Djerba[7].

Pour les berbérophones de Tunisie, être Amazigh a peu de sens en dehors du fait de parler cette langue dans le cercle familial, du village, ou dans l’émigration à Tunis quand on use de cette langue pour ne pas être compris par d’autres. Jusqu’ici, la langue amazighe, qui comme dans tous les pays du Maghreb se décline régionalement, apparait pour les locuteurs comme une touche locale, un héritage familial, une particularité presque intime dont on n’interroge ni l’origine ni l’avenir.

Réunion CMA, Tataouine, avril 2011.
© Nouri Nemri

Le développement du tourisme maghrébin dans les régions berbérophones[8] et l’émigration en France ont permis de mettre en contact des berbérophones issus de différentes régions du Maghreb. Ces contacts touristiques, amicaux ou militants ont aidé à conceptualiser une langue amazighe non plus restreinte au local ni au national mais présente à l’échelle de l’Afrique du Nord et endossant par là même une viabilité historique et culturelle. Des militants marocains et algériens indépendants ou rattachés au Congrès Mondial Amazigh (CMA) ont depuis des années entretenus des contacts avec des Tunisiens enclins au militantisme en Tunisie mais plus facilement en France, à Paris notamment. A la chute du régime autoritaire de Ben Ali, la première association tunisienne pour la culture amazighe (ATCA) prend forme dans les coulisses d’une réunion préparatoire du CMA tenue symboliquement à Tataouine en avril 2011, symbole d’une renaissance berbère à venir en Tunisie mais aussi en Libye. Lors de l’assemblée du dernier CMA tenue pour la première fois de son histoire en Tunisie (Djerba, septembre 2011), l’élection d’un président libyen, Fathi Benkhalifa, permet d’élargir les frontières du militantisme amazighe à la Libye, jusqu’à alors dans l’incapacité politique d’être impliquée.

L’expression d’une identité amazighe en Libye, libérée par la fin du régime de Kadhafi, entre en interaction avec le militantisme tunisien. Des intérêts commerciaux et familiaux ont de toujours liés Tunisiens du Sud-Est et Libyens de l’Ouest mais les ruptures politiques de 2011-2012 propulsent un espace commun de débat identitaire et politique. En 2011, parmi les nombreux réfugiés libyens, des berbérophones trouvent refuge dans le Sud-Est tunisien. Parallèlement, la toute jeune association amazighe de Djerba (Gellala) organise des rencontres avec des Libyens à Djeb Nefoussa en quête d’une identité commune dont témoigne la langue (les variétés de berbère de Djel Nefoussa en Libye et de Gellala en Tunisie, séparées par une centaine de kilomètres, sont presque similaires).

Aujourd’hui, pour les associations locales du Sud tunisien, un militantisme « de terrain » privilégie la sauvegarde d’un patrimoine linguistique et artistique vivant et honoré lors de soirées musicales ou d’actions ponctuelles. Plus récemment, des jeunes issus de villages berbérophones reculés et enclavés (Taoujout, Zraoua) espèrent faire valoir un droit au développement (routes, eau et électricité courantes, cafés, cybers, etc.) dont l’amazighité peut servir de catalyseur. Enfin, depuis Tunis capitale surtout, « militer amazigh » apparait comme le biais culturel d’un positionnement politique clair pour des anciens opposants de gauche dans la nouvelle Tunisie post-élections, celui d’une culture syndicale laïque et d’un anti-nationalisme arabe. Et les premiers « je ne suis pas Arabe » adressés au gouvernement apparaissent en profil facebook.

Drapeau tunisien, libyen, amazigh et … français, en hommage à l’intervention militaire française en Libye.
© Nouri Nemri

De son côté, l’État, par l’intermédiaire de son ministre de la Culture Mehdi Mabrouk, présente la Tunisie comme une nation arabe et musulmane ouverte sur la pluralité (ta’adoudiya). Il refuse la catégorisation de « minorité » (aqaliyyat) pour la culture berbère, qu’il classe dans la « diversité culturelle » (tanawa’ thaqafi) empruntant son importance à la charte de l’UNESCO. En Tunisie post-révolution, l’État a bien saisi l’enjeu de cette question : « On ne peut pas être une démocratie sans être ouvert sur la diversité culturelle »[9] déclare le ministre.

Suite à la diffusion d’un reportage sur les Amazighs en Tunisie (op. cit.), le journal hebdomadaire à tendance islamiste El Fajer publie un article[10] qui va déchainer les passions des militants des associations amazighes. Le journaliste dénonce le fait que « la plupart des militants amazigh à Tunis habitent à l’étranger et particulièrement en France », que ce groupe « marqué laïc » (tâbi’a al ‘almâni) cherche à « fonder une nouvelle identité hors du cadre de l’identité religieuse ». Mais l’attaque la plus insupportable pour les militants est celle d’une culture réduite à « des restes de poubelle dont même les poules ne se nourriraient pas ». C’est l’assimilation de l’amazighité à des restes, des ruines, des traces culturelles en perdition, des gens simples et pauvres qui indignent la communauté militante amazighe. Les associations tunisiennes mais aussi marocaines publient des communiqués atterrés à l’égard de cet article. On relève notamment parmi ceux-là, une réponse d’un membre de l’association ATCA, signée ironiquement en provenance de « Tamezret un village d’hommes préhistoriques » : celui-ci qui rappelle son emprisonnement et exil forcé de 30 ans sous les anciens régimes (pour son militantisme syndical), replace la Tunisie dans « Tamazgha al koubra » (l’espace amazigh transnational) et informe sur le nouvel enseignement de la graphie tifinagh à Tunis. Par là, il restaure la dimension civilisationnelle (écriture, histoire) de l’amazighité que le journaliste avait dénigré. Il culturalise un patrimoine, présenté comme aculturel. Mais la réaction la plus officielle, car publiée dans le même journal la semaine suivante provient du président de l’association « Azrou pour la culture amazigh », Arafat Almahrouk[11]. A partir du village d’Azrou où le parti Ennahdha a obtenu 70 % du suffrage aux dernières élections, il affirme que la cause amazighe n’est pas liée à une pensée politique, qu’elle est nationale et qu’elle n’offense pas la religion musulmane. Car l’enjeu local est bien là, celui de ne pas entrer dans une opposition frontale avec le parti islamiste Ennahdha, au sein de régions qui ont, qui plus est, adhéré à son idéologie.

Stéphanie POUESSEL
Anthropologue, IRMC

 

Pour citer ce billet : Stéphanie Pouessel, « Premiers pas d’une « renaissance » amazighe en Tunisie. Entre pression panamazighe, réalités locales et gouvernement islamiste », Le Carnet de l’IRMC, 7 décembre 2012. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/646

 


[1] Il est décrété qu’ils représentent 1% de la population dans les principales études sur le sujet; plus de 10% m’affirme un militant berbère à Tunis, octobre 2012. Quoi qu’il en soit, ce faible pourcentage découle de l’histoire islamique au Maghreb qui a fait de cette région le lieu de la plus forte arabisation ; de plus, depuis l’indépendance, la Tunisie enregistre le taux le plus élevé d’alphabétisation en arabe des pays du Maghreb.

[2] Village situé dans le Sud-Est tunisien, région de Matmata. Entretien avec Mongi Bouras, 21.10.2012.

[3] Sous couvert d’une critique de la représentation sauvage des Amazighs, une journaliste réitère la rhétorique de l’origine du peuple tunisien : « Les maisons-cavernes taillées dans les rochers, la poussière, le vide et pour finir une des populations qui a vécu sur nos terres jadis. Voilà ce à quoi nous renvoie notre imaginaire. Pourtant, ce n’est pas là l’une des populations qui a habité la Tunisie, mais celle qui est l’origine de son peuple », Hajer Ajroudi, «  avec Nouri Nemri, organisateur du festival des Amazighs », Le Maghreb, 12 octobre 2012, p.22.

[4] Les personnages historiques labellisés « berbères » à l’instar d’Alissa, Massinissa, Jugurtha ou Hannibal sont devenus des noms de chaine de télévision, de rue ou d’opérateur téléphonique.

[5] Cf. Salim Labiyadh, 2011, Al aqaliyyat al barbariya fi tounis (« la minorité berbère en Tunisie »), Genève, centre arabe d’études politiques et sociales.

[6] Lors d’un débat qu’elle dirigeait sur « le pacte républicain : sa nécessite et sa valeur moral et juridique » le 23-06-2011.

[7] Un Cheikh ibadite berbère de Gellala explique la survie de la langue berbère sur l’île de Djerba par la présence millénaire du culte ibadite, témoignage télévisuel dans l’émission « Fissamim » qui consacre un reportage à la culture amazighe en Tunisie, chaîne de télévision Ettounsiya, 2.11.2012.

[8] Région de Matmata – Tamerzet, Zraoua, Taoujout ; région de Djerba – Gellala, Sedouikch, Ajim ; région de Tataouine – Douiret, Guermessa, Chenini.

[9] Emission “Fissamim”, Ettounsiya, op.cit.

[10] Salim Al-Hakimi, « man yourid tahrik khouyout al fitna al amazighiya fi tounis ? » (Qui veut agiter le chiffon rouge de la division en Tunisie?), Al Fajer, 16.11.2012, p.9.

[11] « Haoula inkar wa tams al joudhour wa al houwiya al amazighiya » (A propos du déni et de l’atteinte aux racines et à l’identité amazighe), Al Fajer, 23.11.2012, p.13.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Dinar/Euro : le seuil psychologique

Nos éminents professeurs nous ont appris sur les bancs de l’Université que le niveau de la monnaie nationale par rapport aux devises joue un rôle fondamental sur deux plans. D’une part, sur le plan interne, le niveau de la monnaie affecterait directement le prix des produits importés. D’autre part, sur le plan externe, la variation de la monnaie nationale aurait un impact sur la compétitivité des produits nationaux destinés à l’exportation.

Cette pensée nous a traversé l’esprit le 23 février 2012. La valeur de l’Euro par rapport au Dinar n’a jamais été aussi haute : le cours a dépassé 2 Dinars pour l’acquisition d’un euro (2,0019). C’est un avènement majeur pour un pays comme la Tunisie dont l’économie est tournée vers l’extérieur. La dépréciation de la valeur de la monnaie n’a pas tardé à faire écho. Certains avancent que la baisse du Dinar vis-à-vis de l’Euro est imputée à des facteurs exogènes. Alors que d’autres stipulent que cette nouvelle cotation est due à des faits endogènes. Ceci nous amène à poser les questions suivantes : pourquoi le Dinar tunisien subit autant de fluctuations et quelles en sont les raisons ? Quelle est la conséquence de ces variations sur l’économie tunisienne ? On essayera de répondre à ces questionnements à travers une approche factuelle systémique.

L’UE représente 80 % des échanges de la Tunisie

Les observateurs ont de bonnes raisons pour s’inquiéter quant à la force de l’euro qui valait 2,0019 le 23 février dernier. Durant la dernière décennie, le Dinar a perdu du terrain vis-à-vis des deux principales devises du panier de sa cotation (Euro/Dollar) et ne profite plus du rééquilibrage entre l’Euro et le Dollar.

Historique des taux de change EURO/TND (2002 – 2012)

Source : calcul de l’auteur à partir de la base de données de l’INS

Comme l’indique le graphique ci-dessus et quand bien même la tendance était prévisible, le 23 février 2012 fut un jour qui a marqué l’esprit des Tunisiens. La gestion de change du Dinar a eu pour constante un repli. Ce glissement a occasionné le recul de la valeur du Dinar par rapport à l’Euro de 4 % par an sur les dix dernières années. Cette barre symbolique était prévisible, certes, mais inquiétante. En fait, depuis les années 1980, la BCT a choisi, d’un point de vue structurel, un Dinar faible par rapport aux monnaies de références. Mais pourquoi toute cette focalisation sur l’Euro et l’UE ? Tout simplement, car les échanges de la Tunisie se font à hauteur de 80 % avec l’UE.

Une dette tunisienne libellée en Euro

Les conséquences de la dépréciation de la monnaie tunisienne sont aussi multiples que directes. En effet, cela peut désavantager les exportations tunisiennes et entraver la relance économique déjà fragile. Il faut rappeler que la balance commerciale a enregistré un recul en 2011 de 5 % par rapport à 2010 enregistrant un déficit de 8610 MD selon l’INS. La faiblesse de la monnaie tunisienne peut éventuellement permettre d’avoir une reprise des exportations grâce aux gains en matière de, compétitivité/prix. Cela reste hypothétique, car les bienfaits de la baisse de la monnaie sur les exportations ne peuvent se faire que dans un climat économique stable. Or, en ce moment, c’est loin d’être le cas : sit-in à répétition entravant la production, administration tournant au ralenti, tiraillements politiques, insécurité…

Dans le même temps, les importations pèseront lourdement sur la balance commerciale déjà déficitaire. On assistera au renchérissement des produits importés dont certains sont incompressibles tels que les produits alimentaires. D’ailleurs, le poids du manque des produits alimentaires commence à se sentir dans le budget des ménages. Ces produits ont connu ces derniers temps une augmentation galopante des prix. Ceci a impacté massivement le pouvoir d’achat de l’ensemble des consommateurs toutes catégories confondues. Cependant, cette baisse de la valeur du Dinar va faire augmenter mécaniquement la valeur de la dette puisque 60 % de celle-ci est libellée en Euro.

Les prix augmentent, le chômage en hausse

À l’intérieur des frontières, on peut légitimement s’inquiéter des performances économiques. Du moins sur le court terme, les choses ne devraient pas s’arranger avec la faiblesse de la monnaie. En temps normal, tout étant égal par ailleurs, cette dépréciation permet théoriquement de maîtriser l’inflation corrélant, de ce fait, l’évolution de la masse monétaire. Or factuellement, l’inflation a dépassé les 5 % en janvier 2012 comparée à janvier 2011. Force est de constater que les autorités de compétence et le gouvernement de transition s’essayent à des mécanismes de maîtrise d’inflation, mais a priori, sur le terrain, les prix continuent à augmenter. Mais jusqu’à quand cette situation demeurera soutenable ?

Pendant ce temps, le taux de chômage continue à augmenter pour atteindre 18,9 % soit 738.400 personnes (dont 72,1 % en dessous de 30 ans et 30,5 % diplômé du supérieur) selon l’INS. C’est l’une des raisons qui ont poussé à la prolifération de l’économie souterraine. Plus grave, 174 entreprises étrangères ont fermé et quitté la Tunisie pour aller s’installer ailleurs, poussant le nombre de chômeurs vers le haut et la création de la richesse vers le bas. Dans le même temps, la proposition de « se débarrasser » d’une partie des chômeurs en les envoyant à la Libye voisine n’est pas crédible. On ne fait que fuir la réalité. Il faut être conscient qu’on ne peut pas baisser le chômage (selon les prévisions du gouvernement en place) en une seule année simplement par la collaboration avec l’étranger. La demande étrangère en main d’oeuvre reste spécifique et limitée. La lettre d’information de l’OCE [INS, février 2012] indique que la faiblesse de l’économie est due au cantonnement de cette dernière à des secteurs à faible productivité et son rattachement à la zone Euro. Ces éléments structurels rendent le modèle de croissance peu soutenable et incapable d’être créateur d’emploi. De ce fait, la résorption du chômage devient invraisemblable sur le court terme.

Les perspectives de l’économique tunisienne

L’augmentation de la valeur de l’Euro vis-à-vis du Dinar coïncide avec l’annonce de la BCT d’un léger redressement de la situation économique dans son communiqué du 15 février indiquant « l’apparition de prémisses d’amélioration de l’économie nationale au début de l’année en cours à travers la progression du rythme des échanges commerciaux avec l’extérieur » !

Paradoxalement, dans son communiqué du 27 février 2012, l’agence de notation Fitch a décidé de dégrader la note de la dette de la Tunisie à long terme de BBB à BBB gardant une perspective négative. Même si nous espérons une meilleure situation économique à moyen et long terme, l’agitation actuelle a détérioré les perspectives économiques de court terme. Les incertitudes n’en restent pas moins élevées. Le risque d’une réelle flambée des prix reste d’actualité et amplifierait davantage le marasme économique de la Tunisie. La grande peur viendrait de l’installation d’un cercle vicieux appuyé par une stagflation. Ainsi, tous les efforts doivent se focaliser sur une politique d’emploi dans des secteurs productifs. Cela va permettre d’augmenter, mécaniquement, le pouvoir d’achat, la redistribution de la richesse, l’accroissement du PIB, tout en bénéficiant de l’effet multiplicateur des dépenses publiques.

Cependant, il ne faut pas occulter le rôle de la BCT dans la régulation de l’inflation avec la collaboration du gouvernement via une information transparente et symétrique afin de rétablir la confiance de l’investisseur et du consommateur.

Par-delà ce mini-choc de change, il faut rester lucide. Toute économie cherche à se relancer dans cet environnement complexe frappé par la crise mondiale. Pour la Tunisie, nous proposons deux possibilités afin de sortir de ce goulot d’étranglement. Le salut pourrait venir de l’investissement avec l’implication des banques. Mais, il faut que les entreprises jouent le jeu en recrutant suffisamment et en ne se refaisant pas une santé financière au détriment des objectifs de la relance économique. La deuxième solution serait de stimuler la demande intérieure et relancer la consommation en maîtrisant le niveau l’inflation. Cette stratégie nous parait la plus judicieuse, sauf qu’avec le projet de la Loi de Finance Complémentaire de l’année 2012 (augmentation de diverses taxes) l’augmentation du pouvoir d’achat semble incompatible.

Selon l’INS [février, 2012] : « cette année restera également dans l’histoire comme une année de récession sur le plan économique. Mais, en ce début 2012 et au delà des polémiques sur le degré de contraction du produit intérieur brut en 2011, le temps des illusions est maintenant révolu, vient celui des conséquences et surtout de l’action ». Mais quel type d’action ? Les décideurs de la politique économique doivent adresser un message fort permettant de pallier l’instabilité institutionnelle et installer un climat des affaires favorable, un plan de stabilisation réduisant les déséquilibres macroéconomiques et un regain de la confiance pour tous. Au-delà de ce débat, il serait question de la souveraineté économique de la Tunisie. Nous ne sommes pas adeptes du souverainisme absolu, bien au contraire, l’économie tunisienne doit rester une économie ouverte sur l’extérieur.

Néanmoins, l’intervention des capitaux étrangers permettra-t-elle de maintenir la souveraineté économique de la Tunisie ? Ne devrions-nous pas plutôt chercher la solution ailleurs via l’invention d’un nouveau modèle économique ?

Publié en mai 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°9

 

Mohamed Slim SASSI

est doctorant à l’EDEAGE (Sorbonne Nouvelle – Paris 3) et enseignant en économie et finance.

 

Pour citer ce billet : Mohamed Slim Sassi, « Dinar/Euro : le seuil symbolique », Le Carnet de l’IRMC, 7 décembre 2012. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/642

 

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Le syndicalisme, quel rôle dans le printemps arabe ?

Illustration du nouveau pluralisme syndical tunisien
© Tunisie-numérique.com

Évoquer les rapports entre syndicalisme et « printemps arabe » exige une description préalable de la situation syndicale dans le monde arabe. En effet, ce qui est couramment appelé « monde arabe » n’a pas connu une histoire syndicale uniforme, nous pouvons même affirmer que dans certains pays, le syndicalisme n’a pas encore vu le jour. Cette disparité est expliquée par l’histoire du capitalisme dans la région, de l’industrialisation, du colonialisme et par la nature des régimes politiques en place.

D’une manière empirique nous pouvons établir une typologie simple et opérationnelle qui couvre tous les pays arabes comme suit :

– Les pays où le syndicalisme est toujours inexistant ou embryonnaire à l’instar des pays du Golfe. Il est important de rappeler que dans ces pays, l’écrasante majorité des travailleurs sont des étrangers qui ne bénéficient pas encore du droit syndical.

– Les pays où les syndicats sont totalement inféodés aux partis uniques au pouvoir sur le modèle de l’Union Soviétique des années 30. Dans ce cas il s’agit plutôt de comités de surveillance des administrations, des entreprises et des travailleurs, tel est le cas de la Syrie, de l’Irak, du Yémen et de la Libye.

– Les pays où les syndicats même surveillés, adoptant parfois des attitudes de compromis, de résignation, d’allégeance, sont en réalité en confrontation permanente avec le pouvoir tels que la Tunisie, le Maroc, l’Algérie et l’Égypte.

Le syndicalisme est représenté d’une manière générale dans l’imaginaire politique des populations arabes, tout particulièrement dans les pays du troisième groupe cité (Égypte, Tunisie, Algérie, Maroc) comme étant le lieu du vrai combat pour la dignité, l’égalité et la liberté. Cette image provient du fait que ces mouvements syndicaux ont été à la tête de la lutte anticoloniale et dans certains cas, les leaders du mouvement national et les piliers de l’indépendance. En effet, pendant la période de la lutte pour l’indépendance nationale, ces centrales syndicales ont appris à mobiliser les masses populaires et à structurer des revendications à la fois anticoloniales et anticapitalistes. C’est à partir de cette expérience d’affrontement contre les forces de répression coloniale qu’une certaine culture de combat s’est développée au sein de plusieurs centrales syndicales. En effet, par le fait de la colonisation, cette culture d’affrontement anticoloniale a constitué un caractère original par rapport aux grands courants du syndicalisme européen. Ce fait historique a permis à certaines organisations syndicales de se transformer en mouvements de masses populaires, et en courants politiques d’opposition au pouvoir central.

Les exemples de l’Union Générale des travailleurs de Tunisie (UGTT) et de l’Union Marocaine des Travailleurs (UMT) illustrent très bien ce type de mouvance syndicale.

Le syndicalisme au réveil du « Printemps arabe »

Comme nous l’avons signalé, étudier le syndicalisme en relation avec le printemps arabe serait en fait limiter cette réflexion aux pays qui ont vécu une transformation politique et sociale provoquant soit la chute des dictateurs (l’Égypte et la Tunisie) soit de profonds changements dans l’organisation de l’État (Le Maroc). Nous constatons dans ces deux cas que ces grandes mutations ont lieu dans les pays ou les syndicats sont présents sur la scène politique, et où le syndicalisme est ancré dans le débat politique. J’exclue le cas de la Libye pour deux raisons : l’inexistence d’un syndicalisme actif et le rôle déterminant de l’OTAN dans la chute de Kadhafi. Quant à l’Algérie, même inféodée, l’UGTA (Union Générale des Travailleurs Algériens) et malgré la création de plusieurs syndicats autonomes, cette centrale syndicale reste influente, et pourra jouer un rôle important dans la conduite des prochaines élections législatives en mai 2012.

Manifestation pour la libéralisation syndicale
© Anarkismo.net

Ce n’est donc pas par hasard que ces processus de changements et de ruptures se sont produits dans le pays arabes où le syndicalisme est structuré et agissant. En effet en Tunisie, le pays qui a inauguré « le printemps arabe », l’émergence du syndicalisme date des années vingt et la lutte syndicale est la plus développée dans le monde arabe, accumulant une expérience de plus de soixante dix ans, ayant dirigé et encadré par le passé plusieurs luttes pour la dignité et la justice sociale. Plusieurs indices, évènements historiques nous confirment cette hypothèse (Arrestation et condamnation de centaines de syndicalistes, attaques organisées des locaux des syndicats, interdiction d’accès aux moyens de communication…).

En ce qui concerne la Tunisie, nous pouvons remarquer aussi que la centrale syndicale l’UGTT a engagé la lutte ouverte contre le régime de Ben Ali en 2008. C’est à partir de la région de Gafsa, la région des mines, où une grève a été organisée et un mouvement de solidarité exceptionnel à l’échelle nationale et internationale s’est imposé. Ce mouvement a duré six mois constituant la première victoire contre la dictature en démystifiant la peur, l’outil essentiel de la répression. Le siège du parti au pouvoir, symbole de la corruption a été occupé par la population. Des manifestations de masse ont parcouru toute la région pendant quarante jours consécutifs. Toutes les villes avoisinantes du Sud ont soutenu le mouvement de contestation par des rassemblements quotidiens face aux préfectures et aux palais de la justice… Suite à une répression féroce et à des arrestations massives, ce mouvement a été étouffé en apparence seulement, car les contestataires ont réussi à implanter à travers les syndicats locaux et régionaux un réseau de résistance dans tout le pays. Dès lors, le mouvement social tunisien disposait d’une “logistique révolutionnaire syndicale” qui lui a permis de marcher de toute part sur La Kasbah (place du Gouvernement) le 14 janvier 2011.

Le syndicalisme égyptien à la place Tahrir

En Égypte Le syndicalisme a été inféodé au pouvoir depuis 1957, Jusqu’à 2009 seul le syndicat officiel, l’ETUF pouvait s’exprimer au nom des travailleurs. À partir de 2009 et suite à une forte contestation ouvrière. Le premier syndicat indépendant fut crée Le RETA. Ce fut le début d’une grande marche d’un syndicalisme égyptien indépendant tourné vers la justice sociale et la lutte contre la corruption. Il s’agit d’une avancée incontestable qui a favorisé l’émergence de slogans anti Moubarak et l’amplification du mouvement social dans toute l’Égypte. Depuis 2005, les actions des travailleurs égyptiens : piquets de grève, rassemblement dans les lieux de travail, se comptaient par milliers par an. En 2008, le déclenchement de la grève de Mahallaa groupant 24 000 travailleurs et travailleuses du textile a rompu le sentiment de peur qui paralysait tout le peuple égyptien et surtout les couches sociales les plus pauvres. Cette grève, très soutenue a eu les mêmes effets que celle des mines de la région de Gafsa en Tunisie, déclenchée également la même année.

Tous ces éléments indiquent clairement que le mouvement syndical égyptien indépendant était fortement présent dans le processus révolutionnaire. Kamel Abouaita figure connue du syndicalisme indépendant, arrêté plusieurs fois à cause de son militantisme syndical affirmait que tous les noyaux des syndicats indépendants étaient actifs sur la place Tahrir dès les premiers rassemblements…

Le retour du syndicalisme marocain

Apres quelques années de distance de la scène politique et sociale, le syndicalisme marocain pluriel, marqué par une grande tradition de collaboration avec les partis politiques, s’est trouvé depuis le déclenchement du soulèvement social en Tunisie dans une position de combat, soutenant sans réserve les revendications, d’abord des employés du secteur publique puis de ceux du secteur privé. Tous les syndicats notamment les importants (l’UMT, UGTM, la CDT…) ont su mobiliser et encadrer le mouvement social. C’est à partir de 2009 qu’après une période de désenchantement syndical qu’une nouvelle conscience émergea, donnant aux syndicats un rôle nouveau dans la contestation et dans la défense des travailleurs. Les premiers slogans adoptés par les syndicats portaient sur la justice sociale et le partage des richesses du pays avec plus d’égalité et de solidarité. Ces syndicats ont participé à toutes les manifestations dont certains étaient proches du mouvement du 20 février. Dans cette lutte, les employés et les travailleurs ont perdu progressivement ce que l’on appelle au Maroc le désenchantement syndical. Dans ce contexte, une nouvelle page du syndicalisme s’est ouverte contre l’ostracisme à travers la volonté de ces derniers de collaborer avec tous les mouvements démocratiques pour soutenir les libertés fondamentales, la réforme des structures étatiques, les élections transparentes et un développement soutenu dans les régions les plus pauvres. Tous les slogans émanant des syndicats au Maroc rejoignent globalement ceux de la Kasbah à Tunis et ceux de la place Tahrir : égalité, dignité, liberté. Une autre caractéristique importante du syndicalisme marocain lors de cette grande marche vers la démocratie, tous ses leaders ont appelé à une unité de l’action syndicale permanente et stratégique pour faire pression sur toutes les instances de décisions relatives à la fois à la condition de vie des travailleurs et des couches les plus pauvres de la société et exigeant l’introduction dans la nouvelle constitution de tous les droits syndicaux dans tous les secteurs et toutes les entreprises. Sans révolution les syndicats marocains ont pu rejoindre le printemps arabe avec une mobilisation de la population marocaine sans précédent.

Ce que l’histoire retiendra

Sans aller dans une explication historique et politique trop lourde, on peut avancer l’hypothèse qui démontre que, c’est dans les pays où le syndicalisme a été présent, vif, revendicatif et parti prenante du mouvement démocratique, que nous avons assisté à la chute de la dictature, à la dénonciation de la corruption du néocolonialisme interne. Par contre dans les pays où le mouvement syndical était absent ou inactif (la Syrie, le Yémen, le Bahreïn, la Libye) le mouvement fut, encerclé presque étouffé par le tribalisme ou par l’intervention militaire.

Cette nouvelle situation politique dans les pays arabes impose une nouvelle approche du mouvement syndical, une profonde réflexion s’impose autour des nouveaux rôles du syndicalisme arabe :

Comment élargir l’action syndicale à toutes les composantes du mouvement social ? Quelles stratégies face aux pluralismes syndicales ? Comment structurer et décentraliser l’action syndicale ? Quel sont les nouveaux champs des interventions ? Le rôle du syndicalisme dans la rédaction de la nouvelle constitution.

 Publié en mai 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°9

 

Ridha TLILI

Sociologue, Université de La Manouba

 

Pour citer ce billet : Ridha Tlili, « Le syndicalisme, quel rôle dans le printemps arabe? », Le Carnet de l’IRMC, 5 décembre 2012. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/633

 

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

La culture amazighe et la révolution

Conférence de presse annonçant la naissance de l’Association Tunisienne de la Culture Amazighe, 30 juillet 2011
© CMA

Avant l’implosion révolutionnaire, l’officialisation de la culture berbère butait sur le système totalitaire. Aujourd’hui surgit et sévit un nouvel adversaire. Le 27 mars, Hamadi Ben Yahia, fondateur de la troupe « Imazighen », concluait la conférence de presse tenue à la maison de la culture « Ibn Rachiq » par ce propos : « on ne baissera pas les bras. La lutte continuera ». À l’heure où les salafistes agressent partout, et à maintes reprises, les artistes, aucune ambiguïté ne persiste quant à cette lutte et à ses protagonistes. Même s’il est question de continuation, à quel passé le conférencier faisait-il allusion ? Voici deux décennies, j’introduisais une doctorante, Inès Horchani, auprès de la communauté berbère. Elle préparait une thèse d’État, à Paris, sur la culture amazighe en Tunisie. Depuis, elle a réussi avec les félicitations du jury. Durant l’enquête, nous voici donc chez Hamadi Ben Yahia, mon ami. Il habite à « Sabbat Edhlem », le dédale de l’ombre, situé au cœur de la médina et rendu célèbre depuis l’hécatombe des youssefistes pourchassés par les bourguibistes. Bien des archives secrètes seraient à mieux divulguer. Chez Hamadi, l’architecture berbère de la demeure étonne le visiteur, tant elle tranche eu égard au style de la ville. Imprégné de convivialité, ce fut là un moment désormais inoublié. Sur fond musical, Hamadi parle et Inès, ravie, écrit ceci : « nous étions en train de préparer une importante réunion pour en finir avec la marginalisation de notre culture. Nous ne sommes, peut-être, que dix pour cent de la population, mais nous voulions évoquer la langue, l’art, la cuisine et d’autres aspects de nos traditions. Irrité, le ministre de l’intérieur nous a intimé l’ordre de tout arrêter, immédiatement, sous peine de nous envoyer la police. Nous savions de quoi il était capable et notre initiative avait été étouffée dans l’œuf ». Mais Hamadi Ben Yahia ignorait les blocages plus feutrés.

Ainsi, la suspicion universitaire ajoutait sa contribution à la surveillance policière, malgré la propagande afférente à la situation, privilégiée, des minorités. Avec un berbérophone chevronné, souvent sollicité à l’échelle internationale, des collègues proposèrent à Ben Dhia, alors ministre de l’Enseignement supérieur, l’introduction du berbère à la faculté. En dépit de l’avis favorable, un arabisant, à la fois universitaire et oeil du parti, où il jouit de notoriété, sabota le projet. Aujourd’hui, dans le sillage de la révolution, les pouvoirs publics jouent, plus ou moins, le jeu d’une libre expression ; mais les salafistes inquiètent l’artiste.

L’appréhension, fondée, lève un coin du voile sur la nouvelle complexité. Avatars de la révolution, illusions et désillusions, espoirs et désespoirs arborent la valse des signaux contradictoires. Dans ces conditions, le témoignage du militant berbère, depuis l’heure première, a valeur d’analyse. La révolution inspira deux principales orientations. L’optimisme porte l’accent sur les fruits de l’indignation montée à l’assaut de la répression. De là provient l’incessante répétition de cette appréciation : « plus jamais rien ne sera comme avant ». Mais après l’énumération des inconvénients, au premier rang desquels figurent la récession et l’insécurité, les tenants du verdict négatif dénoncent le jargon laudatif. Ils proposent une meilleure adéquation du signifié au signifiant par la substitution de la « révolte » à la « révolution ». Hamadi Ben Yahia lui aussi, pris entre les promesses islamistes et les foudres salafistes, ne sait plus sur quel pied danser. Cependant, un dénominateur commun renvoie, dos à dos, positivistes et négationnistes. Engagés, tous deux, sur la même piste, ils partagent l’illusion d’une transformation perçue à travers une grille de lecture holiste. Ou bien tout change, ou rien d’essentiel n’advient. Le débat contradictoire, et encore inachevé, renoue avec l’histoire des idées. Les critiques adressées à la notion de « progrès », si chère à Auguste Comte, incriminent la méconnaissance de la pluridimensionalité.

Car, dans tous les cas de figure, et vues les pesanteurs du passé, les multiples niveaux de la société n’évoluent pas au même rythme. Une fois sous-analysée, ou occultée par les commentateurs désoutillés, cette complexité ouvre la voie aux voix contradictoires, au vu de quoi, les uns parlent de révolte et les autres évoquent la révolution. Propice aux pêcheurs en au trouble, cette vision indifférenciée ou sélective de la globalité perpétue le vice de forme débusqué dans la notion de « progrès ». Elle perpétue le présupposé légué par la philosophie de l’histoire à la pensée sociale des XVIIIe et XIXe siècles. Une ultime conclusion bruisse à l’aval de cette prospection. Souvent un doute me prend lorsque j’entremêle ainsi, les détails d’apparence anecdotique et les perspectives quelque peu théoriques. Mais, chaque fois, me revient, soudain, à l’esprit cet éloge, sans aucun doute excessif, du professeur Marie Louise Pellegrin : « j’ai infiniment aimé. Voilà comment se produit, aujourd’hui, la sociologie. Observation du quotidien et langage raffiné. Quel bonheur ».

Alors, narcissisme aidant, je trouve ce mot plutôt subtile et, rassuré, je dors tranquille.

 Publié en mai 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°9

 

Khalil ZEMITI

Sociologue émérite

 

Pour citer ce billet : Khalil Zemiti, « La culture amazighe et la révolution », Le Carnet de l’IRMC, 5 décembre 2012. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/628

 

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Dynamiques nationales et représentations identitaires dans le monde arabe : le cas de la Tunisie

Habib Bourguiba, 1966
© picture-alliance / dpg

En Tunisie, le projet d’une société et d’un État modernes, qui remonte au dix-neuvième siècle et dont le mouvement nationaliste n’est que le prolongement naturel, a progressivement mûri et pris forme au sein même du pouvoir et parmi une élite consciente du caractère impérieux de la modernisation de la société et de l’État. Les notions de progrès et de modernité avaient un double statut, défensif d’une part pour assurer une légitimité et une crédibilité à des sociétés et à un pouvoir déliquescents, et prospectif de l’autre dans la mesure où cette idéologie en gestation ouvrait de nouveaux horizons d’action et de reconnaissance aux individus, aux groupes et aux instances du pouvoir. L’idéologie du progrès a joué un rôle cohésif déterminant dans une société fragilisée mais en pleine mutation et explique pour une grande part l’atmosphère consensuelle et les premiers succès de l’État national. En fait ces premières années étaient aussi des années d’exception au cours desquelles le jeune État national, s’appuyant sur l’élan que le mouvement d’émancipation nationale avait imprimé à la société et sur la vertu cohésive de l’idéologie du progrès et de la modernité, allait instaurer au nom de ces valeurs un mode de gestion autoritaire des affaires de la nation, pour concrétiser sa politique de réforme ; l’État devenant en quelque sorte la conscience supérieure et éclairée de la nation en gestation. D’ailleurs cette politique ambitieuse et autoritaire était clairement présentée par Habib Bourguiba comme une guerre contre les sous-développement, et donc comme la continuation, sous une autre forme et avec des moyens différents, de la lutte pour la reconquête de la souveraineté et de la dignité nationales. La politique des jeunes États nationaux est une politique de guerre, une politique d’exception, leur économie politique aussi. Or un État d’exception qui durerait un demi siècle n’est ni crédible, ni légitime, ni humainement tenable.
Cependant cette gestion verticale de la société a été maintenue sans interruption, ou presque, durant les longues années du très long règne du Président Bourguiba. Il faut reconnaître que durant les premières années, elle pouvait se justifier par la gravité des enjeux nationaux mobilisés, qui étaient d’authentiques enjeux de souveraineté à un moment particulièrement sensible de l’histoire du pays ; l’instruction publique, la santé et la défense, sont le véritable butin de guerre de l’État national.
Cette gestion, qui était probablement nécessaire, et peut-être même inévitable, durant les premières années de l’Indépendance, allait progressivement étouffer et le régime de Bourguiba et la nation, et transformer la vie politique dans les dernières années de la première période présidentielle du pays en un vaudeville grotesque sur fond de règlements de comptes et de sauve-qui-peut général. C’est ainsi le prestige de l’État et du régime, mais aussi la dignité de la nation, qui étaient publiquement bafoués.

L’ancien président tunisien, Habib Bourguiba, en compagnie de Ben Ali, mai 1997
© Reuters/Stringer

L’échec de la première expérience nationale de modernisation de la société et du pays, par déficit de démocratie et à cause d’une gestion de plus en plus aléatoire des affaires de la nation et de l’aggravation des disparités sociales et régionales, a préparé le terrain au coup d’État du 7 novembre 1987, qui s’était imposé même aux plus fervents défenseurs du régime comme nécessaire, ou même salutaire. Certains pleuraient le Bourguiba Père de la nation et fondateur de l’État, mais ils applaudissaient la fin d’un règne qui tournait au cauchemar national.
C’était l’Histoire qui redevenait de nouveau possible ; mais on fait son histoire avec son passé aussi. Comment allait-on gérer cette tradition de gestion autocratique qui avait très profondément imprégné plusieurs générations de responsables, d’intellectuels et de fonctionnaires ? Comment leur faire prendre conscience que l’inertie propre à la gestion autocratique, qui était devenue une seconde nature pour eux, faisait peser sur l’État et sur le pays une menace encore plus pernicieuse que l’occupation étrangère ?
Comment leur faire sentir que la gestion autocratique est une impasse historique qui conduit fatalement à la marginalisation d’un pays qui a tout pour ne pas sombrer dans les oubliettes de l’Histoire ?
En effet, ce piège de la gestion autocratique, héritée des premières années de l’Indépendance a tellement marqué les mentalités officielles et non officielles qu’on en oublie que ce genre de gestion n’engage pas seulement la vie politique des individus et des groupes ; il engage aussi leur capacité à agir et à produire, donc leur compétitivité et leur créativité ; il engage également leur mentalité profonde et leur aptitude à résister devant les problèmes et les difficultés, il engage enfin l’image qu’ils se font d’eux-mêmes et de leur société.
La gestion démocratique est avant tout, pour une société qui se veut moderne et compétitive donc pour une société qui veut rester dans le cours de l’Histoire, un enjeu économique et culturel incontournable. Seule une maîtrise réelle de la culture du travail de groupe, c’est-à-dire de la culture démocratique au sens profond du terme, pourrait libérer le Tunisien des inhibitions et des traditions négatives qui brident à la fois sa créativité et sa dignité.
Après un court moment d’hésitation et de flottement, l’ère Ben Ali allait confirmer d’une manière flagrante les limites de la gestion autocratique des affaires de la nation, en radicalisant les options sécuritaires du régime et en accentuant le caractère personnel et clanique de l’exercice du pouvoir. La ritualisation excessive de cet exercice ubuesque du pouvoir, en contribuant à dénaturer de la manière la plus grotesque l’élan patriotique des premiers nationalistes, condamnait toute la société soit à l’allégeance servile et intéressée, soit à l’exclusion et à l’isolement dans la sphère privée, pendant que des pans entiers de la société, exclus du processus de modernisation, étaient livrés à eux-mêmes et ne survivaient qu’en exploitant les contradictions du système et les réseaux parallèles de trafic et de contrebande.
Il y eut cependant, et cela malgré la quasi perfection des procédures de détournement et de contournement des services publics et des instances administratives, un vrai miracle avec la perpétuation de l’esprit du service public et la préservation de la cohérence et de la pérennité des institutions et des administrations les plus importantes du pays, c’est-à-dire avec la continuité de l’État, en dépit de toutes les menées de dénaturation systématique que nous évoquions, et malgré quelques flottements dus à la situation d’exception que connaissait le pays.
La perversion de la nature même des liens sociaux et des relations économiques culmina avec la mobilisation de l’Administration publique et des biens nationaux au service des ces réseaux parallèles et de cette contre-économie familiale et clanique. La dénaturation de l’État national en État quasi féodal fut le degré ultime de la perversion du projet de modernisation autocratique forcée de la société. Son échec, qui était inéluctable et son implosion qui était dans l’ordre des choses, ne nous ont semblé si imprévisibles lorsqu’ils intervinrent que parce que la machine de guerre de l’État sécuritaire, en nous condamnant à faire de notre sécurité et de notre survie le premier de nos devoirs personnels, avait détourné notre attention des déséquilibres sociaux, économiques et régionaux flagrants qu’elle instaurait et qui creusaient sa propre tombe.
Mais quelle tombe les Tunisiens ont-ils creusé le 14 janvier 2011, celle de la gestion autocratique du projet de modernisation de la société, avec ses dérives claniques et féodales aberrantes, ou du projet de modernisation lui-même ? Qu’est-ce qui dans les réalisations du jeune État national, dans ses institutions et ses conquêtes en matière de santé et d’instruction publiques, de culture civique et d’administration publique peut contribuer à corriger les dérives des pratiques héritées d’un demi siècle de culture et de pratiques autocratiques ? Enfin quels concepts et quels discours politiques nouveaux pour penser ce retour de l’histoire sur elle-même qui nous ramène à la situation de la Tunisie des premières années de l’Indépendance, face aux deux termes d’une alternative qui demeure apparemment actuelle : le projet de modernisation et d’ouverture de la société et du pays sur le monde et sur le progrès – à inscrire nécessairement dans le cadre d’une gestion démocratique des affaires de la nation – ou le paradigme identitaire avec ses différentes versions, nationalisme radical, nationalismes arabes et islamismes fondamentalistes ou modérés ?
Comment les Tunisiens de 2012 se représentent-ils leur appartenance à leur pays et au monde ? Quelle sens donnent-il à l’idée de nation et quel équilibre pour les composantes qui la constituent : la langue, les langues, la religion, l’Indépendance, les droits fondamentaux, les droits sociaux…?
Enfin comment les intellectuels, les sociologues et les historiens analysent-ils le processus complexe de la genèse, de la gestation et de la maturation des jeunes nations issues de leurs histoires respectives et du long processus de la décolonisation ?

Publié en mai 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°9

 

Kamel GAHA
Université de La Manouba, directeur de la BNT.

 

Pour citer ce billet : Kamel Gaha, « Dynamiques nationales et représentations identitaires dans le monde arabe : le cas de la Tunisie », Le Carnet de l’IRMC, 4 décembre 2012. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/620

 

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook