Enjeux identitaires des mobilités subsahariennes au Maghreb. Sud-Nord : refonte des frontières du soi

Compte-rendu de la réunion du programme de recherche , IRMC – 9-10 mars 2012, Coordonné par Stéphanie Pouessel

Cette réunion a constitué le deuxième volet du programme de recherche « le Maghreb et ses ‘africanités’ : l’identité nationale au regard de ses altérités » ; la première réunion avait réuni en mars 2011 des chercheurs qui ont interrogé les identités du Maghreb à l’aune de leur ancrage « africain » (retour de l’histoire esclavagiste, essor d’un débat sur le racisme, positionnement de l’histoire officielle, enjeux de la question raciale, etc.). Vis-à-vis de cette entité « imaginée » qu’est « l’Afrique », ont été identifiés les « moments » de fusion et les « moments » de distanciation au profit d’autres idéologies (panarabisme, nationalisme, etc.). La publication de cette rencontre aura lieu aux éditions Karthala en 2012.

Les participants y ont noté une nouvelle donne interactionnelle qui semble venir bouleverser ces processus, celle d’un attrait accru pour le Maghreb de la part de Subsahariens – aux statuts divers, résidents, migrants, clandestins, étudiants, fonctionnaires, pèlerins, etc.- depuis les années 1990.

Le deuxième volet du programme « africanités…» a ainsi souhaité s’attarder sur les effets sociétaux des nouvelles mobilités subsahariennes au Maghreb ; ce n’est pas tant la thématique de la migration qui sera au centre de la réflexion, investie voire surinvestie par la recherche depuis une dizaine d’années, mais plutôt les bouleversements qu’elles induisent au Maghreb sur les représentations de sa propre « culture », de ses propres frontières nationales, de ses propres « origines », de l’appartenance à un continent qui serait l’Afrique, et qui influe sur les remaniements des autres appartenances (« Méditerranée », « monde arabe », « Maghreb », etc.). la nouvelle configuration migratoire du Maghreb mène à un bouleversement des représentations que les sociétés ont d’elles-mêmes.

Lors de cette réunion, Nabiha Jerad (Université de Tunis) a remarqué l’absence de la question africaine dans les recherches en sciences sociales en Tunisie, « les Noirs sont invisibles dans la recherche ». À travers ses analyses des publicités en Tunisie, elle remarque l’apparition des Noirs sous forme de clichés : petite taille, servitude, etc. et questionne le prototype de l’étranger en Tunisie, et particulièrement de l’« Africain ».

Katia Boissevain (IDEMEC) a précisé que la recherche intégrait la question noire mais toujours dans le cadre de l’anthropologie religieuse. Cette branche de l’anthropologie contribue à réifier les Noirs, à les enfermer. La couleur est reliée à la force, à une relation avec les esprits ou à la saleté, versant alors dans le racisme. Cette même chercheure a rappelé que le stambeli en Tunisie était le centre d’intérêt de certains européens mais aussi d’une frange de la bourgeoisie tunisoise, alors en quête d’expériences mystiques. Dans son intervention, Katia Boissevain a évoqué l’évangélisation Sud- Nord à travers le cas des chrétiens subsahariens présents en Tunisie.

Stéphanie Pouessel (IRMC) a traité du réajustement de l’islam tunisien post-Ben Ali (et pré et post élections) qui donne lieu à des revendications au sein desquelles sont pris les étudiants africains en sciences religieuses à Tunis. L’islam, pris dans le jeu politique tunisien, est ici, aussi, l’islam des autres. Au delà, la présence subsaharienne en Tunisie apparaît comme un filtre révélateur qui renvoie les Tunisiens, et particulièrement les Tunisiens noirs au « qui sommes-nous ? ».

Mahamet Timera (URMIS) est revenu sur la place de l’islam dans le processus migratoire des Sénégalais au Maroc. Entre le Maroc et le Sénégal, y-a-t-il une religion en partage ou une perception en terme de races, actes de racisme et discriminations ? Au Maroc, la presse et les médias contribuent à catégoriser le groupe « subsaharien ». La couleur noire est associée à la servitude et à un ailleurs de l’islam voire à l’impiété, tout du moins à l’hétérodoxie et à l’origine subsaharienne. L’islam est instrumentalisé dans le contexte interactionnel et idéalement reconstruit des deux côtés. S’y ajoute le fait que les Sénégalais sont confrontés à deux images ancestrales et stéréotypées du Blanc, entre racisme et colonialisme.

Pietro Fornasetti (CEAF) est intervenu sur les « migrants clandestins » burkinabés en Libye auxquels sont accolées les étiquettes dévalorisantes de « mercenaire », de « clandestin » voire d’ « esclave ». Installés dans des ghettos, ils vivent cet espace comme une machine à produire des identités. Cette relégation est renforcée par l’histoire migratoire libyenne en Europe, alors minime, contribuant à une faible « habitude » de la migration. S’y adjoint le statut des migrants subsahariens en Libye perçus comme une menace à l’Europe.

Fatima Aït Lmadani (IEA) a soulevé le paradoxe d’une représentation contemporaine des médias sur la question des migrations entre d’un côté la migration marocaine irrégulière en Europe et de l’autre la migration subsaharienne, minime mais surmédiatisée. Les drames humains de ces dernières années contribuent à passer sous silence les migrations plus anciennes, africaines, Sud-Sud. Elle a relevé le traitement inégal accordé aux migrants dans le Nord (en Europe, les migrants internes sont perçus comme normaux) et aux migrants dans le Sud.

Mehdi Alioua (UIR/CJB) a invité à sortir de la sociologie de la migration, alors fixiste et à sens unique, pour une étude du « transmigrant » (Tarrius) qui transperce, transforme et permet de sortir de l’approche binaire migration/immigration. Entre Marocains et « Africains » trans-migrants, l’aventure devient une reconnaissance entre eux, une solidarité, on devient « Africains ». Dans les quartiers de Rabat où vivent Marocains et Subsahariens émerge un « cosmopolitisme tranquille » autour, par exemple, d’une même économie : tous participent à la reconstruction du bidonville.

Nazarena Lanza (LAS/CJB) qui croise une étude des mobilités religieuses à une anthropologie du tourisme, a traité des pèlerins tidjanes sénégalais au Maroc en confrontant le discours officiel de l’État marocain vis-à-vis du Sénégal (affinités religieuses ancestrales entre les deux pays) et la réalité des relations interhumaines. Les pèlerins sénégalais sont soumis à deux perceptions de l’Autre : d’une part celle d’un islam trait d’union Maroc-Sénégal, et du Maroc comme terre mythique de la tijjaniya ; et d’autre part, celle de la déception sur la pratique marocaine de l’islam.

Julie Picard (LISST) a remis en cause l’idée postmoderne d’identités qui seraient dorénavant déterritorialisées. À travers son étude de la période actuelle de « post transit » ou d’« impasse migratoire » qui caractérise l’Égypte, elle étudie les migrants subsahariens chrétiens au Caire.

La dynamique des espaces-temps religieux de ces migrants montre la revitalisation des lieux de cultes chrétiens, le prosélytisme, les partages des lieux de culte avec les Coptes devenant ainsi une « minorité dans la minorité » alors en phase de construire une « nouvelle identité urbaine ».

 Publié en mai 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°9

Stéphanie POUESSEL

est anthropologue et chercheure post doctorante à l’IRMC, où elle dirige le programme intitulé : « Le Maghreb et ses « africanités » : l’identité nationale au regard de ses « altérités ».

crédit d’illustration : © IRMC

 

Pour citer ce billet : Stéphanie Pouessel, « Enjeux identitaires des mobilités subsahariennes au Maghreb. Sud-Nord : refonte des frontières du soi », Le Carnet de l’IRMC, 20 juillet 2012. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/499

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Vers un entrepreneuriat transméditerranéen ? Les stratégies d’internationalisation des entreprises maghrébines et de réinvestissement des Maghrébins d’Europe : premiers résultats du programme AUF-IRMC

Entreprises étrangères et à participation étrangère en Tunisie - FIPA-Tunisie 2010

Compte-rendu de la réunion du programme de recherche , IRMC – 30-31 mars 2012 , Coordonné par Sylvie Daviet

Les troisièmes rencontres du programme de recherche IRMC-AUF sur les stratégies d’internationalisation des entreprises maghrébines et de réinvestissement des Maghrébins d’Europe se sont déroulées à Sidi Bou Saïd les 30 et 31 mars 2012. Les résultats tout en contrastes témoignent de profondes recompositions du paysage entrepreneurial, dans une dynamique de mondialisation qui ouvre de nouveaux horizons. L’hypothèse d’un entrepreneuriat transméditerranéen interroge les paradigmes et les grilles de lecture de la transnationalité pour mieux décrypter les atouts et les limites du système entrepreneurial de l’entre-deux rives : firmes-réseau, capitalisme transnational, systèmes productifs et réseaux transnationaux, diasporas économiques …, font de la Méditerranée une interface active, tenant du hub plus que de l’espace intégré.

En s’appuyant sur une équipe associant économistes, géographes, sociologues et politologues, nous avons questionné ces processus d’internationalisation, au travers d’un ensemble de paramètres : en mesurant le mouvement des flux émis et reçus, mais aussi en observant l’encastrement de ces mouvements dans les sociétés locales. Il s’est agi de pointer les formes d’hybridation, de scruter les ressources déployées par les entrepreneurs, les métamorphoses opérées dans les situations de travail des cadres et des salariés, au coeur d’une mondialisation qui affecte les acteurs, les institutions et les territoires. De Karl Polyani (1944) à Mark Ganovetter (1985) ou Anna Lee Saxenian (2004), notre cadre théorique souligne que tous les phénomènes économiques, quelle que soit l’époque ou le lieu, ne sont pas autonomes mais ancrés dans des structures sociales, des réseaux, des territoires où l’échange et l’interaction jouent un rôle majeur ; en d’autres termes, nos entrepreneurs, tels de nouveaux argonautes, sont porteurs de sens.

L’impact contrasté des IDE et des partenariats Nord/Sud

Ces deux dernières décennies ont permis aux pays du SE Méditerranéen d’attirer un flux notable d’Investissements Directs Étrangers (Yamina Mathlouti, AFD Tunis) venus d’Europe, des pays du Golfe, de l’Amérique du Nord et de puissances émergentes (groupe des BRIC). Les flux internes à la région sont marqués par le nouveau rôle de la Turquie (Stéphane de Tapia, CNRS). Les pays du Maghreb ont bénéficié de cette internationalisation que l’impact des révolutions arabes infléchit à son tour (baisse des IDE en Tunisie au profit du Maroc). Le mode de développement « offshore », qui a prévalu jusqu’à l’immolation de Mohamed Bouazizi, le 17 décembre 2010 à Sidi Bouzid, est désormais pointé du doigt. La vision d’un nouveau mode de développement appelle un ensemble d’approches plus éclairantes que les seuls indicateurs macroéconomiques qui faisaient de la Tunisie de Ben Ali le « bon élève » des organisations internationales.

Les études de cas dont nous disposons livrent une image contrastée de l’internationalisation des entreprises maghrébines, par le biais des IDE et des partenariats venus du Nord. Le partenariat Danone/Djurdjura en Algérie (DDA), qui associa en 2001 la multinationale française et la PME des frères Batouche en Kabylie, a su éviter le « choc culturel » entre cadres locaux et expatriés. L’arrivée de Danone semble avoir été bénéfique aux cadres algériens en termes d’évolution socioprofessionnelle, de formation, de savoir-faire organisationnel et d’introduction de nouveaux concepts qui impliquent une forte capacité d’adaptation (Mohamed Madoui, LISE-CNAM ; Moussa Boukrif, Univ. Béjaia). Cette expérience plutôt réussie contraste avec le tableau sombre du système mode dans la région de Tanger (Pascale Froment, MCF) où la dépendance des entreprises locales s’exprime par les formes de joint-ventures contractées, le volume de production destiné à l’exportation, la sous-traitance et le faible nombre de clients, un seul souvent pour la majorité des entreprises, largement captives des donneurs d’ordre espagnols (Inditex, Zara, Mango…). Les stratégies pour s’émanciper de cette dépendance sont bien fragiles. La situation doit donc être différenciée, selon les secteurs notamment.

Le prisme des secteurs et des espaces

Le système mode est un pilier historique des stratégies d’industrialisation, employant une main-d’oeuvre féminine, jeune et peu qualifiée. En tant que secteur à faible intensité capitalistique, il est représentatif d’une forte mobilité entrepreneuriale, faite de délocalisations et de relocalisations multiples, comme de rapports sociaux d’une grande brutalité. D’autres secteurs sont davantage générateurs de dynamiques positives, associées à la construction de nouveaux territoires productifs. Les logiques technopolitaines (Alexandre Grondeau, MCF)amorcées au Maroc comme en Tunisie

depuis les années 1990 produisent leurs effets. La mise en place de clusters dédiés aux hautes technologies : El-Ghazala en Tunisie, Technopark au Maroc, Sidi Abdellah en Algérie traduit des efforts notables en matière d’aménagement.

Parallèlement, la formation supérieure émerge en tant que secteur marchand (Sylvie Mazzella, LAMES), avec une importante vague de nouveaux établissements d’enseignement supérieurs. Cet autre volet de l’économie du savoir s’incarne dans le développement d’universités privées qui vise à compléter un secteur public en surcharge et partiellement inadapté. Les nouveaux entrepreneurs du savoir symbolisent à cet égard l’originalité des formes contemporaines de partenariats hybrides entre secteur public et privé.

Les enjeux environnementaux sont aussi à l’origine d’un nouveau front d’activités autour des énergies renouvelables. Dans le cas de la Tunisie, on observe la naissance d’un nouvel entrepreneuriat dans le secteur de l’énergie solaire thermique et photovoltaïque (Nadia Benalouache, IRMC) qui puise son origine dans les plans solaires nationaux, pour partie soutenus par les bailleurs de fonds internationaux. Cet axe de recherche diversifie par conséquent les éclairages et fournit de précieux indicateurs des transformations des sociétés maghrébines, permettant d’appréhender, en arrière-plan, la variabilité des dynamiques d’industrialisation et de tertiarisation, l’élévation des qualifications et la montée des classes moyennes, dans un ensemble d’entreprises souvent petites et moyennes.

PME et groupes maghrébins, l’émergence de « champions nationaux » à l’international

Affiche publicitaire de la banque Attijari

L’internationalisation des PME suscite beaucoup l’intérêt des acteurs publics, mais très peu de PME s’internationalisent car les obstacles sont multiples (Marouf Ramadan, Euromed ; Nadine Levratto, Paris X). En revanche, les groupes maghrébins s’internationalisent à grand pas. Certains, tel le tunisien Elloumi (Hamadi Tizaoui, Université de Tunis), se développent sur les deux rives de la Méditerranée en s’intégrant au système productif transméditerranéen des équipementiers de l’automobile, commandé par quelques constructeurs européens (Opel, Mercedes, Volkswagen, PSA, Renault, Fiat).

D’autres se développent en direction du monde arabe et de l’Afrique subsaharienne, comme Poulina (industrie), Comete et Studi (ingénierie), Tunisie Telecom et Maroc Telecom, la STEG et l’ONE (électricité)…

Des trois pays du Maghreb central, le Maroc est sans conteste le plus à même de faire émerger des groupes d’échelle régionale comme Royal Air Maroc, ou Attijari wafa Bank (Sylvie Daviet, IRMC). « L’Afrique est notre horizon » lit-on désormais dans la presse ou les publicités, et le Maroc s’affirme en leader dans cette stratégie de hub pour l’Afrique qui requalifie le rôle du Maghreb entre Nord et Sud.

Fonctionnements transméditerranéens et diasporas

Côté Nord, un tissu social de l’entre-deux rives se déploie et se régénère. Les binationaux sont le maillon fort, acteurs d’une diaspora économique active, notamment chez les diplômés des grandes écoles (Sonia El Amdouni, Université d’Évry), mais pas seulement. Une densité incroyable de réseaux associatifs, entrepreneuriaux, tuniso-allemands, franco-algériens, maroco-espagnols, italo-tunisiens, construisent chaque jour un espace transméditerranéen par le bas, riche de rencontres productives. Ces acteurs de l’entre-deux (Frederik Mispelblom, professeur, Université d’Évry) ont des capacités d’apprentissage et de médiation dans la transition que connait le Maghreb (Isabel Schäfer, Université de Humbolt, Berlin), d’insertion dans les territoires (André Donzel, LAMES) au Nord, comme au Sud de la Méditerranée. Ils ne jouent pas sur le registre de l’élite mondialisée « offshore ».

Nombre d’acteurs économiques, engagés dans des réseaux sociaux et entrepreneuriaux transnationaux, contredisent la thèse d’une identité déterritorialisée, remettant en cause le rôle des États. Nous y voyons plutôt le signe d’une nouvelle élite, ouverte sur le monde, alliant promotion économique et responsabilité sociale, agissant en tant que société civile, dans le cadre d’États bousculés par la mondialisation.

Acteurs et modalités du réinvestissement dans le pays d’origine

Ce dernier axe de recherche, tourné vers le réinvestissement des Maghrébins d’Europe, entend souligner l’importance des remises effectuées dans les pays d’origine. Les modalités du réinvestissement entrepreneurial sont ici illustrées par quatre études de cas dont les postes d’observation se situent sur les deux rives.

L’émergence des entrepreneurs émigrés d’Agadir (Mohamed Ben Attou, Université d’Agadir) s’inscrit dans un contexte marocain où le rôle des résidents à l’étranger est le plus emblématique des pays du Maghreb. Le phénomène est également étudié dans le Sahel Tunisien (Hassan Boubakri, MCF ; Mourad Khedija, Université de Sousse). En Île-de-France, les femmes d’origine maghrébine, créatrices d’entreprises, s’insèrent dans les réseaux financiers du microcrédit (Houda Laroussi, INTES Tunis). Les réseaux associatifs d’entrepreneurs maghrébins de la région parisienne (Rached Ben Khalifa, CNAMIRMC) sont aussi observés à l’aune des changements politiques, économiques et culturels qui marquent la relation France- Maghreb, tout comme les descendants d’immigrés d’origine algérienne (Emmanuelle Santelli, CNRS-MODYS, Lyon 2), opérateurs dans une Algérie désormais ouverte à l’économie mondialisée. Mais cet investissement n’est pas qu’un fait économique. Les entrepreneurs, qui revendiquent une fonction de « pont naturel » entre les deux pays, ont disposé de ressources, su mobiliser des réseaux, formulé des stratégies qui témoignent de leurs capacités à articuler une « pluralité de scènes sociales » (Zalio, 2007).

Le Maghreb recompose ses espaces de référence

Au lendemain d’un printemps arabe qui a pris de court tous les prévisionnistes, les projecteurs sont braqués sur les logiques internes à la région dont l’équation (religion, économie, démocratie) fait office d’énigme. Les rivages virtuels de l’Europe semblent s’être éloignés. L’UMA (Union du Maghreb Arabe) est relancée, les fonds Qatari sont sollicités, la Turquie est perçue comme un modèle. Mais les relations transméditerranéennes entre économies et sociétés civiles demeurent actives. En outre, le Maghreb déploie un capitalisme pionnier en direction de l’Afrique subsaharienne.

Nombre d’acteurs portent la vision d’un Maghreb jouant le rôle d’un territoire-relais entre l’Europe et l’Afrique subsaharienne.Ce nouveau paradigme économique est curieusement éclipsé par la nouvelle donne politico-religieuse qui focalise toutes les attentions.

Mais au-delà de ce contexte, certaines lignes de force demeurent. De la famille Batouche (Algérie), aux Daher et Saadé (Liban), des fils Yildirim (Turquie), aux frères Elloumi (Tunisie)… la structure familiale de l’entrepreneuriat méditerranéen revêt une dimension anthropologique forte qui pénètre la mécanique faussement standardisée du capitalisme moderne. Cette dimension anthropologique interpelle dans la mesure où la densité des échanges transméditerranéens se mesure moins dans la quantité des flux macroéconomiques que dans l’épaisseur d’une histoire ayant tissé des liens aux ramifications multiples. C’est en effet le facteur humain, qui par le jeu des migrations et des mobilités, fournit l’ossature d’une organisation diasporique connectant les deux rives. Échanges et circulation des savoirs s’incarnent, certes, dans le patrimoine partagé de la langue, les chemins parcourus dans les mêmes filières de formation, les pratiques du travail en entreprise, l’expérience de la coopération scientifique, technique ou culturelle. Ils se transmettent aussi grâce aux destins croisés des familles transnationales (Razy, Baby-Collin, 2011) qui réinvestissent à des degrés divers dans les pays d’origine.

Entrepreneuriat transméditerranéen et écosystème relationnel

Il existe donc un tissu social de l’entre deux rives, traversé et fragilisé par l’onde de choc des transformations en cours. Mais il n’en constitue pas moins la matrice, l’écosystème d’un entrepreneuriat transméditerranéen aux composantes variées, depuis l’élite passée par les grandes écoles aux catégories plus modestes, en quête de reconnaissance et de légitimité. Les binationaux sont la trame de ce tissu social et relationnel. Face aux enjeux de nationalité et de libre circulation au sud de la Méditerranée, le double statut est actuellement la clé de la mobilité professionnelle. Inutile pour un commercial, un cadre, un chef d’entreprise d’avoir un plan de déplacement ordinaire, à l’image de son alter ego européen, sans le sésame conféré par un double passeport en bonne et due forme. Le maillage des réseaux transnationaux les plus professionnalisés est pétri de ce métissage forgé dans l’intimité des trajectoires individuelles ; à cette échelle, culture, économie et société ne forment qu’une seule et même réalité.

 Publié en mai 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°9

Sylvie DAVIET

est professeur de géographie à l’Université de Provence et membre du laboratoire TELEMME (UMR 6570). Elle est actuellement chercheure à l’IRMC en délégation CNRS.

crédit d’illustration : © Mongi Belarem ; Attijari Bank.

 

Pour citer ce billet : Sylvie Daviet, « Vers un entrepreneuriat transméditerranéen? Les stratégies d’internationalisation des entreprises maghrébines et de réinvestissement des Maghrébins d’Europe : premiers résultats du programme AUF-IRMC », Le Carnet de l’IRMC, 20 juillet 2012. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/486

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Dire en langues : des passeurs au quotidien

Compte-rendu de la réunion du programme de recherche , IRMC – 20-21 janvier 2012 , Coordonné par Myriam Achour Kallel

L’anthropologie du langage : Illustration par un épisode national

Quand Moncef Marzouki a employé le mot sâfirât (le 13 décembre 2011 lorsqu’il a prêté serment devant l’Assemblée Nationale Constituante), des reproches ont fusé dans les journaux comme sur la Toile (Facebook et Twitter [1]) à l’encontre de l’usage de ce mot :

d’abord en tant que critère retenu pour différencier des citoyennes tunisiennes [2] (le degré de couverture de leurs corps : un peu, beaucoup, passionnément) mais aussi à cause du mot lui-même : sâfirât a été compris par des citoyens, hommes et femmes confondus, comme stigmatisant les citoyennes qui ont fait le choix de ne pas porter le voile, un peu comme pourrait être compris le mot mutabarrijât (celles qui dévoilent leurs charmes). Aussitôt, un débat social s’est instauré entre les défenseurs du mot et ses détracteurs. Les premiers lançaient aux seconds leur ignorance : le mot, dans le lissân al ‘arab d’Ibn Mandhûr, l’un des dictionnaires de référence, n’était en aucun cas une volonté de stigmatiser mais une pure description des femmes qui ne portent pas le voile. Les seconds rétorquaient que l’utilisation du mot dans lissân al ‘arab, soit sa définition lexicale, était loin de constituer un argument en faveur du discours de Marzouki et que la catégorie sociale à laquelle il renvoyait était négativement connotée. Pour renforcer leurs arguments, de nombreuses pages sur Facebook ont malicieusement relayé des définitions provenant de ce même lissân al ‘arab de mots répandus et largement reconnus socialement comme étant des « gros mots », rappelant leur racine ternaire et concluant qu’il devenait dès lors, et suivant cette logique « authentificatoire », légitime de les employer normalement puisque leurs définitions n’avaient rien à voir avec les significations qui leurs sont données dans les interactions sociales. Par lissân al ‘arab interposé, les deux clans se sont ainsi lancés des définitions absconses autour du mot sâfirât pour l’un et de « gros mots » pour l’autre, se fustigeant ainsi d’insultes et de railleries.

Cet échange entre deux groupes sociaux n’est finalement rien d’autre qu’un débat autour de la question des sens sociologiques du langage. Il montre que nos usages sociaux des langues ainsi que les enjeux qui leur sont reliés n’ont pas toujours à voir avec leurs strictes définitions dans les dictionnaires.

Les mots, les langues, ses registres etc. ne concernent pas uniquement les dictionnaires et la linguistique mais se définissent, aussi, en fonction du moment où on les utilise, du contexte, de la situation, des « identités » réclamées des groupes dévoilant de la sorte des hiérarchies sociales, des rapports de force, des catégorisations sociales et des visions du monde. Dans la situation décrite ci-dessus, l’objet du litige des acteurs sociaux revient au fait qu’ils ont pris conscience d’une partie des enjeux d’une anthropologie du langage : à travers l’usage du mot sâfirât, compris tantôt comme descriptif tantôt comme dénonciateur. Les réactions des deux groupes montrent au final que dire quelque chose au sein d’une collectivité présente des enjeux qui dépassent de loin sa stricte définition lexicale.

Le programme de recherche « Dire en langues » : des « analyses en anthropologie du langage » aux « passeurs au quotidien »

Cet épisode n’est un cas d’espèce ni du point de vue historique ni du point de vue géographique. Les enjeux sociaux des mots, des registres et des langues travaillent depuis toujours toute société. Les objectifs de ce programme de recherche étaient dès le départ de rendre compte des enjeux sociaux liés aux questions du langage. Les premières réunions scientifiques ont eu lieu les 24 et 25 novembre 2010, intitulées « Dire en langues : Analyses en anthropologie du langage. Une comparaison de terrain ». D’un point de vue anthropologique, l’intérêt d’un tel questionnement était de mieux comprendre, d’une part, les sens et les rapports fabriqués et négociés par les acteurs avec les langues et, d’autre part, ce que ces sens et les usages peuvent dire de la dynamique sociale contemporaine. Trois axes délimitaient les interventions : « Contacts, ‘mélanges’ et métissages linguistiques », « Langues écrites vs langues orales/langues maternelles /langues littéraires » et « Contextes nationaux ».

À la suite de ces premières réunions le souci de dégager une problématique transversale aux différentes contributions de l’équipe de chercheurs a amené à orienter plus précisément nos intérêts vers les acteurs en tant que vecteurs de passage. La deuxième partie de l’intitulé du programme a donc été modifiée en faveur de la formulation suivante : « des passeurs au quotidien » (deuxièmes réunions scientifiques les 20 et 21 janvier 2012). Un triple intérêt justifie ce choix : d’abord, en mettant en avant les acteurs eux-mêmes, « les passeurs », ce (sous-) titre insiste sur l’idée que notre travail ne porte pas sur le langage du point de vue linguistique mais bien du point de vue de ses pratiques sociales (et ce, quelle que soit la discipline impliquée). Ensuite, il problématise nos travaux autour d’acteurs (du commun des acteurs) qui font passer des significations sociales au moyen du langage.

Par leurs usages langagiers, les acteurs deviennent ainsi des « passeurs » : des figures qui font passer d’un espace à un autre des langues (registres, etc.) et qui, volontairement ou non, en reconfigurent les frontières. Enfin, ce sous-titre contient également l’idée que ces pratiques sociales du langage ne sont pas l’apanage de moments particuliers, mais que celles-ci font partie intégrante du quotidien quelque soit le type d’activité considéré : des activités de la vie quotidienne comme parler (Dorra Ben Alaya, Slah Eddine Ben Fadhel, Khaoula Taleb Ibrahimi et Michelle Daveluy) ou pratiquer une religiosité (Katia Boissevain, Nilufar Haeri et Fatiha Kaouès) ; des activités émanant d’interactions avec des acteurs institutionnels comme l’institution littéraire (Kmar Bendana), de justice (Fatima  Zahra Lamrani) ou ministérielle (Myriam Achour Kallel) mais aussi des activités en rapport avec la globalisation (Mohamed  Benrabah, Catherine Miller et Renato Ortiz). Ces trois échelles attestent qu’à quelque niveau que se situent les observations, les acteurs sont indéniablement des passeurs, des gens qui font passer par leurs usages langagiers des sens d’un espace vers un autre.

Au cours des deux réunions, cette démarche d’ensemble a été soutenue par une triple perspective : empirique, comparative et interdisciplinaire. Les contributions sont basées sur des travaux empiriques. Cette perspective a permis de diversifier les échelles d’observations : les terrains sont ainsi compris non pas seulement en tant qu’espaces circonscrits géographiquement mais comme autant de modalités de déploiement d’activités sociales (religieuse, littéraire, institutionnelle, militante etc. tel que développé plus haut) en rapport avec les usages langagiers. D’autre part, d’un point de vue méthodologique, cette diversité des terrains mais aussi des traditions des chercheurs a permis de confronter entre eux des terrains habituellement peu comparés (Algérie, Brésil, Canada, Iran, Liban, Maroc et Tunisie). Enfin, le travail était situé dans une perspective interdisciplinaire : les chercheurs proviennent en effet de différentes disciplines : anthropologie, sociologie, histoire, psychologie, sociolinguistique.

Ce croisement disciplinaire nous a permis de voir, de manières inédites, des aspects de notre terrain desquels nos réflexes monodisciplinaires nous écartent.

En marge des réunions

Ces journées ont été également marquées par des échanges informels importants autour de « la Révolution tunisienne ». Un moment cathartique et stimulant intellectuellement nous a été offert par Kmar Bendana qui nous a présenté son dernier ouvrage, Chroniques d’une transition, publié en 2011 aux éditions Script, un moment marqué par des échanges avec l’ensemble des collègues et notamment algériens en raison la douloureuse expérience de la décennie noire. D’autre part, un court métrage (Les baies d’Alger, Hassen Ferhani, 2006) et un spot réalisé par des jeunes Marocains en différentes langues du Maroc ont été projetés respectivement par K. Taleb Ibrahimi et Catherine Miller. Les deux extraits montrent les enjeux du langage sous une sensibilité artistique comme politique. L’ouvrage issu de ce programme devrait paraître à l’automne 2012.

 Publié en mai 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°9

Myriam ACHOUR KALLEL

est psycho-anthropologue et maître assistante à l’Université de Tunis. Chercheure associée à l’Institut de Recherche sur le Maghreb Contemporain, elle y conduit le projet Dire en langues : pour une approche située des pratiques linguistiques.

crédit d’illustration : © IRMC


[1] Un hashtag sur Twitter a aussitôt émergé s’intitulant safiroun faisant ainsi appliquer aux hommes cette catégorie réservée aux femmes et exprimant la volonté de remettre en doute de la catégorie elle-même.

[2] Muhajjabât (celles qui portent le hijâb), munaqqabât (celles qui portent le niqâb) et sâfirât.

 

Pour citer ce billet : Myriam Achour-Kallel, « Dire en langues : des passeurs au quotidien », Le Carnet de l’IRMC, 20 juillet 2012. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/482

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Être chercheur après janvier 2011

Dans l’intermède d’un an, et même si un souffle révolutionnaire a balayé beaucoup de choses, la pratique de chercheur, une activité lente et d’arrière-plan ne peut vivre un retournement brusque et direct. Ce qui n’empêche pas les chercheurs d’être touchés, comme tout le monde, par ce qui arrive au quotidien, qui atteint les hommes et les institutions comme les conditions matérielles et morales d’exercice du métier. Les chercheurs ne peuvent être indifférents à leur contexte ni éviter l’émotion qui empreint cette période exceptionnelle même si la profession incite au recul et se construit sur la capacité à observer, sinon froidement, du moins en tenant compte, au maximum, des facettes d’une situation, de la complexité des questions, de la pluralité des points de vue qui se rattachent aux faits. Entre la fièvre causée par l’hyper-rapidité et l’ampleur des faits et les impératifs intellectuels du métier, une palette de réactions est possible. Je ne parlerai que de la mienne puisqu’on me demande de faire part de mon expérience de chercheur en Tunisie depuis janvier 2011, pour illustrer une des façons dont la profession d’historien est concernée par le potentiel révolutionnaire qui s’est déclenché au début de 2011.

Trois leçons
En Tunisie comme ailleurs, le terme histoire recouvre plusieurs sens : il renvoie à une culture, il en appelle parfois à la connaissance et désigne plus rarement une condition, un métier. La passion du passé est répandue dans l’opinion, le goût de l’histoire fait partie de la culture tunisienne contemporaine et s’enracine dans un héritage intellectuel. L’histoire en appelle également à une conscience du temps et à l’étude de la façon dont il régit les rapports humains dans une société, au cours d’une époque. Étudier l’histoire constitue enfin un métier qui, avec les sciences sociales voisines et les sciences dures moins mitoyennes, a une évolution intrinsèque, aux aspects entremêlés : à une histoire des contenus et des formes que peut prendre cette expression du passé d’individu et de groupe que chaque personne ou communauté porte en elle, s’ajoute l’histoire des hommes et des institutions qui la fabriquent. L’année 2011 a été pour moi une leçon à chacun des ces niveaux de conception de l’histoire.

Leçon de culture
Vivre un soulèvement qui se déclenche après l’immolation d’un homme et entraîne des conséquences avec l’ampleur constatée est pour le moins édifiant sur le phénomène de l’opinion et sur la façon dont il peut agir sur le réel. Cet acte désespéré, pas le premier du genre ni hélas le dernier, est un des mythes fondateurs de la « Révolution tunisienne ». La construction du mythe appelle évidemment son contraire par la bataille autour des dates de commémoration (17 décembre ? 14 janvier ?), par les tentatives de fondre le peuple dans la figure du martyr, par les pressions pour la captation d’un leadership. L’opinion, objet commun au journalisme et aux sciences sociales et matériau de choix des acteurs politiques, est devenue une source vivante d’inspiration.
Grâce à l’électrification de la parole et des médias, j’ai pu vérifier la magie d’un phénomène échappant toujours aux prévisions et aux manipulations, même si on ne renonce jamais à le réifier après coup, et même si les politiciens ne guérissent jamais de la tentation de l’aiguillonner et de le sonder parce qu’il est craint. Est-ce qu’un vote signifie opinion ? La culture est-elle une somme d’opinions ? Les médias sont-ils seuls face à l’opinion ? Toutes ces interrogations trouvent dans la situation tunisienne une série d’alchimies incompréhensibles si on s’en tient à la crête de l’actualité et des discours. L’étude de l’opinion est certes complexifiée par la technicité des réseaux sociaux, accélérateurs de faits et d’opinions, mais la compréhension de la situation souffre également d’un déficit d’études historiques, sociologiques, psychologiques, journalistiques sur les traits culturels et l’évolution des mentalités. Les tensions qui explosent à la face des Tunisiens, de leur classe politique et du monde, révèlent entre autres un déficit de connaissances sur la société. Considérant la remontée en surface de la politique, et sachant que les problèmes économiques et sociaux constituent la lave volcanique et la colère intériorisée et partagée le détonateur imprévu de cette Révolution, l’histoire peut aider à établir des connexions.

Leçon d’histoire
Habituée à une histoire contemporaine qui se fait essentiellement à partir des archives écrites, même si elle s’est ouverte sur le témoignage, j’ai pris la mesure et en live de l’importance méthodologique des questions basiques enseignées par la discipline. Qu’est ce qu’une source ? Qu’est ce qu’une information ? Qui est l’auteur d’un document ? Depuis la gifle qui aurait causé le suicide de Bouazizi jusqu’aux nuées de rumeurs qui ont banalisé buzz et inventé l’intox, l’historienne flotte dans la multitude d’informations, la multiplication des modes d’expression, la liberté de ton et jusqu’au libertinage des propos. Avec le temps, j’ai commencé à noter la façon, parfois surprenante, dont les données s’organisent en fonction d’acteurs insoupçonnés, comment des événements au départ bénins prennent de l’importance. Cette physique de l’événement et la mayonnaise plus ou moins réussie d’un pouvoir façonné au jour le jour, représente pour moi un terreau de réflexion vivace sur la naissance d’une culture politique, peut-être en transformation.
Entraînée aux mécanismes langagiers de la dictature, j’ai déplacé l’attention au vocabulaire post- révolutionnaire parvenu lui aussi à recevabilité. Le mot Révolution qui a beaucoup servi par commodité, par paresse ou par fierté appelle à réfléchir sur l’efficience des mots dans le jeu du présent puis la répercussion sur l’écriture de l’histoire. En attendant d’approfondir l’analyse des discours qui orchestrent la vie politique et les arguments échangés tous médias confondus et jusque dans le privé, je regarde davantage la télévision, lis plus de journaux, écoute plus les radios, fréquente la toile. S’y déploie une société en pleine éclosion de capacités étouffées, niées ou simplement ignorées, une jeunesse contestatrice, énergique et parfois désespérée, des femmes omniprésentes dans l’espace public. Alors que les résultats des élections de l’Assemblée Nationale Constituante sont interprétés comme les chiffres d’une représentation populaire, ces images de la société me semblent mettre le doigt sur une ignorance, d’abord scientifique, de la diversité et des profonds ressorts d’une Tunisie sous-analysée.
Les pratiques de pouvoir apparaissent rigidifiées par le temps, trop vieilles pour les besoins et urgences du pays, trop pauvres devant sa complexité. La masculinité et la moyenne d’âge des responsables politiques est un des signes d’un décalage flagrant entre la société et le pouvoir.

Leçon civique
Dans un pays où la vie scientifique manque de revues, de lieux et de traditions de débat, le politique magnétise les professions intellectuelles, les asservit aussi dans la mesure où il s’est érigé en source unique de légitimité, but ultime de toute réussite. Exercice et conditions du métier de chercheur ne sont pas pires que le reste, encore faut-il ajouter qu’ils illustrent une conception totalitaire du savoir desséchante et, à la longue, dévalorisante des métiers de la connaissance. Une année ne peut suffire à agir sur l’hypertrophie de l’idéologie des diplômes, la surveillance des idées, les mécanismes gelant les forces créatrices, autant de graines ayant semé dans la société un désamour envers les intellectuels et dressé des clivages partisans à l’université. Je sais faire partie de secteurs minés par le manque de liberté et le déni politiques, le culte techniciste achevant de rendre les sciences de l’homme en Tunisie inutiles à lui-même.
Politiques et scientifiques ont beaucoup à faire pour soigner ces maux afin de redonner au savoir sa fonction humaniste et la place qui lui revient dans la richesse globale. En tant que chercheur, j’ai cependant éprouvé, au cours de cette année, une conscience accrue de l’importance de l’histoire face à la montée des émotions, des revendications individuelles et des phénomènes religieux et mémoriel. Comme tout référentiel important – et cette Révolution en est un de taille -, l’histoire doit rester en alerte, un peu comme une veille météorologique en cas de beau temps, en prévision des intempéries.
Penser à la suite, à la connaissance future et à la mise en ordre raisonné de ce présent aujourd’hui en déroulement me semble être une hygiène à conserver face à la gestion des événements et aux réponses politiques hâtives.
Publié en janvier 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°8

Kmar BENDANA
Historienne, ISHMN/IRMC

crédit photographique : © GID.org

 

Pour citer ce billet : Kmar Bendana, « Être chercheur après janvier 2011 », Le Carnet de l’IRMC, 5 juillet 2012. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/477

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

La démocratie tunisienne comme histoire « toujours inachevée »

Pierre Rosanvallon dans son bureau du Collège de France, juin 2012.

Pierre Rosanvallon évoque la démocratie à la fois comme régime politique et comme forme de société et mode de lien social. Tel semble être le cas de la Tunisie qui, tout en construisant le principe majoritaire de la démocratie politique (les élections, la pluralité) essaie aussi de se construire un intérêt général et un lien social. Les formes en sont multiples et on a vu en 2011 la multiplication des instances et institutions de régulation dont entre autres, la Haute instance puis l’ISIE. Il s’agit bien là de ce que Pierre Rosanvallon nomme des « institutions d’impartialité ». On doit y voir un premier attachement de la Tunisie à construire une « démocratie comme qualité », et pas seulement comme mesure de distribution des richesses.

Un second indice réside dans l’expression des trois principes de l’égalité comme qualité démocratique, définis par Pierre Rosanvallon et appliqués à la situation tunisienne. Le premier est celui de « similarité ». Être semblable, c’est participer chacun d’une même humanité. On pense ici au droit à la dignité comme slogan premier de la Révolution tunisienne. Le second est celui de l’indépendance. L’égalité se construit dans une réflexivité de soi à soi, c’est-à-dire dans l’autonomie et l’absence de subordination de l’individu et dans la relation d’échange qui fonde celle de réciprocité. Lors des élections tunisiennes, chaque votant comptait pour sa propre voix et en était fier. Le troisième vise la citoyenneté. Elle a pu s’exprimer dans les réunions politiques ou les meetings. C’est la communauté d’appartenance et d’activité civique, manifeste dans les relations de solidarité entre individus ou quartiers, qui ont structuré cette révolution. Et ces trois principes rassemblés, c’est bien une volonté de « refaire société ».

La troisième positivité de cette révolution, bien qu’exposée à tous moments à des risques de clôture, est, depuis un an, sa dynamique de fabrication et d’invention permanente et, selon la formule de Pierre Rosanvallon, « toujours inachevée ». À ce titre Rosanvallon dit bien que faire l’histoire de la démocratie, c’est faire l’histoire de la construction d’une société « où s’enchevêtrent l’histoire d’un désenchantement et l’histoire d’une indétermination ». Penser la démocratie au présent, c’est reprendre le fil permanent de cette double histoire en train de se faire. Rosanvallon dit que la démocratie « n’a » pas une histoire, mais plutôt qu’elle « est » une histoire. Henry Laurens nous avait dit que les faits « ont » une histoire. Pierre Rosanvallon nous dit désormais qu’ils « sont » une histoire. Tel est le cas de la Tunisie dont la révolution n’est pas un fait accompli mais plutôt un processus en cours.

Hier les instances contribuaient à réguler les gouvernements provisoires et la préparation des élections. Aujourd’hui et demain devront être débattus les axes de la future constitution au fil d’une part des alliances et des désalliances politiques, et d’autre part des expressions à inventer par la société civile avec ceux qui souhaitent construire une société des égaux basée sur la similarité, l’autonomie, la citoyenneté. Fidèle à la tradition d’une histoire qui ne s’arrête pas, la Tunisie doit demeurer un laboratoire de construction du temps présent.

Publié en janvier 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°8

 

Pierre-Noël DENIEUIL

Sociologue, Directeur de l’IRMC

 

crédit photographique : © Audrey Cerdan – Rue89

Pour citer ce billet : Pierre-Noël Denieuil, « La démocratie tunisienne comme histoire « toujours inachevée » », Le Carnet de l’IRMC, 5 juillet 2012. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/472

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Devenir historien pour répondre aux questions du temps présent

Témoignage de Pierre Rosanvallon, Professeur au Collège de France, chaire d’histoire moderne et contemporaine du politique, et directeur d’études à l’EHESS (Ecole des hautes études en sciences sociales). Auteur d’ouvrages sur l’histoire du modèle politique français, puis sur l’histoire intellectuelle de la démocratie en France, ainsi que sur « la société des égaux ».

 

 

 

 

 

 

 

 

 

« Je suis devenu universitaire pour répondre aux questions que je me posais quand j’étais militant, après un cursus sur la gestion, et sur la base d’un réseau de militants syndicalistes et CFDT. Des théoriciens ont analysé la démocratie à travers ses trahisons et les écarts de sa construction. Mais comment étudier le politique en évitant cet écart entre une réalité enchantée et une réalité à construire à l’épreuve des faits ?

Pour faire cela, j’ai vu qu’il fallait avoir une connaissance empirique de nombreuses périodes : Révolution française, Révolution américaine, histoire de l’Amérique latine. Pour réfléchir à la démocratie, il faut comprendre le système de ses difficultés, qui proviennent de conflits entre ses points de vue, entre ses idéologies. Définir la démocratie, c’est être confronté à ses perplexités : qui est le peuple ? C’est une question sociologique que personne n’a jamais résolue. On rencontre des individus mais pas le peuple. J’ai écrit « Le peuple introuvable ». Dans une société d’individus, on peut difficilement en retracer les corps constitués. On ne sait comment décrire « le peuple ». C’est une indétermination. Puis une autre indétermination est de définir ce que veut dire « exercer le pouvoir » ? J’ai essayé de comprendre le système général de son indétermination en termes institutionnels et de procédures. Le travail de l’historien est donc un travail contemporain.

Je m’intéresse à faire l’histoire vivante du passé comme confrontation à une aporie et à une identité à résoudre. Cette conception fait de l’histoire de la démocratie une expérience vivante, dans laquelle comprendre l’histoire de ce qui a été ces expériences peut nous aider. Et ce n’est pas là l’histoire « occidentalo-centrée ». Il y a un universalisme démocratique qui n’est pas celui du modèle mais qui est celui du problème. La démocratie, cela signifie des élections libres et dans un régime pluraliste, mais aussi bien avec Lénine que Napoléon III, Chavez ou Bush. Ce qui m’intéresse est de savoir comment se pose ou se masque cette indétermination. À Tunis, on m’a posé de nombreuses questions très techniques sur le régime parlementaire ou présidentiel et sur les difficultés et les problèmes. Mais il faut repousser l’idée d’un universalisme du modèle. La promotion de la démocratie ne repose pas sur un modèle que l’on vend clef en main, c’est surtout faire exister une société civile. Il faut bien comprendre l’écart établi entre la démocratie comme régime politique et la démocratie comme régime social. Il faut se référer à la dimension « libérale » de la démocratie française, et comprendre qu’il n’existe pas de « modèle » de la démocratie. Il faut la voir du point de vue de ses expériences et de la perplexité qu’elles suscitent, et non du point de vue de ses modèles. L’historien doit inviter à considérer cette perplexité. La perplexité est une bonne méthode de pensée. On pense lorsqu’on accroît sa perplexité ».

Publié en janvier 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°8

 

Pierre ROSANVALLON

Propos reconstitués d’après le débat à l’IRMC

 

crédit photographique : © Haley – Sipa

Pour citer ce billet : Pierre Rosanvallon, « Devenir historien pour répondre aux questions du temps présent », Le Carnet de l’IRMC, 5 juillet 2012. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/463

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Henry Laurens et l’histoire : concordance et discordance des temps

Henry Laurens[1] distingue trois manières de faire de l’histoire : l’histoire contemporaine, l’histoire du temps présent et l’histoire immédiate. L’histoire contemporaine, située à la fin du XVIIIe siècle dans les débuts de l’invasion européenne en Orient, « concerne un monde qui commence à ressembler au nôtre ».

L’histoire du temps présent nous confronte à des témoins encore vivants. À ce titre, « la Première Guerre mondiale vient de cesser d’appartenir à l’histoire du temps présent et bascule dans le passé… Toutefois cette histoire touche encore le passé comme souffrance présente même si on ne recense plus de survivant de 1915 ». L’histoire immédiate, elle, s’écrit différemment de l’histoire contemporaine. Elle suppose un travail sur son objet, « une ascèse sur soimême pour déterminer les questions que l’on veut poser, ainsi que ses implicites ». Selon Henry Laurens, « dans l’histoire immédiate on analyse les évènements de 2011 par rapport à 2011, et dans l’histoire contemporaine on analyse le siècle de Louis XIV en fonction de nos conceptualisations de 2011. L’historien doit y faire un effort de décentrement par rapport aux questions de son époque. Il s’efforce de reconstituer des données que les contemporains n’avaient pas ». Il n’en demeure pas moins que « le passé n’existe pas en soi, et quand la situation présente change, notre interrogation du passé change ». Mais aussi, « notre vision du passé se modifie quand on va chercher dans le passé les causes d’un évènement présent ». Rattachés à l’histoire immédiate, les évènements du monde arabe interpellent l’historien, tout comme le sociologue et le politologue, qui n’ont pas vu venir ce « rattrapage du politique par le social ».

Cependant, précise Henry Laurens, « on a vu venir la discordance entre l’état des sociétés et les régimes politiques, discordances marquées d’ailleurs dans les rapports du PNUD, mais on était plutôt à l’horizon 2025/2030 ». Dans ce type de contextes, « l’objet de l’historien est le traitement des temporalités et de la concordance ou des discordances des temps ». Il évoque l’idée de « concordance des temps » qui reflète le synchronisme lié à la fois aux influences européennes sur le monde arabe et aussi aux besoins des sociétés elles-mêmes. À ce propos, la question « de l’impérialisme et du colonialisme relève en France de l’exotisme et non plus de l’histoire vivante, contrairement aux pays qui ont connu cette colonisation, cette histoire dure.

L’expédition d’Égypte y est vue comme une aventure orientaliste alors que pour les Egyptiens l’expédition d’Égypte c’était la Palestine et Israël ». C’est alors que notre invité constate aujourd’hui une situation de « discordance des temps » entre le monde arabe et l’Europe, connotée par l’islamophobie de cette dernière : « la temporalité arabe est marquée par un avenir démocratique, alors que la temporalité européenne est encore centrée sur l’immigration et l’islamophobie ». Selon Henry Laurens, les révolutions arabes ont inversé la problématique de la démocratie puisqu’elles se sont faites sous le drapeau national (« Il y a un retrait de l’anti impérialisme comme idéologie du mouvement »). Il voit alors dans ces manifestations pacifiques et sans chefs face à des régimes violents, « une inversion des termes » où la démocratie « n’est plus vue comme une question européenne mais comme une question nationale ».

Selon lui, les leçons et les enjeux sont forts : ces révolutions remettent en question l’autoritarisme international ; puis la Tunisie en montrant que c’était possible, a rendu les révolutions accessibles aux autres ; enfin, le XXIe siècle serait passé en 10 ans, depuis 2001, du choc au rendez-vous des civilisations autour de l’idée de démocratie.

Dernier enjeu et non le moindre selon Laurens : en dépit de l’arabisation du Maghreb par les télévisions satellitaires, la spécificité du Maghreb demeure bien l’interaction avec l’Europe. « Le grand relais d’aujourd’hui est la diaspora dans sa massivité. La politique tunisienne intègre cette composante internationale. Le XXIe siècle sera un siècle de diasporas, le XXe les a créées et le XXIe va les faire fonctionner. La relation ancienne de type colonial va être reprise en main et remplacée par le problème des diasporas ».

De ce point de vue d’historien, il ressort la nécessité d’une interaction permanente entre le fait historique, son interprétation et son questionnement par les outils du temps présent qui introduisent une vigilance. En ce sens, selon Henry Laurens, tout comme « la découverte de la photo aérienne en archéologie a révolutionné cette science », des travaux anthropologiques et démographiques (cf. Todd, Courbage) avaient imaginé la chute de l’union soviétique ou, avec le développement de l’alphabétisation, l’appui du système éducatif et la baisse des taux de fécondité, l’entrée des sociétés arabes dans la mondialisation. On doit désormais, à la lumière des processus historiques en cours, s’interroger sur nos paradigmes des sciences sociales qui nous donnent ou pas de quoi comprendre ce qui s’est passé, dire et interpréter ce qui nous détermine. Ainsi conclut Laurens, « il y a d’un côté la détermination sociale qui fait que les choses existent, et de l’autre l’interprétation du social lu comme un texte ».

Publié en janvier 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°8

 

Pierre-Noël DENIEUIL

d’après le débat avec Henry Laurens, à l’IRMC

 

crédit photographique : © Jean-Luc Bertini – L’Express

 

Pour citer ce billet : Pierre-Noël Denieuil, « Henry Laurens et l’histoire : concordance et discordance des temps », Le Carnet de l’IRMC, 4 juillet  2012. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/456



[1] Professeur au Collège de France, chaire d’histoire contemporaine de l’Orient arabe. Auteur d’ouvrages sur la Révolution française, l’Europe et l’Islam, et sur la question de la Palestine à partir de l’expédition d’Égypte. Les citations entre «…» sont extraites du débat avec Henry Laurens à l’IRMC.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

L’islam politique, l’épreuve du pouvoir : la Nahda comme exemple

L’assemblée Nationale Constituante tunisienne

Un certain consensus semble être établi entre les partis élus à l’Assemblée constituante sur l’adoption de l’article 1er de la Constitution de 1959. Cette unanimité, peut-être politiquement rassurante, mais elle cache les éléments d’un problème plus profond quant à l’éternelle question fort débattue du rapport de la politique à la religion. Ne souhaitant pas prendre part à ce long débat ou en exposer les grandes conclusions, cette question sera prise ici comme une entrée pour interroger la posture du parti de la majorité, la Nahda, au seuil d’une période décisive de son histoire. Dire comme dans l’ancienne constitution que l’islam est la religion de l’État tunisien implique ceci : soit le texte énonce un constat, se situe dans le descriptif, alors il serait étrange de qualifier de musulman l’État issu de l’Indépendance ou celui de Ben Ali (quel contenu donner à cet adjectif ?), soit l’article avance les termes d’un projet, d’une ambition, donc il se situe dans le prescriptif : ici de même, le qualificatif musulman, est problématique.

L’État est un cadre, un système, un support, un ensemble d’institutions (assemblée, sénat, armée etc.) permettant l’exercice du pouvoir politique. En dehors de l’équipe qui s’en empare et du programme mis en oeuvre, l’État reste en quelque sorte neutre, son identité ne préexiste pas, (n’est pas antérieure) aux décisions, aux choix et aux programmes de ceux qui gouvernent.

Peut-être serait-il plus précis de dire, l’État tunisien est une république, l’islam est la religion du peuple tunisien. Inutile de préciser que, depuis plusieurs mois, l’évocation d’un tel article prend appui sur les strates sédimentées d’un débat non sans chimères ni dangers qui est celui de l’identité.

Les déclarations des leaders de la Nahda, portant sur des problèmes politiques ou de société, tels que le Code du statut personnel, semblent adhérer, l’expérience turque aidant, à une conclusion qui considère que l’essentiel de l’expérience sociale et politique, et depuis longtemps, échappe à l’emprise du religieux ; en d’autres termes, la sécularisation (pour ne pas dire laïcité) est une réalité historique indéniable. Les brèves discussions soulevées récemment au sein de l’Assemblée constituante sur les prérogatives du mufti de la république sont à ce niveau un exemple suggestif. L’espace réduit voire marginal que Bourguiba concéda à cette institution, vieille de plusieurs siècles, est l’indice d’une répartition, réelle, symbolique et irréversible des espaces entre le séculier et le religieux.

Face à ce constat quel sens reste-t-il à la référence religieuse ? Engagés dans une pratique politique de lourdes conséquences, en incorporant les notions et le lexique du discours laïc moderne, les représentants de la Nahda se voient noyés dans un paysage social et médiatique qui tend à effacer les contours religieux de leur identité politique. Un journaliste, commentant le programme politique que la Nahda a publié pour sa campagne électorale, s’interrogea non sans étonnement : « mais où est l’islam dans ce programme ? ». « L’islam est un cadre d’inspiration, qui ne nous empêche pas d’adhérer à l’évolution du monde ». Telle est la réponse récurrente des leaders du mouvement, depuis les années quatre vingt, (une fois débarrassés par la force de l’histoire, de la question des hûdûd (les peines physiques : lapidation, talion etc.), et de la polygamie). À un tel niveau de généralité, cette réponse semble échapper à de nombreuses impasses, sans dissiper les inquiétudes des adversaires de la Nahda qui ne se lassent de leur poser les mêmes questions.

Logo du parti Ennahdha

On les soupçonne d’insincérité, quand ils parlent de liberté individuelle, en matière de pensée, d’apparences vestimentaires, de pratiques culturelles et de comportement. On les soupçonne de démagogie, quand ils se déclarent partisans d’un futur État civil, qui jamais ne penserait à la charia. Bref leurs adversaires ont du mal à croire que cette posture politicoculturelle soit un simple acquiescement, certes sans fondement théorique, face aux acquis irréversibles de la modernité et au verdict de l’Histoire.

Dans quelle mesure, après les révolutions arabes, la référence religieuse pourrait-elle fonder un projet politique ? l’islam politique serait-il une notion sans objet ?

Loin des débats académiques, peu familiers aux mouvements politiques islamistes trop absorbés par les aléas de la lutte, le moment actuel, post révolutionnaire, met la Nahda face à un bilan historique dont les conclusions pourraient décider de son avenir :

1- entre le Mouvement de la Tendance islamique (MTI) des années 1981 et la Nahda de 2011 au pouvoir, entre le projet des fondateurs et les enfants de la Révolution, il y a un abîme, de vingt ans de silence ; deux générations qui n’ont ni les mêmes références, ni les mêmes expériences (prison, exil, vie civile) ni les mêmes ambitions : le 14 janvier imposa des horizons inespérés laissant en suspens maintes questions d’ordre structurel.

2- La configuration de l’islam politique au XXème siècle, comme la représentent les Frères musulmans et la Révolution iranienne, correspond à une étape historique close. De son héritage on ne saurait puiser des réponses aux défis d’une société vivant les nouveautés et les impératifs de la mondialisation.

3- Le FIS, Al-Qaïda, les Talibans, enfants « bâtards », de Sayd Qotb, et d’Abû Alâ Mâudûdi[1], inaugurent une brève seconde configuration de pauvre héritage culturel, mobilisant une haine stérile sans lendemain contre un ennemi et une époque dont ils sont loin de pouvoir déchiffrer le langage. La mort de Ben Laden, l’homme qui put pour quelques années exciter les passions sanguines de plusieurs millions (11 septembre) était loin de détourner les regards des populations des mêmes pays où il puisait ses candidats au « Djihad » (Tunisie, Égypte, Syrie, Yémen). Les populations de ces pays sont désormais conscientes d’être les auteurs uniques d’un épisode décisif de leur histoire.

4- les révolutions arabes, sont un événement issu d’un schéma qui semble ne rien devoir à l’héritage militant de l’islam politique. Certes dans quelques années il sera possible de suivre la trame de la généalogie de ces bouleversements, mais dans l’immédiat, le « Printemps arabe » a mis en scène un tête-à-tête mythique : la foule face à son tyran.

Tel est l’arrière plan historique sur lequel se détache la position de la Nahda. L’islam politique au niveau de l’approche théorique, comme au niveau des expériences réelles (Iran etc.) offre plus de questions, d’inquiétudes, voire d’impasses que d’exemples à suivre. L’enthousiasme que suscite l’expérience turque auprès de la Nahda et des Frères musulmans en Egypte, est révélateur de cet épuisement, il est plutôt l’expression d’une crise qui n’a pas commencé hier. L’islam politique n’a pas les moyens pour réfléchir sur le bilan d’une expérience de plusieurs décennies, ni de déchiffrer les changements qui traversent notre époque.

L’évocation du modèle turc n’autorise guère à s’aveugler sur l’héritage auquel le gouvernement d’Erdogan doit une grande part de ses réussites. On ne saurait oublier ni sous-estimer les conséquences tardives de ce grand coup de force, fort discuté, accompli par Mustapha Kemmel Atatürk (figure tant diabolisée dans la littérature des mouvements islamistes) dans les années vingt, à cela s’ajoutent les bienfaits de la géographie, qui donnent à la laïcité un support culturel riche et solide, difficile à

créer sous nos cieux.

L’atmosphère révolutionnaire de ces derniers mois et la rhétorique qui règne dans la rue et entre les membres de l’Assemblée constituante semblent étaler les signes d’un nouveau paysage. A-t-on les moyens théoriques pour assumer ce que l’usage des concepts fondateurs du monde moderne engage au niveau de la représentation de soi et de l’autre ? Manipule-t-on impunément les mots clés de la modernité politique, quand on oublie que peuple, démocratie et république ont une étymologie grecque et latine et qu’ils sont à l’origine de la conscience historique moderne ? Qui pourrait ignorer tout ce que l’imaginaire révolutionnaire moderne doit à 1789 (égalité, droits de l’Homme, liberté) ? Ainsi le fait d’ignorer d’où vient le présent, ne permet nullement par ailleurs de saisir les conclusions qui limitent l’horizon de la pratique politique au sens classique du mot.

De ces conclusions certains petits événements (l’affaire du film franco-iranien Persepolis ou du niqab) forment des effets symptomatiques qui appellent à inscrire l’action politique dans le cadre d’autres synthèses plus larges. De nos jours et à moins d’être un pouvoir politique qui résiste à reconnaître les contradictions et les tendances naturelles de ses citoyens (Iran, Arabie Saoudite), le bon sens pousse à s’incliner devant les constats suivants de la vie moderne :

1- les sociétés sont de plus en plus complexes, la part d’intervention de la politique est de plus en plus limitée ;

2- grâce à la culture de masse, aux moyens de la technologie, aux exploits de la science, l’individu a acquis des moyens d’autonomie, lui permettant d’être maître de ses choix et de son corps,

3- l’État n’est plus celui qui définit ce qui est bon pour la société (les leçons de l’Histoire sont fort éloquentes, URSS, Chine de Mao, etc.) ;

4- les institutions traditionnelles (famille, école) gardiennes de certaines normes, lieux de transmission des valeurs traditionnelles, sont largement bousculées par des réseaux de cadres et d’institutions sur lesquels il est vain que l’État tente d’avoir de prise ;

5- l’État moderne a désormais affaire non à des sujets dont il maîtrise les espaces et les formes de vie, comme autrefois, mais à des masses opaques d’individus (appelées selon le contexte : foule, peuple, consommateurs, téléspectateurs, électeurs, opinion publique) armées d’outils performants de contestation et de communication, habitées de passions et d’appétits aussi bien créateurs que destructeurs.

Les dictateurs arabes déchus, formés dans un cadre historique désuet, initiés dans les préceptes d’une culture politique d’un autre temps, soulignent par leur départ l’abîme qui les sépare d’une réalité dont ils furent loin d’évaluer l’étendue ou la complexité. Ils lui ont fait face par des moyens archaïques (répression et corruption), ce qui ne fit que précipiter leur fin fatale. Rien ne dit que les nouveaux acteurs de la même scène soient munis du sens historique nécessaire pour déchiffrer les signes et percevoir les reliefs de la nouvelle réalité.

Publié en janvier 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°8

 

Arbi DRIDI

Chercheur en didactique et en littérature

 

crédit photographique : © Thala solidiaire ; Ennahdha.

Pour citer ce billet : Arbi Dridi, « L’islam politique, l’épreuve du pouvoir : la Nahda comme exemple », Le Carnet de l’IRMC, 4 juillet 2012. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/452


[1] Le premier est l’idéologue le plus fécond des Frères musulmans en Égypte. Le second est le père fondateur des islamistes au Pakistan.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Actualités de la bibliothèque

Outre les tâches habituelles (commande de nouveautés), l’année 2011 a été marquée par la valorisation des fonds anciens, notamment, celui de la bibliothèque privée du Résident général de France à Tunis.

Valorisation du fonds de la bibliothèque privée du Résident général de France

L’intégration du fonds (ouvrages et périodiques) de la bibliothèque privée du Résident général de France a été faite depuis la création de l’IRMC. En 2011, il a été jugé important non seulement de conserver mais aussi de valoriser une partie de ces fonds anciens, particulièrement les publications officielles et semi-officielles des ministères sous le Protectorat français. Ainsi, il a été décidé de le finaliser, d’harmoniser les mots clefs ainsi que les collectivités éditrices avec l’ensemble du fonds.

Dépouillement de la Revue tunisienne

Editée à l’époque par l’Institut de Carthage, La Revue Tunisienne (trimestrielle 1894 à 1948 devient Les cahiers de Tunisie à partir de 1953). Parmi les revues les plus importantes de la période du Protectorat français, son objectif était de faire paraître des articles sur l’Afrique du Nord et particulièrement la Tunisie. On note la richesse des thèmes abordés, les articles portent sur des disciplines variées : les sciences de l’homme : archéologie, histoire, géographie, ethnographie… les sciences : médecine, botanique, géologie, littérature : poésie, linguistique…Faute de moyens pour numériser la collection complète (La bibliothèque Nationale de France a numérisé quelques numéros de la revue). Il a été jugé important de faire un dépouillement intégral de la revue. Le travail s’achèvera courant 2012.

Publié en janvier 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°8

 

Sawssen Fray

Responsable de la bibliothèque et de la documentation

 

crédit photographique : © BNF

 

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Le renouveau du micro-crédit en Tunisie ?

Le déséquilibre régional entre Nord-Ouest, Sud-ouest, Centre et littoral tunisien, longtemps conçu par les régimes établis depuis l’indépendance, n’a pas été sans conséquences sur la montée du chômage dans les régions les plus défavorisées.

Plusieurs acteurs publics, associatifs et internationaux, se mobilisent dans ces régions, dans le but d’y améliorer l’insertion des chômeurs sur le marché de l’emploi. À ce titre, l’une des solutions proposées est l’encouragement au travail indépendant, l’incitation à la création de la microentreprise par le biais du micro-crédit. Ce dispositif financier pourrait favoriser le développement des régions. Il est devenu une composante des programmes de développement et un chantier prioritaire du gouvernement transitoire.

Le micro-crédit est un outil qui n’est pas nouveau en Tunisie. L’État de l’ancien régime, par le biais de sa Banque tunisienne de solidarité et Enda Inter-arabe[1], institution de micro-finance (IMF), était le spécialiste de son octroi. Le nombre des personnes qui sollicitent ces organismes ne cesse de s’accroître. Une étude réalisée en 2010 et financée par l’Union européenne a estimé à un million le nombre de demandeurs potentiels de micro-crédits en Tunisie. Selon le cofondateur et président de l’association pour le microcrédit Babyloan, « il serait plus raisonnable de compter sur une population cible de l’ordre de 600 et 700.000 clients potentiels, soit 300 à 400.000 de plus qu’actuellement ». De son côté, Michaël Cracknell, secrétaire général de Enda interarabe, assure que « depuis la révolution, ce chiffre pourrait même être réévalué à la hausse ». À l’heure actuelle, tout au plus « un tiers de cette demande est satisfaite par Enda et la Banque Tunisienne de solidarité ».

Actuellement et depuis quelques mois, certains organismes internationaux de micro-crédit (Babylone, Cerise, Planète Finance) se mobilisent pour travailler en collaboration avec les organismes existant.

D’autres, tels que l’Adie (Agence pour le développement de l’initiative économique) sont déjà sur le terrain pour la création d’une future antenne sur le territoire tunisien. Le micro-crédit devient un enjeu de concurrence entre un secteur privé à but « social » mais lucratif, et des ONG inquiètes de cette réinterprétation économique de l’aide aux plus démunis. D’ailleurs en restent-ils la cible ?

Alors que Babyloan et Enda devraient bientôt nouer un partenariat, les deux spécialistes s’accordent à souligner que le nombre d’IMF en Tunisie doit cependant être « limité ». Outre leur propre intérêt, il s’agit surtout, selon eux, « d’éviter le risque de surendettement des emprunteurs », comme cela a pu être le cas en Inde avec une saturation du marché dominé par de nombreux bailleurs entre lesquels les emprunteurs peuvent alors « jouer », comme c’est pratiqué au Maroc.

Ainsi, on passe du micro-crédit à la micro-finance pour le développement des régions. Le dispositif présente plusieurs autres services parallèles (épargne, assurance, transfert d’argent etc.) pour une clientèle plus étendue. La micro-finance, elle, ne se limite plus aujourd’hui à l’octroi de micro-crédit aux pauvres mais bien à la fourniture d’un ensemble de produits financiers à tous ceux qui sont exclus du système financier classique et afin de développer leur activité économique. De son côté Jacques Attali, président de PlaNet Finance, tout en admettant que « la microfinance est essentielle pour le développement d’un pays », précise que, mal gérée, elle peut conduire à des risques de surendettement. Il faut aussi insister sur le fait, très évoqué par de nombreux acteurs tunisiens qui se réfèrent à la mauvaise expérience passée d’un microcrédit étatique d’assistance et de clientélisme, que le rôle de l’État ne serait pas d’accorder des micro-crédits, mais plutôt de refinancer des associations par des subventions ou des crédits à des taux d’intérêt plus bas que ceux du marché.

En ce sens, des enquêtes menées dans les années 2000 sur les questions du micro-crédit et du lien social en région tunisoise (Laroussi, 2009), revues après les évènements, conduisent à s’interroger sur des questions de fond : les associations vont-elles cesser d’être le produit de l’administration ? Les politiques publiques vont-elles continuer à multiplier des programmes d’interventions mal connectés à la société civile ? L’introduction de la micro-finance en Tunisie peut-elle à la fois échapper à cette « étatisation du social » connue sous Ben Ali, mais aussi à la privatisation de sociétés financières au détriment des ONG actrices de développement social local ?

Publié en janvier 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°8

 

Houda LAROUSSI

Sociologue , INTES, Université Tunis Carthage

 

crédit photographique : © Tunisie projet ; IRMC-Karthala

 


[1] 165.000 emprunteurs actifs en 2011. Depuis 1995, plus de 818.000 prêts accordés, d’un montant moyen de 865 dinars, soit 440 euros.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Sit in : une nouvelle effervescence sociale en Tunisie

Le phénomène du Sit-in, jusqu’ici presque inconnu en Tunisie, s’est manifesté ces derniers temps dans le paysage tunisien, avec force, partout devant les ministères, les institutions, et les entreprises. Des Sit-in se sont formés pour appuyer certaines revendications syndicales ou politiques. Syndicales afin d’obtenir un statut d’employé ou de salarié confirmé, des indemnités diverses, une augmentation de salaire, une amélioration des conditions de travail, etc. Politiques pour demander la dissolution des institutions constitutionnelles (chambre représentative, conseil constitutionnel…), la création d’une assemblée constituante, pour proclamer dés le début le parlementarisme comme seul choix pouvant convenir pour gouverner la Tunisie.

Si le mode du sit in a envahi les espaces publiques sur tout le territoire, celui de la Casbah où se trouvent plusieurs ministères symbolisant le pouvoir, mérite d’être traité à part vu l’importance du lieu et la diversité et le nombre de jeunes venus de tout le pays d’une part et le message qu ils ont voulu faire passer d’autre part.

Ainsi les différents messages que les jeunes révolutionnaires ont affiché dans cet espace sont une prise de conscience de leur état longtemps marginalisé et qu’ils veulent aujourd’hui remettre au centre des préoccupations du pouvoir : « vous nous avez marginalisés, maintenant le pouvoir nous appartient ».

La sémiologie nous aide à déchiffrer, à décoder tous les signaux que les jeunes ont allumé et à comprendre leurs préoccupations. Les groupes formés à l’occasion évoquent l’appartenance régionale tribale de ces jeunes, révélant aussi leur référence à la conscience groupale, aux sentiments collectifs et à leurs identités sociales.

Le sit-in témoigne de l’envahissement de l’espace symbole de ce pouvoir qu’on soupçonne de vouloir arrêter la révolution au milieu du gué. Il manifeste l’occupation de cet espace par les différents groupes suivant une organisation traduisant bien cette appartenance aussi bien sociale que régionale et soutenue par des slogans spécifiques à chaque groupe porteur d’un message identitaire où est mise en exergue l’appartenance à telle ou telle région bien plus qu’à telle ou telle « Arch ».

Ce sit-in de la Casbah a été une occasion pour ces laissés pour compte, pour ces habitants de l’arrière pays pour se faire entendre et crier qu’ils existent et qu’il faut désormais compter avec eux.

Aussi, pour ne pas pousser ces révoltes à se réfugier dans des postures identitaires étroites vautrant et glorifiant les mérites de la tribu au déterminant de l’appartenance à cette Tunisie dont la civilisation est trois fois milliaires, le pouvoir doit répondre positivement à toute les exigences des foules portant sur une vie digne, libre et démocratique pour tous.

Publié en janvier 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°8

 

Souheil ARFAOUI

Étudiant en sociologie et développement, ISSHT

 

crédit photographique : © Leaders.com

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

La révolution tunisienne : ruralité vs urbanité. Quelques réflexions

La révolution tunisienne a bien eu comme point de départ les zones rurales profondes. Car il faut bien reconnaître que la ville de Sidi Bouzid ou celle de Kasserine n’ont d’urbain que le nom (à Sidi Bouzid, la ville manquait d’un hôtel digne de ce nom jusqu’à il y a 3 ou 4 ans). Sans parler des agglomérations de Menzel Bouzaiène, de Regueb ou de Meknassi qui ne sont toutes que de petits bourgs ruraux dépourvus de tout le tissu socio-culturel qui fonde la ville, et où les rapports sociaux dominants gardent un caractère, sinon tribal, du moins où l’allégeance au groupe familial est prégnante.

Mais la révolte de ces régions aurait pu connaître le même sort que le soulèvement du bassin minier de janvier 2008, qui a été réprimé à huis clos faute de relais dans les grandes villes du littoral. C’est ainsi que la diffusion de la protestation vers les grandes villes et notamment Sfax et Tunis a fait basculer la révolte en une révolution qui a conduit au départ de Ben Ali et d’une partie de sa cour mafieuse. Le rôle joué par la Centrale syndicale et notamment ses représentations régionales et par les réseaux sociaux sur Internet a été lui aussi déterminant.

D’ailleurs, l’origine rurale des révolutions en Tunisie n’est pas une première. Ainsi un détour par l’histoire, nous ramène à la révolte de Abou Yazid « l’homme à l’âne » au Xe siècle (originaire de Tozeur dans le Djérid), puis à celle de Ali Ben Ghedhahem en 1864 (originaire de Kasserine), toutes les deux sont qualifiées de révoltes paysannes contre l’État central et sa pression fiscale jugée insupportable. Ce qui rappelle par ailleurs la préférence aux consommateurs qui caractérise la politique agricole de ces vingt dernières années et qui a engendré la précarité des ruraux à l’origine de la révolution.

Mais le rôle des ruraux et notamment des jeunes parmi eux n’est pas reconnu par tous et certains cherchent à mettre en avant l’impact des villes et de certaines catégories sociales. Cela se traduit d’ailleurs, durant cette période de transition, par la faible représentativité des régions rurales dans les rouages de prises de décision.

Comme exemple des signes de cette controverse, citons la polémique sur la date de commémoration de la révolution entre le 17 décembre (anniversaire de l’immolation par le feu de Mohamed Bouazizi) et le 14 janvier (date de la fuite du président déchu). Derrière ce débat de date se cache en réalité la revendication de la paternité de la révolution entre les ruraux et les urbains. En effet la date du 17 décembre qui renvoie à l’origine de la révolution que d’autres d’ailleurs voudraient faire remonter à janvier 2008 et au soulèvement du bassin minier, correspond bien à un soulèvement initié par des ruraux exclus des fruits de la croissance et peu touchés par la modernisation de la société, alors que le 14 janvier renvoie à la mobilisation des urbains qui à partir de début janvier ont donné une vraie dimension nationale à la révolte et ont permis le renversement du régime.

D’ailleurs il n’est pas étonnant que le premier responsable à avoir tranché, provisoirement, le débat sur la date de commémoration de la révolution en choisissant celle du 17 décembre, soit Moncef Marzouki, président du CPR, lors de son premier discours devant les membres de la Constituante qui venaient de l’élire premier président, et qui est connu par son attachement à la ruralité et revendique son conservatisme comme en témoigne le port du burnous.

Mais cette évacuation de l’opposition entre les ruraux et les urbains se reflète aussi dans les débats publics, voire même dans la manière dont les chercheurs abordent la question de la révolution et de la période de transition. En effet c’est plus souvent par le prisme de l’opposition entre les laïcs et les islamistes que la scène médiatique est occupée, scène qui reflète plus un débat qui est à l’oeuvre en milieu urbain et qui de fait exclut encore une fois les ruraux et ne leur donne pas la parole

En effet si le fait religieux peut servir de loupe pour comprendre certaines luttes pour le pouvoir au niveau des partis politiques, cette lutte en se concentrant elle aussi en milieu urbain exclut une grande partie de la population, celle du milieu rural et qui ne se reconnaît ni dans les partis de l’islam politique, ni dans ceux qui prônent la laïcité et la modernité.

Certains indicateurs témoignent de ce décalage. Ainsi en est-il du score du CPR, qui se présente comme étant à la fois progressiste sur la question de la religion et conservateur en terme de morale et de moeurs, qui pourrait être interprété comme la preuve de la rencontre entre les attentes de cette population [1] et les positions de ce parti.

Ce décalage se reflète aussi dans le vote des ruraux lors des élections du 23 octobre : faible participation corrélée avec le taux de ruralité [2]. Aussi certains ruraux ont choisi de voter pour les listes d’El Aridha pour exprimer leur rejet à la fois des laïcs et progressistes de gauche et des islamistes d’Ennahdha en votant pour d’illustres inconnus qui n’ont comme principal avantage que d’être issus d’un milieu populaire et rural. C’est le cas à Kébili, Tataouine, Kasserine, Sidi Bouzid, etc.).

Dans le cas de Sidi Bouzid, le vote en faveur de la liste d’El Aridha est interprété par certains comme un vote sanction contre Ennahdha, d’ailleurs à l’annonce de l’invalidation de la liste d’El Aridha par l’ISIE, c’est l’un des bureaux du Parti du Cheikh Rached Ghannouchi qui a été la cible des attaques des manifestants.

Au niveau recherche, les approches qui dominent la scène proposent des lectures ayant comme principale problématique celle de la place de la religion (de l’islam politique) dans la construction de l’État post révolutionnaire et accessoirement de la sécularisation de cette religion ou de sa compatibilité avec la démocratie et les droits de l’Homme.

Sans vouloir nier l’importance de ces questions, même si elles empruntent un prisme par trop extérieur à la Tunisie avec le risque de nous tendre un miroir déformant pour nous y jauger, il me semble que cela se fait au détriment d’une analyse qui replace de nouveau les rapports entre les ruraux et les urbains au centre des problématiques et qui partirait de l’opposition, toujours à l’ordre du jour, de deux visions du monde et de deux projets de société totalement différents, voire antagonistes.

En effet, il est important de souligner que les leaders ruraux sont porteurs d’un projet de société plus conservatrice, mais où la place de la religion est moins présente que celle occupée dans les projets politiques des partis implantés en milieu urbain. Et que tant que la dimension rural/urbain n’est pas prise en compte dans les débats et dans les projets de société, les ruraux se sentirons exclus et auront des raisons objectives de ne pas y adhérer.

Publié en janvier 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°8

 

Mohamed ELLOUMI

Agronome, INRAT

crédit d’illustration : © Agence de Promotion de l’Industrie


[1] Très peu de données sont disponibles et encore moins d’analyses sur les résultats des élections et le comportement des électeurs selon les régions, le milieu et encore moins les classes socio-professionnelles pour nous permettre de faire des analyse fines du comportement des électeurs.

[2] Selon les premiers résultats d’un travail en cours réalisé par Kawther Latiri que je remercie.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook