Les politiques commémoratives et l’espace public dans l’Algérie coloniale

Depuis les années 1980, la question « comment des groupes sociaux renforcent leur cohésion en créant des formes communes de commémoration? » est à l’ordre du jour des sciences humaines et sociales. Un nombre toujours croissant de projets et de publications nous renvoie notamment au rapport étroit entre la construction de l’État-nation dans l’Europe des XIXe et XXe siècles et la création des univers commémoratifs nationaux. En revanche, le rôle joué par des politiques symboliques dans le processus de l’expansion coloniale européenne est beaucoup moins connu.

Des études récentes sur le fait colonial ont prêté plus d’attention sur les multiples liaisons des « métropoles » européennes avec leurs empires coloniaux. Or, quand il s’agit d’aborder la connexion entre le « colonialisme » et la « commémoration », le monde de la recherche a tendance à se porter exclusivement sur la période postcoloniale et particulièrement sur la dissimulation, très répandue, du passé colonial dans les ex-métropoles coloniales. Le projet de recherche dont nous avons rédigé la dernière partie pendant notre séjour à l’IRMC, se propose de répondre à cette déconnexion.

Portant sur le cas de « l’Algérie française » (1830-1962), il a deux objectifs principaux : contribuer à une image plus nuancée, plus complexifiée et plus dynamique de la société coloniale franco-algérienne, tout en proposant des nouvelles perspectives sur les politiques commémoratives européennes, vues à partir de la « périphérie » coloniale.

L’expansion coloniale a produit des nouvelles sociétés artificielles, tendues et fragiles, des « sociétés plurales » pour reprendre le terme de John S. Furnivall, dépendant largement de formes (symboliques) de légitimation, de stabilisation et d’intégration. L’Algérie française n’en est pas une exception. Conquis à partir de 1830, le pays n’est pas seulement le premier, il est également le plus important élément de l’empire colonial français « moderne » aux XIXe et XXe siècles. De fait, l’Algérie devient, au cours du XIXe siècle, l’objet principal de l’ambitieuse politique coloniale française de l’« assimilation », c’est-à-dire l’idée d’ajuster des pays non européens à la France et de faire de leurs habitants des Français « civilisés ». Pour le pays, cette idée a des conséquences radicales : à partir de 1870, il est considéré définitivement comme faisant partie intégrante du territoire national, les régions au nord étant remodelées en départements.

En même temps, l’Algérie devient la destination d’une grande communauté de colons européens, comptant à la fin presque un million de personnes, qui se l’approprie comme leur nouvelle « patrie » et, pour reprendre une expression de l’époque, comme une « nouvelle France ».

Derrière cette formule de « nouvelle France » se cachent pourtant deux aspects fondamentaux de la situation coloniale algérienne. Premièrement, le pays est habité avant comme pendant toute la période coloniale, par une majorité d’habitants noneuropéens (arabes et berbères), en partie, brutalement évincés de leurs terres et soumis à un système de domination et de discrimination rigide. Depuis le début de l’occupation française, des réactions variées de la part de la population algérienne voient le jour, allant des formes d’accommodation jusqu’à la résistance armée, débouchant, au XXe siècle, sur un mouvement contestataire et national particulièrement hétérogène.

Deuxièment, la communauté des Européens d’Algérie, censée être le protagoniste de cette « nouvelle France », est en elle-même très diversifiée, la plupart des colons étant d’origine non-française, surtout de l’Europe du Sud-Ouest (Espagne, Italie, Malte).

Dès le début de la conquête, et surtout sous la Troisième République française, régime assimilateur par excellence, une scène commémorative – ensemble de monuments, de noms et de lieux et de cérémonies – se met progressivement en place dans l’espace public des villes algériennes. Remises en « situation coloniale », ces pratiques commémoratives ne peuvent aucunement être considérées comme la simple reproduction ou extension des modèles métropolitains européens. Elles font face à des dynamiques, des défis et des besoins bien particuliers, qui constituent une dimension de l’« intégration impériale » (Jurgen Osterhammel), de toute une panoplie de mécanismes politiques, sociaux, juridiques, économiques et symboliques visant à augmenter la cohésion des empires, marqués par une diversité intérieure énorme.

Le transfert de pratiques commémoratives dans le contexte colonial algérien s’avère être un processus complexe, allant de pair avec de multiples ajustements et déplacements de signification. En fait, on a affaire à au moins deux processus étroitement liés : d’un côté, le transfert de certaines pratiques culturelles de l’Europe vers le contexte colonial par lesquelles l’administration coloniale et les Européens s’intègrent et s’approprient l’espace algérien comme un espace européen pour mieux s’y enraciner ; de l’autre, l’appropriation de ces pratiques par une diversité d’acteurs algériens qui s’en servent de plus en plus pour investir l’espace publique colonial.

Le plus grand apport de l’analyse de telles pratiques dans l’Algérie coloniale réside dans le fait qu’elle permet de réunir différentes factions et processus sociaux à la base de la société coloniale dans un champ analytique commun et de tourner le regard vers leurs diverses interactions. Il peut ainsi contribuer à une compréhension plus dynamique et plus complexe de la construction, de l’intégration comme de la désintégration de la société coloniale sur place. Dans une telle optique, la commémoration est considérée comme un ensemble de pratiques sociales qui créent et façonnent un espace public partagé dans lequel les différentes composantes de la société coloniale définissent et négocient leurs places et leurs rapports mutuels. Etroitement liées à des structures de pouvoir, de domination et des mécanismes d’intégration et d’exclusion dans le contexte colonial, ces interactions sont la plupart du temps, marquées par des conflits.

Quant à ses sources, le projet se base sur des recherches poussées dans près de vingt archives locales, régionales, nationales et bibliothèques en Algérie et en France. À côté des correspondances issues des différentes échelles (communales, régionales, coloniales et ministérielles) de l’administration, l’analyse repose sur un nombre vaste de journaux locaux arabophones et francophones.

Publié en janvier 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°8

 

Jan JANSEN

est doctorant en histoire à l’Université de Constance (Allemagne). Sa thèse s’intitule « Les politiques commémoratives et l’espace public dans l’Algérie coloniale (1840-1950) ». Il a rejoint l’IRMC en accueil scientifique.

 

crédit d’illustration : © Wikipedia ; Encyclopédie de l’Afrique du Nord

 

Pour en savoir plus :
Jan Jansen, « Un monument pour le ‘Royaume arabe’? Politiques symboliques et enjeux de pouvoir à Alger, dans les années 1860 », in Emmanuelle Sibeud (dir.), Cultures d’empires? Circulations, échanges et affrontements culturels en situations coloniales et impériales, Paris, Karthala, 2012.
Jan Jansen, « Celebrating the ‘Nation’ in a Colonial Context: ‘Bastille Day’ and the Contested Public Space in Algeria (1880s-1930s) », The Journal of Modern History [à paraître en 2012/2013].

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Civilités et incivilités dans les parcs et jardins publics du Nord-Est de la Tunisie

Au Maghreb, les parcs et les jardins publics ont été initialement installés dans les villes par la colonisation française et sont de ce fait associés à des enjeux urbains : organisation de la ville coloniale et amélioration du cadre de vie de ses habitants.

En Tunisie, l’intérêt politique pour ces espaces verts publics s’est récemment étendu et il est aujourd’hui intégré dans une politique publique nationale de « propreté et esthétique de l’environnement ». Ces espaces sont considérés comme devant assurer l’embellissement du cadre de vie dans le milieu urbain, où ils participent à l’amélioration du ratio d’espaces verts par habitant. Cependant, il est fréquent que ces parcs et ces jardins publics urbains soient peu entretenus. Leur faible fréquentation par le public est attribuée, soit à un mauvais entretien par les services publics, soit aux incivilités qui s’y manifestent, soit aux deux à la fois. La situation géographique de leur territoire d’inscription et les modes de leur conception pourraient constituer également des causes de leur désertion pour des usages quotidiens et traditionnels comme la promenade ou le pique-nique. Quels sont les facteurs qui peuvent influencer l’état de confort et d’inconfort ressenti dans les parcs ?

Notre recherche a pour objectif l’explication des relations entre les espaces publics de type parcs et jardins, les pratiques de leurs gestions et les comportements des usagers. Notre travail émet deux hypothèses principales : Les relations entre l’espace public et le comportement social dépendent d’une part de la gestion et se situent dans une spirale dynamique positive ou négative ; d’autre part, la domination de l’espace public par le pouvoir de l’État est un facteur d’affaiblissement de l’appropriation de ces territoires. D’où l’importance du contrôle social informel.

Notre démarche de recherche joint méthodes qualitative et quantitative, analyse de document et étude géographique. Cette dernière se résume à une localisation sur une carte des parcs et des jardins du Nord-Est de la Tunisie, à leur caractérisation et à leur typologie selon l’état d’entretien et la qualité apparente de ces parcs. Les comportements perçus comme incivils sont déterminés par le biais d’un entretien exploratoire. Les résultats de ces entretiens ont servi pour l’élaboration d’un questionnaire qui a été réalisé auprès des usagers de trois parcs. Un corpus d’articles de journaux sur la politique de création et de gestion des parcs a été analysé. Des entretiens semi-directifs ont été réalisés auprès des différents acteurs de production et de gestion des parcs et des jardins.

La thèse porte donc sur trois échelles géographiques différentes, celle nationale en relation avec la politique de création et de gestion de ces espaces. Celle du Nord-Est de la Tunisie qui vise à déterminer la mise en ,place de ces politiques publiques dans cette région. Enfin, une échelle régionale, celle de la région de Tunis, afin d’analyser le fonctionnement puis les multiples usages et leurs perceptions par les différents acteurs.

Cette étude se base dans sa première partie sur la définition des concepts comme les incivilités et les civilités, le sentiment d’inconfort et d’insécurité dans ces espaces, la gestion et leurs interactions avec la qualité de vie en ville.

Dans sa deuxième partie la thèse présente et analyse les politiques publiques des différents acteurs de création et de gestion des parcs et des jardins publics en milieu urbain avec l’étude de cas des villes du Nord-Est de la Tunisie. Cette partie a aussi pour objectif d’évaluer des caractéristiques de ces espaces et de leur répartition géographique et l’explication des facteurs influant leur implantation dans l’espace urbain.

La recherche essaye de déterminer dans la troisième et dernière partie les différents comportements perçus comme civils et incivils, c’est à dire portant atteinte aux biens et aux propriétés. La thèse détermine ensuite les facteurs explicatifs du sentiment d’inconfort ressenti dans ces espaces.

Les résultats obtenus de cette recherche nous poussent à repenser le rôle de l’entretien en tant que facteur déclencheur de certains comportements portant atteinte à la qualité de l’espace public. L’espace public ne pourra donc pas être maintenu sans une pratique d’entretien qui agit au bon moment et qui prend en considération le maintien des aménités pour les usagers.

La gravité des incivilités fait que ces comportements portent atteinte à la qualité de vie en milieu urbain. En effet, malgré leur caractère infra pénal, les incivilités sont l’une des causes de l’augmentation du sentiment d’inconfort dans l’espace public.

La mainmise des acteurs du pouvoir sur les espaces publics est une autre explication au développement des incivilités à travers le manque ou l’absence d’appropriation de ces espaces par les usagers. En effet, les parcs et les jardins publics, comme les autres espaces publics urbains, sont des symboles des pouvoirs politiques qui les gouvernent. Selon la majorité des cas étudiés, la politique de création et de gestion des parcs et des jardins publics semble être devenue surtout un outil des pouvoirs politiques étatiques et urbains.

Cette thèse nous permet de contribuer à mieux comprendre les espaces de nature aménagée en ville dans un pays en voie de développement comme la Tunisie. Par opposition à la majorité des pays du Sud, la préservation des espaces publics de parcs et de jardins en ville est devenue une préoccupation des pouvoirs publics en Tunisie. Cependant cette politique semble maintenir une inégalité de moyens financiers entre les différents services municipaux et les usagers des quartiers de la région urbaine.

Les finalités écologiques, urbanistiques et sociales de ces parcs ont parfois rencontré les buts lucratifs des personnels de l’ancien régime à l’origine de cette politique verte.

Publié en janvier 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°8

 

Besma LOUKIL

est doctorante en sciences et architecture du paysage à l’ENSP Versailles (AgroParisTech) et l’Université de Sousse. Sa thèse s’intitule « Civilités et incivilités dans les parcs et les jardins publics du Nord-Est de la Tunisie : interactions entre gestionnaires et pratiques sociales », sous la direction de Pierre Donadieu et de Taoufik Bettaeib. Elle a rejoint l’IRMC en tant que chercheure associée.

crédit d’illustration : © Besma Loukil

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

L’habitat informel dans la ville de Gabès (Tunisie) ; extensions urbaines, marginalisation socio-spatiale et dégradation de l’environnement

Ce travail vise à explorer en profondeur l’articulation entre trois phénomènes, souvent appréhendés séparément : L’extension urbaine qui peut donner lieu à des formes d’habitat non autorisées, dits informels, la concentration spatiale de la marginalité sociale [spatialement concentrée] et l’extension de la ville sur des espaces ruraux productifs. Ces différents processus sociaux et spatiaux sont à la fois en amont et en aval (cause et effet) de compétitions acharnées sur les ressources (naturelles ou non) et entre des catégories sociales différentes mais dont on peut en identifier au moins deux : les petites paysanneries et les grands investisseurs agricoles (y compris des sociétés étatiques).

À ces deux « compétiteurs », il faut y ajouter la ville elle-même, grande consommatrice d’eau et de sols. Notre recherche consiste en l’exploration approfondie de l’ensemble de ces processus, de ces phénomènes et de leurs conséquences, tant sociales que spatiales et environnementales. Nous prendrons le quartier informel de Zrig, situé au sud de la ville de Gabès en Tunisie, comme exemple.

En plus d’être un quartier informel hébergeant des centaines de familles, généralement modestes ou pauvres, originaires de Gabès, du Sud ou de l’ensemble du pays, le quartier de Zrig s’est développé sur l’une des oasis de Gabès (les seuls oasis côtiers en Méditerranée), dont quelques parcelles seulement résistent encore au phénomène. Malgré la présence de certaines familles plus aisées et ayant accès au cercles de décisions, et malgré la légalisation partielle mais lente de certaines parties de ce nouveau quartier, les habitants souffrent d’un manque flagrant d’infrastructures et de services. On assiste dans le même temps à la réduction très rapide de la surface agricole oasienne. Pendant que ce poumon vert se rétrécit, que l’espace productif se réduit et que l’agriculture vivrière et familiale des petits paysans est progressivement marginalisée, des dizaines de nouveaux périmètres irrigués, fortement consommateurs d’eau, se multiplient et se développent en vue de productions principalement destinées à l’export.

Notre hypothèse centrale soutient que les causes principales de la naissance des quartiers informels sont, d’une part, les contraintes d’accès aux ressources, aux services sociaux ainsi que les inégalités sociales engendrées, et, d’autre part, l’exacerbation des compétitions sur les ressources naturelles entre les populations locales, en l’occurrence entre les petites paysanneries oasiennes et les investisseurs, qui sont notamment les nouveaux grands producteurs agricoles dans la plaine.

C’est donc dans cette double dimension de marginalisation des habitants du quartier et des petits paysans de l’oasis, d’une part, et de la compétition sur les ressources, d’autre part, que le quartier informel de Zrig sera étudié et observé.

Il apparaît à travers nos enquêtes que les habitants de ce quartier sont des immigrés des régions voisines de Gabès (Gafsa, Sidi Bouzid, Medenine, Tataouine…) ou d’anciens résidents de centre ville qui appartiennent à une catégorie sociale modeste[1]. « Sommes-nous Tunisiens ? », est une question qui nous avait été posée par un habitant de ce quartier. Logeant dans une maison sans électricité, sans eau et sans assainissement, le chef de famille nous confiait : « je ne travaille pas, je n’ai pas l’argent pour donner une « rachwa » (corruption). Si j’avais de l’argent j’aurais pu accéder aux ressources nécessaires (eau et électricité) »[2].

Les enquêtes menées après le 14 janvier, nous ont montré que les gens ont profité de l’absence des autorités et se sont mis au travail pour construire leurs maisons informelles. Un jeune habitant en train d’édifier sa construction le justifiait ainsi : « c’est une bonne occasion car il n’y a pas d’autorité, pas de contrôles, donc j’en profite pour construire ma maison sur ma terre. Pour ce qui est de l’accès aux services (…) ce n’est pas grave, nos stratégies seront les mêmes, je payerai une corruption et j’aurai tout »[3]. Concernant la révolution, il nous affirme que les mentalités n’ont pas changé, que les personnes sont toujours les mêmes.

Au cours des entretiens réalisés pendant nos visites à Zrig, quelques paysans attendaient vainement que la loi leur permette de transformer leurs jardins en maisons : « avant la révolution, la municipalité contrôlait trop et les autorités étaient très sévères en matière de construction illégale, là c’est le vide mais tous ceux qui ont construit seront punis et ils payeront cher ». Certaines femmes ont opté aussi pour l’urbanisation : « nous ne pouvons plus vivre de la terre[4], on dépense plus qu’on ne gagne, donc il faut que cette terre soit des lots pour que nos fils construisent leurs maisons ou des boutiques à louer […] l’essentiel c’est que nos enfants trouvent un abri où ils puissent se protéger dans ces temps difficiles ». On comprend ainsi leur incapacité à accéder aux services alors que la construction dans ces zones ne diminue pas chaque jour.

Publié en janvier 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°8

 

Maha Abdelhamid

est doctorante en géographie sociale à l’université de Nanterre, Paris X. Sa thèse s’intitule « L’habitat informel dans la ville de Gabès, extensions urbaines, marginalisations sociales et spatiales et dégradation de l’environnement ». Elle a rejoint l’équipe de l’IRMC pour une bourse courte durée (BCD).

crédit d’illustration : © Maha Abdelhamid


[1] Ils ont acheté la terre à cet endroit car elle est moins chère, pleinement conscients de l’interdiction de construire qui pesait sur le terrain, mais leur permettant d’économiser les dépenses de permis de construire.

[2] Entretien d’un homme âgé effectué au mois de Septembre 2010.

[3] Entretien effectué au mois de février 2011.

[4] La dégradation agricole et environnementale n’est pas prise en considération, ni par les autorités, ni par les occupants de la terre, ni par la petite paysannerie qui a été touchée par le manque en eau, la sécheresse et le problème de morcellement de la terre (on parle aujourd’hui de petits jardins qui ne dépassent pas les 200 m2 la parcelle).

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

La problématique de croissance dans la petite et moyenne entreprise privée en Algérie

Depuis la fin des années 80, l’application de réformes économiques a eu lieu en Algérie, ce qui traduit de nouvelles orientations de l’économie algérienne et une intégration dans l’économie de marché. Dans ce contexte de réformes et de mutations, les entreprises privées et notamment les PME, connaissent une nette expansion. Cette évolution est le résultat des mesures d’incitation et d’encadrement décidées par les pouvoirs publics, en faveur de la promotion et du développement des PME privées. Les statistiques montrent que près de 75 % des PME recensées ont été créées après 1993, et plus de 35 % après 2000, c’est-à-dire après l’adoption des nouveaux codes de promotion et de développement des PME[1].

En raison du rôle fondamental que jouent les PME dans le processus de développement économique et social dans plusieurs pays développés, l’Algérie a placé cette catégorie d’entreprises, principalement celle du secteur privé, au centre de ses préoccupations et de ses politiques industrielles, la considérant comme alternative au secteur public longtemps conçu comme moteur de création de richesses en dehors des hydrocarbures. En vertu de cette attention particulière, les petites et moyennes entreprises privées sont devenues prédominantes au sein de l’économie algérienne dans la plupart des secteurs d’activité. En effet, les derniers chiffres officiels indiquent que les PME privées représentent plus de 70 % des petites et moyennes entreprises locales.

Bien que le secteur des PME privées se soit fortement développé au cours des dernières années, ces entreprises présentent toujours des structures économiques, financières et organisationnelles jeunes et fragiles, et restent peu préparées à l’ouverture économique et à la concurrence des entreprises étrangères très compétitives, et ce, malgré les différents dispositifs mis en place par l’État en faveur des PME. En outre, ce secteur enregistre un rythme de croissance très lent (1,4 %), ce qui signifie que les entreprises privées algériennes ne parviennent pas à se transformer en moyenne ou en grande entreprise avec la taille et l’envergure nécessaires pour participer avec succès au développement économique et social de la société algérienne. Les données montrent aussi que ces entreprises, et particulièrement les plus petites d’entre elles, enregistrent des taux de rentabilité relativement élevés. Seulement, l’accumulation des profits de ces entreprises ne génère pas un processus de croissance et de développement.

Partant de ce constat de déficience, il nous semblait intéressant de poser un questionnement fondamental ; pourquoi les petites et moyennes entreprises privées algériennes ne connaissent-elles pas une trajectoire de dynamisme et de croissance et ne parviennent-elles pas à prendre de l’expansion dans leurs activités économiques ?

À partir de cette étude, nous allons appréhender ce phénomène dans une perspective sociologique en considérant l’acteur ou l’entrepreneur algérien comme unité de base de notre analyse. Nous essayerons de comprendre pourquoi les entrepreneurs ou dirigeants propriétaires des PME algériennes auto limitent la croissance de leur entreprise ou plus précisément ne cherchent-ils pas à la développer. Est-ce dû à une absence d’intention de développer l’entreprise chez ces acteurs ainsi qu’à la nature des motivations qui les ont poussés à créer leur entreprise, telle que la sortie d’une situation de chômage ou la recherche d’une qualité de vie meilleure ? Cette réticence au développement n’est-elle pas liée au sens que donnent les entrepreneurs algériens à leur entreprise en tant que propriété individuelle ou familiale qui est très loin du sens de la propriété économique ?

Tout ceci, en sachant que le processus de croissance et de développement d’entreprise comporte des risques pouvant entraîner jusqu’à la perte – totale ou partielle – de l’entreprise (par le recours à des moyens tels que l’ouverture du capital, le partenariat, le prêt bancaire…) et que l’entreprise est considérée par les dirigeants propriétaires comme moyen de promotion et d’obtention d’un statut social exceptionnel. Est-ce que le rôle social de l’entrepreneur assigné par son entourage et associé à cette position sociale spécifique, l’oblige à adopter des comportements qui sont loin de la rationalité économique ?

Ce rôle consiste surtout à répondre aux attentes de son entourage, principalement familial, pour protéger, d’une part, cette propriété qui ne reflète pas seulement le statut et la situation sociale du dirigeant propriétaire, mais aussi de celle de toute sa famille, et d’autre part, à assurer le rôle de soutien familial qui est une forme de devoir et d’obligation issue des valeurs sociales de la société algérienne. Nous pouvons également avancer que parmi les facteurs de cette réticence à la croissance de l’entreprise privée algérienne, il existe celui d’une culture de la méfiance qui s’est installée entre l’État et l’acteur économique privé, depuis la période de l’économie administrée.

Cette série de questionnements nous a menés à formuler des hypothèses pour expliquer ce phénomène de ralentissement de la croissance des PME privées algériennes : si le motif de la création d’entreprise est celui d’une volonté de sortie du chômage ou d’amélioration du niveau de vie, l’intention de développer l’entreprise est alors absente dans la vision future des entrepreneurs. Nous avançons, par ailleurs, l’idée selon laquelle l’entrepreneur s’abstient de s’engager dans un processus de développement et de croissance par peur du risque économique qui affecterait son statut social et celui de toute sa famille. Enfin, nous estimons que la relation spécifique qui s’est instaurée entre l’entrepreneur privé et l’État, qualifiée de prudence et de méfiance, fait que celui-ci repousse l’idée de développer son entreprise car elle ne serait que l’expression manifeste de sa richesse économique.

Publié en janvier 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°8

 

Zakia SETTI

est maître assistante en sociologie à l’université d’Alger 2 et chercheure associée au Cread. Sa thèse s’intitule «Problématique de la croissance des petites et moyennes entreprises algériennes ». Elle a rejoint l’IRMC en tant que Boursière de Moyenne Durée (BMD) dans le cadre de la convention de partenariat passée entre l’IRMC et le SCAC/Ambassade de France en Algérie.

 

crédit d’illustration : © zoom algérie.com


[1] Loi sur la promotion des investissements (12 – 93) 05 Octobre 1993 et la loi (01 – 03) du 20 août 2001 sur le développement des investissements.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

« Égaux comme les dents d’un peigne » : le racisme envers les Noirs libyens au miroir de la question amazighe

L’onde de choc du « réveil démocratique » que d’aucuns appellent « arabe » touche à l’ontologie identitaire de l’« Afrique du Nord »[1]. Si le débat sur l’« identité nationale » a été crucial pour justifier de l’illégitimité de la colonisation, il s’est trouvé dépassé sous les traits du « mouvement culturel berbère » en Algérie et au Maroc. Dénonçant l’oubli voire le déni politique d’une culture et d’une langue propres à des dizaines de millions de locuteurs berbérophones, les pressions de l’activisme amazigh ont porté certains fruits – le Maroc restant un modèle (dans les domaines de l’enseignement, des médias, de l’aménagement linguistique, etc.) – mais ont surtout contribué à rendre la « question berbère » légitime si ce n’est « tendance »[2]. D’une culture « minoritaire » à une composante de l’identité officielle (cf. le statut de la langue amazighe dans la nouvelle constitution marocaine, juillet 2011), l’amazighité bute cependant contre un plafond de verre, ne pouvant que seconder la référence arabo-musulmane dans des États nations construits sur une identité une. En Libye, où la langue amazighe est présente mais depuis toujours politiquement annihilée au profit de l’arabe, la chute du régime engendre tous les espoirs de la part de militants amazighs qui ne veulent manquer une opportunité sans précédent.

Face aux orientations « arabes » des membres du CNT, des représentants des locuteurs amazighophones frappent aux portes de la nouvelle constitution qu’ils ne conçoivent pas, dans la « Libye libre », sans une reconnaissance officielle de l’amazighité, langue et culture. La constitution déjà proposée par le gouvernement provisoire promet la « garantie des droits de la culture amazighe, toubou et touareg et de toutes les composantes de la société libyenne » (août 2011).

Afin d’obtenir une visibilité internationale, l’intégration des tribunes de l’ONG le « Congrès Mondial Amazigh » (CMA) peut servir de soutien et de propulseur. Ses 6e assises se sont tenues à Djerba du 1er au 2 octobre 2011 et ont accueilli une délégation libyenne sans précédent. Parmi elle, un groupe identifiable de cinq Libyens s’est présenté comme depuis toujours doublement discriminé : à un racisme « racial », leur couleur de peau noire, s’adjoint un racisme « ethnique » et linguistique, celui d’appartenir aux Toubous, une population qui se déploie du Nord du Tchad au Sud de la Libye[3] et au Nord-Est du Niger et dont la langue, saharienne, appartient à une autre famille que les langues arabes et amazighes. Des décennies de marginalisation (tahmich) et de persécution (idtihad) jusqu’à la démolition pure et simple de villages toubous par l’État, ont mené ce groupe à des conditions de vie précaires ou à un exil dans les pays africains frontaliers (Niger, Tchad, Soudan). Ce vécu d’un double racisme (‘ounsouriya) cherche protection sous les auspices de la cause berbère, « la seule qui nous défendra » (entretien 2.10.2011, Djerba), car elle défend des principes d’égalité, de diversité et de droits civiques jusque là inexistants en Libye. Dans le sillage du « premier forum amazigh libyen » tenu à Tripoli les 26 et 27 septembre sous le slogan « le lien national » (al lehma al wataniya), pour lequel des Toubous se sont déplacés de la province de Koufra, inspirés par cette lutte identitaire reflet, l’invitation a été lancée de venir assister au 6e congrès mondial amazigh tenu à Djerba deux jours plus tard.

La mobilisation amazighe libyenne est intimement liée au mouvement global de revendication berbère incarné par le CMA.  Certains de ses membres dirigeants voyagent depuis plusieurs années en Libye afin de coordonner le mouvement. De cette mouvance amazighe, les premiers drapeaux amazighs, pure création du CMA (via les militants Canariens qui y siègent), flottèrent à la chute de Kadhafi dans les régions berbérophones (Jbel Nefoussa, Zouara, Ghadamès, etc.) et, relayés par les médias internationaux, provoquèrent une onde de choc en « Afrique du Maghreb » voire plus loin, à l’image de certains Marocains qui, par ce biais, prirent conscience de l’existence d’Amazighs en Libye.

Le choix de la Tunisie pour accueillir les 6e assises du CMA est lié aux « renaissances berbères » tunisiennes et libyennes. Les « invités » (autrement dit les « amis du peuple amazigh » à l’instar du groupe d’amitié euro amazigh du parlement européen) proviennent d’horizons divers : Catalans, association « les peuples des montagnes », député corse, porte-parole d’Éva Joly, tous prônent un multiculturalisme qui frôle parfois le culturalisme (comme à travers l’expression démagogique « la chute des murs des dictateurs arabes »). Venus par route des confins du Sud-est de la Libye, les Toubous envisagent la cause amazighe comme leur seul recourt de protection, si ce n’est comme une condition de survie : ils mettent en garde contre leur marginalisation à l’avenir, ne veulent pas être chassés une deuxième fois et ne demandent qu’à être traités comme tous citoyens libyens, comme « les dents d’un même peigne » (entretien 2.09.2011, Djerba). En soutenant les requêtes des militants amazighs, ils soutiennent l’avènement d’un Etat de droit, de justice et de liberté.

L’« amazighité » se déploie selon des configurations nationales différentes, avec comme dénominateur commun aujourd’hui la reconnaissance amazighe dans les constitutions post-révolutions. Mais au-delà, en ces moments de recomposition des solidarités, elle est convoquée comme garantie de démocratie et de respect des cultures « non officielles ». Elle offre un créneau aux « communautés de souffrance » comme les Toubous en Libye à travers un espoir de protection envers le racisme linguistique et racial. Sous le nom et sous le drapeau de l’amazighité, différentes causes se défendent.

Publié en janvier 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°8

 

Stéphanie POUESSEL

est anthropologue et chercheure post doctorante à l’IRMC, où elle dirige le programme intitulé : « Le Maghreb et ses « africanités » : l’identité nationale au regard de ses « altérités » ». Elle travaille sur la question identitaire et a notamment écrit Les identités Amazighes au Maroc, 2010, Paris, Éditions Non lieu. Elle prolonge ses recherches sur la Libye et l’actuel débat sur la « diversité culturelle » au sein de la nouvelle constitution libyenne.

 

crédit d’illustration : © musikamazigh.com


[1] Euphémisme militant amazigh permettant de se dérober au terme arabe « Maghreb » voire « monde arabe ».

[2] Elle fait écho à la « rétrovolution » (Amselle, 2010) qui caractérise notre époque : retour aux sources, à l’origine, à la tradition, à l’oralité, etc.

[3] Régions libyennes du Fezzan et de Koufra.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Mouvements sociaux en ligne face aux mutations sociopolitiques et au processus de transition démocratique

Tunis les 12-13-14 avril 2012 avec le soutien du Centre de Recherche pour le Développement International (CRDI)

Dans l’objectif de contribuer à la réflexion sur les questions prioritaires qui se posent aux différentes sociétés du bassin méditerranéen, l’IRMC s’est engagé, avec le soutien du Centre de Recherche pour le Développement International (CRDI, Ottawa), à initier un débat pluridisciplinaire sur le thème : « Mouvements sociaux en ligne face aux mutations sociopolitiques et au processus de transition démocratique ». Ce thème sera abordé dans une perspective comparative lors de la troisième réunion du programme de recherche de l’IRMC sur « La communication virtuelle par l’Internet et les transformations des liens sociaux et des identités en Méditerranée ».

La démarche qui sera adoptée dans le cadre de cette rencontre qui se tiendra à Tunis du 12 au 14 avril 2012 tend à privilégier une approche transdisciplinaire, en impliquant des chercheurs et des universitaires qui représentent les diverses disciplines des sciences humaines et sociales : sociologues, anthropologues, politologues, juristes, spécialistes dans le domaine des sciences de l’information et de la communication, etc. et comparative, en faisant participer des intervenants provenant de (ou travaillant sur des) pays qui passent par une phase de transition démocratique et de mutations sociopolitiques (la Tunisie, le Maroc, Égypte, la Syrie, la Libye, le Chili, la Roumanie, le Yémen, etc.).

Les travaux de cette rencontre donneront lieu, d’une part, à la publication des communications qui seront présentées par les différents intervenants et, d’autre part, à la mise en place d’un réseau de chercheurs autour du thème relatif au rôle des mouvements sociaux en ligne dans le processus démocratique et les mutations sociopolitiques.

Argumentaire

Les transformations qui traversent actuellement, à des degrés divers, les sociétés maghrébines, arabes, méditerranéennes et autres, constituent sans conteste une bifurcation sociopolitique qui ne cesse de susciter le débat à l’échelle locale, régionale et internationale. Objet d’intérêt, d’interrogation de polémique et de controverse, de tout ordre, cette bifurcation a été l’œuvre de plusieurs acteurs impliqués de manière directe ou indirecte, consciente ou inconsciente, apparente ou occulte dans le processus de transition politique proclamée « démocratique ». Parmi les protagonistes les plus influents de ce processus sociopolitique, les militants cyber activistes ont occupé le devant de la scène, imposant par leur perspicacité, détermination, engagement et conviction, une légitimité historique on ne peut plus indélébile.

Il n’est plus à prouver que les militants cyber activistes ont été à l’origine de l’émergence d’un mouvement social à l’œuvre sur la toile numérique qui a progressivement imposé une myriade d’espaces d’expression, de débats et de revendications, convergeant vers un espace public alternatif en rapport dialectique avec l’espace public matériel. C’est cette action communicationnelle (Jürgen Habermas) qui est à la base du mouvement social en ligne qu’il est impératif d’interroger en vue de décrypter les logiques différentielles imprégnant le déchaînement des potentialités citoyennes et politiques, jusque-là inertes, et la quête démocratique quelque peu indécise et fluctuante.

Axe 1- Routinisation des usages sociaux des TIC et socialisation politique et démocratique

Il est vrai que la fracture numérique et les inégalités en matière d’accès aux TIC en général et à l’Internet en particulier se manifestent au grand jour, mais il n’en demeure pas moins que l’on assiste à une routinisation des pratiques de l’Internet qui, en vertu des effets de sa propagation, ne manque pas de bouleverser la sphère publique. Même s’il est important de tenir compte des « ratés » de la révolution numérique qui sont privés de l’accès à

l’espace public alternatif, il ne va pas sans dire que les cyber activistes et les internautes engagés, ont ceci de particulier qu’ils représentent des « relais d’opinion » (Elihu Katz et Paul Lazarsfeld) très influents en matière de mobilisation sociale et politique. Le rôle de ces « nouveaux intercesseurs » (Fabien Granjon) est nettement plus efficient dans un contexte de transition démocratique.

En combinant un engagement direct sur le terrain matériel de l’action et un engagement à distance, mené sur la toile numérique, les militants (dans le domaine politique, syndical, associatif, des droits de l’Homme, de l’égalité entre les sexes…) et les cyber activistes assurent une socialisation démocratique à grande échelle et instaurent une nouvelle donne sociopolitique.

Les mutations sociopolitiques dans des pays arabes comme la Tunisie, l’Égypte et la Libye…révèlent que la socialisation politique et démocratique mise en oeuvre sur l’espace télématique n’est pas liée à la seule phase de transition. Il s’agit d’une action sociale qui plonge ses racines loin dans le temps en prenant des formes diverses selon les situations et le contexte dans lesquels elle s’inscrit. Cette socialisation est d’abord fondée sur une culture protestataire de revendication, hostile aux régimes totalitaires installés ; ensuite grâce à un travail de vulgarisation (des informations relatives à la démocratie, aux élections, aux partis politiques…) elle acquiert les contours d’une configuration pédagogique, qui finit par diffuser une culture de contrôle et de régulation de la scène politique, indispensable à l’action et à la mobilisation sociale.

Axe 2- Espace public « virtuel », exercice de la citoyenneté et enjeux éthiques dans un contexte de transition démocratique

Les mouvements sociaux en ligne, qui jouent un rôle crucial dans les bouleversements sociopolitiques actuels, prouvent que la toile numérique représente aujourd’hui un nouvel espace public. Ce cyberespace contribue à la transmission des valeurs de la citoyenneté en tant que conditions fondamentales de la mise en application de la démocratie, fondée sur l’engagement des différents acteurs sociaux et sur leur aptitude à respecter les principes de l’égalité, et des libertés individuelles et collectives. Ce rôle initiatique et mobilisateur joué par des acteurs politiques différents (membres de partis politiques, membres d’associations, militants des droits de l’Homme, blogueurs, universitaires…) sur la toile numérique consiste à inscrire les formes élémentaires de la citoyenneté dans le vécu quotidien des acteurs sociaux et dans leur environnement le plus immédiat. Cette vocation de mobilisation sociale et d’initiation civique que les acteurs politiques en question se sont attribuée est d’autant plus fondamentale que le processus de transition démocratique est conditionné par la disposition des acteurs sociaux à prendre conscience de leur citoyenneté moins en tant que statut qu’en tant que capacité (Catherine Neveu).

Axe 3- Mouvements sociaux en ligne, nouveaux acteurs politiques et légitimités antagoniques

Ce qui caractérise les mouvements sociaux en ligne c’est qu’ils sont fondés sur des actions sociales qui ne sont pas déconnectées de la réalité concrète de la contestation sociale et des différentes formes de militantisme à la base. Cependant, la particularité de l’Internet est d’offrir des possibilités de participation sociale et politique à des acteurs politiquement exclus et marginalisés et n’ayant aucune qualité « représentative ». Leur initiation est certes assurée par des « habitués » de l’Internet que sont les cyber militants et les « entrepreneurs politiques », mais aussi par leur volonté individuelle de se réserver une place sur un espace public et citoyen alternatif. La participation de ces nouveaux acteurs qui bénéficient d’une plus grande visibilité prend de plus en plus d’ampleur dans un contexte de transition démocratique caractérisé par la fragilité des institutions traditionnelles et la précarité des structures et des dispositifs politiques anciens.

Dans cette phase transitoire post révolutionnaire, où les règles du jeu et les légitimités des acteurs et des institutions sont négociables, les différents modes d’expression et d’engagement citoyens sur la plateforme numérique (en l’occurrence au travers des réseaux sociaux dont l’accès se généralise de manière accrue) ne vont pas sans affecter le paysage politique. Ils contribuent à restructurer les rapports entre citoyens, élites et État. Il suffit de mentionner, à titre d’exemple, la prolifération sur la plateforme Facebook des pages personnelles et/ou officielles de personnalités politiques et de ministères qui assurent la circulation des informations et la communication entre les citoyens et les leaders politiques ; la démythification des figures politiques à travers le dialogue assuré sur la toile numérique entre les citoyens et certains leaders politiques, est alors introduite dans le débat public avec des questions de société jusque-là inédites et marginalisées. Ces nouveaux protagonistes qui s’imposent sur la scène politique improvisent un nouveau mode de revendication et de critique sociale (journalisme citoyen, production de vidéos, caricatures…) et poussent à des renouvellements de la gestion des affaires publiques et de la planification de l’avenir.

Sur un autre plan, il est important de souligner que le processus de transition démocratique donne lieu à une nouvelle configuration sociopolitique où des acteurs perdent de leur crédibilité et de leur légitimité (il s’agit en l’occurrence des figures et des partisans du système politique démoli) qu’ils continuent à revendiquer. D’autres acteurs émergent alors et proclament une nouvelle forme de légitimité qu’ils tendent à construire sur la base à la fois d’actions protestataires réussies et d’un projet politique et démocratique futur. Ainsi, la toile numérique assure, dans une large mesure, une meilleure visibilité des nouveaux acteurs impliqués dans le processus de transition démocratique, tels que : les cyber activistes (les blogueurs et les facebookers), les femmes qui investissent l’espace publique alternatif et qui proclament, en tant que citoyenne à part entière, leur droit à la participation politique, les rappeurs qui sont généralement négligés par les médias traditionnels et qui s’expriment de plus en plus à travers les réseaux sociaux, les jeunes naguère dépolitisés qui imposent un nouveau rapport au politique et de nouvelles formes de participation citoyenne, etc. Ces divers acteurs sont porteurs de logiques différentes, voire contradictoires, et transforment le paysage politique dans son ensemble (les rapports de force, les rôles et les statuts des acteurs, l’exercice de la citoyenneté, le langage politique et les modes d’expression…).

Publié en janvier 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°8

 

Sihem NAJAR

est sociologue et chercheure détachée de l’université Tunisienne. Elle conduit à l’IRMC un programme intitulé : « Communication virtuelle par l’Internet et transformations des liens sociaux et des identités en Méditerranée ».

 

crédit d’illustration : © Tunisie numérique

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Le pétrole générateur de déséquilibres et de crises sociales

De toute évidence, le pétrole a beaucoup influé sur la Libye et a même surdéterminé la logique de fonctionnement de son système politique, et quelles que fussent les modes de son exploitation, il a certainement pu conditionner les comportements individuels et collectifs, les conceptions du temps, du travail et du sacré. C’est pourquoi la question principale qui s’est posée depuis 1960 était de savoir comment pourrait être investi, de manière satisfaisante, le surplus financier provenant de rente pétrolière. La réponse n’a pas été facile, si l’on considère les multiples politiques souvent contradictoires en matière d’exploitation de la rente pétrolière. Car lorsque nous parlons de pétrole dans le monde arabe d’une manière générale, et en Libye plus particulièrement, nous pouvons constater un phénomène de détermination par le politique, et nous avons aussi en vue les hésitations et les tâtonnements qui ont caractérisé plusieurs décennies de « gestion pétrolière ». Nous désignons aussi l’hypothèse selon laquelle la rente pétrolière n’a pas été traitée d’une façon rationnelle au sens usuel du terme, les considérations politiques ayant primé sur toutes les autres considérations et surtout stratégiques.

En effet, les grandes opérations d’infrastructures, d’industrialisation et de gros investissements, étaient souvent décidées en fonction de considérations politiques plutôt que stratégiques ou de rentabilité économique. C’est ce qui induit les échecs rencontrés au cours du processus de développement, la rente pétrolière ayant été gérée en fonctions des rapports avec les puissances étrangères, des conflits régionaux armés des ambitions politiques, des rêves expansionnistes (la bande d’Aouzou au Tchad) et des politiques exagérées d’armement.

Notre hypothèse, du reste très variable, est que le pétrole a financé et entretenu la violence exercée en Libye entre1969 et 1990, et qu’il a surtout servi ce qu’on pourrait appeler la « bédouinité rentière négative », c’est-à-dire une organisation sociale qui réponse sur une alliance entre le pouvoir et les tribus et dont le but était les réparations des revenus pétroliers et la reproduction des normes et des valeurs de la société bédouine.

Il est vrai que le pétrole a beaucoup contribué à l’amélioration des conditions de vie des masses pour les soins médicaux et pour l’éducation, mais a permis de réhabiliter la tribu et de répandre dans l’ensemble de la société des doses excessives de violence mises en applications par des dispositifs sécuritaires variés et souvent concurrentiels. Partant de toutes les constatations précédentes, nous dirons qu’il est normal que le pétrole ait entraîné des déséquilibres et des ruptures et qu’il ait complètement bouleversé l’architecture de la société traditionnelle et surtout agricole, l’agriculture ayant été abandonnée et le paysan ayant déserté la terre au profit de postes lucratifs et stables dans les villes, d’où en Libye une grave crise ayant entraîné une situation de dépendance alimentaire péniblement ressentie par les populations. La rente pétrolière a créé des situations irréversibles telles que l’effondrement de l’agriculture et de l’organisation sociale qui la sous-tendait, puisque la société était préoccupée par la circulation et la distribution des revenus pétroliers qui n’étaient en fait pas liées à une activité productive.

Cette crise n’était pas due au manque d’investissement et de moyens, mais plutôt à celle de toute la société, parce qu’elle était avant tout culturelle et symbolique et provenait de la dévalorisation du travail agricole, de la dépréciation du paysan et de l’attraction des villes aux dépens des campagnes, tous ces facteurs facilitent la rupture avec le monde rurale. Ainsi a-t-il semblé que la tâche fondamentale en Libye était dans la réhabilitation du paysan, dans son insertion dans de solides circuits de production, dans la limitation de l’exode rural et dans la revalorisation du travail agricole, ce qui n’est pas une mince tâche.

Car elle exigeait l’émergence d’une nouvelle culture et d’un nouveau mode de socialisation qui puissent valoriser l’agriculture et le paysannat libyens, une réhabilitation indispensable si l’on considère que l’exode rural était devenu un problème crucial et urgent à cause de la rente pétrolière et surtout de la déstructuration de la campagne. Certes, l’abandon de la campagne n’est pas l’unique conséquence négative de l’émergence du pétrole. Parmi les autres conséquences, on peut citer l’accentuation de la consommation ostentatoire et le mépris du travail productif. La rente avait créé une prédilection pour le luxe rapide et direct qui a provoqué une sorte de démoralisation de l’élite bureaucratique et technocratique travaillant dans le secteur public où elle était très mal rémunérée. Il est vrai que beaucoup d’occasions ont été gâchées, mais que les chances de la Libye ne sont pas épuisées, les ressources humaines et énergétiques y demeurant encore inépuisées et pouvant être très efficaces dans l’avenir du pays.

C’est une nouvelle société qu’il faut, par ses ressources humaines, par ce que Pierre Bourdieu appelle le capital social. Parce que la priorité la plus urgente pour la Libye actuelle est de savoir comment elle pourrait constituer une société d’acteurs et non de clients, c’est-à-dire une société productrice d’intelligences, d’innovations et de projets tirés de son imagination féconde et intarissable. Mais que faire donc quand la rente pétrolière est la mère des paresses ?

Publié en octobre 2011 dans La Lettre de l’IRMC n°7

 

Moncef OUANNES

Professeur de sociologie, Université de Tunis

 

crédit photographique : © Léon Néal – AFP ; AP

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Libye : le temps de la reconstruction

Avec la chute probable du dernier bastion autour de la ville de Syrte et la fin des opérations militaires qui se profilent, se pose la question de la reconstruction économique de la Libye. Ce pays, sans avoir été dévasté a naturellement souffert du récent conflit. Avec ses réserves pétrolières et gazières, il dispose des moyens de sa reconstruction. Cependant cette richesse, concentrée exclusivement sur les hydrocarbures, n’a pas conduit à un véritable développement et à une diversification des secteurs économiques. Il faut donc non seulement reconstruire mais aussi tout simplement construire une économie moderne. Tout cela ne sera possible que si le Conseil National de Transition parvient rapidement à restaurer la stabilité et la sécurité, et c’est dans ce contexte que doit être pensé le rôle de la communauté internationale.

La Libye : un pays désorganisé plutôt que dévasté

Il est encore trop tôt pour faire le bilan des destructions engendrées par l’insurrection menée par le Conseil National de Transition depuis plus de sept mois. Les combats ont relativement épargné la région Est du pays et notamment la ville de Benghazi, ainsi que les villes du centre et du Sud. Ce n’est pas le cas de la Tripolitaine et notamment toute la région côtière à l’ouest de Tripoli. Au total, les infrastructures d’exploitation pétrolières et les terminaux d’exportation n’ont pas été trop touchés malgré des combats violents dans certains ports comme Brega.

Les destructions touchent cependant les bâtiments, les infrastructures de transport et de communication. Au delà des aspects matériels, ce dont la Libye souffre, c’est une terrible désorganisation de l’industrie et des services, ce qui rend la situation humanitaire très préoccupante. Il est nécessaire de restaurer d’urgence l’accès au gaz, à l’essence, à l’électricité, afin de remettre en marche les infrastructures sanitaires du pays. À moyen terme, il faut rétablir les réseaux de distribution commerciaux des biens de consommation de première nécessité. On ne peut pas vivre longtemps, même en Libye, sans magasins approvisionnés d’autant que l’essentiel des besoins alimentaires est importé.

La Libye un pays riche

La Libye dispose cependant des moyens de sa reconstruction. C’est sa chance. En considérant la richesse annuelle par habitant qui s’élevait à 14000 dollars par tête, ce pays était l’un des plus riches d’Afrique ! Son sous-sol est une véritable mine qui peut lui assurer des ressources pour plusieurs décennies. Aux réserves estimées de pétrole (60 milliards de barils), s’ajoute le gaz dont les réserves ne semblent pas même encore toutes identifiées. Il faudra un ou deux ans pour que la Libye puisse atteindre le niveau de ses exportations de pétrole d’avant le conflit et qui se montait à 1,5 millions de barils par jour, ce qui représente plus de 50 milliards de dollars d’exportation par an. Tout se passe comme si chaque libyen bénéficiait d’une rente annuelle de 10000 euros. Avec l’augmentation tendancielle du prix des hydrocarbures, ces montants pourraient doubler dans les dix ans qui viennent.

À ces ressources mobilisables à moyen terme s’ajoutent les avoirs gelés du régime Kadhafi dans les pays étrangers. S’il est difficile de faire des estimations précises, ces sommes représentent des montants considérables qui pourraient financer une grande partie de la reconstruction. Le CNT estime que 160 milliards de dollars sont répartis dans différents pays dont 30, 20 et 7,2 milliards respectivement aux États-Unis, en Grande Bretagne et en Allemagne. La Suisse détient environ 650 millions de CHF et souhaite remettre rapidement ses actifs, détenus par des entreprises publiques libyennes au CNT.

La Libye : un pays économiquement sous développé

Paradoxalement, malgré sa richesse, la Libye est demeurée une économie sous développée. Si dans les années 70 et 80, le régime Libyen a réussi à jeter les bases d’un État Providence en finançant très largement la construction de logement, d’hôpitaux et d’écoles, cela ne s’est pas traduit par une diversification et une véritable modernisation.

À part le pétrole, l’économie Libyenne est restée embryonnaire. Le secteur des services (commerce, transport, télécommunication) est rudimentaire sans parler du tourisme, de la restauration, de l’édition. Les services à la personne étaient essentiellement le fait de travailleurs sous qualifiés venant du Sahel assurant des tâches domestiques. L’exemple le plus frappant est le tourisme alors qu’il est susceptible de représenter un secteur d’exportation très important à l’avenir. Avec moins de 200000 visiteurs par an avant le conflit, la Libye était très en deçà de son potentiel et faisait figure de parent très pauvre face à ses deux voisins, la Tunisie qui accueillait annuellement 7 millions de touristes et l’Égypte qui en accueillait presque deux fois plus. Avec ses 1600 km de côtes, ses sites archéologiques, son désert, la Libye ne manque pourtant pas d’atouts.

Les conditions économiques de la reconstruction

Si la Libye dispose des moyens de financer, son développement, encore faut-il que deux conditions économiques soient remplies. Tout d’abord, il faut bien comprendre que les travailleurs étrangers dont le nombre approximatif était de 1,5 à 2 millions de personnes, soit un quart environ de la population, faisaient littéralement tourner la machine économique libyenne. De nombreux cadres d’entreprises venaient de Tunisie et surtout d’Égypte. Des travailleurs en provenance du Sahel assuraient des emplois dans l’agriculture, le commerce, le transport…

La plupart de ceux qui avaient un peu de moyens et notamment les cadres, ont rapidement quitté le pays tandis que les travailleurs sahéliens ont été suspectés d’appartenir à des groupes de mercenaires stipendiés par le régime voire victimes de règlements de compte. Plus d’un demi-million, certainement plus, auraient quitté le pays.

Par ailleurs, des investissements d’entreprises étrangères seront nécessaires pour remettre en état de nombreux secteurs économiques. C’est vrai dans le pétrole mais aussi dans les secteurs des télécommunications par exemple. Si l’engagement des entreprises étrangères dans les hydrocarbures se fera facilement en raison des perspectives de profits futurs, une véritable reconstruction du pays passera par des prises de participation et des investissements massifs d’entreprises étrangères.

La reconstruction en Libye prendra donc du temps. Elle ne sera possible que si le Conseil National de Transition parvient rapidement à restaurer la stabilité et la sécurité dans le pays. S’il réussit et si les Libyens entrevoient rapidement une possibilité d’amélioration de leur situation économique et sociale, cela sera décisif dans le bilan total d’une intervention étrangère qui fut un formidable pari géopolitique qui est loin d’être tout à fait gagné.

Publié en octobre 2011 dans La Lettre de l’IRMC n°7

 

Jean-Yves MOISSERON

Économiste à l’IRD, rédacteur en chef de la revue Maghreb-Machrek

 

crédit photographique : © AP ; d’illustration : © AFP, BP Statistical review, EIA.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Les fondements socio-historiques de la production du leadership politique en Libye

Même si je vais parler un peu du passé, mon but est d’essayer de donner des bribes de réponse à des questions actuelles, d’aujourd’hui même. L’une de ces questions est la suivante : comment peut-on expliquer le fait que contrairement à Ben Ali et à Moubarak le pouvoir de Kadhafi n’ait pas encore complètement basculé malgré la révolte presque générale contre son régime, surtout au début, et le nombre de morts ainsi que les grands dégâts qu’ont provoqués les évènements récents dans le pays ?

On peut aborder la question de plusieurs manières, en évaluant, par exemple, la façon dont la direction de la révolte gère les évènements, ou l’apport qu’apporte aux révoltés l’intervention militaire de la coalition internationale, etc. Pour répondre à cette question observons un moment le régime politique de Kadhafi. Il y a au moins quatre caractéristiques qui le distinguent :

– Le fait d’être populiste, ce qui lui permet de parler à tout le monde et au nom de tout le monde.

– Le fait d’être anti partisan, ce qui lui permet d’empêcher la concurrence politique, ou du moins de contenir les ambitions des ambitieux en dessous de la barre de la fonction politique suprême.

– Le fait de monopoliser, en plus du droit d’usage de la force légitime, de toutes les ressources matérielles permettant à la population de vivre (la rente pétrolière).

– Le fait d’avoir à sa tête un « zaïm », un leader, tenant entre ses mains toutes les ficelles du pouvoir, mais n’occupant officiellement aucune fonction politique, c’est à dire que sa production et son maintien dans la place qu’il occupe ne sont prévisibles par aucun système bureaucratique et ne sont pas le fruit d’un système de choix citoyen libre.

Comment ce système a pu se produire et se maintenir dans un contexte mondial où l’on ne parle que de démocratie et de liberté politique ?

Il faut reconnaître tout d’abord que l’absence de liberté et de démocratie dans ce qu’on a longtemps appelé le tiers-monde était presque générale, et que le régime libyen en fait partie. Mais ce qui fait du régime de Kadhafi un cas atypique c’est le fait justement d’avoir monté un régime autoritaire fondé sur une contradiction frappante : être à la fois antidémocratique et capable de transcender presque tous les milieux sociaux. Pour comprendre ce phénomène nous aurons besoin de faire une plongée socio anthropologique dans l’expérience politique historique de la Libye en matière de production de l’action collective. En effet, quand on examine l’histoire politique de ce pays – et il y en a peut-être d’autres qui lui ressemblent- on trouve que la forme dominante de la production de l’action politique est la construction de ce que j’appelle le groupement « zaâmatique », c’est à dire le groupement qui se construit autour d’un leader politique sur la base de relations d’allégeance personnelle, elles mêmes fonction d’un système instable quand à ses capacités d’utiliser la force, d’accumuler les ressources et de les redistribuer. Et en Libye précoloniale il y avait trois types de groupements « zaaâmatique » ayant les caractéristiques dont je viens de parler :

– Le modèle bédouin guerrier. Ici le leadership est généralement un notable bédouin soutenu par un noyau dur de parents proches, de voisins immédiats et de quelques alliés dominés. Ce type de leadership gagne en général sa réputation et sa force par son esprit et son comportement guerriers, lui permettant d’accumuler les ressources, de négocier sa position par rapport au pouvoir central et de produire l’action collective à l’échelle locale.

– Le modèle religieux maraboutique. Ici le groupement politique prend la forme d’une confrérie dont le leadership est un homme saint ayant la baraka de Dieu. Et comme son homologue bédouin, il accumule les ressources et fait usage de la force, seulement il le fait d’une manière pacifique, sauf quand il s’agit de se défendre contre l’extérieur. Aussi il se distingue du premier par le fait que sa position au sein de son groupement politique n’est disputée par aucun rival allié ou autre, alors que le leader bédouin est toujours en guerre pour garder sa position de leader.

– Le modèle bureaucratico-militaire urbain. Ici le leader est généralement militaire de carrière, il a le pouvoir central et utilise un noyau bureaucratico-familial qui correspond, d’abord au niveau de développement de la division du travail social dans la ville, ensuite au poids de ses ressources matérielles, venant généralement des impôts, de la guerre contre les rebelles et de la course. Un élément essentiel le distingue des deux autres : par sa position à la tête d’un État central musulman il possède une vision politique plus large, correspondant à celle des imams de la ville selon lesquels le souverain doit assurer les conditions de la survie de la Umma, c’est-à-dire, entre autre, de faire régner la shari‘a parmi les musulmans sous son autorité, ce qui donne à ce type de leader un sens relativement aigu de l’État.

Dans les trois modèles que je viens de décrire très rapidement, les liens politiques se tissent autours de la parenté, du voisinage, du clientélisme, de l’alliance d’intérêts et de la domination guerrière et/ou symbolique.

Le retour des turques en Libye vers 1835 a affaibli le modèle bédouin, éliminé le modèle militaro bureaucratique, et donné la chance – pour des raisons conjoncturelles au modèle maraboutique, représenté par la senoussyya, de se développer davantage. L’occupation coloniale italienne de la Libye en 1911, a fini par détruire le modèle bédouin et affaiblir le modèle maraboutique.

Pour aller très vite, je pourrais dire que tout ces développements historiques ont produit l’État libyen moderne, et sa modernité réside surtout en ceci : toutes les dynamiques de production du leadership politique autonome ont disparu, et l’élite politique qui détient l’État, dont l’organisation bureaucratique s’est beaucoup améliorée et les moyens techniques et miliaires se sont radicalement transformés, s’est constituée en un groupement politique monopolisant à la fois la gestion des ressources matérielles et symboliques du pouvoir et la reproduction de la « zaâma » politique. Ce développement historique a pris deux formes : celle du système monarchique où le leadership est devenu roi dont la position et la fonction politique ne sont à la portée d’aucun concurrent, ce fut l’époque du roi Senoussi ancien chef de la confrérie senoussyya, et celle du guide inspirateur de la révolution, en fait du coup d’État, dont la position et la fonction sont aussi en dehors de toute concurrence politique.

Ce que le régime de Kadhafi a hérité de toute cette histoire ce sont les éléments de la production du groupement politique. En effet le groupement politique de Kadhafi, formé par les comités révolutionnaires et les élites des conseils populaires, est fondé sur les liens de la parenté, du voisinage, du clientélisme, de l’alliance d’intérêts et de la violence matérielle et symbolique. Et ce qui a permis à ces liens de continuer d’être fonctionnel c’est la rente pétrolière monopolisée, justement, par le groupement politique de Kadhafi qui fait de ce dernier son chef unique autant que celui-ci fait de lui le groupement politique unique ayant le droit d’exister. Si Kadhafi a pu longtemps résister à la pression interne et externe contre son régime, c’est qu’il a réussi à réactiver les liens sociaux classiques sur la base desquels son groupement politique « zaâmatique » est fait, tout en obligeant les révoltés à recourir à la force armée pour tenter d’abattre son régime.

Et comme la parenté, le voisinage et le clientélisme peuvent être mobilisés par l’argent et l’usage de la force crue, cela lui a permis, contrairement à ce qui a eu lieu en Tunisie et en Égypte, de confiner le débat politique en Libye dans les dédales du discours tribal et régional, sans donner la moindre chance à l’élite intellectuelle, parlant de liberté, de démocratie et de modernité politique, d’influer sur le cours des évènements. Et c’est aussi ce qui explique pourquoi la « révolution » libyenne semble être l’œuvre de groupuscules armés dont il est difficile de prévoir dans l’avenir le comportement politique envers le Conseil de Transition.

Publié en octobre 2011 dans La Lettre de l’IRMC n°7

 

Mouldi LAHMAR

Professeur de sociologie politique à l’Université de Tunis

 

crédit photographique : © Anis Mili – Reuters

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

De l’évènement à sa sociologie

D’où tu nous a compris ? Tu nous as fermé la bouche et muselés, tu nous as menés à l’échec, tu nous as enserrés, tu nous as censurés / ils t’ont arrêté les hommes du pays, on t’a renié avec la liberté qui court dans nos veines / 23 ans que tu t’imposes à nous, et aujourd’hui ? Assez du clientélisme, assez de dire n’importe quoi…/ je suis Tunisien, je me suis réveillé, ne dis pas « je t’en prie » et ne dis pas que tu nous as compris », Mohamed Ali Ben Jemaa, texte de rap « fhemtkoum » (trad. Stéphanie POUESSEL).

De la culpabilité ressentie dès le 15 janvier (« on a rien vu venir ») aux opportunismes de l’évènement (devenir un spécialiste de la révolution ou de la politique en Tunisie), la recherche, celle qui se perçoit comme un savoir de pointe sur la société, vit ces failles en puissance : « Repenser nos concepts » d’une « recherche ébranlée voire effondrée » alors contrainte à une « rupture épistémologique » suite à la « leçon politique », etc. sont quelques auto flagellations courantes émises durant les nombreux séminaires organisés sur la révolution à Tunis au printemps 2011.

Le bouleversement politique qu’a provoqué la « révolution » n’est-il pas à replacer dans un processus historique et social qui, malgré les émotions qui nous ont laissés sans voix, n’est qu’une étape, aussi importante soit-elle, mais surtout un des possibles du politique. Et l’anthropologie politique, qui a rompu avec une vision structuraliste de la culture au sein de laquelle le changement et l’instabilité apparaissaient comme anomiques, permet une intelligibilité des interstices de l’évènement. Ce n’est pas un hasard si cette posture fut théorisée dans le contexte colonial en fin de vie (Georges Balandier décrit la « situation coloniale » en 1951). Et la colonisation offre à la situation dictatoriale le dénominateur commun qu’est le rapport de soumission, la condition subalterne dirons-nous aujourd’hui.

L’évènement, lui, s’impose comme une rupture d’intelligibilité, un moment où le temps se distant (cf. la nature irréelle des heures du 14 janvier après-midi) et où plus rien ne sera comme avant. Sur le coup, il semble dépasser l’entendement (« on n’y croit pas »), d’où le fleurissement de thèses complotiste, manipulatrice ou uniciste (qui cherche un instigateur, qu’il soit représenté par le général Ben Ammar, le jeune immolé Mohamed Bouazizi, « les Américains » ou autre). Face à cet « incroyable », les sciences sociales ne sont pas le « griot de l’évènement »[1] mais « elles définissent l’événement par la série où il s’inscrit » (Bensa, Fassin, 2002).

Au sein de cette « série », prenons des exemples d’usage linguistique en vigueur en janvier 2011. Expression de la « post-arabisation », l’arabe dialectal dans la sphère publique fait figure d’une tunisianité recouvrée (face à une langue française parfois perçue comme périmée et désinvestie au profit de l’anglais, et un arabe littéraire imposant). Au regard de la mobilisation politique de janvier 2011, les usages des langues ont alors largement battu en brèche la représentation culturaliste de celles-ci : si le chef déchu a échoué dans sa tentative de séduction version populisme que fut son dernier discours en arabe dialectal tunisien (« fehmtkoum »[2]), alors s’effondre l’idée d’une identité intrinsèque aux utilisateurs d’une même langue, aussi dialectale soit-elle, mais surtout de valeurs portées par une langue (ici positives, populaires, authentiques, etc.). De manière identique, l’investissement des langues « étrangères » (anglais, italien, etc.) sur les banderoles des manifestants par exemple des sit-in de la Kasbah ou de l’avenue Bourguiba démontre leur caractère utilitaire et stratégique (pour transmettre un message). Inscription dans un nouvel ordre mondial qui n’est plus un face à- face avec l’ « Occident ». Rédiger des banderoles en anglais ou en italien, vise stratégiquement à toucher un public plus large, en dehors du monde arabophone ou francophone, de la part d’utilisateurs on ne peut plus conscients que le politique se joue, aussi, sur la scène internationale que relaient des médias, alors suivis plus tard ou en simultané via les i-phones.

Au lieu de déceler des spécificités tunisiennes au sens de culture, de traits intrinsèques voire inintelligibles par autrui (islam politique versus appartenance civile[3], un peuple qui a recouvré sa liberté ancestrale), force est de décrire l’action, alors universelle, les « règles du jeu » disait Jean Bazin. Ce dernier ouvrait ainsi la voie à une anthropologie non plus sémiotique (qui cherche à dévoiler un sens caché) mais pragmatique (qui décrit le choix des actions plausibles dans une conjoncture donnée, les « coups » possibles[4]). Il s’agit autrement dit, d’appréhender, pour reprendre les termes d’Alban Bensa, « une universalité à hauteur humaine »[5] et non plus décontextualisée.

Ces réflexions seront poursuivies à l’IRMC dans le cadre d’une journée d’étude intitulée « les ruptures politiques et sociales comme évènements ? Représentations et interprétations des révolutions au prisme des sciences sociales ».

Publié en octobre 2011 dans La Lettre de l’IRMC n°7

 

Stéphanie POUESSEL

Anthropologue, chercheure à l’IRMC

 

crédit photographique : © Stéphanie Pouessel


[1] « L’anthropologue n’est pas le griot de l’événement », Alban Bensa in Alban Bensa et Eric Fassin, « Les sciences sociales face à l’événement », Terrain, numero-38 – Qu’est-ce qu’un événement ? (mars 2002).

[2] Traduction : je vous ai compris. Expression qui fait l’objet de parodies et de boutades, symbole du caractère pathétique de la chute de Zine el Abidine Ben Ali.

[3] À l’instar des réflexions d’Abdelwahab Meddeb : « Le désir de liberté et l’appel à la démocratie ont émané du coeur d’un peuple d’islam informé de la référence occidentale assimilée à un acquis universel dont jouit tout être humain (…) le 14 janvier nous révèle que liberté et démocratie ne sont pas exclusivement assimilables à une genèse chrétienne », Printemps de Tunis, la métamorphose de l’histoire, Tunis, Cérès, 2011, p. 11.

[4] Jean Bazin, « Interpréter ou décrire. Note critique sur la connaissance anthropologique », in J. Revel, N. Wachtel (éd.), Une école pour les sciences sociales, Paris, Le Cerf-Éditions de l’EHESS, 1996.

[5] Alban Bensa, 2010, Après Lévi-Strauss, pour une anthropologie à taille humaine, Paris, Textuel, p. 97.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

De la patrie

Autrefois et de nos jours avec les révoltes que nous avons connues, on parlait de la mort pour la patrie, comme ailleurs pour Dieu. Ces expressions sont devenues suspectes depuis plusieurs décennies. Le XXe siècle fut trop violent, trop contestataire, pétri de déceptions collectives, aussi bien à l’échelle nationale (la déception de l’État issu de l’Indépendance) qu’internationale (les deux grandes guerres) dévoilant ainsi la fragilité qui traverse les mobiles et les élans. Il n’est pas difficile de faire l’histoire du mot patrie.

Dans « sa version moderne », il est né au XVIIIe siècle, avec l’État nation, chargé de l’intention de renvoyer à une entité nette, pure pouvant garder sa charge mobilisatrice intacte. Le mythe fondateur de la patrie moderne, trop imprégné par l’atmosphère de la Révolution de 1789, ne put voir le jour sans toutes les querelles historiques, chargées d’illusions et de passions assassines, et du coup le risque de se tromper d’allié, de chef et de cause fut énorme. La patrie, en intégrant et transcendant le pays, la nation, le peuple, et l’État, en fut la synthèse aseptisée et mystique ; elle est le mot magique qui condense sans se laisser réduire à un seul objet de telle sorte qu’on arrive à l’inculquer comme idéal aux jeunes et aux adultes, à travers quelques symboles : l’hymne national, les légendes des héros nationaux, les martyrs, les programmes scolaires etc. Ce mot, comme celui de Dieu d’ailleurs, fut trop proche des passions et des intérêts si bien que tout le monde prétend s’y identifier. Poètes, historiens et artistes furent les voix vigilantes qui démasquaient les usurpateurs, se réclamant de la pureté patriotique. Artistes et poètes résistèrent à la participation à la Première Guerre mondiale, une guerre choisie par des généraux du XIXe siècle, au moment où la troisième République « bourrait le crâne » des élèves à l’école et des citoyens par les slogans de la mobilisation pour sauver la patrie.

Durant son histoire la notion de patrie s’est épanouie par opposition à celle d’ennemi ou disons de l’Autre. Les manuels scolaires des années 60 en Tunisie, et début 70, entretenaient vaguement le mythe de la patrie, en puisant dans l’épopée de l’Indépendance, trop attachée à la légende de Habib Bourguiba. Cela n’a pas duré longtemps car la jeunesse contestatrice (marxiste etc.) à mis fin à cette patrie. A travers le filtre des idéologies, on l’assimile désormais plutôt à un idéal où l’on parle moins de patrie que de modèle de société au gré des tendances et des références culturelles des uns et des autres. En l’absence d’ennemi, de menace qui engagerait le pays dans un récit d’une durée plus large (comme ça l’était durant la guerre coloniale), la patrie perd ses contours extérieurs, si l’on peut dire. En effet ne sont pas nombreux les moments où les individus dans une société, se posent la question du lien qui les relie à ce Tout (histoire, espace, mémoire, êtres humains etc.) – appelons le patrie ou Tunisie –, et arrêtent de fixer leurs petites biographies pour s’interroger à l’échelle collective. Pendant les guerres et les révolutions, cette masse d’individus, qui en temps de paix, sont des singularités éparpillées dans les reliefs du quotidien, se condense autour d’autres mots plus opaques ou faussement transparents, comme peuple.

Pour nous, le mot patrie, rarissime dans le lexique de notre jeunesse (on utilisait des mots neutres comme le pays, elblèd, ou démythifié comme la société), prenait ses contours, et acquérait sa définition par rapport à notre déception de l’État nation, et notre hostilité à ceux qui nous gouvernaient. L’idée de patrie était loin de nous tenter par le cortège des mythes qui lui étaient associés, on aimait le pays certes mais d’un amour qui n’avait rien de belliqueux, nous étions plutôt soucieux de voir nos idées (liberté, prospérité etc.) devenir une réalité. Elblèd, dans notre esprit participe d’un projet avorté dans le présent plus que de la consistance d’un idéal qui avait un passé et une histoire. Du passé du pays, on garde un désenchantement, né de la déception de l’État d’Indépendance.

D’ailleurs qui avait eu la curiosité durant la période idéologique des années 70 et 80 de remonter plus loin dans le temps, pour lire et réfléchir sur l’histoire de la Tunisie ? Qui avait eu l’idée de se forger à partir d’une autre idée (à travers ses lectures, ses mythes personnels, ses goûts etc.), une nouvelle perception du collectif tunisien ? On se projetait tous dans un ailleurs mi-géographique, mi-historique, mi-réel, mimythique (arabe, occidental, musulman), qui nous cachait ou plutôt qui nous empêchait d’explorer les ramifications d’une certaine généalogie du Nous. En d’autres termes le lien que nous avions avec ce Nous, était quelque peu problématique, une certaine conception figée de l’identité nous empêchait de rechercher dans les symboles et l’épaisseur du passé récent des lieux d’ancrage au « je », il y avait quelque chose qui ressemblait à une rupture à l’intérieur de chacun. L’épopée de l’histoire nationale, était trop sédimentée dans celle du Mouvement National pour susciter la moindre émotion. Le reste de l’histoire de la Tunisie (en dehors du rudiment scolaire frigorifié) était un édifice dont on ignore la matière et les reliefs. À partir de quels repères, quelle matière, quel mythe fondateur se fait la perception du Nous (espace, temps, sol, êtres humains, projets) ? Qu’est-ce que c’est que la Tunisie ? À ces questions : l’air du temps, les effets de génération, les aléas du parcours personnel, les nostalgies, les goûts et les dégoûts de chacun se sont chargés de répondre.

Une chose est sûre, le mot patrie est désuet, inapte à répondre à cet « héritage sentimental ». Le besoin de nommer ce qui fonde le lien aux autres (humains, objets, présent et passé) est urgent, notamment depuis les évènements de janvier. En d’autres termes il y a d’un côté un besoin de réfléchir autrement, de refonder le rapport à Nous, et de l’autre il y a des réponses périmées, parmi lesquelles l’idéologie de la patrie et tout ce qu’elle charrie derrière elle.

Périmée car désormais entre la patrie et moi (ma sensibilité, mon corps), il y a la couche impénétrable que forment le passé patriotique officiel, la langue de bois du discours politique de l’État et de l’opposition et qui nous empêche de voir ce qu’elle nomme et de nommer ce que nous voyons, le mode d’emploi qu’on fait du passé national (légendes, personnages historiques, monuments etc.) et le discours sur l’identité qui se fige dans des plats, des objets, des sites et des chants. Bref entre la patrie et moi il y a l’opacité d’une culture qui crée le malaise et décourage l’élan vers cet extérieur collectif qui s’est érigé comme question inquiétante.

L’abîme ouvert par la chute du pouvoir et la fin d’un temps qui n’a que trop duré, annonce aussi la fin d’une configuration politique et culturelle. Il est trop insuffisant, voire grave, de réduire l’événement à son expression politique immédiate et n’y voir que la masse des choses qui doivent bouger (institutions, constitution etc.). Ben Ali est la part visible de l’iceberg, derrière son régime c’est tout un modèle de société qui a touché à sa fin : nous n’avons pas encore les moyens théoriques (les mots, les réflexes mentaux, etc.), ni le recul nécessaire pour pouvoir nommer ses étapes ou en tirer les conclusions. Notre génération est très démunie pour saisir l’étendue du champ ouvert désormais par ce tournant. À peine pourrions-nous en prévoir l’importance. Ce qui a eu lieu est certes un événement politique de grande importance. Huit mois déjà, après un déluge de discours, nous voilà face à une perception de la réalité dont on sent les impasses. Faute de pouvoir trouver de nouvelles catégories discursives capables de nous faire voir, comprendre l’ampleur de l’abîme ouvert par cet événement, journalistes, juristes et politologues se sont emparés de mots et de notions, qui à force d’être utilisées finissent par opacifier les faits.

Publié en octobre 2011 dans La Lettre de l’IRMC n°7

 

Arbi DRIDI

Chercheur en didactique et en littérature

 

crédit photographique : © Philippe Lemoine – Flickr

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Il faut aller en Tunisie : notes d’un tour dans l’extrême Sud (juillet 2011)

Invité en Tunisie pour participer à une école doctorale organisée par un laboratoire de sciences sociales de l’université de Tunis (Diraset), j’en ai saisi l’occasion pour faire, avec de jeunes collègues, un tour dans le Sud-Est, une région que je connaissais assez bien pour y avoir enquêté dans les années 1970. J’en ai rapporté ces impressions de voyage*. Ce texte écrit à chaud fut envoyé, dès mon retour de Tunisie, à quelques amis. Bien qu’il fut plutôt destiné à un lectorat français, il fut de la sorte transmis à La Presse de Tunisie, qui le publia dans sa livraison du mercredi 10 août, cela au prix de quelques coupes qu’il n’est pas intintéressant d’analyser – voir sur ce point le site de Confluence Méditerranée. Merci à Sonia Ben Meriem, à Mabrouk Jebahi et à Moncef Madhaoui dont les informations et les remarques ont largement nourri ce texte.

Encore une fois, ce voyage a été précédé de nouvelles alarmistes[1]. Mes amis de Tunis m’engagent à la prudence : des classes dangereuses aux coupeurs de route, il n’y a qu’un pas, et on signale des poches d’insécurité dans la région de Sidi Bouzid, épicentre de la révolution démocratique. D’autres vont commenter : il semble que cela arrangerait bien le gouvernement
provisoire, en facilitant un regroupement grégaire autour de la ligne qu’il incarne. Je ne suis pourtant pas descendu au Sud par cette route des steppes : pour aller au Sud-Est, mon objectif, la nouvelle autoroute de la côte nous conduit en quelques heures à Gabès. Et je n’en serai pas rassuré pour autant, car on n’évoque cette région des confins que pour parler des incidents de frontière : les forces Kadhafistes tirent à l’aveugle sur les postes frontière qui accueillent les réfugiés. C’est là aussi que sont établis les camps de migrants qui fuient les combats.

À regarder cela de plus près, on s’aperçoit vite que cet exode est lui-même assez hétéroclite : les grosses cylindrées immatriculées « Jamahiriya » (la « république » libyenne) qui filent nombreuses sur la route, signalent des prébendiers de la rente pétrolière. Ceux-là ne font assurément pas appel à l’aide

publique[2]. Mais nombre de citoyens arrivent sans le sou : le départ a été précipité et,

d’ailleurs, ils n’ont pas même eu le moyen d’opérer un retrait sur leurs comptes bancaires. Ils s’entassent donc dans des camps précaires, ou se dispersent, au mieux des filières possibles, dans les villages.

Voici, près de Béni Kheddache, à 100 km à l’intérieur des terres, dans une villa d’émigrés qui leur est laissée gracieusement, des familles de Nalout, un bourg de djebel libyen proche du poste-frontière de Dhibat, qui ont fui les bombardements de la ville par les forces légalistes – Kadhafi, nous rapporte t-on, rompant pour une fois avec la langue convenue de l’arabisme, a toujours été

hostile aux populations amazigh (« berbère »). Elles se sont adressées à un sieur Nalouti, boucher de son état, installé ici de longue date, sous la garantie de son seul patronyme ; sans être de leur parentèle, il les a dépannées de la sorte.

Pour les nourrir, des sortes de « Restos du coeur » mis en place à leur intention par le Croissant rouge : une boutique pour l’accueil, une autre pour les réserves de provisions. Cela n’est pas sans soulever quelques grognements car, avec le chômage et la sécheresse, bien des familles du coin sont dans une précarité égale. Accueil généreux sans doute, mais on connaît les règles non écrites de l’hospitalité bédouine : au bout de trois jours, la politesse est de décamper. Or la situation s’éternise.

C’est là le seul accroc que j’ai trouvé à un discours politique de solidarité qui règne dans la presse. Pourtant, je crois savoir que nombre de Tunisiens ont connu l’arrogance de ces trop riches voisins, auprès de qui ils ont subi l’exploitation du travail précaire, les expulsions massives aux moindres sautes d’humeur du « bouillant colonel ». Lors de l’exode qui a suivi le déclenchement de la guerre civile, ils ont été systématiquement rançonnés, dépouillés parfois pour passer la frontière – mais cela est imputé aux milices du dictateur, des mercenaires venus de l’ex-Yougoslavie ou du Tchad : pour l’heure, avec les frères libyens, le ressentiment n’est pas de mise.

Manifestement, les Tunisiens ne profitent pas de ce retournement de situation pour damer leur pion à ces parvenus assez grossiers qu’ils ont eu à subir, pendant des décennies, touristes du troisième type qui venaient se saouler outrageusement à la frontière, avant de filer à la capitale pour chercher des filles – la Tunisie est un des rares pays arabes où les bordels restent légaux : curieux contraste avec le statut légal fait au femmes dans ce pays « progressiste »[3]. Rappelons, en passant : les prostituées avaient inscrit sur la rubrique « profession » de leurs cartes d’identité, « fonctionnaire du ministère de l’Intérieur ». Sont-elles appelées à disparaître dans la nature, comme ces policiers de tous corps qui pullulaient sur les routes et les ronds points des moindres bourgades ?

Car c’est un fait : la plupart des uniformes ont été remisés – pas les traitements afférents cependant[4] – et le « prestige » qui y était associé en a pris un coup. L’insécurité ? Je ne me suis pas risqué jusqu’aux limites incertaines du pays mais, sur cette route qui y conduit, il ne m’est rien arrivé de fâcheux. Alors, la sécurité ne tiendrait pas à la peur du gendarme ? Intéressante question philosophique. Sans doute y a-t-il là quelque licence.

Car cette zone frontière, comme c’est la règle, est un lieu d’intenses échanges. Comme par le passé, profitant des écarts de prix avec la Libye, de petits revendeurs d’essence et de gasoil s’égrènent sur toute la route. Des navettes s’organisent même, dit-on, avec une intensité renouvelée[5]. Après les événements, la monnaie libyenne a perdu les deux-tiers de sa valeur et des changeurs artisanaux, faisant battre des liasses de billets, s’affichent sans vergogne derrière une pancarte sarf (« change »). On est là sur un marché international.

J’avais connu dans le temps les souks des chefs-lieux de gouvernorats, Médenine et Tataouine, comme de simples marchés ruraux périodiques. Avec les contrebandes diverses, et la déferlante des produits asiatiques, j’avais même vu se mettre en place à Médenine ce que l’on appelait déjà le « souk el-Kadhafi ». Aujourd’hui, ces villes sont de grands bazars, avec le jeu des rôles et des procédures d’échange dont l’anthropologue Clifford Geertz a su faire un modèle économique[6]. L’espace s’y organise en quartiers, avec les marchés aux légumes, aux épiceries, aux vêtements, aux bimbeloteries matrimoniales. Cela fonctionne comme une ruche : chacun est à son affaire sans paraître s’occuper des autres, et pourtant un ordre bourdonnant règne.

Oubliés les bédouins venus monnayer leur maigre production, stationnant, avec une résignation toute orientale, avant de s’en retourner paisiblement dans leur village ou leur campement. On est passé à la fameuse économie « capitalistique » de Rodinson[7] : le négoce règne ici avec un spectaculaire dynamisme. La proximité du mois de ramadan et l’attrait du marché noir libyen créent même des pénuries : le sucre se fait rare ou hors de prix ; la farine manque et, dans un pays qui fournit des boulangers jusqu’en France[8], on ne trouve fréquemment plus de pain… Mais chacun s’affaire et fait diligence, avec une bonhommie manifeste. Les acheteurs pullulent de tous horizons et, du coup, les commerces prospèrent. Un ordre tyrannique (et pillard) a fait place à un ordre immanent, plus juste.

Malgré les tensions, l’étranger que je suis n’a été l’objet d’aucun geste d’animosité. C’est même tout le contraire : chaque contact impromptu était là pour redire des mots de bienvenue. Est-ce parce que le touriste se fait rare ? Les populations de migrants du soleil à petit prix constituent un composé organique hautement volatil ; et la révolution a détourné ces nuées comme les oiseaux de Daudet dans le célèbre chapitre d’ouverture de Tartarin de Tarascon. Avec les événements, un des plus gros secteurs économiques du pays est en apnée. Alors, vais-je assister à des séances de chasseurs de casquettes ? Un peu, mais pas complètement quand même.

On n’est pas ici dans ce système de marinas bétonnées de la côte sahélienne, ou même sur la barre de sable au Nord de l’île de Djerba, où des voyagistes à grande échelle déversaient des populations nordiques venues bronzer comme des poulets en batterie. Le tourisme saharien est l’affaire de petits groupes, processions de 4×4 conduites pas des guides déguisés en Lawrence d’Arabie. Ces visiteurs pressés constituaient pourtant une aubaine marginale pour une population habituée à vivre de tant d’autres choses : de l’agriculture toujours, mais surtout d’une émigration massive vers le Nord ou, encore, vers la Libye – toujours elle – et, bien sûr, du négoce et de ses à-côtés.

Pour répondre à la demande de ces randonneurs motorisés, les locaux ont pourtant cherché à mettre en place des gîtes d’étapes : chambres d’hôtes, ksours aménagés, petite hôtellerie. Ils ont fait des investissements, coûteux certes, mais pas ruineux, tant ils sont encadrés pas les ressources d’une économie modeste.

Sur ce terrain, et dès avant la chute du dictateur tunisien, le secteur associatif avait pointé son nez. Dans un magnifique village berbère sur la montagne, le plus au sud de la zone urbanisée, Douiret, une association pour la sauvegarde et la protection de l’environnement avait même su drainer quelques subventions – l’environnement était l’un des alibis du régime face au bailleurs de fonds internationaux – vers une activité communautaire. On pourrait bien voir pointer là, mais à petite échelle, les prémices d’un « réveil » berbère, comme il y en a eu ailleurs au Maghreb. Tout un quartier du vieux village troglodyte, récemment abandonné, a été reconverti ainsi partiellement en chambres d’accueil. À côté, c’est un privé, tout aussi local, qui propose la même offre. Des efforts pour mettre en valeur les promenades que la localité pourrait proposer à ces passagers furtifs, soucieux quand même de quelques conforts quotidiens : des draps propres, des sanitaires, une restauration à la fraîche.

Même effort d’hôtellerie vernaculaire dans un village voisin, Chenini, qui abrite une célèbre mosquée des « Sept dormants », mythe coranique[9], qui résumerait en métaphore la vie de tout ce pays : réfugiés dans une grotte de la montagne, les saints auraient continué de grandir lors d’un sommeil séculaire. Le problème, en effet, c’est que, avec la crise, les touristes ne sont plus au rendez-vous. Douloureux de voir tant d’énergie dépensée pour ménager quelque regain à une vie locale en situation précaire.

Partout ailleurs, chez nous du moins, on verrait les investisseurs baisser les bras, en appeler à l’État providence, ou exiger de se voir classé secteur sinistré. Mais nous sommes au Sahara et, dans la région, on sait qu’une année ne suit pas l’autre avec une logique de croissance prévisible. Chacun a vu du bétail mourir de soif, les fruits de labours sécher sur pied à cause des vents chauds de printemps (on se souvient aussi des sauterelles), les eldorados qui apportaient la manne de l’émigration se fermer brutalement. Face à ces fluctuations, il s’agit de s’accrocher, et c’est ce que font de petits groupes gentilices sur un sol difficile. C’est bien à cette patience tenace que l’on doit de trouver encore des habitants dans un pays qui serait, sous des climats moins extrêmes, rendu au désert. On sait que cela tient à des ressources plus sociologiques qu’économiques : ce mixte peu rationnel que l’on appelle « économie domestique ».

Alors la Révolution ? Au Nord, on a incendié des commissariats, des officines politiques, des supermarchés – notamment une chaîne des magasins repérée comme une prébende des Trabelsi, les parents trop gourmands de la présidente. Au Sud, que brûler sans se démolir soi-même ? Sans doute quand même peinturlurer les coûteux monuments à la gloire du « changement » du 7 novembre.

Les responsables politiques locaux, délégués et gouverneurs, ont été déménagés, parfois plusieurs fois. Les imams des mosquées qui devaient dire la prière selon les directives présidentielles ont été permutés. Les cellules du RCD, l’ex-parti au pouvoir, ont été désactivées, sans que leurs membres soient vraiment pourchassés : eux aussi sont du coin. La politique, la vraie, reprend pourtant ses doits, avec les officines de Nahdha, le mouvement islamique qui occupe méthodiquement le terrain jusqu’aux villages les plus écartés. Celles des conservateurs modérés du Parti Démocrate Progressiste (PDP) ne sont jamais très loin.

Je serai curieux de voir ce qui sortira des urnes, le 23 octobre prochain, suite à la grande dissémination des partis – une centaine à ce jour. Mais ce qui m’est apparu dans ce Sud profond, c’est la persistance anthropologique d’un pragmatisme bédouin, une population réputée aussi pour son agnosticisme, et qui consiste cette fois à ne pas se laisser saouler par les illusions de la politique théorique[10]. C’est la patience, à peine irritée, qui prédomine. Ces gens-là ont toujours été sensibles à l’injustice, mais ils savent aussi qu’il n’y a pas de miracle à attendre du pouvoir. Ils savent surtout que le vrai ressort de ce pays est ailleurs : dans la capacité à se maintenir ensemble sur un sol inhospitalier.

Il faut aller en Tunisie : c’est intéressant, c’est intelligent, c’est sympathique, et ça ne peut pas leur faire de mal.

Publié en octobre 2011 dans La Lettre de l’IRMC n°7

 

François POUILLON

Anthropologue, Directeur d’études à l’EHESS (Paris)

 

crédit photographique : © Joël Saget-AFP ; CICR ; TAP


[1] Cf. “Tunisie : considérations inactuelles”, La Lettre de l’EHESS, n° 42, mai 2011.

[2] À Djerba, des hôtels entiers, dit-on, accueillent ces riches réfugiés.

[3]Les islamistes ne manquent pas de souligner que la polygamie constitue un rempart contre la débauche… Ici non plus, rien n’est simple : la protection de la femme divorcée reste assez formelle, car hors du soutien de la famille, femme divorcée et prostituée c’est, de fait, un peu la même chose.

[4]L’augmentation des traitements des policiers a été une des premières mesures du gouvernement Caïd Essebsi : elle fut présentée à l’opinion comme un moyen d’assurer l’ordre et la sécurité pendant la période de transition.

[5]Le passeport est redevenu nécessaire pour passer la frontière, mais les régionaux bénéficient d’une solide expérience de la contrebande.

[6]Clifford Geertz, Le souk de Sefrou, Paris, Bouchène, 2003 [1ère éd. 1979] (Présentation de Daniel Cefaï).

[7]Maxime Rodinson, Islam et capitalisme, Paris, Seuil, 1966.

[8]Les gens du djebel Matmata y auraient une sorte de monopole.

[9]Sourate XVIII, « La Caverne », versets 9-26. Le récit figure aussi dans la Légende dorée. Louis Massignon avait aimé ce récit syncrétique, « trait d’union entre l’Islam et la Chrétienté » (Ecrits mémorables, Laffont, 2009, t. 1, pp. 290-335) dont il s’était attaché à trouver une résurgence en Bretagne.

[10]Le problème pourrait être plus large. Avec la désaffection qui a frappé durablement la vie politique, un tiers seulement des électeurs potentiels se sont inscrits à ce jour sur les listes et il a fallu repousser les délais d’inscription.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Réinventer la démocratie

« Si nous ne trouvons pas le chemin, nous allons l’inventer ».

Hannibal

 

La démocratie à l’occidentale n’est qu’un modèle parmi d’autres constructions de l’esprit humain. Remettre en question ce modèle ne doit pas être un tabou n’en déplaise à l’empire.

Amartya Sen, prix Nobel d’économie, a montré que la démocratie peut jouer le rôle de moteur pour le développement. Mais encore faut-il que ce développement ne soit pas inégalitaire. Dans un article publié sur le site du New York Times sous le titre « When Wealth Breeds Rage » (quand la richesse produit la rage), John Githongo[1] fait remarquer que les pauvres des pays africains, dont la Tunisie, sont agressés quotidiennement par les symboles imposants de l’inégalité : des malls clinquants pleins de produits de design et de babioles dont le prix est dix fois celui du salaire minimum. Le ressentiment de la jeunesse est exacerbé par les outils de l’ère de l’information – Facebook, Twitter, le Web – qui leur rappellent qu’ils sont interdits de s’abreuver aux sources des nouveaux riches d’autant qu’ils sont sans emploi. Pour l’auteur, l’inégalité est plus explosive que la pauvreté car elle est plus facilement « politisable, ethnicisable et militarisable » surtout lorsque les institutions de régulation sont faibles. En effet la croissance associée à l’inégalité donne une visibilité à « l’ennemi » qui est désormais reconnu dans la classe qui a bénéficié de façon disproportionnée des richesses en profitant de sa collusion avec le pouvoir. Cette analyse est soutenue par un argument de taille. « Ce n’est pas un hasard, écrit Githongo, que cinq pays arabes dont la Tunisie, l’Algérie et le Maroc, sont parmi les dix premiers dans le classement du rapport des Nations Unis sur les progrès en matière de développement humain ». Cela dénote qu’un pays qui progresse en matière de santé, d’éducation et d’infrastructure, mais dont la gouvernance en matière de libertés, de leadership, de satisfaction de la demande des jeunes et de réduction des inégalités, reste médiocre, court le risque de voir son système exploser. Cela a été le cas de la Tunisie, l’Égypte, le Bahreïn, le Yémen, la Libye, la Syrie, en plus d’autres mouvements observés dans d’autres pays comme le Maroc, l’Algérie…

Lorsque la marginalisation et les inégalités flagrantes s’installent, la démocratie formelle ne peut y mettre fin. José Saramago, prix Nobel de littérature, lançait une critique vive du fonctionnement du système démocratique actuel : « Les autorités politiques ont intérêt à détourner notre attention de la contradiction au cœur du processus électoral, entre le choix politique tel que représenté par le vote et l’abdication de la responsabilité civile. Au moment où le bulletin de vote est plongé dans la boîte, l’électeur transfère à d’autres mains le pouvoir politique qu’il possédait en tant que membre de la communauté de citoyens, et il ne reçoit rien en échange à part les promesses faites durant la campagne électorale »[2].

Il paraît que pour Aristote, toute forme de gouvernement est susceptible de corruption et la démocratie serait la forme corrompue de la république. Comment alors gouverner en évitant la dictature d’un seul homme ou d’une majorité[3] ainsi que la corruption ?

Ce qui importe aujourd’hui pour la Tunisie d’après la révolution, c’est l’institution de valeurs qui soutiennent une bonne gouvernance respectueuse des droits de l’homme quels que soient les résultats des élections. Il y a nécessité d’un minimum garanti de valeurs à respecter par tout candidat aux élections de l’assemblée constituante. Néanmoins l’engagement des partis envers des valeurs consensuelles n’est durable que s’il trouve son répondant dans la société. C’est pourquoi l’instauration d’une démocratie fondée sur les valeurs et non les intérêts partisans est un projet à long terme. Elle ne peut se réaliser sans un travail pédagogique fait de débats et d’information honnête qui rompt avec celle manipulatoire qui a sévi dans le pays des années durant. Les débats ne devraient pas être non plus synonymes d’agitation populaire et de simulacre démocratique sans effets palpables sur les choix politiques déterminants de l’avenir du pays.

Dans un contexte démocratique – au sens où la liberté d’expression est permise – les débats honnêtement conduits, favorisent un diagnostic impartial des situations et la formation de consensus sur les actions à entreprendre et, par voie de conséquence, une vision de l’avenir partagée par le plus grand nombre. Cela ne peut se faire sans un leadership de proximité en plus de celui national. Et ce sont justement les débats qui vont permettre l’émergence de ces leaders. Leur passage à l’action permettra d’apprécier s’ils sont portés par l’intérêt collectif ou par la soif de pouvoir, s’ils sont pragmatiques et efficaces ou s’ils sont prisonniers d’une idéologie sectaire qui pousse au rejet agressif de toute opinion qui sort de ses cadres.

Si on admet que la démocratie est d’abord une attitude et un comportement, il apparaît clairement que l’exercice doit commencer au niveau des structures de base locales. L’institution d’une démocratie locale fera le lit d’un système démocratique à l’échelle nationale. C’est lorsque le citoyen

aura expérimenté concrètement la confrontation avec les opinions différentes, qu’il aura compris que l’acceptation de la différence est la condition sine qua non du vivre ensemble, qu’il aura pratiqué la liberté d’expression sans être exclu pour autant, qu’il aura pris part à la réalisation d’objectifs partagés dans le respect des lois, c’est alors qu’il sera plus à même de saisir le sens de la démocratie à l’échelle nationale et de se soucier des diversions par rapport à ses principes fondamentaux d’égalité et d’équité. Ce sera un apprentissage de longue haleine qui exigera beaucoup de pédagogie et de patience. Mais sans cela, sous prétexte de démocratie, on ne récoltera que des vœux pieux aisément contournables par les acrobaties et l’hypocrisie politiques. Ceci dans le meilleur des cas, le pire étant la résurgence d’une nouvelle dictature.

Et si au lieu d’une dictature, on peut espérer que la Tunisie qui a vu éclore la première révolution du XXIe siècle, pourra jeter les bases d’un nouveau modèle démocratique plus juste, plus englobant des différentes composantes de la société et plus équitable dans la répartition des richesses par le fait des acteurs sociaux et non d’un quelconque « Big Brother ». D’aucuns rétorqueront que cela est utopique. Mais l’utopie a cet avantage de remettre à plat les idées reçues, ce qui la rend porteuse de changement. Osons espérer que de la révolution du 14 janvier, la plus pacifique du monde si l’on considère le nombre de victimes qu’elle a occasionnées, pourrait naître une démocratie qui n’est pas une « forme corrompue de la république ».

À cet égard, un signe positif peut être déjà relevé à savoir l’éclosion d’un élan collectif de création d’associations[4]. Le tissu associatif peut servir d’outil pour aider les citoyens à prendre conscience de leurs droits, contribuer à la réduction des différences entre riches et pauvres, milieu rural et milieu urbain, hommes et femmes et assurer le contrôle de la gouvernance des institutions qu’elles soient politiques, administratives ou économiques. Plus que jamais, la démocratie rime avec la bonne gouvernance et celle-ci n’est durable qu’en présence d’un contrôle social assurant la redevabilité des gouvernants. De même pour construire une société démocratique il faudra rompre avec l’idée d’État providence et stimuler des synergies entre les structures de la société civile et celles de l’État (locales, régionales et nationales). Cela implique la prise de conscience chez le plus grand nombre qu’il existe des chances pour peser sur les décisions, de participer activement à la vie publique en agissant, en s’exprimant et en critiquant. En revanche, la participation a pour corollaire la responsabilisation. Si les citoyens participent à la gestion de leurs affaires, ils devront assumer le partage des responsabilités, leur redevabilité au même titre que celles des commis de l’État. En échange, ils auront quitté la condition d’individus passifs, victimes des choix politiques pris en leur nom, et se retrouveront au cœur de l’action et de l’initiative. Alors les citoyens quitteront le statut de sujets pour celui d’acteurs responsables de l’édification d’un système démocratique réel qui ne s’arrête pas au vote partisan.

Publié en octobre 2011 dans La Lettre de l’IRMC n°7

 

Riadh Chaabouni ZGHAL

Professeur émérite en Sciences de Gestion, ancienne doyenne de la Faculté des Sciences Économiques et de Gestion de Sfax

 

crédit photographique : © Maher Tekaya ; Martin Bureau-AFP


[1] Président de l’Institut Africain pour le gouvernement avec intégrité et président de Inuka Kenua Trust.

[2] José Saramago “THE LEAST BAD SYSTEM IS IN NEED OF CHANGE. Reinventing democracy”, Le Monde Diplomatique, English Edition August 2004.

[3] Sur les risques de dictature de la majorité cf. J.S. Mill (1909) On Liberty, “Harvard Classics” Volume 25, published in 1909 by P. F. Collier & Son (version électronique). On lit dans l’introduction : “« The tyranny of the majority » is now generally included among the evils against which society requires to be on its guard.”

[4] Le nombre d’associations en janvier 2011 était de 9600, le 30 mars, à peine deux mois et demi après le 14 janvier, le ministère de l’intérieur fait état du dépôt de 81 déclarations de constitution d’associations.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

La pensée de Georges Balandier : héritages et empreintes maghrébines

« Aucune société n’échappe à la nécessité de se produire elle-même sans répit, sous la contrainte de sa propre imperfection et de l’évènement ». Georges Balandier (Conjugaisons, 238).

L’IRMC a organisé le 4 mai 2011, depuis la faculté des sciences humaines et sociales de Tunis, en partenariat avec le laboratoire Diraset, l’Association tunisienne d’anthropologie sociale et culturelle (ATASC) et l’université virtuelle de Tunis, une visioconférence avec Georges Balandier précédée des interventions de Jean-Loup Amselle, Lilia Ben Salem, Kmar Bendana, Noureddine Amara et Stéphanie Pouessel. Si ce n’est des descriptions de Sidi Bou Saïd et de Tunis dans Histoire d’Autres (Paris, Stock, 1977) que nous a rappelées Kmar Bendana lors de cette journée, Georges Balandier[1] n’est pas un spécialiste du Maghreb. Pourtant, contemporain de Geertz, Bourdieu et Gellner[2], l’approche du social qu’il aiguisa en Afrique de l’ouest diffère de ses « congénères » et offre aux sociétés maghrébines des horizons trop peu explorés.

Sur la scène de l’anthropologie tunisienne, Clifford Geertz et Claude Levi-Strauss ont retenu l’attention lors de journées organisées autour de leurs œuvres (respectivement en 2007 et 2010). Bien qu’à l’opposé l’un de l’autre, ils représentent une anthropologie structurale et symbolique qui ne laisse que peu de place à l’action, à l’évènement et aux interstices de l’histoire. Envers eux, Georges Balandier « dynamite » la discipline anthropologique dans les années 50-60 en ouvrant les sociétés colonisés à l’histoire, nous a rappelé Jean- Loup Amselle dans son intervention. Si la recherche « maghrébisante » est davantage marquée par le structuralisme, le culturalisme voire l’herméneutique (comme les travaux de Geertz au Maroc), l’anthropologie critique et dynamiste issue de la pensée balandienne invite à être attentif aux processus plus qu’aux structures, à l’historicité plus qu’aux identités et aux actions plus qu’au sens.

Partager une visioconférence avec Georges Balandier a représenté pour lui un « retour » en Tunisie, aussi virtuel soit-il. « Retour » pour ce professeur qui collaborait dans les années 1960 à la construction de la sociologie en tant que discipline universitaire en Tunisie, et fut dans ce cadre le directeur de thèse de nombreux doctorants, à l’instar de Lilia Ben Salem. Et de son amitié avec Abdelwahab Bouhdiba naîtra la traduction en arabe d’un de ses ouvrages : Civilisés dit-on[3]. Mais depuis le durcissement du régime, il avait refusé toutes les invitations officielles, opposé à servir de « caution démocratique » à une Tunisie qui ne l’était pas.

Lors de la visioconférence, interrogé par le public sur la révolution tunisienne, Georges Balandier a insisté sur l’universel de l’idée de démocratie. Comparant les rapports de force respectifs qui s’exercent au sein d’une dictature et au sein du régime colonial, Balandier reconnaît le dénominateur commun de la soumission du peuple mais précise que la dictature est le résultat de la main mise d’une famille. À propos de la démarche anthropologique, il précise qu’elle permet d’étudier les « autres modernités émergentes » et de rendre ainsi à chacun son initiative.

Des interventions de sociologue, anthropologues et historiens ont voulu rendre hommage à l’anthropologue qui s’était proclamé sociologue de l’Afrique afin de rompre avec la vision traditionnalisante que l’ethnologie accolait à la dite Afrique. Lilia Ben Salem en a retracé le parcours et les usages de la sociologie et de l’anthropologie. Jean-Loup Amselle évoqua son propre choix de suivre l’école de Balandier, plutôt que celle de Levi-Strauss, suite à l’expérience du « terrain » qui lui en a confirmé la pertinence. Il récuse le fait que l’historicité des sociétés africaines n’advienne qu’avec la colonisation en dépit d’une histoire « pré-coloniale » négligée, notamment à travers l’islam, ce « miroir arabo-musulman » pour l’Afrique noire (présent au Sud Sahara dès le Xe siècle) ou encore la traite esclavagiste (XVe), lesquels constituaient déjà des phénomènes mondialisants.

Concernant les empreintes possibles de la pensée balandienne au «Maghreb », Kmar Bendana souligna qu’en tant qu’historienne de la Tunisie contemporaine, elle conçoit l’expérience d’un sociologue de l’Afrique colonisée puis postcoloniale comme des clés pour lire la « révolution » tunisienne.

Stéphanie Pouessel évoqua les frontières que la pensée de Balandier lui a permis de franchir au sein d’une recherche anthropologique au Maghreb marquée par un héritage orientaliste qui a notamment scindé une Afrique au sein de laquelle, au Maghreb, les études berbères ou de l’ « africanité » constituent un entre-deux hors case. Enfin, Noureddine Amara questionna la pertinence du paradigme balandien de « situation coloniale » à l’aune du cas algérien. Il propose de dépasser l’analyse de la société colonisée comme simple projection de la République en Algérie. L’approche en termes de « situations coloniales » permet-elle ce dépassement ? Comment rendre compte de la diversité des expériences sociales qui se nouent en situation coloniale mais aussi à sa marge ? Comment signifier ces interactions nées en situation coloniale : la somme de ces interactions forme-t-elle une totalité ou ne sont-elles qu’une mesure de la société colonisée ?

Grâce au soutien technique de l’Université Virtuelle de Tunis qui a filmé l’évènement, la rencontre dans sa totalité est visualisable en ligne

Publié en octobre 2011 dans La Lettre de l’IRMC n°7

 

Stéphanie Pouessel

 

crédit photographique : © AFP


[1] Fondateur du centre d’études africaines (EHESS), Georges Balandier est aujourd’hui professeur émérite de l’université Paris 5-Descartes.

[2] Cf. Addi Lahouari (dir.), L’anthropologie du Maghreb selon Berque, Bourdieu, Geertz et Gellner, Awal Ibis Press, 2004.

[3] Moutahadiroun, naqoul (Civilisés dit-on, PUF, 2003), Beyt El-Hikma, 2004.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Mouvements sociaux en ligne, cyber activisme et nouvelles formes d’expression en Méditerranée

Deuxième rencontre du programme de recherche de l’IRMC – TUNIS – 24 et 25 juin 2011

La deuxième rencontre du programme de recherche de l’IRMC : « Communication virtuelle par l’Internet et transformations des liens sociaux et des identités en Méditerranée » sur le thème Mouvements sociaux en ligne, cyber activisme et nouvelles formes d’expression en Méditerranée, a été organisée à Sidi Bou Saïd (Tunis), les 24 et 25 juin 2011 avec le soutien du Ministère français des Affaires étrangères et de l’Agence universitaire de la francophonie (AUF). Elle a réuni une vingtaine de chercheurs appartenant à des aires géographiques différentes (la France, la Belgique, l’Algérie, la Tunisie, le Maroc, le Canada, l’Espagne et l’Italie) et à des champs disciplinaires divers (la sociologie, l’anthropologie, la psychologie, les sciences de l’information et de la communication, les sciences culturelles et les sciences politiques).

L’IRMC a placé la question des NTIC (nouvelles technologies de l’information et de la communication) au centre de ses intérêts depuis 2000 avec la mise en place de programmes de recherche sur les économies numériques et l’institutionnalisation des NTIC dans la mondialisation. Il privilégie depuis une perspective plus sensible aux pratiques sociales et aux usages des médias de l’information et de la communication, en s’intéressant aux logiques et aux stratégies des différents acteurs sociaux. Cette réflexion s’inscrit dans une mise en réseau avec d’autres institutions universitaires et de recherche, au Maghreb, en Méditerranée et en Europe ainsi qu’au Canada, dans le cadre d’un projet CNRS de GDRI (Groupement de Recherche International) sur : « Communication, médias et identités en Méditerranée. Nouveaux supports, nouvelles pratiques ».

Les questions abordées sont parties de plusieurs constats qui caractérisent la mondialisation et s’appliquent particulièrement aux mouvements contestataires qui ont marqué la Tunisie et l’Égypte, puis le Maroc, la Lybie et l’Algérie. Le premier est que l’Internet, avec sa panoplie de réseaux sociaux, et notamment sa blogosphère, ouvre des espaces légitimes de participation, de revendications ou de protestations. Le second est que les cyber-citoyens parviennent ainsi, en relais des médias, à orienter à distance l’opinion publique et à agir sur la réalité sociale. Le troisième est qu’il en ressort de nouvelles formes d’engagement politique, produisant un nouvel espace public d’expression et de participation au quotidien. Plusieurs résultats ont pu être formulés :

1. Les révolutions et les mouvements contestataires qu’ont connus les pays du Maghreb et du monde arabe portent l’empreinte des NTIC et des réseaux sociaux (par le Net agora, le cyber agora) qui ont favorisé l’élargissement de la sphère publique à la « rue » qui s’est imposée comme un espace d’expérimentation et de reconfiguration du politique auparavant maîtrisé par les seuls régimes en place.

2. L’Internet est apparu comme un espace alternatif ayant favorisé la politisation des jeunes. En ce sens, la censure exercée par les régimes totalitaires a été présentée comme étant l’un des aspects essentiels qui ont largement contribué à la politisation des jeunes internautes (à l’intérieur et à l’extérieur des pays concernés) et au renforcement des mouvements protestataires, certes investis par les jeunes mais toutefois non exclusifs à leur classe d’âge.

3. L’usage des outils informatiques permet aux acteurs sociaux d’accéder à un nouvel espace de liberté d’expression et d’agir en tant que sujet et non plus assujetti. Ainsi l’accent a été mis, à partir de ces dispositifs d’information et de communication, sur le processus de construction de nouveaux univers publics favorisant l’émergence d‘un pouvoir citoyen (empowerment).

4. Tout en admettant que l’Internet (via Facebook ou Twitter) n’est pas le fondateur de la révolution tunisienne et des mouvements sociaux qui traversent le monde arabe, les participants ont toutefois reconnu son rôle de facilitateur et « d’instrument ». Son usage s’est avéré celui d’un nouvel outil pour la mobilisation sociale, correspondant à des formes encore inédites, de revendication, de participation des sociétés civiles, voire de militantisme.

5. Les mouvements sociaux en ligne ont constitué un point de jonction entre le local et le global. En effet, les NTIC permettent aux cyber activistes d’accéder à des réseaux transnationaux de militants et de placer les questions et les revendications locales dans un contexte global et international d’information, d’interpellation et de soutien à leurs mouvements.

Cette manifestation conforte l’IRMC dans ses objectifs de traiter des questions d’actualité qui interpellent les chercheurs en SHS, suite aux mutations politiques et sociales qui touchent la région méditerranéenne et le monde arabe. Outre la richesse des réflexions ci-dessus résumées, cette rencontre a permis d’initier une première mise en réseau de chercheurs méditerranéens appartenant à des disciplines diverses et à des générations différentes autour des questions relatives aux mouvements sociaux en ligne, aux révoltes numériques et au cyber activisme. Une publication des actes et des débats prévue pour 2012, viendra concrétiser cette initiative.

Publié en octobre 2011 dans La Lettre de l’IRMC n°7

 

Sihem NAJAR

 

crédit d’illustration : © IRMC ; Khalid Albaih

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook