Archives de catégorie : Libye

Négocier pour sécuriser les approvisionnements énergétiques : la naissance de la diplomatie économique au Maghreb dès 1956

photo de sarah Adjel
Photographie de l’auteure. D.R.

La « diplomatie de l’énergie » au service de la sécurité énergétique et nationale des États

Cette recherche s’intéresse au rapport entre ressources en hydrocarbures et relations internationales dans le champ des échanges euro-maghrébins depuis 1956 ; date à laquelle les pays d’Afrique du Nord, révèlent leur potentiel énergétique.

Le pétrole est une marchandise mondialisée, parfois considérée comme le « Graal du XXe siècle »[1], qui a façonné les politiques étrangères et sécuritaires depuis des décennies. La quête de « l’Or noir » est apparue comme un enjeu de sécurité nationale dès la Première Guerre mondiale[2]. L’augmentation constante de la consommation énergétique a engendré une série de crises internationales pour le contrôle des produits pétroliers découverts au Maghreb et au Moyen-Orient. Au Maghreb, la découverte du pétrole en Algérie coloniale dès 1956 a fait de la France une puissance énergétique. Cette découverte intervient à point nommé pour la France, mais également l’Europe, alors qu’au même moment la Crise de Suez est venue bouleverser la pérennité de l’acheminement des produits stratégiques venus du Moyen-Orient. Rapidement, les sociétés nationales, telles que la Compagnie française des pétroles, ont été investies d’une mission publique qui a consisté à procurer à l’État et à la collectivité, le contrôle stratégique de l’approvisionnement en hydrocarbures[3]. Dès lors, la sécurisation des approvisionnements en provenance de l’Algérie – alors en pleine lutte pour son indépendance – puis du Royaume de Libye, apparait au cœur des préoccupations géopolitiques[4].

En effet, des tensions sont apparues entre les pays industrialisés et les pays producteurs de pétrole regroupés au sein de l’OPEP dès 1960 alors que ces derniers tentaient de tirer parti de leur richesse pétrolière pour s’imposer sur la scène politique mondiale. Ces tensions ont atteint leur paroxysme au cours des années 1970, lors des chocs pétroliers et des nationalisations, lorsque les pays producteurs ont fait la démonstration que le pétrole pouvait être une arme politique majeure[5]. Ces évènements vont bouleverser les stratégies des Majors et de manière générale des pays importateurs d’hydrocarbures. La sécurisation des approvisionnements en gaz naturel, autre énergie fossile stratégique, a aussi été source de vives tensions entre les États. Par sécurisation, nous entendons l’anticipation de tout obstacle – qu’il soit politique, diplomatique ou géographique – à la production et à l’approvisionnement des ressources énergétiques ; l’objectif étant in fine de protéger l’État importateur contre toute défaillance physique des approvisionnements[6].

Réunion de l’OPEP, 1973 © opec.org
Réunion de l’OPEP, 1973 © opec.org

C’est un ensemble de méthodes para-diplomatiques qui a permis aux pays consommateurs de ne jamais souffrir de pénurie de pétrole, en dehors de périodes très limitées telles que les périodes de guerre ou de choc pétrolier[7]. Chacun des acteurs de ce « grand jeu » de l’énergie, a fait des oléoducs et des gazoducs qui exportent leurs hydrocarbures ou traversent leur territoire, des instruments de pouvoir politique et économique. La « diplomatie des ressources » est donc devenue une nouvelle stratégie des États. L’internationalisation des échanges et l’accélération des flux de transnationaux a vu émerger de nouveaux acteurs et de nouvelles stratégies également sur la scène des relations euro-maghrébines.

L’Afrique du Nord, n’a pas échappé aux convoitises des pétroliers et des États à forte croissance énergétique. Si les besoins énergétiques européens dépendent principalement du Moyen-Orient, l’Algérie et la Libye, occupent une place stratégique pour l’Europe du fait de leur proximité géographique et de l’excellente qualité de pétroles bruts. Ces pays exportent également du gaz naturel mais c’est l’Algérie qui apparaît comme l’acteur majeur de la scène gazière dans la région. Les hydrocarbures nord-africains n’ont que la Méditerranée à franchir pour atteindre la France, l’Italie, l’Espagne ou la Grèce.

Outre la configuration géographique, les liens historiques entre la France et l’Algérie d’une part, l’Italie et la Libye d’autre part, ont joué un rôle important dans le développement de l’industrie pétro-gazière. Enfin, le plus souvent pour se démarquer de la tutelle de l’ancien colonisateur, les pays d’Afrique du Nord ont cherché un nouvel environnement diplomatique et économique, avec la mise place de nouvelles relations d’intérêt avec l’URSS et les États-Unis[8]. Profitant du contexte de tensions pendant la guerre froide entre les « deux grands », mais aussi de la construction européenne, l’Algérie, la Libye, le Maroc et la Tunisie ont développé de nouvelles méthodes de négociations, de communication et d’alliances.

Étude d’une reconfiguration de la diplomatie classique

En se plaçant dans une perspective historique, cette étude a pour toile de fond, la reconfiguration de la diplomatie dite « classique ». Les mutations des pratiques diplomatiques ont fait l’objet de recherches issues de disciplines variées comme la sociologie politique et la science politique[9]. En France, les historiens se sont consacrés au renouvellement des pratiques diplomatiques[10]. La politique étrangère des États a été minutieusement abordée via l’étude des politiques étrangères et de la construction européenne[11]. Récemment, Laurence Badel et Stanislas Jeannesson ont appelé la jeune recherche à intégrer les « voisins » de la vieille Europe et à déconstruire la conception Westphalienne des études diplomatiques[12]. Selon Richard Langhorne, depuis le Congrès de Vienne de 1961, l’État n’est plus l’unique acteur des pratiques diplomatiques[13]. Ainsi, la fin de la guerre froide a été l’occasion de découvrir le poids des acteurs non-étatiques, aussi bien publiques que privés[14], dont l’action plus informelle est menée en marge des États[15].

Ces mutations, ont également donné lieu à l’émergence de nouveaux concepts : les expressions telles que « diplomatie d’influence », « diplomatie privée », « diplomatie économique ou d’entreprise » apparaissent et ces concepts sont étudiés par les historiens[16]. Le poids des ressources naturelles dans les relations internationales a aussi fait naitre le terme « diplomatie de l’énergie ».

Complément d’un maigre bilan de l’histoire contemporaine du Maghreb…

Issue d’une volonté de sortir des « grilles de lecture et des instruments d’analyse d’une région trop souvent à la marge »[17], cette étude accorde un cadre historique aux champs de l’histoire économique et diplomatique du Maghreb, souvent indissociables. Cette recherche s’inscrit également dans un bilan historiographique de l’histoire du Maghreb indépendant particulièrement pauvre[18]. Comme l’a écrit il y a quelques années l’historien Pierre Vermeren, la plupart des études historiques sur le Maghreb se concentrent sur la période coloniale et la Guerre d’Algérie. Sur les deux rives de la Méditerranée, les travaux sur l’histoire politique, économique et sociale ou encore culturelle se sont fait rares, ou ont été influencés par l’histoire officielle[19].

De la même manière, les historiens français n’ont que très peu investi le champ de l’histoire des relations internationales du Maghreb. Les principales analyses qui adoptent une approche « globale » du Maghreb, ont souvent été le fruit de politologues[20]. Cependant quelques travaux récents ont tenté de combler le vide historiographique sur le sujet, et ont éclairé sur les politiques étrangères et les relations bilatérales[21]. La thèse de Nicole Grimaud sur La Politique extérieure de l’Algérie, est ainsi la première étude à s’intéresser aux pratiques diplomatiques du Maghreb[22]. Toutefois, des recherches menées sur l’histoire politique et économique de l’Italie nous ont apporté un autre point de vue de l’histoire des relations euro-maghrébines[23]. Pour terminer, plusieurs travaux d’historiens italiens nous ont également éclairé sur la Libye contemporaine[24].

La question de l’opacité de l’économie pétrolière du Maghreb n’est pas une nouveauté dans les études du Maghreb, mais elle est souvent abordée par des politologues à travers les problématiques de gestion de la rente[25]. La recherche italienne quant à elle a produit quantité de travaux sur la figure d’Enrico Mattei, et de l’entreprise pétrolière E.N.I.[26] Par ailleurs, le sujet du pétrole en dehors d’un cadre économique voire technique, est souvent assimilé à une question « sensible » et ce, particulièrement au Maghreb à l’image des études militaires et de défense sur la région[27]. Comme si la « culture du secret » du temps des « Guerres » n’avait jamais disparu, elle semble avoir entretenu et maintenu les mythes des histoires nationales.

Pour une histoire du Maghreb indépendant

Ainsi, ce projet de recherche s’inscrit dans une démarche qui se propose d’étudier la trajectoire des États postcoloniaux confrontés très tôt au défi de la mondialisation. Ce projet est pionnier dans l’historiographie française du Maghreb de par sa démarche globalisante, l’intégration des relations avec l’Italie et la Grande-Bretagne, et l’intégration plus large du Maghreb. Notre objectif est de comprendre comment les contextes politiques nationaux ont influencé les diplomaties économiques de chaque pays et comment ces dernières ont en retour influencé les politiques nationales. Nous ne pourrons pas nier l’apport de quelques éléments d‘histoire économique à travers l’étude des compagnies pétrolières du Maghreb : la Sonatrach, la National Oil Corporation (NOIC), et l’ETAP. Le point le plus original résidera dans l’étude de la question gazière qui reste méconnue des historiens.

Parce que cette recherche prétend analyser les « acteurs » de la diplomatie économique, elle renseignera sur quelques trajectoires des membres de l’élite économique et politique des pays du Maghreb : chefs d’entreprises et hommes d’États (ministres, diplomates, etc.), ces figures sont également inconnues dans l’histoire politique de la région, à l’exception peut-être des chefs d’États. Les acteurs de l’industrie énergétique nord-africaine, publics ou privés, ont aussi constitué un réseau économique et décisionnel en Afrique du Nord. En particulier, les révolutions arabes ont posé et posent encore la question de la recomposition des élites politiques[28]. Cependant, on ne peut difficilement étudier les élites politiques sans prendre en compte le rôle des élites économiques, qui ont bénéficié d’un pouvoir économique de nuisance, pour ne pas dire d’un pouvoir politique.

Comment étudier l’histoire de la sécurisation des approvisionnements énergétiques européens en Méditerranée ?

À travers différents exemples ou études de cas et selon les sources disponibles, nous tenterons d’élucider les moyens mis en œuvre par les États et les compagnies pétrolières, et les instruments para-diplomatiques pour garantir l’accès aux ressources énergétiques. Nous tenterons de déterminer de quelle manière les ressources naturelles ont été et demeurent une arme politique dans les échanges euro-maghrébins. Notre étude s’attachera à observer les batailles – politiques, économiques, diplomatiques voire militaires – menées par les États importateurs européens – la France, l’Italie, la Grande-Bretagne en tant que premiers partenaires de l’Afrique du Nord jusqu’aux années 1980 – pour le contrôle des ressources stratégiques ; sous l’œil très intéressé des États-Unis. Aussi, l’analyse des tractations diplomatiques nous permettra d’aborder la mise en place de partenariats de confiance. Quel a alors été le poids des acteurs non-étatiques dans la « diplomatie des ressources » au Maghreb ?

© D.R.
© D.R.

La Tunisie est un petit producteur de pétrole, cependant nous verrons que dès 1961 les canalisations d’hydrocarbures qui traversent le pays deviennent aussi un vecteur des intérêts et de la sécurité des approvisionnements énergétiques. La question du Maroc sera aussi abordée de ce point de vue.

Enfin, cette thèse s’intéressera aux réseaux économiques établis par trois pays d’Afrique du Nord après leurs indépendances en vue d’affirmer leur indépendance politique. Pour ce faire, il s’agira tout au long de notre étude de cibler les acteurs et les particularismes locaux qui participent à la mise en place de solutions pérennes pour garantir l’approvisionnement en hydrocarbures maghrébins des pays européens.

Croisement des sources multiples au sein de l’espace euro-maghrébin

Grâce à différentes sources, nous présenterons les différents acteurs européens de la sécurité des approvisionnements énergétiques en provenance du Maghreb depuis 1956. L’approche globale nécessite de travailler sur des sources en italien, en français, en anglais et parfois en arabe. Cette recherche ne serait pas possible sans l’ouverture récente des fonds d’Archives des entreprises en France mais également à l’étranger. Les compagnies pétrolières et gazières européennes sont le premier acteur des besoins énergétiques français, italiens et britanniques, dont les archives sont disponibles dans les trois pays[29]. Pour ce qui est des compagnies nationales des États producteurs c’est-à-dire la Sonatrach (Algérie), la NOC (Libye) et l’ETAP (Tunisie), il s’agira de recouper les sources ouvertes et les enquêtes de terrain dans la région afin de compléter nos travaux[30].

Puisqu’il s’agit également d’acteurs étatiques et de relations diplomatiques les archives diplomatiques françaises, italiennes, britanniques et de l’Union Européennes seront incontournables pour analyser le contexte régional. Par ailleurs, les chancelleries respectives apportent régulièrement un regard sur les questions économiques ou énergétiques en Afrique du Nord. Les fonds d’Archives privés des hommes d’États européens sont également une source d’information[31].

Nous croiserons et complèterons les informations avec les archives des ministères de l’industrie, de l’énergie quand elles sont accessibles. C’est notamment le cas en France et en Italie dans les centres des Archives Nationales de Pierrette ou les archives de l’État Central de Fermi.

Parce qu’il s’agira également d’observer les acteurs durant des périodes parfois administrées par les militaires, entre 1956 et 1962 en Algérie, nous nous référerons aux documents et aux archives du Centre historique de la défense et aux archives militaires (armée de terre et marine) françaises à Vincennes.

Enfin, si cette recherche bénéficie d’une volonté de simplifier l’accès aux archives tunisiennes[32], l’accès aux archives algériennes reste limité et impossible dans le cas de la Libye[33]. Pour pallier à ce manque, nous dépouillerons une série de publications officielles et de la presse locale et internationale à des moments clefs (négociations, crises politiques, découvertes pétrolières, tensions militaires). Enfin, même si ils peuvent être sources de controverses, les témoignages oraux à la suite d’entretiens avec des ou écrits, contribueront à croiser les informations.

Sarah ADJEL

est doctorante à l’IMAF Paris 1-Panthéon Sorbonne et boursière d’aide à la mobilité internationale à l’IRMC. Contact : adjel.sarah@gmail.com.

 Pour citer ce billet : Sarah Adjel, « Négocier pour sécuriser les approvisionnements énergétiques : la naissance de la diplomatie économique au Maghreb dès 1956 », Le Carnet de l’IRMC, 17 avril 2015. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1786.

—————-

[1] L’expression est employée par Cédric de Lestrange, Christophe-Alexandre Paillard et Pierre Zélenko, in Géopolitique du pétrole, Paris, Technip, 2005, 9.

[2] Pour une bonne synthèse de l’histoire pétrolière au Moyen-Orient : André Nouschi, Luttes pétrolières au Proche-Orient, Paris, Flammarion, coll. « Questions d’histoire », 1970 ; Jean Pichon, Le partage du Proche-Orient, Paris, J. Peyronnet et Cie, 1938

[3] Samir Saul, « Politique nationale du pétrole, sociétés nationales et “pétrole franc” », Revue historique, 2006/2 n° 638, 355-388.

[4] Roberto Nayberg, « Qu’est-ce qu’un produit stratégique ? L’exemple du pétrole », Défense nationale, février 1997, 77-86. Les premiers gisements sont découverts en 1957 en Libye, essentiellement dans le bassin de Syrte.

[5] Voir les travaux de Philippe Tristani, « L’Iraq Petroleum Company, les États-Unis et la lutte pour le leadership pétrolier au Moyen-Orient de 1945 à 1973 », Histoire, économie & société 2/2010 (29e année) ; Denis Bauchard, Le Jeu mondial des pétroliers, Paris, Seuil, 1970 ; L’Algérie nationalise ses champs le 24 février 1971 ; La Libye entre 1970 et 1971.

[6] Sur ce point, voir les travaux de Loïc Simonet, « Les pipelines internationaux, vecteurs de prospérité, de puissance et de rivalités. Oléoducs et gazoducs dans la géopolitique et les relations internationales », Revue internationale et stratégique 1/2007 (n° 65), 51-64.

[7] Sur ce point nous suivons les travaux de Stéphane Paquin, pour qui la para-diplomatie a progressivement mis en péril la construction Westphalienne des relations internationales, in Para-diplomatie et relations internationales. Théorie des stratégies internationales des régions, Bruxelles, PIE-Peter Lang, 2004.

[8] Voir les hypothèses de Nicole Grimaud dans le chapitre de « L’environnement souhaité : URSS/USA », in La Politique étrangère de l’Algérie, Paris, Karthala, 1984.

[9] Pour une bonne synthèse de l’historiographie des pratiques diplomatiques, Laurence Badel, Stanislas Jeannesson (dir.), “Diplomaties en renouvellement”, Les Cahiers irice, 2009/3.

[10] Pierre Renouvin et Jean-Baptiste Duroselle, Introduction à l’histoire des relations internationales, Paris, Armand Colin, [1964] 1991.

[11] On peut ici souligner les travaux de Jean-Baptiste Durosselle, Robert Frank, Laurence Badel, Maurice Vaisse et Eric Bussière.

[12] Badel Laurence et Jeanneson Stanislas (dir.), « Diplomaties », Monde(s) 2014/1 (n° 5).

[13] Richard Langhorne, « The Diplomacy of Non-State Actors », Diplomacy and Statecraft, 2005, vol. 16, 331-339.

[14] Les organisations non-gouvernementales, des firmes multinationales, des structures intergouvernementales et/ou supranationales, etc.

[15] Samy Cohen, « Les États et les “nouveaux acteurs” », Politique Internationale, n°107, 2005.

[16] Badel Laurence, « Diplomatie et entreprises en France au XXe siècle », Les cahiers Irice1, 2009 (n° 3), 103-128.

[17] Sur ce point, lire le Livre Blanc des Études sur le Moyen-Orient du G.I.S, (CNRS) publiée en septembre 2014.

[18] Pierre Vermeren, Misère de l’historiographie du « Maghreb » postcolonial (1962-2012), Paris, Publications de la Sorbonne, 2012, 214 ; Malika Rahal, « Comment faire l’histoire de l’Algérie indépendante ? », La Vie des idées, 13 mars 2012. URL : http://www.laviedesidees.fr/Comment-fairel-histoire-de-l.html

[19] Pierre Vermeren, op. cit., 214-215.

[20] Quelques exemples : Belkacem Nabi, Où va l’Algérie ? Indépendance, hydrocarbures, dépendance, Alger, Dahlab, 1991 ; Samir Amin, Les Enjeux stratégiques en Méditerranée, Paris, L’Harmattan, 1992 ; Khadija Mohsen-Finan (dir.), Le Maghreb dans les relations internationales, Paris, CNRS Éditions, 2011.

[21] Voir les travaux Samya el Mechat, Les relations franco-tunisiennes, 1955-1964, Paris, L’Harmattan, 2005 ; Abdelziz Chneguir, La politique extérieure de la Tunisie, 1956-1987, Paris, L’Harmattan, 2004 ; Maatoug De Fredj, John F. Kennedy, la France et le Maghreb, Paris, L’Harmattan, 2012 ; Matthew Connelly, A Diplomatic Revolution: Algeria’s Fight for Independence and the Origins of the Post-Cold War Era, Oxford, Oxford University Press, 2002 ; Stéphane Mourlane, « La France et les “prétentions” italiennes en Tunisie au lendemain de la décolonisation », Matériaux pour l’histoire de notre temps, 3/2010, (n° 99), 84-89.

[22] Nicole Grimaud, La politique Extérieure de l’Algérie, Paris, Karthala, 1984.

[23] Voir Brugna Bagnato, L’Italia e la guerra d’Algeria, Rubbettino, Soveria Mannelli, (collana Storia politica), 2012 ; Elisabetta Bini, From Colony to Oil Producer: Oil Workers, Trade Unions and the Emergence of Oil Nationalism in Libya, 1956-1969”, Max Weber Programme Working Paper, Florence, European University Institute, December 2012 ; Elisabetta Bini, « Eni, Mattei and Boldrini: A Radical Response to the Challenges of Developing International Energy Expertise », in P. Andrews, J. Playfoot (éd.), Education and Training for the Oil and Gas Industry, vol.1, London, Elsevier, 2014, 1-16.

[24] On peut citer les travaux d’Anthony Santilli, de Francesca di Pasquale et d’Anna Baldinetta.

[25] Luis Martinez, Violence de la rente pétrolière. Algérie-Libye-Irak, Paris, Presses de Sciences Po, « Nouveaux Débats », 2010.

[26] Giorgio Galli, Enrico Mattei, Petrolio e complotto italiano, Milano, Castoldi Dalai, 2005 ; Elisabetta Bini, “Fueling Modernization in a Transatlantic World : Oil, Development and Consumption in ENI’s Policies, 1953-1962”, in A. Beltran, E. Boussière, G. Garavini (éd.), Europe and Energy from the 1960s to the 1980s, Brussels, Peter Lang, (à paraître).

[27] Sur l’histoire de la Défense du Maghreb, voir la thèse de Saphia Arezki, soutenue en octobre 2014, intitulée De l’Armée de Libération Nationale (A.L.N.) à l’Armée Nationale Populaire (A.N.P.) : les officiers algériens dans la construction de l’armée (1954-1991), sous la Direction de Pierre Vermeren, Université Paris 1, Panthéon-Sorbonne.

[28] Voir les travaux conduits par Jérôme Heurtaux dans son programme de recherche « Recompositions et reconversions des élites tunisiennes. Sociologie d’un changement de régime », à l’IRMC de Tunis.

[29] Total ; ENI ; British Pétroleum (BP).

[30] A noter tout de même que la Sonatrach ouvre aux étudiants son centre de documentation dans ses locaux où figurent un grand nombre de publications officielles et internes.

[31] Quelques exemples : Fondation d’histoire des Sciences politiques, Fondation Jean-Jaurès, Institut Pierre Mendès-France, etc.

[32] Houda Ben Hamouda, « L’accès aux fonds contemporains des archives nationales de Tunisie : un état des lieux », L’Année du Maghreb, vol. 10, 2014, 41-48.

[33] Le contexte sécuritaire libyen ne nous permet pas d’effectuer d’étude de terrain en Libye.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Relations inter-ethniques et attente : le cas du camp de transit de Choucha en Tunisie

Microsoft Word - Document1
Situation géographique du camp de Choucha (Tunisie)
© Daniel Dalet

Le camp de transit de Choucha a été ouvert le 24 février 2011 dans le grand Sud tunisien, à quelques kilomètres du poste frontière de Ras Jedir. Son objectif était d’accueillir les déplacés qui franchissaient la frontière tuniso-libyenne durant la guerre civile libyenne. Alors que les déplacés libyens sont accueillis dans des familles tunisiennes ou s’installent directement dans la capitale, les déplacés subsahariens ou originaires de la Corne de l’Afrique transitent dans le camp de Choucha[1] le temps que leur demande d’asile soit examinée par le Haut Commissariat aux Réfugiés (HCR).

Inscrite dans une approche sociologique, ma recherche vise à analyser la manière dont émergent et se développent les relations interethniques dans des espaces contraints mettant en situation de coprésence des groupes différents dans leur origine nationale, comme le camp de Choucha. La démarche centrale consiste à tenter de saisir l’organisation sociale du camp en prenant en compte tant les témoignages des migrants placés temporairement dans cet espace que les témoignages des personnels associatifs chargés d’organiser Choucha.

En menant cette recherche, mon objectif est double. Tout d’abord, je souhaite donner de la consistance sociale à ces espaces de l’attente où les migrants sont placés durant un temps plus ou moins long au cours de leur voyage. À la suite d’autres sociologues tels que Pascal Hintermeyer et Philippe Hamman (2012), je considère que ces espaces d’attente, qu’il s’agisse d’un camp ou d’autres lieux d’attente, ne sont pas de simples entre deux migratoires dont le caractère furtif empêcherait toute entreprise d’analyse sociologique. Au contraire, le camp est pour moi un espace social à part entière dont l’investigation devient essentielle et pertinente. Ensuite, mon enquête vise à mettre en évidence le fait que les espaces de l’attente ne constituent pas des « sanctuaires ethniques » pour reprendre l’expression consacrée de Michel Agier (2008). Traiter de la question des relations interethniques en situation contrainte, c’est aussi traiter de la manière dont ces frontières disparaissent ou sont suspendues au profit d’autres identités plus génériques et qui permettent également une résistance plus franche face aux difficultés du quotidien. Le camp de transit de Choucha n’est donc pas un lieu où viennent se reproduire mécaniquement les anciennes appartenances ethniques du pays d’origine.

choucha
Photographie du camp de Choucha
© diplomatie.gouv.fr

Selon les échelles, l’appartenance ethnique se fait alors plus ou moins évidente. Elle disparaît parfois au profit d’une identité plus vaste qui est celle des « réfugiés de Choucha », catégorie qui regroupe alors sans distinction ceux qui ont fui la guerre en Libye. Cette migration, qui a amené à la création d’une « communauté de Choucha » au même titre qu’il existe des « communautés d’itinérance » (Escoffier, 2008), n’empêche pas pour autant la mise en avant des différentes ethniques ou nationales et l’expression ou la revendication d’identités plus particulières. Les deux registres identitaires cohabitent et tout l’enjeu pour le sociologue consiste alors à cerner à quels moments telle ou telle identité est mise en avant. L’appartenance ethnique et nationale est parfaitement visible lorsque les personnes abordent la question de la procédure d’asile : elle permet une organisation du quotidien plus facile « les gens pensent comme toi, ils ont les mêmes pensées et le même mode de vie », mais permet également une gestion psychologique et pragmatique de la procédure d’asile. L’appartenance ethnique est en revanche moins évidente lorsque l’on aborde la question du camp et de l’expérience migratoire de l’attente. Là, les migrants ont le sentiment de partager une expérience qui est la même pour tous et qui regroupe les individus peu importe les origines.

Le camp de Choucha est donc un espace qui permet à la fois les liaisons avec des compatriotes mais qui permet également la mise en exergue d’une communauté plus vaste entre ceux qui ont vécu la guerre civile libyenne. Une série de travaux récents en sociologie, notamment en France, a contribué à diffuser le constat que la mobilité repose souvent sur d’autres rapports et d’autres ressources que celles qui ont trait à l’ethnicité (Brachet, 2009 ; Escoffier, 2006 ; Tarrius, 2001 ; Timera, 2009). Aussi, par extension, la mobilité n’engendre pas elle-même des sortes de rencontres ethniques. D’autres liens sont à prendre en compte comme la nécessité de faire face à des difficultés identiques pour tous, ce qui est le cas à Choucha à certains moments.

Bibliographie

AGIER Michel, 2008, Gérer les indésirables : des camps de réfugiés au gouvernement humanitaire, Paris, Flammarion.

BRACHET Julien, 2009, « Des migrants en transit : sociabilités et territorialités dans le Sahara nigérien », in L. Faret et G. Cortes (éd.), Les circulations transnationales. Lire les turbulences migratoires, Paris, Armand Collin, 109-123.

ESCOFFIER Claire, 2006, Communautés d’itinérance et savoir-circuler des transmigrant.e.s au Maghreb, thèse de sociologie de l’Université de Toulouse II, sous la direction d’Alain Tarrius, [en ligne : http://tel.archives-ouvertes.fr/docs/00/08/59/29/PDF/TheseTel.pdf].

HAMMAN Philippe, HINTERMEYER Pascal, 2012, « Revisiter les frontières », Revue des sciences sociales, n° 48, 8-15.

TARRIUS Alain, 1989, Anthropologie du mouvement, Paris, Paradigme.

TARRIUS Alain, 2001, « Au-delà des États nations : des sociétés de migrants », Revue européenne des migrations internationales, n° 17-2, vol. 17, 37-61.

TIMERA Mahamet, 2009, « Aventuriers ou orphelins de la migration internationale ? Nouveaux et anciens migrants “subsahariens” au Maroc », Politique africaine, vol. 115, 175-195.

Publié en décembre 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°12

Aurore MOTTET

est doctorante en sociologie à l’Université Nice Sophia Antipolis.

auroremottet@hotmail.fr

Pour citer ce billet : Aurore Mottet, « Relations inter-ethniques et attente : le cas du camp de transit de Choucha en Tunisie », Le Carnet de l’IRMC, 17 février 2014. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1396

 


[1] Parmi les principales nationalités représentées, nous pouvons recenser des Somaliens, des Érythréens, des Soudanais, des Nigérians, des Tchadiens, des Ivoiriens, des Palestiniens et des Bangladeshi.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Economies morales et légitimités politiques au Maghreb. Perspectives comparées sur les sentiments d’injustice et le bien commun

melliti
Photographie de Imed Melliti

Contexte et questionnements

La réflexion et l’enquête collectives que nous comptons initier dans le cadre de ce programme de recherche n’est pas sans rapport avec les bouleversements de ce que l’on appelle désormais, et par commodité, le « printemps arabe ». Elle a pour ambition de croiser les travaux de recherche sur des mouvements protestataires et des enjeux similaires sur la rive Nord de la Méditerranée, comme celui des « indignés ».

L’objectif du programme est d’aller au-delà des manifestations politiques apparentes de ces mouvements, pour interroger leurs ressorts profonds en termes de légitimité politique, à travers la définition d’un seuil de tolérance en rapport aux expériences et à la perception des « injustices ». Les mouvements protestataires qui ont accompagné les « révolutions » du « printemps arabe » et, avant elles, plusieurs mobilisations collectives et émeutes (telles que celles du bassin minier en Tunisie), ont révélé au grand jour la crise du modèle de justice sociale édifié par les États postcoloniaux et articulé autour de la méritocratie scolaire et de l’État-providence (et, dans le cas de la Libye et de l’Algérie, autour de la redistribution des produits de la rente pétrolière). Ce modèle a été progressivement et profondément écorné par les plans d’ajustement structurel et la libéralisation de l’économie, mais aussi par la dérive autoritaire et la corruption qui sévissent sur l’ensemble de la région. Il est paradoxal que la chute grandissante du modèle en question ne l’empêche pas de continuer de structurer, dans plusieurs pays, les attentes des populations vis-à-vis de l’État, « encore vu comme “espérance” et comme planche de salut dans les imaginaires locaux après deux décennies de réformes néolibérales consommées » (Allal, Bennafla, 2011). Les revendications des jeunes et particulièrement les diplômés d’entre eux (Emperador, 2007), en matière d’accès à l’emploi et à une forme de citoyenneté réelle et non seulement juridique, expriment l’ampleur des frustrations générées par ce décalage entre, d’un côté, les imaginaires et les attentes des populations et, de l’autre, les effets désormais limités de l’action distributive de l’État et les conséquences d’un modèle politique clientéliste et népotiste mis en place au fil du temps (Melliti, 2011).

Le malaise collectif qui est à l’origine du tournant politique des « révolutions » arabes et des mouvements de protestation politique et sociale qui lui succèdent (manifestations, sit-in et grèves), ne peut être analysé et compris que si l’on arrive à explorer les représentations collectives, notamment en matière de justice sociale et du rôle de l’État en tant que garant de l’égalité en dignité et de l’égalité des chances entre citoyens. Il est important de savoir sur quelle base et en fonction de quels registres de normativité se construit aujourd’hui la définition du « juste » et de « l’injuste ». Où se situent les seuils de tolérance aux écarts par rapport aux normes de justice ? Quelles sont les représentations du rôle de l’État en la matière ? Dans quelle mesure il continue d’être perçu comme le garant d’un seuil minimum de redistribution des ressources et comme arbitre dans la définition du « bien commun » ? De quel crédit de confiance disposent les institutions, les pouvoirs publics et les élites politiques dans l’exercice de ce rôle ? Il est aussi important d’explorer les situations perçues comme injustes et les émotions qu’elles suscitent.

Leviers théoriques

Deux entrées conceptuelles offrent une assise théorique à notre entreprise : les économies morales et les sentiments d’injustice. L’utilisation du concept d’économie morale, pour aborder les dynamiques de conflit qui traversent l’ensemble du Maghreb et des pays du « printemps arabe », fait sens dans un contexte particulier qui cristallise des enjeux tout aussi particuliers. « Les faits moraux ne sont pas entièrement séparables des autres dimensions de la réalité sociale, notamment politique, et […] l’originalité de la démarche anthropologique ou sociologique peut être de mettre au jour cette impureté de la morale », écrit D. Fassin (2012). Le concept d’économie morale permet, de son côté aussi, de rendre compte de cette impureté de la morale, en l’inscrivant dans des trames de normativités et des logiques d’évaluation situées historiquement et vouées à se moduler en fonction des échelles, des référents et des contextes. Moins centré sur l’analyse des mouvements protestataires en tant qu’événements politiques, le concept d’économie morale, proposé par E. P. Thompson (1963, 1971) et repris par J. Scott (1976), est censé fournir une clef de lecture des « conditions de possibilité » de ces mouvements. Il a pour mérite de réhabiliter le rôle des affects et des émotions dans l’explication des mobilisations collectives et de certains tournants politiques majeurs, sans verser pour autant dans un psychologisme intenable, dans la mesure où il n’aborde pas la dimension psychologique en tant que telle, en braquant l’attention sur des paramètres situés, tantôt, en amont (ce qui provoque l’indignation ou la rage) ; tantôt, en aval de cette dimension (ses retombées au niveau du politique et de la délégitimation de ses institutions).

mid-Moment_historique_de_la_Révolution_Tunisienne_devant_le_Ministère_de_l'Intérieur_(DEGAGE)_-_Avenue_Habib_Bourguiba_-_Tunis_-_14.01.2011.ogg
Manifestants devant le ministère de l’Intérieur, 14 janvier 2011.
© D.R.

La pertinence du concept d’économie morale est d’autant plus grande que la caducité des approches culturalistes rend nécessaire la prise en compte de la diversité des référents d’évaluation aujourd’hui et l’emboitement des échelles analytiques qui s’ensuit : espaces publics national et international, Droits de l’Homme, raison humanitaire, logiques institutionnelles, communautaires ou corporatistes, expérience quotidienne, etc. Dans l’ensemble du Maghreb et des pays du « printemps arabe », la montée de l’hétérogène n’est pas que politique et idéologique ; c’est aussi une montée des tensions morales. Au niveau de l’espace public, à une économie morale de surplomb imposée par la langue de bois officielle, par l’État et une société civile « à la solde », se substitue une autre économie plus éclatée où se télescopent les registres et les répertoires d’évaluation. La prolifération des « affaires » témoigne de l’éclatement et de l’affrontement entre ces registres.

La deuxième voix dans laquelle s’engage ce programme de recherche est celle de l’exploration proprement dite des sentiments d’injustice. Dans quelle matrice sociale s’élaborent les jugements de justice et, plus particulièrement, les sentiments d’injustice : celle des déterminations sociales, celle encore de la subjectivation éthique ou, enfin, celle des « frustrations relatives » générées soit par l’écart entre ce qu’un individu estime devoir avoir et ce qu’il a, soit par la comparaison entre ce qu’un individu a et ce que d’autres ont (Stouffer et al., 1949 ; Boudon, 1995) ? Autour de quelles situations typiques se cristallise l’essentiel des sentiments d’injustice (Guibet Lafaye, 2012) : le non-respect des principes de justice distributive, l’idée d’une anomalie scandaleuse dans le fonctionnement d’une situation ou, plus généralement, de l’ordre du monde, le constat de non-respect de principes formels et procéduraux, le sentiment d’impuissance face à un pouvoir abusif ?

Afin d’explorer les sentiments d’injustice, il faut mettre l’accent simultanément sur trois niveaux d’analyse : (1) les principes qui commandent éthiquement la distinction entre le juste et l’injuste ; (2) la rhétorique sociale à travers laquelle s’expriment ces sentiments ; (3) les situations typiques susceptibles d’être interprétées comme injustes. Il est important au premier chef de comprendre, d’une part, les articulations qui permettraient le passage d’une conception macro sociale (idéal social, convictions politiques et idéologiques, etc.) de la justice à la micro justice et vice versa ; et de saisir, d’autre part, le rapport entre les expériences personnelles ou directes des situations d’injustice et des représentations a priori du juste et de l’injuste structurées autour d’un certain nombre de principes partageables. Les sentiments d’injustice étant d’abord une affaire d’intersubjectivité, comment se décline alors la conjonction entre le réel et sa lecture et l’idéel dans la définition des situations d’injustice et dans la formulation des jugements les concernant ? À quel point les expériences quotidiennes et les parcours personnels (mobilité ascendante ou descendante) jouent un rôle déterminant (Dubet, 2006) dans la formation des conceptions de la justice ? « Les raisonnements immanents aux jugements normatifs et aux jugements de justice sont issus plus ou moins directement d’un entrelacs de principes, d’évidences empiriques, logiques ou morales, dont certains sont universels, tandis que d’autres sont indexés sur le contexte […] », écrit C. Guibet Lafaye (2012). Par ailleurs, il est certain que les sentiments d’injustice ne sont en rien une simple projection des inégalités réelles ou objectives. S’il est intéressant de voir comment des individus en viennent à accepter les inégalités et à construire un sentiment de fatalité qui accompagne cette acceptation, il est aussi pertinent de chercher à comprendre qu’est-ce qui ferait que cette évidence d’un monde « normalement » injuste vienne à se rompre et que certaines situations inégalitaires puissent devenir « inacceptables ».

Approche méthodologique

Les orientations méthodologiques qui sous-tendent l’ensemble des activités projetées par ce programme se structurent autour d’une démarche sociologique et anthropologique attentive à des niveaux d’analyse qui relèvent à la fois du micro et du macrosocial, le juste étant défini tantôt en référence à des situations vécues et, plus précisément, à des « manquements » normatifs repérés à travers l’expérience quotidienne, tantôt en évoquant toutes sortes de dissymétries entre groupes, régions, communautés et en référence à la représentation de ce qui serait un monde « juste ». À dominante sociologique et anthropologique, le programme est néanmoins ouvert aux autres sciences sociales.

Le comparatisme est au cœur du dispositif d’analyse et de réflexion qui sera mis en place dans le cadre du programme. Il représente une forme d’expérimentation in vivo du fonctionnement des jugements de justice. La comparaison entre sociétés différentes du point de vue de leurs structures sociales et ethniques, de leurs expériences dans la transition vers la démocratie et, avant cela, de la construction de l’État post colonial et de la dérive autoritaire, crée les conditions d’une manipulation des paramètres les plus significatifs : l’existence ou non d’une économie de rente, le degré de régulation des inégalités par l’État, l’enracinement des valeurs démocratiques et de l’engagement citoyen, le poids différentiel des valeurs religieuses et séculières, etc. Cela est d’autant plus important que dans la démarche qualitative que nous allons principalement adopter, l’intelligibilité tient, dans une large mesure, à l’articulation et à la confrontation entre systèmes de sens et contextes.

Bien que nous soyons conscients des difficultés qui entourent cette entreprise, la démarche adoptée par ce programme se veut compréhensive et qualitative. Notre objectif n’étant pas de centrer l’analyse sur les jugements de justice produits par les « entrepreneurs de la morale », il est évident que nous aurons assez de peine à les cerner dans l’implicite des discours ordinaires. Malgré cette difficulté, il nous semble primordial de pouvoir focaliser l’investigation sur la subjectivité éthique et sur les cadres évaluatifs mobilisés par les acteurs sociaux ordinaires. Aussi, notre attention portera-t-elle beaucoup moins sur les turbulences politiques et sur les mobilisations collectives majeures que sur l’ordinaire des luttes et des résistances au quotidien et sur la rhétorique protestataire qui les accompagne.

Imed Melliti

Maître de conférence au département de sociologie de l’Institut supérieur des sciences humaines de Tunis – Université de Tunis El Manar

imelliti@yahoo.fr

Bibliographie

Allal A., Bennafla K., 2011, « Les mouvements protestataires de Gafsa (Tunisie) et Sidi Ifni (Maroc) de 2005 à 2009. Des mobilisations en faveur du réengagement de l’État ou contre l’ordre politique ? », Revue Tiers Monde, Hors-série, 27-45.

Boudon R., 1995, Le Juste et le Vrai, Paris, Fayard.

Dubet F., 2006, Injustices. L’expérience des inégalités au travail, Paris, Seuil.

Emperador M. B., 2007, « Diplômés chômeurs au Maroc : dynamiques de pérennisation d’une action collective plurielle », L’Année du Maghreb, III, 297- 311.

Fassin D., 2012, « Vers une théorie des économies morales », in D. Fassin, J.-S. Eideliman, Economies morales contemporaines, Paris, La Découverte.

Guibet Lafaye C., 2012, Le juste et l’inacceptable. Les sentiments d’injustice contemporains et leurs raisons, Paris, Presses de l’Université Paris-Sorbonne.

Melliti I., 2011, « Les jeunes et le travail en Tunisie », in Vultur M. et Mercure D. (dir.), Perspectives internationales sur le travail des jeunes, Québec, Les Presses de l’Université Laval, 87-106.

Scott J., 1976, The Moral Economy of the Peasant. Rebellion and Subsistence in Southeast Asia, New Haven, Yale University Press.

Stouffer S. A., Suchman E. A., De Vinney L. C., Star S. A. et Williams R. M., 1949, The American Soldier. Adjustment during Army Life, Princeton, Princeton University Press.

Thompson E. P., 1968, The Making of the English Working Class, Londres, Penguin Books.

Thompson E. P., 1971, « The Moral Economy of the English Crowd in the Eighteenth Century », Past and Present, 50, 76-136.

 

Pour citer ce billet : Imed Melliti, « Économies morales et légitimités politiques au Maghreb. Perspectives comparées sur les sentiments d’injustice et le bien commun », Le Carnet de l’IRMC, 24 janvier 2014. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1358

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Transitions politiques et transitions médiatiques au Maghreb

Enriqué Klaus
Photographie de Enrique Klaus

Beaucoup d’avis, plus ou moins bien informés, ont été émis sur le rôle joué par les médias dans les évènements qui ont secoué la région depuis 2011. Du soutien à géopolitique variable de la chaîne qatarie al-Jazeera aux actions « contre révolutionnaires » des chaînes publiques (égyptiennes, tunisiennes et syriennes), en passant par les louanges (souvent béates et absconses) dont ont fait l’objet les réseaux socio-numériques (Facebook, Twitter, YouTube), l’ensemble des médias semble avoir été partie prenante dans ce tournant historique, et continue de l’être[1].

Le programme de recherche « Transitions politiques et transitions médiatiques au Maghreb » repose sur deux hypothèses générales de travail. Premièrement, face à l’extrême volatilité politique que connaissent les institutions étatiques au Maghreb et au Moyen Orient, les médias constituent l’une des principales arènes du jeu politique et l’un des principaux lieux où se négocient les règles de ce dernier. Secondement, en lien quoiqu’en marge de la transition politique, une transition médiatique est à l’œuvre au Maghreb, et plus encore en Afrique du Nord. Cette transition n’épargne aucun pays de la région et elle se donne à voir, tant dans les pays connaissant une transition politique suite à un soulèvement populaire de grande ampleur (Tunisie, Libye, Égypte) que dans ceux ayant connu des manifestations suite auxquelles des réformes ont été entamées (Algérie, Maroc, Mauritanie).

La transition médiatique se nourrit d’au moins trois phénomènes concurrents, ou presque. Le premier a été initié bien avant 2011, alors que la concurrence des « nouveaux médias » a obligé les professionnels de l’information à faire évoluer leurs pratiques professionnelles pour proposer de nouveaux formats de production. Si ceci ne s’est pas accompagné d’un débat sur la fin programmée du journalisme, comme ce fut le cas aux États-Unis et en Europe[2], cet état de fait a amené les journalistes à faire évoluer leurs pratiques (newsrooms intégrées, multimédia, data-journalism), actant ainsi une transition technologique dans le domaine de la production médiatique.

enrique1
© www.dc4mf.org

Au-delà de cet aspect technique, la parenthèse enchantée de la transition, puis l’arrivée au pouvoir de coalitions intégrant des formations islamistes, ont amené à une redéfinition de la donne médiatique au Maghreb. En Tunisie, 228 titres de presse (dont presque la moitié hebdomadaires et 17 quotidiens) ont vu le jour en 2011, selon le rapport de l’Instance nationale de réforme de l’information et de la communication (INRIC)[3]. Cette catharsis devrait faire long feu, en raison de l’exiguïté du marché de la presse en Tunisie (et ailleurs au Maghreb), mais aussi en raison de la politique que mènera la Troïka (et les autorités marocaines, algériennes et libyennes) en matière de censure (morale et/ou politique) sur ce secteur. En outre, en Tunisie comme en Égypte, au Maroc et en Algérie, un véritable débat a émergé dans le sillage de 2011 autour de la réforme de l’audiovisuel public et de la création d’une institution médiatique d’État véritablement au service du public (cf. infra).

Par ailleurs, la vulgate de la « Révolution 2.0 »[4] a eu pour effet de réalité d’étendre la politique de communication institutionnelle des dirigeants à la sphère des réseaux socio numériques, dans un souci totalement inédit de communication et de transparence. C’est ainsi que, dans le sillage de ces évènements, plusieurs personnalités politiques de haut rang, ainsi que des partis politiques et des institutions d’État généralement peu prolixes (les ministères tunisien et égyptien de l’Intérieur, ou encore le Conseil des forces armées égyptiennes) ont créé (avec plus ou moins de maîtrise et d’audace) des comptes Twitter et des pages Facebook.

La transition politique au Maghreb et au Moyen-Orient se double d’une transition médiatique, pour partie inaugurée par les soulèvements de 2011, et pour autre, suscitée par l’innovation technologique et la concurrence d’acteurs nouveaux (professionnels et semi-professionnels des médias). Pour analyser les ferments et les accomplissements de cette nouvelle donne médiatique, le programme de l’IRMC « Transitions politiques et transitions médiatiques au Maghreb » ambitionne de topographier le champ élargi des médias, selon la double logique top-down/bottom-up, en anticipation des évènements institutionnels et politiques qu’annoncent la fin de la transition et l’édification d’un nouveau régime politique. Pour ce faire, le programme se structure autour des trois axes suivants :

Axe 1 : Souveraineté nationale et transformations du paysage médiatique

Ce premier Axe est conçu à la fois comme un prérequis nécessaire à la conduite des travaux des deux axes suivants, mais également comme un axe à part entière doté d’une problématique propre. Il constitue un pré requis dans la mesure où l’on considère que les utilisateurs de médias de facture plus récente n’évoluent pas dans un environnement médiatique vierge, fait des seuls réseaux socio-numériques, mais que leurs pratiques se nourrissent en grande partie de leur consommation de médias de facture classique (TV, radio, presse), dont ils relaient et commentent les productions.

Il s’agit d’un axe à part entière en ce sens qu’il ne se résume pas à une monographie du champ médiatique au Maghreb, mais qu’il interroge les nouvelles modalités pratiques de production de l’information au Maghreb. Deux sous-axes sont privilégiés dans cette optique. Le premier concerne les politiques publiques en matière d’information : quelles politiques en matière d’encadrement des médias sont-elles envisagées au Maghreb dans le sillage des soulèvements de 2011 ? Quels mécanismes de régulation sont mis en œuvre ? Quelle(s) identité(s) nationale(s) est(sont)-elle(s) promue(s) à travers la programmation et les cahiers des charges des médias publics ? Qu’entend-on à présent, sur les décombres de médias étatiques propagandistes, par « service public » ? Quel(s) public(s) se prête-t-on et quelle définition de la nation tunisienne est-elle retenue ? Quelles attentes lui sont attachées ? Quelles stratégies sont adoptées pour conserver une souveraineté nationale en matière d’information ?

Le second sous-axe consiste en une sociologie des journalistes privilégiant (sans toutefois s’y limiter totalement) les organes publics en matière d’information (agences, T.V., radios et presse) : de quelle(s) formation(s) ont-ils ou elles bénéficié ? Quelle(s) trajectoire(s) professionnelle(s) ? Quel est leur statut ? Leurs pratiques professionnelles différentielles de celles de leurs confrères et consœurs des médias privés ? Comment ces pratiques ont-elles évolué avec la concurrence des chaînes transnationales et des réseaux socio-numériques, et dans le contexte transitionnel que connaît la région ?

Axe 2 : Les nouvelles modalités de production de l’information sur les réseaux socio-numériques

Complémentaire du premier, l’Axe 2 s’intéresse à la production de l’information par des moyens non conventionnels, pour ainsi dire, principalement les réseaux socio-numériques (Facebook, Twitter, YouTube, etc.). Il s’agira ici d’éviter de se concentrer sur un cyberactivisme mollement défini qui laisserait accroire à l’existence d’un espace numérique arabe entièrement dévoué aux activités politiques. L’objectif est d’élargir la focale aux usages les plus quotidiens qui peuvent être faits de ces réseaux socio-numériques, c’est-à-dire les « cyberactivités » ordinaires et souvent ludiques des usagers[5]. C’est en analysant les liens entre, d’une part, les usages ludiques et récréatifs de Twitter et de Facebook et, d’autre part, ceux à caractère politique que l’on pourra approcher une « transformation plus essentielle du politique, tel qu’il se forge dans la société en conversation du Web arabe » (Gonzalez-Quijano, 2012)[6].

Trois sous-axes alimenteront nos travaux sur les nouvelles modalités de production de l’information en ligne à travers les réseaux socio-numériques. Le premier s’intéresse à un certain type de sources à partir desquelles est principalement produite l’information politique. On s’attachera ainsi à analyser la communication institutionnelle au Maghreb telle que celle-ci se pratique désormais sur les réseaux socio numériques. Comme mentionné en introduction, nombreux sont les hommes politiques – au pouvoir ou dans l’opposition – les partis politiques, ou les institutions étatiques, à s’exprimer directement ou indirectement sur les réseaux socio-numériques[7]. Quels types de communication sont privilégiés sur ces différents espaces en ligne ? En quoi diffèrent-ils de ceux utilisés sur les canaux classiques de l’information institutionnelle (communiqués, interviews, talk-shows, etc.) ? Quelles réactions suscite l’intrusion de l’establishment politique et des institutions étatiques sur ces plateformes dont ils étaient massivement absents jusqu’alors ? La communication institutionnelle sur les réseaux socio numériques inaugure-t-elle une nouvelle ère dans les relations entre gouvernants et gouvernés ?

TV_SCREENS_WHITE_BACKGROUND
© www.madwatch.net

Le deuxième sous-axe porte sur les producteurs d’information non institutionnels, semi-professionnels, collectifs ou individuels, actifs sur les réseaux socio-numériques (en tant qu’instrument connexe à un site ou un blog ou en tant que média en propre). On retrouve ici différents types d’acteurs qui ont gagné en visibilité dans la production de l’information sur ces espaces en ligne : les autoproclamées « agences de presse en ligne » qui ont fait leur apparition dès 2011, les weblogs collectifs (du type Nawaat en Tunisie ou Mamfakinch au Maroc), ou encore les comptes individuels de premier plan. S’agissant de ces derniers (généralement des blogueurs), on ne les considérera pas seulement comme des « leaders d’opinion » mais, au-delà d’une masse critique de followers, comme des médias à part entière dotés d’une audience propre. Quant aux « agences de presse en ligne », il s’agit de grandes structures disposant d’un réseau élargi de correspondants (par ex. @ActuTunisie ou @emouatin au Maroc), et dont certains, comme « Rasd » en Égypte lié au Frères musulmans, sont adossés à des structures politiques préexistantes, sans que cela ne soit forcément « assumé » en ligne. Toujours dans le même sous-axe, un type particulier de production retiendra notre attention. Nombreux sont les comptes Twitter, les pages Facebook et les chaînes YouTube à privilégier une satire apolitique, généralement sur le mode de l’autodérision nationale, pouvant ponctuellement déboucher sur une critique à caractère politique. L’un des exemples maghrébins les plus aboutis de ce type de phénomène est sans conteste la page « Bouzabal » (avec une audience de 931 946 « J’aime » au 22 octobre 2013), qui a fini par créer en 2012 son propre site Internet d’information mêlant le ludique et le politique, « BouzyPress ». Le but est d’analyser la dialectique menant « de la dérision à la subversion » que l’on a pu observer sur les réseaux en ligne en France (Dagneau, 2011) et ailleurs, et qui prend une tout autre dimension lorsqu’elle est projetée en contexte post-autoritaire (et non démocratique), comme celui de la Tunisie et des autres pays du Maghreb. Comment ces différents types d’acteurs produisent-ils de l’information ? Quelle fiabilité leur accorder ? Quels mécanismes de correction sont-ils prévus ? En quoi l’information s’en trouve-t-elle changée, dans sa nature même, notamment en raison du recours simultané à l’écrit, la photographie, la vidéo, mais aussi les enregistrements radiophoniques et les diagrammes analytiques ?

Enfin, le dernier sous-axe compte tirer pleinement profit de l’exceptionnel poste d’observation que constituent les réseaux socio-numériques afin de saisir les pratiques des consommateurs des médias. Jamais un moyen de communication ne nous aura donné un accès aussi direct à des occurrences naturelles (i.e. occasionnées sans la médiation de l’analyste) d’expériences réflexives de consommation des médias. Ainsi, à travers Twitter (et dans une bien moindre mesure Facebook), peut-on voir à l’œuvre un exercice très en vogue consistant à commenter en direct et à réagir à chaud à des productions médiatiques aussi diverses que des débats politiques télévisés ou radiophoniques, des journaux télévisés, des séries T.V., ou encore des rencontres footballistiques, sur le fil de hashtags formulés ad hoc. C’est en ce sens que l’on peut dire que les réseaux socio-numériques, et Twitter tout particulièrement, permettent de saisir à vif les réactions d’auditeurs, de téléspectateurs, ou de lecteurs, sans médiation aucune.

Axe 3 : Émergence et consolidation de médias alternatifs

Le dernier axe de ce programme s’intéresse à certaines formes d’expression artistique qui peuvent être employées en tant que médias. On pense ici aux (web)documentaires, à la bande dessinée[8] (en ce incluses les caricatures)[9], au street art (collages, graffiti, stickers)[10] qui peut être mis à contribution pour diverses campagnes de sensibilisation[11], au hip-hop et à la description qu’il offre d’un engagement politique ou d’un vécu marginalisé[12]. La plupart de ces modes d’expression a connu une évolution antérieure aux mouvements de contestation de 2011. Force est toutefois de constater qu’ils ont pris une nouvelle dimension depuis lors, en partie en raison de la catharsis qu’ont provoquée les évènements de 2011, et en partie en raison du recours aux réseaux socio-numériques pour diffuser ce type de productions.

Ce sont précisément là les deux directions que devront emprunter les travaux de cet axe. L’un s’intéressera à la production artistique en tant que telle : Quels référents culturels et idéologiques sont mobilisés dans ces diverses productions ? Quels acteurs les animent ? D’où viennent-ils ? Quelle est leur formation ? L’autre direction de recherche portera sur l’usage des réseaux socio numériques : comment ces productions, à la lisière de l’artistique et du politique, participent-elles de l’univers symbolique, visuel et culturel, des acteurs sur les réseaux socio-numériques ?[13] S’agit-il d’un choix par défaut ou d’une véritable stratégie visant à rester à l’écart des canaux de distribution « grand-public » ? Quels publics (locaux, nationaux, internationaux) visent-ils ?

Publié en décembre 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°12

Enrique KLAUS

est politologue, chercheur postdoctoral contractuel du MAEE

Pour citer ce billet : Enrique Klaus, « Transitions politiques et transitions médiatiques au Maghreb », Le Carnet de l’IRMC, 08 janvier 2014. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1342

 


[1] À titre, d’exemple, en Égypte, la contestation s’est tôt déplacée de Tahrir à Maspero, devant les locaux de la T.V. publique. Récemment, le 7 octobre 2013, le transmetteur de la T.V. publique a été pris pour cible par des tirs de roquettes, dans le quartier de Maadi au Caire, dans une opération revendiquée par les Kata’ib al-Forqân . Quelques jours plus tard, le 13 octobre, ce fut au tour de la télévision publique syrienne d’être prise pour cible.

[2] Sur ce point, cf. Scherer Éric, 2011, A-t-on encore besoin des journalistes ? Paris, PUF.

[3] Rapport général de l’Instance nationale de la réforme des médias et de la communication, avril 2012, p. 52. [en ligne (en arabe) : http://www.inric.tn/INRIC%20Rapport%20final.pdf].

[4] Pour reprendre le titre du livre-témoignage de Wâ’il Ghunaym, 2012, Al-thawra 2.0. Idhâ alsha‘b yawman arâda al-haya (= La Révolution 2.0. Si le peuple veut un jour la vie), Le Caire, Dâr al- Shurûq.

[5] J’emprunte ici l’heureuse expression de « cyberactivités » à Myriam Achour Kallel, 2012, « Des écritures ordinaires sur Facebook : cyberactivités et cyberactivismes », in S. Najar (dir.) Le cyberactivisme au Maghreb et dans le monde arabe, Paris-Tunis, IRMC-Karthala, 227-243.

[6] En lien avec ceci, une récente étude du PEW Research Center sur la population américaine montre que l’information sur les réseaux socio-numériques est « une expérience commune mais incidente », alors que 47 % des adultes utilisateurs de Facebook s’enquièrent de nouvelles sur cette plateforme, quand bien même 78 % de ces mêmes personnes y sont pour des raisons autres qu’informationnelles.

[7] Cf. sur ce point l’article de Chirine Ben Abdallah, 2012, « L’engagement politique des internautes tunisiens au lendemain de la révolution : les pages Facebook seront-elles une arme à double tranchant ? », in Najar S., op. cit.,125-140.

[8] Pour illustrer ce point, on contentera de citer Joe Sacco, l’un des pionniers du journalisme en bande dessinée, s’exprimant sur sa conception de l’enquête dans ce type de production : « Quand j’ai recours au témoignage d’un témoin oculaire, je pose des questions visuelles pertinentes : Combien de personnes y étaient ? Y avait-il des barbelés ? Les gens étaient-ils debout ou assis ? A minima, je veux orienter les lecteurs vers un moment particulier, mais mon but est de satisfaire le témoin oculaire de ce que ma description dessinée représente essentiellement son expérience ». Joe Sacco, 2011, Journalism, New-York, Metropolitan Books Henry Holt & Co., p.xii

[9] Avec des caricaturistes très actifs en ligne tels que Ali Dilem en Algérie, Khaled Gueddar au Maroc, Doaa el-‘Adl en Egypte, ou Z en Tunisie.

[10] Cf. la recension de l’anthropologue Vincent Battesti sur les autocollants de la Révolution égyptienne.

[11] On pense ici aux campagnes égyptiennes anti harcèlement sexuel, « les militaires sont des menteurs » (al-‘askar kâdhibûn), « attrape un suppôt de l’ancien régime » (imsik fulûl), ou encore leur usage en contexte électoral en Égypte comme en Tunisie.

[12] Cf. sur ce point les travaux de Nicolas Puig disponibles en ligne, avant 2011 ou ceux de Francesco Mazzucotelli après.

[13] On pense ici à l’adoption de certaines productions visuelles comme identifiant (« avatars ») sur les réseaux socio-numériques, marquant parfois un alignement politique. Un bon exemple est offert par le logo jaune de la main à quatre doigts adopté par les Frères musulmans égyptiens (lequel a fait des émules sur des comptes bien au-delà des frontières égyptiennes), ou encore par les caricatures de Willis from Tunis en Tunisie.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

l’IRMC réseau d’échange scientifique au Maghreb

Lafijpg
Photographie de Nora Lafi

J’ai été allocataire de recherche à l’IRMC de 1995 à 1998, puis j’ai prolongé d’un an mon séjour jusqu’en 1999, grâce au prix Jean- Pierre Thieck. J’y ai préparé ma thèse de doctorat, consacrée à l’histoire urbaine de Tripoli entre les XIXe et XXe siècles. Cette période a été pour moi marquée par un partage de mon temps entre Tunis, où, tout en habitant à Carthage, je participais intensément à la vie collective de l’IRMC, et Tripoli, où j’étais plongée dans les extraordinaires archives de la période ottomane et dans l’activité intellectuelle du centre de recherches historiques local. Je commençais aussi à cette époque à découvrir à Istanbul les archives centrales de l’Empire ottoman. De mes aller-retour entre Tunis et Tripoli, rendus inconfortables par la situation d’embargo à laquelle la Libye était alors soumise (mais c’est bien sur la population libyenne qui pâtissait le plus de cette situation), je retiens, plus que le passage d’une dictature à une autre, le contraste entre deux milieux d’historiens totalement différents.

À Tunis, la vie intellectuelle, tout comme la vie quotidienne, était contrainte par la pesanteur intrusive de l’État policier, ainsi que par le poids sur les carrières de l’appartenance au parti unique, mais en même temps connectée à l’horizon international, essentiellement français. Tunis vivait ainsi dans une sorte de fiction où l’illusion d’une société ouverte butait sur les réalités de l’oppression et de la corruption. Tout autant que le consumérisme servait de paravent à la privation de liberté réelle et à l’aggravation des injustices sociales, le débat intellectuel faussement ouvert servait de façade à destination de l’opinion internationale d’une Tunisie bien moins souriante qu’il n’y paraissait. Ce qui n’empêchait pas l’existence de moments d’échanges sincères. Dans ce contexte, la posture à adopter à l’IRMC, mais aussi dans la vie de chacun des chercheurs, était délicate : éviter les compromissions tout en jouant la carte d’une ouverture nécessairement positive, sans pour autant se faire prendre au piège de l’angélisme souriant au service du régime.

À Tripoli la vie intellectuelle était à la fois, tout en étant soumise aussi aux contingences, souvent rudes et cruelles, de la dictature, plus isolée et plus libre d’une certaine manière : les intellectuels de gauche ou de la tendance islamiste modérée pouvaient critiquer à demi-voix le régime en cercle semi-public, chose impensable pour les Tunisiens, qui réservaient leurs critiques au cercle strictement privé. Dans le même temps, les islamistes radicaux étaient violemment combattus. Tripoli vivait ainsi dans une autre illusion peut-être, celle d’une société naviguant à tâtons entre héritage du marxisme, inertie du nationalisme et islamisme, la définition d’une histoire renouvelée étant dans ce contexte un enjeu fort, au miroir aussi du nationalisme construit sur une lutte antifasciste apparaissant insuffisante désormais à cimenter l’identité nationale. Je retiens comme symbole de cette ambigüité pour l’histoire le nom même du centre de recherche dans lequel j’étais accueillie : le markez al-Jihad. Le terme Jihad désignait la Resistance antifasciste mais était devenu bien encombrant dans un monde ou le terme prenait un tout autre sens, rendu plus agressif de jour en jour. Dans chacun de ces milieux, moi qui était perçue autant comme Algérienne que comme Française selon les situations, j’ai pu parvenir à nouer des relations fortes, autant humainement que sur le plan scientifique, et à faire de ce séjour à l’IRMC une période fondatrice de mon expérience de recherche. Bien sûr, le positionnement de l’IRMC ne me convenait-il pas toujours : trop proche d’une histoire à la française n’ayant pas fait tous ses comptes avec la posture coloniale, trop proche d’une histoire officielle tunisienne ayant filtré ses éléments de dissidence, trop hésitant à nouer des relations plus profondes avec les historiens libyens, trop timide dans le grand mouvement de relecture de l’histoire ottomane de la Tunisie. Mais d’un autre côté je me disais que ma présence à l’institut était un signe allant dans le sens de ces possibles ouvertures, et je garde de ce séjour non seulement le souvenir d’une période de travail intense et décisive dans ma propre maturation intellectuelle, mais aussi celui d’années fondatrices dans le façonnement de mon réseau d’échange scientifique au Maghreb et au-delà. J’en garde aussi toute une série de projets autour et pour l’IRMC, et surtout d’indéfectibles amitiés.

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

Nora LAFI

est historienne. Elle est actuellement chercheuse au Zentrum Moderner Orient (ZMO) de Berlin. Elle a été allocataire de recherche à l’IRMC de 1995 à 1998.

Pour citer ce billet : Nora Lafi, « l’IRMC réseau d’échange scientifique au Maghreb », Le Carnet de l’IRMC, 17 octobre 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1271

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

L’IRMC et la Libye, de 2009 à 2012

Durant les années 2000, les actions de recherche développées par l’IRMC avec la Libye se sont heurtées au fort cloisonnement existant entre les institutions universitaires et les centres de recherche libyens, dû notamment à l’absence d’équipes de recherche permanentes. En marge de séminaires organisés à Aix-en-Provence et sous l’égide de travaux menés à l’époque par Olivier Pliez, deux missions de l’IRMC ont été conduites en Libye en 2001 et 2002, par Hassan Boubakri (géographe à l’Université de Sousse) et Jean-Philippe Bras (directeur de l’IRMC). En 2003 fut signée une convention entre le Markez el Jihad et l’IRMC. Le Markez el Jihad, fondé en 1977 par le Dr Mohamed Tahar Jarrari, possède une importante bibliothèque de cassettes numérisées sur la Libye. Il est devenu en 2010 le Centre des archives nationales et des études historiques de Tripoli. Une mission effectuée en 2005 par Pierre Robert Baduel (directeur de l’IRMC) a pu susciter le projet d’une confrontation d’historiens autour de la question de l’administration française du territoire du Fezzan après la Seconde Guerre mondiale. En mars 2009, l’IRMC a souhaité construire une stratégie de travail dans la durée en mobilisant des chercheurs de diverses disciplines (géographie, sociologie, histoire, sciences politiques, droit), et en confrontant deux types de regards, celui des chercheurs libyens sur leur propre société et celui des chercheurs tunisiens sur la société libyenne, mais aussi sur les relations croisées entre les deux pays et via une approche francophone. L’objectif de ce groupe était, d’une part, de participer à la mise en réseaux de chercheurs de différents pays maghrébins et européens et, d’autre part, d’amorcer un programme de recherche spécifique devant déboucher sur l’organisation d’une manifestation suivie de publications.

Il s’en est suivi en mai 2009 une mission à Tripoli réunissant le directeur de l’IRMC et quatre chercheurs tunisiens : Hassan Boubakri, Fathi Lissir et Mouldi Lahmar, coordonnée par Moncef Ouannès. Un séminaire interdisciplinaire fut alors organisé par l’IRMC à Tunis en décembre 2009 sur l’implantation militaire de la France au Fezzan entre 1943 et 1956. Les années 2010 et 2011 ont été consacrées à des échanges historiographiques et à la finalisation supervisée par Moncef Ouannès, d’un ouvrage en version bilingue (arabe/français) paru en octobre 2012, en coédition Cérès Éditions/Tunis, centre des Archives de Tripoli et IRMC, intitulé : Une histoire méconnue. Les relations libyo-françaises au Fezzan de 1943 à 1956. Regards croisés Libye, France, Tunisie.

couv fezzan
Couverture bilingue du livre édité par l’IRMC

Cet ouvrage retrace les grandes lignes de l’implantation de la France sur le territoire du Fezzan dans le Sud-libyen aux lendemains de la Seconde Guerre mondiale. Il en analyse les visées politiques, les conditions d’occupation militaires et administratives, ainsi que le vécu des populations, de l’alliance à la résistance, jusqu’à l’indépendance libyenne et l’évacuation définitive en 1956. Dans un esprit de dialogue intellectuel entre les deux rives de la Méditerranée, ce livre rassemble des regards d’historiens, de sociologues, de politologues et de géographes libyens, tunisiens et français soucieux de croiser leurs savoirs. Du regard français, il ressort que cette période serait moins militaire que politique. Les Libyens de leur côté décryptent les dynamiques nationales et régionales (Algérie, Tunisie) des réseaux de résistance. Et les chercheurs tunisiens forts de leur regard distancié du pays d’à côté, se penchent sur les savoirs construits par la France, sur les stratégies d’alliances avec les dignitaires libyens, et les mémoires politiques.

Cette recherche a permis de livrer à l’actualité le portrait d’une Libye contemporaine comme cible et enjeu international majeur, en interaction constante avec les événements se déroulant aux différentes échelles : méditerranéenne, africaine, arabe et internationale. Il a ainsi été proposé un autre type d’écriture de l’histoire entre la France et la Libye et avec la Tunisie, qui consiste moins à « juger » qu’à « gérer un passé » pour construire un présent et à reconsidérer les faits en confrontant leur pluralité, en questionnant leurs interprétations. Il s’agit là d’une double initiative à poursuivre tant dans le domaine de la coopération multilatérale en sciences humaines et sociales que dans celui de la réécriture de l’histoire coloniale par la confrontation et l’échange interdisciplinaires sur des sociétés témoins et actrices des événements.

Publié en édition bilingue et au Maghreb par l’IRMC, il constitue un précédent historiographique en matière de traduction, et contribue ainsi a toucher un vaste public tant en Europe et dans la francophonie qu’au Maghreb et dans le monde arabe. Il ouvre la voie à une prochaine collaboration de l’IRMC avec le Centre des archives nationales et des études historiques de Tripoli, l’ISHMN (Institut supérieur d’histoire du mouvement national a Tunis), et la Casa de Velasquez à Madrid, sur l’histoire orale, ses techniques et ses méthodes disciplinaires, ses objectifs et ses finalités en matière de préservation des mémoires nationales.

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

Pierre-Noël Denieuil

est sociologue, ancien directeur de l’IRMC de 2008 à 2013.

Pour citer ce billet : Pierre-Noël Denieuil, « L’IRMC et la Libye, de 2009 à 2012 », Le Carnet de l’IRMC, 11 octobre 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1266

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Vingt ans d’IRMC

Hayet Naccache
Photographie de Hayet Naccache

J’ai commencé par être vacataire pendant une courte période au CDTM (saisie des fiches d’ouvrages). J’ai été recrutée en 1992 pour assurer l’accueil à l’IRMC. Je m’occupais aussi de la diffusion de Correspondances, des invitations aux différentes manifestations et des fichiers d’adresses, du standard et des relations avec les fournisseurs en Tunisie avant de passer au secrétariat bilingue. On avait dès le départ un problème d’espace. J’ai beaucoup appris a l’IRMC et j’aime bien y travailler.

Temps forts et continuité

Parmi les temps forts, je citerai les changements de directeurs et le départ d’Anne-Marie Planel. Mais ce sont des changements dans la continuité : les chercheurs, pour la plupart, restaient en place et les grandes lignes étaient respectées, il n’y a pas eu de fractures. La continuité se faisait aussi par la documentation et la bibliothèque que beaucoup de chercheurs continuaient à fréquenter. Les arrivées et les départs de chacun, cela peut être frustrant, mais on s’y habitue. L’esprit de l’IRMC s’est construit avec le temps. C’est un style particulier, d’aide a la recherche, de faciliter la vie aux chercheurs qui travaillent sur la Tunisie ou sur le Maghreb. C’est aussi un lieu de rencontres, entre chercheurs tunisiens, français et d’autres nationalités : des réseaux se sont mis en place avec les programmes de recherche, avec une ouverture respectant la vie a Tunis et celle de ses universitaires. Cela a bien démarré dès le début : le lieu, la bibliothèque, les relations avec les chercheurs, les manifestations scientifiques, tout cela constituait un espace de liberté pour les universitaires tunisiens qui percevaient l’IRMC comme un lieu de liberté, autonome aussi bien du côté français que du côté tunisien. Puis il y a eu l’encouragement de la jeune recherche : les écoles doctorales ont été une pépinière qui a su évoluer avec le temps et avec les demandes des doctorants. Un autre temps fort a été l’introduction d’Internet qui a changé notre mode de travail tant en ce qui concerne la communication, que pour l’accès à l’information.

Des étapes et des réseaux

Ces 20 ans ont connu plusieurs étapes. Il y a eu beaucoup de politologues avec Michel Camau qui a fait démarrer les relations avec l’Algérie et le Maroc. Le CJB de Rabat a d’abord été une antenne de l’IRMC. On avait plus de rapports avec le Maroc du temps de Susan Ossman, mais moins avec la Libye à cause de la langue. Puis les liens avec la Libye se sont développés avec Nora Lafi et Hassan Boubakri, on a commence à travailler avec les Libyens francophones, comme Mahmoud Ed-Deek. Depuis quelques années, on constate une ouverture sur le Grand Maghreb de plus en plus importante. Avec Michel Camau, on avait beaucoup de moyens matériels, c’était comme s’installer dans un appartement avec de nouveaux meubles, c’était la « prospérité ». C’était aussi la rigueur, avec un esprit élitiste – dont certains se méfiaient un peu – mais c’était aussi la sécurité. Par la suite, Jean-Philippe Bras et Anne-Marie répondaient facilement aux demandes tunisiennes. Anne-Marie recevait beaucoup les chercheurs tunisiens. Cela a été un moment de forte ouverture côté tunisien. Dans les années 2000, on répondait plus aux demandes de l’IFC et de l’ambassade. À l’époque de Pierre Robert Baduel il y a eu à nouveau plus d’argent, les conditions de travail se sont améliorées avec la rénovation des bureaux, la mise à jour des ordinateurs et l’augmentation des salaires. C’était plus ferme et plus méfiant mais c’était une façon de protéger l’IRMC contre les autres services, contre le Gouvernement tunisien, contre le ministère. Cela n’a pas empêché l’IRMC de travailler avec les universitaires tunisiens, avec le CERES, l’université de Tunis, mais aussi le CRASC d’Oran, la Libye, l’IFC. En même temps, on accueillait moins de chercheurs. Vers 2008, des personnes qui ne venaient plus à l’IRMC sont revenues. Actuellement, on constate une ouverture sur la vie en Tunisie, un apprentissage de la recherche plus accessible ; l’écart entre les Français et les Tunisiens s’est beaucoup réduit et a entrainé une plus forte mobilisation tunisienne. L’ouverture s’est élargie sur d’autres institutions (INTES, ISSHT, musées…). Les écoles doctorales ont continué, moins dans le sens de cours dispensés et plus comme un cadre d’apprentissage à la recherche. C’est important de dire que les réseaux ne se sont pas seulement construits par les directeurs. Les chercheurs tunisiens et français contribuent à les construire. Chacun apporte son réseau, son bagage, les atouts de son institution et de sa discipline, les contacts de son programme de recherche : des historiens, des géographes, des économistes, des urbanistes, des sociologues. Au fil des années et des programmes, des réseaux et des relations se sont mis en place.

La révolution…

La révolution tunisienne a changé des choses. Les relations seront désormais différentes. C’était difficile de travailler avec les universités, à cause des procédures administratives. Il était impossible de décider seuls d’une date de séminaire ou d’une conférence, on devait attendre l’accord du ministre. Il fallait demander des autorisations 3 ou 6 mois à l’avance pour faire des enquêtes, pour passer par certaines personnes. On a pu organiser des séminaires et des rencontres dans des hôtels alors que les Tunisiens ne pouvaient pas le faire, on prenait alors pour eux la responsabilité du partenariat. Maintenant, c’est plus léger. L’IRMC est devenu un relais. Beaucoup de chercheurs, d’universitaires, de journalistes de toutes nationalités qui veulent travailler sur la Tunisie sollicitent l’IRMC. Les choses vont encore changer, quand on parviendra à plus de stabilité. On pourra instaurer une meilleure coopération universitaire et scientifique avec les institutions tunisiennes. Actuellement, l’IRMC n’est plus – comme avant – un des rares espaces de liberté à Tunis ; on peut discuter de tout, y compris de démocratie et de politique, dans beaucoup d’autres lieux.

(Propos recueillis par Pierre-Noël Denieuil)

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

Hayet NACCACHE

est responsable de la communication, à l’IRMC.

Pour citer ce billet : Hayet Naccache, « Vingt ans d’IRMC », Le Carnet de l’IRMC, 16 septembre 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1155

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Entretien de Pierre-Noël Denieuil avec François Gouyette, Ambassadeur de France en Tunisie

ambassadeur de france en tunisie
Photographie de François Gouyette, ambassadeur de France en Tunisie

À l’occasion de cette livraison de La Lettre consacrée aux vingt ans de l’IRMC à Tunis, je vous remercie vivement d’avoir bien voulu accepter le principe de cet entretien à bâtons rompus autour des Instituts français de recherche et de la mission des sciences sociales à l’étranger. Je sais que vous connaissez bien le monde de la recherche, et je commencerai par une question un peu personnelle. Comment vous êtes-vous familiarisé avec les sciences sociales ?

Cette familiarité est naturelle si je puis dire, dans la mesure où j’ai fait des études de droit à l’Institut d’études politiques de Paris, mais aussi de langue arabe dans le cadre du cursus de l’INALCO (Institut national des langues et civilisations orientales). Il est clair qu’il y a là une dimension de civilisation déterminante, et qui touche à l’histoire des relations internationales. Et c’est en m’intéressant à ces deux aspects que je me suis bien évidemment familiarisé avec les sciences sociales telles qu’on les conçoit dans le cadre de la recherche sur le devenir des civilisations.

Et avec les Instituts français de recherche à l’étranger ?

Dans le cadre des fonctions que j’ai exercées, j’ai pu me familiariser davantage avec les institutions françaises qui travaillent dans ce domaine et notamment les Instituts. La première expérience que j’ai eue du fonctionnement concret d’un Institut français de recherche, c’est à Damas en Syrie lorsque j’étais n° 2 de l’ambassade de 1990 a 1993, et Jacques Langhade, un arabisant de Bordeaux, dirigeait cette institution. J’ai pu y voir toute l’utilité d’un tel Institut, à la fois académique en terme de connaissance du terrain, mais aussi pour les relations qu’il pouvait entretenir avec les services de l’ambassade. Ma seconde expérience a été en Turquie lorsque n° 2 à l’ambassade en 1996-97, j’ai découvert l’IFEA (Institut français des études anatoliennes). C’est aussi un prestigieux Institut qui a toujours joué un rôle de veille non seulement sur l’époque ottomane mais aussi sur l’époque contemporaine, et qui était aussi étroitement associé à la vie de l’ambassade. Stéphane Yerasimos, aujourd’hui décédé, a été un grand directeur de l’IFEA, où j’ai eu l’occasion de rencontrer des chercheurs. Je me souviens aussi du directeur de l’Institut français pour l’Asie centrale basé à Tachkent, lors d’une visite que j’avais effectuée en Ouzbekistan dans une délégation qui accompagnait le président Mitterrand lors de son dernier voyage dans cette région en 1994. Et puis sur le Maghreb il y a bien sur le Centre Jacques Berque de Rabat et l’IRMC à Tunis.

Quel regard portez-vous sur les travaux de ces différentes institutions et plus particulièrement sur ceux de l’IRMC ?

Son directeur est associé à la vie et au travail de l’ambassade, il assiste périodiquement aux réunions des chefs de service. C’est un signe de confiance bien sûr, c’est aussi un signe qu’il est partie prenante de cette équipe de France que j’ai l’honneur de diriger ici. Et je considère que c’est un élément important de notre dispositif de coopération. Mais au-delà, car on ne saurait réduire la recherche sur le Maghreb contemporain à cette seule dimension, même si elle reste importante, il s’agit d’un observatoire diversifié et multiforme des réalités de l’histoire du protectorat et de la Tunisie d’avant le protectorat, mais aussi de la Tunisie d’aujourd’hui.

Dans la mesure où la mission de l’IRMC couvre « le Maghreb contemporain », peut-on dire que son action dépasse le bilatéral franco-tunisien ?

Je peux me référer à mon expérience récente de la Libye où j’étais ambassadeur et où pour la première fois j’ai pu connaître l’IRMC puisque j’y ai reçu avec vous les chercheurs tunisiens qui travaillaient sur la Libye autour de la relation franco-libyenne.

Aujourd’hui en Libye, la situation est telle que Tunis peut plus que jamais se voir conforté dans son positionnement de centre de veille à l’échelle régionale. De son côté l’Algérie qui est un pays majeur du Maghreb nécessiterait peut-être qu’un Institut lui soit consacré, même si son absence a ce jour s’explique sans doute pour des raisons historiques de la période du terrorisme. Mais que l’IRMC ait une vocation régionale qui couvre la Libye me paraît nécessaire. D’ailleurs les services économiques de l’ambassade couvrent aussi la Libye, et la vocation régionale y est à renforcer.

Vous avez employé le terme de « veille » à propos de la recherche, c’est-à dire… ?

Oui absolument. Je considère qu’un Institut comme l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, et comme d’autres instituts d’ailleurs, a une fonction de veille sur la société, et là on revient au primat de la sociologie dans l’approche du pays où nous nous trouvons. Il est évident que si on ne valorise pas cette fonction, il y aura un déficit dans la manière dont on peut tirer profit de l’existence d’un tel institut.

Vous parliez de l’IRMC comme d’un observatoire de la Tunisie d’aujourd’hui. Que peuvent en dire les sciences sociales ?

La sociologie peut être un angle d’approche particulièrement utile aujourd’hui dans un pays qui depuis la révolution est en train de chercher sa voie pour édifier un État démocratique et une transition, amorcée depuis deux ans maintenant – mais à l’échelle de l’histoire deux ans c’est bien peu – et que la France a choisi d’accompagner avec tous les outils de coopération, dont l’IRMC par sa spécificité. Je pense qu’il faut mettre l’accent sur le suivi, sur les études et la recherche contemporaines, sur l’observation des réalités politiques, économiques et sociales, sociologiques et culturelles de la Tunisie post révolution. C’est un sujet qui peut recouper d’ailleurs des travaux qui sont menés par l’IRD ou par d’autres organismes.

Cela ne signifie pas que les autres travaux sont dénués d’intérêt mais on est quand même aujourd’hui dans une phase qui requiert la mobilisation de toutes les compétences en matière de recherche et d’analyse, et les chercheurs doivent bien évidemment contribuer à cet important travail d’observation.

Par exemple ?

Vous évoquiez l’examen du projet de constitution, mais il peut y avoir d’autres sujets comme par exemple l’Islam tunisien dans sa diversité, les tendances qui le traversent, les mouvements qui le travaillent, et puis au plan sociologique aussi la compartimentation et la fragmentation de la société. On est aujourd’hui au lendemain d’une tragédie de l’immolation d’un jeune marchand ambulant qui rappelle deux ans plus tard celle de l’immolation de Bouazizi qui a été le point de départ d’une révolution encore inachevée, qui n’a pas rempli toutes ses promesses – mais sans doute ne le pouvait-elle pas – en termes de satisfaction des besoins de la population. On voit bien qu’il y a là des questions fondamentales qui mériteraient qu’un Institut comme l’IRMC se penche davantage sur les réalités socio économiques sans préjuger de ce que font d’autres par ailleurs.

Pensez-vous qu’un chercheur puisse se positionner comme un conseiller du politique ou de la diplomatie ?

Cela renvoie à la conception du rapport que l’on peut voir entre diplomatie et recherche. Cela suppose que soient clairement définies les missions de chacun ou que soit affirmé aussi le principe de l’indépendance qui doit s’attacher à la recherche et à la qualité et au statut du chercheur. Le chercheur ne doit pas se considérer ou être considéré comme un auxiliaire de l’État ou de l’administration. En même temps, je dirai que la recherche n’est pas neutre, elle s’inscrit aussi dans un contexte qui est celui de l’action d’un État. Il faut donc trouver un équilibre entre ces exigences : les exigences d’indépendance légitime du scientifique qui ne doit pas être soumis à des contraintes qui iraient à l’encontre de ses convictions et de sa conscience, et en même temps ne pas considérer que la recherche est quelque chose de totalement abstrait et ne s’inscrit pas dans un contexte. De surcroît pour un institut de recherche français, il ne serait pas compréhensible qu’il inscrive son action à l’extérieur de l’État qui le soutient. Je crois que tout est question de gradation.

Que pensez-vous de cette notion de « diplomatie scientifique » ?

Il est tout à fait pertinent de réfléchir à ce que peut être l’apport de ce que l’on appelle diplomatie scientifique. On parle beaucoup de diplomatie économique, la diplomatie scientifique est un concept moins familier mais qui a sa pertinence dans la mesure où la connaissance des pays et des sociétés avec lesquels nous coopérons, est un atout essentiel. Dans un monde extrêmement compétitif, la diplomatie française ne peut négliger aucune piste et aucune perspective pour renforcer sa position. Alors dans un pays comme la Tunisie, il est clair que l’existence d’un centre de recherche ou d’un vivier de chercheurs français et tunisiens doit être mise en valeur.

Pour terminer, que souhaiteriez-vous dire aux chercheurs de l’IRMC ?

Je reviendrai sur les propos que j’ai tenus sur l’utilité de l’Institut telle que je la conçois. Je crois que les chantiers sont nombreux, multiformes et pluridisciplinaires. La synergie avec l’IRD (l’Institut de recherche sur le développement) doit être renforcée, et il faut veiller à ce que plus de liens soit assurés entre ces instituts qui travaillent sur des secteurs et des domaines différents, mais qui peuvent aussi avoir un intérêt commun à travailler ensemble, ainsi qu’avec les autres instituts a l’échelle régionale. Puis sur le fond, le chantier de la révolution est ouvert. Il est d’une extrême richesse et se décline dans tous les domaines que j’ai déjà mentionnés, le politique, la constitution, les institutions, la sociologie, l’économie et la culture. Encore une fois j’insiste sur le principe de l’indépendance du chercheur mais qui ne suppose pas qu’il reste enfermé dans une bulle étanche face aux services de l’ambassade. Au contraire il doit y avoir synergie dans le respect de chacun, mais dans un but de connaissance et de compréhension du pays dans lequel nous vivons.

 Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

 

François GOUYETTE

Ambassadeur de France en Tunisie.

 

Pour citer ce billet : François Gouyette, « Entretien de Pierre-Noël Denieuil avec François Gouyette, Ambassadeur de France en Tunisie », Le Carnet de l’IRMC, 3 juillet 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1013

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Religion et processus de démocratisation dans le pourtour méditerranéen

La deuxième réunion du programme conçu et dirigé par Cherif Ferjani, Religion et processus de démocratisation dans le pourtour méditerranéen, s’est tenue à Sidi Bou Saïd les 11 et 12 mai 2012, avec le soutien de l’ISERL (Institut supérieur d’études des religions et de la laïcité de Lyon), de la Faculté des Lettres et sciences humaines de Sousse et de la Fondation Abdelaziz Ibn Saoud pour les Études Islamiques et les sciences humaines de Casablanca.

Le fil conducteur de ces journées fut formulé dans les débats par René Otayek. Y aurait-t-il une religion qui entretiendrait des relations électives avec la démocratie ? Il n’y en a effectivement pas, tout comme il n’y a pas d’auto engendrement de la démocratie, et nous sommes plutôt en présence de longs conflits et négociations, de pressions progressives sous la forme d’une histoire qui peut osciller de la démocratie à la théocratie. Il a fallu d’entrée de jeu qualifier la démocratie : « la démocratie ce n’est pas le consensus mais le conflit même s’il est pacifié » (René Otayek). Et c’est là qu’interviennent les régulations de l’histoire, qu’elles soient positives ou négatives pour la démocratie.

L’historicité des régulations religion/société

Les intervenants ont mis en évidence l’historicité de la question religieuse. On a d’abord pu noter la force de la religion d’une part comme système symbolique capable d’apporter une réponse à la douleur ou à la mort, et d’autre part comme système de pouvoir par lequel l’Islam s’est trouvé confronté à un conflit avec l’Europe poussée au repli (Mohamed Kerrou). Le religieux est ici au cœur d’un rapport de force avec le politique, bien souligné par Kmar Bendana notamment à propos de la création de la grande mosquée de Paris dans la Tunisie coloniale, puis par Chérif Ferjani dans le cadre de la marginalisation de la pensée réformiste par les courants des Frères musulmans et des modernistes autoritaires. La thématique de l’historicité des régulations religion/société renvoie alors à deux préoccupations de la gestion démocratique :

– L’engagement du religieux dans la société, et le militantisme social. J.D. Durand a évoqué la politisation du catholicisme social par l’exemple de la démocratie chrétienne qui, nourrie de l’actualisation de la doctrine sociale, a aidé à la réconciliation des catholiques avec la démocratie. De son côté, Tassos Anastiadis a bien montré deux modèles d’acteurs religieux en Grèce : le modèle ascétique des officiers du culte (entrée au monastère, célibat), où l’acteur s’extrait de la société en se désengageant de ses principes vitaux ; le modèle d’engagement des congrégations qui vont quadriller la société par une politique de bienveillance sociale et d’assistance publique. Ce second modèle témoigne des diverses modalités d’intervention de l’État tantôt déléguant aux associations religieuses, tantôt reprenant la « Providence sociale ».

La gestion du pluralisme. L’oscillation de l’histoire dans un mouvement d’inclusion/ exclusion du religieux dans la société, s’illustre particulièrement dans un contexte pluriel. À ce titre, René Otayek nous a décrit le pluralisme religieux comme un processus de régulation à ne pas confondre avec un partage du pouvoir, comme un paramètre et une ressource stratégique dans la compétition politique. En ce sens, la rhétorique de l’unité nationale sera perçue comme mode de régulation des minorités pour légitimer la domination d’un groupe sur d’autres. Dans le cadre du pluralisme stratégique d’un régime autoritaire maintenu par des relais hors de sa communauté, et en estimant que « le consentement n’est pas l’obéissance », on pourrait interpréter l’adhésion d’un groupe à une idéologie dominante comme une forme d’émancipation de ce groupe. Dans cette même ligne d’interprétation, Martine Cohen a bien évoqué les alliances horizontales menées par les juifs en Afrique du Nord avec les autres groupes sociaux, et sur la base d’une construction de l’État-nation.

Enfin, autre forme de régulation historicisée, celle du retour du religieux. Selon Mondher Kilani, le retour du religieux ne correspond pas forcément à un ralentissement de la sécularisation mais plutôt à une sorte de stabilisateur des identités, un « idiome de revendications sociales et économiques », un espace de confrontations sociales.

Pour sa part Pierre Gisel y voit un fait social « qui cristallise la protestation […] lorsque les possibilités culturelles s’effondrent », et que « les relations ‘fondamentales’ réapparaissent sous forme d’acculturations et de discontinuités culturelles momentanément, on dira historiquement, normalisées et rationalisées ». Ainsi que le soulignait René Otayek, on peut imaginer qu’il s’agit moins là d’un « retour » que d’une « dérégulation » du champ du religieux.

Nouveaux acteurs, nouveaux concepts

L’intervention d’autres acteurs (les femmes, les jeunes) sur la scène sociale et notamment dans le cadre des mouvements sociaux et politiques qui traversent le monde arabe, s’impose comme un « analyseur » privilégié des relations établies entre religion et démocratie. Selon Sophie Bessis, de la révolution sociale est née une référence à la norme religieuse, qui vient entraver la réalisation de l’égalité entre les sexes. Considérant que la réislamisation de la loi ne peut pas faire l’économie d’une régression du statut de la femme, Sophie Bessis fait le constat d’un « oxymore » politique, caractérisant une « démocratisation sous hégémonie islamique ». Face au refus du mouvement de sécularisation, la prise de parole des femmes apparaît alors comme la principale manifestation de la mutation des sociétés, structurante du champ politique.

Mohamed Janjar s’est interrogé sur la contre culture jeune. Si au lendemain de l’indépendance 80 % des jeunes s’inscrivaient dans la démarche d’un refoulement du religieux dans l’espace privé, des recherches menées récemment au Maroc montrent une inversion des pratiques de ces jeunes dont plus de 41 % sont engagés dans la prière quotidienne et où 76 % des filles sont favorables à la tenue. Le religieux prend toutefois d’autres formes : pratiques moins régulières, plus de tolérance sur la mixité, comportements plus individualisées et ouverts sur l’ordre mondial, liés aux NTIC. On constate un déplacement de l’engagement politique vers la sphère civique et associative et, effet probable de la transition démographique, une montée en puissance de l’engagement socio territorial des jeunes ruraux.

Les intervenants ont mis en évidence l’opérationnalité des concepts. Selon Aqbal Gharbi, la coupure provoquée dans la pensée politique par la révolution tunisienne, introduit une réflexion fructueuse sur le concept de liberté défini comme l’autonomie et la spontanéité du sujet rationnel, ainsi que sur la relation établie entre liberté, citoyenneté et tradition, l’idée de laïcité devenant caduque puisque la religion pourrait aménager un terrain d’entente entre conservateurs et libéraux. Se pose aussi la question des conflits identitaires, la mise en avant de l’identité religieuse imposant une lecture unitaire susceptible de porter atteinte aux identités multiples que suppose la démocratie. En ce sens, l’intervenante a posé la nécessité de distinguer les aspects politiques et identitaires, le politique devant relever d’un projet partagé et non d’une identité culturelle ou religieuse, plaidant alors pour une rupture historique négociée face à la tradition musulmane, qui n’en marque ni une sortie ni un abandon. Enfin, autre concept interrogé par les mutations actuelles, celui d’espace public. Mohamed Kerrou montre d’abord que l’Islam aujourd’hui est un Islam sexué. De plus, cette notion a évolué dans le cadre d’un État national non achevé n’ayant pu imposer une dynamique de développement et s’étant lui-même acheminé vers un État transnational. La question religieuse s’est transformée dans un contexte de globalisation. On ne peut alors plus exclure les religieux de l’espace public, et ils sont appelés à traduire en termes séculiers leurs visions du monde.

Repenser les sciences sociales

Les transformations survenues dans les sociétés arabes ne sont pas sans impacter le projet même des sciences sociales et leurs outils de construction du savoir. À ce titre Mohamed Kerrou a bien évoqué le projet scientifique de la sociologie et de l’anthropologie, de « déconfessionnaliser » la religion, d’en déconstruire la diversité : « les données de l’anthropologie incitent à préférer une approche rationnelle du sacré, construction par l’homme d’un moi autonome confronté à une menace perpétuelle de sa disparition ». De son côté Martine Cohen a mis en évidence deux langages de la laïcité. D’une part le langage des acteurs (sécularisation, laïcité), et d’autre part le langage conceptuel et analytique des sociologues qui dégagent un principe d’universalité, modulable selon les sociétés, dans les notions de séparation des pouvoirs, de liberté de conscience, d’égalité des citoyens. Selon Mohamed Kerrou, de nouveaux outils sont à trouver pour penser par exemple le paradigme de la transition démocratique. Valables pour les pays de l’Est, les outils de la sociologie historique le sont-ils encore pour ceux du Sud, lorsque les différences l’emportent sur les similitudes ? Autre outil, celui de l’approche comparée des religions, mis en œuvre par Cherif Ferjani dans le cadre de son séminaire à l’IRMC. Enfin, René Otayek a bien posé la nécessité de revisiter le patriarcat à la lumière de la démographie, et de prendre en compte dans nos analyses la question des mouvements de populations. Mutation épistémologique des outils d’interprétation d’autant plus difficile du fait de l’objet même des sciences sociales qui travaillent sur « l’incertain des scènes qui se meuvent en permanence, des fluidités extrêmes ».

Publié en septembre 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°10 

 

Pierre-Noël Denieuil

Sociologue, directeur de l’IRMC

 

Pour citer ce billet : Pierre-Noël Denieuil, « Religion et processus de démocratisation dans le pourtour méditerranéen », Le Carnet de l’IRMC, 14 décembre 2012. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/670

 

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Regards croisés sur les mouvements sociaux en ligne, les mutations sociopolitiques et les processus de transition démocratique en cours

Soucieux de jouer pleinement son rôle de mobilisateur dans le domaine de la recherche sur des questions prioritaires dans les pays du Maghreb, l’IRMC poursuit sa réflexion sur le rôle des TIC dans les transformations sociopolitiques. Loin d’être une simple thématique de recherche en vogue, cette question s’est imposée en raison de l’évolution intermittente des événements sociopolitiques dans les pays de la région. L’appréhension de cette question nécessite une approche transdisciplinaire couplée d’un regard croisé et d’une synergie entre des chercheurs qui s’intéressent à des expériences de transition démocratique différentes.

La rencontre « Mouvements sociaux en ligne face aux mutations sociopolitiques et au processus de transition démocratique », a été organisée à Sidi Bou Saïd, du 12 au 14 avril 2012 avec le soutien du Centre de Recherche pour le Développement International (CRDI) canadien. Elle a permis à une trentaine de participants (Algériens, Belges, Canadiens, Espagnols, Français, Grecs, Italiens, Libanais, Libyens, Roumains, Turques, Tunisiens, Yéménites et Sud-américains) de débattre d’une question d’actualité relative aux transformations sociopolitiques qui traversent le bassin méditerranéen, en tirant profit des expériences vécues dans d’autres pays appartenant à des aires géographiques et socioculturelles différentes (en l’occurrence les expériences de l’Europe de l’Est et de l’Amérique Latine).

Les travaux se sont articulés autour de quatre axes thématiques. Le premier concerne la routinisation des usages sociaux des TIC et la socialisation politique et démocratique ; le deuxième a porté sur les mouvements sociaux en ligne, les nouveaux acteurs politiques et les légitimités antagoniques ; le troisième a été focalisé sur l’espace public « virtuel », l’exercice de la citoyenneté et les enjeux éthiques dans un contexte de transition démocratique. Quant au quatrième thème, il était axé sur le rôle des femmes dans les mouvements sociaux en ligne. Par ailleurs, deux ateliers ont été consacrés à la présentation des expériences démocratiques en Amérique Latine (le Chili et le Brésil) et en Europe de l’Est (la Grèce, la Roumanie, la Bulgarie et la Serbie), et du processus de transition démocratique dans certains pays arabes (au Yémen, en Libye et en Syrie). Plusieurs points saillants peuvent être dégagés à l’issu des travaux :

1- L’intérêt de l’approche adoptée caractérisée par l’ouverture au regard extérieur et la comparaison, d’une part, entre des contextes géopolitiques et socioculturels hétéroclites et, d’autre part, entre des champs disciplinaires différents. Cet échange fructueux entre les participants a permis de mettre l’accent sur les caractéristiques communes propres aux usages des TIC dans un contexte de transition démocratique (capacité de mobilisation politique ; démocratisation de la participation politique en dépit de la fracture numérique entre les catégories sociales et les régions ; importance de la dimension émotionnelle, voire utopique ; effervescence révolutionnaire ; circulation des rumeurs ; incertitude liée au processus de transition, etc.). Nous avons constaté également les singularités des contextes et la diversité des expériences : le rôle crucial joué par les TIC dans les transformations politiques en Tunisie et en Égypte, contrairement aux contextes libyen et yéménite par exemple où le nombre de cyberactivistes est encore limité en raison de la faiblesse du taux de pénétration d’Internet. Les mouvements sociaux en ligne y ont suivi, d’une part, l’effervescence sociale et, d’autre part, l’exemple des cyberactivistes tunisiens et égyptiens.

2- Les réseaux sociaux numériques qui ont fait leur preuve (à des degrés variables) au niveau de la lutte contre l’autoritarisme, sont de plus en plus questionnés en tant que moyen efficient pour la socialisation politique et la mobilisation citoyenne dans un contexte de transformation sociopolitique et de transition démocratique. Les expériences latino-américaines et Est européennes ont nourri la réflexion sur cette question. En effet, l’accent a été mis sur le fait que les réseaux sociaux favorisent une conception plus horizontale de la démocratie, fondée sur l’idée d’une organisation politique moins hiérarchique. Un autre point a été évoqué ; il concerne la place tenue par la diaspora au niveau de la transition démocratique (le cas de la Roumanie par exemple).

3- Les mouvements sociaux en ligne ont joué un rôle important sur le plan de la reconfiguration de la sphère publique. Les différents participants ont insisté sur la nécessité de dépasser le déterminisme technologique et de tenir compte de l’articulation entre l’espace public traditionnel et l’espace public médiatisé par les TIC. À ce titre, l’accent a été mis sur l’amplification, c’est-à-dire que les TIC perpétuent des tendances lourdes déjà existantes ou naissantes et renforcent une pluralité de tendances.

4- La Toile numérique assure, dans une large mesure, une meilleure visibilité des nouveaux acteurs impliqués dans le processus de transition démocratique, dont les femmes qui investissent l’espace public alternatif et qui proclament, en tant que citoyennes à part entière, leur droit à la participation politique.

5- Les mouvements sociaux en ligne ont certes joué un rôle important au niveau de la lutte contre les régimes autoritaires, mais il est important aujourd’hui de procéder à une démythification des TIC en s’interrogeant sur les effets pervers des usages de ces nouvelles technologies qui peuvent nuire au processus de transition démocratique et constituer un espace contre révolutionnaire.

De manière générale, les débats ont permis à l’IRMC de contribuer à la réflexion sur des questions d’actualité qui n’ont cessé d’interpeller la communauté scientifique dans le domaine des sciences humaines et sociales et de penser les bifurcations sociopolitiques à l’œuvre dans la région du Maghreb et de la Méditerranée. Une telle manifestation de portée internationale, a ceci d’important qu’elle a été basée sur la comparaison entre des approches propres à des champs disciplinaires différents et entre des expériences démocratiques hétérogènes.

Sur un autre plan, plusieurs participants aux journées sont membres du réseau Communication, médias et liens sociaux en Méditerranée « COMMED » (initié par l’IRMC dans le cadre d’un projet GDRI). Ils se sont réunis pour la finalisation du projet qui doit être soumis au CNRS.

Enfin, il importe de souligner que cette rencontre a été l’occasion de renforcer et d’élargir le réseau qui a été constitué en 2010. De plus, elle ouvre des perspectives de coopération avec le CRDI. À ce titre, un projet de recherche a été discuté en marge de la réunion pour contribuer à la réflexion sur des questions prioritaires pour la région en rapport avec les transformations sociopolitiques et le processus de transition démocratique au Maghreb. Cette région qui représente un terrain empirique complexe et hétéroclite offre un observatoire de recherche d’un intérêt certain.

Publié en septembre 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°10 

Sihem NAJAR

est sociologue et chercheure détachée de l’Université tunisienne. Elle conduit à l’IRMC le programme Stratégies identitaires, mobilités spatiales et nouvelles formes de liens sociaux en Méditerranée.

 

Pour citer ce billet : Sihem Najar, « Regards croisés sur les mouvements sociaux en ligne, les mutations sociopolitiques et les processus de transition démocratique en cours », Le Carnet de l’IRMC, 13 décembre 2012. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/663

 

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Affrontements armés, réseaux tribaux et prédation aux frontières de la Libye

Situation géographique de la Libye
© Médecins sans frontières

Depuis le mois de février 2012, les frontières libyennes connaissent une flambée de violence et d’affrontements armés. De M’saêd aux portes de l’Égypte à Ras Jdir sur la frontière tunisienne et de Ghat sur la route du Niger à Lâwinet aux environs de Koufra, des milices armées ont investi les postes frontaliers et douaniers ainsi que les pistes de la contrebande chassant les fonctionnaires récemment affectés par le gouvernement provisoire de Tripoli. Ces milices sont composées en général de jeunes issus de tribus ou de groupes ethniques dont les territoires historiques sont situés à proximité ou à cheval sur l’une ou l’autre des frontières. Elles sont aussi l’émanation des réseaux de contrebandiers actifs sur les routes et les pistes reliant les principaux marchés de Libye aux pays frontaliers. Toutefois, au-delà des similitudes des situations qui caractérisent les actions armées d’occupation des postes par les diverses milices, les configurations de chaque situation restent marquées par des spécificités qui peuvent être succinctement exposées comme suit :

Le poste de Ras Jdir à la frontière tuniso-libyenne : Un butin de guerre âprement disputé

Les milices de la ville de Zouara[1] ont occupé le poste de ras Jdir et ont imposé une administration des douanes et de la sécurité issue de leurs rangs, considérant ainsi la prise de contrôle de cette frontière comme un « butin de guerre ». Grâce à ce fait d’arme, les milices de Zouara ont, dans une première phase, contraint les Libyens originaires de toutes les autres régions du pays et particulièrement les commerçants transitant par la frontière, à leur verser des « droits de passage » avant de monopoliser progressivement, dans une seconde phase, le commerce transfrontalier avec la Tunisie.

Poste frontière de Ras Jdir.
© AFP / Mahmud Turkia

L’absence de l’Armée et des forces de sécurité à la frontière a favorisé l’essor, sans précédent, des trafics de stupéfiants et de la contrebande des boissons alcoolisées en direction de la Libye[2]. La recrudescence des activités d’échanges contrôlées par les milices de Zouara a amené celles-ci à étendre leur emprise sur l’ensemble du « territoire » qui s’étend de la ville de Ajilet au poste de Ras Jdir et notamment sur les routes qui relient la capitale Tripoli à la frontière tunisienne. Cette mainmise sur la frontière suscite l’animosité de plusieurs tribus et milices armées dans l’Ouest libyen et particulièrement celles de Regdaline et d’Al Jamil[3]. Ces dernières n’ont pas hésité à organiser une série d’attaques sanglantes destinées à déloger les milices de Zouara de leurs postes et à s’assurer le contrôle des routes de la Tripolitaine en canalisant les flux commerciaux et de contrebande suivant une voie située plus au Sud et traversant leurs territoires tribaux respectifs. Tentatives qui se sont souvent soldées par des échecs face à l’intensité de feu déployée par les miliciens lourdement armés de Zouara.

Les milices de Zouara – qui ont par le passé entretenu d’étroites relations avec leurs partenaires tunisiens de Ben Guerdane – ont à plusieurs reprises traversé la frontière tunisienne pour des expéditions punitives contre les réseaux de contrebandiers récalcitrants. Mais ce sont les exactions commises contre les éléments de la Garde Nationale tunisienne, le pilonnage des postes de douane et l’enlèvement des soldats qui sont les plus spectaculaires et témoignent de la volonté (et des capacités logistiques et financières) de la milice de Zouara d’imposer un nouveau rapport de force à la frontière.

Le poste de M’saêd à la frontière égypto-libyenne : le compromis entre les réseaux

Les milices de Toubrouk (Thouwaar Deraâ Tobrouk)[4] ont investi le poste de M’saêd après avoir chassé les autres groupes armés qui s’y sont installés depuis le début des évènements en mars 2011. Toutefois, les habitants de Selloum et de Boukbouk, localités égyptiennes proches de la frontière, redoutant la mainmise de cette milice sur le commerce transfrontalier et notamment le trafic du carburant, ont organisé une expédition qui leur a permis de repousser les groupes armés vers l’intérieur du territoire libyen. Les escarmouches et les combats localisés se sont déroulés sous l’oeil de l’Armée égyptienne qui s’est abstenue de toute intervention. Depuis le mois de février 2012, une sorte de compromis semble régir les rapports entre les acteurs dans la région.

Les milices de Toubrouk contrôleraient une partie importante des trafics de carburant et de produits alimentaires subventionnés en direction de l’Égypte, et les groupes de Selloum domineraient la filière des passages clandestins des travailleurs vers la Libye.

La Piste de Dongola à Lâwinet à la frontière soudano-tchado-libyenne : le poids des guerres et la tentation de la scission

Différemment des deux précédentes frontières, la région orientale du Fezzan a servi ces dernières années comme base arrière pour plusieurs groupes armés dissidents ayant participé aux soulèvements du Darfour ou de l’Ennedi. La disparition de Kadhafi a suscité les ambitions des minorités ethniques de la région et particulièrement les Toubous dont le territoire historique est situé à cheval sur les trois pays limitrophes. L’éloignement de la capitale Tripoli et de Benghazi ou Misratha, foyers principaux du soulèvement armé en Libye, a permis aux Toubous d’asseoir leur domination sur la majeure partie de la route de Dongola et de chasser toutes les autres milices qui se seraient opposées à leur projet. Toutefois, la valorisation du commerce transfrontalier de la « piste de Dongola » nécessitait le réseautage d’une série de villes étapes et principalement Koufra et Sebha. Or, ces villes, bien que peuplées par une importante communauté touboue, n’en étaient pas moins des villes garnison et abritaient d’autres groupes tribaux, dont les Zouî qui jouissaient de solides alliances avec les puissantes milices du Nord. Les affrontements qui eurent lieu en février et mars 2012 se sont soldés par un partage de facto des territoires dans les deux villes et une hégémonie totale des groupes toubous sur la piste de Dongola et son principal poste Lâwinet. Face aux contestations émanant des autres milices ennemies, les groupes toubous, forts de leurs succès sur le terrain, ont agité la menace de sécession, laquelle serait le prélude à l’édification d’un « État national pour le peuple toubou »[5].

Par le passé, le régime de Kadhafi a permis, dans certaines mesures et selon les contextes, l’interpénétration des circuits de l’économie informelle avec ceux qui sont organisés et structurés par l’État et les autres acteurs privés. Cette interpénétration ne fut pas l’œuvre ou la conséquence de la corruption des fonctionnaires ou l’expression d’un quelconque laxisme, mais comme une forme de clientélisme, une politique clairement établie et instituée à des fins de régulation politique et économique. Cette politique a donc transformé peu à peu les frontières en ressources accaparées par certains groupes tribaux locaux. La chute du « Guide » aurait pu déboucher sur une remise en cause des « privilèges de la frontière » et l’arrivée de nouveaux acteurs pour concurrencer les anciens cartels.

Toutefois, la mobilisation des tribus dont les territoires vécus ou revendiqués se situent dans les zones frontalières, a mis en échec la recomposition des rapports de force. Cette mobilisation a dépassé le simple cadre de la solidarité entre les membres d’un même groupe tribal ou ethnique et a fait appel à une multitude de réseaux sécuritaires, politiques mais aussi ceux actifs dans les trafics d’immigrés ou de stupéfiants. C’est cette forme de mobilisation-alliance entre réseaux qui constitue aujourd’hui l’un des traits saillants de la dynamique qui anime les territoires situés de part et d’autre des frontières libyennes.

Cette dynamique prend la forme d’une ruée armée des groupes tribaux vers l’occupation armée des frontières, la mise en exergue des revendications sur la prédominance du territoire, la subversion de la frontière et la réinvention-réactivation des représentations symboliques ancrées dans les valeurs du passé autour de la terre, l’accaparation exclusive des aires spatiales des réseaux mondialisés de la contrebande, la monopolisation du contrôle des lieux et des axes par lesquels passent les flux d’hommes, de biens et de capitaux. Les processus dans leur ensemble ne marquent-ils pas la pérennisation d’un type de mise en valeur des frontières, fondé sur la prédation exclusive et sur une rupture avec le projet de l’État-nation post-révolutionnaire ?

Publié en mai 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°9 

 

Rafaa TABIB

Sociologue, Université de La Manouba

 

Pour citer ce billet : Rafaa Tabib, « Affrontements armés, réseaux tribaux et prédation aux frontières de la Libye », Le Carnet de l’IRMC, 11 décembre 2012. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/656

 



[1] Ville côtière de la J’farra libyenne située à près de 55 km de Ras Jdir. Sa population est estimée actuellement à 50 000 habitants majoritairement Amazighes.

[2] Les habitants de Ben Guerdane ont inventé une formule sarcastique pour désigner les exactions des milices de Zouara et leur penchant pour l’alcool (bière contre nourriture), formule qui rappelle celle en vigueur lors de l’embargo onusien sur l’Irak (pétrole contre nourriture).

[3] Localités situées à la périphérie de Zouara.

[4] Révolutionnaires du bouclier de Toubrouk.

[5] Déclaration d’Aïssa Abdelmajid, principal chef des milices touboues, au journal Al Watan en date du 13 février 2012.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Premiers pas d’une « renaissance » amazighe en Tunisie. Entre pression panamazighe, réalités locales et gouvernement islamiste

Première rencontre amazighe, 14 mars 2011, Guellala (Djerba).
© Nouri Nemri

Parmi les pays du Maghreb, la Tunisie détient le plus faible taux de berbérophones[1] mais le trophée dans la folklorisation du « patrimoine » berbère : Matmata et ses maisons troglodytes, le tapis berbère, le couscous berbère, la tente berbère dont Mongi Bouras, conservateur du musée berbère de Tamerzert[2] démontre même la duperie de ces connotations. La connotation « berbère » apparait comme la marque d’une authenticité, le cachet attestant du caractère local, ancestral mais aussi de révolu[3] destiné au touriste et à l’intention de l’histoire nationale[4]. Le patrimoine amazigh n’est alors ni tabou ni péjoratif comme ce fut longtemps le cas au Maroc mais il appartient à l’histoire longue du pays et représente une des facettes, locale et relative, de l’héritage qui configure la « mosaïque » de la Tunisie méditerranéenne et tolérante.

Les recherches universitaires engagées sur ce sujet se détachent difficilement des positions partisanes. Il subsiste bien, pour certains sociologues tunisiens,  une « minorité berbère » en Tunisie dont les traits communs avec le Maroc et l’Algérie ne peuvent être niés mais qui manque cruellement de réalité concrète[5]. A l’inverse, les historiens du laboratoire « régions et patrimoine » de la faculté de La Manouba à Tunis réhabilitent depuis quelques années les études sur les « patrimoines minoritaires » parmi lesquels le patrimoine amazigh.

La dimension politique amazighe n’a jamais existé en Tunisie même si les sensibilités nationalistes arabes qui craignent une différentiation berbère sont bien là.  Rim Saidi, présentatrice tunisienne de la chaine Nessma TV, avait timidement relevé que son grand-père était berbère, donnant lieu à une vive polémique qui nourrira la théorie du complot sioniste et anti-musulman de la chaine[6].

Contrairement à l’Algérie et au Maroc où résident des identités plus figées, en Tunisie, « Amazigh » n’est pas (encore ?) l’antonyme d’« Arabe ». Il n’entre pas non plus totalement en contradiction avec l’islamisme du parti Ennahdha ou le nationalisme arabe du parti du CPR ; des militants d’associations locales du Sud-Est soutiennent ces deux partis aux dernières élections et jusqu’à aujourd’hui. De plus, brisant le cliché du berbérisme laïc voire athée, il peut se décliner dans un islam conservateur au travers de l’Ibadisme de Djerba[7].

Pour les berbérophones de Tunisie, être Amazigh a peu de sens en dehors du fait de parler cette langue dans le cercle familial, du village, ou dans l’émigration à Tunis quand on use de cette langue pour ne pas être compris par d’autres. Jusqu’ici, la langue amazighe, qui comme dans tous les pays du Maghreb se décline régionalement, apparait pour les locuteurs comme une touche locale, un héritage familial, une particularité presque intime dont on n’interroge ni l’origine ni l’avenir.

Réunion CMA, Tataouine, avril 2011.
© Nouri Nemri

Le développement du tourisme maghrébin dans les régions berbérophones[8] et l’émigration en France ont permis de mettre en contact des berbérophones issus de différentes régions du Maghreb. Ces contacts touristiques, amicaux ou militants ont aidé à conceptualiser une langue amazighe non plus restreinte au local ni au national mais présente à l’échelle de l’Afrique du Nord et endossant par là même une viabilité historique et culturelle. Des militants marocains et algériens indépendants ou rattachés au Congrès Mondial Amazigh (CMA) ont depuis des années entretenus des contacts avec des Tunisiens enclins au militantisme en Tunisie mais plus facilement en France, à Paris notamment. A la chute du régime autoritaire de Ben Ali, la première association tunisienne pour la culture amazighe (ATCA) prend forme dans les coulisses d’une réunion préparatoire du CMA tenue symboliquement à Tataouine en avril 2011, symbole d’une renaissance berbère à venir en Tunisie mais aussi en Libye. Lors de l’assemblée du dernier CMA tenue pour la première fois de son histoire en Tunisie (Djerba, septembre 2011), l’élection d’un président libyen, Fathi Benkhalifa, permet d’élargir les frontières du militantisme amazighe à la Libye, jusqu’à alors dans l’incapacité politique d’être impliquée.

L’expression d’une identité amazighe en Libye, libérée par la fin du régime de Kadhafi, entre en interaction avec le militantisme tunisien. Des intérêts commerciaux et familiaux ont de toujours liés Tunisiens du Sud-Est et Libyens de l’Ouest mais les ruptures politiques de 2011-2012 propulsent un espace commun de débat identitaire et politique. En 2011, parmi les nombreux réfugiés libyens, des berbérophones trouvent refuge dans le Sud-Est tunisien. Parallèlement, la toute jeune association amazighe de Djerba (Gellala) organise des rencontres avec des Libyens à Djeb Nefoussa en quête d’une identité commune dont témoigne la langue (les variétés de berbère de Djel Nefoussa en Libye et de Gellala en Tunisie, séparées par une centaine de kilomètres, sont presque similaires).

Aujourd’hui, pour les associations locales du Sud tunisien, un militantisme « de terrain » privilégie la sauvegarde d’un patrimoine linguistique et artistique vivant et honoré lors de soirées musicales ou d’actions ponctuelles. Plus récemment, des jeunes issus de villages berbérophones reculés et enclavés (Taoujout, Zraoua) espèrent faire valoir un droit au développement (routes, eau et électricité courantes, cafés, cybers, etc.) dont l’amazighité peut servir de catalyseur. Enfin, depuis Tunis capitale surtout, « militer amazigh » apparait comme le biais culturel d’un positionnement politique clair pour des anciens opposants de gauche dans la nouvelle Tunisie post-élections, celui d’une culture syndicale laïque et d’un anti-nationalisme arabe. Et les premiers « je ne suis pas Arabe » adressés au gouvernement apparaissent en profil facebook.

Drapeau tunisien, libyen, amazigh et … français, en hommage à l’intervention militaire française en Libye.
© Nouri Nemri

De son côté, l’État, par l’intermédiaire de son ministre de la Culture Mehdi Mabrouk, présente la Tunisie comme une nation arabe et musulmane ouverte sur la pluralité (ta’adoudiya). Il refuse la catégorisation de « minorité » (aqaliyyat) pour la culture berbère, qu’il classe dans la « diversité culturelle » (tanawa’ thaqafi) empruntant son importance à la charte de l’UNESCO. En Tunisie post-révolution, l’État a bien saisi l’enjeu de cette question : « On ne peut pas être une démocratie sans être ouvert sur la diversité culturelle »[9] déclare le ministre.

Suite à la diffusion d’un reportage sur les Amazighs en Tunisie (op. cit.), le journal hebdomadaire à tendance islamiste El Fajer publie un article[10] qui va déchainer les passions des militants des associations amazighes. Le journaliste dénonce le fait que « la plupart des militants amazigh à Tunis habitent à l’étranger et particulièrement en France », que ce groupe « marqué laïc » (tâbi’a al ‘almâni) cherche à « fonder une nouvelle identité hors du cadre de l’identité religieuse ». Mais l’attaque la plus insupportable pour les militants est celle d’une culture réduite à « des restes de poubelle dont même les poules ne se nourriraient pas ». C’est l’assimilation de l’amazighité à des restes, des ruines, des traces culturelles en perdition, des gens simples et pauvres qui indignent la communauté militante amazighe. Les associations tunisiennes mais aussi marocaines publient des communiqués atterrés à l’égard de cet article. On relève notamment parmi ceux-là, une réponse d’un membre de l’association ATCA, signée ironiquement en provenance de « Tamezret un village d’hommes préhistoriques » : celui-ci qui rappelle son emprisonnement et exil forcé de 30 ans sous les anciens régimes (pour son militantisme syndical), replace la Tunisie dans « Tamazgha al koubra » (l’espace amazigh transnational) et informe sur le nouvel enseignement de la graphie tifinagh à Tunis. Par là, il restaure la dimension civilisationnelle (écriture, histoire) de l’amazighité que le journaliste avait dénigré. Il culturalise un patrimoine, présenté comme aculturel. Mais la réaction la plus officielle, car publiée dans le même journal la semaine suivante provient du président de l’association « Azrou pour la culture amazigh », Arafat Almahrouk[11]. A partir du village d’Azrou où le parti Ennahdha a obtenu 70 % du suffrage aux dernières élections, il affirme que la cause amazighe n’est pas liée à une pensée politique, qu’elle est nationale et qu’elle n’offense pas la religion musulmane. Car l’enjeu local est bien là, celui de ne pas entrer dans une opposition frontale avec le parti islamiste Ennahdha, au sein de régions qui ont, qui plus est, adhéré à son idéologie.

Stéphanie POUESSEL
Anthropologue, IRMC

 

Pour citer ce billet : Stéphanie Pouessel, « Premiers pas d’une « renaissance » amazighe en Tunisie. Entre pression panamazighe, réalités locales et gouvernement islamiste », Le Carnet de l’IRMC, 7 décembre 2012. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/646

 


[1] Il est décrété qu’ils représentent 1% de la population dans les principales études sur le sujet; plus de 10% m’affirme un militant berbère à Tunis, octobre 2012. Quoi qu’il en soit, ce faible pourcentage découle de l’histoire islamique au Maghreb qui a fait de cette région le lieu de la plus forte arabisation ; de plus, depuis l’indépendance, la Tunisie enregistre le taux le plus élevé d’alphabétisation en arabe des pays du Maghreb.

[2] Village situé dans le Sud-Est tunisien, région de Matmata. Entretien avec Mongi Bouras, 21.10.2012.

[3] Sous couvert d’une critique de la représentation sauvage des Amazighs, une journaliste réitère la rhétorique de l’origine du peuple tunisien : « Les maisons-cavernes taillées dans les rochers, la poussière, le vide et pour finir une des populations qui a vécu sur nos terres jadis. Voilà ce à quoi nous renvoie notre imaginaire. Pourtant, ce n’est pas là l’une des populations qui a habité la Tunisie, mais celle qui est l’origine de son peuple », Hajer Ajroudi, «  avec Nouri Nemri, organisateur du festival des Amazighs », Le Maghreb, 12 octobre 2012, p.22.

[4] Les personnages historiques labellisés « berbères » à l’instar d’Alissa, Massinissa, Jugurtha ou Hannibal sont devenus des noms de chaine de télévision, de rue ou d’opérateur téléphonique.

[5] Cf. Salim Labiyadh, 2011, Al aqaliyyat al barbariya fi tounis (« la minorité berbère en Tunisie »), Genève, centre arabe d’études politiques et sociales.

[6] Lors d’un débat qu’elle dirigeait sur « le pacte républicain : sa nécessite et sa valeur moral et juridique » le 23-06-2011.

[7] Un Cheikh ibadite berbère de Gellala explique la survie de la langue berbère sur l’île de Djerba par la présence millénaire du culte ibadite, témoignage télévisuel dans l’émission « Fissamim » qui consacre un reportage à la culture amazighe en Tunisie, chaîne de télévision Ettounsiya, 2.11.2012.

[8] Région de Matmata – Tamerzet, Zraoua, Taoujout ; région de Djerba – Gellala, Sedouikch, Ajim ; région de Tataouine – Douiret, Guermessa, Chenini.

[9] Emission “Fissamim”, Ettounsiya, op.cit.

[10] Salim Al-Hakimi, « man yourid tahrik khouyout al fitna al amazighiya fi tounis ? » (Qui veut agiter le chiffon rouge de la division en Tunisie?), Al Fajer, 16.11.2012, p.9.

[11] « Haoula inkar wa tams al joudhour wa al houwiya al amazighiya » (A propos du déni et de l’atteinte aux racines et à l’identité amazighe), Al Fajer, 23.11.2012, p.13.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Le syndicalisme, quel rôle dans le printemps arabe ?

Illustration du nouveau pluralisme syndical tunisien
© Tunisie-numérique.com

Évoquer les rapports entre syndicalisme et « printemps arabe » exige une description préalable de la situation syndicale dans le monde arabe. En effet, ce qui est couramment appelé « monde arabe » n’a pas connu une histoire syndicale uniforme, nous pouvons même affirmer que dans certains pays, le syndicalisme n’a pas encore vu le jour. Cette disparité est expliquée par l’histoire du capitalisme dans la région, de l’industrialisation, du colonialisme et par la nature des régimes politiques en place.

D’une manière empirique nous pouvons établir une typologie simple et opérationnelle qui couvre tous les pays arabes comme suit :

– Les pays où le syndicalisme est toujours inexistant ou embryonnaire à l’instar des pays du Golfe. Il est important de rappeler que dans ces pays, l’écrasante majorité des travailleurs sont des étrangers qui ne bénéficient pas encore du droit syndical.

– Les pays où les syndicats sont totalement inféodés aux partis uniques au pouvoir sur le modèle de l’Union Soviétique des années 30. Dans ce cas il s’agit plutôt de comités de surveillance des administrations, des entreprises et des travailleurs, tel est le cas de la Syrie, de l’Irak, du Yémen et de la Libye.

– Les pays où les syndicats même surveillés, adoptant parfois des attitudes de compromis, de résignation, d’allégeance, sont en réalité en confrontation permanente avec le pouvoir tels que la Tunisie, le Maroc, l’Algérie et l’Égypte.

Le syndicalisme est représenté d’une manière générale dans l’imaginaire politique des populations arabes, tout particulièrement dans les pays du troisième groupe cité (Égypte, Tunisie, Algérie, Maroc) comme étant le lieu du vrai combat pour la dignité, l’égalité et la liberté. Cette image provient du fait que ces mouvements syndicaux ont été à la tête de la lutte anticoloniale et dans certains cas, les leaders du mouvement national et les piliers de l’indépendance. En effet, pendant la période de la lutte pour l’indépendance nationale, ces centrales syndicales ont appris à mobiliser les masses populaires et à structurer des revendications à la fois anticoloniales et anticapitalistes. C’est à partir de cette expérience d’affrontement contre les forces de répression coloniale qu’une certaine culture de combat s’est développée au sein de plusieurs centrales syndicales. En effet, par le fait de la colonisation, cette culture d’affrontement anticoloniale a constitué un caractère original par rapport aux grands courants du syndicalisme européen. Ce fait historique a permis à certaines organisations syndicales de se transformer en mouvements de masses populaires, et en courants politiques d’opposition au pouvoir central.

Les exemples de l’Union Générale des travailleurs de Tunisie (UGTT) et de l’Union Marocaine des Travailleurs (UMT) illustrent très bien ce type de mouvance syndicale.

Le syndicalisme au réveil du « Printemps arabe »

Comme nous l’avons signalé, étudier le syndicalisme en relation avec le printemps arabe serait en fait limiter cette réflexion aux pays qui ont vécu une transformation politique et sociale provoquant soit la chute des dictateurs (l’Égypte et la Tunisie) soit de profonds changements dans l’organisation de l’État (Le Maroc). Nous constatons dans ces deux cas que ces grandes mutations ont lieu dans les pays ou les syndicats sont présents sur la scène politique, et où le syndicalisme est ancré dans le débat politique. J’exclue le cas de la Libye pour deux raisons : l’inexistence d’un syndicalisme actif et le rôle déterminant de l’OTAN dans la chute de Kadhafi. Quant à l’Algérie, même inféodée, l’UGTA (Union Générale des Travailleurs Algériens) et malgré la création de plusieurs syndicats autonomes, cette centrale syndicale reste influente, et pourra jouer un rôle important dans la conduite des prochaines élections législatives en mai 2012.

Manifestation pour la libéralisation syndicale
© Anarkismo.net

Ce n’est donc pas par hasard que ces processus de changements et de ruptures se sont produits dans le pays arabes où le syndicalisme est structuré et agissant. En effet en Tunisie, le pays qui a inauguré « le printemps arabe », l’émergence du syndicalisme date des années vingt et la lutte syndicale est la plus développée dans le monde arabe, accumulant une expérience de plus de soixante dix ans, ayant dirigé et encadré par le passé plusieurs luttes pour la dignité et la justice sociale. Plusieurs indices, évènements historiques nous confirment cette hypothèse (Arrestation et condamnation de centaines de syndicalistes, attaques organisées des locaux des syndicats, interdiction d’accès aux moyens de communication…).

En ce qui concerne la Tunisie, nous pouvons remarquer aussi que la centrale syndicale l’UGTT a engagé la lutte ouverte contre le régime de Ben Ali en 2008. C’est à partir de la région de Gafsa, la région des mines, où une grève a été organisée et un mouvement de solidarité exceptionnel à l’échelle nationale et internationale s’est imposé. Ce mouvement a duré six mois constituant la première victoire contre la dictature en démystifiant la peur, l’outil essentiel de la répression. Le siège du parti au pouvoir, symbole de la corruption a été occupé par la population. Des manifestations de masse ont parcouru toute la région pendant quarante jours consécutifs. Toutes les villes avoisinantes du Sud ont soutenu le mouvement de contestation par des rassemblements quotidiens face aux préfectures et aux palais de la justice… Suite à une répression féroce et à des arrestations massives, ce mouvement a été étouffé en apparence seulement, car les contestataires ont réussi à implanter à travers les syndicats locaux et régionaux un réseau de résistance dans tout le pays. Dès lors, le mouvement social tunisien disposait d’une “logistique révolutionnaire syndicale” qui lui a permis de marcher de toute part sur La Kasbah (place du Gouvernement) le 14 janvier 2011.

Le syndicalisme égyptien à la place Tahrir

En Égypte Le syndicalisme a été inféodé au pouvoir depuis 1957, Jusqu’à 2009 seul le syndicat officiel, l’ETUF pouvait s’exprimer au nom des travailleurs. À partir de 2009 et suite à une forte contestation ouvrière. Le premier syndicat indépendant fut crée Le RETA. Ce fut le début d’une grande marche d’un syndicalisme égyptien indépendant tourné vers la justice sociale et la lutte contre la corruption. Il s’agit d’une avancée incontestable qui a favorisé l’émergence de slogans anti Moubarak et l’amplification du mouvement social dans toute l’Égypte. Depuis 2005, les actions des travailleurs égyptiens : piquets de grève, rassemblement dans les lieux de travail, se comptaient par milliers par an. En 2008, le déclenchement de la grève de Mahallaa groupant 24 000 travailleurs et travailleuses du textile a rompu le sentiment de peur qui paralysait tout le peuple égyptien et surtout les couches sociales les plus pauvres. Cette grève, très soutenue a eu les mêmes effets que celle des mines de la région de Gafsa en Tunisie, déclenchée également la même année.

Tous ces éléments indiquent clairement que le mouvement syndical égyptien indépendant était fortement présent dans le processus révolutionnaire. Kamel Abouaita figure connue du syndicalisme indépendant, arrêté plusieurs fois à cause de son militantisme syndical affirmait que tous les noyaux des syndicats indépendants étaient actifs sur la place Tahrir dès les premiers rassemblements…

Le retour du syndicalisme marocain

Apres quelques années de distance de la scène politique et sociale, le syndicalisme marocain pluriel, marqué par une grande tradition de collaboration avec les partis politiques, s’est trouvé depuis le déclenchement du soulèvement social en Tunisie dans une position de combat, soutenant sans réserve les revendications, d’abord des employés du secteur publique puis de ceux du secteur privé. Tous les syndicats notamment les importants (l’UMT, UGTM, la CDT…) ont su mobiliser et encadrer le mouvement social. C’est à partir de 2009 qu’après une période de désenchantement syndical qu’une nouvelle conscience émergea, donnant aux syndicats un rôle nouveau dans la contestation et dans la défense des travailleurs. Les premiers slogans adoptés par les syndicats portaient sur la justice sociale et le partage des richesses du pays avec plus d’égalité et de solidarité. Ces syndicats ont participé à toutes les manifestations dont certains étaient proches du mouvement du 20 février. Dans cette lutte, les employés et les travailleurs ont perdu progressivement ce que l’on appelle au Maroc le désenchantement syndical. Dans ce contexte, une nouvelle page du syndicalisme s’est ouverte contre l’ostracisme à travers la volonté de ces derniers de collaborer avec tous les mouvements démocratiques pour soutenir les libertés fondamentales, la réforme des structures étatiques, les élections transparentes et un développement soutenu dans les régions les plus pauvres. Tous les slogans émanant des syndicats au Maroc rejoignent globalement ceux de la Kasbah à Tunis et ceux de la place Tahrir : égalité, dignité, liberté. Une autre caractéristique importante du syndicalisme marocain lors de cette grande marche vers la démocratie, tous ses leaders ont appelé à une unité de l’action syndicale permanente et stratégique pour faire pression sur toutes les instances de décisions relatives à la fois à la condition de vie des travailleurs et des couches les plus pauvres de la société et exigeant l’introduction dans la nouvelle constitution de tous les droits syndicaux dans tous les secteurs et toutes les entreprises. Sans révolution les syndicats marocains ont pu rejoindre le printemps arabe avec une mobilisation de la population marocaine sans précédent.

Ce que l’histoire retiendra

Sans aller dans une explication historique et politique trop lourde, on peut avancer l’hypothèse qui démontre que, c’est dans les pays où le syndicalisme a été présent, vif, revendicatif et parti prenante du mouvement démocratique, que nous avons assisté à la chute de la dictature, à la dénonciation de la corruption du néocolonialisme interne. Par contre dans les pays où le mouvement syndical était absent ou inactif (la Syrie, le Yémen, le Bahreïn, la Libye) le mouvement fut, encerclé presque étouffé par le tribalisme ou par l’intervention militaire.

Cette nouvelle situation politique dans les pays arabes impose une nouvelle approche du mouvement syndical, une profonde réflexion s’impose autour des nouveaux rôles du syndicalisme arabe :

Comment élargir l’action syndicale à toutes les composantes du mouvement social ? Quelles stratégies face aux pluralismes syndicales ? Comment structurer et décentraliser l’action syndicale ? Quel sont les nouveaux champs des interventions ? Le rôle du syndicalisme dans la rédaction de la nouvelle constitution.

 Publié en mai 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°9

 

Ridha TLILI

Sociologue, Université de La Manouba

 

Pour citer ce billet : Ridha Tlili, « Le syndicalisme, quel rôle dans le printemps arabe? », Le Carnet de l’IRMC, 5 décembre 2012. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/633

 

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Parcours international de débat et propositions sur la gouvernance : perspectives en Afrique du Nord

Compte-rendu du colloque international de Tunis, IRMC – IRG, 12-13-14 mars 2012, Coordonné par Elisabeth Dau

L’Institut de Recherche et de débat sur la Gouvernance (IRG) a organisé en partenariat avec l’IRMC, la Fondation Hanns Seidel au Maghreb, le laboratoire Diraset-Études Maghrébines, les Éditions Med Ali, le ministère français des Affaires étrangères et européennes, la Fondation Charles Léopold Mayer, l’Alliance pour refonder la gouvernance en Afrique et l’université de Columbia (SIPA), une rencontre internationale sur la légitimité du pouvoir en Afrique du Nord. S’inscrivant dans un processus pluriannuel initié en Afrique de l’Ouest en 2007, cette rencontre, si elle était programmée depuis plusieurs années, posait une question au cœur de l’actualité de la sous région. Ainsi après les quatre autres sous régions du continent, l’Amérique andine et l’ouverture à l’Europe, c’est la question de ce qui fonde l’adhésion des populations au pouvoir que les participants sont venus discuter à Tunis. Consacrée à cinq pays (L’Algérie, l’Égypte, la Libye, le Maroc et la Tunisie), la rencontre s’est caractérisée, comme pour les étapes précédentes, par le croisement de regards, de cultures, de disciplines et d’acteurs. Une quarantaine de représentants de la société civile, de courants religieux, du secteur privé des universitaires, des personnalités politiques, institutionnelles, etc. sont venus de la sous région nord-africaine, d’Europe, d’Amérique latine, d’Amérique du Nord et d’Afrique pour échanger sur leurs expériences au coeur d’une actualité qui confirme l’urgence d’identifier des processus et des vecteurs de gouvernance démocratique légitime.

Qu’est-ce qui fonde l’autorité ? Comment évoluent et s’institutionnalisent les formes d’organisation du pouvoir au regard des réalités sociales ? La question de la légitimité concerne par conséquent les fondements même des liens entre État et société, par lesquels l’autorité de l’État se justifie. Cette problématique requiert une approche pragmatique, partant de l’observation de la réalité qu’est la diversité sociale, qui se prolonge dans les représentations, les pratiques et les rapports au pouvoir et qui découle des processus de formation dans le temps des États actuels.

Facteur substantiel de la crise du Politique, la rupture dans la dialectique légalité (organisation formelle et officielle) et légitimité est au cœur des analyses développées dans le programme « légitimité et enracinement des pouvoirs » de l’IRG.

Cette question se pose de façon particulière en Afrique du fait de l’histoire du continent marquée par une rupture majeure due aux colonisations arabe et occidentale. Au fil de l’évolution, les apports des colonisateurs se sont croisés avec le passé des sociétés donnant naissance à des systèmes très complexes où se mêlent institutions, coutumes, traditions anciennes, religions mais aussi idéologie et modèle de l’État tels qu’ils sont apparus en Occident ; le tout dans le contexte de mondialisation. Il en résulte une pluralité des représentations et des pratiques du pouvoir. Ainsi, la régulation sociale d’un pays donné passe concrètement par une diversité de canaux et de sous systèmes de régulation (droit, religion, coutumes, etc.). Ce constat est valable pour toute société : pour une situation donnée, il existe une pluralité de systèmes de régulation applicables. Cette pluralité peut devenir problématique pour la gouvernance d’un pays lorsque ces régulations se développent et se mettent en oeuvre en concurrence les unes des autres. Elles peuvent ainsi conduire les États à des situations de fragilité, à savoir, avec une capacité limitée à gouverner ou régir leurs sociétés et plus généralement à développer des relations mutuellement constructives et renforçantes avec elles. De tels États se caractérisent par leur incapacité à être reconnus comme l’autorité suprême (pouvoir légitime) sur leur territoire.

Pour mieux saisir et comprendre ces processus, le Parcours international de débat et propositions sur la gouvernance tente de lire la diversité des sources de légitimité mobilisées par les acteurs ainsi que leurs manifestations dans une région et un moment donnés. Il vise ainsi à comprendre la nature et le rôle que les sources de légitimité jouent, à travers leurs interactions, dans les processus de légitimation du pouvoir.

Dans un contexte très marqué par le printemps arabe, le colloque de Tunis pour la région de l’Afrique du Nord se proposait d’analyser tour à tour quelles pouvaient être les sources de légitimité du pouvoir effectivement mobilisées (légitimité des opposants, légalité et normativité internationale, religion), la manière dont elles cohabitent, les vecteurs qui favorisent leurs interactions (notamment à travers le cas illustratif du foncier) et les aspirations profondes auxquelles elles renvoient (justice sociale, sécurité, stabilité économique, prise en compte de l’opinion publique, etc.), avant de s’interroger sur les enjeux des constitutions et du constitutionnalisme pour intégrer la diversité caractéristique de cette région.

À cette grande diversité, semble s’ajouter un facteur commun, celui d’une période de mutations (révolutions, réformes politiques, conflit armé, échéances électorales décisives, etc.) qui place au cœur des enjeux de la refondation de l’État et de sa temporalité, la question de la recomposition, du repositionnement et du jeu des acteurs.

Ces discussions ont été menées dans un cadre très ouvert à la participation d’interlocuteurs internationaux, favorisant ainsi un certain décentrement et montrant que les défis liés aux révolutions et aux transitions politiques sont partagés dans divers contextes.

Publié en mai 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°9

 

Elisabeth DAU

Institut de recherche et débat sur la Gouvernance. L’IRG est un espace international de réflexion et de proposition sur la gouvernance publique basé à Paris avec un pôle à Bogota. L’IRG travaille en réseau avec des partenaires à travers le monde, dans une perspective interculturelle, interdisciplinaire, inter-acteurs et inter-échelles. L’IRG alimente le débat sur la gouvernance, ouvre de nouveaux axes de recherches et d’expertise et aide à l’élaboration de politiques publiques. Il propose des formations, des publications et organise des espaces de dialogues internationaux.

 

Les interventions vidéo de la rencontre sont consultables en ligne sur le site de l’IRG

crédit d’illustration : © IRG

 

Pour citer ce billet : Élisabeth Dau, « Parcours international de débat et propositions sur la gouvernance : perspectives en Afrique du Nord », Le Carnet de l’IRMC, 28 novembre 2012. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/604

 

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Le corps sportif : entre particularisme et universalisme

Compte-rendu de conférence, IRMC – 2 mars 2012, Coordination Monia Lachheb

Dans le cadre du cycle de conférences sur Sport, cultures et sociétés au Maghreb, l’IRMC et l’ISSEP ont invité Jean-Marie Brohm, sociologue, pour intervenir sur Le corps sportif : entre particularisme et universalisme. Le conférencier a débuté par l’analyse de la complexité de la réalité corporelle. En se référant à la conception phénoménologique du corps, il développe trois modalités d’existence du corps : le corps-en-soi qui se plie aux lois objectives, le corps-pour-soi qui se trouve au fondement de la subjectivité et le corps-pour-autrui qui structure les relations intersubjectives. Ces multiples dimensions de l’existence corporelle s’imbriquent et fondent la singularité de l’être corporel.

Partant de là, Jean-Marie Brohm s’interroge sur la place du corps sportif et développe ses spécificités. Selon lui le corps sportif est un modèle du corps qui se réfère à la culture sportive, laquelle culture se définit par son aspect universel. Il se construit par un appareillage technologique qui fabrique un corps objectivé et mesuré.

En tant que tel, le corps sportif respecte différentes formes d’ « étiquetage » selon l’âge, le poids et les catégories de pratiques (cadets, juniors, séniors). Aussi, l’entraînement sportif correspond à « un mécanisme de dressage » qui vise « le formatage de l’image du corps ».

Si l’idéologie sportive tend à neutraliser les différences et à mettre en avant une figure abstraite et objective du corps sportif, elle repose aussi sur une série de marqueurs qui attestent de l’existence de différents niveaux de différenciation. En effet, le corps sportif ne peut pas être asexué : c’est un corps d’homme ou un corps de femme qui suppose un mode d’investissement particulier dans la pratique. Le marqueur de l’âge est aussi important tenant que le corps sportif est supposé être un corps jeune et productif. Au-delà de cette figure de jeunesse, le niveau de compétence physique du corps et sa configuration harmonieuse conduisent au déni du corps en situation de handicap, ce corps différent qui demeure stigmatisé. Enfin, le corps sportif témoigne de la dialectique entre le pouvoir et l’impouvoir qui se manifeste dans la recherche continue d’une augmentation du capital corporel et d’une maitrise du monde.

Néanmoins, il se trouve soumis à la déperdition progressive du pouvoir de son rendement et de sa performance. En ce sens, le corps sportif est inévitablement dominé par la temporalité qui pose la question de l’altération et du vieillissement.

Au demeurant, le conférencier a conclu que le corps sportif renvoyait ainsi à une vison du monde particulière largement soutenue par une politique qui oeuvre pour la normalisation des expériences du corps.

 Publié en mai 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°9

 

Monia LACHHEB

est enseignante chercheure en sociologie à l’Institut supérieur du sport et de l’éducation physique de Tunis, associée à l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain.

 

Pour citer ce billet : Monia Lachheb, « Le corps sportif : entre particularisme et universalisme », Le Carnet de l’IRMC, 21 novembre 2012. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/600

 

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook