Archives de catégorie : Urbanisme

Dysfonctionnement et défaillance des instruments d’urbanisme en Algérie

Texte préalablement publié en deux parties (Partie 1, Partie 2) sur le site Maghreb émergent.

La théorie sociale a généralement tendance à exclure d’emblée la spatialité de son champ d’observation et en faisant une compilation non nécessaire. Ou alors, elle la traite comme le contenu simple et figé dans lequel se déroulent les processus sociaux. La théorie générale du développement géographique inégal qui m’intéresse devient impossible sur la base de l’un ou l’autre de ces présupposés. Au mieux, on peut énoncer une analyse des lois de l’accumulation en tant qu’elles produisent un développement inégal à l’intérieur d’une structure spatiale prédéterminée.

David Harvey

I. Le plan d’urbanisme directeur (PUD) un avatar de la charte d’Athènes

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
© D.R.

Face à une situation urbaine, architecturale et même territoriale que tout un chacun qualifie, à juste titre, d’anarchique (fawdhaoui comme la définit le terme populaire qui lui est consacré), une nouvelle réglementation qui est censée traduire une nouvelle politique d’urbanisation sera prochainement élaborée par le ministre de l’Habitat, Abdelmadjid Tebboune. Le temps est venu, selon lui, de « revoir de fond en comble » tous les aspects liés à l’urbanisation. Quel est donc l’enjeu des instruments de planification dans la production de l’espace urbain et dans quelle mesure pourraient-ils assurer une évolution en adéquation avec le rythme et le niveau de formation et de structuration de la ville, c’est-à-dire un contrôle de sa forme ? Pour qualifier la crise, disons que les instruments de planification et d’aménagement urbain en Algérie se caractérisent par leurs défaillances et leurs décalages avec la réalité. Ils se retrouvent souvent dépassés au moment de leur aboutissement. Ce phénomène finit par transformer ces plans d’instrument de gestion et de régulation urbaine, en outils de gestion de régularisation d’un état de fait. Mais, ce décalage n’est pas un simple dysfonctionnement lié à la mauvaise gouvernance ou aux lenteurs bureaucratiques. Il est le résultat de contradictions entre des choix de planification souvent abstraits qui s’avèrent  incapable de contenir la réalité.

Le PUD : instrument « alibi »

Le plan d’urbanisme directeur (PUD) est un instrument de planification urbaine introduit par la législation coloniale en 1958[1], dans le sillage du « plan de Constantine » de De Gaulle. C’est un héritage colonial qui va rester en vigueur jusqu’en 1990.  Mais ce n’est qu’à la fin des années 1970 que les villes algériennes seront dotées de PUD, dans un moment où des opérations de logements sous forme de ZHUN (Zone d’habitat urbaine nouvelle), de lotissements et d’équipements étaient déjà en construction. Entre temps, l’Algérie des deux premières décennies d’indépendance a vécu dans ce qui est connu comme « bien vacant ». Les besoins en production d’espace habitable ne se font sentir qu’au milieu des années 1970. Les premiers plans établis ne font, dans cette situation, qu’un état des lieux de la ville en pleine transformation. Ils n’ont fait, en fait, qu’entériner des actions déjà engagées. Les objectifs sont réduits aux seuls aspects techniques (viabilisation, assainissement) et à la recherche d’une affectation des espaces des différents quartiers en formation.

Algérie3
© D.R.

En réalité, le véritable instrument de planification n’était pas le PUD. Celui-ci n’était qu’un simple instrument alibi. Ce sont le plan communal de développement (PCD) et le lotissement qui constituent concrètement les outils d’intervention dans la production de l’espace et du cadre bâti de la ville.  Le PCD est un programme financier destiné à satisfaire les besoins d’urgence des habitants, notamment en termes d’équipements. Il est l’échelon qui permet « de regrouper dans un cadre cohérent toutes les interventions de portée locale proposées par la commune, réalisées et gérées par elle et financées par les ressources centrales »[2]. Mais la mise en place des mécanismes financiers nécessite un autre instrument relatif à la maîtrise du sol. Le texte fondamental qui allait ouvrir un processus de croissance planifiée de la ville algérienne est l’ordonnance n°74.26 du 20.02.74 portant constitution des réserves foncières au profit des communes, suivi de plusieurs décrets d’application et de circulaires présidentielles ou ministérielles[3]. Ces textes de loi sont particulièrement importants dans la mesure où ils vont conditionner en grande partie le processus et les formes d’urbanisation actuelles. En effet, le lotissement, destiné à l’habitat individuel, est le prolongement direct de cette politique de réserves foncières. Il va constituer l’essentiel de l’extension de la ville à coté de l’habitat collectif dans leur forme ZHUN.  La constitution des réserves foncières est une obligation. Elle concerne toutes les communes d’Algérie qui doivent établir un programme annuel d’acquisition de terrains. Ce programme doit être approuvé par le Wali conformément aux directives du PUD. en ce qui concerne leur affectation. C’est dans ce cadre où le PUD n’a d’intérêt  pour les communes que celui de définir les surfaces urbanisables. C’est dans ce sens qu’il est un instrument «alibi ».

C’est dans ces conditions que les premières importantes opérations de lotissement sont engagées d’une manière inégale vers la fin des années 1970. Les plans d’urbanisme, en revanche, ne sont engagés qu’ultérieurement, au début des années 1980. Ils définissent, outre le périmètre urbanisable, les sols affectés à l’habitat individuel et à l’habitat collectif et aux équipements financés par les PCD cités plus haut. Ni la forme, ni la dimension des parcelles ou des îlots encore moins celle des contours et de la totalité de la ville n’est prise en charge. Aucune référence n’est faite à la forme de la ville ni au bâti. Celle-ci est laissée, comme il est admis par la pratique dominante des architectes, à la conception et à l’expérimentation de ces derniers. Ce qui est source de fragmentation urbaine. Dans les lotissements, appropriation individuelle oblige, apparaît la parcelle comme unité d’intervention de base avec quelques références au bâti. Sur le plan méthodologique, le plan s’appuie essentiellement sur la « grille d’équipement » au niveau de la programmation des équipements[4]. Il reprend comme référence de planification le « zoning » fonctionnel. Démarche qui est, à notre sens, une des causes qui est à l’origine de la crise que vit la ville dite « Moderne ».

Aporie de la programmation selon  la « grille théorique des équipements ».

La « grille théorique d’équipements » est un document de programmation des équipements. il a été élaboré par la CADAT/BEREG en 1975. Elle consiste dans la répartition et la programmation des équipements publics selon des unités dites de voisinage ne dépassant pas les 3500 habitants. C’est-à-dire environ 1000 logements. Les bâtiments abritant des fonctions spécialisées, (santé, scolaires…) sont définis par leurs surfaces. Celles-ci sont calculées selon le nombre d’usager d’une manière strictement théorique, en partant des surfaces calculées selon les besoins du mobilier industriel ! Cette démarche est inspirée de la même pratique en vigueur en Europe, notamment en France.[5] La France sous De Gaulle est une France capitaliste industrialisée, qui a engagé la « reconstruction » de son économie après la Deuxième Guerre avec le poids exclusif de l’État et une conception centralisée de l’énergie et des matériaux. La France, et avec elle l’Allemagne, est traversée par l’idéologie techniciste, théorisée par l’école allemande du Bauhaus et soutenue par les hypothèses de Le Corbusier, provoque l’appel à une concentration de l’industrie du bâtiment dans les grandes entreprises. Cette politique est soutenue par un manuel de construction élaboré par l’allemand Ernest Neufert[6]. Le « Neufert » résume d’une manière exhaustive les normes surfaciques de toute construction selon les besoins de l’industrie. Il est devenu l’incontournable ouvrage pour toute conception pour les étudiants algériens.

A l’inverse, le capitalisme italien est « sous développé », en le comparant à l’économie allemande et française de l’après guerre. L’Italie fait, dans ces conditions, le choix de la décentralisation, du local. Elle se base sur la diminution du chômage en développant une culture populaire. La récupération de catégories frappées par le chômage, donc avec une faible formation professionnelle, provoque une réaction anti-technologique, aux conséquences essentielles sur la production de l’espace. Avec cette « génération qui identifie les horreurs de la guerre avec le mythe du développement technique », note Tafuri[7], il ne lui restera comme possibilité que de rassembler les cultures locales et artisanales du bâtiment, avec comme objectif clairement assumé de « définir un langage directement accessible aux classes populaires »[8]. Ce retour à des technologies et des motifs traditionnels et populaires va s’accomplir à l’aide d’un manuel. Le Mannuale dell’Archittetto, élaboré en 1946 par Mario Ridolphi, se pose en rival du « Neufert » franco-allemand. Cette orientation est soutenue par une tradition théorique et philosophique qui dépasse les clivages idéologiques, où on retrouve l’influence de Benedetto Croce pour les libéraux et Antonio Gramsci pour le courant marxiste. L’hypothèse chez ce dernier veut relier l’idée de Gramsci d’une « culture populaire » avec le patrimoine des formes des bourgs et des villages, pour définir un milieu urbain compréhensible par les classes populaires. Dans ce cadre émerge, sur le plan heuristique, l’institut universitaire de Venise au lendemain de la guerre. Dirigé par l’architecte Samona, il regroupe les « laissés pour compte » des différents courants idéologiques, les « exclus de nominations universitaires »,  note J. Castex. Parmi eux, Scarpa, B. Zevi, G. De Carlo. Muratori, plus tard, C. Aymonino, A, Rossi, M. Tafuri, L. Benevolo et G.F.Caniggia. Les débats très polémiques et les controverses font de l’institut une école qui fait vite tache d’huile en Italie puis en Europe  et dans le monde. Leur thèse est anti Moderne. Elle refuse la Charte d’Athènes. Elle est contre l’influence de l’école allemande du Bauhaus sur l’enseignement et la production de l’espace. Elle renoue avec l’histoire de la ville et tente la récupération des tissus et de leur logique de structuration. La France post Mai 68 prend le relai avec, entre autres, l’école de Versailles de Panerai, Castex, J. charles Depaule sous l’influence du sociologue H. Lefevbre.

L’Algérie indépendante a suivi le chemin tracé par la France de Le Corbusier et de la charte d’Athènes. Ce choix est dicté par deux critères : l’option de développement économique centré sur l’industrie industrialisant du capitalisme d’état algérien version Boumeddiene ; le poids de l’héritage culturel et intellectuel colonial, présent par la matrice idéologique du « plan de Constantine » de 1958, basée sur les thèses de Le Corbusier et de la Chartes d’Athènes. Dans un espace devenu « bien vacant », face à une société qui culturellement et socialement renaît de ses cendres, le choix est vite fait pour une construction rapide du pays avec le souci légitime de combler le déficit en logement dans son option technologique et industrielle selon les catégories du Mouvement Moderne. La rupture engagée par l’architecture dite « urbaine », pensée en vogue en Europe des années 1980, portée par les coopérants techniques français et italiens, a traversé timidement et inégalement les instituts d’architecture algériens. Les bureaux d’étude et maitres d’ouvrage sont restés imperméables au nouveau discours. Un colloque sur les tissus urbains s’est tenu à Oran en 1987[9] ; seuls les initiés sont au courant. L’enjeu est ailleurs.

II. PDAU, étalement et fragmentation de l’espace urbain                

Après une première partie où nous avons vu les limites et contradiction du PUD, nous allons voire dans cette 2° partie l’incapacité du PDAU et POS à contenir l’étalement de la ville algérienne. 

Le PDAU : du zoning fonctionnel au zoning formel

PDAU Tizi-ouzou
Exemple du PDAU de Tizi-Ouzou
© ADS Progress

C’est en 1990[10] qu’un nouvel outil d’urbanisme dénommé plan directeur d’aménagement et d’urbanisme (PDAU) est introduit dans la législation urbaine algérienne et remplace ainsi le PUD. L’objectif de cet outil est l’introduction d’une nouvelle politique dans l’utilisation de l’espace. Il vient sur le plan juridique conforter les dispositions foncières de la loi 90-25 relative au foncier qui a introduit la privatisation des sols et la libéralisation des transactions foncières et partant de nouveaux acteurs en matière d’urbanisation. Du point de vue de son intitulé, le PDAU consacre la dimension aménagement au lieu de planification. Il se veut une confrontation avec le sol et son occupation et il est opposable au tiers. Dans son contenu, tel que défini par le décret exécutif fixant les procédures d’élaboration et d’approbation du PDAU, il est censé déterminer « l’affectation dominante des sols et s’il y a lieu la nature des activités qui peuvent être interdites ou soumises à des conditions particulières » et « la densité générale exprimée par le coefficient d’occupation du sol »[11]. Il introduit l’obligation d’élaboration des plans d’occupation du sol (POS). C’est dire qu’au niveau des intentions et de l’esprit de la loi, le PDAU veut consacrer une rupture avec l’urbanisme en vigueur considéré comme bureaucratique dans sa procédure d’élaboration, et abstrait dans le traitement de l’espace. Mais, au-delà de la loi qui régule plus qu’elle n’ordonne l’édification, c’est dans son élaboration concrète qu’il faut mesurer son impact sur la ville et sa capacité à entraîner un processus de mise en forme de l’espace.

Analysé sous cet angle, les PDAU élaborés à l’instar des communes de l’algérois ne diffèrent en rien des PUD du point de vue de leur approche méthodologique[12]. Les études partent d’une analyse sociodémographique de la commune dont l’objectif est « la quantification des données de population »[13],  en vue de « définir une planification et une programmation pour la population existante ».[14] De l’analyse, deux points sont retenus : 1- les caractéristiques et l’évolution de la population ; 2-bilan et perspective de l’emploi.[15] C’est à partir des projections de population de la commune à court, à moyen et à long terme que des «besoins théoriques » en logements et en équipements sont calculés. Se référant toujours à la grille théorique d’équipements, la structuration urbaine proposée s’organise en unités urbaines hiérarchisées suivant une «unité de base » de 1250 habitants, une « unité de voisinage » de 5000 habitants puis un quartier de 15000 habitants[16]. On voit ici se répéter la démarche si abstraite qu’obsolète qu’on a vu dans le PUD. Le sol reste une simple surface neutre qui doit prendre en charge une programmation basée sur des quantités et des besoins théoriques. Le bâti quant à lui est réduit à des surfaces habitables suivant un taux d’occupation du logement (TOL) et un coefficient d’occupation du sol (COS) organisé en entités basées sur le nombre d’habitants définies comme «unité de voisinage », et non pas rapport de voisinage !

POS : une volonté de maîtriser l’espace urbain

Si le PDAU reste évasif et encore loin des exigences morphologiques de la ville et de l’espace réel, traînant avec lui les avatars d’un discours centré sur la programmation démographique et économique, il faut noter un fait nouveau dans son élaboration : une délimitation physique des secteurs d’intervention appelés plan d’occupation du sol (POS). Le POS se veut plus préoccupé des aspects de l’espace urbain, de sa structure et de sa forme. En effet, dans l’article 31 de la loi sur l’aménagement et l’urbanisme relatif à l’élaboration des plans d’occupation du sol (POS) on peut lire que celui-ci « (…) fixe (…) la forme urbaine, l’organisation des droits de construction et d’utilisation des sols (…) définit la quantité minimale et maximale de construction autorisée (…) détermine les règles concernant l’aspect extérieur (…) délimite l’espace public »[17]. Donc, sur le plan strictement juridique, le POS se veut plus opérationnel et plus proche de la réalité spatiale de la ville. Qu’en est-il dans la réalité ?

POS Tizi ouzou
Délimitation des POS du PDAU de Tizi-Ouzou
© ADS Progress

Sous l’influence du discours et de la critique morphologique que certains ateliers des instituts et des écoles d’architecture et d’urbanisme tentent d’introduire dans leur enseignement, des problématiques sont de plus en plus posées en terme spatial et morphologique. Dans un POS[18] engagé dans la ville de Douera (sud-ouest d’Alger), la problématique posée est la suivante : « le site étudié est une croissance urbaine du chef-lieu. Cette croissance s’effectue d’une manière désordonnée. Il est caractérisé par une implantation anarchique, et l’éparpillement des équipements. Les projets sont ponctués et réalisés sans coordination. De ce fait, ils n’assurent ni l’utilisation optimale des atouts du site, ni un développement harmonieux de ce quartier ».[19]Nous pouvons aussi trouver la même préoccupation dans d’autres études de POS élaborées sous la direction de la subdivision de l’urbanisme et de la construction de Douera. Pour un POS élaboré dans la commune de Draria par le même bureau d’étude, le CNERU, le problème soulevé est lié à la structure spatiale de la ville. La problématique soulevée s’interroge sur le «non-respect de la trame coloniale déjà existante » et sur les «différents lotissements et les opérations de logements collectifs (qui) viennent se greffer ponctuellement sans aucune liaison avec le tissu existant »[20]. Le POS devient ainsi une unité d’intervention qui coupe avec les «unités de voisinage », mais sans pour autant redéfinir les contours de la nouvelle entité d’intervention

Au niveau global, les PDAU partagent la ville en secteurs d’intervention (en POS). Ces secteurs sont définis aléatoirement. Ils sont délimités par les parcours les plus importants de la ville, démarche qui renvoie ces derniers au statut de périphérie du secteur d’intervention alors qu’ils prétendent avoir un statut de centralité à l’échelle global. En effet, la ville est un organisme qui vit en suivant un long processus de structuration et de formation. Les concepts de centralité et de périphérie (de nodalité et d’anti-nodalité)  sont les principes directeurs de la structure de la ville et de son évolution. Ces notions, et leurs diverses oppositions dialectiques, expliquent la croissance de la ville jusqu’au XIXe siècle et en quoi elle diffère structurellement de la ville Moderne. La relation entre espaces construits et la forme générale d’une ville ne repose pas sur l’ordre des figures simples, comme éléments juxtaposés mécaniquement dans un catalogue. Dans le processus dialectique par lequel une ville grandit, il y a une évolution constante entre le centre et sa périphérie, entre un pôle et pôle opposé. Dans la ville pré-Moderne, les tissus en construction sont généralement juxtaposés, séparées par des bandes de frontières pertinentes ou des voies périphériques. Juxtapositions dues souvent aux obstacles topographiques. Leur fusion se fait à travers un axe central, donnant lieu à une nouvelle centralité d’une unité plus grande. Les extrémités conservent leur caractère périphérique, mais se préparent  à modifier leurs  statuts dans les agrégations avenir. Alger offre de ce point de vue des exemples illustratifs compte tenue de son site très escarpé. Le boulevard Khemisti (grande poste) est une ancienne périphérie devenue centralité en articulant deux anciens tissus : l’ancien quartier d’Isly (actuel Ben Mhidi) et le quartier Mustapha (Hassiba). Aujourd’hui on assiste au même phénomène au quartier appelé « Oued Kniss » à Ruisseau. Celui-ci prend sa source au Val d’Hydra, aux hauteurs de Ben Aknoun. Il structure Bir Mandreis et il se prolonge dans le « ravin de la femme sauvage » pour finir au quartier Ruisseau. Il sépare différents quartiers et communes d’Alger. Aujourd’hui il les unit en un grand centre d’une grande unité urbaine à l’échelle de la métropole. La logique des POS en vigueur zappe cette logique. Elle découpe la ville suivant les anciens découpages administratifs.

Tout le problème réside donc dans la définition de l’entité d’intervention urbaine, cette unité appelée encore «unité de voisinage », c’est-à-dire une entité définie à partir du nombre d’habitants et leurs besoins théoriques et non pas à partir des relations entre ces habitants qu’exprime la typologie du bâti. Le quartier comme « unité de voisinage » reste une entité abstraite, faussement sociologique. Le découpage ainsi effectué est réduit à son aspect formel. C’est une sorte de « zoning » formel qui se substitue au « zoning » fonctionnel qui prédominait dans l’ancien PUD. Toute l’attention est portée sur la densification des surfaces résiduelles situées au centre de la zone définie. Au niveau architectural, la forme et la structure du bâti sont défini selon le COS (coefficient d’occupation du sol) et CES (coefficient d’emprise au sol), tout en gardant la fameuse grille d’équipement pour définir les besoins et les surface des équipements. Quand à l’habitat il est présenté dans ses catégories socio-économiques. Il procède par les notions de type privé / type collectif ou encore par le type social / type promotionnel. Le problème du COS est qu’il ne détermine que la densité du bâti. Or, celle-ci n’éclaire en rien sur sa structure, sa forme et encore moins sur sa place et son comportement dans le tissu, par rapport à la rue et à l’espace public. La même remarque est valable pour le CES. Cette règle d’emprise au sol rend injustement inconstructibles certains terrains, notamment les parcelles d’angle et les lots de petites tailles. Les limites du POS tel qu’il est élaboré résident dans le fait que la forme urbaine reste cette grande oubliée et méconnue de la planification encore en vigueur. Une mise en forme de l’espace qui se traduirait, certes, par une réglementation, mais une réglementation qui doit commencer par la remise en cause de la souveraineté du COS et du CES ainsi que le prospect H = L, pour la remplacer par une autre plus soucieuse du processus typologique et morphologique du bâti et de la ville.

Pour une approche morphologique et territoriale de la ville et de son architecture

La planification est la codification intentionnelle d’un moment du devenir évolutif des structures. Elle indique une attitude consciente et critique devant la réalité urbaine. C’est cette réalité qui n’est pas correctement appréhendée dans le cas algérien. Elle est négligée et même méconnue. Par réalité, il faut comprendre la réalité historique, physique et spatiale, c’est-à-dire morphologique. La réalité économique, politique et les systèmes fonctionnels et générateurs de l’espace architectural ne peuvent dépasser ou transcender les limites qu’imposent l’histoire, la culture et surtout la géographie qui la sous tend. Le cas échéant, le projet sur la ville se réduit à une utopie abstraite avec des « no man’s land » sans signification sur le plan spatial. C’est ce qui arrive à l’espace urbain algérien. Notre hypothèse dans cette critique considère que le contrôle de la ville passe par le contrôle de sa forme. La maitrise de cette dernière consiste à mettre en relation d’une manière rigoureuse et dialectique le découpage du sol avec les structures territoriales d’un coté et les types de bâtiments à édifier d’un autre coté. Le type est défini ici,  non pas dans ses catégories fonctionnelles et surfaciques (F2, F3,…) ni dans ses catégories économiques et financières (social ou promotionnel), mais comme l’expression des modèles culturels (une manière d’accéder à son propre espace, de le distribuer ou de le mettre en valeur – habitus selon Bourdieu) qui régissent les pratiques constructives et sociales d’abord et de l’espace projeté de l’édifice ensuite.  L’absence de référence à ces aspects de la ville dans les instruments de planification urbaine empêche une rigoureuse et harmonieuse structuration de l’espace urbain.

L’enjeu dépasse la problématique algérienne. La production de l’espace dans sa version Moderne, c’est- à dire centrée sur les catégories économiques définies par la production industrielle et son corollaire l’économie capitaliste et son développement que l’on connait aujourd’hui sous le terme « mondialisation », est à l’origine de la crise. Une crise qui dépasse « la question du logement ». Elle est environnementale et écologique. Si la question du logement trouvera sa solution dans un changement politique et social, la crise de l’environnement spatial et géographique risque de nous amené vers une situation de non retour. Notre regard de ce point de vue doit  indéniablement abandonner la rationalité et la rentabilité économique pour se centrer sur la rationalité géographique et environnementale. C’est à dire changer d’approche, renouer avec les processus morphologiques et typologiques que l’histoire et la géographie ont mis en place. C’est la source de création la plus rationnelle. Et pour finir avec un message du géographe américain David Hervey, « (…) on peut discerner  les ferments d’une forme de mondialisation radicalement différente,(… ) qui met d’avantage l’accent sur le bien-être social et sur des objectifs humanitaires associé à des formes créatives du développement géographique inégal. L’époque actuelle est peut être hautement instable et pleine d’incertitudes, mais cela signifie qu’elle est pleine d’imprévus et riche de potentialités »[21].

Nadir DJERMOUNE

est architecte-urbaniste, enseignant à l’Institut d’architecture de l’Université Saad Dahlab à Blida

ndjermoune@yahoo.fr

Pour citer ce billet : Nadir Djermoune, « Dysfonctionnement et défaillance des instruments d’urbanisme en Algérie », Le Carnet de l’IRMC, 24 février 2014. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1421

 


[1] Cf. A. ZUCCHELLI, Introduction à l’urbanisme opérationnel, Alger 1983, p. 252-301

[2] 2° plan quadriennal 1974-77. Cf. à ce propos : A. ZUCCHELLI,  op. cit., Ch. RAHMANI, La croissance urbaine en Algérie, Alger 1982.

[3] Décrets n° 75.103 du 27.08.1975, n°76.27, n°76.28 et n°76.29 du 07.02.1976. Circulaire présidentielle n° 53. Pc/59 du 17.02.1976. Cf. aussi les différents textes de loi présentés dans la première partie de ce travail

[4] Cf. à ce propos : A. ZUCCHELLI,  op. cit.,  213-214, 218, « grille théorique des équipements », document élaboré par le bureau d’étude CNERU, édité par le ministère de l’urbanisme et de la construction, Alger,  janvier 1989.

[5] Y. LACOSTE, « un débat : les grands ensembles », in M. Roncaylo et Th.Paquot (dir.), villes et civilisation urbaine, VXII°-XX° siècle,  Larousse, Paris, 1992, p.497-502 ;  Cf. aussi URBANISME  n° 75 ; 76.

[6] E. NEUFERT, les éléments de projets de constructions, Dunod, Paris.

[7] M . TAFURI, Fr. DALCO, Architecture contemporaine ; Paris, 1982.

[8] Idem.

[9] Tissus Urbains, colloques internationale, Oran, Juin 1987, ENAG, Alger 1992.

[10] Loi 90-29 du 01-12-90 relative à l’aménagement et à l’urbanisme.

[11] Décret n°91-177 du 28-05-91

[12] Nous avons même assisté à des situations où par un simple changement d’intitulé, une étude menée dans l’objectif d’un PUD a été présentée en tant que PDAU.

[13] PDAU de Douera phase 2, février 1994, p.9.

[14] Idem.

[15] Idem.

[16] Ibid. p.48.

[17] J.O. du 1.12.90, loi 90-29 relative à l’aménagement et à l’urbanisme, art. 31.

[18] La première étude d’un POS engagée dans la ville de Douera est au 2000-2001.

[19] POS n°4 de Douera, phase 1, rapport d’orientation, 1995, p.7.

[20] POS n° 1 de Draria, rapport explicatif, phase 1, juillet 1997, p.20.

[21] D. HARVEY, Géographie et capital, vers un matérialisme historico-géographique,  Syllepse, Paris 2010, p. 276.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

L’IRMC et l’Algérie, de 2009 à 2013

pierre Noel lettre
Photographie de Pierre-Noël Denieuil

Depuis 2008, date de la signature d’une convention avec le CRASC (Centre de recherche en anthropologie sociale et culturelle) d’Oran, l’IRMC entretient d’étroites relations avec la recherche et l’Université algérienne. Depuis fin 2008, les actions menées ont été soutenues par le Service de Coopération et d’Action Culturelle (SCAC) de l’Ambassade de France d’Alger.

État de la recherche en Algérie

Le paysage algérien de la recherche a été structuré dans la dernière décennie par deux lois quinquennales, celle de 2002-2007 qui a précisé le statut des enseignants-chercheurs et des centres de recherche, puis celle de 2008-2013 qui a instauré une structure permanente et autonome de coordination de la recherche (DGRST, Direction générale de la recherche scientifique et technique ; CNRST, Conseil national de la recherche scientifique et du développement technologique ; CSNER, Conseil scientifique national d’évaluation de la recherche). Chaque ministère est doté d’une unité sectorielle permanente constituée d’experts. Les services actuellement en place toutes disciplines scientifiques confondues concernent 803 laboratoires de recherche repartis sur 36 universités, 15 centres universitaires, 16 écoles nationales, 5 écoles normales supérieures, 10 écoles préparatoires et 25 centres de recherche hors université. 25 000 étudiants sont actuellement inscrits en thèse, mais seulement 800 sont soutenues chaque année. On relève une difficulté qui est celle du manque d’enseignants de rang magistral, soit 11 000. De 2002 a 2007, l’Algérie a enregistré une forte croissance du nombre de ses chercheurs, alors que celui-ci déclinait parallèlement en Europe et aux États-Unis (4 %). Le secteur des sciences sociales occupe la 3e place après les sciences et techniques et les sciences fondamentales. En règle générale, on constate une désaffection de la présence des SHS dans la réponse aux appels d’offre proportionnellement à la part des autres sciences. En matière d’édition, le livre y représente un enjeu fort alors que les autres sciences privilégient la publication d’article. Notons la difficulté des chercheurs algériens à trouver une place dans des revues indexées.

Les partenariats scientifiques

AlgérieEn matière de recherche institutionnalisée, les deux principaux interlocuteurs de l’IRMC ont été le CREAD (Centre de recherche en économie appliquée au développement), partenaire d’un programme FSP avec le LISE CNAM (Paris) sur l’entrepreneuriat maghrébin, et le CRASC à Oran qui noue dès 1992 une pratique de recherche collective dans un contexte d’isolement international et de lent accompagnement des jeunes chercheurs. L’IRMC s’est attaché ces dernières années à construire un réseau multilatéral tenant compte des coopérations collectives entre chercheurs et institutions multiples, sur la base d’organisation de journées d’études et de séminaires débouchant sur des publications, et d’accueil régulier de boursiers et chercheurs. Un partenariat scientifique, soutenu par l’AUF a permis d’organiser des réunions internationales avec le CRASC d’Oran en avril 2009 et février 2010 sur la thématique de la crise du travail et de l’employabilité, en septembre 2012 sur le chômage et l’insertion professionnelle des jeunes diplômés. Il a permis de mettre en relation, sous l’égide de l’IRMC, l’équipe oranaise avec des enseignants chercheurs tunisiens de l’Université de Sfax, de l’ISSHT de Tunis, de la Faculté des sciences humaines et sociales de Tunis, de l’Institut national du travail et des études sociales de Tunis (INTES) et du LISE-CNAM/CNRS Paris. Dans cette perspective, un projet d’ouvrage est à l’étude sur les questions du chômage et de l’insertion professionnelle des jeunes diplômés, devant s’élargir prochainement aux chercheurs marocains. Enfin et simultanément, une autre collaboration de l’IRMC et du CRASC a donné lieu à l’automne 2012 à la publication conjointe (coédition) d’un ouvrage sur Le Maghreb et l’indépendance de l’Algérie, sous la direction de Amar Mohand-Amer et Belkacem Benzenine, à l’occasion de la célébration du cinquantenaire (1962-2012). Cet ouvrage, saisissant le « moment historique » dans un éclairage rétrospectif sur son devenir, traite de l’indépendance nationale et des processus de transitions politique et juridique, syndicale, économique et culturelle. Il en évoque les enjeux nationaux (position des Ulémas, statut des femmes, reconversion du mouvement national…). Il en questionne la confrontation et le devenir des valeurs coloniales et nationales – les anticolonialismes juifs et européens et l’idée de nation algérienne, l’exode des rapatriés, le devenir des Harkis. Outre l’originalité de son approche pluridisciplinaire – de l’histoire à la sociologie et à la littérature, en passant par les sciences juridiques, politiques et économiques –, ce travail s’inscrit dans un échange générationnel novateur. S’y font écho les analyses de chercheurs confirmés spécialistes des questions traitées, avec celles de nombreux doctorants qui livrent les conclusions de leurs premières recherches. Il s’agit là d’une innovation communicationnelle et éditoriale qui a pris la forme d’une publication simultanée. Grace à l’accord des deux centres et éditeurs, et sur la base d’un même manuscrit fabriqué par l’IRMC, cet ouvrage a pu sortir aux éditions Karthala en France, et aux éditions du CRASC en Algérie (sous le titre Les indépendances au Maghreb), ce qui lui garantit la meilleure diffusion de part et d’autre.

Une importante collaboration universitaire a été engagée en 2010 avec l’Université d’Alger 2 Bouzarea et son département de sociologie, avec le soutien du service de coopération universitaire du SCAC de l’Ambassade de France en Algérie. La thématique retenue en a été la question de la jeunesse et des violences scolaires au Maghreb. Une première rencontre s’est tenue à Tunis les 8 et 9 mars 2011. Celle-ci a associé l’IRMC, le Département de sociologie d’Alger, l’Université de Franche-Comté, avec le laboratoire C3S (Culture, Sport, Sante, Société) coordonné par Gilles Ferreol. Elle a réuni 15 chercheurs, dont 6 Algériens, 3 Français, 1 Libyen, 1 Mauritanien et 4 Tunisiens. Une seconde rencontre a eu lieu les 17 et 18 décembre 2011 à Alger, dans un partenariat renforcé avec les chercheurs tunisiens, par l’implication de membres de l’INTES). Ce colloque a rassemblé sous l’égide de l’IRMC une équipe de 7 communicants tunisiens, quatre français et un libyen. 5 communications ont été présentées par l’Université d’Alger 2. En présence d’un public d’enseignants chercheurs, d’étudiants, et de praticiens, évalue entre 100 à 200 personnes/jour. Les Actes de ces manifestations sont sous presse aux éditions Inter-communications (Fernelmont, collection « Mondes méditerranéens »).

Mises en réseaux et échanges scientifiques

En 2010, une importante mise en réseaux scientifiques a été conduite par deux chercheurs boursiers de l’IRMC. L’une sur « L’histoire de la nationalité algérienne et la constitution d’une nationalité post coloniale dans les pays du Maghreb » (Noureddine Amara), avec d’une part les Archives Nationales d’Algérie et d’autre part les Archives de Wilaya à Oran et à Constantine, en relation avec les Archives diplomatiques de Nantes ; dans ce cadre, a été organisé à l’IRMC le 30 avril 2011 une journée d’échanges scientifiques sur les « Nationalités et empires au prisme de la question de la souveraineté », par la mise en réseau d’historiens et de politologues sur « Etats et nationalités au Maghreb ». L’autre sur « Les artistes peintres et la guerre d’Algérie de 1954 à nos jours » (Emilie Goudal), avec le CCF d’Alger, le centre des Glycines, la bibliothèque du Musée national des Beaux-arts d’Alger, et le Centre des Archives du ministère algérien de la Culture. À ce titre, des contacts sont régulièrement entretenus avec le Centre d’étude et de recherche Les Glycines à Alger qui a reçu à plusieurs reprises des chercheurs de l’IRMC. Dans le cadre de l’animation et de la création de liens scientifiques depuis l’IRMC, notons de réguliers échanges visant à la construction de réseaux par la valorisation et la connaissance des travaux algériens à partir des programmes de recherche, des animations et des productions scientifiques de l’IRMC. Ainsi les rencontres sur Le Maghreb et ses africanités, l’identité nationale au regard de ses altérités coordonnées par Stephanie Pouessel, ont permis de mieux connaitre les travaux du CNRPAH d’Alger sur la negrophobie en Algérie, ou de l’Université de Birzeit a Ramallah (Palestine) sur l’intégration des Noirs en Algérie. De même les journées sur Les mouvements sociaux en ligne, cyberactivisme et nouvelles formes d’expressions en Méditerranée coordonnées par Sihem Najar, ont contribué à interroger « les mouvements sociaux en ligne et les nouvelles formes d’expression contestataire à travers l’exemple algérien » (Université d’Annaba), et « les jeunes et l’usage politique de l’Internet en Algérie » (CRASC d’Oran). Des contacts avec l’Université de Bejaïa ont de même été amorcés, notamment avec les Départements communication, économie managériale et sociologie sur les thèmes de l’entrepreneuriat transméditerranéen ainsi que sur les usages de l’Internet. À ce titre l’equipe de Bejaïa fait partie du projet de GDRI présenté par l’IRMC au CNRS sur les pratiques des NTIC en Méditerranée. Citons aussi les présences invitées de représentants du LISODIL Laboratoire de Linguistique, Socio-linguistique et Didactiques des Langues d’Alger 2 (programme Dire en langues coordonné par Myriam Achour-Kallel), et de l’Institut d’Archéologie d’Alger 2 (cycle tourisme et patrimoine). Outre l’accueil de nombreux chercheurs du CRASC, mentionnons l’invitation régulière de conférenciers algériens autour des animations scientifiques, telles les conférences de Mme Hallouma Cherif (Université d’Oran), sur « La construction de l’identité personnelle chez les algériennes », ou de M. Youcef Fatès sur « l’histoire des usages sociopolitiques et associatifs du sport en Algérie ».

Les formations doctorales

Poursuivant l’objectif d’encourager les jeunes chercheurs algériens, déjà maitres assistants à l’université, à finaliser leur thèse et à développer la méthodologie de la soutenance, l’IRMC a organisé en partenariat avec le Consortium des Universités de l’Est-algerien (universités de Skikda, Annaba, Constantine, Guelma, Oum el-Bouaghi) et avec le soutien du SCAC d’Alger, du 7 au 12 décembre 2009 à Hammamet, des « Doctoriales en sciences humaines et sociales : formation à la méthodologie et aux techniques de recherche ». Puis une seconde session s’est tenue à Sousse en décembre 2010, rassemblant sur cinq jours trente doctorants et 8 encadrants autour de deux objectifs : « la finalisation de la thèse » et « l’écriture des articles scientifiques », en collaboration avec le Consortium des universités de l’Est algérien et le CERES de Tunis et l’Agence Universitaire de la Francophonie (AUF). Ces actions visent à assurer un soutien et un accompagnement méthodologique et théorique aux doctorants, en les aidant à dépasser les blocages, à s’intégrer dans le monde de la recherche et à valoriser leurs compétences en matière de rédaction d’articles scientifiques à partir des thèses en cours. Dans la même perspective, s’est tenu à Oran les 17-21 janvier 2013 une école doctorale algero-tunisienne (16 doctorants dont 8 Algériens, 8 Tunisiens et 6 encadrants) ayant pour thème « Les représentations sociales : théories et approches méthodologiques », co-organisée entre l’IRMC et la Faculté des sciences sociales de l’Université d’Oran (Département de psychologie), la Maison du Doctorant (Universite d’Oran), l’Institut Supérieur des sciences humaines et sociales de Tunis, avec une conférence du Pr. Denise Jodelet, directrice d’études à l’EHESS Paris. Notons aussi dans le cadre de l’atelier doctoral Les méthodes d’observation en démographie et sciences sociales, Hammamet (Tunisie), 18-20 juin 2012 co-organisé par l’ED-FSHST-Tunis – INED Paris- IRMC-Tunis, CRASC-Oran, AMER-Maroc, la prise en charge et la formation de 5 étudiants du CRASC-Oran.

L’accueil des boursiers

Outre l’accueil d’une dizaine de séjours scientifiques de courte durée (avec le CRASC d’Oran, l’Université Abderrahmane Mira de Bejaïa), l’IRMC a mis en place avec le soutien du SCAC de l’ambassade France à Alger une coopération transversale Sud/Sud en matière d’accueil (un à trois mois), de boursiers francophones. À ce titre en 2010, 2011 et 2012, 12 bourses ont été accordées sur l’Algérie pour une durée de 27 mois. Leurs profils se décomposaient ainsi : résidents en Algérie sur un terrain de recherche situé en Algérie et en séjour dans une université française (cotutelle), résidents en Algérie et en séjour de terrain (comparaison) en France, résidents et inscrits en France ou en Europe et en bourse de terrain en Algérie, résidents en Algérie et inscrits dans des échanges Sud/Sud d’Algérie vers la Tunisie, dans une approche comparative et en séjour de thèse à l’IRMC, résidents en Tunisie et en séjour de terrain en Algérie. Les thématiques des travaux proposés recouvraient de vastes thématiques disciplinaires : le projet de vie des adolescents marginaux en réinsertion sociale à Oran (psychologie), les violences scolaires en milieu urbain sensible à Constantine (sociologie), les centralités périphériques des villes de l’Est-algérien (géographie urbaine), les associations féminines en Algérie, en Tunisie et au Maroc (sociologie), les petites et moyennes entreprises algériennes (socio économie), le colonialisme dans les relations franco-algériennes (sciences politiques), les politiques publiques et l’espace commémoratif de l’Algérie coloniale (histoire), les proverbes kabyles (socio anthropologie), les systèmes oasiens en Algérie (géographie rurale), la femme ibadite dans la région du Mzab (anthropologie), étude comparative de l’histoire des archives tunisiennes et algériennes (histoire)…

De manière à capitaliser et à valoriser les aides ici évoquées, l’IRMC étudie actuellement un projet de « seminaire-atelier d’écriture » rassemblant 15 boursiers algériens suivis par lui en 2010, 2011 et 2012, en vue de l’écriture d’un article synthétique et à paraître dans un collectif consacré à la jeune recherche, Penser la société algérienne aujourd’hui. Enfin, il importe de souligner que les actions conduites par l’IRMC ne s’inscrivent pas seulement dans une relation bilatérale entre la France et l’Algérie. Les chercheurs algériens reçus à l’IRMC ou invités dans des programmes en réseaux y découvrent notamment leurs homologues tunisiens ou marocains. L’IRMC devient alors un passeur, assurant en corollaire de sa présence francophone, une position de coordinateur scientifique international et de relais intra maghrébin.

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

Pierre-Noël Denieuil

Sociologue, ancien directeur de l’IRMC de 2008 à 2013.

Pour citer ce billet : Pierre-Noël Denieuil, « L’IRMC et l’Algérie, de 2009 à 2013 », Le Carnet de l’IRMC, 2 octobre 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1245

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

L’IRMC : un lieu d’échange, de savoir et de partage

Hend B Othman
Photographie de Hend Ben Othman

Ma « rencontre » avec l’IRMC date d’un certain mois de juin 2001, je m’apprêtais à entamer mon mémoire de DEA en urbanisme et aménagement. Depuis, la bibliothèque de l’IRMC est devenue pour moi mon lieu de prédilection, un endroit où je pouvais réfléchir, lire, écrire, me laisser aller à mes pérégrinations intellectuelles. J’ai commencé à fréquenter la bibliothèque, à m’attacher au lieu, à apprécier la qualité de ses ouvrages et des échanges que je pouvais y avoir avec les chercheurs et tout le “staff”. Outre la bibliothèque, un des atouts de l’IRMC demeure à mon avis l’organisation de programmes de recherche qui réunissent des chercheurs confirmés et de jeunes chercheurs, autour de thématiques transversales. L’opportunité est ainsi donnée aux « chercheurs juniors » de discuter leurs hypothèses de travail, de présenter leurs terrains et de bénéficier des avis éclairés de chercheurs « seniors », de faire partie d’un réseau et de publier le fruit de ces échanges intellectuels.

Ma première collaboration avec l’IRMC date en effet de 2005-2006, j’ai été invitée à participer à des rencontres doctorales, dans une équipe de recherche, sur le thème de « Gouvernance et territorialité : L’echelle urbaine » [1]. Ce fut le début d’un échange intellectuel épanouissant et très stimulant. Vint ensuite le programme de Lamia Zaki entre 2007 et 2009, sur l’action urbaine au Maghreb[2], auquel cette dernière m’a invitée à participer, avec un travail sur les promoteurs immobiliers privés, leur structuration et leurs enjeux. Les échanges stimulants avec des chercheurs d’horizons divers, avec des

expériences croisées éclairant d’autres contextes, sont rarement possibles sans des programmes de recherche de cette qualité. Vint enfin le programme de Valerie Clerc sur les concurrences foncières[3], à l’occasion duquel M. Denieuil m’a associée en tant que jeune chercheure à l’équipe de l’IRMC, en janvier 2011. Cette date coïncide avec un nouveau contexte politique qui a ouvert de nouvelles perspectives de recherche en sciences humaines et sociales, de manière générale, et en urbanisme et aménagement en particulier. L’opportunité est ainsi offerte pour investir d’autres champs de recherche avec des travaux de terrain sur la décentralisation et l’équité socio-spatiale, le développement local et la gouvernance, thématiques peu explorées à l’époque, à cause du contexte politique, tant le travail de terrain était ardu et les langues peu déliées, mais que l’IRMC avait déjà investi, à travers des recherches ou des conférences, et qui offraient aux chercheurs un espace de « liberté » et de débat avant l’heure… Pour moi, l’IRMC restera un lieu d’échange, de savoir et de partage…

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

Hend BEN OTHMAN BACHA

est doctorante en urbanisme à l’ENAU, enseignante chercheure à l’Université de Carthage et chercheure associée à l’IRMC.

Pour citer ce billet : Hend Ben Othman, « L’IRMC : un lieu d’échange, de savoir et de partage », Le Carnet de l’IRMC, 9 septembre 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1108


[1] Coordonné par A. Rebhi, chercheur boursier de l’IRMC.

[2] Lamia Zaki, 2011 « (En)jeux professionnels et politiques de la fabrication des villes : l’action urbaine au Maghreb » qui a donné lieu à la publication de l’ouvrage collectif Lamia Zaki (dir.), L’action urbaine au Maghreb : enjeux professionnels et politiques, Paris, IRMC-Karthala.

[3] Valérie Clerc, Médiation publique dans les métropoles du Maghreb et du Moyen-Orient : concurrences foncières et accès au logement (Amman, Beyrouth, Casablanca, Damas, Istanbul, Le Caire, Teheran) (Publication en cours).

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Souvenirs de l’IRMC

chabbi2
Photographie de Morched Chabbi

La période des débuts de l’IRMC en 1992 a permis de réunir les gens autour de tables rondes et de présentations de recherches. C’était un moment très intéressant où, pour la première fois, nous étions confrontés à une action qui nous permettait des ouvertures sur des questions que nous n’avions pas la possibilité de traiter nous-mêmes. Les conférenciers invités, les échanges organisés avec des personnalités locales (Jalel Abdelkafi par exemple) montraient qu’on pouvait s’informer sans aller jusqu’à Paris. On était intéressé d’aller écouter des gens qui apportaient de nouvelles idées, de nouvelles orientations, de nouveaux messages. C’était un relais par rapport à nos bouquins.

Dans les années 2000, avec Pierre Robert Baduel, l’IRMC a ouvert le jeu aux échanges réguliers suite aux conférences, notamment sur les approches urbaines, thématique arrivée à l’IRMC un peu tard, et à laquelle j’ai participé avec le programme de Lamia Zaki. Et surtout, ces années ont développé une série de publications stimulantes. Cela s’est prolongé dans la période actuelle, avec une ouverture aux individus. Si le thème dominant de l’IRMC des années 1990 était le politique, celui des années 2000 était la multiplicité des productions intellectuelles, et celui de maintenant « les gens qui sont-ils ? D’où viennent-ils ? ». Tout cela était très lié aux personnalités des directeurs, chacun venant avec sa petite valise.

Ce que je retiens aussi, c’était les réunions longues du samedi de 9h30 à 14h. Elles réunissaient 12 étudiants et 3 seniors, et le but était de faire parler les doctorants confrontés à des spécialistes. Les échanges avaient des retombées intéressantes pour ceux qui préparaient des diplômes. Les gens venaient parler de leur travail, en présentaient les difficultés, et on déverrouillait les choses avec eux. Il y avait aussi des passerelles entre les gens qui venaient voir la documentation de mon centre (une bibliothèque de plus de 5 000 documents), et l’IRMC. Souvent ces personnes qui passaient me voir n’étaient pas suffisamment encadrées dans leurs universités.

Pour certains enseignants qui ont passé trois ans à l’IRMC cela a été une ressource fantastique, quand on voit les livres qu’ils ont conçus et dirigés. Mais cela ne s’adressait qu’aux universitaires. D’autres formules avec des professionnels comme moi n’auraient pas marché car on était dans une situation très serrée avec des plans de travail et des déplacements lourds pour répondre aux commandes de l’État, on n’aurait pas pu venir s’installer 15 jours à l’IRMC en laissant tomber notre boulot.

Donc ce choix qui s’est appuyé sur les enseignants universitaires était très bon car il leur a permis de renouer des relations et de sortir de bons livres. Mais il faut reconnaitre qu’à l’IRMC il n’y avait pas de place pour des gens comme moi, faux professionnel avec une moitié de chercheur, bien sûr on appréciait que quelqu’un vienne donner des exemples sur telle ou telle région, mais certains collègues semblaient se demander ce que je venais faire… Il a fallu que je sorte plusieurs publications pour entrer dans le « club », mais au début c’était difficile…

(Propos recueillis par Pierre-Noël Denieuil)

 Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

 

Morched CHABBI

est sociologue et urbaniste, directeur d’URBACONSULT.

Pour citer ce billet : Morched Chabbi, « Souvenirs de l’IRMC », Le Carnet de l’IRMC, 23 juillet 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1078

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

La villa zehrfussienne de Bourguiba (1954-1956)

La villa zehrfussienne de Bourguiba (1954-1956)[1]

Aléas de la recherche : en quête d’une « maison qui n’existe pas »

Il y a quelques années, en travaillant sur l’œuvre architecturale réalisée en Tunisie par Bernard Zehrfuss et ses collaborateurs dans le cadre de la Reconstruction du pays (1943-1947), j’ai consulté, par hasard, dans les archives de l’Institut français d’architecture à Paris, un dessin de façade pour une « villa Bourguiba », daté du 27 janvier 1954. Cet avant-projet m’intrigua. Où avait été projetée cette maison ? Était-elle destinée à Habib Bourguiba, dissident et par ailleurs ami de Zehrfuss[2] ? À cette époque, ma seule certitude était qu’elle était restée à l’état de projet, comme le mentionnait l’inventaire des œuvres de Zehrfuss réalisé par l’IFA. Les spécialistes de l’architecture tunisienne contemporaine que j’interrogeais ne savaient rien, eux non plus, sur ce projet -on me répéta alors que « cette maison n’existe pas ».

Fig. 1 Maison Bourguiba 1954
Propriété d’Habib Bourguiba, façade principale, avant-projet, architecte : Bernard Zehrfuss, 27 janvier 1954.
Source : IFA, Fonds Bernard Zehrfuss, Boite d’archives n°64.
© Académie d’architecture/ Cité de l’architecture et du patrimoine/ Archives d’architecture du XXe siècle, Paris.

C’est un article paru dans la revue l’Architecture d’aujourd’hui en 1955 qui me poussa à entreprendre des investigations. Un plan et un dessin de façade illustraient un court texte présentant une « maison Bourguiba » de Bernard Zehrfuss. Cette fois le prénom du propriétaire était mentionnée. Il s’agissait d’Habib. Et l’usage de l’indicatif présent ne laisser planer aucun doute : en 1955, le projet était encore en cours. Mon attrait pour ce projet grandissait mais les questions qui se bousculaient restaient sans réponse. Pourquoi cette maison n’a-t-elle pas été construire ? Est-ce l’accession au pouvoir de Bourguiba, quelques mois plus tard, qui avait mis un frein au projet ? Il fallait retourner aux archives. À l’IFA, toujours, je découvris des plans datés de mars et avril 1955, ceux-là même qui avaient été publiés par la revue L’architecture d’aujourd’hui, et d’autres de 1956. Cette fois, une mention primordiale était précisée sur l’un des plans : rue de la Manoubia. Coincée à Paris, il fallu passer de nombreuses heures sur google earth à visionner des images satellitaires, pour trouver enfin la parcelle correspondante à celle représentée sur les plans. Sur le terrain retrouvé, malgré le caractère flou de l’image googlelienne, apparaissaient bien deux bâtiments dont l’implantation correspondait parfaitement à celle des villas projetées pour Bourguiba par Zehrfuss.

Figure 2
Propriété Bourguiba, projet, plan du rez-de-chaussée, architecte : Bernard Zehrfuss, dressé le 4 mars 1955, modifié le 16 mars et complété le 28 mars 1955.
Source : IFA, Fonds Bernard Zehrfuss, Boite à rouleaux n°8.
© Académie d’architecture/ Cité de l’architecture et du patrimoine/ Archives d’architecture du XXe siècle, Paris.
Fig. 3
Image google earth sur laquelle est repérable la propriété d’Habib Bourguiba, au nord du réservoir d’eau situé au centre de la photographie.

De retour à Tunis, je partis visiter cette maison. Les voisins m’affirmèrent qu’il s’agissait bien de la demeure de l’ancien président et que celui-ci y habita juste quelques semaines, avant son investiture.

Au moment où sa carrière prend une nouvelle dimension –il commence à travailler sur les projets du CNIT et du siège de l’UNESCO-, Zehrfuss, ancien architecte de la Reconstruction, a donc construit dans un Protectorat français en Tunisie agonisant, une maison pour Habib Bourguiba, qui est alors un résistant, tantôt emprisonné, tantôt assigné à résidence, notamment sur l’île de Groix.

D’une architecture tunisienne à une autre

Le projet, Zehrfuss le peaufine pendant de nombreux mois. L’architecte est chargé de concevoir deux habitations, une villa et un pavillon, sur un terrain pentu situé dans le quartier de Montfleury supérieur à l’ouest de Tunis sur laquelle une splendide vue sur l’ensemble de l’agglomération est offerte. La villa, construite en bordure de la voie publique, est une grande demeure de 700 m2 qui accueille des espaces de réception et les appartements privés d’Habib Bourguiba. Au rez-de-chaussée, de la demeure se trouve une cour d’honneur avec galerie qui donne accès au hall d’entrée et à des garages et la pièce réservée au gardien qui ferment la cour. Au niveau supérieur, le rez-de-jardin, se situent les pièces de réception installées en enfilade : un grand et un petit salons, et la salle à manger. Un grand patio couvert à arcade les sépare la partie privée de la maison qui comprend : les chambres d’amis et l’appartement d’Habib Bourguiba qui regroupe une chambre, un bureau-bibliothèque et qui ouvre sur jardin privé agrémenté d’un bassin d’eau. À ce niveau, se trouve également un oratoire, éclairé zénithalement par un oculus. La maison est dotée d’un Mihrab (projeté dès le premier projet), et cette salle de prière est la seule pièce de la maison aux formes arrondies. Quant au pavillon qui occupe le fond du terrain et qui est d’une surface bien moins importante, près de 175 m2, il s’élève sur deux niveaux. Il est destiné à la femme du futur Président : Mathilde Bourguiba[3] qui y a ses appartements.

Le projet, conçu entre 1954 et 1956, a évolué au fil des mois, en particulier le dessin des façades de la villa principale, qui est totalement contraint par l’orientation du terrain. Pour éviter de subir les vents chauds venant de l’ouest, l’architecte décide de fermer la façade qui donne sur ce point cardinal – il n’y a presque aucune baie et le jardin. Il traite la façade sur rue de manière très massive. Dans la première version proposée par Zehrfuss, un balcon qui court sur l’ensemble du premier niveau souligne la verticalité de la villa, qui est cependant atténuée parles cinq arcs plein cintre qui le ferme et les grands moucharabiehs qui s’y insèrent, mais aussi les voutes qui couvrent la demeure, et même les cinq arcs de la galerie du rez-de-chaussée. Dans la seconde mouture du projet, datée du 21 avril 1955, les moucharabiehs, qui ont vocation à être peints en bleu, sont conservés. Mais de nombreuses modifications sont proposées dans le but de renforcer la massivité de la façade par rapport à la première esquisse. L’architecte rehausse la façade sur rue, au niveau des pièces de réception, et avec elle le balcon. Le bandeau en saillie qu’il formait dans le premier projet est tellement agrandi que la façade semble dotée d’une seconde peau. La suppression des arcs qui fermaient initialement ce balcon, mais aussi celle les voûtes qui couronnait l’édifice renforce encore plus le caractère anguleux de la demeure.

fig 4
Propriété Bourguiba, projet, façades est et sud, Bernard Zehrfuss, dressé le 14 mars 1955.
Source : IFA, Fonds Bernard Zehrfuss, Boite à rouleaux n°8.
© Académie d’architecture/ Cité de l’architecture et du patrimoine/ Archives d’architecture du XXe siècle, Paris.
fig5
Propriété Bourguiba, projet, Coupes villa et pavillon, Bernard Zehrfuss, 10 mars 1955.
Source : IFA, Fonds Bernard Zehrfuss, Boite à rouleaux n°8.
© Académie d’architecture/ Cité de l’architecture et du patrimoine/ Archives d’architecture du XXe siècle, Paris.

Zehrfuss modifie à nouveau le projet et dans la version finale, les lambeaux du style de la Reconstruction disparaissent de la façade. Au rez-de-chaussée, la galerie ne conserve que trois arcs, et surtout les moucharabiehs sont supprimés. À l’étage supérieur, sont disposés deux niveaux de fenêtres, deux bandeaux horizontaux, formé chacun de dix baies groupées deux à deux. Deux autres lignes horizontales en saillie, faite de béton cette fois, les souligne : un balcon qui prend place sous la première série de fenêtres et un brise soleil au dessus. Aucune fantaisie n’est concédée, ni même aucune référence à l’architecture vernaculaire.

Fig. 6 façade principale maison Habib Bourguiba
Propriété Bourguiba, façade principale, 2012.
© Charlotte Jelidi

La seconde façade partiellement visible depuis la rue, latérale, est traitée de manière différente et présente un aspect moins massif, notamment parce que Zehrfuss multiplie, que ce soit dans les avant-projets et dans la version définitive, les décrochements et que la forme et la taille des ouvertures sont variées : petites baies ornées de grilles, galbées ou non, fenêtres à claustras, etc. [Zehrfuss, 1955]. Lorsqu’il modifie son plan initial, décide de rehausser la partie réservée aux salles de réception, et déplace le hall d’entrée à l’angle sud-est de la maison, il ajoute des ouvertures à cette façade, notamment des claustras pour éclairer le hall et le superbe escalier hélicoïdal qui s’y insère et qui surprend le visiteur tant ses courbes tranches avec le caractère anguleux de la façade. Par ailleurs, la villa destinée à Mathilde Bourguiba, au fond du terrain, plus en haut, est construite dans le même esprit.

Fig. 7 villa principale, façade est
Propriété Bourguiba, façade latérale, est, 2012.
© Charlotte Jelidi
Fig. 8 villa Mathilde B
Image 8 : Propriété Bourguiba, pavillon de Mathilde, façade principale, 2012.
© Charlotte Jelidi

L’évolution du projet et sa finalisation témoignent des tâtonnements qui ont présidé à l’expression architecturale la modernité tunisienne que le futur Président souhaite déjà afficher. Il est alors attaché à la culture tunisienne et à la religion musulmane, comme en témoigne la présence du patio et du Mihrab. Toutefois, son renoncement aux grilles galbées de tradition sidi bou saïdienne et aux moucharabiehs en façade –seuls les claustras sont présents mais relégués sur la façade latérale- témoigne de son désir d’afficher, en façade et dans les espaces de réception, une contemporanéité presque déterritorialisée. L’architecture tunisienne spécifique que le Zaïm façonnera plus tard avec l’architecte Olivier-Clément Cacoub n’est pas encore en germe.

fig9
Propriété Bourguiba, escalier d’honneur, 2012.
© Charlotte Jelidi
fig10
Propriété Bourguiba, escalier d’honneur, 2012.
© Charlotte Jelidi
fig11
Propriété Bourguiba, escalier d’honneur, 2012.
© Charlotte Jelidi
fig12
Propriété Bourguiba, escalier d’honneur, 2012.
© Charlotte Jelidi
fig13
Propriété Bourguiba, patio couvert, 2012.
© Charlotte Jelidi

Propriété de l’État tunisien, cette maison a longtemps servi de centre de formation, et est aujourd’hui désaffectée –seule la ville de Mathilde est habitée par un fonctionnaire.

fig14
Le jardin en 2012.
© Charlotte Jelidi

Mais les questions qui demeurent sans réponse restent nombreuses. La présence du Mihrab peut étonner, a priori, tout comme les dimensions de la demeure. Malheureusement, les archives de l’IFA ne conservent pas la correspondance que se sont échangée Bourguiba et Zehrfuss. Seul le dossier de permis de construire conservé aux archives municipales de Tunis pourrait nous apprendre encore beaucoup sur ce projet. Mais nous n’avons pas encore eu l’autorisation d’y accéder. A-t-il été seulement conservé ? Cette recherche n’est qu’à ses prémices. Il sera intéressant de tenter de comprendre comment le projet final a été élaboré, les débats qui ont agités les deux amis, mais aussi pourquoi cette œuvre charnière est restée dans les limbes de l’histoire de l’architecture contemporaine tunisienne. Et reste un doute, en dépit des témoignages des voisins, le fils d’Habib Bourguiba portant presque le même nom que son père, on ne peut totalement écarter une possibilité de méprise, même s’il est peu probable qu’à 27 ans Junior ait pu se payer une telle demeure. Quoi que ?

 

Charlotte Jelidi

est historienne de l’art et chercheure post-doctorante à l’IRMC. Elle y coordonne deux programmes de recherche, Les villes maghrébines en situation coloniale XIXe-XXe siècles. Urbanisme, architecture, patrimoine et Les musées et lieux d’exposition au Maghreb et leurs publics (XIXe-XXIe siècles).

 

Pour citer ce billet : Charlotte Jelidi, « La villa zehrfussienne de Bourguiba (1954-1956) », Le Carnet de l’IRMC, 2 mai 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/865


[1] Ce texte présente une recherche en cours. Il n’a pour autre ambition que de mettre la lumière sur un édifice méconnu.

[2] Dominique Zehrfuss, dans le portait au vitriol qu’elle dresse de ses parents, témoigne de ce lien de proximité qui unissait son père à celui de la Tunisie indépendante.

[3] Mathilde Bourguiba née Lorain (1890-1976), dite Moufida (après sa conversion à l’Islam) est la première épouse de Habib Bourguiba. Ensemble, ils ont un fils, Habib Bourguiba Junior, le seul enfant naturel du Zaïm, né en 1927. Le Président quitte Mathilde -ils divorcent en 1961- pour Wassila Ben Ammar, qu’il épouse en 1962.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Ecrire en sciences sociales

Présentation de l’Université de printemps du Ré-Doc- Tunis, 19-23 mars 2012

Faire aboutir une thèse, c’est d’abord écrire un texte conforme à des normes et des standards académiques à propos d’un objet bien déterminé. Bien qu’évidente, peut-être même en raison de cette évidence, la centralité de l’exercice de l’écriture dans le processus de la préparation de la thèse est rarement pensée comme il se doit. Les doctorants, souvent livrés à eux-mêmes, la vivent sur des modes de subjectivation plus ou moins exacerbés ; de manière immédiate, voire parfois douloureuse et angoissée. Si l’on fait abstraction de cette pléthore de manuels de peu d’intérêt, construits sur la base d’un esprit de « recette », qui, paradoxalement, favorisent chez les doctorants un rapport à l’écriture extrêmement instrumental et contreproductif, l’exercice de l’écriture, ce lieu par excellence de la mise à l’épreuve que représente la préparation d’une thèse, demeure largement impensé. La difficulté de le penser tient à ce premier paradoxe : éminemment individuelle et intime, l’expérience de l’écriture est fâcheusement présentée comme une simple mise en mots ou en forme d’une pensée antérieurement construite, comme la conversion d’une masse de données collectées et de raisonnements préalablement échafaudés en texte. Ce qui occulte le fait qu’un aspect essentiel de la recherche, et de ce qu’il en advient en termes de produit final livré à l’évaluation publique des pairs, se joue dans l’écriture. À contre courant d’une vision scientiste un peu désuète, il semble de plus en plus admis dans nos disciplines que « l’imagination sociologique » n’opère pas exclusivement en amont de l’écriture (Zaki) et que le raisonnement et l’écriture en sciences sociales sont indissociables (Passeron). Plus particulièrement, il n’est plus acceptable aujourd’hui de continuer de refouler l’expérience de l’écriture dans les arrières scènes de l’entreprise scientifique, ni de dissoudre les dilemmes et les malaises qui accompagnent l’acte d’écrire dans des difficultés ou des maladresses de nature méthodologique.

Outre la nécessité de répondre à des exigences particulières liées à des traditions différentes selon les disciplines, l’écriture d’une thèse en sciences sociales relève du même degré de complexité qu’implique l’écriture d’un texte scientifique dans ces disciplines de manière générale. Écrire un texte en sciences sociales consiste à opérer une alchimie, où se croisent plusieurs types d’opérations mentales et discursives, et fait appel à plusieurs formes de compétences : description et narration, restitution de données et interprétation, analyse et argumentation. C’est dans et par l’écriture que s’enclenche une part essentielle des opérations mentales qui permettent de passer d’un matériau empirique, archivistique ou documentaire à une analyse proprement dite, c’est-à-dire la mise en œuvre progressive d’un horizon de compréhension et de sens en rapport avec un ou des objets de connaissance particuliers (Paillé et Mucchielli). S’agissant de doctorants qui n’ont pas encore développé, dans leur majorité, de routines et de tours de main personnalisés dans leur rapport à l’écriture, les difficultés inhérentes à la complexité de cette expérience sont amplifiées. Il est important de les aider à dédramatiser le geste d’écrire, en leur apprenant, entre autres, à le faire par touches successives et à accepter l’idée qu’un texte ne prend sa forme définitive qu’au bout d’un processus long et laborieux de reformulation et de réaménagement (Becker). Comme il est important de les amener à vivre de manière plus apaisée la publicité qui accompagne l’acte d’écrire ainsi que les différentes modalités d’évaluation par la communauté scientifique qu’il met en branle et qui viennent sanctionner ses effets.

L’objet de l’université de printemps qui sera initié à Tunis par le Réseau international d’écoles doctorales de l’AISLF et de l’AUF (Ré-Doc) en partenariat avec, l’Association tunisienne d’anthropologie sociale et culturelle (ATASC), l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain (IRMC) et le Laboratoire Diraset-Études maghrébines (et qui viendra prolonger des activités de formation doctorales et des ateliers d’écriture antérieurement engagées par certaines de ces institutions) est de doter les doctorants qui prendront part à cette session d’une plus grande réflexivité dans le rapport qu’ils entretiennent avec l’écriture, en leur permettant de prendre conscience de la complexité de cet exercice et des moyens susceptibles de faciliter sa maîtrise. Quatre objectifs plus spécifiques lui sont assignés :

1- rationaliser, dans les limites du possible, cet exercice qui comporte une part considérable de contingence ;

2- le dédramatiser en mettant au jour et en explicitant une partie des mécanismes qui le sous-tendent ; 3- renforcer la vigilance des doctorants en leur qualité d’« auteurs », en les mettant au fait des enjeux rhétoriques, épistémologiques et éthiques qui accompagnent l’acte d’écrire ;

4- les aider à penser les interrelations entre les différentes disciplines des sciences sociales (sociologie, anthropologie et histoire) ainsi que la spécificité des modes de construction de leurs discours et leurs rapports particuliers à l’écriture.

L’écriture de la thèse, comme de tout autre texte en sciences sociales, requiert la gestion et la maîtrise d’un certain nombre d’enjeux rhétoriques, épistémologiques, voire éthiques qui se recoupent.

Aujourd’hui, il n’est plus possible, dans les disciplines qui sont les nôtres, de continuer d’écrire en « toute innocence » ou de croire que les faits « parlent » d’eux-mêmes. Nous savons plus que jamais que les textes des sociologues, des anthropologues ou des historiens sont des « choses fabriquées » selon des procédés rhétoriques qu’il n’est pas indifférent de mettre à nu (Geertz ; Clifford). Nombre d’interrogations brûlantes sont alors à prendre au sérieux :

Quelle est la « place » de l’auteur dans le texte et comment « habiter » son texte en restant fidèle aux exigences de rigueur et de neutralité requise par les normes de la production scientifique ? Comment faire cohabiter dans un texte sa propre voix en tant qu’auteur avec celles qui émanent du terrain et comment gérer les formes d’intertextualité qu’impliquent la citation et la capitalisation des lectures théoriques et la restitution des données d’enquête ? Comment parler des autres et donner du sens à leur parole sans parler pour eux ? Quels mots employer pour rendre compte des mondes historiques que nous décrivons, sachant que leur exploration implique un travail permanent sur le langage ? Quels sont plus généralement les différents processus de « traduction » en oeuvre dans l’écriture et comment les maîtriser ? Comment s’assurer de la « lisibilité » de ce que l’on écrit ? Comment « dire vrai » malgré le recours nécessaire à des artifices rhétoriques et quelles sont les formes de persuasion considérées comme légitimes par la communauté scientifique ?

Publié en janvier 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°8

 

Imed MELLITI, ISSHT/IRMC

 

crédit photographique : © photo-libre.fr

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Bilan des politiques sectorielles environnementales en Tunisie depuis la décennie 90 : approche cartographique

Comme l’a souligné Henda Gafsi[1], la décennie 90 a été celle du développement durable en Tunisie. En atteste le 8ème Plan (1992-1997), qui le premier, intègre le développement durable et consacre tout un chapitre à l’environnement. Le contexte international aura largement contribué à l’émergence d’une véritable politique environnementale en Tunisie, mais aussi dans le reste du monde, à travers le foisonnement de conventions internationales en faveur du développement durable.

L’enjeu de la durabilité dans les villes prend tout son sens à la lumière d’un rapport des Nations Unies publié le 24 mars 2004, selon lequel en 2007, plus de la moitié de la population mondiale vivra dans les villes : « Ce sera la première fois dans l’histoire de l’humanité que le nombre de citadins dépassera le nombre de ruraux », note ce rapport.

Mes travaux de recherche dans le cadre d’une thèse récemment soutenue avaient déjà tenté de mettre en exergue la pression exercée par la démographie, l’urbanisation et les activités économiques sur les ressources en eau dans les villes, en prenant l’exemple du Grand Sousse, en Tunisie littorale[2].

Par ailleurs, l’eau n’est pas la seule ressource mise en péril dans ce contexte de forte augmentation de la population et des activités économiques dans les zones urbaines. La vitesse de l’expansion urbaine a davantage amplifié la pression sur l’environnement en général, en termes certes d’épuisement des réserves en eau douce, mais aussi de hausse de la consommation d’énergie, de la pollution de l’air. Cette dernière est liée principalement aux transports, à une recrudescence de déchets solides, à la détérioration du littoral, à la dégradation de la qualité de l’air et des sols, ainsi que de celle du paysage urbain et de ses périphéries.

C’est dans le cadre du programme AUF-Cedej « Ville durable au sud de la Méditerranée », que s’insère mon étude sur le bilan des actions environnementales dans les villes tunisiennes, et tout particulièrement à partir d’une approche approfondie de certaines politiques environnementales sectorielles majeures, le plus souvent portées par des acteurs publics.

Nous avons ainsi pu collecter une importante documentation, questionner des personnes ressources, et visiter des sites concernés, par exemple, par des opérations d’enrayement de la croissance de l’habitat spontané. L’objectif de l’Agence de Réhabilitation et de Rénovation Urbaine (ARRU) était à ce propos de résoudre les problèmes inhérents au développement urbain à travers des projets d’assainissement et de développement urbain. L’habitat n’est pas le seul défi qui se pose aujourd’hui à la ville pour accéder à une plus grande durabilité. Ainsi, nous accordons une large part dans nos recherches, au recensement des actions concrètes, à travers notamment les différents programmes de l’ANPE, de l’ANME, de l’ONAS, de l’ANGED… sur le milieu naturel, l’espace et les ressources dans les secteurs urbains. Une attention toute particulière a été consacrée à l’identification des expériences pilotes, ainsi qu’à leur mode de financement. Une localisation, à travers l’outil cartographique doit permettre d’alimenter notre réflexion sur l’état des lieux de la décentralisation de l’action environnementale à l’échelle régionale et locale.

Les premiers résultats de nos investigations nous ont permis de constater que, dans un premier temps, les politiques urbaines n’ont jamais été aussi attentives à améliorer la qualité et les conditions de vie de la population, ainsi qu’à équilibrer les différents quartiers au sein de la ville. Mais dans un second temps, on voit que ces politiques urbaines nécessitent de renforcer leur cohérence, afin d’atteindre un niveau optimal de développement urbain durable.

En effet, la notion même de « ville durable » invite à repenser la ville dans une approche plus intégrée, en tenant compte de la nécessaire interdépendance des actions environnementales.

Publié en octobre 2011 dans La Lettre de l’IRMC n°7

 

Nadia SAHTOUT est docteur en géographie de l’Université Paris IV Sorbonne, où elle a soutenu une thèse en mars 2011 sur l’eau et la ville dans le Grand Sousse. Chercheure associée à l’Institut de Recherche sur le Maghreb Contemporain, elle participe au programme MerSI-AUF, piloté par le Cedej : « Ville durable au sud de la Méditerranée ».

 

crédit photographique : © Babnet.net


[1] Gafsi Henda, Histoire de l’évolution du domaine « Environnement en Tunisie » (Problèmes, acquis, défis), 9 janvier 2010.

[2] Sahtout Nadia, L’eau et la ville en climat semiaride : vers la gestion intégrée de la ressource. Exemple du Grand Sousse en Tunisie littorale. Université Paris IV-Sorbonne, Institut de Géographie, mars 2011.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Les centralités périphériques et les recompositions territoriales en Algérie : l’exemple des villes de l’Est-algérien

Notre thèse s’intitule : « Les centralités périphériques et les recompositions territoriales en Algérie : l’exemple des villes de l’Est-algérien ». Elle se propose d’analyser des centralités commerciales en rapport avec les formes urbaines qui ont surgi depuis 1962 autour du noyau colonial et précolonial. En respectant la périodicité de leur création, la recherche analyse plusieurs types de périphéries, en partant de la ville de Constantine.

Deux échelles interfèrent dans la définition de ces recompositions territoriales :

L’échelle de l’agglomération. Il est question d’aborder quatre formes urbaines identifiant la ville multiple algérienne : le recasement, le lotissement, les secteurs illicites et les grands ensembles d’habitation “ZHUN” (Zones d’habitat urbain nouvelles).

L’échelle régionale. Intégrant plusieurs auréoles par rapport à Constantine, les analyses couvrent une partie du réseau des villes de l’Est algérien : le Khroub (1600 logements), Aїn Smara (souk informel), Ali Mendjeli (le centre), Ain M’lila (le village colonial) et El-Eulma (Dubaï).

Entre échelle locale et échelle régionale, l’objectif est de montrer comment, dans le cadre des centralités commerciales émergentes, des relations nouvelles se trament, des ramifications se créent, des polarisations commerciales en résultent, des territoires se recomposent et une métropolisation s’affine. Quels sont les acteurs qui sont derrière la mise en place de ces centralités ? Dans quel contexte économique et social émergent-elles ?

À l’échelle de l’agglomération constantinoise, de nouvelles centralités se sont mises en place en périphéries depuis cinquante ans maintenant. Éclatées, à l’image du tissu urbain fragmenté de la ville multiple, ces centralités sont diverses selon leurs formes, leur situation, leur contenant, leur contenu ainsi que selon le contexte économico social dans lequel elles ont évolué. À défaut d’avoir été programmées par le haut, ces centralités périphériques émergent en priorité dans l’informel ou dans le semi informel (secteurs qui sont à l’origine planifiés), et se renouvellent illégalement. Dans un premier temps il est question de savoir comment les centralités peuvent-elles émerger dans le cadre de processus illégaux ? Et comment ces processus illégaux offrent-ils une assise à l’appropriation ? Dans un deuxième temps, les exemples analysés font état d’une insertion des espaces dans l’économie mondiale. Une “mondialisation par le bas” transparaît. Elle est fabriquée par des entrepreneurs, les habitants commerçants, qui transforment leurs parcelles résidentielles et construisent des espaces commerciaux fortement puissants dont les plus célèbres sont les “Dubaï”. Ces mutations tendent-elles vers la « dubaïsation » des villes algériennes ? Et concourent-elles à insérer ménages et usagers de la société algérienne à l’économie mondiale ?

Publié en octobre 2011 dans La Lettre de l’IRMC n°7

 

Nadia KERDOUD est doctorante en géographie à l’université de Caen. Sa thèse sous la direction de Robert Hérin s’intitule : « Les centralités périphériques dans les villes de l’Est algérien ». Elle a rejoint l’IRMC en tant que Boursière Moyenne Durée (BMD)[1].

crédit photographique : © Nadia Kerdoud


[1] Dans le cadre de la convention de partenariat passée entre l’IRMC et le SCAC/Ambassade de France en Algérie

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Vers la reconquête de nos villes : pour une participation citoyenne au développement urbain local et régional

Le 14 Janvier fût un jour à jamais gravé dans ma mémoire, empreint d’émotions intenses et d’un espoir naissant pour un avenir meilleur. Restent maintenant la fierté et l’impératif de la reconstruction d’un avenir meilleur. Le mouvement de contestation a mis en évidence des disparités multiples, dont le sous équipement et le manque d’infrastructures, de services et de projets structurants dans les régions de l’intérieur du pays.

L’État tunisien a misé, durant les deux décennies écoulées, sur une politique de métropolisation, qui implique un surinvestissement dans des projets structurants dans la capitale et quelques villes littorales[1]. Cette politique est sous tendue par l’impératif d’insertion de la Tunisie dans le mouvement de globalisation, afin de promouvoir une croissance économique et d’attirer les investisseurs étrangers en leur offrant des conditions favorables à leur implantation. Elle a eu pour effet la marginalisation des régions du centre et du Nord-Ouest, de ce mouvement de mise à niveau des villes Tunisiennes, et n’a fait que renforcer les clivages existants. Bien qu’il soit impératif de garantir pour la Tunisie une insertion dans l’économie mondiale par les différents échanges économiques et l’implantation d’investisseurs étrangers susceptibles de créer des emplois, il est essentiel de réfléchir à une orientation stratégique qui garantirait un équilibre dans la répartition des investissements au niveau régional. Des travaux de terrain doivent être entrepris par les chercheurs en sciences sociales et les professionnels de l’urbain, afin de comprendre les processus qui ont mené à ces clivages sociaux et régionaux, et pouvoir ainsi proposer des solutions adéquates afin de les réduire [2].

Il est également de notre devoir de chercheurs de susciter le débat et d’entreprendre des recherches portant sur les processus et les dynamiques institutionnelles liées au développement urbain, mais surtout autour de la question de gouvernance urbaine. Ce concept galvaudé à l’ère de Ben Ali, et utilisé à tort dans une entreprise d’affichage politique, garantit en réalité la concertation et la participation citoyenne au développement urbain. Dans ce sens, selon P. Le Galès[3], la gouvernance urbaine est à la fois la capacité à intégrer, à donner forme aux intérêts locaux, mais aussi à les représenter à l’extérieur, à développer des relations plus ou mois unifiées en relation avec le marché, l’Etat, les autres villes et autres niveaux de gouvernement. Il s’agira donc de réfléchir à l’avenir de nos villes, et à la mise en place d’un réel développement local et régional, basé sur la rationalité procédurale, et l’élaboration de modes consensuels de coordination, aussi bien dans la planification et la programmation des projets urbains locaux, régionaux et nationaux, que dans leur mise en oeuvre.

S’agissant enfin de développement local, il est essentiel de reconquérir l’espace local en participant aux conseils municipaux et régionaux futurs, et d’oeuvrer à leur rendre leur autonomie et leur poids prépondérant dans les processus décisionnels. Il s’agira de proposer de nouveaux modes de gestion urbaine, davantage basés sur la concertation et la transparence et garants d’une démocratie participative. Un développement urbain ne peut en effet être efficient que s’il émane de la population cible, des acteurs privés et de la société civile.

Ces pistes de recherches pourraient constituer un support pour la compréhension des phénomènes urbains et sociaux et contribuer à modeler de nouvelles orientations stratégiques en vue d’un développement urbain local et régional équitable et d’une gouvernance urbaine. Issues de revendications légitimes et populaires, ces réformes pourraient garantir l’adhésion des populations aux politiques mises en place, et une légitimité de l’action publique urbaine.

Publié en avril 2011 dans La lettre de l’IRMC n°6

 

Hend BEN OTHMAN

Architecte – Urbaniste, doctorante en urbanisme

 

Crédit photographique : © Siba-immobilière.com


[1] Ben Letaief M., 2008, « Quelques réflexions sur les mutations d’une action publique postkeynésienne », Revue Métropoles, n° 4, 133-155.

[2] Des débats sont programmés à l’initiative de l’Association Tunisienne des urbanistes (ATU), afin de réfléchir sur le devenir des villes tunisiennes et la gouvernance urbaine.

[3] LE GALÈS P., 1995, “Du gouvernement des villes à la gouvernance urbaine”, Revue française de science politique, n° 1, vol. 45, 57-95.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

L’avenue de la libre parole

À Tunis, quelle foule sur l’avenue !

Pas celle des employés qui se rendent à pas pressés à leurs bureaux, ni celle des fonctionnaires du ministère de l’Intérieur qui commencent leur journée à arpenter le terre plein central, à surveiller et à écouter aux cafés. C’est une masse de visages nouveaux, jeunes filles et jeunes gars qui s’attroupent, s’interpellent, échangent des points de vue, argumentent. La libre parole explose, elle renvoie aux graffitis des façades qui appellent à la démocratie et à la laïcité. D’autres messages rappellent que « la femme est libre et elle le restera ». Cette liberté fragile est toutefois tangible puisque les femmes s’habillent semble-t-il, comme elles le veulent : robes- chemisiers, jeans blousons, robe et foulard, niqab toutes voiles dehors, gants et œillères. J’ai même rencontré une dame en safsari, une mode rare d’un autre temps. Tout est donc possible pourvu que ça dure et, comme disait M. Béji Caïd Sebsi, à l’époque écrivain, en évoquant le statut des femmes : « Regarder le monde sans voile et, sans voile être regardée » (Habib Bourguiba.)

Qu’est ce qu’on cause sur l’avenue ! Debout, en petits groupes décontractés ou bien aux terrasses des cafés où des groupes d’amis se retrouvent ou se forment. Pas de touristes. Le théâtre municipal a été « retourné » « détourné ? », le spectacle est à présent sur les marches, la nouvelle grande scène !

On chante sous cette belle façade Art nouveau d’où jaillissent des chevaux marins, des nymphes et des naïades. Tout à coup, l’hymne national jaillit, des voix s’élèvent, le ton monte, la foule invite « à dégager ». L’avenue plus que séculaire dont les ficus ont vu bien d’autres dégagements de l’histoire, est subitement parcourue par des groupes compacts scandant des slogans que d’autres contestent ou reprennent en chœur

Ces manifestants – 30 ans tout au plus marchent à grands pas sur le terre plein central ; mais subitement, tout s’arrête devant le quadrilatère de fils de fer barbelés qui enchâsse le ministère de l’intérieur, comme si c’était une icône. Ainsi protégé, il n’est plus possible de prendre d’assaut les fenêtres ni de grimper sur le auvent de la porte centrale, comme cela se produisit un certain 14 janvier 2011, entre 14 et 16 heures… N’empêche, les manifestants se massent, saluent les soldats, les slogans fusent encore et encore plus puis toute la foule se disperse, allez savoir pourquoi. Seule demeure une dame âgée, vêtue de guenilles, mal chaussée, rougeaude comme si elle avait dormi dans le froid de la nuit, sur le trottoir, devant la banque. Elle est debout, devant les barbelés ; elle fixe les soldats et les chars.

Debout, immobile, impassible ; le regard perdu devant elle. Elle stationne dans cette position un long moment sans rien dire, comme pétrifiée, scrutant la place du 7 novembre devenue Mohamed Bouazizi. Les soldats sont étonnés, sans doute gênés. Puis elle se retourne et se perd dans la foule. Je l’ai rencontrée au même endroit, plusieurs jours de suite, silencieuse au milieu de toute cette foule qui laissait courir des flots de paroles. J’ai eu envie de lui parler mais je n’ai pas osé l’aborder. Elle avait sans doute quelque chose à dire, mais à l’inverse de tous ceux qui l’entouraient, elle n’a pas jugé utile de s’exprimer. A moins qu’elle n’ait été saisie de stupéfaction par le spectacle inouï de cette avenue d’ordinaire, banalement encombrée par les voitures, reconvertie, Intifadha oblige, en un vaste espace public que le peuple s’approprie pour parler et causer, chanter et danser ! Mais aussi lancer des pierres, casser les vitrines et affronter la police ou les soldats. L’avenue s’est métamorphosée au fil du temps politique. La statue en pieds de Jules Ferry a disparu le beau jour de l’indépendance ; la statue équestre de Habib Bourguiba a subi les outrages du coup d’État médical. Depuis le 14 janvier, l’avenue est le grand salon des Tunisois auxquels désormais viennent se mêler les provinciaux de Sidi Bouzid, Kasserine, Le Kef…y compris les étrangers, désireux de ressentir l’énergie de la révolution, pour qui elle est devenue un passage obligé. Une façon comme une autre de rappeler les émeutes du pain de janvier 1984 et si cela ne suffisait pas, l’insurrection des tribus de 1864.

L’avenue est désormais un espace public national où se jouent toutes sortes de luttes politiques, certaines pacifiques, d’autres violentes. Souvenons-nous d’un certain vendredi ou le hezb Ettahrir a investi l’avenue pour prier et en même temps menacer d’exécuter les femmes du quartier

réservé à l’extrémité de Bab Bhar. Même technique qu’à Alger en 1988 où les jihadistes avaient imposé la séparation des trottoirs pour les hommes et pour les femmes. Les luttes politiques sont également des luttes urbaines. Il faut se battre sur les deux fronts pour construire les institutions de la démocratie et la ville de la liberté. Monsieur Rajhi au temps où il fut ministre de l’intérieur, a été interpellé au cours d’une émission télé par un journaliste qui demandait le déplacement du ministère dans un autre endroit, pas à l’extrémité de cette belle avenue. Le ministre s’est montré favorable en doutant toutefois de la possibilité de réaliser cette belle utopie. Mais la question méritait d’être posée ne serait-ce que pour réfléchir à l’héritage de l’histoire coloniale. Car, ce qui est aujourd’hui le ministère de l’intérieur a été conçu par les autorités du protectorat comme le commissariat central de police, avec une grande cour intérieure surmontant des caves, pour rassembler les manifestants nationalistes et les syndicalistes, notamment les dockers du port de Tunis. Ce bâtiment en position stratégique puisqu’il contrôlait les flux des travailleurs, a été conçu par l’architecte Kyriacopoulos qui s’est fait un point d’honneur de construire la première architecture moderne en béton armé tramé. Achevé en 1954, il a bien résisté à l’usure du temps et à l’enfermement des manifestants.

En 1966, le maire de Tunis Hassib Ben Ammar recevait l’architecte Georges Candilis au moment où O. C. Cacoub, grand prix de Rome, architecte conseiller du Président de la République proposait, froidement, de percer la médina en prolongeant l’avenue Bourguiba jusqu’à la Kasbah. Candilis, étonné, a vu les choses autrement : pourquoi faire une autoroute dans la ville a-t-il demandé ? Supprimons la circulation automobile et créons une vaste avenue piétonnière. La proposition a fait sourire la classe dirigeante qui y voyait un retour à la tradition… si humiliante pour nombre de modernistes acculturés.

A Barcelone, les ramblas qui traversaient la ville ancienne jusqu’au port ont été fermées à la circulation automobile. Un immense succès. L’intifadha a paralysé la circulation automobile sur la grande avenue de Tunis, lui rendant sa fonction première de promenade piétonnière. Une sorte d’exercice grandeur nature dont la municipalité pourrait tirer parti pour concevoir un autre système de circulation, introduire des moyens de transport en commun qui donneraient satisfaction à tous ceux qui manifestent pour une meilleure répartition des droits et des obligations. Marcher à pied, circuler en autobus ou en trolleybus comme au bon vieux temps, est un droit. Le tout-automobile est un abus de pouvoir qui coûte cher, qui discrimine les citoyens, une nuisance sociale. Jean Pierre Vernant, analysant « Les origines de la pensée grecque » a décrypté « le régime de

la cité, qui lui est apparu solidaire d’une conception nouvelle de l’espace, les institutions de la Polis se projetant et s’incarnant dans ce qu’on peut appeler un espace politique. On notera à cet égard que les premiers urbanistes, comme Hippodamos de Milet, sont en réalité des théoriciens politiques : L’organisation de l’espace urbain n’est qu’un aspect d’un effort général pour ordonner et rationaliser le monde humain »

Faisons en sorte que cette pensée grecque soit à nouveau entendue

 Publié en avril 2011 dans La lettre de l’IRMC n°6

 

Jellal ABDELKAFI

Urbaniste, Tunis

 

Crédit photographique : © Jellal Abdelkafi

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook