Archives de catégorie : Sociologie

L’IRMC et la Libye, de 2009 à 2012

Durant les années 2000, les actions de recherche développées par l’IRMC avec la Libye se sont heurtées au fort cloisonnement existant entre les institutions universitaires et les centres de recherche libyens, dû notamment à l’absence d’équipes de recherche permanentes. En marge de séminaires organisés à Aix-en-Provence et sous l’égide de travaux menés à l’époque par Olivier Pliez, deux missions de l’IRMC ont été conduites en Libye en 2001 et 2002, par Hassan Boubakri (géographe à l’Université de Sousse) et Jean-Philippe Bras (directeur de l’IRMC). En 2003 fut signée une convention entre le Markez el Jihad et l’IRMC. Le Markez el Jihad, fondé en 1977 par le Dr Mohamed Tahar Jarrari, possède une importante bibliothèque de cassettes numérisées sur la Libye. Il est devenu en 2010 le Centre des archives nationales et des études historiques de Tripoli. Une mission effectuée en 2005 par Pierre Robert Baduel (directeur de l’IRMC) a pu susciter le projet d’une confrontation d’historiens autour de la question de l’administration française du territoire du Fezzan après la Seconde Guerre mondiale. En mars 2009, l’IRMC a souhaité construire une stratégie de travail dans la durée en mobilisant des chercheurs de diverses disciplines (géographie, sociologie, histoire, sciences politiques, droit), et en confrontant deux types de regards, celui des chercheurs libyens sur leur propre société et celui des chercheurs tunisiens sur la société libyenne, mais aussi sur les relations croisées entre les deux pays et via une approche francophone. L’objectif de ce groupe était, d’une part, de participer à la mise en réseaux de chercheurs de différents pays maghrébins et européens et, d’autre part, d’amorcer un programme de recherche spécifique devant déboucher sur l’organisation d’une manifestation suivie de publications.

Il s’en est suivi en mai 2009 une mission à Tripoli réunissant le directeur de l’IRMC et quatre chercheurs tunisiens : Hassan Boubakri, Fathi Lissir et Mouldi Lahmar, coordonnée par Moncef Ouannès. Un séminaire interdisciplinaire fut alors organisé par l’IRMC à Tunis en décembre 2009 sur l’implantation militaire de la France au Fezzan entre 1943 et 1956. Les années 2010 et 2011 ont été consacrées à des échanges historiographiques et à la finalisation supervisée par Moncef Ouannès, d’un ouvrage en version bilingue (arabe/français) paru en octobre 2012, en coédition Cérès Éditions/Tunis, centre des Archives de Tripoli et IRMC, intitulé : Une histoire méconnue. Les relations libyo-françaises au Fezzan de 1943 à 1956. Regards croisés Libye, France, Tunisie.

couv fezzan
Couverture bilingue du livre édité par l’IRMC

Cet ouvrage retrace les grandes lignes de l’implantation de la France sur le territoire du Fezzan dans le Sud-libyen aux lendemains de la Seconde Guerre mondiale. Il en analyse les visées politiques, les conditions d’occupation militaires et administratives, ainsi que le vécu des populations, de l’alliance à la résistance, jusqu’à l’indépendance libyenne et l’évacuation définitive en 1956. Dans un esprit de dialogue intellectuel entre les deux rives de la Méditerranée, ce livre rassemble des regards d’historiens, de sociologues, de politologues et de géographes libyens, tunisiens et français soucieux de croiser leurs savoirs. Du regard français, il ressort que cette période serait moins militaire que politique. Les Libyens de leur côté décryptent les dynamiques nationales et régionales (Algérie, Tunisie) des réseaux de résistance. Et les chercheurs tunisiens forts de leur regard distancié du pays d’à côté, se penchent sur les savoirs construits par la France, sur les stratégies d’alliances avec les dignitaires libyens, et les mémoires politiques.

Cette recherche a permis de livrer à l’actualité le portrait d’une Libye contemporaine comme cible et enjeu international majeur, en interaction constante avec les événements se déroulant aux différentes échelles : méditerranéenne, africaine, arabe et internationale. Il a ainsi été proposé un autre type d’écriture de l’histoire entre la France et la Libye et avec la Tunisie, qui consiste moins à « juger » qu’à « gérer un passé » pour construire un présent et à reconsidérer les faits en confrontant leur pluralité, en questionnant leurs interprétations. Il s’agit là d’une double initiative à poursuivre tant dans le domaine de la coopération multilatérale en sciences humaines et sociales que dans celui de la réécriture de l’histoire coloniale par la confrontation et l’échange interdisciplinaires sur des sociétés témoins et actrices des événements.

Publié en édition bilingue et au Maghreb par l’IRMC, il constitue un précédent historiographique en matière de traduction, et contribue ainsi a toucher un vaste public tant en Europe et dans la francophonie qu’au Maghreb et dans le monde arabe. Il ouvre la voie à une prochaine collaboration de l’IRMC avec le Centre des archives nationales et des études historiques de Tripoli, l’ISHMN (Institut supérieur d’histoire du mouvement national a Tunis), et la Casa de Velasquez à Madrid, sur l’histoire orale, ses techniques et ses méthodes disciplinaires, ses objectifs et ses finalités en matière de préservation des mémoires nationales.

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

Pierre-Noël Denieuil

est sociologue, ancien directeur de l’IRMC de 2008 à 2013.

Pour citer ce billet : Pierre-Noël Denieuil, « L’IRMC et la Libye, de 2009 à 2012 », Le Carnet de l’IRMC, 11 octobre 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1266

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Ma mobilité à l’IRMC

Khadija
Photographie de Khedidja Mokeddem

Dans le cadre de la mobilité Sud/Sud et dans le but de soutenir ma recherche de doctorat qui a porté sur « le projet de vie chez les adolescents-es marginales », l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain (IRMC) m’a attribué une bourse de courte durée pour la période allant du 20/09/2010 au 20/12/2010. Cette bourse a été d’un grand apport dans la finalisation de mon travail de thèse de doctorat. D’abord par le contact direct avec nombre de chercheurs de l’IRMC ou invités à l’IRMC, m’ayant permis de discuter mon travail, d’enrichir mes connaissances et mes données et de confronter mes idées. Ensuite par l’accès à la documentation et le contact avec d’autres doctorants. Outre les rencontres avec les nombreux conférenciers, Jean Salem, Mohamed Kerrou, Sylvie Mazzella et François de Singly, j’ai pu rencontrer un socio-économiste, Jean-Louis Laville ou des anthropologues tels Mondher Kilani ou Renato Ortiz. J’ai aussi pu assister à des rencontres en réseaux tels le colloque organisé par Myriam Achour, intitulé « Dire en langue : analyses en anthropologie du langage, une comparaison de terrain ». Je citerai aussi des rencontres avec le Centre des archives tunisiennes et enfin une deuxième participation aux doctoriales tenues à Sousse en décembre 2010, sur la formation à la méthodologie et aux techniques de recherches et initiation à la rédaction d’articles scientifiques, une autre occasion de consolider ma formation et de développer mon activité de recherche.

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

Khedidja MOKEDDEM

est maître de recherche au CRASC d’Oran.

Pour citer ce billet : Khedidja Mokeddem, « Ma mobilité à l’IRMC », Le Carnet de l’IRMC, 10 octobre 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1260

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Partenariat IRMC/CRASC

Nouria Benghabrit-RemaounLe Centre de recherche en anthropologie sociale et culturelle (CRASC) vient de marquer en 2012 ses vingt années d’existence en organisant un certain nombre de manifestations scientifiques. L’IRMC s’apprête à vivre aussi sa vingtième année. Ce sont donc deux institutions de recherche qui ont à peu près la même durée d’existence et dont la contribution au service de la recherche en sciences sociales dans l’espace maghrébin, est connue et reconnue. Durant la période écoulée, une tradition de collaboration et de partenariat s’est tout naturellement instaurée entre nos deux organismes. Nous pouvons ainsi rappeler quelques-unes de nos actions communes menées dans le passe ou toujours en cours de réalisation : Depuis 2003 le CRASC échange avec l’IRMC, les directeurs Michel Camau, Pierre Robert Baduel, Pierre-Noel Denieuil.

Les différentes rencontres :

• 18-19 février 2007 : Rencontre au CRASC FSP-IRMC « Étudiants étrangers au Maghreb et dans l’espace euro-méditerranéen ».

• 2 juillet 2008 : Signature convention de partenariat scientifique.

• 25 novembre 2008 – Rencontre au CRASC pour la mise en œuvre de la convention (avec les directeurs de division, des chercheurs associés – IRMC).

• 31 mars-1er avril 2009 : Rencontre au CRASC avec l’IRMC lors d’un groupe de travail sur Crise du travail et employabilité. Deux journées très intenses d’échanges associant quatre institutions : CRASC, IRMC, Université d’Oran et Université de Tunis.

• 23-24 février 2010 : Rencontre à l’IRMC avec l’équipe du CRASC sur Travail emploi.

• 17-18 septembre 2012 : Rencontre au CRASC avec l’équipe de l’IRMC sur Crise du travail.

Les projets et ouvrage communs

Projet entreprenariat : IRMC/CRASC/AUF

• Ouvrage : IRMC/CRASC : « Les indépendances au Maghreb » sous la direction de Amar Mohand-Amer et Belkacem Benzenine, Ed. CRASC, 2012.

• Projet d’ouvrage : 2013, avec l’Université de Tunis et l’IRMC sur : Politique de l’emploi, insertion des jeunes et employabilité : analyse comparative entre l’Algérie et la Tunisie.

• Les bourses : 1 à 3 mois en faveur des jeunes chercheurs. D’autres actions seront menées sans doute dans le futur, à deux ou avec la contribution d’autres organismes de recherche au Maghreb et ailleurs, et les activités menées lors de ces deux dernières décennies commencent à constituer une base d’expérience permettant de mieux asseoir notre coopération. Un objectif central continuera à guider notre action commune : contribuer à la formation des jeunes chercheurs dans les disciplines les plus diverses, et préparer l’émergence d’une nouvelle génération de travailleurs scientifiques qui sont à la hauteur des exigences de l’époque et du monde dans lequel nous vivons.

Tout en renouvelant notre haute appréciation des actions jusqu’ici menées en commun, nous ne pouvons que souhaiter bon anniversaire à nos collègues de l’IRMC et beaucoup de succès encore à une institution qui participe de façon bénéfique pour tous à affiner le savoir portant sur nos sociétés en France et en Europe, tout en contribuant à dessiner le paysage scientifique du Maghreb de demain.

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

Nouria BENGHABRIT-REMAOUN

est directrice de recherche en socio anthropologie de l’éducation, et directrice du CRASC, Oran.

Pour citer ce billet : Nouria Benghabrit-Remaoun, « Partenariat IRMC/CRASC », Le Carnet de l’IRMC, 10 octobre 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1255

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Mon expérience à l’IRMC

Lassel
Photographie de Djaouida Lassel

Grâce à la bourse d’études de moyenne durée de l’IRMC, j’ai pu séjourner durant 3 mois (2011-2012) à Tunis. Ce séjour s’est inscrit dans le cadre d’un doctorat en sociologie débuté en octobre 2010, intitulé « Action des associations féminines : étude comparée sur l’évolution du statut de la femme en Algérie et au Maghreb (Maroc et Tunisie) ». Cette recherche s’appuie sur un travail de terrain important et le séjour en Tunisie était essentiel, notamment pour rencontrer les acteurs de la société civile s’étant engagés pour la défense des droits des femmes, dont entre autres l’AFTURD, l’ATFD, puis des responsables institutionnels autour de la condition féminine, ce qui a permis de donner corps à mon travail. Le second objectif de mon séjour était de bénéficier des ressources bibliographiques. La richesse de la bibliothèque de l’IRMC m’a permis de consulter les ouvrages et articles dont je n’avais pas encore pu prendre connaissance, et qui ne sont pas disponibles dans les bibliothèques aussi bien algériennes que françaises. Enfin, le troisième objectif de mon séjour était d’acquérir une nouvelle expérience dans la recherche en sciences sociales et de renforcer mes compétences de la pratique et de la culture scientifiques au sein de l’IRMC. J’ai pu y trouver un bureau ou travailler, avec accès à Internet, et des repas à partager avec toute l’équipe. Étant arrivée dans une période où les Tunisiens étaient à l’épreuve des premières élections révolutionnaires, ce fut l’occasion pour moi d’assister à un nombre de séminaires et conférences scientifiques extrêmement enrichissants, portant sur la démocratie, les transformations du politique en Tunisie et dans les pays arabes, etc. Par ce biais, j’ai pu avoir des discussions fructueuses et enrichissantes avec des conférenciers locaux et étrangers. En outre, j’ai eu l’occasion d’assister à d’autres conférences directement liées à mon sujet à travers d’autres institutions gouvernementales et associatives à Tunis et à Hammamet ce qui m’a permis de nouer de nouveaux contacts. Séjourner à Tunis était également propice à vivre le grand changement social que vient de connaitre la population tunisienne. Étant algérienne je me suis facilement intégrée dans l’environnement puisque je partage la même culture et la tradition, et je parle la même langue, ce qui m’a permis de renforcer des liens de solidarités et amicaux. Ce séjour à l’IRMC a été une réussite sur tous les plans : professionnel, académique et humain, je n’aurais pu rêver meilleur accueil et plus grande sympathie et soutien de la part de toute l’équipe de cet institut, son directeur, son personnel comme ses chercheurs.Je souhaite qu’à l’avenir, l’institut ne cesse d’être cet acteur de partenariat et continue à contribuer au développement de la recherche en sciences sociales sur la région maghrébine en collaboration avec la communauté scientifique française, européenne et maghrébine. J’invite tous les doctorants et chercheurs algériens qui mènent des recherches en sciences sociales et souhaitant vivre un séjour enrichissant humainement, scientifiquement et professionnellement à séjourner à l’IRMC !

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

Djaouida LASSEL

est doctorante en sociologie à l’IREMAM (Aix-Marseille 1).

Pour citer ce billet : Djaouida Lassel, « Mon expérience à l’IRMC », Le Carnet de l’IRMC, 2 octobre 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1249

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

L’IRMC et l’Algérie, de 2009 à 2013

pierre Noel lettre
Photographie de Pierre-Noël Denieuil

Depuis 2008, date de la signature d’une convention avec le CRASC (Centre de recherche en anthropologie sociale et culturelle) d’Oran, l’IRMC entretient d’étroites relations avec la recherche et l’Université algérienne. Depuis fin 2008, les actions menées ont été soutenues par le Service de Coopération et d’Action Culturelle (SCAC) de l’Ambassade de France d’Alger.

État de la recherche en Algérie

Le paysage algérien de la recherche a été structuré dans la dernière décennie par deux lois quinquennales, celle de 2002-2007 qui a précisé le statut des enseignants-chercheurs et des centres de recherche, puis celle de 2008-2013 qui a instauré une structure permanente et autonome de coordination de la recherche (DGRST, Direction générale de la recherche scientifique et technique ; CNRST, Conseil national de la recherche scientifique et du développement technologique ; CSNER, Conseil scientifique national d’évaluation de la recherche). Chaque ministère est doté d’une unité sectorielle permanente constituée d’experts. Les services actuellement en place toutes disciplines scientifiques confondues concernent 803 laboratoires de recherche repartis sur 36 universités, 15 centres universitaires, 16 écoles nationales, 5 écoles normales supérieures, 10 écoles préparatoires et 25 centres de recherche hors université. 25 000 étudiants sont actuellement inscrits en thèse, mais seulement 800 sont soutenues chaque année. On relève une difficulté qui est celle du manque d’enseignants de rang magistral, soit 11 000. De 2002 a 2007, l’Algérie a enregistré une forte croissance du nombre de ses chercheurs, alors que celui-ci déclinait parallèlement en Europe et aux États-Unis (4 %). Le secteur des sciences sociales occupe la 3e place après les sciences et techniques et les sciences fondamentales. En règle générale, on constate une désaffection de la présence des SHS dans la réponse aux appels d’offre proportionnellement à la part des autres sciences. En matière d’édition, le livre y représente un enjeu fort alors que les autres sciences privilégient la publication d’article. Notons la difficulté des chercheurs algériens à trouver une place dans des revues indexées.

Les partenariats scientifiques

AlgérieEn matière de recherche institutionnalisée, les deux principaux interlocuteurs de l’IRMC ont été le CREAD (Centre de recherche en économie appliquée au développement), partenaire d’un programme FSP avec le LISE CNAM (Paris) sur l’entrepreneuriat maghrébin, et le CRASC à Oran qui noue dès 1992 une pratique de recherche collective dans un contexte d’isolement international et de lent accompagnement des jeunes chercheurs. L’IRMC s’est attaché ces dernières années à construire un réseau multilatéral tenant compte des coopérations collectives entre chercheurs et institutions multiples, sur la base d’organisation de journées d’études et de séminaires débouchant sur des publications, et d’accueil régulier de boursiers et chercheurs. Un partenariat scientifique, soutenu par l’AUF a permis d’organiser des réunions internationales avec le CRASC d’Oran en avril 2009 et février 2010 sur la thématique de la crise du travail et de l’employabilité, en septembre 2012 sur le chômage et l’insertion professionnelle des jeunes diplômés. Il a permis de mettre en relation, sous l’égide de l’IRMC, l’équipe oranaise avec des enseignants chercheurs tunisiens de l’Université de Sfax, de l’ISSHT de Tunis, de la Faculté des sciences humaines et sociales de Tunis, de l’Institut national du travail et des études sociales de Tunis (INTES) et du LISE-CNAM/CNRS Paris. Dans cette perspective, un projet d’ouvrage est à l’étude sur les questions du chômage et de l’insertion professionnelle des jeunes diplômés, devant s’élargir prochainement aux chercheurs marocains. Enfin et simultanément, une autre collaboration de l’IRMC et du CRASC a donné lieu à l’automne 2012 à la publication conjointe (coédition) d’un ouvrage sur Le Maghreb et l’indépendance de l’Algérie, sous la direction de Amar Mohand-Amer et Belkacem Benzenine, à l’occasion de la célébration du cinquantenaire (1962-2012). Cet ouvrage, saisissant le « moment historique » dans un éclairage rétrospectif sur son devenir, traite de l’indépendance nationale et des processus de transitions politique et juridique, syndicale, économique et culturelle. Il en évoque les enjeux nationaux (position des Ulémas, statut des femmes, reconversion du mouvement national…). Il en questionne la confrontation et le devenir des valeurs coloniales et nationales – les anticolonialismes juifs et européens et l’idée de nation algérienne, l’exode des rapatriés, le devenir des Harkis. Outre l’originalité de son approche pluridisciplinaire – de l’histoire à la sociologie et à la littérature, en passant par les sciences juridiques, politiques et économiques –, ce travail s’inscrit dans un échange générationnel novateur. S’y font écho les analyses de chercheurs confirmés spécialistes des questions traitées, avec celles de nombreux doctorants qui livrent les conclusions de leurs premières recherches. Il s’agit là d’une innovation communicationnelle et éditoriale qui a pris la forme d’une publication simultanée. Grace à l’accord des deux centres et éditeurs, et sur la base d’un même manuscrit fabriqué par l’IRMC, cet ouvrage a pu sortir aux éditions Karthala en France, et aux éditions du CRASC en Algérie (sous le titre Les indépendances au Maghreb), ce qui lui garantit la meilleure diffusion de part et d’autre.

Une importante collaboration universitaire a été engagée en 2010 avec l’Université d’Alger 2 Bouzarea et son département de sociologie, avec le soutien du service de coopération universitaire du SCAC de l’Ambassade de France en Algérie. La thématique retenue en a été la question de la jeunesse et des violences scolaires au Maghreb. Une première rencontre s’est tenue à Tunis les 8 et 9 mars 2011. Celle-ci a associé l’IRMC, le Département de sociologie d’Alger, l’Université de Franche-Comté, avec le laboratoire C3S (Culture, Sport, Sante, Société) coordonné par Gilles Ferreol. Elle a réuni 15 chercheurs, dont 6 Algériens, 3 Français, 1 Libyen, 1 Mauritanien et 4 Tunisiens. Une seconde rencontre a eu lieu les 17 et 18 décembre 2011 à Alger, dans un partenariat renforcé avec les chercheurs tunisiens, par l’implication de membres de l’INTES). Ce colloque a rassemblé sous l’égide de l’IRMC une équipe de 7 communicants tunisiens, quatre français et un libyen. 5 communications ont été présentées par l’Université d’Alger 2. En présence d’un public d’enseignants chercheurs, d’étudiants, et de praticiens, évalue entre 100 à 200 personnes/jour. Les Actes de ces manifestations sont sous presse aux éditions Inter-communications (Fernelmont, collection « Mondes méditerranéens »).

Mises en réseaux et échanges scientifiques

En 2010, une importante mise en réseaux scientifiques a été conduite par deux chercheurs boursiers de l’IRMC. L’une sur « L’histoire de la nationalité algérienne et la constitution d’une nationalité post coloniale dans les pays du Maghreb » (Noureddine Amara), avec d’une part les Archives Nationales d’Algérie et d’autre part les Archives de Wilaya à Oran et à Constantine, en relation avec les Archives diplomatiques de Nantes ; dans ce cadre, a été organisé à l’IRMC le 30 avril 2011 une journée d’échanges scientifiques sur les « Nationalités et empires au prisme de la question de la souveraineté », par la mise en réseau d’historiens et de politologues sur « Etats et nationalités au Maghreb ». L’autre sur « Les artistes peintres et la guerre d’Algérie de 1954 à nos jours » (Emilie Goudal), avec le CCF d’Alger, le centre des Glycines, la bibliothèque du Musée national des Beaux-arts d’Alger, et le Centre des Archives du ministère algérien de la Culture. À ce titre, des contacts sont régulièrement entretenus avec le Centre d’étude et de recherche Les Glycines à Alger qui a reçu à plusieurs reprises des chercheurs de l’IRMC. Dans le cadre de l’animation et de la création de liens scientifiques depuis l’IRMC, notons de réguliers échanges visant à la construction de réseaux par la valorisation et la connaissance des travaux algériens à partir des programmes de recherche, des animations et des productions scientifiques de l’IRMC. Ainsi les rencontres sur Le Maghreb et ses africanités, l’identité nationale au regard de ses altérités coordonnées par Stephanie Pouessel, ont permis de mieux connaitre les travaux du CNRPAH d’Alger sur la negrophobie en Algérie, ou de l’Université de Birzeit a Ramallah (Palestine) sur l’intégration des Noirs en Algérie. De même les journées sur Les mouvements sociaux en ligne, cyberactivisme et nouvelles formes d’expressions en Méditerranée coordonnées par Sihem Najar, ont contribué à interroger « les mouvements sociaux en ligne et les nouvelles formes d’expression contestataire à travers l’exemple algérien » (Université d’Annaba), et « les jeunes et l’usage politique de l’Internet en Algérie » (CRASC d’Oran). Des contacts avec l’Université de Bejaïa ont de même été amorcés, notamment avec les Départements communication, économie managériale et sociologie sur les thèmes de l’entrepreneuriat transméditerranéen ainsi que sur les usages de l’Internet. À ce titre l’equipe de Bejaïa fait partie du projet de GDRI présenté par l’IRMC au CNRS sur les pratiques des NTIC en Méditerranée. Citons aussi les présences invitées de représentants du LISODIL Laboratoire de Linguistique, Socio-linguistique et Didactiques des Langues d’Alger 2 (programme Dire en langues coordonné par Myriam Achour-Kallel), et de l’Institut d’Archéologie d’Alger 2 (cycle tourisme et patrimoine). Outre l’accueil de nombreux chercheurs du CRASC, mentionnons l’invitation régulière de conférenciers algériens autour des animations scientifiques, telles les conférences de Mme Hallouma Cherif (Université d’Oran), sur « La construction de l’identité personnelle chez les algériennes », ou de M. Youcef Fatès sur « l’histoire des usages sociopolitiques et associatifs du sport en Algérie ».

Les formations doctorales

Poursuivant l’objectif d’encourager les jeunes chercheurs algériens, déjà maitres assistants à l’université, à finaliser leur thèse et à développer la méthodologie de la soutenance, l’IRMC a organisé en partenariat avec le Consortium des Universités de l’Est-algerien (universités de Skikda, Annaba, Constantine, Guelma, Oum el-Bouaghi) et avec le soutien du SCAC d’Alger, du 7 au 12 décembre 2009 à Hammamet, des « Doctoriales en sciences humaines et sociales : formation à la méthodologie et aux techniques de recherche ». Puis une seconde session s’est tenue à Sousse en décembre 2010, rassemblant sur cinq jours trente doctorants et 8 encadrants autour de deux objectifs : « la finalisation de la thèse » et « l’écriture des articles scientifiques », en collaboration avec le Consortium des universités de l’Est algérien et le CERES de Tunis et l’Agence Universitaire de la Francophonie (AUF). Ces actions visent à assurer un soutien et un accompagnement méthodologique et théorique aux doctorants, en les aidant à dépasser les blocages, à s’intégrer dans le monde de la recherche et à valoriser leurs compétences en matière de rédaction d’articles scientifiques à partir des thèses en cours. Dans la même perspective, s’est tenu à Oran les 17-21 janvier 2013 une école doctorale algero-tunisienne (16 doctorants dont 8 Algériens, 8 Tunisiens et 6 encadrants) ayant pour thème « Les représentations sociales : théories et approches méthodologiques », co-organisée entre l’IRMC et la Faculté des sciences sociales de l’Université d’Oran (Département de psychologie), la Maison du Doctorant (Universite d’Oran), l’Institut Supérieur des sciences humaines et sociales de Tunis, avec une conférence du Pr. Denise Jodelet, directrice d’études à l’EHESS Paris. Notons aussi dans le cadre de l’atelier doctoral Les méthodes d’observation en démographie et sciences sociales, Hammamet (Tunisie), 18-20 juin 2012 co-organisé par l’ED-FSHST-Tunis – INED Paris- IRMC-Tunis, CRASC-Oran, AMER-Maroc, la prise en charge et la formation de 5 étudiants du CRASC-Oran.

L’accueil des boursiers

Outre l’accueil d’une dizaine de séjours scientifiques de courte durée (avec le CRASC d’Oran, l’Université Abderrahmane Mira de Bejaïa), l’IRMC a mis en place avec le soutien du SCAC de l’ambassade France à Alger une coopération transversale Sud/Sud en matière d’accueil (un à trois mois), de boursiers francophones. À ce titre en 2010, 2011 et 2012, 12 bourses ont été accordées sur l’Algérie pour une durée de 27 mois. Leurs profils se décomposaient ainsi : résidents en Algérie sur un terrain de recherche situé en Algérie et en séjour dans une université française (cotutelle), résidents en Algérie et en séjour de terrain (comparaison) en France, résidents et inscrits en France ou en Europe et en bourse de terrain en Algérie, résidents en Algérie et inscrits dans des échanges Sud/Sud d’Algérie vers la Tunisie, dans une approche comparative et en séjour de thèse à l’IRMC, résidents en Tunisie et en séjour de terrain en Algérie. Les thématiques des travaux proposés recouvraient de vastes thématiques disciplinaires : le projet de vie des adolescents marginaux en réinsertion sociale à Oran (psychologie), les violences scolaires en milieu urbain sensible à Constantine (sociologie), les centralités périphériques des villes de l’Est-algérien (géographie urbaine), les associations féminines en Algérie, en Tunisie et au Maroc (sociologie), les petites et moyennes entreprises algériennes (socio économie), le colonialisme dans les relations franco-algériennes (sciences politiques), les politiques publiques et l’espace commémoratif de l’Algérie coloniale (histoire), les proverbes kabyles (socio anthropologie), les systèmes oasiens en Algérie (géographie rurale), la femme ibadite dans la région du Mzab (anthropologie), étude comparative de l’histoire des archives tunisiennes et algériennes (histoire)…

De manière à capitaliser et à valoriser les aides ici évoquées, l’IRMC étudie actuellement un projet de « seminaire-atelier d’écriture » rassemblant 15 boursiers algériens suivis par lui en 2010, 2011 et 2012, en vue de l’écriture d’un article synthétique et à paraître dans un collectif consacré à la jeune recherche, Penser la société algérienne aujourd’hui. Enfin, il importe de souligner que les actions conduites par l’IRMC ne s’inscrivent pas seulement dans une relation bilatérale entre la France et l’Algérie. Les chercheurs algériens reçus à l’IRMC ou invités dans des programmes en réseaux y découvrent notamment leurs homologues tunisiens ou marocains. L’IRMC devient alors un passeur, assurant en corollaire de sa présence francophone, une position de coordinateur scientifique international et de relais intra maghrébin.

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

Pierre-Noël Denieuil

Sociologue, ancien directeur de l’IRMC de 2008 à 2013.

Pour citer ce billet : Pierre-Noël Denieuil, « L’IRMC et l’Algérie, de 2009 à 2013 », Le Carnet de l’IRMC, 2 octobre 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1245

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Les Tunisiens souffriraient d’une étrange « maladie politique ». Mais la politique peut-elle vraiment rendre malade ?

jerome
Photographie de Jérôme Heurtaux.
© Jérôme Heurtaux

(Publié simultanément dans Médiapart et sur Le carnet de l’IRMC)

Dans l’édition de La presse de Tunisie du lundi 16 septembre, une « enquête » sur « Les Tunisiens et la « maladie politique » signée Hédia Baraket, journaliste et écrivain. S’appuyant sur le témoignage de plusieurs individus et sur l’analyse d’un sociologue, elle décrit des citoyens « dévastés, mais pas anéantis ». Dévastés par une tempête tropicale, un microbe, l’entrée en guerre de leur pays ? Non, pour l’auteure, les Tunisiens souffriraient d’un mal particulier qu’elle appelle la « maladie politique ». Qu’est-ce que cette étrange maladie politique ? Une sorte de « mal de la patrie », une souffrance née d’un sentiment d’impuissance face à la crise politique et d’une perte de confiance à l’égard des représentants. Les Tunisiens seraient particulièrement « touchés » au sens propre comme au figuré, par ce qui se joue dans l’univers politique, sans que l’auteure distingue « le » politique (les fins et les moyens de l’action publique) de « la » politique (le jeu politique et des luttes partisanes). Et s’ils sont aussi affectés, c’est parce qu’ils sont, toujours selon l’auteure qui ne le dit pas explicitement, particulièrement politisés, c’est-à-dire intéressés par les questions politiques, capables de se repérer dans l’espace politique, voire engagés dans une des organisations politiques et sociales.

L’article a le mérite de poser au moins deux problèmes auxquels les sciences sociales du politique se sont intéressées, produisant des hypothèses et des résultats qui permettent de discuter avec l’auteure.

Le premier problème est la mesure de la politisation. L’apparente passion qu’entretiendraient les Tunisiens, pour le meilleur et pour le pire, avec la politique, est-elle aussi développée que le dit l’article ? L’auteure ne succombe-t-elle pas à l’illusion d’un trop-plein de politique dans la vie quotidienne des individus ? Cette hypertrophie du politique apparaît plutôt comme le symptôme – pour filer la métaphore médicale – d’un impensé de la différence sociale. Impensé voire négation des rapports différenciés à la vie politique en fonction de la position sociale et des ressources culturelles dont les individus disposent. On peut en outre penser, si l’on s’appuie sur de nombreux travaux de sciences sociales réalisés ailleurs, qu’ils ne disparaissent pas dans les contextes turbulents de crise politique. Pour aller vite, on a pu montrer que plus on dispose de ressources sociales et culturelles (un niveau élevé de diplôme par exemple), plus on s’intéresse à la politique voire, plus on est « compétent politiquement ». Par exemple, en France, les analyses de Pierre Bourdieu ou Daniel Gaxie [1] ont montré que les hommes s’intéressaient plus à la politique que les femmes, les personnes mûres plus que les jeunes, les diplômés plus que les non-diplômés, etc. Il n’est pas sûr que ce résultat obtenu sur le terrain français soit généralisable et fonctionne aussi sur le terrain tunisien. Mais on ne peut, non plus, en toute rigueur, affirmer l’inverse. Trop peu d’enquêtes ont été menées en Tunisie sur le rapport au politique des gens ordinaires, mais des hypothèses peuvent au moins être formulées. En particulier, tout porte à penser que le degré d’intimité qu’on entretient avec la politique est lié au degré de compétence politique. Or, par hypothèse, le degré de compétence politique objective (savoir se repérer dans l’espace politique et identifier les principaux acteurs) et subjective (se sentir habilité pour parler politique voire pour participer) varie en fonction des milieux socio-culturels. Compte tenu des inégalités qui structurent la société tunisienne, tout porte à croire que des franges importantes de la société entretiennent un rapport indifférent à la politique (et que celui-ci, nous y reviendrons, n’est pas nécessairement vécu sur le mode de la souffrance). Pour prendre un exemple éclairant, une équipe de sociologues et de géographes a montré que la participation aux élections de 2011, au niveau des délégations, augmentait avec le développement socio-économique [2]. Si l’on projette ce résultat au niveau des individus, on peut supposer que ceux qui sont les moins insérés dans les circuits de redistribution économique ont moins participé que les autres. Bien sûr, il s’agit ici de tendances et on trouvera sans peine des chômeurs sans diplômes très investis dans la vie politique et des diplômés non chômeurs cultiver l’indifférence. De ce point de vue, le phénomène dont parle l’article concerne les couches sociales les plus favorisées socialement et économiquement et leur déception voire leurs désillusions vis-à-vis de la politique seraient paradoxalement le signe d’une position relativement valorisée dans la société. On peut se demander si de nombreux intellectuels tunisiens n’ont pas tendance à projeter à l’ensemble de leurs concitoyens les représentations et les attitudes de leur propre couche sociale.

La lecture de l’article ouvre également un ensemble de réflexions passionnantes sur la question des effets du politique sur les existences ordinaires. Une psychologue interviewée par l’auteure de l’article considère l’individu comme un animal politique pour qui le/la politique apporte une sécurité élémentaire à son bien-être psychique. Or, l’absence de perspective claire, la disparition des normes et des routines propres à l’ancien régime, entraineraient une insécurisation généralisée des individus. On peut s’interroger sur la faiblesse d’une explication par trop psychologisante. Il n’est pas du tout sûr que les psychés individuelles dépendent à ce point des évolutions politiques et juridiques, surtout encore une fois dans les milieux sociaux peu politisés. L’état mental d’un individu n’est jamais l’effet automatique et exclusif des évolutions politiques, fussent-elles dramatiques. En revanche, ce constat rappelle au sociologue l’analyse qu’Emile Durkheim a fait autrefois de « l’anomie sociale » [3]. L’anomie décrit une situation de transition (crise politique et/ou économique majeure, effondrement des valeurs morales d’une société, ou au contraire développement soudain de l’économie) au cours de laquelle les normes structurant le social disparaissent et les nouvelles normes ne sont pas encore stabilisées. D’où le sentiment de perte de repères, l’incapacité à se projeter dans l’avenir et une difficulté à vivre son présent. C’est en se référant à ce concept d’anomie que Durkheim expliquait, à la fin du XIXe siècle, une hausse du nombre de suicides. En Tunisie, l’effondrement du régime de Ben Ali a incontestablement disqualifié les valeurs d’hier et les difficultés de la « transition » perturbent l’émergence et la stabilisation de normes de comportement et de représentations. Le concept d’anomie permet de comprendre comment s’articulent des comportements individuels, des structures sociales et des évolutions contextuelles, sans généraliser ses effets à l’ensemble de la société et sans non plus ramener les comportements aux seules psychologies des individus. De même que nous ne sommes pas nécessairement tous égaux devant une telle situation. D’ailleurs l’anomie peut être déjouée par des stratégies individuelles et collectives, par exemple en développant des attitudes d’évitement du politique. Une sociologue américaine, Nina Eliasoph [4], a montré comment des personnes engagées dans la vie associative et désenchantées par la vie politique officielle s’y prenaient pour contourner le sujet lorsqu’ils se réunissaient, préférant au sentiment d’impuissance, un volontarisme de projet autour de tâches circonscrites et d’objectifs limités.

 

Jérôme Heurtaux

Chercheur à l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain (Tunis). (mail : semsoc@yahoo.fr)

Pour citer ce billet : Jérôme Heurtaux, « Les Tunisiens souffriraient d’une étrange « maladie politique ». Mais la politique peut-elle vraiment rendre malade ? », Le Carnet de l’IRMC, 25 septembre 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1230

 


[1] Pierre Bourdieu, 1979, La distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Minuit ; Daniel Gaxie, 1978, Le cens caché. Inégalités culturelles et ségrégation politique, Paris, Seuil.

[2] Alia Gana, Gilles Van Hamme, Maher Ben Rebah, « La territorialité du vote pour l’Assemblée Nationale Constituante Tunisienne de 2011 », Confluences Méditerranée, n°82, été 2012.

[3] Emile Durkheim, [1897] 2007, Le suicide. Etude de sociologie, Paris, Puf.

[4] Nina Eliasoph, Lévitement du politique. Comment les Américains produisent l’apathie dans la vie quotidienne, Economica, coll. « Etudes Sociologiques », 2010.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

La dimension internationale de l’IRMC

pierre Noel lettre
Photographie de Pierre-Noël Denieuil

L’IRMC accueille des chercheurs francophones, des doctorants et des boursiers, de tous pays. Il constitue un outil exceptionnel de coopération (seule la France dispose de ce type d’institut à l’étranger), et est un lieu privilégié de production et de diffusion pluridisciplinaires et internationales des savoirs en sciences de l’homme et de la société.

Des thématiques transversales et internationales

Les programmes de recherche développés par l’IRMC depuis 1992, ont toujours répondu à des préoccupations d’actualité internationale, ne cédant ni à la tentation du localisme ni à celle de l’analyse d’opinion. Cette internationalisation s’est concrétisée dans des partenariats institutionnels d’abord enracinés depuis la Tunisie. Citons pour exemple dans les années 1990 la recherche avec l’INRAT sur les politiques agricoles et les effets de la mondialisation sur les sociétés rurales dans l’espace méditerranéen dans le cadre du programme MOST de l’Unesco. Ou encore celle menée avec l’IPSI sur les techniques de communication et les médias au Maghreb ; ou sur les villes et les communautés locales maghrébines avec le groupe de recherche (GRVCL) de l’Université du 9 avril, qui deviendra le laboratoire DIRASET. À la charnière des années 2000, où s’intensifient l’intérêt de la France pour le partenariat en Méditerranée avec la Conférence de Barcelone, et les échanges entre communautés scientifiques du Nord et du Sud, par l’ouverture de l’espace euro maghrébin à l’espace euro méditerranéen, se développent des recherches sur les migrations internationales avec l’Université de Sousse, sur les flux de compétences et le retour des diplômés tunisiens, puis sur les ingénieurs au Maghreb avec l’INTES. Au cours des années 2000, l’accent des comparaisons internationales sera mis sur les analyses historiographiques avec les universités du 9 avril et de La Manouba ainsi que l’ISHMN, sur le droit et pluralisme juridique avec la Faculté des sciences juridiques de Carthage puis la Faculté des sciences juridiques et politiques de Tunis, sur les pratiques de la langue avec l’EHESS et l’Université de La Manouba, sur les formes de gouvernance mondialisée et de cultures d’entreprise avec l’ISG, les industries numériques et les économies émergentes avec SupCom. Les recherches de l’IRMC ont dès 2005 été dynamisées par les programmes FSP « Appui à la coopération pour la recherche en sciences humaines et sociales entre le Maghreb et la France ». Il y avait là une politique du MAEE français d’une part de renouveler la connaissance française sur le Maghreb et d’autre part de développer la coopération avec les chercheurs maghrébins sur des approches thématiques comparées. Deux recherches internationales ont ainsi été introduites sur l’espace euro maghrébin : l’une sur « Dynamique d’agglomération des activités productives et gouvernance territoriale », l’autre sur « Les étudiants étrangers » entre autres avec les universités de Sfax et de Sousse.

carte Irmc2Du franco-tunisien au régional Maghreb et à l’international

C’est ainsi que depuis Tunis, l’IRMC a offert des potentialités de coopérations avec les institutions françaises tout d’abord. Ce fut le cas avec URBAMA (Tours), l’EHESS, l’IISMM (Paris), la MMSH et l’IREMAM (Aix-en-Provence), l’IRD, l’Université de Montpellier, l’IEP d’Aix-en Provence, l’Université de Toulouse, de Lyon, le CNAM de Paris, l’Université de Rennes, de Franche-Comté etc… Et ces attaches de l’IRMC avec la recherche française en firent un attracteur pour les Tunisiens et les Maghrébins, le maillon fort d’une chaîne de coopération. L’IRMC fonctionnait alors, depuis son siège de Tunis, comme lieu d’expressions inter sociétales et d’acquisition du métier de chercheur, outil d’accompagnement à la recherche et de confrontation des générations entre seniors et juniors. En témoignent les 12 formations doctorales internationales (20 a 50 doctorants) proposées depuis sa création. Citons aussi l’organisation de conférences et l’invitation de personnalités internationales de prestige, l’accueil de chercheurs étrangers en mission et leur mise en contact avec leurs homologues tunisiens. Notons encore en aval de la politique systématique de publications (50 ouvrages), la parution depuis 2005 de la publication annuelle Alfa puis Maghreb et sciences sociales croisant des publications multinationales, et enfin la Lettre trimestrielle comme support du rôle d’interface et de valorisation joué par l’IRMC entre les communautés scientifiques maghrébines et européennes. Le but des la création de l’Institut était que celui-ci s’insère en profondeur dans le tissu intellectuel maghrébin dans un contexte où l’Algérie se trouvait verrouillée. Une antenne avait été créée à Rabat, avant qu’elle ne s’autonomise en 1997. Par la suite l’IRMC n’en n’a pas moins assuré sa vocation régionale qui s’est confirmée par un bulletin et un conseil scientifique communs avec le CESHS de Rabat (futur CJB), ainsi que par le maintien de recherches comparatives, d’enquêtes et de liens avec le Maroc. Une coopération fut amorcée à la fin des années 1990 avec le CENEAP d’Alger, le CRASC d’Oran, puis avec le Markez El Jihad de Tripoli et l’Université d’Aix-en-Provence, par l’intermédiaire d’une allocataire de recherche en histoire. C’est ainsi que se développa un espace scientifique à l’échelle du Maghreb et à partir de Tunis, confortant une complémentarité entre les dimensions tunisienne et maghrébine de l’Institut. C’est très certainement cette forte dimension régionale, de coopération multilatérale, qui a distingué l’IRMC, l’a fait accepter par la communauté intellectuelle et l’a sauvé des risques de compromis politique dans la Tunisie de Ben Ali où, de toute manière toute recherche bilatérale eut été vouée à l’instrumentalisation, à la dépendance et à l’échec. Il prônait alors le comparatisme et la dimension méditerranéenne. Ces enjeux faisaient sens non seulement en Tunisie mais au Maghreb et au-delà, et redéfinissaient le pourtour d’une communauté scientifique transnationale et métissée, intégrant aussi des partenaires français du Proche et Moyen Orient tels l’IFPO à Damas et Beyrouth et le CEDEJ au Caire. L’Institut est alors représenté « comme un lieu d’ouverture et d’échanges préfigurant les laboratoires mixtes », une voie d’accès, pour les chercheurs tunisiens, à des réseaux internationaux.

Par delà les frontières, un trait d’union

L’IRMC a été un vivier de chercheurs. Outre ses propres personnels, intégrés dans les institutions françaises ou tunisiennes, de très nombreux chercheurs étrangers (italiens, espagnols, allemands, anglais et américains) y ont été accueillis et sont devenus professeurs ou chefs de laboratoires. Le recrutement des chercheurs tunisiens détachés (1 gestionnaire, 2 économistes, 1 socio politologue, 1 historien, 1 géographe, 1 sociologue), tout comme celui des français affectés à l’Institut (14 chercheurs) a consolidé leur expérience de l’international et de la pluridisciplinarité (ouverture de l’économie sur la sociologie, de l’histoire et de la géographie sur les sciences sociales). Ainsi parlait un collègue tunisien : « Ma mission a l’IRMC était de monter un programme pluridisciplinaire, j’étais historien et l’ouverture sur d’autres savoirs m’a transformé complètement ». De même le montage de leurs programmes, par la mise en réseaux à la fois nationaux et internationaux, les a constitués en « passeurs » vers la communauté scientifique tunisienne, maghrébine ou française, tout en s’inscrivant avec leur institution d’origine dans des échanges Sud/Sud, et en accordant ainsi une plus grande visibilité à leurs propres travaux. Dès ses débuts, l’IRMC a recruté des chercheurs tunisiens avec le souci qu’ils ne s’isolent pas de l’Université tunisienne et, bien au contraire, qu’ils constituent des points de relai avec celle-ci, en gardant un enseignement à l’université. C’est là un des points forts de la présence de l’IRMC qui a contribué à l’engagement international des chercheurs tunisiens : « Avant l’IRMC, nous avions des rapports avec la France par les actions de coopération universitaire dans le cadre du CMCU. Mais on n’avait pratiquement aucun rapport avec les collègues maghrébins. Et c’est grâce à la dimension maghrébine de l’IRMC, notamment avec son antenne à Rabat, que nous avons pu nouer des relations Sud/Sud notamment avec les collègues algériens, marocains et même un mauritanien, nous les avons reçus et ils nous ont reçus par le biais et avec l’aide de l’IRMC » (chercheur tunisien détaché a l’IRMC). Plus encore, le détour par l’international a suscité un rapprochement vers les nationaux : « le passage à l’IRMC en m’ouvrant à des réseaux internationaux m’a rapproché de la communauté scientifique tunisienne » (chercheur tunisien détaché à l’IRMC). À ce titre, l’IRMC a toujours été plus qu’un partenaire bilatéral, par sa nécessité de maintenir dans l’espace de coopération franco-tunisien, une coopération franco maghrébine et internationale. L’internationalisation apparaît alors comme un outil de légitimité et de valorisation des liens bilatéraux franco-tunisiens. Il faut insister sur cette vocation privilégiée de l’Institut par delà les frontières, comme trait d’union entre chercheurs du Nord et chercheurs du Sud, eux-mêmes rattachés à une communauté qui est celle de la recherche transnationale en sciences de l’homme et de la société. Telle a été la vocation de l’Institut ces vingt années, en renforçant les SHS par la création de réseaux thématiques scientifiques internationaux. C’est la toute la fonction des réseaux, de sortir des coupures nationales et d’agir en transfrontaliers. À cet égard, l’IRMC défend une politique d’actions multilatérales : 10 nationalités de chercheurs l’ont fréquenté. Ses travaux de recherches ont porté sur autant de pays. Ses missions en Algérie ou en Libye incluent des Tunisiens à chaque déplacement en encourageant les rencontres et les relations Sud/Sud à Alger, Rabat, Tripoli, Tunis ou Paris. Il y joue un rôle de hub à l’échelle maghrébine, « synapse », lieu de connexions et d’échanges. On peut dire en ce sens, que le rayonnement de la France en Tunisie et au Maghreb est aussi passé par une coopération avec des institutions non françaises. Cette présence de la France, ailleurs que depuis la France ou ses institutions diplomatiques à l’étranger, ailleurs que dans le seul « bilatéral » jouant comme support des relations internationales, a valorisé l’IRMC comme passeur, relais et inter médiateur, faisant de lui un fer de lance du multilatéralisme scientifique.

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

Pierre-Noël Denieuil

Sociologue, ancien directeur de l’IRMC de 2008 à 2013.

Pour citer ce billet : Pierre-Noël Denieuil, « La dimension internationale de l’IRMC », Le Carnet de l’IRMC, 25 septembre 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1205

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Acquis et défis d’une recherche en partenariat

A-Gana2
Photographie de Alia Gana

Mon histoire avec l’IRMC est ancienne. Elle remonte aux débuts du Centre de Documentation Tunisie-Maghreb (CDTM), à la fin des années 1970. Le fonds imprimé de livres et de revues de l’Ambassade de France avait alors été rassemblé pour constituer un centre de documentation et de recherche accessible au public. C’est Anne-Marie Planel, historienne, qui a été chargée de l’inventaire et de l’actualisation du fonds et elle s’est acquittée admirablement de cette tache. Au début des années 1980, alors doctorante a l’Université Paris 10 et travaillant sur l’histoire agraire de la Tunisie, j’ai bénéficié de ses conseils éclairés pour mes recherches bibliographiques. Je me rappelle avec nostalgie cette époque bénie, ou le chercheur pouvait s’extraire des contingences du moment et se consacrer pleinement à sa science. Pendant près d’une année, je me suis familiarisée avec l’histoire sociale de la Tunisie, découvrant en particulier l’apport des ethnologues, souvent des Pères blancs, à la connaissance fine des sociétés rurales de ce pays. Le CTDM fut dès le départ un centre d’attraction et de rencontre de nombreux chercheurs tunisiens.

Bien plus tard, au moment de la transformation du CDTM en institut de recherche, j’ai été sollicitée par Anne-Marie Planel et le premier directeur de l’IRMC pour occuper un poste de chercheur détaché et ce afin de développer un programme de recherche sur l’agriculture et le monde rural. Malheureusement, ayant déjà fait le projet de partir aux USA, mon intégration à l’IRMC n’a pu se concrétiser. J’ai continué néanmoins à être proche de l’IRMC et à participer de manière ponctuelle à certaines de ses activités. C’est surtout depuis mon intégration au CNRS et l’arrivée de Pierre Noel Denieuil à la direction de l’institut que mes collaborations avec l’IRMC se sont renforcées : participation à l’animation de journées doctorales, contribution à des colloques et seminaires, etc. Avec mon affectation a l’IRMC et l’accueil d’étudiants français dont j’assure l’encadrement, mes recherches sont aujourd’hui inscrites à part entière dans les programmes de l’Institut. J’y ai trouvé tout le soutien pour développer mes recherches récentes sur les processus électoraux et les territoires et pour y poursuivre celles plus anciennes sur les dynamiques du monde rural et agricole.

Désormais à l’intérieur de l’institution, je perçois mieux les contributions scientifiques de l’IRMC, mais aussi les écueils susceptibles d’en limiter le développement. À travers l’accueil de chercheurs tunisiens en détachement, d’enseignants chercheurs et de chercheurs français en délégation ou en affectation, son centre de documentation d’une richesse insoupçonnée, ses conférences et ses séminaires, destinés également aux doctorants, ses nombreuses publications valorisant des recherches collectives, l’IRMC contribue de façon substantielle au rayonnement des recherches en sciences sociales sur le Maghreb, au développement des partenariats scientifiques avec les institutions et les chercheurs de la région, ainsi qu’à la formation de doctorants. Au cours des dernières années, les collaborations avec le réseau des IFRE, notamment le CEDEJ, le CJB, et aussi avec le SCAC d’Alger, ainsi qu’avec les universités de la région se sont renforcées. De nouvelles activités associent l’IRMC et l’IRD, institution de recherche française représentée en Tunisie et permettent des articulations entre recherches en sciences sociales et en sciences du milieu.

Placé sous la tutelle du MAE et en même temps USR rattaché au CNRS, l’IRMC bénéficie des ressources allouées par ces deux institutions, mais reste néanmoins confronté au manque de moyens nécessaires à la consolidation d’équipes de chercheurs permanents impliqués dans des projets collaboratifs. Ceci réduit la visibilité et les synergies entre des recherches entreprises plutôt sur des bases individuelles. La vocation généraliste des IFRE et en particulier de l’IRMC, qui se traduit par des projets traitant de thématiques diverses et relevant d’une diversité de disciplines en sciences sociales, contribue à réduire cette visibilité. Si l’ouverture et la diversité doivent être préservées, la définition de priorités thématiques, abordées dans une approche interdisciplinaire, pourrait contribuer à renforcer la cohérence scientifique et la lisibilité des programmes de recherche, ainsi que la visibilité de leurs résultats. La constitution au sein de l’IRMC d’équipes de chercheurs rassemblées autour de thématiques porteuses et de problématiques communes favoriserait la mobilisation de ressources, en particulier à travers des réponses collectives aux appels d’offres de l’ANR et de l’Union européenne. Un plus grand rayonnement des activités de l’IRMC à l’échelle du Maghreb passe également par des partenariats renforcés avec les institutions universitaires de la région et l’instauration de mécanismes favorisant l’organisation plus systématique d’activités communes, qu’il s’agisse de recherche, de formation ou d’activités de valorisation. L’insertion de scientifiques français dans des institutions tunisiennes, formule déjà expérimentée par l’IRD pour ses chercheurs affectés en Tunisie, contribuerait d’une manière efficace à développer les interactions entre chercheurs locaux et chercheurs rattachés aux institutions françaises.

Un renforcement des partenariats entre l’IRMC et des institutions de recherche et de coopération françaises représentées en Tunisie, tels que l’IRD, le CIRAD ou l’AFD, favoriserait aussi le développement de collaborations interdisciplinaires (sciences sociales et sciences biophysiques) et de projets orientés vers l’action. Il assurerait une plus grande complémentarité entre les projets et permettrait, pourquoi pas, de mutualiser des moyens et des ressources de plus en plus rares, y compris des locaux plus adéquats, qui font aujourd’hui défaut. Enfin, une réflexion sur des mécanismes et des espaces d’échange et de concertation, permettant d’associer les partenaires locaux et les chercheurs accueillis à l’IRMC dans la définition de programmes de recherche plus en phase avec les demandes sociales dans les pays de la région, s’avère plus que jamais nécessaire, en particulier dans le contexte ouvert par les révolutions et les processus de transition politique en cours.

En prenant de cours la plupart des analystes, la Révolution tunisienne et l’explosion des demandes populaires pour plus de justice ont interpelle les chercheurs spécialisés dans les études sur le monde arabe et maghrébin et, en mettant à mal les thèses de « l’exceptionnalisme arabo-musulman », ont fortement questionné leurs schémas d’analyse. Le renouvellement des approches théoriques et conceptuelles dans ce domaine passe certainement par un dialogue renforcé avec les chercheurs des pays concernés, par un plus grand ancrage des recherches dans les réalités du terrain, une écoute plus importante aux demandes sociales, et enfin une plus grande ouverture aux approches comparatives (Nord/Sud et Sud/Sud) et interdisciplinaires, permettant de dépasser les écueils des études spécialisées dans les aires culturelles. C’est là, à mon sens, le défi lancé aux instituts de recherche français à l’étranger! L’IRMC saura sans aucun doute s’engager plus en avant dans cette voie.

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

Alia GANA

est sociogéographe, directrice de recherche CNRS UM7533 LADYSS en affectation à l’IRMC de 2012 à 2014.

Pour citer ce billet : Alia Gana, « Acquis et défis d’une recherche en partenariat », Le Carnet de l’IRMC, 13 septembre 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1142

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Des ingénieurs aux avocats ou de la dimension politique du fait professionnel

Eric
Photographie de Eric Gobe

Entre 1998 et 2002, l’IRMC m’a permis de coordonner le premier programme collectif de ma vie de chercheur. L’expérience que j’ai pu y accumuler a été déterminante dans ma trajectoire de chercheur. Le choix de mon objet de recherche, la naissance et le développement de l’ingénieur moderne au Maghreb, m’a fait découvrir le vaste domaine de la sociologie et de l’histoire des professions modernes. Politologue de formation, j’ai, depuis lors dans l’ensemble de mes recherches, utilisé les outils théoriques des deux champs disciplinaires, ainsi que l’apport de l’histoire afin de mettre en avant la dimension politique des « faits professionnels ».

Dans un premier temps, à travers la construction de l’objet « ingénieur » au Maghreb, j’ai tenté d’apporter, avec les collègues participant au programme, un éclairage sur la manière dont s’est recomposée l’articulation des enjeux politiques, économiques et sociaux dans un contexte de libéralisation économique. Il s’agissait d’analyser le processus par lequel les ingénieurs sont passés du statut de grands commis du secteur public au service de la construction d’un projet de développement national impulsé par l’État à celui de cadres moyens ou supérieurs se présentant sur un marché du travail de plus en plus ouvert. Ce processus apparaissait lui-même lié à la massification de l’enseignement supérieur et aux transformations économiques et sociales générées par l’application, à partir du milieu des années 1980, des plans d’ajustement structurel du FMI, synonymes d’élargissement progressif du secteur privé. Mais le programme de recherche, initialement axé sur les effets de l’intégration internationale des économies maghrébines sur la restructuration de la profession d’ingénieur, s’est progressivement élargi à des questions de caractère historique. Cela est apparu d’autant plus nécessaire que l’ingénieur tout au long de l’histoire contemporaine du Maghreb a souvent été un acteur social placé par les pouvoirs publics au centre des stratégies de développement tant urbain, rural qu’industriel. Le programme n’a pas pu échapper à l’histoire, marqué qu’il a été par une double césure historique (la colonisation et l’indépendance), sans laquelle il était impossible de penser la genèse de l’ingénieur moderne au Maghreb.

ericLes sociologues qui se sont penchés sur les ingénieurs du Maghreb indépendant ont ressenti la nécessite de recourir à une perspective diachronique pour mettre en exergue les lignes de forces des mécanismes de production et reproduction et d’insertion socioprofessionnelle des ingénieurs au Maghreb depuis les indépendances. In fine, les travaux des uns et des autres ont mis en valeur les trois temporalités historiques qui ont marqué l’organisation de la profession d’ingénieur : la temporalité coloniale (1830-1962), la temporalité étatiste développementaliste (1960-1980) et la temporalité du libéralisme économique et de la mondialisation (depuis 1990).

Les approches scientifiques développées dans le programme « ingénieur » ont marqué mes recherches ultérieures, notamment celles sur la profession d’avocat en Tunisie. Mon passage de la profession d’ingénieur comme objet d’étude à celle des avocats s’est effectué par le biais d’une réflexion sur l’Ordre des ingénieurs tunisiens et sur ses relations avec les pouvoirs publics. Ce travail m’a amené à revisiter les notions de corporatisme et de syndicalisme professionnel et m’a permis de prendre conscience que la seule organisation professionnelle relativement autonome et revendiquant avec succès une certaine indépendance était, sous la présidence Ben Ali, l’Ordre des avocats. Aussi, dans le contexte autoritaire du pays, il m’est vite apparu que l’Ordre des avocats constituait une organisation à part dans la société tunisienne et, par conséquent, que la profession dont il se voulait le représentant était digne d’intérêt.

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

Éric GOBE

est chargé de recherche (HDR) au CNRS en délégation au Centre Jacques Berque, Rabat. Il a été chercheur à l’IRMC de 1998 à 2002.

Pour citer ce billet : Eric Gobe, « Des ingénieurs aux avocats ou de la dimension politique du fait professionnel », Le Carnet de l’IRMC, 10 septembre 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1118

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Un lieu incontournable

alanabi
Photographie de Hassan El Annabi

Le n°20, rue Mohamed-Ali Tahar à Tunis est une adresse bien connue de bon nombre de chercheurs. C’est là que loge l’IRMC. Le local n’est pas particulièrement spacieux : salle de lecture, servant au besoin de salle de conférences, au rez-de-chaussée, bureaux plutôt exigus à l’étage, espaces de dépôts modestes, cabines pour chercheurs savamment agencées dans un bâtiment annexe au fond du jardin…. Pourtant, le local grouille de vie. La richesse du fonds documentaire, la disponibilité du personnel, la qualité du service, la variété et la pertinence des thèmes agites, la notoriété des conférenciers, l’importance des publications font que cet espace devient d’année en année un lieu incontournable non seulement pour les spécialistes des questions maghrébines mais aussi pour tous les chercheurs en quête de quelque référence bibliographique et pour les intellectuels assoiffés de savoir.

Les angles d’approche adoptés par l’Institut, qui sont à la fois interdisciplinaires et comparatistes, de même que la diversification des operateurs scientifiques mis à contribution s’avèrent être des choix heureux. Au cours des deux dernières décennies l’IRMC a accueilli pas moins de 27 chercheurs de grande notoriété, rattachés à diverses institutions françaises (MAEE, CNRS, EHESS) et tunisiennes et plus d’une cinquantaine d’allocataires et de boursiers. Il a travaillé avec les institutions tunisiennes qui lui sont proches quant aux domaines de compétence. Ainsi, avec le CERES par exemple, certaines actions phares ont été menées, en l’occurrence la table ronde sur « Cartographie et études urbaines » (2004), le séminaire (en deux sessions) sur « Méthodes et théories des sciences sociales » (2005-2007) et la coédition d’un ouvrage sur le cinéma (2012).

La stratégie de communication n’est pas en reste. Elle se propose de dépasser le bilatéral pour constituer un large réseau ouvert aux diverses nationalités. Dans ce cadre, la Lettre de l’IRMC joue un rôle de premier plan. Périodiquement communiqué aux chercheurs, ce bulletin de liaison rend compte des activités programmées, informe sur les nouvelles publications, mais aussi suscite le débat autour de certains axes de recherche ou sur quelques faits marquants de la vie sociale et culturelle. L’organisation périodique de doctoriales s’intègre aussi dans cette stratégie de communication, mais pas seulement, elle prouve la vocation de l’IRMC à jouer un rôle important dans l’encadrement des jeunes chercheurs. Au cours des cinq dernieres années, l’Institut a montré sa capacité à attirer des doctorants de diverses spécialités et de plusieurs nationalités. De même, il a reussi à associer à cette action les institutions tunisiennes intéressées (le CERES en 2009-2010, par exemple).

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

 

Hassan EL ANNABI

est professeur d’histoire à l’Université de Tunis et ancien directeur du CERES.

Pour citer ce billet : Hassan El Annabi, « Un lieu incontournable », Le Carnet de l’IRMC, 23 juillet 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1084

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

L’IRMC, lieu de circulation des recherches

melliti
Photographie de Imed Melliti

Lorsque j’étais étudiant, je comprenais au contact de certains chercheurs, qu’il existait à Tunis un espace de travail important dans les pratiques de recherche, le CDTM (Centre de documentation Tunisie-Maghreb).

Premiers contacts avec l’IRMC

Mais en vérité, la première fois où j’ai entendu parler de l’IRMC c’est lorsqu’il a pris en charge le billet de Sophie Ferchiou pour participer au jury de ma thèse à Paris en 1993. Et après, les choses se sont vite enclenchées. En rentrant, j’ai rencontré Michel Camau, on m’a proposé de faire un compte rendu de ma thèse, et mes premiers textes ont été publiés dans Correspondances, qui venait d’être créé : l’un sur l’observatoire de la condition de la femme (une structure créée par le CREDIF que je venais d’intégrer comme chercheur contractuel), et l’autre à partir de ma thèse. Juste après, Mohamed Kerrou a mis en place un groupe de recherche sur la sainteté dans lequel j’étais avec Latifa Lakhdar, Sami Bergaoui, Lotfi Aïsa et d’autres. Chacun de nous travaillait sur la sainteté dans une perspective particulière. La sainteté à l’époque était un thème très novateur, qui nous sortait des sociologies du développement, et qui nous permettait de rénover nos disciplines en allant vers des objets oubliés depuis le temps des règlements de comptes avec les legs de l’époque coloniale. Il y avait là un changement de paradigme, et je me suis souvent demandé ce qui fait qu’à un moment donné beaucoup de gens s’intéressent aux mêmes objets. On était nombreux à se diriger vers cette thématique et chacun avec le sentiment que c’était une décision individuelle prise sur des choix personnels. Je pensais moi-même que c’était lié à ma biographie autour des groupes confrériques. D’autres étaient dans ce cas, mais on assistait plutôt à un retour de légitimité de certains objets longtemps occultés.

On revenait à des lectures, à des auteurs, à l’anthropologie, avec d’autant plus d’intérêt que ma génération n’avait pas connu les labos et les espaces de débats ; ma thèse à Paris 5 avait encore été ce tête-à-tête solitaire entre directeur et étudiant. On se réunissait une fois par semaine à l’IRMC, et c’était la première fois que je faisais partie d’un groupe de recherche. C’était pour moi une occasion de m’exposer en public, de prendre la parole et des risques, je le vivais avec autant d’appréhension et de peur que de plaisir. Ma participation à ce groupe et au programme mené par Mohamed Kerrou sur la sainteté en Méditerranée occidentale m’a permis de publier un texte sur l’espace liturgique chez les Tïjâniyya. Par la suite, j’ai publié un deuxième texte sur l’idée de « seuil » dans le livre de Mohamed Kerrou sur public/privé en Islam. Dans les années 2000 j’ai continué à fréquenter l’IRMC pour des conférences, mais j’étais moins impliqué. J’ai aussi des souvenirs de Pouillon et Mahé qui avaient publié des articles de Berque et m’avaient sollicité pour réagir, c’était un grand moment pour moi. Je me souviens aussi des activités de l’Association d’anthropologie de la Méditerranée avec Jocelyne Dakhlia et des collègues marocains et algériens, des réunions à Casablanca et à l’IRMC.

La dynamique de recherche

L’IRMC a toujours joué un rôle central d’animation scientifique dans le domaine des sciences sociales, et cela d’autant plus que les institutions tunisiennes n’assuraient rien dans ce domaine, bien que cela ait maintenant un peu changé avec le Diraset. À son crédit aussi, et du fait que depuis trente ans l’Université tunisienne est malade du provincialisme, fermée sur elle-même et sans réseaux d’échanges, l’IRMC a obligé les gens à sortir de leur coquille pour entendre ce qui se passe ailleurs, même en dehors de leur discipline, il a versé par exemple les approches novatrices des historiens dans le champ scientifique tunisien. Cela nous permettait de voyager un peu, d’être en contact avec des chercheurs venus d’horizons différents. Et cette ouverture ne se fait pas seulement par rapport à la France mais par rapport aux autres pays européens et au Maghreb : l’IRMC a invité beaucoup de chercheurs marocains et les a fait connaître aux Tunisiens, a favorisé des échanges intra maghrébins et des mobilités et circulations des savoirs à l’échelle du Maghreb et de l’Europe. Puis il y a l’interdisciplinarité, le fait de mettre ensemble des gens de spécialités différentes, même s’il y a eu des mises d’accent disciplinaire par périodes, les sciences politiques au départ, puis les sciences juridiques et l’urbanisme, l’économie et la gestion dans les années 2000, et aujourd’hui la sociologie, et l’anthropologie que l’IRMC a aidée à émerger et à sortir d’une longue mise en quarantaine, comme discipline légitime.

Sa bibliothèque est l’un des atouts de l’IRMC, le seul endroit où des étudiants peuvent se documenter et se mettre a jour, contrairement aux bibliothèques tunisiennes où l’accès à la documentation est problématique, parce que mal entretenues, mal gérées ou plus à jour comme la bibliothèque du CERES où on trouvait des choses sur les grands auteurs du développement des années 1970 mais rien sur les années 1990. La bibliothèque de l’IRMC est un élément central, une pièce maîtresse dans le dispositif, qui constitue pour les chercheurs et doctorants un espace de travail de première importance. C’est aussi un lieu de rencontre qui m’a permis de connaître beaucoup de monde : des doctorants y sont venus me voir, des collègues travaillant sur les mêmes objets, avec une socialité importante qui prouve que l’on ne fait pas de la recherche dans un désert. Puis la bibliothèque a abrité des actions dirigées vers les doctorants et tournées sur la méthode et l’écriture : c’est important car cela fait de l’IRMC un espace de formation qui complète les manques au niveau des institutions tunisiennes et permet aux jeunes de pallier les insuffisances de leur formation dans les structures nationales. Cela a aussi l’avantage de fidéliser et d’assurer la relève dans la recherche en science sociale, en aspirant ces ressources dans le réseau de l’Institut. Enfin, il y a toujours eu une volonté de l’IRMC d’agir au sein des institutions tunisiennes mais cela n’a pas toujours été facile pour diverses raisons d’inerties du côté des Tunisiens. Par contre, beaucoup d’échanges à l’échelle du Maghreb rassemblent les chercheurs maghrébins sur des actions communes. Les travaux menés depuis la France ont des répercussions sur l’IRMC, mais ce qui se fait à l’IRMC alimente également la dynamique de recherche sur le Maghreb en France, et tout cela dans le cadre de circulations intra maghrébines. C’est bizarre de dire que les Maghrébins ont besoin de la France et de l’IRMC pour pouvoir travailler ensemble !

La révolution et d’autres enjeux

La révolution a apporté une liberté de ton qui n’existait pas, une ouverture de l’espace public tunisien, que l’IRMC doit saisir, en donnant plus d’opportunités aux chercheurs et étudiants tunisiens de faire du terrain. À deux ans de la révolution il n’y a pas encore eu de vraies enquêtes, et c’est symptomatique du rapport que les élites entretiennent avec le peuple, les chercheurs font des discours mais peu sont prêts à aller se frotter à la Tunisie profonde et précaire. L’IRMC a une liberté et n’est pas pris dans des enjeux d’influence (comme le PNUD ou la Banque mondiale) ou de positionnement politique. Il doit s’inscrire dans cette ouverture exceptionnelle des possibles, porter l’émergence de nouvelles thématiques, de nouveaux objets de recherches impensables il y a quelques années. Et si l’IRMC ne doit pas forcement s’impliquer dans le débat privé entre intellectuels et qui engage l’avenir de la Tunisie, il peut toutefois y contribuer au second degré dans des logiques savantes qui le traduiront à un niveau de sens qui n’est pas celui de l’actualité politique immédiate. La révolution a servi de laboratoire à grande échelle.

Enfin, un point négatif à méditer toutefois : l’IRMC est malgré tout resté prisonnier des clivages idéologiques et linguistiques (mais a quel point pouvait-il y échapper ?) qui traversent le champ tunisien notamment entre arabophones et francophones, indigénistes et francophiles. Désormais, des colloques doivent se faire dans les deux langues, on ne peut plus exclure la moitié des sociologues tunisiens. La question n’est pas celle de la compétence ou de l’incompétence qui existent des deux côtés, et on ne peut exclure quelqu’un qui n’a pas la maîtrise du français. J’ai vu en Turquie que les Turcs pouvaient parler leur langue même dans une manifestation organisée par l’Association internationale des sociologues de langue française, et pourquoi pas les Tunisiens ? Il faut surmonter cela, et des efforts ont été faits par l’IRMC, dont le livre sur la Libye. Il y a une volonté de casser ce clivage longtemps reproduit et structurant, et de dialoguer avec toutes les composantes de la société tunisienne.

(Propos recueillis par Pierre-Noël Denieuil)

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

 

Imed MELLITI

est maître de conférence au département de sociologie de l’Institut Supérieur des Sciences Humaines de Tunis – Université de Tunis El Manar.

Pour citer ce billet : Imed Melliti, « L’IRMC, lieu de circulation des recherches », Le Carnet de l’IRMC, 19 juillet 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1068

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

L’IRMC : un espace de « convivialité » scientifique et d’échange intellectuel

Photo Sihem
Photographie de Sihem Najar

Loin d’être conçu en dehors du paysage scientifique et intellectuel tunisien, l’IRMC a réussi à devenir, durant vingt ans d’activités scientifiques, une référence incontournable dans le domaine de la recherche sur le Maghreb. Lieu de rencontre, de réflexion, de diffusion et de formation, cette institution a pu suivre, encadrer et soutenir la recherche dans les différentes étapes de son élaboration. Héritier de son « ancêtre institutionnel et scientifique » : le Centre de Documentation Tunisie-Maghreb (CDTM) (1980-1991), l’IRMC s’est forgé la consistance d’une tradition qui puise sa richesse dans l’apport de plusieurs générations tunisiennes, maghrébines, françaises et euro-méditerranéennes. Il est certain que la force de cet institut réside dans sa capacité à évoluer dans le temps tout en veillant à fonder les attributs de l’identité sur des cadres géoculturels différents (maghrébin, euro-méditerranéen) entre lesquels les liens ne sont pas toujours faciles à faire (centres d’intérêt divergents, traditions et langues de recherche différentes, conflits historiques difficiles à porter, etc.). Mon rapport avec l’IRMC m’autorise à porter un regard où proximité et distance se conjuguent pour mettre en exergue ce que je considère comme étant les traits distinctifs qui donnent à ce centre de recherche sa puissance et son rayonnement :

L’IRMC, un lieu idéal pour la production scientifique : en tant que chercheure tunisienne à l’IRMC, je constate que ce cadre de travail réunit les conditions nécessaires qui donnent à la réflexion dans ses différentes étapes, son milieu nutritif, si je puis me servir de cette métaphore biologique. En effet ici se croisent des générations différentes, s’expriment des projets de chercheurs déjà bien reconnus par la communauté scientifique et d’autres qui sont à leurs premiers balbutiements : cadre de communication, tradition et convivialité, atténuent la distance susceptible de décourager l’échange et créent des points de rencontre difficiles à trouver ailleurs.

1L’IRMC, une source d’alimentation de la recherche scientifique : les ressources dont dispose l’IRMC (fonds documentaire d’une grande richesse, publications pluridisciplinaires…) reflètent le même souci de couvrir l’état de la recherche sur les pays étudiés. Le chercheur trouvera à sa disposition les principaux « ingrédients intellectuels » de ses projets scientifiques touchant à des questions sociales prioritaires, à l’histoire, à la géographie, à l’art, à la religion, etc.

L’IRMC, un point focal dans le domaine de la recherche sur le Maghreb : depuis sa création, ce centre joue un rôle crucial au niveau de l’intégration des chercheurs tunisiens dans des réseaux internationaux, notamment à travers les réunions de programmes qui rassemblent des chercheurs issus de plusieurs pays travaillant sur des champs de recherche variés. Ces rencontres qui sont systématiquement couronnées par des publications contribuent à la diffusion des travaux scientifiques de chercheurs tunisiens à l’extérieur du pays. Sur un autre plan, en offrant la possibilité de monter des projets de recherche et de formation dans le cadre de structures scientifiques telles que l’ANR, le GDRI, les projets de coopération… l’IRMC impulse des chercheurs tunisiens à intégrer des réseaux régionaux et internationaux.

2L’IRMC, un espace de transmission intergénérationnelle : l’organisation des ateliers d’écriture à l’intention d’étudiants inscrits en Master et de doctorants tunisiens et d’une série de doctoriales dont plusieurs doctorants maghrébins et français ont bénéficié, offrent un cadre favorable pour la transmission intergénérationnelle des connaissances et du savoir. De telles activités permettent d’intégrer les jeunes chercheurs dans des réseaux nationaux, régionaux et internationaux.

L’IRMC, un espace de réflexion sur des questions prioritaires d’actualité. À l’IRMC, les universitaires tunisiens peuvent trouver l’atmosphère qui leur permet de s’interroger, de mettre à l’épreuve des hypothèses de travail et d’être à l’écoute du nouveau qui se forge ailleurs. Séminaires, journées d’études, invités de renommée internationale venus d’horizon divers… déploient tout au long de l’année les résultats de la recherche sur des questions de grande importance. À ce niveau un petit survol des vingt dernières années permet de voir à quel degré cet institut a réussi à suivre dans ses activités, le rythme de la recherche académique tout en étant attentif aux questions prioritaires des sociétés de la région. Etant à l’écoute des inquiétudes du présent, l’IRMC veille à garder ses distances de l’actuel pour faire entendre les voix qui suivent la généalogie des faits et inscrivent les problèmes des sociétés du Maghreb dans le rythme long et prudent de la recherche qui explore, fraie la voie loin des impatiences politiques ou médiatiques.

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

 

Sihem NAJAR

est sociologue, maître de conférences à l’Université de Sfax, détachée à l’IRMC de 2009 à 2013.

Pour citer ce billet : Sihem Najar, « L’IRMC : un espace de « convivialité » scientifique et d’échange intellectuel », Le Carnet de l’IRMC, 18 juillet 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1055

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

De l’IRMC au DIRASET, bilan d’une présence en sciences sociales

Copie de Abdelhamid_H_nia_la_Tunisie_est_laique_d_10191741_thumbnail
Photographie de Abdelhamid Hénia

Je suis arrivé à l’IRMC en 1995 dans des conditions très favorables. Je venais de terminer le doctorat d’État et de passer au grade de professeur. N’étant pas engagé dans d’autres projets de recherche, j’étais prêt à me lancer dans une nouvelle aventure lorsque Michel Camau m’a proposé de me recruter comme chercheur à plein temps détaché auprès de l’IRMC. J’ai accepté, et cela a été un tournant important dans ma vie de chercheur. L’IRMC n’était pas un terrain inconnu pour moi. Je le fréquentais déjà pour assister à des conférences et à des rencontres. Et j’aimais ce qui s’y faisait car j’y trouvais une ouverture aux autres sciences sociales, permettant de ne pas se confiner uniquement dans l’histoire pure et dure.

L’expérience de l’IRMC, ayant duré quatre années (jusqu’au mois de septembre 1999), a été décisive pour donner un autre élan et une autre orientation dans mes recherches futures et ma carrière académique d’une manière générale. Mon intégration à l’IRMC m’a permis de trouver des conditions favorables pour monter un programme pluridisciplinaire de recherches, c’est-à-dire ouvert à des spécialités autres que celle de l’historien, et tant à des universitaires qu’à des doctorants, tunisiens, français et maghrébins. C’est dans cette ambiance cordiale d’échanges et de débats, que j’ai démarré ce programme ambitieux intitulé : « Villes et territoires au Maghreb, modes d’articulations et formes de représentations ».

J’ai mis en place dans les mêmes conditions, en janvier 1996, suite à une convention cosignée par la Faculté des sciences humaines et sociales de Tunis et l’IRMC, un groupe pluridisciplinaire composé de chercheurs français et d’enseignants chercheurs de l’Université de Tunis, des historiens en grande partie, mes collègues et mes étudiants, mais aussi des sociologues et des géographes. Nommé au départ Groupe de Recherche sur les Villes et les Communautés Locales (GRVCL), le groupe finit par prendre, en 1999, la dénomination de « DIRASET études maghrébines » quand il fut érigé officiellement comme Unité de Recherche (UR) dans le cadre du ministère tunisien de la Recherche scientifique, de la Technologie et du Développement des Compétences. Les enseignants chercheurs tunisiens du groupe se lièrent alors intellectuellement à une pléiade de jeunes chercheurs français dynamiques, appartenant à des sensibilités de spécialités différentes à même de créer les conditions objectives de la confrontation disciplinaire et paradigmatique.

Couv du livre A. HéniaDans ce groupe tuniso-français, on a appris à discuter, à travailler ensemble, et à affiner des problématiques, puis à conduire des actions : tables rondes, journées d’études à Tunis et à l’IRMC de Rabat ou des chercheurs marocains s’étaient engagés avec nous. Puis on a participe à l’AFEMAM d’Aix-en-Provence en 1996 dans le cadre d’un atelier sur les notabilités, repris par la suite à l’IRMC. Au terme de ce détachement, je suis revenu à la Faculté sur un poste d’enseignant. Apres une hésitation sur l’institution favorisant la poursuite du groupe, Jean-Philippe Bras a proposé qu’il continue de collaborer avec l’IRMC. Le DIRASET, transformé plus tard, en 2003, en Laboratoire de recherche, perpétue l’esprit de ce que nous faisions à l’IRMC sur plusieurs plans : recherche pluridisciplinaire et doctoral. Nous avons d’ailleurs continué pendant plusieurs années les sessions doctorales que personnellement j’ai vécues, et on continue dans cet esprit avec les mêmes formules un peu modifiées. Je dirais que DIRASET, c’est un peu l’élève de l’IRMC. J’évoquerai quatre enseignements majeurs de cette présence de l’IRMC à Tunis.

Le premier c’est la pluridisciplinarité qui nous a transformés, moi-même et les chercheurs de DIRASET. Elle marque et singularise actuellement DIRASET dans le paysage scientifique des universités tunisiennes. Théoriquement, DIRASET est un laboratoire d’histoire, mais la contre-idée qui s’est imposée est de dire que c’est un laboratoire de sciences sociales ouvert à l’inter et à la pluridisciplinarité. C’est un point fort résultant de mon passage à l’IRMC et aussi de l’expérience des collègues qui ont participe à notre groupe.

Le second enseignement est l’ouverture sur l’international. Avant l’IRMC, nous avions des rapports avec la France par les actions de coopération universitaire dans le cadre des projets dits CMCU. Mais on n’avait pratiquement aucun lien avec les collègues maghrébins. Et c’est grâce à la dimension maghrébine de l’IRMC, notamment avec l’antenne de l’IRMC de Rabat, que nous avons pu nouer des relations Sud/Sud notamment avec les collègues algériens, marocains et même mauritaniens. Cette dimension maghrébine, nous l’avons eue grâce à l’IRMC. Avant que le Gouvernement tunisien n’ait mis en place des actions de coopération CMPTM avec le Maroc, nos échanges avec les Marocains passaient par l’IRMC, nous les avons reçus et ils nous ont reçus par le biais et avec l’aide de l’IRMC.

D’autre part, en 1995, on discutait de comment faire en sorte que la bibliothèque de l’IRMC vienne combler un vide dans le paysage universitaire tunisien. Et c’est à cette époque qu’elle s’est orientée et spécialisée en se dotant de livres et d’ouvrages généraux sur les sciences sociales : tout ce qui concerne les apports théoriques et les méthodologies, tout ce que l’on ne peut trouver ni à l’IBLA ni à la Bibliothèque Nationale. De ce point de vue, la bibliothèque de l’IRMC a attiré un grand nombre de chercheurs tunisiens et a rempli une fonction importante dans leur vie. Elle doit continuer à jouer ce rôle de bibliothèque spécialisée sur la place. Puis, avec la bibliothèque, ce sont aussi les conférences des professeurs invités, de passage et attirant un public curieux et très intéressé, et elles doivent continuer à se développer en fonction de la demande locale.

Enfin, l’IRMC est venu combler un grand vide qui s’est créé progressivement dans les sciences sociales, et qu’on ne mesurait pas toujours clairement à l’époque. Le CERES (Centre d’études et de recherches en sciences économiques et sociales) avait été dans ce domaine un leader productif et dynamique dans le tiers-monde. Mais il a connu une crise qui s’est amplifiée des les années 1970, il s’est peu à peu vidé de son personnel et est devenu presque une coquille vide. Du coup, les recherches en sciences sociales n’ont plus été portées par une institution particulière. Certes, il y avait les universitaires qui font de la recherche, mais ils sont d’abord des enseignants et la faculté n’est une institution de recherche qu’accessoirement. Il n’y avait donc pas de structure de recherche en sciences sociales qui puisse être vecteur de dynamique. Et c’est alors qu’est arrivé l’IRMC qui a comblé ce vide en impulsant une dynamique qui manquait et que le CERES avait presque abandonnée. Aujourd’hui, le CERES est encore une coquille vide et l’IRMC, toujours là, continue à jouer ce rôle. Est-ce que les nouvelles structures de recherche et les labos installés dans l’université ont contribué à remplir ce vide et ont créé une dynamique ? Oui pour certains dont le DIRASET qui reste quand même une petite structure et continue à beaucoup travailler avec l’IRMC.

Dans l’avenir, l’IRMC pourrait se développer davantage en s’impliquant avec les structures de recherche en place. Il devra en ce sens continuer à participer à la construction du savoir entre chercheurs tunisiens et français, à la fois dans leurs capacités scientifiques, mais aussi dans leurs capacités à drainer d’autres chercheurs tunisiens et à les confronter ainsi à d’autres sensibilités universitaires. Cette confrontation est utile et nécessaire pour la communauté scientifique tunisienne qui veut et cherche cette ouverture.

(Propos recueillis par Pierre-Noël Denieuil)

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

 

Abdelhamed HÉNIA

est professeur d’histoire à la Faculté des sciences humaines et sociales, Université de Tunis et directeur du DIRASET – études maghrébines. Il a été chercheur à l’IRMC de 1995 à 1999.

Pour citer ce billet : Abdelhamid Hénia, « De l’IRMC au DIRASET, bilan d’une présence en sciences sociales », Le Carnet de l’IRMC, 8 juillet 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1034

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

L’IRMC un lieu d’échange entre chercheurs des deux rives de la Méditerranée

Mohamed Kerrou
Photographie de Mohamed Kerrou

Les trois années passées à l’IRMC furent marquantes et décisives pour la recherche que j’ambitionnais de réaliser dans le domaine des sciences sociales des religions. Détaché de l’Université de Tunis, je rejoignais le premier noyau de chercheurs dirigé par Michel Camau et Anne-Marie Planel durant cette période de fondation et d’institutionnalisation, de 1992 à 1995. Au tout début, nous exercions au sein du CDTM (Centre de documentation Tunisie-Maghreb) logé à l’étage, juste au-dessus de la Bibliothèque Charles De Gaulle, accueillant, entre autres, les trésors de l’ancien fonds de la Résidence. C’était en ce lieu d’ailleurs ou, encore étudiant en sociologie durant la seconde moitié des années 1970, je découvrais avec l’émerveillement du néophyte les écrits remarquables des pionniers de la recherche en sciences sociales du Maghreb : Edmond Doutte, Alfred Bel, Robert Montagne, Jacques Berque, Roger Letourneau… ainsi que le jeune Pierre Bourdieu effectuant ses premières enquêtes de terrain sur le monde du travail et de la paysannerie en Algérie.

Puis, l’IRMC s’établit dans l’actuelle « Villa aux deux palmiers de Mutuelleville » où l’équipe de documentalistes et de chercheurs tenait ses réunions périodiques, lançait les programmes de recherche, animait les conférences ou séminaires et confectionnait le bulletin mensuel Correspondances. De cela, je garde plaisamment le souvenir des notices de livres qui y étaient publiées; de courtes notices, non signées mais réécrites et corrigées, à plusieurs mains et maintes fois pour qu’elles soient conformes aux normes bibliographiques et typographiques. Je n’oublierai pas également la surprise et la consternation de toute l’équipe le jour ou, tôt le matin, nous fumes les témoins impuissants des ravages des pluies diluviennes qui avaient envahi, durant la nuit, les locaux de la bibliothèque et endommagé nombre de documents que nous avions tenté vainement de sauver. Le geste collectif illustrait l’esprit de solidarité de l’équipe qui s’attelait avec passion au lancement d’un institut de recherche à vocation maghrébine.

Le choix des sciences sociales des religions et en particulier celui de la socio anthropologie religieuse n’était pas, pour moi, le fruit d’un hasard mais plutôt le produit de deux motivations conjuguées : d’un côté, l’impossibilité d’exercer la politologie sous un régime policier à l’affut du moindre mouvement des universitaires non-partisans et, de l’autre, l’intérêt pour la tradition confrérique que j’héritais d’un certain milieu familial. Ce penchant pour l’étude de la « religion populaire » ou plutôt de la « religion des gens » m’amenait à choisir comme terrain d’investigation la ville sainte de Kairouan et comme programme de recherche la thématique de « l’Islam vécu et les enjeux de la sainteté ». C’est ainsi que je fus amené, dans un premier temps, à élargir le champ aux autres pays du Maghreb, le Maroc où j’ai rencontré les chercheurs spécialistes de la question que sont Halima Ferhat, Abdelahad Sebti, Hassan Rachik, Mohamed Tozy, Ahmed Toufic… et l’Algérie où je prenais connaissance de près des travaux de Fanny Colonna, Brahim Salhi, Akli Hadibi… Avec l’ensemble de ces chercheurs, j’essayais de partager les questionnements autour des figures légendaires de la sainteté et des rapports souvent tumultueux entre saints et pouvoirs, à partir des problématisations agencées par Ernst Gellner, Abdellah Hammoudi, Lucette Valensi, Abdallah Laroui, Mohamed Kably… Dans un second temps qui n’est pas forcement chronologique, je recourais aux matériaux puisés dans des études soit historiques, en remontant jusqu’a l’Antiquité avec les thèses de Peter Brown ou de Pierre-Albert Février, soit anthropologiques avec les incursions lumineuses de Clifford Geertz, Michael Gilsenan et Raymond Jamous.

8 Public et Privé M. KerrouC’est de la sorte que j’ai opté pour la perspective comparative en abordant de front la question de l’autorité des saints autour de la Méditerranée occidentale, lors d’un colloque international organisé dans le lieu symbolique et merveilleux de Sidi Bou Saïd, en mai 1994. Un ouvrage collectif en est sorti, en 1998, aux Éditions Recherche sur les Civilisations (ERC), sous le titre L’Autorité des saints. Perspectives historiques et socio-anthropologiques en Méditerranée occidentale. Tout en reprenant mon métier d’enseignant à l’Université de Tunis, je continuais à fréquenter l’IRMC en tant que chercheur associé. C’est ainsi que j’ai pu monter un autre programme de recherche axé sur les dynamiques de la sécularisation au Maghreb et au Machrek déclinées en études monographiques et comparées au sein d’un ouvrage collectif publié en 2004, aux Éditions Maisonneuve & Larose, sous le titre de Public et Privé en Islam. Espaces, autorités et libertés. C’était là l’amorce d’une longue et stimulante recherche autour de la question de la publicisation et de ses structurations politiques et symboliques.

J’aimerais terminer ces souvenirs glanés au petit bonheur en exprimant ma dette de reconnaissance envers l’IRMC et ses trois directeurs, Michel Camau, Jean-Philippe Bras et Pierre-Noël Denieuil, que je remercie sincèrement pour les précieux moments de partage des connaissances et également pour les multiples occasions qu’ils m’ont données en vue d’un échange fructueux avec les chercheurs des deux rives de la Méditerranée.

 Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

 

Mohamed KERROU

est professeur de sociologie à la Faculté de droit et des sciences politiques de Tunis, Université de Tunis El-Manar. Il a été chercheur à l’IRMC de 1992 à 1995.

Pour citer ce billet : Mohamed Kerrou, « L’IRMC un lieu d’échange entre chercheurs des deux rives de la Méditerranée », Le Carnet de l’IRMC, 5 juillet 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1027

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Image et sacrilège

Des caricatures danoises (2005) au récent « film » sur le Prophète nous assistons au même phénomène médiatique et politique poussant des foules de croyants en colère à envahir les rues prenant comme cible les ambassades des pays soupçonnés de protéger les auteurs des images sacrilèges. L’épisode de l’ambassade américaine à Tunis prise d’assaut vendredi 14 septembre par des manifestants à majorité salafistes djhadistes, parsemés de délinquants, pousse à réfléchir, non seulement sur la portée politique de l’événement mais aussi sur l’arrière plan socioculturel du phénomène. Certes le rapport entre la diffusion d’une séquence du film sur Youtube, et la colère des foules dans de nombreuses capitales des pays musulmans n’est pas direct, il ne faut pas perdre de vue le rôle de certains facteurs fort importants qui médiatisent, encadrent, interprètent, et donnent de la consistance idéologique et par là même de l’efficacité à l’image-sacrilège, citons : la puissance et la capacité d’Internet et notamment des réseaux sociaux à brouiller les limites entre l’image, l’événement et sa lecture ; les enjeux politiques locaux propres à chaque pays (post-révolution..) ; le rôle des orateurs religieux qui se chargent « d’interpréter » et de donner aux croyants « la vérité » sur le « complot » etc.

Il semble loin le temps où Salman Rushdie a déclenché la colère des Iraniens. Ceux-ci réagissaient contre un texte doté de la complexité d’un roman écrit ; les Versets sataniques de Salman Rushdie demandent de la réflexion (un roman, des personnages, une intrigue, des symboles, une interprétation de l’histoire du premier siècle de l’Hégire etc.), tel n’est pas le cas des salafistes (figure emblématique de l’islam traditionnel) face à l’image (du film ou des caricatures danoises), celle-ci fait appel à leurs réflexes pour mieux attiser leurs passions.

L’image-sacrilège partage avec l’image pornographique dont parle Jean Baudrillard, des points communs : les deux réussissent à agir, leur effet est immédiat et assez agressif, éphémère et récurrent, l’une s’adresse aux instincts sans la médiation de la culture et des comportements sociaux, l’autre interpelle les sentiments religieux à l’état primaire dans leurs « formes les plus élémentaires », l’effet disparaît dès que l’image disparaît. L’écrit exige de la réflexion qui à son tour agit dans la durée, l’image cherche l’immédiateté qui déjoue les résistances de la culture.

Les attaques contre l’islam, ou disons la guerre idéologique de l’islam contre ses adversaires, a une histoire. Du Moyen-âge aux orientalistes du XXe siècle, en passant par le Mahomet de Voltaire, et les écrits de Renan, cet échange participe de la polémique idéologique qui se faisait généralement sur le sol de la culture. Tel était le cas durant l’histoire : au Moyen âge les chrétiens attaquaient l’islam en mettant en question la sincérité du Prophète : « Mohamed, dit-on, est un imposteur ». Plus tard avec Voltaire l’approche et l’objet ont changé, l’idéologie est moins naïve : on critiquait « les superstitions » de l’islam comme celles du christianisme à partir des idéaux de la philosophie des Lumières. Avec les orientalistes au XIXe siècle, les choses sont plus subtiles et plus recherchées… Prendre l’islam (dogme, histoire, droit etc.) comme cible, ne date pas d’aujourd’hui, sauf qu’avec les salafistes on est sorti de la sphère culturelle, pour passer à celle de la manipulation des masses au sens péjoratif de cette expression, avec comme outil l’image, objet plus rapide à faire circuler, que les salafistes prennent pour référent du sacré qu’ils vénèrent. Cette configuration, si l’on peut dire, constitue bien entendu une véritable régression.

Les salafistes ont besoin d’une cause sans laquelle ils ne peuvent pas vivre, et les voilà dans la peau du guerrier qui défend « le corps » du Prophète, puisque le « film » leur donne l’ombre ou le simulacre de ce dernier ; ils ont besoin d’un ennemi ; ils le trouvent dans les lieux qui représentent son pouvoir (l’ambassade), où ils croient pouvoir déloger l’auteur de ce sacrilège, « l’instigateur du crime ». Ils n’ont pas les outils intellectuels pour remonter la chaîne des acteurs et déchiffrer le théâtre d’ombres (à la fois réel et fantasmé) où se trame « le complot contre l’islam ». Ils se servent des outils de communication modernes notamment Internet, mais ils sont loin d’en déceler la complexité et les enjeux ou de saisir l’ampleur du bouleversement voire de la dissémination que ce moyen a introduit dans la conception et la perception des rôles et des responsabilités : sur la Toile anges et démons trouveront des alliés innombrables. Ils cherchent une cause à tout prix, et il faut que l’ennemi soit visible, concret et saisissable, pour lui déclarer la guerre : tel est l’exemple du World Trade center à New-York le 11 Septembre 2001, et à une échelle moins spectaculaire, l’ambassade américaine à Tunis et à Khartoum. Cela s’appelle prendre l’ombre pour l’objet, une illusion que Diderot dans Jacques le fataliste illustre par la scène du chien qui mord la pierre qui l’a frappé faute de pouvoir trouver celui qui l’a lancée sur lui.

Le salafiste vit l’illusion d’être en rapport direct avec le sacré, il ignore que celui-ci n’est jamais l’objet d’une expérience directe, sans la médiation de l’épaisseur des contenus culturels tissés par l’histoire. La religion musulmane s’est protégée contre tout sacrilège : rien n’est plus transcendant, abstrait, comme Allah dans le Coran, il est partout et nulle part, il est trop loin dans le temps et dans l’espace, et la mise en garde contre l’incarnation tajssim et la représentation est rigoureuse.

Le Prophète comme personnage historique est sans visage, un vague portrait brossé par les biographes qui est loin d’accéder à l’épaisseur d’une image, surtout que la tradition est hostile à la représentation (les effigies, le culte des reliques sont rigoureusement interdits). Seul reste le personnage religieux, métahistorique, prenant consistance autour du corpus des hadiths, nourri de légendes, de récits c’està- dire de contenus culturels d’origines diverses. Il n’y a aucun sens à ce qu’il soit objet de sacrilège, puisqu’il est une construction culturelle abstraite « logée » dans les esprits. Le Prophète dans l’imaginaire religieux des chiites, des classes populaires ou des laïcs n’est pas celui des sunnites, de l’orthodoxie religieuse ou des soufis. Reste enfin le Coran, ce texte a tant insisté sur sa substance verbale, abstraite immatérielle, al kitab (Livre), al wahy (Révélation), aldhikr (Remémoration), il est essentiellement un message, venu du divin s’adressant à l’écoute des humains. Le support en papier, al mûshaf, est un artefact tardif, adopté par les successeurs, à l’image des autres civilisations pour fixer une parole et la mettre à l’abri de l’oubli, il resta accessible durant des siècles avant l’imprimerie, uniquement aux imams et aux oulémas. Comme tout autre support, en brûler une copie comme l’a tenté il y a deux ans cet Américain, ce n’est pas profaner le Coran, (celui-ci est inaccessible comme Allah ou le personnage religieux du Prophète), c’est détruire un objet écrit, fait d’encre et de papier. L’ensemble de ses aspects participant de la perception du dogme dans la tradition musulmane, nous montre que les salafistes incarnent, nous semble-t-il, la difficulté déjà évoquée par les Orientalistes (Henri Corbin : Le paradoxe du monothéisme) de se représenter l’infini, l’invisible et le transcendant sans céder à la tentation de le saisir ou plutôt le réduire au fini (une personne, une image, un objet, c’est-à-dire une médiation). Aussi abstraits qu’ils soient, aussi inaccessibles au sacrilège, on continuera encore longtemps, à se révolter en croyant voir Allah derrière un personnage de dessins animés (Persépolis), le Prophète derrière les figures d’un dessinateur, et le Coran dans une copie brûlée. Le sacré n’est pas l’objet d’une expérience immédiate, il faut pour pouvoir en parler, traverser la trame des contenus culturels, représentée par la tradition qui a formé l’essentiel de la conscience religieuse. S’il est possible que les noms (Allah, le Prophète, et le Coran) fassent l’unanimité, les définitions, les représentations, les perceptions et le degré de sacralité qui leur correspondent, sont le lieu de toutes les errances. Le sacré est une construction sociale quant à ses limites, ses degrés et ses interprétations. Autant celui-ci nous situe du côté de celui qui y croit autant le sacrilège, à l’image des derniers événements, interpelle l’altérité et par là même la vie en société dans sa dimension politique. L’objet sacré est unique mais les expressions, les faits qui peuvent être qualifiés de sacrilèges sont infinis. Cette infinité est d’autant plus complexe que la culture d’une société, les pratiques sociales participent d’un continuum, où le choix qu’on opère, pour saisir, et délimiter les faits, les interpréter, et les juger serait nécessairement arbitraire.

Le débat actuel en Tunisie sur la constitution, a soulevé la question de « l’atteinte au sacré », et la résistance des laïcs à ce niveau est farouche. En effet quelle instance sociale serait capable et « légitimement » autorisée, de situer (dans les gestes, les paroles, les textes et l’unité de l’oeuvre artistique), la limite où finissent la critique, la réflexion, le farcesque, l’humour, le doute, le comique fût-ce la plus médiocre et où commence le sacrilège ? À moins d’un consensus politique hasardeux entre les différents acteurs sociaux sur les définitions et les limites des faits religieux, inscrire dans la prochaine constitution un article qui punit « l’atteinte au sacré », serait lourd de conséquences quant aux valeurs auxquelles la société tunisienne aspire.

Aux États-Unis, en France ou au Danemark, on continuera, non sans malaise, à répondre par un seul argument : la Liberté, même quand l’image-sacrilège (à l’exemple du dernier film) a du mal à cacher ses intentions agressives et provocatrices. Une réponse qui n’étale pas ses preuves tant elle semble renvoyer à « un inconscient de civilisation », plus vaste que la colère des musulmans et débordant les arguments politiques d’Hilary Clinton, ou de François Hollande dont le seul souci est de bien gérer l’impact politique de l’événement.

La liberté, à laquelle se heurtent les musulmans, n’est réductible à une aucune institution occidentale (politique, religieuse ou symbolique) qui en serait le porte parole. Elle condamne la polémique à se reproduire et à s’effacer dans des commentaires médiatiques volatiles, laissant comme arrière goût le sentiment d’avoir assisté à un nouvel épisode éphémère de l’éternel malentendu entre deux vieux interlocuteurs. La Liberté souveraine, reste insouciante des contradictions pratiques des acteurs politiques qui s’en réclament en Occident. Les musulmans traditionnels en ignorent la portée et l’étendue, elle est anonyme et diffuse, elle traverse la culture occidentale, indifférente aux querelles éphémères de l’époque. C’est une liberté fortement inscrite dans les institutions et les moeurs, très loin du temps où elle devait défendre ses arguments ; elle est issue d’un grand processus de civilisation irréversible et dont aucune exception (musulmane ou chrétienne…), fût-ce la plus juste, la plus inquiétante et la mieux argumentée, ne semble pouvoir arrêter le cours.

Publié en septembre 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°10

 

Arbi DRIDI

Chercheur en didactique et en littérature

 

Pour citer ce billet : Arbi Dridi, « Image et sacrilège », Le Carnet de l’IRMC, 1 février 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/810

 

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook