Archives de catégorie : Sciences politiques

L’islam politique, l’épreuve du pouvoir : la Nahda comme exemple

L’assemblée Nationale Constituante tunisienne

Un certain consensus semble être établi entre les partis élus à l’Assemblée constituante sur l’adoption de l’article 1er de la Constitution de 1959. Cette unanimité, peut-être politiquement rassurante, mais elle cache les éléments d’un problème plus profond quant à l’éternelle question fort débattue du rapport de la politique à la religion. Ne souhaitant pas prendre part à ce long débat ou en exposer les grandes conclusions, cette question sera prise ici comme une entrée pour interroger la posture du parti de la majorité, la Nahda, au seuil d’une période décisive de son histoire. Dire comme dans l’ancienne constitution que l’islam est la religion de l’État tunisien implique ceci : soit le texte énonce un constat, se situe dans le descriptif, alors il serait étrange de qualifier de musulman l’État issu de l’Indépendance ou celui de Ben Ali (quel contenu donner à cet adjectif ?), soit l’article avance les termes d’un projet, d’une ambition, donc il se situe dans le prescriptif : ici de même, le qualificatif musulman, est problématique.

L’État est un cadre, un système, un support, un ensemble d’institutions (assemblée, sénat, armée etc.) permettant l’exercice du pouvoir politique. En dehors de l’équipe qui s’en empare et du programme mis en oeuvre, l’État reste en quelque sorte neutre, son identité ne préexiste pas, (n’est pas antérieure) aux décisions, aux choix et aux programmes de ceux qui gouvernent.

Peut-être serait-il plus précis de dire, l’État tunisien est une république, l’islam est la religion du peuple tunisien. Inutile de préciser que, depuis plusieurs mois, l’évocation d’un tel article prend appui sur les strates sédimentées d’un débat non sans chimères ni dangers qui est celui de l’identité.

Les déclarations des leaders de la Nahda, portant sur des problèmes politiques ou de société, tels que le Code du statut personnel, semblent adhérer, l’expérience turque aidant, à une conclusion qui considère que l’essentiel de l’expérience sociale et politique, et depuis longtemps, échappe à l’emprise du religieux ; en d’autres termes, la sécularisation (pour ne pas dire laïcité) est une réalité historique indéniable. Les brèves discussions soulevées récemment au sein de l’Assemblée constituante sur les prérogatives du mufti de la république sont à ce niveau un exemple suggestif. L’espace réduit voire marginal que Bourguiba concéda à cette institution, vieille de plusieurs siècles, est l’indice d’une répartition, réelle, symbolique et irréversible des espaces entre le séculier et le religieux.

Face à ce constat quel sens reste-t-il à la référence religieuse ? Engagés dans une pratique politique de lourdes conséquences, en incorporant les notions et le lexique du discours laïc moderne, les représentants de la Nahda se voient noyés dans un paysage social et médiatique qui tend à effacer les contours religieux de leur identité politique. Un journaliste, commentant le programme politique que la Nahda a publié pour sa campagne électorale, s’interrogea non sans étonnement : « mais où est l’islam dans ce programme ? ». « L’islam est un cadre d’inspiration, qui ne nous empêche pas d’adhérer à l’évolution du monde ». Telle est la réponse récurrente des leaders du mouvement, depuis les années quatre vingt, (une fois débarrassés par la force de l’histoire, de la question des hûdûd (les peines physiques : lapidation, talion etc.), et de la polygamie). À un tel niveau de généralité, cette réponse semble échapper à de nombreuses impasses, sans dissiper les inquiétudes des adversaires de la Nahda qui ne se lassent de leur poser les mêmes questions.

Logo du parti Ennahdha

On les soupçonne d’insincérité, quand ils parlent de liberté individuelle, en matière de pensée, d’apparences vestimentaires, de pratiques culturelles et de comportement. On les soupçonne de démagogie, quand ils se déclarent partisans d’un futur État civil, qui jamais ne penserait à la charia. Bref leurs adversaires ont du mal à croire que cette posture politicoculturelle soit un simple acquiescement, certes sans fondement théorique, face aux acquis irréversibles de la modernité et au verdict de l’Histoire.

Dans quelle mesure, après les révolutions arabes, la référence religieuse pourrait-elle fonder un projet politique ? l’islam politique serait-il une notion sans objet ?

Loin des débats académiques, peu familiers aux mouvements politiques islamistes trop absorbés par les aléas de la lutte, le moment actuel, post révolutionnaire, met la Nahda face à un bilan historique dont les conclusions pourraient décider de son avenir :

1- entre le Mouvement de la Tendance islamique (MTI) des années 1981 et la Nahda de 2011 au pouvoir, entre le projet des fondateurs et les enfants de la Révolution, il y a un abîme, de vingt ans de silence ; deux générations qui n’ont ni les mêmes références, ni les mêmes expériences (prison, exil, vie civile) ni les mêmes ambitions : le 14 janvier imposa des horizons inespérés laissant en suspens maintes questions d’ordre structurel.

2- La configuration de l’islam politique au XXème siècle, comme la représentent les Frères musulmans et la Révolution iranienne, correspond à une étape historique close. De son héritage on ne saurait puiser des réponses aux défis d’une société vivant les nouveautés et les impératifs de la mondialisation.

3- Le FIS, Al-Qaïda, les Talibans, enfants « bâtards », de Sayd Qotb, et d’Abû Alâ Mâudûdi[1], inaugurent une brève seconde configuration de pauvre héritage culturel, mobilisant une haine stérile sans lendemain contre un ennemi et une époque dont ils sont loin de pouvoir déchiffrer le langage. La mort de Ben Laden, l’homme qui put pour quelques années exciter les passions sanguines de plusieurs millions (11 septembre) était loin de détourner les regards des populations des mêmes pays où il puisait ses candidats au « Djihad » (Tunisie, Égypte, Syrie, Yémen). Les populations de ces pays sont désormais conscientes d’être les auteurs uniques d’un épisode décisif de leur histoire.

4- les révolutions arabes, sont un événement issu d’un schéma qui semble ne rien devoir à l’héritage militant de l’islam politique. Certes dans quelques années il sera possible de suivre la trame de la généalogie de ces bouleversements, mais dans l’immédiat, le « Printemps arabe » a mis en scène un tête-à-tête mythique : la foule face à son tyran.

Tel est l’arrière plan historique sur lequel se détache la position de la Nahda. L’islam politique au niveau de l’approche théorique, comme au niveau des expériences réelles (Iran etc.) offre plus de questions, d’inquiétudes, voire d’impasses que d’exemples à suivre. L’enthousiasme que suscite l’expérience turque auprès de la Nahda et des Frères musulmans en Egypte, est révélateur de cet épuisement, il est plutôt l’expression d’une crise qui n’a pas commencé hier. L’islam politique n’a pas les moyens pour réfléchir sur le bilan d’une expérience de plusieurs décennies, ni de déchiffrer les changements qui traversent notre époque.

L’évocation du modèle turc n’autorise guère à s’aveugler sur l’héritage auquel le gouvernement d’Erdogan doit une grande part de ses réussites. On ne saurait oublier ni sous-estimer les conséquences tardives de ce grand coup de force, fort discuté, accompli par Mustapha Kemmel Atatürk (figure tant diabolisée dans la littérature des mouvements islamistes) dans les années vingt, à cela s’ajoutent les bienfaits de la géographie, qui donnent à la laïcité un support culturel riche et solide, difficile à

créer sous nos cieux.

L’atmosphère révolutionnaire de ces derniers mois et la rhétorique qui règne dans la rue et entre les membres de l’Assemblée constituante semblent étaler les signes d’un nouveau paysage. A-t-on les moyens théoriques pour assumer ce que l’usage des concepts fondateurs du monde moderne engage au niveau de la représentation de soi et de l’autre ? Manipule-t-on impunément les mots clés de la modernité politique, quand on oublie que peuple, démocratie et république ont une étymologie grecque et latine et qu’ils sont à l’origine de la conscience historique moderne ? Qui pourrait ignorer tout ce que l’imaginaire révolutionnaire moderne doit à 1789 (égalité, droits de l’Homme, liberté) ? Ainsi le fait d’ignorer d’où vient le présent, ne permet nullement par ailleurs de saisir les conclusions qui limitent l’horizon de la pratique politique au sens classique du mot.

De ces conclusions certains petits événements (l’affaire du film franco-iranien Persepolis ou du niqab) forment des effets symptomatiques qui appellent à inscrire l’action politique dans le cadre d’autres synthèses plus larges. De nos jours et à moins d’être un pouvoir politique qui résiste à reconnaître les contradictions et les tendances naturelles de ses citoyens (Iran, Arabie Saoudite), le bon sens pousse à s’incliner devant les constats suivants de la vie moderne :

1- les sociétés sont de plus en plus complexes, la part d’intervention de la politique est de plus en plus limitée ;

2- grâce à la culture de masse, aux moyens de la technologie, aux exploits de la science, l’individu a acquis des moyens d’autonomie, lui permettant d’être maître de ses choix et de son corps,

3- l’État n’est plus celui qui définit ce qui est bon pour la société (les leçons de l’Histoire sont fort éloquentes, URSS, Chine de Mao, etc.) ;

4- les institutions traditionnelles (famille, école) gardiennes de certaines normes, lieux de transmission des valeurs traditionnelles, sont largement bousculées par des réseaux de cadres et d’institutions sur lesquels il est vain que l’État tente d’avoir de prise ;

5- l’État moderne a désormais affaire non à des sujets dont il maîtrise les espaces et les formes de vie, comme autrefois, mais à des masses opaques d’individus (appelées selon le contexte : foule, peuple, consommateurs, téléspectateurs, électeurs, opinion publique) armées d’outils performants de contestation et de communication, habitées de passions et d’appétits aussi bien créateurs que destructeurs.

Les dictateurs arabes déchus, formés dans un cadre historique désuet, initiés dans les préceptes d’une culture politique d’un autre temps, soulignent par leur départ l’abîme qui les sépare d’une réalité dont ils furent loin d’évaluer l’étendue ou la complexité. Ils lui ont fait face par des moyens archaïques (répression et corruption), ce qui ne fit que précipiter leur fin fatale. Rien ne dit que les nouveaux acteurs de la même scène soient munis du sens historique nécessaire pour déchiffrer les signes et percevoir les reliefs de la nouvelle réalité.

Publié en janvier 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°8

 

Arbi DRIDI

Chercheur en didactique et en littérature

 

crédit photographique : © Thala solidiaire ; Ennahdha.

Pour citer ce billet : Arbi Dridi, « L’islam politique, l’épreuve du pouvoir : la Nahda comme exemple », Le Carnet de l’IRMC, 4 juillet 2012. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/452


[1] Le premier est l’idéologue le plus fécond des Frères musulmans en Égypte. Le second est le père fondateur des islamistes au Pakistan.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

La révolution tunisienne : ruralité vs urbanité. Quelques réflexions

La révolution tunisienne a bien eu comme point de départ les zones rurales profondes. Car il faut bien reconnaître que la ville de Sidi Bouzid ou celle de Kasserine n’ont d’urbain que le nom (à Sidi Bouzid, la ville manquait d’un hôtel digne de ce nom jusqu’à il y a 3 ou 4 ans). Sans parler des agglomérations de Menzel Bouzaiène, de Regueb ou de Meknassi qui ne sont toutes que de petits bourgs ruraux dépourvus de tout le tissu socio-culturel qui fonde la ville, et où les rapports sociaux dominants gardent un caractère, sinon tribal, du moins où l’allégeance au groupe familial est prégnante.

Mais la révolte de ces régions aurait pu connaître le même sort que le soulèvement du bassin minier de janvier 2008, qui a été réprimé à huis clos faute de relais dans les grandes villes du littoral. C’est ainsi que la diffusion de la protestation vers les grandes villes et notamment Sfax et Tunis a fait basculer la révolte en une révolution qui a conduit au départ de Ben Ali et d’une partie de sa cour mafieuse. Le rôle joué par la Centrale syndicale et notamment ses représentations régionales et par les réseaux sociaux sur Internet a été lui aussi déterminant.

D’ailleurs, l’origine rurale des révolutions en Tunisie n’est pas une première. Ainsi un détour par l’histoire, nous ramène à la révolte de Abou Yazid « l’homme à l’âne » au Xe siècle (originaire de Tozeur dans le Djérid), puis à celle de Ali Ben Ghedhahem en 1864 (originaire de Kasserine), toutes les deux sont qualifiées de révoltes paysannes contre l’État central et sa pression fiscale jugée insupportable. Ce qui rappelle par ailleurs la préférence aux consommateurs qui caractérise la politique agricole de ces vingt dernières années et qui a engendré la précarité des ruraux à l’origine de la révolution.

Mais le rôle des ruraux et notamment des jeunes parmi eux n’est pas reconnu par tous et certains cherchent à mettre en avant l’impact des villes et de certaines catégories sociales. Cela se traduit d’ailleurs, durant cette période de transition, par la faible représentativité des régions rurales dans les rouages de prises de décision.

Comme exemple des signes de cette controverse, citons la polémique sur la date de commémoration de la révolution entre le 17 décembre (anniversaire de l’immolation par le feu de Mohamed Bouazizi) et le 14 janvier (date de la fuite du président déchu). Derrière ce débat de date se cache en réalité la revendication de la paternité de la révolution entre les ruraux et les urbains. En effet la date du 17 décembre qui renvoie à l’origine de la révolution que d’autres d’ailleurs voudraient faire remonter à janvier 2008 et au soulèvement du bassin minier, correspond bien à un soulèvement initié par des ruraux exclus des fruits de la croissance et peu touchés par la modernisation de la société, alors que le 14 janvier renvoie à la mobilisation des urbains qui à partir de début janvier ont donné une vraie dimension nationale à la révolte et ont permis le renversement du régime.

D’ailleurs il n’est pas étonnant que le premier responsable à avoir tranché, provisoirement, le débat sur la date de commémoration de la révolution en choisissant celle du 17 décembre, soit Moncef Marzouki, président du CPR, lors de son premier discours devant les membres de la Constituante qui venaient de l’élire premier président, et qui est connu par son attachement à la ruralité et revendique son conservatisme comme en témoigne le port du burnous.

Mais cette évacuation de l’opposition entre les ruraux et les urbains se reflète aussi dans les débats publics, voire même dans la manière dont les chercheurs abordent la question de la révolution et de la période de transition. En effet c’est plus souvent par le prisme de l’opposition entre les laïcs et les islamistes que la scène médiatique est occupée, scène qui reflète plus un débat qui est à l’oeuvre en milieu urbain et qui de fait exclut encore une fois les ruraux et ne leur donne pas la parole

En effet si le fait religieux peut servir de loupe pour comprendre certaines luttes pour le pouvoir au niveau des partis politiques, cette lutte en se concentrant elle aussi en milieu urbain exclut une grande partie de la population, celle du milieu rural et qui ne se reconnaît ni dans les partis de l’islam politique, ni dans ceux qui prônent la laïcité et la modernité.

Certains indicateurs témoignent de ce décalage. Ainsi en est-il du score du CPR, qui se présente comme étant à la fois progressiste sur la question de la religion et conservateur en terme de morale et de moeurs, qui pourrait être interprété comme la preuve de la rencontre entre les attentes de cette population [1] et les positions de ce parti.

Ce décalage se reflète aussi dans le vote des ruraux lors des élections du 23 octobre : faible participation corrélée avec le taux de ruralité [2]. Aussi certains ruraux ont choisi de voter pour les listes d’El Aridha pour exprimer leur rejet à la fois des laïcs et progressistes de gauche et des islamistes d’Ennahdha en votant pour d’illustres inconnus qui n’ont comme principal avantage que d’être issus d’un milieu populaire et rural. C’est le cas à Kébili, Tataouine, Kasserine, Sidi Bouzid, etc.).

Dans le cas de Sidi Bouzid, le vote en faveur de la liste d’El Aridha est interprété par certains comme un vote sanction contre Ennahdha, d’ailleurs à l’annonce de l’invalidation de la liste d’El Aridha par l’ISIE, c’est l’un des bureaux du Parti du Cheikh Rached Ghannouchi qui a été la cible des attaques des manifestants.

Au niveau recherche, les approches qui dominent la scène proposent des lectures ayant comme principale problématique celle de la place de la religion (de l’islam politique) dans la construction de l’État post révolutionnaire et accessoirement de la sécularisation de cette religion ou de sa compatibilité avec la démocratie et les droits de l’Homme.

Sans vouloir nier l’importance de ces questions, même si elles empruntent un prisme par trop extérieur à la Tunisie avec le risque de nous tendre un miroir déformant pour nous y jauger, il me semble que cela se fait au détriment d’une analyse qui replace de nouveau les rapports entre les ruraux et les urbains au centre des problématiques et qui partirait de l’opposition, toujours à l’ordre du jour, de deux visions du monde et de deux projets de société totalement différents, voire antagonistes.

En effet, il est important de souligner que les leaders ruraux sont porteurs d’un projet de société plus conservatrice, mais où la place de la religion est moins présente que celle occupée dans les projets politiques des partis implantés en milieu urbain. Et que tant que la dimension rural/urbain n’est pas prise en compte dans les débats et dans les projets de société, les ruraux se sentirons exclus et auront des raisons objectives de ne pas y adhérer.

Publié en janvier 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°8

 

Mohamed ELLOUMI

Agronome, INRAT

crédit d’illustration : © Agence de Promotion de l’Industrie


[1] Très peu de données sont disponibles et encore moins d’analyses sur les résultats des élections et le comportement des électeurs selon les régions, le milieu et encore moins les classes socio-professionnelles pour nous permettre de faire des analyse fines du comportement des électeurs.

[2] Selon les premiers résultats d’un travail en cours réalisé par Kawther Latiri que je remercie.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Hybridation du politique, maux et mots de la révolution tunisienne

Compte-rendu de conférence, IRMC – 7 décembre 2011

Sarah Ben Nefissa et Michaël Béchir Ayari ont présenté à l’IRMC le dernier numéro de la revue Tiers Monde, « Protestations sociales, révolutions civiles ».

Sarah Ben Nefissa a montré comment la recherche française, polarisée sur les questions de l’islam, s’intéressant peu aux mouvements sociaux dans les sociétés arabes, a entretenu l’illusion de leur immobilisme, et a en partie manqué l’histoire de la mise en place de leurs révolutions. Elle a par la suite développé l’idée d’une hybridation du politique en se référant aux travaux de Michel Camau sur la combinaison des enclaves autoritaires et démocratiques dans ces régimes. Elle a défini la revendication communautaire comme l’expression d’une inégalité d’appartenance citoyenne, une demande de reformulation de l’unité nationale pour une intégration effective de l’ensemble de la société. Parlant d’hybridation idéologique, elle l’a caractérisée d’une part par l’insertion d’une rhétorique des droits de l’Homme dans les régimes autoritaires et d’autre part par une réappropriation et une reformulation de ces discours par la société civile (par exemple, le droit à la protection de l’environnement comme prétexte pour développer ses revendications). Enfin, elle a souligné la dichotomie entre temps révolutionnaire et temps électoral. Entre les deux, les acteurs et enjeux changent : les partis conservateurs peuvent sortir vainqueurs, le clientélisme électoral issu des partis d’État peut favoriser les partis islamistes, bien implantés localement.

De son côté Michaël Béchir Ayari a parlé de la cristallisation des souffrances populaires dans l’idée de « dignité », qui fait sens pour tous et sert de moteur et de cadre au mouvement social. Il décline alors les différentes définitions du terme de « dignité » : celle associée à l’idée de rang, que tout le monde peut acquérir par l’éducation ; la réponse au mépris permanent du pouvoir central et à l’humiliation permanente des Omda, celle des droits de l’Homme ; la dignité nationale post-indépendance comme forme d’accession à la condition humaine et que Bourguiba qualifiait de « dignité nationale ». Le conférencier rappelle que dans la révolution, des mobilisations de corporations, telles que les journalistes ou les avocats, évoquaient une dignité de rang. Ces mobilisations successives ont permis d’aller « au delà de la peur », comme l’a dit Hamma Hammami (POCT). Il était ici question de dignité ouvrière face à la taylorisation du travail par l’intermédiaire de l’action syndicale.

Il conclut sur la dignité par le travail comme symbole de la révolution tunisienne réalisant, autour de l’idée de dignité, « l’union sacrée » de toute une société.

Publié en janvier 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°8

Irène CARPENTIER, IRMC

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Empires, nationalités et autochtonie

Compte-rendu de la journée d’étude , IRMC – 30 avril 2011 , Coordonnée par Noureddine AMARA

La nationalité, catégorie juridique « moderne », forgée au moment du passage des empires aux États nations, est une des réalités qui s’est frottée à la situation coloniale. Inscrite comme droit inaliénable dans la Déclaration Universelle des droits de l’homme de 1948, elle possède une histoire. Elle s’élabore au cours du XIXe siècle alors que les régimes sont très autoritaires dans une Europe régie encore par des ordres impériaux. Dans le sens politique privilégié par cette rencontre, la nationalité est un statut légal qui signe l’appartenance à un État, qui possède des liens étroits avec la notion de citoyenneté et qui implique des conceptions identitaires diverses.

L’objectif de cette journée d’étude coordonnée par Noureddine Amara qui prépare une thèse de doctorat sous la direction de Patrick Weil sur Les pratiques de la nationalité algérienne en situation impériale. Algériens et consuls français au Maghreb et dans l’Empire ottoman, XIXe XXe siècles était d’examiner la question de la nationalité dans le contexte colonial en tenant compte des réalités impériale et coloniale. Pour étayer et élargir la réflexion au-delà de la situation algérienne et du moment colonial, d’autres interventions examinaient des contextes historiques et politiques différents, à partir d’études de cas, dans des pays arabes et africains, pendant la colonisation et après les indépendances. La comparaison a couvert la Tunisie du XIXe siècle (Fatma Ben Slimane), l’Égypte actuelle (Gianluca Parolin), le cas des migrants d’Afrique de l’Ouest vers le Soudan et l’Arabie saoudite dans les années 1960 (Gregory Mann) et les Touat d’Algérie en Tunisie au début du XXe siècle (Noureddine Amara). Yerri Urban et Patrick Weil ont apporté le point de vue des droits métropolitains ou impériaux (France, États-Unis) dans lesquels on peut inscrire les différents parcours de la notion de nationalité, selon les moments et les appareillages juridiques.

La discussion a été ouverte par deux modérateurs (Burleigh Hendrickson, historien travaillant sur mai 1968 dans une perspective internationale, sur les exemples du Sénégal et en Tunisie, et Jan Jansen qui vient de soutenir une thèse sur les pratiques commémoratives en Algérie coloniale, à l’Université de Constance) avec une synthèse de Patrick Weil. L’ensemble des communicants de cette journée d’étude vient d’horizons disciplinaires différents (droit, histoire, science politique, sociologie du droit) et travaille sur des aires géographiques qui permettent d’élargir la comparaison entre le Maghreb, l’Europe et d’autres expériences coloniales.

Une histoire issue de modèles et fruit de processus

Une des idées générales qui ressort de cette journée est que le Code Civil français constitue un tournant déterminant, faisant passer des nationalités de type droit privé à des nationalités de droit public (ce n’est plus le domicile mais le statut personnel qui est lié à la nationalité).

Les critères d’acquisition et de définition (droit du sol ou droit du sang) connaissent des oscillations jusque pendant la Deuxième Guerre mondiale, ramenant toujours acteurs, demandeurs et législateurs à des questions d’origine diversement traitées (ex : natif, naturel, originaire…). La France coloniale multiplie les déclinaisons selon les moments et les pays occupés : la distinction entre étranger et indigène se structure en Indochine et en Algérie ; les régimes de protectorat (en Tunisie et au Maroc) empruntent le concept de naturalisation.

Même si l’ancien empire français essaye de donner le change jusqu’en 1962, on s’aperçoit que l’on ne peut pas englober « l’État » dans une instance monolithique figée. La notion de nationalité traverse elle aussi le temps en englobant des contradictions : la double nationalité, aujourd’hui reconnue par les tribunaux et non par l’administration, est un des signes de confusion entre nationalité et citoyenneté.

Du point de vue des processus, on observe plusieurs cheminements qui peuvent se répéter à distance, des formules peuvent éventuellement se croiser selon les cas observés : la « nationalisation de la citoyenneté américaine » se situerait en Tunisie au XIXe siècle, au Mali au XXe siècle. La nationalité met fin à la catégorie des métis au Viet Nam.

L’évolution du droit international public qui connaît une fin de régime avec le XIXe siècle et prépare à la naissance du droit onusien, influe sur les différents contextes impériaux. L’application d’un nouveau statut de la nationalité passe souvent par certains autochtones « privilégiés » : on distingue sujets et protégés au Sénégal puis certains protégés obtiennent la capacité d’accéder à la nationalité. Avec le développement des communications et la mobilité plus grande des ressortissants des différents empires et colonies, des colorations nationales apparaissent ça et là.

La question des processus juridiques laisse ouverte la connexion nationalité/religion et on peut se demander si la nationalité accompagne la sécularisation. En 1946, la Constitution française met en avant la religion du chef d’État. Le souci de suivre les processus ouvre également sur le rapport entre « nationalité impériale » (française, ottomane) et nationalité « nationale ». Alors que la naissance d’un droit constitutionnaliste se développe à partir de l’Université de Paris, on peut s’interroger sur les moments fondateurs de la nationalité selon les contextes politiques : qui peut se qualifier de Tunisien en 1861 ? Comment réagit-on à Istanbul à la production des premiers passeports tunisiens à partir de 1857 ? Peut-on conclure à une superposition des perceptions impériales et locales : quand on parle de la question du « retour en Métropole », comment cela se lit-il à travers les archives ? La fixation de la nationalité par écrit (exemple des Touatis, 1906-1921) est une étape déterminante.

Une terminologie mouvante

Un des apports de cette journée d’étude réside dans l’importance donnée aux usages locaux et aux lexiques employés par les acteurs de l’époque. L’approche par la terminologie pose la question de l’unité d’observation qui peut « brouiller » les points de vue selon que l’on soit dans l’optique impériale, métropolitaine ou coloniale. Les vocabulaires évoluent selon

les situations ; les mots s’inspirent des lexiques italiens ou français, les nouveaux mots étrangers étant d’abord transcrits (exemple : natioune).

Une attention précise aux textes renseigne sur les étapes que traversent certains termes : d’après un « brouillon » de texte de Khayreddine sur la naturalisation, on note le passage du vocable himayya (protection) à celui de jinsiyya (nationalité).

De la même façon, la correspondance entre le Gouvernement Général de l’Algérie, la Résidence Générale à Tunis et les services diplomatiques à Paris fait état de demandes de naturalisation de Touati entre 1834 (la région est annexée à cette date) et 1901 : on y lit l’évolution des perceptions locales à travers le temps, la catégorie pratique des Algériens sujets français apparaissant en 1881. Malgré la discrétion des services, les demandes de protection augmentant, les Algériens se mettent à utiliser cette catégorie. Ainsi, le détour par une nationalité algérienne représente-t-il dans ce cas une voie vers la nationalité française.

Dans la période post-coloniale, des néologismes se fixent : jinsiyya en Tunisie (Code tunisien de la nationalité 26 janvier 1956 est refondu dans la loi 636 du 28 février 1963) et en Égypte, de nouveaux apparaissent : mouatana en Égypte, mouatinniyya au Liban. L’Algérie postcoloniale consacre le lien entre le statut personnel musulman du temps de l’empire français. Sur la conception de la nationalité après les indépendances, on note un certain vide historiographique qui ne peut être comblé que par un rapprochement entre histoire et droit, un courant d’études comparable à la legal history.

Territoires et conflits

La nationalité est une catégorie instable, un outil qui consacre l’inclusion ou l’exclusion. On constate que les conflits de nationalité apparaissent à la faveur de problèmes d’impôts ou de sécurité, d’où l’on déduit que la nationalité est directement liée à la fiscalité et au service militaire. Dans les empires, le déplacement suscite la question de la nationalité : pendant la période coloniale, les Algériens le sont à l’étranger, à l’extérieur des frontières de l’Algérie ; ainsi, les Touati (à l’origine sujets du Dey d’Alger) demandent en 1901 la protection en tant qu’Algériens à la Résidence Générale de Tunis. Après une longue période d’indétermination, on peut se demander quelles sont les conséquences, à court et à long terme de cette fabrication de nationalité, coloniale puis postcoloniale, le statut personnel étant le refuge de la nationalité algérienne (double ascendance paternelle).

Dans un autre registre, les mouvements de population pour le pèlerinage obligent à fixer des dénominations territoriales comme le montre l’exemple des migrations entre Soudan et Arabie saoudite.

Entre le XIXe et le XXe siècle, les mobilités imposent des usages différenciés du droit international en formation. Le droit de la nationalité en gestation couronne l’installation de l’État moderne et consacre celle de l’individu, notamment à travers les pratiques de l’enregistrement. La généralisation des papiers (passeports, certificats de nationalité) se fait à coups de conflits et sur fond de tensions entre empires. La nationalité tunisienne par exemple émerge dans les tensions qui secouent les deux empires, ottoman et français, les mouvements autonomistes des Balkans mettant notamment en difficulté la stabilité de l’Empire ottoman. Le contrôle des provinces passe par une politique d’homogénéisation qui va créer la nationalité ottomane, l’ottomanité à propos de laquelle Patrick Weil se demande si on peut la considérer comme une nationalité fédérale.

Entre histoire et droit

Le droit et la situation géopolitique ont évolué en même temps ; le recours conjugué à l’histoire des faits et à l’histoire du droit est nécessaire pour appréhender l’histoire de la nationalité.

D’un point de vue historique, les catégories employées par les praticiens de chaque époque : écrivains publics, les avocats, les magistrats, le personnel consulaire sont un bon point de départ pour interroger les représentations de l’époque, en relation avec un droit public international qui a évolué entre la fin du XIXe siècle et nos jours. La naissance du droit constitutionnel en France vers 1900 est d’une grande importance car ce nouveau droit imprègne la vision des nouveaux rapports coloniaux. Il manque hélas à l’heure actuelle des études de droit constitutionnel comparé.

Aussi on ne peut s’étonner de voir que les historiographies actuelles ne mettent pas la nationalité dans le cadre historique adéquat. L’historiographie égyptienne sur la nationalité par exemple déclare explicitement qu’il n’y a pas de nationalité avant 1869. On fait dépendre la nationalité égyptienne de la nationalité ottomane. Par comparaison, la citoyenneté européenne dépend de la nationalité nationale

Des études comparées d’histoire légale permettraient d’éclairer l’évolution et les différentes modalités de la nationalité, catégorie à la fois juridique, historique et diplomatique. La nationalité implique un rapport à l’État qui est à étudier selon ses modalités concrètes et son évolution intrinsèque. On peut se poser la question de l’incidence des conditions d’apparition de l’État (par rupture coloniale ou par morcellement de l’empire : hypothèse que la Tunisie est entre les deux ?) sur la fabrication des critères de la nationalité

En ce sens, relier droit, histoire, science politique et sociologie du droit est une étape nécessaire si on veut faire « dialoguer des histoires constituées » (R. Bertrand, RHMC, 2007).

Publié en janvier 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°8

 

Kmar BENDANA

ISHMN/IRMC

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Ecrire en sciences sociales

Présentation de l’Université de printemps du Ré-Doc- Tunis, 19-23 mars 2012

Faire aboutir une thèse, c’est d’abord écrire un texte conforme à des normes et des standards académiques à propos d’un objet bien déterminé. Bien qu’évidente, peut-être même en raison de cette évidence, la centralité de l’exercice de l’écriture dans le processus de la préparation de la thèse est rarement pensée comme il se doit. Les doctorants, souvent livrés à eux-mêmes, la vivent sur des modes de subjectivation plus ou moins exacerbés ; de manière immédiate, voire parfois douloureuse et angoissée. Si l’on fait abstraction de cette pléthore de manuels de peu d’intérêt, construits sur la base d’un esprit de « recette », qui, paradoxalement, favorisent chez les doctorants un rapport à l’écriture extrêmement instrumental et contreproductif, l’exercice de l’écriture, ce lieu par excellence de la mise à l’épreuve que représente la préparation d’une thèse, demeure largement impensé. La difficulté de le penser tient à ce premier paradoxe : éminemment individuelle et intime, l’expérience de l’écriture est fâcheusement présentée comme une simple mise en mots ou en forme d’une pensée antérieurement construite, comme la conversion d’une masse de données collectées et de raisonnements préalablement échafaudés en texte. Ce qui occulte le fait qu’un aspect essentiel de la recherche, et de ce qu’il en advient en termes de produit final livré à l’évaluation publique des pairs, se joue dans l’écriture. À contre courant d’une vision scientiste un peu désuète, il semble de plus en plus admis dans nos disciplines que « l’imagination sociologique » n’opère pas exclusivement en amont de l’écriture (Zaki) et que le raisonnement et l’écriture en sciences sociales sont indissociables (Passeron). Plus particulièrement, il n’est plus acceptable aujourd’hui de continuer de refouler l’expérience de l’écriture dans les arrières scènes de l’entreprise scientifique, ni de dissoudre les dilemmes et les malaises qui accompagnent l’acte d’écrire dans des difficultés ou des maladresses de nature méthodologique.

Outre la nécessité de répondre à des exigences particulières liées à des traditions différentes selon les disciplines, l’écriture d’une thèse en sciences sociales relève du même degré de complexité qu’implique l’écriture d’un texte scientifique dans ces disciplines de manière générale. Écrire un texte en sciences sociales consiste à opérer une alchimie, où se croisent plusieurs types d’opérations mentales et discursives, et fait appel à plusieurs formes de compétences : description et narration, restitution de données et interprétation, analyse et argumentation. C’est dans et par l’écriture que s’enclenche une part essentielle des opérations mentales qui permettent de passer d’un matériau empirique, archivistique ou documentaire à une analyse proprement dite, c’est-à-dire la mise en œuvre progressive d’un horizon de compréhension et de sens en rapport avec un ou des objets de connaissance particuliers (Paillé et Mucchielli). S’agissant de doctorants qui n’ont pas encore développé, dans leur majorité, de routines et de tours de main personnalisés dans leur rapport à l’écriture, les difficultés inhérentes à la complexité de cette expérience sont amplifiées. Il est important de les aider à dédramatiser le geste d’écrire, en leur apprenant, entre autres, à le faire par touches successives et à accepter l’idée qu’un texte ne prend sa forme définitive qu’au bout d’un processus long et laborieux de reformulation et de réaménagement (Becker). Comme il est important de les amener à vivre de manière plus apaisée la publicité qui accompagne l’acte d’écrire ainsi que les différentes modalités d’évaluation par la communauté scientifique qu’il met en branle et qui viennent sanctionner ses effets.

L’objet de l’université de printemps qui sera initié à Tunis par le Réseau international d’écoles doctorales de l’AISLF et de l’AUF (Ré-Doc) en partenariat avec, l’Association tunisienne d’anthropologie sociale et culturelle (ATASC), l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain (IRMC) et le Laboratoire Diraset-Études maghrébines (et qui viendra prolonger des activités de formation doctorales et des ateliers d’écriture antérieurement engagées par certaines de ces institutions) est de doter les doctorants qui prendront part à cette session d’une plus grande réflexivité dans le rapport qu’ils entretiennent avec l’écriture, en leur permettant de prendre conscience de la complexité de cet exercice et des moyens susceptibles de faciliter sa maîtrise. Quatre objectifs plus spécifiques lui sont assignés :

1- rationaliser, dans les limites du possible, cet exercice qui comporte une part considérable de contingence ;

2- le dédramatiser en mettant au jour et en explicitant une partie des mécanismes qui le sous-tendent ; 3- renforcer la vigilance des doctorants en leur qualité d’« auteurs », en les mettant au fait des enjeux rhétoriques, épistémologiques et éthiques qui accompagnent l’acte d’écrire ;

4- les aider à penser les interrelations entre les différentes disciplines des sciences sociales (sociologie, anthropologie et histoire) ainsi que la spécificité des modes de construction de leurs discours et leurs rapports particuliers à l’écriture.

L’écriture de la thèse, comme de tout autre texte en sciences sociales, requiert la gestion et la maîtrise d’un certain nombre d’enjeux rhétoriques, épistémologiques, voire éthiques qui se recoupent.

Aujourd’hui, il n’est plus possible, dans les disciplines qui sont les nôtres, de continuer d’écrire en « toute innocence » ou de croire que les faits « parlent » d’eux-mêmes. Nous savons plus que jamais que les textes des sociologues, des anthropologues ou des historiens sont des « choses fabriquées » selon des procédés rhétoriques qu’il n’est pas indifférent de mettre à nu (Geertz ; Clifford). Nombre d’interrogations brûlantes sont alors à prendre au sérieux :

Quelle est la « place » de l’auteur dans le texte et comment « habiter » son texte en restant fidèle aux exigences de rigueur et de neutralité requise par les normes de la production scientifique ? Comment faire cohabiter dans un texte sa propre voix en tant qu’auteur avec celles qui émanent du terrain et comment gérer les formes d’intertextualité qu’impliquent la citation et la capitalisation des lectures théoriques et la restitution des données d’enquête ? Comment parler des autres et donner du sens à leur parole sans parler pour eux ? Quels mots employer pour rendre compte des mondes historiques que nous décrivons, sachant que leur exploration implique un travail permanent sur le langage ? Quels sont plus généralement les différents processus de « traduction » en oeuvre dans l’écriture et comment les maîtriser ? Comment s’assurer de la « lisibilité » de ce que l’on écrit ? Comment « dire vrai » malgré le recours nécessaire à des artifices rhétoriques et quelles sont les formes de persuasion considérées comme légitimes par la communauté scientifique ?

Publié en janvier 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°8

 

Imed MELLITI, ISSHT/IRMC

 

crédit photographique : © photo-libre.fr

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Contestations identiques et résultats différents : les suicides par le feu de Gydel et Sidi Bouzid

En l’absence de changements économiques ou de politiques structurelles tels qu’une augmentation drastique des inégalités ou un choc politique externe, pourquoi certains gestes de protestation symboliques réussissent-ils à créer des cascades informationnelles et provoquer une mobilisation de masse alors que d’autres gestes similaires échouent à mener au même résultat ? Pour répondre à cette question, nous avons examiné deux cas similaires dans lesquels des gestes de contestation identiques ont mené à des résultats différents. En Algérie, le suicide par le feu d’un jeune vendeur ambulant dans la ville côtière de Gydel en 2008 a provoqué deux journées d’émeutes locales mais n’a pas crée de cascade informationnelle au niveau national.

En contraste, un incident identique a très rapidement pris de l’ampleur dans la ville tunisienne de Sidi Bouzid en 2010 et a mené au départ du président Ben Ali en moins d’un mois. Pourtant, sans être identiques, les régimes algérien et tunisien partagent des similarités importantes. D’un côté, il s’agit de deux pays maghrébins autoritaires avec un héritage institutionnel de parti unique comparable. De l’autre, ces deux pays voisins ont tous deux des populations majoritairement jeunes et qui partagent le même faisceau de griefs relatif à la généralisation de la corruption, au manque de libertés politiques, et qui ont une conscience aiguë des inégalités économiques (réelles ou supposées). Enfin, les deux pays partagent d’importantes similarités socioéconomiques telles qu’une rivalité enracinée entre élites francophones et masses arabophones, un important rôle du secteur informel dans l’économie ainsi que d’étroits liens démographiques avec l’Europe.

Durant notre recherche de terrain nous avons prévu de conduire des entrevues avec des activistes impliqués dans les cascades informationnelles de Gydel et de Sidi Bouzid ainsi qu’avec des membres de l’appareil sécuritaire impliqués dans ces incidents. Nous planifions également de parler à des journalistes qui ont couvert les évènements ainsi qu’à des universitaires locaux spécialisés. Durant ces entrevues, nous tenterons d’identifier les mécanismes menant au développement réussi de cascades informationnelles en examinant le rôle joué par les médias ainsi que par certains symboles et modes de contention.

Nous espérons en particulier identifier la façon par laquelle ces facteurs contribuent à générer un sentiment de surprise qui casse les biais cognitifs existants en faveur de régimes autoritaires et qui permet à des mouvements de masse d’avoir lieu.

Publié en janvier 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°8

Merouan MEKOUAR

est doctorant en science politique à l’université McGill. Sa thèse s’intitule « Small things matter : The Micro-Dynamics of Informational cascades in North- Africa ». Il a rejoint l’IRMC en accueil scientifique entre janvier et mai 2012.

crédit d’illustration : © Merouan Mekouar

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Civilités et incivilités dans les parcs et jardins publics du Nord-Est de la Tunisie

Au Maghreb, les parcs et les jardins publics ont été initialement installés dans les villes par la colonisation française et sont de ce fait associés à des enjeux urbains : organisation de la ville coloniale et amélioration du cadre de vie de ses habitants.

En Tunisie, l’intérêt politique pour ces espaces verts publics s’est récemment étendu et il est aujourd’hui intégré dans une politique publique nationale de « propreté et esthétique de l’environnement ». Ces espaces sont considérés comme devant assurer l’embellissement du cadre de vie dans le milieu urbain, où ils participent à l’amélioration du ratio d’espaces verts par habitant. Cependant, il est fréquent que ces parcs et ces jardins publics urbains soient peu entretenus. Leur faible fréquentation par le public est attribuée, soit à un mauvais entretien par les services publics, soit aux incivilités qui s’y manifestent, soit aux deux à la fois. La situation géographique de leur territoire d’inscription et les modes de leur conception pourraient constituer également des causes de leur désertion pour des usages quotidiens et traditionnels comme la promenade ou le pique-nique. Quels sont les facteurs qui peuvent influencer l’état de confort et d’inconfort ressenti dans les parcs ?

Notre recherche a pour objectif l’explication des relations entre les espaces publics de type parcs et jardins, les pratiques de leurs gestions et les comportements des usagers. Notre travail émet deux hypothèses principales : Les relations entre l’espace public et le comportement social dépendent d’une part de la gestion et se situent dans une spirale dynamique positive ou négative ; d’autre part, la domination de l’espace public par le pouvoir de l’État est un facteur d’affaiblissement de l’appropriation de ces territoires. D’où l’importance du contrôle social informel.

Notre démarche de recherche joint méthodes qualitative et quantitative, analyse de document et étude géographique. Cette dernière se résume à une localisation sur une carte des parcs et des jardins du Nord-Est de la Tunisie, à leur caractérisation et à leur typologie selon l’état d’entretien et la qualité apparente de ces parcs. Les comportements perçus comme incivils sont déterminés par le biais d’un entretien exploratoire. Les résultats de ces entretiens ont servi pour l’élaboration d’un questionnaire qui a été réalisé auprès des usagers de trois parcs. Un corpus d’articles de journaux sur la politique de création et de gestion des parcs a été analysé. Des entretiens semi-directifs ont été réalisés auprès des différents acteurs de production et de gestion des parcs et des jardins.

La thèse porte donc sur trois échelles géographiques différentes, celle nationale en relation avec la politique de création et de gestion de ces espaces. Celle du Nord-Est de la Tunisie qui vise à déterminer la mise en ,place de ces politiques publiques dans cette région. Enfin, une échelle régionale, celle de la région de Tunis, afin d’analyser le fonctionnement puis les multiples usages et leurs perceptions par les différents acteurs.

Cette étude se base dans sa première partie sur la définition des concepts comme les incivilités et les civilités, le sentiment d’inconfort et d’insécurité dans ces espaces, la gestion et leurs interactions avec la qualité de vie en ville.

Dans sa deuxième partie la thèse présente et analyse les politiques publiques des différents acteurs de création et de gestion des parcs et des jardins publics en milieu urbain avec l’étude de cas des villes du Nord-Est de la Tunisie. Cette partie a aussi pour objectif d’évaluer des caractéristiques de ces espaces et de leur répartition géographique et l’explication des facteurs influant leur implantation dans l’espace urbain.

La recherche essaye de déterminer dans la troisième et dernière partie les différents comportements perçus comme civils et incivils, c’est à dire portant atteinte aux biens et aux propriétés. La thèse détermine ensuite les facteurs explicatifs du sentiment d’inconfort ressenti dans ces espaces.

Les résultats obtenus de cette recherche nous poussent à repenser le rôle de l’entretien en tant que facteur déclencheur de certains comportements portant atteinte à la qualité de l’espace public. L’espace public ne pourra donc pas être maintenu sans une pratique d’entretien qui agit au bon moment et qui prend en considération le maintien des aménités pour les usagers.

La gravité des incivilités fait que ces comportements portent atteinte à la qualité de vie en milieu urbain. En effet, malgré leur caractère infra pénal, les incivilités sont l’une des causes de l’augmentation du sentiment d’inconfort dans l’espace public.

La mainmise des acteurs du pouvoir sur les espaces publics est une autre explication au développement des incivilités à travers le manque ou l’absence d’appropriation de ces espaces par les usagers. En effet, les parcs et les jardins publics, comme les autres espaces publics urbains, sont des symboles des pouvoirs politiques qui les gouvernent. Selon la majorité des cas étudiés, la politique de création et de gestion des parcs et des jardins publics semble être devenue surtout un outil des pouvoirs politiques étatiques et urbains.

Cette thèse nous permet de contribuer à mieux comprendre les espaces de nature aménagée en ville dans un pays en voie de développement comme la Tunisie. Par opposition à la majorité des pays du Sud, la préservation des espaces publics de parcs et de jardins en ville est devenue une préoccupation des pouvoirs publics en Tunisie. Cependant cette politique semble maintenir une inégalité de moyens financiers entre les différents services municipaux et les usagers des quartiers de la région urbaine.

Les finalités écologiques, urbanistiques et sociales de ces parcs ont parfois rencontré les buts lucratifs des personnels de l’ancien régime à l’origine de cette politique verte.

Publié en janvier 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°8

 

Besma LOUKIL

est doctorante en sciences et architecture du paysage à l’ENSP Versailles (AgroParisTech) et l’Université de Sousse. Sa thèse s’intitule « Civilités et incivilités dans les parcs et les jardins publics du Nord-Est de la Tunisie : interactions entre gestionnaires et pratiques sociales », sous la direction de Pierre Donadieu et de Taoufik Bettaeib. Elle a rejoint l’IRMC en tant que chercheure associée.

crédit d’illustration : © Besma Loukil

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Mouvements sociaux en ligne face aux mutations sociopolitiques et au processus de transition démocratique

Tunis les 12-13-14 avril 2012 avec le soutien du Centre de Recherche pour le Développement International (CRDI)

Dans l’objectif de contribuer à la réflexion sur les questions prioritaires qui se posent aux différentes sociétés du bassin méditerranéen, l’IRMC s’est engagé, avec le soutien du Centre de Recherche pour le Développement International (CRDI, Ottawa), à initier un débat pluridisciplinaire sur le thème : « Mouvements sociaux en ligne face aux mutations sociopolitiques et au processus de transition démocratique ». Ce thème sera abordé dans une perspective comparative lors de la troisième réunion du programme de recherche de l’IRMC sur « La communication virtuelle par l’Internet et les transformations des liens sociaux et des identités en Méditerranée ».

La démarche qui sera adoptée dans le cadre de cette rencontre qui se tiendra à Tunis du 12 au 14 avril 2012 tend à privilégier une approche transdisciplinaire, en impliquant des chercheurs et des universitaires qui représentent les diverses disciplines des sciences humaines et sociales : sociologues, anthropologues, politologues, juristes, spécialistes dans le domaine des sciences de l’information et de la communication, etc. et comparative, en faisant participer des intervenants provenant de (ou travaillant sur des) pays qui passent par une phase de transition démocratique et de mutations sociopolitiques (la Tunisie, le Maroc, Égypte, la Syrie, la Libye, le Chili, la Roumanie, le Yémen, etc.).

Les travaux de cette rencontre donneront lieu, d’une part, à la publication des communications qui seront présentées par les différents intervenants et, d’autre part, à la mise en place d’un réseau de chercheurs autour du thème relatif au rôle des mouvements sociaux en ligne dans le processus démocratique et les mutations sociopolitiques.

Argumentaire

Les transformations qui traversent actuellement, à des degrés divers, les sociétés maghrébines, arabes, méditerranéennes et autres, constituent sans conteste une bifurcation sociopolitique qui ne cesse de susciter le débat à l’échelle locale, régionale et internationale. Objet d’intérêt, d’interrogation de polémique et de controverse, de tout ordre, cette bifurcation a été l’œuvre de plusieurs acteurs impliqués de manière directe ou indirecte, consciente ou inconsciente, apparente ou occulte dans le processus de transition politique proclamée « démocratique ». Parmi les protagonistes les plus influents de ce processus sociopolitique, les militants cyber activistes ont occupé le devant de la scène, imposant par leur perspicacité, détermination, engagement et conviction, une légitimité historique on ne peut plus indélébile.

Il n’est plus à prouver que les militants cyber activistes ont été à l’origine de l’émergence d’un mouvement social à l’œuvre sur la toile numérique qui a progressivement imposé une myriade d’espaces d’expression, de débats et de revendications, convergeant vers un espace public alternatif en rapport dialectique avec l’espace public matériel. C’est cette action communicationnelle (Jürgen Habermas) qui est à la base du mouvement social en ligne qu’il est impératif d’interroger en vue de décrypter les logiques différentielles imprégnant le déchaînement des potentialités citoyennes et politiques, jusque-là inertes, et la quête démocratique quelque peu indécise et fluctuante.

Axe 1- Routinisation des usages sociaux des TIC et socialisation politique et démocratique

Il est vrai que la fracture numérique et les inégalités en matière d’accès aux TIC en général et à l’Internet en particulier se manifestent au grand jour, mais il n’en demeure pas moins que l’on assiste à une routinisation des pratiques de l’Internet qui, en vertu des effets de sa propagation, ne manque pas de bouleverser la sphère publique. Même s’il est important de tenir compte des « ratés » de la révolution numérique qui sont privés de l’accès à

l’espace public alternatif, il ne va pas sans dire que les cyber activistes et les internautes engagés, ont ceci de particulier qu’ils représentent des « relais d’opinion » (Elihu Katz et Paul Lazarsfeld) très influents en matière de mobilisation sociale et politique. Le rôle de ces « nouveaux intercesseurs » (Fabien Granjon) est nettement plus efficient dans un contexte de transition démocratique.

En combinant un engagement direct sur le terrain matériel de l’action et un engagement à distance, mené sur la toile numérique, les militants (dans le domaine politique, syndical, associatif, des droits de l’Homme, de l’égalité entre les sexes…) et les cyber activistes assurent une socialisation démocratique à grande échelle et instaurent une nouvelle donne sociopolitique.

Les mutations sociopolitiques dans des pays arabes comme la Tunisie, l’Égypte et la Libye…révèlent que la socialisation politique et démocratique mise en oeuvre sur l’espace télématique n’est pas liée à la seule phase de transition. Il s’agit d’une action sociale qui plonge ses racines loin dans le temps en prenant des formes diverses selon les situations et le contexte dans lesquels elle s’inscrit. Cette socialisation est d’abord fondée sur une culture protestataire de revendication, hostile aux régimes totalitaires installés ; ensuite grâce à un travail de vulgarisation (des informations relatives à la démocratie, aux élections, aux partis politiques…) elle acquiert les contours d’une configuration pédagogique, qui finit par diffuser une culture de contrôle et de régulation de la scène politique, indispensable à l’action et à la mobilisation sociale.

Axe 2- Espace public « virtuel », exercice de la citoyenneté et enjeux éthiques dans un contexte de transition démocratique

Les mouvements sociaux en ligne, qui jouent un rôle crucial dans les bouleversements sociopolitiques actuels, prouvent que la toile numérique représente aujourd’hui un nouvel espace public. Ce cyberespace contribue à la transmission des valeurs de la citoyenneté en tant que conditions fondamentales de la mise en application de la démocratie, fondée sur l’engagement des différents acteurs sociaux et sur leur aptitude à respecter les principes de l’égalité, et des libertés individuelles et collectives. Ce rôle initiatique et mobilisateur joué par des acteurs politiques différents (membres de partis politiques, membres d’associations, militants des droits de l’Homme, blogueurs, universitaires…) sur la toile numérique consiste à inscrire les formes élémentaires de la citoyenneté dans le vécu quotidien des acteurs sociaux et dans leur environnement le plus immédiat. Cette vocation de mobilisation sociale et d’initiation civique que les acteurs politiques en question se sont attribuée est d’autant plus fondamentale que le processus de transition démocratique est conditionné par la disposition des acteurs sociaux à prendre conscience de leur citoyenneté moins en tant que statut qu’en tant que capacité (Catherine Neveu).

Axe 3- Mouvements sociaux en ligne, nouveaux acteurs politiques et légitimités antagoniques

Ce qui caractérise les mouvements sociaux en ligne c’est qu’ils sont fondés sur des actions sociales qui ne sont pas déconnectées de la réalité concrète de la contestation sociale et des différentes formes de militantisme à la base. Cependant, la particularité de l’Internet est d’offrir des possibilités de participation sociale et politique à des acteurs politiquement exclus et marginalisés et n’ayant aucune qualité « représentative ». Leur initiation est certes assurée par des « habitués » de l’Internet que sont les cyber militants et les « entrepreneurs politiques », mais aussi par leur volonté individuelle de se réserver une place sur un espace public et citoyen alternatif. La participation de ces nouveaux acteurs qui bénéficient d’une plus grande visibilité prend de plus en plus d’ampleur dans un contexte de transition démocratique caractérisé par la fragilité des institutions traditionnelles et la précarité des structures et des dispositifs politiques anciens.

Dans cette phase transitoire post révolutionnaire, où les règles du jeu et les légitimités des acteurs et des institutions sont négociables, les différents modes d’expression et d’engagement citoyens sur la plateforme numérique (en l’occurrence au travers des réseaux sociaux dont l’accès se généralise de manière accrue) ne vont pas sans affecter le paysage politique. Ils contribuent à restructurer les rapports entre citoyens, élites et État. Il suffit de mentionner, à titre d’exemple, la prolifération sur la plateforme Facebook des pages personnelles et/ou officielles de personnalités politiques et de ministères qui assurent la circulation des informations et la communication entre les citoyens et les leaders politiques ; la démythification des figures politiques à travers le dialogue assuré sur la toile numérique entre les citoyens et certains leaders politiques, est alors introduite dans le débat public avec des questions de société jusque-là inédites et marginalisées. Ces nouveaux protagonistes qui s’imposent sur la scène politique improvisent un nouveau mode de revendication et de critique sociale (journalisme citoyen, production de vidéos, caricatures…) et poussent à des renouvellements de la gestion des affaires publiques et de la planification de l’avenir.

Sur un autre plan, il est important de souligner que le processus de transition démocratique donne lieu à une nouvelle configuration sociopolitique où des acteurs perdent de leur crédibilité et de leur légitimité (il s’agit en l’occurrence des figures et des partisans du système politique démoli) qu’ils continuent à revendiquer. D’autres acteurs émergent alors et proclament une nouvelle forme de légitimité qu’ils tendent à construire sur la base à la fois d’actions protestataires réussies et d’un projet politique et démocratique futur. Ainsi, la toile numérique assure, dans une large mesure, une meilleure visibilité des nouveaux acteurs impliqués dans le processus de transition démocratique, tels que : les cyber activistes (les blogueurs et les facebookers), les femmes qui investissent l’espace publique alternatif et qui proclament, en tant que citoyenne à part entière, leur droit à la participation politique, les rappeurs qui sont généralement négligés par les médias traditionnels et qui s’expriment de plus en plus à travers les réseaux sociaux, les jeunes naguère dépolitisés qui imposent un nouveau rapport au politique et de nouvelles formes de participation citoyenne, etc. Ces divers acteurs sont porteurs de logiques différentes, voire contradictoires, et transforment le paysage politique dans son ensemble (les rapports de force, les rôles et les statuts des acteurs, l’exercice de la citoyenneté, le langage politique et les modes d’expression…).

Publié en janvier 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°8

 

Sihem NAJAR

est sociologue et chercheure détachée de l’université Tunisienne. Elle conduit à l’IRMC un programme intitulé : « Communication virtuelle par l’Internet et transformations des liens sociaux et des identités en Méditerranée ».

 

crédit d’illustration : © Tunisie numérique

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Les fondements socio-historiques de la production du leadership politique en Libye

Même si je vais parler un peu du passé, mon but est d’essayer de donner des bribes de réponse à des questions actuelles, d’aujourd’hui même. L’une de ces questions est la suivante : comment peut-on expliquer le fait que contrairement à Ben Ali et à Moubarak le pouvoir de Kadhafi n’ait pas encore complètement basculé malgré la révolte presque générale contre son régime, surtout au début, et le nombre de morts ainsi que les grands dégâts qu’ont provoqués les évènements récents dans le pays ?

On peut aborder la question de plusieurs manières, en évaluant, par exemple, la façon dont la direction de la révolte gère les évènements, ou l’apport qu’apporte aux révoltés l’intervention militaire de la coalition internationale, etc. Pour répondre à cette question observons un moment le régime politique de Kadhafi. Il y a au moins quatre caractéristiques qui le distinguent :

– Le fait d’être populiste, ce qui lui permet de parler à tout le monde et au nom de tout le monde.

– Le fait d’être anti partisan, ce qui lui permet d’empêcher la concurrence politique, ou du moins de contenir les ambitions des ambitieux en dessous de la barre de la fonction politique suprême.

– Le fait de monopoliser, en plus du droit d’usage de la force légitime, de toutes les ressources matérielles permettant à la population de vivre (la rente pétrolière).

– Le fait d’avoir à sa tête un « zaïm », un leader, tenant entre ses mains toutes les ficelles du pouvoir, mais n’occupant officiellement aucune fonction politique, c’est à dire que sa production et son maintien dans la place qu’il occupe ne sont prévisibles par aucun système bureaucratique et ne sont pas le fruit d’un système de choix citoyen libre.

Comment ce système a pu se produire et se maintenir dans un contexte mondial où l’on ne parle que de démocratie et de liberté politique ?

Il faut reconnaître tout d’abord que l’absence de liberté et de démocratie dans ce qu’on a longtemps appelé le tiers-monde était presque générale, et que le régime libyen en fait partie. Mais ce qui fait du régime de Kadhafi un cas atypique c’est le fait justement d’avoir monté un régime autoritaire fondé sur une contradiction frappante : être à la fois antidémocratique et capable de transcender presque tous les milieux sociaux. Pour comprendre ce phénomène nous aurons besoin de faire une plongée socio anthropologique dans l’expérience politique historique de la Libye en matière de production de l’action collective. En effet, quand on examine l’histoire politique de ce pays – et il y en a peut-être d’autres qui lui ressemblent- on trouve que la forme dominante de la production de l’action politique est la construction de ce que j’appelle le groupement « zaâmatique », c’est à dire le groupement qui se construit autour d’un leader politique sur la base de relations d’allégeance personnelle, elles mêmes fonction d’un système instable quand à ses capacités d’utiliser la force, d’accumuler les ressources et de les redistribuer. Et en Libye précoloniale il y avait trois types de groupements « zaaâmatique » ayant les caractéristiques dont je viens de parler :

– Le modèle bédouin guerrier. Ici le leadership est généralement un notable bédouin soutenu par un noyau dur de parents proches, de voisins immédiats et de quelques alliés dominés. Ce type de leadership gagne en général sa réputation et sa force par son esprit et son comportement guerriers, lui permettant d’accumuler les ressources, de négocier sa position par rapport au pouvoir central et de produire l’action collective à l’échelle locale.

– Le modèle religieux maraboutique. Ici le groupement politique prend la forme d’une confrérie dont le leadership est un homme saint ayant la baraka de Dieu. Et comme son homologue bédouin, il accumule les ressources et fait usage de la force, seulement il le fait d’une manière pacifique, sauf quand il s’agit de se défendre contre l’extérieur. Aussi il se distingue du premier par le fait que sa position au sein de son groupement politique n’est disputée par aucun rival allié ou autre, alors que le leader bédouin est toujours en guerre pour garder sa position de leader.

– Le modèle bureaucratico-militaire urbain. Ici le leader est généralement militaire de carrière, il a le pouvoir central et utilise un noyau bureaucratico-familial qui correspond, d’abord au niveau de développement de la division du travail social dans la ville, ensuite au poids de ses ressources matérielles, venant généralement des impôts, de la guerre contre les rebelles et de la course. Un élément essentiel le distingue des deux autres : par sa position à la tête d’un État central musulman il possède une vision politique plus large, correspondant à celle des imams de la ville selon lesquels le souverain doit assurer les conditions de la survie de la Umma, c’est-à-dire, entre autre, de faire régner la shari‘a parmi les musulmans sous son autorité, ce qui donne à ce type de leader un sens relativement aigu de l’État.

Dans les trois modèles que je viens de décrire très rapidement, les liens politiques se tissent autours de la parenté, du voisinage, du clientélisme, de l’alliance d’intérêts et de la domination guerrière et/ou symbolique.

Le retour des turques en Libye vers 1835 a affaibli le modèle bédouin, éliminé le modèle militaro bureaucratique, et donné la chance – pour des raisons conjoncturelles au modèle maraboutique, représenté par la senoussyya, de se développer davantage. L’occupation coloniale italienne de la Libye en 1911, a fini par détruire le modèle bédouin et affaiblir le modèle maraboutique.

Pour aller très vite, je pourrais dire que tout ces développements historiques ont produit l’État libyen moderne, et sa modernité réside surtout en ceci : toutes les dynamiques de production du leadership politique autonome ont disparu, et l’élite politique qui détient l’État, dont l’organisation bureaucratique s’est beaucoup améliorée et les moyens techniques et miliaires se sont radicalement transformés, s’est constituée en un groupement politique monopolisant à la fois la gestion des ressources matérielles et symboliques du pouvoir et la reproduction de la « zaâma » politique. Ce développement historique a pris deux formes : celle du système monarchique où le leadership est devenu roi dont la position et la fonction politique ne sont à la portée d’aucun concurrent, ce fut l’époque du roi Senoussi ancien chef de la confrérie senoussyya, et celle du guide inspirateur de la révolution, en fait du coup d’État, dont la position et la fonction sont aussi en dehors de toute concurrence politique.

Ce que le régime de Kadhafi a hérité de toute cette histoire ce sont les éléments de la production du groupement politique. En effet le groupement politique de Kadhafi, formé par les comités révolutionnaires et les élites des conseils populaires, est fondé sur les liens de la parenté, du voisinage, du clientélisme, de l’alliance d’intérêts et de la violence matérielle et symbolique. Et ce qui a permis à ces liens de continuer d’être fonctionnel c’est la rente pétrolière monopolisée, justement, par le groupement politique de Kadhafi qui fait de ce dernier son chef unique autant que celui-ci fait de lui le groupement politique unique ayant le droit d’exister. Si Kadhafi a pu longtemps résister à la pression interne et externe contre son régime, c’est qu’il a réussi à réactiver les liens sociaux classiques sur la base desquels son groupement politique « zaâmatique » est fait, tout en obligeant les révoltés à recourir à la force armée pour tenter d’abattre son régime.

Et comme la parenté, le voisinage et le clientélisme peuvent être mobilisés par l’argent et l’usage de la force crue, cela lui a permis, contrairement à ce qui a eu lieu en Tunisie et en Égypte, de confiner le débat politique en Libye dans les dédales du discours tribal et régional, sans donner la moindre chance à l’élite intellectuelle, parlant de liberté, de démocratie et de modernité politique, d’influer sur le cours des évènements. Et c’est aussi ce qui explique pourquoi la « révolution » libyenne semble être l’œuvre de groupuscules armés dont il est difficile de prévoir dans l’avenir le comportement politique envers le Conseil de Transition.

Publié en octobre 2011 dans La Lettre de l’IRMC n°7

 

Mouldi LAHMAR

Professeur de sociologie politique à l’Université de Tunis

 

crédit photographique : © Anis Mili – Reuters

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Réinventer la démocratie

« Si nous ne trouvons pas le chemin, nous allons l’inventer ».

Hannibal

 

La démocratie à l’occidentale n’est qu’un modèle parmi d’autres constructions de l’esprit humain. Remettre en question ce modèle ne doit pas être un tabou n’en déplaise à l’empire.

Amartya Sen, prix Nobel d’économie, a montré que la démocratie peut jouer le rôle de moteur pour le développement. Mais encore faut-il que ce développement ne soit pas inégalitaire. Dans un article publié sur le site du New York Times sous le titre « When Wealth Breeds Rage » (quand la richesse produit la rage), John Githongo[1] fait remarquer que les pauvres des pays africains, dont la Tunisie, sont agressés quotidiennement par les symboles imposants de l’inégalité : des malls clinquants pleins de produits de design et de babioles dont le prix est dix fois celui du salaire minimum. Le ressentiment de la jeunesse est exacerbé par les outils de l’ère de l’information – Facebook, Twitter, le Web – qui leur rappellent qu’ils sont interdits de s’abreuver aux sources des nouveaux riches d’autant qu’ils sont sans emploi. Pour l’auteur, l’inégalité est plus explosive que la pauvreté car elle est plus facilement « politisable, ethnicisable et militarisable » surtout lorsque les institutions de régulation sont faibles. En effet la croissance associée à l’inégalité donne une visibilité à « l’ennemi » qui est désormais reconnu dans la classe qui a bénéficié de façon disproportionnée des richesses en profitant de sa collusion avec le pouvoir. Cette analyse est soutenue par un argument de taille. « Ce n’est pas un hasard, écrit Githongo, que cinq pays arabes dont la Tunisie, l’Algérie et le Maroc, sont parmi les dix premiers dans le classement du rapport des Nations Unis sur les progrès en matière de développement humain ». Cela dénote qu’un pays qui progresse en matière de santé, d’éducation et d’infrastructure, mais dont la gouvernance en matière de libertés, de leadership, de satisfaction de la demande des jeunes et de réduction des inégalités, reste médiocre, court le risque de voir son système exploser. Cela a été le cas de la Tunisie, l’Égypte, le Bahreïn, le Yémen, la Libye, la Syrie, en plus d’autres mouvements observés dans d’autres pays comme le Maroc, l’Algérie…

Lorsque la marginalisation et les inégalités flagrantes s’installent, la démocratie formelle ne peut y mettre fin. José Saramago, prix Nobel de littérature, lançait une critique vive du fonctionnement du système démocratique actuel : « Les autorités politiques ont intérêt à détourner notre attention de la contradiction au cœur du processus électoral, entre le choix politique tel que représenté par le vote et l’abdication de la responsabilité civile. Au moment où le bulletin de vote est plongé dans la boîte, l’électeur transfère à d’autres mains le pouvoir politique qu’il possédait en tant que membre de la communauté de citoyens, et il ne reçoit rien en échange à part les promesses faites durant la campagne électorale »[2].

Il paraît que pour Aristote, toute forme de gouvernement est susceptible de corruption et la démocratie serait la forme corrompue de la république. Comment alors gouverner en évitant la dictature d’un seul homme ou d’une majorité[3] ainsi que la corruption ?

Ce qui importe aujourd’hui pour la Tunisie d’après la révolution, c’est l’institution de valeurs qui soutiennent une bonne gouvernance respectueuse des droits de l’homme quels que soient les résultats des élections. Il y a nécessité d’un minimum garanti de valeurs à respecter par tout candidat aux élections de l’assemblée constituante. Néanmoins l’engagement des partis envers des valeurs consensuelles n’est durable que s’il trouve son répondant dans la société. C’est pourquoi l’instauration d’une démocratie fondée sur les valeurs et non les intérêts partisans est un projet à long terme. Elle ne peut se réaliser sans un travail pédagogique fait de débats et d’information honnête qui rompt avec celle manipulatoire qui a sévi dans le pays des années durant. Les débats ne devraient pas être non plus synonymes d’agitation populaire et de simulacre démocratique sans effets palpables sur les choix politiques déterminants de l’avenir du pays.

Dans un contexte démocratique – au sens où la liberté d’expression est permise – les débats honnêtement conduits, favorisent un diagnostic impartial des situations et la formation de consensus sur les actions à entreprendre et, par voie de conséquence, une vision de l’avenir partagée par le plus grand nombre. Cela ne peut se faire sans un leadership de proximité en plus de celui national. Et ce sont justement les débats qui vont permettre l’émergence de ces leaders. Leur passage à l’action permettra d’apprécier s’ils sont portés par l’intérêt collectif ou par la soif de pouvoir, s’ils sont pragmatiques et efficaces ou s’ils sont prisonniers d’une idéologie sectaire qui pousse au rejet agressif de toute opinion qui sort de ses cadres.

Si on admet que la démocratie est d’abord une attitude et un comportement, il apparaît clairement que l’exercice doit commencer au niveau des structures de base locales. L’institution d’une démocratie locale fera le lit d’un système démocratique à l’échelle nationale. C’est lorsque le citoyen

aura expérimenté concrètement la confrontation avec les opinions différentes, qu’il aura compris que l’acceptation de la différence est la condition sine qua non du vivre ensemble, qu’il aura pratiqué la liberté d’expression sans être exclu pour autant, qu’il aura pris part à la réalisation d’objectifs partagés dans le respect des lois, c’est alors qu’il sera plus à même de saisir le sens de la démocratie à l’échelle nationale et de se soucier des diversions par rapport à ses principes fondamentaux d’égalité et d’équité. Ce sera un apprentissage de longue haleine qui exigera beaucoup de pédagogie et de patience. Mais sans cela, sous prétexte de démocratie, on ne récoltera que des vœux pieux aisément contournables par les acrobaties et l’hypocrisie politiques. Ceci dans le meilleur des cas, le pire étant la résurgence d’une nouvelle dictature.

Et si au lieu d’une dictature, on peut espérer que la Tunisie qui a vu éclore la première révolution du XXIe siècle, pourra jeter les bases d’un nouveau modèle démocratique plus juste, plus englobant des différentes composantes de la société et plus équitable dans la répartition des richesses par le fait des acteurs sociaux et non d’un quelconque « Big Brother ». D’aucuns rétorqueront que cela est utopique. Mais l’utopie a cet avantage de remettre à plat les idées reçues, ce qui la rend porteuse de changement. Osons espérer que de la révolution du 14 janvier, la plus pacifique du monde si l’on considère le nombre de victimes qu’elle a occasionnées, pourrait naître une démocratie qui n’est pas une « forme corrompue de la république ».

À cet égard, un signe positif peut être déjà relevé à savoir l’éclosion d’un élan collectif de création d’associations[4]. Le tissu associatif peut servir d’outil pour aider les citoyens à prendre conscience de leurs droits, contribuer à la réduction des différences entre riches et pauvres, milieu rural et milieu urbain, hommes et femmes et assurer le contrôle de la gouvernance des institutions qu’elles soient politiques, administratives ou économiques. Plus que jamais, la démocratie rime avec la bonne gouvernance et celle-ci n’est durable qu’en présence d’un contrôle social assurant la redevabilité des gouvernants. De même pour construire une société démocratique il faudra rompre avec l’idée d’État providence et stimuler des synergies entre les structures de la société civile et celles de l’État (locales, régionales et nationales). Cela implique la prise de conscience chez le plus grand nombre qu’il existe des chances pour peser sur les décisions, de participer activement à la vie publique en agissant, en s’exprimant et en critiquant. En revanche, la participation a pour corollaire la responsabilisation. Si les citoyens participent à la gestion de leurs affaires, ils devront assumer le partage des responsabilités, leur redevabilité au même titre que celles des commis de l’État. En échange, ils auront quitté la condition d’individus passifs, victimes des choix politiques pris en leur nom, et se retrouveront au cœur de l’action et de l’initiative. Alors les citoyens quitteront le statut de sujets pour celui d’acteurs responsables de l’édification d’un système démocratique réel qui ne s’arrête pas au vote partisan.

Publié en octobre 2011 dans La Lettre de l’IRMC n°7

 

Riadh Chaabouni ZGHAL

Professeur émérite en Sciences de Gestion, ancienne doyenne de la Faculté des Sciences Économiques et de Gestion de Sfax

 

crédit photographique : © Maher Tekaya ; Martin Bureau-AFP


[1] Président de l’Institut Africain pour le gouvernement avec intégrité et président de Inuka Kenua Trust.

[2] José Saramago “THE LEAST BAD SYSTEM IS IN NEED OF CHANGE. Reinventing democracy”, Le Monde Diplomatique, English Edition August 2004.

[3] Sur les risques de dictature de la majorité cf. J.S. Mill (1909) On Liberty, “Harvard Classics” Volume 25, published in 1909 by P. F. Collier & Son (version électronique). On lit dans l’introduction : “« The tyranny of the majority » is now generally included among the evils against which society requires to be on its guard.”

[4] Le nombre d’associations en janvier 2011 était de 9600, le 30 mars, à peine deux mois et demi après le 14 janvier, le ministère de l’intérieur fait état du dépôt de 81 déclarations de constitution d’associations.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Mouvements sociaux en ligne, cyber activisme et nouvelles formes d’expression en Méditerranée

Deuxième rencontre du programme de recherche de l’IRMC – TUNIS – 24 et 25 juin 2011

La deuxième rencontre du programme de recherche de l’IRMC : « Communication virtuelle par l’Internet et transformations des liens sociaux et des identités en Méditerranée » sur le thème Mouvements sociaux en ligne, cyber activisme et nouvelles formes d’expression en Méditerranée, a été organisée à Sidi Bou Saïd (Tunis), les 24 et 25 juin 2011 avec le soutien du Ministère français des Affaires étrangères et de l’Agence universitaire de la francophonie (AUF). Elle a réuni une vingtaine de chercheurs appartenant à des aires géographiques différentes (la France, la Belgique, l’Algérie, la Tunisie, le Maroc, le Canada, l’Espagne et l’Italie) et à des champs disciplinaires divers (la sociologie, l’anthropologie, la psychologie, les sciences de l’information et de la communication, les sciences culturelles et les sciences politiques).

L’IRMC a placé la question des NTIC (nouvelles technologies de l’information et de la communication) au centre de ses intérêts depuis 2000 avec la mise en place de programmes de recherche sur les économies numériques et l’institutionnalisation des NTIC dans la mondialisation. Il privilégie depuis une perspective plus sensible aux pratiques sociales et aux usages des médias de l’information et de la communication, en s’intéressant aux logiques et aux stratégies des différents acteurs sociaux. Cette réflexion s’inscrit dans une mise en réseau avec d’autres institutions universitaires et de recherche, au Maghreb, en Méditerranée et en Europe ainsi qu’au Canada, dans le cadre d’un projet CNRS de GDRI (Groupement de Recherche International) sur : « Communication, médias et identités en Méditerranée. Nouveaux supports, nouvelles pratiques ».

Les questions abordées sont parties de plusieurs constats qui caractérisent la mondialisation et s’appliquent particulièrement aux mouvements contestataires qui ont marqué la Tunisie et l’Égypte, puis le Maroc, la Lybie et l’Algérie. Le premier est que l’Internet, avec sa panoplie de réseaux sociaux, et notamment sa blogosphère, ouvre des espaces légitimes de participation, de revendications ou de protestations. Le second est que les cyber-citoyens parviennent ainsi, en relais des médias, à orienter à distance l’opinion publique et à agir sur la réalité sociale. Le troisième est qu’il en ressort de nouvelles formes d’engagement politique, produisant un nouvel espace public d’expression et de participation au quotidien. Plusieurs résultats ont pu être formulés :

1. Les révolutions et les mouvements contestataires qu’ont connus les pays du Maghreb et du monde arabe portent l’empreinte des NTIC et des réseaux sociaux (par le Net agora, le cyber agora) qui ont favorisé l’élargissement de la sphère publique à la « rue » qui s’est imposée comme un espace d’expérimentation et de reconfiguration du politique auparavant maîtrisé par les seuls régimes en place.

2. L’Internet est apparu comme un espace alternatif ayant favorisé la politisation des jeunes. En ce sens, la censure exercée par les régimes totalitaires a été présentée comme étant l’un des aspects essentiels qui ont largement contribué à la politisation des jeunes internautes (à l’intérieur et à l’extérieur des pays concernés) et au renforcement des mouvements protestataires, certes investis par les jeunes mais toutefois non exclusifs à leur classe d’âge.

3. L’usage des outils informatiques permet aux acteurs sociaux d’accéder à un nouvel espace de liberté d’expression et d’agir en tant que sujet et non plus assujetti. Ainsi l’accent a été mis, à partir de ces dispositifs d’information et de communication, sur le processus de construction de nouveaux univers publics favorisant l’émergence d‘un pouvoir citoyen (empowerment).

4. Tout en admettant que l’Internet (via Facebook ou Twitter) n’est pas le fondateur de la révolution tunisienne et des mouvements sociaux qui traversent le monde arabe, les participants ont toutefois reconnu son rôle de facilitateur et « d’instrument ». Son usage s’est avéré celui d’un nouvel outil pour la mobilisation sociale, correspondant à des formes encore inédites, de revendication, de participation des sociétés civiles, voire de militantisme.

5. Les mouvements sociaux en ligne ont constitué un point de jonction entre le local et le global. En effet, les NTIC permettent aux cyber activistes d’accéder à des réseaux transnationaux de militants et de placer les questions et les revendications locales dans un contexte global et international d’information, d’interpellation et de soutien à leurs mouvements.

Cette manifestation conforte l’IRMC dans ses objectifs de traiter des questions d’actualité qui interpellent les chercheurs en SHS, suite aux mutations politiques et sociales qui touchent la région méditerranéenne et le monde arabe. Outre la richesse des réflexions ci-dessus résumées, cette rencontre a permis d’initier une première mise en réseau de chercheurs méditerranéens appartenant à des disciplines diverses et à des générations différentes autour des questions relatives aux mouvements sociaux en ligne, aux révoltes numériques et au cyber activisme. Une publication des actes et des débats prévue pour 2012, viendra concrétiser cette initiative.

Publié en octobre 2011 dans La Lettre de l’IRMC n°7

 

Sihem NAJAR

 

crédit d’illustration : © IRMC ; Khalid Albaih

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Transition démocratique et mutations institutionnelles

Table ronde IRMC – Tunis, 20mai 2011.

À la suite de ses manifestations du 4 février (La question autoritaire au prisme des sciences sociales) et du 29 mars (Constitutions et révolutions), l’IRMC a organisé le 20 mai une table ronde sur Transition démocratique et mutations institutionnelles. Sana Ben Achour (juriste, Faculté des sciences juridiques et politiques de Tunis) a traité du Rôle du droit constitutionnel dans les transitions démocratiques. Elle distingue trois registres de modification constitutionnelle mobilisés en réponse aux soulèvements populaires. Le premier pour désamorcer la contestation sociale, au Yémen « sous le signe de la présidence à vie », en Syrie « pour sauver le clan au pouvoir », à Oman face au sultanat sans contre-pouvoir. Le second « comme outil de démocratisation dans un cadre immuable », au Maroc dans une « démocratisation par le haut » et en Jordanie afin de « renforcer la vie parlementaire et politique ». Le troisième « comme nouvelle ressource de légitimation », en Égypte autour d’une révision constitutionnelle et en Tunisie dans la rupture. Le cas tunisien témoigne d’une volonté de suspendre la constitution, et de s’en remettre à une légitimité justifiée par ses seuls objectifs incarnés par des commissions dont celle pour la réalisation des objectifs de la révolution, des réformes politiques et de la transition démocratique.

Anna Krasteva (politologue, Nouvelle université bulgare de Sofia), a traité de L’émergence d’une citoyenneté post communiste. Elle a décrit les modalités de l’engagement communiste considéré non comme un droit mais comme un devoir (on doit être heureux, la mélancolie est bannie). Le communisme ayant concentré les droits sociaux et marginalisé les droits politiques et civils, le citoyen n’y a pas la liberté de se désengager. Ont été évoqués les deux fleurons du post communisme : le désengagement (abstention, apathie, non-participation comme droits et libertés) et la jubilation politico affective de la liberté, passant de la citoyenneté publique ascendante à la citoyenneté privée descendante. L’individualisme post communiste dessine plusieurs types de leaders : le charismatique allié du peuple, l’extrémiste xénophobe, l’adulé self made man. Et l’engagement s’incarne dans un mimétisme des sociétés de l’ouest et de la référence à une « société civile ».

Imed Melliti (sociologue, Institut supérieur des sciences humaines de Tunis) discuta les « passerelles » entre les interventions à travers quelques caractéristiques des pays arabes : des régimes autoritaires, idéologiquement affaiblis, en proie au gigantisme de leurs appareils partisans devenus des coquilles vides, défaillants pour la redistribution économique et sociale (d’où un chômage endémique), et avec un maillage associatif au service du pouvoir politique. Il posa la question du droit comme possible régulateur du conflit dans le passage de l’avant à l’après révolution, où la citoyenneté se négocie entre l’engagement individuel et la surproduction de leaders contre le citoyen, entre plus ou moins d’État et de social.

Lors du débat, l’accent a été mis sur les similitudes (surveillance, culte de la personnalité) et les différences (embrigadement politique) entre les sociétés de l’Est et la Tunisie. Il fut question de l’effondrement des structures de l’État ainsi que du manque de visibilité du rôle des jeunes dans l’actuelle mobilisation politique. On évoqua le tiraillement de la société tunisienne entre le mode de l’unité issu du consensus sur la suspension constitutionnelle, les principes d’universalité démocratique et les références aux valeurs d’un passé sur-investi. Avec l’espoir que le débat pour la constituante lui permette de redéfinir son projet et ses valeurs.

Publié en octobre 2011 dans La Lettre de l’IRMC n°7

 

Pierre-Noël DENIEUIL

 

crédit photographique : © dndf.org

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Religion, démocratie et mondialisation, une approche comparative des mutations du religieux dans le cadre de la mondialisation et des processus de démocratisation

Épistémologie des religions

L’étude comparée des religions ne date pas d’aujourd’hui. On peut même dire qu’elle a toujours existé. Les théologiens de toutes les religions en ont usé et abusé pour faire valoir la supériorité de leur foi par rapport aux autres en comparant ce qu’elle a de mieux aux pires aspects de la religion des autres. En se détachant de la religion et des approches métaphysiques qui ont dominé l’approche philosophique des faits religieux depuis l’Antiquité, les sciences du religieux, y compris lorsqu’elles se limitent aux approches ethnologiques descriptives (une sorte d’ethnographie des faits religieux), ont toujours recouru au comparatisme, que ce soit de façon explicite ou implicitement. Des approches inspirées par l’Humanisme du XVIe siècle à « l’anthropologie interprétative » de Geertz, en passant par les travaux de Comte, Durkheim, Weber, Levi- Strauss, Evans-Pritchard, Malinowski, etc., on a rarement fait l’économie du recours au comparatisme dans les études relatives aux faits religieux. Ce thème vise à cerner les différents problèmes conceptuels et méthodologiques que relève l’analyse critique des travaux et des recherches portant sur ce domaine dans les différentes disciplines (philosophie, anthropologie, histoire, sociologie, étude des textes, etc.) pour relever les pièges et les obstacles épistémologiques qui le minent. La réflexion portera sur des textes représentatifs des principales disciplines et des théories relatives aux faits religieux, et elle sera articulée sur des études de cas relevant des terrains des chercheurs qui seront invités à participer aux séminaires et à la journée d’étude/colloque qui sera consacrée à ce thème et qui servira de base théorique à l’approche du deuxième thème (religions et processus de démocratisation). Deux séminaires seront consacrés à ce thème (le 22 octobre et le 12 novembre 2011) et seront couronnés par une rencontre scientifique les 9 et 10 décembre 2011.

Religions et processus de démocratisation

Les processus de démocratisation en Europe, dont les origines remontent à la Renaissance, et ceux que connaissent les pays de la rive Sud-et Sud-Est de la Méditerranée, et dont les prémisses remontent au réformes engagées dès la fin du XVIIIe siècle, ne sont pas sans effets sur les religions qui, de leur côté, pèsent, d’une manière ou d’une autre, sur ces processus. Ce thème vise à décloisonner les études relatives à cette question pour mener une réflexion basée sur une approche comparative des impacts des processus de démocratisation en cours dans les pays musulmans avec ceux qu’avaient connus d’autres pays de l’espace euro-méditerranéen que ce soit du point de vue des rapports entre le politique et le religieux ou du point de vue de l’évolution des représentations, des pratiques et des formes de régulation religieuses. Comme pour le premier thème, deux séminaires (entre le 18 février et le 7 avril 2012) serviront de préparation à l’organisation d’une rencontre internationale qui se tiendra les 11 et 12 mai 2012.

Ce programme mobilisera des collaborations entre l’IRMC et plusieurs partenaires : des laboratoires et des chercheurs des universités tunisiennes, la Chaire de l’UNESCO pour l’Etude Comparée des Religions, l’ISERL à Lyon, la Fondation A. Ibn Saoud à Casablanca, la Fondation Konrad Adenauer, etc.

 Publié en octobre 2011 dans La Lettre de l’IRMC n°7

 

Mohamed-Chérif FERJANI

Professeur des Universités à l’Université Lumière- Lyon 2, et à l’IEP de Lyon 2, chercheur au Groupe de Recherches et d’Études sur la Méditerranée et le Moyen-Orient (GREMMO). Il est actuellement chercheur à l’IRMC en délégation CNRS, où il y coordonne le programme : « Épistémologie des religions / religions et processus de démocratisation ».

crédit cartographique : © atlas-historique.net

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Le printemps arabe, les migrants euro-maghrébins et la transition

Les soulèvements récents des populations en Tunisie et en Égypte mettent en question les analyses des dernières décennies sur la résistance présumée du monde arabe aux processus de réforme, souvent attribuée par certains auteurs à la non-compatibilité impliquée entre la démocratie et la civilisation islamique. Aujourd’hui nous vivons un changement de paradigme et il est vrai que non seulement l’Europe en tant qu’acteur international, mais aussi les chercheurs ont besoin de revisiter certaines hypothèses.

Mais quels sont finalement les facteurs qui ont favorisé le développement actuel et qui ont déclenché peut-être – il est trop tôt d’en juger – cette quatrième vague de démocratisation ? Parmi les nombreux facteurs qui ont déclenché la révolution en Tunisie, et que la recherche dévoilera en détail au cours des prochaines années, nous pouvons en appréhender dès maintenant quelques-uns : l’écart social croissant, le système autoritaire étouffant, la corruption avancée, le sous-emploi, le chômage, le manque de perspectives professionnelles, notamment pour la jeune génération, les nouveaux médias ou bien le rôle de l’armée. Tous ces facteurs ont fait que le système politique était arrivé à un moment où il devrait éclater ou imploser. Mais il faut retenir aussi que personne, ni en Tunisie, ni en Europe, n’a pensé que ceci allait arriver si rapidement et finalement si « facilement » (comparé à la situation en Libye).

Mon hypothèse est que la mobilité dans l’espace euro-méditerranéen est également un facteur central pour la transition. Le fait que la révolution tunisienne ait pu réussir est aussi du à l’existence d’une société civile engagée, et que malgré les verrouillages par « l’ancien régime » il y avait un échange possible avec le reste du monde et ainsi un échange d’idées et de valeurs. Finalement, c’est la modernité, l’aspiration à la liberté et à la dignité de l’individu qui ont vaincu. La société tunisienne a prouvé qu’elle était beaucoup plus moderne, avancée et progressiste que son régime, pourtant affichant et promouvant une certaine modernité ; mais le régime et la société se sont accélérés à des vitesses différentes et contradictoires. Cette modernité, elle est transportée et véhiculée non seulement à travers les nouveaux médias, mais surtout et aussi à travers les individus. Presque chaque famille tunisienne a un parent qui vit en Europe ou à l’étranger, ou bien on connaît quelqu’un qui vit à l’étranger. L’interconnexion humaine entre le Maghreb, et l’Europe est beaucoup plus avancée que les décideurs politiques ne l’aperçoivent jusqu’à ce jour. Les migrants qui sont partis travailler et vivre en Europe dans les années 1960 possèdent souvent une double résidence dans les pays d’origine ; ils voyagent entre les deux pays. Leurs enfants, la deuxième et troisième génération, sont pour la plupart nés et scolarisés en Europe. Ils ont grandi dans des systèmes politiques démocratiques et ils connaissent leurs droits et leurs devoirs de citoyens démocratiques. Ils reviennent souvent en Tunisie pour intensifier leurs connaissances de langues, pour passer des séjours d’études, les vacances, pour voir leurs familles, pour créer des entreprises ou tout simplement pour retrouver leurs identités euro-maghrébines. C’est notamment cette génération, qui vit entre la Tunisie et l’Europe, qui est mobile, soit physiquement, soit virtuellement, qui peut faire la différence maintenant.

Ces individus mobiles, qui voyagent entre les mondes, sont issus de toutes les catégories sociales : les élites intellectuelles, aussi bien que les entrepreneurs, les étudiants, les travailleurs saisonniers que les mères de familles. Leur apport à la transition en Tunisie prend corps dans différentes formes matérielles ou bien immatérielles. Parmi les apports matériels, nous pouvons nommer les transferts financiers, mais aussi les transferts de bien, de savoir faire et de professionnalisation dans certains secteurs. Parmi les apports immatériels, ce sont notamment la contribution en matière de savoir faire, des connaissances, un potentiel d’innovation, des expériences vécues et des idées qui peuvent enrichir le processus de transition actuel. Tout en jonglant avec et entre différentes cultures, et habitués à transgresser les frontières, ces individus binationaux ou transculturels sont capables de regarder d’une manière parfois plus neutre et plus distanciée et en même temps avec moins de préjugés les développements politiques et sociaux dans le pays d’origine.

Finalement ce sont aussi ces individus, les migrants et leurs descendants, qui grâce à leurs expériences, leur vécu et leur bagage personnel, ont contribué à préparer le terrain pour les transitions actuelles en Tunisie, et ils seront des acteurs importants dans la réalisation des objectifs de la révolution.

Publié en avril 2011 dans La lettre de l’IRMC n°6

 

Isabel SCHÄFER

Politologue, Université Humboldt de Berlin

 

Crédit photographique : © Reuters ; Roberto Salomone – AFP

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Des révoltes de Gafsa à la situation révolutionnaire

Bassin minier de Gafsa

La formule « révolution de jasmin » s’est très rapidement imposée chez les commentateurs pour qualifier les protestations qui ont précipité la chute du régime de Ben Ali. Déjà employée pour qualifier le « coup d’Etat médical » de Ben Ali en novembre 1987, l’expression reflète bien le mythe exotique d’une Tunisie de la modération, de la négociation et du compromis. Toute une série de stéréotypes développés ici et là démontrent une incapacité à saisir les dynamiques sociopolitiques affectant le pays depuis de nombreuses années. D’où d’ailleurs une tendance à valoriser les explications de type « spontanéiste » et « conspirationniste », comme si la révolution tunisienne était le fruit de l’activisme cyber-militant (mythe de la révolution Facebook), d’intrigues au sommet entre militaires et « colombes » du régime (mythe de la révolution de Palais) ou encore d’une intervention étrangère discrète (mythe de la « révolution orange » orchestrée par les Etats-Unis). De telles explications ont probablement une part de vérité. Toutefois, elles ont tendance à entretenir le cliché d’une apathie politique généralisée et corrélativement à euphémiser les formes de résistance populaire et de contre-conduites, voire de dissidences[1], dont les manifestations visibles ne sauraient se limiter aux événements de l’hiver 2010-2011 mais qui renvoient à une temporalité bien plus complexe.

Une telle démarche nous incite à réviser la chronologie médiatique de ladite « révolution » et à penser les dynamiques protestataires à l’oeuvre dans la société tunisienne ces dix dernières années, conduisant à un épuisement progressif des sources de légitimité du régime Ben Ali[2] et à un grippage de ses modes de contrôle social, dont la répression policière ne constitue qu’un registre parmi d’autres. En effet, si le phénomène de peur était bien présent dans la population, il n’a pas empêché, le développement d’actes isolés de désobéissance, les critiques larvées des « familles » au pouvoir coïncidant avec un moindre engagement lors des cérémonies officielles comme, par exemple, les célébrations du 7 novembre, commémorant le « coup d’Etat médical » de Ben Ali. Mais ce qui est davantage significatif des dernières années du régime, ce sont les actions collectives de contestation d’une ampleur inédite sous Ben Ali, dont les protestations du bassin minier de Gafsa en 2008 sont l’épisode principal[3].

En effet, depuis les révoltes de 1984, la Tunisie n’avait pas connu de mouvements sociaux aussi importants. A partir du 6 janvier 2008, suite à l’annonce des résultats d’un concours de recrutement de la Compagnie des Phosphates de Gafsa (CPG), des habitants des principaux villages et villes des centres miniers de la région du sud-ouest tunisien se sont massivement engagés dans une série d’actions de protestation qui ont duré plus de six mois, abouti à des centaines d’emprisonnement et fait des dizaines de blessés et trois morts. La dénonciation du mode népotique d’attribution des postes de la CPG avait réuni un nombre important de chômeurs (diplômés ou non), de leurs familles, en bref de « militants » ad hoc de tous bords. Dans la région de Gafsa, ce ne sont pas des ouvriers, comme il a été parfois dit, mais bien une majorité de « jeunes », pour la plupart sans emploi, qui se sont mobilisés.

Les mobilisations à Gafsa sont « ancrées » dans des raisons d’être, des modes d’énonciation et des relations socio économiques spécifiques à la région minière. Mais simultanément l’analyse de ces révoltes[4] et de celles qui vont leur succéder dans d’autres régions de l’intérieur du pays, permet de mettre en exergue les traits saillants de ces protestations fort éloignées des registres militants des activistes des droits de l’homme de la capitale : un registre de dénonciation contre la corruption, une détermination contre la fatalité du chômage, une mobilisation surtout de jeunes déclassés et une action collective peu institutionnalisée, en tout cas en décalage avec la classe politique d’opposition et la direction de la centrale syndicale.

Manifestation à Redeyef, dans la région minière de Gafsa, juin 2008

Un double clivage socio-territorial et générationnel caractérise ces actions collectives. Une géographie politique et économique rapide de la Tunisie montre que la carte des disparités socioéconomiques se superpose à la « carte protestataire » de ces dernières années. Dans les régions paupérisées du bassin minier de Gafsa dans le sud-ouest dès 2008, dans le sud-est à Ben Gardane en août 2010, dans la région agricole de Sidi Bouzid en décembre 2010, ainsi qu’à Kasserine dans le centre ouest du pays en janvier 2011, se sont déclenchés de forts mouvements protestataires. Ces mouvements, les données tangibles sur lesquelles ils reposent et le sentiment de paupérisation qu’ils expriment, dévoilent ce que la Tunisie du « miracle économique »[5] élude : les disparités régionales, la marginalisation économique et sociale de pans entiers de la population, exclus du système de protection car exclus des circuits de l’emploi. Mobilisations de ces régions paupérisées donc, mais aussi actions protestataires de jeunes animés par un profond sentiment de déclassement social et d’indignité.

En effet, lors du « moment révolutionnaire » qui a vu la fuite de Ben Ali, les acteurs protestataires sont majoritairement des « jeunes » de quartiers populaires. Ils sont pour la plupart chômeurs ou occupent des métiers jugés dévalorisant et pénibles : ouvriers à l’emploi non durable dans les sociétés sous traitantes de la CPG, contrebandiers de Ben Gardane se battant contre les aléas d’une économie de survie dépendant des douaniers, diplômés des universités face à la précarité de leur travail dans les centres d’appels des grandes villes, « garçons du quartier » éternels adolescents passant leur journée dans les cafés, « tenant les murs »[6] et condamnés à une économie de la débrouille au quotidien. C’est cette jeunesse humiliée qui a été le moteur des mouvements de contestation contre le régime.

Publié en avril 2011 dans La lettre de l’IRMC n°6

 

Amin ALLAL

Politologue, IEP Aix en Provence,

Université de Nice

 

Crédit photographique : © Tunisienumérique.com ; DR.


[1] Michel Camau, 2008, « Tunisie : vingt ans après. De quoi Ben Ali est-il le nom ? », L’Année du Maghreb, Paris, CNRS Éditions, 507-527.

[2] Vincent Geisser, 2008, « Tunisie : la question sociale à l’assaut du régime », L’Encyclopédie de l’état du monde, Paris, La Découverte.

[3] Amin Allal, 2010, « Réformes néolibérales, clientélismes et protestations en situation autoritaire. Les mouvements contestataires dans le bassin minier de Gafsa en Tunisie (2008) », Politique africaine, n° 117, 107-125.

[4] Larbi Chouikha et Vincent Geisser, 2010, « Retour sur la révolte du bassin minier. Les cinq leçons politiques d’un conflit social inédit », L’Année du Maghreb, Paris, CNRS Éditions, 415-426.

[5] Béatrice Hibou, 1999, « Tunisie : le coût d’un miracle économique », Critique internationale, n° 4, 48-56.

[6] Amin Allal, 2010, « ‘Avant on tenait le mur, maintenant on tient le quartier !’ Germes d’un passage au politique de jeunes hommes de quartiers populaires lors du moment révolutionnaire à Tunis », Politique africaine, n° 121, 53 -67.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook